Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Un vocabulaire ouvrier en 1848. Essai de lexicométrie, Thèse d’Etat, Centre de Documentation de l’ (...)
  • 2 Les enquêtes lexicologiques sont grandement facilitées depuis cinq ans, en particulier pour ce qui (...)

1Les textes qui se trouvent regroupés dans ce recueil autour du thème “Les mots de la grève” ont été publiés antérieurement pour la plupart dans diverses revues, s’égrenant sur une quinzaine d’années sans lien entre eux. C’est dire leur aspect partiel, incomplet et redondant à la fois. Je les ai repris sans rien changer d’essentiel à leur contenu pour certains, en écourtant ou prolongeant leur propos pour d’autres. Issus pour une bonne part de leur documentation de ma thèse consacrée au vocabulaire ouvrier de 18481, ils ne constituent pas l’étude systématique d’un discours homogène, encore moins celle exhaustive d’un champ lexical ; ils ne prétendent pas à l’illustration d’une représentation globale de la société, même par mots interposés. Il s’agit simplement de monographies au coup par coup spécifiant les usages de certains termes et d’hypothèses sur leur origine ou leur fonction sociale2.

2La cohérence de l’ensemble existe pourtant, à un double titre. Dans ces “propos”, priorité a été donnée à la mise en perspective socio-historique sur l’étude philologique des formes et des significations. Car on n’est pas quitte avec l’étymologie lorsqu’on a livré une source première, texte ou racine, pas plus que Ton est quitte avec l’histoire de la langue lorsqu’on a reconstruit une filière d’évolution phonétique : le sourcement du mot commence avec la chose, avec quelque chose qui a pu, selon une série de métonymies motivées, s’appeler par exemple “grève”, un jour. Parti-pris de méthode qui consiste aussi à penser qu’avant de secrèter un contenu consensuel digne des dictionnaires de langue les mots participent aux rivallités des discours et des valeurs, souvent d’ailleurs antagoniques. Ils interviennent dans les luttes sociales, non comme outils amorphes ou reflets indirects, mais comme acteurs, lieux et enjeux. Les mots sont le coeur de la grève, car on se bat d’abord pour eux.

3Cette unité de perspective se double d’une certaine homogénéité historique. Mis à part les retours en arrière nécessaires (aucun langage n’est vierge : toutes les expressions sont habitées d’histoire, tous les sens ont essayé des formes), c’est cette époque née avec la Révolution et close avec l’entrée en guerre mondiale qui m’a le plus retenu. On peut y saisir, sur un siècle, le surgissement d’un mouvement ouvrier en pleine réorganisation face aux mutations industrielles, en pleine lutte à la conquête d’un espace de reconnaissance. Parti des coalitions illégales durement réprimées, il réussit à l’aube du vingtième siècle à faire inscrire dans la loi certains pouvoirs de manifestation et de représentation. Nos droits collectifs d’aujourdhui viennent directement de cette époque d’affrontement sur les mots qui permettent la respiration ou l’étouffement de la vie. Encore doit-on rester aux aguets, tant les fluctuations de l’histoire sociale obéissent aux rapports de force. Rien n’est jamais acquis à l’homme…

41er décembre 1992

Notes

1 Un vocabulaire ouvrier en 1848. Essai de lexicométrie, Thèse d’Etat, Centre de Documentation de l’Ecole normale supérieure de Saint-Cloud, 1975, multigr., 4 vol.

2 Les enquêtes lexicologiques sont grandement facilitées depuis cinq ans, en particulier pour ce qui est des sources littéraires, par l’accès public informatisé à la base de textes français FRANTEXT, interrogeable par terminaux au Trésor de la langue française, Nancy (Institut national de la langue française, CNRS). Un disque optique compact comprenant 300 ouvrages est également disponible (DISCOTEXT1) à l’INaLF, 52 av. Magenta, 75010 Paris.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540