Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Les jaunes : un mot-fantasme à la fin du 19ème siècle1

Texte intégral

  • 1 Une première version de cette étude a paru dans Mots n° 8, mars 1984, p. 125-146.

1Nous avons précédemment, en incidente, remis en question le dire des dictionnaires au sujet de l’adjectif-substantif jaune dans ses premiers emplois sociaux. Oui, une vingtaine d’années avant les grandes grèves minières (Le Creusot 1899-1900, Montceau-les-Mines 1899-1900, Carmaux 1900, 1903) dont les manifestations lexicales ont attiré l’attention des historiens de la langue, on a pu déjà qualifier de jaunes les ouvriers et les nouveaux embauchés, dits “étrangers”, qui acceptaient de poursuivre ou de reprendre une tâche abandonnée par des grévistes dans un mouvement général et délibéré.

  • 2 Compte rendu du Congrès de la Fédération Nationale des Syndicats à Montluçon (1887), p. 70. Cité pa (...)
  • 3 Germinal, Paris, Flammarion, 1981, p. 184, 358-359, 379, 446, 462 (coll. “J’ai lu”). Les références (...)
  • 4 Pamphlet signalé par J. DUBOIS, mais sans que son appartenance soit précisée. Cf. Le Vocabulaire po (...)

2Plusieurs raisons militent en faveur de cette remise en question. Ne serait-ce que plusieurs antidatations. M. Perrot nous apprend que les guesdistes, dès 1887 – ainsi Dormoy en plein congrès de la Fédération nationale des syndicats –, usaient de l’adjectif jaunes en stigmatisant les “sodomistes” importés par les patrons pour faire pièce aux demandes d’augmentation de salaire et briser dans l’œuf les mouvements de grève2. L’opposition entre cette teinte sociale péjorative et la révolte ouvrière marquée au rouge semble plus ancienne encore. Témoin : la symbolique des couleurs chez E. Zola. Tout le drame de Germinal (1885), dont l’action évoque la grève d’Anzin de 1884 (Zola était venu voir sur place), ainsi que d’autres grèves plus tragiques, celles de La Ricamarie et d’Aubin en 1869, tout ce drame, “vision rouge de la révolution”, “vision rouge au fond des ténèbres”, se situe entre deux sortes d’affiches jaunes, celle du début, discrètement collée sur le “gris enfumé des plâtres”, dans la loge du caissier de la Compagnie, et annonçant le nouveau système de tarification qui déclenchera la révolte, et celles de la fin du roman, qui se multiplient en deux vagues jusque sur le mur de l’église, pour appeler à la reprise du travail. Sur fond noir permanent, ces deux taches jaunes patronales encadrant le rouge ouvrier et révolutionnaire, avant le cataclysme et ses promesses de printemps, confèrent une parfaite structure symbolique à cette épopée-miroir3. On lit déjà dans La Fortune des Rougon, texte de 1871, que “les paisibles bourgeois du salon jaune parlaient de massacrer les rouges s’ils osaient bouger”. A la même époque, un pamphlet s’intitulait le Drapeau jaune, alors que le Drapeau rouge était l’un des principaux journaux communards4. Jaune : couleur patronale ?

  • 5 Sur cette question, nous trouverons notre meilleur témoin dans : L. VIGOUROUX, La Concentration des (...)
  • 6 Cf. Brief history of the American Labor Movement, US Department of Labor, Washington, 1957, p. 15-1 (...)
  • 7 “Les rats, les scabs, en d’autres termes ceux qui ont travaillé pour des conditions inférieures au (...)
  • 8 Scab signifie “gale”, “plaie”. Les scabs (galeux) étaient accusés de fabriquer des produits qui com (...)

3Il faut aussi remonter à ces années 1870 pour surprendre ce phénomène connotatif à l’œuvre dans le milieu syndicaliste lui-même. Mais c’est d’une façon toute différente et ailleurs qu’en France qu’il s’origine, dans ce pays en plein “boom” industriel qu’est la Californie américaine5. On y organisait (et exacerbait) la concurrence ouvrière. Les entreprises n’iront-elles pas jusqu’à louer les services de sociétés d’importation humaine ayant pignon sur rue, telle la Compagnie Pinkerton, afin de casser les syndicalisations en marche6 ? En Californie, il s’agissait, dans le courant des années 1870, de main-d’œuvre à bas salaires et de coolies chinois. Certes, les insultes qui les désignent ne tournent pas d’abord autour de la couleur maudite. Elles visent plutôt le cortège des maladies que ces rats7 et ces scabs8 sont censés propager. Le fameux blue label, garant de la qualité sanitaire et syndicale des produits, date de la Convention des cigariers de 1880 :

  • 9 Ce texte, signé Perkins, président des Cigariers, accompagne encore, en 1896, un tract distribué à (...)

“La présente certifie que les cigares contenus dans cette boite ont été faits par un ouvrier de première classe, membre de l’Union internationale des cigariers d’Amérique, c’est-à-dire d’une organisation qui combat le travail inférieur exécuté dans des boutiques où travaillent des rats et des coolies…”9.

  • 10 Ibid., p. 69. “Chinois galeux” traduit Chinese scabs. La couleur blanche de ce premier label rappel (...)

4Mais cette liaison rats <—> coolies dans la mentalité ouvrière de l’Ouest américain remonte au moins à 1876, puisque c’est à cette date que les cigariers de San Francisco, excédés par la concurrence, diffusent les premiers un label blanc plus ouvertement raciste, l’ancètre du label bleu, “pour dissuader, écrit Vigouroux, les ouvriers des autres métiers de fumer les cigares fabriqués par des Chinois galeux…”10.

5Ainsi donc, plus de vingt ans avant les incidents du Creusot, la désignation du traitre ouvrier avait pris fortement, dans la jungle californienne, une coloration asiatique. Et, le voyage des mots et des récits, l’osmose des valeurs métaphoriques ne pouvant qu’aller croissant avec l’expansion du capitalisme industriel, on ne sera guère surpris d’entendre, en 1882, J. Guesde le “cosmopolite” évoquer en les approuvant les procédés racistes d’Outre-Atlantique :

  • 11 Dans un éditorial du Citoyen du 7 mai 1882. Cité par M. PERROT, vol. 1, p. 178.

“C’est aux cris de ‘A bas les hommes jaunes ! Dehors John Chinaman !’ qu’est allé aux urnes le Parti socialiste américain. C’est une loi d’expulsion contre les hordes asiatiques qu’il a arrachée aux deux chambres du Congrès. Et nous estimons qu’il a bien fait… Nous croirions faire injure à notre prolétariat en admettant un seul instant qu’en pareille occurrence il put hésiter à agir de même”11.

  • 12 En 1886, la composition de l’immigration en France fait la part belle aux Belges (43 %) et aux Ital (...)

6Guesde, esprit positif, sait parfaitement qu’il manie une hypothèse d’école – il n’y a jamais eu d’importation de coolies en Europe ; la Chine ne menaçait personne. Sa réaction est symptomatique. Elle est le signe qu’un terrain ouvrier réceptif aux propagandes xénophobes existait en France à l’époque… Mais pourquoi ce surgissement généralisé de Jaune en 1900 ? Correspond-il vraiment à un rejet raciste ? Si c’est ce terme qui a “pris” – et non pas belge ou italien, alors que les travailleurs wallons, piémontais et napolitains étaient depuis le Second Empire directement concurrentiels, eux, sur le marché du travail12 –, c’est qu’un faisceau de raisons inconscientes, plus fortes que les faits, concourait à sa réussite sociale. Faire de l’étymologie ne peut plus consister alors à réciter la petite histoire de la créativité occasionnelle, même populaire, en ignorant la grande des luttes sociales et de leurs mythes collectifs. L’emprunt des termes de désignation, avant de se livrer aux opportunités du hasard comme aux bonnes filières philologiques, obéit d’abord à la loi des fantasmes archaïques dont ces luttes se nourrissent.

7Le problème apparait simple, mais les réponses sont complexes : comment cette appellation de jaune, historiquement si injustifiée en France, a-t-elle pu se découvrir socialement si motivée ? On ne peut expliquer sa réussite paradoxale qu’en appréciant au mieux possible l’apport des divers facteurs socio-politiques qui ont pu converger vers ce point de rencontre inattendu. Les plus importants parmi eux nous paraissent ètre les suivants :

  • la présence constante de cette couleur dans une très ancienne tradition biblique d’exclusion, malédiction ou moquerie (Jaune : couleur de l’hérétique ou couleur du cocu, marque de salissure restée latente tout au fond des recoins oubliés de la mémoire collective occidentale ?) ;

  • à la fin du 19ème siècle, l’afflux langagier de désignants xénophobes, parmi lesquels l’usage aurait sur vingt ans effectué un tri, au bénéfice du terme le plus éloigné de l’expérience vécue des rivalités ouvrières françaises mais renforcée sans doute par la peur artificiellement suscitée en Europe du péril jaune (Jaune ne serait-elle pas la plus lointaine et donc la plus générique des insultes qui se proposaient à la xénophobie ambiante ?) ;

  • les structures linguistiques d’opposition qui ont inséré le mot dans le réseau de ses fonctionnements discursifs (Jaune n’aurait-il pas réussi, dans sa péjoration du moins, justement parce qu’il est une couleur, non impliquée politiquement à l’origine, qu’on pouvait opposer au rouge socialiste, tout en se démarquant du blanc monarchiste ? Ces oppositions se sont entées tout naturellement sur les occasions anecdotiques de réactivation du terme fournies par les grèves minières à l’articulation des deux siècles, occasions prises pour des causes initiales par les dictionnaires, alors qu’elles ne sont que des jalons symptomatiques dans l’histoire socio-métaphorique du jaune)…

8Comment, sans la convergence de ces facteurs, rendre compte de la conquète par jaune du champ désignatif de la trahison ouvrière et de l’exploitation retournée dont le terme a pu, pendant dix ans, être l’objet ?

LE JAUNE HERETIQUE : UN FANTASME OUBLIÉ

  • 13 Cf. J. CHEVALIER, A. GHEERBRANT, Dictionnaire des symboles, Paris, Seghers, 1975, vol. 3, p. 74-77. (...)
  • 14 Cf. C. DESMAZE, Les Métiers de Paris (1874) rééd. Genève, Slaktine, 1975, qui écrit à propos de Lou (...)
  • 15 Cf. C. DUNETON, La Puce à l’oreille. Anthologie des expressions populaires avec leur origine, Paris (...)
  • 16 Cf. Larousse du 20ème siècle, Paris, Larousse, 1931, tome 4, p. 161.
  • 17 Témoignage : “Pour les objecteurs de conscience, le violet avait été choisi, les saboteurs étaient (...)

9La symbolique des couleurs qui imprègne les cultures extrême-orientales semble avoir surtout vu dans le jaune la lumière solaire et divine13. L’Occident lui a fait en général un sort inverse : le jaune mat ou pâle, mais qui peut devenir éclatant quand le drapeau se retourne, y veut dire la trahison, aussi bien en terre d’Islam qu’en chrétienté. C’est la couleur de l’hérétique. De Saint-Louis, qui le premier, semble-t-il, a imposé aux juifs la rouelle jaune à porter sur le dos et sur la poitrine14 et des enlumineurs qui en faisaient, comme l’appellera d’Aubigné, la “couleur de Judas”, aux victimes des autodafés de l’Inquisition espagnole15, le jaune a pris l’habitude de revêtir les tenus à part, les exclus, les condamnables, voire les condamnés. Le pavillon jaune et le yellow jack n’ont-ils pas été les signalisations traditionnelles de la mise en quarantaine ? On sait que, lors des épidémies de peste ou de choléra, les bateaux infestés devaient arborer le drapeau jaune. Au 16ème siècle, portes et fenêtres des “traîtres” pouvaient être, en France, barbouillées de jaune par punition : ainsi pour le connétable de Bourbon et l’amiral de Coligny, retranchés de la nation16. Sous la Révolution, certains souhaitaient qu’une cocarde jaune au chapeau marque pendant un an “tout citoyen convaincu d’avoir manqué essentiellement à un autre” (Doléances des bambins de France, 1789). “J’ai le passeport jaune”, avoue le forçat Jean Valjean en entrant chez le curé de Montfermeil (Les Misérables, 1862). Et, de nos jours, le nazisme, en même temps qu’il rechargeait de malédiction l’étoile jaune imposée aux juifs, a utilisé un écusson jaune pour distinguer les fous dans les camps d’extermination17.

  • 18 “Le 10 mai, veille de la fète de Saint-Gengoulf, patron des maris dont les épouses sont infidèles, (...)
  • 19 Dans une variante de la tragédie d’“Othello” (The Century Dictionary, Londres, The Times, 1899, vol (...)
  • 20 Références dans The Oxford English Dictionary, tome 5, p. 558, tome 12, 2, p. 34-35, 38.

10A titre résiduel, cette marque de mise à l’écart subsiste dans le nain jaune (la carte du 7 de carreau est à éliminer de son jeu, car elle coûte cher à qui la garde), dans le rire jaune (on se sent atteint par lui et exclu de la gaité ambiante)… Enfin, n’est-ce pas cette couleur qui porte l’ironie, lorsqu’on veut tourner en dérision les maris trompés ? Pour preuve, la fête de Saint-Gengoulf, patron des cocus, laquelle daterait d’avant la Révolution et se célébrait facétieusement avec des bouquets de boutons d’or18. Rappelons à ce propos qu’en Angleterre, pendant des siècles, le jaune a été le signe avéré de la jalousie. Du yellow eye d’Othello à l’expression très ancienne “to wear yellow hose (stockings, shoes)”19, cette couleur est constamment glosée par jealous et envious : “A jealous husband is called a yellow gloak”, lit-on dans le Flash Dictionary de Vaux (1812). Des jaloux (les yellows, disait-on au 17ème siècle) aux cocus, le sens court. Mais quel lien avec l’hérésie ? Le rapport est pourtant là, attesté par exemple, en 1632, dans Fatal Dowry : “If my Lord Bee now growne yellow…”20. Pour les lexicographes anglais, il ne fait aucun doute que la couleur jaune est un symbole tout naturel de la jalousie, car elle rappelle la teinte que prend la peau en cas de contrariété, de maladie ou de colère. “Jealousie, the jaundice of the soul”, disait Dryden. Aussi le Dieu Jaloux de la Bible vire-t-il au jaune en s’emportant contre l’infidèle…

  • 21 Dictionnaire de la conversation et de la lecture par une société de savants et de gens de lettres, (...)

11Qu’en est-il en France sous le Second Empire ? Le Dictionnaire de la conversation, bon écho des idées reçues de l’époque, décrit, dans l’article qu’il consacre au langage de couleurs, le noir comme “signe du malheur”, le blanc “emblème de l’innocence”, le rouge “signe de la force” et ajoute : “Le jaune indique la mauvaise santé, les peines domestiques, les chagrins concentrés, des revers de fortune…”21. Dévaluation mondaine certes, mais signe de permanence : la mauvaise santé jaunit la peau.

  • 22 Cf. pour yellow-bellied : A Dictionary of American Idioms, Woodbury, New York, Barron’s Educational (...)
  • 23 lbid.
  • 24 The New Encyclopaedia Britannica, vol. 10, Micropaedia, Chicago, The University of Chicago, 1974, p (...)
  • 25 Observation critique due à M. et J. Debouzy.

12L’habit et la fourrure subissent les mêmes effets. Outre-Atlantique, le jaune est la couleur de la lâcheté. En slang, yellow-bellied (ventre-jaune) signifie “cowardly” (làche). De même, l’insulte de yellow dog, usuelle dès le début du 19ème siècle (il s’agit peut-être d’une image scatologique), se traduit par chien jaune et désigne celui qui attaque par derrière, le “lâche”22. Vers la fin du siècle, les militants ouvriers s’en emparent pour stigmatiser la pratique patronale du yellow-dog contract, qui sévit lors de l’embauche des nouveaux arrivants. Ces conventions de travail, “non conformes aux règlements syndicaux”23, n’étaient offertes aux chiens jaunes qu’à la condition expresse qu’ils s’engagent à n’adhérer à aucun syndicat24. Une législation fédérale a tenté de prohiber un tel usage dans les chemins de fer : c’est l’Erdman Act de 1898 ; mais il faudra attendre 1932 et le Norris-La Guardia Act pour que ces contrats soient considérés comme sans valeur par les cours fédérales. Il ne semble pas qu’un lien autre que fortuit (et encore non attesté) puisse être établi entre cet emploi de yellow dog et l’importation de coolies chinois25.

  • 26 Oxford English Dictionary, tome 12, 2, p. 35.
  • 27 Fiche communiquée par H. Haddad.

13A l’inverse, la même décennie voit la naissance de la yellow press, ou presse à sensations, caractérisée par le manque absolu de scrupules. Le yellow journalism, en 1895 à New York, est l’apanage du magnat de la presse, Hearst, dont les méthodes compétitives cyniques sont célèbres. Postulant la présidence des Etats-Unis, il sera appelé en 1906 le yellow candidate, auquel Roosevelt fera barrage26. Un calque de ces expressions journalistiques semble bien apparaitre, le 12 août 1900, dans le titre d’un article du Parti ouvrier, organe des socialistes allemanistes, “Lâcheté journalistique”, glosé dans le texte par : “Ce sont les jaunes de la Sociale”. Traces d’une naturalisation de valeurs sémantiques américaines, influence immédiate des antigrévistes du Creusot, ou preuve d’un lien profond entre les deux ? On ne peut qu’épiloguer, en l’absence d’autres attestations concordantes. Constatons, cependant, que l’expression presse jaune a fait le tour des pays chrétiens, avec des sens modulés. On l’a retrouvée dans le Liban maronite, où presse jaune et awraq safra’ désignaient il y a quelques années les journaux clandestins, considérés comme extrémistes et dangereux, et en conséquence non autorisés27. Nous voilà revenus au sème de l’exclusion.

  • 28 cité par M. PERROT, vol. 2, p. 515-517.
  • 29 D’après un rapport de police du 26 mars 1907. Cf. Y. GUIN, Le Mouvement ouvrier nantais, Paris, Mas (...)
  • 30 Voir dans MERMEIX, Le Syndicalisme contre le socialisme, Paris, Ollendorf, 1907, p. 168, 171, 173, (...)
  • 31 Dans un tract diffusé en usine, en réponse à un texte jaune paru dans la presse locale, tract intit (...)

14Il est aisé d’observer combien les marqueurs du rejet social et des valeurs de pitié, de moquerie ou d’infamie qui s’y attachent demeurent constants de siècle en siècle dans les habitudes symboliques et langagières, en dépit de la disparition de leur motivation initiale. Ce qui est vrai pour le jaune hérétique l’est aussi pour des coutumes devenues simplement des termes comme renégat et pilori, lesquels, malgré leur inadéquation à la fin du 19ème siècle, ont désigné également le traitre ouvrier et le briseur de grève. Les très anciennes expressions de l’excommunication compagnonnique, “mettre au renégat”, “mettre au pilori”, comme d’ailleurs “mettre à l’index”, “mettre en interdit” ou “mettre au ban”, sont encore très usuelles en milieu ouvrier dans les années 1880. Cela consistait en particulier à révéler publiquement les noms des “traitres” par voie de presse ou par affichage sur des listes placardées. “Citoyens, l’assemblée corporative réunie en majorité a décidé par un vote unanime de vous sommer de quitter le travail, sans cela elle vous met au renégat”, menace en 1884 la Chambre des mégissiers de Paris28. La concomitance, voire la liaison discursive jaune <—> renégat paraissent vivaces au début du 20ème siècle. Ainsi, un leader cégétiste des dockers de Nantes pousse ces derniers à “tambouriner sérieusement la gueule aux éventuels renégats”, visant explicitement les “jaunes” du syndicat patronal29. Dans un pamphlet écrit en 1905, Mermeix utilise alternativement ou de conserve les trois désignants traitres, renégats et jaunes30. On a de la même manière flétri du nom de piloris les ouvriers antigrévistes que la Chambre syndicale des tôliers a déclaré exclus, lors des grèves de novembre 1890 dans les fonderies de Revin31. Les patrons les regroupèrent dans une “Fraternelle” des piloris en 1891.

  • 32 “A bas les làches ! A bas les faux frères !” (Germinal, p. 333). Pour renégat, certaines attestatio (...)
  • 33 Christos surnom donné aux Italiens dans le Midi en moquerie de leur piété. Cf. M. PERROT, tome 1, p (...)
  • 34 Cf. L’Exploitée (Berne), 3, 7 juillet 1907, rééd. Noir, Genève, 1977, p. 25.
  • 35 Cf. Z. STERNHELL, La Droite révolutionnaire (1885-1914), Paris, Le Seuil, 1978, p. 314.
  • 36 V. CAROFIGLIO, C. FERRANDES, “‘Ebreo e spettri’ : ideologia e inconscio nei ‘Sept Vieillards’” in B (...)

15Le substantif Jaune, au moment de son essaimage en France autour de 1899-1900, est ainsi venu se ressourcer dans tout un lexique sacral de la malédiction, qu’il suive, avec renégat et, bien sur, faux-frère, parjure et judas32 la tradition d’anathème dominante ou qu’il opère à l’inverse, par l’insulte antireligieuse, avec baptistes, bigots, caffards ou cafards, capucins, christos33, etc. Jaune garderait-il à l’époque un goût de soufre, disparu de notre conscient aujourd’hui ? Pour preuve son emploi identique dans les pays de langue hispanique : amarillo (jaune) ne signifie-t-il pas “briseur de grève”, et sindicato amarillo n’est-il pas le pendant exact de syndicat jaune ! Calque postérieur ou développement parallèle ? Signalons aussi le cas du Jaune suisse, journal patronal auquel les directeurs des chocolateries forçaient chaque nouvelle embauchée de s’abonner34, et le cas des deux Gelbe Arbeiter Zeitung de Zurich puis de Stuttgart, répandus par les De Veldegg en 19O6-190735. Jaune, yellow, amarillo, gelb, giallo, la diffusion occidentale des valeurs de vindicte ouvrière qui chargent cette couleur symbolique pose un problème non résolu. En Italie, même si c’est le mot Kroumir, insulte plus immédiatement raciste, venue avec l’occupation de la Tunisie, qui s’est imposé dans cette sphère d’emploi, le jaune partage avec son usage dans les autres pays de tradition chrétienne sa teneur de malédiction ; V. Carofiglio et C. Ferrandes le signalent, à propos du juif aux “guenilles jaunes” ressemblant à “Judas” que Baudelaire décrit dans les “Sept Vieillards” ; le jaune selon eux est la “couleur de la négativité”36. En outre, l’expression sindtcato giallo n’est pas inconnue de nos jours dans certains milieux ouvriers italiens, qui désignent, par elle, le syndicat patronal. De nos jours aussi, comme par retour à l’envoyeur, le jaune n’est-il pas une teinte qui peut marquer au soufre la minorité catholique dans les Pays-Bas protestants (à moins qu’il ne s’agisse dans ce cas d’une référence au jaune d’or, couleur du Vatican) ?

  • 37 Dans un paragraphe, “Permanence et changement dans le discours militant”, M. Perrot montre combien (...)

16Cette tradition sacrale du bannissement, assumé et/ou revendiqué, était-elle suffisamment porteuse dans la France ouvrière du début de notre siècle, que l’on dit déchristianisée parce qu’elle s’est pour une bonne part décatholicisée ? Sans doute37. Comment expliquer autrement la promotion au premier rang de ce terme si concurrencé ? Elle y a rencontré le moment aigu d’une volonté généralisée de rejet, à la recherche d’invectives permanentes, et sans doute aussi les occasions symboliques et préstructurées qui l’ont fait ressurgir des inconscients collectifs et de leurs vraies et fausses peurs.

LE JAUNE XENOPHOBE : UN FANTASME FABRIQUÉ

17Outre les expressions sacrées ou antireligieuses évoquées plus haut, la classe ouvrière française puise ses insultes à la fin du 19ème siècle dans un répertoire extrêmement riche, pour désigner le traitre briseur de grève. On y découvre, plusieurs registres, dont les principaux semblent être :

    • 38 0u morveux. A l’origine espions infiltrés par la police dans les grèves et les syndicats, puis plus (...)
    • 39 Ancien terme compagnonnique repris par les anarcho-syndicalistes : F. Pelloutier parle du “brùlage (...)
    • 40 Galvaud (le coureur de fiacre) et galvaudeux signifient autant chomeur que gréviste (cf. Germinal, (...)
    • 41 Le renard était “l’esponton” (le hors-ponton ?), le compagnon qui n’est pas admis dans les cayennes (...)
    • 42 Cris entendus à Carmaux en aoùt 1895, pendant la grève des verriers : “Ceux qui accepteront de repr (...)
    • 43 Rouffion (ou rouffier, ruffian, le soldat voleur, depuis le 15ème siècle) est associé à blandezingu (...)
    • 44 “Ouvrier qui consent à travailler au-dessous du tarif. On dit aussi faux-frère” (A. DELVAU, Diction (...)

    l’héritage compagnonnique, et son bestiaire, complétés par divers argots de métier : rat, cochon et mouton, peut-être phonétiquement motivé et sémantiquement contaminé par mouchard38, gamin, l’aide-verrier, brùleur, le compagnon en rupture de cayenne, qui n’honore plus ses dettes39, galvaud et galvaudeux, les sans-travail, sabot et savetier40, tous gâcheurs de métier, renard41, appellation majeure avec fainéant42 et traitre, dont on compte une quinzaine d’exemples dans Germinal, rouffion, le soldat briseur de grève43, sarrasin (ou sarrazin), vieille insulte raciste des typographes44 ;

    • 45 Cf. E. CARASSUS, p. 29 : liaison Juifs <—> Pruscots dans La Grève de Jean HUGUES (1900). Cf. aussi (...)
    • 46 Cf. M. PERROT, vol. 2, p. 519, qui cite Le Temps du 23 février 1882 : “Il y a un an, les Kroumirs é (...)
    • 47 Les livres de cette époque parlent d’“un certain bandit du nom de Lù-Vinh-Phuoc qui traine à sa sui (...)

    l’apport des guerres nationales et coloniales : à cosaque, pruscot ou prusco, ulhan45 des guerres de Napoléon 3, se joignent les dénominations racistes visant les travailleurs originaires d’Afrique puis l’ensemble des non-grévistes, telles bédouin, kroumir, zoulou46 et celles rapportées des “expéditions” du Tonkin, dont la plus pittoresque est Pavillon noir47 ;

    • 48 R. TREMPE, Les Mineurs de Carmaux (1840-1914), Paris, Editions ouvrières, 1971, tome 1, p. 153.
    • 49 Cf. P. SORLIN, La Société française, 1, 1840-1914, Paris, Arthaud, 1969, p. 165-168.
    • 50 Cf. M. PERROT, vol. 1, p. 166.
    • 51 Le Forçat de Lille, le 22 octobre 1883, donne à ses lecteurs l’exemple des Californiens et demande (...)
    • 52 Cf. note 44. Dans Germinal : “A mort les étrangers ! à mort les Borains !” (p. 433-434).

    la désignation nationale ou injurieuse des étrangers (ou estrangers) éprouvés comme concurrentiels sur les lieux d’embauche. Ces étrangers sont d’abord des français, évidemment, bretons, alsaciens-lorrains. Il suffit que le recrutement de main-d’œuvre déborde la localité restreinte pour que les embauchés tombent sous le coup de cette appellation. R. Trempé en témoigne à propos de la Compagnie des Mines de Carmaux : “Deux possibilités s’offraient à elle : recruter sur place, ou faire appel à des étrangers. Entendons-nous bien, le terme désigne, d’abord, des Français non originaires de la région tarnaise ; en second lieu, il qualifie vraiment des immigrés”48. C’est aux moments de crise et de chomage que la concurrence ouvrière joue à plein et que la xénophobie se déclenche. Fait caractéristique : les historiens datent de 1882-1885 la plus forte dépression industrielle de la seconde moitié du 19ème siècle : l’emploi recule de 10 %49. Or c’est précisément à cette période que l’on constate une floraison d’épithètes xénophobes de grande amplitude et un mouvement de nationalisme ouvrier d’autant plus fort que, dans la mème période, l’immigration fait entrer 125 000 travailleurs de plus50. Ces nouveaux venus sont des barbares51, des italiens, piémontais ou christos, des borains, belges et hordes flamandes52, etc. Pas encore des jaunes. Et pourtant l’adjectif fonctionne déjà. Ne serait-ce que dans ce péril dont une campagne orchestrée même en Europe menace les grévistes trop récalcitrants.

  • 53 S. TCHAKHOTINE, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1968, nouvelle éd (...)
  • 54 D’ESTOURNELLES DE CONSTANT, Les Etats-Unis d’Amérique, Paris, A. Colin, 1913, p. 26-27.
  • 55 Cité par M. PERROT, vol. 1, p. 165.
  • 56 Dans Le Journal des débats du 25 juillet 1895. Cité par J. NOVICOW, L’Avenir de la race blanche. Cr (...)
  • 57 Ibid., p. 58 et p. 72-73.

18Le péril jaune n’est pas un simple accès de panique raciste, “un slogan dont se servaient les colonialistes pour justifier leurs velléités de conquête et d’exploitation des peuples asiatiques”, disait Tchakhotine53. Il a servi d’arme idéologique au service de la répression antisyndicaliste. On l’a vu pour de vrai aux Etats-Unis, avec les importations de coolies. De retour de ses voyages Outre-Atlantique, d’Estournelles de Constant en a dressé le bilan, avant d’avouer : “Il a été question plus d’une fois d’ailleurs d’imposer même en Europe la main-d’œuvre jaune”54. Au tour de l’Europe, en effet, dans les années 1880-1890. Mais c’est une menace sans début d’exécution, une peur cette fois fabriquée de toutes pièces, en liaison avec la diffusion des théories raciologiques. Dans son Essai sur la répartition des richesses (1883), P. Leroy-Beaulieu, devant les “prétentions excessives” des ouvriers, leur lance l’“avertissement” suivant : “Prenez garde aux Asiatiques, ces rivaux qui ont pour idéal de bonheur une écuelle de riz !”55 Cette compétition inégale est longuement évoquée et prise pour cible apparente dans l’ouvrage de J. Novicow, L’Avenir de la race blanche (1897) et dans les textes d’Emile Faguet et d’Arvède Barine, qu’il cite pour les critiquer : “Partout où l’ouvrier chinois, ou même nègre, est en concurrence avec l’ouvrier blanc, celui-ci est vaincu, écrit Faguet. L’ouvrier à cinq sous est tout naturellement vainqueur de l’ouvrier à cinq francs”56. Inéluctable sur ces bases le déclin occidental. Conclusion de Faguet : “La fin du fin ? Eh bien, sans doute la victoire finale du jaune sur le blanc, en attendant la victoire du noir sur le jaune. L’Europe jaune est probable dans quelques siècles, peut-être dans un ou deux… L’Europe devenant jaune, il y aura certainement une régression, c’est-à-dire un second moyen-âge”57.

19La journaliste A. Barine, disciple de K. Pearson et des protectionnistes, fait écho à ce défaitisme dans une vision obsidionale de la concurrence raciale :

  • 58 Dans Le Journal des débats du 26 septembre 1896, in J. NOVICOW, op. cit., p. 45.

“Il n’est pas douteux que la Chine ne soit à la veille d’une révolution économique… Alors elle inondera le reste du globe de ses produits, à des prix qui défieront la concurrence, comme l’Inde sa voisine. A elles deux, en attendant que les nègres se mettent de la partie, elles nous enlèveront tous nos débouchés en dehors de l’Europe et tenteront de nous inonder de leurs marchandises. Nous ne serons pas seulement bloqués, nous serons assiégés, à la veille de périr si nous ne nous défendons”58.

  • 59 Emile FAGUET, Le Journal des débats, 25 juillet 1895, in J. NOVICOW, p. 45.

20Infériorité, mais sobriété, prolificité : les thèmes du péril jaune reprennent les antiennes racistes qui se répandent à la fin du siècle. “C’est en Europe que la race blanche est menacée. Non pas d’une invasion brusque et torrentielle, mais d’une invasion lente, insensible, progressivement pénétrante et inévitable. Pourquoi ? Parce que les jaunes et les noirs qui auront demain les armes artificielles de la race blanche ont déjà des armes naturelles supérieures aux notres : la sobriété, la prolificité”59.

  • 60 Suite de l’argumentation de Novicow : “On dit la mème chose des femmes par rapport aux hommes. Eh b (...)
  • 61 NOVICOW, p. 12.

21Plus immédiatement, la compétition est salariale : “On dit que l’ouvrier jaune fait un grand tort à l’ouvrier blanc, en consentant à accepter des salaires inférieurs”, écrit Novicow en écho à Faguet60. “Le péril jaune vient surtout de l’ouvrier chinois qui se contente de cinq sous”61.

  • 62 Jules CLARETIE rappelle en 1900 “ce fameux péril jaune dont on nous a tant parlé” (Les Annales, 14 (...)
  • 63 Cf. M. PERROT, vol. 1, p. 165.
  • 64 B. LAZARE, L’Antisémitisme (1894), Paris, Ed. de la différence, 1982, p. 193.
  • 65 Action française, 8 aoùt 1912. L’Est républicain évoque “le péril jaune, l’expansion de l’automobil (...)

22Née en Europe vers 188062 – on voit Faguet à l’œuvre en 1895, mais dès 1881 la Société d’économie politique discutait d’une éventuelle immigration chinoise en France63 –, la menace de la main-d’œuvre asiatique ne cessera pas avec le siècle. Au grief du travail au rabais s’ajoute l’accusation d’être une minorité non assimilable. D’où ce curieux parallèle, sur fond jaune, entre juifs et Chinois : “On les considère, écrit B. Lazare à propos des juifs, comme les Américains considèrent les Chinois, ainsi qu’une tribu d’étrangers ayant conquis les mêmes privilèges que les autochtones et ayant refusé de disparaitre… Ils sont une nation qui survit à sa nationalité”64. Minorité restée (ou tenue) à l’écart : ainsi le jaune xénophobe rejoint le jaune hérétique sur la proposition centrale de tout racisme, parquer et marquer, réduire ou exclure la minorité, avant qu’elle ne se fasse envahissante. Le capitaine Damrit publie en 1909 son livre L’Invasion jaune (Flammarion éd.) et Charles Maurras fait écho en 1912 à des craintes d’invasion asiatique exprimées par le poète Maurice Angelier et, vers 1920, circule encore un petit livret populaire intitulé Le Péril jaune. Les journaux relayent cette propagande. Témoin, Je sais tout : “Si nous insistons sur le réveil de la Chine, c’est qu’il constituera peut-être, dans la main habile du Japon, la massue qui secouera sur nos tètes le Péril Jaune” (“La Race Jaune va-t-elle déborder ?”, 15 janvier 1911, p. 704). On en reparle aujourd’hui65.

23Mais quel rapport direct avec les mines en grève en 1899 ? Aucun embauché n’y fut chinois ni japonais. Nous sommes bien en présence d’un mythe artificiel. Pour que jaune prenne en charge avec une telle vigueur la dénomination du briseur de grève, il a fallu de fortes structures mentales pré-existantes et des occasions porteuses propices, auxquelles ce fantasme n’a eu qu’à apporter son amplification idéologique. Tant il est vrai que c’est la réalité qui se nourrit de mythes.

  • 66 I1 ne s’agit pas de Rochefort, contrairement à ce que nous avions d’abord supposé (cf. Mots, 5, p. (...)

24Comme souvent en étymologie, la structure a précédé l’événement. Nous avons vu l’opposition rouge/jaune à l’œuvre chez Emile Zola. Mais voici une attestation qui n’a pas passé par le filtre littéraire. Il s’agit des suites politiques de la fusillade de Fourmies (1er mai 1891) : l’ancien blanquiste Ernest Roche, élu député boulangiste depuis 188966, est accusé par l’allemaniste Jean Yscle d’avoir retourné sa veste, pardon, reteint sa chemise de vrai Baptiste, laquelle a viré du rouge socialiste au jaune populiste :

“On est en droit de se demander ce que va devenir la fameuse chemise sanglante que Roche étalait à la tribune, au lendemain du crime de Fourmies. Qu’on se rassure, Baptiste a tout prévu : il l’a portée chez le dégraisseur et l’a fait teindre en jaune éclatant. C’est sous ce drapeau que vont se ranger les nationalistes, fumistes et pseudo-blanquistes, étroitement unis aux innombrables demi-vierges de l’opportunisme”.

  • 67 Cf. l’article “Du rouge au jaune” paru dans Le Socialisme, 1er décembre 1907. Cf. aussi les admones (...)
  • 68 Cf. M. REBERIOUX, Jean-Jaurès – La Classe ouvrière, Paris, Maspero, 1976, p. 84-85.
  • 69 Cf. M. LECLERCQ, E. GIROD DE FLEAUX (1907), p. 261.
  • 70 Brochure CGT de 1902. Cité dans A. BROSSAT, Y. POTEL, Antimilitarisme et révolution, Paris, Christi (...)
  • 71 Le Mouvement social, 99, avril-juin 1977, p. 86. Cf. aussi J.-B. DUMAY, Mémoires d’un militant ouvr (...)
  • 72 “Les membres de ces syndicats employaient parfois le terme de jaunes pour désigner leur organisatio (...)

25Cette attestation, où l’opposition entre drapeau rouge progréviste et drapeau jaune antigréviste se fait évidente, a paru dans Le Parti ouvrier à la date du 29 octobre 1898, soit un an avant les évènements de Montceau-les-Mines et du Creusot. C’est elle qui va s’amplifier dans l’opposition les rouges/les jaunes puis, presque aussitôt, syndicat rouge/syndicat jaune, qui structure tant de situations conflictuelles et de textes au début de notre siècle67 ; contre le syndicat rouge (cégétiste) des mineurs de Carmaux, par exemple, un syndicat jaune sera suscité en 1903, prenant la suite d’un comité antigréviste apparu pendant la grève de février-avril 190068. Les batailles entre rouges et jaunes sont légion au début du siècle. Ainsi à Toulon, en 1906 : “Au cours de collisions entre rouges et jaunes, un travailleur de l’arsenal avait été tué”69. Le substantif Jaune chasse presque entièrement, en deux années, tous ses concurrents, sauf renard, s’emparant dans le lexique d’une position de générique ; il devient le marqueur prééminent dans le discours de la CGT anarcho-syndicaliste, pour désigner tout briseur de grève à la solde de l’Etat : “C’est en sortant du régiment que des hommes sont capables de faire des traitres à la classe ouvrière en devenant des policiers ou des jaunes”70. Le clivage rouge/jaune s’insère jusqu’au coeur des familles, ainsi qu’en témoigne L. Griveau pour Le Creusot71. Syndicat jaune élimine mème les lexies concurrentes de syndicat blanc et de syndicat tricolore, qui se proposaient aussi vers 1904-1908, selon R. Cazals72, en regroupant sous son drapeau jusqu’à une fédération de syndicats antigrévistes, la Fédération nationale des Jaunes de France de Biétry, issue des assises du Premier congrès national des Jaunes de France tenues à Paris en mars 1902. Les raisons de cette promotion ? Sans doute l’aptitude que possède jaune à fonctionner de manière adversative avec d’autres couleurs déjà politisées, présentant une alternative nouvelle, populiste et nationaliste, “préfasciste” dit Z. Sternhell, entre le rouge socialiste et le blanc monarchiste ; sans doute aussi le terrain tout préparé qu’ont constitué les deux traditions d’exclusion sociale dont nous venons de parler. Mais pourquoi, à la faille des siècles, cette désignation a-t-elle surgi ainsi, toute armée ? C’est ici que l’histoire intervient.

  • 73 Dans la version de Compère-Morel, les carreaux cassés avaient été remplacés par du papier huilé, ve (...)

26Les histoires plutot, car on en raconte plusieurs. La plus obstinément reconduite est celle de Montceau-les-Mines, d’abord relatée par Biétry lui-même dans Le Socialisme et les Jaunes (1906) puis dans Les Jaunes de France et la question ouvrière (1906), reprise dans L’Encyclopédie socialiste de J. Lorris et Compère-Morel73, rapportée à nouveau par Z. Sternhell dans La Droite révolutionnaire. La voici dans la version primitive due à Biétry :

  • 74 P. BIETRY, Les Jaunes de France et la question ouvrière, Paris, P. Paclot, 1906, p. 82-83, citant L (...)

“Montceau-les-Mines donna le signal de la révolte des ouvriers indépendants contre les Rouges… Ils se réunissaient au Café de la Mairie, à Montceau-les-Mines, et leur groupement portait le nom de Syndicat n° 2. Effrayés, furieux de ce qu’ils considéraient comme une trahison, les Rouges résolurent de chàtier ceux qui voulaient travailler et, pour ce faire, ils vinrent faire le siège du Café de la Mairie : ce fut une émeute… Quand ils furent débloqués par les charges de la police, les assiégés, qui n’avaient pas le choix des matériaux, remplacèrent, tant bien que mal, les carreaux cassés par des feuilles de papier “jaune” dont ils avaient un stock. Ils étaient baptisés. Les Rouges, par dérision, appelèrent le siège social des Indépendants qu’ils avaient saccagé : Syndicat jaune. Depuis cette époque, nos organisations se parent orgueilleusement de l’épithète décochée en pleine bataille. Notre insigne est le genèt ; celui des Rouges, l’églantine.”74

  • 75 R. GOETZ-GIREY, La Pensée syndicale française. Militants et théoriciens, Paris, A. Colin, 1948, p. (...)
  • 76 Z. STERNHELL, op. cit., p. 259 et 304.
  • 77 Cf. R. PARIZE, “Les militants ouvriers au Creusot pendant les grèves de 1899-1900”, Le Mouvement so (...)

27D’autres histoires invoquent des emblèmes, un drapeau jaune, le gland que, selon les uns (Compère-Morel), les mineurs grévistes pendaient à leur blouse au Creusot, le genèt que, selon d’autres75, ils fixaient à leur boutonnière. Ce genêt orne très tôt les ouvrages de Biétry ou de ses porte-plumes (“Fleur de genêt emblème des Jaunes de France”, est-il écrit en exergue aux Cahiers de l’ouvrier (1904)) et peut-être considéré comme un signe universel de ralliement vers 1906-1907, à Paris où il dénomme le bureau de placement des employés du petit commerce syndiqués jaunes, à Brest où il sert de titre au journal des jaunes, Brest dont Biétry est justement élu député en 190676. Mais pourquoi l’anecdote qui aurait lancé les jaunes n’a-t-elle pas lancé les saucissons ? Car on appelait de ce nom certains antigrévistes du Creusot qui, retranchés dans l’usine, étaient ravitaillés avec de la charcuterie77… Ces petites histoires n’auraient rien donné sans les fantasmes porteurs (cette “symbolique diffamante” qu’évoque Sternhell dans son récit) et sans la tentative de retournement des valeurs dont jaune s’est trouvé l’objet.

  • 78 M. MASSARD, “Syndicalisme et milieu rural (1900-1940)”, ibid., p. 25.
  • 79 Z. STERNHELL, p. 246.

28L’histoire des mots n’est pas qu’un jeu de forces subconscientes. Si jaune a “pris”, c’est aussi qu’une décision des leaders du mouvement antigréviste l’a mis en relief en voulant l’utiliser, dans un hardi retournement, pour s’en glorifier. Le syndicat n° 2 du Creusot, constitué le 29 octobre 1899, selon R. Parize, à l’initiative d’Eugène 2 Schneider dit “Bamboigne”, sous le titre de Syndicat des corporations ouvrières, “reçut l’appellation de Syndicat jaune et ses adhérents s’affrontèrent à ceux du premier, désigné du nom de Syndicat rouge” (lui-même créé en mai 1899)78. L’appellation, d’abord lancée par “les républicains, presse et administration” (R. Cazals), est reprise au vol et assumée telle quelle, par une inversion volontaire dont l’histoire a déjà présenté plusieurs cas : “Invoquant l’exemple des sans-culottes, des communards ou des gueux, selon les circonstances, (les briseurs de la grève du Creusot) revendiquent hautement l’épithète injurieuse”79. Sous ce drapeau provocateur s’enchaine toute l’histoire du mouvement jaune en France, populiste, nationaliste et antisémite, telle que Z. Sternhell la décrit dans ses ouvrages.

29Mais arborer le signe de fantasmes collectifs, même oubliés, même artificiellement projetés, n’est-ce pas dangereux ? Maladroite témérité ? L’échec des Jaunes, au bout de dix ans, ne viendrait-il pas, pour une petite part, de la dénomination qu’ils ont choisie ? Contradiction symbolique d’ouvriers antiouvriers, de rejetés rejetants, ils se sont empêtrés dans leur propre toile.

  • 80 L. VIGOUROUX, p. 133.

30On ne manipule pas impunément n’importe quel signe. L’échec des Jaunes et de leurs organisations dûment étiquetées rappelle en partie, toutes proportions gardées, celui du label jaune lancé aux Etats-Unis par la Chevalerie du travail. Refusant l’exclusion raciste, quelle qu’elle soit, les Chevaliers du travail américains acceptèrent de syndiquer les scabs et les rats, les Chinois et les nègres, même chez les cigariers ; contre le label bleu antiscab mis à la mode par l’Union des cigariers, leur assemblée générale de 1885 adopta un label jaune. Beau geste de renversement des connotations raciales, qui fut sans lendemain80

  • 81 Z. STERNHELL, Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris, Le Seuil, 1983, p. 13 (te (...)
  • 82 Z STERNHELL, La Droite révolutionnaire, p. 255-256.
  • 83 DUMOULIN, La Bataille syndicaliste, 1er juillet 1914.
  • 1
  • 85 “Patron jaune”, “ouvrier jaune”, “programme jaune” dans le n° 1 du Jaune (journal de Biétry), 1er j (...)
  • 86 “Le militant principal, Desphilippon, manifesta sa désapprobation de la grève par un communiqué qui (...)

31Il ne s’agit pas de cela en France. Sans prendre vraiment la mesure des résonances d’anathème social et de vindicte ouvrière qui chargeaient leur couleur, les Jaunes vont se découvrir plus racistes que n’importe qui, antidémocrates autoritaires, dans la ligne de Valois, des francistes, puis du PPF. De Biétry le jaune à Doriot le renégat, il n’y aura qu’un pas : “En ce début de siècle, le chef des Jaunes est bien l’homme le plus haï de France. Il faudra attendre Doriot pour voir à nouveau un phénomène analogue, et, en fait, Biétry apparait aujourd’hui comme le véritable précurseur du leader communiste devenu fondateur du PPF”81. Biétry, d’ailleurs, avait un moment senti l’inadéquation du retournement d’étiquette et du choix d’intitulé fait par Lanoir, l’“âme des Jaunes”, au début du mouvement des bourses “indépendantes”. En décembre 1902, sa Fédération nationale des Jaunes de France change sa dénomination en celle d’Union fédérative des ouvriers et syndicats professionnels indépendants et s’efforce de décrocher un blason resté trop injurieux82. Mais la valeur négative de jaune lui colle désormais à la peau. Le mot comme la couleur, lourd des connotations passées ou récentes qui l’ont imprégné, fait la joie de ses adversaires. La Seine-et-Oise est, pour La Bataille syndicaliste, le “rendez-vous de tous les briseurs de grève”, le “champ d’exploitation de tout le fumier des boites jaunes”83. Biétry lui-même demeure enfermé dans son habit de député jaune. On voit s’étendre, sinon la valeur idéologique de la couleur, du moins son aire d84e fonctionnement. On parle en bien comme en mal de “boite jaune”, de “patron jaune”, de “bibliothèque jaune”, de “comités jaunes” soutenus par les ligues, de “coopérative jaune”, des “idées jaunes”85. La Jaunisse86 prendra valeur politique en 1938. Mais la couleur pisseuse salit tout, quoi qu’on y fasse. Freud va le dire.

  • 87 Un jour de grève à la télévision, le journaliste Bruno Masure, “requis” pour les informations, appa (...)

32De nos jours encore, jaune peut désigner, outre le traitre ouvrier, tout type d’espion, même à l’école (en corrélation avec mouchard), toute espèce de lâcheur politique (en corrélation avec renégat), toute soumission au Pouvoir87. Et le syndicalisme de collaboration de classes est toujours à la recherche d’un drapeau sans couleur…

Notes

1 Une première version de cette étude a paru dans Mots n° 8, mars 1984, p. 125-146.

2 Compte rendu du Congrès de la Fédération Nationale des Syndicats à Montluçon (1887), p. 70. Cité par M. PERROT, Les ouvriers en grève. France 1871-1890, Paris, La Haye, Mouton, vol. 1, 1974, p. 178.

3 Germinal, Paris, Flammarion, 1981, p. 184, 358-359, 379, 446, 462 (coll. “J’ai lu”). Les références à cette oeuvre suivront toutes la pagination de cette édition. L’inventaire des sources historiques de Germinal a été remarquablement dressé par H. Mitterand, au tome 3 du Zola de la Pléiade, p. 1802-1879.

4 Pamphlet signalé par J. DUBOIS, mais sans que son appartenance soit précisée. Cf. Le Vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse, 1962, p. 122.

5 Sur cette question, nous trouverons notre meilleur témoin dans : L. VIGOUROUX, La Concentration des forces ouvrières dans l’Amérique du Nord, Paris, A. Collin, 1899. Cf. aussi E. PIK, Strikes in the United States (1881-1974), Oxford, Blackwell, 1981.

6 Cf. Brief history of the American Labor Movement, US Department of Labor, Washington, 1957, p. 15-16. Milice patronale musclée, les pinkertons firent, dans les années 1890, la “police du fer et du charbon”. Cf. L. VIGOUROUX, op. cit., p. 281-290.

7 “Les rats, les scabs, en d’autres termes ceux qui ont travaillé pour des conditions inférieures au minimum fixé par l’Union et surtout ceux qui ont pris la place d’ouvriers en grève” (L. VIGOUROUX, p. 23). Exemple donné, ce discours à la Convention de l’Union typographique en 1855 : “Nous ouvrons nos rangs aux ouvriers non syndiqués et nous sommes prèts à pardonner aux délinquants, mais pour les rats il n’y a pas de place parmi nous” (Ibid., p. 24). Rat servait aussi en France à désigner le jaune, en particulier chez les dockers (cf. LAGARDELLE, Le Mouvement socialiste, 1900, p. 101). Rappelons qu’en argot, depuis le 16ème siècle, rat et raton désignent le voleur (cf. VIDOCQ, 1837). C’est ce sens, mèlé à celui de traitre ouvrier, voleur de travail, qu’on retrouve dans la chanson d’E. Pottier, “La chasse aux rats” (1880) :
“Délogez ces rats favoris [= les profiteurs politiques]
Aux fossés de l’Etat nourris… Rats en gros [= les capitalistes] et rats en détail [= les jaunes]
Aux trois quarts rongent le travail”.
(Oeuvres complètes d’E. POTTIER, Paris, Maspero, 1966, p. 138). Convergences métaphoriques du discours ouvrier. Encore aujourdhui, les fascistes italiens sont dénommés topi difogna (rats d’égout).

8 Scab signifie “gale”, “plaie”. Les scabs (galeux) étaient accusés de fabriquer des produits qui communiquaient des maladies : scab products, scab beer, scab cigars ou “cigares de mort” (cf. L. VIGOUROUX, p. 23-72, 190). On trouve galeux, à coté d’ailleurs de Peaux-rouges, parmi les insultes lancées en France, dans les années 1870, contre les patrons (cf. M. PERROT, vol. 2, p. 613, note 90). Américanismes ?

9 Ce texte, signé Perkins, président des Cigariers, accompagne encore, en 1896, un tract distribué à Chicago contre les cigares à bon marché, où il est dit : “Les cigares sans blue label sont positivement dangereux” (Cité dans L. VIGOUROUX, p. 71-72.

10 Ibid., p. 69. “Chinois galeux” traduit Chinese scabs. La couleur blanche de ce premier label rappelait la race blanche à défendre contre les jaunes et les noirs. Avec le bleu, l’aspect raciste s’est gommé.

11 Dans un éditorial du Citoyen du 7 mai 1882. Cité par M. PERROT, vol. 1, p. 178.

12 En 1886, la composition de l’immigration en France fait la part belle aux Belges (43 %) et aux Italiens (24 %), suivis par les Allemands et les Espagnols (7 à 8 %). Cf. M. PERROT, vol. 1, p. 166.

13 Cf. J. CHEVALIER, A. GHEERBRANT, Dictionnaire des symboles, Paris, Seghers, 1975, vol. 3, p. 74-77. Voir les travaux récents de Michel PASTOUREAU : Dictionnaire des couleurs de notre temps, Paris, Bonneton, 1992.

14 Cf. C. DESMAZE, Les Métiers de Paris (1874) rééd. Genève, Slaktine, 1975, qui écrit à propos de Louis IX et des juifs : “Ce roi leur imposa un costume particulier, une grande cocarde jaune, large comme la main (rouelle), placée sur le dos et une semblable sur la poitrine” (p. 33).

15 Cf. C. DUNETON, La Puce à l’oreille. Anthologie des expressions populaires avec leur origine, Paris, Stock, 1978, p. 251.

16 Cf. Larousse du 20ème siècle, Paris, Larousse, 1931, tome 4, p. 161.

17 Témoignage : “Pour les objecteurs de conscience, le violet avait été choisi, les saboteurs étaient voués au noir, les fous arboraient l’écusson jaune au milieu duquel on avait dessiné trois ronds noirs…” (L. LOUVRIER, Souvenirs d’un déporté. Compiègne, Buchenwald, Dachau, s.e., 1946, p. 17).

18 “Le 10 mai, veille de la fète de Saint-Gengoulf, patron des maris dont les épouses sont infidèles, le peuple va dans les prés cueillir des fleurs jaunes appelées “bassinets” ou boutons d’or avec lesquelles il forme des bouquets. La nuit, ces bouquets sont attachés à la porte de beaucoup de gens mariés” (d’après une enquète de 1829 à Bar-sur-Aube). Cf. Guide de l’Aube mystérieuse, Troyes, 1978, 3e éd. (fiche communiquée par F. Perdriset). Mariage réprouvé du rouge et du blanc, le jaune a pu qualifier aussi une union contre-nature : “D était très rare de voir une jeune fille de famille “blanche” épouser un “rouge” ; lorsque le cas arrivait, on appelait les descendants d’un tel couple des “jaunes”. (Henri GOARDON, Le Cap Sirun, autrefois, Le Guilvinec, IBS, 1989, p. 18).

19 Dans une variante de la tragédie d’“Othello” (The Century Dictionary, Londres, The Times, 1899, vol. 8, p. 7015). On trouve yellowness au sens de jalousie, yellow stockings et plusieurs autres exemples dans Shakespeare (cf. A. SCHMIDT, Shakespeare-Lexicon, Berlin, Reimer ; London, Williams-Norgate, 1875, vol. 2, p. 1403). Cf. aussi A. BOYER, The Royal Dictionary, Londres, Lions, 2e vol. 1780, p. 746.

20 Références dans The Oxford English Dictionary, tome 5, p. 558, tome 12, 2, p. 34-35, 38.

21 Dictionnaire de la conversation et de la lecture par une société de savants et de gens de lettres, sous la direction de W. DUCKETT, Paris, F. Didot, 1865, 2e éd., tome 6, p. 619.

22 Cf. pour yellow-bellied : A Dictionary of American Idioms, Woodbury, New York, Barron’s Educational Series, 1977, p. 385. Cf. pour yellow-dog : le Harrap’s Standard French and English Dictionary, 1963, Part 2, p. 1479 : signalés comme américanismes, yellow dog est traduit par “sale type” et yellow par “làche” ; To turn yellow, c’est “caner”, “caponer” ; “There is a yellow streak in him” (à l’article STREAK) signifie “il y a en lui de la làcheté”. Connotation erotique ? Sodomie ? Chien jaune signifierait “enculeur”, donc celui qui attaque par derrière.

23 lbid.

24 The New Encyclopaedia Britannica, vol. 10, Micropaedia, Chicago, The University of Chicago, 1974, p. 809.

25 Observation critique due à M. et J. Debouzy.

26 Oxford English Dictionary, tome 12, 2, p. 35.

27 Fiche communiquée par H. Haddad.

28 cité par M. PERROT, vol. 2, p. 515-517.

29 D’après un rapport de police du 26 mars 1907. Cf. Y. GUIN, Le Mouvement ouvrier nantais, Paris, Maspero, 1976, p. 339-350.

30 Voir dans MERMEIX, Le Syndicalisme contre le socialisme, Paris, Ollendorf, 1907, p. 168, 171, 173, 175, 176, 239.

31 Dans un tract diffusé en usine, en réponse à un texte jaune paru dans la presse locale, tract intitulé “Au pilori les traitres”. Cf. Luttes ouvrières, Paris, Ed. Floréal, 1977, vol. 1, p. 92-104.

32 “A bas les làches ! A bas les faux frères !” (Germinal, p. 333). Pour renégat, certaines attestations de notre fichier lexicologique étendent son emploi au champ politique. Granger, dans un article “La grève et M. Floquet”, appelle celui-ci un “révolutionnaire renégat” (L’Homme libre, 1er aoùt 1888). Dans les chansons post-communardes et républicaines, les judas figurent aussi les traitres au peuple (Cf. P. BARBIER, F. VERNILLAT, Histoire de France par les chansons, Paris, Gallimard, 1961, vol. 8, p. 49, 72, 81…). Tous ces désignants injurieux n’ont d’ailleurs pas achevé vers 1900 leur carrière dans la malédiction. Ils continuent de nos jours à stigmatiser l’hérésie politique : ainsi renégats seront les communistes ralliés au PPF (“Je suis un renégat !”, proclamera Doriot en 1936, et Gitton, infiltré au PCF par la police, sera dénoncé avec le mème terme). Retournements ? Le Cahier jaune et Au pilori seront les organes fascisants de la collaboration. Cf. P. ORY, Les Collaborateurs, Paris, Le Seuil, 1976, p. 103, 130, 157… Et les renégats réengendrés par la “guerre froide” ? Toute exclusion sociale, en particulier dans le discours de gauche, ne rechercherait-elle pas, par ces mots, une consécration de type religieux ?

33 Christos surnom donné aux Italiens dans le Midi en moquerie de leur piété. Cf. M. PERROT, tome 1, p. 169. Dans Germinal : “Une dizaine à peine étaient redescendus (dans la mine), Pierron et les cafards de son espèce” (p. 448).

34 Cf. L’Exploitée (Berne), 3, 7 juillet 1907, rééd. Noir, Genève, 1977, p. 25.

35 Cf. Z. STERNHELL, La Droite révolutionnaire (1885-1914), Paris, Le Seuil, 1978, p. 314.

36 V. CAROFIGLIO, C. FERRANDES, “‘Ebreo e spettri’ : ideologia e inconscio nei ‘Sept Vieillards’” in Baudelaire poeta e critico, Bologne, Patron Editore, 1981, p. 57 et 65 : “Occorre ricordare che jaune, nella cultura occidentale, contiene il sema délia negatività, délia malattia, délia morte, qui délia crudeltà”.

37 Dans un paragraphe, “Permanence et changement dans le discours militant”, M. Perrot montre combien les valeurs religieuses transposées au plan social imprègnent encore fortement la mentalité ouvrière (vol. 2, p. 636-648).

38 0u morveux. A l’origine espions infiltrés par la police dans les grèves et les syndicats, puis plus généralement traitres à la classe ouvrière. Les antigrévistes de Montceau-les-Mines en 1899 seront d’abord appelés mouchards (comme ils l’étaient dans Germinal, p. 257, 298, 398, 408, 413). Leur présence sera mème une cause de la grève. Cf. PONSOT, “Organisation et action dans le mouvement ouvrier : réflexion sur le cas de Montceau-les-Mines”, Le Mouvement social, 99, avril-juin 1977, p. 11-22. M. Perrot, à la suite de M. Leroy, signale mouton comme anglicisme (?).

39 Ancien terme compagnonnique repris par les anarcho-syndicalistes : F. Pelloutier parle du “brùlage d’une Bourse” (in Revue politique et parlementaire, 63, 10 septembre 1899). Ce mot technique a rejoint la cohorte des insultes ouvrières dès la Monarchie de Juillet. Témoin cette lettre des compagnons menuisiers de Montpellier aux serruriers de Lyon, du 8 octobre 1843 : “Ces renégats, cette société de brùleurs… ces sabots, ces magots, ces écornifleurs, ces pilleurs… tas de mauvais sujets que vous ètes, polissons que vous ètes, savetiers qui ne savez pas seulement de quelle main tenir le compas !” (cité dans BARRET, GURGAND, Ils voyageaient la France, Paris, Hachette, 1980, p. 280).

40 Galvaud (le coureur de fiacre) et galvaudeux signifient autant chomeur que gréviste (cf. Germinal, p. 338). Il en est de mème pour sabot et savetier, au sens de saboteur de travail, qui sont, on le voit à la note 39, bien antérieurs à la diffusion des pratiques du go canny ou ca’canny à la fin du siècle (“travail à la douce” ou “sabottage” organisé), dont E. Pouget se fait l’apotre dans Le Père Peinard (Paris, Galilée, 1976, p. 53-76 ; textes du 19 septembre et du 3 octobre 1897).

41 Le renard était “l’esponton” (le hors-ponton ?), le compagnon qui n’est pas admis dans les cayennes du Devoir. Glissant sur la pente péjorative, ce nom devient, au début de notre siècle, une désignation fréquente du traitre ouvrier. Un cégétiste est ainsi décrit : “Pour avoir débauché une équipe, participé à l’organisation des patrouilles de surveillance contre les renards, les sarrasins ou les jaunes [soulignés dans le texte] désireux d’appliquer la liberté du travail à leur profit… le candidat meneur arrivera d’abord à se poser officiellement comme tel” (M. LECLERCQ, E. GIROD DE FLEAUX, Ces Messieurs de la CGT, Paris, Ollendorf, 1908, 5e éd., p. 23). L’injure renardsl mèlée à jaunes] est usuelle chez les grévistes de La Barricade de Paul Bourget (1910) : cf. E. CARASSUS, Les Grèves imaginaires, Paris, Editions du CNRS, 1982, p. 28. On la retrouve, toujours accompagnée de jaunes, dans Les Cloches de Bàle d’ARAGON (Paris, Denoël, 1954, p. 379, 382…).

42 Cris entendus à Carmaux en aoùt 1895, pendant la grève des verriers : “Ceux qui accepteront de reprendre le travail seront des fainéants !… Fainéant ! Si tu n’as pas de pain, je t’en donnerai !” (cité dans Luttes ouvrières, Paris, Floréal, 1977, vol.1, p. 112-113). Paradoxe appuyé, celui qui ne cesse pas le travail est nommé fainéant : “Ca t’apprendra à travailler, fainéant !”, crient les grévistes de Rouges et jaunes (Delcourt, Maillot, 1903, cité par E. CARASSUS, p. 43, note 41).

43 Rouffion (ou rouffier, ruffian, le soldat voleur, depuis le 15ème siècle) est associé à blandezingue, le faux patriote, dans l’Armée aux grèves, oeuvre anonyme de 1904 (cf. E. CARASSUS, op. cit., p. 44, note 45). Sens élargi : “De nombreux rouffions furent molestés pour avoir voulu travailler…” (M. LECLERCQ, E. GIROD DE FLEAUX, p. 238).

44 “Ouvrier qui consent à travailler au-dessous du tarif. On dit aussi faux-frère” (A. DELVAU, Dictionnaire de la langue verte (éd. 1883), cité par M. PERROT, vol. 2, p. 518).

45 Cf. E. CARASSUS, p. 29 : liaison Juifs <—> Pruscots dans La Grève de Jean HUGUES (1900). Cf. aussi M. PERROT, vol. 1, p. 170 et 2, p. 519.

46 Cf. M. PERROT, vol. 2, p. 519, qui cite Le Temps du 23 février 1882 : “Il y a un an, les Kroumirs étaient absolument inconnus en France ; aujourdhui, comme les Cosaques, les Bédouins, ils ont pris place dans le vocabulaire populaire. Kroumir est passé expression de mépris”.

47 Les livres de cette époque parlent d’“un certain bandit du nom de Lù-Vinh-Phuoc qui traine à sa suite, sous sa bannière noire (Jaune dans “La Tonkinoise” de 1887 ! Cf. BARBIER, VERNILLAT, p. 67) de féroces bandes de Taïpings, anciens rebelles chinois, pirates de rivière, détrousseurs de chemins, auxquels nos soldats donnent le nom de Pavillons-noirs” (P. LEGENDRE, La Conquète de la France asiatique, Paris, Librairie mondiale, s.d., p. 139).

48 R. TREMPE, Les Mineurs de Carmaux (1840-1914), Paris, Editions ouvrières, 1971, tome 1, p. 153.

49 Cf. P. SORLIN, La Société française, 1, 1840-1914, Paris, Arthaud, 1969, p. 165-168.

50 Cf. M. PERROT, vol. 1, p. 166.

51 Le Forçat de Lille, le 22 octobre 1883, donne à ses lecteurs l’exemple des Californiens et demande des “garanties contre les Barbares”, entendant par là, entre autres, l’“invasion des hordes flamandes qui finiront par absorber complètement notre pays” (cf. M. PERROT, vol. 1, p. 171-173).

52 Cf. note 44. Dans Germinal : “A mort les étrangers ! à mort les Borains !” (p. 433-434).

53 S. TCHAKHOTINE, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1968, nouvelle édition, p. 469.

54 D’ESTOURNELLES DE CONSTANT, Les Etats-Unis d’Amérique, Paris, A. Colin, 1913, p. 26-27.

55 Cité par M. PERROT, vol. 1, p. 165.

56 Dans Le Journal des débats du 25 juillet 1895. Cité par J. NOVICOW, L’Avenir de la race blanche. Critique du pessimisme contemporain, Paris, F. Alcan, 1897, p. 11.

57 Ibid., p. 58 et p. 72-73.

58 Dans Le Journal des débats du 26 septembre 1896, in J. NOVICOW, op. cit., p. 45.

59 Emile FAGUET, Le Journal des débats, 25 juillet 1895, in J. NOVICOW, p. 45.

60 Suite de l’argumentation de Novicow : “On dit la mème chose des femmes par rapport aux hommes. Eh bien, il y a un moyen si facile, si élémentaire, d’écarter ces maux, donnez aux Chinois et donnez aux femmes des salaires aussi élevés qu’aux blancs et hommes !” (op. cit. p. 163).

61 NOVICOW, p. 12.

62 Jules CLARETIE rappelle en 1900 “ce fameux péril jaune dont on nous a tant parlé” (Les Annales, 14 octobre 1900, p. 243).

63 Cf. M. PERROT, vol. 1, p. 165.

64 B. LAZARE, L’Antisémitisme (1894), Paris, Ed. de la différence, 1982, p. 193.

65 Action française, 8 aoùt 1912. L’Est républicain évoque “le péril jaune, l’expansion de l’automobile nippone”... (24 octobre 1980 ; cité par le TLF, vol. 10, p. 671). D’après Libération du 20 avril 1989, J. Calvet, PDG de Peugeot, lance une voiture propre, “coincé entre péril jaune et menace verte”.

66 I1 ne s’agit pas de Rochefort, contrairement à ce que nous avions d’abord supposé (cf. Mots, 5, p. 119) mais d’Ernest Roche. Fiche communiquée par J.-P. Honoré.

67 Cf. l’article “Du rouge au jaune” paru dans Le Socialisme, 1er décembre 1907. Cf. aussi les admonestations de Guesde comme de Malatesta en 1906 et 1907 (citations supra). Cf. enfin les chapitres 6 et 7 de Z. STERNHELL, La Droite révolutionnaire (1885-1914), p. 245-317.

68 Cf. M. REBERIOUX, Jean-Jaurès – La Classe ouvrière, Paris, Maspero, 1976, p. 84-85.

69 Cf. M. LECLERCQ, E. GIROD DE FLEAUX (1907), p. 261.

70 Brochure CGT de 1902. Cité dans A. BROSSAT, Y. POTEL, Antimilitarisme et révolution, Paris, Christian Bourgois, 1975, tome 1, p. 150 (coll. 10/18).

71 Le Mouvement social, 99, avril-juin 1977, p. 86. Cf. aussi J.-B. DUMAY, Mémoires d’un militant ouvrier du Creusot (1841-1905), Paris, Grenoble, Maspero, Presses Universitaires de Grenoble, 1976.

72 “Les membres de ces syndicats employaient parfois le terme de jaunes pour désigner leur organisation. Mais c’était simple étiquette, pour se différencier des rouges. On disait aussi parfois syndicats indépendants ou blancs ou tricolores (leurs drapeaux étaient en effet tricolores)” (R. CAZALS, Avec les ouvriers de Mazamet, Paris, Maspero, 1978, p. 59.

73 Dans la version de Compère-Morel, les carreaux cassés avaient été remplacés par du papier huilé, version encore rapportée par un historien du pays. Cf. J. DUPAQUIER in Le Mouvement social, 99, avril-juin 1977, p. 35. Variantes…

74 P. BIETRY, Les Jaunes de France et la question ouvrière, Paris, P. Paclot, 1906, p. 82-83, citant Le Socialisme et les jaunes, p. 68-70.

75 R. GOETZ-GIREY, La Pensée syndicale française. Militants et théoriciens, Paris, A. Colin, 1948, p. 82. On pouvait trouver, à partir de 1904, au Bureau du Jaune, l’insigne du genèt imprimé sur étoffe. Citons ici le quatrain de l’industriel Paul Harel, que l’on trouve en exergue, sur la page de titre des Jaunes de France (1906) :
“Tous ligués contre l’esclavage
D’un collectivisme menteur,
Librement du genèt sauvage
Nous avons déployé la fleur”.

76 Z. STERNHELL, op. cit., p. 259 et 304.

77 Cf. R. PARIZE, “Les militants ouvriers au Creusot pendant les grèves de 1899-1900”, Le Mouvement social, 99, p. 83, p. 97-108.

78 M. MASSARD, “Syndicalisme et milieu rural (1900-1940)”, ibid., p. 25.

79 Z. STERNHELL, p. 246.

80 L. VIGOUROUX, p. 133.

81 Z. STERNHELL, Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris, Le Seuil, 1983, p. 13 (texte repris de La Droite révolutionnaire, p. 255).

82 Z STERNHELL, La Droite révolutionnaire, p. 255-256.

83 DUMOULIN, La Bataille syndicaliste, 1er juillet 1914.

84

85 “Patron jaune”, “ouvrier jaune”, “programme jaune” dans le n° 1 du Jaune (journal de Biétry), 1er janvier 1904. La Bibliothèque Jaune, d’après Sternhell, connait un franc succès en 1906-1907 en diffusant les ouvrages des leaders patronaux et ouvriers du syndicalisme “indépendant” (La Droite révolutionnaire, p. 310-312). M. MAUSS, “Coopératives jaunes et coopératives rouges”, chronique de L’Humanité et Bulletin de la Bourse des coopératives socialistes, novembre 1905. Les Idées jaunes, ouvrage de Gaston JAPY, Paris, Pion, 1904, 1906.

86 “Le militant principal, Desphilippon, manifesta sa désapprobation de la grève par un communiqué qui constituait un véritable appel à la jaunisse” (RIDEL, La Révolution Prolétarienne, 10 mai 1938).

87 Un jour de grève à la télévision, le journaliste Bruno Masure, “requis” pour les informations, apparut à l’écran tout de jaune vètu (cf. Super-Télé, n° 392, 8-14 novembre 1986, p. 29).

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540