Version classiqueVersion mobile

Magies de la répétition

 | 
Emmanuelle Prak-Derrington

Deuxième partie - La répétition performative

De l’incarnation dans l’énonciation

Texte intégral

1La première partie définissait la signifiance de la répétition figurale, ce second volet se veut une pragmatique de la répétition, à travers l’étude des formes de la réduplication, de la litanie et de l’incantation, cette dernière étant intermédiaire entre la parole et le chant. La réduplication est étudiée depuis des décennies en langue et en discours, contrairement à la litanie, qui, lorsqu’elle n’est pas connotée péjorativement dans le discours usuel, reste très largement attachée au discours religieux (Rabatel 2015a, Mezzadri 2016). Et l’incantation paraît, elle aussi, ressortir plutôt à l’anthropologie et à l’étude du sacré qu’à la linguistique. C’est donc une démarche nouvelle que de vouloir montrer la parenté entre ces trois formes, en établissant entre elles une sorte de continuum des phénomènes énonciatifs, qui, de manière spontanée (la réduplication) ou de manière rituelle (la litanie et l’incantation), mettent en avant, en même temps que le corps des signes, les corps des acteurs de l’interaction.

Au-delà de la fonction référentielle

  • 1 Par exemple, sur le site de l’académie de Grenoble, dans les cours mis en ligne pour aider les élè (...)
  • 2 Voir en particulier les travaux de Benes (1968), Daneš (1970, 1974), Firbas (1964).

2La linguistique profane met au centre de la communication la fonction référentielle du langage, le fait de transmettre des informations ; l’institution scolaire perpétue cette valorisation1 ; la même prévalence est à l’œuvre dans la tradition de la linguistique textuelle. Les linguistes de l’école de Prague2 ont, les premiers, analysé les suites de phrases dans une perspective « informationnelle » et défini la notion de « progression » textuelle. Les trois grands types de progression mis en évidence par František Daneš (la progression à thème constant, la progression linéaire et la progression à thème ramifié) ont été depuis repris dans nombre de grammaires et ouvrages à visée didactique. La définition du texte met en relation le plan de la communication et celui de l’information (le « contenu » du message). Est considéré comme « informationnel » ou « dynamique » – les deux termes sont considérés comme équivalents – ce qui fait avancer le texte, ce qui va de l’avant. L’information progresse depuis un certain stade de connaissances vers un autre stade plus élaboré, et chaque phrase contribue à enrichir cette progression. Jan Firbas (1964) nomme cette progression « communicative dynamism » (CD). Le CD permet de hiérarchiser, à l’intérieur de chaque phrase, les unités selon leur plus ou une moins grande valeur informative (Mitteilungswert) :

By the degree of CD [communicative dynamism] carried by a sentence element we understand the extent to which the sentence element contributes to the development of the communication, to which it “pushes the communication forward” as it were. (Firbas 1964, p. 270)

3La notion de « progression thématique » (voir Riegel, Pellat et Rioul 2009, p. 1025-1028) implique elle-même l’idée d’un mouvement orienté vers l’aval du discours. Il faut, encore et toujours, aller de l’avant. C’est la contrainte de la linéarité du signifiant dans la langue, et c’est la contrainte de la « progression informative » dans les discours. Il s’agit ici de montrer l’inadéquation de ce type d’approche dans le cas de la litanie et de l’incantation.

4Le concept d’« information » est, pareillement, au centre de la pragmatique cognitive depuis Dan Sperber et Deirdre Wilson. C’est la loi de maximalisation de l’information, censée « amener l’auditeur à enrichir ou modifier le plus ses connaissances ou ses conceptions » (Sperber et Wilson 1979, p. 88). Mais cette loi est insuffisante pour décrire la valeur pragmatique d’un énoncé répété ; les litanies comme les incantations se distinguent par l’absence de progression informationnelle. L’information est soit trop pauvre (cas des répétitions à l’identique), soit trop riche (cas des multiples variations), et elle ne s’inscrit donc pas dans une logique de la nouveauté. La litanie rompt avec la dynamique de la prose (du latin prorsum, « en avant »), pour instaurer une autre dynamique, celle d’une spirale dont les cercles s’enroulent autour d’un point central et vont grandissant.

5La répétition n’est pas prioritairement informationnelle mais renvoie toujours à la dimension corporelle et gestuelle du langage, que les participants soient effectivement en présence, dans les interactions, ou bien qu’elle se déploie, comme à l’écrit, à l’intérieur, de manière subvocalisée. Les formes répétées font toujours signe vers autre chose que ce qui est désigné par la forme simple. Vers quoi ? Pourquoi ? Comment ? On entre alors dans la problématique de la motivation.

Les motivations de la répétition

La répétition « iconique »

6La répétition nous ramène vers la problématique de la corporéité et des motivations du signe, au pouvoir décuplé quand il n’est plus réduit au mode de la signification (tel que je l’ai défini dans le chapitre 2). L’étude de la cohésion rythmique a permis d’éclairer le fait que la répétition institue ou suggère une relation d’iconicité – de motivation – entre signifiant et signifié. Mais la notion d’iconicité peut s’envisager à tous les niveaux de l’analyse linguistique, tant en langue qu’en discours :

L’iconicité est une propriété qui concerne toutes les polarités du triangle sémiotique : la relation entre signifiant et signifié (motivation relative saussurienne), la relation entre signifié et référent (iconicité des linguistiques cognitives), la relation entre signifiant et référent (symbolisme phonétique). Cette propriété, prise en son sens le plus large, peut-être définie par le fait qu’au moins l’une des trois relations qui viennent d’être mentionnées possède un caractère non aléatoire […]. Il convient toutefois d’ajouter immédiatement que si une telle formulation semble limiter la problématique au cas particulier du signe lexical en synchronie, la morphologie grammaticale est tout autant impliquée, la diachronie que la synchronie, la phrase et le texte que le signe isolé. (Monneret éd. 2003, p. 4, je souligne)

7Je ne m’intéresse qu’à l’iconicité produite par les signifiants de la répétition, c’est-à-dire à la relation de motivation que les signifiants établissent avec autre chose. La répétition m’a conduite à envisager cette motivation au-delà du triangle sémiotique, en prenant en compte les données non spécifiquement verbales de la communication, les sujets de l’interaction, le contexte, les connaissances d’arrière-plan, etc., et surtout, en la rapportant à la problématique de la performativité. J’aborde ainsi la notion d’iconicité dans une perspective énonciative et pragmatique. Cette prise en compte des locuteurs et auditeurs existe déjà en linguistique des interactions, à travers la notion d’« iconicité interactionnelle » (Ishikawa 1991) et l’étude des hétéro-répétitions, mais elle n’a encore jamais été montrée pour les auto-répétitions. Or, la répétition figurale instaure une mise en miroir des corps des interactants, même si les destinataires ne répètent pas eux-mêmes à haute voix, mais se contentent d’écouter, ou même de lire, avec leur voix intérieure. Cette mise au jour d’une iconicité pragmatique me semble constituer l’aspect le plus novateur de ma démarche, qui rapproche la répétition des actes de langage.

Remarque sur le terme iconicité

8J’ai défini l’iconicité de la répétition de manière très large, mais ce terme est généralement employé de manière plus restreinte et renvoie à une relation de ressemblance – en grec, eikôn signifie « image ». Charles S. Peirce a élaboré le concept moderne, et établi une classification triadique des signes (pas seulement les signes verbaux), qui distingue l’icône (relation de similarité de type image), l’indice (relation de contiguïté) et le symbole (fonctionnant par institution). Icône et indices sont motivés et s’opposent au symbole, purement conventionnel. Au sein de la linguistique structuraliste, la problématique de l’iconicité était cependant marginalisée, avant qu’un article de Jakobson (1965) ne l’introduise en sciences du langage :

L’iconicité du langage a été un quasi-tabou de la linguistique moderne, brisé seulement par un essai de Jakobson qui introduisait une nouvelle discussion du problème de l'iconicité et du caractère naturel du langage. (Trabant 1992, p. 75-76)

  • 3 Pour une histoire et une discussion de la notion d’iconicité, voir les articles de Luca Nobile (20 (...)

9Dans les années 1990, au moment de la parution du premier numéro de Faits de langues (Danon-Boileau 1993), le concept d’iconicité était encore peu répandu en France, mais il a depuis suscité de nombreux travaux spécialisés, qui montrent les difficultés à le cerner, et se donnent pour but de le clarifier3. Pour ne rester que dans le domaine français : Luca Nobile propose ainsi un « recadrage » et une définition restrictive qui limite le concept « aux cas de similarité signifiant-signifié » (2014, p. 7-8), tandis que Philippe Monneret propose, au contraire, de renoncer au concept d’iconicité pour le remplacer par celui plus large d’« analogie », « processus fondamental de la cognition humaine », plus à même de recouvrer de manière cohérente l’hétérogénéité des phénomènes concernés :

L’intérêt de ce changement de perspective est double : il permet d’une part de clarifier le statut cognitif de l’iconicité, et d’autre part d’unifier plusieurs problématiques connexes. Car l’analogie est aujourd’hui un processus cognitif bien documenté, en particulier au plan développemental. (Monneret 2014, p. 47)

10La position la plus répandue sur l’iconicité est toutefois celle qu’a introduite John Haiman, qui suivait lui-même Jakobson, et qui oppose deux types d’iconicité, l’une directe, perceptive, l’« iconicité d’image », et l’autre plus abstraite, cognitive, l’« iconicité diagrammatique ». Dans la première, la ressemblance concerne le rapport du signe avec son référent (cas type des onomatopées), dans la seconde, la ressemblance concerne le rapport des signes entre eux, qui doit suggérer ou refléter un rapport entre des choses (cas type de l’ordre des mots : veni, vidi, vici et non vici, vidi, veni).

An iconic image is a single sign which resembles its refetent with respect to some (not necessarily visual) characteristic. […] An iconic diagram is a systematic arrangement of signs, none of which necessarily resembles its referent, but whose relationships to each other mirror the relationships of their referents. (Haiman 1980, p. 515)

11L’introduction du diagramme a affranchi le concept de l’étroitesse de la relation de ressemblance entre signe et référent, et ainsi ouvert des perspectives ; mais des « exigences d’ordre plus axiologique que descriptif » ont aussi fait émerger la nécessité d’une motivation « spirituelle », « épistémologiquement plus respectable » que l’iconicité traditionnelle (Nobile 2014, p. 7).

12Il importe de garder à l’esprit que ces deux formes d’iconicité ne sont pas réciproquement exclusives. La répétition en est la preuve manifeste, qui brouille les frontières entre l’image et le diagramme. Les onomatopées, exemple toujours donné comme iconicité perceptive, sont le plus souvent construites sur une réduplication (ouaf-ouaf / woof-woof / wau-wau, voir le chapitre 7), et l’exemple toujours donné de l’iconicité diagrammatique, veni, vidi, vici, où l’ordre des mots reflète la succession des événements, est lui-même un parfait exemple de cohésion rythmique emplie de répétitions (rythme ternaire fondé sur la succession de trois dissyllabiques, allitérations en [v] à l’ouverture de chaque mot, et assonances en [i] en fin de mot – homéotéleutes). Même les formes élaborées mettent à profit la répétition sensorielle… Le statut hybride de la répétition, à la fois perceptive et abstraite, image et diagramme, illustre ainsi la continuité entre physiologie et psychologie :

De nombreuses fonctions dites supérieures qu’on identifiait traditionnellement avec l’esprit et la pensée sont attribuées désormais aux systèmes qui gèrent le mouvement et la perception, qui s’avèrent bien plus « intelligents » et capables d’abstraction que ce que l’on pensait auparavant. (Nobile 2014, p. 7)

13La répétition est le phénomène qui reflète par excellence l’existence d’une « cognition incarnée », dans laquelle corps et esprit, raison et émotions, perception et abstraction ne sont pas distincts, mais étroitement intriqués et enracinés dans la corporéité. Il m’importait de valoriser cette continuité, et c’est pourquoi je n’ai jamais distingué entre plusieurs types d’iconicité et me suis contentée d’une définition unitaire.

Pour une pragmatique de l’incarnation

14La révolution pragmatique initiée par Austin et les philosophes anglo-saxons a montré que le sens d’un énoncé ne se réduit pas à son contenu représentatif (ce que les mots disent) mais inclut la dimension pragmatique de son insertion dans un certain contexte (ce que les mots font). La question du contexte en pragmatique est largement assimilée à celle de l’interprétation comme désambiguïsation. Des déictiques aux actes de langage indirects, du sens littéral au sens métaphorique, ou du sens littéral au sens communiqué, etc., le recours au contexte doit avant tout permettre d’en « désambiguïser » la réception. En référence à la première définition qui a été donnée de la pragmatique par Charles W. Morris (1946), on pourrait dire que la pragmatique coïncide à ce jour largement avec cette partie de la sémiotique qui étudie le rapport entre les signes et leur interprétation par les usagers des signes.

15La répétition litanique ne s’inscrit pas dans une démarche de l’interprétation d’une ambiguïté verbale. La plupart des énoncés répétés sur lesquels nous allons nous pencher ne présentent aucune équivoque verbale, il s’agit au contraire de se garder de toute ambiguïté en « faisant passer le message coûte que coûte ».

16C’est sans doute pour toutes ces raisons que la répétition figurale n’avait, jusqu’à récemment, que peu retenu l’attention des linguistes ; elle se situe à contre-courant des traditions qui sous-tendent nombre de leurs travaux. Sa dimension interprétative se loge dans le corps même des mots, dans ce qui est évoqué par leur matérialité, mais aussi en deçà d’eux, dans ce qui fait vivre cette matérialité, le gestuel, le vocal et le postural. Au cœur de la répétition, il y a la performance vocale, la dimension sensorielle de la voix. La répétition n’obéit pas à une pragmatique de l’information, c’est une pragmatique incarnée. J’ai choisi de traiter deux formes opposées de cette incarnation : la forme banale de la réduplication et celle de la parole rituelle (la litanie, l’incantation).

Quand répéter, c’est faire

Répéter, ou faire advenir les procès

17Comment se fait-il que les litanies religieuses soient admises, et que les litanies profanes soient appréhendées de manière négative ? Qu’est-ce qui justifie une telle séparation ? J’ai choisi d’adopter une approche trans-générique de la répétition litanique, en dehors de toute évaluation. Je suis parvenue, au terme d’un long cheminement, à cette thèse : il existe une affinité élective entre répéter et performativité. Et c’est cette affinité de la répétition avec faire tout autant qu’avec dire que cherche à éclairer chaque chapitre de la seconde partie.

18Un détour vers la répétition ontologique s’avère très instructif. Lorsque l’on y réfléchit, on se rend compte que tous les procès impliquant les fonctions vitales (respirer, manger, se reproduire, dormir, etc.), ainsi qu’un très grand nombre de procès inscrits dans la durée (marcher, nager, lire, écrire, etc.), exigent pour être accomplis que des (micro-)gestes soient répétés. Il faut inspirer et expirer pour respirer, exécuter des mouvements de va-et-vient dans l’acte sexuel, mastiquer pour manger, taper des touches sur le clavier pour écrire, etc. La répétition est la condition sina qua non pour réaliser ces procès, tandis que la fin de la répétition signe la fin du procès. C’est la mort qui met un terme à la répétition…

19Cette répétition intrinsèque n’est cependant pas prise en considération en linguistique dans les « typologies de procès » qui décrivent les propriétés sémantiques et aspectuelles des verbes. L’aspect répétition – la terminologie varie, qui parle d’aspect itératif, fréquentatif, multiplicatif… – n’y est mentionné que pour un petit nombre de verbes. Outre les verbes marqués par le préfixe re-, les verbes cités présentent souvent une valeur diminutive, par exemple toussoter, clignoter, tapoter, fendiller, pleurnicher, mâchouiller. On ne retient donc que la forme morphologiquement marquée ou la forme atténuée de la répétition. Le lien intrinsèque entre répéter et faire n’est pas exploré.

20Prenons la plus célèbre des typologies de procès, la classification de Zeno Vendler (1967), sans cesse revue et remaniée. Vendler distingue quatre grands types de procès : les états (type savoir), qui s’opposent aux processus dynamiques, eux-mêmes subdivisés en trois classes : les activités (respirer, manger, écrire…), les accomplissements (courir le 400 mètres) et les achèvements (atteindre le sommet). Les procès dynamiques sont définis autour du critère de la télicité (l’orientation vers un but, vers la fin), du grec telos (le but, la fin). Ainsi, les activités sont dites non téliques (elles ne comportent pas de fin intrinsèque), et s’opposent aux accomplissements et aux achèvements, qui sont téliques (leur accomplissement implique une fin intrinsèque). Si je mange, et que je suis interrompue pendant mon repas, j’aurais quand même mangé (activité), mais je ne peux courir le 400 mètres et ne peux atteindre un sommet que si je mène ces procès à leur terme (accomplissement et achèvement).

  • 4 La proposition de Catherine Recanati et François Recanati (1999) de réviser la classification de V (...)

21On constate que les procès de type activités sont tous constitutivement répétitifs ! Il serait donc tout aussi logique de les décrire ex positivo, autour du critère de la répétition4. De la même manière qu’il existe une télicité constitutive (du type se noyer), il faut poser qu’il existe une « itérativité constitutive » pour les activités duratives qui exigent, pour être accomplies, de se répéter (du type marcher). Comme le dit la chanson, « la meilleure façon de marcher, c’est encore la nôtre, c’est de mettre un pied devant l’autre et de recommencer ». Mais cette répétition intrinsèque n’est pas prise en compte dans les typologies de procès, où marcher est décrit ex negativo comme une activité non télique. Pourtant ce n’est nullement la fin (l’orientation vers un but), mais bien la répétition de pas qui permet de marcher ! Avec la répétition, le but, c’est toujours le chemin.

22Toute activité exige une répétition intrinsèque. Pas de répétition, pas d’activité ! Répéter, c’est faire advenir le procès. Cet aspect fondamental, négligé dans la classification des types de procès, est également largement minoré dans les études sur les litanies et sur la réduplication. Dans la vie comme dans le langage, la répétition est comme l’air qu’on respire, allant de soi et vite oublié tant que l’on ne vient pas à en manquer. Ces quatre chapitres explorent donc le déploiement de la répétition comme « modalité du dire en action ».

Quelle performativité ?

  • 5 Je considère que la répétition porte sur l’acte, parce qu’on a affaire à un verbe nominalisé, comm (...)

23Les typologies de procès ignorent la répétition, et il en est de même pour la théorie de la performativité. La notion a toujours été traitée à partir des énoncés performatifs singulatifs (ce sont les fameux verbes performatifs austiniens), mais elle n’a jamais considéré la particularité des énoncés répétés ou bien qui contiennent une répétition – alors que de nombreux énoncés performatifs passent par la répétition. Le plus souvent, il s’agit de la répétition de l’acte de langage lui-même. Le témoin, lorsqu’il doit prêter serment devant le tribunal, doit répéter à trois reprises le mot « vérité » : « Je jure de dire la vérité, rien que la vérité, toute la vérité »5 (« Ich schwöre, die Wahrheit, nichts als die Wahrheit zu sagen »). Dans le Confiteor, le pénitent, pour reconnaître devant Dieu ses péchés, récite trois fois : « C’est ma faute, c’est ma faute, c’est ma très grande faute » (« Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa »). La répétition peut aussi transformer l’acte en énoncé rythmique, et en-chanter ainsi la parole, comme nous le verrons dans le chapitre sur l’incantation. Ainsi, les enfants jurent, en associant le geste à la parole, la main sur le cœur ou en crachant par terre, un serment rimé sur un rythme binaire : « Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer ! ».

24Il faut poser la question : qu’est-ce qui change lorsqu’un acte est exprimé de manière singulative, ou bien rythmée et répétée ? Est-il légitime de ne pas les différencier ?

25Soit l’acte d’encouragement dans la communication différée et non différée. À l’écrit, la formule « Courage ! » est forcément singulative. Utilisée par exemple en fin de lettre ou de mail, l’acte d’encouragement vaut pour celui ou celle qui l’exprime, il témoigne de sa bienveillance ou de sa sympathie, mais il n’engage ni ne préjuge rien de l’effet qu’il produit sur son destinataire. C’est le propre de la relation interlocutive de la communication différée : les contextes de production et de réception sont nécessairement séparés. Tout autre est une situation de coprésence entre celui ou celle qui encourage et l’encouragé.e. Il leur faut alors « performer », mettre en œuvre le corps, s’impliquer tant par les gestes que par la voix. Peut-on imaginer un supporter rester immobile et soutenir son équipe en s’exclamant une seule fois « On va gagner ! » pendant toute la durée du match ? Peut-on imaginer une sage-femme rester assise et donner une seule fois la consigne « Poussez ! » à une femme en train d’accoucher ? Dans ces situations où ceux qui parlent sont eux-mêmes fortement engagés, l’acte d’encouragement s’accomplit dans et par la répétition des « On va gagner ! On va gagner ! On va gagner ! » et des « Poussez poussez poussez ! » toujours renouvelés. L’encouragement acquiert d’autant plus de pouvoir qu’il est rythmé. Que ce soit par des mots (ces mots peuvent d’ailleurs varier – Vas-y ! Super ! Génial ! Encore ! Continue ! voir Baldauf 2014 –, mais dans ce cas, on perd la puissance de la cohésion rythmique) ou par des gestes (lorsqu’il s’agit de sport, applaudissements, sifflements, tambourinements, voir Burkhardt 2009), le plus souvent par les deux, gestes et mots conjugués, c’est bel et bien la répétition qui est performative dans l’acte d’encouragement synchronisé.

26Ces quelques exemples montrent que la répétition surgit dans des situations extra-ordinaires, dans lesquelles les interactants sont fortement engagés, et du côté de la production, et du côté de la réception. Le respect d’une certaine « homogénéité » ou « stabilité » dans l’accomplissement de l’acte de répéter semble, en outre, garantir et valider une plus grande efficacité de la parole. Le faire vocal de la répétition transforme l’acte de langage ordinaire en performance (au sens anglais de enact, « jouer sur une scène, se produire »). On verra que cette performance locutoire ouvre sur une autre forme de performativité que celle décrite dans la théorie austinienne, largement centrée sur l’illocutoire. C’est donc la dynamique générée par l’acte locutoire que je propose de considérer et de mettre en rapport avec la performativité, quand on est confronté à des énoncés répétés.

Magie de la répétition

27Ma thèse est donc d’une extrême simplicité. Elle rattache la répétition ontologique à la répétition linguistique. Répéter, c’est renouer, en même temps qu’avec leur matérialité, avec le pouvoir décuplé de signes redevenus entiers (chapitres 1 à 4). Mais c’est aussi donner corps à l’acte de langage, et ainsi transformer le langage en acte (chapitres 4 à 8). La répétition convoque la puissance originelle du Verbe, ce « mystère [qu’est] l’idée incorporée à la matière phonique » (Jakobson 1976, p. 23), elle s’efforce de transformer la performance (faire verbal) en performativité (faire être). Car tout signe répété est arraché à l’immobilité de l’inanimé. Comme on vient de le voir, c’est la répétition, et non la télicité, qui est constitutive, dans les procès dynamiques « activités ». La fin de la répétition signe la fin du procès. Inversement, répéter, c’est mettre ou maintenir en mouvement. Rien de plus, ou plutôt, rien de moins que le pouvoir des corps est mis en action par la répétition, le corps des signes, tout autant que celui des interactants : le pouvoir du vivant.

28La répétition réaffirme l’importance de ce qui vit dans le langage et de ce par quoi il vit, le corps, la voix et l’oreille, indépendamment des qualités d’« oralité » et de « scripturalité » (Kerbrat-Orecchioni 2005, p. 29) – car la voix existe aussi bien sous une forme externalisée qu’intériorisée ou subvocalisée. En re-motivant l’acte locutoire, la répétition donne corps, c’est-à-dire aussi donne existence ou bien au rituel et au dire en action (chapitres 5, 6 et 8), ou bien aux émotions (chapitre 7).

*

29Il m’a fallu beaucoup de temps pour parvenir à faire coïncider savoir profane et savoir savant, beaucoup de temps pour poser, après tant de théories sur la performativité qui, toutes, rivalisent de complexité, l’insondable puissance du « donner corps » de la répétition, dans les échanges banals et spontanés mais également dans les situations où se déploie un oral ritualisé – Claude Hagège parle d’« orature » (1985, p. 110).

30Et c’est le détour par les formules sacramentelles qui m’en a donné la clé (chapitre 8). Dans une anecdote que rapporte l’écrivain Anatole France, le plus beau cadeau qu’il ait jamais reçu lui fut offert par sa mère, quand il avait trois ans, qui lui fit don d’une rose par de simples mots :

Un jour, dans le petit salon, laissant sa broderie, elle me souleva dans ses bras et, me montrant une des fleurs du papier, elle me dit : « Je te donne cette rose ». Et, pour la reconnaître, elle la marqua d’une croix avec son poinçon à broder. Jamais présent ne me rendit plus heureux. (France 1984, p. 446, je souligne)

31Prodige de la voix et prodige des mots qui donnent sans donner… La performativité de la communication incarnée prend sa source dans l’acte de dire comme acte de foi, foi de celui ou celle qui écoute en celui ou celle qui parle, et foi dans le langage. Et c’est la foi en ce don magique des mots qui donnent sans donner que remotive la répétition.

32« Et la Parole a été faite chair » (Jean I, 14). Magie de la répétition, magie de l’incarnation ! Parce que l’acte locutoire de répéter réunit le mot et le geste (réduplication), le dire et le faire (litanie), et en définitive la parole et le chant (l’incantation), la répétition donne corps en même temps que vie au langage.

Notes

1 Par exemple, sur le site de l’académie de Grenoble, dans les cours mis en ligne pour aider les élèves à préparer le baccalauréat, on trouve comme sujet de philosophie « Pourquoi parlons-nous ? », question glosée par « On se demande quelle est la finalité du langage ». Réponse donnée en premier lieu dans le corrigé : « Parler, au sens large, c’est transmettre un message de quelque façon que ce soit. […] Donc, nous parlons pour communiquer, c’est-à-dire transmettre un message, par un canal, à un récepteur, au sujet d’un référent » (je souligne). C’est effectivement la règle pour une grande part de la communication… mais pas lorsque nous sommes en présence de répétitions figurales. En ligne : [http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/logphil/notions/langage/methode/sujets/dissert/parler/parler.htm].

2 Voir en particulier les travaux de Benes (1968), Daneš (1970, 1974), Firbas (1964).

3 Pour une histoire et une discussion de la notion d’iconicité, voir les articles de Luca Nobile (2014) et Philippe Monneret (2014) dans Le français moderne.

4 La proposition de Catherine Recanati et François Recanati (1999) de réviser la classification de Vendler va d’ailleurs dans ce sens, qui remplace la catégorie d’« activités » par celle de « processus de durée intrinsèque homogènes ».

5 Je considère que la répétition porte sur l’acte, parce qu’on a affaire à un verbe nominalisé, comme dans « faire une prière » pour « prier », « pousser un cri » pour « crier ». Dans la langue, le verbe simple équivalant à « dire le faux » existe, c’est « mentir », mais il n’existe pas de verbe simple pour « dire le vrai ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search