Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Travailleur aux prises avec l’histoire

p. 127-133


Texte intégral

DE LA PEINE A L’HONNEUR

1Travailleur a désigné (au 13ème siècle) le praticien d’une torture physique ou le responsable d’un tourment moral. Tel a dù ètre le cas du bourreau mérovingien, utilisateur du *tripalium (bàti de trois pals – de palus, le pieu), attesté au 6ème siècle sous la forme vulgaire “trepalium”. Devenu “travail”, ce trépied servait aussi bien au supplice de la “question” qu’au ferrage des chevaux.

2Des associations montrent l’extension de cette famille de mots1. Le supplice est associé au Christ, dès l’Estoire de Joseph – qui décrit dans ces termes la mise en croix : “Jhesus fu traveilliez” – supplice dont l’écho se prolonge jusqu’à Bossuet, lorsque celui-ci évoque “les grands travaux que Notre Seigneur a soufferts”. Violences et blessures sont associées à la guerre : le Roman de la Rose décrit ainsi une bataille à mort : “Tuit i hurtent, tuit i travaillent”. Pour Froissart, en 1327 les Ecossais étaient “fort travillant en armes et en guerres”, c’est-à-dire à la fois redoutables et durs à la douleur. Chez Béroul, on trouvait traval associé à “duel vif” (chagrin), tandis que, chez Philippe de Thaun, travaillement désignait une grande fatigue.

3Il en reste à la fin du Moyen-Age, à coté de l’idée de souffrance infligée ou subie, celle d’activité éprouvante. Déjà Chrétien de Troyes en recueillait l’expression en 1170 dans le chant des tisserandes :

“Et nous sommes en grand misère.
Mais s’enrichit de nos salaires
Celui pour qui nous travaillons.
Des nuits grande partie veillons.”

4Le chevalier du Quadrilogue invectif d’Alain Charrier (1422) oppose le “labour” du peuple à son propre “travail” (en doublet de “peine”) : “L’affliction est sur le peuple de labour et avons les paines et le travail”. Travailler signifiait donc tourmenter ou souffrir, puis soumettre ou être soumis à rude épreuve, valeurs fortes que l’on retrouve dans les “travaux d’Hercule” ou dans la “salle de travail” des accouchements (“Ils breoient comme femmes qui traveillent d’enfant”, écrit Joinville”).

5A la Renaissance, ce verbe tend à remplacer ovrer, ouvrer et besongner – du moins dans le domaine des travaux pénibles –, tandis que labourer se borne peu à peu à la charrue et aux champs. A la suite du verbe, le désignant travailleur évolue, mais, comme travail, beaucoup plus lentement. C’est au 17ème siècle seulement qu’apparaissent des emplois de travailleur dénotant non plus le tourment mais le labeur et l’ouvrage. Dans cette lettre de Voiture, par exemple, où travailleur signifie “terrassier” (sens attesté dans les dictionnaires de Richelet 1667 et de Furetière 1690 et étendu à tout métier pénible dans celui de l’Académie de 1694) : “Vous faites le mestier de travailleur, de soldat et de général tout ensemble […] vous soignez à fortifier un camp et à prendre une ville” (Voiture, 1634).

6Au 18ème siècle, dans les textes traitant de conflits sociaux, alors que travailler est d’un usage très courant avec son acception moderne, travailleur n’apparait guère, toujours supplanté par compagnon et par ouvrier :

“Défend Sa Majesté auxdits maitres fabriquants de débaucher les compagnons et ouvriers les uns des autres, en leur promettant des gages plus forts que ceux qu’ils gagnoient chez les maitres où ils travailloient.” (Arrèt du Conseil du Roi du 27 janvier 1739).

7Dans l’Encyclopédie, le terme travailleur ne sert à dénommer que les débardeurs de port. Il aurait dù pourtant bénéficier de l’engouement de la philosophie des Lumières pour l’“utilité”, les “arts” (métiers) et l’“industrie” (activité de production). Montesquieu constate que l’inégalité s’aggrave aux dépens du paysan méritant, nommé “homme de travail” : “Quelques citoyens principaux sont devenus insensiblement propriétaires de toute la contrée… L’homme de travail n’a rien” (Esprit des Lois, 1748). L’artisan, lui, trouve son éloge chez Rousseau : “L’artisan ne dépend que de son travail ; il est libre, aussi libre que le laboureur est esclave” (Emile, 1762). Il faut attendre la fin du siècle, pour que le désignant travailleur échappe au dédain et, enfin mélioré, contraste avec l’oisif puis, après la Révolution s’enrichissant de connotations morales, s’oppose au paresseux comme au riche. On en viendra alors à célébrer officiellement en 1848 la “grandeur du travailleur”.

8Car son emploi pluriel et absolu (sans déterminations) a fait entrer travailleur dans le discours sur les classes sociales et le paupérisme. Buonarotti le babouviste oppose la “classe des travailleurs” aux “partisans de l’opulence” (1828). Les saint-simoniens se donnent, écrit D’Eichtal, pour “mission de fonder le parti politique des travailleurs, indiquant par ce nom de travailleurs les classes qui souffrent, les ouvriers” (1831). Le mot va s’opposer à bourgeois et à capitaliste (au sens de possédant) dans le discours sur la “question sociale” des années 1830-1840.

9C’est au cours des mèmes années qu’il a conquis la position de terme générique qu’il possède aujourdhui, laissant progressivement à ouvrier la déclinaison en détail des relations professionnelles : “Si je me suis hasardé à prendre la plume, moi simple ouvrier, écrit le serrurier Pierre Moreau, c’est que j’estime que les travailleurs doivent s’instruire les uns les autres” (1843). Hugo parlera des “travailleurs de la mer” et Littré des “travailleurs agricoles”. (Le Dictionnaire de la Conversation dans sa seconde édition de 1865 entérinera cet élargissement du sens : “Sous ce nom [de travailleur] il faut comprendre depuis l’ingénieur, l’entrepreneur, le fermier jusqu’au dernier manouvrier”.2)

10En mars 1848, le mécanicien Lemoine éprouve le besoin de définir l’usage “supérieur” de travailleur sur une affiche : “Par ce mot travailleurs je n’entends pas parler seulement des ouvriers de l’industrie, mais encore des ouvriers agricoles, de tous ceux enfin qui occupent les degrés inférieurs de l’échelle sociale”. Au mème moment, le parlement ouvrier du Luxembourg, sous la présidence de Louis Blanc, prend le titre officiel de “Commission de gouvernement pour les travailleurs”. Certes L’Atelier, né en 1840, se dit encore le “journal des ouvriers”, mais, nouveau en 1848, est lancé un Journal des Travailleurs. Ce changement d’appellation était déjà le cas à Lyon en 1833. Marius Chastaing y cherchait à supplanter l’Echo de la Fabrique (journal propre aux canuts, chefs d’atelier) par l’Echo des travailleurs (à objectif élargi)3. Des relations d’hypéronymie tendent à s’établir, on le voit sous la Monarchie de Juillet, entre un travailleur incluant et un ouvrier inclus.

11La concurrence des deux mots est manifeste. Ils partagent, dans le discours des pétitionnaires ouvriers de 1848, de nombreux co-occurrents du domaine revendicatif et professionnel (délégués, associés, Luxembourg, marchandage, occupés, projet, livret, pension, salaire…). Ils rivalisent mème de noblesse chez les quarantehuitards, qui s’en emparent sous la bannière du “Peuple” : les candidats aux élections et les pétitionnaires font florir les oxymores du type : “ouvrier de la pensée”, “ouvrier de la parole”, “ouvrier de la plume”, “travailleur de l’intelligence”, “prolétaire intellectuel”. Francis Wey écrit dans son Vocabulaire démocratique (L’Illustration, 8 avril 1848) à propos des “ouvriers libres”… et désargentés : “Cette catégorie… embrasse la plupart des travailleurs intellectuels”. L’ironie s’applique à une valorisation contestée. Elle est ici le signe que, dans le sillage d’ouvrier, en 1848 travailleur était à l’honneur.

DE L’HONNEUR AU CHOMAGE

12L’analyse lexicométrique de plusieurs corpus de textes historiques (jacobins, quarantehuitards, communards, socialistes, communistes, vichystes, syndicalistes contemporains) montre une progression générale, bien que soumise à des à-coups, de l’emploi de la forme plurielle travailleurs dans l’usage socio-politique. Cette progression se fait, semble-t-il, aux dépens d’ouvriers. D’emploi majeur jusqu’en 1848, ce dernier terme parait chuter en proportion au cours du Second Empire, laissant la place à travailleurs (mais il faudrait examiner aussi le jeu de “classe ouvrière”, après celui de “classes laborieuses”). Jean Dubois a remarqué que dans les textes de la Commune, les proportions d’emploi des noms paraissaient s’inverser par rapport à 1848.

13Cela n’est pas encore vérifié au début du 20ème siècle, à cause en particulier d’une irruption très forte mais momentanée de prolétariat et prolétaires dans le discours de gauche. Comparons d’un siècle à l’autre les fréquences constatées pour les désignants nominaux et adjectivaux construits sur les thèmes linguistiques travail-, ouvr-, prolét- et salar- dans plusieurs corpus de forte taille traités au Laboratoire de Saint-Cloud.

Image 1.jpg

14Le fait est aujourdhui patent : ouvrier(s) est devenu un terme spécialisé et/ou d’usage traditionnel (on dit les “OP” ; les “OS” ; les “OQ”, les “ouvriers du Livre”) ; travailleurs, lui, occupe le terrain de la désignation politique (avec des exceptions pourtant en faveur d’ouvriers dans deux journaux “ouvriéristes” de la Collaboration, ainsi que dans certains tracts anarcho-maoïstes de Mai 1968). Travailleur s’impose seul désormais dans la nomination des nouvelles techniques : les “travailleurs de la robotique” commandent les “robots-ouvriers”.

15Ce constat exige pourtant un bémol. Dans le vocabulaire officiel des confédérations “ouvrières” contemporaines4, on a remarqué un triomphe quantitatif récent du pluriel salariés (à partir surtout de 1985), lequel semble se réaliser, à son tour, aux dépens des emplois de travailleurs. Cette montée au premier rang des fréquences de salariés (dans les résolutions votées en congrès) se fait accompagner par celles, non moins visibles, d’autres formes comme : emploi et emplois, chomage et chomeurs, négociation, garanties, insertion, modernisation, efficacité, évolution, entreprises, reconversion, mutation. En contrepoids, une nette diminution des proportions en fréquence est constatable pour d’autres formes qui avaient pris l’habitude, autour de travailleurs, de jouer sur un registre différent : luttes et lutte, transformation, socialisme et socialiste, société, capitalisme et capitaliste, classe, masse, besoins, information, stratégie, autogestion et autogestionnaire…

16Trop chargé d’histoire, travailleurs ne pourrait-il pas assumer les “mutations” corporatives qui se mettent en place ? Le terme serait-il lié sémantiquement à une vision plus proche de l’affrontement social et d’un “projet de société” que du partenariat négociateur, vision dont le mot salariés ne serait pas porteur ? Les syndicats resserreraient-ils aujourdhui leur attention sur les problèmes de l’emploi au jour le jour ? Un mot du long terme s’opposerait ainsi à un mot du court terme ? Restons linguistes : toute cette histoire des désignants ouvriers montre que ce n’est pas la langue qui bouge la première mais toujours les conditions de production et d’énonciation du discours. Les fréquences ne disent rien sur la langue, hors son usage ; elles parlent de la société.

Notes de bas de page

1 Cf. Mots, 36, septembre 1993.

2 Article “Capitaliste” dans Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Paris, Firmin Didot, seconde édition, 1865, tome 4, p. 411.

3 Dans le mème temps, “ouvriers”, “classe ouvrière”, “classe industrielle” et “tisseurs” désignent dans l’Echo de la Fabrique (1831-1834) aussi bien les chefs d’atelier que les compagnons salariés par eux. La Commission des canuts s’appelait en 1831 “Commission des ouvriers”. Mais, à partir de 1833, “travailleurs” l’emporte en fréquence de générique sur “ouvriers” dans les livraisons hebdomadaires de l’Echo de la Fabrique. D’où l’appel de Bernard, alors rédacteur en chef : “Travailleurs de tous les états… unissez-vous !”

4 Le laboratoire de lexicométrie politique de Saint-Cloud (INaLF, CHRS) a réuni et informatisé un corpus de plus de 750.000 mots comprenant toutes les résolutions votées en congrès national par les confédérations CGT, CFDT, FO et CFTC entre 1971 et 1990.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.