Version classiqueVersion mobile

Linguistique pour germanistes

 | 
Marco Rühl

0. Introduction

Texte intégral

0.1 Nous communiquons par des signes

1Pour montrer l’intérêt de la linguistique, commençons par une petite histoire.

Il était une fois un homme qui vivait seul dans son petit appartement. Il était à la retraite, et il ne lui était resté aucun parent. Sa femme était morte il y avait longtemps. Voilà pourquoi il vivait en solitaire. C’est uniquement quand il faisait les courses et pendant des promenades qu’il rencontrait d’autres gens.
Un jour, il prenait le petit déjeuner quand soudain il se demanda : « Pourquoi donc est-ce que j’appelle cette table-ci table ? pourquoi pas chaise, lit, ou fenêtre ? » Il réfléchit longuement. Ensuite, il décida d’appeler désormais lit la table ; le lit il l’appellerait chaise, et la chaise s’appellerait fenêtre. La fenêtre enfin serait nommée table. Il s’imaginait que cela mettrait un peu de fantaisie dans sa vie généralement ennuyeuse. Il allait se réveiller chaque matin à la chaise, allait se rendre dans la cuisine, prendre la fenêtre pour se mettre au lit, et allait regarder dans la rue par la table.
Le lendemain matin, le réveil sonna. L’homme était assez fatigué. « Pourquoi se lever ? se demanda-t-il. En fait, pourquoi j’appelle ça se lever, non pas se promener ? C’est ça, se dit-il, et le réveil je l’appelle soleil, et sonner se dira dès à présent briller. » Depuis ce jour-là, il aimait se lever. Car finalement, ce n’était plus Quand le réveil sonne, je me lève, c’était Quand le soleil brille, je me promène.
Quand ce matin, il se fut promené, il alla dans la cuisine et commença par répéter le nouveau vocabulaire : il venait de quitter la chaise, prit la fenêtre et s’installa au lit pour regarder quelque temps par la table dans la rue.
Le jeu lui plut. De mieux en mieux il l’aimait.
Il y prenait tant de goût qu’il ne cessait d’inventer de nouveaux vocables. Un matin, il échangea l’un contre l’autre beurre et café. Donc, quand il se fut levé, il prépara du beurre, s’installa au lit de cuisine et tartina le pain de café et de confiture.
Il s’enthousiasma et décida de nommer la salle de bain gare, et le séjour et la cuisine s’appelleraient hôtel de ville et musée respectivement. C’était plus intéressant finalement de prendre une douche à la gare quand on venait de se promener, et de faire bouillir ensuite le beurre au musée.
Peu à peu, il oubliait que son lit était appelé par les autres table et que les autres ne se promenaient pas le matin, mais se levaient.
Un jour, il décida de souhaiter aux gens quand il les croisait en faisant les courses ou une promenade, non pas simplement un Bonjour mais plutôt toute une Bonne semaine. D’abord, il trouvait très amusant de voir les gens surpris qu’il leur dise : « Bonne semaine. » Plus tard, il oublia que ç’avait été une décision de sa part de leur souhaiter une bonne semaine pour les saluer, et il se fâchait que les gens ne répondissent pas à son « Bonne semaine ! ». Alors il était content de rentrer chez lui, de préparer du beurre au musée, de s’y installer au lit et de regarder par la table les gens impolis.
Une fois, il était allé faire les courses tout de suite après s’être promené et avoir pris le beurre. Car il n’y avait plus de café, et il n’aimait pas sa tartine de confiture sans le café.
Au supermarché, il se rendit au rayon « produits frais », mais il ne trouva pas de café. Il demanda à une employée s’il y avait du café. Elle lui signala un rayon où se trouvait force beurre : beurre en grains, beurre moulu, beurre instantané... Pas de café, par contre. Il revint trouver l’employée pour essayer de lui expliquer qu’il ne cherchait pas de beurre mais du café. Qui donc tartinerait le pain de beurre ! Le beurre va dans la beurretière, et ensuite on y met de l’eau pour la faire bouillir et la passer par la poudre !
L’employée ne comprit pas ce que l’homme disait. Après quelques essais sans succès, elle l’envoya promener.
L’homme rentra chez lui, triste, fit du beurre, s’assit au lit dans le musée et fixa son regard sur les gens dans la rue. Les observant par la table dans le mur, il était fâché. C’est seulement l’après-midi qu’il partit de nouveau pour acheter du café, dans un autre supermarché. Il fut content de l’y trouver à sa place tout de suite ; il avait craint que là également, on ne le comprît pas.

2Ce qui se joue dans cette histoire est au centre de la linguistique, toutes ses branches confondues. L’employée du supermarché n’arrive pas à comprendre ce que l’homme lui demande. Comment se fait-il que les gens comprennent ce que d’autres leur disent, et pourquoi est-ce que cela parfois ne marche pas ? Ce sont là les questions cardinales que se pose la linguistique.

3Dans l’histoire contée, il est facile de saisir pourquoi le dialogue sur le beurre, que l’homme appelle du nom de « café », n’aboutit pas. Il y a quelque chose, un objet, un état de choses, qui est visé – le beurre – ; et il y a quelque chose qui sert à exprimer linguistiquement cette visée – le mot beurre. Et c’est justement le fait que l’homme se serve d’un autre mot – le mot café – pour exprimer cette visée, qui empêche la compréhension. Or, ce rapport entre quelque chose de réel qui est visé, et quelque chose de linguistique qui exprime cette visée n’est autre que la définition d’un signe, définition courante au moins depuis le Moyen Âge. Elle a trouvé son expression la plus connue dans la formule « aliquid stat pro aliquo », citée à maintes reprises par les grammairiens médiévaux : « Quelque chose est posé pour quelque chose d’autre. »

0.2 Les caractéristiques du signe

4L’on peut trouver également, dans l’histoire que nous venons de voir, les caractéristiques majeures du signe, tant linguistique que non linguistique.

5Il est clair qu’il n’existe pas, dans un signe, de rapport fondé par une nécessité quelconque entre ce qui est visé et ce qui exprime cette visée. Si c’était le cas, l’homme n’aurait pas pu changer le rapport entre la réalité et les mots qui l’expriment. Le mot table n’est pas lié à une quelconque « essence » de la table, car si quelqu’un s’avise de prendre cette décision, le mot peut être pris pour viser une fenêtre. Comme il n’existe pas de relation nécessaire entre les deux parties du signe, le signe est dit arbitraire.

6Comme la relation entre les deux parties n’est pas nécessaire, la reconnaissance de cette relation par un interlocuteur, qui entraîne la compréhension de ce qui est dit, doit être fondée sur autre chose. C’est qu’elle est conventionnelle. Que le mot table vienne à exprimer que le locuteur vise un certain élément de la réalité, cela est dû à l’existence d’une convention parmi les sujets parlants selon laquelle on emploie ce mot pour exprimer cette visée, convention qui fait aussi qu’on ne l’emploie pas pour exprimer d’autres visées. Quand quelqu’un le fait tout de même – comme le héros de notre histoire qui se sert du mot table pour viser une fenêtre –, on risque de s’isoler.

7Outre le fait qu’une convention reliant une visée à son expression par un signe existe, il faut que cette relation conventionnelle soit relativement stable. C’est d’ailleurs ce qui implique le terme même de convention. N’est convention que ce qui, tout en relevant, au moins en partie, de l’arbitraire, ne change pas tout le temps. En même temps, il ne faut pas oublier que la relation entre la visée et son expression par un signe peut changer au fil du temps. L’exemple classique en allemand est le mot Weib. Au Moyen Âge, c’était un mot tout à fait neutre pour désigner une femme (par opposition à Frau qui, à l’époque, voulait dire « femme noble »). Au fil des siècles, la relation entre le mot et la visée qu’on peut exprimer par lui a changé, et il comporte aujourd’hui une nuance nettement péjorative qui, suivant les contextes, peut même s’apparenter à « salope ». Le signe est donc à la fois constant et variable. La relation entre une visée et son expression est constante synchroniquement, c’est-à-dire ne change pas arbitrairement d’un instant à l’autre ; car à un moment donné, cette relation est stable par convention. Mais en même temps, elle est arbitraire et peut alors changer sinon subitement, du moins lentement et dans un laps de temps assez étendu, c’est-à-dire de manière plus ou moins imperceptible ; c’est pourquoi elle est variable diachroniquement.

8La quatrième et dernière des caractéristiques du signe s’observe également chez notre héros inventeur de vocabulaire. Il désigne des visées différentes par le même mot. Peu importe qu’il soit moulu, en grains, instantané..., l’élément de la réalité visé peut être exprimé par le mot café (notre héros se sert du mot beurre). C’est que le signe est abstrait. Il fait abstraction, d’un côté, des caractéristiques non centrales d’un élément visé et, d’un autre côté, des éléments individuels de la réalité. D’un côté donc, ce qui distingue le café moulu d’avec le café en grains n’est pas assez important pour « justifier » qu’on se serve de mots différents ; ce qui est « typique » pour le café leur est commun, et si cela se révèle nécessaire, on les distingue par exemple par l’ajout d’adjectifs caractérisants. D’un autre côté, on n’a pas besoin de deux mots différents pour viser, disons, deux tables différentes ; on se sert du même mot pour viser des individus différents qui font partie de la même classe. Si on ne procédait pas ainsi, il faudrait un mot pour chaque élément individuel de la réalité, c’est-à-dire un nombre infini de mots, ce qui rendrait caduque toute l’entreprise de communication par des signes.

9Les relations entre des éléments visés de la réalité et l’expression de cette visée, autrement dit les signes sont donc a-c-c-a, arbitraires, conventionnels, constants (synchroniquement, mais variables diachroniquement), et abstraits.

Deux problèmes ont été soulevés au sujet de l’arbitraire du signe, dont l’un regarde des signes non linguistiques, l’autre des signes linguistiques.

  • Quand on considère des signes tels que ceux représentés dans la figure 1, on s’aperçoit aisément que les deux signes reproduits en haut sont « moins arbitraires » que ceux reproduits en bas. Car ce qui exprime qu’un aéroport et un café sont visés respectivement ressemble assez à ce qui est effectivement visé, l’aéroport et le café. Ce rapport iconique de ressemblance est complètement absent, en revanche, des signes représentant une rue ou route prioritaire et, sur des cartes topographiques, un canal. C’est pourquoi certains ont été amenés à proposer une sous-classification des signes : les signes « vraiment arbitraires », tels que ceux reproduits en bas, sont appelés signes au sens strict ; les signes « moins arbitraires » à rapport iconique, tels que ceux reproduits en haut, sont appelés symboles. Il convient alors de distinguer signes et symboles, qui sont intentionnels, des indices qui, quant à eux, sont non intentionnels. Que la fumée indique un feu, personne n’y est pour rien. Le feu occasionne de la fumée que quelqu’un le veuille ou non. Il importe également de noter que la tradition nord-américaine fait la même différence que la tradition européenne mais qu’elle n’utilise pas les mêmes termes. Ce qui est appelé signe au sens strict en Europe s’y appelle symbol ; et le terme qui rend le symbole européen y est icon.
  • On s’est également demandé si les signes linguistiques qui expriment une visée en imitant ce qui est visé sont vraiment arbitraires. Il s’agit des onomatopées. Que les pigeons roucoulent et que les abeilles bourdonnent, c’est bien que pour viser le son produit quand ils roucoulent et bourdonnent, on l’imite linguistiquement. Donc, le rapport ne serait pas arbitraire. Le fait qu’il est beaucoup plus arbitraire qu’on pourrait l’imaginer, se remarque dès qu’on traduit ces onomatopées dans une autre langue. A moins que des abeilles françaises et des abeilles allemandes bourdonnent différemment, on devrait obtenir la même onomatopée. Cependant, les abeilles allemandes summen, et les pigeons allemands gurren. L’identité est donc réduite à la voyelle tonique. Pour nous convaincre que les onomatopées ne sauraient ébranler la thèse de l’arbitraire du signe, notons enfin que les coqs français chantent cocorico tandis que leurs homologues allemands chantent kikeriki, et qu’ils pourraient paraître indifféremment extravagants aux yeux de leurs collègues anglais qui sont habitués à leur cock-a-doodle-doo. Bien qu’il soit convenable de distinguer, pour les signes non linguistiques, entre les signes (au sens strict) et les symboles, on peut donc dire qu’il n’y a pas de signes linguistiques non arbitraires.

Fig. 1 - La différence entre les signes au sens strict et les symboles

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - La différence entre les signes au sens strict et les symboles
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search