Version classiqueVersion mobile

Linguistique pour germanistes

 | 
Marco Rühl

6. Pragmatique

Texte intégral

« Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, la parole n’est pas toujours l’amie des linguistes. Son caractère “libre” et “créateur” la relègue, selon Saussure, au rang des phénomènes “individuels”, domaine de la fantaisie et de l’imprévu, rebelle aux règles qui sont le fait exclusif de la langue. Seule la langue est système et, comme telle, objet possible d’analyse. [...] les travaux qui s’inscrivent dans le cadre d’une “ linguistique de la parole ” demeurent aux frontières de la discipline.
Les dictionnaires, si on les interroge, ne renvoient pas non plus à une image très positive des “ actes de parole ” : futile et défectueuse, la parole est rarement une interaction, un dialogue, un échange entre personnes. Cette parole qui s’arrache, se mesure, se perd ou se coupe est le plus souvent refusée ou déniée à l’autre. Son caractère trop “ libre ” et “ individuel ”, pour reprendre les termes de Saussure, fait-il craindre d’être noyé sous un déluge, un flot, un torrent pour peu que l’on ait engagé la conversation avec un moulin à paroles, qui parle en l’air, à tort et à travers, de la pluie et du beau temps ? Parler, prendre la parole, c’est s’exposer, selon les synonymes proposés, à bafouiller, balbutier, bégayer, nasiller ou zézayer, à tellement marmonner qu’on finit par radoter ou chuchoter. Bavardage, soliloque, la parole s’écoute, elle cause, elle fait la parlotte... »

  • 1 Dans Des mots en liberté. Mélanges offerts à Maurice Tournier, textes réunis par P. Fiala et P. La (...)

1Cette citation est tirée d’une réflexion de Claudine Dannequin sur le statut de l’étude linguistique de la communication en tant que phénomène social1. Il est vrai que les linguistes d’inspiration saussurienne s’intéressent avant toute autre chose aux fondements systémiques qui permettent la compréhension des énoncés. Ils se servent de ce que Saussure appelait « parole » pour avoir accès, par cet intermédiaire, au système de la « langue » ; mais ils ne consacrent guère d’attention à cette parole elle-même, aux échanges verbaux et aux interactions pendant lesquels des sujets parlants se rencontrent au cœur de leur monde social et essaient d’assurer la compréhension mutuelle lors d’une interaction qui est en train de se dérouler « en situation ». Quoique les concepts fondamentaux du structuralisme – tels que le jeu des oppositions systémiques sur les axes syntagmatique et paradigmatique – continuent à être à la base des diverses théories en linguistique, on est donc amené relativement vite à avoir recours à d’autres approches théoriques quand on aborde l’analyse de la langue et de la communication en tant que faits sociaux, c’est-à-dire quand on se dirige vers ce que l’on appelle, en linguistique, la « pragmatique ».

6.1 Pourquoi dire c’est faire

2La pragmatique est cette branche linguistique qui s’intéresse aux fonctions que peuvent avoir certaines unités lexicales, certains types d’énoncés, etc. quand ils sont employés par des sujets parlants dans le discours. Nous avons vu que le morphème grammatical -st avait la fonction de renvoyer à une forme verbale à la 2e personne du singulier ; cette fonction, cependant, est une fonction systémique qui n’implique nullement une situation de dialogue, un échange verbal entre deux interlocuteurs ou plus. Or c’est justement à ces fonctions « dialogiques », « interactives » que s’intéresse la pragmatique. Ce genre de fonction, nous l’avons rencontré à la section sur les particules interactives.

3Ist es denn so schwierig, einen Augenblick zuzuhören ?

4Si je pose cette question à mon interlocuteur, mon interlocuteur comprendra que « je connais déjà la réponse ». C’est une des fonctions que la particule denn peut avoir dans une interrogation globale. En fonction de la situation, mon interlocuteur saura également quelle est cette réponse que « je connais déjà » : oui ou non. Si je suis en train d’expliquer que deux plus deux font quatre, que mon interlocuteur regarde les affiches du cinéma, et que je pose la question sur un ton intrigué, alors il est clair que la réponse attendue est « non » (ce qui fait d’ailleurs que mon énoncé peut être pris comme un reproche). Si, en revanche, je travaille à vouloir détailler la paramétrisation d’un réseau local d’ordinateurs par partage de fichiers à un novice en micro-informatique, que mon interlocuteur ait l’air du désespoir personnifié, et que je pose la question sur un ton étonné, alors il est clair que la réponse attendue est « oui ». Dans les deux cas, cependant, je n’ai pas, à proprement parler, posé une question. J’ai affirmé, dans le premier cas, qu’effectivement, il n’est pas difficile d’écouter au moins un moment. Dans le deuxième, de même, j’ai affirmé que visiblement, cela crée de gros problèmes de me suivre ne fût-ce qu’un moment.

  • 2 Ces fonctions interactives impliquent donc, plus que ne le font les fonctions grammaticales, la si (...)

5À cause de cette nature double, des questions de ce genre sont appelées des « questions oratoires » en rhétorique et en éloquence. En pragmatique, on parle plutôt de « fonction » (avoir à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’une fonction systémique – niveau langue –, mais d’une fonction interactive – niveau parole), et on dit que la fonction d’une affirmation est réalisée par la forme d’une question2. Ces fonctions interactives des énoncés produits « en situation » qu’envisage la pragmatique, démontrent le fait qu’en parlant, en communiquant, on fait quelque chose, on accomplit des actions. Ce ne sont pas n’importe quelles actions, cependant, mais des actions d’une nature communicative bien précise. Quand on poursuit tel objectif communicatif et qu’on construit son énoncé en conséquence, l’action qu’on accomplit en le communiquant à un interlocuteur est, par exemple, celle de poser une question. Autre objectif, énoncé autrement construit, l’action accomplie sera celle de lui faire part d’une affirmation, ou encore de lui adresser un reproche.

6.2 Des actes de langage : actes locutoire, illocutoire, perlocutoire

  • 3 Publié aux Harvard University Press à Cambridge, MA. La traduction française, Quand dire c’est fai (...)

6Le rapport entre dire et faire que nous avons évoqué, entre la forme d’un énoncé et la ou les fonctions interactives qu’il peut avoir, a été étudié dans les années 1950 par John Langshaw Austin, dont l’ouvrage How to Do Things with Words, publié en 1962, passe pour le texte fondateur de l’étude des actes de langage3. C’est à lui que nous devons le terme d’« acte de langage » (ou « acte de parole », comme disent Claudine Dannequin et d’autres linguistes) dans l’acception que la pragmatique a retenue. Selon Austin, parler et, de ce fait, investir ses énoncés d’une fonction interactive, c’est s’impliquer soi-même mais également tâcher d’impliquer les autres, ceux à qui on parle. Alors, c’est agir dans un contexte social dans lequel on poursuit des objectifs communicatifs. Parler, c’est donc produire, réaliser, ou encore accomplir des actes de langage. (A côté de ces termes, on trouve aussi, calquée sur l’anglais « to perform a speech act », l’expression « performer un acte de langage ».)

7La forme syntaxique d’un énoncé et l’acte de langage que l’on produit en l’énonçant peuvent coïncider.

8Petra liest Günter de Bruyns Vierzig Jahre.

9Ici, nous avons affaire à une syntaxe assertive (verbe à la place 2), et l’acte de langage produit par renonciation de cette phrase est bien un acte de constatation.

10Liest Petra Günter de Bruyns Vierzig Jahre ?

11Bien qu’elle véhicule le même contenu informatif que la précédente, cette phrase n’est pas assertive, mais en attente d’assertion (cf. la section 4.4.4 : verbe à la place 1). Et en choisissant cette syntaxe interrogative, un locuteur produit bien un acte de question.

12Petra, lies Günter de Bruyns Vierzig Jahre !

13Là encore, le même contenu informatif est tourné différemment, et là encore, la syntaxe – impérative, dans ce cas – correspond bien à un acte précis, celui d’injonction.

14Or, nous pouvons aisément nous rendre compte que cette relation entre syntaxe (forme grammaticale) et acte (fonction interactive) ne saurait être systématique. Car d’un côté, il existe des actes de langage auxquels aucune structure syntaxique caractéristique ne correspond, par exemple un reproche, une mise en garde, une promesse. D’un autre côté, nous avons vu, au début de ce chapitre, qu’une structure syntaxique donnée peut bien servir à produire un acte de langage autre que celui qui lui est habituellement associé.

15L’intérêt du concept d’acte de langage est donc double. D’un côté, on arrive à cerner pourquoi un interlocuteur « sait », par exemple, qu’il est censé répondre à une question ; cela relève du statut et des caractéristiques interactifs de l’acte de question et n’est nullement exprimé par la syntaxe interrogative. D’un autre côté, il est possible de dire pourquoi un interlocuteur saisit qu’on vient de lui adresser un reproche, une injonction ou un autre acte de langage donné bien qu’aucune syntaxe caractéristique n’existe pour cet acte, ou qu’un acte ne se présente pas sous forme de « sa » syntaxe habituelle. Pour élaborer le concept d’acte de langage dans la perspective de rendre compte des caractéristiques interactives d’un dire qui est en même temps un faire/agir, il importe, comme Austin l’a fait, de faire la distinction entre les actes locutoire, illocutoire et perlocutoire, dont l’ensemble forme l’acte de langage proprement dit.

16Pour illustrer la différence entre ces trois éléments d’un acte de langage, prenons un exemple déjà classique. Christoph vient voir Petra, entre chez elle et dit :

17Hier drin ist es doch ziemlich warm.

  • 4 À commencer par Austin et Searle, les théoriciens sont allés plus loin et ont distingué, à l’intér (...)
  • 5 La particule interactive doch est un indice assez net de ce changement implicite de la force illoc (...)

18Cet énoncé véhicule manifestement un contenu informatif, celui de constater qu’il fait assez chaud dans l’appartement de Petra. Ce contenu est exprimé « en toutes lettres » dans la phrase ; et le fait que Christoph ait produit cet énoncé pour véhiculer le contenu informatif constitue la portion locutoire de l’acte de langage produit par lui4. Certains linguistes appellent ce contenu informatif la dénotation de l’énoncé. La dénotation est donc la signification « hors situation », pour ainsi dire, d’un lexème ou d’un énoncé (voir au chapitre 5.2). Elle se complète et peut être modifiée justement par les portions illocutoire et perlocutoire de l’acte de langage qui, quant à elles, s’affirment « en situation ». Pour nous rendre compte de la manière dont cela fonctionne, demandons-nous pourquoi, probablement, Christoph a jugé bon de produire cet énoncé. S’il était évident qu’il y fait chaud et que cela ne pose aucun problème, cet énoncé serait inutile. Or, l’utilité que l’on peut lui trouver réside dans le fait que Christoph a l’intention, probablement, de signaler à Petra qu’il y fait sinon trop, du moins assez chaud pour qu’on se demande comment on pourrait éventuellement changer cet état des choses. En d’autres termes, ce que Christoph fait n’est finalement pas constater qu’il fait chaud, mais plutôt suggérer de remédier à des conditions ambiantes potentiellement désagréables. Par une syntaxe assertive, il ne produit donc pas un acte de constatation qui est habituellement associé à cette syntaxe, mais un acte sinon d’ordre, du moins de suggestion, en d’autres termes, un acte qui relève d’une force illocutoire différente5.

19L’hypothèse la plus pertinente pour expliquer ce comportement est de dire que Christophe veut suggérer à Petra d’ouvrir la fenêtre. Cette réaction qu’il veut provoquer constitue la portion perlocutoire de son acte de langage. On peut donc dire qu’un locuteur s’adresse à un interlocuteur par un énoncé grammaticalement correct (locution), qu’il confère en même temps à cet énoncé, en fonction de ce qui le précède dans l’interaction et en fonction de la situation dans laquelle l’interaction se déroule, le caractère d’une question, d’un reproche, d’un ordre, d’une mise en garde, etc. (illocution), et ce en vue d’une réaction qu’il compte provoquer chez son ou ses interlocuteurs (perlocution). Comme l’illocution et la perlocution, à la différence de la locution, relèvent du non-dit, certains linguistes les appellent la connotation de l’énoncé, par opposition à la dénotation réalisée par la locution.

Le concept de perlocution, ou d’acte perlocutoire, a suscité, et à juste titre, nombre de critiques. S’il n’est pas possible de reproduire ici toute la discussion qui s’est ensuivie, il importe de rappeler brièvement quels sont les principaux points problématiques. Il sont au nombre de deux. Le premier problème concerne le statut différent qu’ont la locution et l’illocution, d’un côté, et la perlocution, de l’autre, par rapport à l’interaction pendant laquelle elles peuvent apparaître. Les deux premières sont des phénomènes uniquement interactifs. Qu’un locuteur réalise une « mise en énoncé » d’un contenu informatif et qu’il lui confère en même temps la force illocutoire voulue, cela se fait par des moyens propres à la communication ou à l’interaction – formes grammaticales et fonctions interactives dans un énoncé –, et par eux seuls. En revanche, la réaction envisagée chez l’interlocuteur n’a souvent rien de communicatif. Dans l’exemple cité, si Petra ouvre effectivement la fenêtre, sa réaction découle de la communication, certes, mais elle-même n’en fait pas partie. La communication pourrait très bien progresser sans qu’elle se produise, tandis qu’elle serait à son terme s’il n’y avait plus de locutions et d’illocutions produites. A cet égard, il faut penser également au fait qu’il est possible que la réaction envisagée soit une non-réaction. Quelle réaction imaginer, par exemple, à l’expression de mes condoléances ? Les conventions sociales veulent, en effet, que la personne à qui je les ai exprimées m’en remercie. Cependant, sauf cynisme extrême, je ne produis pas l’acte d’exprimer des condoléances en vue du remerciement, au même titre que Christoph produit l’acte (implicite) de suggérer qu’on ouvre la fenêtre en vue d’une ouverture de la fenêtre. Je le produis plutôt parce que je veux réconforter les proches du défunt en montrant que je partage leur deuil, sans en attendre une réaction précise. La réaction se produit après, non pas à cause de mon acte de langage. – Le deuxième point problématique consiste à parler d’un acte perlocutoire. Car à la différence des actes locutoire et illocutoire, le locuteur n’a finalement pas de prise sur la perlocution proprement dite. Son acte peut effectivement consister à vouloir qu’une perlocution se produise, mais il n’est pas capable de faire survenir cette perlocution voulue : rien n’empêche Petra de ne pas ouvrir la fenêtre. Il est également possible qu’une perlocution se produise effectivement, mais que ce ne soit pas celle que le locuteur envisageait. Petra pourrait, par exemple, commencer à discuter au sujet de la température plus ou moins agréable dans son appartement. Cela constituerait bel et bien une perlocution découlant de l’énoncé de Christoph, mais très probablement pas celle que ce dernier se proposait de provoquer. Mis à part les problèmes évoqués au premier point ci-dessus, un certain nombre de chercheurs préfèrent, pour cette raison, parler d’un ou des effets, et non d’un acte, perlocutoires.

  • 6 Aux Cambridge University Press à Cambridge (Angleterre), traduction française Les Actes de langage (...)

20À cause des problèmes soulevés par le concept de perlocution / acte perlocutoire, nous allons aborder la théorie des actes de langage non à partir de la réflexion austinienne, mais à partir d’une version plus récente, consacrée essentiellement aux actes locutoire et illocutoire, élaborée par le philosophe John Rogers Searle. Sa version de la théorie, qui date de la publication de son ouvrage Speech Acts en 19696, est celle qui a marqué le plus la pragmatique des années 1970 et 1980. En dépit de nouvelles approches qui ont été proposées et des critiques qu’on lui a adressées, elle continue de nos jours encore à avoir une influence considérable sur la linguistique pragmatique.

6.3 Les conditions de réussite d’un acte de langage

21L’élaboration de la théorie des actes du langage s’inscrit dans une discussion philosophique qui portait, dans les années 1960 et 1970, entre autres sur la question de savoir à quel point les mots du discours quotidien sont « fiables » quand on se réfère à eux ou à des définitions établies à partir d’eux, dans des recherches en philosophie et en philosophie du langage. Ce débat impliquait notamment des philosophes anglophones partisans de ce qu’en anglais on s’est habitué à appeler « ordinary language philosophy ». Nous ne pouvons même pas effleurer ce débat, et nous nous intéresserons uniquement à l’apport de la théorie de Searle à la linguistique pragmatique.

22Quand on fait l’économie de cet arrière-plan philosophique, on peut dire, en simplifiant toutefois, que la question linguistique à laquelle Searle s’est intéressé est fondamentalement la même que celle qu’avait traitée Ferdinand de Saussure. Comment se fait-il que les interlocuteurs comprennent ce qu’un locuteur vient de leur dire ? Seule différence, mais capitale : Searle ne s’interroge pas sur les fonctions grammaticales que peuvent avoir certaines formes d’une langue donnée ; il se dirige vers les fonctions interactives dont les locuteurs peuvent investir leurs énoncés « en situation ». D’où la nécessité de réviser la métaphore saussurienne du système de la langue qui serait comme un dictionnaire commun aux interlocuteurs et permettant la compréhension. A la différence de cette métaphore, « en situation », il est d’une importance considérable pour le déroulement du dialogue qui est locuteur et qui est destinataire des propos. Donc, la réponse de Searle ressemble à celle de Saussure dans le mesure où il fonde la compréhension d’un acte de langage – ou sa « réussite », comme il dit – sur des régularités du jeu du langage dont le locuteur comme le destinataire sont conscients. Mais elle en diffère dans la mesure où ces régularités ne sont pas vues comme synchroniquement constantes (comme c’est le cas de la langue au sens saussurien) ; en revanche, elles impliquent les conditions situatives de la production et de la réception d’un acte de langage.

6.3.1 Des règles constitutives et des règles régulatives

23Pour développer la vision des régularités permettant la compréhension d’un acte de langage qui sous-tend toute sa théorie, Searle distingue entre règles régulatives et règles constitutives. Les premières sont des règles qui réglementent ou raffinent une activité qui existe bel et bien en dehors de ces règles. C’est le cas par exemple des règles de politesse. On peut bien saluer quelqu’un sans lui serrer la main. Le fait de la lui serrer dans certaines circonstances est dicté par une règle de politesse qui ajoute une nuance à l’activité proprement dite de saluer. Or, cette activité pourrait très bien se passer de cet ajout ; elle serait ressentie parfois comme accomplie de manière impolie, mais elle n’en continuerait pas moins d’exister.

24C’est différent par exemple du jeu d’échecs ou du football. Si quelqu’un s’avisait de bouger un cheval sur l’échiquier en diagonale ou bien de se diriger, ballon en main, vers le but opposé sur un terrain de football, il ne jouerait plus, respectivement, aux échecs et au football. Les règles qui dans ces deux cas ne seraient pas respectées sont assez fondamentales pour les jeux en question pour que leur non-respect entraîne l’impossibilité de continuer à exercer l’activité de jouer ce jeu. Les règles sont donc constitutives de cette activité. Le jeu d’échecs ne peut justement pas se passer, par exemple, de la règle qui prévoit le retrait de l’échiquier d’une pièce qui occupe une case sur laquelle l’adversaire vient de placer, en respectant toutes les règles du jeu, une de ses pièces. Il ne s’agit pas là d’une question d’activité plus ou moins bien exercée ; c’est une question de oui ou de non : le jeu ne peut continuer tant que la pièce reste sur l’échiquier.

25On prend conscience des deux types différents de règles quand on s’interroge sur la manière de les formuler. Les règles régulatives peuvent être exprimées par une syntaxe impérative. On peut dire : « Serre la main aux personnes quand tu les salues. » En revanche, on ne peut pas dire : « Sois un but quand le ballon a franchi la limite du terrain à l’intérieur d’un rectangle vertical de taille déterminée, constitué par le sol et trois barres en aluminium. » Ce qu’on peut dire dans ce cas est : « Le fait que le ballon a franchi la limite du terrain dans les conditions mentionnées revient à avoir marqué un but. » A la différence des règles régulatives, exprimables par « Fais X », les règles constitutives sont donc du caractère « X revient à Y », ou, comme on dit en anglais et en allemand « X compte pour/a valeur de Y » (« X counts as Y », « X zählt als Y »).

26La compréhension d’un acte de langage est possible, un acte de langage peut donc réussir, selon Searle, parce que les caractéristiques sémantiques et pragmatiques d’un acte de langage reposent sur des règles constitutives conventionnelles. En d’autres termes, il existe des façons de « faire-en-disant » que les sujets parlants connaissent parce que, dans une communauté linguistique donnée, elles se sont établies par convention. Et comme un interlocuteur les connaît, il arrive à reconnaître dans les activités verbales du locuteur ce que celles-ci signifient : si le locuteur agit de telle manière, il a l’intention de faire en sorte que ses actions équivalent à un acte de langage précis, et ce en vertu du fait que telle action, par convention, équivaut à tel acte de langage dans cette communauté linguistique.

6.3.2 Conditions de réussite

27On a beau se référer à des règles constitutives conventionnelles pour produire un acte de langage qu’on désire produire ; tant que la situation précise n’est pas propice à ce que quelque chose équivale à quelque chose d’autre, on risque fort d’échouer dans cette tentative. C’est d’ailleurs également vrai pour les jeux mentionnés. Aux échecs, le pion a beau avoir le droit d’être déplacé d’une case en diagonale pour éliminer une autre pièce ; tant qu’une telle pièce ne se présente pas, il continuera tout droit.

28Pour que le jeu des régularités qui sous-tend la réussite potentielle d’un acte de langage réussisse effectivement, ce jeu doit donc se dérouler, tout en faisant appel à des règles constitutives conventionnelles, dans des conditions qui sont propices à son accomplissement heureux ou réussi.

Pour désigner un acte de langage « mené à bien », on trouve les termes d’accomplissement « réussi » ou, plus rarement « heureux », tout comme en anglais où l’accomplissement réussi est appelé tantôt « happy », tantôt « felicitous ». En allemand, si quelquefois l’acte est en effet qualifié de « glücklich », le terme qui l’a emporté est « gelungen ».

29Par conséquent, Searle détaille les règles qui sous-tendent l’accomplissement réussi : il les développe à partir des conditions de réussite (felicity conditions) d’un acte de langage, c’est-à-dire de ces conditions qui doivent accompagner son accomplissement, sous peine que l’acte de langage soit défiguré ou échoue. Searle élabore ces conditions à partir de l’acte de promettre. Bien que nous ne puissions pas reproduire dans son intégralité sa discussion concernant cet acte de langage, nous allons rester fidèles à son illustration du concept de conditions de réussite.

30Une première condition est un peu à part dans la mesure où il est tellement fondamental qu’elle soit remplie qu’elle s’applique plutôt au dialogue en tant que tel qu’au concept d’acte de langage. Il s’agit de ce que Searle appelle les conditions normales de production et de réception des énoncés. Il est impératif que les interlocuteurs arrivent à s’entendre et à se comprendre en ce sens, par exemple, qu’ils doivent maîtriser la langue dans laquelle le dialogue se déroule et qu’aucun bruit ne doit rendre la communication impossible. Puisque cela relève du côté plutôt matériel de la communication et n’implique pas la relation entre dire et faire que la théorie des actes du langage est censée élucider, nombre de linguistes n’incluent pas cette condition dans les conditions de réussite d’un acte de langage.

Cette condition est appelée, dans le texte anglais, « normal input/output conditions ». Dans certaines éditions de la traduction française de l’ouvrage de Searle, on trouve le terme – qui nous semble une traduction assez mystérieuse – de « conditions normales de départ et d’arrivée ».

31La première « vraie » condition de réussite dont parle Searle est celle du contenu propositionnel. Elle pose que pour qu’un acte de langage puisse réussir, une proposition doit être véhiculée par la phrase au moyen de laquelle l’acte de langage est accompli. En d’autre termes, dans cette phrase quelque chose doit être prédiqué de son sujet, quelque chose doit être dit sur la réalité. Cette condition touche donc avant tout à la locution (énoncer des sons de manière à ce qu’ils forment une phrase grammaticalement correcte à l’aide de laquelle on peut s’adresser à quelqu’un pour lui transmettre une information). Pour l’acte de promettre, cela veut dire que le locuteur doit effectivement promettre quelque chose, disons, qu’il rendra sous peu le livre qu’il voudrait emprunter à l’interlocuteur. Dans ce cas, le locuteur prédique de lui-même la qualité de rendre le livre ; une des particularités de l’acte de promettre réside dans le fait que cette prédication concerne un état futur.

  • 7 Pour ce qui est de l’argumentation, on peut se reporter avec profit aux travaux des linguistes née (...)

Par la suite, des linguistes ont soulevé un problème qui découle de la limite phrastique du concept. Si l’acte de langage correspond à une phrase et à une seule, comme a dit Searle dans cette première version de la théorie, alors une analyse satisfaisante de toutes les activités discursives que certains appellent « relationnelles » ne serait pas possible. Citons l’argumentation et l’illustration : quand on argumente ou illustre, l’activité implique au moins deux phrases, une pour laquelle on argumente ou qu’on illustre, et une deuxième qu’on avance comme un argument ou comme une illustration de la première. En raison de ce problème, des élaborations de la théorie ont été proposées, que nous ne pourrons cependant pas aborder ici7.

32Les conditions préparatoires constituent la deuxième condition de réussite. Elle pose que les « conditions ambiantes » – si ce terme est permis – doivent être telles qu’un accomplissement réussi est au moins possible. Il serait, par exemple, complètement inutile de promettre quelque chose qui va se produire bon gré mal gré, ou bien d’ordonner à quelqu’un de faire quelque chose que ce dernier est en train de faire, ou encore de demander à quelqu’un quelque chose qu’on sait déjà. En d’autre termes, la situation doit être telle que le locuteur et le destinataire peuvent répondre à toutes les obligations que l’acte de langage leur crée éventuellement, et que l’acte n’est pas futile au moment de sa production, etc. En dehors de ce qui vient d’être dit, cette condition requiert également que le locuteur ne promette que ce qui est au bénéfice du destinataire, sans quoi la promesse serait futile parce que le destinataire ne l’apprécierait probablement pas.

33La troisième condition de réussite est celle de la sincérité. Suivant cette condition, un locuteur ne doit pas produire un acte de langage quand il n’a pas l’intention de faire en sorte que son énoncé ait valeur de l’acte auquel il est conventionnellement associé. Concrètement, cela veut dire, pour l’acte de promettre, que le locuteur ne doit pas le produire s’il n’est pas prêt à répondre à toutes les obligations que cette acte lui crée. En l’occurrence, il s’agit de l’obligation de tenir sa promesse.

34Il reste la quatrième et dernière condition, celle que Searle appelle la condition essentielle. Elle pose que des activités verbales données ont, en fonction des règles constitutives conventionnelles, la valeur d’un acte de langage précis que les sujets parlants peuvent reconnaître parce qu’ils sont conscients des conventions en question. C’est donc la condition essentielle qui décide en dernier lieu de la force illocutoire de l’acte de langage : promesse, ordre, reproche, etc. Pour la promesse, la condition essentielle requiert que pour que l’acte puisse réussir, le locuteur ait effectivement l’intention de créer une obligation pour lui-même et envers le destinataire, et ce en vertu de ce qu’il dit.

35À partir de ces quatre conditions, on peut dire, selon Searle, que la compréhension par le destinataire de ce que le locuteur « veut » fonctionne comme suit. Le locuteur a l’intention de provoquer chez le destinataire un savoir de telle sorte que ce dernier se rende compte que le locuteur crée pour lui-même une obligation, de faire reconnaître au destinataire qu’il – le locuteur – agit ainsi intentionnellement, et de faire survenir tout cela en vertu des règles constitutives conventionnelles que le locuteur et le destinataire connaissent de par leur appartenance à la même communauté linguistique.

6.3.3 Des conditions aux règles de réussite

36Si des conditions existent qui doivent être remplies pour qu’un acte de langage réussisse, il est évident que les règles de sa production reviennent avant tout à ne pas tenter de produire un acte de langage tant que toutes les conditions ne peuvent pas être remplies. Quatre types de règles correspondent donc à ces quatre types de conditions.

  • Confère un contenu propositionnel à l’acte de langage.
  • Ne produis l’acte de langage que dans une situation qui est propice à sa réussite.
  • Sois sincère en produisant l’acte de langage.
  • Une activité verbale donnée équivaut à, revient à un acte de langage précis.

37Nous reconnaissons à la manière dont les règles sont exprimées que c’est uniquement la quatrième, celle qui correspond à la condition essentielle, qui est une règle constitutive. Les autres, exprimées par un impératif, sont des règles régulatives. Pour l’acte de promettre, les quatre règles peuvent être formulées comme suit : 1) Promets quelque chose de précis, exprimé par la phrase qui véhicule la promesse. 2) Ne le fais pas si la chose/action promise n’est pas au bénéfice du destinataire ou bien se déroulera bon gré mal gré, ou bien si tu ne peux pas répondre à l’obligation que la promesse te crée. 3) Ne le fais que quand tu es prêt à tenir la promesse. 4) Faire reconnaître au destinataire qu’on se place sous une obligation qui est à son bénéfice, et le faire par des moyens fournis par la langue qu’on parle, cela revient à, équivaut à une promesse.

6.4 Des actes de langage indirects

38L’intérêt des règles de réussite d’un acte de langage n’est pas seulement de définir comment on peut obtenir un acte réussi ; les règles représentent en quelque sorte la performance idéale d’un acte de langage. Mais il existe une « marge d’erreur », comme toujours au cours des interactions. La réussite d’un acte de langage n’est pas une affaire de oui et de non ; il est des cas où les règles ne sont pas parfaitement respectées et une réussite est tout de même possible. Revenons à l’exemple de Christoph et de Petra que nous avons introduit à la première section de ce chapitre. Le constat que Christoph fait au sujet de la température dans l’appartement n’est pas un acte de langage spécialement réussi si on le considère comme un constat. Car une des conditions préparatoires de l’acte de constater est que cet acte doit présenter un certain intérêt pour l’interlocuteur, par exemple lui apprendre quelque chose qu’il ne savait pas. Constat « échoué », cet acte est pourtant un acte de langage réussi si on le considère comme un acte d’ordonner ou de prier. C’est qu’il est indirect ; par la forme qui correspond généralement à un constat, Christoph exprime indirectement un souhait. Petra peut éventuellement saisir ce souhait parce qu’elle connaît, par convention, les règles de l’acte idéal de constater et celles de l’acte idéal de souhaiter/de prier. Découvrant que le constat de Christoph n’a aucun sens interactif dans la situation donnée, elle peut se mettre à la recherche d’un autre acte de langage, exprimé de manière indirecte et auquel la situation dans laquelle Christoph a produit ce qui ressemble à un constat est effectivement propice.

39Les règles constituent une sorte de toile de fond dont le destinataire des propos peut se servir pour interpréter ce que le locuteur dit. Petra part de l’idée que Christoph n’a aucun intérêt à produire des actes de langage qui seraient un non-sens du point de vue interactif, elle présume que ses propos ont, a priori, un sens interactif et elle tente de le dégager en les comparant avec une vision plus ou moins idéalisée du déroulement que la communication devrait suivre. Cette notion d’aide à l’interprétation, fournie par une présomption de sens accordée aux propos d’un locuteur, est un élargissement du champ d’application de la théorie des actes de langage searléenne qui a été élaboré notamment par Herbert Paul Grice.

40Grice appelle la présomption de sens qui aide le destinataire à interpréter les propos d’un locuteur, le principe de coopération. Ce principe pose qu’une coopération minimale est nécessaire pour que la communication puisse aboutir ; et il requiert de la part des interactants qu’ils taillent leurs contributions à l’interaction de telle façon qu’elles sont compréhensibles/interprétables au moment où ils les produisent dans l’interaction. Comme ce principe est considéré comme une condition sine qua non d’une communication efficace, les interactants peuvent, pour ainsi dire « jusqu’à preuve du contraire », présumer que leurs interlocuteurs le respectent quand ils contribuent à la communication. Une violation de ce principe peut donc légitimement être considérée par un destinataire, « jusqu’à preuve du contraire », comme une violation apparente. Le constat sans conséquence de Christoph violerait le principe de coopération (constater en public quelque chose d’extrêmement évident est futile). Petra est donc en droit de considérer cet acte comme un acte qui n’a que les apparences d’un constat mais qui véhicule un autre acte de langage qui ne viole pas le principe de coopération. Grâce à la toile de fond dans laquelle est inscrit le déroulement idéal des actes de langage, elle en trouve un – le souhait – qui peut réussir dans la situation précise, et elle est amenée à considérer l’apparent constat comme un souhait indirect.

41Le principe de coopération gricéen est exprimé d’une manière plus détaillée par quatre maximes de la conversation. Un locuteur est coopératif quand il respecte les maximes de quantité, de qualité, de pertinence, et de manière.

42La maxime de quantité (maxim of quantity) pose que la contribution ne doit apporter, au moment où elle apparaît dans la conversation, ni trop ni trop peu d’information. Petra est amenée à chercher une interprétation indirecte du constat de Christoph justement parce que ce constat est « trop informatif », la renseigne sur un état des choses qui semblerait assez évident pour qu’il n’existe aucune nécessité de l’évoquer. Si la question « Wo wohnt Herr Schmidt ? » provoque la réponse « Irgendwo im Vogtland », la réponse n’est pas, en principe, suffisamment informative et la personne qui a posé la question peut en déduire que son interlocuteur n’en sait pas plus.

43La maxime de qualité (maxim of quality) pose qu’on n’apporte rien à la conversation qu’on ne tient pas soi-même pour vrai. La réponse évoquant la région du Vogtland, en Saxe occidentale, respecte cette maxime. Si le locuteur avait précisé une ville, Plauen, Aue, etc., sans être certain que M. Schmidt habite effectivement cette ville, la maxime de qualité aurait été violée.

44La maxime de pertinence (maxim of relation) pose que la contribution doit avoir une relation pertinente à ce qui la précède dans la conversation. Si un interlocuteur répond à la question « Wie spät ist es ? » par la phrase suivante : « Der Bus wartet nicht. », alors la réponse n’est pas pertinente du tout. En cherchant de quelle manière elle pourrait être pertinente, on aboutit éventuellement à inférer que le locuteur juge que l’heure est assez avancée pour qu’il rappelle à son interlocuteur que le bus qu’ils devront prendre n’attend pas, d’où on peut inférer encore que son énoncé est une injonction indirecte de se dépêcher adressée à son interlocuteur.

45La maxime de manière (maxim of mariner) pose que la contribution doit être présentée d’une manière acceptable tant du point de vue matériel que du point de vue du contenu. Si sans raison apparente, le locuteur commence à chuchoter au cours d’une conversation, son interlocuteur peut inférer que le locuteur voudrait bien qu’il fasse de même, sans quoi ce changement violerait la maxime de manière.

46Quand le destinataire des propos essaie de trouver une autre interprétation à des contributions qui, à première vue, violent le principe de coopération, il procède à des implicatures. Il cherche à connaître les sens et les fonctions indirects qu’un énoncé peut avoir, pour pouvoir remplacer une interprétation « littérale » qui violerait le principe de coopération par une interprétation indirecte qui le respecte.

47À partir de là, il n’est plus possible de donner une vue d’ensemble des problèmes de recherche traités par la pragmatique, sans entrer dans des discussions théoriques et méthodologiques parfois très épineuses qui sont susceptibles de décourager le novice. L’étude des interactions communicatives étant un domaine de la linguistique qui est encore assez jeune – une bonne vingtaine d’années –, il existe des divergences dans les approches et les théories sous-jacentes qui sont plus marquées que dans les autres domaines de la linguistique. Bien entendu, ce que nous avons présenté dans les chapitres précédents ne constitue pas un savoir acquis, incontesté, et qui n’évolue plus. Évidemment, des recherches en phonologie, morphologie, morpho-syntaxe et sémantique continuent à soulever des problèmes et à proposer des solutions. Mais ce que nous avons présenté peut être vu comme une base commune sur laquelle se fonde l’écrasante majorité des approches et des théories existantes. Cette base commune est assez étroite en pragmatique. S’il n’y a plus, aujourd’hui, de linguistes qui considèrent la mise en acte du système linguistique (la « parole » saussurienne) comme le simple intermédiaire qui permet d’avoir accès au système lui-même (à la « langue » au sens de Saussure), s’il n’y a plus, donc, de linguistes qui nient l’intérêt que présente l’analyse des interactions en tant que telles, le statut que devrait avoir la pragmatique par rapport aux autres domaines de la linguistique est pour le moins controversé.

48À une des extrémités de l’échelle, on trouve une vision selon laquelle la pragmatique devrait procéder comme ses sœurs et rendre compte du fonctionnement de la langue en situation sur la base d’analyses paradigmatiques et syntagmatiques qui mettent en relation des situations de dialogue par des épreuves de commutation ou de permutation. Dans ce sens, le linguiste français Oswald Ducrot appelle son approche la Pragmatique intégrée. Cela veut dire que les caractéristiques à relever et à classifier par l’étude pragmatique sont intégrées au système linguistique au même titre que les phonèmes ou les morphèmes, bien qu’elles soient de loin plus complexes que ces derniers. À l’autre bout de l’échelle, on trouve une vision selon laquelle il existe tant de spécificités potentiellement déterminantes dans chaque situation de dialogue que chacune des situations est fondamentalement unique. La réalité sociale de la conversation est donc (re-)créée par les interactants à chaque instance de conversation, de sorte qu’une analyse systémique et, de ce fait, à un certain niveau d’abstraction est susceptible de fausser l’individualité de chaque situation. La Konversationsanalyse germanophone des années 1970, par exemple Werner Kallmeyer, favorisait cette approche « atomiste » qui privilégie plus que le structuralisme traditionnel l’axe syntagmatique.

49Entre-temps, les positions radicales des années 1970, qui se battaient en quelque sorte les unes contres les autres, à quelques années seulement de ce qu’on appelle parfois le tournant pragmatique de la linguistique, se sont adoucies. La linguistique pragmatique des années 1990 s’interroge plutôt sur les rapports entre les règles systémiques d’une langue, les conventions de la communication (institutionnelle ou non institutionnelle), et l’individualité de chaque situation de dialogue et des interactants. Pour ne citer qu’un exemple de ce genre d’analyse, renvoyons au fait, décelé par la linguistique pragmatique et conversationnelle, que toute conversation comporte, pour bien se passer, une séquence d’ouverture et une séquence de clôture. Notamment, la séquence de clôture est importante pour les bonnes relations entre les interactants. La fin d’un dialogue doit être proposée, annoncée par un des interactants et acceptée par les autres, faute de quoi il y a risque de détérioration des relations entre les interactants, car ceux qui ne l’ont pas acceptée pourraient penser que celui qui se retire de la conversation sans « avoir demandé l’accord » des autres ne les prend pas au sérieux. En linguistique conversationnelle, on dit souvent que de telles séquences sont négociées. La négociation de la fin d’une conversation s’observe particulièrement bien lors des coups de téléphone. Comme les interactants ne peuvent pas observer les mines et les gestes de leurs interlocuteurs, tout s’y négocie par des mots. Une séquence de clôture comporte alors souvent une annonce ou proposition de la fin du dialogue par l’un des partenaires ; généralement, elle est réalisée par une particule, un contactif, etc. suivi d’une pause relativement longue (jusqu’à 2 secondes) par laquelle on signale que pour l’instant, il n’y a plus rien à dire ; en allemand, on trouve « ja,... », « also dann... », etc. C’est alors que l’interlocuteur entre en négociation ; s’il accepte, par exemple en répétant la formule choisie par son interlocuteur, la fin de la conversation est négociée avec succès. S’il n’accepte pas, par exemple en posant une question, en revenant sur quelque chose qui a déjà été dit, en racontant sa dernière journée, etc., la séquence de clôture est suspendue et doit être entamée à nouveau plus loin dans la conversation. Réalisés souvent par des « petits mots » ou des expressions qui sont vides de sens, mais qui ont une fonction interactive extrêmement importante, ces mécanismes de négociation du déroulement de la conversation sont au centre des études pragmatiques contemporaines. Il est évident que les pragmaticiens sont alors obligés de s’interroger également sur les rapports entre la communication verbale et le cadre dans lequel elle a lieu. C’est pourquoi les études pragmatiques abordent souvent des questions de sociolinguistique, de sociologie, de psychologie, de théorie des institutions, etc.

50Néanmoins, un trait constant des études pragmatiques est le souci de dégager les mécanismes conversationnels qui permettent au locuteur de diriger éventuellement le destinataire vers une interprétation plutôt que vers une autre, ainsi que les mécanismes qui permettent au destinataire de réagir à la contribution d’un locuteur, ce par quoi il devient locuteur lui-même et peut exercer le même genre d’influence sur son destinataire. Le dialogue est donc vu comme une succession de répliques dans lesquelles il existe un jeu entre les intentions des locuteurs et les réactions de leurs destinataires. Cependant, comme les rôles communicatifs changent (celui qui vient d’être locuteur est maintenant le destinataire des réactions des autres à sa contribution), toute réplique dans le dialogue est étroitement liée aux répliques précédentes et aux répliques suivantes possibles. La négociation de la conversation consiste alors, entre autres, à signaler comment on a interprété la réplique précédente de l’interlocuteur, quelles intentions on suppose chez lui, et comment on y réagit.

51En allemand, les fameux « petits mots », les particules discursives ou illocutoires servent souvent à donner ces renseignements au cours d’un dialogue. Pour terminer ce chapitre sur la pragmatique, et l’ouvrage lui-même, dressons une liste des particules discursives les plus importantes et essayons autant que possible de cerner leur fonction interactive, tâche dont la difficulté est notoire. Car, justement, les particules sont éminemment dialogiques et leur fonction n’est pas facile à cerner sans supposer une situation de dialogue.

52Il convient de faire trois mises en garde avant d’aborder les particules discursives. Premièrement, tout ce qui suit ne peut qu’évoquer quelques « grandes lignes ». Des bibliothèques entières – littéralement ! – ont été écrites à ce sujet. Toute exposition systématique, aussi succincte soit-elle, nécessiterait un ouvrage à elle seule. Un des problèmes les plus délicats est la polysémie de tous les signifiants de particule. Prenons eigentlich : dans le syntagme nominal « der eigentliche Grund », c’est un adjectif intégré au syntagme ; dans « ich habe eigentlich kommen wollen, aber... », c’est un modalisateur appréciatif appartenant au champ 2 ; dans « Was glaubst du eigentlich, wer du bist ? », c’est une particule, qui elle aussi appartient au champ 2, par laquelle le locuteur indique qu’il tient beaucoup à une réponse satisfaisante à sa question. La même forme (signifiant) correspond donc à trois fonctions/significations (signifiés) différentes. Cette polysémie est vraie pour toutes les particules. Il ne faut donc pas se baser uniquement sur la forme pour faire l’analyse. Une analyse syntaxique, qui détermine à quel champ appartient un mot qui pourrait être une particule, aide à faire la distinction.

53La deuxième mise en garde concerne le sémantisme des particules. Les particules sont en effet issues, au cours de l’évolution de la langue, d’autres mots (ce qui explique les problèmes de polysémie que nous venons d’évoquer). Certains linguistes soutiennent que toute particule garde au moins en partie le sémantisme de son origine. On retrouverait donc une notion d’adversativité dans la particule aber, une notion d’approbation dans la particule ja. D’autres nient ce cœur sémantique inchangé. Certains vont plus loin encore et nient jusqu’à leur dénotation ; les particules seraient complètement vides sémantiquement et représenteraient uniquement une fonction interactive. Nous nous contenterons d’évoquer ces positions sans entrer dans le détail de la discussion. Remarquons seulement qu’il existe effectivement de bons arguments pour toutes les positions.

54La troisième mise en garde, enfin, concerne des explications simplistes qu’on peut trouver, du genre : « La particule bloß exprime un reproche. » C’est faux. Toutes les particules relèvent du champ 2 (ou stratégique) et expriment une attitude du locuteur envers ses dires ; par elle, le locuteur laisse entendre des connotations qui vont plus loin ou sont plus précises que ce que ses propos expriment « en toutes lettres ». Bien évidemment, une particule peut contribuer au fait qu’un énoncé a valeur d’un reproche, d’une expression de surprise, d’ironie, etc. Mais ce n’est jamais la particule à elle seule qui en est responsable. Elle peut renforcer une tendance communicative qui est présente dans l’énoncé, mais elle ne la crée pas. Le fait qu’un énoncé soit ressenti comme de l’ironie, comme un reproche, comme satirique, etc., est dû avant tout à l’interaction entre l’intonation, la situation précise de son énonciation (qui entre en ligne de compte également pour la réussite de l’acte de langage de reprocher, de parodier, etc.), et éventuellement une particule présente dans la phrase. Rappelons également que les particules sont rares dans la langue écrite mais, en revanche, extrêmement fréquentes dans la langue parlé. Elles sont peut-être le trait le plus caractéristique de l’allemand parlé. Et finissons par rappeler qu’elles ne peuvent pas être déplacées de leur location dans le champ 2 et qu’elles sont, à quelques rares exception près, toujours atones. Nous allons voir ces exceptions.

55Voici donc, par ordre alphabétique, les particules les plus importantes et les nuances les plus fréquentes de leur sémantisme/fonction interactive.

56Aber

57Quelque chose s’est produit autrement qu’on l’attendait.

581. Si l’intonation est normale, aber donne plus de force à ce qu’on dit ; s’il y a l’idée de surprise, elle porte sur le membre situé après aber ; ce membre peut porter un léger accent expressif.

59- Das hast du aber toll gemacht.

60Vraiment, tu l’as bien fait (mieux que je ne pensais).

61- Du bist heute aber stur.

62Vraiment, tu es têtu aujourd’hui (je ne te connais pas comme ça).

Cet emploi est souvent ironique (« Das hast du aber toll gemacht », dit la mère à la petite fille qui vient de mettre le shampooing dans la soupe prévue pour le dîner). L’ironie ne vient pas, cependant, de la particule ; on peut la reconnaître à une intonation spécifique.

632. Si le membre à la place 1 est accentué emphatiquement, une grande surprise, bonne ou mauvaise, a été provoquée par ce qu’il exprime.

64- Hier ist es aber kalt.

65C’est surprenant à quel point il fait froid ici.

66- Du bist aber groß geworden.

67Mais on n’y croit pas, tellement tu as grandi.

68Auch

691. Dans une question, elle laisse entendre que le locuteur attend une réponse affirmative mais n’en est pas sûr à cent pour cent.

70- Hast du auch alles mitgebracht ?

71Tu as bien tout apporté, non ?

72- Seid ihr auch alle da ?

73Vous êtes tous là, n’est-ce pas ?

Si la question est posée sur un ton intrigué, le locuteur attend plutôt une réponse négative... et anticipe sa déception face à elle. Il souhaiterait une réponse affirmative, mais l’expérience lui a appris qu’il a toutes les chances d’être déçu une fois de plus. Là aussi, l’acte de reprocher « caché » vient plus de l’intonation que de la particule.

742. Dans une syntaxe assertive, auch renforce la particule ja et est rarement employée sans ja.

75- Du bist ja auch so empfindlich.

76C’est encore que tu es si /trop sensible (c’est bien connu ça).

77- Damit hast du auch gar nichts zu tun.

78Ça ne te regarde (certainement) pas (soyons clair là-dessus).

À la différence de ja qui fait appel, de manière neutre, à un savoir, une opinion que le locuteur présume partagée par lui et son interlocuteur, auch comporte souvent une nuance de « L’aurais-tu oublié ? ». Nos deux exemples donnent alors, à peu près : « C’est bien connu que tu es trop sensible/susceptible, et au cas où tu l’aurais oublié, je te le rappelle » et « Tiens, on est bien d’accord que ça ne te regarde pas ; et si jamais tu l’oublies, tu peux compter sur moi pour te rappeler de t’en tenir là ». C’est la raison de la nuance de mise en garde que auch peut apporter dans ces phrases.

79Bloß/Nur (synonymes, bloß commence à reculer par rapport à nur)

801. Dans une question, elles laissent entendre que le locuteur tiendrait beaucoup à une réponse, mais est conscient que, très probablement, il ne l’aura pas.

81- Wo bleiben sie nur ?

82Mais où peuvent-ils bien être retenus ? (il m’importe de le savoir, mais je sais que je serai probablement réduit à attendre).

83- Wie konnte ich bloß so blöd sein ?

84Mais comment ai-je bien pu être aussi con ?

852. Dans des injonctions, elles laissent entendre que le locuteur considère comme important que ce qu’il dit/conseille/ordonne soit fait.

86- Paß bloß auf.

87Surtout, prends garde (sinon tu risques des ennuis de ma part).

88- Schau dir nur diesen Film nicht an.

89Surtout, ne vas pas regarder ce film (sinon tu seras déçu).

Dans cet emploi, nur et bloß sont souvent accentués pour donner plus de force à l’injonction.

90Denn

91Dans la grande majorité des cas, la particule denn s’emploie dans une question.

921. Dans une interrogation globale, si l’intonation est neutre ou si le dernier membre porte un léger accent expressif, elle laisse entendre que le locuteur attend une certaine réponse ; qu’elle soit affirmative ou négative, ce sont les circonstances qui le déterminent.

93- Sind wir denn schon da ?

94- Kannst du denn noch stehen ?

95[La traduction en français parlé varie en fonction de la réponse attendue, affirmative ou négative ; v. infra]

Pour saisir comment les circonstances peuvent déterminer la réponse attendue, imaginons, pour la première phrase, un départ en vacances en voiture. Le fils s’est endormi sur le siège arrière, et quand la voiture s’arrête, il se réveille. S’il se réveille à une aire au bord de l’autoroute et pose la question la déception aux yeux, la réponse attendue est plutôt « non » (« On n’est pas encore arrivé, non ? même pas la peine que je me réveille »). La même question au bord de la mer, à côté d’un hôtel superbe, le fils étant émerveillé, la réponse est plutôt « oui » (« Tiens, on est donc déjà arrivé ; j’ai assez bien dormi pour ne pas avoir la moindre idée de la distance parcourue »). La réponse attendue à la question dans notre deuxième exemple est « oui » si le barman qui s’est reposé et doit prendre la relève reste assis et la pose à son collègue au bar en criant à travers toute la brasserie. Elle est « non » s’il se lève, se dirige vers le bar et la lui pose au bar.
Quand il est clair, par les circonstances, que le réponse attendue est « non », cet emploi de denn est fréquent dans des reproches. L’intonation passe alors à une sorte de staccato qui met en relief chaque mot de la question : « Sind Sie denn verrückt geworden ? ! »

962. Dans une interrogation partielle à intonation neutre, denn exprime un intérêt assez soutenu de connaître la réponse de la part du locuteur. Si un des membres de la question porte un accent emphatique, c’est lui qui a provoqué une surprise.

97- Was machst du denn da ?

98C’est quoi que tu fais là (montre/explique-moi un peu).

99- Wer hat dir denn den Bären aufgebunden ?

100Ces histoires-là, tu t’es laisser duper par qui là-dessus ? (je t’aurais cru plus perspicace).

101Doch

1021. Dans une question, elle laisse entendre que le locuteur attend une réponse affirmative. Si le verbe conjugué de la phrase porte l’accent, il espère qu’elle sera affirmative ; si l’accent est porté par le dernier membre de la phrase, il en est assez certain.

103- Sie kommen doch ?

104Vous viendrez, j’espère.

105- Wir haben doch noch Zeit ?

106 On a encore le temps, n’est-ce pas ?

1072. Dans une syntaxe assertive à intonation neutre, doch est proche de ja dans la mesure où les deux font appel à des connaissances ou des opinions que le locuteur présume partagées. À la différence de ja plutôt neutre, doch a souvent une nuance qui va dans le sens de rassurer quelqu’un. Si, en revanche, le membre après doch porte un accent emphatique, le locuteur laisse entendre qu’il est d’avis que le destinataire a violé les bases communes, d’où la nuance de reproche que doch peut apporter.

108- Das macht doch nichts.

109Ce n’est pas grave en fin de compte.

110- Sie wissen doch, wie es im Seminar zugeht.

111Ne vous en faites pas ; vous connaissez l’ambiance des cours.

112- Das hättest du doch wissen müssen.

113Ça, tu aurais dû le savoir (comment as-tu pu le négliger ?).

114- Ist doch mir egal.

115À moi, ça m’est (complètement) indifférent (fous-moi la paix).

1163. Dans une syntaxe impérative, doch renforce le souhait exprimé (doch ne fonctionne pas dans un ordre, uniquement dans un souhait ou une prière ; on trouve souvent la collocation doch bitte).

117- Fahr doch bitte nicht so schnell.

118Sincèrement, je préférerais que tu roules moins vite.

119- Laß mich doch in Ruhe.

120Laisse-moi tranquille, s’il te plaît.

Une intonation staccato confère à cet emploi de doch une nuance d’agacement, d’irritation de la part du locuteur. Ce staccato suit souvent des souhaits ou des prières re’itérés qui n’ont pas été entendus.

121Eben/Halt (synonymes ; halt s’emploie en Autriche, en Suisse et en Allemagne méridionale et centrale ; eben est la forme usitée au Nord de l’Allemagne)

1221. Toujours dans une syntaxe assertive, elles laissent entendre que le locuteur n’attend pas de contestation parce qu’il existe des faits qui sont considérés comme assez indéniables pour empêcher toute contestation qui se veut raisonnable. Si l’intonation est neutre, l’assertion est présentée comme une proposition dont on anticipe l’acceptation, si le membre après eben ou halt est sous l’accent, il s’agit d’un constat éventuellement résigné, et une intonation staccato exprime l’agacement du locuteur.

123- Dann unterbrechen wir halt jetzt.

124On interrompt maintenant (vous n’y voyez pas d’inconvénient, j’en suis certain).

125- Dann lasse ich es eben bleiben.

126Alors, je ne le fais pas (point final, plus rien à discuter).

127Eigentlich

1281. Elle laisse entendre que le locuteur veut aller « au fond des choses » ; souvent, elle se trouve dans une question et traduit le désir d’avoir une réponse satisfaisante.

129- Haben Sie eigentlich eine Vorstellung von den Kosten ?

130Dites-moi, vous avez une idée des coûts à prévoir ?

131- Hast du eigentlich Brussigs Helden wie wir gelesen ?

132Dis, tu as jamais lu Le Complexe de Klaus de Brussig ?

133Einfach

1341. Elle laisse entendre que le locuteur n’attend pas de contestation, comme eben/halt, mais ici, ce n’est pas en raison de faits tenus pour indéniables. Elle présente ce que le locuteur dit comme une évidence qu’on ne peut pas nier.

135- Schauen Sie doch einfach herein.

136Venez me voir (vous n’allez pas me dire que c’est trop compliqué).

137- Ich weiß einfach nicht mehr weiter.

138J’en peux plus (et tu ne pourras certainement pas m’aider).

139Etwa

1401. Elle laisse entendre que le locuteur attend ou espère une réponse négative, mais qu’il n’est pas sûr et craint une réponse affirmative.

141- Findest du das etwa lustig ?

142Tu trouves ça drôle ? (j’y crois pas).

143- Soll das etwa alles sein ?

144C’est tout, (vraiment) ? (vous n’êtes pas sérieux, non).

Comme la situation de dialogue « type » de etwa est celle dans laquelle le locuteur craint la réponse qui lui plaît le moins, des questions comportant etwa expriment souvent un reproche. En général, le locuteur élève la voix dans ce cas et accentue le membre après etwa.

145Ja

1461. Elle laisse entendre que le locuteur suppose que l’interlocuteur partage ses connaissances et opinions sur ce dont ils parlent.

147- Das konnte ja niemand ahnen

148En effet, personne ne pouvait soupçonner cela (tu es d’accord ?).

149- Er hatte ja alles bereits vorbereitet.

150Comme vous savez, il avait déjà tout préparé.

1512. Il existe une variante accentuée de la particule ja. Celle-ci est un synonyme de bloß/nur dans leur seconde acception, dans laquelle elles aussi peuvent être accentuées. En revanche, ja dans cette acception est toujours accentuée.

152Mal (en principe einmal, mais la variante « abrégée » est de loin plus fréquente)

1531. Dans des actes de langage que certains appellent « directifs » (questions, injonctions) exprimées par une syntaxe interrogative ou impérative ou par un verbe modal, elle laisse entendre que l’action demandée a lieu/est nécessaire « pas plus qu’une fois » ; l’action visée est présentée comme ne demandant pas de grand effort.

154- Melde dich mal wieder ?

155Donne-moi (à l’occasion) de tes nouvelles (si tu veux bien).

156- Wir sollten das noch mal durchdenken.

157On devrait reprendre le sujet depuis le début (d’accord ?).

158Noch et Schon

1591. Ces deux-ci sont à distinguer des connecteurs noch et schon que nous avons étudiés à la section 4.4.3. En tant que particules, noch et schon n’ont pas de valeur temporelle. Le premier laisse entendre que le locuteur compte sur une opinion défavorable partagée par l’interlocuteur ; le deuxième fait appel à une opinion favorable partagée.

160- Das hat mir gerade noch gefehlt.

161Il ne manquait plus que ça (tu es bien d’accord que ça aille de mal en pis pour moi).

162- Und jetzt macht er noch so ’nen Blödsinn.

163Voilà qu’il rajoute encore une connerie (c’est un con, non ?).

164- Wer verzichtet schon freiwillig auf sein Auto ?

165Qui est-ce finalement qui renonce volontairement à sa voiture (vous comme moi, vous n’en imaginez pas, non ?).

166- Ich mache das schon.

167Je m’en occupe (ne vous inquiétez pas).

Les phrases qui comportent noch et qui visent une opinion défavorable tournent facilement au reproche. Dans ce cas, l’élément reproché (par exemple Blödsinn) est accentué de manière expressive et l’intonation correspond éventuellement à un staccato.
Pour schon, un emploi particulier est à retenir. Si l’accent est porté par le verbe conjugué de la phrase ou par schon, la phrase laisse entrevoir une structure du type « ja, aber ». Si quelqu’un dit « Ich bin schon für Umweltschutz », avec un accent expressif sur schon, l’interlocuteur entend presque la suite adversative non exprimée, par exemple : « aber ich brauche ein Auto, weil in meinem Ort keine Busse fahren. »

168Überhaupt

1691. Il existe une certaine parenté entre überhaupt et eigentlich. Comme eigentlich, überhaupt n’est pas toujours facile à reconnaître comme particule. S’il est employé comme telle, le mot exprime que le locuteur veut bien aller « au fond des choses », comme pour eigentlich ; comme ce dernier, überhaupt particule se rencontre avant tout dans des questions.

170- Wo steckst du überhaupt ?

171Dis-moi un peu, tu te caches où ?

172- Hast du überhaupt eine Ahnung, was Du da sagst ?

173Écoute, tu es bien conscient de ce que tu dis là ?

Si on tourne la deuxième phrase de manière légèrement différente, on obtient : « Hast du überhaupt keine Ahnung, was Du da sagst. » Dans cette construction, beaucoup de linguistes considèrent überhaupt comme un adverbe de comparaison qui exprime un superlatif. Car en fait, plutôt qu’au champ 2 (en tant que particule généralisante : on veut connaître tout), überhaupt semble s’associer ici, en tant qu’adverbe, à l’article négatif employé comme un adjectif. Cet emploi se rencontre aussi dans des phrases assertives, dans lesquelles on peut difficilement classifier überhaupt de particule sans soulever des difficultés : « Sie hat überhaupt die größte Erfahrung. »

174Wohl

1751. Dans une question, elle laisse entendre que le locuteur attend une réponse affirmative. Elle s’apparente un peu à doch dans les injonctions. Il s’agit donc d’un impératif bienveillant déguisé en question.

176- Sie trinken wohl noch ein Bier ?

177Vous prenez encore une bière, n’est-ce pas ? (à vous de décider, mais je vous le conseille).

178- Könntest du wohl mit dem Klavierspielen aufhören ?

179Tu pourrais bien arrêter de jouer du piano, non ? (je t’en serais reconnaissant).

1802. Dans une syntaxe assertive, wohl marque une supposition ou une conjecture de la part du locuteur et laisse entendre en même temps qu’il pense que l’interlocuteur n’en fait pas une qui serait complètement différente. Cet emploi de wohl accompagne souvent le futur à valeur modale (cf. au chapitre 4).

181- So paßt das wohl nicht zusammen.

182Ainsi, ça ne tiendra probablement pas.

183- Sie wird wohl recht haben.

184Elle aura probablement raison.

Notes

1 Dans Des mots en liberté. Mélanges offerts à Maurice Tournier, textes réunis par P. Fiala et P. Lafon, ENS Éditions, Fontenay/Saint-Cloud, 1998, p. 347-351. La citation se trouve p. 347-348.

2 Ces fonctions interactives impliquent donc, plus que ne le font les fonctions grammaticales, la situation dans laquelle le dialogue se déroule ; néanmoins, elles comportent également, comme ces dernières, une part de convention, sans quoi il serait difficile pour un interlocuteur de les comprendre. C’est pourquoi le linguiste allemand Dieter Wunderlich parle de « zwei Ebenen der Konventionalität von Sprache » (p. 13 et ss. du collectif, dirigé par lui, Linguistische Pragmatik. Frankfurt am Main, 1972).

3 Publié aux Harvard University Press à Cambridge, MA. La traduction française, Quand dire c’est faire, a été publiée en 1970 aux Éditions du Seuil.

4 À commencer par Austin et Searle, les théoriciens sont allés plus loin et ont distingué, à l’intérieur de l’acte locutoire, les « composantes d’acte » suivantes (voir, par exemple, Utz Maas et Dieter Wunderlich (1972), Pragmatik und sprachliches Handeln. Frankfurt am Main, Athenäum, p. 120). Pour produire l’acte locutoire, il faut bien que Christoph énonce des sons, qui sont a priori sans signification précise : c’est l’acte phonétique. Or, cela n’a pas de chance d’aboutir s’il ne le fait pas en assemblant ces sons de manière à ce qu’il en résulte une phrase grammaticalement correcte en allemand et qui lui permette de s’adresser à Petra. En agissant ainsi, il produit un acte phatique. Et finalement, tout cela n’aurait guère de sens s’il ne le faisait pas dans l’intention de lui communiquer une information. Les actes phonétique et phatique se trouvent donc complétés par l’acte de faire véhiculer à ce qu’on dit un contenu informatif. Cette troisième composante de l’acte locutoire (dire quelque chose de quelque chose ou de quelqu’un) est appelée « acte rhétique » par Austin, « acte propositionnel » par Searle.

5 La particule interactive doch est un indice assez net de ce changement implicite de la force illocutoire. En allemand parlé, on rencontre très souvent les particules interactives dans des circonstances communicatives identiques, ce qui justifie le terme de « particules illocutoires » que l’on a pu trouver pour les désigner. Malheureusement, l’affaire est beaucoup trop complexe pour l’intégrer ici ; elle est fort susceptible de dérouler les débutants en linguistique allemande et demanderait plutôt une étude approfondie à elle seule. Signalons que des ouvrages entiers sont consacrés à la seule particule doch.

6 Aux Cambridge University Press à Cambridge (Angleterre), traduction française Les Actes de langage, Paris, Hermann, 1972.

7 Pour ce qui est de l’argumentation, on peut se reporter avec profit aux travaux des linguistes néerlandais Frans van Eemeren et Rob Grootendorst (par exemple, 1984, Speech Acts in Argumentative Discussions. Dordrecht : Foris, ou encore, 1992, Argumentation, Communication, and Fallacy. Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum, ce dernier ouvrage existe en traduction française, 1996, La Nouvelle Dialectique, Paris, Kimé).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search