Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Quand un mot en cache d’autres : le vocabulaire de “l’association” en 18481

Texte intégral

  • 1 Article paru dans Prévenir, Cahiers d’étude et de réflexion édités par la Vie mutualiste, 13, 1986, (...)

“Ouvriers, associez-vous !”
(ancien refrain de L’Atelier)

  • 2 Les citations de Proudhon sans références sont extraites des Carnets 4, 5 et 6 édités chez Rivière, (...)
  • 3 Qui détient l’argent ? Qui détient le pouvoir ? R. Gossez pose ces questions en détail : “Quelle as (...)

1Aucun terme n’a de source plus ouvrière qu’association : “Le peuple n’a pas fait le fouriérisme, ni le saint-simonisme, ni le communisme : il a fait l’association” écrit Proudhon2. Mais aucun terme n’est plus ambigu en 1848. Tour à tour, les historiens privilégient à son propos des désignations différentes, voire opposées. Qu’entendre par association ? La coopérative ouvrière de production ou l’entreprise paritaire3, la communauté agrico-artisanale, la mutuelle de secours ou la société de résistance, la loge compagnonnique, la société révolutionnaire ? ce débat est piégé. Que l’on insiste sur l’un ou l’autre aspect des associations envisagées ou créées en 1848, toute prise de position conduit forcément à inscrire l’associationisme quarantehuitard dans une idéologie précise : autonomisme ouvrier ou collaboration de classes, communisme utopique et colonisateur, maçonnerie oeuvrière, lutte des classes, philanthropie légaliste ou syndicalisme offensif ? Est-ce pour cela que le mot fait fureur dans certains milieux ? Est-ce pour cela que Proudhon a rompu, précisément au cours de la Révolution de 1848, son pacte avec lui ? Il se méfiait dès 1847 :

“Une idée intelligible cesse de l’ètre le jour où l’esprit s’en empare et aspire à l’analyser : il en est ainsi de l’idée d’association. Rien de plus simple, de plus clair, de plus facile, de plus catégorique, de plus péremptoire au premier coup d’oeil. Rien de plus complexe, de plus obscur, de plus épineux, de plus indécis, de plus incertain dès qu’on l’aborde.” (p. 31)

2Parcourons les Carnets de Proudhon, si sensibles à la précarité retorse des usages : malgré quelques notes dissonantes où le sceptique montre l’oreille, association y évolue jusqu’en 1847 dans un contexte plutot mélioratif : “Association. Fraternité” (p. 75), “Toute action de l’homme… est de droit naturel, jusqu’à ce que l’association vienne la régulariser et l’ennoblir en la purifiant et la transformant” (p. 113). Synonyme de pacte social, le terme se resserre sur “notre système d’association”. Le mot sert de rubrique. Autour de lui s’accumulent des notes mutuellistes et échangistes qui le modèlent peu à peu : “Association. – Le moment viendra où l’échange sera partout organisé sans argent” (p. 133). La multiplicité des acceptions a pourtant de quoi décourager. Témoin la page 253 des Carnets :

“Soigner le développement de cette idée : que la constitution de la société n’est pas une association… Troplong a donc eu raison de dire que l’association avait donné ses derniers résultats : mais il n’a pas vu que la société n’avait pas dit son dernier mot. Mais la mutualité est-elle ou n’est-elle pas une forme d’association ?… La société vue d’un certain point de vue (est) un système d’associations plus ou moins étroites, une échelle sociale, une société progressive…”

3Et plus la réflexion avance, moins le mot association lui convient. Mutualité prend le dessus et devient rubrique à son tour. Vers la fin de 1847, Proudhon s’est complètement retourné contre association, terme qui piège l’individu :

“Point d’associations ! Cela gène la liberté. Permission de les faire [les journaux] dans les limites de la justice : mais point de secte. Une association est une coalition ! La société n’est pas une association. Toute adhésion à une association quelconque est une aliénation de la liberté” (p. 248).

4En janvier 1848, il réagit ainsi, contre la liberté des sectes pronée par P. Leroux :

“Loi sur les sectes. – Tout enseignement, toute association, toute théorie ou utopie, qui serait tenté ou propagé en sens contraire du développement authentique des institutions et de la liberté, sera interdit…”

  • 4 M. TOURNIER, Un Vocabulaire ouvrier en 1848. Essai de lexicométrie, thèse, Université de Paris 3, f (...)

5On a compris : pour Proudhon, association est devenu la proie des “sectes” utopistes. L’utiliser, c’est courir le risque d’ètre prisonnier de leur idéologie anti-individualiste. D’où le silence proudhonien qui se fait peu à peu en 1848 autour du terme. Si nous avons regardé de près cette mort provisoire d’un mot chez un locuteur ouvrier très particulier, c’est pour deux raisons. Nous avons en effet constaté lors d’une étude précédente4 qu’association se trouvait tout simplement absent des textes retenus dans un échantillonnage proudhonien de quinze mille mots réalisé pour février-juin 1848 et nous avons voulu savoir pourquoi (sa surabondance dans les textes antérieurs étant non moins évidente). En mème temps, nous avons été étonné de la fréquence avec laquelle d’autres locuteurs ouvriers utilisaient ce terme (pétitionnaires, ateliéristes, mutuellistes, entre autres). Pourquoi cet emploi massif, si contraire à la méfiance de Proudhon ?

LES EMPLOIS DU TERME “ASSOCIATION”

6La réponse à la question précédente pourrait ètre : alors que des termes comme peuple et démocratie ne sont d’aucune aide en 1848 pour les ouvriers et les socialistes, puisqu’ils servent le jeu du conservatisme intelligent, association, fortement tenu depuis plus de vingt ans par la tradition mutuelliste, est un terme qui, à l’inverse, a pu jouer en leur faveur. Serait-ce leur cheval de Troie dans le camp bourgeois, le piège à démagogues et à libéraux, comme le slogan “organisation du travail”, son compère ? Chacun s’efforce d’attraper l’autre dans la nasse qu’il croit manœuvrer. Que dit ce mot-protée ou plutot à quoi sert-il et qui sert-il ?

7On peut, en gros, distinguer, en milieu ouvrier à cette époque, trois univers associatifs prépondérants en 1848 (si l’on met à part les sociétés révolutionnaires) : l’ancien secours mutuel, qui s’occupe de maladie, de retraite, d’éducation des enfants, de décès, de chomage, d’assistance aux nécessiteux, parfois de crédit ; l’organisation de la production, sollicitée par plusieurs orientations qui vont des esquisses utopiques à l’association économique capital-travail ou à son adversaire idéologique, le coopératisme ouvrier autonome ; la “résistance” ouvrière enfin, ce syndicalisme naissant, qui pose avec l’interdit d’atelier les préliminaires de la lutte de classe. En 1848, ces trois rubriques possèdent déjà toute une histoire. Les attestations qui vont suivre en feront découvrir l’ambigüité ; mais nous sortirions de la lexicologie des mots à trop vouloir établir la sociologie des choses. Restons au niveau des mots et des fonctions qu’ils semblent remplir.

  • 5 Cf. J. BENNET, La mutualité française, des origines à la Révolution de 1789, Paris, Coopérative d’i (...)

8La zone s’emploi “mutualiste” d’association fut d’abord occupée par d’autres dénominations. Prenant en partie le relai des collèges gallo-romains puis des ghildes nordiques, les noms qui ont pris en charge la renaissance du champ associatif artisanal ont puisé à des sources très diverses depuis le 12ème siècle : termes compagnonniques (devoir, loge, coterie, chambre), préfixés latins avec “cum” (confrérie, compagnie, conjuration, l’assemblée des assermentés, communauté), qualités morales muées en collectifs (fraternité, aumosne, charité ou carité, caritat), objets concrets devenus symboliques et usités aussi comme collectifs (boëte ou boiste, chandelle, cierge, bàton, chapelle, bureau, bourse commune). Viennent au 18ème siècle s’ajouter, en remplacement de termes tombés en désuétude, société philanthropique, fraternelle, amicale, bienfaisance, prévoyance, humanité, bourse, caisse, société de secours mutuels (en 1760 chez les menuisiers d’art). Le terme majeur jusqu’à cette époque est sans conteste confrérie5.

9Association semble plus tardif. Ce terme ne commence à apparaitre, en doublet d’ailleurs, qu’à la fin du 18ème siècle (“La confrairie ou association”). C’est au-delà de la Révolution, suite à l’interdiction des corporations et confréries en 1791 et à cette relance de l’associationisme ouvrier perceptible après 1820, que l’usage d’association, précédé par celui de société, devient prépondérant : désignants non compromis dans la liquidation sociale et terminologique de l’ancien régime ? Peut-ètre. En tout cas, ils occupent en 1848 à eux seuls presque tout le champ du secours mutuel.

  • 6 Les pétitions ouvrières de février-juin 1848 sans références sont extraites des cotes C 2232 et C 2 (...)

10Un échantillonnage de pétitions ouvrières envoyées au gouvernement provisoire entre février et juin de cette année-là abonde en emplois de ce type6. Témoin le chamoiseur Petit-Crétal, administrateur de la “Société de secours mutuel de Niort”, qui demande “qu’il soit créé au ministère des Travaux publics une division dite des ‘Associations de secours mutuels’” et propose un projet de loi dont l’article 1 spécifie :

“Il sera créé par chaque commune de la république une Société de secours mutuels. Ces associations formées sous le patronnage du gouvernement et la tutelle des conseils municipaux auront pour but : [1 – “secours maladie”, 2 – “éducation primaire et professionnelle”, 3 – “éteindre la mendicité”, 4 – “pension de retraite”]” (pétitions de mars 1848).

11C’est ce type de revendication, qu’il invoque la commune ou la corporation, qui aboutira aux lois du 8 mars et du 15 juillet 1850, où on lit que :

  • 7 Texte dans F. LEPINE, La mutualité, ses principes, ses bases véritables, A. Colin, 1903, p. 246.

“Les associations connues sous le nom de sociétés de secours mutuels pourront, sur leur demande, ètre déclarées établissements d’utilité publique…”7

12On constate ici à la fois la concurrence et la complémentarité des deux termes, association se situant souvent un degré au-dessus de société, à titre de générique dans le lexique préposé à l’organisation ouvrière.

13Un degré supplémentaire, et association joue à plein un role notionnel. Chez les théoriciens utopistes cela est visible dès les premières années du siècle. Fourier distingue, par exemple, la demi-association ou garantisme, l’association simple ou sociantisme et l’association composée ou harmonisme, selon le degré de fusion sociale (cf. Traité de l’association domestique agricole, 1822 et Le Nouveau monde industriel et sociétaire, troisième édition, 1848). Et l’on sait que c’est en discutant le contenu autoritaire donné à association qu’A. Thierry a rompu avec Saint-Simon, son “père adoptif”. En fait il n’est plus question de mutualisme mais d’organisation de la production ou plus exactement de cette “association capital-travail” qui va fleurir en 1848. Disciples de Saint-Simon et de Fourier en diffusent les slogans, dont on trouve des retentissements jusque dans certaines pétitions. Voici deux textes d’époque, suivis des reprises ouvrières de leurs formules :

“Association du travail et du capital. Désormais, dans toute entreprise industrielle, tous les travailleurs des deux sexes… seront associés, pour la répartition des bénéfices, avec les actionnaires ou capitalistes, en raison du travail des uns et du capital des autres, les pertes restant à la charge du capital” (Affiche d’O. Rodriguès, mars 1848, in 1848. Le Livre du Centenaire, éd. Atlas, 1848, p. 319 ; cf. aussi note de Proudhon, Carnets, vol. 3, p. 27, 4 mars 1848).

“Association libre et volontaire du Capital, du Travail et du Talent… Organisation de l’ordre nouveau où l’individualisme se combinera spontanément au collectivisme ; où la liberté se conciliera avec la hiérarchie ; où le Capital, c’est-à-dire le Travail à l’état accompli se mariera avec le Travail, c’est-à-dire le Capital à l’état naissant…” (V. Considérant, Le Socialisme dans le vieux monde, Librairie phalanstérienne, troisième édition, 1849, p. 49).

“Nous croyons que l’organisation du travail doit avoir pour base l’association des bras et du capital sans l’intervention directe de l’Etat… Capital et travail, vos droits sont égaux” (Christophe et Wattiez, pétition, mars 1848).

“…faire immédiatement l’application de l’association du capital avec l’industrie” (Varginix, pétition du 18 mai 1848 ; N.B. : le collectif “industrie” désigne ici les producteurs, sens saint-simonien).

“Les patrons et les ouvriers doivent concourir ensemble à organiser l’association et à établir entre eux une solidarité fraternelle et libérale. Il n’y a selon moi que par l’association entre les ouvriers et les patrons que l’on peut espérer de réussir à concilier deux intérèts jusqu’alors si peu disposés à s’entendre” (Hoffmann, pétition du 22 mai 1848).

“Association du Capital et du Travail. Société française d’imprimerie et de librairie…” (Statuts du 25 mars 1849, B.N. Lb 55.447).

  • 8 Cela est clair dès 1841 pour l’ateliériste Chevé, “Les nécessités de l’ordre social et de l’organis (...)

14Malgré la revendication insistante du “partage des bénéfices”, ce n’est pas l’écho saint-simonien qui domine. Plus nombreux sont les pétitionnaires ouvriers à souhaiter, derrière le mot association, l’affaiblissement voire la disparition du patronat8. Suffirait-il, pour cela de changer les termes (“Par l’association doivent disparaitre les dénominations de maitre et d’ouvrier, remplacées par celle d’associés, fraternellement unis dans l’intérèt de tous et de chacun”, rève un moment le mécanicien C. David dans sa pétition du 20 mai 1848) ? Non. Compter sur le temps, c’est-à-dire sur une socialisation progressive du capital, semble plus réaliste. C. David poursuit :

“Bien que je sois partisan de l’association intégrale, je ne suis cependant pas au nombre de ceux qui la croient possible immédiatement et sans transition […] Par le mode d’association, tout le monde a donc à gagner, associé gérant comme associés travailleurs commanditaires” (20 mai 1848).

15Les délégués des tailleurs d’habits Harreault et Leclerc sont aussi réalistes. Il s’agit pour eux de :

“…Former une vaste association, afin d’assurer à l’ouvrier tailleur, premièrement : la possession progressive du capital, deuxièmement : une part aux bénéfices de fabrication et cela suivant ses oeuvres, troisièmement : des secours et des soins, etc.” (pétition mai 1848).

16On voit ici comme l’association est vue dans une perspective à la fois évolutive (espérance dans le grignotage du capitalisme populaire) et globale (mixte de coopérative et de mutuelle).

17Pour d’autres pétitionnaires, le mot doit correspondre à des réalités plus tranchées : la coopérative ouvrière sans patrons, qu’elle soit indépendante ou aidée et régulée par l’Etat. Jules Leroux avait prèché la première dès 1833 par sa brochure Aux ouvriers typographes. De la nécessité de fonder une association ayant pour but de rendre les ouvriers propriétaires de leur instrument de travail. La seconde est pronée par Louis Blanc dans son ouvrage De l’organisation du travail (1840) :

“Ce qui manque aux prolétaires pour s’affranchir, ce sont les instruments de travail : la fonction du gouvernement est de les leur fournir… L’Etat est le banquier des pauvres… Le gouvernement serait considéré comme le régulateur suprème de la production… Les travailleurs… étant tous intéressés au succès de l’association, la hiérarchie sortirait du principe électif. On ferait tous les ans le compte du bénéfice net, dont il serait fait trois parts ; l’une serait répartie par portions égales entre les membres de l’association ; l’autre serait destinée 1°) à l’entretien des vieillards, des malades, des infirmes, 2°) à l’allègement des crises…, 3°) à fournir des instruments de travail à ceux qui voudraient faire partie de l’association…” (“L’Atelier social”, cité dans 1848. Le Livre du Centenaire, p. 299).

18Chez les pétitionnaires de 1848 ces thèmes sont abondamment repris. Les textes suivants illustrent les deux attitudes de l’autonomisme et du subventionisme.

“Quel remède apporter à la concurrence ? L’association absolue des travailleurs. Comment doit-elle se pratiquer ? Par l’association complète de tous ceux qui participent à la fonction et à l’administration de notre industrie (les patrons étant admis comme simples travailleurs)… Une association assise sur ces bases, maitresse de l’industrie, se réglementerait par l’étude des besoins, de manière à faire supporter au mouvement du travail le moins possible de variations” (Travailleurs en porcelaine, pétition du 9 avril 1848).

“Nous avons adressé à votre Commission les statuts provisoires de notre association générale et fraternelle. Cette association fondée dans le but de soulager de grande misère et d’alléger l’Etat de grandes dépenses journalières, en retirant autant que possible les trois ou quatre mille ouvriers cordonniers des ateliers nationaux, est prète et constituée. Mais… les quelques mois écoulés depuis le commencement de l’année ne nous ont pas été favorables, pour que nous puissions faire seuls un versement de fonds nécessaire à notre entreprise…” (Cordonnerie de Paris, pétition du 16 juin 1848).

19Remarquons certaines épithètes : intégrale, absolue, complète, générale. Il s’agit bien d’annihiler la concurrence au profit de l’organisation nationale d’une production. Association, sans que cela soit dit, recouvre une exigence de monopole ouvrier.

20Mais le terme recouvre aussi et surtout coalition et résistance. Ces mots, jamais avancés car la loi les traque, sont lisibles à tout moment dans le filigrane des textes. Le cordonnier Efrahem, ancètre direct des pétitionnaires, le disait sans voile aucun dès 1833 dans sa célèbre brochure De l’association des ouvriers de tous les corps d’état, où s’esquisse déjà, derrière l’organisation du travail et la “caisse d’épargnes et de secours”, une sorte de syndicalisme généralisé :

“Vous comprenez tous parfaitement que l’association a le double avantage de rassembler toutes les forces et de donner à ce tout une direction… Si nous sommes divisés, morcelés, si nous ne nous entendons pas entre nous, nous serons obligés de nous rendre à la discrétion de nos bourgeois. Il faut donc un lien qui nous unisse, une intelligence qui nous gouverne, il faut une association… Ainsi donc, Citoyens, le premier pas à faire c’est de former un corps, composé de tous les travailleurs du mème état, de donner à ce corps une administration qui le gouverne, une commission qui discute avec les maitres du corps d’état, ou qui reçoive, de la main des consommateurs, l’ouvrage à faire et qui le distribue aux associés, de cette manière, quand les ouvriers se plaindront de la modicité de leurs salaires…, leur commission prendra la défense de leurs droits et de leurs intérèts ; à un jour, à une heure, à un signal donné par elle, tous les ouvriers abandonneront leurs ateliers et chomeront pour obtenir des maitres l’augmentation du prix réclamé… Mais Citoyens, vous n’auriez pas atteint le but que vous vous proposez si vous n’appliquiez aux corps d’état entre eux le principe d’association… Il serait bien d’abord de former des associations par corps d’état ; d’établir une correspondance entre ces associations, au moyen de députations déléguées par chacune d’elles ; d’instituer un comité central qui formerait un tout et qui fit de ces sociétés partielles une association générale, compacte et forte ; enfin une caisse centrale d’épargnes et de secours, où seraient mis en réserve les fonds nécessaires pour soutenir les ouvriers qui feraient grève” (texte dans La Parole ouvrière, 1830-1851, Coll. 10/18, 1976, p. 160-167).

21Les projets quarante-huitards sont à l’image de ce programme. Les associations de producteurs s’y fixent en effet pour premier objectif la défense du tarif. Ainsi “l’Association des paveurs”, tout en prétendant “affermir le principe de fraternité si nécessaire à l’union des ouvriers et des patrons” (paravent de la collaboration de classe) et “réunir tous les travailleurs en une mème famille pour se prèter des secours mutuels” (simple neutralité ou solidarité gréviste ?) se déclare “fondée en vue d’établir l’unité dans le travail et l’accord dans les prix” (cf. R. Gossez, Les ouvriers de Paris, p. 133). Plus claire encore la déclaration des “ouvriers en papiers peints” qui fondent une “Société générale” en posant coup sur coup les trois principes que nous avons distingués au départ : syndicaliste, mutualiste, productiviste.

“Le but de l’association est : premièrement la défense du travail… la fixation des salaires et le maintien des tarifs adoptés par la Commission. Deuxièmement améliorations de la classe des travailleurs… les secours en tous genres et la fondation d’écoles élémentaires et de dessin. Troisièmement la fratenité dans toute l’étendue. Quatrièmement l’organisation du travail. On comprend, par cette quatrième règle, l’ouvrier participant aux bénéfices du fabricant ou s’exploitant par lui-mème…”

DEGUISEMENTS, DESARROI OU MUTATION

  • 9 J. DECLAREUIL, Histoire générale du droit français, des origines à 1789, Paris, Sirey, p. 308-310. (...)

22A la lecture de ces textes on apprend à se méfier des mots. Non seulement d’association et de société, mais de fraternité (terme central en 1848, piège et contre-piège), et de lexies banalisées comme “caisse d’épargne”, ou “secours mutuels” qui peuvent dissimuler – on le voit – l’organisation de la résistance ouvrière (“secours en tous genres”, “fraternité dans toute l’étendue” : signifient “jusqu’à la grève incluse” !). Cette pratique du déguisement lexical est une des plus anciennes du monde du travail. Déjà certaines ghildes, “ayant pour but, au moins appparent, l’entraide”, étaient, au Moyen-Age, considérées comme “douteuses” et appelées, dans les textes législatifs, des “collegia illicita”9. Mème suspicion et mème condamnation, des siècles plus tard, lors de la flambée associationiste des années 1830. Le 14 mai 1838, le ministre de la Justice décrit les associations comme “une levée de boucliers contre les maitres, une ligue organisée pour les placer sous la dépendance des ouvriers” et met ainsi les points sur les i :

“Si les ouvriers décidés à devenir maitres s’associent en nombre restreint pour créer une exploitation ou maison de commerce, cela est bien et licite. Mais si tous les ouvriers d’un état – ou un grand nombre – s’entendent pour déserter les ateliers et s’associent à cet effet, il y a coalition. L’acte qui a pu intervenir entre eux n’est pas lui-mème punissable, mais il est un indice de délit” (cité par R. Gossez, Thèses, p. 1902).

  • 10 Voir plus haut, p. 67-82.
  • 11 Trois millions ont été votés par l’Assemblée en 1848 pour encourager ce type d’associations, soit u (...)

23Ce qui s’efforçait au secret (compagnonnages) et au camouflage (confréries puis mutuelles) depuis si longtemps a trouvé en 1848 un moment de franchise. Se parant du “droit sacré d’association” arraché dès le départ, le mouvement ouvrier a cru, pendant les quatre mois révolutionnaires, pouvoir parler à voix plus haute. Certains déguisements lexicaux sont tombés. On ose évoquer dans les propositions de statuts la “défense du tarif, la fixation d’un “salaire minimum” à “garantir”, le “maintien du prix de façon”, sans toutefois utiliser les termes interdits par la loi : coalition, résistance, grève (qui apparait cependant chez les porcelainiers, mais avec le sens ambigu que le mot avait à l’époque, oscillant encore entre chomage imposé par les faits et cessation décidée par les travailleurs10). Cette franchise relative ne porte pas chance. Dès juillet 1848, les autorisations se font plus rares, les interdictions surprennent des coalitions ouvrières trop tot démasquées et surtout l’aide de l’Etat ne se porte que sur les association de production non antipatronales et dùment vérifiées11. Fin 1849, le rideau est retombé. La lutte sourde des mots reprend. Aussi les multiples projets d’association qui voient le jour jusqu’au dernier tiers du siècle doivent-ils faire l’objet d’une double lecture, sur et entre les lignes. Mais comment lire le non-dit ? L’entrepreneur de roulage Eugène Blanc écrit à ce propos :

  • 12 Le Renseignement, 1851. Derrière les canuts et les ferrandiniers lyonnais, qui reprenaient la tradi (...)

“Les sociétés secrètes frappées par la loi se sont réfugiées tout armés dans les caisses de secours qui couvrent leur propagande infatigable de leur caractère légal et autorisé et leur fournissent le nerf de la grève… Les caisses de secours actuelles ne sont pas autre chose que le budget organisé des révolutions”12.

24E. Blanc reprend ici les calomnies habituelles de la police lorsqu’il affirme que “Association de secours mutuels” sert de paravent à “Société révolutionnaire” ; mais il ne se trompe pas en écrivant à la suite : “Les ouvriers comptent sur leur caisse de secours pour alimenter leur oisiveté volontaire”. Jusqu’à la fin du siècle presque, associations licites et grèves illicites auront partie liée.

25Voilà pourquoi association pousse en avant de plus belle, après 1848, secours, fraternité, entraide, bienfaisance, prévoyance, assistance, émulation (terme bien vu en milieu catholique), etc. Comment ne pas applaudir aux projets ouvriers devant tant de mots de si bonne compagnie !

  • 13 La notion de “désarroi lexical” (par intrusion du politique dans la légalité) a été illustré par R. (...)

26Mots sous haute surveillance pourtant : les décrets-loi de 1850 et 1852 fixent des conditions sévères aux sociétés de secours mutuels “autorisées” ou “approuvées”. Preuve que les statuts déposés déterminent toujours autant de suspicion que sous la Monarchie de juillet. On ne sait pas trop à quel mot se fier. D’où le “désarroi”13 sémantique qui semble avoir saisi le lexique de l’associationisme ouvrier à cette fracture du siècle. Ce désarroi a deux autres raisons que nous évoquerons très rapidement : la sacralisation d’association qui a noyé le terme dans des discours de tribune, la confusion idéologique du mouvement ouvrier lui-mème.

27Sacralisation ? C’est évident. La prise en charge du terme par tout un vocabulaire religieux est typique de l’enthousiasme quarante-huitard. “L’association est le salut de tous”, proclame Eugénie Niboyet dans La Voix des femmes du 10 juin 1848. Tout devient association en 1848. Les proclamations s’ouvrent, avec cette clé, sur les perspectives fraternisantes que le public attend. Témoin le pétitionnaire Chambelland :

“Loi d’association universelle par le travail… De cette association générale et spontanée résultera un dévouement plus intime de tous à la chose publique, un sentiment plus vif et plus profond de la fraternité, une confiance plus étendue et plus sincère entre ceux qui possèdent la fortune et ceux qui ont besoin de travailler pour l’acquérir” (avril 1848).

28Quel est le moyen de cette “association universelle” proposée par Chambelland ? Un simple impot sur l’oisiveté… Autant dire que la fonction de la lexie ressemble plus à un chant d’ouverture, une invocation, qu’à la définition d’un type de société ou de groupement. Le terme monte ainsi au niveau d’abstraction et de symbolisme atteint par liberté, travail ou propriété. Un sous-titre du Journal des pauvres de Deplanque, Boissy et d’Atlthon-Shée, dans son premier numéro de 1848, le fait figurer dans cette compagnie selon la disposition suivante :

LIBERTE

TRAVAIL

PROPRIETE

ASSOCIATION

29“Association” est un drapeau. C’est P. Vinçard qui le dit :

  • 14 “Adresse à la Nation française”, avril 1848. Texte dans les Affiches rouges, p. 126-127.

“Nous voulons que l’Association, sous toutes ses formes, soit le seul et unique drapeau qui doive rallier tous les travailleurs. Nous voulons que le mot et l’idée d’exploitation de l’homme par l’homme soient rayés de toutes les institutions gouvernementales”14.

30Antagonique “d’exploitation de l’homme par l’homme”, association l’est aussi de concurrence. Voici, sous la plume d’Owen (en français), le clivage des mauvais et des bons sentiments :

  • 15 Voir note 14.

“C’est le commencement d’une ère nouvelle pour l’humanité. Elle passe des principes faux à la vérité, de l’ignorance à la science, de la pauvreté aux richesses, de la désunion à l’union, de l’oppression à l’indépendance, de la concurrence à l’association, de la guerre à la paix, de la méfiance universelle à la charité universelle, de la haine à l’amour et à la fraternité”15.

31Mot-protée, mot-devise, il ne reste plus qu’un degré à atteindre : le mot-miracle. Atteignons-le avec Pauline Roland :

“Par le mouvement d’association s’accomplira l’entière destruction de la féodalité industrielle, l’abolition des droits seigneuriaux de l’oisiveté capitaliste, c’est-à-dire de l’usure et de l’exploitation de l’homme par l’homme” (Edith Thomas, Pauline Roland, Paris, Rivière, 1956, p. 129).

32Rien n’est pire en politique que les mots malades de lyrisme. Mais cela n’est-il pas en retour le signe de la conquète d’un droit fondamental ?

  • 16 Cf. S. BONNAFOUS, J.-P. HONORE, M. TOURNIER, “La désignation politique en France de 1879 à 1914”, H (...)

33La confusion des sens vient aussi de la confusion de l’esprit. Au 19ème siècle, le mouvement ouvrier n’en est pas exempt ; sa maturation aura besoin du siècle. Si les quarantehuitards comme les mutuellistes ont souvent pris ensemble et l’entraide humanitaire et l’organisation professionnelle et la revendication salariale et la promotion politique de nouveaux droits, ce n’est pas que les mots manquaient pour désigner des groupements spécifiques, c’est que ces quatre objectifs n’étaient pas encore nettement séparés dans leur esprit (ni peut-ètre séparables avant la révolution industrielle). B. Malon ne fonde-t-il pas à Puteaux en 1866 une société “La Revendication”, terme syndical s’il en est, sur le modèle des Pionniers de Rochdale (1844), c’est-à-dire une coopérative ouvrière doublée d’une mutuelle ? Il faudra attendre 1879 pour qu’un congrès ouvrier, celui de Marseille, tranche dans le vif en éliminant de la “Fédération du Parti ouvrier” coopérateurs et mutualistes, qui tiendront désormais leurs congrès nationaux à part. Et c’est plus tard encore, sous la poussée anarcho-syndicaliste, que parti et fédération se sépareront à leur tour16. Après 1848, aux prises avec ces problèmes idéologiques, tout le champ lexical de l’associationisme entre en mutation. C’est alors que des termes non compromis prennent leur place. Syndicat et sa famille qui s’empareront du gouvernail revendicatif en constituent le meilleur exemple.

  • 17 Cf. Histoire du droit français, p. 313, J. BENNET dresse la liste des titres des administrateurs de (...)
  • 18 In P. JACCARD, Histoire sociale du travail, Paris, Payot, 1960, p. 289. On remarquera la co-dépenda (...)
  • 19 “Les citoyens de mème état ou profession, les ouvriers et compagnons d’un art quelconque ne pourron (...)

34Certes syndic, syndicat, syndical ne sont pas des nouveau-venus. Dès le Moyen-Age, ces termes ont pu servir aux artisans et aux compagnons libres pour désigner leurs organisations. “L’administration du métier, écrit J. Declareuil, était confiée à des officiers qui portaient les noms de gardes ou de jurés, parfois aussi de syndics… élus diversement par leurs confrères ou nommés par les autorités municipales”17. On retrouvera plus tard des mentions de cette famille de formes dans la désignation des seuls compagnons devoirants et de leurs coalitions : en 1730, à Montpellier, le procureur du roi accuse les devoirants d’avoir “entrepris de faire un syndicat entre eux” contre “le corps des maitres menuisiers et charpentiers” dans le but de “défendre à certains compagnons de travailler dans certaines boutiques”18. En 1791, la loi Le Chapelier s’oppose à la nomination de “syndics” ouvriers19. 1807 : la chasse aux “syndicats secrets” continue. Une Statistique de la préfecture de police signale :

  • 20 Cité par P. KESSEL, Le prolétariat français, Paris, Pion, 1968, I, p. 189. En 1819, le ministre de (...)

“L’ancienne institution connue sous le nom de Compagnons du devoir… consiste en une sorte de syndicat secret donnant des lois aux ouvriers qui veulent s’y soumettre et, pour prix de cette dépendance, leur donnant aussi des secours quand ils en ont besoin. Elle favoriserait de fréquentes coalitions, si elle n’était pas contenue par une grande surveillance”20.

35Quant à “chambre syndicale”, cette lexie ne désigne qu’un groupement autorisé, donc patronal, jusqu’en 1848. Voltaire y fait allusion dans une lettre à Helvétius du 27 octobre 1760, lorsqu’il se plaint des agissements de la “chambre nommée syndicale” des libraires en faveur des contrefaçons. Ces diverses attestations montrent que la famille de syndicat possède suffisamment de racines traditionnelles dans les métiers manuels pour qu’elle puisse resurgir en 1848. En mème temps, la rareté des emplois empèche que le terme, peu vulgarisé et demeuré relativement technique, dénué de toute péjoration (les autorités font suivre syndicat de l’adjectif secret afin de signifier son illégalité), ne soit socialement trop compromis par “coalition” ou par “grève”. Bref, il est connu mais peu marqué, donc disponible.

  • 21 “Note pour Messieurs les membres du Comité spécial des Ateliers nationaux sur les mesures à prendre (...)

36En 1848, plusieurs locuteurs d’idéologie différente ont cherché à étendre l’emploi du terme. C’est à partir de là que la famille de syndicat s’est coupée en deux parts : celle des formes adaptées au monde ouvrier, et dont l’utilisation et la variété vont s’élargir, celle des formes à usage technique (syndic) ou ambivalent (chambre syndicale). Quels sont ces locuteurs ? Des initiatives individuelles sans grand écho démontrent la fluidité de syndicat. Le saint-simonien Guépin, préfet en Loire-Inférieure en 1848, entend promouvoir des “syndicats d’ouvriers”, vraies entreprises autogérées sous le controle d’ingénieurs d’Etat (Jaccard, p. 294-295). De son coté, Emile Thomas, le directeur des Ateliers nationaux, fait au gouvernement des “propositions” visant à la “création d’un syndicat dans chaque corporation, composé de dix ouvriers nommés par tous les ouvriers de métier et de dix maitres (commerçants et fabricants) nommés par les maitres”21. Paritaires dans leur composition, greffés sur la “famille professionnelle”, ces syndicats serviraient à la fois “d’organisations de secours mutuels”, de “bureaux de placement” et de “conseils de prud’hommes”, vaste champ de références. Les travailleurs eux-mèmes, surtout dans le domaine de la consommation, commencent à désigner de cette manière certaines associations corporatives, telles que le “Syndicat des boulangers de Paris” créé en 1848 ou le “Syndicat général des associations culinaires” qui regroupera quatorze associations le 17 janvier 1850. Quant au “Syndicat général des associations de travailleurs”, il prend, en novembre 1848, l’appellation de “Chambre du travail” ou de “Chambre syndicale des associations ouvrières”, avant de devenir la” Mutualité du Travail”, en février 1849, pour faire la police des associations.

  • 22 Dans J. JULLIARD, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Le Se (...)
  • 23 Voir R. GOSSEZ, Les Ouvriers de Paris, p. 334-340 et surtout Thèses, p. 896-921. Textes dans Banque (...)

37A partir de ces emplois proprement ouvriers, tout un lexique va peu à peu se réorganiser autour de syndicat. On trouvera syndicalisme à la fin du siècle, chez F. Pelloutier, le fédérateur des Bourses du travail, délégué en 1894 au congrès de Nantes du “Syndicat” des journalistes socialistes et de l’union des “syndicats” du bronze22 ; syndicaliste apparait au congrès du Havre de 1880 ; syndiqué (revenant du 18ème siècle) et non-syndiqué sont issus des mèmes milieux vers 1895 ; “Les syndicaux”, constitue vers 1876 le titre d’une brochure des “Communeux” de Londres. Quant à syndicat, l’intervention qui a fait pencher la balance des emplois vers le monde ouvrier semble résider dans les discussions ardentes menées autour des projets de Proudhon, les propositions de Lechevalier, et enfin le rapport de la commission des délégués du Luxembourg, qui ont entrainé la fondation devant notaires, le 31 janvier 1849, d’une banque d’échange, sorte d’anti-Banque de France dénommée la “Banque du peuple”. Deux “syndicats généraux” sont proposés aux adhérents : l’un pour la production, l’autre pour la consommation23. Certes, syndicat ne sort pas dans cet exemple de ses fonctions traditionnelles. Il s’agit toujours d’une organisation administrée par un syndic, dont les pouvoirs résultent d’une délégation consentie par les adhérents.

  • 24 Parmi les “attributions” du Syndicat général de la production, on peut relever de mème la constitut (...)

38Mais deux remarques s’imposent à cause de leur retentissement sociologique, donc sémantique. Tout d’abord, tels qu’ils sont conçus, dans cette seconde moitié de 1848, ces syndicats proudhoniens passent de la structure verticale des métiers à une structure horizontale intercorporative : ce qui fera toute l’évolution fédérative puis confédérale des organisations ouvrières. On peut observer, par exemple, que les secours, les retraites, les assurances, dont la distribution est envisagée dans l’article 15 de l’acte de création de la “Banque du peuple”, reposent sur une solidarité beaucoup plus large que celle du simple métier24. Seconde remarque : les heurts ont été grands entre Proudhon, suivi par les “coopérateurs” qui insistaient sur la circulation des billets et sur les associations de production et de consommation (thèmes : l’échange et le crédit gratuit), et certains délégués plus interventionistes au niveau de l’Etat ou plutot violemment antipatronaux (thèmes : lutte en direction de l’Etat ou priorité donnée au combat anticapitaliste – influences croisées de L. Blanc et de Blanqui ?). Lieu de heurts entre économistes ouvriers et militants politisés, dans sa naissance mème, ce nouveau lexique “syndical” se trouve dès la fin de 1848 devant deux voies d’évolution de plus en plus divergentes. La condamnation de Proudhon à trois ans de prison pour délit de presse, le 28 mars 1849, l’échec de la “Banque du peuple” tiraillée entre deux ou trois tendances, sa liquidation en pleine ascension (elle atteignait presque trente mille adhérents) vont fermer à ce lexique la voie de l’échange coopératif, qui trouvera d’autres termes et d’autres lieux pour s’exprimer, au profit du syndicalisme revendicatif ou révolutionnaire. L’histoire peut ainsi décider du destin des mots.

39Le syndicalisme, avant de marquer ses propres mots de son empreinte, a appris à vivre, en période d’illégalité, soit en secret soit à l’abri de noms d’emprunt. Le problème du “sens” de ces termes est donc, pour une bonne part, un faux problème, qui ne concerne pas l’histoire et à peine la lexicographie. Avant de définir ce qu’ils veulent dire, renseignez-vous sur le service qu’ils rendent et à qui ils le rendent : comment les acteurs sociaux les ont impliqués dans leurs conflits de pouvoir. Aucun mot n’est innocent.

Notes

1 Article paru dans Prévenir, Cahiers d’étude et de réflexion édités par la Vie mutualiste, 13, 1986, p. 113-126.

2 Les citations de Proudhon sans références sont extraites des Carnets 4, 5 et 6 édités chez Rivière, Paris, vol. 2, 1961 et 3, 1968.

3 Qui détient l’argent ? Qui détient le pouvoir ? R. Gossez pose ces questions en détail : “Quelle association ? C’est-à-dire au profit de qui ? Organisation des travailleurs pour le monopole de leur force de travail par les corps d’état constitués que veulent ètre les sociétés fraternelles ? Associations fraternelles des corps d’état formés en compagnies pour le monopole de leur industrie, comme les deux mille tailleurs de Clichy en donnent l’exemple dès mars 1848 ? Associations de travail concurrentes entre elles… ? Associations des capitaux pour le monopole du crédit par les banques ? Associations des industriels pour le monopole de la production ? Autant de projets alors explicités sans que l’essentiel soit décidé : d’où viendrait l’initiative…” (R. GOSSEZ, Le mouvement social, n° 79, p. 36-37). Des thèses de R. GOSSEZ (Sorbonne, section d’histoire) seule la première partie a fait l’objet d’une publication, sous le titre Les Ouvriers de Paris, dans la Bibliothèque de la Révolution de 1848, tome 24, 1967.

4 M. TOURNIER, Un Vocabulaire ouvrier en 1848. Essai de lexicométrie, thèse, Université de Paris 3, février 1976.

5 Cf. J. BENNET, La mutualité française, des origines à la Révolution de 1789, Paris, Coopérative d’information et d’édition mutualiste, 1981.

6 Les pétitions ouvrières de février-juin 1848 sans références sont extraites des cotes C 2232 et C 2233 des Archives Nationales.

7 Texte dans F. LEPINE, La mutualité, ses principes, ses bases véritables, A. Colin, 1903, p. 246.

8 Cela est clair dès 1841 pour l’ateliériste Chevé, “Les nécessités de l’ordre social et de l’organisation des travailleurs exigent que les instruments du travail forment avec le temps un domaine public, fonds commun, impersonnel et inaliénable, qui, sous une direction unitaire et centrale, soit exploité coopérativement par des associations ouvrières” (L’Atelier, juillet 1841, B.N. LC. 2-1474).

9 J. DECLAREUIL, Histoire générale du droit français, des origines à 1789, Paris, Sirey, p. 308-310. “Libres ou demi-libres [artisans] pratiquaient au moins dans le Nord, sous le nom de gildes, des associations de défense, de secours, d’assurances mutuelles, fondées sur le serment, mais que les conciles réprouvaient au nom de la morale et les capitulaires en considération de l’ordre public” (Ibid., p. 155).

10 Voir plus haut, p. 67-82.

11 Trois millions ont été votés par l’Assemblée en 1848 pour encourager ce type d’associations, soit un million à Paris réparti entre trente associations ouvrières et deux associations mixtes, et deux millions en province répartis entre douze associations ouvrières et quinze associations mixtes (d’après A. LIESSE, La Question sociale, éditions Flammarion, s.d., 1894, p. 238).

12 Le Renseignement, 1851. Derrière les canuts et les ferrandiniers lyonnais, qui reprenaient la tradition syndicalo-mutualiste des “griffarins” (imprimeurs) du 16ème siècle, préfets et généraux ne voyaient-ils pas s’agiter qui des républicains, qui des carlistes, qui des bonapartistes, qui des saint-simoniens, et cela dès 1831 ? Guizot écrit dans ses Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps : “Des meneurs républicains, des agents légitimistes, les sociétés secrètes et les conspirateurs de profession essayèrent de détourner à leur profit ce redoutable mouvement”.

13 La notion de “désarroi lexical” (par intrusion du politique dans la légalité) a été illustré par R. L. WAGNER, dans son étude sur “Déportation” et “Transportation” (cf. Les Vocabulaires français, Paris, Didier, 1970, Tome II, p. 143-150).

14 “Adresse à la Nation française”, avril 1848. Texte dans les Affiches rouges, p. 126-127.

15 Voir note 14.

16 Cf. S. BONNAFOUS, J.-P. HONORE, M. TOURNIER, “La désignation politique en France de 1879 à 1914”, Histoire de la Langue française, 1880-1914, éd. du CNRS, 1985, p. 41-48.

17 Cf. Histoire du droit français, p. 313, J. BENNET dresse la liste des titres des administrateurs de confrérie aux p. 261-270 de sa Mutualité française.

18 In P. JACCARD, Histoire sociale du travail, Paris, Payot, 1960, p. 289. On remarquera la co-dépendance sémantique qui lie à distance “syndicat”, “défendre” et “boutique” (lire : interdit d’atelier).

19 “Les citoyens de mème état ou profession, les ouvriers et compagnons d’un art quelconque ne pourront, lorsqu’ils se trouveront ensemble, se nommer de président ou secrétaire ou syndic, tenir registre, prendre des arrètés, former des règlements sur leurs prétendus intérèts communs (JACCARD, op. cit., p. 290).

20 Cité par P. KESSEL, Le prolétariat français, Paris, Pion, 1968, I, p. 189. En 1819, le ministre de l’intérieur dénonce une “coalition” des mariniers de Roanne sous le nom de “syndicat secret des ouvriers” muni d’une “caisse de sùreté” (Ibidem, p. 199). On remarquera à nouveau la corrélation entre syndicat et coalition.

21 “Note pour Messieurs les membres du Comité spécial des Ateliers nationaux sur les mesures à prendre”, citée par R. GOSSEZ, in Les Ouvriers de Paris, p. 377-378. On trouve aussi dans l’Histoire des Ateliers nationaux d’Emile THOMAS (Paris, 1848) l’expression “syndicats professionnels” désignant des organismes paritaires dirigés par un “syndic magistral” et un “régisseur professionnel”. Emile Thomas semble reprendre ici un thème et un terme de Bùchez qui proposait déjà en 1831 des “syndicats” prudhommaux pour les ouvriers de fabrique, qu’il oppose aux “associations” des ouvriers d’atelier (cf. H. DESROCHES, Solidarités ouvrières (1831-1900), Paris, Editions ouvrières, 1981, 1, p. 35-36.

22 Dans J. JULLIARD, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Le Seuil, p. 319 (Texte de Pelloutier, p. 399-405).

23 Voir R. GOSSEZ, Les Ouvriers de Paris, p. 334-340 et surtout Thèses, p. 896-921. Textes dans Banque du peuple (1848), à la suite de Solution du problème social (1848), Paris, Lacroix Verboeckhoven, nouvelle édition, 1868, p. 259-312. Cf. aussi P. SILVESTRE, Le Mouvement ouvrier jusqu’à la deuxième guerre mondiale, A. Colin, 1970, p. 11-13.

24 Parmi les “attributions” du Syndicat général de la production, on peut relever de mème la constitution d’une “assurance mutuelle de toutes les corporations”, celle d’une “caisse centrale pour les pensions de retraite” et la mention d’un financement des “services mutuels” en cas de “maladie, accident ou invalidité” par “une contribution de l’ensemble des travailleurs à la caisse générale”. “Syndicat” ouvrier = mutuellisme horizontal.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540