Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Pour une socio-histoire du vocabulaire1

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce texte a paru dans Courants socio-linguistiques, Paris, Klincksieck, 198 (...)

“L’unité de la langue intéresse le pouvoir.
La variation l’incommode.”
(C. Hagège, L’homme de paroles, 1985, p. 203)

  • 2 “La langue est un système de pures valeurs que rien ne détermine en dehors de l’état momentané de (...)

1La linguistique, en France du moins, a été dévorée par le structuralisme ou plutot par ce désir péremptoire d’autonomie par rapport aux approches mèlées des faits de langage qu’exprime exemplairement la version systématisée du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure2. Il faut reconnaitre que la revendication d’indépendance de la Langue vis-à-vis des conditions sociales et psychologiques de la production des paroles a été bénéfique à des recherches souvent mal centrées, trop atomisées ou trop soumises aux modes. De mème l’indépendance acquise par rapport à la prise en considération des évolutions historiques. Car on s’efforçait enfin, comme en économie, de rencontrer un “système” qui, possédant ses clotures dans l’espace et le temps, vivait sur ses lois propres : la recherche prenait pour objet l’équilibre d’une combinatoire de traits différentiels, leur dynamique interne, leurs clés unitaires, voire leurs universaux. En vertu de quoi, Saussure renvoyait chaque parole dissonante à son auteur.

  • 3 Le manuel français de sociolinguistique le plus utilisable demeure celui de J.-B. MARCELLESI et B. (...)
  • 4 Aux sens de C. Perelmann : “Le but d’une argumentation n’est pas de déduire les conséquences de ce (...)

2Cet autonomisme de principe et de méthode a été poussé très loin, pour la création de modèles, dans les trois directions de la grammaire, de la phonologie et de la sémantique. Trop loin ? Peut-ètre. Jusqu’à rendre indispensable ce reflux qu’on a appelé d’un terme générique la “sociolinguistique”, en groupant dans son champ, vague à souhait, et pèle-mèle : enquètes en milieux spécifiques ou marginaux, théories de l’énonciation et des actes de langage, pragmatique linguistique et praxématique sociale, analyse des interactions, co-variationisme, dialectologie sociale et recherches sur l’oralité, ethno-textologie, ethnographie de la communication, éthnométhodologie, analyse du propagandisme, du publicisme et des médias, étude des politiques linguistiques et glottopolitique3. La Langue, tout le monde le sait bien, n’est pas indépendante des milieux qui la portent, la motivent, l’étalonnent, la suscitent à chaque moment. Elle leur est consubstancielle. La “masse parlante” du Maitre de Genève n’est pas non plus, si l’on s’affronte au réel, ce locuteur idéal homogène non-individuel et ultra-compétent tel que revu par Noam Chomsky, locuteur-récepteur unifié qu’il suffirait de questionner à fond pour inventorier un savoir linguistique total. Elle est perpétuellement, cette masse, en situations d’usages : plurielle comme ces pluriels. Et voilà que l’unité rèvée par le structuralisme éclate, non seulement dans des variantes plus ou moins tenues en laisse par les répertoires, mais dans tous les actes où le sujet réel s’énonce dans ses langages. L“’homme de paroles” est au cœur de communications hétérogènes, et différemment héritières, et différemment ajustées. Rien de plus renouvelé, par exemple, que le constat que tout le monde se comprend mal. La semi-communication est, il faut le dire, la réalité première dans tous les domaines où 1“’argumentation” l’emporte sur la “démonstration”4. Quand le réel n’a plus d’angle vif ni l’idéal d’arète abstraite, on ne parle et ne comprend qu’avec de l’à-peu-près.

3Le terrain social est ainsi reconquis dans les espaces synchroniques par l’écoute enfin des énonciateurs dans leurs performances (B. Berstein, W. Labov, P. Hymes, J. J. Gumperz) et leurs performativités (J. Searle, J. L. Austin, O. Ducrot), leurs stratégies et idéologies (M. Bakhtine, R. Barthes, R. Lafont, M. Pècheux), bref toutes les variables et interactions qui régentent l’emploi des mots, des sons et des liens, fondant le sens d’un discours. Et la dimension historique, elle ?

  • 5 Exemples : L. FEBVRE, Civilisation, le mot et l’idée, Paris, Centre international de synthèse, 193 (...)

4La bonne vieille philologie semble avoir continué, sans trop se faire remarquer, son chemin érudit, progressivement tenue à l’écart d’une “Linguistique pure et dure” qui se resserrait sur ses modèles intrinsèques. Elle a continué, de texte en texte, à creuser le passé des écritures, à inventer les auditions perdues, à reconstruire l’arbre des langues. Insensible dans sa multiplicité aux nouvelles problématiques sociales ? Absolument pas. Il s’est mème créé comme un écart entre son statut institutionnel (le CNRS, par exemple, se refuse à la risquer parmi les “sciences du langage”) et la richesse de certaines orientations de recherche. Il aurait pu surgir une nouvelle et riche école d’histoire de la langue française dans la ligne des travaux de F. Brunot comme de ceux de L. Febvre, attachée d’abord aux circulations et aux fonctions sociales des outils dénominatifs5. L’anthropologie linguistique a manifesté de son coté une extraordinaire vitalité, dépassant tout systématisme d’école, des champs de signification fondamentaux de G. Dumézil au panorama originel du lexique institutionnel indo-européen d’E. Benvéniste. L’investigation des pratiques langagières modernes au niveau du vocabulaire a bénéficié en outre des apports de plusieurs “historiens sociaux” contemporains (citons M. Agulhon, A. Dupront, A. Prost, R. Robin, M. Vovelle) et de lexicologues dits structuralistes mais restés sensibles aux époques et mutations sociales du langage, dans la tradition d’A. Meillet (citons R.-L.Wagner, L. Guilbert, et G. Antoine, J. Dubois, R. Lafont). Leurs émules (A. Geffroy, J. Guilhaumou, D. Maldidier, J.-B. Marcellesi, P. Siblot par exemple) se sont rejoints à l’intersection d’une linguistique du classement distributionnel d’objets langagiers observés et d’une histoire des mentalités et des pratiques.

5A ce carrefour de philologues, historiens et linguistes, il faut peut-ètre reposer les problèmes de recherche. Car, avouons-le, les mots n’ont pas en eux-mèmes d’histoire. C’est l’histoire qui se construit avec eux, en habitudes, dans son évènement c’est-à-dire dans son récit. Il ne suffit pas de dire qu’elle emprunte au code existant. Tissue de discours, l’histoire suscite ce code pour les besoins de ses dominances et de leur préservation. Il n’existe donc pas de langue naturelle donnée toute faite : il y a perpétuellement culture et conquète. Et cela entraine deux conséquences majeures sur le plan des vocabulaires : le parti-pris, le consensus de signification.

6La première conséquence est que les mots comme les discours choisissent leur camp. “Une propriété singulière de la langue est justement d’ètre un pouvoir clandestin”, écrit C. Hagège. Hors néologie scientifique sur base arbitraire (et encore !), il n’y a pas de termes vierges. Ceux-ci ont roulé de situation en situation; ils sont tous, disait Bakhtine, “déjà habités” et jusqu’au fond de leurs racines. Ils ont servi; ils sont au service. De qui ? Bien évidemment de leurs possesseurs.

7Or les dominances sociales sont, plus que toute force concurrente, propriétaires du code de référence, savoir imposé, régenté, soumis aux surveillances des grammaires d’acceptabilités, des dictionnaires de définitions et de valorisations officiellement reconnues, des codes orthographiques, des manières de bien dire ou prononcer, des “niveaux de langue” à inculquer. C’est certes le jeu des médias de diffuser les discours au gré et bénéfice de qui en détient l’économie. Mais il s’agit aussi, on le voit, de la langue en soi, de son apprentissage, de sa régulation et – allons jusqu’au bout – de sa constitution elle-mème.

  • 6 Cf. B. VARDAR, Etude lexicologique d’un champ notionnel. La liberté en France de 1627 à 1642, Ista (...)
  • 7 Cf. R. BALIBAR et D. LAPORTE, Le français national, Paris, 1974; M. DE CERTEAU, D. JULIA, J. REVEL (...)
  • 8 Cf. L. J. CALVET, Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie, Paris, Payot, 1974; (...)
  • 9 Cf. S. DELESALLE et L. VALENSI, “Le mot nègre dans les dictionnaires français d’ancien régime. His (...)
  • 10 J.-P. COLIN, A. PETROFF, “Les lambeaux de pourpre au coin du feu ou du role de la citation dans le (...)
  • 11 D. D’ORIA, Les tabous sexuels dans les dictionnaires monolingues français contemporains, Lecce, AE (...)
  • 12 Selon les termes de S. MOSCOVICI. Cf. La psychanalyse, son image et son public, Paris, P.U.F., 2èm (...)

8Dans le domaine des désignations sociales et politiques plus particulièrement, les lexicalisations n’ont jamais été neutres. Tout dictionnaire de bon aloi est la reconstruction cohérente, bien qu’émiettée, d’une vision hiérarchisée des valeurs et des ètres. D’où cette propension des pouvoirs à s’emparer du langage, c’est-à-dire non seulement des prises de parole mais surtout de la commande des usages. Parle dans ma langue, tu penseras comme moi. Les institutions linguistiques comme appareil idéologique d’Etat... On sait les missions politiques que Richelieu assignait à l’Académie, ainsi qu’à la Gazette de Renaudot6. On a rendu évident le role de conquérant national assumé par le français de Paris dans les provinces7 puis dans les colonies8. Les études effectuées sur les rubriques “sociales” des dictionnaires (évoquons femme et fille, nègre, dévergondé, peuple...9), sur les citations, obstinément classiques, dont ils se protègent10 ou sur les absences de lexicalisation standard (qu’on pense aux tabous sexuels)11, ces études montrent toutes que les définitions mises en système lexicographique sont en fait des choix de société. Sous couvert de sémantismes fondateurs du dialogue, les dictionnaires dressent la liste des “représentations sociales”, voire des “stéréotypes”12 qui façonnent l’ordre existant. Et ils ne peuvent faire autrement ! Unificateurs par vocation, ils n’ont pas le droit de présenter à la “communauté linguistique” le miroir pulvérisé de ses divergences.

  • 13 Le Tribun du Peuple, 36, 20 frimaire an IV (11 décembre 1795), p. 116.

9C’est pourtant avec raison que Babeuf s’étonnait : “Tel est le dictionnaire des palais, des chateaux et des hotels, que les mèmes expressions offrent presque toujours l’inverse de signification qu’on leur reconnait dans les cabanes”13. Illustration bi-séculaire de l’aphorisme lucide de Lacan : “Il n’y a pas de métalangage.” Tout sémantisme affiché est parti-pris; et la norme officielle plus que toute autre. Dominante, stabilisante, cette norme est le lieu fondamental d’un consensus de signification conservateur.

  • 14 Sur la notion de “consensus”, cf. D. LEVY MONGELLI, “De l’excellence de la Langue et de la civilis (...)
  • 15 J. HABERMAS, “Toward a theory of Communication Competence” in H. P. DREITZEI, Recent Sociology, 2, (...)
  • 16 P. BOURDIEU, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 25, note 4, p. 34, p. 52.

10“Consensus”14 : contre les déstabilisations introduites par certaines actions de langage non reconnues à l’étalonnage, les dictionnaires, grammaires, manuels scolaires et médias réassènent incessamment les stabilisations nécessaires pour qu’il y ait langue circulante. J. Habermas pense au fond qu’il n’y a pas là contrainte mais simple existant linguistique dans l’échange social15. P. Bourdieu, au contraire, ne met le consensus qu’au terme de rapports de force. Ce qu’on appelle la “force des mots” ne réside pas au fond d’eux-mèmes (comme pour Habermas) mais dans les “conditions institutionnelles de leur utilisation” ; les “similitudes” ne sont jamais naturelles, elles sont fabriquées et imposées; il n’y a de langue légitime qu’au terme d’un “travail prolongé d’inculcation”16. Toute affirmation lexicalisée (telle définition de dictionnaire, par exemple) s’impose ainsi comme une structure d’évidence, donnée toute faite : illusion de la synchronie.

11Mais c’est un autre consensus, intimément lié à celui-là bien entendu, que je voudrais évoquer : le consensus sur l’histoire. Le propre de la langue officiellement diffusée est de s’appuyer sur “un” passé pris pour “le” passé et d’ériger celui-ci en modèle ; son jeu est de faire prendre cette fois ses affirmations lexicalisées pour un patrimoine commun, hors-classe, national voire humaniste : illusion de la diachronie.

  • 17 L.-J. CALVET, La production révolutionnaire, Paris, Payot, 1976, p. 13, 19-25.
  • 18 Sur la notion de “langue de bois”, voir la discussion poursuivie entre A. NIEWIAROWSKA, (“Le langa (...)

12Ainsi le vocabulaire, de par ses acceptions normées, est mis, que le lexicographe le veuille ou non, au service de mythes idéologiques... Lorsqu’un mythe vacille, les opprobres ou les modèles risquant de se déplacer (terroristes redevenant patriotes – ou l’inverse –, hommes d’ordre muant en fusilleurs ou versaillais, pétroleuses renvoyées à l’inexistence, grévistes légalisés, anarchistes sanctifiés...), la vision doxale portée par la langue dite “commune” se trouve mise en cause par des points de vue paradoxaux17 (l’“iconoclastie révolutionnaire” opéra ainsi des renversements de la symbolique) ; mais la langue n’en continue pas moins de fonctionner. Tout se joue entre les deux faces signifiante et signifiée du symbole linguistique, laissant les comptes se régler entre le signifié et l’univers référentiel conflictuellement perçu; l’effort d’intangibilisation du passé consiste alors dans l’aménagement d’un flou, voire d’un silence : les mots se vident de l’histoire, pour laisser passer l’orage sémantique. Il y a masquage... ou langue de bois18. On ne cerne plus que le rève des mots.

13Ce consensus de définition, qu’il s’appuie sur le mythe dominant ou sur le vide référentiel, peut tout à fait jouer comme un piège à linguistes. Il sait si bien l’art de se faire passer pour une structure ! Et voici des lexicologues reconstituant des systèmes équilibrés de pensée ou de sensibilité, qu’ils présentent comme neutres ou qu’ils disent “d’époque”, sans reconnaitre suffisamment que ces systèmes sont en fait l’écho suspect d’idéologies particulières qu’un pouvoir impose au passé (champs sémantiques de Trier, champs lexico-notionnels de G. Matoré ou, plus largement et innocemment, organisation des lexèmes dans un dictionnaire général). A ce niveau, l’unité de langue est un leurre.

14Nous ne suivrons pas cette voie, où la structure cache les conflits. Une fois posé le principe que le “dialogue” politique n’est pas de l’échange convivial mais une forme sublimée de la violence, à une vision abstraite, libérale, unanimiste en quelque sorte des échanges il faut substituer une vision conflictuelle permanente dans laquelle les consensus n’opèrent qu’à titre de dominances ou de masquages.

  • 19 La nouvelle communication (textes publiés par Y. WINKIN), Paris, éd. du Seuil, 1981, p. 29-30. (“J (...)

15Ils sont donc d’abord à briser. N’est-ce pas la procédure choisie par certains anthropologues ? Pénétrer dans la langue (ou la culture) non par la voie royale des évidences et des mythes que propagent le discours-glacis et les normes innocentées, mais y entrer à la faveur des failles dues à la “schismogenèse” latente aux situations, ces moments où la structure sociale éclate sous la pression des violences contre-violentes : “schismogenèse symétrique” disait G. Bateson. Etudiant avec M. Mead des villageois de Nouvelle Guinée (Naven 1936, 1958), Bateson s’était rendu compte qu’ils ne pénétraient en anthropologues dans leur vécu mème rituel qu’en mettant au clair les oppositions-interactions en crescendo génératrices de déséquilibre social19. D’où cette règle de recherche selon laquelle percevoir le réel, c’est d’abord retracer l’œuvre de ses différences. Et si E. Goffman étudie les grammaires de la vie quotidienne en commençant par l’observation des handicapés et des fous (Stigma 1964, Asylums 1961), c’est parce que, pour lui aussi, la fracture mieux que la norme permet de pénétrer dans l’interaction sociale. C’est lorsqu’on perd la face que se révèlent les figurations qui nous protègent (Interaction ritual 1967). Toute une part de l’ethnométhodologie ne se fixe t-elle pas pour objectif “la déconstruction du ça-va-de-soi de la vie quotidienne” : déstabiliser pour analyser (H. Garfinkel, 1972).

16La grève en soi est un terrain de fractures. Dans sa définition mème n’est-elle pas schize sociale, moment de refus d’une convivialité apparente, bras délibérément croisés devant le travail “mis bas” ? Grève : l’anti-consensus par excellence. Profitons-en pour interroger les mots qui en parlent ou qui la parlent. Cela signifie qu’il convient de les prendre au pied de leurs lettres, dans ces situations de déchirement où l’opposition des intérèts met à nu le factice d’un langage à simple voix, où la fonction sociale d’un terme prime sa signification. S’il est un mythe qui a vécu, c’est bien celui de l’innocence du vocabulaire.

Notes

1 Une première version de ce texte a paru dans Courants socio-linguistiques, Paris, Klincksieck, 1989, p. 53-62 (Coll. “Saint-Cloud”).

2 “La langue est un système de pures valeurs que rien ne détermine en dehors de l’état momentané de ses termes” (F. DE SAUSSURE, Cours de Linguistique générale, Paris, Payot, 1967, p. 116). Depuis la parution de cet ouvrage (1916), bien des critiques ont mis en question cette systématisation de la quète saussurienne, en particulier R. GODEL dans Les sources manuscrites du Cours de linguistique générale de F. de Saussure (Paris, Minard, Genève, Droz, 1957). Cf. R.-L. WAGNER, “Les désarrois du maitre de Genève”, Mots, 1, octobre 1980, p. 13-32.

3 Le manuel français de sociolinguistique le plus utilisable demeure celui de J.-B. MARCELLESI et B. GARDIN : Introduction à la sociolinguistique (Paris, Larousse, 1974, rééd. 1987), que peuvent compléter utilement celui de J. GARMADI, La sociolinguistique, Paris, P.U.F., 1981 et surtout celui de C. BACHMANN, J. LINDENFELD et J. SIMONIN : Langage et communications sociales, Paris, Hatier-CREDIF, 1981. Voir aussi les publications issues des colloques de sociolinguistique de Rouen et, depuis 1990, les fascicules de la Bibliographie sociolinguistique française, édités par les Cahiers de linguistique sociale, SUDLA, Université de Rouen. Autres revues : Mots, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, et Lengas, Montpellier, Presses de l’Université Paul Valéry.

4 Aux sens de C. Perelmann : “Le but d’une argumentation n’est pas de déduire les conséquences de certaines prémisses, mais de provoquer ou d’accroitre l’adhésion d’un auditoire aux thèses qu’on présente à son assentiment”, L’empire rhétorique. Rhétorique et argumentation, Paris, Vrin, 1977, p. 23.

5 Exemples : L. FEBVRE, Civilisation, le mot et l’idée, Paris, Centre international de synthèse, 1930. E. BENVENISTE, Problèmes de linguistique générale, I, Paris, Gallimard, rééd. 1981, p. 336-345. P. BENETON, Histoire de mots : culture et civilisation, Paris, Presses de la FNSP, 1975. Sur F. Brunot, voir le numéro spécial du Français Moderne qui est consacré à sa “méthode” (N° 2, avril 1981).

6 Cf. B. VARDAR, Etude lexicologique d’un champ notionnel. La liberté en France de 1627 à 1642, Istanbul, Edebiyat Fakültesi Basimevi, 1969.

7 Cf. R. BALIBAR et D. LAPORTE, Le français national, Paris, 1974; M. DE CERTEAU, D. JULIA, J. REVEL, Une politique de la langue, la Révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 1975.

8 Cf. L. J. CALVET, Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie, Paris, Payot, 1974; “Le partage colonial commence par la segmentation taxinomique” (Calvet, p. 58).

9 Cf. S. DELESALLE et L. VALENSI, “Le mot nègre dans les dictionnaires français d’ancien régime. Histoire et lexicographie”, Langue française, 15, 1972, p. 79-104; J.-P. BEAUJOT, M. LEHMANN, “Langue, idéologie, dictionnaire : le discours sur femme et fille dans le Petit Larousse illustré de 1906 à 1978”, Bulletin du CAD, Université de Lille III, 3, 1978, p. 1-175; S. DELESALLE, C. BUZON, C. GIRARDIN, “Dévergondé, dévergondage : les avatars du mot et de la chose”, Langue française, 43, 1979, p. 45-59 ; Le peuple, numéro spécial de Romantisme, 9, 1975.
Voici un exemple caractéristique : “Malgré les grandes découvertes, les rédacteurs de dictionnaires (du 16ème au 18ème siècles) méconnaissent et l’Afrique, et ses habitants et la traite dont ils sont victimes. Alors que le Nègre existe comme chose et comme mot en usage, il est occulté comme mot en mention. Il s’agit là, non pas d’une absence fortuite et innocente, mais d’un acte de censure, qui trahit l’embarras résultant de l’existence des Nègres comme peuples et comme esclaves”. (S. Delesalle, L. Valensi).

10 J.-P. COLIN, A. PETROFF, “Les lambeaux de pourpre au coin du feu ou du role de la citation dans les dictionnaires dits de langue”, Néologie et lexicologie, Paris, Larousse, 1979, p. 72-91.

11 D. D’ORIA, Les tabous sexuels dans les dictionnaires monolingues français contemporains, Lecce, AES, 1977 ; C. GIRARDIN, “Contenu, usage social et interdits dans les dictionnaires”, Langue française, 43, 1979, p. 84-99 ; J. FELDMAN, La sexualité du Petit Larousse ou le jeu du dictionnaire, Paris, éd. Tierce, 1980.

12 Selon les termes de S. MOSCOVICI. Cf. La psychanalyse, son image et son public, Paris, P.U.F., 2ème éd., 1976. “La représentation sociale est une modalité de connaissance particulière ayant pour fonction l’élaboration des comportements et la communication entre individus” (p. 26). Avec ses “représentations”, une société façonne le réel, suscitant certaines visions partagées par ses membres, gràce auxquelles ils peuvent “se situer et se constituer” ; elle vise à travers elles non la recherche d’une exactitude mais l’obtention d’un consensus. Avant d’ètre science, elle est utilité sociale, donc idéologie. Un “stéréotype”, tel que véhiculé par une propagande, consiste à répéter une représentation en la réduisant à un système dichotomique primaire, opposant une valeur promue à un faire-valoir dénoncé (Moscovici, p. 460-474).

13 Le Tribun du Peuple, 36, 20 frimaire an IV (11 décembre 1795), p. 116.

14 Sur la notion de “consensus”, cf. D. LEVY MONGELLI, “De l’excellence de la Langue et de la civilisation françaises au siècle des Lumières ou Observations sur la genèse d’un consensus linguistique”, Heteroglossia, Opeademi dell’Istituto di Lingue straniere, Ancona, N° 1, 1985, p. 65-96.

15 J. HABERMAS, “Toward a theory of Communication Competence” in H. P. DREITZEI, Recent Sociology, 2, 1970, p. 114-150.

16 P. BOURDIEU, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 25, note 4, p. 34, p. 52.

17 L.-J. CALVET, La production révolutionnaire, Paris, Payot, 1976, p. 13, 19-25.

18 Sur la notion de “langue de bois”, voir la discussion poursuivie entre A. NIEWIAROWSKA, (“Le langage d’Etat en Pologne”, Mots 11, octobre 1985, p. 191-204), P. SERIOT (“La langue de bois et son double”, Langage et Société, 35, 1986, p. 7-32, et “Langue et langue de bois en Pologne”, Mots 12, octobre 1986, p. 181-189), et M. TOURNIER (“Critique de la critique : langue de bois et parler vrai”, Mots 12, p. 191-194). Voir surtout Mots 21, décembre 1989 (“Langues de bois ?”).

19 La nouvelle communication (textes publiés par Y. WINKIN), Paris, éd. du Seuil, 1981, p. 29-30. (“Je définis la schismogenèse comme un processus de différenciation dans les normes de comportement individuel résultant d’interactions cumulatives entre des individus”. G. BATESON, La cérémonie du Naven, Paris, éd. de Minuit, rééd. 1986, p. 221).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search