Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Progressif, progressiste : évolutions et dévolutions1

Texte intégral

  • 1 Chronique parue dans Mots, n° 20, septembre 1989, p. 95-100.

1Dans le numéro 19 de Mots (juin 1989), l’étude de Progrès menée par Marc Angenot met en lumière les errements et les tiraillements qui affectent l’usage de ce terme en l’an 1889. D’autres influences, plus politiciennes, sollicitent aussi les désignants sociaux de mème souche. Bizarre destin que le leur, avec des dévolutions conjoncturelles inattendues pour qui se veut à l’écoute d’un sens.

2Tout commence avec progressif, qui s’implante chez les bousculeurs en idées, au retour des Bourbons, avant de basculer à la fin du siècle, avec progressiste du coté des plus modérés en actions. Ressurgissant à l’extrème-gauche après la Libération, progressiste se recentrerait-il aujourdhui vers la socialdémocratie ? Tout dépend du pas, rapide ou lent, qu’on entend faire prendre aux mutations de la société. Car le terme permet toutes les cadences.

LES “PROGRESSIFS” DE GAUCHE (1817-1890)

3Le vrai lanceur d’un progressif idéologique affronté en permanence à son compère d’époque, stationnaire, semble bien avoir été Ballanche, l’ami de Mme Récamier et de Chateaubriand :

“Marche progressive de l’esprit humain. L’esprit humain marche dans une route obscure et mystérieuse, où il ne lui est jamais permis de rétrograder ; il ne lui est pas même permis d’être stationnaire. Les nations dégénèrent ; l’esprit humain marche toujours. Il a en lui une vie incessamment progressive” (Essai sur les institutions sociales, 1818).

“Nous aurons à signaler par la suite l’espèce de désharmonie qu’à présent il est impossible de ne pas remarquer dans le peuple français, entre les moeurs stationnaires et des opinions progressives” (Ballanche, Ibid., écrit en 1817).

“Le moment viendra où l’Europe progressive ébranlera l’Orient stationnaire. L’aurore de ce grand évènement ne commence-t-elle pas à luire ?” (Ballanche, Réflexions diverses, in Oeuvres, Barbézat, 1830, tome 3).

“Lutte donc, lutte effroyable du principe stationnaire et du principe progressif. Partout où la lutte cesse, il y a stagnation, civilisation pétrifiée ou stéréotypée comme en Orient.” (Réflexions diverses, 1830).

4L’optimisme ballanchiste se retrouve chez P. Leroux, le mystique : “Il y a deux 'ciel'. Un ciel absolu [...] Et un ciel relatif, non permanent mais progressif, qui est la manifestation du premier dans le temps et dans l’espace” (De L’humanité, 1840). Une preuve de l’engoument dont a bénéficié ce progressif dans le discours idéologique est fournie a contrario par les pamphlétaires qui le prennent pour cible. Témoin Théophile Gautier, dans la préface qu’il donne à sa Mademoiselle de Maupin (texte de 1834). “A quoi sert ce livre ? [...] Quoi ! pas un mot des besoins de la société, rien de civilisant et de progressif !”. Evident, ici, l’usage parodique de besoins (visés, Babeuf, Fourier, Owen), de civilisation (visés, Saint-Simon, Michel Chevalier), de progressif (visés Ballanche, Leroux et consorts).

5Autre citation de Gautier : “L’idée spirituelle est que, pendant qu’on lit des romans, on dort et on ne lit pas de journaux utiles, vertueux et progressifs, ou telles autres drogues indigestes et abrutissantes” : même jeu avec spirituelle – s’agit-il de “l’esprit humain” célébré par Condorcet ? –, utile – voir Diderot et les encyclopédistes –, vertueux – voir Rousseau et les jacobins –. Le progressif des utopistes est bien inscrit dans la postérité des “Lumières”.

6Dernière citation : “Ils tàchent de s’accommoder, autant que faire se peut, aux idées du critique et se font sociaux, progressifs, moralisants, palingénésiques, mythiques, panthéistes, buchézistes” : encore un amalgame des désignants utopistes à la mode.

7L’emploi de Progressif puis de progressiste (le saint-simonien Bazard semble avoir lancé ce dernier terme en 1830) caractérise donc au premier chef, pour eux-mèmes comme pour leurs moqueurs, les utopistes à tripe sociale

8Puis l’emploi des deux mots s’élargit à tout adversaire de l’autocratie : “Elle [l’Autriche] trouvait son compte [...] à se faire modérée, libérale mème, pour se rattacher les 'progressistes' belges dont le libéralisme modéré se rapprochait beaucoup des idées de Lafayette” (Michelet, Histoire de la Révolution française, texte paru en novembre 1847). Progressiste sert dès ce moment d’étiquette politique de gauche et La Fayette va la porter ostensiblement.

9Progressif fuit de mème : Lamennais est pour Proudhon un “chrétien progressif et démocrate” qui “incline peu à peu au rationalisme” (Qu’est-ce que la propriété ? Deuxième mémoire, 1841).

  • 2 Cité dans P.KESSEL, Le Prolétariat français, Paris, Plon, 1968, t. 1, p. 393, note.

10A leur image, progrès se colore de rouge. Aux approches de 1848, le Journal des débats s’en fait l’écho : “Nous avons eu les oreilles assez souvent rebattues de ce mot progrès [...] Progrès, c’est la république, c’est la guerre, c’est le régicide... Progrès, ce n’est plus seulement l’égalité des droits politiques, c’est l’égalité des jouissances sociales, c’est le partage des biens, c’est la loi agraire”2. Progrès et classe ouvrière sont liés. Raspail va écrire dans L’Ami du peuple du 27 février 1848 : “Le progrès s’est assis sur les barricades”. Cette évolution s’officialise début mai 1848 lorsque Louis Blanc réclame la création, refusée par l’Assemblée, d’un “Ministère du Travail et du Progrès”. Progrès signale en politique une option d’avant-gardisme social.

11Mais, avec l’échec de 1848, le balancier reprend sa course en sens inverse. Les termes se mettent à suivre à la trace l’évolution vers le centre gauche du mot radical (lequel veut dire encore révolutionnaire chez Blanqui et signifiera modéré avec Gambetta). Après 1871, des journaux de la mouvance “radicale” s’intitulent justement Le Progrès de Lyon, Le Progrès du Midi (échos de La Revue du progrès, périodique lancé par L. Blanc en 1839, et bien sùr de L’Organisateur, journal des progrès de la science générale, lancé par Laurent, Saint-Simon et Comte dix ans plus tot). Dans les attestations politiques, on trouve une association de progressif, progressiste et de conservateur, comme pour indiquer la marge où doivent se situer les républicains après la Commune :

“République [...] conservatrice et progressive. Je dis conservatrice et progressive pour cette raison bien simple qu’il y a toujours dans l’Etat, avec des intérèts respectables à garantir, des abus à réformer” (L. Blanc, Assemblée Nationale, séance du 11 mars 1873. Remarquons que progressif fonctionne ici avec “réformer”).

12La revendication sociale est déjà moins nette chez J. Ferry, pour qui le progrès, “c’est un développement lent”. Les mots s’assagissent.

LES “PROGRESSISTES” DU CENTRE (1890-1914)

  • 3 Dans La lutte pour la démocratie, (4ème congrès du Sillon), Le Sillon, 1905.

13Tandis que progressif disparait des étiquettes politiques après les élections de 1889, progressiste en pleine expansion se retrouve étiquetant carrément le centre opportuniste à partir de ces mèmes élections. Elu en 1881 à Paris, La Forge fut le dernier député radical de gauche à s’appeler encore progressiste. Alors que Progrès, resté mot-thème des maçons (telle la loge du “Progrès-Humanité” à Saint-Ambroix) et des “intellectuels” dreyfusards (avec le tandem vérité-justice et la lexie Droits de l’homme), sert à tous les discours républicains, voire socialistes, l’appellation progressiste se met à signifier “qui avance très progressivement, sans déranger” (J. Ferry). Nous voilà loin des valeurs subversives proudhoniennes, voire du radicalisme social de L. Blanc. Progressiste devient un mot-paravent à l’usage des “opportunistes”, dont l’étiquette se fait de plus en plus péjorative. Terme de dédouanement, il permet ainsi au conservateur modéré P. Deschanel de s’affirmer “progressiste” dans son discours-programme de 1893. T. Zeldin l’a noté : “En 1885 progressiste signifiait avancé, mais en 1898 le terme désignait les modérés et en 1906 l’aile droite et mème cléricale”. Ne généralisons pas à ce point. Il reste des “progressistes” qui progressent, et vigoureusement ; mais il faut avouer que le terme entretient l’ambigüité, dans cette curieuse collusion avec tradition chez Marc Sangnier, par exemple : “Si nous voulons suivre la tradition, nous devons ètre des démocrates et de véritables progressistes” (26 février 1905).3

14C’est en sachant cette dérive des étiquetages politiques que l’on peut comprendre les deux attestations suivantes, caractéristiques du rejet par la gauche laïque du mot progressiste à cette époque :

“Il était très vraisemblable que M. Waldeck-Rousseau [...] délaissàt les voix d’extrème-gauche pour en gagner au Centre l’équivalent ; le Ministère de Défense Républicaine serait ainsi devenu un cabinet de concentration. Mais la présence de M. Millerand au ministère provoque l’opposition irréconciliable de la majorité des républicains progressistes. Et c’est ainsi que peu à peu, le cabinet s’engageant de plus en plus à gauche, se sont formés les deux groupements entre lesquels la bataille électorale est engagée” (Léon Blum, article “Les élections de 1902” pour La Revue de Paris, non publié).

15Traduction : Waldeck-Rousseau voudrait gouverner au centre (la “concentration”) ; mais la présence du socialiste Millerand provoque la défection du centre droit (les “progressistes”) et la majorité part vers la gauche. Autre exemple, fourni par Jaurès cette fois : “Les modérés, les progressistes triomphent des derniers résultats électoraux [...]. Nulle part, ils ne conquièrent de terrain sur la démocratie radicale ou socialiste” (Jean Jaurès, “Les progressistes”, L’Humanité, 22 mars 1905). Au Progrès, de gauche, s’opposent des progressistes de droite...

DES “PROGRESSISTES” ROUGES PUIS ROSES (1945...)

16Nous avons été les témoins, il y a un demi-siècle, d’un ré-ancrage très fort à gauche de progressisme et progressiste, les “forces progressistes” dans le monde s’opposant aux “forces réactionnaires”. Ce nouveau retour de balancier est sans doute ancien (l’entre-deux-guerres ?) mais les attestations ne sont nombreuses que pour l’immédiat après-guerre.

  • 4 Dans La Politique, Paris, Hachette, 1971, p. 119.

17C’est ainsi qu’en 1946 la tendance des “radicaux progressistes” (avec Pierre Cot) quitte le Parti radical ; une part rejoindra vers 1949-1950 l’Union Progressiste (qui aura son député “crypto”). De la mème époque datent des partis anticolonialistes, tels le Parti progressiste martiniquais et les chrétiens “progressistes”, l’ancienne étiquette sillonniste poussée au terme de son évolution, qui se regrouperont autour de La Quinzaine de J. Chatagner dans les années 1950, dans le MLO puis le MLP. Trace : Le vocabulaire des sciences sociales de P. Foulquié présente le “progressisme” comme une “tendance chez certains chrétiens, pour se conformer à la ligne qu’ils estiment dans le sens du progrès, à admettre la doctrine marxiste. S’oppose diamétralement à l’intégrisme” et cite, mais sans date, A. Coutrot : “Le progressisme [...] entend trouver la vérité politique et le meilleur service temporel du christianisme dans un socialisme pleinement accepté”. Mème son de cloche chez J.L. Parodi : “La démocratie chrétienne n’est qu’une tendance du christianisme politique entre le courant intégriste ou contre-révolutionnaire et un progressisme qui accepte pleinement le socialisme.”4

  • 5 Ibidem, p. 385.

18Qu’est-ce donc qu’accepter le socialisme ? Réponse : “Il faut entendre par progressisme une idée politique qui pense non seulement le changement mais essentiellement le bouleversement, la rupture, la modification complète des structures de la société”.5 Marxisation ? Pierre Hervé se gausse du “christianisme progressiste” qui va au communisme comme on entre en religion (1956). En fait, c’est surtout dans la lutte contre les guerres d’Indochine et d’Algérie que les “progressistes” s’inscrivent ces années-là. Plus récemment, un courant de “chrétiens progressistes” se retrouve dans le CPS (Mouvement tiers-mondiste, “Chrétiens pour le socialisme”, créé en 1972).

19Mais on peut constater aussi un récent et nouveau divorce, en sens inverse de celui de 1900, entre les progressistes et certains emplois de progrès, dans les étiquetages politiques. Alors que le premier terme, qui fut le désignant le plus spécifique du discours “pro-chinois” en Mai 68, trouve sa limite dans la mouvance “gaulliste de gauche” (“Front des jeunes progressistes” de D. Gallet et “Union populaire progressiste” de J. Debù-Bridel, organisations fondées en 1969, dans la suite du “Front du Progrès” gaulliste), le mot progrès lui-mème franchit allègrement cette limite et passe mème tout à fait à droite avec : “Progrès et démocratie moderne” (Duhamel, Lecanuet, 1966), voire à l’extrème-droite avec l'“Alliance républicaine pour les libertés et le progrès” (Tixier-Vignancour, 1966) et le “Mouvement Progrès et Liberté” (Soustelle, 1970). Et c’est ce Progrès que J.-M. Le Pen oppose à son tour à la décadence : “Progrès technique, économique et social, donc Progrès humain”, rendant responsables du démantellement national “les attaques”, dénoncées en bloc, “du marxisme, du gauchisme, de l’anarchisme et du progressisme chrétien” (Les Français d’abord, 1984). A un Progrès de droite sont opposés ici les progressistes, d’extrème-gauche.

20Les mots n’auraient-ils pas ici du retard sur les choses ? Le champ de désignation ouvert à progressiste s’est redéployé de nos jours. Sans en faire un terme central de leur discours, les socialistes français l’emploient, dans les années 80, avec des valeurs relativement modérées : “L’indifférence, voire le mépris, manifestés par la plupart des nations riches pour le monde pauvre, contribuent à discréditer toute solution démocratique et progressiste de développement” (M. Rocard, 15 juillet 1982).

21Oui, le pendule est reparti vers le réalisme du pas à pas. Mais c’est plutot d’autres termes de la mème famille qui, par le biais technique, effectuent, dans le discours rocardien par exemple, leur retour en politique, accompagnant d’une prudence chronologique des termes comme temps, processus, apprentissage, possible, rythme, démarche, développement, responsable, maitrise, mutation, confiance, action transformatrice, durée, accroitre... Quelques citations :

“Tout cela se fera avec le temps, donnée de base des processus de développement locaux et qui jouera aussi pour l’apprentissage progressif des nouvelles règles du jeu régional” (12 juin 1982).

“Il faut parvenir, autant qu’il est possible, à un rythme de progression de la dépense sociale proche de celui du PIB” (15 juillet 1982).

“[Le plan intérimaire] a le mérite de s’inscrire dans la progressivité d’une démarche” (“Présentation”, 1982).

“L’autogestion, nous l’avions définie comme une méthode de développement de la société, comme un processus progressif (1er mai 1985).

“Seuls des citoyens autonomes et responsables peuvent assurer collectivement la maitrise du progrès. Le progrès apporte des mutations difficiles à éviter...” (5 octobre 1987).

“Il faut maintenant [...] que tout se fasse progressivement dans une confiance retrouvée...” (18 novembre 1988).

“Il nous faut inscrire notre action transformatrice dans la durée afin de diminuer les contraintes dans le temps et accroitre progressivement nos marges de manoeuvre” (octobre 1989).

Image d’un mouvement social en extension lente, tempéré par le réalisme économique mais non immobilisé, car “la civilisation ne saurait se préserver qu’en progressant” (M. Rocard, Le coeur à l’ouvrage, 1987).

Balanciers...

Notes

1 Chronique parue dans Mots, n° 20, septembre 1989, p. 95-100.

2 Cité dans P.KESSEL, Le Prolétariat français, Paris, Plon, 1968, t. 1, p. 393, note.

3 Dans La lutte pour la démocratie, (4ème congrès du Sillon), Le Sillon, 1905.

4 Dans La Politique, Paris, Hachette, 1971, p. 119.

5 Ibidem, p. 385.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search