Version classiqueVersion mobile

Linguistique pour germanistes

 | 
Marco Rühl

2. Phonétique et phonologie

Texte intégral

1La phonétique et la phonologie sont toutes les deux des branches de la linguistique qui étudient les sons. Il importe néanmoins de ne pas confondre leurs champs d’étude. La phonétique étudie les sons en tant que phénomène physique, sans égard à une éventuelle fonction qu’un son peut avoir dans un contexte déterminé. C’est justement là, cependant, le champ d’étude de la phonologie. Elle étudie les fonctions qu’ont, dans un système linguistique donné, les sons qu’on peut décrire grâce aux études phonétiques qui en ont été faites. Nous aborderons d’abord la phonétique, l’étude des sons en tant que tels. Ensuite, nous nous intéresserons à la phonologie, à l’étude des sons en tant qu’éléments fonctionnels d’un système linguistique donné.

Il importe, une fois de plus, de ne pas se laisser dérouter par des traditions terminologiques différentes. Le structuralisme américain appelle l’ensemble des études phonétiques (sons en tant que tels) et phonologiques (sons et leur fonction dans un système linguistique) du nom de phonology. La phonétique, au « sens européen » s’appelle phonetics ; mais la phonologie « européenne » a reçu le nom de phonematics. Ce dernier terme sera plus clair une fois que nous aurons abordé ce sujet.

2.1 Des phonétiques : articulatoire, acoustique, auditive

2Le phénomène physique qu’est un son peut intéresser l’étude sous trois jours : celui de sa production, celui de sa transmission, et celui de sa réception. C’est pourquoi la phonétique se répartit en trois sous-disciplines.

3La phonétique auditive est celle qui étudie les phénomènes physiques et neuronaux qui ont lieu à la réception d’un son par l’appareil auditif. Elle tâche de mettre en lumière ce qui se produit au moment de la réception, de la différenciation, et de l’identification des sons. Elle décrit donc, pourrait-on dire, le chemin qui mène de l’oreille au cerveau.

4La phonétique acoustique s’intéresse aux caractéristiques physiques des sons lors de leur transmission. Un de ses instruments d’analyse cardinaux sont des mesurages des plages de fréquence des ondes sonores qui transmettent le son. Les plages de fréquence sont rendues par ce qu’on appelle un sonagramme (cf. la figure 4).

Fig. 4 - Sonagramme du [t] de Donnerstag : tiré de A. Hagenkord : Die Stimmbeteiligung bei Verschlußlöselauten in einem md. Dialekt. Magisterarbeit, Uni Marburg, 1991

5Roman Jakobson, éminent linguiste d’origine russe qui faisait partie du Cercle linguistique de Prague dans les années 1920 et 30, a tâché de mettre des études en phonétique acoustique au profit d’une phonologie acoustique. Cependant, sa tentative n’a pas été couronnée de succès, et de nos jours encore, il n’existe pas de phonologie acoustique bien établie et développée.

6La phonétique qui est devenue la plus importante pour les études structuralistes est la phonétique articulatoire. La phonétique et la phonologie sont, en même temps, le domaine dans lequel les procédures structuralistes (commutation, segmentation et classification) ont été le plus pertinemment appliquées. Nous verrons qu’une approche strictement structuraliste connaît des difficultés dans l’analyse des entités plus larges, telles que les phrases, les textes, voire les mécanismes interactifs qui régissent la conversation.

7Le père fondateur de la phonétique et de la phonologie structuralistes était d’origine russe lui aussi, ce qui fait que son nom est translitéré parfois à l’allemande : Nikolaj S. Trubetzkoy, parfois à la française : Nicolas S. Troubetzkoï. Son œuvre majeure, publiée en allemand, vit le jour à Prague en 1933 : Grundzüge der Phonologie. Lui aussi faisait partie du Cercle linguistique de Prague, qui exerça une grande influence sur toute la linguistique européenne de l’entre-deux-guerres, mais aussi des premières décennies de l’après-guerre.

2.2 Critères phonétiques de la description des sons

8La phonétique articulatoire cherche à donner une description aussi exacte que possible des sons articulés. Pour ce faire, elle renvoie aux organes articulatoires qui sont impliqués dans la production d’un son. D’abord, il convient donc que nous nous rendions compte de ces organes. Dans les paragraphes suivants, nous donnerons les termes techniques uniquement en français ; pour faire le lien au vocabulaire technique allemand, toutes les figures comportent les termes dans les deux langues.

9L’organe fondamental de la production des sons est le larynx (cf. figure 5). Il est situé à l’extrémité supérieure de la trachée et est capable de fermer cette dernière grâce à l’épiglotte (ce qui se produit notamment quand on mange pour que des morceaux d’aliment n’entrent pas dans la trachée). Au moment de l’articulation, l’épiglotte est soulevée. Juste en dessous d’elle sont situées les cordes vocales qui laissent entre elles un passage – la glotte – par lequel l’air peut être expiré vers les organes articulatoires des cavités buccale et nasale. Cela se produit au moment de l’articulation ; alors, les cordes vocales entrent en action ou restent au repos. Si elles entrent en action, elles rétrécissent la glotte et exercent une pression sur l’air passant qui, à son tour, fait vibrer les cordes vocales. Quand elles vibrent, le son qui est produit est un son sonore. Quand, en revanche, les cordes vocales restent au repos, le son produit est un son sourd.

Fig. 5 - Le larynx. Der Kehlkopf

10Pour donner des descriptions exactes des sons produits, la phonétique emploie des termes dérivés des organes et points d’articulation impliqués dans l’articulation du son en question (cf. figure 6). La représentation écrite des sons est assurée par la transcription phonétique standardisée par l’Association phonétique internationale. Dans les pays de langue romane, on trouve également une transcription légèrement moins exacte, adaptée aux langues romanes. Cette transcription est appelée, d’après les noms de ceux qui l’ont développée, la « notation Bœhmer-Bourciez ».

Fig. 6 - Coupe de l’appareil articulatoire

11En phonétique, on distingue deux catégories globales de sons : voyelles et consonnes. L’étymologie des termes suggère que les unes sont des sons autonomes (du latin vocale « qui résonne ») et que les autres ont besoin d’aide pour se faire remarquer (du latin consonans « qui sonne avec (autre chose) »). Cette distinction est inexacte dans la mesure où il est possible de produire les sons [m| ou [l] sans support articulatoire. La distinction entre les voyelles et les consonnes se fera alors en tenant compte du fait que les premières ont une résonance, un timbre qui leur est propre, tandis que les dernières sont en quelque sorte des bruits qui naissent de la modulation spécifique que l’air connaît quand il passe l’appareil articulatoire.

2.2.1 Les voyelles

12Toutes les voyelles sont des sons sonores. L’articulation d’une voyelle, quelle qu’elle soit, demande toujours que les cordes vocales entrent en vibration. Le timbre individuel qui est une caractéristique des voyelles, par opposition aux consonnes, naît de la disposition exacte de l’appareil articulatoire tel qu’il est représenté dans la coupe verticale sur la figure 6. C’est la position des organes et des points d’articulation les uns par rapport aux autres qui module l’air qui vient des poumons, de façon à provoquer le timbre spécifique d’une voyelle donnée.

13Pour pouvoir décrire aussi exactement que possible l’articulation d’une voyelle, la phonétique se sert des cinq critères suivants. On pourrait facilement imaginer d’autres critères ; mais pour les voyelles des langues indo-européennes, ces critères permettent une exactitude satisfaisante.

141. Écart des mâchoires – Quand on ouvre la bouche pour produire une voyelle, la mâchoire supérieure et la mâchoire inférieure s’écartent l’une de l’autre pour former un angle. Plus cet angle est grand, plus la voyelle est ouverte ; et inversement, moins il est grand, plus elle est fermée. C’est pour cela que ce critère est appelé également l’aperture. En allemand, on parle de « Kieferwinkel » ou de « Öffnungsgrad », et les voyelles sont alors « offen » ou « geschlossen ». Le <a> de raten est une voyelle ouverte ; le de Mitte est une voyelle fermée. Le <e> de lesen, pour ce qui est de son aperture, est entre les deux.

152. Action des lèvres – La modulation de l’air peut faire intervenir les lèvres. Il est possible qu’elles s’ouvrent simplement pour laisser passer l’air ; il est possible, aussi, qu’elles forment un rond. Lorsqu’elles s’arrendissent, une voyelle labiale, en allemand, « ein gerundeter Vokal », est produite ; dans le cas contraire, elle est non labiale, « ungerundet » (on trouve parfois le terme « gespreizt »). Le <e> de heben est une voyelle non labiale semi-ouverte. Le <o> des hoben est une voyelle labiale semi-ouverte.

163. Position de la langue – La langue peut rester au repos pendant l’articulation ; c’est le cas, par exemple, du <a> dans haben. (Certains parlent alors de voyelle neutre, mais le terme n’est pas très usité dans ce contexte.) La langue peut également se soulever, cependant, et si elle le fait, c’est soit vers le palais qu’elle se soulève, provoquant ainsi une voyelle palatale, soit vers le voile du palais, provoquant alors une voyelle vélaire. Dans les langues indo-européennes, la position de la langue et l’aperture des mâchoires vont dans le même sens dans la plupart des cas. Cela veut dire que la langue est plus susceptible de rester au repos pendant l’articulation d’une voyelle ouverte et de se diriger vers le palais ou le voile du palais pendant l’articulation d’une voyelle fermée. Elle rajoute alors au degré d’aperture ou de fermeture entamé par l’écart des mâchoires. Le <u> de rufen est une voyelle vélaire labiale fermée. Le de Dieb est une voyelle palatale non labiale fermée. Pourtant, des exceptions existent. Le <ä> de Bären, par exemple – surtout quand il est prononcé de manière très marquée pour l’opposer à Beeren –, est une voyelle qui, tout en étant ouverte, est palatale. Le < Ьl> de CЬlp, « fromage » en russe, est fermé, et pourtant la langue reste au repos.

Notons toute une panoplie de termes qui veulent dire la même chose dans ce contexte. Sans égard à d’éventuelles différences en anatomie médicale, les termes « palais », « palais dur », et « voûte du palais » – et « Gaumen » et « harter Gaumen » en allemand – sont synonymes en phonétique. De même, y sont synonymes « palais mou » et « voile du palais » – et « Gaumensegel » et « weicher Gaumen ». De surcroît, l’on peut rencontrer couramment, notamment en allemand, les termes techniques latins, employés tels quels : « das Palatum » et « das Velum ». Ce n’est pas encore tout ! Une voyelle palatale peut également s’appeler antérieure, et une voyelle vélaire, postérieure. On ne fait pas appel, ici, à l’endroit vers lequel la langue se dirige, mais à la partie antérieure ou postérieure de la cavité buccale dans laquelle cette voyelle est produite. Il n’empêche ; c’est la même chose.

174. Cavités impliquées dans l’articulation – En règle générale, les voyelles sont orales. Cela veut dire que lors de l’articulation, l’air passe uniquement par la cavité buccale. C’est le cas pour toutes les voyelles allemandes. Si, en revanche, le voile du palais s’abaisse au moment du passage de l’air, une partie de l’air pénètre dans la cavité nasale qui, alors, participe à l’articulation. La voyelle produite est une voyelle nasale, tel le <on> de bon en fiançais qui est une voyelles nasale vélaire labiale semi-ouverte, ou le <em> de bem en portugais, qui est une voyelle nasale palatale non labiale semi-ouverte.

Pour être précis, on ne devrait pas parler de voyelles « nasales », mais « nasalisées ». Car toute voyelle dite nasale – au moins dans les langues indo-européennes – implique les cavités nasale et buccale. Le terme nasal serait justifié, à l’instar du terme oral pour la seule cavité buccale, si seule la cavité nasale était impliquée. Pourtant, le terme nasal est beaucoup plus usité.

185. Durée d’articulation – Si la nasalisation des voyelles n’existe pas en allemand, la durée d’articulation d’une voyelle – ou bien, terme technique établi, sa quantité – compte parmi les traits les plus importants de la phonétique allemande. Dans beaucoup de langues, la voyelle qui porte l’accent d’un mot est un peu plus longue que les voyelles atones. Or, dans quelques langues, dont l’allemand, une différence systémique entre voyelles longues et voyelles brèves existe qui est indépendante de l’accent tonique. En allemand, une voyelle peut être longue et tonique (rot), brève et tonique (Sache), brève et atone (Achtung), et finalement, longue et atone (sichtbar).

Fig. 7 - Le bloc vocalique

19Des tentatives ont été entreprises pour représenter ces cinq critères dans un schéma facilement accessible et interprétable. Deux schémas très courants sont le trapèze vocalique (« Vokal-trapez » ou « Vokalviereck » en allemand), une coupe schématique de la cavité buccale (bouche à gauche) qui représente la position de la langue pendant l’articulation de la voyelle en question, et le bloc vocalique (« Vokalklotz ») dans lequel on peut repérer, à la manière des systèmes de coordonnées, différents critères de l’articulation. Mais ils ne permettent pas de description complète parce qu’ils ne rendent pas tous les cinq critères. Voici deux exemples d’une description complète de voyelle :

20Le <ü> dans Lüge est une voyelle orale longue palatale labiale fermée.

21Le <o> dans hoffen est une voyelle orale brève vélaire labiale semi-ouverte.

Fig. 8 - Le trapèze vocalique

2.2.2 Les consonnes

22À la différence des voyelles, les consonnes sont produites avec ou sans l’action des cordes vocales. En d’autres termes, il existe des consonnes sonores et des consonnes sourdes. L’angle que forment les mâchoires lors de la production d’une consonne est généralement plus petit qu’à l’articulation des voyelles. En plus, si la production des voyelles fait intervenir la totalité de la cavité buccale, les consonnes sont produites dans une bande relativement étroite qui va des lèvres supérieures à travers tout le palais jusqu’au larynx (cf. figure 6). La production d’une consonne est effectuée par le mouvement d’un organe d’articulation (dans la plupart des cas, la langue) dans la bande sous le palais pour y contraindre ou bloquer le flux d’air venant des poumons. Pour décrire les consonnes, la phonétique se sert donc des critères qui permettent de cerner ce mouvement.

23La description d’une consonne spécifie d’abord l’action des cordes vocales. Pour le <p> de Pause, elle n’entrent pas en vibration ; la consonne est donc sourde. Elles vibrent, cependant, pour le <m> de Roman, ce qui fait de cette consonne une sonore.

24Ensuite, l’articulation proprement dite est décrite, c’est-à-dire le mouvement d’un organe d’articulation vers ou à un point d’articulation. On parle de « Artikulationsart » en allemand. Pour la décrire, on spécifie quel organe se dirige à quel endroit. Les organes d’articulation (« Artikulationsorgane ») se trouvent au niveau de la mâchoire inférieure, les points d’articulation (« Artikulationsorte ») au niveau de la mâchoire supérieure. (Quand on se rappelle que les organes bougent et les points pas, et qu’ensuite, on essaie de bouger la mâchoire supérieure sans le reste de la tête, ce partage devient évident.) Pour le <k> de Haken, le dos de la langue se soulève vers le voile du palais ; il s’agit d’une consonne dorso-vélaire sourde. Le <d> de baden naît d’un mouvement de la pointe de la langue qui s’applique contre les alvéoles ; il s’agit d’une consonne apico-alvéolaire sonore. La production du <b> de heben fait intervenir la lèvre inférieure qui se pose sur la lèvre supérieure ; il est donc une consonne labio-labiale – plus simple : bilabiale – sonore.

Les caractérisations « apical » et « dorsal », pour dire que la pointe ou le dos de la langue se soulève, sont souvent omises. En effet, elles sont quelque peu redondantes dans la mesure où la spécification du point d’articulation suggère en même temps un organe d’articulation : une consonne palatale, vélaire, ou pharyngale peut difficilement être apicale (essayer de rapprocher la pointe de la langue du voile du palais !), et une consonne alvéolaire ou dentale n’a que peu de chances d’être dorsale. Néanmoins, la spécification de l’organe et du point d’articulation est de rigueur dans la mesure où il existe des consonnes bilabiales ([b], [m]) et des consonnes labio-dentales ([f], [v]).

25Le troisième élément que la description de l’articulation fait intervenir est le mode d’articulation (« Artikulationsmodus »). On entend par là la façon dont l’organe d’articulation provoque, quand il se rapproche du point d’articulation, la modulation de l’air, le « bruit », qui caractérise la consonne en question. L’organe d’articulation peut se rapprocher du point d’articulation et créer ainsi un passage étroit dans lequel l’air est contraint ; le son naît alors de la friction plus importante qui est le résultat du freinage de l’air exercé par l’organe d’articulation. Mais aussi, l’organe d’articulation peut obstruer complètement le passage de l’air en s’appliquant contre le point d’articulation ; le son naît alors à l’instant du relâchement subit de cette occlusion. La première de ces dispositions est vraie, par exemple, pour le <f> de laufen (l’air freiné par la lèvre inférieure contre les incisives supérieures) ou le <ch> [ç] de richtig (l’air freiné par le dos de la langue contre la voûte du palais). La seconde disposition est donnée à l’articulation du <t> de bieten (l’air obstrué par la pointe de la langue aux incisives supérieures) ou du <g> de gut (l’air obstrué par le dos de la langue au voile du palais). Les modes d’articulation sont connus sous une panoplie de termes, ce qui peut effectivement être déroutant. Les consonnes nées d’une obstruction et de son relâchement subit sont appelées, en référence à ces deux effets respectifs, des occlusives (plus fréquent en France) ou des plosives (plus fréquent en Allemagne, le terme traditionnel allemand étant « Verschlußlaut »). Le <t> et le que nous venons de voir sont donc, l’un une occlusive apico-dentale sourde, l’autre une occlusive dorso-vélaire sonore. Les consonnes nées de la friction de l’air dans un passage étroit s’appellent, en référence à cette friction, des fricatives, ou, en référence au bruit qui en découle, des spirantes (« Reibelaul », en allemand). Le <f> et le [ç] que nous avons vus plus haut sont donc, l’un une fricative labio-dentale sourde, l’autre une fricative dorso-palatale sourde. L’on peut également rencontrer les termes de « chuintante » et de « sifflante » pour les fricatives dont la prononciation, justement, ressemble à un chuintement ou à un sifflement ; l’allemand est un peu moins spécifique en les appelant toutes « Zischlaute ». Mais tous ces termes font rarement partie d’une description phonétique rigoureuse à l’aide des critères que nous sommes en train de passer en revue.

26Quelques cas particuliers se présentent ; d’abord en ce qui concerne les occlusions. On constate bien une occlusion dans l’articulation du <m> de zahm (bilabiale) ou du <n> de Ton (apico-alvéolaire) ou encore du <ng> [ŋ] de singen (dorso-vélaire). Or, le son ne naît pas du relâchement subit de cette occlusion. En fait, elle demeure, mais le voile du palais s’abaisse pour laisser passer dans la cavité nasale l’air qui ne peut pas sortir par la cavité buccale obstruée. Et c’est ce passage de l’air par le nez qui produit le son, qui, par conséquent, s’appelle, au lieu d’occlusive, une consonne nasale.

27Le <l> de lachen est, en quelque sorte, occlusif et fricatif à la fois. Pour le prononcer, la pointe de la langue crée une occlusion au niveau des alvéoles, mais elle n’est pas complète, l’air pouvant sortir de la cavité buccale par des passages étroits laissés par la langue des deux côtés de la pointe. Comme le son est produit par la friction de cet air, on l’appelle une consonne latérale (du latin latus, lateris « côte, part, côté »).

28Un dernier cas particulier est le <r> de rund. Lui aussi est comme un mélange entre fricative et occlusive. Il crée une occlusion, mais par intermittences et laisse passer l’air périodiquement. En effet, il est produit quand la pointe de la langue vibre très vite contre les alvéoles (c’est le cas du [r] prononcé normalement en Bavière, en Autriche, et en Suisse allemande), ou bien quand le dos de la langue vibre contre la luette (c’est le cas du [r] normal dans le reste de l’Allemagne). En raison de cela, il est appelé une vibrante.

29Parfois, les latérales et les vibrantes sont réunies pour composer la catégorie des liquides.

30Le <ch> [ç] de Milch est une fricative dorso-palatale sourde.

31Le <n> de Hand est une nasale apico-alvéolaire sonore.

32Le <r> [r] de rinnen est une vibrante dorso-uvulaire sonore.

2.2.3 Diphtongues, affriquées et semi-voyelles

33Il existe, tant pour les voyelles que pour les consonnes, des cas où deux sons sont prononcés tellement près l’un de l’autre que l’on ne peut plus faire la distinction. Dans ces cas, il y a comme un glissement continu de l’un vers l’autre sans que l’on puisse déceler un instant précis de l’articulation où le premier se termine et le second commence.

34Si ce genre de glissement se produit d’une voyelle à l’autre, l’on parle de diphtongue (« der Diphthong », en allemand). Le <au> dans Haus n’est pas un [a] suivi d’un [u], mais une diphtongue qui naît du passage continu de la disposition caractéristique de l’articulation d’un [a] vers celle qui est caractéristique d’un [o]. (Ne pas se laisser dérouter par l’orthographe ! La diphtongue représentée à l’écrit par <au> est prononcée en effet [ao] ; c’est pareil pour le <ei> qui ne correspond pas au son [εi] mais au son [ae], comme dans mein, et pour le <eu> qui ne correspond pas au son [ευ] mais au son ɔi], comme dans Leute.) Il faut bien distinguer la diphtongue (un son produit par un passage continu d’une articulation vocale à une autre articulation vocale) de l’articulation, l’une directement après l’autre, de deux voyelles séparées. C’est le cas, en allemand, notamment quand un préfixe qui se termine par une voyelle vient s’ajouter à un radical qui commence par une voyelle : beantworten, geachtet, etc. Dans ce cas, les deux voyelles sont prononcées séparément, et l’on peut bien détecter un instant où l’une se termine et l’autre commence. Il s’agit là de ce qu’on appelle un hiatus (« der Hiat », en allemand).

Pour classifier les diphtongues, une terminologie existe qui est susceptible de dérouter pour la raison suivante. Les termes « diphtongue croissante » et « décroissante » existent en français ; de même, en allemand, des « steigende » et « fallende Diphthonge » sont répertoriées. Or, malgré leur parenté apparente, les termes désignent deux caractéristiques différentes : une diphtongue est croissante si le deuxième élément est plus fermé que le premier ; elle est décroissante dans le cas inverse. En revanche, elle est steigend si son deuxième élément porte l’accent et fallend dans le cas contraire (les diphtongue allemandes sont toutes fallend : Haus, mein, Leute ; celles de l’italien, par exemple, sont steigend : piede, paura). L’affaire se complique malheureusement dans la mesure où – probablement par interférence – « croissant » et « décroissant » sont parfois utilisés comme synonymes, respectivement, de « steigend » et « fallend ».

35Pour les consonnes produites « d’un trait », envisageons notamment le cas des affriquées (« eine Affrikate », en allemand). C’est un son qui va d’une occlusion vers ce qui est fricatif, « ad fricatum ». Il s’agit de l’articulation d’une occlusion qui est relâchée de manière moins subite que pour une « vraie » occlusive. La disposition de l’appareil articulatoire change alors vers le son suivant à produire avec un léger « retard », de sorte qu’une fricative est produite au même point d’articulation que l’occlusive, les deux formant un tout. Le <z> [ts] de zeigen demande d’abord l’occlusive apico-dentale sourde, et celle-ci passe, en raison du « retard » avec lequel l’occlusion est relâchée, à une fricative sourde articulée au même endroit : par la pointe de la langue au niveau des incisives. Notons aussi qu’une affriquée peut modifier légèrement le point d’articulation : pour l’affriquée [ts], le [t] qui est apico-alvéolaire normalement, passe au niveau des incisives.

36Un dernier cas particulier est à envisager. Il existe des sons qui ne sont ni vraiment des voyelles ni vraiment des consonnes. Rappelons-nous que les consonnes sont articulées dans une bande qui longe tout le palais et que les voyelles font intervenir toute la cavité buccale ; rappelons-nous aussi que les voyelles se distinguent d’avec les consonnes par le timbre caractéristique qui leur est propre. Alors, nous pouvons dire que ces sons tiennent du vocalique en ce qu’ils ont un timbre caractéristique ; mais ce timbre est plutôt amorcé qu’exprimé, car ils sont articulés à la limite inférieure de la « bande consonantique » qui longe le palais. De ce fait, ils sont trop fermés pour être des voyelles, mais aussi trop ouverts pour être des consonnes. C’est pourquoi on les appelle des semi-voyelles (« Halbvokale »). Il y en a trois en français : [j] (pied), [w] (poids), [Ч] (huit). L’allemand n’en connaît que le [j], et ce, dans la majorité des cas, dans des mots d’emprunt comme Prinzipien ou Materialien. De manière générale, les semi-voyelles ont tendance, en allemand, à passer ou bien à un hiatus ([prin'tsi.piən] avec coupe syllabique nette entre le [i] et le [ə]), ou bien à une consonne fricative ([prin'tsi.pjən] avec le [a] presque muet et coupe syllabique entre le [p] et le [j]). Le passage à la fricative s’observe notamment dans les mots d’emprunt d’origine latine qui comportent un [kw] initial (écrit <qu>). Comparer qualità [kwali'ta] en italien, qui a gardé la suite consonne-semi-voyelle du latin, et Qualität [kvali'tε:th] en allemand, où cette suite est passée de l’état de consonne-semi-voyelle à celui de consonne-consonne. Vu cet état des choses, la linguistique allemande considère qu’il n’existe pas de semi-voyelle en allemand.

Sur la base de certaines caractéristiques phonétiques qui vont largement au-delà des objectifs de cet ouvrage, quelques auteurs établissent une distinction entre les semi-voyelles et les semi-consonnes. Dans le cadre de ce récapitulatif, il est acceptable, cependant, de considérer que ces deux termes sont synonymes : un son qui, du point de vue de la disposition de l’appareil articulatoire, se trouve « entre » les voyelles et les consonnes. Pour avoir une idée de ces particularités phonétiques distinctives, l’on peut dire – en simplifiant toutefois – qu’une semi-voyelle précède une voyelle tandis qu’une semi-consonne précède une consonne. Pourtant, la situation terminologique à cet égard est loin d’être claire.

2.3 Phonologie : l’étude des sons en vue d’un système linguistique donné

37Alors que la phonétique (articulatoire) s’intéresse à une description détaillée de la façon dont les sons sont produits, la phonologie se propose d’étudier ces mêmes sons en vue de la fonction qu’ils peuvent avoir dans un système linguistique donné. Donc, on peut parler de la phonétique -car les sons et les caractéristiques physiques de leur articulation sont universels –, mais on ne peut pas parler de la phonologie ; il s’agit toujours de la phonologie d’une langue donnée.

Pour parler d’un son en phonétique et en phonologie, le terme technique « phon » existe (du grec φovῄ « voix, son »). Cependant, il est très inusité en France. Il est plus usité en Allemagne (« das Phon »), mais là aussi, « der Laut » est plus fréquent.

38Sans faire aucune référence à l’allemand, on peut décrire le son – ou : le phon – noté [v] en transcription phonétique, comme une consonne fricative labio-dentale sonore. Or, il existe, en allemand, une expression grammaticalement correcte [vi:r] <wir> et une autre expression grammaticalement correcte [i:r] <ihr> qui ne sont distinguées que par le phon [v]. Ce phon est donc investi, en allemand, d’une fonction, à savoir celle de faire la distinction entre deux expressions grammaticalement correctes. En faisant l’analyse des caractéristiques physiques de l’articulation de ce phon, on fait de la phonétique ; en déterminant quelle fonction il a en allemand, on fait de la phonologie de l’allemand.

2.3.1 Les phons et les phonèmes : la valeur du suffixe -ème

39Les caractéristiques physiques d’un son se situent au niveau de la parole – au sens de Saussure – (il s’agit de sa production en situation) ; les fonctions distinctives qu’il peut avoir se situent au niveau de la langue. Pour mettre l’accent sur le fait que l’on ne parle pas d’un phon en tant que phénomène physique, mais en tant qu’élément fonctionnel d’une langue, on rajoute au terme « phon » le suffixe -ème. En terminologie linguistique, ce suffixe signifie toujours que ce dont on parle est considéré comme un élément systémique d’une langue. Le son – ou : phon – [v] est donc un phonème de l’allemand (« das Phonem », en allemand) ; car en allemand, ce phon a la fonction de distinguer, au moins, deux expressions grammaticalement correctes de cette langue. Et dès que l’on peut assigner une fonction systémique précise à un élément que l’on a isolé par l’analyse par segmentation, cet élément est considéré comme « un -ème », un élément fonctionnel du système linguistique étudié. Nous allons retrouver ce suffixe à plusieurs reprises.

40Sa fonction systémique étant de faire la distinction entre des expressions grammaticalement correctes d’une langue donnée, le phonème est défini comme la plus petite unité distinctive d’une langue.

41Le constat qui nous a amenés à considérer [v] comme un phonème de l’allemand peut être fait de même pour [b] et [t], par exemple, car ces deux phons servent à distinguer, dans un contexte phonétique par ailleurs rigoureusement identique, les expressions grammaticalement correctes [bu:x] <Buch> et [tu:x] <Tuch>. Ayant une fonction distinctive, les phons [b] et [t] sont donc des phonèmes de l’allemand. Notons au passage que la procédure qui nous a amenés à considérer [v] comme un phonème était celle de délétion (la présence ou l’absence de l’élément analysé est fonctionnelle), et que celle qui a concerné [b] et [t] était celle de commutation (les éléments analysés peuvent se remplacer l’un l’autre). Les deux expressions grammaticalement correctes d’une langue qui ne sont distinguées que par la délétion ou la commutation d’un de leurs phonèmes sont appelées une paire minimale (« Minimalpaar »). Inversement, l’existence d’une paire minimale permet d’assigner au(x) élément(s) phonétique(s) distinctif(s) le statut de phonème.

42Répétons la différence entre le phon et le phonème. Au niveau phonétique, les Allemands et les Anglais sont capables d’articuler les phons [s] et [θ]. Or, en anglais, ces phons sont distinctifs, en raison, par exemple, de la paire minimale [siŋk] <sink> : [θiŋk] <think>. En allemand, au contraire, cette opposition reste au niveau de la parole. À cause d’un défaut d’articulation (zézaiement), on peut en effet entendre [taθə] à côté de [tasə] <Tasse>. Mais, justement, il ne s’agit pas là de deux expressions grammaticalement correctes, à plein titre, de l’allemand. Par conséquent, les phons [s] et [θ] sont des phonèmes de l’anglais, mais pas de l’allemand. Constat semblable pour [o] et [õ]. Il s’agit de deux phonèmes du français, à cause, par exemple, de la paire minimale [bo] <beau> : [bõ] <bon>. Mais ils ne sont pas des phonèmes de l’allemand bien qu’on puisse entendre, en raison, par exemple, d’un rhume grave, [kom] à côté de [kõm] <komm>.

43Par conséquent, il est possible que plusieurs phons ne représentent qu’un seul phonème de la langue, tel le [õ], variante « enrhumée » du [o] en allemand (mais pas en français !), ou le [θ], variante « zézayante » du [s] en allemand (mais pas en anglais !). C’est pourquoi, parfois, une analyse phonématique n’a pas besoin d’être aussi exacte sur l’articulation que doit l’être l’analyse phonétique. Pour représenter ces descriptions moins exactes du point de vue phonétique, mais satisfaisantes du point de vue phonématique, on place la transcription entre traits obliques, au lieu des crochets de la transcription phonétique : /θ/ et /s/ sont des phonèmes de l’anglais ; ils sont des variantes du phonème /s/ en allemand.

2.3.2 Allophons et archiphonèmes

44À la différence de celles que nous venons de voir dans la section précédente, il existe des variantes des phonèmes qui ne sont pas situatives (niveau de la parole), mais qui sont systémiques (niveau de la langue).

45Imaginons une conversation entre deux interlocuteurs dont l’un parie l’allemand standard du Centre et du Nord de l’Allemagne, et l’autre l’allemand suisse. Si tous les deux se servent dans leur conversation du mot rund, le premier le prononcera ainsi : /Rυnt/, le second, en revanche, ainsi : /rυnt/. À la position initiale du mot, l’analyse phonétique relève une vibrante dorso-uvulaire dans le premier cas, une vibrante apico-alvéolaire dans le second. En revanche, l’analyse phonologique ne trouve aucune paire minimale en allemand, en raison de laquelle elle pourrait assigner à [r] et [r] le statut de deux phonèmes différents de l’allemand. Par conséquent, les deux phons sont considérés comme des variantes, ou : des allophons (« das Allophon »), du phonème /r/. À y regarder de près, il s’agit de variantes facultatives, c’est-à-dire de variantes dont le choix dépend uniquement de critères non linguistiques (dans notre cas, l’origine du locuteur).

46Dans d’autres cas, la langue impose un choix. À la position intervocalique de [rɔxən] <Rochen> et de [Ri:çən] <riechen>, l’analyse phonétique relève deux phons différents : fricative dorso-vélaire sourde dans le premier cas, fricative dorso-palatale sourde dans le second. Là aussi, l’analyse phonologique est en panne de paires minimales, et elle aboutit alors à la conclusion qu’il s’y agit de deux allophons du même phonème. Cependant, dans ce cas-ci, le choix des variantes n’est pas facultatif. La langue impose la variante palatale dans un environnement phonétique palatal (ici : après voyelle palatale) et la variante vélaire dans un environnement phonétique vélaire (ici : après voyelle vélaire). Le « bon » choix dépend donc d’une combinaison de la variante choisie et de son environnement : ces variantes sont appelées combinatoires. Dans le cas de [x] et [ç], variantes du phonème /ç/, on peut dire, en plus, que leur distribution est complémentaire. Cela veut dire que dans tous les cas où l’un peut apparaître (dans un environnement palatal), l’autre ne peut pas apparaître, et vice-versa. Leur distribution – les environnements dans lesquels ils peuvent apparaître – est complémentaire dans la mesure où les positions exclusives possibles de l’un et celles de l’autre se complètent mutuellement pour couvrir toutes les positions possibles du phonème.

47Un dernier cas de variantes est à considérer. Prenons <Rad> et <Rat> qui, à l’écrit, semblent différents, mais sont homophones, à cause de l’assourdissement des consonne sonores en fin de syllabe (« Auslautverhärtung »), qui est systémique en allemand. Tous les deux se prononcent donc [Ra:t]. A priori, on dirait donc qu’il n’y a pas d’opposition entre les deux expressions. Cependant, l’opposition entre /d/ et /t/ est bel et bien présente dans les formes dérivées, telles Räder ou raten. Plutôt que de nier l’existence d’une opposition phonématique à cet endroit, l’on parle alors de la neutralisation d’une opposition dans des circonstances précises. On dira donc que l’opposition /d/: /t/ est neutralisée en position finale vers un archiphonème /T/. Le même constat est vrai pour /g/: /k/, neutralisés vers /K/, /b/: /p/, neutralisés vers /P/, /v/: /f/, neutralisés vers /F/, et /z/: /s/, neutralisés vers /S/.

2.3.3 Inventaire des phons et des phonèmes en allemand

48L’intérêt de la phonétique et de la phonologie pour la linguistique réside dans le fait qu’elles aident à établir l’inventaire des phons et de phonèmes d’une langue donnée. En relevant tous les phons qu’on est susceptible de produire quand on parle allemand, l’analyse aboutit à l’inventaire des consonnes et à celui de voyelles de l’allemand. On peut les classer d’après les critères de la description phonétique que nous avons étudiés. Voici les inventaires qui en résultent.

Fig. 9 - Inventaire consonantique de l’allemand

Pour compléter le tableau, il faut ajouter le <e> dit muet [ǝ], qui n’est jamais muet en allemand mais une voyelle tellement réduite qu’elle perd son timbre caractéristique presque entièrement. Comme elle ne fait intervenir aucune modulation particulière de l’air par l’appareil articulatoire, elle est appelée parfois « neutre » (à ne pas confondre avec le « neutre » que l’on rencontre çà et là pour qualifier une voyelle ni pleinement palatale ni pleinement vélaire, notamment le [a]). Les linguistes anglophones et germanophones emploient aussi, pour cette voyelle réduite qui est toujours en position atone, le nom de « Schwa-Vokal » ou simplement « Schwa ». A noter également que le <e> dit muet allemand est non labial, à la différence du <e> dit muet français, pour lequel les lèvres s’arrondissent.

Fig. 10 - L’inventaire vocalique de l’allemand

49L’état ainsi obtenu est un état des caractéristiques physiques. Si l’on procède maintenant à des épreuves de commutation et de délétion réitérées, on peut déceler lesquels de ces phons sont en effet des variantes combinatoires ou facultatives du même phonème. L’inventaire des phonèmes ainsi obtenu a donc moins de membres que l’inventaire des phons. Car [ç] et [x], par exemple, sont deux phons mais ne font qu’un phonème. Situation semblable pour [r] et [r].

50À la fin de ce chapitre, il importe d’attirer l’attention sur le fait que tout ce que nous venons de voir en phonologie relève de l’axe paradigmatique (quelles commutations sont possibles). Évidemment, l’axe syntagmatique joue un rôle en phonologie lui aussi. Car tout phonème d’une langue ne peut pas se placer n’importe où dans la chaîne parlée. En allemand, on ne trouvera pas le phonème /ŋ/ <ng> (nasale dorso-vélaire sonore) en position initiale (« im Anlaut »), c’est-à-dire au début d’un mot. Il ne peut apparaître qu’en position finale (« im Auslaut »), c’est-à-dire à la fin d’un mot, ou interne (« im Inlaut »), c’est-à-dire au milieu d’un mot ; cf. Ding ou fangen. Il existe également des restrictions (« Positionsbeschränkungen ») pour la fricative pharyngale sonore [h]. Celle-ci ne peut se trouver qu’en position initiale ; cf. haben. Elle est absente, en allemand, des autres positions potentielles que peut occuper une consonne.

Notons, quant aux <ng> et <h>, deux fautes de prononciation qui sont assez fréquentes chez ceux qui apprennent l’allemand parce que l’orthographe est trompeuse. Le <ng>, quoique représenté par deux lettres, n’est qu’un son : [ŋ]. On peut effectivement rencontrer, surtout dans le Nord de l’Allemagne, une prononciation à deux sons : [ŋg]. Mais cette prononciation, sans être formellement proscrite, est considérée comme non standard. Ceci est vrai aussi pour la position intervocalique. La prononciation en langue standard du mot <fangen> est bien [faŋən], non pas *[faŋ

Table des illustrations

Légende Fig. 4 - Sonagramme du [t] de Donnerstag : tiré de A. Hagenkord : Die Stimmbeteiligung bei Verschlußlöselauten in einem md. Dialekt. Magisterarbeit, Uni Marburg, 1991
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 5 - Le larynx. Der Kehlkopf
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1656/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 6 - Coupe de l’appareil articulatoire
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1656/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 7 - Le bloc vocalique
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1656/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 8 - Le trapèze vocalique
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1656/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 9 - Inventaire consonantique de l’allemand
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1656/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 10 - L’inventaire vocalique de l’allemand
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1656/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search