Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Casseurs et trublions, mots de rejet1

Texte intégral

  • 1 Une première version de cette chronique a paru dans Mots, n° 27, juin 1991, p. 83-85.

11991 : les casseurs sont revenus, mais à La Réunion, puis à Sartrouville : “D’autres casseurs jetaient des cocktails Molotov” ; “la justice a commencé à condamner les casseurs et les pilleurs interpellés” ; “il fallait laisser vivre Télé Free Dom et condamner les casseurs qui en profitent pour ‘foutre la merde’” (Libération, 27 févrierl991). Outrepilleurs, d’autres désignations parsèment les reportages : vandales, agitateurs, provocateurs, voyous et, en particulier, trublions

2A Paris, l’an dernier : “On ne s’attendait pas à des casseurs aussi déterminés, aussi nombreux, aussi rapides, reconnait la préfecture… L’efficacité des trublions tenait surtout à leur rapidité… A la première fugue des trublions, on a vu des policiers en uniforme venir les rechercher, alors qu’ils avaient commencé à casser des vitrines, et leur conseiller poliment de rejoindre la manifestation !… Le syndicat se défend en affirmant qu’il n’était pas là pour faire peur aux casseurs… La FASP n’avait pas les moyens techniques de controler les trublions. (Libération, 14 novembre 1990).

  • 2 “Casser” (au sens de couper), “casser la hane” (voler une bourse), “casseur” (coupeur de bourse) et (...)

3L’époque la plus surprenante, lorsqu’on part en quète des emplois antérieurs de ces deux termes, est Mai 68 : il n’y avait alors guère de casseurs ; seuls des trublions étaient au rendez-vous, accompagnés d’autres désignations, qui allaient de la pègre aux katangais. Une revue cite les journaux : “Une poignée d’agitateurs ?”, “Les enragés se déchainent”, “400 énergumènes dépassent les limites”, “Pour la presse de L’Humanité à L’Aurore, les évènements de vendredi sont l’œuvre d’une poignée d’étudiants, de trublions, d’agitateurs” (Partisans, mai-juin 1968, p. 12). G. Séguy dénonce le 7 mai 1968 “les éléments troubles et provocateurs”. G. Pompidou parlera “des groupes de subversion, des enragés, des exaltés, des anarchistes” (12 juin 1969) et J. Bertolino consacrera aux “groupuscules” son livre Les trublions (à opposer, bien entendu, aux “centurions”, Paris, Stock, 1969). Certes, on trouve dans les journaux de cette époque : “casser du flic” (qui rappelle “casser du viet” puis du “fellouze”, de colonialiste mémoire), “casser la baraque” (l’Université) et autres expressions. Mais très peu de casseurs en soi, à notre connaissance. Il faut attendre l’année suivante et sa “loi anti-casseurs” pour que ce soit ce terme-là qui résume les autres. “Il s’agit de réprimer les agissements des ‘casseurs’” explique La Croix du 24 avril 1970. Le Petit Larousse de 1972 prend acte2.

4La famille de casseur a connu aussi son heure syndicale (à partir de la casse de l’outil industriel en Lorraine), dont le point culminant fut peut-être le congrès national de la CGT à Montreuil (1985), où ont abondamment circulé des expressions comme : “un plan de casse”, “la casse accélérée de l’outil de travail”, “la casse de notre secteur”, “la politique de casse du gouvernement socialiste”, “arrêter les bras des casseurs”, “ils veulent casser la classe ouvrière”, “la volonté de casse est évidente”, “pour casser les usines, il faut casser leur syndicat de classe, la CGT”, “contre la casse et le recul de civilisation”, “la casse et le déclin de notre pays”, “résister au déclin et à la casse”, “la menace de casse”, “casser les commissions paritaires”, “la casse des statuts”, etc. (notes prises sur les interventions des délégués, le 26 novembre 1985). Ainsi les termes se retournent contre le Pouvoir et l’Etat, accusés de casse à leur tour.

  • 3 Les vainqueurs de la Commune “appellent les prolétaires pillards et partageux” (J. CLARETIE, 1872, (...)

5Chaque révolution a connu les violences conjuguées de la pègre et des misèreux, bien éloignées de la grève non-violente ou de l’insurrection glorieuse. La désignation de leurs acteurs varie dans le discours dominant. Aux énergumènes, enragés, gueux et vandales de la Première République et aux égarés, dévastateurs, insurgés et voyous de la Seconde, répondent les chambardeurs, partageux, anarchistes ou trublions de la Troisième. Mais avons-nous affaire à de simples “dénonciateurs” sociaux ? Non, évidemment, la polémique politique les a pris en charge depuis longtemps. Ils marquent l’ennemi3.

6Ils peuvent alors se transmettre d’une époque à l’autre, tels des témoins historiques exorcisés (ou, par renversement, glorifiés) : “vandales” quarantehuitards, “insurgés” communards, “enragés” et “trublions” soixantehuitards. Les adeptes du cassage (mot “pataouète” dès la fin du siècle dernier) ont depuis belle lurette essaimé sur le plan politique pour stigmatiser les agitateurs. Napoléon III n’accède-t-il pas au pouvoir pour “casser les partis” ? Si les Goncourt dénoncent dans leur journal “les hommes d’en bas, des voyous faisant de la casse politique” (8 décembre 1870), E. Pottier réplique en accusant les “Juges” d’avoir prostitué la République :

“Vous avez introduit de vos mains libertines
Dans son lit virginal les coups d’Etat casseurs” (1879).

  • 4 Cité dans ZO D’AXA, En dehors, Paris, Champ libre, 1974, p. 233. -Reconduit à la frontière, le duc (...)
  • 5 Le 4 juin 1899, le baron Christiani assomma le chapeau du président Emile Loubet à l’hippodrome d’A (...)

7Le terme trublion, lui, arrive vingt ans plus tard. Anatole France l’a tiré du surnom de l’armée, la “Gamelle” (dite 'trublion' en grec de Marseille), qui avait déteint sur le duc d’Orléans. Celui-ci était surnommé “Gamelle” depuis qu’à l’âge de vingt-et-un ans il s’était présenté, malgré l’interdiction dont sa famille faisait l’objet, au bureau de recrutement pour “réclamer une gamelle”, c’est-à-dire solliciter son incorporation dans l’armée. Zo d’Axa en témoigne dans La Feuille du 3 novembre 1898 : “Le prétendant ridicule, dont le premier acte politique fut de réclamer une gamelle, flaira que l’instant était venu de s’adresser au bon peuple”4. Ses partisans royalistes, qui cognaient à canne plombée sur la tète des républicains, à l’instar du baron Christiani à Auteuil5, ont été appelés “les trublions” pour dire les “fauteurs de troubles”, fusionnant ainsi les valeurs négatives de “troubles” et l’étymon monarchiste de “trublion”'. Une désignation extrème-droitière est ici évidente.

  • 6 L. CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du 19è (...)

8A ces agitateurs il fallait des troupes. Toute l’imagerie violente qui fait la connotation de ce type de noms, quelles qu’en soient les raisons, trouve son germe dans la casse publique, effectuée au siècle dernier sous les coups de ceux que L. Chevalier renommait “classes dangereuses”6. Il faudrait s’interroger plus précisément sur les référents sociaux que le discours assigne à ces “classes”. Les bandes qui pillaient les chateaux en 1848 comme celles qui harcelaient les dreyfusards ou brisaient les grèves, où se recrutaient-elles ? Chez certains chomeurs totalement démunis, devenus les marginaux du “lumpenproletariat”, avertissait déjà Le Manifeste de Marx. Examinez les traductions de ce texte ; vous trouverez, comme équivalents au terme allemand : voyoucratie (Laura Lafargue), canaille (C. Andler), gueuserie (Bracke-Desrousseaux), prolétariat de la canaille (J. Molitor), sous-prolétariat ou archéo-prolétariat (L. Laurat), pègre prolétarienne (M. Rubel) etc. Faut-il traduire aujourdhui, l’argot aidant mais en dépit du RMI, “lumpenproletariat” par casseurs ?

Notes

1 Une première version de cette chronique a paru dans Mots, n° 27, juin 1991, p. 83-85.

2 “Casser” (au sens de couper), “casser la hane” (voler une bourse), “casseur” (coupeur de bourse) et “casseur de portes” (voleur par effraction) sont en fait d’anciens termes de la pègre. On les trouve dans le Jargon de l’argot reformé (1628). Cf. L. SAINEAN, Les sources de l’argot ancien (1912), Genève, Slatkine reprints, 1973.

3 Les vainqueurs de la Commune “appellent les prolétaires pillards et partageux” (J. CLARETIE, 1872, cité dans J. Dubois, Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse, 1962, p. 366.

4 Cité dans ZO D’AXA, En dehors, Paris, Champ libre, 1974, p. 233. -Reconduit à la frontière, le duc repartit avec des surnoms qui le suivront jusqu’à la fin du siècle : “Le peuple a failli se laisser emballer et dans ce cas nous pouvions nous trouver avec une dictature militaire, préface de restauration d’un Napoléon ou du prince Gamelle” (C. BRUNELIERE, 1er aout 1899, Lettres nantaises (1891-1899), Nantes, CDMOT, 1990, p. 320) ; “Vous hurlez votre cri stupide : La France aux Français, ce qui doit faire sourire la jeune et belle épouse autrichienne de Sire Gamelle” (P. FRIBOURG, Le Parti ouvrier, 30 avril 1898). “Il semble… que le coup de la gamelle eùt été de mise. La place d’un prétendant est à la tète de ses partisans” (GYP, Le Drapeau, 10 novembre 1899).

5 Le 4 juin 1899, le baron Christiani assomma le chapeau du président Emile Loubet à l’hippodrome d’Auteuil. Neuf “trublions” furent envoyés en correctionnelle. “Le mot fut forgé à cette occasion par A. France” (J.-P. MACHELON, La République contre les libertés ?, Paris, Presses de la FNSP, 1976, p. 318, note 29).

6 L. CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du 19ème siècle (1ère éd. PUF, 1950), rééd. Paris, Livre de Poche, 1978.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search