Version classiqueVersion mobile

Linguistique pour germanistes

 | 
Marco Rühl

4. Syntaxe/morpho-syntaxe

Texte intégral

4.0 Pourquoi morpho-syntaxe ? La morphologie verbale

1Dans toute la partie sur la Wortbildung au chapitre précédent, nous n’avons pas évoqué une seule fois le procédé de Wortbildung qui est peut-être le plus caractéristique et le plus fréquent en allemand, à savoir la préfixation des verbes. Dans abgeben et ergeben, on a bien affaire à un préfixe ab- et un préfixe er- qui modifient le signifié du verbe geben. Sans aucun doute, cela relève de la Wortbildung. Mais à voir la panoplie des termes qui existent pour désigner cet élément – préfixe, préverbe, particule verbale –, la chose semble plus compliquée.

2En effet, il n’est pas possible de classer la préfixation de manière satisfaisante ni dans les dérivations ni dans les compositions. Ab est bien un morphème libre qui peut apparaître dans une phrase sans être lié à autre chose – à moins qu’on veuille distinguer entre ab1préposition –, morphème libre, et ab2préverbe –, morphème (conditionnellement) lié ; ce qui est diachroniquement non justifié et soulève le problème des cas dans lesquels ab2 doit ( !) être séparé de ce qu’on considère comme son support si on le classifie dans les morphèmes liés (« Ich gebe meine Hausarbeit morgen ab »). Ces considérations mises à part, ab morphème « plutôt libre » relèverait de la composition. Chose étrange, er-, qui ne présente aucune différence par rapport à ab du point de vue fonctionnel, est manifestement un morphème lié, et il relèverait donc de la dérivation. C’est précisément ce qu’affirmaient, se servant d’une terminologie encore floue, les premiers grammairiens de la langue allemande aux xviie et xviiie siècles, notamment Justus Georg Schottel (connu également sous la version latinisée de son nom, Schottelius), dont l’œuvre majeure, Ausführliche Arbeit von der deutschen Hauptsprache (1663), fut la première grande grammaire à préconiser une langue littéraire allemande suprarégionale et à en donner les préceptes grammaticaux.

3Pourtant, classifier un phénomène fonctionnellement identique dans deux catégories différentes, suivant la forme sous laquelle il se présente, cela violerait les présupposés théoriques et analytiques du structuralisme. D’autant plus qu’il existe des passages entre les préverbes séparables et non séparables. Le préverbe ob-, par exemple, inséparable aujourd’hui, ne l’a pas toujours été. On le trouve séparable jusque dans les œuvres de Thomas Mann qui écrit, par volonté d’archaïsme, « eine Aufgabe lag ihm ob » ou « Ruhe waltete fortan ob ». Les passages se font remarquer aussi à un autre niveau. Dans les préverbes composés, si le premier préverbe est inséparable, il fait changer le ou les autre(s) de catégorie : an- séparable devient inséparable dans veranlassen sous l’influence du ver-inséparable ; même chose pour ab- dans verabscheuen sous l’influence du ver-. Et là nous n’avons pas encore parlé des préverbes tantôt séparables, tantôt inséparables (dont unter, Uber, durch sont les plus importants).

4Ces problèmes et « étrangetés » de la préfixation verbale sont autant de raisons qui ont amené nombre de linguistes allemands à considérer les préverbes comme un procédé de Wortbildung à part, ni dérivation ni composition. Il existe d’autres raisons, d’ordre syntaxico-sémantique, pour considérer les préverbes comme un cas à part, mais nous ne pouvons pas entrer dans le détail de ce sujet. Les intéressés se renseigneront au sujet des aspects et des Aktionsarten verbaux. Pour mieux saisir leur particularité, restons-en à une vue plus détaillée de leur comportement formel.

5On peut sans problème considérer un verbe à préverbe séparable (par exemple, aufheben) et un verbe à préverbe inséparable (par exemple, entstehen) comme des variantes combinatoires du même procédé de Wortbildung (peu importe qu’on l’appelle dérivation ou composition). Il s’agit du même genre de combinatoire que pour les allophons [ç] et [x] dans un environnement phonétique palatal ou vélaire respectivement. Cependant, pour les allophons, le rapport entre les axes paradigmatiques et syntagmatiques se présente sous la forme d’une abscisse et de son ordonnée (cf. la figure 3 au chapitre 1). À un endroit précis, l’abscisse (l’axe syntagmatique) détermine quelle valeur mettre sur l’ordonnée (quel allophon choisir dans l’axe paradigmatique). L’affaire se présente de manière bien plus complexe pour les préverbes. Car si nous avons défini l’axe syntagmatique comme la succession (« l’un après l’autre ») des éléments de la langue mis en parole, cet axe est susceptible d’être considérablement altéré dans l’un des cas relatifs aux préverbes sans l’être dans l’autre. Dans certaines circonstances, aufheben apparaît sous forme inversée : « Ich hebe das Buch auf » ; entstehen, en revanche, ne présente pas cette inversion : « Es entsteht ein Gewitter. » Dans l’un des cas, l’axe syntagmatique a donc un impact beaucoup plus net sur l’axe paradigmatique et les choix que les sujets parlants peuvent y faire, que dans tous les autres cas que nous avons étudiés jusqu’ici. Mais il y a plus. L’inversion « partielle » de l’axe syntagmatique a lieu ou non en fonction du type de proposition dans laquelle se trouve le verbe en question. À côté de « Ich hebe das Buch auf », on a bien, dans une subordonnée, « Ich bücke mich, weil ich das Buch aufhebe », et tout rentre dans l’ordre attendu. Il faut donc non seulement prévoir une sorte d’axe paradigmatique comportant deux « sous-axes » (l’un prédisposé à l’inversion syntagmatique, l’autre non) ; mais pour expliquer et classifier un phénomène morphologique, il faut également faire intervenir des facteurs relevant de la syntaxe.

6Le constat est semblable pour toutes les formes verbales qui comportent un verbe auxiliaire. L’opposition entre l’inaccompli et l’accompli est, a priori, une opposition morphologique (« Ich hebe das Buch auf » : « Ich habe das Buch aufgehoben) ; mais là aussi, l’une des formes est susceptible de présenter une inversion syntagmatique (« [...], weil ich das Buch aufgehoben habe ») dont la présence ou l’absence est due à un facteur syntaxique (proposition principale ou subordonnée). On pourrait réitérer l’exemple pour l’opposition actif : passif (« Wir filmen » : « Wir werden gefilmt », susceptible d’inversion : « [...], bevor wir gefilmt werden ») ainsi que pour des constructions avec verbe modal.

7Comme la morphologie et la syntaxe sont plus imbriquées l’une dans l’autre que les notions traditionnelles de morphologie et de syntaxe permettent de le concevoir, les linguistes allemands se sont habitués à parler de la morpho-syntaxe.

4.1 La vision traditionnelle : syntaxe additive

8L’idée que l’objet d’étude de la syntaxe, la phrase, est constitué à partir d’éléments plus petits par une combinatoire réglée et économe qui fait intervenir les axes syntagmatiques et paradigmatique, est une idée relativement récente. Traditionnellement et depuis l’Antiquité, on n’étudiait pas, en premier lieu, la phrase pour en connaître les règles de combinaison. Elle intéressait la philosophie au titre de proposition logique ; on se fondait sur une définition connue dès Aristote et qui pose qu’une phrase comporte un élément dont on dit quelque chose, le sujet, et un élément par lequel on dit quelque chose sur lui, le prédicat. Dans « Marie est grande », on dit de Marie (sujet) qu’elle est grande (prédicat). Sur cette base, l’analyse est censée apporter des réponses à la question de savoir quelle(s) prédication(s) d’un sujet donné est/sont vraie(s) ou fausse(s) et à celle de savoir si le comportement d’un terme varie quand il est sujet ou prédicat. D’autres rapports entre les membres de la phrase n’étaient guère étudiés de façon soutenue.

9La disposition des membres d’une phrase était considérée plutôt comme une affaire de rhétorique et d’éloquence. Car la disposition et l’élocution de tout un discours demande, bien entendu, que l’on s’interroge également sur la disposition d’une partie de ce discours. Mais le domaine de ce qu’on peut appeler la syntaxe était alors restreint à l’étude des éléments qui peuvent servir à établir une phrase ou un discours, les partes orationis ou « parties du discours ». On les isolait, les classifiait, et on discutait les critères de classification et leur pertinence. La plupart des termes que nous employons encore de nos jours (verbe, substantif, adjectif, interjection, adverbe, conjonction), remontent aux études des parties du discours faites par les grammairiens latinophones des premiers siècles de notre ère, dont il faut citer notamment Denis de Thrace (attention : en allemand, on a retenu la version grecque de son nom, Dionysios Thrax), Priscien, et Isidore de Séville. Dans ces études, cependant, on ne s’intéressait guère à la mise en rapport des parties entre elles et à leur succession qui font qu’une phrase naît d’elles. En caricaturant, disons qu’on faisait le relevé des parties du discours présentes dans une phrase et qu’on se prononçait sur sa grammaticalité, mais qu’on ne se demandait pas vraiment comment on passe des parties de la phrase à la phrase grammaticale.

Une exception notable : une école de grammairiens, avant tout anglais, flamands, danois, et allemands, aux xiiie et xive siècles que l’on appelle les modistes. (La Grammatica speculativa de Thomas d’Erfurt passe pour la grammaire modiste la mieux élaborée.) La désignation de modiste fait référence au fait que selon eux, la façon dont la langue rend le monde fait intervenir plusieurs modes ou manières (modi en latin). Là où les théoriciens des parties du discours disent que l’on a affaire à un adjectif ou un verbe, les modistes diront que la réalité existe selon la manière d’être (modus essendi) d’une qualité ou d’une action. Car dans dolor, dolere, dolens, c’est la même réalité qui est rendue par la langue (l’idée de douleur), mais suivant les cas, elle se présente à la manière d’une substance, d’une action, ou d’une qualité. Ces diverses manières d’être se répercutent sur les connaissances que l’homme peut avoir de la réalité grâce à son entendement. Il existe donc, de même, plusieurs modi intelligendi ; et ceux-ci, à leur tour, se traduisent en des modi significandi grâce auxquels la langue peut évoquer les modi essendi. Or, il existe des modi signifcandi essentiales et des modi signifteandi accidentales, dont les premiers sont ceux qui rendent la réalité « en tant que telle » et essentielle (par exemple l’idée invariable de la douleur), et dont les seconds ajoutent ce qui accidentellement, c’est-à-dire suivant la manière selon laquelle ils se présentent, est nécessaire pour lier entre elles les essentialles exprimées par le discours. En d’autres termes et en faisant le bilan de ce concept, les essentialles ressemblent fort aux radicaux lexématiques, et les accidentalles s’apparentent à la vision moderne des morphèmes grammaticaux de flexion et de dérivation dont les sujets parlants ont besoin pour former une phrase grammaticalement correcte. La grammaire modiste donne donc, sur fond de la philosophie médiévale, une explication sémantique et en partie ontologique de l’existence, dans la langue, des phénomènes syntaxiques.

10Vu le caractère « atomiste » qui étudie les parties sans trop s’intéresser à leur combinatoire, on peut appeler cette vision de la syntaxe additive. Cette vision est en partie compréhensible si l’on tient compte du fait que ces grammairiens étudiaient le latin. Or la morphologie latine est éminemment riche et la plupart des rapports intraphrastiques sont bien repérables sans faire appel à l’ordre des mots. En latin, on peut effectivement procéder plus facilement « à l’additive ». Pourvu que tous les mots soient présents dans la phrase, son sens ne change pas quand on change l’ordre des mots. « Maria laudat Petrum », « Petrum laudat Maria », « Laudat Maria Petrum », etc. – tout cela veut dire que c’est Marie qui loue Pierre, et ce grâce à la morphologie des éléments de cette phrase.

11C’est précisément ce qui a changé dans les langues européennes modernes. De manière générale, leur morphologie est moins riche et, de ce fait, moins significative, et des éléments syntaxiques tels que l’ordre dans lequel les mots se succèdent dans une phrase, gagnent de l’importance. En allemand, « Maria lobt Peter » et « Peter lobt Maria » ont toutes les chances de ne pas être synonymes ; dans le premier cas c’est Marie qui loue, dans le second, c’est elle qui est louée. En français, ce changement du sens de la phrase dû à l’inversion des éléments est même systémique. C’est par l’intermédiaire de ce gain d’importance de la syntaxe que la vision moderne de la structure d’une phrase en est venue à envisager davantage les relations intraphrastiques ; on considère moins la phrase comme une succession additive de parties du discours et plus comme une structure hiérarchisée qui présente plusieurs niveaux de hiérarchie interne.

4.2 L’apport moderne : la phrase en tant que structure hiérarchisée

12Il n’est pas difficile de prendre conscience du fait que plusieurs hiérarchies internes existent dans une phrase. Soit la phrase suivante :

131a Die Bäckerin backt früh morgens das Brot.

14Une analyse morphologique par commutation et délétion fournit les morphèmes suivants :

151b Die / Bäck/er/in / back/t / früh / morgen/s/ das / Brot.

16Cette analyse fait intervenir l’axe paradigmatique en vérifiant quels autres éléments pourraient se trouver à la place de ceux qui sont effectivement présents. Nous avons vu à plusieurs reprises que l’axe syntagmatique entre également en ligne de compte. Dans lb, par exemple, -er, suffixe déverbal pour les noms d’agent, est un morphème lié qui ne peut apparaître qu’après un lexème verbal. De plus, certains morphèmes libres, comme die ou das, présentent, s’ils ne les appellent pas nécessairement, des solidarités avec certains autres morphèmes. En l’occurrence, ils n’apparaissent guère à d’autres endroits que devant un nom. Ces solidarités intraphrastiques, qui vont au-delà du niveau des morphèmes mais restent en deçà de celui de la phrase, s’accusent également sur un autre plan.

17On peut supprimer ou déplacer le morphème Brot sans que la phrase devienne agrammaticale, à condition que l’on supprime ou que l’on déplace aussi le morphème das. 1c1 est agrammatical, 1c2 est grammatical.

181c1 Die / Bäck/er/in / back/t / Brot / früh / morgen / das.

191c2 Die / Bäck/er/in / back/t / das / Brot / früh / morgen|s.

20Un déplacement de ce genre, effectué pour savoir quels éléments peuvent se placer à quel endroit dans la phrase, s’appelle une permutation. (Attention : ne pas confondre commutation et permutation. La commutation remplace un morphème effectivement présent par d’autres morphèmes du même axe paradigmatique qui pourraient se trouver à cette place dans d’autres circonstances. La permutation déplace un ou des éléments effectivement présents sur l’axe syntagmatique sans les y remplacer.)

21Les permutations et délétions, faites dans une perspective syntagmatique, ont deux objectifs. D’une part, il s’agit de connaître la distribution des morphèmes dans la phrase, pour détecter, par cet intermédiaire, les solidarités des morphèmes entre eux. On y arrive avant tout par la permutation. Cependant, le fait que das Brot peut être supprimé sans que la phrase perde sa grammaticalité (ce qui vaut aussi, d’ailleurs, pour früh et pour morgens) indique qu’il existe des éléments qui, apparemment, sont « moins importants » pour la phrase que d’autres. Grâce aux solidarités découvertes par la permutation, on constitue donc des groupes de plusieurs morphèmes qui sont en deçà du niveau de la phrase ; et grâce à des délétions dans une perspective syntagmatique, on trouve une hiérarchie intraphrastique dans la mesure où certains des groupes qui constituent une phrase, sont « plus importants », plus immédiats pour sa constitution que d’autres. Ces groupes syntagmatiques de plusieurs morphèmes sont appelés syntagmes (« das Syntagma », en allemand). Les approches syntaxiques modernes se démarquent de la syntaxe traditionnelle des parties du discours en tenant compte des syntagmes et de leur hiérarchie interne. Nous allons en présenter deux.

4.2.1 Aperçu de la grammaire des constituantes immédiates

22L’approche syntaxique la plus proche des concepts théoriques et analytiques du structuralisme est la grammaire des constituantes immédiates. Elle est née chez des linguistes nord-américains, par exemple Zellig S. Harris et Rulon S. Wells, dans les années 1940 et 50. Elle est connue également sous l’abréviation « IC grammar » (de l’anglais immediate constituents). On trouve plus souvent le terme « Konstituentenstrukturgrammatik » en allemand. La IC grammar fut la théorie syntaxique à partir de laquelle la grammaire générative et transformationnelle du linguiste américain Noam Chomsky fit ses débuts. Nous ne pourrons pas présenter la théorie de Chomsky pour des raisons de place et parce que c’est une théorie controversée encore de nos jours.

23La grammaire des constituantes immédiates envisage une phrase comme une structure hiérarchique constituée de plusieurs syntagmes ou constituantes qui, elles, naissent des solidarités syntagmatiques entre certains morphèmes. On peut connaître ces constituantes grâce aux permutations. A côté de la permutation, il existe une procédure qui s’appelle substitution. A première vue, elle est identique à la commutation au niveau phonologique et morphologique. Elle consiste à vérifier quels autres constituantes de phrase (ou syntagmes) pourraient se trouver à la place de celles effectivement présentes.

241d Die Bäckerin / backt / früh / morgens / das Brot.

251d est une segmentation non morphématique mais syntagmatique de la phrase. Par permutation, on obtient les groupes de morphèmes solidaires. Par rapport aux phonèmes ou aux morphèmes, le rapport entre la constituante présente et celles qui pourraient se trouver à sa place est moins direct. A la place de die Bäckerin, on pourrait substituer Frau Schmitz, die neue Bäckerin in der Goldenen Ähre ; à la place de morgens, on pourrait avoir um 5 Uhr ; à la place de das Brot, on pourrait trouver la constituante das Landbrot, das ich sehr mag, seitdem ich es vor ein paar Monaten zum ersten Mal versucht habe. En d’autres termes, le nombre de morphèmes solidaires qui forment une constituante ainsi que leur structure interne peuvent varier extrêmement, jusqu’à comporter toute une proposition subordonnée. Par opposition au terme de commutation qui s’applique au remplacement d’un élément d’un paradigme précis par un autre élément du même paradigme, on préfère au niveau syntagmatique, en raison de cette variation, le terme de substitution.

26La variation, éventuellement extrême, des constituantes substituables entraîne une stratégie d’analyse appropriée. Comme l’objectif de l’analyse structuraliste est d’accéder aux règles de la langue en observant de près les régularités de la parole, on commencera par isoler, en vue d’une classification ultérieure, les segments fonctionnellement identiques des instances de parole étudiées. Pour trouver un point de repère syntaxique dans la variété des énoncés, on vérifiera donc dans les énoncés étudiés quels sont les segments qu’on peut supprimer sans que la phrase perde sa grammaticalité, et quels sont ceux qui doivent rester pour la préserver. Ce faisant, on arrive à la plus petite unité pertinente au niveau de l’analyse. La phononologie étudie les plus petites unités distinctives, les phonèmes ; la morphologie étudie les plus petites unités significatives, les morphèmes ; et la morpho-syntaxe s’intéresse aux plus petites unités qui ont valeur de phrase : c’est la phrase-noyau (« Kernsatz »). En se fondant sur la phrase-noyau, on peut ensuite déterminer quelles sont les hiérarchies intraphrastiques, et on peut déterminer ainsi les diverses structures syntaxiques que peut avoir une phrase dans une langue donnée.

27Dans la phrase

281d Die Bäckerin / backt / früh / morgens / das Brot

29tous les segments peuvent être supprimés sans perdre la grammaticalité, sauf les constituantes die Bäckerin et backt. La phrase-noyau est donc « Die Bäckerin backt ». Quand on a trouvé la phrase-noyau, on peut dire en même temps que tous les syntagmes qu’on a supprimés précédemment sont des ajouts à une des constituantes de la phrase-noyau. Dans 1d, das Brot et morgens sont des ajouts à backt parce qu’ils spécifient ce qui est mis au four et quand cela a lieu ; früh s’y rajoute pour donner plus de détermination à morgens.

Fig. 11 - Stemme concret selon la grammaire des constituantes

30Après avoir trouvé la phrase-noyau et compte tenu des ajouts à ses syntagmes, nous avons pu établir que la phrase que nous étudions comporte deux constituantes immédiates, die Bäckerin et backt früh morgens das Brot. Ces constituantes sont constituées, à leur tour, d’éléments plus petits. Ainsi, die et Bäckerin sont des constituantes immédiates du syntagme die Bäckerin, mais des constituantes médiates de la phrase entière. La même relation est vraie pour les trois constituantes backt, früh morgens, et das Brot dont est constituée l’autre constituante immédiate de la phrase. Deux de ces dernières peuvent être segmentées encore davantage : früh + morgens et das + Brot. L’impact de la syntaxe traditionnelle des parties du discours se traduit à deux niveaux : 1) la première segmentation de la phrase ressemble fort à une segmentation suivant les concepts de sujet et de prédicat d’une phrase ; 2) la segmentation est en général poursuivie jusqu’au niveau des parties du discours (en allemand, on parle plus souvent de « Wortklassen »). Rien n’empêche une segmentation ultérieure de Bäckerin au niveau morphologique : Bäck- + -er + -in. Ou bien de backt : back- + -t. En revanche, de manière générale, on s’arrête à Bäckerin et à backt, ces derniers pouvant être définis comme des parties du discours / Wortklassen traditionnelles : un nom et un verbe.

31Comme toute opération d’analyse structuraliste, la segmentation d’une phrase sert à la classification des segments ainsi obtenus. A partir des segments, on déterminera donc quelles classes ou catégories de syntagmes ou de mots sont représentées dans la phrase. En mettant les noms des catégories à la place des segments obtenus, on passe d’un arbre – ou d’un stemme (« das Stemma » en allemand) – concret à un stemme abstrait. Le stemme abstrait ainsi obtenu représente une des structures de phrase possibles dans la langue donnée. Le stemme abstrait sur la figure 12 montre une des structures de phrase possibles en allemand : la phrase est constituée, au niveau immédiat, par un syntagme nominal / eine Nominalphrase au nominatif et un syntagme verbal / Verbalphrase. Le premier est constitué, à son tour, par un article/Artikel et un nom/(das) Nomen ; le deuxième est constitué par un verbe/(das) Verb, un syntagme adverbial/Adverbialphrase et un syntagme nominal à l’accusatif. Le syntagme adverbial est constitué, encore un niveau plus bas, par deux adverbes, et le syntagme nominal à l’accusatif par un article et un nom.

Fig. 12 - Stemme abstrait selon la grammaire des constituantes

32La grammaire des constituantes immédiates pose donc qu’une phrase est un tout constitué par ses constituantes immédiates (dans la plupart des cas un syntagme nominal et un syntagme verbal) qui, à leur tour, sont des touts constitués par leur constituantes immédiates, ces dernières étant en même temps des constituantes médiates de la phrase. Comme toujours dans une analyse structuraliste, on procède par segmentation (sur la base de la permutation et/ou de la délétion) et par classification des segments (sur la base de la substitution). Au fur et à mesure qu’on analyse des instances de parole, on établit donc des stemmes concrets à partir desquels on peut trouver les stemmes abstraits qui représentent toutes les structures de phrase possibles dans la langue analysée.

4.2.2 Aperçu de la grammaire des valences

33La variation des syntagmes qui peuvent se substituer l’un à l’autre dans une phrase, variation due avant tout au nombre variable de constituantes immédiates que comporte un syntagme, crée certains problèmes pour l’analyse. Comparons les phrases suivantes :

341. Die Bäckerin backt das Brot.

352. Der Lehrer raucht eine Zigarette.

363. Die Läuferin erreicht das Ziel.

37À première vue, ces phrases sont rigoureusement identiques pour leur structure (voir figure 13). Cependant, la délétion révèle des différences. Dans 1 et 2, on peut supprimer le syntagme nominal à l’accusatif sans que la phrase en devienne agrammaticale. Ce n’est pas le cas pour la phrase 3. Quand on supprime le syntagme nominal « das Ziel », ce qui reste, « die Läuferin erreicht », n’est plus une phrase grammaticalement correcte de l’allemand. On peut facilement s’en rendre compte par le fait que cette expression entraîne sans faille la réplique : « Was erreicht sie ? » Dans la phrase, quelque chose manque.

Fig. 13 - Stemme abstrait des constituantes des phrases 1, 2 et 3

38Il est évident que dans des phrases dont la structure semble identique, la phrase-noyau de l’une comporte un syntagme qui est absent de la phrase-noyau des autres. Il est donc permis de se poser la question de savoir comment on peut procéder à l’épreuve de la substitution. Si « Der Lehrer raucht » reste une phrase grammaticale après la délétion de « eine Zigarette » et que « das Ziel » ne puisse pas être supprimé dans la phrase 3, à quoi « erreicht das Ziel » se substitue-t-il en fin de compte ? à « raucht eine Zigarette », syntagme verbal identique pour la structure des constituantes ? ou à « raucht » tout court, segment verbal identique pour sa fonction de compléter la phrase-noyau ? La chose se complique encore quand on tient compte des phrases du type 4.

394. Die Erde bebt.

40Sans aucun doute, les phrases-noyau de 2 et de 4 sont identiques pour la structure des constituantes : un syntagme nominal au nominatif et un syntagme verbal. Mais malgré cette ressemblance, il est possible de rajouter un syntagme nominal à l’accusatif à 2 pendant que 4 ne le permet pas. On constate donc que dans des phrases dont les constituantes se présentent selon la même structure, certaines constituantes sont obligatoires dans les unes, facultatives dans les autres, et proscrites dans les troisièmes. A y regarder de près, l’on s’aperçoit que ce « jeu » de divers participants est mené par le verbe. En fin de compte, c’est le verbe qui « décide » qui doit « jouer », qui peut « jouer », et qui ne doit pas « jouer ».

41Le linguiste français Lucien Tesnière a fait de cette observation la base d’une théorie syntaxique qui est connue sous le nom de grammaire de dépendance (car le « jeu » syntaxique de la phrase dépend du verbe) ou grammaire des valences. (Voir avant tout ses Éléments de syntaxe structurale de 1959.) Selon lui, la phrase n’est pas constituée comme un tout à partir de ses parties ; elle est un ensemble ordonné dans lequel plusieurs membres se réunissent pour l’agencer, à l’exemple des joueurs qui coopèrent pour jouer le jeu au profit de tous. Au centre du jeu de la phrase se trouve le procès décrit par le verbe.

42Pour que ce procès ait lieu, pour que le « jeu » démarre, un ou plusieurs « joueurs » sont nécessaires. Tout d’abord, il en faut un qui dirige le procès ; mais comme il peut y en avoir plusieurs qui sont impliqués dans le procès, celui-là n’est que le premier de plusieurs actants, ou le prime actant. Il importe de noter qu’un actant n’est pas un acteur. Dans 4, un procès a lieu qui consiste à trembler ; la terre n’en est pas l’acteur (en fait, il serait plus plausible de dire qu’elle subit le tremblement) ; néanmoins, elle est un actant parce qu’elle est impliquée fondamentalement dans le procès décrit par le verbe. Dans 1, 2 et 3, un second actant, l’arrivée, la cigarette, et le pain, est impliqué dans le procès dont le prime actant est, respectivement, la coureuse, le professeur, et la boulangère. Dans 1, enfin, à côté des actants, on trouve un circonstant, c’est-à-dire une expression qui sert à spécifier quand, où, comment, etc. le procès a lieu. On peut élaborer un stemme de la phrase qui ressemble à la figure 14.

43Comme pour les constituantes immédiates, le stemme qui symbolise la dépendance de toute la phrase du verbe, qui est le « meneur du jeu », existe en concret et en abstrait. Le stemme abstrait symbolise les classes fonctionnelles auxquelles appartiennent les éléments concrets. Les membres dépendants du procès (classe I) de backt sont d’abord deux actants (classe O) – Bäckerin et Brot – et un circonstant (classe E) -morgens. Tous ces éléments comportent aussi des indices, les actants des articles (classe T), le circonstant un adjectif/adverbe (classe A). Le procès back- admet donc jusqu’à deux actants ; il est divalent (« zweiwertig »). Au contraire, le procès beb-, dans 4 n’en admet qu’un seul ; il est monovalent (« einwertig »). Le procès geb- dans 5 est trivalent (« dreiwertig ») ; il admet jusqu’à trois actants.

Fig. 14 - Dépendances syntaxiques selon la grammaire des valences

445 Die Mutter gibt ihrer Tochter ein Geschenk.

45La valence d’un verbe (d’où la désignation de grammaire des valences) renvoie au nombre de « joueurs », d’actants que ce verbe admet au maximum.

46La différence entre 2 et 3 ne réside donc pas en leur valence -erreich- et rauch- sont divalents tous les deux – ; la différence réside dans le fait que le prime actant est en effet obligatoire pour les deux, mais que le second actant est facultatif dans 2 tandis qu’il est obligatoire dans 3. La valence à elle seule ne dit donc rien sur les actants obligatoires et facultatifs. La valence d’un verbe équivaut au nombre maximal d’actants que ce verbe admet. En allemand, elle peut aller de 0 à 3. Un verbe sans actants est dit avalent ; il s’agit notamment des verbes dits météorologiques, tels que « es regnet », « es schneit », « es friert ». Le es est considéré, dans ces cas, comme une sorte de variable sans sémantisme spécifique et qui sert uniquement à occuper la position du sujet grammatical. On parle du es explétif (« Platzhalter-es »).

47De manière générale, les circonstants qui peuvent s’ajouter à un verbe sont facultatifs. Cependant, il existe des cas où un verbe est « incomplet » sans un circonstant. Dans 6, le procès wohn- demande une spécification du lieu. On parle alors d’un circonstant valentiel (« valenzgebundene Ergänzung »).

486 Ihre Eltern wohnen in Leipzig.

49Finalement, l’approche choisie par Tesnière permet d’expliquer un phénomène qu’il appelle translation. En effet, dans 7a et 7b, westlich et mit Aussicht sont, au même titre, des indices apportant plus de précision à l’actant Zimmer.

507a Wir buchten das westliche Zimmer.

517b Wir buchten das Zimmer mit Aussicht.

52Dans les deux cas, l’indice appartient à la classe fonctionnelle des adjectifs/adverbes. Or, il est représenté dans 7b par un nom qui appartient a priori à la classe des actants. Alors, une translation a lieu, c’est-à-dire un phénomène morpho-syntaxique par lequel un élément d’une classe fonctionnelle, le transférend, passe dans une autre classe fonctionnelle sous l’effet d’un élément indiquant ce passage, le translateur. Dans 7b, un élément de la classe des adjectifs est requis ; le transférend Aussicht passe de la classe des noms dans celle des adjectifs sous l’effet du translateur mit. Le troisième stemme à la figure 15 est celui de la phrase « Daniel ist groß ». Dans celle-ci, le procès est exprimé par un transférend de la classe des adjectifs (groß) qui est passé, sous l’effet du translateur ist, dans la classe I des procès ; Daniel, enfin, est le prime actant de ce procès.

Fig. 15 – La translation selon la grammaire des valences

Mettons l’accent sur le fait que l’ordre de présentation que nous avons choisi, la grammaire des constituantes immédiates d’abord, celle des valences ensuite, ne doit nullement suggérer que la dernière aurait apporté les solutions aux problèmes que la première a laissés. Toutes les deux ont valeur d’exemple ; elles ont été choisies pour montrer quels sont les objectifs poursuivis par l’étude syntaxique ; et le choix a été dicté, d’un côté, par le fait que l’on peut les présenter d’une manière succincte et à la portée d’un débutant sans trop les simplifier, et de l’autre, par le fait qu’elles se prêtent à sensibiliser les débutants aux différences qui peuvent exister entre deux approches malgré un mode de présentation presque identique. Bien que les deux théories présentent leur analyse des phrases sous forme d’un stemme qui rend compte des interdépendances intraphrastiques, les stemmes des constituantes immédiates et ceux des valences symbolisent des types de dépendances différents.

4.3 L’ordre fondamental de la phrase allemande

53Bien que les deux théories syntaxiques que nous avons présentées, la grammaire des valences verbales et la grammaire des constituantes immédiates, établissent une relation hiérarchique entre les divers éléments qui constituent une phrase, elles négligent l’axe syntagmatique, au profit des interventions classificatoires. Le résultat de l’analyse est, dans les deux cas, une arborescence qui montre quel « joueur » entre en jeu à quel niveau hiérarchique du jeu, mais qui ne représente pas clairement le fait que ces « joueurs » n’apparaissent pas non plus dans n’importe quel ordre sur l’axe syntagmatique de la chaîne parlée ou écrite. C’est particulièrement vrai pour ce que les linguistes allemands appellent généralement « die Verbklammer », la parenthèse verbale de la phrase allemande. En effet, dès que le complexe verbal d’une phrase est composé d’au moins deux lexèmes (verbe modal + infinitif, temps composé, etc.), un des éléments est rejeté à la fin de la phrase. Et dès lors, des stemmes arborescents tels que ceux que nous avons observés risquent fort de défigurer la phrase car ils la reconstituent comme si les deux parties de la parenthèse verbale se trouvaient l’une à côté de l’autre.

54Ce phénomène est effectivement intriguant. Un certain nombre de théories ont déjà été proposées. Certains linguistes allemands avancent l’idée que la parenthèse verbale est, pour ainsi dire, « toujours là » quoique, suivant les circonstances syntaxiques précises de la phrase, une de ses parties puisse ne pas être exprimée.

558a Die Frau geht ins Theater Ø.

568b ..., weil die Frau Ø ins Theater geht.

57Dans la phrase 8a, c’est la deuxième partie de la parenthèse verbale qui n’est pas exprimée (c’est généralement le cas dans les principales dont le complexe verbal n’a qu’un lexème). Dans la phrase 8b, la première partie, quoique implicitement présente, reste inexprimée (c’est le cas dans des subordonnées à complexe verbal ne comportant qu’un lexème). Toutefois, cette approche se heurte au problème suivant. Si dans une subordonnée, le complexe verbal comporte deux lexèmes ou plus, on peut observer que le verbe conjugué est rejeté en fin de phrase.

588c Die Frau ist ins Theater gegangen.

598d ..., weil die Frau (??) ins Theater gegangen ist.

60Quelle que soit l’approche qu’on adopte, il faut donc rendre compte d’une façon ou d’une autre du fait que si une parenthèse verbale existe et est « toujours là », elle est abandonnée en subordonnée. Aussi le linguiste français Jean Fourquet a-t-il pris la question par l’autre bout et est-il parti de la subordonnée. Dans la plupart des groupes syntaxiques de la phrase allemande, on peut en effet observer que le déterminant précède le déterminé. Ainsi, dans le groupe nominal der schnelle Läufer, c’est bien l’élément déterminé – le coureur – qui se trouve à droite de l’élément déterminant – le fait qu’il soit rapide. Dans er läuft schnell, c’est l’inverse, le déterminé – qu’il coure – précède le déterminant – qu’il coure vite. Mais dès que l’on se retrouve avec une subordonnée, tout rentre dans l’ordre déterminant-déterminé : Ich sehe, daß er schnell läuft.

Il peut paraître étrange de trouver des termes tels que « à gauche » et « à droite » dans une analyse syntaxique. En fin de compte, la syntaxe est censée décrire les relations des éléments d’une phrase, et ces relations vont certainement plus loin que la simple cooccurrence spatiale qui est exprimée par les expressions locatives « à gauche » et « à droite ». Cependant, toute terminologie syntaxique qui veut rendre compte des relations des syntagmes entre eux implique une certaine théorie syntaxique. Faire référence à la simple disposition des éléments dans la phrase en fonction de la direction de l’écriture et de la lecture relève donc d’un souci d’éviter autant que possible de préjuger, par la terminologie adoptée, des résultats de l’analyse. Il est assez fréquent, entre-temps, de trouver ce genre de référence à la disposition spatiale dans les études syntaxiques.

61Prenons une phrase qui présente ce que certains appellent le « double infinitif » : Sie hätte gestern kommen wollen. Là aussi, le mouvement vers plus de détermination, vers plus de précision va de droite à gauche. Ce qui est plus général, moins précis, c’est qu’elle ait voulu faire quelque chose ; ce qui apporte plus de précision, en revanche, se trouve bien à sa gauche, à savoir que cette chose qu’elle a voulu faire ait consisté à vouloir venir. Et effectivement, le mouvement vers plus de précision se poursuit encore plus loin, car l’indication temporelle gestern apporte encore plus de détermination à ce qu’on sait déjà, à savoir que ce n’est pas n’importe quand dans le passé qu’elle a voulu venir, mais bien hier. D’où la démarche de Jean Fourquet qui a appliqué strictement à la reconstruction de la phrase allemande l’idée d’un ordre déterminant-déterminé. Puisque cet ordre du mouvement vers plus de précision va à l’encontre du sens de la production ou de la réception de la chaîne parlée ou écrite, on l’appelle l’ordre régressif, et ce à la différence d’un ordre dans lequel le mouvement vers plus de précision suit le sens de la chaîne parlée ou écrite ; ce dernier est appelé l’ordre progressif. L’ordre progressif est celui qui est habituel en français.

62La clé de voûte de la construction de Fourquet est de placer le verbe conjugué tout à la fin de la phrase avant toute analyse syntaxique (cf. fig. 16). Le lexème (ou : base lexicale) geh- est mis en discours par l’ajout de ce que Fourquet appelle des catégories. Il s’agit de tous les morphèmes grammaticaux qui sont nécessaires pour qu’une base lexicale puisse être employée dans une phrase de manière grammaticalement correcte. Dans notre exemple, il s’agit de sind, amalgame indiquant la personne et le nombre, du groupe [participe II + auxiliaire] indiquant le temps, de l’auxiliaire à l’indicatif indiquant le mode, du Perfekt indiquant l’accompli, et de l’absence de l’auxiliaire werden indiquant l’actif ; c’est donc une forme à la 1re ou 3e personne du pluriel, à l’indicatif du Perfekt (= accompli du présent) et à la voix active.

Fig. 16 - Exemple de l’ordre régressif de la phrase allemande

63Cette base lexicale mise en discours est appelée, par les linguistes de formation fourquetienne, le complexe verbal. Elle se voit maintenant, toujours selon l’ordre régressif, ajouter d’autres éléments. D’abord, c’est un préverbe qui ajoute plus de précision : ce n’est pas aller simplement, c’est aller en se retournant. Ensuite, plus de précision peut être trouvée encore plus à gauche : on ne retourne pas n’importe où, mais on retourne à la maison, et cela non pas de n’importe quelle manière, mais sans tarder. Là aussi, plus on va à gauche dans la phrase, plus on rencontre de précision. On pourrait facilement ajouter maintenant, encore plus à gauche, c’est-à-dire encore plus précisément, de qui tout cela est dit ; compte tenu des catégories mettant le verbe en discours, ce pourrait être wir, sie, die Nachbarn, Petra und Jürgen, etc.

64Il en résulte la phrase que voici :

659a Wir rasch nach Hause zurückgegangen sind.

66– qui, disons-le, est agrammaticale en allemand. Cependant, elle est tout à fait grammaticale dès que nous la faisons précéder d’un daß requérant la syntaxe d’une subordonnée.

679b (Du erinnerst dich doch,) daß wir rasch nach Hause zurückgegangen sind.

68Ce à quoi aboutit l’approche de Fourquet est donc assez bizarre à première vue. Selon son approche, ce qui est tenu ordinairement pour « secondaire », à savoir la subordonnée, passe au premier plan et serait ce en quoi on verrait le mieux l’ordre qui préside à la syntaxe allemande, l’ordre régressif. Au contraire de ce qui était admis, ce ne serait pas le verbe qui serait rejeté en fin de phrase dans la subordonnée ; c’est en principale que le verbe quitte la place qu’il occupe naturellement en fin de phrase et remonte vers le début. Aussi incongrue que cette approche puisse paraître au premier abord, elle ne fait qu’appliquer à la phrase allemande tout entière l’ordre régressif qu’on peut observer en allemand dans des groupes syntaxiques, pour en faire, selon le terme de Fourquet, l’ordre fondamental de l’allemand. Et elle présente cet avantage qu’elle permet de rendre compte, dans un cadre théorique pertinent, du jeu des libertés syntaxiques que permet la syntaxe allemande et des contraintes qu’elle impose tout de même aux sujets parlants. Nous allons voir dans la section suivante comment cela se fait.

4.4 L’ordre des mots dans la phrase allemande reconstruit selon la théorie des champs syntaxiques

69Sur la base de la notion d’un ordre fondamental allant de droite à gauche, on peut classer la phrase allemande en trois champs numérotés dans le sens de la production et de la réception de la chaîne parlée ou écrite. Cela veut dire que le verbe qui, suivant l’ordre fondamental, se trouve à droite, appartient au champ 3 (nommé parfois « Hinterfeld » par les linguistes allemands) ; le sujet, quant à lui, se trouve dans le champ 1 (que les linguistes allemands appellent aussi « Vorderfeld »). Passons maintenant en revue ces trois champs pour cerner les avantages que présente la notion d’un ordre fondamental. Puisque l’ordre fondamental procède à partir du verbe, c’est par là également, c’est-à-dire par le champ 3 – ou Hinterfeld –, que doit commencer l’étude des champs syntaxiques.

4.4.1 Champ 3 : syntaxe hypotaxique

70Nous avons déjà constaté, à la section précédente, la caractéristique la plus saillante du champ 3. Dans celui-ci, l’ordre fondamental allant de droite à gauche est parfaitement réalisé. Chaque élément apportant plus de précision l’apporte non pas à un élément à sa droite mais à l’ensemble de ces éléments : zurück- détermine gegangen sind ; nach Hause détermine non pas gegangen sind, mais la totalité de zurückgegangen sind. Il en va de même pour rasch qui ne détermine ni nach Hause ni zurück- ni gegangen sind, mais l’ensemble de nach Hause zurückgegangen sind. Cette structure dans laquelle chaque élément se réfère à l’ensemble de ce qui se trouve à sa droite, où donc tous les éléments sont hiérarchisés les uns par rapport aux autres, est appelée hypotaxique.

71Le champ 3 est donc caractérisé par une syntaxe hypotaxique. Les éléments qu’on peut rencontrer dans le champ 3 sont les suivants.

  • Le complexe verbal, c’est-à-dire un lexème mis en discours par les morphèmes et/ou amalgames indiquant la personne, le nombre, le temps, le mode, l’aspect-phase, et la voix ; par exemple : fährt, gemacht wurde, haben wirst, geritten sei, etc.
  • Tous les éléments qui sont, du point de vue du sens, proche du complexe verbal à tel point qu’il forment avec lui (presque) une unité de sens. Ce sont les suivants :

72• préverbes (ou préfixes ou particules verbales) : zurückkommst, weggegangen ist, entgegenstehen werden, etc.

73• des expressions prédicatives ; ces expressions peuvent être prédiquées du sujet : müde bin, Fremdsprachenkorrespondent wirst, ruhig geblieben sind, etc. – et elles peuvent concerner l’objet (direct ou indirect) : jemanden für unfähig hieltet, jemanden zum Präsidenten ernennen werde, etc.

Attention à une source de confusion : Prenons l’exemple cité müde bin. C’est l’ordre fondamental ; dans une phrase, on pourrait rencontrer : Ich bin müde. Alors, suivant une terminologie venant de la logique, du sujet ich est prédiqué qu’il est fatigué. C’est pourquoi en Allemagne la linguistique parle dans ce cas d’un emploi prédicatif de l’adjectif müde. Selon la terminologie courante en France, il s’agit d’un adjectif attribut. Apparemment, cela ne constitue pas un problème ; mais le terme attributives Adjektiv existe dans la terminologie courante en Allemagne... et il veut dire autre chose. Un emploi attributif de l’adjectif est, par exemple, Er ist ein müder Mann. L’attribut selon la terminologie allemande est donc non pas l’attribut à la française mais ce qu’en France on appelle adjectif épithète.

74• des expressions renvoyant à la manière (traditionnellement appelées compléments de manière) : gern spielen werdet, anders gemacht haben, mit lauter Stimme sprachst

75• des compléments de direction (ou compléments de lieu directifs) : nach Hause fährst, dorthin gehen würdet, durch den Raum hindurchrennt

76• des compléments de lieu (ou compléments de lieu locatifs) pourvu que le complexe verbal n’exprime pas vraiment une action mais agisse comme ce qu’on pourrait appeler un support syntaxique : in Berlin wohnen, im Bett gelegen habt, auf dem Land lebe, etc. Dans tous ces cas, les complexes verbaux restent assez vagues ; dire à quelqu’un qu’on habite, cela n’a guère de sens si on ne rajoute pas où on habite ; de même, dire qu’on est étendu et qu’on vit n’apporte pas de renseignements bien précis tant que l’on n’ajoute pas où cela se fait. Les compléments de lieu constituent donc une véritable précision presque obligatoire du complexe verbal. (Rappelons-nous les circonstants valentiels de la théorie des valences verbales ; les compléments de lieu visés ici sont, pour la plupart, des circonstants valentiels.) Dans in Sachsen regnet es, au contraire, l’information apportée par le complexe verbal est déjà beaucoup plus précise ; tant mieux si elle est précisée encore plus par le complément de lieu ; cependant, elle est plus qu’un support syntaxique du complément de lieu et n’appelle pas ce dernier presque obligatoirement, comme c’est le cas des autres compléments de lieu cités. C’est pourquoi ce type de complément de lieu appartient au champ 1. De manière un peu négligente, on pourrait dire que dans le premier cas (complément de lieu appartenant au champ 3), c’est finalement le complément de lieu qui est « plus important » que le complexe verbal ; dans l’autre cas, les deux sont d’une égale importance ou bien le complément de lieu est moins important.

77• compléments d’objet indéfinis : Wein getrunken hat, Angst haben wird, Brot ißt, etc. Il s’agit essentiellement de noms dits parfois noms indéfinis (tels que Angst) et noms de masse (tels que Wein ou Brot), qui ne sont pas quantifiables, c’est-à-dire de noms qui sont assez indéfinis et inconcrets pour qu’ils se passent même de l’article. Tous les linguistes ne sont pas d’accord sur la classification de ce phénomène ; mais on peut dire qu’en allemand, il y a une tendance assez nette à placer un objet direct (soit au datif, soit à l’accusatif) d’autant plus près du complexe verbal qu’il est indéfini. La succession datif-accusatif ne s’applique donc sans problème qu’à des phrases dans lesquelles les deux objets ont le même degré d’« indéfi-nitude ». À côté de ...daß die Frau einem Mann ein Buch gab (objets directs identiquement indéfinis), on aura donc plus naturellement ...daß die Frau das Buch einem Mann gab (objet au datif plus indéfini que l’objet à l’accusatif). C’est là aussi la raison pour laquelle en allemand, les pronoms d’objet direct (datif et accusatif), par définition plus définis que des groupes nominaux, précèdent toujours les groupes nominaux non pronominalisés : ...daß die Frau ihm das Buch gab/...daß die Frau es dem Mann gab. Néanmoins, des cas peuvent se présenter où il n’est pas entièrement clair s’il faut classer un objet direct dans le champ 1 ou dans le champ 3.

78• unités phraséologiques (ou locutions figées, appelées également lexies ou phrasèmes) : zur Kenntnis nimmst, Bescheid wißt, in Erwägung gezogen habt, etc.

4.4.2 Champ 1 : syntaxe parataxique

79Pour nous rendre compte de la différence majeure entre le champ 3, que nous venons d’étudier, et le champ 1 (nommé parfois Vorderfeld par les linguistes allemands), reprenons notre exemple et ajoutons-lui des éléments faisant de lui une phrase complète que nous exprimerons selon l’ordre fondamental.

8010a ...daß wir am Samstag nach dem Fußballspiel trotz des schönen Wetters rasch nach Hause gegangen sind.

8110b ...daß wir nach dem Fußballspiel trotz des schönen Wetters am Samstag rasch nach Hause gegangen sind.

8210c ...daß wir am Samstag trotz des schönen Wetters nach dem Fußballspiel rasch nach Hause gegangen sind.

8310d ...daß wir trotz des schönen Wetters am Samstag nach dem Fußballspiel rasch nach Hause gegangen sind

8410e– ... [etc. etc.]

85Tandis que la partie de la phrase qui constitue le champ 3 reste stable, les quatre autres groupes syntaxiques repérables sont interchangeables. Évidemment, l’ordre des groupes crée des effets de mise en relief (sur lesquels nous reviendrons à la section 4.4.4). Mais du point vue des contraintes syntaxiques, le champ 1 n’obéit pas parfaitement à l’ordre régressif de détermination de droite à gauche. La raison en est que les groupes ne se trouvent justement pas dans un rapport de détermination les uns par rapport aux autres. Ils sont relativement indépendants les uns des autres, sont coordonnés à un même niveau syntaxique. Ce type d’ordre syntaxique est nommé un ordre parataxique.

86À la différence du champ 3, la syntaxe du champ 1 permet au sujet parlant plus de libertés. Contrairement à ce que suggère notre exemple, ces libertés concernant la place et la succession des éléments s’appliquent également au sujet. S’il se trouve généralement vers le début d’une phrase, il est loin de se trouver toujours à sa tête. Remarquons que dans l’exemple, nous avons choisi une subordonnée, qui présente plus de contraintes syntaxiques qu’une principale, pour ne pas trop choquer en représentant l’ordre fondamental. Si l’on transforme la phrase en une principale, abandonnant alors l’ordre fondamental, on voit facilement que le sujet est mobile également.

8710z Wir sind am Samstag trotz des schlechten Wetters nach dem Fußballspiel ...

8810y Trotz des schlechten Wetters sind wir nach dem Fußballspiel am Samstag ...

8910x Nach dem Fußballspiel am Samstag sind wir trotz dem schlechten Wetters ...

9010w– ... [etc. etc.]

91Les seules contraintes à respecter sont les suivantes : le sujet doit se trouver immédiatement à côté du verbe conjugué (soit en le précédant, soit en le suivant) ; et ce qui est placé avant le verbe conjugué doit pouvoir se considérer comme une unité, même quand il est composé de plus d’un groupe syntaxique. Dans 10x, am Samstag perd en effet son indépendance et est ressenti plutôt comme un complément de temps se référant à Fußballspiel. Il en va de même pour Trotz des schlechten Wetters nach dem Fußballspiel sind wir ou Trotz des schlechten Wetters am Samstag sind wir, dans lesquels nach dem Fußballspiel et am Samstag sont ressentis comme un complément de circonstance ou de temps qui se réfère à schlechtes Wetter.

4.4.3 Champ 2 ou stratégique : la « présence » du locuteur dans son énoncé

92Le champ 2 (parfois, mais rarement, nommé « mittleres Feld » par les linguistes allemands) est appelé aussi champ stratégique parce que c’est dans ce champ que s’affirme la présence du locuteur dans ce qu’il dit. Il peut se servir du champ stratégique pour donner à sa phrase une forme qui exprime qu’il n’est pas bien certain de ses dires, ou bien qui fasse qu’une certaine réaction est plus probable chez l’interlocuteur qu’une certaine autre. Le champ stratégique relève donc non seulement de la syntaxe à proprement parler mais également de la pragmatique dans la mesure où c’est là que peuvent s’exprimer des intentions perlocutoires du locuteur (voir chapitre 6) ou des connotations que le locuteur désire conférer à son énoncé.

93Nous allons passer en revue les trois types d’éléments qui peuvent, en allemand, apparaître au champ 2.

4.4.3.1 Connecteurs/déconnecteurs

94Le champ stratégique est appelé à traduire l’attitude du locuteur envers son énoncé en mettant en relation les champs 1 et 3 d’une manière spécifique. Pour se rendre compte de ce fonctionnement, ayons recours un instant à la grammaire traditionnelle qui distingue entre sujet et prédicat de la façon suivante : le sujet est ce sur qui ou sur quoi on dit quelque chose dans la phrase, c’est la « cible », la « matière » à propos de laquelle il s’agit d’exprimer quelque chose dans la phrase (c’est pourquoi dans la terminologie – abandonnée aujourd’hui ! – de la grammaire allemande du début du siècle, le sujet était appelé Satzgegenstand). Le prédicat, en revanche, est ce qui est dit, ce qui est exprimé à propos de ce même sujet (d’où, dans la grammaire allemande, le terme de Satzaussage). Il est évident que tout en étant plus performant, la théorie des champs syntaxiques se fonde, entre autres, sur cette conception. Le champ 1 tourne autour du sujet ; le champ 3 tourne autour du prédicat.

95Ce rapprochement fait, on peut dire que la « présence » la plus radicale du locuteur dans l’énoncé consiste à décider si, effectivement, il veut dire du sujet ce qu’exprime le prédicat. Si oui, il raccordera les champs 1 et 3 ; si non, il refusera cette connexion. Dans le premier cas, le champ stratégique reste vide, dans le deuxième, on y trouve un élément de négation qui bloque la mise en connexion des champs 1 et 3.

9611a ...daß die Frau dem Mann das Buch / Ø / gab.

9711b ...daß die Frau dem Mann das Buch / nicht / gab.

98La négation nicht fonctionne comme un déconnecteur qui nie que la connexion du champ 1 au champ 3 puisse être faite ; en d’autres termes, qui nie que ce qu’exprime le prédicat puisse être dit du sujet. Malgré leurs différences sémantiques, c’est la particularité de tous les déconnecteurs : nie, nicht mehr, niemals, etc.

99En dehors des déconnecteurs et du champ vide, il existe des connecteurs. Considérons ces trois phrases :

10012a ...daß ich das Auto / noch / wasche.

10112b ...daß die Kirschen / schon / blühen.

10212c ...daß Hanna und Stefanie sich / doch / zur Prüfung anmelden werden. Remarque : Il s’agit dans cette phrase du doch accentué.

103Dans 12a et 12b, la connexion n’est ni complètement établie ni pleinement refusée. Dans 12a, elle est présentée comme une connexion qui, contrairement à l’attente qu’on a pu avoir, n’est pas encore terminée mais continue à exister. Dans 12b, c’est l’inverse : bien qu’on ait attendu que ce qu’exprime le prédicat ne s’applique pas encore au sujet, il s’y applique déjà. Dans 12c, finalement, le cas est un peu différent. Le doch accentué rétablit ici une connexion des champs 1 et 3 qui précédemment a été refusée par l’interlocuteur.

4.4.3.2 Modalisateurs

104Une autre manière de nuancer la connexion des champs 1 et 3 par l’intermédiaire d’un élément stratégique consiste à exprimer la plus ou moins grande certitude qu’on a que ce qui est exprimé par le prédicat peut en fait se dire du sujet, ou bien à exprimer son attitude envers ce que dit la phrase qu’on produit.

10513a ...daß ich / ganz sicher / kommen werde.

10613b ...daß ihr am Sonntag / bedauerlicherweise / arbeiten müßt.

107Dans 13a, le locuteur met en connexion les champs 1 et 3 et, de surcroît, indique qu’il est très certain que cette connexion est effectivement justifiée. Il aurait établi cette connexion sous réserve si, au lieu de ganz sicher, il avait choisi vermutlich, wahrscheinlich, ou encore normalerweise.

108Le cas qui se présente en 13b est différent. Ici, le locuteur établit bien la connexion entre les champs 1 et 3, mais, de surcroît, il laisse transparaître qu’il regrette que cette connexion soit justifiée. D’autres attitudes modalisantes peuvent être exprimées par des modalisateurs tels que hoffentlich, leider, zum Glück, etc.

109Le genre de modalisateurs que nous sommes en train d’étudier a souvent été appelé, par des linguistes allemands, Satzadverb. On commence, à juste titre, à abandonner ce terme. Car il semble en effet erroné. Les modalisateurs apparaissant au champ 2 se rapportent, de par la mise en connexion des autres champs, à la phrase toute entière ; ils ne se réfèrent justement pas au verbe, ad verbum. En outre, comme nous l’avons vu, ils ne sont pas des déterminants d’un verbe (ce qu’un adverbe est censé être) ; s’ils déterminent quelque chose, ce n’est rien qui se trouve dans la phrase même, mais l’attitude du locuteur envers son énoncé.

4.4.3.3 Particules discursives

110Un troisième type de modalisation est réalisé par ce qu’on appelle souvent les « petits mots » de l’allemand. Ces « petits mots » sont extrêmement fréquents dans la langue parlée et, par leur importance et leur fréquence, constituent un problème majeur, pour des étrangers, à une maîtrise accomplie de l’allemand. Les « petits mots », tels que ja, doch, denn, eben, schon, eigentlich, etc., expriment eux aussi une modalisation, mais il ne s’agit pas d’une modalisation venant de l’attitude du locuteur envers ce qu’il dit. Il s’agit de laisser entendre à son interlocuteur quelque chose qu’on n’exprime pas explicitement ou bien de mener l’interlocuteur vers une certaine réaction ou une réplique plutôt que vers une autre. Plutôt que d’exprimer quelque chose « pour information », ils font appel à des connaissances que le locuteur présume partagées par lui et son interlocuteur.

11114a ...daß du das / ja / wußtest.

11214b ...daß du das / eben / wußtest.

113Dans 14, le locuteur s’adresse à son interlocuteur pour lui dire que l’interlocuteur « le savait », c’est-à-dire savait à un moment passé ce dont on parle actuellement. Mais le locuteur modalise cet énoncé en intercalant entre les champs 1 et 3 une particule discursive. Dans 14a, le ja laisse transparaître que le locuteur présume chez son interlocuteur le même savoir ou la même opinion qu’il a lui-même sur le sujet dont on parle. Si, par exemple, l’interlocuteur s’est plaint qu’il n’ait pas été invité à une soirée que le locuteur a faite, ce dernier pourrait répondre : « Du wußtest ja, daß das geplant war. » Ce faisant, il laisse entendre qu’il est d’avis que lui et l’interlocuteur sont bien d’accord que ce dernier était au courant.

114Dans 14b, eben apporte une modalisation différente. Une situation dans laquelle un locuteur pourrait l’énoncer est la suivante. L’interlocuteur arrive à peine de se remettre d’un examen lors duquel il a échoué. Alors, le locuteur lui dit : « Du wußtest eben nicht genug ; beim nächsten Mal wird’s besser. » La particule laisse entendre que le locuteur n’attend pas qu’on s’oppose « aux faits ». Lors de l’examen, l’interlocuteur n’en savait pas assez ; il n’y a pas à discuter là-dessus.

115Nous pouvons constater qu’il est très difficile, voire impossible de donner un signifié des particules. Plutôt que de dire que tel signifiant évoque tel signifié, il est nécessaire d’imaginer toute une situation de dialogue dans laquelle l’un des interlocuteurs emploie la particule. Les particules sont éminemment dialogiques dans la mesure où elles ont toujours la fonction de faire allusion à quelque chose qui n’est pas explicitement exprimé mais tout de même visé par le locuteur. Leur caractéristique est donc de nuancer, dans une situation d’interaction dialogique, les propos du locuteur en fonction des réactions qu’il souhaite provoquer chez son interlocuteur. Cette caractéristique relativement complexe se reflète dans les termes qui ont été avancés pour les désigner : Abtönungspartikeln, Diskurspartikeln, particules discursives, particules interactives. Cependant, quelque terme qu’on choisisse, les particules, les « petits mots » relèvent toujours de ce que le locuteur présume, dans une situation de dialogue, chez son interlocuteur et des réactions qu’il souhaite éventuellement provoquer chez lui. Elles relèvent donc de la pragmatique. Et nous les retrouverons au chapitre 6.

4.4.4 Champs syntaxiques et place du verbe

116La transformation que nous avons fait subir à la phrase pour la représenter selon l’ordre fondamental de l’allemand a consisté à placer le verbe conjugué tout à la fin. Cette transformation est nécessaire notamment dans une proposition principale, car une subordonnée se présente dans cet ordre même sans transformation. C’est justement pour cela que nous avons présenté toutes les phrases que nous avons étudiées comme des subordonnées. L’état des choses étant tel, il est évident qu’il existe, dans une principale, comme une tension entre l’ordre fondamental prescrit par la langue et la place du verbe. Et c’est précisément en raison de la possibilité, pour le verbe, de se démarquer de l’ordre fondamental par la place qu’il occupe dans la phrase, que la place du verbe peut avoir un impact sur la signification et la fonction de la phrase.

117Plusieurs cas se présentent, dont le premier est celui du verbe en fin de phrase, c’est-à-dire respectant l’ordre fondamental. Le verbe occupe cette place dans les groupes conjonctionnels. Il est préférable de ne pas parler de subordonnées, car ce qui entraîne cette place du verbe conjugué est la présence, au début de la phrase, d’une conjonction. En effet, il existe en allemand des subordonnées non conjonctionnelles ; et dans celles-ci le verbe n’est justement pas en fin de phrase. 15 est un exemple d’un groupe conjonctionnel qui est égal à ce qu’on appelle traditionnellement une subordonnée. Dans 16, « er ist gekommen » est bien une subordonnée qui dépend du verbe sehen ; mais il ne s’agit pas d’un groupe conjonctionnel et le verbe n’occupe pas, par conséquent, la place en fin de phrase. Rappelons-nous que des complétives qui dépendent d’un verbe de diction, d’opinion, ou de sensation (sagen, meinen, der Auffassung sein, sehen, fühlen, etc.), peuvent être construites, en allemand, en tant que groupes conjonctionnels (avec la conjonction daß) ou à l’exemple de la syntaxe des propositions indépendantes.

11815 Wir aßen, obwohl das Essen nicht besonders gut war.

11916 Ich sehe, er ist gekommen.

12017a Ob wir schon gehen sollten.

12117b Wie groß du geworden bist !

122Enfin, le terme de groupe conjonctionnel a l’avantage de couvrir également des cas comme dans 17. On y a affaire à des phrases indépendantes ; effectivement, il n’est pas difficile d’imaginer une phrase introductrice telle que « Ich frage mich, ob wir schon gehen sollten » ou « Ich wundere mich, wie groß du geworden bist ! ». Ainsi, il est possible de justifier la place du verbe, qui est celle qu’il occupe dans une subordonnée. Si, en revanche, on adopte le terme de groupe conjonctionnel, aucune phrase introductrice sous-entendue n’est nécessaire : on peut mettre la place du verbe sur le compte de la conjonction en début de phrase.

Deux exceptions sont à envisager. 1) Dans des groupes conjonctionnels qui comportent ce que certains appellent le « double infinitif », le verbe conjugué se trouve à la fin de la phrase, mais avant le « double infinitif » et non tout à la fin : « Ich war erschrocken, daß er nicht hatte gehen wollen. » 2) En allemand contemporain, on constate une tendance assez nette à ne pas employer weil comme la base d’un groupe conjonctionnel, mais comme une conjonction de coordination. La grammaire prescrit, par exemple : « Ich bleibe zu Hause, weil ich das Fußball-Länderspiel sehen will. » Mais l’usage de plus en plus courant est : « Ich bleibe zu Hause, weil ich will das Fußball-Länderspiel sehen. » La même tendance à passer de ce qu’on appelle traditionnellement la syntaxe d’une subordonnée à celle d’une principale s’observe dans les propositions relatives. En effet, le pronom relatif en début de phrase a le même effet qu’une conjonction : il entraîne le positionnement du verbe en fin de phrase. Si les relatives ne peuvent pas être considérées comme des groupes conjonctionnels, elles s’apparentent à ces dernières pour leur structure syntaxique. Mais là aussi, une tendance au passage à la syntaxe d’une principale – moins nette que pour weil – est apparue en allemand contemporain : au lieu de « Das sind Leute, auf die man sich verlassen kann », on trouve « Das sind Leute, auf die kann man sich verlassen ». Notons qu’à la différence de weil, le pronom relatif entraîne l’inversion du sujet et du verbe quand il se construit avec la syntaxe d’une principale.

123Dans ce qui est appelée traditionnellement la syntaxe dans une principale, le verbe se trouve en deuxième position, après un autre membre de la phrase qui est souvent, mais pas toujours le sujet. (En fait, des études quantitatives ont montré que le sujet se trouvait en début de phrase dans moins de 509c des phrases.) Quand le verbe occupe la deuxième place dans la phrase, l’énoncé est autonome et asserté. Il est autonome parce qu’il peut former une phrase entière sans avoir besoin d’autres membres. (Ce n’est pas le cas, par exemple, pour un groupe conjonctionnel – une « subordonnée » – qui a besoin d’autres membres pour former une phrase.) Il est asserté parce qu’il se réfère à la réalité ; en d’autres termes, il dit quelque chose sur la réalité et ce qu’il dit peut être vrai ou faux. 18a et 18b disent toutes les deux quelque chose sur la réalité ; 18a est vrai s’il neige, faux s’il ne neige pas ; c’est l’inverse pour 18b.

12418a Es schneit.

12518b Es schneit nicht.

126Les deux formes principales de l’assertion sont l’affirmation (18a) et la négation (18b). Il faut distinguer soigneusement entre les énoncés assertés et les énoncés en attente d’assertion. La caractéristique centrale d’un énoncé asserté est qu’il peut être vrai ou faux. C’est précisément ce qui manque aux énoncés en attente d’assertion. En posant la question 19, on ne dit rien sur la réalité mais on s’enquiert à son sujet. La question ne peut donc pas être vraie ou fausse ; elle peut le devenir seulement après qu’une réponse a été donnée. Si la réponse est oui, la question, par l’intermédiaire de la réponse, est vraie s’il vient et fausse s’il ne vient pas. C’est pour cela qu’elle est en attente d’assertion. Une fois combinée avec la réponse qu’elle appelle, qu’elle « attend », elle est assertée.

12719 Kommt er ?

12820 Wer kommt ?

129C’est différent pour la question 20. Elle est assertée même sans réponse. Si on demande à quelqu’un qui vient, c’est qu’on présuppose que quelqu’un vient effectivement ; ce au sujet de quoi on s’enquiert est une précision de cette présupposition. Or, le fait que quelqu’un vienne -peu importe qu’on sache qui ou non – peut être vrai ou faux. A la différence de l’autre type de question, qu’on appelle traditionnellement interrogation globale, ce dernier type de question, l’interrogation partielle, est asserté. La place du verbe reflète cet état des choses. Dans une interrogation partielle, le verbe occupe la deuxième place, ce qui est le cas des énoncés assertés (peu importe que dans une interrogation partielle, l’assertion comporte une « variable » à instantier par la réponse).

130Dans les énoncés en attente d’assertion, comme les interrogations globales, le verbe occupe en allemand la première place. Le deuxième cas important d’énoncé en attente d’assertion est l’impératif.

13121 Gib mir das Buch !

132Dans une proposition impérative, le verbe occupe la première place, car elle est en attente d’assertion. La proposition ne peut pas être vraie ou fausse en tant que telle ; si l’action ordonnée est effectivement accomplie, alors elle sera vraie, si elle ne l’est pas, elle sera fausse. Là aussi, comme pour les interrogations globales, l’assertion est « à l’état virtuel », dépend d’une suite à l’énoncé. Deux cas moins fréquents se présentent dans lesquels le verbe occupe la première place. Une hypothétique sans la conjonction wenn (comparer 22a et 22b) est caractérisée par le verbe en première place.

13322a Wenn die Sonne schiene, ginge ich spazieren.

13422b Schiene die Sonne, ginge ich spazieren.

135Cette tournure est compréhensible du fait qu’une hypothèse ne peut évidemment pas être vraie ou fausse, donc assertée, justement parce qu’elle pose ce qu’elle dit comme éventuellement vrai, éventuellement faux et à vérifier. Le dernier cas, enfin, est un exclamatif peu usité du genre « Ist das aber lustig ! ». Il est en attente d’assertion dans la mesure où rien n’est dit sur la réalité ; le locuteur exprime son sentiment sur la réalité. Ce sentiment, effectivement, ne peut pas être vrai ou faux, mais seulement authentique ou biaisé.

136Tout ce qui vient d’être dit au sujet de la place du verbe est de l’ordre du système, de la langue au sens saussurien. Grâce à une intonation spécifique, la place du verbe peut être neutralisée. Si dans 23, kommst porte un accent marqué, il est clair, malgré la syntaxe assertive, qu’il s’agit d’un impératif. (En quelque sorte, l’injonction est si forte qu’elle anticipe l’assertion : le locuteur laisse entendre qu’il est assez certain qu’il sera obéi qu’il anticipe l’état des choses dans lequel la phrase sera vraie.) C’est grâce à une intonation spécifique également qu’on peut reconnaître une question ou une exclamation sous une syntaxe assertive.

13723 Du kommst her.

138Les libertés syntaxiques que permet l’allemand se fondent sur la tension existant entre l’ordre fondamental qu’on retrouve dans les trois champ syntaxiques de la phrase allemande, et les besoins communicatifs en situation. Un locuteur met le verbe à la première ou la deuxième place ou en fin de phrase en fonction des besoins et des intentions spécifiques qui lui dictent, dans une situation précise, de poser une question, d’asserter quelque chose, etc. Il existe donc un jeu entre les contraintes imposées par l’ordre fondamental et les libertés qui permettent de placer les divers membres de la phrase à des places différentes en fonction de ce que le locuteur veut mettre au premier ou au second plan.

139La syntaxe parataxique du champ 1, la syntaxe hypotaxique du champ 3 et la place du verbe déterminent un ordre des mots neutre de la phrase assertive. Des besoins communicatifs peuvent amener le locuteur à changer la place du verbe, changer l’ordre des mots pour mettre en relief certains éléments. Dans l’ordre neutre, le verbe occupe la deuxième place ; à la première place, on trouve des membres dont l’impact communicatif est relativement faible, c’est-à-dire qui n’apprennent pas beaucoup de choses à l’interlocuteur. Il existe en allemand une tendance à placer, tant que l’ordre fondamental le permet, les éléments connus au début et les éléments inconnus à la fin de la phrase. C’est pourquoi les pronoms des cas obliques se trouvent toujours devant les cas obliques nominaux.

14024a Sie gab ihrem Bruder das Buch.

14124b Sie gab es ihrem Bruder.

14224c Sie gab ihm das Buch.

143Peu importe quel cas oblique est pronominalisé, le datif ou l’accusatif, le pronom précède toujours le cas oblique nominal. Comme un pronom ne peut remplacer que quelque chose qui est déjà connu, dont il a déjà été question, le pronom est « plus connu » que le nom. Alors, il se place plus près du début de la phrase que le nom « moins connu ».

144À la première place, on peut trouver des éléments appartenant au champ 1 ou, parmi ceux appartenant au champ 2, les modalisateurs. Entre la deuxième place et la fin de la phrase, occupée éventuellement par une partie non conjuguée du complexe verbal, la phrase progresse selon l’ordre fondamental. S’il existe plusieurs membres du champ 2 dans la phrase, leur succession est : particules discursives, modalisateurs appréciatifs, modalisateurs de certitude, (dé-)connecteurs. Par exemple : « Herr Müller wird japarticule zum Glückapprécialif vermutlichcertitude dochconnecteur kommen können. »

145Toute dérogation à cet ordre entraîne une mise en relief, voire une modification du sens de la phrase. L’effet de mise en relief est d’autant plus marqué que le membre en question est déplacé loin. Avancer un élément du champ 3 au début de la phrase entraîne un effet de mise en relief considérable. Mais retarder un élément du champ 1 jusqu’à la fin de la phrase peut avoir le même effet.

14625 Schön ist das Konzert gewesen.

14726 Ich habe schon viel Pech gehabt mit dem Auto.

148Dans 25, schön est une expression prédicative qui appartient au champ 3 ; en la déplaçant au début de la phrase, on la met fortement en relief. Dans 26, la situation est inversée : mit dem Auto est un syntagme qui appartient au champ 1 ; là aussi, son déplacement « à l’autre bout de la phrase » crée un effet de mise en relief.

149Au sujet de la phrase 26, un autre point important est à noter. Puisque la syntaxe dans le champ 3 est hypotaxique, aucun syntagme ne peut se placer entre les éléments du champ 3 sans en modifier le sens. C’est pourquoi la mise en relief par le déplacement à la fin de la phrase se fait en plaçant l’élément concerné après le champ 3, en après-dernière place, comme disent certains linguistes français, ou dans le « Nachfeld » de la linguistique allemande. Le Nachfeld est un champ qui est constitué des éléments qui sont, pour ainsi dire, exportés de la phrase proprement dite. Le complexe verbal de 26 se termine à gehabt ; l’ordre fondamental prévoit « ich schon viel Pech mit dem Auto || Ø || gehabt habe ». L’« exportation » à valeur de mise en relief du syntagme mit dem Auto peut être due à une volonté de fournir plus précision sur un point déjà évoqué ; elle peut apporter aussi une nuance expressive ou affective. Il existe un seul type de construction qui implique le Nachfeld sans qu’il y ait mise en relief. C’est la comparaison.

15027a Ich kenne mich in der Gegend besser als mein Vater aus.

15127b Ich kenne mich in der Gegend besser aus als mein Vater.

152Les deux phrases 27 sont grammaticalement correctes. Dans 27a, le syntagme comparé « als mein Vater » est intégré à la phrase ; ce n’est pas faux, mais inhabituel. Dans 27b, il est exporté dans le Nachfeld, ce qui est plus fréquent. Il se trouve après l’élément du complexe verbal – aus -qui indique la fin du champ 3 et, par conséquent, de la phrase proprement dite. En effet, cette différence passe très souvent inaperçue. Si nous avions choisi, au lieu du verbe sich auskennen, le verbe quasiment synonyme kennen, il n’y aurait pas eu d’élément du complexe verbal qui aurait nettement signalé la fin de la phrase proprement dite :

15327c Ich kenne die Gegend besser als mein Vater.

154Sans un tel élément, la fin du champ 3 n’est pas clairement définie. L’unique élément du champ 3 dans la phrase est kenne, qui se trouve à la deuxième place en fonction du besoin communicatif de formuler une phrase assertive. La fin de la phrase proprement dite reste alors floue.

155La mise en relief par déplacement vers le début de la phrase profite de la syntaxe parataxique du champ 1 : pourvu que la deuxième place du verbe soit respectée, il est possible de placer l’élément mis en relief dans le champ 1 même. La mise en relief par déplacement à la fin de la phrase, en revanche, demande un champ après le champ 3, une « rallonge » de la phrase, le Nachfeld dans lequel l’élément concerné est placé parce qu’il ne peut se placer dans la syntaxe hypotaxique du champ 3 sans en modifier le sens.

156Toutefois, il existe le même genre de « rallonge » au début de la phrase, l’avant-première place ou place 0, comme disent les germanistes français, ou, pour employer le terme de la linguistique allemande, « das Vorfeld ». (Il importe donc de ne pas confondre ni Hinterfeld et Nachfeld, ni Vorderfeld et Vorfeld. Le Vorderfeld (champ 1) et le Hinterfeld (champ 3) appartiennent à la phrase à proprement parler. Le Vorfeld (avant-première place) et le Nachfeld (après-dernière place) sont des « rallonges » dans lesquelles sont « exportés » des éléments de la phrase afin de les mettre en relief. L’usage terminologique notamment de Vorfeld et de Vorderfeld est souvent assez flou malheureusement.) On trouve dans le Vorfeld des éléments qu’on peut trouver aussi dans le Vorderfeld, par exemple les modalisateurs appréciatifs (leider, zum Glück, etc.). Leur déplacement dans le champ 1 entraîne, à lui seul une mise en relief. Elle devient encore plus marquée quand le modalisateur n’est pas intégré au champ 1, mais placé dans le Vorfeld.

15728a Leider kommt Frau Meier nicht.

15828b Leider, Frau Meier kommt nicht.

159L’intégration au champ 1 peut être saisie facilement grâce à l’inversion du sujet et du verbe qu’elle provoque (28a). Dans 28b, l’appréciatif leider est exporté dans le Vorfeld (pas d’inversion, marque orthographique : la virgule). L’impact communicatif que ce procédé peut avoir consiste, pour ainsi dire, à mettre l’accent, avant même que la phrase ait commencé, sur le fait qu’on pense que ce qu’on va dire est regrettable. D’autres éléments qui se trouvent toujours à l’avant-première place, sont les conjonctions de coordination (und, aber, denn, etc.) ; en effet, puisqu’elles coordonnent deux phrases, elles ne peuvent appartenir à aucune d’elles et, par conséquent, sont considérées comme occupant le Vorfeld de la deuxième phrase. Les interjections, telles que na ja, doch, etc. se trouvent également dans le Vorfeld, et finalement, des expressions qui servent à s’adresser à quelqu’un, à lui adresser directement la parole y figurent : hallo, du Petra, hör mal, etc. Certains appellent ces formules et expressions des contactifs.

160Pour terminer, précisons que tout ce que nous venons de dire s’applique aux propositions principales. Dans les subordonnées – ou groupes conjonctionnels –, quelques restrictions supplémentaires sont à respecter. A l’exemple des principales, le champ 3 s’y présente toujours selon l’ordre fondamental. Le champ 2 ne connaît pas de différences non plus par rapport aux principales. En revanche, dans le champ 1, la première place doit être occupée par la conjonction qui sert de base au groupe. Le verbe étant à la fin du groupe conjonctionnel, la deuxième place peut être occupée par des éléments nominaux. Et là il faut respecter l’ordre selon lequel un groupe nominal au nominatif se trouve toujours devant des groupes nominaux aux cas obliques ; comme dans les principales, les pronoms viennent toujours avant les groupes nominaux (à l’exception du groupe nominal sujet qui peut précéder les pronoms).

4.4.5 Les verbes modaux et leurs particularités syntaxiques

161Pour terminer ce chapitre sur la morpho-syntaxe, rappelons quelques particularités des verbes modaux. Il s’agit de la particularité syntaxique souvent appelée le « double infinitif » et d’une particularité sémantico-pragmatique, la modalisation exothétique.

4.4.5.1 Le « double infinitif » des verbes modaux

162La particularité fondamentale des verbes modaux (sollen, dürfen, müssen, wollen, können, mögen) est de caractériser un procès (au sens de Tesnière) comme une obligation, un devoir, une interdiction, etc. Dans 29a, il ne s’agit pas – ou pas uniquement – de boire mais du fait qu’il est possible de boire ; dans 29b, ce qui est au centre n’est pas fumer en soi, mais qu’il est interdit de fumer ; dans 29c, enfin, la venue n’est pas importante en tant que telle mais en tant qu’obligation.

16329a Du kannst trinken.

16429b Du darst nicht rauchen.

16529c Du sollst kommen.

166En raison de cette particularité, les verbes modaux sont très souvent suivis d’un infinitif. Le phénomène appelé « double infinitif » concerne les temps composés, c’est-à-dire les temps grammaticaux dont la formation demande un verbe auxiliaire. En l’occurrence, il s’agit du Perfekt, du plus-que-parfait, et du futur (en principe, le futur antérieur entre en ligne de compte aussi, mais il est inusité).

167Quand on a une phrase à un temps composé qui présente un verbe auxiliaire, un verbe modal, et un infinitif, le verbe modal passe de la forme régulière du participe à un allomorphe du participe qui ressemble à l’infinitif. (Comme le futur est formé par l’auxiliaire werden et un infinitif, ce passage n’a évidemment pas lieu, le verbe reste à l’infinitif.)

16830a Ich habe nicht gekonnt. Ich habe nicht kommen können.

16930b Du hattest nicht gedurft. Du hattest nicht rauchen dürfen.

17030c Sie wird sollen. Sie wird gegen ihn spielen sollen.

171(30d Er wird gemußt haben. Er wird haben kommen müssen.)

172Infinitif resté infinitif ou allomorphe du participe qui ressemble à l’infinitif, dans les deux cas, le « double infinitif » affecte la place du verbe auxiliaire dans une subordonnée (dans un groupe conjonctionnel). Au lieu de se placer tout à la fin, comme d’habitude, l’auxiliaire se met devant le « double infinitif ».

17331a ..., weil ich nicht habe kommen können.

17431b …, weil du nicht hattest rauchen dürfen.

17531c ..., weil sie gegen ihn wird spielen sollen.

176(31d ..., weil er wird haben kommen müssen.)

177En effet, la même constellation se trouve pour les verbes de sensation (sehen, hören, fühlen, etc.), le verbe lassen et le verbe heißen (au sens de « faire faire qc. à qn. », emploi désuet). De rares fois, helfen se construit de la même façon. Tandis que les verbes modaux continuent à garder cette particularité, on constate, en revanche, une tendance assez nette pour les autres verbes cités à placer l’auxiliaire à la fin de la phrase et à garder le double infinitif, ou bien même à remplacer le participe qui ressemble à l’infinitif par le participe avec ge- : [...], nachdem ich ihn habe kommen sehen : [...], nachdem ich ihn kommen sehen habe : [...], nachdem ich ihn kommen gesehen habe. On peut rencontrer les trois cas en allemand contemporain.

4.4.5.2 Modalisation endothétique et modalisation exothétique

178L’emploi le plus fréquent des verbes modaux est celui qui consiste à exprimer une obligation, une permission, etc., suivant le verbe modal choisi. On appelle cette modalisation endothétique. Ce terme veut dire que la modalisation du procès exprimé par le verbe à l’infinitif est comprise dans la phrase, ne la dépasse pas et ne concerne pas la situation de dialogue.

17932a Ich muß noch einkaufen gehen.

18032b Du kannst Geige spielen.

18132c Er darf nicht schneller als 100 km/h fahren.

18232d Sie soll den Brief noch fertigschreiben.

183Dans 32a, le devoir ou la nécessité d’aller faire les courses incombe au locuteur (ich) ; dans 32b, la capacité ou la possibilité de jouer du violon est dite de l’interlocuteur (du) ; dans 32c, la non-permission (l’interdiction) de rouler à plus de 100 km/h est octroyée à un tiers masculin (er) ; et dans 32d, l’obligation ou l’injonction de finir la lettre est faite à propos d’un tiers féminin (sie). En d’autres termes, dans tous ces cas, la modalisation consiste en une nuance spécifique de la mise en relation du champ 3 et du champ 1. Il ne s’agit ni d’établir cette relation entièrement ni de la leur refuser – c’est la tâche des (dé-)connecteurs du champ 2 – ; il s’agit de l’établir et de lui donner en même temps une touche spécifique de permission, de capacité, etc. Ce qui est modalisé par le verbe modal est donc la relation entre ce que la grammaire traditionnelle appelle le prédicat et le sujet. La modalisation demeure à l’intérieur de la phrase.

184Cela est différent pour la modalisation exothétique. La relation qui est modalisée est celle qui lie le locuteur à ce qu’il dit. Elle s’apparente souvent aux modalisateurs de certitude du champ 2.

18533a Der Schlüssel muß sich doch finden.

18633b Der Schlüssel mag sich doch finden.

18733c Die Gefahr soll vorüber sein.

18833d Singen will gelernt sein.

189Dans 33a, la clé n’a nullement le devoir ou l’obligation de se laisser trouver. Le muß n’y traduit pas une modalisation du rapport entre le sujet et le prédicat, de la mise en relation des champs 1 et 3, mais une modalisation de l’attitude du locuteur : il exprime sa – relativement grande -certitude par rapport au fait qu’il doit être possible de trouver la clé. La situation est identique dans 33b, à l’exception près que le locuteur est peu certain qu’on peut trouver la clé ; mais il ne s’agit pas là non plus d’une clé qui aimerait bien être trouvée. Si l’on avait kann au lieu de mag ou de muß, la modalisation exothétique serait la même, mais le locuteur serait un peu plus certain qu’avec mag que la clé peut être trouvée. Il peut ajouter encore plus de certitude avec dürfte ; là aussi, il ne s’agit pas d’une clé qui a le droit d’être trouvée (ce serait une modalisation endothétique), mais d’un locuteur qui exprime le degré de sa certitude quant au fait que la clé peut être trouvée (modalisation exothétique). (Attention ! dans cet emploi, le conjonctif II est obligatoire ; l’indicatif darf ne crée aucune modalisation exothétique.)

19033c et 33d contiennent des modalisations exothétiques elles aussi. Ces modalisations ne sont pas, cependant, fondées sur le degré de certitude que le locuteur veut exprimer. Le soll de 33c s’apparente du discours indirect : le locuteur rapporte des propos, une opinion, etc., mais il n’en assume pas pleinement la responsabilité ; il les marque comme venus d’ailleurs. Bien évidemment, il ne s’agit pas d’un danger qui a l’obligation d’être passé. En français, ce sollen de modalisation exothétique est rendu en général par un conditionnel. La phrase se traduit par : « Le danger serait passé. » Le will dans 33d correspond à une modalisation exothétique relativement rare. Il exprime l’attitude d’un locuteur qui considère que le chant demande une formation. Évidemment, le chant ne veut pas avoir été appris. Celui ou celle à qui un locuteur se réfère par cette formule est considéré(e) par lui comme mauvais chanteur. L’idée est, à peu près : avant de se mettre à chanter, il/elle aurait mieux fait de l’apprendre. De même, qui dit « Die Arbeit will erst einmal gemacht sein », exprime son attitude envers un travail qu’il considère comme demandant éventuellement beaucoup de temps. Là aussi, une nuance de mise en garde contre des prétentions est présente : on ne devrait pas prétendre que le travail soit terminé vite fait.

191Dans tous les exemples, on constate que l’analyse a recours à des facteurs qui relèvent du sens des énoncés. Il est impossible qu’une clé veuille être trouvée ; il est incongru que le chant veuille avoir été appris, etc. En effet, sur la base de la seule forme de l’énoncé, il n’est pas possible de dire si un verbe modal représente une modalisation endothétique ou une modalisation exothétique. La forme est strictement la même. Pour saisir une modalisation exothétique, on se fondera donc sur d’éventuelles incongruités de sens qui découleraient de l’énoncé pris comme une modalisation endothétique. Un autre indice assez net est un infinitif au Perfekt, comme dans 33e.

19233e Die Wahl muß erfolgreich ausgegangen sein.

193Il est en effet assez inconcevable que qui ou quoi que ce soit ait le devoir d’avoir été tel ou tel ou de s’être passé d’une manière ou d’une autre. Aucune des modalisations endothétiques (capacité, permission, devoir, etc.) ne se prête facilement à être, pour ainsi dire, rétroactive. Comment obliger quelqu’un à être venu ? permettre à quelqu’un d’avoir eu le droit de fumer ? Dans ce cas, la modalisation a toutes les chances d’être exothétique, c’est-à-dire d’exprimer une attitude du locuteur envers ce qu’il dit. Dans 33e, il déduit de certains indices qu’il est relativement certain que les élections se sont bien passées. Et comme ces altitudes du locuteur ne sauraient être autres que présentes, un verbe modal qui a la fonction de modalisation exothétique est toujours au présent. C’est la raison pour laquelle on n’y trouve pas de « double infinitif ». Dans 34a (modalisation endothétique), si on met la phrase au passé, c’est bien la capacité de venir qui a existé à un certain moment du passé, on retrouve le verbe modal au participe (avec l’allomorphe qui ressemble à l’infinitif : « double infinitif »). Dans 34b (modalisation exothétique), si on met la phrase au passé, l’attitude du locuteur reste présente, c’est l’action de venir qui est passée, et à propos de cette action passée, une attitude est exprimée.

19434a Er kann kommen. Er hat kommen können.

19534b Er kann kommen. Er kann gekommen sein.

Rappelons, pour terminer sur la modalisation, que le futur est de moins en moins usité en allemand contemporain pour sa valeur temporelle. Il existe une tendance assez nette à le remplacer par le présent à valeur de futur, notamment dans la langue parlée. Cependant, le futur peut avoir une valeur de modalisation exothétique. Il entre dans les modalisations qui expriment le degré auquel le locuteur est certain de ses dires, comme mögen, können, dürfen (au conjonctif II !), müssen. Le futur se place entre dürfen et müssen. En disant « Sie wird gekommen sein », un locuteur laisse entendre qu’il est à peu près certain qu’elle est venue.

Table des illustrations

Légende Fig. 11 - Stemme concret selon la grammaire des constituantes
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 12 - Stemme abstrait selon la grammaire des constituantes
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 13 - Stemme abstrait des constituantes des phrases 1, 2 et 3
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 14 - Dépendances syntaxiques selon la grammaire des valences
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 15 – La translation selon la grammaire des valences
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 16 - Exemple de l’ordre régressif de la phrase allemande
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search