Version classiqueVersion mobile

Linguistique pour germanistes

 | 
Marco Rühl

1. Sémiologie et linguistique : les bases jetées par Ferdinand de Saussure

Texte intégral

1L’élément de la réalité qui est visé de manière arbitraire, conventionnelle, constante et abstraite, est le signifié, en d’autres termes ce qui est signifié par un signe. La représentation non linguistique ou linguistique qui sert à exprimer cette visée est le signifiant, en d’autres termes ce dont peuvent se servir intentionnellement les gens pour signifier l’élément de la réalité qu’ils entendent viser.

2En parlant de signes, de signifiés, et de signifiants, nous nous trouvons dans le domaine de la science qui étudie le fonctionnement des signes employés intentionnellement pour assurer la compréhension. C’est la sémiologie. Celui qui est considéré comme un des pères sinon comme le père fondateur de la linguistique moderne, le professeur genevois Ferdinand de Saussure, concevait la linguistique comme une branche de la sémiologie. Une des clés de voûte de sa construction théorique, censée répondre à la question de savoir pourquoi la communication verbale réussit dans la majorité des cas, est donc une conception profondément sémiologique du signe linguistique, qui est producteur majeur de compréhension.

1.1 La conception saussurienne du signe linguistique

3Pour saisir l’originalité de l’approche saussurienne, il faut avoir à l’esprit, avant toute autre chose, que dans le cadre de sa théorie, ce qui est visé et ce à l’aide de quoi on vise, le signifiant et le signifié, ne sont pas conçus comme des réalités physiques. L’un et l’autre sont des représentations mentales. Le signifié est la représentation mentale – « type », pourrait-on dire – de l’élément de la réalité qu’un locuteur vise. Le signifiant est la représentation mentale du mot, du symbole, etc. à l’aide duquel il le vise.

Introduisons d’emblée une convention de présentation dont nous aurons besoin dans le paragraphe suivant et tout au long de l’ouvrage. Pour parler d’une lettre ou d’une suite de lettres, on met ce dont on parle entre parenthèses pointues <...> Par exemple : <bien> comporte quatre lettres. En revanche, pour parler d’un son ou d’une suite de sons, on choisit des crochets : [...], et on y met la transcription phonétique de l’Association phonétique internationale. Par exemple : [ʃãte] <chanter> comporte quatre sons.

4La représentation mentale d’une surface plane et lisse, soutenue par un nombre suffisant de pieds (souvent trois ou plus) pour la tenir à une certaine hauteur et à l’horizontale, voilà cet élément d’un signe linguistique précis qui permet de viser n’importe quelle table. La représentation mentale de la suite de sons [tablə] ou de la suite de lettres <table>, voilà cet élément d’un signe dont on peut, suivant le canal de communication choisi, se servir pour effectuer cette visée. Qu’un destinataire comprenne qu’un locuteur veut parler de la table présente dans la pièce, cela est dû au fait que le locuteur et le destinataire ont tous les deux les mêmes représentations mentales. La surface plane et lisse à quatre pieds au milieu de la pièce fait appel à la représentation mentale « type » d’une table chez le locuteur, et celle-ci évoque en même temps la représentation de la chaîne de sons [tablə], à l’aide de laquelle on peut « typiquement » viser des tables. Voilà pourquoi le locuteur, pour se référer à la table au milieu de la pièce, produit cette chaîne de sons. Le destinataire qui l’écoute va, à son tour, faire appel à la représentation mentale de la chaîne de sons produite, et une fois celle-ci présente, elle évoquera en même temps la représentation mentale correspondante d’une table « type », que le destinataire n’aura pas de mal à mettre en rapport avec la surface plane et lisse montée sur quatre pieds au milieu de la pièce. La compréhension s’est instaurée.

5Deux facteurs clés de cette conception se dégagent. La compréhension repose sur un jeu d’évocations réciproques. Ce terme est introduit par Saussure pour désigner le fait que le signifiant et le signifié sont comme les deux faces d’une médaille : quand l’un d’eux entre en jeu, il évoque en même temps l’autre. Il est impossible d’évoquer la représentation mentale – ou le concept – d’une table sans que celle-ci évoque en même temps la chaîne de sons [tablə]. Et réciproquement : il est impossible d’évoquer la représentation mentale de la chaîne de sons -ou l’image acoustique – [tablə] sans que celle-ci évoque en même temps le concept correspondant.

6Les termes de concept et d’image acoustique ont été introduits par Saussure pour distinguer entre la linguistique et la sémiologie. Considérant la linguistique comme une branche de la sémiologie, Saussure soutenait que le signifié linguistique a la forme d’un concept – « Begriff » ou « Vorstellung » en allemand –, c’est-à-dire de la représentation mentale d’un objet ou d’un état des choses ; et le signifiant linguistique a la forme d’une image acoustique – « Klangbild » ou « Lautbild » en allemand –, c’est-à-dire d’une représentation mentale de la chaîne de sons qui permet de se référer efficacement au concept y correspondant.

Fig. 2 - La conception saussurienne du signe

Malgré cette distinction de Saussure, la tradition linguistique a retenu les termes signifiant et signifié plutôt que ceux qui étaient destinés à être des termes plus spécifiquement linguistiques. Ils existent tels quels en allemand. L’on trouve également les termes Signifikant et Signifikat, calqués sur les termes français retraduits en latin.

7Il est facile de saisir pourquoi ce jeu d’évocation réciproque qui est, d’après Saussure, la caractéristique fondamentale du signe, se joue exclusivement au niveau des représentations mentales. S’il s’agissait là de faits ou de réalités physiques, si la visée ne se faisait pas vers un concept mais vers un objet, les signes linguistiques ne pourraient pas avoir les caractéristiques fondamentales que nous avons vues au chapitre précédent. Ils ne pourraient pas être a-c-c-a. Ne citons que le cas le plus éclatant. Si le signifié linguistique était un objet au lieu d’être un concept, il faudrait aux sujets parlants autant de signes linguistiques qu’il existe d’objets. On ne pourrait pas employer le même signifiant pour viser une table à trois pieds et une table à quatre pieds. Pis encore : le signifiant pour la table du séjour et celui pour celle de la salle à manger devraient être différents, même si ces tables étaient rigoureusement identiques par leur forme, leur nombre de pieds, leur couleur, etc. Les signes ne pourraient pas être abstraits.

8Le second facteur majeur de cette conception du signe découle du premier. Que la compréhension se joue au niveau mental par des évocations réciproques de signifiant et de signifié et qu’en même temps les sujets parlants arrivent à encoder et à décoder des messages sur la réalité environnante, cela implique qu’un jeu de correspondances se superpose au jeu des évocations mentales. Il s’agit là de correspondances entre, d’un côté, des éléments inscrits dans une situation de dialogue précise qui se déroule entre deux interlocuteurs ou plus et qui est unique et éphémère, et, de l’autre côté, des éléments qui transcendent une situation précise et qui permettent de relier cette situation à d’autres situations à peu près semblables, vécues ou imaginées. Quand quelqu’un énonce la chaîne de sons [tablə], une multitude de caractéristiques de cette énonciation fait qu’elle est unique et ne peut se répéter telle quelle dans une autre situation. A une autre occasion, il est possible que l’interlocuteur ait changé, qu’il n’ait pas changé mais que le timbre de la voyelle [a] soit légèrement plus aigu ou plus grave, que par une apocope – fréquente, notamment en région parisienne –, la deuxième syllabe du mot soit coupée – [tab] –, que les inflexions de la voix soient différentes parce que le locuteur est essoufflé, etc.

9Il est évident, cependant, que tous ces minuscules changements n’entravent nullement la communication réussie. Pour pouvoir comprendre, le destinataire sera en mesure de substituer à une telle énonciation profondément situative et qui ne peut se répéter, une énonciation « type », capable de couvrir toutes ces énonciations uniques. Or cette énonciation « type » n’est autre que l’image acoustique. La compréhension se fait donc par une mise en rapport – dont les sujets parlants, la plupart du temps, ne sont pas conscients – de ce qui est situatif, unique, éphémère avec ce qui est « trans-situatif », conventionnel et constant, à savoir les représentation mentales que constituent l’image acoustique et le concept. Voilà que nous retrouvons à nouveau les caractéristiques du signe linguistique.

À partir de ce qui précède, il peut en effet paraître exagéré de parler de l’éphémère et de l’unicité d’une situation de dialogue. Pourtant, quand on garde à l’esprit qu’une situation de dialogue n’est pas constituée par les énonciations seules mais également par une multitude de non-dits dont nous allons voir quelques-uns au chapitre 6, l’exagération n’est plus là. Car parmi les non-dits, on trouve les expériences communicatives que les sujets parlants ont vécues ainsi que ce qu’ils savent l’un de l’autre. Compte tenu de cela, une situation de dialogue ne peut être identique à une autre. Car si une situation se présentait qui serait identique à une autre pour toutes ses caractéristiques physiques, elle en serait distincte au niveau des non-dits justement parce que les interlocuteurs présents dans cette situation « répétée » auraient l’expérience de la situation déjà vécue. La situation « répétée » présenterait donc comme élément distinctif précisément ce qui, à première vue, fait qu’elle paraît identique à une situation précédente. Du coup, toute situation de dialogue est unique.

10Il est clair, à partir du jeu de correspondances que nous venons d’évoquer, que la communication et la compréhension se jouent à deux niveaux. Il existe un niveau qui est celui d’une énonciation effectivement accomplie pour viser un objet ou un état de choses précis, le tout étant en situation, unique, et éphémère. C’est le niveau de ce que Saussure appelait la parole. Et il existe un niveau auquel des représentations mentales transcendent la situation donnée et où des évocations réciproques entre des signifiants « types » et des signifiés « types » assurent la compréhension. C’est le niveau de ce que Saussure appelait la langue. La compréhension repose, selon Saussure, sur la mise en rapport, faite par les sujets parlants, des instances de parole concrètes, éphémères, singulières et situatives avec les signes abstraits, constants, conventionnels et arbitraires stockés dans la langue.

11Nous touchons là à une des caractéristiques de l’approche de Saussure et de ses successeurs, à savoir un cadre théorique qui met en vedette des dichotomies révélatrices de la conception qui sert à aborder les questions linguistiques qui se posent. Étudions les dichotomies fondamentales sur lesquelles l’édifice de cette approche est construit.

1.2 Les dichotomies fondamentales du structuralisme

12L’approche élaborée par Ferndinand de Saussure est connue sous le nom de structuralisme. Nous verrons en quoi cette désignation est justifiée. Pour l’instant, nous nous intéressons à un trait caractéristique de cette théorie qui consiste à aborder les questions scientifiques auxquelles elle tâche d’apporter une réponse, moyennant des dichotomies. Ce constat est vrai tant au niveau conceptuel des bases théoriques qu’au niveau technique de l’analyse linguistique.

13Une des dichotomies auxquelles le structuralisme fait appel, nous l’avons vue en passant quand nous parlions des caractéristiques du signe. S’il est constant à un moment donné de l’évolution d’une langue mais variable au travers des siècles, c’est qu’on peut envisager la langue sous un jour synchronique ou dans une perspective diachronique. L’approche d’inspiration saussurienne se veut synchronique, c’est-à-dire analysant l’état d’une langue à un moment donné de son évolution historique. Une analyse diachronique d’une langue, c’est-à-dire une analyse qui met en avant les changements qui ont eu lieu dans cette langue durant son évolution, n’est envisageable, dans une perspective structuraliste, que par une suite de coupes synchroniques. Cela veut dire que l’on reconstruit plusieurs états historiques de la langue à des moments différents et qu’on les compare ensuite l’un avec l’autre pour déterminer les évolutions qui se sont produites.

II serait erroné de croire qu’une analyse structuraliste néglige totalement l’évolution d’une langue et tâche de la cerner à « l’état de synchronie pure ». La revendication synchronique est à mettre en rapport avec la situation de la linguistique moderne, qui venait de naître au milieu du xixe siècle, à l’époque de Saussure. On avait découvert que des lois et des régularités phonétiques et grammaticales permettaient de corroborer l’hypothèse, avancée depuis longtemps, que les langues s’apparentaient les unes aux autres. On pouvait prouver que certaines langues étaient descendues, par leur évolution, de la même langue mère. On constituait des groupes, ou « familles », de langues – telles les langues romanes, slaves, ou germaniques. Cependant, ces analyses étaient avant tout, voire exclusivement historiques et se préoccupaient peu de la valeur d’instrument pour la communication dont une langue est investie. Dans beaucoup d’analyses de l’époque, les langues étaient comme dépourvues de sujets qui les parlaient. Et c’est justement cette dimension qui intéressait Saussure -comment les sujets parlants se servent-ils de la langue qu’il parlent, et pourquoi arrivent-ils à se comprendre ? Cette dimension nécessitait l’introduction des représentations mentales et, à sa suite, la distinction entre la langue et la parole. Des recherches allant dans ce sens existaient ; mais elles ne s’inscrivaient pas dans ce que, à l’époque, on appelait linguistique. Ces recherches étaient souvent considérées comme des recherches psychologiques. Dans le cadre de la linguistique allemande, il faut citer notamment Hermann Paul, dont les Prinzipien der Sprachgeschichte ont connu de multiples rééditions et qui considérait, quant à lui, la linguistique comme une partie de la psychologie.

14La dichotomie diachronie-synchronie relève du niveau conceptuel et théorique du structuralisme. Elle est importante pour comprendre la théorie, mais pas fondamentale. La dichotomie conceptuelle fondamentale est celle entre langue et parole.

1.2.1 « Langue » et « parole »

15La dichotomie fondamentale entre la langue et la parole, nous l’avons en fait introduite en parlant de la compréhension qui se fait par la mise en rapport de ce qui est situatif et instantané avec ce qui est « trans-situatif » et permet la constance des évocations réciproques au niveau mental. Il suffit donc ici de rappeler brièvement ce qui a été dit et de le situer dans le cadre de la théorie du structuralisme.

16C’est par la langue et la parole que s’articule le langage humain. Le langage est la capacité qu’a l’homme, par opposition à l’animal, de se faire comprendre efficacement à l’aide des signes linguistiques a-c-c-a. Le langage – terme repris tel quel en allemand et parfois rendu par « Sprechfähigkeit » – consiste à mettre au service de la communication l’évocation réciproque qui lie entre eux l’image acoustique et le concept. Le fait que les hommes puissent agir de la sorte intentionnellement, tient au fait que les évocations réciproques existent dans chaque langue de manière systématique. Dans les faits, nous avons observé cela dans les caractéristiques du signe linguistique. En apprenant une langue – tant la langue maternelle qu’une langue étrangère –, on ne fait que connaître les évocations réciproques systématiques de cette langue.

17C’est là qu’intervient le jeu de correspondances entre la langue et la parole. L’évocation réciproque qui lie le concept d’une surface plane et lisse avec un nombre suffisant de pieds et l’image acoustique [tablə] n’est pas quelque chose de situatif et de singulier. Elle ne dépend pas d’une seule instance de parole (en allemand, on trouve le terme de « Sprechereignis »). Au contraire, elle a le caractère d’une règle (plus) générale qui n’est pas égale à sa mise en pratique par la parole et qui s’inscrit systématiquement dans la langue donnée (en allemand, le terme de « Sprachsystem » est courant). La langue est donc, selon la théorie structuraliste, un corps de règles contrôlant les évocations réciproques qui permettent la compréhension. Ces règles on peut se les imaginer comme des routines grammaticalement correctes d’encodage et de décodage des messages sur la réalité. Ces règles, ou routines, sont connues des sujets parlants et sont, selon la conception structuraliste, inscrites dans les centres linguistiques du cerveau. C’est pourquoi Saussure les nommait des engrammes (du grec ἔngramma = « ce qui a été écrit dedans »). La totalité de ces engrammes constitue les règles grammaticales et le lexique d’une langue, et ceux qui parlent la même langue disposent donc des mêmes engrammes dans leurs cerveaux. Citons Saussure lui-même :

  • 1 Cours de linguistique générale, édition postume par Ch. Bally et A. Sechehaye, Lausanne/Paris, [191 (...)

« La langue existe dans la collectivité sous la forme d’une somme d’empreintes déposées dans chaque cerveau, à peu près comme un dictionnaire dont tous les exemplaires, identiques, seraient répartis entre les individus. C’est donc quelque chose qui est dans chacun d’eux tout en étant commun à tous et placé en dehors de la volonté des dépositaires1. »

18C’est cette opposition qui existe entre les règles générales et abstraites, d’un côté, et, de l’autre, l’application concrète et singulière qui en est faite par les sujets parlants, qui est rendue par les termes « langue / Sprachsystem » et « parole / Sprechereignis ».

Dans les termes allemands, le type de composition aide à mettre en évidence cette opposition. Sprachsystem est dénominal, c’est-à-dire composé à partir d’un nom, en l’occurrence Sprache. Il désigne donc une réalité plus ou moins stable qui « est là ». Sprechereignis, en revanche, est déverbal, c’est-à-dire composé à partir d’un verbe, en l’occurrence sprechen. Il désigne alors une activité en train de se dérouler ; tandis que le Sprachsystem « est là », le Sprechereignis « a lieu ».

19D’où les caractéristiques suivantes par lesquelles il est possible de donner plus de corps à la dichotomie fondamentale entre la langue et la parole.

20Les « titres » des caractéristiques sont repris chez Saussure. Il ressort de ces oppositions qu’il existe comme une dialectique entre la langue et la parole. La langue (les règles) régit les échanges verbaux, mais de par son caractère abstrait et virtuel, elle n’est pas accessible en tant que telle. Elle est acquise par les sujets parlants à travers la parole, à travers des instances de parole répétées grâce auxquelles ils arrivent à se familiariser avec elle. Et cela se fait justement parce que ces règles (les engrammes) sont mises en instance de parole par les autres sujets parlants qui ont acquis la langue auparavant. De même, l’analyse structuraliste de la langue se fait par l’intermédiaire de la parole. Comme la parole est une mise en pratique des règles abstraites, elle est considérée comme un reflet fidèle de la langue, et l’analyse peut alors s’approcher de la langue, a priori inaccessible, en examinant de près ce reflet.

21Il est clair alors que le structuralisme classique s’intéresse exclusivement à la langue. La parole étant estimée non systématique, arbitraire, irrégulière et sujette à toutes sortes d’influences situatives incontrôlables par l’analyse, elle n’est envisagée que comme un outil pour accéder à la langue, non pas comme un objet de recherche à elle seule.

Depuis, on a reconnu que les échanges de parole sont de loin plus systématiques et moins chaotiques que les fondateurs du structuralisme le soupçonnaient. Des recherches en linguistique conversationnelle ont mis en évidence le fait que les interactants interprètent les situations souvent par le même genre de rapport à une situation « type » qu’on a constaté pour des instances de parole qui sont interprétées à travers des énonciations « types », les images acoustiques. Cependant, le vaste et complexe champ des interactions communicatives étant au-delà des objectifs d’initiation du présent ouvrage, nous ne pourrons pas l’aborder.

1.2.2 Axe syntagmatique et axe paradigmatique

22Si la dichotomie langue-parole est fondamentale au niveau conceptuel du structuralisme, celle qui oppose l’axe syntagmatique et l’axe paradigmatique est fondamentale au niveau des techniques d’analyse linguistique.

231a <wir gehen> [vi:r ge:ə"]

24la montre une expression grammaticalement correcte de la langue allemande sous deux formes différentes. Dans l’un des cas, l’écrit a été choisi, dans l’autre (représenté ici par la transcription phonétique), c’est l’oral. Peu importe le canal de communication, les éléments dont cette expression est constituée – les lettres dans un cas, les sons dans l’autre -ont une caractéristique en commun. Dans les deux cas, les éléments plus petits qui « construisent » l’unité plus grande sont produits l’un après l’autre. Cela présente des avantages indéniables. Pour les saisir, regardons 1b qui montre la même expression, dans le canal écrit, mais sans que les unités plus petites viennent l’une après l’autre.

25Le résultat serait aussi décevant pour le canal oral où l’on serait confronté à un tapis bruyant indécis.

26Ce « l’un après l’autre » s’affirme à tous les niveaux de la langue. Les sons ou lettres qui composent un mot viennent l’un après l’autre. Les mots qui composent une phrase viennent l’un après l’autre. Les phrases qui composent un texte viennent l’une après l’autre. Il existe donc une succession de production et de réception à laquelle on a intérêt de se conformer, sous peine de ne pas comprendre ou de ne pas être compris. À tous les niveaux de la langue, les unités plus petites sont alignées les unes après les autres pour former une chaîne (Saussure appelait son objet de recherche la « chaîne parlée »). Cette chaîne ordonnée de successions représente l’axe syntagmatique.

27Évidemment, la succession ordonnée des éléments n’est pas suffisante pour assurer la compréhension. Il faut, en outre, que les éléments qui se succèdent « aillent les uns avec les autres ». Dans l’exemple 1, le pronom de la 1re personne du pluriel, wir, demande la terminaison verbale -en, qui est rajoutée au radical du verbe, geh-. Il existe d’autres terminaisons verbales, par exemple -e ou -st ; mais ces terminaisons ne sont pas correctes dans ce cas précis. Elles seraient correctes si le pronom n’était pas wir, mais ich ou du respectivement. Outre la relation syntagmatique de succession ordonnée, on constate donc une autre relation qui participe à la compréhension. Pour produire ou interpréter correctement les chaînes parlées, les interlocuteurs font appel à des associations. Pour déterminer quelle est, à un moment donné de la chaîne parlée, la « bonne » succession, ils associent en quelque sorte tous les éléments qui pourraient se trouver « théoriquement » à l’endroit en question et choisissent celui qui correspond aux besoins communicatifs précis de la situation. Inversement, tout élément qui se trouve dans la chaîne parlée renvoie tacitement à tous les autres éléments qui pourraient se trouver à sa place dans d’autres circonstances.

28À la place du pronom wir, et suivant les circonstances, pourraient se trouver tous les autres pronoms personnels de la langue allemande. A la place de geh-, on pourrait avoir tous les autres radicaux verbaux de la langue allemande, suivant, bien entendu, les circonstances. Finalement, pour les terminaisons verbales, nous venons d’évoquer leur commutation conditionnée. Le jeu de la production et de la réception des énoncés implique donc l’axe syntagmatique et un deuxième axe sur lequel on retrouve, pour ainsi dire à l’état virtuel ou potentiel, toutes les associations pertinentes qu’entretient l’élément effectivement produit ou reçu avec les autres éléments de la langue qui pourraient se trouver à sa place dans d’autres circonstances.

29Cet autre axe Saussure l’appelait l’« axe associatif ». Ce n’est cependant pas ce terme que la tradition a retenu. La figure 3 montre que les associations peuvent se faire de deux manières qui sont distinguées par le réservoir des éléments qui pourraient se trouver à la place d’un élément effectivement produit ou reçu. Dans le cas des pronoms personnels et dans celui des terminaisons verbales, ce réservoir est épuisable ; il existe un nombre fini d’éléments qui sont potentiellement interchangeables. Dans le cas des radicaux verbaux, ce réservoir est inépuisable ; par l’emprunt, par la création de néologismes, etc., des radicaux verbaux peuvent « naître », faisant de ce réservoir un ensemble ouvert. On s’est habitué à appeler les réservoirs épuisables des « paradigmes », et c’est de là que cet axe a tiré son nom d’« axe paradigmatique ».

30La technique d’analyse du structuralisme repose essentiellement sur la dichotomie entre les axes syntagmatique et paradigmatique. Quand on analyse un échantillon de parole pour accéder aux règles de la langue suivant lesquelles il a été produit, on estime qu’il a été mis en succession ordonnée, c’est-à-dire placé sur l’axe syntagmatique, en association constante avec l’axe paradigmatique en vigueur pour la langue en question. Le travail d’analyse consiste donc à repérer, à partir de l’échantillon d’axe syntagmatique donné, les axes paradigmatiques de la langue en question qui ont permis de le produire. On tâche de mettre en lumière quels éléments pourraient, dans d’autres circonstances, se trouver, selon les règles de la langue en question, à la place des éléments effectivement présents dans l’échantillon analysé. Les procédures d’analyse sont établies en conséquence.

Fig. 3 - Exemple d’axes paradigmatiques de l’allemand

1.3 Les procédures d’analyse du structuralisme : commutation, délétion, segmentation

31Pour dire qu’à la place d’un élément effectivement produit ou reçu dans un syntagme, un autre aurait pu s’y trouver dans d’autres circonstances, nous avons glissé le terme « commutation conditionnée ». Voilà une des procédures majeures de l’analyse structuraliste. La tâche de l’analyse consiste à mettre en évidence les axes paradigmatiques qui existent dans une langue, et elle y parvient en vérifiant quels autres éléments peuvent être mis à la place d’un élément effectivement produit. Cette procédure s’appelle commutation. Dans notre exemple, nous pouvons dire que geh- est un élément fonctionnel de la langue allemande parce que nous pouvons le commuter avec, par exemple, mach- ou heb- et en obtenons une autre expression grammaticalement correcte de cette même langue, l’allemand, mais qui veut dire autre chose. Donc, geh-, mach-, et heb- appartiennent au même axe paradigmatique de l’allemand (les radicaux verbaux) parce qu’ils commutent l’un avec l’autre, et ils sont fonctionnels en allemand parce qu’ils ont la fonction de distinguer, suivant les circonstances de l’énonciation, entre des actions visées différentes.

32L’intérêt de la procédure de commutation – ainsi que celui des autres procédures que nous allons voir – est donc double. D’un côté, elle permet de déterminer si la présence ou l’absence d’un élément relève d’une fonction régulatrice et est donc située au niveau de la langue, ou bien si elle dépend de ce qu’un locuteur juge bon de faire ou de laisser dans une situation de dialogue donnée et est donc située au niveau de la parole. Dans le premier cas, elle intéresse l’analyse ; dans le second, elle ne le fait pas. Le deuxième volet des procédures concerne les axes paradigmatiques qu’une telle analyse cherche à déceler. Une fois la fonction des éléments connue, on peut évidemment regrouper les éléments qui ont la même fonction. Rien n’indique, a priori, qu’il existe une quelconque parenté entre ich, du, wir, etc. Or, après analyse, nous arrivons à en constituer une classe parce que nous pouvons leur reconnaître à tous la même fonction : celle d’indiquer, dans un syntagme verbal, la personne qui accomplit l’action visée par le verbe. C’est là, d’ailleurs, la raison pour laquelle ces éléments de la langue allemande commutent l’un avec l’autre. Et c’est là aussi la raison pour laquelle -st, par exemple, que nous trouvons dans la troisième colonne de la figure 3, ne commute pas avec eux. Cette forme a une fonction en allemand (mettre un radical verbal à la 2e personne du singulier), mais ce n’est pas celle d’indiquer qui accomplit l’action visée par le verbe. C’est pour cela qu’elle se trouve ailleurs dans le syntagme, et c’est pour cela qu’elle n’appartient pas au même axe paradigmatique.

33Nous touchons là à la vision que la théorie structuraliste a de la langue, c’est-à-dire des engrammes sociaux et hors de la portée des individus qui sont autant de règles pour bien produire et recevoir des échantillons de parole échangés dans cette langue. Cette vision conçoit la langue comme un système pertinemment structuré d’associations et d’oppositions. Voilà l’explication de la désignation de « structuralisme » que cette approche a reçue, et aussi de celle de « Systemlinguistik » qu’on lui trouve souvent associée, en allemand, par opposition à « Gesprächslinguistik », qui se veut nettement plus du côté de la parole et des échanges interactifs. Dans une analyse structuraliste, la constitution des classes se fait par des associations. On fait une classe de ich, du, etc. parce que tous ces éléments de la langue allemande s’apparentent du point de vue de la fonction qu’ils y ont. Mais en même temps, en constituant cette classe, on oppose ces éléments de la langue à tous les autres éléments qui n’ont pas cette fonction bien qu’ils aient bel et bien une fonction précise dans cette langue.

34Selon cette vision, la signification du pronom wir, dans notre exemple, est pleinement saisie seulement après qu’ont été reconstituées à la fois les associations (constituer la classe des pronoms personnels) et les oppositions dont il relève : font partie de cette signification, d’une part, le fait que wir appartient à la classe des pronoms personnels et s’oppose alors à toutes les classes autres que celles des pronoms personnels, mais aussi, d’autre part, le fait qu’il s’oppose, à l’intérieur de cette classe, à tous ses autres membres qui ne sont pas la forme de la 1re personne du pluriel. La conception d’un système linguistique structuré de la sorte peut paraître bien pédante. Pourquoi faire intervenir dans la signification d’un élément ses relations à d’autres éléments qui ont d’autres significations ? Il existe une réponse théorique et une réponse pratique à cette question.

35La réponse théorique provient du concept de système. Si un système est structuré, par définition cette structure se définit par les relations qu’entretiennent entre eux les éléments du système. Par exemple, en chimie, cette relation des éléments entre eux est exprimée par leur périodisation suivant le nombre croissant d’électrons qui sont en orbite autour du noyau. Si donc la langue est conçue comme un système structuré, on doit pouvoir donner les relations des éléments entre eux. La réponse plus pratique provient, pour ainsi dire, de l’expérience. Pour se convaincre que ces oppositions jouent un rôle capital, il suffit d’essayer de définir, ou seulement d’expliquer, ce que c’est que le singulier sans faire appel à la notion de nombre. Or, dès qu’on fait appel à cette notion, on est réduit à admettre qu’elle n’a pas vraiment de sens s’il n’y a pas, à côté du singulier, quelque chose d’autre, en l’occurrence le pluriel. Voilà que l’opposition singulier-pluriel entre en jeu. Les deux ne trouvent leur pleine signification que par opposition à l’autre. Toujours est-il que ces oppositions ne sont pas nécessairement binaires. La tentative d’expliquer ce qu’est l’indicatif fera tôt ou tard appel à la notion de mode, et celle-ci n’a de sens que si on peut spécifier quels modes existent : en allemand l’infinitif, l’indicatif, l’impératif, et le conjonctif. Ils sont donc quatre éléments à s’opposer les uns aux autres.

36Sur la base de cette vision, la procédure de commutation permet, comme nous l’avons observé, de constituer des classes d’éléments associés et de les opposer entre eux et à d’autres classes. Cependant, il est évident que l’on ne peut pas qualifier d’élément tout et n’importe quoi. Nous avons obtenu les trois colonnes de la figure 3 parce que nous avons, tacitement, « coupé au bon endroit ». A priori, rien n’empêche de couper ainsi :

371c wirg / ehen

38Si l’on ne coupe pas ainsi, c’est simplement que le découpage 1d est plus pertinent.

391d wir / geh / en

40Il est plus pertinent parce que nous trouvons les trois éléments dans d’autres circonstances, et dans d’autres circonstances, ils ont la même fonction, ce qui nous permet de les représenter sur un axe paradigmatique précis et de constituer ainsi des classes auxquelles ils appartiennent. Par exemple, wir ne change pas de fonction dans wir studieren, geh- garde sa fonction dans sie geht, et -en ne prend pas d’autre fonction non plus dans wir lachten. En plus, pour tous les trois éléments nous trouvons facilement des membres de la même classe avec lesquels ils commutent. Il y a donc toutes les chances que nous ayons « coupé au bon endroit ».

41C’est tout différent pour wirg et ehen, que nous aurions obtenus par notre découpage lc. En effet, si l’on cherche une fonction qu’on puisse assigner à ces deux éléments, on trouve ehen dans d’autres circonstances : Ehen, le pluriel de Ehe. Mais la fonction que la suite de lettres ou de sons y a n’est guère transposable dans le contexte qui nous intéresse. Il serait donc peu probable qu’on trouve une fonction pertinente à ehen dans notre contexte et qu’on arrive alors à l’incorporer dans une classe. Il est également peu probable qu’on trouve des partenaires avec lesquels il commute, et ce justement parce qu’un axe paradigmatique ne semble pas exister pour cette forme. Tout cela est vrai également pour wirg, sauf que là il ne semble même pas exister d’autres circonstances dans lesquelles il a une fonction bien précise. Il est donc plus pertinent, après analyse, de couper selon le modèle ld. En d’autres termes, l’on ne commute pas pour le bon plaisir de commuter ; la commutation est au service de la segmentation. Par des tests réitérés dont les résultats sont des « propositions de segmentation » plus ou moins pertinentes, on finit par arriver à la segmentation la plus pertinente dans le système linguistique donné. Et c’est une opération préalable incontournable que de tâcher de trouver les bons segments avant que l’on puisse se mettre à constituer des classes d’éléments.

42Avant de procéder, dans les chapitres suivants, à leur application au divers niveaux du système linguistique, il faut encore introduire une troisième procédure d’analyse importante. Elle aussi est au service de la segmentation pertinente en vue de la constitution des classes. Elle est, en quelque sorte, une variante de la commutation, à savoir cette variante de commutation où, au lieu de remplacer un élément par un autre, on le supprime. Cette procédure est appelée délétion ou suppression.

43Prenons l’exemple 2a :

442a ich machte

45Si en quête des axes paradigmatiques qui ont guidé la production de ce syntagme, on fait la délétion du -t-, on obtient 2b, qui est une expression grammaticalement correcte de l’allemand et qui veut dire autre chose.

462b ich mache

47La présence ou l’absence de ce -t- est donc fonctionnelle en allemand (en l’occurrence, pour faire la distinction entre le présent et le prétérit). Il faut alors que l’on fasse de ce -t- un segment à lui seul.

482c ich / mach / t / e

49La commutation et la délétion, toutes les deux au service de la segmentation, voilà les procédures d’analyse cardinales du structuralisme, avec lesquelles il tâche de trouver les éléments qui s’associent les uns aux autres du point de vue de leur fonction dans le système linguistique, de les opposer à d’autres éléments et de constituer ainsi les axes paradigmatiques d’une langue qui permettent sa classification taxinomique. Nous allons retrouver ces procédures tout au long de cet ouvrage.

Notes

1 Cours de linguistique générale, édition postume par Ch. Bally et A. Sechehaye, Lausanne/Paris, [1916] 3e éd. 1969, p. 38. Notons au passage que F. de Saussure n’a jamais formulé sa théorie sous forme d’un ouvrage publié. Son Cours est le fruit des notes qu’avaient prises ses étudiants à Genève lors de trois cours magistraux dans la première décennie du xxe siècle, ainsi que du travail d’éditeur de Bally et de Sechehaye, qui ont eu accès également aux papiers que Saussure détenait chez lui.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 - La conception saussurienne du signe
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1655/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 3 - Exemple d’axes paradigmatiques de l’allemand
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1655/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search