Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Le Père Peinard et le burlesque populaire1

Texte intégral

  • 1 Contribution au Colloque de Bari (Italie), “1789 e dopo”, 13-17 octobre 1989, réalisée en collabora (...)

1Dire le noble dans les termes du vulgaire, célébrer le sacré à l’aide d’images profanes, voire profanatrices, chanter l’héroïsme dans la banalité, poétiser tout platement, parler de haut en zyeutant d’en bas : tel est l’art burlesque. S’agissant fondamentalement de basculer des échelles et de pousser les nantis à la dégringolade, le burlesque est souvent le registre majeur d’un contre-texte gaillard et truculent, sauvage et marginal par rapport aux normes sociales, subversif par essence. L’inversion expressive y devient en effet très vite subversion, c’est-à-dire destruction systématique du noble, du sacré, de l’héroïque, du poétique. Tout ce qui est haut se trouve rabaissé, mis dessous, sub-verti. Cela fait, d’autres valeurs prennent à leur tour le dessus. C’est la “Révolution” burlesque.

2On peut distinguer quatre axes progressifs de recherche dans cette subversion qui a inspiré toute une tradition de pamphlets et de parades sous le signe de Rabelais et dont l’une des filières majeures, vivantes jusqu’au Canard enchainé d’aujourdhui, est journalistique :

  • 2 Sur J. R. Hébert, voir J. GUILHAUMOU, La langue politique et la Révolution française, Paris, éd. Mé (...)

3a) Le burlesque se présente d’abord comme subversion de la langue. S’il ne touche pas à la syntaxe, le Père Duchesne, ce journal d’un procureur de la Commune de Paris sous la Révolution, Jacques Hébert, qui se fait le propagandiste auprès des “bons bougres” de la “sans-culotterie” (le Peuple) de thèses jacobines2, s’autorise d’expressions argotiques non admises dans le français standard. Le Père Peinard, un siècle plus tard, ira beaucoup plus loin, nous le verrons, en attaquant la morphologie elle-mème avec la multiplication de “mots-valises”.

4b) La subversion de la littérature s’exprime par une volonté délibérée de “parler peuple” en entendant par là vulgarité, encanaillement parfois exaspéré, de la rhétorique : “jurer avec ceux qui jurent”, disait Hébert. Les meilleurs exemples de ce “stile bas” sont donnés par le Père Duchesne, sous forme d’expressions populaires du type : “jeter le manche après la cognée”, “avoir la patte bien graissée”, “se manger le blanc des yeux”, “s’en aller en eau de boudin”, “s’amuser à la moutarde”, “donner la pelle au cul” ; de proverbes, comme : “celui qui plante la vigne doit avoir la plus belle grappe”, “quand la poire est mùre il faut qu’elle tombe” ou encore “à laver la tète d’un nègre on perd sa lessive” ; d’imprécations ordurières enfin, dont la plus typique est “foutre”, sorte de leit-motiv provocateur aussi omniprésent dans le texte qu’une ponctuation.

5c) La subversion de la société, individus, groupes et valeurs, leur chute progressive ou inattendue au plus bas niveau du monde animal ou végétal ou encore des besoins physiologiques primaires, rentre de plein droit dans les finalités du burlesque populaire. Le Père Duchesne, encore une fois, nous en offre quelques exemples : le roi est “l’àne couronné” ou “l’ogre Capet”, la reine “la louve” ou “la tigresse” autrichienne, les aristocrates “les bouches inutiles” et autres “jean-foutres” ; “les ratières et les souricières” désignent les institutions ecclésiastiques, “le grand bordel” le Palais Royal, “les crapauds du marais” les députés modérés, “les engueuleurs à jacquettes noires”, “l’espèce vorace” ou “les corbeaux du Palais” les juges et magistrats d’ancien régime ; les “chlagueurs”, “culs-blancs” ou “épauletiers” les officiers royaux, etc., tous des “viédases” !

6d) L’idéologie devient prégnante au niveau le plus profond, lorsque le burlesque est le signe du renversement de tout un monde modélisé, normalisé et moralisé et, par contre-coup, celui de la promotion d’une contre-idéologie proprement populaire. C’est ainsi que “Le Père Duchesne” mais surtout Babeuf, vouant à Guillotin “les sangsues” ou “les vermines” qui “s’engraissent du sang du peuple”, célèbrent avec d’autres tribuns populaires “le Jour de la Vengeance”, “le Jour du Peuple”, “le soir de la Révolution” où le populo s’endormira enfin dans le lit des Grands…

  • 3 M. BAKHTINE, L’oeuvre de F. Rabelais et la culture populaire au Moyen-Age et sous la Renaissance, P (...)

7Il apparait alors évident que le burlesque fonctionne comme l’expression en littérature du “grotesque”, lequel, selon Bakhtine, “associant des éléments hétérogènes”, permet de “s’affranchir du point de vue prédominant sur le monde”, de “jeter un regard nouveau sur l’univers” et de “sentir à quel point un ordre du monde totalement différent est possible”3. C’est l’immense déconsécration, le bon sacrilège, la saine démystification, en un mot : le Carnaval.

  • 4 Présence de Rabelais dans le discours Révolutionnaire : cf. GINGUENE, De l’autorité de Rabelais dan (...)

8Ce nom aux mille échos nous plonge, de plain pied dans l’univers foisonnant de la culture populaire médiévale et renaissante, telle qu’elle apparait dans l’oeuvre de Rabelais, où certains révolutionnaires ont trouvé leur inspiration4. Mais, puisque le terme de “culture populaire” est suffisamment vague pour nécessiter une définition limitative, nous avons centré notre étude à la fois sur la cohérence interne d’une vision du monde et sur certains comportements collectifs, notamment imaginaires, réactifs aux problèmes de l’existence. Dans cette optique, la culture populaire apparait d’abord comme un système de survie, créé par le besoin de sécurité qui anime les individus aux prises avec un univers parcellisé, plein de peurs latentes, de dangers multiples et d’une angoisse quasi permanente. La peur fait la culture populaire.

  • 5 R. MUCHEMBLED, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne, Paris, Flammarion, 1 (...)

9En revisitant R. Muchembled5, on pourrait distinguer trois manifestations majeures de cette peur créative, l’insécurité physique, biologique et sociale, qui se résument en termes moins abstraits par : la faim, la soif, le besoin ; la maladie, la pourriture et l’ordure ; la guerre, la domination ou l’exploitation. Ces trois grands thèmes sont générateurs de champs métaphoriques que notre analyse privilégiera : celui de la nourriture (autrement dit : la “bouffe”), celui du corps grotesque (appelons-le “pipi-caca”), celui des animaux de la fable et de leurs rapports de pouvoir (le bestiaire), les trois grands traits carnavalesques. C’est dans le réseau très intriqué, suscité par ces différents types d’images, que se joue la “Revanche” imaginaire du peuple, son indestructibilité métaphoriquement fondée, le mythe de sa victoire sur l’injustice.

  • 6 Sur E. Pouget, voir C. de GOUSTINE, E. Pouget. Les matins noirs du syndicalisme, Paris, éd. de la T (...)
  • 7 Cité par M. LECLERCQ et E. GIROD DE FLEAUX, Ces Messieurs de la C.G.T. (Profils révolutionnaires), (...)
  • 8 L’ensemble presque complet des livraisons du Père Peinard est accessible à la Bibliothèque National (...)

10Pendant les dix dernières années du dix-neuvième siècle, un nouvel émule de Rabelais, Emile Pouget, a érigé ce type de littérature en expression populaire de thèses anarchistes puis anarcho-syndicalistes. Son hebdomadaire, dont le titre imite celui d’Hébert, Le Père Peinard, parait de 1889 à 19026, par séries successives, entrecoupées d’actions de police, de dettes, d’amendes, de prison, d’exil. Fils d’un notaire républicain mort trop tot, ce journaliste en herbe devenu courtier en librairie monte à Paris, où il retrouve l’ancien communard Digeon et subit, à travers lui, l’influence de Bakounine. Fondateur dès 1879 d’un syndicat d’employés, il publie une brochure antimilitariste, A l’Armée, où il prèche la révolte généralisée : “A la première nouvelle de l’insurrection, chaque soldat révolutionnaire devra incendier la caserne…”7 Emprisonné en 1883 comme meneur, avec Louise Michel, d’un meeting d’affamés, il le sera à nouveau après quelques années de Père Peinard, son célèbre journal ouvriériste et libertaire. De retour de son exil à Londres (1894-1895), il milite en faveur de la confédéralisation des chambres syndicales et des bourses du travail. Il prone alors dans son journal les moyens extrèmes de la lutte ouvrière dont on débat dans les syndicats “rouges” : le boycottage, le sabotage, la grève générale. A l’arrière-plan donc du Père Peinard, il faut lire en permanence d’une part les coups de main anarchistes (autour de 1889), d’autre part la promotion des luttes syndicales (à partir de 1894). Voilà pourquoi nous avons choisi d’étudier les métaphores du carnaval chez Pouget dans un corpus du Père Peinard étagé sur dix ans, soit trois mois de l’année 1889 – bicentenaire oblige ! – et autant de l’année 18998.

  • 9 Voir R. GOSSEZ, “Presse parisienne à destination des ouvriers”, in La presse ouvrière (1819-1850), (...)

11E. Pouget s’inscrit dans la tradition du journalisme satirique et de l’art grotesque à la suite du Père Duchesne, dont il se revendique expressément, ou plutot des Père Duchesne (ou Duchène), car non seulement ces feuilles essaimèrent de partout, chez les aristocrates comme chez les jacobins, dès le début de la Révolution, sous l’apparat-prétexte d’un bateleur de parade populaire à la fin de l’Ancien Régime, mais encore chaque révolution en France (1848, 1871) a vu éclore des séries de journaux du mème type, plus ou moins populaciers, accompagnés d’autres noms ou attributs : Les Lunettes du Père Duchène, Le Réveil du Père Duchène, Le Perdu Chène de la Révolution, La Mère Duchène, Le Bonhomme Richard, Le Gamin de Paris, Jacques Bonhomme aux élections, Le Vieux Père Grégoire, pour ne citer que certains titres de 18489.

  • 10 Les grévistes rouges du roman d’Auguste GEOFFROY (Les camarades jaunes) se réunissent au “Rendez-vo (...)
  • 11 Traduction : Avec la peau des riches, faire des chaussures pour les pauvres. Une chronique régulièr (...)

12Avec “Peinard”, au premier sens d’homme de peine10, Pouget met en scène l’ouvrier manuel exploité et fatigué, bagnard du travail. Alors que Duchesne était un “fourneautin”, forgeron et marchand de fourneaux, ce peinard est un “gniaff” ou “gnafre”, comme le Gnafron du théàtre de Guignol à Lyon ou le “bouif”, auvergnat de Paris, c’est-à-dire un “cordonnier en vieux”, établi chez Pouget à l’enseigne de “La botte au cul”. Il se rattache par ces mots à la tradition de critique sociale propre au savetier, artisan libre mais très pauvre, placé tout au bas de l’échelle dans la considération habituelle des métiers (il s’occupe des pieds et, pis encore, des vieilles chaussures), mais individualiste et chansonnier, volontiers frondeur : “Ousqu’est mon tire-pied que je tape dans le tas ![…] A force de leur tanner la peau en ta qualité de bouiffe, tu pourras trouver des talons et des semelles pour les trottinets des purotins” (P.P. 6, 31 mars 1889, p. 15,16)11.

  • 12 Sur le “langage populaire”, les “argots” et la période 1880-1914, voir Denise FRANÇOIS, Histoire de (...)

13Le peinard, plus encore que le fourneautin d’Hébert, “parle peuple”, dans un incessant pied de nez à la langue. On a trop mis en avant l’artifice de certains néologismes de Pouget, en particulier ces “mots-valises” qu’il affectionnait ; ce qui conduirait à ne voir dans son écriture que jeux d’intellectuel12. En réalité, il n’est ni novateur ni théoricien et, comme le dit C. de Goustine, “sans doute ne prétendait-il ni à l’un ni à l’autre titre”. Journaliste militant, c’est poussé par le souci constant de l’implantation des idées anarchistes et syndicalistes en milieu ouvrier qu’il diffuse ou invente ces télescopages de mots dont le populaire aime à rire. La subversion de la morphologie linguistique qu’il choisit de pratiquer est pour lui un véhicule de cette propagande, non pas à titre de restitution fidèle d’un langage qui serait celui du peuple, mais parce que, attiré et amusé par cette parole où il se reconnait, le public en possède fondamentalement les clés. Les mots-valises de Pouget sont transparents à l’époque.

14Il en est ainsi de la série tirée de patrouillotisme, terme deux fois créé, d’abord par une caricature de septembre 1789 qui prenait pour cible La Fayette et le “patrouillotisme du Palais Royal”, puis par A. Rimbaud qui se moque du “patrouillotisme” des va-t-en-guerres ardennais : patrouillote, patrouillotard, patrouillotocard etc, mixtes de “patrie”, “patriote” et “patriotisme”, de “trouille” et “trouillard”, de “patrouille”, puis de “tard” et de “tocard”. Rimbaud visait les patrouilles de volontaires qui s’en allaient chanter tardivement la Revanche le long de la frontière ardennaise, après la capitulation de 1870. Pouget se gausse, à sa suite, de tous les pseudo-patriotes, les “pitriotes”. Un équivalent italien pourrait ètre le mixte télescopé de “paura” et de “patriota”, qui donne paurtriota.

Autres exemples

Equivalents italiens suggérés

pitriote (pitre + patriote)

patridiota (idiota + patriota)

bourgeoisillon (= fils à papa)

borghesuccello

cléricochon, cléricouillon, cléricouillard

clericoglione, preterasta

radigàle, radigaleux

radicalamità

chameaucrate, chameaucratie

demoniocrazia

votailler, votaillerie (voter + volaille)

zvotazzere

foultitude (foule + multitude)

foltitudine

syphilisation (civilisation de la syphilis)

sifilizzazione

  • 13 24 février 1889, cité par C. de GOUSTINE, op.cit. p. 35. Un siècle plus tot, le Père Duchesne traça (...)

15Jusque dans ces plaisanteries verbales, Pouget n’écrit pas pour se faire plaisir, en artiste décadent, mais “pour” le peuple : “Les types des ateliers, les gars des usines, tous ceux qui peinent dur et triment fort, me comprennent. Etre compris des bons bougres, c’est ce que je veux.”13.

  • 14 J. CELLARD, “Au vitriol”, in Le Monde, 30 janvier 1976, p. 15.

16Cette volonté de vulgarisation politique par le recours systématique au genre populacier aboutit parfois – ce qui contribue à lui donner une apparence artificielle – à un concentré de traits orduriers, vulgaires et burlesques. “Emile Pouget, écrit J. Cellard, ne trempe sa plume que dans le vitriol ; c’est tout le vocabulaire des prolos, des déchards, de la révolte et de l’espoir, qui bouillonne dans les pages du Père Peinard”14.

  • 15 F. DUBOIS, Le péril anarchiste, Paris, Flammarion, 1894, p. 116-117.

17Remarquons en passant qu’il existait dans le discours anarchiste de cette époque d’autres manières d’écrire, dans le journal de Jean Grave, par exemple, Le Révolté, fondé en 1879 et auquel Pouget a collaboré. Son allure doctrinale et froide s’opposait à “la gouaille faubourienne, la langue pittoresque du Moulin de la Galette”15.

  • 16 P. FONTANIER, Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1968.

18Pour le Père Peinard, “parler peuple”, c’est donc aussi déstabiliser la littérature du bon ton, choquer la pruderie du style. Cette déstabilisation-désacralisation passe par l’utilisation privilégiée de certains champs métaphoriques. Par le biais de la métaphore, qui est “fondamentalement, un procédé du discours populaire” selon P. Fontanier16, une idée abstraite se fait subitement concrète en donnant lieu à une figure surprenante et à une scène de la vie courante, ramenant l’expression académique au niveau du quotidien ; car c’est à la fois la banalité et l’étrangeté que l’on trouve dans des locutions comme : “se faire du lard”, “cracher dans la soupe”, “chercher des poux dans la tète”, “foutre la chiasse”, “faire du pétard”,etc.

19Les métaphores ordurières et les métaphores de la mort, que nous avons recensées dans notre corpus de 1889 de façon systématique, jouent à fond sur cette désacralisation de l’écriture. Les premières, reprenant le célèbre “foutre !” du Père Duchesne, ponctuent aussi certains énoncés par d’autres exclamations de mème type : “Nom de dieu !”, “Nom d’un pet !”, “Cré pétard !”, “Merde !”, “Mille charognes !”, “Mille marmites !”…

20Dans ce registre, on le voit, domine le vocabulaire du “pipi-caca”. Pouget n’innove aucunement ; il surenchérit sur Rabelais.

  • 17 Pierre MARI, “Du roman au Carnaval, le corps introuvable”, in Esprit, 7-8, n° 1666, juillet-aoùt 19 (...)

21Le “corps grotesque” joue avec une hyperbolisation des “orifices” du corps, anus, phallus, bouche, oreilles, nez, nombril, tous lieux d’échange avec le monde par lesquels l’homme donne ou reçoit : “Le corps carnavalesque est passage, ouverture, abime”17. L’exemple majeur fourni par le Père Peinard est, on s’y attendait, l’orifice dévolu à la défécation et ses divers périphériques… Voici un tableau suggestif de quelques métaphores socio-politiques qui s’inspirent du “cul”et de ses environs :

22Les métaphores de la mort, elles, ont pour objet, ainsi que dans le discours populaire, d’oter le tragique et de dépoétiser l’évènement jusqu’à rendre “mourir” et “tuer” impropres à tout effet littéraire :

mourir

tuer

poser (sa) chique

suriner

se faire crever la panse

clouer le bec

se foutre la corde au cou

envoyer au royaume des taupes

avoir son compte

(se) foutre à l’eau, en l’air, par la fenêtre

risquer sa peau

trouer la peau

claquer, clamser, crampser

tordre, couper le cou, la gorge

dévisser son billard

(se) faire sauter le caisson

manger les pissenlits par la racine

faire danser la polka

casser sa pipe

boucler la gueule

faire le grand saut

étripper

accrocher aux lanternes, au bec de gaz

chahuter un reverbère

donner le coup du lapin

déblayer le plancher des vaches

lui faire son affaire

23A ce niveau, la métaphore n’est subversive que de la “littérature” et de ses effets d’art. A un niveau plus profond, elle sert à subvertir les valeurs sociales et leurs personnages. Dans le Père Peinard, la métaphore est essentiellement satire.

24Celle-ci s’articule sur les trois plans métaphoriques distingués plus haut. Nous avons vu passer la série des “culs”. En ce qui concerne la “bouffe”, une distinction nette s’opère entre ce que l’on pourrait appeler des “archi-métaphores”, figures portant sur la thématique elle-mème, et les “désignations métaphoriques” qui tracent par scènes un tableau universel des mangeants, des mangés et de la mangeaille. Les unes et les autres construisent une représentation systématique de l’injustice sociale.

25La faim (dite aussi purée, panade, mistoufle, dèche), la nourriture (boustifaille, croustille, pàtée, pàture), le pain ou le blé (autrement dits bricheton, galette, tartines, soupe), la soulerie et ses pots-de-vin constituent de véritables noeuds de métaphores, au mème titre que le ventre, la panse, la marmite, le coco ou les verbes bouffer, manger, se rincer la dalle, crever la faim. A cet ensemble archi-métaphorique se rattachent de multiples désignations de la mème racine (purotins, mistoufliers, dèchards, bouffe-galette, ventrus, pansus, ventres-creux et ventres-pleins, pots-de-viniers) ou du mème champ métaphorique, comme la célèbre assiette-au-beurre, la charcuterie ou la triperie sénatoriale, les grosses légumes et les légumeux (députés), toute la boulange de Mitron 1er (le général Boulanger) ou encore les rateliers et l’auge de l’Etat, où budgétivores et suifards s’alimentent à qui mieux mieux.

26Cette distinction entre archi-métaphores et désignants imagés ne fonctionne pas au niveau du bestiaire, lequel ne fait que donner aux hommes et à leurs institutions des noms d’animaux. Un tableau peut les résumer, pour notre corpus, de la manière suivante :

27Cette ménagerie et cette volière inventent peu de termes au demeurant. Des sondages dans la presse d’époque montrent que la polémique met en scène tous les animaux de la fable, dans la plus ancienne des traditions. Les trois systèmes d’images et d’odeurs n’opèrent pas à part l’un de l’autre ; ils filent les mêmes métaphores, et cela de 1889 à 1899 presque sans changement, malgré la variation des référents évènementiels. Nombreuses sont les expressions mixtes assurant transitions et passages : “pets-de-lapin”, “avaler des couleuvres”, “porcs souilleurs”, “les bouffe-galette de l’Aquarium”, “beurrer des tartines dans les canards”, “les morpions d’employés nous bouffent tout vifs”, “ces voraces, les légumeux… gueulent comme des baleines”, “les canards boulangeux”, “la colique des ventrus”, “un trou du cul de conseiller cipal… a excité les andouillards”, “le jour où le populo boufferait à plein ventre et n’irait plus cul nu…”, etc.

28De véritables micro-systèmes fondés sur des chaines d’équivalences se mettent aussi en place dans ce discours. Les Chambres et leurs députés ou sénateurs, cibles favorites de cet “anti-votard” qu’est E. Pouget, c’est à la fois :

  • coté “bouffe” : la triperie, la charcuterie, la soupière, l’assiette au beurre, la poèle gouvernementale, les bouffe-galette, les mange-tout et les suifards, les socialos au jus de betterave ou pur jus, les collectos pur jus de chique, les boulangeux ou boulangeards, les ventrus, les légumeux, les carrottiers, les budgétivores, les pots-de-viniers, les saucissons,

  • coté bestiaire : l’Aquarium, le Grand Bocal, le Palais Bourbeux, les poissons bleus, les grenouilles du Marais, les veaux, les crocodiles sénatoriaux, les animaux, les cochons, le ratelier, l’auge, l’écurie,

  • coté “pipi-caca” : le Pot-de-chambre, la tinette, les foireux, “les jean-foutre… qui se font blinder le croupion”, les lèche-croupions, les radicouillons, l’égoùt, la pourriture, la puanteur, le caca…

29Enfilons les métaphores à la suite de Pouget. Journalisme : les “cochons-vendus” transforment leur “canard” en “torche-cul” avec des “tartines” électorales qui “finissent en eau de boudin”. La prison : une “boulle de son” gardée par des “chiens”, bons à “foutre” ! On peut jouer à loisir avec cette tri-métaphorisation, elle n’atteindra jamais le degré d’invention de Pouget, sous la plume duquel tout prend un ton naturellement populaire, rires de connivence assurés.

30Ce faisant, un tableau d’histoire s’est dessiné, révélant une société coupée en deux, avec ses mangeurs et ses mangés, ses empapaouteurs et ses grugés, leurs mots et leurs tabous. De ses expressions crues Pouget fustige l’exploitation sociale, l’hypocrisie des moeurs et celle des lois, dures au petit, dénude les conflits, lève l’interdit jusque sur les référents. A son tour de faire de la morale. Il écrit comme on se venge.

31Mais la revanche ne s’en tient pas à la satire. Derrière les images, un autre message apparait, positif, collectif, motivé par une force morale peu commune. Plus encore que le Père Duchesne et Babeuf, le Père Peinard annonce le “Jour du Peuple”.

  • 18 Aux sens donnés par Georges Sorel à ces termes : “Nos mythes actuels conduisent les hommes à se pré (...)

32Nous atteignons ici le quatrième axe métaphorique, où Pouget investit ses espoirs fondamentaux, mythes et utopies confondus18. Il s’agit du rève du Grand Chambardement, qui subvertit allègrement le consensus idéologique républicain. Non pas seulement revanche sur des siècles d’oppression mais (r)établissement d’une égalité primitive, “de nature”, au sens de Rousseau, inscrite dans le droit le plus naturel. Cette égalisation est vue comme un juste renversement des choses, à réaliser “hic et nunc” (“Les derniers seront les premiers”). Plusieurs scènes sont évoquées :

  • la bagarre : “Faut descendre dans la rue quand il y a du grabuge, mille bombes… pour gueuler vive la Sociale et cogner sur les flicks” ; “Faire soi-mème de la chouette besogne, en chambardant toutes les vieilles paperasses des proprios, les boites à curés, et tout ce qui fait l’existence de notre garce de société” ; “Quand viendra le jour de la rigolade, mince de polka, que le populo leur fera danser.”

  • le heurt “classe contre classe” : “C’est le grand chambardement qui commence, mille tonnerres, et comme les crève-la-faim sont des gens d’attaque, c’est fini de rigoler pour les ventrus” ; “Tas de fainéants, d’aristos, continuez donc à vous séparer des peinards : au grand jour de la Sociale vous serez salement nobles”.

  • la ‘revanche’ des “petiots” sur les “grands” : “Est-ce qu’il est loin le jour du grand chambardement ? C’est la ‘revanche’ qu’il nous faut, mais la vraie, contre les sales cochons” ; “…en attendant le grand branle-bas, où nous pourrons faire prendre un bain à tous les salops qui nous dégoûtent” ; “Ce serait pourtant notre tour de nous ‘revancher’, nom de dieu !”.

  • la “table rase” bakouninienne : “Quand donc la Sociale, nom de dieu, pour déblayer un peu le terrain ?” ; “Ah, sale garce de société vas ! Quand donc qu’on va te nettoyer ?” ; “le grand coup de balai” ; “la grande lessive”.

  • l’occupation des “palais” (thème sans-culotte, chez Babeuf) : “On devrait marcher sur ses palais et chambarder tout ce qu’il y a dedans” ; “Ah, bon dieu, y a assez de temps que le populo perche dans les cités infectes, dans les turnes dégoùtantes ! Ce serait bien son tour de déménager à la grande cloche de bois et de venir s’installer carrément dans les palais du roi de la youtrerie”.

  • le rève révolutionnaire : “Je vous le dis, en vérité :
    Le jour est proche où le vieux monde,
    Au signal de la Liberté,
    Rentrera dans la nuit profonde” (14 février 1897).

“A Paris…, il y a eu des petites réunions de frangins ; et ce qu’on se regardait dans les yeux en se disant : quand viendra-t-elle, notre belle amoureuse, la Révolution ?” ; “Au loin, tout au loin, c’est à peine un filet de lumière, puis la route se fait large, l’aube nouvelle arrive !… personne [n’est] à l’abri des vents qui soufflent la liberté à des époques telles que la notre où l’on voit à la fois L’écroulement d’un monde et l’aube d’un autre.”

33De vulgaire, le style remonte tout soudain vers la poésie et l’espoir ensoleillé, le “Jour”, l’“aube”, laissant la nuit à la mort du monde. Mais que de points d’interrogation et que de futurs et conditionnels dans ces citations ! Pouget ne se fait aucune illusion sur un miracle social, de mème qu’il n’en avait aucune sur le parlementarisme. Tout dépend du peuple ; il ne peut compter que sur lui-mème.

34C’est donc contre l’aliénation ouvrière qu’il faut d’abord lutter :

“Si nous étions un peuple au lieu d’ètre un troupeau d’esclaves… [nous pourrions] marcher sur les salops qui nous gouvernent afin de les foutre en l’air carrément” ; “que tous les peinards en fassent autant, et on verra la fin de la misère !” ; “Après chaque victoire, le coup d’épaule donné, mon couillon de populo se retire dans ses mansardes” ; “vous n’avez pas fait du pétard au bon moment, et c’est pour ça que les foireux de l’Aquarium et de la Triperie ont eu le toupet d’accoucher de la loi actuelle” ; “Faut se foutre dans la boussole que si nous ne mettons pas tout de suite et carrément la main au boulot, y aura rien de fait”.

  • 19 Cf. étude précédente, “Du Grand Jour au Grand Soir”.
  • 20 A. RESZLER, “Essai sur les mythes politiques, les mythes anarchistes de la révolte”, Diogène, 94, 1 (...)
  • 21 Cité par J. JULLIARD, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, é (...)

35Aucun millénarisme prophétique donc chez Pouget, à la différence de Kropotkine. A plus forte raison, aucun satanisme, aucun prométhéisme et, malgré certains pastiches (“Je vous le dis en vérité…”), aucune interférence religieuse. Aucun nihilisme non plus : le mythe du “Grand Soir” reste absent des livraisons du Père Peinard que nous avons dépouillées19. A. Reszler met en avant le satanisme de Bakounine dans son panorama des mythes anarchistes20. Cela s’avère faux pour E. Pouget, plus proche en définitive de G. Sorel que de M. Bakounine. Le syndicalisme de la lutte collective ouvertement organisée l’emporte chez lui sur l’anarchisme de la révolte pure : “Les grosses légumes feraient une sale trompette, si les anarchistes qu’ils se figurent avoir muselés profitaient de la circonstance pour s’infiltrer en peinards dans les syndicats et y répandaient leurs idées sans bruyance ni flafla” (P.P. 1894). Une lexie vient en 1899 achever sa synthèse des métaphores du chambardement : la “Grève générale”, qui, comme l’annonce dès 1892 F. Pelloutier, son alter-ego à la Fédération des Bourses, “jettera bas le vieux monde” par “la révolution du chômage”21.

36On voit ici la borne extrème de l’imitation du Père Duchesne. Nous sommes un siècle plus tard. Le mouvement ouvrier, encore balbutiant au temps des sans-culottes, est devenu majeur, conscient de se trouver au tournant de l’époque de l’industrialisation et de la massification urbaine. Dans cette conversion du populisme satirique au chant de l’organisation ouvrière que marque l’opposition entre les deux journaux, il faut saisir l’évolution du monde ouvrier, des changements apportés à son statut et de ses conditions de travail. Le burlesque du “grabuge final” atteint bien ici un ultime palier, celui de la projection mythique d’une idéologie de classe.

37Car les mots et les métaphores, tout en gardant les mèmes charges affectives, voire la mème signification, ont vu leurs référents se déplacer ou plutot se déplacer la réfraction de ces référents dans la conscience et la volonté ouvrières. En lisant à travers eux le passage d’une idéologie jacobine-populiste représentée par le Père Duchesne à une idéologie anarcho-syndicaliste portée par le Père Peinard, on saisit plus qu’une évolution due à cent ans d’histoire, on saisit le pas du peuple dans l’histoire.

Notes

1 Contribution au Colloque de Bari (Italie), “1789 e dopo”, 13-17 octobre 1989, réalisée en collaboration avec Ida PORFIDO et parue dans Lectures, n° 24-25, 1990, tome 2, p. 181-195.

2 Sur J. R. Hébert, voir J. GUILHAUMOU, La langue politique et la Révolution française, Paris, éd. Méridiens-Klincksieck, 1989, p. 181-189 (“Les mille langues du Père Duchesne”). On peut aussi se reporter à la “farce épique et tragique” de J.-P. FAYE, Les grandes journées du Père Duchesne, Paris, éd. Seghers-Laffont, 1981. Il faut enfin signaler G. WALTER, Hébert et le Père Duchesne, Paris, Janin, 1946, qui comporte un lexique de la langue d’Hébert (p. 359-399).

3 M. BAKHTINE, L’oeuvre de F. Rabelais et la culture populaire au Moyen-Age et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970, p. 44.

4 Présence de Rabelais dans le discours Révolutionnaire : cf. GINGUENE, De l’autorité de Rabelais dans la Révolution présente (1791) (Bibliothèque Nationale, Paris, cote 8°Lb 39. 4493).

5 R. MUCHEMBLED, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne, Paris, Flammarion, 1978.

6 Sur E. Pouget, voir C. de GOUSTINE, E. Pouget. Les matins noirs du syndicalisme, Paris, éd. de la Tète de Feuille, 1972. J. MAITRON (Le mouvement anarchiste en France, Paris, Maspero, 1983) distingue cinq séries du Père Peinard. Reflexs d’un gniaff :

  • 1ère série, de février 1889 à janvier 1894 (253 numéros hebdomadaires),

  • 2ème série (Londres), de septembre 1894 à janvier 1895 (8 brochures),

  • 3ème série, d’octobre 1896 à mai 1899 (129 numéros et 4 suppléments),

  • 4ème série, de janvier à avril 1900 (15 numéros),

  • 5ème série, un seul numéro en 1902.

E. Pouget écrivait la plupart des articles de son journal mais il donnait aussi la parole à d’autres journalistes, à des poètes (E. Verhaeren, E. Legentil), à des romanciers (L. Michel y publie en 1899 son feuilleton Clovis décembre).

7 Cité par M. LECLERCQ et E. GIROD DE FLEAUX, Ces Messieurs de la C.G.T. (Profils révolutionnaires), Paris, Librairie P. Ollendorff, 1908, p. 85.

8 L’ensemble presque complet des livraisons du Père Peinard est accessible à la Bibliothèque Nationale de Paris (Microfilms, cote m.506). Nous n’avons dépouillé systématiquement que les mois de février-avril 1889 et février-avril 1899. A signaler deux rééditions récentes :
- “Le Père Peinard” d’Emile Pouget, textes choisis, par R. Langlais, Paris, éd. Galilée, 1975.
- L’Almanach du Père Peinard (pour 1894-1899), Paris, SPAG-Papyrus éditions, 1984.

9 Voir R. GOSSEZ, “Presse parisienne à destination des ouvriers”, in La presse ouvrière (1819-1850), Bibl. de la Révolution de 1848, tome 23, 1966, p. 123-188.

10 Les grévistes rouges du roman d’Auguste GEOFFROY (Les camarades jaunes) se réunissent au “Rendez-vous des Peinards”. Voir note 7 de l’étude suivante.

11 Traduction : Avec la peau des riches, faire des chaussures pour les pauvres. Une chronique régulière dans Le Père Peinard s’intitule “Le coup de tranchet”. La revanche sociale y rève librement. “Le gnaf et le bouif, ‘savetier, cordonnier en vieux’, sont particulièrement dévalorisés par rapport au cordonnier en n e u f ” (P. GUIRAUD, Dictionnaire des étymologies obscures, Paris, Payot, 1982, p. 328).

12 Sur le “langage populaire”, les “argots” et la période 1880-1914, voir Denise FRANÇOIS, Histoire de la langue française (1880-1914), Paris, éd. du CNRS, 1985, p. 295-338. Sur le “vocabulaire du pouvoir”, voir S. BONNAFOUS, J.-P. HONORE, M. TOURNIER, Ibidem, p. 41-98. Sur les mots-valises, voir Almuth GRESILLON, Le règle et le monstre : le mot-valise, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1984.

13 24 février 1889, cité par C. de GOUSTINE, op.cit. p. 35. Un siècle plus tot, le Père Duchesne traçait ainsi son programme : “[Parler] le langage le plus rapproché de la nature, en jurant avec ceux qui jurent” (cité par J. GUILHAUMOU, op. cit., p. 186).

14 J. CELLARD, “Au vitriol”, in Le Monde, 30 janvier 1976, p. 15.

15 F. DUBOIS, Le péril anarchiste, Paris, Flammarion, 1894, p. 116-117.

16 P. FONTANIER, Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1968.

17 Pierre MARI, “Du roman au Carnaval, le corps introuvable”, in Esprit, 7-8, n° 1666, juillet-aoùt 1984, p. 111.

18 Aux sens donnés par Georges Sorel à ces termes : “Nos mythes actuels conduisent les hommes à se préparer à un combat pour détruire ce qui existe” ; “L’utopie est, au contraire, le produit d’un travail intellectuel, elle est l’oeuvre de théoriciens qui, après avoir observé et discuté les faits, cherchent à établir un modèle…” ; “Désormais on ne cherchera plus comment les hommes s’arrangeront pour jouir du bonheur futur, tout se réduit à l’apprentissage révolutionnaire du prolétariat” ; “A coté des utopies ont toujours existé des mythes capables d’entrainer les travailleurs à la révolte”. G. SOREL, “Introduction” (15 juillet 1907) aux Réflexions sur la violence, Paris, éd. du Trident, 1987, p. 29-31.

19 Cf. étude précédente, “Du Grand Jour au Grand Soir”.

20 A. RESZLER, “Essai sur les mythes politiques, les mythes anarchistes de la révolte”, Diogène, 94, 1976, p. 65.

21 Cité par J. JULLIARD, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, éd. du Seuil, 1971, p. 303-311.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540