Version classiqueVersion mobile

Linguistique pour germanistes

 | 
Marco Rühl

5. Sémantique

Texte intégral

1Ferdinand de Saussure concevait la linguistique comme une branche de la sémiologie, c’est-à-dire de la discipline qui étudie la structure des signes et des systèmes de signes. A ce titre, les analyses structuralistes sont centrées surtout sur le rapport des signes entre eux (axes syntagmatique et paradigmatique) ; elles s’intéressent avant tout à l’image acoustique (terme linguistique) ou au signifiant (terme sémiologique). Les procédures d’analyse que nous avons évoquées – commutation, délétion, substitution – font appel au signifié, mais elle le font avant tout pour savoir si un élément qu’on est en train d’étudier est distinctif ou significatif. Le signifié est un outil d’analyse au service du signifiant ; il n’intéresse guère en tant que tel. C’est pour cela que la relation entre le signe et la réalité qu’il représente ou qu’il symbolise n’a été envisagée qu’accessoirement dans les études structuralistes.

2La sémantique étudie cette relation entre le signe et la réalité. A la différence des trois disciplines « classiques » de la linguistique structuraliste, la phonologie, la morphologie et la syntaxe, celle que nous sommes en train d’aborder, la sémantique, présente des théories tellement diverses qu’il est difficile d’en faire le point sans exposer le débutant à l’impression qu’elle n’ont rien de commun. Nous nous limiterons donc dans ce chapitre à quelque notions de base sur le fond commun qui, néanmoins, existe en sémantique.

5.1 Du modèle de Saussure à des modèles triadiques : concept et référent

3Rappelons-nous que pour Saussure, le signifiant et le signifié n’étaient pas des entités de la réalité mais des entités psychiques. L’évocation réciproque est un processus entièrement psychique (de nos jours, on préférerait probablement le terme de processus mental). C’est une des raisons pour lesquelles le rapport entre le signe et la réalité n’a pas été étudié en profondeur. Prenons deux exemples cités à maintes reprises : les noms Morgenstern et Abendstern sont des mots composés qui ont deux signifiants et deux signifiés très différents. Tout de même, ils se réfèrent tous les deux au même objet de la réalité : à la planète Vénus. C’est la même chose pour les deux syntagmes der Sieger von Austerlitz et der Besiegte von Waterloo, qui ont des signifiants et des signifiés différents quoiqu’ils se réfèrent au même objet de la réalité, Napoléon Ier. Il faut donc introduire, à côté du signifié et du signifiant, un troisième élément qui, lui, est une entité ou un objet de la réalité. Ce troisième élément est appelé référent. Saussure en était conscient mais n’a pas intégré le phénomène de manière systématique dans sa théorie.

4Les relations entre signifiant, signifié, et référent peuvent être rendues par ce qu’on appelle parfois le triangle de la signification ou le triangle sémiotique. L’une des version les plus connues a été donnée par les linguistes américains Charles K. Ogden et Ivor A. Richards dans leur ouvrage The Meaning of Meaning, publié pour la première fois en 1923. Ce qu’Ogden et Richards appellent form est une forme linguistique, c’est-à-dire une chaîne de graphèmes ou de phonèmes qui permettent à un locuteur de s’adresser à quelqu’un. Cette form sert bien à évoquer un objet dans la réalité, a thing. On peut produire la chaîne de phonèmes /'mɔrgәn∫tεrn/ ou la chaîne de graphèmes <Morgenstem> pour se référer à la planète Vénus. Le rapport entre form et thing n’est cependant pas direct ; bien que cette référence soit présente, la forme linguistique évoque avant tout un meaning, et c’est à partir de ce meaning qu’il est possible de trouver le référent précis.

Fig. 17 - Le triangle sémiolique

5On peut reconnaître au signifiant/form deux relations : l’une de signification, l’autre de référence. La signification (« Bedeutung ») est l’ensemble des traits sémantiquement pertinents qu’évoque un signifiant ; grâce à ces traits, le jeu des oppositions au sein du système de la langue est possible. On peut déterminer la spécificité d’un tabouret en l’opposant à d’autres meubles, par exemple à la chaise par le trait ‘a / n’a pas de dossier’. La signification est systémique ; l’évocation est inscrite dans la langue. La référence (« Bezeichnung ») est une relation du signifiant à la réalité. Elle ne saurait se faire sans tenir compte de la Bedeutung du signifiant, mais elle se réfère à une ou à des entités de la réalité et n’est pas confinée, par conséquent, dans la langue. Au niveau de la signification/Bedeutung, le syntagme der Sieger von Austerlitz n’a strictement rien à voir avec le syntagme der Besiegte von Waterloo. L’unique relation qu’on puisse établir est celle de l’occurrence, dans les deux syntagmes, du lexème sieg- et des grammèmes der et von. Cela se joue au niveau de la langue. C’est seulement par des connaissances extralinguistiques, historiques qu’on sait que ces deux syntagmes (signifiants) et ces deux significations (signifiés) se réfèrent à/bezeichnen la même entité de la réalité. Si l’on ne sait pas que Napoléon Ier gagna une bataille à Austerlitz et qu’il en perdit une à Waterloo, cette référence identique nous échappe.

Il importe de se méfier de la terminologie – un peu floue – que Saussure employait dans son Cours. Le terme de signification existe chez lui, mais à la différence de l’usage actuel, il ne concerne pas la relation intralinguistique (Bedeutung) ; la structure triadique du signe étant absente de la conception saussurienne, sa signification est plutôt équivalente à la Bezeichnung/référence. Il introduit le terme de valeur pour définir ce qu’on pourrait appeler des « champs d’application » d’une signification-référence, mais d’un côté, cette distinction n’est pas élaborée de manière soutenue et, de l’autre, l’idée d’une signification-Bedeutung systémique sans rapport à la réalité et d’une référence-Bezeichnung, qui concrétise cette Bedeutung pour des cas individuels, n’est qu’amorcée chez Saussure. C’est pourquoi nous n’entrons pas ici dans les détails du concept de valeur.

5.2 Association et contiguïté : notions de base de la sémantique structurelle

6À côté des caractéristiques du signe linguistique que nous avons vues (abstrait, constant, conventionnel, arbitraire), les écarts qui peuvent exister entre la signification/Bedeutung intralinguistique et la référence/Bezeichnung en partie extralinguistique, font apparaître une cinquième caractéristique qui n’entrait pas en ligne de compte du temps de Saussure, à savoir l’asymétrie du signe.

7En fait, l’idée d’une évocation réciproque du signifié et du signifiant ainsi que celle du jeu des oppositions au sein du système de la langue suggèrent qu’on peut nettement opposer tous les signifiés entre eux et tous les signifiants entre eux et associer nettement un signifié spécifique et un signifiant spécifique pour en faire un signe bien délimité. Mais cet état des choses est vrai uniquement pour les langues artificielles, telles que les terminologies scientifiques. Grâce au système de la périodisation, on a, en chimie, un signifié bien précis qui correspond au signifiant « hydrogène » : c’est cet élément qui comporte un proton dans le noyau, un électron dans l’orbite, et qui est d’une masse de 1,0. Toutes ces précisions sont les traits sémantiquement pertinents, ou sèmes (« das Sem », en allemand), qui permettent de distinguer cet élément d’avec les autres éléments. Ces sèmes réunis forment le sémème (« das Semem ») qui s’oppose, au niveau du signifié, à d’autres sémèmes, à l’instar du morphème qui s’oppose à d’autres morphèmes au niveau du signifiant et qui est composé de phonèmes. Cette approche sémantique transpose donc la double articulation de la langue des signifiants aux signifiés.

8Dans les langues naturelles, on ne retrouve pas les mêmes délimitations précises des sémèmes, basées sur des traits distinctifs, les sèmes. Au lieu d’un jeu d’oppositions nettes, on y constate des « zones d’ombre » ou « zones grises » entre les sémèmes, et ce en fonction, entre autres, de la référence. Il n’existe pas, au niveau du signifié, la même uniformité qu’on peut observer pour les signifiants, où elle est assurée par la graphie ou la phonie largement identique dans tous les cas. A la différence des phonies ou graphies « types », les significations « types » laissent plus de marge parce qu’elles doivent être assez souples pour couvrir une grande quantité de références individuelles, faute de quoi le signe perdrait une partie de son abstraction et deviendrait inopérant. Les relations des signifiés entre eux dans une langue naturelle ressemblent moins à des oppositions nettes qu’à des associations et des contiguïtés. Tandis qu’il est aisé de rendre compte de l’opposition entre Bildung et Ausbildung au niveau du signifiant (opposition créée par la présence ou l’absence du préfixe aus-), il est presque impossible de dire en quoi ils s’opposent l’un à l’autre au niveau de la signification. Plutôt que de chercher ces oppositions, on mettra l’accent sur le fait que les deux ont trait à une activité de se former et d’apprendre, mais qu’il existe néanmoins des différences qui associent la Ausbildung plutôt à une formation professionnelle et la Bildung plutôt à une éducation ou une culture, voire une érudition individuelle. Le tout est de ne pas oublier les deux plutôt dans la phrase précédente ; à la différence des signifiants qui ne sont, par définition, jamais interchangeables (sauf quelques variantes phonologiques ou morphologiques libres), les signifiés peuvent être interchangeables dans certains cas. Le contexte sémantique ou pragmatique peut alors remédier à une éventuelle sous-détermination.

9Des signifiés (significations/Bedeutungen) interchangeables sont des synonymes. En d’autres termes, plusieurs signifiants correspondent au même signifié. En allemand, Frühling et Frühjahr sont interchangeables. Les deux ont le même signifié. Toutefois, Frühling peut être employé dans un poème ; cette valeur poétique fait défaut à Frühjahr (et il en existe un troisième, Lenz, qui ne s’emploie que dans des contextes poétiques). La synonymie n’est donc pas totale. Elle s’applique à la dénotation des deux mots, c’est-à-dire au « centre », au « cœur », à la « base » de leur signification qui est présente dans tous les cas où l’un d’eux est employé. En revanche, la connotation est différente, c’est-à-dire tout ce que les mots peuvent évoquer d’affectivité, d’émotion, de sous-entendu, au-delà de leur base ou centre de signification. A la différence de Frühjahr, Frühling évoque des connotations de la nature renaissante, des fleurs qui s’éclosent, etc. Leur dénotation, « saison entre l’hiver et l’été » n’en est pas moins identique. La synonymie totale est extrêmement rare, justement en raison des connotations. Si deux signifiants sont effectivement totalement synonymes, il y a toutes les chances que l’un d’eux tombe en désuétude par un principe d’économie de la langue. Si les deux – ou plus – restent, c’est souvent qu’ils sont partiellement synonymes et évoquent des connotations différentes. En tant que synonymie totale, citons 1 :6-di-4’-chlorophényldiguanidohexane ; il s’agit là du terme technique en chimie d’une molécule carbonique bactéricide qui fait partie du principe actif de certains désinfectants qui ne doivent pas irriter la peau. Ce terme est totalement synonyme du terme Chlorhexidine qui désigne la même molécule sans rendre compte du détail des liaisons des atomes composant la molécule. Or, cette synonymie totale est due largement au fait que ni l’un ni l’autre des termes ne présente de connotations. L’arbitraire du signe n’en est, d’ailleurs, pas moindre : le terme Chlorhexidine est d’un certain arbitraire lui aussi ; dans les années 1950, la même molécule était appelée plutôt « hibitane ».

10En dehors des terminologies techniques, la plupart des synonymies, à l’exemple de Frühling et Frühjahr, sont partielles ; les mots s’apparentent les uns aux autres, ils sont contigus parce que certains traits sémantiquement pertinents les rapprochent les uns aux autres, pendant que d’autres traits ou bien des connotations d’emploi manifestent une différence entre eux. Il importe de ne pas confondre la synonymie et l’homonymie. Si des synonymes ont le même signifié pour des signifiants différents, c’est l’inverse pour les homonymies. En allemand, Leiter (« échelle ») et Leiter (« conducteur ») ont deux signifiés différents évoqués par un signifiant identique. À l’exemple de die Leiter : der Leiter, beaucoup d’homonymes nominaux en allemand relèvent d’un genre différent (der Band (« tome ») : das Band (« lien »), die Steuer (« taxe, impôt ») : das Steuer (« gouvernail, volant » ), etc.). On considère également comme homonymes des mots qui relèvent de catégories différentes, quoique cela soit contesté par certains linguistes : rate, 1re personne du singulier, présent actif du verbe raten (« conseiller » ou « deviner ») et Rate (« acompte, mensualité ») sont homonymes, ou du moins, homophones, c’est-à-dire prononcés de manière identique sans qu’ils s’écrivent de manière identique. C’est la même chose pour wieder (« encore (une fois) ») et wider (« contre »). Le cas inverse, même graphie et prononciation différente, l’homographie est assez rare en allemand. On trouve, par exemple, modem /mo.'dεrn/ (« moderne ») et modern /'mo:dәrn/ (« pourrir »). N’oublions pas, cependant, que l’homographie concerne tout un groupe de verbes : les verbes à préverbe dont tantôt le préverbe est sous l’accent, tantôt le radical verbal (cf. section 3.4). L’homonymie se présente donc sous deux formes : l’homographie et l’homophonie. Certains linguistes ne qualifient d’homonymes que les mots qui sont et homographes et homophones.

11Un problème plus ou moins classique de la sémantique structuraliste est la distinction entre l’homonymie et la polysémie. Dans les deux cas, on trouve un signifiant qui évoque plusieurs signifiés. En théorie, l’homonymie consiste en deux signifiants qui, quoiqu’ils se présentent sous la même forme, sont distincts ; seulement, on ne sait faire la différence sur la base de leur forme. La polysémie, en revanche, n’implique qu’un seul signifiant qui évoque effectivement plusieurs signifiés qui, puisqu’ils sont évoqués par le même signifiant, s’apparentent l’un à l’autre. Les mots (die) Leiter et (der) Leiter, malgré leur forme identique, sont des signifiants distincts qui sont homonymes, comme le prouve leur genre. En revanche, prenons Schrift : c’est une dérivation déverbale avec suffixe -Ø et métaphonie qui tout d’abord veut dire « écriture ». Or, le mot est polysème : eine Schrift peut également être un tract. Évidemment, les deux s’apparentent, car un tract est un des résultats possibles de l’activité de mettre son écriture sur le papier. De même, à Heft (« cahier ») et à Heft (« le manche (d’un outil, d’un couteau) »), il y a une idée commune : celle de tenir. Un cahier, ce sont des feuilles reliées pour qu’elles tiennent ensemble ; un manche est ce par quoi on tient l’outil.

12Les polysémies sont souvent le résultat d’une évolution sémantique qui a procédé par élargissement et/ou restriction du sens d’un mot. Le passage de « écriture » à « tract » que Schrift a accompli, est en quelque sorte le passage du processus (l’activité d’écrire) au résultat (le texte qui en est sorti). Prendre le processus pour le résultat, la partie pour le tout, ou inversement, c’est ce qu’on appelle une synecdoque (« die Synekdoche », parfois « Synekdochie », allemand). Le deuxième signifié de Heft est né du passage métaphorique de l’idée de tenir. Au cours de l’évolution de la langue, ces métaphores peuvent perdre leur caractère de métaphore et s’usualiser. Dans Bein, pour le pied d’une table ou d’une chaise, on ne sent plus le passage métaphorique lié à l’idée d’un support vertical qui s’applique tant à la jambe animale qu’au pied d’une table. Le troisième processus de passage favorisant les polysémies est la métonymie. La distinction entre la métaphore et la métonymie n’est pas toujours bien claire. Théoriquement, la métaphore consiste en un passage d’un élément à l’autre sans qu’il y ait la moindre coprésence ou la moindre causalité entre les deux éléments. Le passage de la jambe animale au pied d’un meuble implique une évocation de leur fonction semblable, mais ne nécessite aucun lien direct. Quand on parle d’un vin et que l’on dit qu’il est « eine gute Lage » (littéralement, une bonne position, où Lage est le terme de viticulteur pour le terroir), il s’agit d’une métonymie ; il existe un lien de causalité qui consiste à prendre la cause – le bon terroir – pour son effet – un bon vin. C’est une métonymie également quand on parle de « die Hardthöhe » pour désigner le ministère fédéral allemand de la Défense, qui se trouve sur une colline à Bonn qui s’appelle Hardthöhe, ou quand on appelle, faisant référence à son adresse à Paris, le ministère français des Affaires étrangères « le quai d’Orsay ». Dans les deux cas, le passage est métonymique, car il est fondé sur une coprésence adresse-objet.

13Cependant, les distinctions sont souvent moins nettes en dehors des exemples cités dans les manuels. L’expression auf die hohe Kante legen pour dire « constituer/alimenter une épargne » est-elle métonymique parce que l’épargne consistait, avant le temps des livrets et des fonds de placement, à mettre de l’argent quelque part dans la maison hors de la portée immédiate, par exemple sur un haut bord ? Ou est-elle métaphorique parce que l’idée d’un haut bord hors de la portée immédiate est transposée à d’autres contextes, par exemple le versement d’une somme sur un compte ou un livret d’épargne ? Nous pouvons constater que l’évolution historique de la langue crée une partie des problèmes de classification : au départ, l’expression était assez clairement métonymique (on prend le lieu, le haut bord, pour la fonction qui lui est associée, garder l’argent hors de la portée immédiate). De nos jours, compte tenu des méthodes évoluées de placement et d’épargne, l’expression est plutôt métaphorique parce qu’on compare, sur la base de sa fonction, le geste qui servait autrefois à mettre l’argent hors de la portée immédiate au geste totalement différent qui a cette fonction aujourd’hui.

14En sémantique, c’est-à-dire au niveau du signifié, on rencontre souvent des problèmes de classification pertinente qui sont créés par l’évolution de la langue et qui sont plus délicats généralement que les problèmes de classification qui peuvent exister au niveau du signifiant. C’est vrai aussi pour la distinction entre l’homonymie et la polysémie qui a provoqué la digression sur les synecdoques, les métaphores et les métonymies. En effet, une homonymie contemporaine est souvent une ancienne polysémie. Les deux Schloß de l’allemand contemporain (dans l’acception « serrure » et dans l’acception « château ») sont considérés comme homonymes. Cependant, historiquement, il s’agit d’une polysémie : les idées de fermer, verrouiller, clore, barrer, couper, qui ont toutes été associées, au cours de son évolution, au verbe schließen, ont donné naissance naturellement à la dérivation déverbale Schloß au sens de « dispositif servant à fermer, verrouiller,... », donc « serrure ». Mais un château ayant été originairement un château fort fermant, closant, barrant,... la voie (une vallée, un gué, ou autre), cette idée, par métonymie, s’est trouvée associée au bâtiment conçu à cet effet. Les deux acceptions de Schloß sont donc nées d’une polysémie de ce signifiant.

5.3 La théorie des champs sémantiques (Wortfeldtheorie)

15Comme les relations entre les signifiés d’une langue ne sont pas, à la différence de celles entre les signifiants, caractérisées par des oppositions nettes, il y a eu assez tôt des tentatives d’en rendre compte en les représentant comme des associations et des contiguïtés. Dès les années 1920 et 30, on voit apparaître des approches qui considèrent le lexique d’une langue comme un ensemble de signes dans lequel il existe des sous-ensembles caractérisés par des signes dont les signifiés s’apparentent les uns aux autres. On trouve cette conception, à l’état d’embryon, chez Saussure qui renvoie à des associations que les signes provoquent. Selon lui, le mot enseignement provoque des associations telles que enseigner, enseignons, etc. ou telles que changement, armement, etc. – qui relèvent du signifiant –, mais il provoque également apprentissage, éducation, etc. Et ces dernières sont dues à des convergences au niveau du signifié.

  • 1 Son ouvrage Der deutsche Wortschatz im Sinnbezirk des Verstandes, paru en 1931, passe pour la prem (...)

16Un sous-ensemble de signes dont les signifiés s’apparentent les uns aux autres, est appelé un champ sémantique (« Wortfeld »). Selon l’un des fondateurs de la Wortfeldtheorie, Jost Trier1, les champs sémantiques, les sous-ensembles du lexique d’une langue, forment une mosaïque dont les pièces concourent à établir la totalité du lexique de cette langue. Après la Seconde Guerre mondiale, la théorie a été élaborée notamment par Leo Weisgerber, qui a remplacé l’image d’une mosaïque de pièces ordonnées par celle de plusieurs sous-ensembles qui se chevauchent et entre lesquels des lacunes peuvent éventuellement exister. A titre d’exemple, citons le champ sémantique des relations régulières entre les humains. Les sous-ensembles des amis et des collègues doivent avoir une intersection parce qu’un collègue peut évidemment être un ami ; même chose pour les collègues qui peuvent être des connaissances, pour les condisciples qui peuvent être des amis ou des connaissances, f’ et f" sont des champs sémantiques voisins, par exemple celui de la parenté et celui des hiérarchies professionnelles.

Fig. 18 - Le champ sémantique des relations entre les humains ; cité d’après H. Pelz : Linguistik. Eine Einführeng, Hamburg, Hoffmann & Crampe, 2e éd. 1996, p. 190

Pendant que le terme Wortfeld domine chez les linguistes germanophones, chez leur collègues francophones, le terme champ sémantique est concurrencé, notamment dans les études stylistiques, par le terme d’isotopie.

17Comme les signifiants, les signifiés sont définis par leur place dans un ensemble plus vaste. Le concept d’une langue structurée que nous avons retrouvé au niveau de la phonologie, de la morphologie et de la morpho-syntaxe, est présent également au niveau de la sémantique. Aucune signification n’est autonome, indépendante de l’ensemble du lexique, car toute signification est associée ou contiguë à d’autres.

18Nous avons vu, à la section précédente, que la sémantique à vocation structuraliste conçoit le niveau des signifiés à l’exemple des signifiants : une double articulation constituée par des sèmes, c’est-à-dire des traits distinctifs, qui, réunis, forment un sémème, c’est-à-dire un ensemble de traits suffisamment « complet » pour permettre une signification et, par ce biais, une référence. Bien que cette approche et la théorie des champs sémantiques aient été élaborées indépendemment l’une de l’autre, les concepts de sème et sémème permettent de rendre de manière plus systématique les associations et contiguïtés qui intéressent la théorie des champs sémantiques.

Fig. 19 - Le champ sémantique de la femme

19Ce tableau représente les sémèmes à la tête des colonnes et à gauche les sèmes distinctifs qui résultent de leur décomposition. (Pour être précis, ce qui se trouve à la tête des colonnes ne sont pas de sémèmes, mais les lexèmes qui correspondent, au niveau des signifiants, aux sémèmes.) Tous les sémèmes impliquent le sème ‘être humain féminin’ ; l’ensemble des sèmes communs à tous les membres d’un champ sémantique (il n’y a qu’un seul sème ici, mais il pourrait y en avoir plusieurs) est appelé parfois l’archisémème du champ. On voit par exemple que Jungfrau et Jungfer sont presque identiques ; la seule exception est le sème ‘jeune/adolescente’ qui est impliqué par Jungfrau pendant qu’une Jungfer, étant plus âgée, ne l’implique pas.

20Bernhard Pottier a élaboré, dans les années 1960, une conception de ce genre de l’analyse de sèmes distinctifs. Or, il se fonde essentiellement sur des oppositions. Ses tableaux de sèmes ne connaissent que des ’+’ et des ’-’. Nous avons ajouté au tableau ci-dessus le zéro pour indiquer que certains sèmes sont indifférents. Le sémème Mutter ne dit rien sur l’état civil (’mariée’) ou sur le mari (’mari décédé’). Ces sèmes ne sont pas nécessaires afin que l’ensemble des sèmes soit assez « complet » pour permettre la signification ’mère’. Nous pouvons constater des degrés variables de détermination des sémèmes. Sur les six sèmes que nous avons choisis, tous les six sont nécessaires (c’est-à-dire doivent être au ’+’ ou au ’-’) pour déterminer Ehefrau ou Mädchen. En revanche, trois sèmes sur six sont indifférents pour déterminer Frau. C’est justement en raison de cette détermination moins rigoureuse que Frau est plus englobant que Ehefrau. Cette relation est systématique : plus un sémème est déterminé (c’est-à-dire plus le nombre de sèmes qui ne sont pas indifférents pour le définir est grand), et moins le sémème permet de références. Ou, en allemand : « Je größer der Bedeutungsinhalt ist, desto kleiner ist der Bedeutungsumfang. » Toute veuve est une femme, mais toute femme n’est pas une veuve. Le sémème auquel correspond le lexème veuve est plus déterminé que celui auquel correspond femme. Selon l’expression de la théorie des champs sémantiques, l’ensemble des veuves est un sous-ensemble des femmes. Veuve est un hyponyme de femme, et femme est un hypéronyme de veuve. Par ailleurs, l’analyse des sèmes permet de rendre compte des relations d’antonymie. L’antonymie entre schnell et langsam se voit par le fait qu’aux sèmes pertinents, pour tout ’+’ de l’un, l’autre est au ’-’ et vice versa. Dans la figure 19, Jungfrau und Jungfer, quoique distingués par le ’+’ de l’un et le ’-’ de l’autre au sème ’jeune/adolescente’, ne sont pas des antonymes, car ils sont identiques pour tous les autres sémèmes.

21Pour terminer sur la sémantique, précisons que tout ce que nous avons évoqué relève de l’axe paradigmatique. Le passage d’un jeu d’oppositions nettes à un jeu d’associations et de contiguïtés n’y change rien. Cependant, il existe un axe syntagmatique en sémantique aussi. On ne peut pas « faire n’importe quoi ». Si les restrictions syntagmatiques sont imposées, au niveau du signifiant, par l’accord de la terminaison verbale avec le pronom ou le nom qui est le sujet du verbe, par exemple, les restrictions syntagmatiques au niveau du signifié proviennent des solidarités lexicales ou collocations. À ce niveau-ci, une des différences fondamentales entre les langues romanes et les langues germaniques sont les verbes de mouvement. En français, tout mouvement, ou presque, peut être évoqué par le verbe aller. En allemand, il est nécessaire de choisir un verbe qui, du point de vue sémantique, correspond à la manière du mouvement. Impossible de dire gehen quand on parle d’un oiseau : il faut fliegen ; le poisson demande obligatoirement schwimmen, la voiture fahren, le chevalier reiten, etc. Dans les langues slaves, on est obligé de faire correspondre le verbe de mouvement à la nature du mouvement et de préciser en plus, dans la plupart des cas, si le mouvement est déterminé – c’est-à-dire a commencé à un endroit et se dirige vers un autre endroit – ou indéterminé – c’est-à-dire correspond à un aller-retour, se répète, est habituel, etc. En russe, par exemple, on choisira deux verbes différents pour dire « Je vais à l’école » (= « Je fréquente assidûment les cours ») et « Je vais à l’école » (= « je suis en train de marcher vers l’école ») : « Я xoжy B iiikoЛy » dans le premier cas, « Я ИЛy B iiikoЛy » dans le second. Il existe donc bien un axe syntagmatique en sémantique.

Notes

1 Son ouvrage Der deutsche Wortschatz im Sinnbezirk des Verstandes, paru en 1931, passe pour la première élaboration systématique de cette théorie sémantique.

Table des illustrations

Légende Fig. 17 - Le triangle sémiolique
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Légende Fig. 18 - Le champ sémantique des relations entre les humains ; cité d’après H. Pelz : Linguistik. Eine Einführeng, Hamburg, Hoffmann & Crampe, 2e éd. 1996, p. 190
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 19 - Le champ sémantique de la femme
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1659/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search