Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Le peuple quarantehuitard : un outil de classe1

Texte intégral

  • 1 Ce texte est extrait de ma thèse Un vocabulaire ouvrier en 1848. Essai de lexicométrie, ENS de Sain (...)

1Avant toute étude du fonctionnement de peuple dans le concert des termes qui servent en 1848 à la désignation sociale, on doit se garder de deux préjugés : s’imaginer que le mot est populaire, estimer qu’il fonctionne de façon stable. Il y a aussi la tentation de projeter dans le sémantisme ce que l’on sait des locuteurs ; les termes “opérés” deviennent si vite des concepts opératoires auxquels on a subrepticement donné un contenu notionnel.

2Au lieu d’attribuer d’emblée un sens intime à des formes, faisons l’inverse : chiffres en main, partons du constat le plus externe possible. Celui-ci nous conduira à envisager des hypothèses quant au fonctionnement de ces formes en 1848. Hypothèses dont nous testerons la pertinence et que nous serons amené à nuancer par l’analyse des séries lexicales, des référents et des contextes d’emploi.

PEUPLE ET SES COMPTES

3Une évidence s’impose d’entrée de jeu : l’indexation lexicale d’un corpus de textes quarantehuitard (regroupant 192.000 occurrences de mots) fait apparaitre peuple en tète de toutes les formes “pleines”. Si l’on en croit notre échantillonnage, peuple est le terme majeur du discours politique de l’époque. Mots grammaticaux comptés à part, il culmine avec 587 occurrences, suivi de loin dans la hiérarchie des emplois par travail, république, ouvriers et l’infinitif faire.

4Une telle fréquence repose-t-elle sur une accumulation progressive d’occurrences, régulièrement réparties tout au long des documents et des jours ? Absolument pas. Selon le locuteur ou le mois, le poids de peuple dans le lexique utilisé est plus ou moins fortement ressenti. L’importance que le corpus totalisé lui attribue est donc aussitot à nuancer. De simples calculs sur des écarts d’emploi vont nous montrer, dans les deux domaines, des oppositions de locuteurs et une évolution temporelle.

  • 2 Cette valeur théorique, ou “espérance mathématique”, est obtenue en multipliant la fréquence relati (...)

5Il suffit de comparer la sous-fréquence observée dans chaque cas de locuteur ou de mois à la sous-fréquence qu’obtiendrait peuple dans tel ou tel échantillon si la répartition de ses occurrences était parfaitement régulière2, valeur qu’on appelle “théorique”. Voici le tableau des écarts constatés :

Sous-fréquences observées et théoriques de peuple chez les 8 locuteurs

Sous-fréquences observées et théoriques de peuple chez les 8 locuteurs

Echantillon “politique”

Echantillon “politique”

6De très fortes différences d’emploi, en plus ou en moins, apparaissent dans la colonne de droite de ce tableau. Pour en juger plus valablement, il n’est pas inutile de mesurer chacune au Khi2, l’hypothèse neutre adoptée étant celle d’une distribution constante de peuple dans les huit “textes” du corpus (de longueur inégale). Nous obtenons les valeurs suivantes de Khi2 partiels : Pétitions : 142,36 ; L’Atelier : 0,05 ; Proudhon : 4,26 ; Chansons : 4,50 ; Hugo : 1,45 ; Lamartine : 23,12 ; Louis Blanc : 20,08 ; “Rouges” : 90,75. Avec un Khi2 total de 286,57 la répartition des occurrences de peuple est très loin d’obéir à une distribution régulière. Les tables de pertinence, au seuil de 5 %, n’indiquent aucune compatibilité possible entre l’hypothèse neutre et la répartition décrite : l’emploi de peuple n’est donc pas une constante lexicale des locuteurs de 48.

7En est-il de mème, de mois en mois, tous émetteurs confondus ? Cette question donne lieu à un second tableau portant sur les cinq étapes des évènements et des textes :

Sous-fréquences observées et théoriques de Peuple dans le temps

Sous-fréquences observées et théoriques de Peuple dans le temps

8L’examen des valeurs de Khi2 conduit à un nouveau rejet, aussi fortement affirmable, de l’hypothèse d’une distribution régulière. Peuple bouge sur l’axe du temps. A une inflation de la forme fin février 1848 (l’absence de pétitions ouvrières ce mois-là y est sans doute pour quelque chose, mais l’enthousiasme “populaire” aussi) répond une déflation générale en juin (d’autant plus évidente que la proportion dans le corpus de pétitions sous-employant le mot n’a pas changé depuis mars : 43 %). L’opposition la plus sùre se situe donc entre mai, où se renforce encore l’usage de peuple, et juin, où il semble brusquement se démonétiser.

9Mais examinons un instant les choses de plus près. Comment se module cette évolution dans le temps ? Etant donné que l’échantillonage est biaisé par un manque de pétitions durant la courte première période, on peut limiter l’examen aux quatre mois qui suivent. Sur ce laps de temps, deux sous-ensembles construits avec nos textes se prètent à une comparaison intéressante : au premier sous-ensemble qui réunit tous les locuteurs de mars à juin opposons un second constitué seulement par quatre émetteurs reconnus comme “ouvriers”. Les rangs dans l’index hiérarchique des mots-pleins obtenus par les formes peuple et ouvriers rendent manifestes deux évolutions très divergentes des emplois. On peut les repérer dans le graphique ci-dessous, où l’évolution dans l’ensemble des locuteurs est indiquée par des caractères romains et celle qui affecte le seul lot “ouvrier” apparait en italique.

Evolution de peuple et d’ouvriers (graphique des rangs)

Evolution de peuple et d’ouvriers (graphique des rangs)

10On voit bien sur ce graphique que les locuteurs “ouvriers” (en particulier les pétitionnaires et le journal L’Atelier) ont une nette tendance à mettre l’accent sur la forme ouvriers, laquelle obtient successivement les rangs 2, 3, 3, 1 contre 5, 5, 6, 21 pour peuple, alors que tous les quarantehuitards pris ensemble inversent le rapport des deux mots et privilégient plutot l’emploi de “peuple” (rangs : 3, 3, 1, 6 contre 3, 5, 8, 3 pour “ouvriers”). Un second constat interfère avec le premier : les descentes en rang d’une forme paraissent se faire au profit quasi symétrique de l’autre, et cela au sein des deux ensembles. Le moment le plus caractéristique de ce point de vue est l’inversion des rapports d’importance entre mai et juin : l’emploi en juin d’ouvriers-ouvriers (1er et 3e rangs) l’emporte sur celui de peuple-peuple (6e et 21e rangs) jusque dans leur usage général. On pourrait dire aussi que le lot des textes ouvriers accentue les évolutions globales pour le mot peuple et les atténue pour le mot ouvriers.

11Enfin une contradiction se fait jour entre les mois d’avril et de mai : alors que, globalement, peuple monte en mai jusqu’au premier rang, dans le discours ouvrier il anticipe au contraire dès ce moment la grande chute qu’il va effectuer. Traduisons : à l’inverse des ouvriers, les locuteurs politiques surenchérissent une ultime fois sur peuple, au détriment de l’emploi d’ouvriers, lequel se redressera avec les barricades de juin.

  • 3 Cette exception trouve un prolongement dans une constatation effectuée par Nelly DANJOU sur Napoléo (...)

12Les deux tableaux qui analysaient la répartition de peuple trouvent ici leur illustration, mais en insistant sur un point : il est clair que les préjugés évoqués au début de cette étude étaient bel et bien à rejeter. Peuple n’est pas un terme populaire : plus les rédacteurs de nos textes appartiennent en effet à la classe ouvrière, plus ils en évitent l’emploi au fil des événements. Dans les chansons, très liées à une tradition littéraire, au contraire le mot peuple arrive en tète des formes pleines ; chez Proudhon république entre en concurrence avec lui ; dans L’Atelier il n’arrive qu’au 5ème rang et dans les pétitions ouvrières il saute au-delà du centième. Pris ensemble, ces locuteurs manifestent dès mars leur choix de s’auto-nommer à l’aide d’ouvriers. En revanche, plus les rédacteurs sont proches du milieu politique, plus ils utilisent le mot peuple, à l’exception notable de V. Hugo3. Voilà donc un terme majeur et omniprésent en 1848 dont pétitions et articles de presse signés par des travailleurs manuels salariés rechignent à faire usage. Ce refus inconscient d’emploi – je dis inconscient, parce qu’il n’est nulle part explicite chez les pétitionnaires – signale peut-ètre peuple soit comme un terme sans utilité ou dont on se défierait, soit comme un désignant secondarisé qui ne viendrait qu’à l’appui d’autres termes plus importants.

13Allons plus loin dans les voies nouvelles qui s’ouvrent. Une première hypothèse pose l’interrogation suivante : si l’on considère les deux poles de l’opposition révélée par le premier tableau – projets revendicatifs coté Pétitionnaires, gestes révolutionnaires coté “Rouges” – ne rencontrerait-on pas, dans les observations faites sur peuple, le fil de deux traditions lexicales différentes, l’une ouvrière, l’autre politique ? C’est avancer bien schématiquement qu’opposer ainsi, sous le prétexte d’un mot, deux usages lexicaux qui divergeraient. Un second fait, pourtant, vient plaider en faveur d’une telle hypothèse.

14Joignons au corpus quarantehuitards deux échantillons plus anciens de textes choisis pour typiques de situations d’énonciation bien distinctes :

  • l’expression jacobine parlementaire, représentée par des discours de Robespierre écrits en 1793,

  • une expression proprement ouvrière, représentée par des fragments de textes d’origine mutuelliste et compagnonnique datant de la décennie 1828-1839.

15Réajustées à dix locuteurs et non plus à huit, sur un total de 220.000 occurrences et pour une fréquence de peuple de 683, les fréquences observées et les fréquences théoriques donnent le graphique d’écarts suivant :

Graphique échelonné des écarts d’emploi (tous locuteurs)

Graphique échelonné des écarts d’emploi (tous locuteurs)
  • 4 Peuple vient largement en tète des index hiérarchiques du vocabulaire des Discours et rapports de S (...)

16Significatives, la place tenue par les Mutuellistes et compagnons de la Monarchie de Juillet (Mt) avec un écart d’emploi de –23 et un Khi2 de 12,9 et la place prise par Robespierre (Rb) au sein des “politiques” avec un écart de +32 assorti d’un Khi2 de 22,26. Il y a de toute évidence inflation du mot peuple dans le discours jacobin et sous-emploi dans celui des mutuelles et compagnonnages. Rien d’étonnant à ce que d’une part les clubs rouges et les Montagnards renchérissent sur Robespierre, voire sur Saint-Just et Rousseau4, et d’autre part les artisans et compagnons parisiens amplifient une méfiance lexicologique ressentie dix à vingt ans avant eux.

17Il est temps de chercher comment peuple fonctionne à l’intérieur de ces textes et, en préliminaires, de s’interroger sur les jeux quantitatifs qu’il pratique dans la série des principaux désignants sociaux. Parmi les 29 formes pleines qui tiennent le haut de l’index hiérarchique du vocabulaire, les dix premiers substantifs “collectifs” à apparaitre sont dans l’ordre :

  1. peuple (Fréquence totale = 683)

  2. ouvriers (F = 488)

  3. France (F = 346)

  4. citoyens (F = 328)

  5. hommes (F = 295)

  6. société (F = 287)

  7. travailleurs (F = 283)

  8. assemblée (F = 258)

  9. ouvrier (F = 227)

  10. association (F = 188)

18Leur classement dans l’index particulier à chaque locuteur donne lieu à des observations intéressantes. Partons du tableau général ; nous ferons ensuite des comparaisons par paire.

Paradigmes “sociaux” hiérarchisés dans les dix émetteurs de 1848
Echantillon “ouvrier”

Paradigmes “sociaux” hiérarchisés dans les dix émetteurs de 1848Echantillon “ouvrier”

Echantillon “politique”

Echantillon “politique”
  • 5 Les formes entre parenthèses en queue de liste n’ont pas d’occurrence dans l’échantillon concerné.

Note 55

19On remarque immédiatement le jeu systématiquement inversé de peuple et d’ouvriers. Le rang n° 1 attribué au premier comme au second de ces termes (aucune autre forme ne leur disputant cette prépondérance) sépare les locuteurs en deux catégories, où viennent se regrouper :

  • ceux dont peuple est le chef de file : chansons, Proudhon, Lamartine, Hugo, L. Blanc, Rouges, Robespierre,

  • ceux, moins nombreux, où ouvriers se substitue à lui à la première place : pétitions, L’Atelier, Mutuellistes, soit nos trois émetteurs les plus spécifiquement ouvriers.

  • 6 Pour l’utilisation des tables de pertinence avec un effectif de 10 rangs, voir S. AIVAZIAN, Etude s (...)

20Mais ces regroupements sont-ils bien homogènes ? L’application d’un coefficient de rangs de Kendall, RK6 sur les comparaisons par paire possibles entre les locuteurs met en évidence tout un champ d’oppositions entre d’une part les pétitions et d’autre part des émetteurs de la première catégorie, à savoir Lamartine (RK = –0,64), puis Hugo, Proudhon et les chansons (RK = –0,51), les Rouges aussi (RK = –0,38). S’il existe de bonnes corrélations de rangs entre les émetteurs à l’intérieur de cette catégorie (RK atteint +0,73 pour la paire Lamartine-Rouges ; +0,64 pour la paire chansons-Hugo ; +0,56 pour Proudhon-Lamartine ; etc.), aucune n’est suffisante dans la seconde catégorie pour garantir quelque homogénéité entre ceux qui composent son regroupement (la meilleure corrélation de Kendall s’établit entre les pétitionnaires et les mutuellistes, mais avec un RK de +0,33 tout juste significatif).

21Le maniement des désignants d’emploi majeur par les dix locuteurs n’entraine donc qu’une partition entre un pole ouvrier canalisant les oppositions (les pétitions) et un pole politique suscitant des parentages (Lamartine).

22Tentons cependant une expérience curieuse, en remplaçant dans les listes données plus haut les cinq premiers termes des pétitions par un nom de classe arbitraire, la lettre A, et les cinq premiers termes de Lamartine par la lettre B. Tous les mots cités étant, sans intersection, remplacés soit par A soit par B. Que deviennent les listes ?

23La série AAAAABBBBB caractérise évidemment les pétitions, tandis que son inverse BBBBBAAAAA signale Lamartine, mais aussi les Rouges, mais aussi Robespierre, et presque Proudhon, Hugo et les chansons. Le seul locuteur à froler le modèle pétitionnaire demeure les Mutuellistes, avec une série AAABBAABBB. Quant à L. Blanc et à L’Atelier, ils jouent des deux gammes avec un relatif équilibre. Y aurait-il vraiment deux gammes ? Ce jeu de l’étiquetage viendrait-il renforcer l’hypothèse que nous avions émise plus haut sur les deux usages du lexique ? Celle-ci ne s’appuie plus seulement sur les hauts et les bas du mot peuple mais sur deux clans de désignants relativement antagonistes : les cinq termes classés A, vocabulaire d’artisans et de compagnons, manuels, et les cinq classés B, vocabulaire de bourgeois, politiciens ou hommes de lettres.

24Il est évident que ces deux champs lexicaux se disputent la première place dans nos documents, mais l’interprétation de cette dispute n’est pas aisée. Avons-nous affaire à un balancement thématique, qui donnerait la priorité au politique dans le clan B et la priorité au social dans le clan A, ou bien y a-t-il eu simplement substitution de dénominations sur des thèmes identiques ? Pour que la seconde et mème la première interprétations soient justes, il faudrait que les mots désignent en permanence les mèmes référents. Or nous allons voir que nous sommes, en 1848, loin du compte, chaque forme lexicale s’avérant incapable de servir à une seule désignation. D’ailleurs l’hiatus est énorme en politique entre l’usage d’un mot et la transmission d’un contenu... Le moment est venu de passer du simplisme des paradigmes formels aux roueries de la référence et de la contextualisation.

PEUPLE ET SES REFERENTS

25La fréquence et la fluctuation des emplois ne disent rien sur leur efficience exacte. Si Lamartine et les clubs blanquistes et barbésiens s’apparentent entre eux par une inflation de vocabulaire politique d’origine républicaine et dont peuple est le fleuron, il ne faut surtout rien en conclure trop vite du point de vue du sens. Qu’une corrélation de rangs atteigne entre eux +0,73, valeur proche du 1 de la corrélation positive parfaite, n’entraine aucun apparentement politique (mème si “le paratonnerre conspire avec la foudre”, selon les termes de Lamartine). C’est juste le contraire.

26Peuple se prète en fait à deux roles antagonistes. Pour Lamartine il sert à universaliser l’entité nationale et dédouane la bourgeoisie au pouvoir en la mèlant à la masse ouvrière ; pour Blanqui, Barbes et les “rouges”, il sert à universaliser la classe ouvrière, tout en la séparant radicalement de la bourgeoisie. C’est entre les locuteurs les mieux corrélés que l’opposition de sens est la plus vive. Comment se disputent-ils donc l’usage du terme ? A nous d’enquèter patiemment parmi les moments et les auteurs.

  • 7 DURRIEU, Le courrier français, 24 février 1848 ; Caussidière, Avis du 27 février (Préfecture de pol (...)
  • 8 Barbès, Sobrier, Seigneurat : Décrets du 15 mai.
  • 9 Slogan des manifestations ouvrières “Place au peuple !”. Exemple : Flotte, professions de foi élect (...)
  • 10 Blanqui : Discours au club du Prado, 25 février.
  • 11 Pétition des clubs sur la Pologne, 15 mai (“peuple français, polonais !”).
  • 12 Sobrier : Programme au peuple, 25 février.
  • 13 Déclaration des détenus politiques, 13 mai. Le Comité des clubs démocratiques radicaux déclarait en (...)
  • 14 Fombertaux, profession de foi, avril.
  • 15 Blanqui, Aux clubs démocratiques de Paris, 22 mars.
  • 16 Affiche du Club des Travailleurs Unis, avril.
  • 17 Martin-Bernard : Discours à l’Hôtel de ville, 25 février. Echo chez Blanqui : “Le peuple a arboré l (...)

27Les clubistes ultra-révolutionnaires de 48 font de peuple l’un des termes d’une dichotomie sociale. Il s’agit sur le terrain d’un peuple choisi, celui qui s’est rendu “maitre de Paris”, le “peuple des barricades”7, le “peuple de Paris, sentinelle avancée” de l’affranchissement8, celui à qui les autres citoyens doivent la “place”9. Etre “l’ami du Peuple”, même à majuscule, ainsi que se voit Raspail dans les pas de Marat, ce n’est pas du tout ètre l’ami de tout le monde… Certes le Peuple parait “immense”, mais il n’est issu que des “faubourgs insurgés”10. La fonction sociale du terme est de promouvoir une population particulièrement négligée au rang de mythe universel. Rarement peuple se comporte comme le pur singulier de son pluriel : il s’agit alors des “peuples opprimés”11 que l’on détaille (“peuple français, polonais”, etc.). Partout ailleurs, dans les textes rouges, peuple désigne exclusivement une classe : celle “qui produit toutes les richesses”12, celle surtout qui “meurt de faim”13. “L’opulence du riche” fait insulte à sa “misère”14. Tous les textes de cette veine opèrent des clivages tranchés : “l’existence du peuple” s’oppose aux “frayeurs et rancunes du capital”15, le “vrai Peuple” aux “craintes des classes fortunées”16, “les impôts qui pèsent sur le peuple” à “l’impôt progressif que Fombertaux souhaite” frappé sur le capital”, etc. Le mot a choisi son camp. Il a même choisi son drapeau. Identification du rouge et du peuple : “La couleur rouge n’est pas une couleur proscrite. C’est en définitive celle des trois couleurs qui représente plus spécialement le peuple”17.

  • 18 Affiches Rouges, p. 17, 18, 41, 43, 60, etc.
  • 19 La hiérarchisation sociale contre laquelle s’insurgent les blanquistes ne semble pas avoir beaucoup (...)

28Ce peuple rouge à composante faubourienne, les clubistes le font parler. Il devient alors l’universelle parole, la “Voix du Peuple, voix de Dieu”, comme le proclament leurs affiches à l’instigation de Sobrier18. Des faubourgs au mythe, il n’y a là aucune équivoque dans le mot. La désignation ne varie pas sous le mythe19.

  • 20 “La représentation des citoyens, de tout le peuple” (24 février); “une république embrassant le peu (...)
  • 21 «Il importe au peuple, à toutes les classes de la population” (24 février) ; “Il n’y a qu’un seul p (...)

29A la borne opposée, pour un mythe identique, voici une tout autre désignation : le peuple bleu, blanc, rouge de Lamartine. On est surpris, en lisant ses multiples discours, par le grand nombre de pré- et de postdéterminations du mot, à l’aide de tout, entier, tout entier20, par celui des gloses qui élargissent, des définitions qui universalisent21. Peuple se veut totalisant, jamais divisant. Il s’identifie très exactement, comme souvent chez Robespierre, à la nation. Lamartine souhaite “le règne sincère, complet et régulier du peuple lui-mème, en comprenant dans ce nom toutes les classes, sans exclusion et sans préférence dont se compose la nation” (4 mars 1848). Deux ans plus tard, non découragé, le “Conseiller du Peuple” continue la célébration de l’“unité du peuple”, qu’il définit ainsi avec acharnement :

  • 22 LAMARTINE, Le passé, le présent, l’avenir de la République, Paris, Au bureau du Conseiller du Peupl (...)

30“On entend par démocratie et par peuple la famille française dans toutes les classes, dans tous les modes d’existence, de situation, de professions qui la composent, riches, pauvres, anciennes aristocraties, nouvelles bourgeoisies tous les jours ascendantes, prolétaires s’élevant de l’industrie et la propriété à l’aisance, au loisir, aux professions libérales, grands propriétaires, grands industriels, moyens industriels, petits industriels, grands commerçants, moyens commerçants, petits commerçants, agriculteurs, magistrats, militaires, marins, prètres, artisans, lettrés, ouvriers de l’outil, ouvriers de l’intelligence, ouvriers de la main […] tous citoyens à titre égal, c’est-à-dire membre de la famille nationale”22.

31On le voit, femmes mises à part, personne n’est oublié.

  • 23 Texte dans Histoire de la Révolution de février 1848, du Gouvernement provisoire et de la Républiqu (...)

32En somme, chantre de l’unanimisme démocratique, Lamartine utilise peuple pour nier classes. N’est-ce pas ainsi qu’il réécrit l’Histoire ? Sa circulaire diplomatique du 4 mars oppose 92 à 48 : “En 1792, la nation n’était pas une. Deux peuples existaient sur un mème sol […]. Il n’y a plus de classes distinctes et inégales aujourd’hui : la liberté a tout affranchi, l’égalité devant la loi a tout nivelé”23. Après février, le peuple étant au pouvoir, tout nouvel insurgé se met hors la loi : “Celui qui se sépare du peuple n’est plus du peuple. Voilà l’unanimité que nous vous avons faite. […] C’est le salut commun” (6 mai 1848).

  • 24 L’un est fidèle au “Jour du Peuple” de Babeuf (“L’heure fatale a sonné pour les oppresseurs […] Peu (...)

33Lamartine, Blanqui, un maitre-mot commun, un usage mythique semblable, et pourtant deux désignations opposées à l’extrème et, au-delà, deux idéologies adverses. Que Blanqui ait constamment derrière la tète l’idée d’une lutte de classes et Lamartine “une foi sociale universelle” (8 mai), c’est l’évidence même24. On peut alors se poser la question : dans les dialogues entrecroisés de la situation de communication de 1848, quel rôle a donc joué ce mot de peuple ? Univoque et omnivoque, il n’a pu ètre qu’équivoque. Faisons le tour des autres témoins du corpus : nous comprendrons pourquoi le monde ouvrier a finalement rejeté le terme, comme étranger à lui.

  • 25 Le decrescendo de “peuple” à “populace” puis à “canaille” est classique chez les littérateurs de l’ (...)
  • 26 “Un chef des émeutiers, qui n’était pas du peuple, homme à face sinistre, avec des yeux injectés de (...)
  • 27 Ce type de lexies a été aussitot brocardé. Tout candidat à la députation doit, d’après Louis Reybau (...)

34Victor Hugo, dès février 48, est un homme partagé. Il y a encore chez lui le pair de France mais déjà le tribun à qui il démange de monter sur la borne (qu’on se souvienne de ses tentatives de prise de parole, place Royale et place de la République). En lui aussi l’analyste social, le noteur de bruits et de cris, promeneur attentif aux tableaux populistes et penseur en quète de mythes. L’utilisation qu’il fait de peuple se moule sur ces diverses motivations. Le peuple pour lui est avant tout la foule rencontrée par les rues, “en vestes, en blousons et en casquettes”, heureuse ou furieuse, repoussant l’armée à coups de pierres (23 février) ou applaudissant la “Réforme”, “foule ardente où les ouvriers dominaient” (24 février). L’écrivain a beau prendre un ton paterne (“Pauvre grand peuple, inconscient et aveugle ! Il sait ce qu’il ne veut pas, mais il ne sait pas ce qu’il veut”), les faubourgs rassemblés l’impressionnent. D’où la fréquence dans ses carnets des lexies “foule de peuple”, “colonnes de peuple”, “flot de peuple”… Partagé entre l’admiration : “Le peuple est seul, le peuple est maître” (23 février) et la répulsion : “Le pavé sale et noir sue une populace épouvantable à voir” (2 mars)25. Peu à peu dégagé de ces premières impressions, le mythe prend le dessus. Hugo emboite le pas, lexical et républicain, de Lamartine : “Je ne comprends pas qu’on ait peur du peuple souverain ; le peuple c’est nous tous” (30 mars). Voici le “grand peuple” (28 avril), qui ne se confond plus avec ses meneurs26 : n’est-il pas venu chercher le poète pour planter un arbre de la liberté ? (mai) Il suscite la foi (“J’espère dans le peuple, car je crois en Dieu”) et jusqu’à l’identification christique : “Quiconque sera contre le peuple sera contre moi” (projet de discours, fin mai). Cette identification, Hugo l’a forcée en forçant les mots à s’allier les uns aux autres, car c’est lui le créateur principal des lexies du type AB (manuel/intellectuel) pour reprendre nos étiquettes précédentes. En voici deux exemples extraits de son allocution du 16 avril : “Je veux, pour l’honneur de la France, que l’autre classe d’ouvriers, les ouvriers de l’intelligence, soit aussi noblement et largement représentée” ; “Nous, travailleurs de l’intelligence, nous avons lutté vingt ans”27.

35Cette voie universaliste va cesser de suivre le pas de Lamartine. Au fil des mois, Hugo revient, bras ouverts, au peuple des Misérables (il écrivait Les Misères en février 1848), la foule des rues, qui n’est qu’une part de la nation, la plus déshéritée : “Il n’y a plus seulement la détresse de cette portion de la population qu’on appelle plus spécialement le peuple, il y a la détresse générale de tout le reste de la nation”. Ce sont les textes de juin, tel ce discours sur les ateliers nationaux transmis par le Moniteur du 20 juin. La “détresse populaire” y est vue comme une “circonstance aggravante” du “grand naufrage” ; les “misères du peuple” forment une partie des “misères de la France”. Du peuple incluant, nous voilà revenu au peuple inclus. La nation va se repartager. Et, contre les nantis et les puissants, le peuple se redéfinit par une “détresse” et des “misères” propres.

  • 28 Citons encore L. Reybaud en témoignage : “Le titre le plus irrésistible était celui d’ouvrier […] O (...)

36Nous pouvons, à la lecture des contextes, faire ainsi ressortir trois temps d’usage chez Hugo en l’espace de quatre mois. Mais les contemporains, eux, les ouvriers surtout, comment ont-ils perçu ces flous, ce chassé croisé et cette incertitude (ou cette manipulation) du terme ? La réponse se trouve, en toutes lettres, dans L’Atelier. Quelle méfiance dans ce journal ouvrier vis à vis des intellectuels, cette “aristocratie nouvelle” et ces “chercheurs de places qui tentent de revêtir la peau du lion” (30 avril) !28 Lamartine, Hugo et bien d’autres sont visés de façon très précise :

  • 29 Dans ce dénigrement des “avocats”, L’Atelier n’est pas seul. Témoins cette lettre de l’Allier que c (...)

“Moquons nous de ces littérateurs, de ces artistes, qui, sacrifiant à la mode et voulant absolument faire partie de l’aristocratie partout où ils pensent la trouver, se disent ouvriers de la pensée et du sentiment, de ces avocats qui s’intitulent ouvriers de la parole ; car Dieu sait la besogne que font ces ouvriers-là” (30 avril)29.

  • 30 Parodie de tract électoral : “Citoyens ! Fils d’ouvrier, neveu d’ouvrier, cousin d’ouvrier, gendre (...)

37On sait combien L’Atelier tenait à n’ètre l’organe d’expression que de salariés manuels authentiques et vérifiés : “La seule condition exigée pour écrire dans L’Atelier est d’ètre ouvrier, c’est-à-dire salarié”, prévient-il le 12 mars. Ce n’est mème plus l’ambigüité de peuple qu’il faut attaquer, c’est l’étiquette ouvrier elle-mème qu’il faut défendre30. Une telle sensibilité à vif explique les polémiques menées autour du mécanicien Albert, membre du gouvernement provisoire, et surtout de Schmitz, faux ouvrier, fonctionnaire au ministère de l’Instruction et des Cultes, élu en avril sous la bonne étiquette mais qu’une campagne de L’Atelier et des corporations réussit à faire invalider. La leçon de 1830 avait porté : “On ne se laisse pas duper deux fois de suite” (26 mars).

38Cet ouvriérisme électoral constitue un thème de fond : “Il faut des hommes du peuple à l’Assemblée constituante” (12 mars). On se défie même des “radicaux bourgeois” qui, bien qu’“animés de bonnes intentions”, “ne savent pas comme les ouvriers les difficultés d’une bonne répartition des produits du travail”. Cette défiance passe à l’attaque après la tentative insurrectionnelle du 15 mai. Elle déclenche le réquisitoire anti-blanquiste le plus sévère. Ecoutons L’Atelier à ce propos :

“Il est au sein de la République un groupe d’hommes aux allures despotiques, dépourvus d’idées, et qui nous méprisent assez pour espérer se rendre maitres du peuple en l’enivrant par toutes sortes de flatteries. A les en croire, le peuple est un dieu vivant devant lequel il faut se mettre à genoux et pour lequel il faut tout sacrifier. Défions-nous de ces adulateurs” (21 mai).

39On comprend pourquoi le journal écrivait : “Les ouvriers du département de la Seine se doivent à eux-mêmes et à la cause du travail de porter aux élections des candidats choisis surtout parmi eux” (12 mars).

40Que devient peuple dans cette situation ? Il régresse en fréquence de mois en mois. Aux grands jours de février il se prètait à la mythification généralisée, qui sera dénoncée plus tard (“Tout le monde se fait gloire d’être peuple aujourd’hui ; tout le monde est peuple en effet, et demeurera définitivement peuple”. L’Atelier, 27 février), et le journal s’en servit quelque temps pour hausser, au nom du “peuple”, la classe ouvrière au premier rang des préoccupations à imposer au gouvernement provisoire. Derrière l’universalisation valorisante, il faut lire une désignation fidèle aux “classes laborieuses” : “Les intérêts du Peuple ne seront point méconnus” (27 février) se jure L’Atelier. Passer de classes à Peuple, c’est alors très exactement pour ses rédacteurs le signe d’une promotion : l’ouvrier, senti comme “classe” était marginal dans la société, appelé “Peuple” il réintègre la nation et y devient central.

41Revoilà Peuple et peuple en proie aux deux postulations sémantiques…

42Afin de ne pas se laisser attraper au piège, L’Atelier prend peu à peu l’habitude de faire suivre le terme d’un adjectif : “Le peuple travailleur entrera au pouvoir pour la première fois” (12 mars) ; “Le peuple travailleur sera représenté” (26 mars) ; “la grande masse du peuple travailleur” (3 avril) ; “le peuple travailleur désormais veut défendre sa propre cause” (20 juin) ou bien, seconde postulation, “peuple entier”, à l’imitation de Lamartine.

  • 31 David d’Angers accepte, de son coté, la mairie du 11ème arrondissement pour établir “un lien entre (...)

43Quant à la lexie de “peuple souverain”, elle recèle autant d’ambivalence que “peuple seul” : toutes deux fonctionnent aux deux niveaux de l’encodage, inclus, incluant. Heureusement, la plupart du temps le contexte rappelle que le “vrai peuple” s’affirme par opposition à la “bourgeoisie” : L’Atelier évoque “cette autre révolution si vivement désirée par le peuple et tant redoutée par la bourgeoisie” (3 avril)31. Cette opposition est maintenue tout au long des livraisons du journal et, à la veille des secondes barricades parisiennes, l’heure n’est plus aux illusions de la fraternité populaire et la suspicion a entièrement recouvert les mots :

  • 32 Allusion à une proclamation du Gouvernement provisoire du 20 avril où il est dit : “La journée d’hi (...)

“On a beau prétendre qu’il n’y a plus aujourdhui ni pauvres ni riches, ni ouvriers ni bourgeois, qu’il n’y a qu’un seul peuple32, il n’en est pas moins vrai que, si l’on cherche où sont les ennemis de la République, on ne les rencontre point parmi ceux qui autrefois étaient placés en dehors de ce que l’on appelait le pays légal” (20 juin).

44Il y a bien, quoi qu’on fasse et surtout quoi qu’on dise, deux classes antagonistes : “Si la nombreuse classe qui ne possède que ses bras devait demeurer dans l’étroite dépendance où elle est à l’égard de la classe qui possède les instruments du travail, il faudrait dire que la liberté est un mensonge” (12 avril).

45En somme, pour en revenir au désignant peuple de plus en plus absent de ses livraisons, L’Atelier se maintient, sans grande concession aux mythes ambiants, dans le droit fil de L’Artisan, son prédécesseur, qui donnait en septembre 1830 cette définition claire : “Selon nous, le peuple n’est autre chose que la classe ouvrière”.

  • 33 L’Atelier : “Les puissants ont toujours leurs flatteurs : l’ouvrier aujourdhui est l’idole qu’on en (...)

46Chez Proudhon résonne comme un écho des partis pris de L’Atelier. Une mème violence l’anime contre les “flatteurs” et les “flagorneurs du Peuple” (Hugo se trouve nommément visé)33. En tant qu’adjectif garant d’authenticité, “véritable” prend la première place à la droite de peuple, “vrai” préférant la gauche. Il semble cependant que le terme flotte un peu au cours des deux premiers mois de la révolution. Proudhon hésite : le “vrai peuple”, est-ce la foule insurgée qui a envahi les Tuileries et dont la force impressionne ? “Le peuple de Paris est un taureau” ; “Les tentatives d’insurrection ont été […] le fait du peuple” (Carnets, 23 et 24 février). Le “peuple” insurgé est fort, mais partiel et divisant. Le “peuple véritable” ne serait-il pas plutot représenté par le suffrage universel, loué par Proudhon en février ? “Le peuple, pourvu qu’il puisse exprimer sa pensée, doit être consulté, démocratiquement ; c’est-à-dire que tous les citoyens, sans distinction, doivent participer, directement ou indirectement, à la formation de la loi” (Solution du problème social, mars). Il s’agit là de l’entité englobante : “Le peuple est plus pauvre que jamais : le bourgeois se ruine, l’ouvrier meurt de faim”.

47Ces deux peuple ne se rejoignent pas. Proudhon constate mème un manque d’empressement du peuple travailleur à devenir le Peuple du suffrage : “Voyez avec quelle indifférence les masses ouvrières accueillent cette universalité du suffrage”. Aussi l’hésitation ne dure-t-elle pas, presque aussitot balayée comme toutes les illusions démocratiques, et Peuple choisit son camp. Proudhon observe la “division entre bourgeoisie et peuple”, qu’il précise par “division entre la classe travailleuse et la classe bourgeoise” (Carnets, 1er avril). Les élections ne vont rien arranger ; bien au contraire, “le suffrage universel a menti au peuple” (Aux patriotes, 4 mai). Les idées mutuellistes d’autonomie ouvrière se réactivent alors sous sa plume. Contre le rève lamartinien du “peuple abstrait”, le polémiste s’acharne. Sa vision de la société en est délibérément éclatée :

“Le bourgeois est résolu d’en finir avec le prolétaire, qui de son coté est résolu d’en finir avec le bourgeois. Le travailleur veut en finir avec le capitaliste, le salarié avec l’entrepreneur, les départements avec Paris, les paysans avec les ouvriers” (4 mai).

  • 34 “Que par les soins de ces comités, une représentation des travailleurs soit formée, imperium in imp (...)

48Proudhon souhaite non une démocratie idéale mais une république à base économique : “C’est quand le mandataire du peuple sera l’expression du travail organisé, que le peuple aura une véritable représentation, une véritable élite” (Programme révolutionnaire, 5 juin). Thème nouveau (et ancien) du suffrage de classe, de la “représentation des travailleurs”34 :

“Nous n’appelons pas volonté du peuple la première fantaisie qu’il plait à un rhéteur de faire circuler dans la multitude : la volonté du peuple, selon nous, a d’autres enseignes. Interroger le peuple, lui faire exprimer et puis exécuter sa volonté intime et authentique, c’est, à nos yeux, toute la science du gouvernement : c’est ce que nous appelons l’abolition du gouvernement” (Réponse à Girardin, 8 juin).

49S’amplifie alors le mythe anarchiste qui ressurgira par delà Napoléon 3 :

“Quand le peuple, se levant de sa léthargie, secouera ces millions d’insectes qui le dévorent, et que la débâcle capitaliste aura commencé, alors, hommes du pouvoir, vous reconnaitrez, mais un peu tard, la nécessité d’organiser l’échange” (Adhésion à la banque d’échange, 6 juin).

50Comme Proudhon, Louis Blanc est d’abord gèné par peuple. Fidèle à la mode et à l’ambiance, il l’emploie beaucoup ; d’où son premier rang dans l’index hiérarchique. Le mot fonctionne pourtant sans spécificité propre, tel un substitut de travailleurs et d’ouvriers. Substitut imprécis : en effet, la lexie “homme du peuple” permet aussi à L. Blanc de s’amalgamer au peuple du travail et de compromettre les députés dans la cause ouvrière : “Je suis un homme du peuple […] J’ai été pauvre” (29 avril) ; “Vous êtes tous des hommes du peuple […] c’est vous qui faites le malheur du peuple…” (10 mai). Double sens, tactique de parlementaire : les amalgames sentimentaux rendent si bien les mots complices.

51En fait, qu’il soit question des “plus chers intérêts du peuple” (9 mars), des “intérêts du peuple” (3 avril, 29 avril, etc), de “l’affranchissement du peuple” et de “la détresse du peuple” (6 mai), de “la cause sacrée du peuple” (10 mai), chaque fois il s’agit de la classe ouvrière. Pour Louis Blanc, le peuple, c’est essentiellement l’expérience qu’il a de la Commission du Luxembourg pour les travailleurs. Il s’y trouve “mis journellement en rapport avec le peuple” (3 avril), les délégués ouvriers, élus par les corporations, étant pour lui les intermédiaires de “tous les hommes du peuple”. Cette Commission est la véritable expression populaire : “La Commission du Luxembourg [.…] n’a relevé que d’un seul pouvoir, le peuple” (8 mai). Précisons donc le mot, les patrons étant également représentés au Luxembourg.

52Peuple, chez L. Blanc, s’oppose à “riches” et s’allie à “travail” comme à “misère” : “Le peuple ne demande pas à prendre le bien des riches : il demande seulement que les riches ne lui prennent pas sa part légitime dans les produits de son travail” (26 avril) ; “L’association est une grande et noble chose, parce qu’elle enlèvera le peuple à sa misère et maintiendra le riche dans sa richesse” (6 mai). Nous sommes bien dans un réseau de vocabulaire apparenté à celui de L’Atelier, avec autant de méfiance vis à vis des hommes (“Le peuple a été si souvent trompé…”), mais sans aucune agressivité contre les intellectuels, économistes en particulier, traités cette fois d’“hommes compétents” et de “capacités”. Un grand absent surtout : le procès du mot peuple n’est pas fait. Le réseau s’apparente aussi à celui des clubistes ultra-révolutionnaires ; on y retrouve des thèmes évoqués par eux (“Place au peuple”), mais, là aussi, sans agressivité contre le “capital”, sinon contre la “concurrence”. Signe de cette modération, le drapeau rouge n’est jamais agité.

53Enfin L. Blanc croit encore à la paix sociale, refuse le role de boutefeu dont on l’accuse à l’Assemblée et ne cesse depuis avril de justifier son action et celle du peuple : il n’a jamais “convié le peuple […] à venir violer l’Assemblée” (31 mai) ; “Soyez certains que le peuple ne commettra aucun désordre” (16 avril) ; “On nous a reproché de dire : voici la bourgeoisie et voilà le peuple. Ce que nous avons dit […] c’est que tous les citoyens sont frères” (10 mai). L. Blanc reconnaît la séparation et la lutte des classes, mais il se défend de la proner. La distinction demeure pourtant en permanence derrière la fraternisation. Le Peuple n’est qu’une part de l’Humanité : “L’association élèvera le niveau de tous sans exception. Ce niveau, élevé infiniment, ce n’est pas le niveau du peuple seulement, c’est le niveau de l’humanité” (6 mai). Entre le peuple-prolétariat des blanquistes et le peuple-tout de Lamartine, ce ne sont pas les termes de L. Blanc qui balancent, ce sont ses illusions.

54La chanson quarantehuitarde ne cesse de chanter le Peuple. Mais lequel ? Il est bien difficile de répondre, pour ces émules de Béranger. Et pourtant le maitre avait été clair : “Quand je dis peuple, je dis la foule ; je dis le peuple d’en bas” (1833). L’unique forme majeure et originale qui soit accolée au terme est “roi”. “Peuple-roi” fait mème le titre d’une chanson d’H. Tassin. Citons quelques exemples de février à mai (car en juin le thème semble forclos) : “Le peuple roi/ Aux rois donne la bastonnade” (Th. Dalès, février) ; “Aux barricades un peuple devient roi” (G. Leroy, février) ; “Il est des peuples rois” (S. Gagneur, avril) ; “Le Peuple est roi, monarques, chapeau bas !” (C. L. Colmance, mai). Tous les attributs de la royauté lui sont transférés : “Le peuple écrit sur sa charte” (L. Festeau, mars). Dans son “Chant républicain”, P. Jacquet proclame ce retournement des images :

“La République ainsi vous avertit :
Son Peuple est roi, c’est le signal du Sacre.
Dans l’assemblée, en veillant sur ses droits,
Le peuple trône à la place des Rois” (avril).

55Aucune explicitation du terme n’étant fournie, certaines ambigüités demeurent possibles. Classe ouvrière ou pays réel ? Certes les chansonniers ne disent pas : “tout est peuple”, mais : “le peuple est tout […] Députés, ne l’oubliez pas !” (G. Leroy, avril). Peuple, dans ces vers, est avant tout une musique qu’on pense populaire.

56Dans les pétitions ouvrières, qui ont afflué en 1848 sur le bureau de l’Assemblée, à la Commission du gouvernement pour les travailleurs puis au Comité du Travail, nous avons vu que peuple perd de son importance en regard du role premier qu’il joue dans les autres discours. Il n’y possède plus que 33 occurrences. Parmi celles-ci, les exemples qui feraient pencher vers une identification du peuple et de la nation, fonction “lamartinienne” du mot, ne se retrouvent avec netteté que dans une seule des 53 pétitions de notre échantillon. Elle est signée des teinturiers Christophle et Wattiez : “Notre mission n’est point d’organiser le travail chez un peuple tout neuf, mais chez une nation vieillie au sein de tous les préjugés” ; “Aujourdhui tous les citoyens sont peuple” (mars). Mis à part deux exemples de la lexie “peuple français”, partout ailleurs il s’agit du seul peuple ouvrier. Aucune attestation dans notre échantillonage de “peuple entier”, ni mème de “peuple souverain” ou de “peuple roi”. Une lexie comme “souveraineté du Peuple”, si fréquente par ailleurs dans le corpus, n’arrive pas une seule fois sous la plume des pétitionnaires. L’adjectif qui peut venir s’accoler au terme, quoique moins souvent que dans L’Atelier, est “travailleur” (pétitions du 30 mars et du 25 mai). Bref, les pétitionnaires n’ont que faire du mot peuple ; il gênerait plutot leur discours revendicatif ou propositionnel.

57Peuple se prète en effet à des roles si divers ! Tantot il fonctionne comme en arrière-plan, de façon abstraite : on invoque sans préciser outre mesure – et nous verrons plus loin l’intérèt de ces lexies – les “idées du peuple”, la “cause du peuple”, le “coeur du peuple”, etc. Tantot il permet le regroupement d’“ouvriers” et de “paysans”, ou opère comme un simple substitut de “travailleurs” et de “prolétaires”, car telle est la tradition sémantique ouvrière. L’ancètre de nos pétitionnaires, l’horloger Charles Béranger, définissait le terme ainsi : “J’entends par peuple tout ce qui travaille, tout ce qui n’a pas d’existence sociale, tout ce qui ne possède rien […] Vous savez qui je veux dire : les prolétaires” (Pétition d’un prolétaire à la Chambre des députés, 3 février 1831). Deux adresses d’ouvriers à l’Assemblée nationale reprennent explicitement les thèmes de l’ouvriérisme électoral :

“Il faut que le Peuple soit représenté à l’Assemblée nationale par des ouvriers des villes et des campagnes et en grand nombre. […] Ils représenteront le travail dur, mal payé, répugnant, le froid et la faim […] Place au Peuple !” (13 mars)

“Le peuple de Paris n’aurait pas confiance dans une assemblée dont l’élément populaire serait exclu” (19 mars).

58Peuple et ouvriers ne sont pourtant pas interchangeables. Lorsqu’il est question de salaire ou de travail, c’est ouvriers qui arrive ; lorsqu’il est question de droits ou d’élections, ça peut ètre peuple (senti donc plus général ?). Voici les deux formes à l’œuvre, concurremment : “En l’absence de lois qui protègent le peuple et garantissent le salaire de l’ouvrier, nous avons dù prendre des mesures énergiques pour garantir nos salaires et l’existence de nos familles” (Ouvriers en papiers peints, avril).

59Dans bon nombre de pétitions, les plus corporatives d’ailleurs, peuple s’avère tout bonnement absent. Pour ce que le pétitionnaire veut dire, le terme ne parait présenter aucune espèce d’utilité ; il ne servirait qu’à brouiller les cartes. On préfère employer des désignations mieux ajustées aux droits et aux contrats souhaités : “travail” (fréquence=363), “ouvriers” (f=221), “travailleurs” (f=184), “société” (f=159), “ouvrier” (f=155), “association” (f=125), “citoyens” (f=103), “travailleur” (f=65), “citoyen” (f=61), “salariés” (f=54), “sociétaires” (f=51), “classe” (f=50), tous termes qui arrivent avant peuple dans l’index hiérarchique des pétitions. Les énoncés gagnent en précision, leurs référents étant mieux identifiables. Quant à savoir si les pétitionnaires ont choisi de se désigner eux-mêmes de préférence par ouvrier(s) ou par travailleur(s) selon un parti pris pro-ouvrier tranchant net dans le conflit des emplois, ou bien si, chez eux, le rejet relatif de peuple signifie l’évitement du conflit, ce n’est pas sur l’emploi d’un mot que nous pouvons en juger. Il est nécessaire d’aller plus loin dans l’inventaire systématique des contextes.

PEUPLE ET SES CO-OCCURRENTS

60Mauvais désignant social au regard du consensus de l’époque, peuple, qu’il s’affuble ou non d’une majuscule, se prète admirablement au maniement politique et à ses jeux d’imprécision. Il sert à la mythification d’un référent aux contours flous, qui change avec les auteurs, voire les moments d’un mème auteur. Nous n’avons d’ailleurs guère interrogé le contenu du mot, mais sa qualité et ses qualifications. Peut-ètre ses voisins les plus proches parleront-ils pour lui ?

61Certes le terme dispose d’un contenu grossier, qui vient des habitudes d’énonciation antérieures dans des situations de communication à référentiels populaires. A partir de ce contenu vague et des deux poles de désignation que nous avons mis en évidence (peuple incluant et peuple inclus), on est tenté d’imaginer un schéma de fonctionnement en inclusions. Nous aurions ainsi un Peuple général, “entier”, à l’intérieur duquel co-existeraient plusieurs sous-peuples, dont l’un serait “peuple travailleur”, où s’inclurait à son tour “peuple ouvrier”. Mais où situer “peuple de Paris”, “peuple roi” et tant d’autres lexies ? Un tel schéma a le mérite de rendre patent l’usage contradictoire du terme. Il n’obéit pas en fait à une logique des contenus sémiques mais à une logique des niveaux d’information ou, plus profondément, à des stratégies de discours concurrentes. Illustrons d’abord cet aspect par l’examen des qualifications qui l’entourent.

62Le role de la qualification serait de définir, si l’on accepte le schéma des inclusions, de quelle “portion du peuple” il s’agit (pour reprendre l’expression d’un instant de confusion dans L’Atelier). L’ambigüité du terme énoncé seul résiderait alors dans une pure synecdoque lexicale.

63En réalité, cette vision plane n’explique rien. Peut-ètre, pour certains auteurs, serait-elle justifiée sous la Révolution française, avec la commutation incessante qui se pratiquait entre peuple et nation. Babeuf lui-mème n’opposait-il pas un “peuple d’un million” ou patriciens au “peuple de 24 millions” ou plébéiens ? Mais ce cote-à-cote est de peu de durée chez lui : tandis que les premiers sont traités d’“ennemis du peuple”, ce sont les autres qui constituent “le parti du Peuple” (Tribun du Peuple, n° 29, décembre 1794). Dès ce moment, le schéma ne tient plus. Peuple s’identifie à la sans-culotterie, à la “classe nécessiteuse”, au “vrai Tiers-Etat” ou “Quatrième Etat”, bref à “l’ordre des patards”, citoyens dits passifs, qui ne disposent pour vivre que de ces piécettes qu’on nommait “patards”. Ultérieurement Babeuf passera même d’un désigné circonscrit par cette pauvreté à une désigné défini par son travail manuel : “Ce véritable peuple, le peuple laborieux, le peuple ouvrier” (Tribun du Peuple, n° 41, mars 1796). Très souvent, ainsi que le fera Proudhon, il parle du “vrai peuple”. Cela présuppose non l’existence d’un faux peuple, mais celle d’un usage concurrent et pour eux falsifié du terme. En 1848, on constate que si l’on a “peuple travailleur” et, à un moindre degré, “peuple ouvrier”, on ne trouve jamais “peuple bourgeois” ni “peuple aristocrate”. Aucun peuple concurrent n’est avoué, comme si l’on redoutait l’oxymore. A l’exception de “peuple travailleur”, les cases possibles du schéma en inclusions restent vides. En conséquence les autres co-occurrents qualificatifs ne fonctionnent pas en complémentaires de “travailleur”, mais soit à titre de commutants soit sur un autre plan.

64Au schéma plan en inclusions il convient donc de substituer un schéma dans l’espace, à étages. Le mot peuple – si l’on en croit ses co-occurrents favoris – joue en 1848 sur plusieurs niveaux de référence à la fois. Pour simplifier les idées, distinguons-en trois : un niveau flou, un niveau s’efforçant à la caractérisation sociale, un niveau fournissant des précisions géographiques.

Schéma des qualifiants de peuple en 1848

Schéma des qualifiants de peuple en 1848

65Pour reprendre la question posée avec le co-occurrent travailleur, quel role joue donc ici la qualification ? Elle ne sert pas à définir de quel peuple on parle ; elle est là pour surveiller l’énonciation du mot. La co-occurrence installe autour de peuple un réseau d’indicateurs. Elle fonctionne comme des micro-systèmes clos de liberté surveillée, sur trois plans qui ne se recoupent pas mais fonctionnent en parallèle.

66Cependant, voici que peuple échappe à ses gardiens, que cela soit volontaire ou non de la part du locuteur ou du récepteur ; les plans glissent alors les uns sur les autres. Passer d’une précision de niveau 3 au flou du niveau 1, sans crier gare évidemment, n’est-ce pas le fait de Hugo chaque fois qu’il met en scène le “peuple de Paris” ? Lorsque les blanquistes des clubs invoquent le “peuple souverain” pour faire bouger les corporations ouvrières parisiennes, ne feraient-ils pas l’inverse ? Et où faut-il situer le “peuple des barricades”, au niveau 3 et au niveau 2A ? Cantonner renonciation au niveau 1, alors que la compréhension peut s’entendre aussi bien en 2A qu’en 2B, n’est-ce pas un jeu bizarre chez L. Blanc ? Ainsi, les sécurités du système sautent, noyées dans les co-occurrents de type flou et la confusion des plans. Enonciations et compréhensions ne parviennent plus à se recouvrir. Entier ou français chez Lamartine semblent au premier abord manifester consistance et constance sémantiques. Mais que se passe-t-il au juste chez ce locuteur ? A cause du sémantisme englobant qu’il accorde à peuple, il pourrait ètre conduit à faire sien le schéma en inclusions dont nous avons parlé (peuple = nation, puisqu’il est “entier” et “français”) ; mais il parait plutot user du flou de niveau 1 ici distingué pour sauter, sans en avoir l’air, d’un système logique à une absence de système, idéologique et subjective (peuple = tout sur le même plan). Le jeu de Lamartine est d’imposer une vision synthétique et tautologique (tout est dans tout, le peuple est dans le peuple) au nom d’une souveraineté abstraite, le suffrage universel. Et l’on se perdrait dans l’unanimisme de ses multiples peuple.

  • 35 Exemple des querelles linguistiques suscitées à l’époque. Par réaction contre les emplois abusifs d (...)

67D’où les fureurs de L’Atelier qui s’était laissé prendre au jeu (“On a beau dire qu’il n’y a qu’un seul peuple…”). Le jeu inverse des Rouges et de Proudhon est d’imposer une vision en niveaux au nom d’une souveraineté concrète, la force populaire : l’attention se trouve recentrée sur les référents de niveaux 2A et 3A. Le linguiste de L’Illustration, Francis Wey, chapeaute un bilan des acceptions du terme par cette définition qu’il veut “démocratique” : “Le peuple, c’est l’ensemble des citoyens” (n° 266, 1er avril 1848, p. 74)35. On comprend dès lors les hésitations des pétitionnaires ouvriers qui se sentent l’enjeu de ces jeux. Ils font justice de la fluidité du terme par le silence.

68Mais les co-occurrents de peuple ne se bornent pas aux adjectifs. Il faut aussi envisager le terme dans sa contextualisation générale et les réseaux particuliers de ses fonctionnements en phrase.

PEUPLE ET SES PHRASES

69L’étude des proportions et des situations de Peuple a permis d’évoquer çà et là les adjectifs qui lui sont accolés de manière préférentielle par l’un ou l’autre des protagonistes. Nous venons de voir émerger tour à tour le “peuple travailleur” de L’Atelier, le “peuple roi” des Chansons, le “peuple entier” de Lamartine, le “peuple souverain” des clubs rouges, le “peuple maitre” de Hugo, le “peuple véritable” de Proudhon, le “peuple malheureux” de L. Blanc. Poursuivons systématiquement l’examen des co-occurrents de phrase. Il conduira à envisager le terme dans le réseau général de ses rencontres les plus constantes, dans ses réseaux particuliers de fonctionnement puis dans son insertion typique au sein de la phrase.

  • 36 Au Laboratoire de Saint-Cloud, on appelle “lexicogramme direct” la représentation hiérarchisée des (...)

70Les huit “lexicogrammes directs” construits autour de peuple prennent source dans à peu près 600 phrases (définies comme intervalles entre deux ponctuations fortes). Cumulés et continués par une série de sélections statistiques dans les entourages gauches et droits des co-occurrents dégagés puis parmi les co-occurrents de ces co-occurrents, ils permettent de construire une structure statistique synthétique et complexe. Des “règles de cheminement” très contraignantes organisent ce “lexicogramme indirect”36. Seules émergent de leur application les grandes lignes de force de l’usage quarantehuitard du mot. Faire ainsi la somme des phrases de peuple puis élaguer le graphe obtenu jusqu’à ses noeuds élémentaires revient à définir le terme comme un “lieu commun”, au sens propre, champ de contact et de dispute entre ses divers utilisateurs. Stratégie d’appropriation sous la ressemblance apparente de la forme.

71Le graphe de l’encart ci-après représente ce lieu de rencontres. Tout ce qui précède et suit peut s’ajouter en commentaire à ce lexicogramme arrèté au 8ème palier dans son cheminement. Nous nous bornerons donc aux constats qui viendront confronter nos hypothèses ou relancer nos interrogations.

72Il suffit d’un survol de ce graphe pour apercevoir ses resserrements et ses éloignements. La soudure entre peuple et la série ouvriers, travailleurs, travail, ateliers nationaux, ouvrier, social et sociale se caractérise, par exemple, par une absence totale de co-occurrence immédiate et mème de connexion au second degré. Ouvriers n’arrive dans le graphe qu’au deuxième palier, à partir d’un lien secondaire gauche de Paris ; travailleurs au troisième palier par l’entremise du mot commission lié lui-mème au troisième degré à représentants ; ateliers n’arrive qu’à la suite d’ouvriers ; ouvrier ne s’introduit qu’au cinquième palier grace à un lien secondaire avec peut, après état. Quant à travail, malgré ses 581 occurrences dans le corpus, il n’est présent dans le graphe qu’à ce cinquième palier, au bout de chaînes complexes dont les transmetteurs sont successivement :

73C’est donc surtout par la liaison indirecte des organismes officiels branchés sur la condition ouvrière que travail en 1848 a lexicalement quelque chose à voir avec peuple. Et que penser de la résonance ouvrière de peuple, lorsqu’on s’aperçoit qu’aux règles de cheminement imposées il faut descendre jusqu’au septième palier pour que peuple soit connecté à social(e) par l’intermédiaire de “question sociale”, “organisation sociale” et “corps social” ? Peuple ne s’entoure pas prioritairement, à l’évidence, de formes et de lexies à caractère “social”.

  • 37 M. TOURNIER, Un Vocabulaire ouvrier en 1848, op. cit., tome 2, p. 609.

74Il en va tout autrement des formes à habitudes de fonctionnement politiques. Non seulement bon nombre d’entre elles sont à co-occurrence immédiate, au point que le premier palier semble fait pour elles, mais encore l’essentiel des connexions du graphe de peuple leur est dévolu. Il est en effet surtout question de la délégation ou de l’organisation des pouvoirs dans les emplois de : représentants, citoyens, assemblée, commission, départements, membres, sein, nationale, générale, délégués, président, gouvernement, comité, représentation, provisoire, citoyen, garde, central, révolutionnaire, république… (nous arrètons la liste au cinquième palier). C’est l’affirmation des droits et des principes politiques qui prédomine dans : souveraineté, droits, entier, égalité, faut, homme, politiques, liberté, fraternité, principe, ordre, vive, application, démocratique, bon, sens, idées, public, doit, veut… Au total : une quarantaine de formes sur les 69 que comprend le réseau arrèté au cinquième palier, soit 58 % des formes en connexion statistique majeure avec peuple. Le graphe rassemblé autour du pole travail donne, lui, une image des préférences de voisinage à peu près inverse37.

75Peuple évolue donc dans un système politique de co-occurrence. Une nuance est à apporter. Ce réseau apparait relativement pacifique. Aucune intrusion dans le graphe de émeute, feu, barricades, fusils, mort, morts… Fait symptomatique, révolutionnaire n’est présent qu’au cinquième palier et révolution n’arrive qu’au septième, et cela après des raccrochements au troisième degré. Et pourtant Lamartine ne disait-il pas à tous vents que c’est “le peuple” qui a fait “la révolution de février” ? Ce système relationnel conflictuel se trouve donc, tous comptes faits, minorisé dans l’ensemble des textes quarantehuitards. Chez les locuteurs ouvriers de notre corpus, Peuple n’est lié directement à barricades (ainsi qu’à des notations de violence induites par épée, esclave, tonne, brisé) que dans les Chansons et il ne rencontre statistiquement barricade qu’à la faveur du récit proudhonien. A l’exception des chansons de février et mars (“Entends la clameur/ De ton peuple qui vient sans forme/ Demander en chœur/ Et ma tète et puis la réforme”, se plaint Guizot aux dires de Théodore Dalès), tout le reste des lexicogrammes spécifiques aux ouvriers signale dans peuple un terme davantage attiré par la légalité que par l’insurrection.

76Examinons les co-occurrents principaux (limités aux 15 premiers de chaque coté du pole) qui concernent nos quatre locuteurs ouvriers. Deux questions demeuraient en suspens. Que les pétitionnaires ouvriers fassent presque silence sur le mot peuple, le procès est clair. Mais quand ils l’emploient, pourquoi et comment le font-ils ? Les chansonniers, pour leur part, se contentent-ils de célébrer innocemment la victoire du “Peuple-roi” ? Voilà bien des naïvetés. En fait, l’emploi de peuple en milieu ouvrier est aussi une ruse. Nous allons essayer de le montrer à travers des contextes de phrase.

77Voici d’abord les quatre lexicogrammes que nous venons d’évoquer, hiérarchisés en deux séries, ceux de la gauche et ceux de la droite de peuple.

78Ce qui frappe en premier lieu, si l’on compare ces lexicogrammes à ceux d’autre poles lexicaux, c’est la variété des co-occurrences de phrase. Chaque colonne est dotée d’une palette différente : les contextes de peuple sont mouvants d’un locuteur à l’autre. Dans L’Atelier, le terme se situe au coeur d’un réseau où convergent en majorité des qualifications de sa force (hommes du peuple, masse, en masse, force, gloire, mains, entier) et de sa souveraineté (souverain, souveraineté, représentant, représenté, Dieu, saura, principe, demeurera). Chez Proudhon, c’est davantage la volonté du peuple qui commente sa “vraie” souveraineté ; dans sa recherche de lui-mème, le Peuple va jusqu’à se trouver placé en auto-stéréotypie (il en est de mème chez L. Blanc et Hugo). Peuple appelle peuple. Commentaire propre à Proudhon et fait d’avance : “Si le peuple est souverain, il n’a pas besoin de représentant” (Carnets, 6, novembre 1847). Ce bouclage sur soi-mème, renforcé qu’il est par l’émergence d’adjectifs (vraie, véritable, seul), entre en concurrence avec le thème mandataire-représentation (et son envers imagé par flagorneurs). Une question est posée par cette rencontre : comment faire parler le peuple, le faire exprimer sa pensée ? Dans les chansons, au niveau le plus haut, on découvre très exactement un vocabulaire de substitution à la royauté. Peuple y est surtout vu dans une optique Révolution française, brisant le sceptre et la couronne ou, tel le gavroche de Daumier aux Tuileries, tronant à la place des rois. Esclave et méprisé, le peuple des barricades s’entoure, pour assurer ses droits, des oripeaux de la monarchie.

79Comparé à ces trois réseaux que résument les lexies “souveraineté du Peuple” (L’Atelier), “volonté du Peuple” (Proudhon) et “droits du Peuple” (chansons), celui des pétitions ne présente, au premier abord, pas autant de netteté. Fondé sur 33 phrases seulement (contre 93, 76 et 60), il n’a guère de ressemblance qu’avec 4 co-occurrents présents dans le lexicogramme de L’Atelier : éducation, aujourdhui, hommes, représentant(s) (et un peu plus bas justice). Rien d’évident ne le rapproche des autres réseaux. A l’exception de la lexie officielle “représentants du peuple”, une non-affirmation politique semble se jouer autour de peuple dans les pétitions ouvrières. Elle laisse la première place à un curieux réseau moral, absent de la plupart des autres lexicogrammes. Arrivent en effet à titre de co-occurrents très proches : coeur, confiance, cause, devons, civilisation, désordre, bonheur, sainte, moeurs… Peuple n’indique pas une classe ici ; il se veut porteur de valeurs affectives.

80D’autres termes seront sans doute chargés à sa place de représenter le monde ouvrier. Sa fonction propre est ailleurs. Ne serait-il pas un mot d’entremise, dont l’emploi correspondrait à une stratégie d’investissement moral du Pouvoir à convaincre ? Prendre celui-ci aux mots de la morale qu’il affiche… Que de termes abstraits tournent autour de lui : histoire, droit, idées, esprit, système… On dirait que Peuple n’en est le pole que par hasard… En réalité, si les pétitionnaires ne savent que faire d’un terme dont ils mesurent mal les référents, ils savent parfaitement l’utiliser comme argument de dialogue. N’est-il pas un terme “bien vu” des Autorités ? Lamartine en donnait le ton. C’est ce ton que les pétitionnaires ont su capter. Voici quelques contextes illustrant cet emploi “à la mode” :

  • “Le peuple de Paris n’aurait pas confiance…”

  • “Ces mots sacrés qui brillent sur nos étendards, ils ont toujours vécu dans le coeur du peuple…”

  • “Un journal […] a commis la mauvaise action de donner de la publicité à un fait controuvé, et cela dans le but évident d’insinuer qu’il y a hostilité de la part du peuple de Paris contre le gouvernement provisoire…”

  • “Les idées d’organisation du travail, d’association si courageusement soutenues par les hommes qui se sont dévoués à notre cause sont les idées du peuple…”

  • “C’est ce peuple, émancipé d’hier […] qui vous a réunis pour soulager sa misère et fonder son bonheur…”

  • “La cause du peuple se trouvera améliorée…”

  • “Représentants du peuple […] nous avons confiance en vous…”

  • “[les ouvriers] apporteront à l’assemblée constituante l’intelligence juste des faits, l’aspiration sainte, toujours vivante au coeur du peuple.”

81L’usage de Peuple apparait bien comme un outil de tactique argumentative.

82Louis Blanc jouait un jeu identique. On trouve, dans son lexicogramme de peuple, un important réseau moral, mais utilisant d’autres formes que celles avancées par les pétitions : valeurs, malheureux, croire, gràce, dignité, reconnaissance, conscience, injures, misères… Investissement par la pitié, alors que les pétitionnaires ouvriers pratiquent plutot l’investissement par la confiance.

83Terme intercesseur et intermédiaire, à la fois substance incommunicable et mot de passe politique, peuple détient dans ses emplois pétitionnaires toutes les potentialités qui jouent sur le clavier caché des allusions : instrument d’amalgame, qui n’avoue pas le nom de ses référents. Serait-ce, à la limite, un phénomène de feed-back, servant à enferrer le pouvoir bourgeois dans son propre piège populaire ? Le voici instrument de justification : comment peut-on décemment imaginer qu’il puisse y avoir une quelconque “hostilité de la part du Peuple de Paris contre le gouvernement provisoire” ? Ce serait faire injure à des mots aussi sacrés. Le voici instrument de reconquète d’un terrain lexical : la lexie “Peuple de Paris”, qu’orne parfois la double majuscule, ne traduirait-elle pas un détour de la classe ouvrière passant par le lexique de la classe politique ?

84Mais rien n’atteint mieux l’oreille du Pouvoir que les chansons populaires. Faut-il voir là le ressort secret des ambigüités dont elles fourmillent ? Ce serait ce destinataire implicite de certaines d’entre elles (fonctionnant comme de vraies pétitions chantées, versifiées et colportées) qui expliquerait la profusion des peuple qu’on y constate. Par la présence ambigüe de son nom, le peuple impose à ses élus un ensemble d’obligations. Il réclame estime, liberté, droits, amnisties, ou tout simplement sa “place” :

– “Un peuple roi peut se faire estimer”
(Théodore Fortune, La réforme)

– “Le globe atteint la liberté.
Place au peuple qui le féconde !”
(La Française)

85Telle est la fonction profonde de la co-occurrence “roi” et des oripeaux monarchiques qui l’accompagnent : un impératif à résonance morale, voire moralisante : “Députés, ne l’oubliez pas !” s’écrie l’horloger Gustave Leroy (Les députés de 1848).

86Certes les exigences de février changent en mai de registre. Mais l’invocation du peuple garde le role d’intercesseur. Barbès en est incondamnable :

– “Barbes, homme de coeur […],
Le peuple entier t’absout”
(G. Leroy, “Prisonniers de Vincennes”)

87Pouvoir et peuple doivent faire assaut de grandeur :

– “Montrez-vous grand en songeant que toujours
Le peuple est grand même dans sa colère”.
(“Pétition d’amnistie des femmes de transportés)

88Pitié et menace se conjugueront après juin :

– “Lorsqu’au pouvoir la haine est départie,
Le peuple un jour saura bien le flétrir !…
Dieu, fais sonner l’heure de l’amnistie,
Ou nous n’aurons bientôt plus qu’à mourir !”
(Auguste Loynel, “Amnistie”).

89Prendre le pouvoir à ses propres mots… Lamartine proclamait en février la “magnanimité du peuple”. On avait aboli la peine de mort en matière politique, “au nom du peuple souverain”. N’est-il pas juste que les mots resservent en sens inverse ? Certains pétitionnaires et chansonniers, comme Louis Blanc, l’ont compris. Retour à l’envoyeur.

90Une dernière observation sur cette clé psychologique de 48 : où se situe-t-elle dans la serrure de la phrase ? La question est peut-être sans fondement. Ce qu’il y a de certain, c’est que nous pouvons tenter par là d’approcher une tendance générale, au-delà de chaque texte pris isolément, dessinant derrière les lexicogrammes une sorte d’archétype distributionnel qui caractérise chaque locuteur.

91Les phrases où peuple se trouve impliqué sont généralement :

  • très longues dans les pétitions, où elles possèdent 23,36 mots en moyenne (seuls les discours de Lamartine dépassent cette amplitude, avec 26,70 mots dans l’entourage de peuple) ;

  • moyennes chez les Rouges, Louis Blanc et à L’Atelier, avec respectivement des amplitudes de 15,80, 15,63 et 15,40 ;

  • courtes enfin chez Hugo (12,87 mots en moyenne), dans les chansons (12,17) et chez Proudhon (11,95).

92En cela, l’emploi de peuple ne semble pas déroger des habitudes de chaque locuteur. Il n’est guère en divorce par rapport à elles que chez les Rouges, dont les phrases sont ordinairement plus courtes. Peuple s’y prète à commentaires et règne sur des entourages de longueur inhabituelle. L’inverse se produit chez Proudhon. Voici, mis en parallèle, deux classements hiérarchisés des locuteurs construits le premier sur le rang obtenu par l’amplitude générale de leurs phrases, le second sur le rang de l’amplitude des seules phrases où peuple apparait.

93La distorsion entre les deux classements est essentiellement due à la montée des Rouges, coutumiers de proclamations à phrases courtes, qui se haussent au 3ème rang des commentateurs de peuple et, pour une petite part, à Proudhon qui, à l’inverse des blanquistes, semble ici éviter de mêler peuple à ce qu’il appelle “la phrase”. Il est intéressant de retenir cet aspect d’un usage verbeux “ultra-révolutionnaire” de peuple.

94Une autre analyse peut prendre en compte la “position de base” du mot dans la phrase moyenne. Au lieu de cumuler les voisinages droits et gauches (Vd et Vg), cette position s’obtient par soustraction des uns aux autres, le résultat étant divisé par la fréquence du pole. Voici le tableau des “bases” obtenues pour chaque locuteur :

95Par rapport à la position équilibrée au centre qui se manifeste chez Lamartine et dans la plupart des locuteurs, les écarts caractérisent le discours des Rouges surtout, mais aussi des chansons, voire de Hugo (peuple s’y déporte en moyenne vers le début des phrases) et celui de L. Blanc (où peuple affecte plutot les fins de phrase). Chez les premiers n’aurait-il pas tendance à “commander la phrase”, comme on dit dans la grammaire scolaire, si tant est que la position ordinaire du sujet en français se situe à gauche du système verbal. L’inverse serait le lot de peuple chez L. Blanc. Il s’y trouverait en position d’actant second, “commandé” en quelque sorte. On agit sur lui, on défend ses intérêts ; il n’est pas mis en scène mais sert d’objet ou de décor. Sur ce point, peuple et ouvriers s’opposent fort curieusement chez nos locuteurs. Voici, à titre comparatif, cote à cote les deux axes de la phrase moyenne où figurent les positions de base de peuple puis d’ouvriers (pour les 7 locuteurs qui l’emploient au moins 6 fois) :

96L’axe d’ouvriers inverse en partie les positions de l’axe de peuple. A l’exception de rares inversions du sujet, en phrase interrogative par exemple, L. Blanc place plutot le mot ouvriers en position d’actant premier, tandis qu’à l’inverse celui-ci parait secondarisé dans les chansons. Le retour aux contextes corrobore pleinement cette indication purement statistique. Quelques citations prises chez L. Blanc vont le montrer.

97Ouvriers en position d’actant premier (acteur) :

  • “Il y a au dehors bien des ouvriers qui, peut-ètre, ne voudront pas reprendre leurs travaux si on ne leur donne pas une solution immédiate.” (mars 1848)

  • “Les ouvriers sont agités de pensées inquiètes : beaucoup ne veulent plus subir les anciennes conditions de travail.” (mars)

  • “L’ouvrier, qui ne possède point d’instruments de travail, est réduit à travailler pour le compte et au profit d’autrui comme salarié.” (avril)

  • “Des ouvriers s’étaient rassemblés au Champ-de-Mars en grand nombre dans le meilleur ordre.” (avril)

98Peuple en position d’actant second (agi) :

  • “Je ne vous ferai donc pas le tableau des misères du peuple.” (mars)

  • “Votre grande préoccupation en ce moment est de connaître les hommes qui, dans la future Assemblée nationale, défendront le mieux les intérêts du peuple.” (avril)

  • “On m’a reproché […] d’avoir méconnu les intérêts du peuple.” (avril)

  • “La république en intervenant dans les affaires humaines avait retiré les peuple de cet esclavage qu’on lui avait jusqu’alors imposé.” (avril)

  • “Elle (la Commission) relève aujourd’hui de vous seuls, par qui le peuple est représenté.” (mai)

  • “C’est vous qui faites le malheur du peuple.” (mai)

  • “Il faut sauver le peuple, parce que le peuple est malheureux.” (mai)

  • “Faites des lois qui […] mais faites des lois qui rendent le peuple aussi heureux qu’il peut l’être aujourd’hui.” (mai)

  • “Si je ne suis monté à cette tribune […] c’est comme représentant du peuple.” (juin)

99L’analyse des co-occurrents induit une dernière remarque : à l’image d’un peuple armé semble s’opposer celle d’un peuple désarmé. La position déséquilibrée prise par le mot dans les textes des clubs rouges concentre sur la gauche du pole quelques formes à forte stéréotypie. On dirait, en les examinant de près, qu’une synthèse s’y trouve mise en pratique. On constate, en effet, que ces co-occurrents gauches du Peuple “rouge” assument tout à la fois les co-occurrents principaux de L’Atelier, de Proudhon, des chansons et des pétitions, pour ne reprendre que nos locuteurs ouvriers). Faisant cela, le peuple “rouge” ne se voudrait-il pas populaire ? Voici la liste des 8 formes prioritairement attirées à sa gauche, munies de l’indication des concordances avec les co-occurrents présents dans les lexicogrammes ouvriers de peuple.

Spectre gauche du peuple “rouge” et concordances
Peuple (F = 114)

Spectre gauche du peuple “rouge” et concordancesPeuple (F = 114)

100Les proclamations des clubs rouges poussent donc en avant une forme chargée de toutes les associations lexicales les mieux popularisées. Que de résonances autour d’elle ! Les Rouges se sont armés du mot peuple.

101L’opposition avec Lamartine n’en ressort que davantage. Aucune lexie figée ne se dégage en effet du coté gauche du peuple lamartinien. Dans la limite d’une proximité moyenne inférieure à 0,40 l’ordinateur ne trouve rien. En revanche, deux adjectifs postposés arrivent en forte co-occurrence sur la droite du mot. Ce sont entier et français, dont on a vu le role généralisateur. En descendant plus bas dans la liste des co-occurrents droits, en quète de verbes à forme conjuguée, on s’aperçoit que le lexicogramme lamartinien ne contient aucune flexion verbale, alors que celui des Rouges en comprend plusieurs en bonne place : demande, sait, (a) vu, attend, vont, arbore… Tout se passe comme si, afin de mieux s’en servir, Lamartine avait voulu désarmer le mot peuple, en éliminant les résonances dynamiques qui vibrent dans d’autres réseaux.

102Peuple, terme si communicatif, en est-il devenu un terme incommunicable, piégé dans de multiples stratégies de discours contradictoires ? Faut-il parler d’absence de structure linguistique, d’absence de signification minimale, voire de désignation mème floue ? Le mot n’est-il qu’un “fuzzy” qui se prète à tout et à tous, monnaie si courante de l’usage politique qu’elle s’en trouve sémantiquement désargentée, bien que sociologiquement en or ? On pourrait aller plus loin et accuser son usage quarantehuitard d’illogique. A la fois incluant et inclus, générique et fonctionnant sur plusieurs niveaux et à l’intérieur de registres très divers, ne contrevient-il pas au principe de Russell : “Tout ce qui englobe tous les éléments d’une collection ne doit pas être un élément de cette collection” ? Peuple serait donc une “totalité illégitime”, de par une fonction sociale incohérente. Un tel constat, à notre avis, s’arrète en route. Les contradictions ne sont pas des incohérences ; nous en avons donné certaines clés stratégiques qui les justifient ou les expliquent. Au-delà d’elles, peuple, dans l’illogisme apparent de ses emplois, n’est-il pas fondamentalement le signe des fissures qui affectent le substrat mème du dialogue social ? Ce que veut dire Peuple pendant la révolution de 48 : une fracture dans la référence, qui s’appelle la lutte des classes.

Notes

1 Ce texte est extrait de ma thèse Un vocabulaire ouvrier en 1848. Essai de lexicométrie, ENS de Saint-Cloud, 1975, tome 1, p. 227-262 (corpus), tome 2, p. 497-552 (analyses). La recherche reposait essentiellement sur un échantillonnage de huit locuteurs (4 ouvriers, 4 “politiques”) : pétitions ouvrières, chansons ouvrières, journal L’Atelier, Proudhon, d’une part, Lamartine, Hugo, clubs “rouges” ultra-révolutionnaires, Louis Blanc, d’autre part, dont les textes ont été échantillonnés tout au long des cinq mois révolutionnaires de 1848 (de fin février à fin juin). A ces échantillons quarantehuitards ont été joints, à des fins de comparaison dans certaines analyses, trois discours de Robespierre de 1793 et un ensemble d’extraits de textes mutuellistes ou compagnonniques datant de la Monarchie de Juillet. Une version courte de ce travail a paru dans Romantisme, n° spécial “Le peuple romantique”, sous le titre “Le mot Peuple en 1848 : désignant social ou instrument politique”, 1975, p. 6-20.

2 Cette valeur théorique, ou “espérance mathématique”, est obtenue en multipliant la fréquence relative du mot dans le corpus par la longueur de l’échantillon.

3 Cette exception trouve un prolongement dans une constatation effectuée par Nelly DANJOU sur Napoléon le petit, le pamphlet hugolien de 1852. Le dépouillement de son vocabulaire fait apparaitre une prédominance des désignants homme (F=244) et France (F=164) sur peuple (F=137).

4 Peuple vient largement en tète des index hiérarchiques du vocabulaire des Discours et rapports de Saint-Just et des Discours de Robespierre, et il est le premier désignant à apparaitre après homme dans Le Contrat social de Rousseau. Cf. “Eléments pour l’étude quantitative d’une journée de 48”, Cahiers de lexicologie, 14, 1969-1, p. 77-114.

5 Les formes entre parenthèses en queue de liste n’ont pas d’occurrence dans l’échantillon concerné.

6 Pour l’utilisation des tables de pertinence avec un effectif de 10 rangs, voir S. AIVAZIAN, Etude statistique des dépendances, Moscou, édition Mir, 1970, p. 113-116 et p. 227, table 25.

7 DURRIEU, Le courrier français, 24 février 1848 ; Caussidière, Avis du 27 février (Préfecture de police).

8 Barbès, Sobrier, Seigneurat : Décrets du 15 mai.

9 Slogan des manifestations ouvrières “Place au peuple !”. Exemple : Flotte, professions de foi électorale, avril.

10 Blanqui : Discours au club du Prado, 25 février.

11 Pétition des clubs sur la Pologne, 15 mai (“peuple français, polonais !”).

12 Sobrier : Programme au peuple, 25 février.

13 Déclaration des détenus politiques, 13 mai. Le Comité des clubs démocratiques radicaux déclarait en avril : “Il n’y a pas fraternité quand la femme du peuple se traine affamée avec ses enfants aux portes des palais”. Blanqui avait écrit le 22 mars : “[…] quand l’ouvrière, avec ses enfants affamés, se traine […]”. On remarquera la commutation entre “femme du peuple” et “ouvrière”. Textes dans Les Affiches rouges, Paris, Giraud-Dagneau, 1851, p. 129 et Textes choisis de Blanqui, Paris, éd. sociales, 1955, p. 116.

14 Fombertaux, profession de foi, avril.

15 Blanqui, Aux clubs démocratiques de Paris, 22 mars.

16 Affiche du Club des Travailleurs Unis, avril.

17 Martin-Bernard : Discours à l’Hôtel de ville, 25 février. Echo chez Blanqui : “Le peuple a arboré les couleurs rouges sur les barricades de 1848 […] Leur chute est un outrage au peuple […] Ouvriers, c’est votre drapeau qui tombe” (cité dans Textes choisis de Blanqui, p. 22). On remarquera à nouveau la commutation “peuple” et “ouvriers”.

18 Affiches Rouges, p. 17, 18, 41, 43, 60, etc.

19 La hiérarchisation sociale contre laquelle s’insurgent les blanquistes ne semble pas avoir beaucoup son lexique depuis les “Amis du Peuple” et mème depuis Babeuf. “Il y a eu jusqu’ici trois intérets en France, expliquait Blanqui en 1832, celui de la classe dite très élevée, celui de la classe moyenne ou bourgeoisie, enfin celui du peuple. Je place le peuple en dernière place parce qu’il a toujours été le dernier” (cité dans G. M. BRAVO, Les socialistes avant Marx, Paris, Maspero, 1970, tome 1, p. 23. Seules les commutations entre “peuple” et “ouvriers” se font plus fréquentes. Mais c’était déjà le cas chez le Babeuf du Tribun du Peuple.

20 “La représentation des citoyens, de tout le peuple” (24 février); “une république embrassant le peuple tout entier dans les mêmes endroits et les mêmes bienfaits” (2 avril); “nous avons armé le peuple tout entier dans la garde nationale, et le peuple tout entier nous a répondu” (6 mai); “la fortune du peuple tout entière” (12 juin).

21 «Il importe au peuple, à toutes les classes de la population” (24 février) ; “Il n’y a qu’un seul peuple composé de l’universalité des citoyens” (25 février). Lamartine, dans cette incantation unanimiste, emboite tout simplement le pas du National, qui écrivait en 1830 : “La population ouvrière de Paris n’est pas le peuple ; elle n’est, comme les artistes, comme les marchands […] qu’une partie du peuple” (cité dans M. LEROY, Histoire des idées sociales en France, Paris, Gallimard, 1962, tome 2, p. 405).

22 LAMARTINE, Le passé, le présent, l’avenir de la République, Paris, Au bureau du Conseiller du Peuple, 1850, p. 19-20.

23 Texte dans Histoire de la Révolution de février 1848, du Gouvernement provisoire et de la République. Faits et documents, Bordeaux, éd. P. Faye, 1849, tome 1, p. 85-88. Ce qui était une certitude subsiste en 1850 à l’état d’espérance : “Le république démocratique, c’est-à-dire l’unité du peuple au lieu de la séparation privilégiée des classes (Le Conseiller du Peuple, p.21).

24 L’un est fidèle au “Jour du Peuple” de Babeuf (“L’heure fatale a sonné pour les oppresseurs […] Peuple, lève-toi ! et tes ennemis disparaîtront comme la poussière devant l’ouragan. Frappe, extermine sans pitié les vils satellites, complices volontaires de la tyrannie”, Appel de la Société des Saisons, 12 mai 1839) ; l’autre ne prone que paix sociale : “Le peuple et la paix, c’est un même mot” (Lamartine, circulaire du 4 mars 1848).

25 Le decrescendo de “peuple” à “populace” puis à “canaille” est classique chez les littérateurs de l’époque. R. L. Wagner en a relevé un excellent exemple dans les Souvenirs de Tocqueville. L’auteur y décrit l’invasion de la Chambre au 24 février 1848. Cela commence par une “infiltration” de “peuple”, puis on découvre qu’il s’agit des “dernières classes” ; trois pages plus loin la “populace se vautre” ; trois pages encore et il ne reste que la “pire canaille de l’insurrection”. Sélection des gens ou glissement des valeurs et des mots ? (cf. TOCQUEVILLE, Souvenirs, Paris, Gallimard, 1964, p. 71-77.)

26 “Un chef des émeutiers, qui n’était pas du peuple, homme à face sinistre, avec des yeux injectés de sang” (15 mai).

27 Ce type de lexies a été aussitot brocardé. Tout candidat à la députation doit, d’après Louis Reybaud, se proclamer au moins “ouvrier de la pensée” (cf. Jérome Paturot à la recherche de la meilleure des Républiques, Paris, M. Lévy, 1848, tome 2, p. 88). – On trouve cependant prises au sérieux les lexies de “travailleurs de l’intelligence” dans une pétition du tailleur-coupeur Dieudonné, d’“ouvrier de la pensée” et de “prolétaire intellectuel” chez Thoré, blanquiste puis barbésien en 1848, rédacteur de La Vraie République.

28 Citons encore L. Reybaud en témoignage : “Le titre le plus irrésistible était celui d’ouvrier […] On était alors fils d’ouvrier, ouvrier de la veille, ouvrier du lendemain […] Ils endossaient la blouse et se croyaient du peuple parce qu’ils en avaient le vètement” (Jérome Paturot…, tome 2, p. 74-75). L’expression “endosser la blouse” apparait mème comme thème de chanson populaire. Ainsi dans la chanson “Les faux frères ou les blouses blanches” (non tachées) : “Partout, dit-on, se glissent de faux-frères qui pour la blouse ont quitté leurs habits”, par l’auteur de l’Eléphant de la Bastille, impr. de Beaulé, 1848). Dans un pseudodialogue entre L. Blanc et Job intitulé Organisation rationnelle du Travail, l’auteur met dans la bouche du premier l’accusation suivante : “Il me semble que vous argumentez comme un professeur de philosophie qui n’aurait endossé la blouse que pour essayer de me mettre dedans” (juin 1848).

29 Dans ce dénigrement des “avocats”, L’Atelier n’est pas seul. Témoins cette lettre de l’Allier que cite le journal (“Les démocrates de la douzième heure pullulent. Le peuple saura quelle confiance il peut avoir en eux”, 19 mars) et cette affiche placardée par le clubiste C. Hilbey dès février : “Déjà la garde nationale et les écoles prennent la direction du mouvement que le peuple seul a opéré, la bourgeoisie veut nous escamoter encore cette révolution.” Peur de l’“escamotage”, cris contre les “faux républicains”, slogan “gardons nos armes” et réclamation de “garanties” vont de pair (cf. Affiches rouges).

30 Parodie de tract électoral : “Citoyens ! Fils d’ouvrier, neveu d’ouvrier, cousin d’ouvrier, gendre d’ouvrier, oncle d’ouvrier, père d’ouvrier, j’aurais pu ètre ouvrier moi-mème, si les circonstances s’y fussent prêtées” (Jérome Paturot…, tome 2, p. 87).

31 David d’Angers accepte, de son coté, la mairie du 11ème arrondissement pour établir “un lien entre la bourgeoisie et le peuple” (Carnets de David d’Angers, Paris, Plon, 1958, tome 2, p. 259).

32 Allusion à une proclamation du Gouvernement provisoire du 20 avril où il est dit : “La journée d’hier a montré aux yeux ce qui était dans les coeurs : il n’y a plus qu’un peuple”. Le rédacteur en fut vraisemblablement Lamartine et c’est non moins vraisemblablement lui qui est désigné par “on” dans cette allusion de L’Atelier.

33 L’Atelier : “Les puissants ont toujours leurs flatteurs : l’ouvrier aujourdhui est l’idole qu’on encense” (30 avril). Proudhon : “Nommez-les pour vos représentants ! Flagorneurs du peuple, flagorneurs de la bourgeoisie, flagorneurs des rois, flatteurs de tous les pouvoirs, toujours prêts à saluer l’amphitryon où l’on dine” (Ce que la Révolution doit à la littérature, 28 mai). C’est Hugo qui est premier visé.

34 “Que par les soins de ces comités, une représentation des travailleurs soit formée, imperium in imperio, en face de la représentation bourgeoise” (Proposition déposée par Proudhon à l’Assemblée, 5 mai).

35 Exemple des querelles linguistiques suscitées à l’époque. Par réaction contre les emplois abusifs de peuple, L’Illustration écrit, au nom de la langue française, en affectant de piéger Raspail : “M. Raspail fait l’Ami du peuple. Aujourdhui que tout le monde est peuple, dire que l’on est l’ami du peuple, c’est dire que l’on est son propre ami, ce qui est une grosse naïveté, ou que l’on considère le peuple mème en dehors et au-dessous de soi, ce qui est aristocratique” (n° 265, 25 mars 1848, p. 62). Réaction linguistique ou réaction politique ? Naïf et manipulateur se ressemblent en ce qu’ils trouvent naturel l’emploi idéologique qu’ils font des mots.

36 Au Laboratoire de Saint-Cloud, on appelle “lexicogramme direct” la représentation hiérarchisée des formes co-occurrentes statistiquement attirées à la gauche ou à la droite d’un mot-pole étudié. Un “lexicogramme indirect” est composé par des séquences d’attirances (ou “connexions”) qui s’enchainent les unes les autres jusqu’à saturation du graphe. Ces lexicogrammes obéissent à des règles de sélection, de hiérarchisation et de cheminement fixées à l’avance (sélection : à l’écart réduit z >= 2,57, en fréquences de corpus ou d’échantillon, en coefficient de co-occurrence, etc.). Le signe – » – signifie que le pole “attire sur sa droite” et le signe –>- qu’il “attire sur sa gauche”. Sur la méthode de calcul et son application, se reporter à Des tracts en Mai 68. Mesures de vocabulaire et de contenu, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1975, p. 185-291.

37 M. TOURNIER, Un Vocabulaire ouvrier en 1848, op. cit., tome 2, p. 609.

Table des illustrations

Titre Sous-fréquences observées et théoriques de peuple chez les 8 locuteurs
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Echantillon “politique”
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Sous-fréquences observées et théoriques de Peuple dans le temps
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Evolution de peuple et d’ouvriers (graphique des rangs)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique échelonné des écarts d’emploi (tous locuteurs)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Paradigmes “sociaux” hiérarchisés dans les dix émetteurs de 1848Echantillon “ouvrier”
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Echantillon “politique”
Légende Note 55
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Schéma des qualifiants de peuple en 1848
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Spectre gauche du peuple “rouge” et concordancesPeuple (F = 114)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1678/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search