Version classiqueVersion mobile

Linguistique pour germanistes

 | 
Marco Rühl

3. Morphologie

Texte intégral

1Faisons d’abord notre mea culpa. Le chapitre précédent sur la phonétique et la phonologie est susceptible de fausser le rapport des forces entre les sous-disciplines de la linguistique. Les chapitres suivants, à commencer par celui sur la morphologie, auront un volume moins important. Cependant, cela ne veut pas dire que l’essentiel de la linguistique se joue en phonétique / phonologie. En revanche, le chapitre précédent « a grossi » parce que les concepts de base et les procédures d’analyse du structuralisme ont été appliqués le mieux en phonologie (nous rencontrerons les premiers problèmes d’un « structuralisme strict » déjà en morphologie), et parce que la branche qui étudie les phénomènes les moins complexes d’un système linguistique se prête le mieux à introduire ces mêmes concepts et procédures d’analyse.

3.1 Des morphes et des morphèmes

2À la section 1.2.2, nous avons dit, en introduisant le concept d’axe syntagmatique, qu’il est caractéristique de la « chaîne parlée » que les unités linguistiques qui la composent viennent les unes après les autres et que ce sont donc des unités plus petites qui composent, tour à tour, une unité plus grande. Les textes sont composés de phrases, les phrases sont composées de mots, et les mots sont composés de sons. La segmentation et la commutation nous ont permis, dans le chapitre précédent, de déterminer quels sons – ou : phons – sont des phonèmes de l’allemand. C’est maintenant le tour de l’unité de taille supérieure, celle des mots. Pour les sujets parlants, elle est probablement de loin plus importante que celle des sons. Combien de fois ne songe-t-on au choix du « mot juste ». Et qui est-ce qui aurait déjà médité le choix du « son juste » ?

3Cependant, le mot ne se prête guère à être une catégorie de l’analyse structuraliste. Considérons les deux phrases suivantes.

41a1 Ich blieb zu Hause, weil es zu regnen anfing.

51a2 Ich blieb zu Hause, denn es fing zu regnen an.

6Ou bien celles-ci :

72a1 Ich lernte im Museum viel.

82a2 Ich lernte in den Museen viel.

9Il y a, ici, de la commutation dans l’air. Évidemment. Mais les choses ne se passent pas de manière aussi souple que pour les phonèmes. Intuitivement, on dirait que dans la phrase 1, weil et denn commutent. Mais que faire alors du constat intriguant qu’à côté de la commutation pure et simple, la variante 1a2 comporte un mot de plus ? Dans la phrase 2, la commutation piétine également, car elle fait intervenir un mot dans l’un des cas, deux mots dans l’autre, et ce suivant le nombre – singulier ou pluriel –, chose non prévue par l’analyse structuraliste. Ces commutations bâtardes naissent du fait que nous nous sommes fiés aux mots, et heureusement, tout rentre dans l’ordre lorsqu’on fait appel, dans la phrase 1, à la notion de particule verbale séparable (qui se sépare du verbe dans une proposition principale) et, dans la phrase 2, à la notion de contraction de préposition + article, qu’on retrouve tous les deux dans im. Ce à quoi on fait appel dans ces cas, cependant, ce ne sont justement pas des mots mais des morphes (du grec µoρφῄ « forme, aspect »). Un morphe (« das Morph », en allemand) est une forme linguistique que l’analyse a pu isoler grâce à la segmentation. Elle est donc ce qui correspond, un niveau supérieur, au phon en phonologie. Et comme il y a des phonèmes à côté des phons, il existe des morphèmes à côté des morphes. Car dès que l’on peut assigner une fonction systémique précise à un morphe isolé par la segmentation, ce morphe acquiert le statut de morphème (« das Morphem »). C’est pourquoi la branche linguistique qui étudie « l’intermédiaire » entre les sons et les phrases s’appelle morphologie.

10La phonologie et la morphologie ont en commun, en outre, le fait qu’il peut y avoir des formes linguistiques, des morphes universels (car isolés sans égard à une éventuelle fonction) – comme pour les phons –, mais que tout morphème, tout élément fonctionnel, n’a de sens qu’en tant que morphème d’une langue donnée – ce qu’on a déjà constaté pour les phonèmes. Le morphe /vi:r/ peut être isolé en allemand, par exemple dans <wir gehen>, et en français, par exemple dans <virtuel> (se rappeler que c’est la prononciation qui compte, pas l’orthographe). Or, en français, l’on ne trouvera pas de commutation et donc d’axe paradigmatique pertinents pour lui assigner une fonction dans la langue française ; ce morphe n’est donc pas un morphème du français. En allemand, en revanche, un axe paradigmatique est aisé à trouver par commutation avec <ich>, <du>, etc. ; on lui trouve une fonction en allemand, celle de pronom personnel, et le morphe /vi:r/ a donc, en allemand, le statut d’un morphème.

11Les parallèles entre phonologie et morphologie s’arrêtent là, cependant. Le statut de phonème ou de morphème d’une langue donnée est en effet assigné parce que l’on trouve une fonction systémique (niveau langue) au phon ou au morphe que l’on a isolé (niveau parole). Le type précis de fonction qu’on lui trouve diffère pour les deux. Nous avons dit que la fonction des phonèmes était de distinguer des expressions grammaticalement correctes de la langue. Ils distinguent des significations, mais n’en ont pas eux-mêmes. C’est différent pour les morphèmes, qui en ont. Donc, le morphème est la plus petite unité significative d’une langue. (Attention : ne pas confondre les termes respectifs en allemand : les phonèmes sont distinctifs, « bedeutungsunterscheidend » ; les morphèmes sont significatifs, « bedeutungstragend »). Soit la phrase :

123a Sie machen Lärm.

13Au niveau phonologique, nous pouvons reconnaître que /m/ est un phonème grâce à la commutation avec /l/ qui nous donne la paire minimale /maxən/ : /laxən/. Mais ni /m/ ni /l/ n’ont de signifié qui leur serait propre et que l’on pourrait cerner. Ils ne font que distinguer des signifiés des unités plus grandes. Le résultat d’une segmentation morphologique est le suivant.

143b Sie / mach|en / Lärm

15Ces segments sont dus à la commutation, par exemple, de sie avec wir, de mach- avec hör-, de Lärm avec Hausaufgaben. Ces segments sont autant de morphes. À la différence des phons, cependant, un signifié peut être déterminé pour ces morphes. Celui de sie est [pronom de la 3e personne au pluriel], celui de mach- est celui qui est rendu en français par fai-, en anglais par make. L’évocation de -en est [désinence flexionnelle de la 3e personne du pluriel, indicatif présent, actif], et le signifié de Lärm est évoqué en français par le signifiant bruit, en anglais par noise.

Remarquons que la segmentation morphologique n’a strictement rien à voir, en allemand, avec la coupure des mots. La segmentation suit les commutations et délétions sur l’axe paradigmatique et aboutit alors, par exemple, à mach-en et Unter-red-ung. La coupure des mots suit la « Sprechsilbentrennung », la coupure selon les syllabes articulées, ce qui donne ma-chen et Un-ter-re-dung.

16Ayant trouvé à quelles significations renvoient, en allemand, les morphes isolés par la segmentation, nous pouvons leur assigner le statut de morphèmes de l’allemand.

3.2 La « double articulation » de la langue au sens d’A. Martinet

17L’une des caractéristiques les plus importantes des signes linguistiques, par opposition à d’autres signes, consiste en le fait que des unités significatives sont composées, grâce à une combinatoire ordonnée, à partir d’unités plus petites qui, elles, n’ont pas de signification. Cette particularité des signes linguistiques reflète un principe d’économie : un nombre fini d’unités non significatives – les phonèmes – permettent de composer un nombre infini d’unités significatives – les morphèmes. Le feu rouge est un systèmes de signes, lui aussi, avec des signifiants (les couleurs) et des signifiés (s’arrêter, attention, passer) pour chacun des signes y figurant. Mais ces signes ne naissent pas d’une combinatoire à base d’unités non significatives ; et c’est pourquoi il n’existe pas, à partir des trois signes de base, un système de signes comportant un nombre infini de membres.

18Le principe d’économie qui est une caractéristique du langage humain est connu, grâce au linguiste français André Martinet, sous le nom de « double articulation » (« doppelte Gliederung »). Comme les phonèmes sont des unités distinctives mais non significatives, ce sont les morphèmes, qui, au niveau supérieur de l’articulation du langage, constituent les plus petits signes (signifiant et signifié) d’une langue.

19Il importe toutefois de rappeler que là aussi les traditions terminologiques peuvent être bien déroutantes. À cause de l’eminente influence que Martinet a eue sur la linguistique française, cette dernière a retenu son terme « monème » pour désigner la plus petite unité significative (cf. le préfixe grec mono- « seul, singulier »). Le monème de la linguistique française et le morphème de la linguistique allemande sont synonymes.

À cet endroit précis, la terminologie « internationale » est un véritable champ de mines. Car à côté du terme « monème », le terme « morphème » existe dans la linguistique française, mais veut dire autre chose. Nous allons voir ce qu’il veut dire voir dans la section suivante.

3.3 Classes de morphèmes (monèmes)

20Nous avons pu entrevoir, lors de la segmentation de la phrase 3 à la section 3.1, qu’il existait des catégories ou classes de morphèmes (monèmes) différentes. Nous allons maintenant passer en revue ces classes de morphèmes (monèmes). Considérons une variante légèrement modifiée de notre phrase 2 supra, et sa segmentation morphologique.

214a Ich lernte in der Ausstellung viel.

224b Ich / lern/te/Ø / in / der / Aus/stell/ung / viel.

3.3.1 Morphèmes libres et morphèmes liés

23Le signe ‘Ø’ est nécessaire ici pour représenter un état des choses que nous avons constaté également en phonologie, sans pour autant le nommer explicitement. Comme la présence ou l’absence d’un phonème peut être fonctionnelle (/v/ distingue /vi:r/ d’avec /i:r/), de même la présence ou l’absence d’un morphème peut être fonctionnelle. On parle alors d’un phonème zéro ou d’un morphème zéro. Dans la phrase 4, le morphème zéro (« Nullmorphem ») commute avec -st, -n et -t pour distinguer la 1re et la 3e personne du singulier d’avec les autres personnes de l’indicatif prétérit, actif.

24C’est une des caractéristiques morphologiques centrales que certains des morphèmes obtenus par la segmentation apparaissent dans la phrase sans aucun lien à d’autres morphèmes, alors que d’autres ont précisément besoin de ce lien. Les morphèmes -te et -ung, par exemple, ne peuvent apparaître dans une phrase qu’à condition qu’ils soient précédés d’un radical verbal. De même, lern- et stell- ne peuvent s’y trouver qu’à condition que les suive un morphème servant de désinence verbale ou à la dérivation des mots. Compte tenu de ces restrictions syntagmatiques des morphèmes, on les appelle morphèmes liés (« gebundene Morpheme »). Les traits qui précèdent ou suivent les morphèmes que nous évoquons dans ce paragraphe (comme dans « -te » ou « stell- ») ont d’ailleurs la fonction d’indiquer qu’on a affaire à une forme qui appelle autre chose à la précéder ou la suivre.

25À la différence des morphèmes liés, les morphèmes libres n’ont besoin de rien d’autre pour pouvoir se placer dans une phrase grammaticalement correcte. C’est le cas, dans la phrase 4, pour wir, in, et viel. À première vue, un morphème libre n’est autre chose qu’un mot. Cependant, les choses ne sont pas si simples. Regardons, par exemple, Haustür ; est-ce que nous en ferons un mot ou deux ? L’orthographe et la commutation, par exemple avec Truhe dans « Ich öffne die Truhe » : « Ich öffne die Haustür », sembleraient pencher vers la solution « un mot ». Pourtant, on peut facilement repérer deux mots distincts, Haus et Tür, et on peut également justifier une coupe supplémentaire en raison de la commutation « Ich öffne die Haustür » : « Ich öffne die Ladentür. » Deux mots, alors ? Une analyse morphématique ne laisse plus de place à ce doute. En raison de la coupe justifiée entre Haus- et -tür, on parlera de deux morphèmes, peu importe qu’ils soient réunis dans ce qui semble bien être un seul mot. De surcroît, il s’agit bien de deux morphèmes libres, malgré les apparences dans ce cas précis. Car, comme toujours en analyse structuraliste, ce qui compte n’est pas l’instance de parole précise analysée, mais l’état des choses au niveau de la langue. Et comme, en allemand, aussi bien Haus que Tür peuvent se placer dans une phrase sans appeler nécessairement un autre morphème qui les précède ou les suive, ils constituent des morphèmes libres bien qu’ils soient liés l’un à l’autre dans notre exemple.

3.3.2 Des morphèmes grammaticaux et des morphèmes lexicaux

26La classification libre : lié fait appel à des critères purement formels. Les morphèmes peuvent être classifiés aussi d’après des critères matériels. Dans la phrase 4 que nous avons analysée, nous retrouvons des morphèmes – viel, Lärm, in – qui pourraient se trouver également et sans aucune modification dans une encyclopédie ou un dictionnaire. Grâce à la définition encyclopédique qu’on peut donner de leur signifié, leur signifiant est traduisible dans une autre langue. Le signifié de wir ou de -te est de nature purement grammaticale et ne peut pas toujours être traduit facilement dans une langue étrangère.

27Les morphèmes qu’on peut trouver dans un dictionnaire s’appellent des morphèmes lexicaux ou des lexèmes, et ceux dont le signifié est l’expression d’une catégorie grammaticale sont appelés des morphèmes grammaticaux ou des grammèmes.

C’est ici que le terme « morphème » de la linguistique française intervient. En France, on appelle « morphème » les morphèmes/monèmes grammaticaux ; le Lexem allemand, cependant, s’appelle « lexème » en France aussi. Voici le récapitulatif de la corrélation franco-allemande : monème = Morphem, morphème = Grammem, lexème = Lexem !

28Il peut paraître extravagant de dire que wir, der ou sie ne sont pas traduisibles sans problème dans une autre langue. Bien évidemment, wir est rendu en français par nous et par we en anglais. Mais il ne s’agit pas là d’une correspondance lexicale comme pour Lärm, bruit, et noise. Que la traduction ne pose pas de problème, cela est dû au fait que les trois langues possèdent des catégories identiques au niveau grammatical en question. Passons au chinois pour nous convaincre que des problèmes y existent ; car il n’y a pas de pronom de la première personne du pluriel en chinois. A sa place, la 1re personne du singulier (wǒ) est employée et le suffixe (men), indice du pluriel, lui est ajouté. Pour ce qui est de l’« intraduisibilité » des articles, il suffit de se rappeler que nombre de mots d’emprunt changent de genre grammatical dans la langue empruntante : le garage die Garage, das Lied le lied. Dans les deux cas évoqués, c’est bien les catégories grammaticales existantes dans la langue d’arrivée qui provoquent ce changement : garage devient féminin en allemand par analogie, car les mots qui se terminent en -e sont majoritairement féminins. Lied adopte un autre genre en français parce que le genre d’origine, le neutre, n’y existe tout simplement pas.

29Rappelons également qu’il n’existe aucune corrélation entre les grammèmes et les liés, et entre le lexèmes et les libres. Il s’agit de deux classifications selon des critères différents qui se recoupent, comme le montre notre phrase 4 : ich, der – grammèmes libres ; in, viel – lexèmes libres ; lern-, stell- – lexèmes liés ; -te, -ung – grammèmes liés.

3.3.3 Allomorphes, amalgames, morphèmes discontinus

30Varions encore notre phrase 4 :

314c Wir / lern/te/n / in / den / Aus/stell/ung/en / viel.

324d Wir / lern/en / bei / den / Rede/n / viel.

33Dans 4c et dans 4d, un morphème grammatical exprime la désinence de la 1re personne du pluriel. C’est -en dans 4d et -n dans 4c. Comme pour les phonèmes, il existe des variantes de morphèmes – ou des allomorphes. -en et -n sont des allomorphes du morphème [désinence de la 1re personne du pluriel] ; et ils sont complémentaires en termes de distribution syntagmatique : l’un est postconsonantique, l’autre est postvocalique.

34Tout ce qui vient d’être dit est vrai également pour le morphème grammatical qui exprime le pluriel (-en après Ausstellung, -n après Rede), à cette exception près que tout en étant distribué d’après le critère postvocalique : postconsonantique, ces deux allomorphes ne sont pas complémentaires ; ils ne couvrent pas toutes les réalisations du morphème [pluriel nominal]. Pour le constater, considérons Auto/s, Kind/er, Himmel/Ø, Tag/e, qui sont autant de variantes de ce morphème grammatical. Voilà les faits. En vue de la classification, ils nous amènent à deux conclusions. D’abord, comme la distribution de -en et de -n est complémentaire dans l’un des cas sans l’être dans l’autre, on peut conclure qu’il ne s’agit pas d’un morphème qui signifie tantôt [1re personne du pluriel], tantôt [pluriel nominal] ; il s’agit plutôt de deux morphèmes homonymes, c’est-à-dire deux morphèmes qui sont distincts quoique identiques dans leur graphie et leur phonie. On les distinguera alors par des index : -en1 et -en2. L’autre conclusion concerne l’aspect très hétéroclite des allomorphes du morphème [pluriel nominal] : -s, -en, -n, -Ø, -er, -e, quoique très différents à première vue, ont tous le même signifié en allemand. Il en découle qu’à la différence des allophons, les allomorphes ne se ressemblent pas toujours.

35Une remarque est à faire au sujet de la segmentation de Rede/n. Compte tenu des bases théoriques du structuralisme, cette segmentation prend en considération uniquement l’état synchronique. La commutation est possible, par exemple, avec Tube/n ou Hase/n. Dans une perspective diachronique, qui rend compte aussi des évolutions historiques de la langue, la segmentation devrait être : Red/e/n. Le morphe -n a déjà été reconnu comme un allomorphe du morphème [pluriel nominal] ; de plus, la diachronie impose le lien entre Rede et le radical verbal red-. Alors, on reconnaît que -e est un morphème servant à la dérivation d’un verbe pour en faire un nom – certains appellent cela un « dérivatème » (la dérivation de Sage à partir de sag- relève du même morphème dérivationnel). Ce morphème n’est plus actif, cependant, dans la dérivation de l’allemand contemporain ; il a été remplacé grosso modo par -ung. (Cf. la section 3.5, composition et dérivation des mots.)

36Notons aussi que les allomorphes se trouvent non seulement dans les grammèmes, mais également dans les lexèmes. À comparer Kind : Kind/er et Rad : Räd/er, on s’aperçoit facilement que Rad et Räd- sont des allomorphes du même lexème (dont d’ailleurs l’un est libre et l’autre lié).

37Un autre problème ressort de la modification suivante de notre phrase 4 :

384c Wir / lern/te/n / in / den / Aus/stell/ung/en / viel.

394e Wir / hab/en / in / den / Aus/stell/ung/en / viel / ge/lern/t.

  • 1 Nous employons tel quel le terme Perfekt de la linguistique allemande pour nous soustraire à un dé (...)

404e présente une forme verbale composée : le Perfekt1 haben... gelernt. La segmentation de l’auxiliaire haben ne présente pas de difficulté ; en revanche, celle du participe II, deuxième composante de la forme composée, n’est pas sans en poser. Car le signifié [participe II] n’est exprimé ni par ge- ni par -t, mais par les deux réunis. Bien qu’on ait affaire ici à deux segments, les deux segments ne font en fait qu’un morphème : ge...t est le signifiant avec lequel le signifié [participe II] entretient une relation d’évocation réciproque. Des morphèmes qui présentent cette particularité sont appelés des morphèmes discontinus (« diskontinuierliche Morpheme »). Il convient de bien distinguer entre morphème discontinu et cooccurrence. Une cooccurrence est celle du wir et du -n dans wir / lern/te/n ; les deux apparaissent ensemble sur l’axe syntagmatique, mais ils gardent bien chacun son signifié propre à lui, que l’on peut dégager par commutation sur l’axe paradigmatique (l’un [pronom de la 1re personne du pluriel], l’autre [désinence de la 1re du pluriel]). C’est différent pour ge- et -t. C’est uniquement quand ils sont réunis qu’ils évoquent le signifié [participe II]. En effet, pour les verbes forts, la désinence du participe II est -(e)n, au lieu de -(e)t (ge/ta/n, ge/komm/en) ; et pour les verbes à préverbe non séparable, le préverbe remplace le ge- (er/lern/t, ver/geb/en). Mais cela ne confère pas le statut de morphèmes aux deux « parties » du morphème discontinu ; ge...(e)t, ge...(e)n, [préverbe non séparable]...(e)t et [préverbe non séparable]... (e)n sont des allomorphes du même morphème discontinu, à savoir celui qui évoque le signifié [participe II].

41Considérons une dernière modification de notre phrase 4 :

424b Ich / lern/te/O / in / der / Aus/stell/ung / viel.

432b Ich / lern/te/O / im / Museum / viel.

44Il n’y a pas d’ambiguïté sur le fait que in der, dans 4a, et im, dans 2b, relèvent de la même fonction. C’est bien qu’ils commutent. Néanmoins, il semblerait que pour la même fonction à remplir, il y ait, dans le cas de 4a, deux morphèmes contre un seul dans le cas de 2b. Mais im, dans 2b, est bien la contraction de in (préposition locative) et de dem (article défini au datif)- À l’inverse des morphèmes discontinus (un morphème distribué sur deux segments), il s’agit là de deux morphèmes réunis en un seul segment. Ce phénomène est appelé amalgame (« das Amalgam »). Çà et là, on rencontre également le terme de morphème porte-manteau (« Portemanteau-Moiphem ») : plusieurs morphèmes sont portés en même temps par ce segment.

3.4 Supra-segmentaux

45Les phénomènes supra-segmentaux (« die Supra-segmentalia », en allemand, par emprunt du terme latin) sont des phénomènes qui contribuent à la production et réception des expressions grammaticalement correctes, qui font partie de la chaîne parlée, mais qui ne peuvent pas être rattachés à un segment précis de cette chaîne ; soit parce qu’ils « accompagnent » plusieurs segments délimitables, soit parce qu’ils se trouvent « entre » les segments.

3.4.1 Prosodie, intonation, accent

46La prosodie est la façon dont est produite la chaîne parlée : tempo, modulation de la voix, volume, etc. Le terme d’intonation désigne dans la majorité des cas la façon dont sont produits des groupes syntaxiques ou des phrases. De manière générale, la prosodie englobe l’intonation dans la mesure où l’intonation particulière (par exemple, expressive, agressive, etc.) d’un groupe ou d’une phrase relève notamment de caractéristiques prosodiques ; cependant, l’usage des termes est un peu flou. L’une des caractéristiques porteuses de signification qui sont les plus importantes dans les langues européennes est l’intonation particulière qui marque une question et qui est distincte de celle d’une affirmation. La question est marquée, en allemand, par un timbre plus aigu à la fin de la phrase interrogative. Ce phénomène qui n’est relié directement à aucun segment et qui est donc supra-segmental est systémique en allemand ; certains linguistes parlent, par conséquent, d’un prosodème. Ce terme n’est cependant pas généralement accepté.

47Notons au passage que les supra-segmentaux sont regardés parfois comme faisant partie de la morphologie, parfois comme des phénomènes qui sont plutôt distinctifs que significatifs et seraient alors à mettre du côté de la phonologie. L’intonation interrogative est-elle vraiment porteuse de signification ou permet-elle de trancher entre la version interrogative et la version affirmative d’une signification de phrase qui est fondamentalement la même dans les deux cas ? La même question se pose – sans avoir été résolue unanimement par les linguistes – pour l’accent. Il est d’une importance non négligeable en allemand. Quand umschreiben est accentué sur le préverbe um-, son signifié est « écrire quelque chose de nouveau en le modifiant » ; si le même signifiant est accentué sur le radical verbal, son signifié est « décrire quelque chose sans le nommer ». Là aussi, l’accent tranche-t-il ou est-il porteur de signification ? Si la question de l’appartenance catégorielle des supra-segmentaux demeure pour l’instant non résolue, il importe de se rappeler qu’en allemand, la valeur distinctive/significative de l’accent est systémique dans deux cas. Nous venons d’en voir un. Pour les verbes dont le préverbe est tantôt séparable, tantôt non séparable, tel umschreiben, c’est l’accent qui permet de les identifier. C’est pareil pour übersetzen qui, s’il est accentué sur le préverbe über-, veut dire « traverser (en particulier un fleuve, un lac) », mais qui veut dire « traduire », si le radical est accentué. Rappelons aussi que tout préverbe séparable est accentué et que les non séparables sont toujours atones.

48Le deuxième cas qui intéresse ici est celui des particules discursives (que nous allons voir plus dans le détail à la section 4.4.3 et au chapitre 6). Il y en a quelques-unes qui changent nettement de signification suivant qu’elles sont accentuées ou atones. Prenons la phrase « Du kommst doch ». Si la particule doch est accentuée, il s’agit d’une réplique qui se veut rectificative, à un énoncé dans lequel l’interlocuteur a nié qu’il vienne. Si, en revanche, elle est atone, il s’agit d’un énoncé légèrement interrogatif par lequel le locuteur aimerait se rassurer qu’il a bien raison de partir sur l’idée que l’interlocuteur viendra.

3.4.2 Langues à tons (« Tonsprachen »)

49Une caractéristique sans importance systémique en allemand est la valeur distinctive/significative des tons. En chinois, par exemple, il existe une multitude de mots qui sont distingués uniquement par leur ton plat, montant, descendant et remontant, ou descendant. (shī – ton plat) « maître, expert » ; (shί – ton montant) « instant, maintenant » ; (shĭ – ton descendant et remontant) « début » ; (shὶ – ton descendant) « être, correct ».

3.4.3 Joncture

50La joncture (« Junktur » ou « Junktion » en allemand) est l’endroit où deux morphèmes se rencontrent. Il peut y avoir alors des phénomènes d’assimilation ou de différenciation. En français, par exemple, il est caractéristique d’éliminer autant que possible toute joncture de deux voyelles. Suivant les cas, cela est réalisé par l’élision (par exemple, le <e> de le et le <a> de la tombent devant initiale vocalique : l’obstacle, l’horloge) ou par la liaison (toute consonne finale non articulée « en temps normal » est articulée quand elle se trouve en position intervocalique en raison d’une joncture : les_œufs, à bon_escient, le cas_échéant).

51Le phénomène de joncture le plus important en allemand est à tendance inverse. Au lieu de supprimer les ruptures marquées entre les mots, l’allemand les accentue pour donner son autonomie articulatoire à chacun d’eux. L’instrument qu’il y emploie est le coup de glotte (« Glottisverschluß » ou « Stimmritzenverschlußlaut »). Le coup de glotte n’est autre que l’occlusive glottale sonore qui apparaît, sans mention explicite, dans l’inventaire consonantique de l’allemand au chapitre précédent. Il consiste en une occlusion momentanée de la glotte qui est relâchée subitement et produit alors une sorte de couac à peine audible qui précède systémiquement, en allemand, toute initiale syllabique vocalique, peu importe, d’ailleurs, que le dernier son du mot précédent soit consonantique ou vocalique. Le coup de glotte équivaut à la consonne arabe qui porte le nom hamza, à l’exception près qu’il peut se placer à toutes les positions consonantiques en arabe alors qu’il est restreint à l’initiale vocalique en allemand.

52/delika.'tεsən/ et /dehka.t'?εsən/ sont distincts pour le seul coup de glotte (?) ; la première expression donne Delikatessen, la seconde delikat essen, où l’initiale vocalique du verbe essen doit être précédée d’un coup de glotte. Malgré cette fonction nettement distinctive, le coup de glotte n’est généralement pas considéré comme un phonème en allemand. Il existe plusieurs raisons à cela. D’abord, on constate qu’il n’est pas toujours articulé, même en allemand soigné, quand les gens parlent relativement vite. Ensuite, les paires minimales que l’on peut trouver, faute de quoi on ne serait pas en droit de lui assigner le statut de phonème, sont, à l’exemple de Delikatessen : delikat essen, pour le moins recherchées. Et finalement, pour les préfixes composés dont le deuxième élément comporte une initiale vocalique (hin?ein, her?ab, ein?ander, etc.), le coup de glotte qui devrait y être n’est pas articulé même en langue standard.

3.5 Composition et dérivation des mots (Wortbildung)

53À tout moment pendant une conversation, la nécessité peut se faire sentir d’être plus précis sur un certain point ou bien de désigner un concept auquel jusqu’alors aucune image acoustique n’était associée. Là aussi, la langue obéit à un principe d’économie. Au lieu de réinventer la roue à chaque fois, les sujets parlants peuvent former, quand cela se produit, le nouveau mot qu’il leur faut sur la base de mots existants qu’ils composent ou en dérivant un nouveau mot à partir d’un mot existant à l’aide d’un morphème prévu à cet effet. La « Wortbildung », la formation de mots, se fait par composition ou par dérivation. Son étude est un des champs les plus vastes de la morphologie allemande. En effet, la Wortbildung est un mécanisme linguistique éminemment productif et très usité en allemand, au moins depuis le xviie siècle. Elle est une des caractéristiques fondamentales de la langue allemande. Comme des bibliothèques entières, littéralement, ont été écrites à ce sujet, nous ne pouvons donner que quelques notions de base, d’autant plus que la discipline n’est pas unanime sur un certain nombre de phénomènes qui relèvent de la composition et de la dérivation des mots. Néanmoins, une section sur la Wortbildung – aussi incomplète qu’elle soit – ne saurait faire défaut dans un chapitre sur la morphologie allemande. La section présente est donc destinée avant tout « à se faire une idée » sur ce domaine de la linguistique allemande.

3.5.1 Dérivation

54La dérivation est un procédé de formation des mots qui consiste à poser un morphème lié à un autre morphème, ce dernier étant libre ou lié. Le morphème qui « dérive » un autre morphème est parfois appelé, faisant référence à sa fonction, un dérivatème. Ce terme, cependant, n’est pas généralement usité. On trouve plus souvent le terme d’affixe, faisant référence au procédé qui consiste à apposer quelque chose à quelque chose d’autre. Quand l’affixe (« das Affix ») se place devant le morphème qui le porte, il s’agit d’un préfixe (comme un- dans « unmög-lich ») ; quand il se place après lui, on l’appelle un suffixe (comme -heit dans « Krankheit »).

55D’après cette définition, la dérivation ressemble à s’y méprendre à la flexion verbale, à l’exception près que ce qui est apposé à un autre morphème s’y appelle flexème, désinence, Endung plutôt que suffixe ou préfixe. La différence fondamentale entre flexion et dérivation est la suivante. Les flexèmes sont apposés à un morphème pour assurer que celui-ci peut être placé dans la chaîne parlée de manière grammaticalement correcte. Leur signifié est exclusivement grammatical et n’a rien de lexical. Les affixes, au contraire, relèvent du grammatical et du lexical. Ils sont lexicaux (sans être des lexèmes à plein titre) parce qu’ils apportent une nette modification de sens au morphème auquel ils sont apposés : le sens de möglich change radicalement par l’adjonction du préfixe un- ; on dit précisément le contraire. Et les affixes, en particulier les suffixes, tout en gardant la caractéristique qui consiste à apporter une modification de sens, sont nettement grammaticaux en ce qu’ils entraînent, dans la plupart des cas, un changement de la catégorie du mot. Par l’adjonction du suffixe -heit, l’adjectif krank passe dans la catégorie des noms. L’on parle donc d’une dérivation déadjectivale. À côté de celle-ci, la dérivation déverbale et la dérivation dénominale sont les plus importantes en allemand. Donnons un exemple pour chacune d’elles : machbar passe du verbe à l’adjectif et est donc déverbal ; monatlich est dénominal parce qu’il passe de la catégorie des noms dans celle des adjectifs.

56La dérivation présente donc deux intérêts majeurs. D’un côté, elle augmente considérablement les possibilités de placer un morphème sur l’axe syntagmatique. Grâce au suffixe -ung, mein- (le radical du verbe meinen) ne commute plus seulement avec les verbes, mais aussi avec les noms. Il peut donc se placer à toutes les positions sur l’axe syntagmatique où peut se placer un nom. D’autre part, la dérivation permet, par les modifications de sens qu’elle provoque, de tirer « plus de signifiés » d’un seul morphème. Verletzung, verletzbar, et verletzlich sont tous dérivés du même radical verletz-. Ils sont tous déverbaux, mais -ung en dérive un nom abstrait qui signifie l’action de blesser et son résultat ; les deux autres forment un adjectif qui fait référence au fait que quelqu’un ou quelque chose peut être blessé, mais verletzbar l’évoque sous le jour d’une action concrète qui blesse (cf. machbar), pendant que verletzlich l’évoque comme un trait caractéristique et donc plus abstrait et global (cf. sterblich). Si verletzbar est donc « vulnérable », verletzlich se traduit plutôt par « (hyper-) sensible » ou « susceptible ».

Sans entrer trop dans le détail, remarquons qu’un suffixe peut relever de plusieurs catégories de départ et que sa contribution sémantique au sens du mot peut alors changer. Le -lich que nous venons de voir est un -lich déverbal, dont l’apport sémantique est, à peu près, « qui peut être fait ». Il existe également un -lich dénominal, dont l’apport sémantique est, à peu près, « à la manière de » : bildlich « à la manière d’une image » = « imagé, figuré », königlich « à la manière d’un roi » = « royal ».

  • 2 La métaphonie (« der Ablaut », en allemand) est un phénomène linguistique qui consiste à remplacer (...)

57La possibilité de nuancer que nous venons de constater pour -lich : -bar s’observe aussi dans l’opposition de deux types de dérivation nominale déverbale. L’une procède par l’adjonction du suffixe -ung, l’autre ajoute le suffixe -Ø et entraîne la métaphonie2 : de schwingen, nous obtenons Schwingung et Schwung. Toutes les deux aboutissent donc à un nom abstrait qui désigne l’action, mais la dérivation en -ung la désigne en tant qu’itérative et imperfective alors que celle en - Ø la désigne en tant que singulière et perfective. Même chose pour Brechung (l’action de (se) rompre) : Bruch (son résultat, la rupture), ou Schiebung (l’action de pousser) et Schub (son résultat, la poussée). Il est des cas – et c’est probablement la majorité – où ces nuances ne passent pas par une opposition de deux types de dérivation ou plus, mais par un « cumul » d’affixes. Prenons le mot nuances de la phrase précédente. On pourrait le traduire tel quel pour obtenir le mot d’emprunt Nuancen. Mais il est possible aussi de le traduire par Nuancierungen ; on rajoute d’abord un suffixe verbal, -ier, pour faire d’un nom un verbe ; et on le nominalise ensuite par le déverbal -ung pour obtenir un nom dont les modifications suffixales continuent en effet à signifier « nuances », mais qui envisage ce signifié maintenant comme la qualité abstraite de la langue allemande qui consiste en un processus de créer des nuances de signification à l’aide de suffixes. Si nous avions dit Nuanciertheit, nous aurions de même obtenu les nuances envisagées comme une qualité abstraite de la langue allemande. Mais il se serait agi ici de la perspective perfective : il n’est pas question de processus mais d’état. Les nuances sont les résultats observables de la suffixation. Cela provient de la verbalisation du nom Nuance par le suffixe -ier et de la nominalisation de ce verbe, par -heit, sur la base de son participe II, nuanciert, à valeur d’adjectif. Citons encore un exemple. La différence entre Wahrheit et Wahrhaftigkeit est la suivante. Dans le premier, le suffixe nominal déadjectival -heit signifie la qualité abstraite de ce que l’adjectif exprime : c’est donc la qualité de ce qui est vrai = « vérité ». Dans Wahrhaftigkeit, nous avons le même adjectif et le même suffixe (-heit et -keit étant des allomorphes combinatoires, v. infra) ; mais deux autres suffixes se placent entre les deux. Il y a d’abord -haft, suffixe adjectival dénominal ou déadjectival qui signifie « ce/celui qui est/agit/se présente à la manière de » (eine bildhafte Darstellung est une présentation qui procède avec des images). L’adjectif wahrhaft désigne donc ce/celui qui se comporte/se présente en respectant ce qui est vrai. Vient ensuite le suffixe -ig qui est plus ou moins synonyme de -haft et qui se rajoute souvent à ce dernier à partir du xviiie siècle parce que les sujets parlants ne perçoivent plus sans problèmes quelle est la modification sémantique exacte apportée par -haft (cf. Ernsthaftigkeit, Leibhaftigkeit, Statthaftigkeit). Ce qui est évoqué ici comme une qualité abstraite n’est donc plus la qualité d’être vrai « tout court », mais la qualité de quelqu’un ou de quelque chose d’être ou d’agir à la manière de, en respectant ce qui est vrai = « véracité », « authenticité ». On a donc affaire, pour ainsi dire, à l’opposition entre la qualité abstraite généralisée (Wahrheit) et la qualité abstraite individualisée (Wahrhaftigkeit).

58Le cas de -haft « doublé » par -ig, évoqué au paragraphe précédent, renvoie au fait que tout affixe qui existe n’est pas ressenti comme tel. Comme tous les autres éléments linguistiques, les affixes peuvent tomber en désuétude, de nouveaux affixes peuvent apparaître. Rappelons-nous que la langue, au sens de Saussure, est un système de règles engrammatiques, mais que ce système reflète un état synchronique qui peut changer au fil du temps. Comme les signes sont conventionnels et arbitraires, un morphème de dérivation ne peut apporter efficacement une modification grammatico-sémantique qu’à condition que la dérivation d’une base lexicale ainsi effectuée soit transparente aux sujets parlants. Ils doivent la comprendre. Si ce n’est pas le cas, par exemple parce que le morphème en question est rare, l’affixe a toutes les chances de ne pas être ressenti comme un affixe apposé à une base lexicale mais comme faisant partie de cette base. Dans Größe, Höhe, Weite, Länge, Breite, etc., nous trouvons un suffixe nominal déadjectival de qualité -e (-i en vieux haut allemand, c’est la raison du Umlaut). Mais cet affixe-là n’est plus ressenti comme tel (le -e a été remplacé par -heit) ; la modification qu’il apporte n’est plus comprise. C’est pourquoi il ne peut plus être utilisé ; il n’est plus productif, vivant, ou actif (ces trois termes sont synonymes dans ce contexte). Le fait qu’à côté de groß : Größe, il n’existe pas de dérivation klein : *Kleine, mais klein : Kleinheit indique que -e était déjà tombé en désuétude quand le dérivé de klein a été formé. Größe ou Kürze, etc. sont ressentis comme des mots non dérivés.

59On observe une situation semblable pour le suffixe adjectival dénominal/déadjectival -sam qui apporte la modification « qui forme un collectif ». Le déadjectival gemeinsam renvoie à un collectif formé par ceux qui sont ensemble sans que quelqu’un domine nettement – c’est la signification première de gemein ; celle d’aujourd’hui, « méchant », n’est que tardive. C’est pourquoi on joue au football gemeinsam. Dans einsam, le collectif formé ne comprend qu’une personne ; dans zweisam, il en comprend deux. Les nominalisations de ces adjectifs sont Gemeinsamkeit et Einsamkeit. Pour former un nom de qualité, on ajoute bien -keit qui est celui des allomorphes qui se place après un autre suffixe, son complément -heit s’ajoutant uniquement à des adjectifs non dérivés. Cependant, à côté de Seltsamkeit (de selten avec l’apocope de la syllabe atone), on trouve aussi, en allemand moderne, Seltsamheit. Cet état des choses indique bien que -sam n’est plus productif, que seltsam est ressenti comme un mot non dérivé (faute de quoi -heit passerait à -keit), pas comme une dérivation du genre « ce qui réunit plusieurs traits rares et/ou bizarres ». Rappelons au passage qu’il existe aussi un -sam déverbal (tombé en désuétude lui aussi), dont la modification sémantique est « ce qui contribue à » ; ce qui est heilsam contribue à guérir ; ce qui est kleidsam contribue à (bien) se vêtir.

60Deux procédés sont à considérer qui sont des cas limites. L’un d’eux l’indique dans son nom même, car il s’appelle dérivation impropre (« uneigentliche Ableitung »). Ce procédé consiste à augmenter la disponibilité syntaxique d’un morphème en l’employant dans une autre catégorie que la sienne, et ce sans aucune marque au niveau du signifiant. Dans das Blau des Himmels, un adjectif est utilisé, sans aucun affixe, comme substantif. Il est bien dérivé en ce sens qu’il se retrouve dans une autre catégorie, mais que « cela ne se voit pas » dans le signifiant. La dérivation impropre joue un rôle important en allemand dans les infinitifs substantivés : Leben, Wissen, Können, etc. Pour qu’on puisse parler de dérivation dans ces cas, il faut que le mot dérivé adopte la morphologie de la nouvelle catégorie, ce qui est vrai pour les mots cités. Ils forment bien les génitifs nominaux Lebens, Wissens, Könnens. Si les morphèmes en question ne s’assimilent pas à leur nouvelle catégorie au point d’en adopter la morphologie, on les considérera plutôt comme des formations momentanées qui relèvent de la parole et qui intéressent l’analyse structuraliste dans une moindre mesure.

61L’autre cas limite est un procédé que les grammairiens ont condamné unanimement tout au long de l’histoire de la langue allemande, mais qui est extrêmement fréquent en allemand moderne, dans ce qu’on appelle le Behördendeutsch ou Amtsdeutsch, c’est-à-dire la langue des documents officiels des organismes gouvernementaux et administratifs. Ce procédé consiste à apposer l’affixe (un suffixe dans la plupart des cas) non pas à un morphème, mais à un syntagme entier. C’est ainsi que du syntagme verbal in Anspruch nehmen, on passe à Inanspruchnahme. Du syntagme Dank sagen, on passe à Danksagung. La morphologie allemande appelle ce procédé Univerbierung, la « mise en un seul mot », et aucun terme technique français pour le désigner ne nous est connu. Il s’agit bien, dans ces cas, de la dérivation par Univerbierung d’un syntagme. On n’assiste pas à la composition d’un nouveau mot à partir de plusieurs mots existants dont l’un est un dérivé. Si c’était le cas, un déverbal *Nahme ou *Sagung devrait exister, ce qui n’est justement pas le cas. Des dérivés n’existent qu’à partir d’un verbe avec préverbe (Annahme ou Entsagung) ou d’un syntagme (Stellungnahme ou Weissagung). Il n’est pas toujours facile, pourtant, de trancher entre la dérivation par Univerbierung et la composition qui comporte un dérivé.

3.5.2 Composition

62Si l’intérêt majeur de la dérivation est d’augmenter la disponibilité syntaxique d’un morphème et de nuancer son signifié selon les besoins, celui de la composition est de transmettre le plus possible d’informations en un mot. Cela dit, la composition sert évidemment à être plus précis au sujet de ce qu’on dit.

63À la différence de la dérivation, la composition ne se fait pas en liant un morphème libre ou lié avec un morphème lié, mais en liant deux mots, où le terme de mot signifie un morphème libre ou une suite de morphèmes qui, s’ils sont réunis, peuvent apparaître dans une phrase sans demander d’autres morphèmes « de support ». Apfelbaum est la composition de deux morphèmes libres : Apfel et Baum ; Rasenmäher est composé d’un morphème libre, Rasen, et de deux morphèmes liés, dont le premier est lexical, le second dérivationnel, mäh- et -er, qui ne sont pas libres en tant que tels, mais se comportent comme un morphème libre s’ils sont réunis.

64La linguistique allemande distingue deux types de composition dont la première est de loin plus importante : la Zusammensetzung – c’est la composition proprement dite – et la Zusammenrückung – c’est la composition par juxtaposition.

3.5.2.1 Zusammensetzung

65Si la composition sert à transmettre plus de signification, à être plus précis, il faut qu’il existe, à l’intérieur du mot composé, un rapport de précision ou de détermination entre ses éléments, grâce auquel cette augmentation de précision est possible. Quand on dit d’un chemisier qu’il est graublau, c’est qu’il est bleu, mais pas tout à fait, et gris, mais pas tout à fait ; il est d’un bleu qui tient du gris ou bien d’un gris qui tient du bleu, mais ni vraiment l’un ni vraiment l’autre. Les deux éléments, pour ainsi dire, se reflètent l’un l’autre et contribuent tous les deux de manière égale au signifié du mot composé. Quand on montre un arbre et le désigne comme Apfelbaum, l’un des éléments, en l’occurrence Apfel, apporte plus de précision à l’autre dont le signifié reste fondamentalement inchangé, en l’occurrence Baum ; ce n’est donc pas n’importe quel arbre, mais un arbre qui porte des pommes. Le premier type de composition (les signifiés des composants sont, pour ainsi dire, couplés pour former le signifié du mot composé), s’appelle composition copulative ou composition additive. De même, un Spielertrainer est quelqu’un qui est joueur et entraîneur à la fois ; il n’y a pas de rapport de détermination entre les deux ; les deux, qui se reflètent l’un l’autre, sont néanmoins nécessaires pour désigner la condition de quelqu’un qui est entraîneur d’une équipe et qui y joue. Nous voyons que malgré l’absence de rapport de détermination, un nouveau signifié naît de cette composition. C’est vrai aussi pour le chemisier : il n’est ni (en partie) bleu ni (en partie) gris – il pourrait être bleu et gris à carreaux –, mais il est les deux à la fois.

66Sans un nouveau signifié qui constitue, en quelque sorte, une nouvelle unité « plus grande que la somme des composants », il ne serait pas justifié de parler d’une Zusammensetzung. C’est vrai aussi pour la composition dans laquelle l’un des éléments apporte plus de détermination à l’autre et qui s’appelle donc composition déterminative. Un Apfelbaum n’est ni une pomme ni un arbre, mais un arbre qui porte ou peut porter des pommes. L’idée de porter est complètement absente des composantes ; elle naît de la composition et grâce à elle, « le tout est plus grand que ses parties ». La composition déterminative est beaucoup plus fréquente que la composition copulative. Nous pouvons y constater l’ordre de détermination habituel de la langue allemande, que nous allons retrouver dans le chapitre sur la morpho-syntaxe. En allemand, le mouvement vers plus de détermination va à l’encontre du sens de la production et de la réception de la chaîne parlée ou écrite. En d’autres termes, ce qui apporte plus de détermination précède ce qui la reçoit. Dans Apfelbaum, Apfel est l’élément déterminant parce qu’il précède l’autre ; et Baum est l’élément déterminé parce qu’il le suit. Dans Baumapfel, qui est tout aussi grammatical, l’ordre de détermination reste le même et c’est donc l’arbre qui détermine la pomme. Il ne s’y agit donc pas d’un arbre qui porte des pommes, mais d’une pomme dans un arbre.

67Le type précis de détermination peut extrêmement varier. Dans Apfelbaum, l’arbre est déterminé par ce qu’il porte ; dans Arbeitsamt, l’agence est déterminée par ce dont elle est responsable ; dans Werbeaktion, l’action est déterminée par ce en quoi elle consiste ; dans Handwerkslehrling, l’apprenti est déterminé par ce qu’il apprend ; dans totenstill, le silence est déterminé par ce à quoi il ressemble. Il serait erroné de supposer une relation entre le déterminé et le déterminant qui serait toujours la même. En effet, le déterminant sélectionne toujours une sorte de « sous-ensemble » : Apfel sélectionne, parmi tous les arbres, ceux qui portent des pommes, Handwerk sélectionne, parmi tous les apprentis, ceux qui apprennent un métier manuel, etc. Mais le critère de sélection n’est pas constant.

68En fait, Handwerkslehrling comporte trois éléments : les morphèmes lexicaux libres Hand et Werk et le nom déverbal Lehrling. En général, une composition à plus de deux éléments n’est possible qu’après que deux des éléments ont commencé à être ressentis comme une unité, de sorte que finalement, la composition n’implique que deux éléments dont l’un est le résultat d’une composition antérieure. C’est le cas de Handwerk, composition qui désigne l’ouvrage que l’on fait à la main. Comme Handwerk est ressenti comme une unité, il n’y a plus aucun problème à former de nouvelles compositions dans lesquelles il entre comme s’il était un seul morphème.

69Historiquement, la composition se faisait d’abord par la simple juxtaposition de deux éléments. Dès le vieux haut allemand, on trouve quelques rares exemples : beta hus (Gebethaus en allemand moderne). C’est le type que l’on retrouve également dans Apfelbaum ou Telefonnummer. Les deux éléments sont placés l’un à côté de l’autre, rien ne vient se mettre entre eux ; on dit en allemand : « Die Kompositionsfuge ist nicht besetzt. » La Kompositionsfuge est donc le « joint » entre les deux éléments composés.

En France, on se sert souvent du terme de joncture pour désigner la Kompositionsfuge. Bien que ce terme convienne à l’idée de joindre deux éléments, nous ne le retenons pas dans cet ouvrage parce que nous l’avons réservé aux phénomènes d’assimilation et de différenciation entre deux morphèmes qui se rencontrent syntagmatiquement. La Kompositionsfuge n’étant ni l’un ni l’autre, mais un « marquage » de la joncture sans aucun des phénomènes cités, nous préférons garder le ternie allemand.

70À la différence de Apfelbaum, la Kompositionsfuge peut être occupée : dans le mot Kompositionsfuge lui-même, elle est occupée par un <s> qui vient s’intercaler entre les éléments de la composition, Komposition et Fuge. La présence d’un élément intercalaire remonte à un type de composition qui apparaît dès le moyen haut allemand et qui est dû à un génitif antéposé. Pour évoquer la langue que parlait déjà la mère, on peut dire die Sprache der Mutter ; mais on peut aussi antéposer ce génitif et on obtient der Mutter Sprache. C’est précisément là que, à partir des xiiie et xive siècles, on observe des hésitations sur l’article. A côté du génitif correct se référant à Mutter, on trouve le nominatif se référant à Sprache : die Mutter Sprache. Dès lors, le syntagme génitif antéposé + nom déterminé doit être considéré comme une composition.

71Si, dans ce cas, le genre du nom antéposé n’est pas féminin, on va tout naturellement retrouver la désinence du génitif -s, comme dans des Urteils Begründung > die Urteilsbegründung. C’est de là que la composition connaît une variante avec ce que la linguistique allemande appelle Fugenelement. On pourrait appeler cet élément un infixe de composition, mais ce terme est inusité. A côté du -s-, le deuxième Fugenelement de grande importance est le -(e)n-. Il s’explique de la même manière : des Menschen Recht > das Menschenrecht. Il s’agit là d’un génitif antéposé d’un nom masculin ou neutre faible.

Dans les manuels pour les apprenants de l’allemand, on explique parfois l’infixe -(e)n-comme une composition dont le premier élément est au pluriel. Si cela a une certaine valeur didactique (il n’est pas besoin de rentrer dans les questions des noms forts et faibles), l’explication est historiquement fausse.

72Que faire alors d’un composé comme Sonnenuntergang ou Kirchensteuer. On y a bien affaire à un Fugenelement, le -(e)n- qui vient s’intercaler entre Sonne et Untergang et entre Kirche et Steuer. C’est qu’il existait, jusqu’aux xvie et xviie siècles, des noms féminins faibles qui formaient leurs cas obliques à la manière des masculins et des neutres faibles, par l’ajout d’un -(e)n. Les deux exemples remontent donc aux formes der Sonnen Untergang et der Kirchen Steuer, Sonnen et Kirchen ayant été les génitifs corrects de ces mots. Mais les « étran-getés » de la composition ne s’arrêtent pas là. Dans Kompositionsfuge, Krankheitsbild, Reibungsverlust, un -s- intercalaire est présent qui ne peut certainement pas être un génitif. Car les premiers éléments respectifs de ces compositions sont des noms féminins. La raison en est que dès le xviie siècle, les anciens génitifs antéposés étaient passés à l’état de compositions et le -s- intercalaire n’était plus ressenti comme la marque du génitif, mais comme celle de la Kompositionsfuge. Dès lors, le -s- va s’ajouter également, par analogie, aux féminins pour marquer l’endroit où les éléments de la composition se joignent. Il a donc changé de fonction. Pareillement, le -(e)n- s’étend par analogie et a tendance à se placer dans la Kompositionsfuge après des féminins qui se terminent en -e, peu importe qu’ils soient anciennement forts ou faibles. Tiefe étant anciennement fort, on devrait avoir *Tiefeangst ; ce qu’on a, en revanche, est Tiefenangst, avec -(e)n- par analogie. Cependant, dans Reisegeld, un féminin anciennement fort, Reise, garde son génitif avec -Ø ; et dans Liebesbrief, on a le même cas où un premier élément, Liebe, qui est un féminin anciennement fort, prend par analogie le -s- qui remonte aux génitifs masculins et neutres.

73En raison de ces évolutions diachroniques de l’allemand, la Kompositionsfuge peut se présenter sous une panoplie de formes :

  1. marque -Ø-, en raison d’une juxtaposition devenue composition par la suite ;
  2. marque -Ø-, en raison d’un génitif antéposé de féminin fort ;
  3. marque -s-, en raison d’un génitif antéposé de masculin ou neutre fort ;
  4. marque -s-, par analogie au génitif antéposé de masculin ou neutre fort ;
  5. marque -(e)n-, en raison d’un génitif antéposé de masculin, féminin ou neutre faible ;
  6. marque -(e)n-, par analogie au génitif antéposé de masculin, féminin ou neutre faible.

74Toutes ces formes sont à mettre en relation avec des états diachroniques différents de la langue allemande. Mais ils sont tous restés productifs en allemand moderne. C’est la raison pour laquelle il est difficile de donner des règles pour la composition parce qu’on ne peut pas prévoir, jusqu’à un certain degré, quel type de composition sera utilisé.

75Voici quelques amorces de règles tout de même, par ordre décroissant de « fiabilité ».

76< Tout premier élément qui est un dérivé nominal en -heit, -keit, -ung, -ion, -tät, prend un -s- intercalaire (Richtungsstreit, Heiterkeitsausbruch, Informationsbüro).

77< Si le premier élément est au pluriel, il y a de très fortes chances que la Kompositionsfuge soit Ø (Handwerkerinnung, Kindergarten, Bücherregal).

78< Si le premier élément est verbal ou adjectival, il y a de fortes chances qu’il reste sous forme de radical et que la Kompositionsfuge soit Ø (Gehversuch, großtun, Weißbrot).

79< Si le premier élément comporte deux syllabes ou plus, il y a de fortes chances qu’un -s- s’intercale à la Kompositionsfuge, notamment si ce premier élément désigne quelque chose d’abstrait (Arbeitsamt, Handwerkskammer).

80< Si le premier élément est un féminin se terminant en -e, il y a des chances qu’un -n- vienne s’ajouter à la Kompositionsfuge (Sonnenschein, Rosenwasser, Größenwahn).

81< Si le premier élément est mono- ou bisyllabique, il y a des chances que la Kompositionsfuge reste 0, notamment si ce premier élément désigne quelque chose de concret (Toastbrot, Knoblauchzehe).

82Il faut avoir à l’esprit, cependant, que toutes ces règles connaissent bien des exceptions. Aux « vraies » exceptions, il convient encore d’ajouter les Kompositionsfugen qui semblent exceptionnelles sans l’être. Rappelons-nous le procédé de dérivation nommé Univerbierung. A priori, les raisons pour lesquelles on a Arbeitsamt à côté de Arbeitgeber, ou Liebhaber à côté de Liebesbeweis ne sont pas claires du tout. Or, seuls Arbeitsamt et Liebesbeweis sont des compositions (avec un -s-analogique dans les deux cas). Arbeitgeber et Liebhaber sont des Univerbierungen à partir des syntagmes Arbeit geben (un déverbal avec son objet à l’accusatif) et lieb haben (un déverbal avec son adverbe). Ces Univerbierungen, qui ne sont pas toujours faciles à cerner et qui ressemblent souvent à des compositions à formation irrégulière, rendent encore plus délicat, du point de vue de l’analyse morphologique, le domaine de la composition.

3.5.2.2 Zusammenrückung

83Nous avons observé qu’un des types de composition remontait à la simple juxtaposition de deux éléments ; et nous avons dit que ce procédé était resté vivant lui aussi. Il existe une variante de ce type qui présente une liaison compositionnelle assez faible entre les éléments. Cette liaison relativement faible est repérable à partir du fait que, dans ces cas, le tout compositionnel n’est pas « plus grand que ses parties ». Un Apfelbaum est plus qu’un arbre et une pomme réunis, c’est un arbre qui porte des pommes, l’idée de porter étant absente des éléments qui forment le composé. Une Haustür est plus qu’une porte et une maison réunies ; c’est la porte principale d’une maison, l’idée de principal étant absente des éléments formants. Dans les Zusammensetzungen, on remarque donc une forte liaison compositionnelle qui va jusqu’à faire naître des éléments de signifié absents des composantes ; un nouveau signe naît, avec un nouveau signifiant et un nouveau signifié.

84C’est différent pour les Zusammenrückungen. Les éléments n’y sont pas réunis mais « seulement » zusammengerückt, mis ensemble. Quand on veut dire, en allemand, que le fait que quelqu’un arpente la pièce nous agace, on peut bien dire : « Ihr Hin-und-Hergehen geht mir auf die Nerven. » On a affaire ici à ce qu’on pourrait appeler la dérivation impropre de tout un syntagme : le syntagme verbal hin- und hergehen reste inchangé et est employé comme s’il était un nom. Le signifié de cette Zusammenrückung se résume à la somme des signifiés de ses pallies. En quelque sorte, cette Zusammenrückung est l’abréviation d’une proposition subordonnée : « Daß sie hin- und hergeht, geht mir auf die Nerven. »

85Dans la majorité des cas, une Zusammenrückung revient à une nominalisation d’un syntagme entier, et il est caractéristique que l’orthographe respecte chacun des éléments, ne les « colle » pas l’un à l’autre, et exprime le fait qu’ils sont zusammengerückt par des traits d’union. A priori, rien n’empêche de créer des monstres de traits d’union : die Mir-ist-alles-egal-Einstellung, das ewige Früher-war-alles-besser-GeJammer, die Völker-hört-die-Signale-artigen Parolen, etc. Notons, pour terminer, que la Zusammenrückung est souvent dictée par des besoins communicatifs en situation (volonté d’être plus bref, recherche de l’originalité de l’expression, etc.). De ce fait, elle est beaucoup plus proche de la parole et donc plus loin de la langue que la Zusammensetzung. C’est pourquoi certains linguistes ne la considèrent pas comme un trait systémique de l’allemand.

Notes

1 Nous employons tel quel le terme Perfekt de la linguistique allemande pour nous soustraire à un débat qui n’a pas encore produit de solution acceptée par tous. Le Perfekt (auxiliaire + participe II) peut avoir deux valeurs différentes en allemand : dans la langue parlée, il est un temps du passé et remplace de plus en plus souvent le prétérit. Dans la langue écrite, il exprime que l’action est envisagée comme accomplie, peut importe que l’instant de référence, par rapport auquel elle est accomplie, soit passé, présent ou futur. Il a donc plutôt la valeur d’un aspect que d’un temps grammatical. Par conséquent, on trouve en France le terme parfait, calqué sur le terme allemand, et le terme accompli. Nos objectifs dans cet ouvrage étant différents, nous ne voudrions pas trancher dans ce débat.

2 La métaphonie (« der Ablaut », en allemand) est un phénomène linguistique qui consiste à remplacer, dans des circonstances systémiques précises, un phonème par un autre phonème, ce remplacement ayant valeur distinctive. Le cas de métaphonie le plus important en allemand est la formation des prétérit et participe II des verbes forts. Dans la série trinken – trank – getrunken, c’est bien la métaphonie qui distingue le présent d’avec le prétérit. Alors que cette distinction n’est souvent pas faite ailleurs, la linguistique allemande tranche nettement entre la métaphonie (« Ablaut ») et l’apophonie (« Umlaut ») ; pour désigner l’apophonie, on trouve également le terme d’inflexion. Le remplacement métaphonique d’un son par un autre se fait sans égard à l’environnement phonétique de la voyelle concernée ; il est spontané, et il est dans bien des cas le résultat d’évolutions phonétiques historiques (la métaphonie /u/ : /ø/ du verbe vouloir en français, par exemple, est dû à l’accent : dans ils veulent, la syllabe en question était accentuée dès le latin, dans vous voulez, elle était atone dès le latin ; or le /o/ latin a pris, suivant sa place sous l’accent ou non, des évolutions phonétiques différentes). L’apophonie, en revanche, est un phénomène phonétique combinatoire qui a lieu ou non suivant l’environnement phonétique de la voyelle concernée. C’est sous l’influence du /i/, voyelle palatale fermée, dans la syllabe suivante que le /a:/ de Jahr se transforme en /ε:/, c’est-à-dire se palatalise et se ferme, dans jährlich. Il est vrai que cette distinction entre la métaphonie et l’apophonie est un peu arbitraire dans la mesure où l’on peut, dans certains cas, retracer une métaphonie contemporaine à une apophonie historique : par exemple, le passage, au radical verbal des verbes forts, de <e> à à la 2e et 3e personne du singulier du présent (gebe – gibst – gibt, stehle – stiehlst – stiehlt) semblerait bien être une métaphonie. Cependant, il est dû à la présence en vieux haut allemand d’un /i/ fermant dans la désinence verbale de ces deux personnes, et il relèverait alors de l’apophonie. (Par ailleurs, le terme dont se sert la linguistique allemande pour désigner ce phénomène, n’est ni Umlaut ni Ablaut, mais i/e-Wechsel ou bien Brechung.) Retenons donc pour la pratique que Ablaut s’applique aux changements vocaliques des temps du passé des verbes forts, alors que Umlaut s’applique à la fermeture et palatalisation des voyelles /a/, /o/, et /u/ ainsi que de la diphtongue /ao/ <au> sous l’influence d’un /i/ dans la syllabe suivante. Notons également qu’au fil des évolutions historiques, ce /i/ fermant et palatalisant peut tomber ou passer à /ə/. Il est présent dans Fuchs : Füchsin, mais il s’est amuï à /ə/ dans Füchse, Räumchen, Höfe, Kälber, tous ces flexèmes et suffixes ayant comporté un /i/ dans un état antérieur de la langue allemande.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search