Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

La loi dans la langue, loi de langue. A travers une chronique de la grève des origines à 18481

Texte intégral

  • 1 Une première version de cet article a paru dans Langage et Société, n°60, juillet 1992, p. 17-48. L (...)

“C’est dans les édits qu’il faut chercher
le passé des pauvres” (Louis Blanc, 1847)

1La science étymologique est la proie d’une contradiction : d’une part elle occulte l’histoire et la société, de l’autre elle leur donne trop d’importance. L’oubli concerne l’origine et le changement des formes et des sens, qui naitraient, mourraient ou se transformeraient au cours des siècles comme s’ils étaient pourvus d’une “vie” autonome, voire doués d’une logique d’évolution sans lien avec les rapports de force qui tendent le tissu social. A l’inverse, règne jusque dans les descriptions morphologiques un impérialisme de valorisations et de dévalorisations dont s’inspire le tri effectué entre des mots de bonne venue et des “monstres de langue” désobéissant aux lois de l’idiome.

2La philologie sociale ne mérite ni cette indignité ni cet excès d’honneur. Du point de vue de l’objectivité scientifique, il n’existe pas de départ entre un sens “normal” et des sens déviants, impropres ou fautifs, ni davantage entre une formation “correcte” et des procédés moins nobles comme l’onomatopée, la dérivation sur sigle, les mots-valises, la verlanisation, etc. Prenons l’évènement langagier tel qu’il se produit, d’où qu’il vienne, sans grille préconçue, en accordant un statut égal aux avatars séculaires du latin et aux nouveautés dites choquantes. Tout est langue, et bonne langue, dès lors qu’une communication passe… Le reste est affaire de moralité.

3Il n’en reste pas moins que c’est toujours la société qui décide de ses mots. La moralité dominante, à chaque pas de l’histoire, consciemment ou non, persévère ou renonce à l’emploi d’un terme, accepte ou non les intrus, modélise ou stigmatise, selon les règles d’un “bon français” qui séparent de la langue acceptable ces déchets de parlure repoussés vers les mots populaires ou vulgaires, dans les jargons ou les argots, et qui régentent la circulation du lexique à coups de sens permis et interdits. L’historien de la langue se trouve donc pris dans la contradiction qu’il dénonçait, puisqu’il lui faut à la fois refuser la hiérarchisation sociale dans la prise en compte de ses objets et l’intégrer à titre explicatif dans leur analyse sociolinguistique. Pour le montrer, quel meilleur exemple que le Code des codes, la Loi ?

4Reflet systématique des décisions d’en haut, le texte de “police” exprime par excellence une prise de domination sur la langue. Mieux que le dictionnaire ou la grammaire, puisqu’en branchement immédiat avec les pouvoirs en place, il instaure ou descelle les mots par les désignations et les valeurs morales qu’il institue. Actes performatifs directs ou indirects, les textes de condamnation, en particulier, contraignent et surtout s’opposent à certains usages et créent à la suite de leur application des vides dans le discours. C’est défendu ; on n’en parle plus ; on en parle autrement. Je prendrai, pour montrer cette intrusion de La loi dans le jeu langagier, l’exemple de l’un des interdits majeurs qui ont accompagné le règne de l’inégalité tout au long des siècles : la cessation volontaire et collective du travail.

5Un délit, sévèrement sanctionné jusqu’à la pendaison et aux galères : une succession de désignations, tabouisées les unes après les autres. La vie des mots qui l’ont dite, cette grève, a dépendu de la Loi. Suivons donc jusqu’au milieu du siècle dernier, à travers les textes prohibitifs, la chronique des termes qui ont pu porter, au fil des siècles, l’un ou l’autre des traits de la grève, ensemble très complexe où l’on distingue entremèlés des sèmes de violence, de secret et de sacralité, de rassemblement, de complot de clan et d’organisation de métier, de cessation de travail à des fins de sanction ou de chantage vis à vis du patron, de révolte populaire plus ou moins politisée, de défense de classe.

LE “TAQUEHAN”, VIOLENCE SPONTANEE

6Quelle était l’activité fondamentale des guildes condamnées au concile de Nantes (658 après J.-C.) ou “geldoniae”, “confratriae”, “fraternitates” et autres “caritates” mentionnées dans certains Capitulaires aux 8 et 9èmes siècles : religieuse, solidariste, caritative, déjà professionnelle ? Nous l’ignorons. Mais celle des “gildae” et des “collegia illicita” excommuniés au synode de Cognac (1138) ou condamnés au concile de Rouen (1189) était, elle, clairement artisanale. Outre la fuite individuelle de l’apprenti ou du “vallet” (qui s’appellera “compagnon” à partir du 14ème siècle), les premiers textes en langue vulgaire parlent de la désertion concertée du travail en utilisant les termes harelle et surtout taquehan, taquehain ou caquehan.

  • 2 GRANDSEIGNES D’HAUTERIVE, Dictionnaire d’ancien français, Paris, Larousse, 1947.

7Les dictionnaires nous renseignent sur certains usages du premier terme, car il est rattaché à la série des verbes “harer”, “harïer”, “hareler”, “harasser” (rameuter les chiens), ainsi qu’à “haro”, dont l’emploi juridique en “appel” est très attesté en droit médiéval. Selon Grandseignes d’Hauterive2, avant de signifier la traque, “Haro !” fut d’abord un cri de détresse et “Hare !” un cri pour capter l’attention dans les foires. “Crier harele” voulait dire appeler (au secours) à voix très forte, puisqu’une voix douce n’y parvient pas : “Souef l’apele. N’avoit son de crier harele”, lit-on dans le Roman de Tristan (1150). Des valeurs d’excitation (“Harry bourriquet !” crie Gargantua), de tumulte et d’émeute se sont ajoutées au cri de foire, suivies par celles de traque et de harcèlement (Froissait fait de “harier”, “héryer” l’équivalent des verbes “guerrier” et “travillier” : tourmenter). Des valeurs de rassemblement aussi, liées au jeu de l’embauche et de la débauche : c’est ainsi qu’une ordonnance vise en 1311 la “place commune” (le lieu d’embauche ou de réunion populaire) et la “harelle”. “Que les valets telliers aillent à l’oeuvre sans place commune ni harelle, en la manière qu’ils faisoient”. S’agit-il de criée publique ou déjà de conflit social ? Le glissement de la première au second devait ètre constant. On sait qu’à Rouen la harelle dégénèrait en insurrection (Leguay).

8Le taquehan également, mais le terme semble d’emploi plus spécifique et plus secret. Le statut octroyé aux bouchers d’Evreux en 1244 reconnait leur confrérie, en spécifiant toutefois que le “caquehan” reste illicite. Un “taquehan” déclenché en 1233 dans la draperie à Beauvais donne lieu à une répression de grande ampleur, avec 1 500 arrestations et condamnations, ce mème “taquehan” au nom duquel les fileresses de soie sont menacées du pilori (par une ordonnance royale de 1275) et que les coutumes de Beauvoisis, sous la plume de Philippe de Beaumanoir, définissent ainsi en 1283 :

“aliance faite contre le commun profit si est quand aucunes manières de gens fiancent ou conviennent qu’ils n’ouverront plus à si bas fuer [salaire] comme devant, ains croissent le fuer de leur [propre] autorité et s’accordent pour ne pas ouvrer à moins… Et mettent entre eux peine ou menaces sur les compagnons qui leur aliance ne tiendront”.

9Autre exemple, cinq ans plus tard : le bailli de Rouen refuse d’allouer aux compagnons tisserands leur lieu d’embauche habituel (place Damiette), “car, écrit-il, ils firent compilacions, taquehans, mauveses montées et enchiérissements de leurs œuvres”.

  • 3 BLOCH, VON WARTBURG, Dictionnaire étymologique du français, Paris, PUF, 5ème éd., 1968.

10O. Bloch et W. Von Wartburg3 relient avec raison taquehan (défini par eux comme “rassemblement tumultueux et illégal des ouvriers”) à taquin (celui qui frappe, homme violent ou truand dans l’argot du 15ème siècle, puis avare au 16ème siècle). Quand Epistémon raconte à Panurge la vision qu’il a eue de l’enfer, il évoque les grands rois réduits aux plus vils métiers (Gargantua, Livre 2, chap. 30) : Alexandre le Grand “rapetassoit de vieilles chausses”, Xercès “crioit la moutarde” et Tarquin le Superbe était “taquin” (forgeron ?). Ne pourrait-on pas aller plus loin et, au moins, envisager le conflit ouvrier comme l’un des liens sémantiques qui apparente taquehan et taquin ? Car il est clair, de par les exemples donnés plus haut, que dans la violence combattue c’est bien de grève qu’il s’agit, émeute liée au travail, au salaire, ainsi qu’à des lieux de réunion et d’embauche et sans doute à leurs signes annonciateurs.

11Des étymologistes font venir “taquehan” d’un terme néerlandais qui lui ressemble ; d’autres “taquin” de la germania, ancien argot allemand. Une hypothèse unifiante est envisageable : tout simplement l’onomatopée “tac”, que reproduit le verbe “taquer”, frapper un grand coup du plat de la main, saisir d’un coup. N’y aurait-il pas là un signal ? “Taque, Han !”, “Taque, Jean !”, suggère Wartburg, et la grève se répand dans toute la boutique, quelle que soit la langue du compagnon. On pourrait aussi, dans le même ordre d’idées, penser à l’expression anglaise citée par Jehan Palsgrave en 1530, “I take in hande” pour dire “je prends !”, doublet de “Stryke handes” (glosé par “Si tu veulx tenir promesse, touches la !”). Curieux rapprochement entre “taquehan” et “strike”, qui va bien au-delà des relations entre le français et l’anglais. Serments, signes, apparentements ou analogies, messages secrets derrière le brouillard des langues… Nous reviendrons plus loin sur certaines hypothèses qui peuvent venir à l’esprit à ce sujet.

LA DAMNATION, INTERDIT SACRE

12D’autres termes apparaissent dans les textes juridiques et judiciaires, plus spécifiques à certains milieux ouvriers. On signale en 1314 une première “damnation” compagnonnique sur le chantier de la cathédrale d’Orléans (l’agitation avait commencé dès 1287 ; une seconde “damnation” aura lieu en 1401). Il est visible qu’il s’agit d’un terme propre aux grévistes. L’hypothèse qu’il n’y aurait là qu’une troncation de “condamnation” est pure fantaisie. “Malédiction” et “damnage” (Icher) se disaient aussi.

  • 4 Rapport du 1er messidor an XI cité par Ch. SCHMIDT, in La Révolution française, 1903, p. 66-70.

13Mot typique du compagnonnage et lié à des serments religieux, damnation aura la vie dure dans le milieu clos des sociétés dites du Devoir et du Devoir de Liberté. Il s’agit d’un interdit systématique que les compagnons “font courir”, comme ils le disent, sur l’ensemble du Tour (Coornaert). Cette interdiction (de séjour pour tout travailleur) peut frapper une ville entière et se prolonger plusieurs années durant. Evoquons la grande damnation de Dijon par les menuisiers en 1638-1640, renouvelée en 1677, en 1737, encore en 1767, et celle de Tours, ville totalement “damnée” en 1770. Un rapport de Scipion Mourgue, en juillet 1803, mentionne les expressions “damner ou maudire une fabrique”4. Protégés par le serment compagnonnique, de tels termes se retrouvent peu dans les sentences d’Eglise et dans la loi. En vertu de quoi ils seront prononcés pendant cinq siècles.

  • 5 Un atelier ou ensemble d’ateliers (“boutique”, “boite”, “fabrique”), un patron (“bourgeois”, “singe (...)

14Car ces mots circuleront incognito jusqu’au milieu du 19ème siècle5. Voici une “damnation”, au sens d’interdiction (de travailler), décrite dans cette circulaire du ministère de l’Intérieur du 10 juin 1812 : “Les ouvriers se coalisent afin de faire la loi aux maitres… pour relever les ateliers de cette interdiction connue sous le nom de ’damnation’, ils exigent quelquefois des sommes”. Voici encore “damnation” et “interdiction” proscrites par une ordonnance de 1817 du Maire de Lyon contre les “abus coupables” des ouvriers chapeliers. La loi “égalitaire” du 27 novembre 1849 punit le patron coupable de prononcer des “interdictions” contre l’ouvrier comme elle punit l’ouvrier coupable de prononcer des “damnations” contre le patron. Le signe a-t-il perdu de sa sacralité ? En tous cas, personne ne parait douter de l’efficace redoutable des performatifs mis en action. Il n’est pas jusqu’au Dictionnaire de la politique de Maurice Block qui ne le reconnaisse (en 1874) : “Un atelier était-il damné, malheur à l’ouvrier qui y entrait pour travailler ! S’il n’était pas de l’avis des coalisés, s’il lui plaisait de travailler aux conditions adoptées jusqu’à la grève, le vide se faisait autour de lui” (nous soulignons). C’est ainsi, lorsque le terme est passé de mode, que la “langue” officialise enfin la rencontre entre la damnation, la coalition et la grève.

LA CONFRERIE SOLIDARISTE

15Taquehans et damnations se préparent et décident au sein d’ententes secrètes entre compagnons et/ou maitres, dont on sait peu de chose. Prenant la suite des guildes, dont les maitres excluent de plus en plus les compagnons, ces ententes se dissimulent sous des noms fraternitaires : confréries, frairies, fréries et fraternités, qui servent à tous usages. Après les sèmes de la violence sociale (“taquer”), de l’interdit de boutique après serment (“damner”), du cri d’excitation (“crier harelle”) et du lieu de rassemblement (“place commune”), c’est l’idée de groupement et d’entraide fraternelle qui est la plus dangereuse, car là réside le noyau central de la “résistance” collective. A son tour d’ètre condamnée.

  • 6 Au début de 1319, se crée à Paris la confrérie des foureurs de vair, qui est considérée comme la pr (...)
  • 7 Rappelons en passant l’exécution à Paris en 1314 de Jacques de Molay, le Grand Maitre du Temple… et (...)

16L’abolition totale des “confréries” par Philippe le Bel n’a pas suffi à enrayer l’usage professionnel du mot. Elles se reconstituent aussitot (chez les marchands d’eau, pelletiers, merciers, drapiers, oubliers, etc.)6, et les conciles de pourchasser de plus belle toute appartenance à ces confréries génératrices d’indiscipline (à Avignon en 1326, à Poitiers en 1367). Ce mouvement répressif du 14ème siècle7 aboutit à l’édit du 27 janvier 1383, par lequel Charles 6 condamne les “confrairies” qui “sous couvert de charité ébranlent la discipline” et interdit désormais aux compagnons de “faire assemblée aucune par manière de confrairie de mestier” qui n’aurait pas “licence”. En vain. Un arrèt du Parlement de Paris suspendra encore des “confréries” de maçons et de charpentiers en 1501. Les mots perdurent, tenaces. Certes dans les statuts, comme ceux de la confrairie des maitres veloutiers d’Avignon (“Statuta Confraternitatis veluteriorum”) mis en français par écrit en 1550, il n’est question ni de taquehan, ni de damnation ; confrérie parait se cantonner à son champ d’origine, religieux et charitable, licite. Le mot est-il sauvé par cette forte connotation morale ? Son usage, qui semble se raréfier à la Renaissance au profit d’autres, n’en continue pas moins son double office. Mème ultérieurement relayé par “société philanthropique”, “de bienfaisance” ou “de secours mutuels”, qui joueront le mème jeu, ne reste-t-il pas en vigueur dans la loi jusqu’à épuisement de ses référenciations statutaires ? On le voit, par les condamnations encourues, fédérer au 16ème siècle les “Griffarins” (imprimeurs) et les ouvriers en soie à Lyon, ainsi que les cordonniers de Paris. En 1698 puis 1725, le Parlement de Dijon accuse menuisiers et tourneurs de “couvrir” leurs “assemblées illicites par le rétablissement d’une confrairie”. On trouve encore des frairies mentionnées en 1733 dans une ordonnance de l’intendant d’Auvergne prise à rencontre de compagnons papetiers, ainsi qu’en 1778 dans un projet de règlement de Necker pour les supprimer. On signale l’existence, en 1769, d’une confrérie de compagnons aux prises avec l’Académie Saint-Luc à Paris. Le collectif fraternité, lui, est toujours usité en 1848 ; mais il a perdu son role de masquage ; le mutuellisme a pris le relai. Quant à l’appellation frère, chrétiennement intouchable, elle a survécu jusqu’à aujourdhui dans certains cercles de travailleurs (On disait frangin chez les canuts). Hors toute condamnation.

L’ALLIANCE ET L’ASSEMBLEE ILLICITES

  • 8 Suite aux révoltes urbaines, d’Etienne Marcel aux Cabochiens, “faire assemblée” est en soi un délit (...)

17Parallèlement à ces collectifs fraternitaires et charitables, le regroupement ouvrier générateur de grèves emprunte des désignants variés, soit d’emploi spécifique, tels chambre, convent, Devoir, loge, vacation, soit anodins d’apparence, tels alliance, assemblée8, attroupement, compagnie, congrégation, entente, ligue. Ce sont ces termes dont les hommes de loi ou de police se saisissent à leur tour, dès qu’ils en prennent connaissance.

18A la fois anodin et compagnonnique, le mot alliance est d’usage très ancien. Au 13ème siècle (cf. Beaumanoir cité plus haut) l’“aliance” se “tenait” entre gens du mème métier. Dans Renart le contrefait (1340), est mis en scène un charpentier qui se déclare prèt à révéler le secret d’une entente de métier :

“Je dirai nos ordonnances [règlements]
Que nous faisons par aliances [ligues]”.

19A partir du 14ème, l’alliance peut aussi s’organiser entre gens de métiers différents : “Lors s’esmurent plusieurs du menu peuple comme foulons et tisserands, taverniers et plusieurs ouvriers d’autres métiers, et firent alliance ensemble” (Chroniques de Saint-Denis). Alliance est donc à la fois un terme très spécifique et très général. Rien de plus traditionnel que la “chaine d’alliance”, cérémonie collective, ritualisée, plus ou moins dansante selon les sociétés de compagnons. Le nom sert à définir le Devoir, comme l’écrivent en 1814 les tanneurs de Bordeaux : “Le Devoir des compagnons… est une alliance de fraternité”. C’est avec cette valeur interne et quasi juridique que les canuts lyonnais l’emploient encore au 19ème siècle : “Tous ces traités d’alliance que forment à l’envi les travailleurs de toutes les industries sont une immense barrière…” (Echo de la Fabrique, 1833). Avec ce terme, par ailleurs commun, la répression pénètre dans le vocabulaire compagnonnique.

  • 9 Une ordonnance du chapitre de la cathédrale d’Orléans reconnait en 1376 l’existence de “free-masons (...)
  • 10 Un chambrelan n’est pas seulement celui qui travaille au noir (Coornaert, Leguay) ; il peut ètre pl (...)

20Une couche lexicale plus profonde est atteinte à travers les rites auxquels la tenue des réunions donne lieu : ainsi le concile de Lavaur (1368) prend pour cible ceux des “loges” de “maçons”, au sens ouvrier du terme9. On retrouve des “loges” à la suite de “confrairies, assemblées et banquets” dans les ordonnances de condamnation prises à Moulins et à Blois (1566, 1579) ; une ordonnance municipale à Poitiers frappe en 1603 tout hébergement de “chambrelan”10. Le Devoir est lui-mème nommément condamné, par la Sorbonne en 1655 mais déjà par l’Official de l’Eglise de Paris en 1646 : “Les prétendus compagnons cordonniers, qui se disent compagnons du Devoir, sont dans le corps de ladite confraternité de Saint Crespin et Saint Crespinian comme une ligue et faction entre eux, fondée sur le prétendu serment du Devoir”.

21Les termes non spécifiques, tels ligue et faction, paraissent servir davantage aux définitions qu’aux dénominations internes, mais ils n’en sont pas moins, dans les textes, associés aux péjorations habituelles, qui font référence à la débauche, à la boisson, au vol, au libertinage, à l’oisiveté surtout. Lisons sous cet angle le prévot des marchands de Lyon, qui écrit en mai 1649 : “Plusieurs ouvriers en soye, sous prétexte de l’injure du tems et des nécessitez qu’elle cause s’attroupent et seroient disposés à faire rumeur… quantité d’autres sont malicieux et personnes fainéantes qui ne veulent et ne scavent travailler”.

  • 11 Le tumulte : terme classique pour désigner la révolte populaire. Corneille appelle “soulèvement tum (...)

22Le mot débauche est tout particulièrement vicieux. En 1524, le concile de Sens interdisait les “confréries” parce qu’elles “ne semblent être établies que pour favoriser les monopoles et les crapules de débauches”. Que recouvre cette dernière expression ? On sait que “débaucher quelqu’un”, c’est lui faire quitter son travail. Pour preuves, cette délibération du corps de ville de Poitiers contre les confréries, qui se plaint en 1686 qu’à certaines fètes “les artisans se desbauchent tout le jour et ne travaillent point” et cette ordonnance de l’intendant de Montpellier défendant aux “passants” en avril 1789 d“’interdire le travail dans aucune fabrique” et “d’en débaucher les ouvriers”. “Faire la débauche” et “se mettre en débauche” voulaient dire se reposer (Ménétra, 1757), “payer débauche”, quitter son emploi en règle (Icher). Que signifie donc exactement cette note des frères Van Robais (1716) sur leurs ouvriers qui s’adonnent “à la débauche dans le temps du travail” : boire ou ralentir, saboter, arrèter la production ? Les termes anodins sont aussi associés au tumulte. On parlera, par exemple, d“’assemblées tumultuaires” (1667) ou “tumultueuses” (1783), d“’ouvriers tumultuairement assemblés” (1667) ou “tumultueusement assemblés” (1717)11.

  • 12 Les termes monopoler et monopole, on le voit, ne désignent pas seulement l’exclusivité de productio (...)

23En outre, afin de mieux condamner sans rien laisser en dehors du champ, la loi envisagera toutes les dénominations possibles, ce qui permet de cerner par le flou la chose condamnable, quel que soit le terme qui pourrait secrètement la désigner. D’où les listes interminables présentes dans les textes. Dans cette sentence du Chàtelet, par exemple, qui interdit aux “couturiers” parisiens de “faire aucune assemblées, compaignies, conventicules, confrarie, disnez, souppers, ne banquets pour traiter de leurs affaires, sur peine de prisons” (mars 1506). Un arrèt du Parlement de Paris de juillet 1500 interdit la création de toute “nouvelle confrérie” et défend aux compagnons de “monopoler ensemble”12. Balayant le champ, l’ordonnance de Villers-Cotteret d’aout 1539 “interdit et défend” aux maitres et compagnons “de faire aucune congrégation ni assemblées, grandes ou petites”, “aucun monopole” et “de prendre aucunes intelligences les uns avec les autres du fait de leur mestier”, bref elle “abat” “toutes confréries de gens de mestier et artisans par tout notre royaume”. Les ordonnances repèteront ces termes à satiété tout au long du 16ème siècle (Orléans, 1560 ; Roussillon, 1563 ; Moulins, 1566 ; Blois, 1579), jusqu’au Code Michaud (1629) qui condamnera les “ligues ou associations” et “assemblées convoquées publiquement ou en secret sans notre permission”. En conséquence de quoi, un édit de 1559 punit de mort les “assemblées” illicites. En conséquence de quoi également, l’édit “perpétuel et irrévocable” de 1571 condamne dans le menu et pèle-mèle “toutes manières de confréries, serments, monopoles, cotisations, capitaines, bannières, lieux de réunion, messes, banquets, fètes, consultations, séditions, tries, ports d’armes, épées, poignards ou bâtons”, à quoi s’ajoute, pour la première fois, l’interdiction de faire “journée blanche”. Aucun mot ne doit échapper à la loi, comme si dans l’oubli d’une désignation une part de la chose s’organisant pouvait échapper. L’habitude ne s’en perdra pas. Dans un arrèt du Conseil du Roi le 19 juin 1702, les termes condamnés s’empilent comme à l’accoutumée : “déffences aucdits compagnons de faire aucune communauté, confrairie, assemblée ny bourse commune”.

24C’est bien le regroupement ouvrier (et le regroupement de l’ouvrage sous la forme d’un “monopole” !) qui est redouté. En somme, du Moyen-Age au 19ème siècle, la grève n’est pas principalement condamnée pour l’abandon de la production auquel elle aboutit mais d’abord pour l’entente, voire le complot, qu’elle suppose entre ceux qui pratiquent ensemble cet abandon. Tel est le sème majeur qui va se développer, de pair avec l’organisation secrète d’affiliations ouvrières.

LA “CABALLE”, COMPLOT LOCAL

  • 13 Plusieurs rebeines se sont succédées à Lyon à la fin du Moyen Age, en particulier en 1269, 1393, 14 (...)

25Arrètons-nous un instant sur la dénonciation de ces complots. Dans les textes officiels ou officieux d’époque classique, il est surtout question de rebeine, émeute ou sédition et aussi de caballe et de tric. Les mots rebeine, émeute, sédition devaient ètre de fort peu d’usage dans les milieux d’artisans et de valets pour caractériser leur révolte. Pas davantage que “mutemaque” ou “miquemaque”, ces termes ne semblent directement porter sur l’organisation de grèves en vue d’une augmentation du “tarif (prix courant des “façons”). C’est d’abord contre l’accaparement du blé que se produit, par exemple, en 1529 la “Grande rebeyne” de Lyon13, dénoncée sous ce nom par une ordonnance consulaire, qui en profite pour supprimer les “confréries” de métiers. La menace n’est pas professionnelle mais sociale. François 1er ne dit-il pas, à la suite du tric des imprimeurs lyonnais dont on redoute la propagation : “C’est donner un exemple et occasion aux autres compagnons et serviteurs de métier qui sont en notre royaume de faire quelquefois le semblable, qui est un vrai fondement et entretènement de mutineries et séditions qui tournent à la fin au grand détriment de la chose publique” ?

  • 14 L’économiste BOISGUILBERT, voyant, écrit-il, “7 à 800 ouvriers d’une seule manufacture s’absenter, (...)
  • 15 Un maitre-garde marchand décrit les compagnons qui “sans doute par l’avis de la ligue”, dit-il, “ne (...)

26Il en est de même pour les émeutes de l’Angoumois entre 1636 et 1651 et pour les multiples séditions de Guyenne dans les années 1630, de Languedoc et de Provence dans les années 1640, à Moulins entre 1633 et 1640 ou à Tours en 1643. Toutes ont des raisons d’ordre fiscal et entraînent des massacres de “maltotiers” et “gabelleurs” (Porchnev) mais, si leurs “fréries” paraissent absentes en tant que telles des émeutes, les compagnons sont nombreux à y participer (Bercé). Aussi, pas davantage que rébellion ou mutinerie, ces désignants ne visent-ils la grève en propre. Il n’en reste pas moins qu’ils l’atteignent indirectement. C’est le cas, du 16ème au 18ème siècle, aussi bien pour les séditions de Poitiers, dès 1549 et 1589, ou pour la rébellion en manufacture14 que pour les mutineries de la “ligue” lyonnaise en 175915. Ce type de dénominations a pour fonction de noyer les grèves de métier dans la condamnation des “émotions” populaires, expression de la même “licence”. Ce sont là des mots du pouvoir. Caballe en est-il également un ?

27Ce terme semble jouer, quant à lui, sur les deux plans, politique et ouvrier. Il répond en tous cas à des emplois bien précis, de la Renaissance à la Révolution. On le trouve appliqué en 1511 à l’action des manœuvres embauchés sur le chantier de la cathédrale de Bordeaux (qui sabotent la pompe à eau et obtiennent des chanoines deux liards de salaire en plus) ; mais il a aussi pour fonction d’assimiler la grève à tout type de “sédition” qui passe par une organisation secrète. Les “maitres gouverneurs” des confrères de Saint Crespin accusent devant l’Officialité de Paris les compagnons du Devoir de “brigues et menées secrètes dans des cabarets et lieux publics. Ils cabalent ensemble” (1646). Les foudres sont religieuses : écoutons la Sorbonne, légiférant à la demande de la Confrérie du Saint-Sacrement le 14 mars 1655 contre les “pratiques impies, sacrilèges et superstitieuses” et condamnant le “Devoir” en ces termes :

  • 16 La fin de la “Résolution des docteurs de la Faculté de Paris” décrit ainsi les “désordres” introdui (...)

“Ces compagnons déshonorent grandement Dieu, profanans tous les mystères de notre religion, ruinant les maitres, vidant leurs boutiques de serviteurs quand quelqu’un de la cabale se plaint d’avoir reçu bravade… Ils ont des correspondances par les villes et un mot de guet…, font une ligue offensive contre les apprentis de leur métier qui ne sont pas de leur caballe”16.

  • 17 Les ouvriers, comme la police, utilisent aussi les termes cabaleur et cabaliste pour ’agitateur’ (M (...)

28A ces blâmes d’Eglise s’ajoutent les foudres pénales, systématisées par Colbert qui fonde les bagnes en 1669 et procède entre 1671 et 1673 à la dissolution de toute association ouvrière. Prenant les devants, un chef canut est accusé en 1668 “d’avoir fait signer nuitamment et par cabale” des “Remontrances à Mgr Colbert”. En 1688, le prévot de Lyon interdit aux tailleurs de pierre de “s’assembler” et de “cabaler” pour le salaire. En 1724, un arrèt fait “défenses ausdits compagnons et apprentis (bonnetiers) de faire aucun complot, caballes ni cottisations entre eux”. La mème année, un arrêt du Conseil du Roi parle de “paresse” entretenue par “un esprit de cabale et mutinerie” et un autre arrèt ordonne de “réprimer par des punitions sévères les cabales qui pourraient ètre faites parmi les ouvriers” (qui s’opposeraient à des diminutions de salaire). Les lettres patentes du 2 janvier 1749 font “défense à tous compagnons et ouvriers de s’assembler en corps, sous prétexte de confrérie ou autrement, de cabaler entre eux pour se placer les uns les autres chez les maitres ou pour en sortir”. Le Dictionnaire de la police de La Poix de Fréminville (1758) évoque le salaire en ces termes : “Il y a des compagnons de différents métiers lesquels, quand ils sont ensemble, complottent pour se faire augmenter leurs journées, font des cabales et des parties, pour sortir de chez leurs maitres”. En 1764 c’est le Parlement qui défend aux chapeliers parisiens de “cabaler” pour le salaire. Le roi est prévenu : “Sa Majesté a été informée que plusieurs ouvriers et employés aux Papeteries formoient des cabales et quittoient les Maitres” (Arrèt du Conseil, juin 1772). En octobre 1776, il sera toujours question de “cabale” pour les compagnons relieurs et les plieuses et couvreuses de Paris qui cessent le travail afin d’obtenir une diminution de deux heures de leur journée. De mème en octobre 1785, une ordonnance de police porte “défenses à tous ouvriers, travaillant aux flots de bois à bruler, et notamment à ceux du port de Sens, de cabaler, s’attrouper et refuser de travailler aux prix ordinaires” et donne “acte au Procureur du Roi et de la ville, de la plainte par lui rendue contre les nommés… pour raison de cabale, attroupement et refus de travail”. La cabale et ses cabaleurs ou cabalistes17 acharnés à la défense de leur salaire, l’attroupement et le refus de travail sont fortement associés dans tous ces textes ; mais c’est la hantise du complot qui est première, surtout lorsque celui-ci étend loin en France voire en Europe d’obscures ramifications.

LA RUSE DU “TRIC”, COMPLOT GENERALISE

  • 18 Cette coutume du signal déclenchant une grève surprise, ce qui suppose des ententes clandestines tr (...)

29Il n’est pas étonnant de constater la présence croissante de jargons d’origine compagnonnique au sein des textes de police et de loi. L’organisation supposée prend mème une ampleur de plus en plus vaste. Elle court la France, voire l’Europe, comme le Tour. La condamnation est, dans ce cas, celle du tric. Ce petit mot, typique du secret des ententes, est en fait un bruit, un roulement continu de la langue contre le palais à l’arrière des dents entrouvertes, qui a pour effet de déclencher l’arrèt subit des métiers (Coornaert, Bayard, Icher). Originellement, ce n’est donc pas un signe mais, comme peut-ètre la harelle et le taquehan, un signal18. Tel est le terme qu’emploie pour le définir, Antoine Furetière (lequel se met d’ailleurs à l’abri de la loi lorsqu’il en parle…) :

“Trie, est un mot inventé par les Compagnons Imprimeurs, qui leur sert de signal pour quitter leur ouvrage, et aller faire débauche : ce qui leur est deffendu par l’Article 34 de leurs Statuts et par l’Article 6 de l’Ordonnance de François I de 1541, comme aussi par l’Ordonnance de Charles IX de 1571. Il leur est deffendu de faire journée blanche, ou de faire jour pour jour, mais il leur est enjoint par icelle de continuer.” (Dictionnaire universel, 1690)

30On pourrait même dire qu’il revient à la loi d’avoir élevé ce signal à la dignité de mot. L’usage en fera un synonyme de ruse (“dric” en argot, “trick” en anglais…). Par métonymie, il est aussi devenu un synonyme de caballe, mais avec une acception professionnelle à la fois plus stricte et plus étendue. Il jette sur une boutique comme la damnation sur le faubourg une sorte d’interdiction de séjour (en argot, un “tricard” n’est-il pas encore aujourdhui un interdit de séjour ?). Les ordonnances de 1541 et de 1544 définissent le tric par “entente dommageable à la chose publique”. Cette entente va bien au-delà des imprimeurs. Trics à répétition chez les garçons bouchers et boulangers de Paris tout au long de 1539 ; tric condamné en 1571, on l’a vu, par l’édit “perpétuel et irrévocable” dit de Gaillon ; tric enfin chez les imprimeurs lyonnais qui, à partir de cette mème année, imposeront à la profession une immense grève perlée de plus de trente ans qui remontera jusqu’à Paris et permettra aux compagnons de présenter au roi leurs “remontrances” en 1572. Le voici dans la bouche du procureur, lors des procès de Lyon qui ont suivi : le roi interdit “aux compagnons dudit état” de “faire aucun serment, monopole,… ni d’exiger argent pour faire bourse commune, de laisser l’œuvre commencée, de faire aucun tric”. Au milieu du siècle suivant, les statuts des ouvriers imprimeurs de Paris jugent encore bon, pour se mettre à couvert, de stigmatiser nommément le “tric”.

  • 19 Note marginale aux Statuts des imprimeurs de 1618. L’article 34 de ces statuts leur interdit de “fa (...)

31Tous les “interdits” compagnonniques et, plus spécialement, leur fomentation sont ainsi pourchassés. Aussi les termes les plus secrets affleurent-ils au niveau des textes les plus officiels, et c’est mème en partie à travers les documents légaux que ce vocabulaire nous est aujourdhui connu. La Loi amène ainsi dans la langue écrite une série de mots-tabous (réservés à certains groupes), pour aussitot les rejeter de l’usage par un autre type de tabou (mis au ban de la société). Qu’est-ce, par exemple, que le tric dans un texte statutaire : “un mot inventé par les compagnons, pour lequel et incontinent après la prononciation d’iceluy ils délaissent leur ouvrage pour faire quelque débauche”19.

  • 20 Certains de ces termes sont encore tenus secrets, jusque chez Perdiguier qu’on accusait de trop par (...)

32La série de ces signes spéciaux s’allonge au cours du temps, malgré les blancs du discours20. C’est une ordonnance de police de Sedan qui défend de “déclarer sale” aucun établissement et interdit… et révèle en 1720 un autre cri entraînant l’arrèt des métiers : il s’agit de “cloex !”. A l’instar de “trie !”, le signal “cloex !” deviendra mot. C’est vraisemblablement lui qui ressurgit dans l’expression “faire cloque”. En octobre 1712 à Sedan deux cents ouvriers tondeurs font cloque, entraînant le chomage des métiers du drap. Le rapport de Mourgue de juillet 1803 déjà cité peut sonner comme en écho de cette pratique :

“Ces hommes, quoique divisés dans vint-six ou trente fabriques, forment la coalition la mieux entendue… Dès l’instant où l’un [des fabricants] essayait de former un apprenti, tous les tondeurs faisaient ce qu’on appelle ’cloque’…, cessaient tout travail et recevaient du reste des coalisés une paie suffisante pour les faire vivre.”

33Un autre signal semble avoir été pouf (à moins qu’il ne s’agisse là du substitut populaire d’un terme imprononçable : faire pouf serait comme faire machin). On trouve le pouf “interdit aux ouvriers de l’Arsenal”, en janvier 1790 (Brunot). On le retrouve au siècle suivant chez les devoirants, négativement connoté. A l’instar du “bruleur” (lequel rompt son contrat sans prévenir et déserte l’atelier, voire la cayenne ou la bourse sans verser son dù), le “faiseur de pouffs” peut ètre aussi bien vu comme déloyal que comme gréviste ’sauvage’. C’est ainsi qu’on peut expliquer cette note de Gosset, le “Père des forgerons” : “La Société [le Devoir] paie toujours intégralement les dettes des bruleurs ou faiseurs de pouffs” (Projet tendant à régénérer le compagnonnage sur le Tour de France, 1842). Permanence des ambigüités et des mots pour les dire.

34Plus officielles, de multiples “mises à l’index” sont lancées par les Devoirs, aussi bien en 1753 aux dépens d’un maitre-chamoiseur qui s’est vu “interdire” à Tours par tout le compagnonnage pour cent un ans qu’en 1894 à propos des fabricants de gants grenoblois irrespectueux du “tarif. Que penser également de ce curieux défi du “fer d’argent” qui apparait au déclenchement d’un mouvement (“coutume analogue au tric”, observe Martin Saint-Léon) ? Mentionné dans les statuts des maitres maréchaux de 1609, il y est, comme pour tric, mis en relation avec la “débauche” :

“Pour obvier aux débauches que font les serviteurs quand ils vont forger les uns contre les autres pour gagner un fer d’argent de petite valeur et lequel ils font porter au chapeau de l’un d’eux pour commencer la débauche qui continue le plus souvent une semaine entière, il est enjoint aux jurés d’y prendre garde…”

  • 21 Une expression argotique, mais d’origine non compagnonnique, est “faire le lundi” : “Un grand nombr (...)

35Personnage au centre des secrets et des signes, c’est le “bàtonnier” des fileurs de draps de la manufacture Van Robais d’Abbeville qui est arrèté en 1716 avec les meneurs d’une grève de solidarité soutenant des chomeurs. En 1720, le lieutenant général de Paris somme les “compagnons” imprimeurs de ne plus “mettre bas”. On s’attaque à “Saint Lundi”21. Un arrèt du Parlement s’élève contre les “sans-gène, bons enfants, gavots, droguins, du devoir, dévorans, passés (“passants” ?), gorets et autres”, pour qui “défenses sont faites d’y former aucune association, sous quelque prétexte et dénomination que ce soit” (7 septembre 1778). Ne dirait-on pas qu’il s’agit de violer tout un langage ?

LA “CESSATION”, CHANTAGE ECONOMIQUE

  • 22 Cet abus se multipliait avec d’autant plus de facilité que plusieurs maitres admettoient les compa (...)

36On ne s’étonnera donc pas de voir une mutation du vocabulaire tournant autour de la grève se dessiner au 18ème siècle, avec la première industrialisation. Reprenant certaines valeurs de “trie”, “journée blanche”, “cloque”, “lundi” et bien sùr “débauche”, le sème d’abandon de l’ouvrage prend désormais plus de poids. Et ce sont les mots de cessation, de mise bas, de désertion22 qui accompagnent les désignants organisationnels.

37Parmi ces derniers, deux nouveau-venus : association puis société, doublent de plus en plus les appellations compagnonniques, au moment où les mutuelles viennent doubler les devoirs jusqu’à faire couple avec eux, comme dans le “Devoir mutuel” des canuts du siècle suivant. Des textes de 1737 jettent l’opprobre sur des “associations ou compagnies de Frey-Maçons”. Plusieurs édits de 1776 interdisent “aux dits corps et communautés” “de former aucune association ni assemblée entre eux”, “d’établir ou renouveler les confréries et associations…“. En 1770, le lieutenant de police de Nimes “fait inhibition et défenses à tous compagnons serruriers, menuisiers et autres… de former entre eux aucune sorte d’association, de se dire garçons du devoir ou gavots”. Une glose ancienne accompagne chaque fois, on le constate, les termes nouvellement traqués dans les textes légaux : “associations ou compagnies”, “association ni assemblée”, “confréries et associations”, “association” puis “devoir” dans les énoncés déjà cités, “associations, congrégations et confrairies, assemblées illicites” dans les arrêts royaux du 9 mai 1760 ou dans cette sentence du Parlement qui en 1781 défend aux ouvriers des forges et aux charbonniers du Berry “de s’associer, de s’assembler”. Rien n’échappe à la vigilance de la loi sur l’usage.

38Association s’accompagne aussi souvent de cessation.. Ces deux termes modernes, neutres par absence de connotations historiques, prennent le relai des termes combattus, pour se faire crosser à leur tour. Cessation veut dire ’grève’ dès la fin du 17ème siècle, dans le milieu de la papeterie (Ambert, Thiers). On en constate l’emploi ouvrier puis juridique généralisé dans les années 1730. Pour preuves la grande cessation des papeteries d’Auvergne entre 1732 et 1734 et celle des fabriques d’étoffe de Carcassonne en 1740. “Cessation du travail” dans les papeteries de Castres en 1766, puis multiples “cessations” à Lyon dix ans plus tard, dans d’autres corps de métiers. Cessation encore à la papeterie Réveillon près de Coulommiers : le préambule de l’arrêt du Conseil constate “que les ouvriers des manufactures de papiers du royaume se sont liés par une association générale au moyen de laquelle ils arrêtent ou favorisent à leur gré l’exploitation des papèteries”, non sans ajouter que les maitres “craignent une cessation de travail qui entrainerait leur ruine” (26 février 1777).

39Mais, à Lyon plus particulièrement, il apparait que cessation possède à la même époque un emploi économique non marqué et sans doute premier, qui se réfère aux dépressions et à l’arrèt des fabriques par manque de marché. La cessation “advient” ou “afflige” ; elle est “subie” ou “essuyée”. C’était déjà une cessation de ce type qui avait conduit en 1609 la Communauté soyeuse d’Aubin à envoyer des émissaires au roi. Dans le “Répertoire des titres de la grande Fabrique”, on trouve, en 1649, 1665, 1699, des mentions de “cessation du travail” liées à des crises de mévente. En 1777, l’Académie de Lyon propose comme sujet : “Quels moyens… d’occuper les ouvriers… d’une manufacture d’étoffe dans le temps où elle éprouve une cessation de travail ?” D’où l’ambigüité, qui sera celle du mot “grève” jusqu’à la fin du 19ème siècle : cessation peut s’appliquer aussi bien au chômage involontaire qu’à l’abandon délibéré du travail.

  • 23 Devant cette “commune”, le prévot cède et le travail reprend ; mais l’intendant fait appel à l’armé (...)

40En effet, parti de remarques du genre : “Il est notoire que tous les cinq ou six ans la manufacture essuyé une cessation [crise] plus ou moins forte” (Conseil du Roi, 1756), le mot emprunte une autre valeur au cours du 18ème siècle, quand le canut et ses compagnons, ne se contentant plus d’ètre assistés, décident de lutter pour le “tarif par un chantage sur le travail. La caisse de prévoyance, “boite du pauvre” ou “bourse commune”, tourne alors à la caisse de résistance. Du coup, cessation se retrouve dans la loi associé aux termes péjoratifs habituels au pouvoir comme désertion, émeute, mutinerie, rébellion, révolte, sédition, etc. Ainsi pour l’“émeute” ou la “révolte” des “deux sols” déclenchée par les canuts en aout 1786 ou la “cabale” des “faiseurs de tarif l’année suivante. Ainsi surtout pour la “fameuse révolte” ou “grande Rebellion” de 1744. Parti d’une grève des “tireuses de corde” et des “ouvriers-fabricants” contre un édit royal pris en 1744 en faveur des marchands soyeux, le mouvement s’amplifie jusqu’à occuper la ville plusieurs jours d’aout, les insurgés étant suivis par les autres corps d’états23. On trouve dans les relations rapportées par J. Godard toute la gamme des dénominations péjoratives. L’arrèt royal de 1745 affirme que les “représentations” faites “ne pouvaient ètre regardées que comme l’effet de la cabale et une suite de la sédition excitée alors dans ladite ville de Lyon par des ouvriers de ladite fabrique”. Marichander, le meneur de la grève, ira à la question puis à la pendaison en portant un écriteau : “Ouvrier en soye séditieux”.

41Mais revenons chez les papetiers. On parle de “désertion” à propos des “cessations” organisées dans les papèteries Johannot et Montgolfier d’Annonay (1740), de “mutins” dans un arrèt de 1777 qui accuse des garçons papetiers de “police séditieuse” ; lors de nouvelles “cabales” dans les papèteries de Castres et de Mazamet (1786-1789), la police pourchasse “les plus mutins” (dont les frères Durandeau, fondateurs d“’associations” et meneurs de “cessations”). En butte à ces disqualifications, “cessation”, à la suite de “cabale”, sortira de l’usage proprement ouvrier. Peu usité au 19ème siècle pour désigner la grève (quelques exemples en 1848), le mot s’est de nouveau banalisé. D’autres termes ont pris la place ; la Révolution va en révéler la circulation populaire pour les stigmatiser à son tour.

LA “COALITION”, SOULEVEMENT DIT POLITIQUE

42On a insisté (Sewell) sur le caractère corporatiste du vocabulaire ouvrier pendant la Révolution, au point de dessiner à travers les mots une opposition entre l’individualisme bourgeois, libéral et propriétaire, et un discours ouvrier groupai et rétrograde. Certes, la forte continuité de certaines traditions centrées sur la hiérarchie professionnelle et la fermeture aux nouveaux métiers, aux mécaniques et aux “étrangers” va de pair avec la perennité d’un certain langage ; mais le mutuellisme montant avec les “sociétés de résistance” qui prospèrent à l’abri du secours mutuel, l’ouverture des états et la solidarité horizontale (inter-métiers) ont aussi leurs heures de gloire… et leurs vocables. La loi en suit l’usage à la trace. Bien sùr, la condamnation des anciens termes perdure jusqu’à leur extinction définitive ; mais ce sont les nouveau-venus que traquent les textes des censeurs.

43Coalition en est comme le point de fixation. Sous la Révolution, les entrepreneurs s’indignent des “coalitions” qui accompagnent les émeutes populaires, telle cette pétition adressée à la mairie de Paris qui dénonce en 1790 une “coalition” de charpentiers. La loi Le Chapelier n’est pas en reste. Elle condamne chez les ouvriers, au fil de ses paragraphes, “assemblées”, “corporation”, “caisses de secours”, “société des devoirs”, bref “toute coalition” (14 juin 1791). Après bien d’autres, le décret du 16 fructidor an 5 (4 juillet 1797) réprime des “coalitions” de papetiers. Cet appareil répressif se trouve mis en forme dans le Code pénal napoléonien (1810), où coalition est directement relié à cessation : “Une coalition ouvrière pour la cessation du travail en général, pour suspendre, empècher, enchérir les travaux, sera punie d’emprisonnement d’un mois au moins et de trois mois au plus”. Cette liaison instaure, on le voit, un partage des tàches, où la coalition précède la cessation : “Un certain nombre de compagnons charpentiers se sont coalisés pour faire cesser simultanément les travaux de charpente”, constate une ordonnance municipale de Lyon le 10 avril 1828.

44Mais, à cette époque, le mot coalition a tendance à occuper tout le champ de la grève. Ne va-t-il pas de l’“accord” au “préjudice” ? N. Landais, le définira : “Accord illégal de plusieurs individus pour porter préjudice à d’autres” (1840). Deux jeux contradictoires s’opposent alors, celui des ouvriers qui cherchent à ennoblir coalition grace à association, celui des tribunaux qui s’entètent à les dissocier.

45En voici deux exemples pris dans les années 1830. Trois cordonniers meneurs de grève sont jugés à Lyon. L’Echo de la Fabrique du 8 décembre 1833 écrit : “L’association, ou si mieux on aime, la coalition des ouvriers cordonniers, représentée par MM. Tardy, Vuillamy et Durand, vient d’ètre emprisonnée pour quelques jours par arrèt du tribunal de police correctionnelle”. Suit le compte rendu du procès : le procureur du roi tonne contre les “coalitions” ; les prévenus, eux, justifient leur “association”. L’avocat (M.A.Périer) élève le débat au niveau du droit : “Les coalitions d’ouvriers (je me servirai si l’on veut de ce mot)…” et harmonise les termes : “Le germe des associations existe déjà. Les coalitions actuelles d’ouvriers en sont le prélude…” Bref, on s’efforce de promouvoir le “droit de coalition” en l’incluant dans l’idéologie associative en plein essor. Mais le tribunal refuse ce jeu, arc-bouté sur la loi : “Attendu qu’il est établi que Tardy, Vuillamy et Durand font partie d’une coalition d’ouvriers pour l’augmentation des salaires, qu’en outre ils se sont rendus dans plusieurs ateliers au nom de cette coalition pour y faire cesser le travail… condamne…”. Coalition est renvoyé à sa stigmatisation.

  • 24 Mais cette impression est peut-ètre due en partie à la richesse des archives de police et de la Gaz (...)

46Il semble mème qu’aucun terme n’ait été davantage pourchassé, la coalition étant devenu un délit politique majeur24. Un second exemple en est fourni par un faux policier de 1834. Signé Duvergier de Hauranne, il nous livre en creux la vision patronale des coalitions politisées :

“Nous devrions profiter des moments de fermentation qui existent chez les ouvriers… Il faut les pousser vivement à la coalition… Si nous pouvons parvenir à coaliser les ouvriers, il faudra faire en sorte de former un Comité Central de toutes les corporations et par ce moyen nous donnerons à ces corporations la direction que le temps et les évènements exigeront. Ce comité sera sous le patronage du Comité de Propagande. Si nous réussissons dans ce projet, un beau jour, quand nous serons prèts, nous leur ferons cesser leurs travaux tous à la fois. Le pouvoir voudra sévir ; alors tout se lèvera en masse et aucune force humaine ne pourra arrèter le torrent…”

  • 25 Pseudo-rapport (léniniste et sorélien avant la date !) qui aurait été rédigé par Duvergier de Haura (...)

47Après cette évocation anticipée du Grand Soir, le rapport continue sur le mode réaliste : “Pour ne pas donner l’éveil à la police… il faut que les ouvriers chargés de mener l’affaire se présentent au préfet de police et lui demandent l’autorisation de se former en société philanthropique de secours mutuels”25. Les thèmes principaux qui ont noirci la “coalition” ouvrière sont là : l’ouvrier noyauté et manipulé par les “Rouges”, la grève comme préparatoire à la Révolution et surtout le paravent du mutualisme. De la mème manière, en 1855, le rapport d’un officier de police qui avait mis la main sur les statuts secrets des tanneurs de Marseille (doublant les statuts officiels déposés) révèle que cette société “se cachait tout simplement derrière le voile du secours mutuel” et constituait en fait “une coalition permanente”. La réunion en lexie de ces deux derniers mots (on se souvient des ateliers nationaux de 1848 dénoncés à l’Assemblée comme “une grève permanente et organisée”) montre que les deux valeurs d’association continue et de cessation temporaire sont étroitement imbriquées dans le sens de “coalition” comme elles le seront, en 1848, dans celui de “grève”. Termes fusionnels, d’ailleurs identifiés l’un à l’autre : “Ils [les maitres] appellent à leur aide la magistrature, tendent des pièges aux directeurs de la grève, les font tomber sous le coup de la loi, emprisonner comme chefs de coalition”. On voit, dans ce texte de Perdiguier de 1852, que grève appartient à l’usage ouvrier, alors que coalition se trouve totalement pris dans le filet de la loi. Tellement prisonnier d’ailleurs de ce filet que les accusations politiques (thèmes de la subversion par les sociétés secrètes républicaines, voire de la main de l’étranger) pénètrent le mot, au point que sa réhabilitation en 1864 (ne serait-il pas un archaïsme dans le texte de cette loi ?) ne suffira pas à en relancer l’usage ouvrier. C’est grève, plus ambigu dans l’usage courant et moins atteint, qui prendra le relai, presque au grand jour, enfin.

“CHOMAGE” ET “GREVE” : UN DOUBLE JEU

48Ces deux termes sont d’usage très ancien pour dire le manque d’ouvrage ou le repos, le contraire de la “besogne”, de l’“ouvroir” et du “labour”. “Je cognois qui besongne ou chomme”, écrit Villon dans sa Ballade des Menus Propos. Quant à “faire grève” au sens de ne pas avoir de travail et en chercher, on le trouve déjà au 12ème siècle – si mon interprétation est juste – dans cette sentence morale sous forme de distique qui illustre le vieil anglais “Feldefare” dans le Traité de Walter de Bibbesworth sur la langue française :

  • 26 Cité par Claude BURIDANT, “Lexicographie et glossographie médiévales”, Lexique, PU Lille, N° 4, 198 (...)

“Fetes la greve au laver,
E mangez la grive au disner”26.

49Interprétation : “Partez chercher du travail au saut du lit, et vous aurez à manger le soir à votre souhait” (la grive étant un mets recherché – cf. “faute de grive, on mange des merles”).

  • 27 Quelques gagne-deniers qu’on voit tous les jours dans la Grève se promener sans nulle trêve” (COLLE (...)

50Jusqu’au 18ème siècle, la grève était la place où le sans-travail venait chercher l’embauche. Cette pratique du “coin”, de la “louée”, peut-ètre aussi de la “vente” (pour les charbonniers), de la “foire d’embauche” ou du “marché aux bras” à la fète de certains saints, puis des bureaux d’embauchage permanents, se faisait à la Grève de Paris, quotidiennement27, mais sans aucun doute aussi sur toute place, tout quai, carrefour ou pont de grande ville. Un édit de Jean le Bon en 1354 convoquait les compagnons “avant soleil levant ès places [endroits] accoutumez à louer les ouvriers pour eulx louer à ceuls qui mestier [besoin] en auront”.

  • 28 Cf. Paul CORNU, Cahiers du Centre, 1911, p. 17-24.
  • 29 Mémoires de M. Gisquet, ancien préfet de police, écrits par lui-mème, Paris, éd. Marchant, 1840, to (...)

51Ce n’est qu’à la fin du 18ème siècle qu’est attesté le virage de certains emplois vers la suspension délibérée du travail. Dans le rapport d’un officier de police daté du 2 mai 1785 cité par M. Sonenscher, il faut lire au moins un témoignage dénonçant la duplicité des ouvriers : “faire Grève” y est expliqué par “ne point travailler pour en faire augmenter [’de prix’] leurs journées”. Cela prouve que le double jeu du mot avait déjà commencé. On “fait grève” (c’est à dire qu’on cherche du travail ailleurs, donc qu’on a abandonné le sien) pour obtenir, par la concurrence patronale, un enchérissement des “prix”. Selon le rapport de forces en présence et la loi de l’offre et de la demande, la grève sert aussi bien au maitre (qui “jette sur le sable” l’ouvrier dont il ne veut plus) qu’au compagnon organisé. Ce témoignage, parmi d’autres : un nommé Malot, interrogé par la police le 7 mars 1775, raconte comment les “camarades”, “étant convenu de la demande de leur maitre 22 sols par jour et de ne point travailler à 20 sols”, “se sont en effet retirés” et comment le maitre “a envoyé à la grève redemander à luy et à ses camarades à 22 sols” (Farge). Double role des choses (ici, l’embauche), double jeu des mots (là, “grève”). Quelle fut exactement cette “grève de flotteurs” signalée à Clamecy en 179628 ? Dans ce rapport de la préfecture de police du 25 mai 1805 rapporté par F. A. Aulard, le doute n’est plus permis : “Ouvriers. Les tailleurs de pierre ont décidé entre eux, de faire, demain lundi, ce qu’ils appellent Grève (c’est à dire quitter l’ouvrage), pour demander de l’augmentation. Les mesures nécessaires sont prises pour les en empècher”. En 1833, le préfet Gisquet n’aura plus d’illusion sur l’expression lorsqu’il négocie avec des grévistes en ces termes : “Promettez-moi de faire cesser de suite votre grève, de laisser à chacun le droit de travailler, et alors je m’intéresserai à vos camarades”29.

  • 30 De l’Association des ouvriers de tous les corps d’état” (Dolléans).
  • 31 Edmond ABOUT, ABC du travailleur, Paris, Hachette, 1879. La grève générale prèchée par les Trade-Un (...)

52Il en est exactement de mème pour chomage. Après avoir passé du sens de repos par temps chaud à celui de manque (“On ne laissera point chomer de cette denrée”, écrit Mercier en 1783 à propos des prostituées parisiennes), le verbe chomer voudra dire le manque de travail et l’arrèt des métiers jusqu’à la fin du 19ème siècle. Cette valeur est ancienne : une requète au roi de 1555 explique : “Nous avons à Lyon douze cents maistres ouvriers en draps qui comptent plus de deux mil cinq cents mestiers et en compteroient un tiers de plus n’estoit que les estoffes qui viennent d’Italie et d’ailleurs hors du royaume en font choumer une partie”. La valeur d’abandon volontaire de l’ouvrage est attestée, pour chomer, au début du 19ème siècle. Ce texte du cordonnier Efrahem date de 1833 : “Tous les ouvriers abandonneront leurs ateliers et chômeront pour obtenir des maitres l’augmentation du prix réclamé”30. A la mème date, la Société des Droits de l’Homme constate : “Les ouvriers sentant l’insuffisance des salaires croient ne pouvoir mieux faire pour arracher aux maitres une augmentation que d’abandonner les ateliers et de s’en aller chomer jusqu’à ce que les bourgeois aient satisfait à leurs demandes”. Ambigüité encore, ou duplicité des mots, chez E. About en 1879 : “Périr pour périr, les fabricants qui ont du coeur aiment mieux recourir aux partis extrêmes : ils suspendent leurs affaires et opposent au chomage des bras le chomage des capitaux”31.

53Une troisième valeur, ancienne elle aussi, vient troubler le jeu de grève : par métonymie, le mot désigne non seulement l’embauche et son lieu (il y aura une “salle de grève” dans les bourses du travail) mais ceux qui y sont rassemblés, soit parmi la queue des chomeurs, soit pour un attroupement plus ou moins “en révolte”. “La grève” est alors le nom d’un collectif (comme “la rue”), qui élit ses chefs et ses porte-paroles. Y-M Bercé signale l’expression “caporal de la Grève” en 1675 (non pas à Paris mais en Bretagne !) et les archives révolutionnaires livrent celle de “mandataires de la grève” : “Nos 1 200 mandataires du manège et nos 700 mandataires provisoires de la grève, se rendirent Dimanche en corps à Notre-Dame pour y renouveller le serment qu’ils avoient déjà prèté dans leurs assemblées, dans leurs districts et sur les places publiques” (Le fouet national, 16 février 1790). Les grévistes n’ont-ils pas d’abord été ceux qui se rendaient sur la place commune (ne serait-ce que pour assister aux exécutions, si l’on en croit Chateaubriand), en attendant de devenir les “gréveurs” ou les “gréveux” associés : “Inconduite et toujours inconduite ! Donc le gouvernement a raison d’entraver les tendances à l’association, de réprimer les gréveurs et d’appeler une forte garnison…“, ironise Savinien Lapointe (Lettre à M. Victor Hugo, pair de France, 1846).

  • 32 Exemples en 1848. La grève, place d’embauche : “C’est en plein air que se traitent, au lever du sol (...)

54A la différence de coalition, union et action définitivement délictueuses, les mots grève et chomage se glissent ambivalents à travers les mailles de la loi. Certes on trouve çà et là des condamnations du premier terme, dans la mesure où il s’est mis à accompagner –régulièrement à partir des années 1830 – celui de coalition ; mais la confusion des emplois32 sert suffisamment son usage pour qu’il puisse prospérer jusqu’à la loi de 1864 (qui rend les “coalitions” licites), après avoir conquis à partir de 1848 quasi tout le champ des abandons d’ouvrage.

DU LANGAGE A LA LANGUE

  • 33 Les dictionnaires de l’Académie sont particulièrement bloqués sur le langage populaire. Dans le Nou (...)
  • 34 Lorsqu’un dictionnaire général relève le “nouveau sens”, c’est pour emboucher, comme Furetière avai (...)

55Presque rien de toute cette histoire ne remonte jusqu’aux répertoires dits “de langue” ! Seul des auteurs de nos grands dictionnaires généraux jusqu’à nos jours, A. Furetière s’est vraiment efforcé d’ètre à l’écoute des mots du peuple, c’est-à-dire des usages oraux, vivants et circulants. L’Académie, en particulier, ne met sous l’étiquette “langue française” que l’expression normée qui sert au standard élégant. Les termes de la grève auraient-ils constitué un lexique sépcialisé à champ restreint ? Allons donc ! A qui fera-t-on croire qu“’anacoluthe”, “actuaire”, “aliboron” ou “androgyne” font davantage partie du discours courant que les acceptions conflictuelles de “tric”, “cessation”, “coalition”, “chomage” ou “grève” ?33Le dictionnaire étouffe, sous une commodité d’oubli, de marginalisation ou d’ignorance instaurée par une dominance politique, la réalité langagière des “basses” classes et de leurs luttes. Lorsque le vocabulaire qui dit la grève apparait enfin, il se trouve toujours défini jusqu’à la fin du 19ème siècle à l’aide des désignants de la stigmatisation sociale que nous avons vus à l’oeuvre dans la Loi34 : émeute et mutins, sédition et séditieux, menées et meneurs, paresse, débauche, ruine, misère, etc., quand ce n’est pas le terme péjoratif lui-mème qui a été placé au centre du comportement condamné (ex. : cabale). Il serait facile de montrer quelles haines ont pu entourer et pénétrer, l’espace d’un siècle, un mot aussi classiquement latin que coalition…

56Face à ces attaques officielles, nous avons vu l’entente ouvrière se défendre par la ruse. Celle-ci revèt deux aspects corrélatifs : un lexique d’apparence et d’apparat moral et religieux et une pérennité d’organisations secrètes. C’est ce qu’il faut lire dans l’usage obstiné des dénominations fratemitaires puis philanthropiques et dans la longévité des pratiques occultes d’interdiction de séjour. Une troisième réponse a été aussi le renouvellement sur la longue durée du lexique de la grève, à l’aide de termes neutres utilisées en économie ou en politique et non encore stigmatisés. On en a trouvé des exemples divers dans cessation, coalition, chomage, grève.

57Il est donc impossible de retracer une histoire de tous ces mots justifiant leurs naissance, évolution et renouvellement, qui serait coupée du récit des heurts et des rapports de force sociaux. (De mème que le mot association durablement ennobli par les décrets de 1848, a été sauvé par la loi de 1884, grève s’est déculpabilisé après 1864. Pour coalition, malgré la réhabilitation due à Waldeck-Rousseau, il était trop tard.) Une philologie a-sociale ne saurait ètre, dans ce domaine, qu’une trahison manifeste des genèses linguistiques.

58Pour les mèmes raisons, l’idée est inacceptable qu’à l’origine de ce vocabulaire il n’y ait qu’une diversité non-motivée de sources ou d’influences, qu’elles soient latines, celtes, allemandes, anglaises, néerlandaises, slaves…), comme si les mots avaient toujours besoin d’un autre mot pour exister, traversant l’histoire à la queue leu leu. Plutot que d’inventer des reconstitutions bas-latines, franciques ou indo-européennes hasardeuses, examinons certaines conditions de production du lexique ancien de la grève.

  • 35 Cité par R. Lecotté, préface à Barret/Gurgand l980.

59Remarquons d’abord son caractère non national. Celui-ci est implicite dans l’un des plus anciens textes qui témoignent des habitudes ouvrières de migration, une ordonnance royale de mars 1420 prise à rencontre des cordonniers de Troyes, dont “plusieurs compaignons et ouvriers du dist métier, de plusieurs langues et nations, aloient et venoient de ville en ville, oeuvrer pour apprendre…”35. Certains mots partagent ce caractère. En ce qui concerne en particulier le tric, évoquons ses descendants attestés dans diverses langues européennes : l’anglais “trick” (stratagème) et “strike” (toper, grève), le hollandais “trekk” (vieil anglais “strican” et hollandais “strijken”), l’allemand “Streik” (germanique “streichen”), le polonais “straik”, le slovaque “strajk”… Chercher dans l’une ou l’autre de ces formes l’origine de toute la famille est vain ; on ne peut que tourner en rond.

60La profération de ces mots est aussi accompagnée et suivie des gestes et des attitudes de l’entente (frapper, toper, saisir, forger ; puis départ collectif et regroupement ailleurs). Ils participent ainsi à cet ensemble cohérent et motivé de comportements que nous avons appelé “grève”.

61Enfin, parmi les enseignements que cette rapide chronique de langage a fait apparaitre, il en est un qui, marginal en apparence, mérite d’ètre relevé en conclusion : le passage du signal au signe. Des termes-conduites tels que taquehan, harelle, tric, pouf, cloque et peut-ètre cran ! font plutôt penser, avons-nous suggéré, à des cris ou des signaux, sublinguistiques, qui auraient essaimé dans la partie Nord et Est de l’Europe, à l’instar des circuits compagnonniques eux-mèmes. Ne découvrirait-on pas chez eux une source expressive vivante prise en flagrant délit d’usage ? Et, pour en revenir à notre thème initial, la Loi et ses servants, justice et police à l’ouïe fine, en les relevant pour les expliquer et les stigmatiser, paraissent bien remplir un role inverse de celui des dictionnaires : faire émerger ces performatifs purs au niveau de signes sociaux, reconnus jusque dans les ruses de leur complexité. Se trouve ainsi mise en oeuvre une double méthode d’anéantissement des processus communicatifs populaires : par la secondarisation voire l’occultation (travail académique) ; par la révélation et l’anathème (travail judiciaire et policier). La Loi dans la langue est loi de langue.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SUCCINCTE

(On n’indiquera ici que les ouvrages de référence utilisés pour cet article, avec leur édition la plus atteignable. L’orthographe d’origine dans les attestations étant plus ou moins bien respectée par les historiens, nous n’avons pas manifesté hormis la suppression des circonflexes d’exigence particulière dans ce domaine).

AGUET (Jean-Paul), Les grèves sous la Monarchie de Juillet, Genève, Droz, 1954.

AULARD (Alphonse), Paris sous le premier Empire, Paris, Cerf-Noblet-Quantin, 3 vol., 1912.

BARRET (P.), GURGAND (J.-N.), Ils voyageaient la France, Paris, Hachette, 1980.

BAYARD (Jean-Pierre), Le compagnonnage en France, Paris, Payot, 1977.

BENOIST (Luc), Le compagnonnage et les métiers, Paris, PUF, 1970 (Que sais-je ?).

BERCE (Yves-Marie), Histoire des croquants, Paris-Genève, Droz, 2 vol., 1974.

BRON (Jean), Histoire du mouvement ouvrier français, tome 1, Paris, Les éditions ouvrières, 1968.

BRUNOT (Ferdinand), Histoire de la langue française, tome 9, Paris, A. Colin, 1967, /1ère éd. 1937/.

CACERES (Bénigno), Le mouvement ouvrier, Paris, Seuil, 1967.

CHAUVET (Paul), Les ouvriers du livre en France, Paris, Marcel Rivière, 1956.

CHEVALIER (Jacques), Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du 19ème siècle, Paris, Pion, 1958.

COORNAERT (Emile), Les compagnonnages en France du Moyen Age à nos jours, Paris, Les éditions ouvrières, 1966.

DECLAREUIL (Jules), Histoire générale du droit français des origines à 1789, Paris, Sirey, 1925.

DES CILLEULS (Alfred), Histoire et régime de la grande industrie, Genève, rééd. Slatkine-Megariotis, 1975, /1ère éd. 1898/.

DOLLEANS (Edouard), Histoire du mouvement ouvrier, tome 1, Paris, A. Colin, 1957.

ECHO DE LA FABRIQUE, Lyon, Perret, 1831-1834.

FARGE (Ariette), Vivre dans la rue à Paris au 18ème siècle, Paris, Gallimard, 1979 (Archives).

GODART (Justin), L’ouvrier en soie, Genève, rééd. Slatkine-Megariotis, 1976, /1ère éd. 1899/.

GOSSEZ (Rémi), Les ouvriers de Paris, Bibliothèque de la Révolution de 1848, tome 24, La Roche-sur-Yon, 1967.

GUERIN (Daniel), La lutte des classes en France sous la première République, 2 vol., Paris, Gallimard, 1968, /1ère éd. 1946/.

HEERS (Jacques), Le travail au Moyen Age, Paris, PUF, 1975 (Que saisie ?).

ICHER (François), Sur le chemin des compagnons, Ferrières, Editions de Poliphile, 1984.

JACCARD (Pierre), Histoire sociale du travail, Paris, Payot, 1960.

JACQUES (Jean), Luttes sociales et grèves sous l’ancien régime, Paris, Spartacus, 1970.

KESSEL (Patrick), Le prolétariat français, tome 1 : “Avant Marx”, Paris, Pion, 1968.

LEFRANC (Georges), Grèves d’hier et d’aujourdhui, Paris, Aubier Montaigne, 1970.

LEGUAY (Jean-Pierre), La rue du Moyen Age, Rennes, Ouest-France, 1984.

MARTIN SAINT-LEON (Etienne), Histoire des corporations de métiers, Genève, rééd. Slatkine-Megariotis, 1976, /1ère éd. 1897/.

MARTIN SAINT-LEON (Etienne), Le compagnonnage, son histoire, ses coutumes, ses règlements, ses rites, Paris, rééd. Librairie du Compagnonnage, 1977.

MENETRA (Jacques-Louis), Journal de ma vie (1764), (présenté par Daniel Roche), Paris, Montalba, 1982.

MOISSONNIER (Maurice), Les canuts, Paris, Messidor/Editions sociales, 1988.

Musée du compagnonnage, Guide du visiteur, Tours, s.d.

NADAUD (Martin), Léonard maçon de la Creuse, Paris, Maspero, 1977, /1ère éd. 1895/.

NOIRIEL (Gérard), Les ouvriers dans la société française (19-20èmes siècles), Paris, Seuil, 1986 (Coll. “Points”).

PERDIGUIER (Agricol), Mémoires d’un compagnon, Paris, UGE (10/18), 1964, /1ère éd. 1854/.

PERDIGUIER (Agricol), Le Livre du Compagnonnage, Marseille, rééd. Laffite, 1978.

PORCHNEV (Boris), Les soulèvements populaires en France au 17ème siècle, Paris, Flammarion, 1972.

RUDE (Fernand), L’insurrection lyonnaise de novembre 1831, Paris, Editions Anthropos, 1969.

RUDE (Fernand), Les révoltes des canuts (1831-1834), Paris, Maspero, 1982.

SEWELL (William), Gens de métier et révolutions, Paris, Aubier Montaigne, 1983, /en anglais, 1980/.

SCHOTTLER (Peter), Naissance des bourses du travail, Paris, PUF, 1985.

SONENSCHER (Michael), “Journeymen, the Courts and the French Trades (1781-1791)”, Past and Présent, N° 114, février 1987, p. 77-109.

SONENSCHER (Michael), Work and wages, New-York, Cambridge University Press, 1989.

TOURNIER (Henri), Syndicats ouvriers et grèves révolutionnaires dans le Castrais à la fin de l’ancien régime, Mémoires de l’Académie des Sciences de Toulouse, N° 12, vol. 3, 1925.

TOURNIER (Maurice), Un vocabulaire ouvrier en 1848. Essai de lexicométrie, 4 vol., Saint-Cloud, 1975.

Notes

1 Une première version de cet article a paru dans Langage et Société, n°60, juillet 1992, p. 17-48. Les noms propres entre parenthèses sont repris en références dans la bibliographie finale.

2 GRANDSEIGNES D’HAUTERIVE, Dictionnaire d’ancien français, Paris, Larousse, 1947.

3 BLOCH, VON WARTBURG, Dictionnaire étymologique du français, Paris, PUF, 5ème éd., 1968.

4 Rapport du 1er messidor an XI cité par Ch. SCHMIDT, in La Révolution française, 1903, p. 66-70.

5 Un atelier ou ensemble d’ateliers (“boutique”, “boite”, “fabrique”), un patron (“bourgeois”, “singe”, “daron”, “bosse” ou “beausse”), un quartier, une ville, peut ètre “damné”, “maudit”, “mis en interdit”, “mis à l’index”, “mis bas” ou “défendu”, expressions usitées jusqu’au 19ème siècle (Ménétra, 1757 ; Perdiguier, 1852), mèlées à d’autres plus récentes. “L’antagonisme ne cesse pas un moment entre le maitre et l’ouvrier. C’est cette lutte… qui se révèle parfois au monde sous les noms d’interdiction, de mise-bas, de coalition et de rassemblement” (L’Atelier, aout 1841).

6 Au début de 1319, se crée à Paris la confrérie des foureurs de vair, qui est considérée comme la première véritable société de secours mutuels.

7 Rappelons en passant l’exécution à Paris en 1314 de Jacques de Molay, le Grand Maitre du Temple… et peut-ètre du Devoir. Rappelons aussi les multiples émeutes ouvrières, qui font écho aux révoltes paysannes, à Rouen et Paris entre 1322 et 1328, à Provins, Chàlons, Troyes entre 1324 et 1372, puis à Rouen et Troyes à nouveau, Orléans, Amiens, Béziers entre 1380 et 1382 et chez les “Maillotins” de Paris en 1382. Un modèle leur est donné par les “communes” des 12ème et 13ème siècles et surtout celles plus proches dirigées par les tisserands et les foulons de Gand et d’Ypres entre 1302 et 1382, date de leur écrasement à Roosebeke par le roi de France. Des soulèvements à Rouen et à Paris se feront au cri de “Vive Gand !”.

8 Suite aux révoltes urbaines, d’Etienne Marcel aux Cabochiens, “faire assemblée” est en soi un délit : “Défendrons que dores en avant ils [maitres et communautés] ne fassent assemblée aucune par manière de confrérie ou autrement…” (1382).

9 Une ordonnance du chapitre de la cathédrale d’Orléans reconnait en 1376 l’existence de “free-masons” (tailleurs de pierre organisés en loges). Le mot Devoir (sous la forme de “deverium generale” = charte de franchise collective) se trouve en 1276 dans un contrat de juridiction passé entre le Comte de Champagne et les fèvres et charbonniers de la forêt d’Othe (Coomaert). Il fonctionne encore de nos jours pour désigner les associations compagnonniques. Aucune racine commune, quoiqu’en disent les dictionnaires, avec le verbe “devoir” (lat. debere).

10 Un chambrelan n’est pas seulement celui qui travaille au noir (Coornaert, Leguay) ; il peut ètre plus généralement un compagnon sans lettres de maitrise. Chambre désigne, comme cayenne (terme qui semble avoir échappé aux rigueurs de la loi), le lieu de réunion, d’hébergement et l’assemblée des compagnons. “Monter en Chambre” et “descendre en cayenne” ont le mème sens (Icher). La cérémonie de réception s’appelle “entrée de Chambre” (Bayard). Chambre a désigné aussi la loge aménagée sur le lieu de travail, lequel peut ètre une mine, si l’on en croit ce règlement minier de 1455 : “Quand lesdits ouvriers seront dedans ladite montagne…, ne bougeront de leurs chambres jusqu’à ce que l’autre équipe soit venue et entrée en ladite montagne…” (Heers). Une “chambre sindicalle” où accèdent les compagnons est signalée à Lyon en 1697 ; une “chambre syndicale” (patronale) se trouve citée dans une ordonnance royale d’avril 1731.

11 Le tumulte : terme classique pour désigner la révolte populaire. Corneille appelle “soulèvement tumultuaire” celle qui aboutit à la mort de Pompée (“tumultus servilis” chez César).

12 Les termes monopoler et monopole, on le voit, ne désignent pas seulement l’exclusivité de production et de vente que s’assurent les fabricants-marchands (Turgot fait abolir les corporations en 1776 contre “l’esprit de monopole”) ; ils désignent aussi le “monopole de travail” conquis par une association ouvrière.

13 Plusieurs rebeines se sont succédées à Lyon à la fin du Moyen Age, en particulier en 1269, 1393, 1436 et 1529 (R. FEDOU, “Le cycle médiéval des révoltes lyonnaises”, Cahiers d’histoire, N° 18, 1973, p. 233-247).

14 L’économiste BOISGUILBERT, voyant, écrit-il, “7 à 800 ouvriers d’une seule manufacture s’absenter, tout à coup et en un moment, en quittant les ouvrages imparfaits”, les dénomme “mutins” animés d’un “esprit de rébellion” (Traité des grains, 1698). Rébellion recouvre ici une grève totale.

15 Un maitre-garde marchand décrit les compagnons qui “sans doute par l’avis de la ligue”, dit-il, “ne travaillent pas deux jours de la semaine et subsistent les autres sur le travail de ceux cy, à la vérité bien sobrement ; mais le commerce ne souffre pas moins de ces excès de mutinerie”. Mutinerie recouvre ici une grève partielle, sans doute par roulement.

16 La fin de la “Résolution des docteurs de la Faculté de Paris” décrit ainsi les “désordres” introduits par la “cabale” : “Plusieurs de ces compagnons manquent souvent au serment qu’ils font de garder fidélité aux Maitres, ne travaillans selon le besoin qu’ils en ont, et les ruinans souvent de leurs pratiques”. Claire définition de la grève s’il en est.

17 Les ouvriers, comme la police, utilisent aussi les termes cabaleur et cabaliste pour ’agitateur’ (MENETRA, cf. Daniel Roche, Présentation). Quelques mentions ouvrières de cabale ont été remarquées en 1848. Témoin Darras, pétitionnaire parisien qui gémit sur les “cabales d’ouvriers paresseux” : archaïsme d’un ancien maitre tapissier ?

18 Cette coutume du signal déclenchant une grève surprise, ce qui suppose des ententes clandestines très homogènes, se pratiquait encore à la fin du 19ème siècle : on sonne une cloche, on met ou retire son chapeau, on fait circuler un billet (cf. Michèle PERROT, Les ouvriers en grève, Paris-La Haye, Mouton, 1974, tome 2, p. 417-418). Il a été constaté en 1968 l’existence sur un chantier de tout un langage de sifflements (Bayard).

19 Note marginale aux Statuts des imprimeurs de 1618. L’article 34 de ces statuts leur interdit de “faire aucunes assemblées” ni de “faire aucun trie dedans les imprimeries ni ailleurs…”

20 Certains de ces termes sont encore tenus secrets, jusque chez Perdiguier qu’on accusait de trop parler : “Si les maitres ne veulent rien écouter ou sont trop exigeants, les compagnons disent un mot, et les gavots et devoirants cessent de travailler à la fois. Les ateliers se vident” (Mémoires d’un compagnon, 1854).

21 Une expression argotique, mais d’origine non compagnonnique, est “faire le lundi” : “Un grand nombre d’ouvriers se sont livrés à la débauche, ce qu’ils appellent ’faire le lundi’” (dans Aulard, 18 juin 1804). Un bulletin de police du 14 novembre 1816 constate cet “usage ruineux et immoral”. Le lundi était réputé jour des fainéants. L’ouvrier “en débauche” débordait du dimanche sur le jour suivant. Buvait-il simplement tout son salaire ? Toujours est-il qu’un mémoire du 26 avril 1776 demande qu’il soit fait obstacle au trop fréquent “Saint Lundi” par la fermeture complète des portes de Lyon le dimanche soir. L’amalgame du fètard et du gréviste est d’usage courant (Perdiguier lui-mème se désole des lundis) ; mais il faut savoir aussi que bien des patrons faisaient travailler le dimanche (Barret/Gurgand). Autre nom, chez les chapeliers : le sautage (on saute un jour).

22 Cet abus se multipliait avec d’autant plus de facilité que plusieurs maitres admettoient les compagnons sans congé (permis de départ), ce qui favorisait les désertions” (Arrèt du Conseil du Roi, 24 juin 1772).

23 Devant cette “commune”, le prévot cède et le travail reprend ; mais l’intendant fait appel à l’armée en 1745 pour màter, dit-il, la “coalition”. (Remarquons l’arrivée dans les textes du mot “coalition”).

24 Mais cette impression est peut-ètre due en partie à la richesse des archives de police et de la Gazette des tribunaux pour cette époque (Aguet).

25 Pseudo-rapport (léniniste et sorélien avant la date !) qui aurait été rédigé par Duvergier de Hauranne pour la Société des Droits de l’Homme, républicaine (Dolléans).

26 Cité par Claude BURIDANT, “Lexicographie et glossographie médiévales”, Lexique, PU Lille, N° 4, 1986, p. 16.

27 Quelques gagne-deniers qu’on voit tous les jours dans la Grève se promener sans nulle trêve” (COLLETET, Tracas de Paris, 1658).

28 Cf. Paul CORNU, Cahiers du Centre, 1911, p. 17-24.

29 Mémoires de M. Gisquet, ancien préfet de police, écrits par lui-mème, Paris, éd. Marchant, 1840, tome 3, p. 173.

30 De l’Association des ouvriers de tous les corps d’état” (Dolléans).

31 Edmond ABOUT, ABC du travailleur, Paris, Hachette, 1879. La grève générale prèchée par les Trade-Unions devient chez About : “Lorsque les délégués de la main-d’oeuvre anglaise exposèrent leur grand projet de chomage universel, les ouvriers français les écoutèrent à peine” (p. 270, 277).

32 Exemples en 1848. La grève, place d’embauche : “C’est en plein air que se traitent, au lever du soleil, nombre de marchés entre les entrepreneurs et les ouvriers de Paris… De là sans doute proviennent les expressions : ètre ou rester en grève, tenir grève” (F. Wey). La grève, lieu de réunion : “La société adopte pour le lieu de ses réunions, autrement dit : Grève, la place des Fètes, à l’angle des rues Saint Denis et des Prés” (maçons de Belleville). La grève, queue des chomeurs : “Nous venons protester contre l’article de votre journal du 7 de ce mois qui annonce que sur 226 ouvriers composant la grève de ce jour, 188 ont été embauchés” (peintres en bàtiment). La grève, refus de travailler : “Quand les ouvriers, d’un commun accord, suspendent leurs travaux et restent inactifs, soit dans leurs chantiers, soit dans les places publiques où les patrons ont coutume de les enroler, on dit communément : les ouvriers sont en grève” (L’Illustration, 27 mai 1848). La grève, arme sociale : “Mes ouvriers ont fait grève le 23 mai sur l’ordre des délégués du Luxembourg” (Pagès-Baligot, fabricant de gilets, juin 1848). La grève, arme politique : “Ne craignez-vous pas qu’un jour l’armée des travailleurs… ne prenne la résolution de vous mettre en interdit par une grève générale ?” (Delescluze).

33 Les dictionnaires de l’Académie sont particulièrement bloqués sur le langage populaire. Dans le Nouveau vocabulaire de l’Académie qui relève entre autres en 1835 “tous les mots introduits par la Révolution”, la “coalition” n’est toujours qu“’union physique de plusieurs substances”, “réunion de différens partis” et “ligue de plusieurs puissances”, la “grève” qu’un “lieu uni et plat, couvert de graviers” et le nom d’une “place publique de Paris”, la “damnation” que la “punition des damnés”. L’exemple de bonne langue donné à l’appui du mot “grève” dans le Dictionnaire de l’Académie française de 1884 est encore : “Les grèves sont le fléau de l’industrie”. Quant au “trie”, on le cherche toujours…

34 Lorsqu’un dictionnaire général relève le “nouveau sens”, c’est pour emboucher, comme Furetière avait déjà dù le faire, la trompette de la Loi ou de la morale, même chez des républicains avérés comme Napoléon Landais en 1840 (“COALITION : accord illégal de plusieurs individus pour porter préjudice à d’autres”. Ex. : “Les ouvriers charbonniers avaient formé une coalition pour faire augmenter leur salaire”) ou Maurice Lachàtre au lendemain mème de 1864 : “La grève entraine pour les ouvriers, qui s’épuisent afin de secourir leurs semblables, une aggravation de misère” ; “Les ouvriers, par les grèves, ajoutent un filin au licou qui doit les juguler” (citations des proudhoniens P. Martin et G. Duchène).

35 Cité par R. Lecotté, préface à Barret/Gurgand l980.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540