Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Les mots conflits : L’exemple de grève au milieu du 19ème siècle1

Texte intégral

  • 1 Une première version de cet article a paru dans Le Français aujourdhui, 58, juin 1982, p. 39-48.
  • 2 On peut, avec le linguiste soviétique Bakhtine, affirmer que cela reste vrai jusqu’au fond de nous (...)
  • 3 TODOROV, Ibid., p. 77.

1Nous ne parlons, du moins en public2, qu’avec les mots des autres. Certes, l’expression idéologique s’évertue à la cohérence (les mots construisent notre propre système de représentation), mais elle prête aussi à confusion (les autres et leurs systèmes nous investissent par ces mêmes mots). Comment alors parler pour se démarquer, quand les jeux les plus paresseux du langage convergent vers l’assimilation ? Bakhtine écrivait à juste titre : “Aucun membre de la communauté verbale ne trouve jamais des mots de la langue qui soient neutres, exempts des évaluations et des aspirations d’autrui... Sa propre intention trouve un mot déjà habité”3. Aussi notre discours peut-il à tout moment se voir piégé par ce qu’il ne voulait pas dire, par ce que les autres ont déjà dit. Aucun mot ne sert pour la première fois.

  • 4 Empruntons cet exemple à R. Barthes : “La Restauration a élaboré une écriture de classe, grâce à q (...)

2Ce qui est vrai pour la parole individuelle l’est encore plus quand il s’agit de l’expression de groupes sociaux. Intérêts collectifs et usages lexicaux de classe vivent en interaction, ne serait-ce qu’au niveau de la dénomination4. Non seulement varient les connotations, rapport affectif aux événements, mais les dénotations elles-mêmes, rapport désignatif aux référents. Il n’y a pas de degré zéro du langage. Qui impose son mot, c’est-à-dire les modalités d’un emploi, assoit son autorité. La conquête d’une norme redouble l’efficacité de la conquête des médias. Et le moindre mot porteur se retrouve écartelé, au cœur des luttes de pouvoir.

  • 5 R.-L. WAGNER, “Déportation, transportation. Un cas de désarroi lexical” in Mélanges Gardette, Pari (...)

3Voilà pourquoi les conflits sociaux s’expriment non par les mots mais dans les mots. Ces outils peu fiables, si on ne les marque pas au coin, deviennent lieux des oppositions et enjeux des discours concurrents. Mots “en désarroi”, selon l’expression de R.-L. Wagner5, ils reflètent l’insécurité des dires et des parleurs... ou obéissent profondément à des stratégies langagières antagonistes. Tel est le cas de grève, pris dans la montée des conflits industriels au 19ème siècle. Quelle est cette “grève” qui est dans le mot ?

4Dégager les singularités d’un signe pluriel est une opération artificielle. Certains contextes plus clairs que d’autres permettent pourtant de la tenter. Une recomposition du tissu dialogique suffit ensuite à rendre évidents les jeux de reflet ou de masquage, d’ambigüisation délibérée ou de flou subi, d’appropriation ou de refus, auxquels se livraient les protagonistes sociaux. Il serait donc aussi erroné qu’un dictionnaire de considérer, dans la distinction artificielle des “sens” que nous ferons, un passage linéaire de l’histoire. Une évolution sémantique s’inscrit bien dans le flux, mais jusqu’à la fin du siècle tous ces sens demeurent vivants, exprimés ou latents derrière les discours, même dans le cas où semble être élu un seul type d’emploi. Grève et son paradigme ont fait office de réfracteurs des conflits ou, plus exactement, de la conscience qu’on en avait. Or toute conscience, affirmait Bakhtine, est “de part en part idéologique”.

IMAGES TRADITIONNELLES

  • 6 Voir plus haut, p. 17-32.
  • 7 Y-M. Bercé signale qu’en 1675 les rassemblements de bonnets rouges bretons s'organisaient dans les (...)

5Grève rencontre d’abord de très anciennes images, routières mais aussi maritimes et fluviales6, dans la mémoire collective de ses usagers principaux, les compagnons, les mutuellistes, les chomeurs. E. Littré, avec l’indication “vx”, commente faire grève par “se tenir sur la place de Grève en attendant de l’ouvrage, suivant l’habitude de plusieurs corps de métiers parisiens”. Sans doute est-ce là le sens premier, quoiqu’il ait existé bien d’autres grèves qu’à Paris7. La grève serait donc, dans l’une de ses acceptions originelles, la place d’embauché. Ne dit-on pas, tout au long du 19ème siècle et de façon très populaire, que celui qui n’a pas trouvé d’emploi est “resté sur le sable” ou que celui qui a été congédié se voit “jeté sur le sable”, sans le sou ? Lorsque le gravier de la place est remplacé par le “carreau” et des pavés, les locutions se transforment en : “battre le pavé”, “rester sur le carreau”, “être jeté sur le pavé, laissé sur le carreau”. De multiples attestations portent témoignage de la vérité sociale de ces locutions. Dans un mémoire au Conseil général de la Seine, l’un des promoteurs des Bourses du travail écrit en 1846 :

  • 8 A. LEULLIER, Institutions en faveur des travailleurs (novembre 1846). Texte cité par R. GOSSEZ dan (...)

“On voit chaque jour de la semaine des groupes d’ouvriers stationner sur nos places, dans nos rues, qu’ils encombrent, en attendant l’entrepreneur qui viendra les embaucher... La place de l’Hôtel de Ville (grève des maçons), la place du Chàtelet (peintres), la rue du Petit-Carreau et nombre d’autres sont le théâtre de ces rassemblements alarmants pour qui en ignore l’objet”8.

6Il récidive deux ans plus tard auprès de la Commission du Luxembourg :

  • 9 Ibid., p. 2012-2013.

“La grève, écrit-il, telle qu’elle existe avec la voûte du ciel pour abri et le pavé pour tapis, est un scandale... La monarchie lui a refusé un asile, la République lui devrait un temple !”9

7Et de proposer une reconnaissance des embauches compagnonniques, la création de bureaux de placement réglementés et un siège central organisant le travail, siège qu’il dénomme tout simplement “Grève générale”.

8L’alliance permanente misère-grève révèle l’arrière-fond paupériste de cette première image. On chante, après la victoire de février 1848 :

  • 10 Flavius, “Le chant de l’Atelier national” (mars ou avril 1848) in P. BARBIER et F. VERNILLAT, Hist (...)

“Une nouvelle ère se lève,
Elle annonce des jours meilleurs.
Plus de misère, plus de grève
Pour le peuple des travailleurs !”10.

  • 11 Texte cité par R. GOSSEZ, thèse, vol. 1, p. 78.

9Grève-chomage, grève-embauche, grève-attente, grève-pauvreté : voilà le cœur du mot à l’époque. Une contre-manifestation patronale, le 9 mars 1848, menace crùment les gouvernants républicains en ces termes : “Vos ouvriers, nous les renverrons de nos ateliers, nous les jetterons sur le pavé, nous leur dirons d’aller vous demander du pain...”11. Félix Marceille, pétitionnant de l’autre bord auprès du Comité du travail, décrit “les usines importantes en chomage dans le moment” et se plaint du “trop-plein des travailleurs sur le pavé” (A.N. Cote C 2233, n° 404).

10Toute une enfilade métonymique s’articule avec ces images. On pourrait la figurer ainsi : le mot grève désigne successivement et simultanément au milieu du siècle :

  • 12 Attention à chomage ! Ce terme possède, au milieu du siècle, les mêmes ambivalences que grève : vo (...)

Note 1212

11Quelques attestations d’époque, tirées de textes ouvriers, suffisent à donner vie à cet ensemble complexe.

12Désignations 2 et 3 : “Embauchage à la grève, non ailleurs” (Proudhon, Carnets, 29 février 1848) ; “Tous compagnons et tous garçons ne peuvent être embauchés qu’à la grève... Tous compagnons de grève étant porteurs d’une carte ne peuvent être embauchés que sur présentation de cette carte... A partir du 14 avril 1848, la grève est et demeure fixée chez Mr Durand, marchand de vins rue Quincampoix n° 69” (A.N. Cote C 941, folio 6 : centralisation des embauches des plombiers-zingueurs parisiens, lesquels proclament : “Nous ne formons plus qu’une seule grève” – sens n° 4).

13Désignations 4 et 6 : “Au nom de la corporation des ouvriers peintres en bâtiment, nous venons protester contre l’article de votre journal du 7 de ce mois, qui annonce que sur 266 ouvriers composant la grève de ce jour, 188 ont été embauchés... En réalité, le lundi 5, la grève se composait d’environ 500 travailleurs” (réponse à L’Estafette, in Le Peuple, 9 février 1849) ; “Toutes les grèves, c’est-à-dire les réunions d’ouvriers sans travail sur des points déterminés où les passions s’alimentent, où les esprits s’exaltent, où les coalitions se forment...” (Eugène Blanc, janvier 1848) ; “La société adopte pour le lieu de ses réunions, autrement dit Grève, la place des Fêtes, à l’angle des rues Saint-Denis et des Prés” (Union des compagnons maçons de la banlieue, Belleville, 14 mai 1848, B.N. Cote Lb 54 114).

14En juin 1848, émerge l’idée de “grève européenne”, au sens de réunion européenne des travailleurs, chez le typographe Marcel Deschamps, par exemple. Cet admirateur des chartistes célèbre la “Grève anglaise permanente” qui, sous la direction de Duncombe, député ouvrier au Parlement, est arrivée “à imposer leur tarif de salaire aux fabricants et manufacturiers qui les exploitaient sans pitié”, et il annonce : “Les membres du comité organisateur de la Convention des Travailleurs de la Grève Européenne donneront tous les renseignements désirables aux délégués des corporations ouvrières des villes et des campagnes qui voudront faire partie de l’association” (Le Robespierre, 8-11 juin 1848).

15Désignation 5 (chomage) : “Il y a des grèves nombreuses, forcées aujourdhui, auxquelles il est du devoir du Gouvernement... d’apporter d’amples secours.” (Goudchaux, intervention à l’Assemblée nationale, 15 juin 1848, in Histoire de la Révolution de février 1848, Commission du Pouvoir Exécutif, Bordeaux, P. Faye, 1849, vol. 2, p. 616).

  • 13 Projet présenté par Manier en juillet 1883. Texte cité par MERMEIX, Le Syndicalisme contre le Soci (...)
  • 14 Cf. A. LIESSE, La question sociale, 1894, p. 188.
  • 15 In Le Père Peinard, Paris, Galilée, 1976, p. 33 (texte du 6 avril 1890).
  • 16 “Qu'on prenne garde, les travailleurs pourraient bien se lasser d'avoir faim et d’aller en vain fa (...)

16A la fin du siècle, ces types d’emploi – quoi qu’en pense Littré – n’ont pas tellement vieilli, en milieu ouvrier. Les “places de grève” (lieux d’embauchage spontané et non réglementé) sont à supprimer, est-il demandé en 1883 au Conseil de Paris13 ; il faut les remplacer par des “bourses”, où s’établiront des “salles de grève”, bureaux d’embauché placés sous contrôle syndical14. Pour Emile Pouget, la manifestation du 1er mai 1890 doit d’abord servir aux protestations des chômeurs : “Les victimes des bureaux de placement, des grèves, les mistoufliers de tout genre, faut pas qu’ils ratent ! C’est rare qu’une occase si chouette se présente”15. Et pour le chansonnier J.-B. Clément encore, en 1898, “aller faire un tour à la grève”, c’est chercher du travail16. Permanence des images héritées, même lorsque la place commune ne joue plus aucun role dans l’embauche.

LA HONTE DES “FAINEANTS”

  • 17 Dans le Dictionnaire Universel du socialiste Lachàtre, à la suite d'une définition de faire grève (...)

17Un ouvrier, ce ne peut être fait que pour travailler. Proudhon, célébrant le dimanche comme jour du progrès, Lafargue revendiquant le droit à la paresse, agissent en provocateurs. L’état de grève est ressenti comme un scandale, quelle qu’en soit l’origine, et des connotations péjoratives piègent le mot, jusque dans les dictionnaires du temps17, jusque dans les tètes ouvrières. Scandale du chomage ? A peine. Scandale de la fainéantise, oui ! Lisons la rubrique GREVE du Dictionnaire démocratique, publié en feuilleton en pleine révolution de 1848, par Francis Wey, le lexicographe patenté de l’époque. On y assiste, avec toute l’évidence du “ce qui va de soi”, comme dirait Barthes, au glissement du mot dans le piège :

  • 18 In L’Illustration, n° 274, mai 1848, p. 199.

“C’est en plein air que se traitent, au lever du soleil, nombre de marchés entre les entrepreneurs et les ouvriers de Paris ; les quais, les grèves de la Seine, la place de l’Hotel de Ville et ses entours, le quartier que l’on nomme la Grève, servent de centre de réunion à diverses catégories de travailleurs. De là sans doute proviennent les expressions : être ou rester en grève, tenir grève, etc.
Lorsque les ouvriers, dans le but d’imposer l’augmentation des salaires, suspendent leurs travaux, ils substituent la violence à l’équité et, dans nombre de cas, fournissent aux exploiteurs du capital un syllogisme des plus puissants... La ruine du commerce, dans l’état actuel des choses, ne saurait profiter aux ouvriers : la grève maintenue avec obstination tarirait les sources du salaire. D’ailleurs, la fériation prolongée fournit un argument contre les producteurs. Cette situation prouve qu’ils ont été à même d’économiser assez d’argent pour vivre sans travailler durant un espace de temps plus ou moins long”18.

  • 19 Cf. H. GUILLEMIN, La tragédie de Quarante-huit, Genève, Milieu du Monde, 1948, p. 300-307.

18La Grève, lieu de promenade des demandeurs d’emploi et des oisifs volontaires qui peuvent “vivre sans travailler”, la grève, vacances prolongées ruinant le commerce et l’industrie : le texte de Wey est un parfait exemple de la mentalité “modérée” des “honnètes gens”, qui régente alors les valeurs et les sens. Dénotations : la grève est à la fois l’attente de l’embauche et la suspension délibérée des tâches. Connotation : la grève est lieu et moyen de perdition pour ceux qui ont failli au respect du travail. Le lendemain, 28 mai 1848, Falloux présente à l’Assemblée son rapport sur les ateliers nationaux, cette “grève permanente et organisée à 170 000 francs par jour”19, dont la suppression jettera les chomeurs sur les barricades de juin. Lien sanglant des mots et des choses.

  • 20 Pétition du 10 juin 1848 (A.N. Cote C 2233, n° 448).

19Les ouvriers, qui avaient coutume d’exercer leur verve contre les “fainéants millionnaires”, subissent si fortement la pression de l’idéologie modérée qu’ils retournent contre eux-mêmes l’accusation d’oisiveté lancée d’abord contre les riches et les aristocrates (“Livrons la guerre à la paresse”, chante Louis Festeau, l’horloger-poète). Le non-travail honni, subi comme un reproche, devient leur bête noire. Du coup, ils renchérissent. Nicolas Dieudonné, tailleur-coupeur, qui s’insurgera en juin 1848, ne cesse d’y faire allusion dans sa “Pétition adressée aux représentants de l’Assemblée nationale”20 : “Le paresseux seul sera misérable”, “le travail à la journée engendre la fainéantise”... Victimes en premier chef de l’assimilation si fortement diffusée en 1848 : socialisme rouge = grève permanente = fainéantise et ivrognerie = anarchie antisociale, ils sont nombreux à faire chorus avec les chasseurs de paresseux. L’ancien tapissier Darras écrit, au sujet des “cabales d’ouvriers paresseux et mauvais sujets” :

  • 21 Pétition d’avril 1848 (A.N. Cote C 2232, n° 212).

“Les bons ouvriers ayant leur intérêt à rester à l’ouvrage et dans leur atelier ; ce qui mettrait la police à même de s’emparer de cette misérable classe de vauriens et de voleurs qui infectent la capitale et inquiètent toujours beaucoup le commerce et l’industrie”21.

  • 22 Pétition du 9 avril 1848 (A.N. Cote C 2232, n° 105).
  • 23 Aparté : peut-on dire que ce sentiment se soit totalement effacé aujourdhui, lorsqu'on sait les hé (...)
  • 24 Discours à l’Assemblée, 15 juin 1848, in Histoire de la Révolution de février 1848, op. cit., p. 6 (...)

20Des pétitionnaires pourtant hardis, ainsi les porcelainiers, invoquent pour but de leur “association” (coalition) : “Protéger le labeur contre la paresse”22. Habileté de présentation d’une supplique au Pouvoir dans les termes attendus par ce Pouvoir, ou bien imprégnation des valorisations ambiantes ? Il n’est pas possible de trancher. Concluons : en milieu bourgeois et petit-bourgeois, mais avec irradiation que l’on vient de voir à l’œuvre jusque chez les ouvriers revendicatifs, la grève est profondément sentie comme une fainéantise dangereuse. On avait honte du chomage, oisiveté subie23 ; on devrait avoir encore plus honte d’abandonner son ouvrage, oisiveté choisie. C’est par cette pression morale, lourdement catéchisée d’ailleurs, que la société dominante s’efforce de faire pièce à l’extension quantitative et géographique du chomage ordonné, de la grève volontaire, selon les termes de Goudchaux24. Car tel est bien l’enjeu, à cette fracture du siècle, qui se devine au fond de cette lutte pour le mot.

LE DYNAMISME DES “BRAS CROISES”

21Il n’y a pas de jeu sans contre-jeu. Au réflexe social de réprobation attaché au mot, qui a bloqué par exemple les proudhoniens modérés – lesquels pronaient contre la grève l’association ouvrière –, les militants ont répondu, depuis le début du 19ème siècle, par une stratégie de la confusion des sens. La coalition étant hors la loi, on la glissera sous la grève. Comment faire alors la part du choisi et du subi ? La grève-chomage innocente la grève-lutte. Godefroy Mény, délégué des ouvriers tisseurs de chàles, s’explique ainsi devant un conseil de prudhommes, le 13 juin 1848 :

  • 25 Cité par R. GOSSEZ, Les ouvriers de Paris, Bibliothèque de la Révolution de 1848, tome 24, 1967, p (...)

“Je n’ai pas engagé les ouvriers à se mettre en grève ; mais la grève existant, j’ai conseillé aux ouvriers d’en profiter pour obtenir une augmentation de salaire qui pùt toutefois permettre aux fabricants de continuer leurs affaires... Je menais aussi bien l’intérêt du maitre que des ouvriers”25.

  • 26 Cité par F. A. AULARD, Paris sous le premier Empire, Paris, Cerf-Noblet-Quantin, 1912, tome 1, p. (...)
  • 27 Témoin Agricol Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, Paris, UGE, p. 236.

22L’acception dynamique du mot grève est ancienne. Une première apparition dépourvue d’ambigüité a été rencensée dans un rapport de la préfecture de police du 6 prairial an 13 (26 mai 1805), où faire grève est commenté par “quitter l’ouvrage pour demander de l’augmentation”26. On le retrouve en 1827, chez les devoirants et les gavots de Nimes27. Avec les années 30, l’usage en révolte de grève se répand d’un conflit à l’autre :

  • 28 Cité par J.-P. AGUET, Les grèves sous la Monarchie de Juillet (1830-1847), Genève, Droz, 1954, p. (...)

“Dans leur langage énergique et bizarre, les ouvriers disent qu’un atelier est en état de grève lorsque, par suite de convention tacite entre eux, en conséquence de quelques difficultés avec le patron, l’atelier doit être spontanément déserté au risque de laisser suspendus et inachevés les travaux de la plus grande importance, sauf aux ouvriers à se promener oisifs sur la place de Grève en attendant que l’on vienne les y chercher pour leur confier de nouveaux travaux”28.

23A l’image de ce texte du 11 août 1833, la Gazette des tribunaux, qui rapporte récits et verdicts des conflits du temps, est une mine d’attestations prouvant le fonctionnement ambivalent du terme. Lorsque la “fériation” se prolonge, on suspecte sa nécessité économique ; lorsqu’elle se déclare, on hésite sur ses vrais motifs. Ce doute peut conduire à accuser les grévistes (lourdement condamnés, on le sait), mais il sert tout aussi bien à les faire passer pour des chômeurs, victimes du paupérisme. Et le tri n’est pas aisé à pratiquer, puisque les “conventions tacites” restaient aussi secrètes que les devoirs compagnonniques ou les “sociétés de résistance” qui se cachaient derrière la façade des mutuelles populaires. La mutation des emplois s’inscrit en filigrane dans le témoignage suivant (Gazette des tribunaux, 24 décembre 1832) :

  • 29 Ibid., p. 32.

“Si un “singe” s’est montré récalcitrant, son procès est instruit sur l’heure ; il est interdit pour un temps plus ou moins long et ses ouvriers, sous peine d’être maltraités, sont tenus de faire grève (c’est-à-dire aller trouver du travail ailleurs)”29.

24L’interdit compagnonnique est donc tenu pour responsable de la grève. Mais de laquelle ? La ré-embauche, l’absence de travail, l’abandon des tàches ? C’est clair pour le préfet Gisquet, un an plus tard, lorsqu’il menace les meneurs en ces termes :

  • 30 In Mémoires de Mr Gisquet, ancien préfet de police, écrits par lui-mème, Paris, Marchant, 1840, to (...)

“Eh bien, Messieurs, si la nécessité m’y contraignait, je vous ferais emprisonner en masse plutot que de consentir à un acte de faiblesse ! Promettez-moi de faire cesser de suite votre grève, de laisser à chacun le droit de travailler, et alors je m’intéresserai à vos camarades”30.

  • 31 Ouvriers, cordonniers-bottiers, 15 avril 1848 (A.N. Cote C 2232, n° 288).

25En 1848, l’identification grève-interdit d’atelier voit son usage se généraliser : grève se substitue mème à coalition, terme trop marqué par la loi. De sens encore glissant dans une pétition des cordonniers-bottiers où le mot s’applique à l’entrepreneur (“Les patrons qui occuperont des ouvriers au-dessous du tarif seront mis en grève...”)31, le terme désigne ouvertement le refus du travail en soi, chez les compagnons maréchaux de Lyon comme chez les mécaniciens de la Fraternelle des “ouvriers de chemin de fer” :

“Nous, ouvriers compagnons maréchaux... nous nous sommes joints à nos frères les travailleurs pour faire grève, afin d’obtenir une augmentation de salaire” (L’Atelier, n° 8, 19 mars 1848).

“Les mécaniciens de la Société des Ouvriers de chemin de fer, dite La Fraternelle, se sont mis en grève sur tous les chemins” (Journal des Débats, 6 juin 1848).

  • 32 Pétition du 26 mai 1848 (A.N. Cote C 2239, n° 535).
  • 33 Décret du 19 mars 1848. Cité par R. GOSSEZ, Les ouvriers de Paris, 1967, op. cit., p. 15.

26On comprend que le géomètre Pierre Causson demande au gouvernement, dans sa pétition au Comité du Travail, d“’empècher ou prévenir les coalitions d’ouvriers et ces inquiétantes suspensions de travail nommées grèves”32. Grève vit désormais soit en association avec coalition, soit au titre de son équivalent sémantique. Les textes légaux, qui cernent les choses à travers des doublets (le mot neuf suivi du mot déjà consacré), lui décernent une reconnaissance officielle : ainsi le décret d’élargissement des charpentiers grévistes de La Villette emprisonnés depuis 1845 est dit “applicable à tous les ouvriers détenus par suite de grève ou de coalition”33. Premier pas vers une légitimation du droit de grève ? Il faudra attendre la loi du 25 mai 1864, où c’est d’ailleurs le mot coalition qui apparaitra, seul, dans un climat de tolérance associative. Grève l’aurait-il dépassé en virulence ?

  • 34 Dès 1832. C’est William Benbow, relayé par les chartistes, qui lance à cette date l’idée de l'arrê (...)
  • 35 In La naissance de la République en février 1848, Paris, Typographie Beaulé et Maignant, 1850, p. (...)

27Il ne semble pas. A la différence de son acolyte, grève va échapper au cadre strict du métier. On constate qu’en 1848, plus de quarante ans avant la propagande des anarcho-syndicalistes, la lexie “grève générale” commence à faire peur. Elle n’est pas évidemment employée au sens de l’hapax de Leullier cité plus haut, mais dans celui qui est déjà reconnu en Angleterre à General Strike34. Lucien De la Hodde, le célèbre mouchard, évoquant les troubles de l’année 1840, en attribue l’origine aux agissements des sociétés secrètes : “Leur acte le plus grave est la formation de la grève générale de 1840, formidable avalanche qui resta suspendue sur Paris pendant une semaine”35. Certes l’usage de la lexie est étroit, cantonné à des textes politiques souvent hostiles. Raspail lui-même ne condamne-t-il pas une “grève générale” :

  • 36 Cité dans 1848. Le livre du centenaire, Paris, Atlas, 1848, p. 143.

“Un fait sans exemple jusqu’à ce jour, écrit-il dans L’Ami du Peuple du 28 mars 1848, s’est accompli à Marseille. Une grève générale des ouvriers imprimeurs a suspendu tous les journaux de Marseille hors le seul Progrès social et supprime virtuellement la publicité, la condition la plus indispensable de tout gouvernement libre. Un état de choses aussi violent ne saurait être de longue durée. Les artisans reproducteurs de la pensée écrite ne sauraient faire grève”36.

  • 37 Dans une lettre au Journal des chemins de fer du 17 juin 1848, E. Flachat et H. Rouen annoncent qu (...)

28Mais le sémantisme de la lexie ne cesse de s’élargir. D’abord corporative, propre au maximum à une fédération de métiers37, la grève générale rejoint la grève universelle imaginée par Emile de Girardin ou la grève perpétuelle tant redoutée de l’économiste Adolphe Blanqui :

  • 38 Adolphe BLANQUI, Des classes ouvrières en France pendant l’année 1848, Paris, 1849, p. 51.

“Aucun des citoyens, écrit ce dernier, [...] n’oubliera ces longues processions d’ouvriers, portant des étendards sinistres et qui semblaient voués à une grève perpétuelle. On eùt dit qu’ils conspiraient eux-mêmes contre les industries qui les faisaient vivre et qui s’évanouissaient une à une devant leurs prétentions renaissantes”38.

29Charles Delescluze en brandit la menace, mariant la locution ancienne (mettre en interdit) à la nouvelle (grève générale) dans une phrase typique de fin 1848 :

  • 39 Article non signé de La Révolution démocratique et sociale du 29 mai 1848, cité par R. BRECY, La G (...)

“Ne craignez-vous pas qu’un jour l’armée des travailleurs, fatiguée d’user ses forces pour enrichir des maitres avares, ne prenne la résolution de vous mettre en interdit par une grève générale ?”39.

30Nous voilà au seuil d’un àge nouveau, où les jeux ambigus sur le mot grève seront, de conflit en conflit, plus difficiles à tenir. Avec l’explosion industrielle du Second Empire, le volontarisme prendra le pas sur l’invocation de la nécessité.

31L’interaction des discours porte l’ambivalence dans les lieux privilégiés du langage où le heurt des intérèts rencontre le plus d’obstacles ou de complicités, mots-carrefours, mots-conflits, que manipulent des stratégies antagonistes. Grève a eu son temps de “désarroi”, dont le climax se situe visiblement sous la Monarchie de Juillet.

32Mais ce qui parait évident, quand une telle pluralité de dénotations et de connotations se dégage des contextes interrogés, n’est-il pas, à des degrés moindres, le destin de tous les mots que nous employons ? Un terme vraiment neutre, dans certains recoins des sciences exactes par exemple, serait tout uniment un “signal”, au sens de Bakhtine, forme correspondant en permanence et en totalité avec un contenu immuable. Le discours social le prend-il en charge (qu’on pense à “nucléaire”), il estompe ou décale ses frontières, il se colore, se charge, se diffracte. Il change surtout de partenaires, de substituts et de voisins, compromis ou occulté. Des contradictions ont envahi le système où il s’était équilibré, au point de ne plus savoir ce que contient le mot ni qui il sert.

33Et cela n’est pas une preuve d’irrationalité. Plus que tout autre, la prise de parole publique dissimule des motivations derrière des sens. Et rien n’est plus cohérent que le flou dans un argumentaire politique ; il est consubstantiel à une logique profonde des énoncés. Rien n’est davantage hérité aussi. Le terme-enjeu s’accompagne d’une musique qu’on a faite sienne et qui est histoire ; notre discours est plein de souvenirs symboliques qu’il n’avoue pas. Musiques contraires souvent, dont les prérequis s’opposent, malgré la note dominante qu’assure un acte de langage plus haut ou mieux orchestré, le dictionnaire. Il y a peut-être des mots sans contenu ; il n’y a jamais des mots sans raison.

34En politique, le rapport aux autres prime le rapport à l’objet, et ce rapport n’est pas d’abord communication/réception d’un message, mais partage affectif. La lutte de grève pour se débarrasser du poids de la réprobation (fainéantise, délit de droit commun, rébellion anti-sociale), sous lequel coalition, après cabale, a succombé, est concomitante de l’effort syndicaliste d’accès aux droits sociaux ; ou plutot, car dire cela pourrait laisser croire qu’il existe une vie des mots, grève participe à la recherche ouvrière d’une parole déculpabilisée.

Notes

1 Une première version de cet article a paru dans Le Français aujourdhui, 58, juin 1982, p. 39-48.

2 On peut, avec le linguiste soviétique Bakhtine, affirmer que cela reste vrai jusqu’au fond de nous, dans le monologue intérieur, infesté par autrui. Il n’y a pas de structure du moi et de sa parole sans un rapport à un témoin social, fùt-il virtuel. “Je ne peut se réaliser dans le discours qu’en s’appuyant sur nous” (in T. TODOROV, Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981, p. 68). Voir dans les annexes de cet ouvrage l’article “La structure de l’énoncé” et, en particulier, les pages qui portent sur “le caractère dialogique du discours intérieur” (p. 293-298).

3 TODOROV, Ibid., p. 77.

4 Empruntons cet exemple à R. Barthes : “La Restauration a élaboré une écriture de classe, grâce à quoi la répression était immédiatement donnée comme une condamnation surgie spontanément de la “Nature” classique : les ouvriers revendicatifs étaient toujours des “individus”, les briseurs de grève, des “ouvriers tranquilles”, et la servilité des juges y devenait la “vigilance paternelle des magistrats” (Le degré zéro de l'écriture, Paris, Seuil, 1953, p. 40).

5 R.-L. WAGNER, “Déportation, transportation. Un cas de désarroi lexical” in Mélanges Gardette, Paris, Klincksieck, 1966, p. 494-501; “Les désarrois du maitre de Genève” in Mots, 1, octobre 1980, p. 13-32.

6 Voir plus haut, p. 17-32.

7 Y-M. Bercé signale qu’en 1675 les rassemblements de bonnets rouges bretons s'organisaient dans les paroisses autour d’un caporal (petit chef), de la Grève (cf. Croquants et Nu-pieds. Les soulèvements paysans en France du 16ème au 19ème siècle, Paris, Julliard, 1974, p. 54). La grève, ou place commune, définie comme lieu de rassemblement populaire (après tocsin) et, par métonymie, définissant ce rassemblement, et cela dès le 17ème siècle, pas de meilleur terreau historique pour les emplois dont nous allons parler...

8 A. LEULLIER, Institutions en faveur des travailleurs (novembre 1846). Texte cité par R. GOSSEZ dans sa thèse, Les ouvriers de Paris (1848-1851), 4ème vol., p. 2011, ex. dact., Faculté des Lettres et sciences humaines de Paris, section d'histoire, s.d.

9 Ibid., p. 2012-2013.

10 Flavius, “Le chant de l’Atelier national” (mars ou avril 1848) in P. BARBIER et F. VERNILLAT, Histoire de France par les chansons, Paris, Gallimard, 1959, tome 7, p. 34.

11 Texte cité par R. GOSSEZ, thèse, vol. 1, p. 78.

12 Attention à chomage ! Ce terme possède, au milieu du siècle, les mêmes ambivalences que grève : voir plus haut p. 55. Son sens ‘para-gréviste’ est encore vivant quarante ans plus tard : “Ce que peuvent durer les grèves, nous le savons. Dans aucun corps de métier on n'est en situation de chomer longtemps” (SOURDILLON, Le Cri du peuple, 26 mars 1892); la Bourse du travail de Nantes, affirme un rapport de police, “en s’emparant de la grève, en la dirigeant et en l’étendant” vise à recruter et à “préparer le chomage général du Premier Mai” (5 mai 1893) (texte cité par Y. GUIN, Le mouvement ouvrier nantais, Paris, Maspero, 1976, p. 287).

13 Projet présenté par Manier en juillet 1883. Texte cité par MERMEIX, Le Syndicalisme contre le Socialisme, Paris, Ollendorff, 1907, p. 109.

14 Cf. A. LIESSE, La question sociale, 1894, p. 188.

15 In Le Père Peinard, Paris, Galilée, 1976, p. 33 (texte du 6 avril 1890).

16 “Qu'on prenne garde, les travailleurs pourraient bien se lasser d'avoir faim et d’aller en vain faire un tour à la grève et dans les ateliers puisqu’on n’y embauche pas” (in Cent chansons nouvelles, Paris, A la Petite République, s.d., p. 50).

17 Dans le Dictionnaire Universel du socialiste Lachàtre, à la suite d'une définition de faire grève identique à celle de Littré, tout un exposé de P. Martin s’attache à démontrer les conséquences néfastes de ce “droit barbare”, texte que le proudhonien modéré G. Duchène conclut ainsi : “Que les ouvriers ne perdent pas de vue que la grève est un expédient transitoire, une impasse sans issue...” (vol. 2, p. 67).

18 In L’Illustration, n° 274, mai 1848, p. 199.

19 Cf. H. GUILLEMIN, La tragédie de Quarante-huit, Genève, Milieu du Monde, 1948, p. 300-307.

20 Pétition du 10 juin 1848 (A.N. Cote C 2233, n° 448).

21 Pétition d’avril 1848 (A.N. Cote C 2232, n° 212).

22 Pétition du 9 avril 1848 (A.N. Cote C 2232, n° 105).

23 Aparté : peut-on dire que ce sentiment se soit totalement effacé aujourdhui, lorsqu'on sait les hésitations des chômeurs à venir pointer à l’ANPE?

24 Discours à l’Assemblée, 15 juin 1848, in Histoire de la Révolution de février 1848, op. cit., p. 616.

25 Cité par R. GOSSEZ, Les ouvriers de Paris, Bibliothèque de la Révolution de 1848, tome 24, 1967, p. 187, et thèse, vol. l, p. 683.

26 Cité par F. A. AULARD, Paris sous le premier Empire, Paris, Cerf-Noblet-Quantin, 1912, tome 1, p. 801.

27 Témoin Agricol Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, Paris, UGE, p. 236.

28 Cité par J.-P. AGUET, Les grèves sous la Monarchie de Juillet (1830-1847), Genève, Droz, 1954, p. 34.

29 Ibid., p. 32.

30 In Mémoires de Mr Gisquet, ancien préfet de police, écrits par lui-mème, Paris, Marchant, 1840, tome 3, p. 173.

31 Ouvriers, cordonniers-bottiers, 15 avril 1848 (A.N. Cote C 2232, n° 288).

32 Pétition du 26 mai 1848 (A.N. Cote C 2239, n° 535).

33 Décret du 19 mars 1848. Cité par R. GOSSEZ, Les ouvriers de Paris, 1967, op. cit., p. 15.

34 Dès 1832. C’est William Benbow, relayé par les chartistes, qui lance à cette date l’idée de l'arrêt généralisé du travail, dans le style millénariste que retrouveront en France certains adeptes du Grand Soir. Les locutions qui prennent ce thème en charge sont alors : Grand National Holiday, Sacred Month et General Strike. Cf. E. DOLLEANS, op. cit., p. 130-132.

35 In La naissance de la République en février 1848, Paris, Typographie Beaulé et Maignant, 1850, p. 20.

36 Cité dans 1848. Le livre du centenaire, Paris, Atlas, 1848, p. 143.

37 Dans une lettre au Journal des chemins de fer du 17 juin 1848, E. Flachat et H. Rouen annoncent que “le 4 juin à 10 heures du soir, les membres de la Société Fraternelle remettaient en question la Grève Générale qu’ils avaient votée précédemment”. Cet usage corporatiste aura la vie longue : en mai 1855, les métallurgistes d’Aubry et de Décazeville, relate une lettre de préfet, “annoncent une grève générale pour mardi prochain et recommandent aux ouvriers des usines de Nantes de suivre le mouvement” (cf. Y. GUIN, Le mouvement ouvrier nantais, op. cit., p. 201).

38 Adolphe BLANQUI, Des classes ouvrières en France pendant l’année 1848, Paris, 1849, p. 51.

39 Article non signé de La Révolution démocratique et sociale du 29 mai 1848, cité par R. BRECY, La Grève générale en France, Paris, EDI, 1969, p. 10.

Table des illustrations

Légende Note 1212
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540