Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

L’envers de 1900. Le lexique des luttes et de l’organisation ouvrières1

Texte intégral

  • 1 Une première version de cette étude a paru sous le mème titre dans Mots n°5, octobre 1982, p. 103-1 (...)

1Aucune appellation ne puise davantage aux sources les plus anciennement vivantes du lexique que celles qui naissent à l’occasion des heurts de classes. Témoin, l’époque qui tourne à l’articulation des 19ème et 20ème siècles en France. Aux désignants paupéristes, nobles et héroïques que la tradition ouvrière fournit avec abondance viennent se joindre, en particulier dans la presse et la chanson militantes, les mots-mythes d’une symbolique renouvelée, ainsi que l’ensemble des dénominations très spécifiques qui accompagnent l’extension des grèves, légales depuis 1864, et la construction des syndicats professionnels, rendus légaux en 1884.

ENTRE LE PAUPERISME ET L’HEROISME

  • 1 Les ouvriers en grève, 1871-1890 [OG], Paris, La Haye, Mouton, 1974, tome 1, p. 164. Sur les écrits (...)
  • 2 “Au nom des déshérités et de la justice… il est grand temps que le budget des pauvres échappe aux e (...)
  • 3 Le roman de Hugo continue son succès non démenti depuis 1862. Sur les valeurs du mot misérables, cf (...)
  • 4 Un roman de Louise MICHEL et Jean GUETRE [L. TYNAIRE] de plus de mille pages est encore intitulé La (...)
  • 5 ALLEMANE ne croit pas, sous Casimir-Périer, à “la transformation radicale du paupérisme endémique e (...)
  • 6 Plusieurs interventions au Congrès Japy (1899) sont encore de ce style. “C’est le droit de la revan (...)
  • 7 Exemple : Le Père Peinard [PP], 21 avril 1889 ; 22 décembre 1889… En argot mouise (1829 et Vidocq = (...)
  • 8 La Bataille, 8 février 1883. Le vieux terme galvaud désigne à l’époque les chomeurs qui courent der (...)
  • 9 PO, 3 mars 1900. “Les trimardeurs ont des faims d’ioup” chante CLEMENT (“Taisez vos gueules”, octob (...)

2La présence constante dans les textes de l’ancienne expression paupériste est ce qui frappe en premier l’historien d’aujourdhui. “Les haillons et le pain conservent toute leur puissance symbolique”, écrit Michèle Perrot1. Le vocabulaire employé pour dépeindre les déshérités, les pauvres, les malheureux2 et les plus que pauvres, miséreux ou misérables3, ne parait guère avoir varié depuis les dénonciations de la Monarchie de Juillet. Le maitre-mot est toujours Misère, patronyme de Jean l’ouvrier chanté par Pottier4. Au paupérisme, appellation restée savante5, et aux pluriels des calamités, infamies, barbaries, souffrances6 subies par le prolétariat, font écho les mots du peuple, anciens comme la dèche (et les déchards), la panade, la mistoufle (et les mistoufliers) ou récents comme la purée (et les purotins), la mouise (1895) et la mouscaille (1901) au sens de pauvreté7. La longue théorie des meurt-de-faim ou crève la faim les accompagne : “Nous sommes sans pain, sans habits, beaucoup mème sans gite”8 ; “si tous ces malheureux (les trimards), au lieu de crever de faim sur les routes, venaient se joindre à leurs frères de misère, notre société bourgeoise aurait vécu”9.

  • 10 La Bataille, 8 février 1885. Organisateurs d’un de ces meetings d’affamés, E. POUGET et L. MICHEL f (...)

3Un temps, entre 1883 et 1889, la pratique de meetings d’affamés dans les beaux quartiers a hésité entre ses trois impulsions, regarder, provoquer, récupérer (pillage de boulangeries) : “Venez étaler vos guenilles en face de la splendeur des riches, proclame l’appel au meeting de la place de l’Opéra. Montrez votre misère aux accapareurs, non pour leur faire pitié mais pour leur faire peur”10. Certes, ce misérabilisme étalé ne mise plus, on le voit, sur la pitié des possédants ; mais l’espoir demeure que “la misère est porteuse de révolte” (M. Perrot) et le sans-travail un révolutionnaire potentiel. Vision anarchiste naïve, dont le syndicalisme va se départir.

4Il en reste, tenace dans la chanson populaire comme dans le roman naturaliste, un certain vocabulaire puisé dans le double héritage de la Révolution française et de la Monarchie de Juillet.

  • 11 Cf. Y et J. MAURIN, “L’insurrection du Midi. 1907”, L’Histoire, 20, février 1980, p. 24.
  • 12 “Ce n’est pas dans les chàteaux que l’on portera la torche, comme disent les anarchistes, mais dans (...)

5Les dénonciatifs révolutionnaires reviennent tout naturellement sous la plume : ennemis du peuple, despotes et tyrans, accapareurs, bastilles capitalistes… C’est l’époque où les désignants monarchiques et aristocratiques achèvent le passage, qu’ils effectuaient déjà en 1848, de leurs référents d’origine au monde de la grande bourgeoisie financière et industrielle : d’où les couples les plus inattendus comme “Rois de la mine et du rail” (Pottier), “féodalité de l’or” (Millerand), “féodalité financière” (Malon), “majestés capitalistes” (Le Prolétaire), “Barons de la finance (Le Cri du peuple), “Les véritables rois du jour : une infime minorité de banquiers et de capitalistes” (Granger, L’Homme libre), “Seigneurs du capital” (Guesde), “monarchie patronale” (Guesde), “monarchie capitaliste” (Sangnier), etc. De la mème manière, la révolte des vignerons du Midi se fera en 1907 contre “les barons de l’industrie du Nord” (Ferroul) et contre les “chevaliers de l’industrie” qui tiennent lieu des “nobles chevaliers de jadis venant réduire l’hérésie cathare”11. Substitution séculaire des référents. C’est encore l’opposition classique riches/pauvres ou chàteaux/chaumières que l’on retrouve derrière les schémas de luttes de classes12.

  • 13 Cf. S. BONNAFOUS, J.-P. HONORE, M. TOURNIER, La désignation socio-politique en France de 1879 à 191 (...)
  • 14 “La misère, c’est-il pas l’esclavage ?” (PP, 1889) ; “La revendication la plus connue de la classe (...)
  • 15 Citations dans OG, t. 1, p. 147.
  • 16 Cf. J.-C. FILLOUX, Durckheim et le socialisme, Genève, Droz, 1977, p. 271-276. La quintessence du s (...)

6La Monarchie de Juillet, quant à elle, a légué ses caricatures. Aux ventrus, pansus, repus et gavés, qui portent encore l’habit philippard craquant à la bedaine, s’opposent les blousiers, substitut métaphorique d’ouvrier, peut-ètre lancé par les Goncourt, repris par Vallès 1881 et par Huysmans 1884, et surtout, silhouettes paupéristes, les ventre-creux et les guenilles. Les chansons mettent en scène les personnages antithétiques traditionnels : citons d’un bord les Monsieur (Prudhomme, Vautour, Coffrefort, Chagot) et de l’autre les Jacques (Bonhomme, Le Rouge, Populus) et les Jean (Misère, Guenille, Berlue, La Plèbe, Gros-Jean l’ouvrier), autour desquels gravite la faune des alphonses, basiles, escobars, tartuffes, turcarets, macaires, judas et autres pandores et ratapoils13. Comme sous la Monarchie de Juillet et la République de 1848, la condition ouvrière continue, elle, à se dépeindre avec les images du bagne, des travaux forcés (un journal de mineurs s’appelle Le Forçat), de la bète de labour, de l’esclavage, des pieds nickelés14… En face, le luxe, les hotels superbes, les vins fins et les petits plats, les orgies les plus honteuses et ces ors, vieilles soies et tapis d’Orient devant lesquels la délégation de mineurs se sent, dans Germinal (1885), prise d’un “malaise respectueux”15. Ces poncifs littéraires et politiques – non démentis par les faits – constituent l’envers, plus symbolique que caricatural, du décor de la Belle Epoque. Plusieurs contemporains sont conscients qu’ils reposent sur l’assimilation réductrice, faite par Schaeffle lui-mème, de la question ouvrière à une question d’estomac, selon les termes de Durkheim16. Mais ces dénonciations à contre-courant restent très minoritaires.

  • 17 OG, t. 2, p. 614. Expressions très vivantes en 1848, et pour certaines déjà sous la Révolution.
  • 18 In Ni Dieu ni maitre, 30 novembre 1880.
  • 19 Reprise d’un argotisme qui signifie voleur de diamants (Vidocq 1937).
  • 20 “En France, les pauvres exploités groumeront salement, maudiront le vampire. Quelques-uns – les plu (...)
  • 21 Par exemple le dessin de GALANTARA dans L’Assiette au beurre (dans Le livre d’or de L’Assiette au b (...)
  • 22 Le Socialisme, 6 juillet 1912, MAILLET, article intitulé “Anthropophagie capitaliste”.
  • 23 “Ainsi se forme l’opposition redoutable du mammonisme et du paupérisme” (J. BOURDEAU, Le socialisme (...)
  • 24 “Le moloch capitaliste” (PO, 8 septembre 1892). Le livre du blanquiste TRIDON, Du molochisme juif ( (...)
  • 25 “L’action socialiste ne peut consister à retarder dans sa marche le char du Jaggemaut capital en es (...)

7Au contraire, voici que le lexique et ses antithèses montent d’un degré vers le mythe : les patrons s’engraissent de la sueur ouvrière ; on les appelle buveurs ou suceurs de sang, sangsues du peuple, pieuvres capitalistes, etc17. Le dieu repu de Zola se nourrit de chair humaine. Tout un vampirisme rétablit la balance des fètes mondaines. D’ailleurs, le mot lui-mème se trouve réactualisé à l’époque, et par Blanqui : “L’inégalité a pour cause le vampirisme”18. “Avale tout cru19 du capitalisme” (Pottier), le patronat est usuellement traité de vampire20 et les désignants mythiques sont légion : La pieuvre 1892, la Bète21, la bète hideuse 1899, le minotaure capitaliste 1881, l’hydre capitaliste 1912 (l’adjectif s’imprègne de la péjoration des métaphores)… Le Capital est Dieu : “Jamais dans l’antiquité la divinité païenne n’a exigé autant de chair, de vies que le Dieu-Capital de notre époque”22. Les divinités les plus diverses y passent : le Mammon syrien et son mammonisme23, le Moloch juif et son molochisme24, jusqu’au Jaggemaut hindou broyeur de victimes25.

  • 26 “L’armée universelle du Prolétariat” (PO, 12 février 1898), “vive l’armée des travailleurs !” (PO, (...)
  • 27 L’Egalité, 26 février 1882.
  • 28 Déclaration du congrès de Paris de 1876, reprise dans Le Socialiste, 21 septembre 1890. L’Insurgé d (...)
  • 29 L’Egalité, 26 février 1882.
  • 30 Le Prolétaire, 19 février 1881.
  • 31 Déclaration du comité révolutionnaire central, in Revue socialiste, mars 1892, p. 358 ; JAURES dit (...)
  • 32 A. RICHARD, POSR, Congrès Japy 1899 ; JAURES, ibid.
  • 33 Le Socialiste, 21 septembre 1890 (Déclaration de Congrès). L’expression “campagne électorale” repri (...)
  • 34 L’Egalité, 24 novembre 1907.
  • 35 Déclaration du Comité révolutionnaire central (blanquiste) [CRC], dans La Revue socialiste, mars 18 (...)
  • 36 Le C du P, 4 février 1892. De son coté, l’Oeuvre des cercles s’organise en conseils de guerre.
  • 37 “L’armée de réserve du capital, une des plus importantes cause de la baisse des salaires” (Le Prolé (...)
  • 38 Lettre à De Seilhac, 1896, in Jacques JULLIARD, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme (...)
  • 39 “A cette servitude (l’armée permanente, ce fléau des temps modernes)… nous voulons opposer les mili (...)

8Contre ce capitalisme monstrueux ou divinisé, un seul adversaire qui soit de taille : le prolétariat, lui-mème mythifié. Là encore une tradition s’impose aux textes, qui héroïse la lutte ouvrière. Caractéristique de l’époque, l’utilisation de phalange par l’extrème gauche. Allemane célèbre “une phalange de résolus” (Parti ouvrier, [PO], 1er novembre 1894), “notre phalange révolutionnaire” (PO, 5 février 1898) et, en 1909, Montéhus chante encore la “phalange ouvrière”. Le mème héroïsme lexical se retrouve dans les appellations des Jeunes Gardes socialistes ou sillonistes et des Chevaliers des loges ou de la Chevalerie du Travail. Armée est d’emploi encore plus fréquent26. L’image en est particulièrement familière à Guesde : “L’armée de la grève deviendra l’armée électorale en attendant que – les circonstances aidant – elle puisse devenir l’armée révolutionnaire et définitivement libératrice”27. L’ancienne “guerre des pauvres contre les riches” se dénomme maintenant Guerre sociale28 et toute une militarisation du discours s’ensuit, tel le filage d’une longue métaphore, d’auteur en auteur : on devient soldat des luttes municipales et économiques29, parqué dans les “casernes du capital”30 mais pour “combattre le combat”, “lutter la bataille”31, “mettre le siège devant le pouvoir politique” et “donner l’assaut à la place centrale” pour s’installer “au coeur de la citadelle”32, muni d’un “plan de campagne”33, comme les “forces de première ligne”34 ou “l’avant-garde de l’armée ouvrière”... “menée à l’assaut de la société capitaliste, à la conquète du pouvoir politique”35, “au jour des batailles plébéiennes”36,… Pourtant cette militarisation du discours n’est pas sans ambiguité. On trouve en effet, dans un usage très différent, des expressions comme “armée de réserve du capital” 1881 “ou armée de réserve industrielle” 1892, tirée de Marx, pour désigner ce que nous nommons aujourdhui volant de chomage37 ; de plus, l’armée n’est pas en soi une image très libératrice, en ces temps dreyfusards. L’emploi d’un tel lexique n’est donc pas sans poser quelques problèmes, aux anarcho-syndicalistes antimilitaristes en particulier ; Pelloutier ne le risque qu’à bon escient, soit pour caractériser l’armée caporalisée des guesdistes ou “l’armée social-démocrate allemande”, soit par citation interposée : “tous les soldats de notre grande armée”38. Pour lancer ses idées sur “l’armée nouvelle”, Jaurès sentira le besoin de changer de terminologie et parlera des “milices populaires”39.

MYTHES REVOLUTIONNAIRES ET PROLETARIENS

  • 1 Cité par J.-M. DOMENACH, La propagande politique, Paris, PUF, 1973, p. 20.
  • 2 Sur les antécédents et les prolongements de ce mythe, se reporter à l’article : “Du Grand Jour au G (...)

9Les réticences, au demeurant, sont mineures. La classe ouvrière, devant la puissance métaphorisée du Capital éprouve tellement le besoin de magnifier sa propre lutte. G. Sorel théorise ainsi ce besoin : “Les hommes qui participent aux grands mouvements sociaux se représentent leur action sous forme d’images de bataille assurant le triomphe de leur cause. Je propose de nommer mythes ces constructions”1. Le plus caractéristique des mythes de l’époque est celui du Grand Soir2.

  • 3 “Nous irons tous ensemble, le Jour du Peuple, à une victoire sùre” (Le Tribun du peuple, n° 42, cit (...)

10On pourrait remonter très loin, aux millénaristes et jusqu’à leur inspiratrice, la Bible. Toutes les images révolutionnaires du grand souffle de colère qui balaie, du torrent populaire impétueux, du feu et du sang, du niveau qui passera sur les tètes, des soleils couchant et levant, etc., existent déjà dans les textes sacrés. “On verra au couchant le nom de Yahvé et au levant sa gloire. Car il viendra comme un torrent resserré et que chasse le souffle de Yahvé” (Isaïe, 59, 19). La tradition laïcisée française commence avec Babeuf, qui proclame le Jour du Peuple et le Soir de la révolution3.

  • 4 “Les richesses ne serviront de rien au jour de la vengeance ; mais la justice délivrera de la mort” (...)
  • 5 Une seule citation, pour donner le ton, de Louis MENARD, le poème “Adastrée” (écrit après juin 1848 (...)
  • 6 “Rouge était le soleil levant” (L. MICHEL, Les Œillets rouges, 1871), “Jour du peuple !” s’écrie PO (...)

11On peut suivre à la trace ces deux types d’images, tout au long du 19ème siècle. L’invocation du Jour se produit par bouffées, au moment des tempètes politiques. Quarante-huit a longuement célébré le Dies Irae et son ambivalence, “Jour des Ténèbres”, vengeance et justice4 ; des résurgences chrétiennes évidentes s’y mèlent aux apologies populistes et la revanche sociale s’y exprime clairement5. C’est encore le Jour qui inspire Louise Michel ou Eugène Pottier autour de la Commune6 ; mais dans le “Bateau ivre” de Rimbaud (1871) la consécution soir-matin symbolise celle de libération-liberté.

  • 7 Citations dans M. PERROT, OG, tome 2, p. 630-633.
  • 8 “Le jour est proche où, frères d’armes,
    Nous n’aurons plus qu’un seul drapeau,
    Vivant sans haine et s (...)
  • 9 Cahiers de la quinzaine, 12ème de la 5ème série, mars 1904.
  • 10 Dans Le Syndicalisme contre le socialisme, Paris, Ollendorf, 1907, p. 181.

12Le Matin est glorieux. De nombreuses références à la fin du siècle portent cette marque : c’est le moment du triomphe, l’heure de la délivrance 1880, le grand jour de Révolution sociale 18827. J.-B. Clément chante “l’aurore, l’ère nouvelle”8 ; Péguy promet qu’à Cléry “le jour de l’émancipation luira”9 ; Mermeix, sceptique du suffrage universel, s’en moque par antiphrase : “Le jour, le grand jour arrive”10.

  • 11 Déclaration faite à la veille du 1er mai 1889.

13Mais c’est surtout le Soir, et la violence qu’il contient, qui animent ce que M. Perrot appelle le “messianisme du discours”, au début de la Troisième République. Ce Grand Soir doit ètre suffisamment courant en 1889 pour que Constans, le ministre de l’Intérieur, s’inquiète du 1er mai en termes de prélude au “chambardement universel du grand soir…, préparant l’àme de la bourgeoisie au jour du jugement dernier”11. Une chanson anarchiste lui fait écho :

  • 12 “Magistrature”, cité dans Politique aujourdhui, juillet-aoùt 1970, p.87.

“Mais le Soir ! Le Grand Soir ! Le Soir de délivrance,
Nous broierons de Thémis le glaive et la balance !”12

  • 13 “C’est le commencement de la débàcle capitaliste et de la revanche socialiste” (C du P, 12 novembre (...)
  • 14 Refus du rève religieux : “Le pauvre monde endurait la mistoufle sur terre, et il prenait patience, (...)

14Si la première corrélation est d’appel à la vraie justice, la seconde qui la relaye aussitot tourne autour des termes revanche, restitution, payera13. Et avec ce thème arrive la violence populaire, qu’expriment les mots révolte et révolution, chambard et grand chambardement, chabanais, catastrophe et cataclysme, messe rouge, meeting décisif, apocalypse… Sébastien Faure retrouvera dans son Encyclopédie anarchiste images et majuscules traditionnelles : “Partout l’Esprit de Révolte se substitue à l’Esprit de soumission ; le souffle vivifiant et pur de la Liberté s’est levé… ; l’Heure approche où, violent, impétueux, terrible, il soufflera en ouragan et emportera, comme fétus de paille, toutes les institutions autoritaires” (t. 1, p. 69). Le Père Peinard ne jure que par le chambardement et le chabanais14, termes qui ne lui sont pas propres : La Grève de Jean Hugues, pièce représentée à Paris le 3 novembre 1900, met en scène le dialogue suivant :

  • 15 Dans Cahiers de la quinzaine, 6ème de la 3ème série. Le “Chabanais” était, vers 1885-1900, une mais (...)

- “On était prèt à tout chambarder, à faire une révolution on dit…
- Oh alors ! quel chabanais !…”15

  • 16 “Leur naïve confiance persistera jusqu’au cataclysme final” (C du P, 23 avril 1892) ; “Que le tocsi (...)

15Derrière ces mots vulgaires mais aussi savants (cataclysme) ou encore religieux (messe rouge16), la vision qui prévaut est celle du renversement, du retournement de haut en bas, car tel est le sens du préfixe grec cata. “Le Monde va changer de base” chantait déjà l’Internationale.

  • 17 “L’ironie de l’histoire mondiale met tout sens dessus dessous. Nous les révolutionnaires, les chamb (...)
  • 18 Lettre au congrès de Stuttgart, in K. PAPAIOANNOU éd. Les marxistes, Paris, J’ai lu, 1965, p. 274. (...)
  • 19 “Il [Jaurès] nous disait comment, par un viril et lucide effort, le gouvernement français pouvait e (...)

16Ce retour étymologique au mot révolution, la violence et la rapidité en plus, s’accompagne, dans l’extrème gauche, d’une polémique qui oppose chambardeurs ou accusés de l’ètre et antichambardeurs. Engels se défend du premier terme avec humour17 ; mais un réformiste évolutionnaire comme Bernstein s’oppose avec force au catastrophisme socialiste ou anarchiste : “Je me suis opposé à la propagation de l’idée que l’écroulement de la société bourgeoise fùt proche, que la socialdémocratie doive régler sa tactique sur cette grande catastrophe sociale imminente… Les partisans de cette théorie du cataclysme invoquent, à l’appui de leur façon de voir, le Manifeste communiste. A tort, sous tous les rapports”18. Les néomillénaristes sans-dieu de la Belle Epoque en furent, en effet, pour leurs frais. Il ne leur reste plus qu’à redouter de la guerre montante un cataclysme universel19 qu’ils voudraient éviter.

  • 20 Il y eut mème, entre 1908 et 1914, mise en balance volontaire des deux cataclysmes : “Il faut… vote (...)
  • 21 Cité dans MERMEIX, Le syndicalisme contre le socialisme, Paris, Ollendorff, 1907, p. 131.
  • 22 Une précaution en préliminaire. Deux sens sont donnés à l’adjectif général. Le plus ancien date de (...)
  • 23 “L’idée de grève générale est à ce point motrice qu’elle entraine dans le sillage révolutionnaire t (...)
  • 24 Témoin Jaurès : “… Si la grève générale est présentée et conçue non plus comme l’exercice plus vast (...)
  • 25 Sur cette question, bibliographie dans Le Mouvement syndical en France, 1871-1921, Paris, La Haye, (...)

17Auparavant, certains l’avaient souhaité, ce cataclysme, mais de la grève générale20. On peut remonter, avec Mermeix, à mars 1869. L’AIT proclamait : “Lorsque les grèves s’étendent, se communiquent de proche en proche, c’est qu’elles sont bien près de devenir une grève générale et une grève générale, avec les idées d’affranchissement qui règnent aujourdhui (dans le prolétariat), ne peut aboutir qu’à un grand cataclysme qui ferait faire peau neuve à la société”21. Il y a bien là un mythe, c’est-à-dire, non seulement une thèse en image mais une croyance, à tout le moins une espérance motrice. De très nombreuses attestations en font foi22, de Tortelier à Sorel23. Les congressistes de 1892 votent, Pelloutier et Briand en tète, le “principe de la grève générale, moyen le plus efficace d’action révolutionnaire”. Un Comité d’organisation de la grève générale est mème créé en 1894 au congrès de Nantes. Derrière les mots-mythes et leur tissu de croyances et de peurs24, c’est toute l’histoire sociale qu’il faudrait raconter25. On chantait en 1906 :

  • 26 C. KELLER, La Grève générale, cité par R. BRECY, La Grève générale en France, Paris, Edi, 1969, p. (...)

“Debout les gars au bras nerveux
Plus d’humbles plaintes, plus d’humbles voeux.
Livrons bataille et nous ferons
Plier l’Etat et les patrons :
Mettons-nous tous en grève !”26

  • 27 Rapport Delesalle. Cf. J. MAITRON, préface à R. BRECY, op. cit., p. vi.

18Plus précis, le Congrès de la CGT de 1906 distingue quatre degrés de grève générale. On trouve là le meilleur commentaire (militarisé !) de la lexie, qui découvre bien les strates progressives de sa complexité : 1. la grève générale par corporation (ou garnison), 2. les grandes manoeuvres, cessations généralisées mais encore ponctuelles, 3. la guerre ouverte, arrèt complet du travail, 4. la révolution27.

  • 28 Discours au Congrès de Lille, aoùt 1904. Jaurès, lui, détermine trois conditions à la grève général (...)
  • 29 Selon Le Socialisme, 1er décembre 1907. “Elle [cette minorité] sera le hardi bataillon grève-généra (...)

19Toutes les controverses internes au clan socialiste (et au clan syndicaliste) se jouent sur ces quatre niveaux. Les grèves-généralistes, qui pronent “l’action révolutionnaire des travailleurs du monde entier” (Allemane et le POSR), s’opposent aux modérés qui y voient surtout un outil de mobilisation, le moment venu (Jaurès) et aux anti-grèves généralistes qui dénoncent son traquenard et son illusion verbeuse (Guesde et le POF) : “La phrase grève généraliste fait plus de mal au socialisme que le ministérialisme” accuse Guesde28, à quoi répond en écho la minorité syndicaliste révolutionnaire “réclamant la grève, toutes les grèves, exercices préparatoires de la Grande Grève”29.

GREVISTES ET ANTIGREVISTES

  • 1 Dans Cent chansons nouvelles, Paris, A “La Petite République”, 1898, p. 50.
  • 2 “La bourse du travail aura au moins pour effet de supprimer les places de grève, de faciliter le pl (...)
  • 3 Cf. A. LIESSE, La question sociale, Paris, Flammarion, 1894, p. 188.
  • 4 Le mot chomage joue lui-mème sur les deux tableaux, état subi/acte volontaire. On dit en 1893 : “Pr (...)
  • 5 0n trouve “grèves sauvages” et “grève spontanée” dans HURET, Enquète sur la grève et l’arbitrage ob (...)
  • 6 Cf. L. VIGOUROUX, La concentration des forces ouvrières en Amérique du Nord, Paris, A. Colin, 1899, (...)
  • 7 M. Perrot remarque avec justesse l’importance de la main, du bras, du geste dans l’iconographie gré (...)
  • 8 Références de ces termes anciens dans Rolande TREMPE, Les mineurs de Carmaux, 1848-1914, Paris, Les (...)
  • 9 Termes nouveaux, cf. Actes sociaux : Vocabulaire économique et social, 1909 (BN, 8°, R 20890, 42-47 (...)
  • 10 D’après C. TILLON, On chantait rouge, Paris, Laffont, 1977, p. 99.
  • 11 Cf. R. TREMPE, op. cit., p. 472, 484, 551, 559, 626, 649, 652
  • 12 Cf. M. PERROT, OG, t. 2, p. 514. Mais en 1833 le terme “factionnaires” désignait déjà les piquets d (...)

20Les mythes ne doivent pas faire oublier la pratique quotidienne qui leur prépare le terrain. Tout un lexique des grèves et des grévistes prend à l’époque de l’extension, suscitant les appellations contraires des briseurs de grève et des patrons. Certes Grève en soi détient encore ses valeurs très anciennes de queue de chomeurs et de bureau d’embauché : “Aller faire un tour à la grève” pour J.-B. Clément, c’est chercher du travail1 ; on critique les places de grèves2 que remplace la salle de grève des Bourses du Travail3. Mais ces emplois font figure d’archaïsmes ; la grève, ancien chomage4, est désormais vécue comme dynamique : c’est le croisement volontaire des bras, avec des degrés dans l’importance ou la spontanéité : grève partielle (1973), légalitaire (1907), spontanée ou sauvage5, sympathique 18986 ou de solidarité (Briand), grève-tampon 1909, pénurie de bras 1880 ; bras croisés7, mauvais vouloir, coalition, entente, agitation, mutinerie concertée8, sabotage, boycottage ou ca-canny9, etc. Le désignant gréviste est devenu très courant, mais on trouve aussi gréviculteur qui aurait été inventé par les De Wendel en 186410, et dans les textes patronaux toute la série des meneurs, turbulents, chefs-grévistes, délinquants, agitateurs, perturbateurs…11 et, les accompagnant, les plantons, sentinelles, ou postes vers 188012, et les piquets que Charles Gide rattache à la pratique du picketting anglais, précédé par Jaurès qui parle du picketting dans L’Humanité du 13 mai 1904 et surtout par Guesde, lequel glose le terme anglais dès 1877 par “raccoleur”. Mais il s’agit de preneurs de col à l’envers : ils repoussent : “Des pickets ou raccoleurs se tiennent dans tous les ports de mer, attendant les ouvriers. Sitot qu’ils voient débarquer les ouvriers maçons, ils les abordent et leur offrent une prime d’indemnité et le prix de leur voyage pour retourner dans leur pays…” (L’Egalité, n° 3, 16 décembre 1877, p. 5).

  • 13 “Préparer une grève générale, ce serait conduire le prolétariat dans une impasse, le diviser contre (...)

21Sur l’autre bord, les non-grévistes et les anti-grévistes13, rats ou renards qui pactisent avec les singes.

  • 14 Le Socialisme, 21 janvier 1888, 6 juillet 1912. On trouve aussi les grenouillards du marais parleme (...)
  • 15 0u encore magots du Luxembourg (La bataille syndicaliste, 21 juillet 1914 ; PP, 16 octobre 1892).
  • 16 PO, 29 novembre 1894, “A bas les Masques”. Sous le titre “Les Caméléons”, PO rassemble “tous les co (...)
  • 17 Le Socialiste, 6 octobre et 7 novembre 1892.
  • 18 La Bataille syndicaliste, 4 juillet 1914 : Les néo-versaillais.
  • 19 Cf. BARRES, Leurs figures, Paris, Pion, 1932, p. 248 (= achetés par l’ambassade britannique).
  • 20 Le Socialiste, 16 novembre 1890.
  • 21 PP, 13 avril 1890, “Chasse aux singes”.
  • 22 Les grèves s’accompagnent de chasse aux renards (cf. OG, t. 2, p. 516).
  • 23 Le Prolétaire, 6 aoùt 1892. Ratichon et Ratichonisme sont usuels, eux aussi (issus de l’argot, 1628 (...)
  • 24 Cf. La chanson de Pottier, “Chasse aux rats” (1880), in Oeuvres complètes, Paris, Maspero, 1966, p. (...)

22Tout un bestiaire illustre la polémique de cette époque. Regroupons-en ici les éléments principaux. Sur le plan politique, on voit s’agiter près de l’Aquarium ou du Palais Bourbeux, les batraciens 1890 et les grenouilles dont certaines sont possibilistes14, les “vieux crocodiles sénatoriaux” ou les “tètes de veau du sénat”15, bref tous les “caméléons politiques”16. Le monde louche de certaines ligues utilise les marlous, les poissons bleus 1898, que Larousse glose par “souteneur”, et tous ceux que recouvre la “peau d’àne du patriotisme”, ou patriotànes17 de la monarchiennerie française18. On voit passer les vautours des houillères, issus de Monsieur Vautour le proprio, qu’accompagnent les corbeaux, dès l’Internationale ; mais il faudrait citer aussi, dans ce bestiaire, la “liste des reptiles”, trempés dans le Sabbat Norton en 189319, les volailles à plumer et les autruches, les chameaux du Père Peinard, les chacals de la Bourse20, les louveteaux ou louvetons, fils de franc-maçons initiés à 18 ans, les singes très ancienne appellation des patrons21, les renards antigrévistes22, et tous les rats qu’ils soient de sacristie23 ou de budget24.

  • 25 Le Mouvement socialiste, 1900, p. 101.
  • 26 M. LECLERCQ, E. GIROD DE FLEAUX évoquent “les renards, les sarrasins ou les jaunes désireux d’appli (...)
  • 27 Références dans M. PERROT, OG, t. 2, p. 518-519.
  • 28 Ce thème sera développé dans l’article : “Les Jaunes, un mot-fantasme à la fin du 19ème siècle”, in (...)
  • 29 Le Citoyen, 1 mai 1882 (cf. OG, t. 1, p. 178). C’est en 1887, au congrès de la Fédération nationale (...)
  • 30 Cf. PO, 29 septembre 1898.
  • 31 On disait aussi syndicats indépendants et syndicats blancs ou tricolores (selon la couleur de leurs (...)
  • 32 Le Socialisme, 1er décembre 1907, “Du rouge au jaune”.
  • 33 “Dès que, quittant son terrain propre, il se mèle d’avoir un credo, le syndicat divise les ouvriers (...)

23Avec ces dernières métaphores animales, nous sommes de retour à la grève : “Lorsqu’un rat, c’est-à-dire un non-syndiqué, est à bord, les dockers se réunissent et attendent les bras croisés”, écrit Lagardelle25. Pour ces briseurs de grève, les sobriquets ne manquent pas : renards, sarrasins, jaunes26, faux-frères, kroumirs, pavillons-noirs27, etc. Il est admis par les dictionnaires que l’ouvrier antisyndicaliste-rouge et antigréviste porte la couleur jaune depuis 1899 et certain incident de Montceau-les-Mines. Il faut avouer que cette origine épisodique nous satisfait moins aujourdhui28. D’autant moins que la couleur a fonctionné en milieu ouvrier et socialiste plus de dix ans avant 1899. Guesde nous met la puce à l’oreille : “C’est à coups de couteaux que les ouvriers californiens ont accueilli les machines humaines au rabais au moyen desquelles on a cherché à les mettre en coupe réglée. C’est aux cris de : “A bas les hommes jaunes ! dehors John Chinaman !” qu’est allé aux urnes le parti socialiste américain. C’est une loi d’expulsion contre les hordes asiatiques qu’il a arrachée aux deux Chambres du Congrès. Et nous estimons qu’il a bien fait…”29. On expliquerait donc, autrement que par ses infortunes conjugales, que, “au lendemain du crime de Fourmies” (1er mai 1891), la chemise rouge d’E. Roche ait été envoyée se faire teindre en jaune par les allemanistes30. D’ailleurs, en assumant l’étiquette aux connotations infamantes, anciennes et modernes, les syndicats jaunes31 tentent d’essaimer après 1899, pour se regrouper dans la “Fédération nationale des jaunes” de Biétry (1902) ; il fallait bien s’opposer aux rouges de la CGT et des Bourses : “Profitant des difficultés de recrutement que le syndicat rouge s’est créé par son baptème grève-généraliste, le patron, s’il est habile, suscite une organisation rivale – et le syndicat jaune nait”32. Syndicats et contre-syndicats s’affrontent malgré Guesde, malgré Malatesta33. Car c’est le moment où, bien ou mal, la classe ouvrière s’organise.

L’ORGANISATION SYNDICALE

  • 1 Le point sur la question a été fait par Z. STERNHELL dans La Droite révolutionnaire (1885-1914), Pa (...)

24Si l’on met à part le mouvement jaune et ses épigones propriétistes, nationalistes et pré-fascistes1, quatre courants s’efforcent de structurer en cette fin de siècle les milieux salariés : paritaire, chrétien, mutualiste et coopérateur, syndicaliste-révolutionnaire. Recourent-ils à des désignants collectifs spécifiques et, le cas échéant, comment s’acquiert cette spécificité et se ré-équilibre le système ?

  • 2 PO, 9 novembre 1894.
  • 3 DRUMONT, La Libre parole, 8 novembre 1894.
  • 4 PO, 12 février 1898.
  • 5 Cf. Z. STERNHELL, op. cit., p. 384-400.
  • 6 Cf. S. BONNAFOUS, J.P. HONORE, M. TOURNIER, op. cit., p. 4-20. N’opposera-t-on pas les partis aux l (...)
  • 7 L’ouvrage d’A. BOISSARD, Le syndicat mixte, parait en 1896. Guesde fait la liaison entre sa thèse e (...)
  • 8 Pour Emile Thomas, directeur des Ateliers nationaux en 1848, l’avenir est aux syndicats professionn (...)
  • 9 Cf. R. GOETZ-GIREY, La pensée syndicale française. Militants et théoriciens, Paris, A. Colin, 1948, (...)

25Au milieu du siècle, la plupart des appellations n’ont pas encore choisi de camp. Prenons par exemple le collectif cercle. Sa fortune s’apparente à celle de comité, mais le terme, non électoraliste, vise d’abord à des hauteurs plus intellectuelles ; c’est peu à peu qu’il se politise. Des “cercles d’études collectivistes” se fondent, à partir de 1878, sous l’inspiration de Guesde. Des Universités populaires se dénomment cercles laïques (à Beauvais, à Bourg). Au congrès de l’Alhambra en juillet 1880, Jean Grave représente les cercles anarchistes. Pottier chante un cercle Vallès qui se crée en 1886. Allemane visite à Saint-Claude le Cercle du Parti, puis le Cercle du Travail et inaugure à Oyonnax le Cercle des Travailleurs2. Waldeck-Rousseau espère beaucoup du Grand Cercle Républicain qu’il fonde en 1898… Mais c’est surtout vers la droite que l’usage politisé se propage. Certes, les cercles catholiques d’ouvriers, qui se créent dès 1871 sous l’influence d’A. de Mun, crient bien haut l’apolitisme de leur étiquette : “On a prétendu que les Cercles catholiques étaient un foyer de conspiration. C’est là une accusation peu justifiée. Les gens de coeur qui s’étaient groupés autour d’A. de Mun étaient tout à fait en dehors et au-dessus des partis politiques”3. n en est de mème pour le Cercle Tradition et Progrès fondé en 1897 par la Tour du Pin. Cela n’empèche pas leurs membres de se joindre aux ligues dans la rue, au cri de : “A bas Zola”4. Et ce seront des activités d’extrème droite qui présideront en 1911, avec quelques soréliens, aux destinées du Cercle Proudhon5. Aussi, à l’exception de la lexie cercle d’études et de ses voisines, faut-il reconnaitre que, dans le combat social de l’époque, le collectif cercle s’est trouvé, à l’instar de Ligue et en jeu inverse de parti et de comité6, comme phagocyté par la droite. Qui dira cercle en milieu ouvrier catholique pensera aussitot collaboration de classes : le mot se charge de l’idéologie des promoteurs de la chose. Cela est si vrai que son correspondant dans le discours économiste, à partir de 1896, est syndicat mixte, formule lancée par Boissard, disciple de Le Play7. Sans long succès d’ailleurs. Car le courant syndicaliste paritaire, qu’il vienne de traditions corporatives ou d’un certain unanimisme quarante-huitard8, s’effondrera au tournant des deux siècles, dépassé par la lutte des classes. En 1912, A. de Mun lui-mème se ralliera à l’idée de syndicats parallèles mais séparés9.

  • 10 Le syndicalisme chrétien en France (1885-1940). Origines et développement, 5 vol., Paris, F. Réder, (...)

26La réticence aux regroupements cercleux et à leur idéologie paritaire vient du milieu ouvrier chrétien lui-mème. Dans sa grande thèse sur les origines du syndicalisme chrétien, M.-F. Launay10 montre comment les salariés catholiques, aidés en cela par les frères des Ecoles chrétiennes, s’efforcent à des regroupements indépendants de la pression patronale. Cercle, oeuvre, ligue, patronage étant trop marqués à droite et refusés, c’est à syndicat que les militants ont recours. Le meilleur exemple est donné par le “Syndicat des employés du commerce et de l’industrie” (SECI) créé en 1887, lointaine origine de la CFTC – CFDT.

  • 11 Cf. P. JACCARD, Histoire sociale du travail, Paris, Payot, 1960, p. 289.
  • 12 ZOLA, relevant l’insulte des adversaires du “syndicat Dreyfus”, intitule “Le Syndicat” son article (...)
  • 13 PP, octobre 1894.
  • 14 La première “bourse du travail” a été inaugurée à Paris en 1887, mais la lexie remonte au moins à 1 (...)

27Venons-en donc à ce terme-clé de l’organisation ouvrière. A l’inverse de cercle, qui dit syndicat ou chambre syndicale, à la veille de 1900, ne pense plus paritarisme mais séparation, voire conflit entre classes. L’évolution a été lente et cahotique. Ces termes servaient à tous, quelquefois mème aux compagnons : en 1730, un procureur de Montpellier accusait les dévoirants de “faire un syndicat entre eux”11. Suivi par “secret” dans les rapports de police, syndicat avait mauvaise presse. Mais il n’était encore qu’accessoirement compromis. C’est vers 1848 qu’une massive diffusion de son emploi en milieu ouvrier devient constatable ; il est alors le lieu des disputes entre coopérateurs et révolutionnaires. L’échec de la Banque du peuple de Proudhon et de ses syndicats généraux de production et de consommation laisse le terme aux associations de type revendicatif. Le heurt des syndicaux et des collectivistes et la séparation qui s’instaure à partir de 1880 entre congrès ouvriers et congrès socialistes imposent une nouvelle spécification : syndicat va s’opposer à parti et se charger des valeurs de l’autonomisme ouvrier, en particulier de cette méfiance vis-à-vis du politique et de ses leaders que les anarchosyndicalistes comme les mutualistes vont entretenir jusqu’en 1914. Certes le terme est toujours polyvalent dans la presse et les effets de tribune ; Le Syndicat peut désigner les dreyfusards, les pétroliers, les panamistes, les banquiers, au gré de la polémique12 mais, en milieu ouvrier, il a désormais choisi son camp et pris sa place au coeur de l’organisation. Son camp : “La syndicale a pour but de faire la guerre aux patrons et non de s’occuper de politique”, proclame Pouget13. Sa place : syndicat désigne la cellule légale de base qui s’insère dans la structure verticale professionnelle des Fédérations de métier. La compétition avec l’organisation horizontale et locale des Bourses14 ne dure guère : la CGT de 1902, en opérant la fusion des deux structures et des deux terminologies, donne au syndicalisme moderne l’essentiel de son cadrage lexical.

  • 15 Première datation rencontrée : 1880 (congrès du Havre, salle Franklin). Les syndicalistes (Keufer) (...)
  • 16 Première datation : A. ESQUERRE, Le néo-syndicalisme et le mythe de la grève générale, Bordeaux, 19 (...)

28Toute une série de dérivés voit le jour dans cette mouvance en voie de stabilisation : syndicaliste15, syndicalisme (Pelloutier 1895), se syndiquer (Jaurès 1886), les mineurs syndiqués (Jaurès 1886), un syndiqué (Pelloutier 1895), les ouvriers non syndiqués (D. de Léon 1897), les non-syndiqués (Pelloutier 1897), les syndiquables (Guesde 1906), syndicomanie (Berthélémy 1906), syndicalisme (iste) révolutionnaire (1907), le prolétariat syndicalement organisé (Jaurès 1908), le néo-syndicalisme16Tout le monde se réfère au syndicalisme jusqu’à le compromettre. Mais le terme devenu enjeu se défend bien ; E. Pouget constate au début du 20ème siècle :

  • 17 E. POUGET, Les bases du syndicalisme, 1906. De mème pour Griffuelhes, en France syndicalisme dénote (...)

“Le mot syndicalisme a acquis ces derniers temps une signification plus étendue que celle indiquée par l’étymologie. Le sens, tout concret, qu’il avait déjà persiste ; ce mot continue à qualifier les partisans de l’organisation syndicale. Mais, dorénavant, outre cette acception nébuleuse et incolore, qui, avec un peu d’élasticité, pourrait aussi bien étiqueter des syndicalistes jaunes que des syndicalistes rouges, il a acquis un sens nouveau et très précis. Le mot syndicalisme est devenu un terme générique, exprimant un moment de la conscience ouvrière”17.

  • 18 cf. E. MARTIN SAINT-LEON, Histoire des corporations de métier, Paris, 1922, Genève, Slatkine reprin (...)

29De 1881 à 1920, de longues discussions accompagnent et suivent le vote de la loi Waldeck-Rousseau18. Tout un éventail de désignations y fleurit ; on trouve association professionnelle, syndicat mixte, bourse de travail, commission exécutive, comité général, union de syndicats, conseil d’administration, assemblée générale, droit syndical, statut des fonctionnaires (bien qu’en attente), caisse, cotisation, secours mutuel, commission ouvrière, label ou marque syndicale, banque populaire, jardin ouvrier, habitation à bon marché, etc. On peut dire que, si le mutuellisme coopérateur a laissé la place au syndicalisme professionnel, du congrès de Lyon 1876 au congrès du Havre 1880, la transition sur le plan du lexique s’est faite sans rupture. Une fois syndicat et ses dérivés implantés au centre du système, les lexies vont muer peut-ètre (de syndicat de métier on passera à syndicat d’industrie) mais non les termes de base. Fondamentalement peu néologue, assumant des traditions associatives (mutuelles, bourses) et juridiques (syndicats) éprouvées, renforcé par la loi générale sur les associations de 1901, notre lexique syndicaliste moderne s’est très naturellement mis en place, à l’articulation des deux siècles, en s’intégrant, sans le déborder, au cadre lexical du droit commun le plus classique.

30Dans les moments de haute lutte et d’organisation sociale, ce ne sont pas les formes du vocabulaire qui sont révolutionnaires mais leur système. On ne mobilise pas les masses avec des mots neufs ; c’est l’ensemble des clivages et des réseaux qui bouge et se remotive, pour répondre aux nouvelles fonctions que l’histoire leur assigne.

Notes

1 Une première version de cette étude a paru sous le mème titre dans Mots n°5, octobre 1982, p. 103-126.

1 Les ouvriers en grève, 1871-1890 [OG], Paris, La Haye, Mouton, 1974, tome 1, p. 164. Sur les écrits d’origine ouvrière et sur la personnalité et le degré d’instruction de leurs rédacteurs, voir p. 252-258 et p. 312-395 de cet ouvrage fondamental. Le tome 2 (p. 607-644) contient une remarquable étude du “discours de la grève”.

2 “Au nom des déshérités et de la justice… il est grand temps que le budget des pauvres échappe aux entreprises des chevaliers de la philanthropie”, Le Cri du peuple [C du P], 4 juin 1892. Contradiction dans les termes, car qui dit pauvres n’évite pas philanthropie…

3 Le roman de Hugo continue son succès non démenti depuis 1862. Sur les valeurs du mot misérables, cf. R. ESCHOLIER, Europe, février-mars 1962, p. 9-11. Quant au terme de gueux, il se spécialise, en 1905-1907, dans la désignation des vignerons du Midi : c’est la “révolte des gueux”.

4 Un roman de Louise MICHEL et Jean GUETRE [L. TYNAIRE] de plus de mille pages est encore intitulé La misère en 1881. De mème un article du Parti ouvrier [PO], du 25 mars 1900 : “Cette misère n’est pas une fatalité, comme on le prétend mais bien un crime social voulu…” (p. 3).

5 ALLEMANE ne croit pas, sous Casimir-Périer, à “la transformation radicale du paupérisme endémique en un Eden national” (PO, 7 novembre 1894).

6 Plusieurs interventions au Congrès Japy (1899) sont encore de ce style. “C’est le droit de la revanche contre les infamies et les calamités qu’on fait supporter au prolétariat” (FABEROT, Parti ouvrier socialiste révolutionnaire (allemaniste) [POSR]). “Le parti socialiste…, c’est le parti des miséreux, de ceux qui souffrent toujours”, conclut EBERS, Parti socialiste révolutionnaire (blanquiste) [PSR].

7 Exemple : Le Père Peinard [PP], 21 avril 1889 ; 22 décembre 1889… En argot mouise (1829 et Vidocq = la soupe, 1837) et mouscaille (17ème siècle et Vidocq) désignent les excréments (cf. L. SAINEAN, Les Sources de l’argot ancien, Paris, 1912, Genève, Slatkine reprints, 1973).

8 La Bataille, 8 février 1883. Le vieux terme galvaud désigne à l’époque les chomeurs qui courent derrière les fiacres dans l’espoir de décharger les colis.

9 PO, 3 mars 1900. “Les trimardeurs ont des faims d’ioup” chante CLEMENT (“Taisez vos gueules”, octobre 1897, in Cent chansons nouvelles, p. 71. Néologismes timides : un adjectif substantive se fait une petite place, le famélique (cf. La Révolte, n° 24). GUESDE décrit la surfaim imposée par le lock-out des patrons de Roanne (Le Citoyen, 12 février 1882).

10 La Bataille, 8 février 1885. Organisateurs d’un de ces meetings d’affamés, E. POUGET et L. MICHEL furent condamnés en 1883. Sur ce mouvement, cf. M. PERROT, OG, 1, p. 162. Le parallélisme des bases et l’opposition des suffixes dévoilent brutalement la lutte des classes. Phrase classique : “A cette coalition des exploiteurs et des affameurs, il faut opposer la coalition des exploités et des affamés” (Le Prolétaire, 25 février 1882).

11 Cf. Y et J. MAURIN, “L’insurrection du Midi. 1907”, L’Histoire, 20, février 1980, p. 24.

12 “Ce n’est pas dans les chàteaux que l’on portera la torche, comme disent les anarchistes, mais dans les galetas et les chaumières : il est temps que la classe ouvrière habite les palais et les hotels qu’elle a bàtis” (Le Socialiste, LAFARGUE, 25 septembre 1879).

13 Cf. S. BONNAFOUS, J.-P. HONORE, M. TOURNIER, La désignation socio-politique en France de 1879 à 1914, polycop. ENS de Saint-Cloud, mai 1980, p. 57-62.

14 “La misère, c’est-il pas l’esclavage ?” (PP, 1889) ; “La revendication la plus connue de la classe ouvrière, la réduction des travaux forcés auxquels elle est condamnée de par le capitalisme” (Le Socialisme, BRACKE, 10 février 1912) ; le bagne capitaliste, expression usuelle, de Pouget à Zola. Cf. le fac-similé de tracts CGT de 1913, où contre le “bagne” sans repos on vante les mérites de la semaine anglaise (in BRAUDEL, LABROUSSE, Histoire économique et sociale de la France, t. 4, vol. 1, Paris, PUF, 1979, p. 32). On trouve l’expression pieds nickelés (lourds, rivés, au sol ?) dans le Père Peinard du 23 janvier 1898 : “Malgré qu’on ait chauffé le populo à blanc, il a les pieds nickelés, il ne marche pas !” (jeu de mots sur une expression qui pourrait signifier “n’avoir que de la fausse monnaie”).

15 Citations dans OG, t. 1, p. 147.

16 Cf. J.-C. FILLOUX, Durckheim et le socialisme, Genève, Droz, 1977, p. 271-276. La quintessence du socialisme de Schaeffle traduit et publié par MALON en 1880 est étudié par DURKHEIM vers 1885-1886, au cours de la première rédaction de son ouvrage De la division du travail social (cf. FILLOUX, op. cit., p. 260). Pour lui, “la charité n’organise rien”.

17 OG, t. 2, p. 614. Expressions très vivantes en 1848, et pour certaines déjà sous la Révolution.

18 In Ni Dieu ni maitre, 30 novembre 1880.

19 Reprise d’un argotisme qui signifie voleur de diamants (Vidocq 1937).

20 “En France, les pauvres exploités groumeront salement, maudiront le vampire. Quelques-uns – les plus marioles – feront du chahut et plaqueront le bagne” (PP, 19 septembre 1897) ; “Les trois grands partis capitalistes paraissent prèts à se maner le nez… mais que demain ils sentent la caisse en péril, et ils formeront une très sainte Trinité, un seul vampire en trois personnes” (POTTIER, “Discours à Haterson”, 1878, in Oeuvres complètes, Paris, Maspero, 1966, p. 213).

21 Par exemple le dessin de GALANTARA dans L’Assiette au beurre (dans Le livre d’or de L’Assiette au beurre, Paris, Simoen, 1978, t. 2, p. 33).

22 Le Socialisme, 6 juillet 1912, MAILLET, article intitulé “Anthropophagie capitaliste”.

23 “Ainsi se forme l’opposition redoutable du mammonisme et du paupérisme” (J. BOURDEAU, Le socialisme allemand et le nihilisme russe, Paris, Alcan, 1892, p. 73).

24 “Le moloch capitaliste” (PO, 8 septembre 1892). Le livre du blanquiste TRIDON, Du molochisme juif (Bruxelles, Maheu) parait, posthume, en 1884.

25 “L’action socialiste ne peut consister à retarder dans sa marche le char du Jaggemaut capital en essayant de sauver les victimes qui ont été broyées sous ses roues” (DESLINIERS, “Politique coloniale”, Le Socialisme, 11 mai 1912).

26 “L’armée universelle du Prolétariat” (PO, 12 février 1898), “vive l’armée des travailleurs !” (PO, 23 février 1898), “l’armée syndicale” (PELLOUTIER, Le Mouvement socialiste [MS], 1er novembre 1899), “le combat dans l’armée socialiste” (C du P, 11 novembre 1894), “l’armée socialiste” (Le Prolétaire, 18 janvier 1882 et E. POUGET, PP, 28 janvier 1900). “Une armée révolutionnaire [le prolétariat]” (MATHIEU, Congrès CGT, octobre 1908)…

27 L’Egalité, 26 février 1882.

28 Déclaration du congrès de Paris de 1876, reprise dans Le Socialiste, 21 septembre 1890. L’Insurgé de POTTIER : “Contre la classe patronale. Il fait la guerre sociale” (1884). La lexie fera le titre du journal antimilitariste fondé par G. HERVE en 1906.

29 L’Egalité, 26 février 1882.

30 Le Prolétaire, 19 février 1881.

31 Déclaration du comité révolutionnaire central, in Revue socialiste, mars 1892, p. 358 ; JAURES dit “lutter la bataille socialiste” (Congrès Japy 1899).

32 A. RICHARD, POSR, Congrès Japy 1899 ; JAURES, ibid.

33 Le Socialiste, 21 septembre 1890 (Déclaration de Congrès). L’expression “campagne électorale” reprise à “campagne militaire” est très ancienne.

34 L’Egalité, 24 novembre 1907.

35 Déclaration du Comité révolutionnaire central (blanquiste) [CRC], dans La Revue socialiste, mars 1892, p. 357.

36 Le C du P, 4 février 1892. De son coté, l’Oeuvre des cercles s’organise en conseils de guerre.

37 “L’armée de réserve du capital, une des plus importantes cause de la baisse des salaires” (Le Prolétaire, 9 avril 1881).

38 Lettre à De Seilhac, 1896, in Jacques JULLIARD, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe [FPOSAD], 1971, p. 349. Suberbie, Solidarité des travailleurs de Bagnères-de-Bigorre, 1899, in FPOSAD, p. 450.

39 “A cette servitude (l’armée permanente, ce fléau des temps modernes)… nous voulons opposer les milices, formées de citoyens libres” (ALLEMANE, PO, 3 juin 1900) ; “Elle [la classe ouvrière] luttera… pour transformer les armées de métier et de caste en milices populaires” (JAURES, L’Humanité, 9 juillet 1905). Mais le projet de loi déposé par Jaurès en 1912 gardera la terminologie traditionnelle (cf. JAURES, L’armée nouvelle, Paris, UGE, 1969, p. 297-306, coll. 10/18).

1 Cité par J.-M. DOMENACH, La propagande politique, Paris, PUF, 1973, p. 20.

2 Sur les antécédents et les prolongements de ce mythe, se reporter à l’article : “Du Grand Jour au Grand Soir”, infra.

3 “Nous irons tous ensemble, le Jour du Peuple, à une victoire sùre” (Le Tribun du peuple, n° 42, cité par F. BRUNOT, HLF, tome 9, p. 708). “Les pauvres seront logés dans les appartements des riches au soir de la révolution” (cité par Jean SERVIER, Histoire de l’utopie, Paris, NRF, 1967, p. 221, coll. Idées).

4 “Les richesses ne serviront de rien au jour de la vengeance ; mais la justice délivrera de la mort” (Proverbes, 11,4). Idem dans le Coran (26, 189 et 5, 119).

5 Une seule citation, pour donner le ton, de Louis MENARD, le poème “Adastrée” (écrit après juin 1848) : “La revanche viendra ; le jour inévitable / Des justes expiations / Luira pour balayer une race coupable / Au vent des révolutions”.

6 “Rouge était le soleil levant” (L. MICHEL, Les Œillets rouges, 1871), “Jour du peuple !” s’écrie POTTIER en 1887, pour l’anniversaire du 18 mars 1871 (cf. Les poètes de la Commune, Paris, Seghers, 1970, p. 161, 198).

7 Citations dans M. PERROT, OG, tome 2, p. 630-633.

8 “Le jour est proche où, frères d’armes,
Nous n’aurons plus qu’un seul drapeau,
Vivant sans haine et sans alarmes
Et sans berger pour le troupeau.
C’est l’aurore, l’ère nouvelle
Affranchissant le genre humain…”
(“La grève des gueules noires”, 7 novembre 1897, in Cent chansons nouvelles, 1898).

9 Cahiers de la quinzaine, 12ème de la 5ème série, mars 1904.

10 Dans Le Syndicalisme contre le socialisme, Paris, Ollendorf, 1907, p. 181.

11 Déclaration faite à la veille du 1er mai 1889.

12 “Magistrature”, cité dans Politique aujourdhui, juillet-aoùt 1970, p.87.

13 “C’est le commencement de la débàcle capitaliste et de la revanche socialiste” (C du P, 12 novembre 1892) ; “Le soir viendra bientot, le soir de la justice, irrésistible comme le printemps. Et vous paierez alors, en une fois, l’arriéré de vos dettes, o bourgeois capitalistes !” (Laurent TAILHADE, Le triomphe de la domesticité, pamphlet du 15 septembre 1901). En attendant, certains anarchistes pronent la “reprise individuelle”, redistribution illégaliste des richesses, contrepartie du droit à l’exploitation que s’attribuent les bourgeois (cf. J. MAITRON, Le Mouvement anarchiste en France 1880-1914, Paris, Sudel, 1951, p. 183 et suiv.).

14 Refus du rève religieux : “Le pauvre monde endurait la mistoufle sur terre, et il prenait patience, convaincu qu’un de ces quatre matins le père des mouches s’amènerait pour chambarder la vieille société et établir le paradis de l’Apocalypse” (18 juillet 1897) ; volonté de la révolution appliquée : “Le jour où, assez marioles, y aura une tripotée de bons bourgres qui commenceront le chabanais dans ce sens, eh bien, nom de dieu, foi de Père Peinard, le commencement de la fin sera arrivé !” (3 novembre 1889).

15 Dans Cahiers de la quinzaine, 6ème de la 3ème série. Le “Chabanais” était, vers 1885-1900, une maison de prostitution pour lettrés et aristocrates célèbres à Paris (cf. A. ARNOUX, 7900. La Bourgeoisie absolue, Paris, Hachette, 1973, p. 221-230 : “Ce chabanais bien élevé et lettré, en désaccord avec le mot qu’il a légué au langage populaire (parce que le nom de Chabanais fut pris par de nombreux établissements plus tapageurs, la signification dériva) était logé rue de Chabanais, près de la Bibliothèque Nationale”).

16 “Leur naïve confiance persistera jusqu’au cataclysme final” (C du P, 23 avril 1892) ; “Que le tocsin sonne !… qu’il appelle tous les fidèles de la Révolution à communier à la Messe Rouge” (P. FRIBOURG, PO, 7 janvier 1899).

17 “L’ironie de l’histoire mondiale met tout sens dessus dessous. Nous les révolutionnaires, les chambardeurs, nous prospérons beaucoup mieux par les moyens légaux que par les moyens illégaux et le chambardement… Ces fanatiques de l’antichambardement d’aujourdhui, ne sont-ils pas eux-mèmes les chambardeurs d’hier ?” in Introduction aux Luttes de classes en France de MARX (1895), Paris, Pauvert, p. 50, coll. Libertés.

18 Lettre au congrès de Stuttgart, in K. PAPAIOANNOU éd. Les marxistes, Paris, J’ai lu, 1965, p. 274. En 1910-1912, l’espoir du Grand Soir n’était pas encore étouffé. YVETOT, le cégétiste anarchiste, écrit dans La Voix du peuple : “Si chaque matin nous nous rendons compte que l’heure est grave, préparons-nous à saluer bientot le Grand Soir” (8 décembre 1912).

19 “Il [Jaurès] nous disait comment, par un viril et lucide effort, le gouvernement français pouvait encore sauver des horreurs d’un cataclysme universel la France et l’Europe avec elle” (L’Humanité, 1er aout 1914, DUBREUILH, “Jaurès assassiné”).

20 Il y eut mème, entre 1908 et 1914, mise en balance volontaire des deux cataclysmes : “Il faut… vote le congrès de Marseille de 1908, faire l’instruction des travailleurs, afin qu’en cas de guerre entre deux puissances les travailleurs répondent à la déclaration de guerre par une déclaration de grève générale révolutionnaire” (cité par R. GOETZ-GIREY, La pensée syndicale française, Paris, A. Colin, 1948, p. 48). Le congrès de la SFIO de juillet 1914 suivra Jaurès dans cette voie (“organiser internationalement la grève générale ouvrière”), mais pour “empècher la guerre et imposer aux gouvernements le recours à l’arbitrage”. Du rève révolutionnaire au rève pacifiste : toute l’ambigüité de la lexie “grève générale” est là.

21 Cité dans MERMEIX, Le syndicalisme contre le socialisme, Paris, Ollendorff, 1907, p. 131.

22 Une précaution en préliminaire. Deux sens sont donnés à l’adjectif général. Le plus ancien date de 1848 et rend compte des grèves généralisées par métier (exemple : la grève générale de chemins de fer en juin 1848) ; le sens moderne (on disait plutot universelle en 1848, en allemand Massenstreik) se dégage surtout à partir du moment où l’on distingue grève partielle (professionnelle) et grève générale (révolutionnaire). Un rapport de police de 1889 décrit aussi l’action de Tortelier : “Par grève générale Tortelier entend l’arrèt immédiat et simultané de tout ce qui embrasse la production et l’échange : usines, mines, canaux, chemins de fer, télégraphe, postes, tout en un mot.” (cité dans R. BRECY, La Grève générale en France, Paris, EDI, 1969, p. 25 [CGF]. Cependant, cette idée d’une grève universelle est beaucoup plus ancienne ; utopistes, chartistes anglais et grévistes français des années 1830-1840 en ont rèvé.

23 “L’idée de grève générale est à ce point motrice qu’elle entraine dans le sillage révolutionnaire tout ce qu’elle touche” (Réflexions sur la violence, 1908).

24 Témoin Jaurès : “… Si la grève générale est présentée et conçue non plus comme l’exercice plus vaste et plus cohérent du droit légal de grève mais comme le prodrome et la mise en train d’une action de violence révolutionnaire, elle provoquera d’emblée un mouvement de terreur et de réaction auquel la fraction militante du prolétariat ne suffira point à résister” (29 aout 1901, cité dans J. JAURES, La classe ouvrière, Paris, Maspero, 1976, p. 99).

25 Sur cette question, bibliographie dans Le Mouvement syndical en France, 1871-1921, Paris, La Haye, Mouton, 1963. Cf. aussi bien sur, J. MAITRON, Histoire du mouvement anarchiste en France (1880-1914), Paris, Sudel, 1951, tome 3. Le rapport à la politique et le rapport à la violence sont posés par la lexie grève générale avec plus de clarté que pour n’importe quelle autre. Comparons au mythe révolutionnaire du Grand Soir cette définition syndicaliste de Pelloutier : “La grève générale devant ètre une révolution de partout et de nulle part, la prise de possession des instruments de production devant s’y opérer par quartier, par rue, par maison pour ainsi dire, plus de construction possible d’un gouvernement insurrectionnel, d’une dictature prolétarienne (brochure de PELLOUTIER et GIRARD, Qu’est-ce que la grève générale ?, 1895, cité par J. JULLIARD, FPOSAD, p. 327).

26 C. KELLER, La Grève générale, cité par R. BRECY, La Grève générale en France, Paris, Edi, 1969, p. 97.

27 Rapport Delesalle. Cf. J. MAITRON, préface à R. BRECY, op. cit., p. vi.

28 Discours au Congrès de Lille, aoùt 1904. Jaurès, lui, détermine trois conditions à la grève générale : but précis, légitimité sociale, légalité de classe (29 aoùt 1901).

29 Selon Le Socialisme, 1er décembre 1907. “Elle [cette minorité] sera le hardi bataillon grève-généraliste”, ajoute Le Socialisme. La motion de synthèse des trois courants sera celle de Toulouse (1908) due à l’habileté de Jaurès.

1 Dans Cent chansons nouvelles, Paris, A “La Petite République”, 1898, p. 50.

2 “La bourse du travail aura au moins pour effet de supprimer les places de grève, de faciliter le placement des travailleurs” (Projet ouvrier du faubourg Saint-Antoine déposé en juillet 1883 au Conseil de Paris par Manier, en faveur de la création d’une Bourse. In MERMEIX, op. cit., p. 109).

3 Cf. A. LIESSE, La question sociale, Paris, Flammarion, 1894, p. 188.

4 Le mot chomage joue lui-mème sur les deux tableaux, état subi/acte volontaire. On dit en 1893 : “Préparer le chomage général du Premier mai” (Cf. Y. GUIN, Le Mouvement ouvrier nantais, Paris, Maspero, 1976, p. 287).

5 0n trouve “grèves sauvages” et “grève spontanée” dans HURET, Enquète sur la grève et l’arbitrage obligatoire, 1901 (BN, 8°, L 27, 195).

6 Cf. L. VIGOUROUX, La concentration des forces ouvrières en Amérique du Nord, Paris, A. Colin, 1899, p. 215, 253. Grève sympathique s’identifie à la limite à grève générale.

7 M. Perrot remarque avec justesse l’importance de la main, du bras, du geste dans l’iconographie gréviste du 19ème siècle. Cf. OG, t. 1, p. 140.

8 Références de ces termes anciens dans Rolande TREMPE, Les mineurs de Carmaux, 1848-1914, Paris, Les Editions ouvrières, 1971, p. 479, 482, 483, 622…

9 Termes nouveaux, cf. Actes sociaux : Vocabulaire économique et social, 1909 (BN, 8°, R 20890, 42-47). Cf. aussi PP, 19 septembre 1897, Le sabotage. Il faut signaler aussi l’extension de grève hors du champ ouvrier. Apparait l’expression “grève politique”. Cf. Y. GUIN, Le mouvement ouvrier nantais, p. 203 : “Les charpentiers sont des làches parce qu’ils n’ont pas voulu franchir le Rubicon, en entrant dans la grève politique. Le mot est làché…” (8 juin 1855). L. Michel parle de “grève des conscrits” (Mémoires, 1886, Paris, réédition Maspero, 1976, p. 187).

10 D’après C. TILLON, On chantait rouge, Paris, Laffont, 1977, p. 99.

11 Cf. R. TREMPE, op. cit., p. 472, 484, 551, 559, 626, 649, 652

12 Cf. M. PERROT, OG, t. 2, p. 514. Mais en 1833 le terme “factionnaires” désignait déjà les piquets de grève.

13 “Préparer une grève générale, ce serait conduire le prolétariat dans une impasse, le diviser contre lui-mème, en gréviste et non-gréviste” (GUESDE, 14 septembre 1894, in Douzième Congrès national du POF, [Parti ouvrier français (guédiste)], Lille, Imprimerie ouvrière, 1894, p. 16. Pendant la grève de Carmaux (février-avril 1900) a été créé un comité “antigréviste”.

14 Le Socialisme, 21 janvier 1888, 6 juillet 1912. On trouve aussi les grenouillards du marais parlementaire (Le Prolétaire, 18 juin 1892).

15 0u encore magots du Luxembourg (La bataille syndicaliste, 21 juillet 1914 ; PP, 16 octobre 1892).

16 PO, 29 novembre 1894, “A bas les Masques”. Sous le titre “Les Caméléons”, PO rassemble “tous les comités radicaux, progressistes nationalistes, républicains, boulangistes, socialistes, ouf !” (8 avril 1898).

17 Le Socialiste, 6 octobre et 7 novembre 1892.

18 La Bataille syndicaliste, 4 juillet 1914 : Les néo-versaillais.

19 Cf. BARRES, Leurs figures, Paris, Pion, 1932, p. 248 (= achetés par l’ambassade britannique).

20 Le Socialiste, 16 novembre 1890.

21 PP, 13 avril 1890, “Chasse aux singes”.

22 Les grèves s’accompagnent de chasse aux renards (cf. OG, t. 2, p. 516).

23 Le Prolétaire, 6 aoùt 1892. Ratichon et Ratichonisme sont usuels, eux aussi (issus de l’argot, 1628 ; cf. SAINEAN, Les sources de l’argot ancien, Genève, Slatkine reprints, 1973, t.2, p. 432 et t.1, p. 65).

24 Cf. La chanson de Pottier, “Chasse aux rats” (1880), in Oeuvres complètes, Paris, Maspero, 1966, p. 138.

25 Le Mouvement socialiste, 1900, p. 101.

26 M. LECLERCQ, E. GIROD DE FLEAUX évoquent “les renards, les sarrasins ou les jaunes désireux d’appliquer la liberté du travail à leur profit” (Ces messieurs de la CGT, Paris, Ollendorf, 1908, p. 23).

27 Références dans M. PERROT, OG, t. 2, p. 518-519.

28 Ce thème sera développé dans l’article : “Les Jaunes, un mot-fantasme à la fin du 19ème siècle”, infra.

29 Le Citoyen, 1 mai 1882 (cf. OG, t. 1, p. 178). C’est en 1887, au congrès de la Fédération nationale des syndicats à Montluçon, que le guesdiste Dormoy accuse le patronat français de vouloir importer des sodomistes jaunes.

30 Cf. PO, 29 septembre 1898.

31 On disait aussi syndicats indépendants et syndicats blancs ou tricolores (selon la couleur de leurs drapeaux). Cf. R. CAZALS, Avec les ouvriers de Mazamet, Paris, Maspero, 1978, p. 59. Le livre de BIETRY, Le Socialisme et les jaunes, date de 1906, et son hebdomadaire Le Jaune du 1er janvier 1904, prenant la suite du Travail libre.

32 Le Socialisme, 1er décembre 1907, “Du rouge au jaune”.

33 “Dès que, quittant son terrain propre, il se mèle d’avoir un credo, le syndicat divise les ouvriers de la mème profession au lieu de les réunir ; il fait place à d’autres syndicats basés sur d’autres opinions ; il entraine le contre-syndicat. Au rouge fait suite le jaune, alors que ce qu’il faut c’est l’unité corporative…” (J. GUESDE, Compte rendu analytique du congrès SFIO de Limoges, novembre 1906, p. 188). “Je veux, aujourdhui comme hier, que les anarchistes entrent dans le mouvement ouvrier… Je ne veux pas mème de syndicats dits rouges, parce que je ne veux pas de syndicats dits jaunes. Je veux au contraire des syndicats largement ouverts à tous les travailleurs sans distinction d’opinions, des syndicats absolument neutres” (E. MALATESTA, congrès anarchiste d’Amsterdam, 1907, in Anarcho-syndicalisme et syndicalisme révolutionnaire, Paris, Spartacus, 1978, p. 25).

1 Le point sur la question a été fait par Z. STERNHELL dans La Droite révolutionnaire (1885-1914), Paris, Seuil, 1978, p. 245-317.

2 PO, 9 novembre 1894.

3 DRUMONT, La Libre parole, 8 novembre 1894.

4 PO, 12 février 1898.

5 Cf. Z. STERNHELL, op. cit., p. 384-400.

6 Cf. S. BONNAFOUS, J.P. HONORE, M. TOURNIER, op. cit., p. 4-20. N’opposera-t-on pas les partis aux ligues et les comitards aux cercleux ?

7 L’ouvrage d’A. BOISSARD, Le syndicat mixte, parait en 1896. Guesde fait la liaison entre sa thèse et les cercles en apostrophant De Mun à la Chambre au sujet des “fameux syndicats mixtes… où vous avez la prétention de réunir les titulaires de ces deux facteurs (le capital et le travail)” (15 juin 1896).

8 Pour Emile Thomas, directeur des Ateliers nationaux en 1848, l’avenir est aux syndicats professionnels dirigés pour moitié par des ouvriers et pour moitié par des patrons. Texte dans R. GOSSEZ, Les ouvriers de Paris (1848-1851), Paris, Bibliothèque de la Révolution de 1848, t. 24, 1967, p. 377-378.

9 Cf. R. GOETZ-GIREY, La pensée syndicale française. Militants et théoriciens, Paris, A. Colin, 1948, p. 97-99.

10 Le syndicalisme chrétien en France (1885-1940). Origines et développement, 5 vol., Paris, F. Réder, 1980.

11 Cf. P. JACCARD, Histoire sociale du travail, Paris, Payot, 1960, p. 289.

12 ZOLA, relevant l’insulte des adversaires du “syndicat Dreyfus”, intitule “Le Syndicat” son article du Figaro du 1er décembre 1897. GUERIN dénonce le “Syndicat des pétroleurs” (LP, 18 novembre 1896) et, en 1902, CAILLAUX avoue qu’“aucune des tentatives faites pour secouer le joug du syndicat n’a réussi” (cf. BLUM, “Les Monopoles”, in La petite République, 14 décembre 1902). DELAHAYE stigmatise les chèquards de l’affaire du Panama en les appelant “syndicat politique sur qui pèse l’opprobe de la vénalité” (21 novembre 1892) et DRUMONT annonce la venue d’“un syndicat de corruption permanent” à leur image (LP, 19 décembre 1894). On nommait aussi Le syndicat dans les milieux catholiques un groupe d’hommes d’affaires protestants et israélites qu’on accusait le régime républicain de favoriser, en échange du financement de ses campagnes (cf. P. MIQUEL, Histoire de la France, Verviers, Marabout, 1979, t. 2, p. 108-109). Syndicat, on le voit, devient un terme à forte péjoration, manipulé principalement par la droite. Les dreyfusards sont, pour elle, des syndicataires.

13 PP, octobre 1894.

14 La première “bourse du travail” a été inaugurée à Paris en 1887, mais la lexie remonte au moins à 1848 (l’économiste MOLINARI la diffuse avec son ouvrage Les Bourses du travail).

15 Première datation rencontrée : 1880 (congrès du Havre, salle Franklin). Les syndicalistes (Keufer) y triomphent des collectivistes (Guesde). Ce sens particulier disparait avec le courant modéré et le désignant lui échappe en partie après le congrès de Bordeaux de 1882. Le terme est alors repris dans une acceptation plus large (syndicaliste = tout militant syndical) : cf. B. MALON et sa Revue socialiste, syndicaliste et coopérative née en 1885.

16 Première datation : A. ESQUERRE, Le néo-syndicalisme et le mythe de la grève générale, Bordeaux, 1913.

17 E. POUGET, Les bases du syndicalisme, 1906. De mème pour Griffuelhes, en France syndicalisme dénote une “théorie qui résume et contient toute l’action ouvrière” (3 avril 1907).

18 cf. E. MARTIN SAINT-LEON, Histoire des corporations de métier, Paris, 1922, Genève, Slatkine reprints, 1976, livre 7, “La loi sur les syndicats”, p. 660-708.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540