Version classiqueVersion mobile

Magies de la répétition

 | 
Emmanuelle Prak-Derrington

Première partie - La répétition figurale

Bilan de la première partie
Signifiance et répétition figurale

Texte intégral

Un signe duel, deux modes de signifier

1La problématique de la répétition figurale permet d’apporter un nouvel éclairage aux questions de la textualité : qu’est-ce qui fait qu’un texte est texte, tissage et non pas juxtaposition de plusieurs phrases ? Comment se fait-il que l’on puisse se souvenir de certaines séquences ou certaines phrases d’un texte comme si elles s’étaient « gravées » dans notre mémoire ? Quels rôles jouent les signifiants et les signifiés ? Les réponses de la linguistique et de la littérature étaient sur ce point restées séparées, la répétition figurale permet de les concilier.

  • 1 « Generally speaking, there are two respects in which texts can cohere : 1) Referential coherence  (...)
  • 2 Adam insiste sur la richesse et la diversité des différents types de « liage », et sur leurs propr (...)

2La littérature étudie et reconnaît l’importance du signifiant dans la structuration du texte, mais de manière réductrice, en la faisant largement coïncider avec la fonction poétique. Du côté de la linguistique des textes et des discours, en revanche, et ce depuis ses débuts, dans les années 1960-1970, l’analyse de la textualité ne prend pas ou peu en compte le rôle joué par le signifiant, et seules sont considérées les opérations sémantiques ou référentielles. C’est pour cette raison que l’étude de la cohésion et de la cohérence textuelles s’est principalement concentrée sur deux grandes familles de marqueurs, les anaphores (relations de connexion) et les connecteurs (relations d’indexation, Sarda, Vigier et Combettes 2016)1. Jean-Michel Adam est le seul linguiste à avoir modélisé le rôle du signifiant dans la cohérence des textes, il parle de « liage par le signifiant »2. Et même si ce liage est analysé en dehors du discours littéraire, il reste interprété comme un signal de littérarité, associé à des « formes […] sinon littéraires, du moins littérarisées par le travail du signifiant » (2005, p. 106, je souligne).

3Il m’importait de détacher le signifiant des termes de littérature et littérarité. Adopter une approche transversale et énonciative et privilégier les exemples rhétoriques permet de ne plus faire coïncider le primat du signifiant avec la fonction poétique – un détachement depuis longtemps acté en psychanalyse, dès la découverte freudienne de l’inconscient. Mais il est bien d’autres domaines où le signifiant joue un rôle premier. Il semble impossible de qualifier indifféremment de « poétiques » des phénomènes aussi hétérogènes que les devinettes (1), les mots-valises et néologismes (4), les lapsus (6), mais également les noms employés en autonymes (7, 8) ou en modalisation autonymique (9), ou encore les formules performatives (2), les aphorisations (3), etc. Tous ces exemples ont en commun de mettre en œuvre des signifiants strictement non substituables.

(1) Quel est le comble de la frite ? Qu’elle s’effrite.
(2) Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
(3) Je suis Charlie.
(4) On reçoit chaque jour davantage de pourriels.
(5) Houria Bouteldja, diva de prétendus indigènes, […] [définit] les Français au visage trop clair comme des « souchiens ». Atroce jeu de sonorités, appelant à la haine des sous-chiens, porteurs de la culture française et de ce fait suspects de constituer une ethnie autochtone. (Marianne, 14 décembre 2017)
(6) Je vais de mieux en pire. (lapsus de quelqu’un qui assure qu’il a le moral et qui est déprimé)
(7) Ivy est le nom qu’a choisi un chanteur de slam québécois, et veut dire « lierre » en anglais.
(8) signifiant, ante [siɲifjɑ̃, ɑ̃t] adj. et n. m.
  ÉTYM. 1553, adj. ; n. m., « celui qui fait connaître qqch. par des signes », 1344 ; de signifier.
  1 Adj.
  a Qui signifie, transmet un sens.
  b (1910, Saussure). Qui a du sens, de la signifiance* ; qui fonctionne en tant que signe*.
  2 N. m. (1910). Ling. Manifestation matérielle du signe ; suite de phonèmes ou de lettres, de caractères, qui constitue le support d’un sens (opposée et liée au signifié ; → Signifié, cit. 1 et 2). « Signifiant » est synonyme de « image acoustique », chez Saussure. (Le Grand Robert de la langue française)
(9) Les commentateurs sportifs filent le cliché safarisant, en qualifiant de « gazelles » les athlètes noires. (d’après Hadrien Mathoux dans Marianne, 17 décembre 2017)

4Dans tous ces exemples, les signifiants mis en italique ou entre guillemets ne peuvent être modifiés ou remplacés sans que disparaisse en même temps leur fonction principale. « Quel est le comble de la frite ? Qu’elle tombe en morceaux ? ». La devinette tombe à l’eau.

  • 3 On pourrait, pourquoi pas, postuler dans son sillage l’existence d’une fonction communiante, qu’on (...)

5L’importance à accorder au signifiant ne concerne pas seulement le « message en tant que tel », c’est-à-dire la fonction poétique (1, 3) et la fonction métalinguistique (7, 8, 9), les deux fonctions mises en exergue par Jakobson et qui constituent son apport original par rapport au schéma de Bühler, le signifiant touche également de très près la fonction expressive, qui se retrouve dans deux tiers des exemples (1, 3, 4, 5, 6, 7). Notre appréhension du métalinguistique s’est enrichie du concept d’« épilinguistique » (Culioli), et de celui de « modalisation autonymique » (Authier-Revuz), notre conception de la fonction poétique gagnerait sans doute à postuler l’existence d’une fonction ludique (délibérée en 1, 3, 4 et 5, inconsciente en 6). On pourrait aussi s’interroger sur les contours de la fonction expressive qui mettent en jeu, au-delà du locuteur, la relation interlocutive. La question de la relation interlocutive apparaît fondamentale dans le primat du signifiant, qui débouche sur une autre composante essentielle de la communication verbale, jamais jusqu’à présent mise en relation avec la répétition, et à laquelle est consacrée toute la seconde partie : sa fonction performative (2 et 3)3. Les fonctions assumées par le signifiant sont plurielles et variées et excèdent le domaine de la « littérarité ».

6La problématique de la répétition permet de rassembler l’ensemble de ces phénomènes discursifs en une théorie unitaire. Elle renvoie à tout ce qui dans le langage excède la fonction de représentation. Se dessine une double équivalence, entre type de répétition et type de signifiant. D’une part : il semble nécessaire de répéter à l’identique tout ou partie des signifiants pour que le langage assume une fonction essentielle autre que référentielle (expressive, poétique, performative, etc.). Et, de manière symétrique : seuls les messages centrés sur la fonction référentielle admettent d’être repris autrement.

  • 4 Ce constat est livré ici comme évidence et pourrait paraître très prétentieux, mais pour en arrive (...)

7La répétition permet de distinguer deux modes d’utilisation des signes dans le langage, elle apporte ainsi un nouvel éclairage à la très ancienne querelle entre Hermogène et Cratyle, sur la naturalité ou la conventionnalité des signes : elle nous montre qu’il est inutile de trancher pour l’un ou l’autre parti4. Les deux faces du signe verbal définissent deux modes de signifier. D’un côté, le mode du signifié, la signification. C’est dans ce mode, et seulement dans ce mode, que les signifiants peuvent être déclarés arbitraires. C’est le mode le plus répandu, qui assimile la communication à la transmission d’informations et qui pose le primat de la fonction référentielle. Le second mode est le mode du signifiant, je l’ai j’appelé la signifiance. Dans l’usage commun ou scientifique du terme (linguistique, pyschanalytique : Benveniste, Barthes, Lacan…), la signifiance désigne de manière extensive tout ce qui possède la propriété de signifier. Dans cet ouvrage, le terme renvoie seulement au mode de la non-transparence des signes, défini de manière restrictive comme le « mode de signifier mis en œuvre par des signifiants non substituables ». Dans la signifiance, les signifiants sont donnés comme légitimes et motivés. C’est le choix de la modalité de répétition, répétition exacte ou au contraire répétition substitutive, qui détermine l’appartenance à l’un ou l’autre mode de signifier. Qui donne les signes comme transparents et donc interchangeables, ou au contraire comme strictement non substituables et donc irremplaçables.

8La signification rend les signes transparents, la signifiance met en œuvre ce qui relève de l’anthropos, la part archaïque et universelle des humains : leur corps. Avant d’être symbolique, la parole est produite par notre appareil physiologique, qui est vieux de plusieurs centaines de milliers d’années… Et dont la fonction première n’est pas la parole. C’est justement parce qu’elle est dans le langage le mode de l’incarnation, corps des signes et signe des corps, que la signifiance acquiert des propriétés et des pouvoirs remarquables. Physiques, sémantiques et pragmatiques.

9Qu’est-ce qui rend le corps des signes irremplaçable ? Là où se déploie la signifiance, on trouve l’instauration d’un mimologisme, le rêve d’une iconicité, définie, non comme une relation d’imitation, mais comme une relation de motivation entre le corps du signe, le signifiant, et autre chose.

La répétition figurale

  • 5 C’est pourquoi les figures de la syllepse, répétition in absentia, et de l’antanaclase, réduite en (...)

10La signifiance peut apparaître de manière ponctuelle (un lapsus, un bon mot…) ou bien sérielle (la répétition figurale). Elle n’est pas réservée au signifiant – une métaphore, une métonymie relèvent de la signifiance – mais le signifiant en constitue l’irremplaçable support. Bally distinguait entre l’expressivité du signifiant et l’expressivité du signifié, entre l’« impression sensorielle » et la « représentation imaginative » (1926, p. 155-156) ; je ne me suis intéressée qu’aux formes sensorielles et sérielles de la signifiance5, à travers la problématique de la répétition figurale. Face aux tropes qui dessinent la signifiance du signifié, la répétition nous confronte à la figuralité primitive des formes. Forme est le sens premier du mot figure, il mérite d’être intégré en rhétorique pour rendre compte de la saillance de la répétition, lorsque cette dernière est à la fois intentionnelle et attentionnelle. La répétition figurale est Gestalt : elle manifeste l’émergence d’une figure sur un fond. Elle se distingue entre toutes les figures du discours par sa capacité à organiser en un tout figural la perception auditive du flux verbal autour des quatre lois principales définies par la Gestalttheorie : saillance, similarité, clôture et parfois symétrie. Et donc par sa capacité à nous faire entrer dans une sémiotique perceptuelle, incarnée dans la voix et l’oreille – l’écrit nous prive de cette incarnation. Ce phénomène prend d’autant plus d’ampleur que l’on est confronté à une répétition réticulaire.

11Une répétition peut en cacher une autre… J’ai montré que la répétition participe souvent d’un phénomène complexe où chaque figure entre en relation avec d’autres figures, et fonctionne comme système partiel déterminé par sa relation à des méta-systèmes. Le tout est autre chose que la somme de ses parties, on passe alors à un autre mode de structuration textuelle, que j’ai appelé la cohésion rythmique. La cohésion rythmique se superpose – et parfois se substitue – à la cohérence sémantique, pour organiser le texte en unités sonores. Ont été examinées des configurations où le rythmique sous-tend et maximalise le potentiel sémantique et crée de l’iconicité.

12La première partie s’est intéressée à la forme la plus classique de l’iconicité, celle entre signifiant ou signifié, pour montrer que la cohésion rythmique permettait d’aller au-delà des sons (le symbolisme phonétique) ou encore des mots (les mots dits expressifs), et traversait tous les niveaux linguistiques. La cohésion rythmique, la projection des sons sur les sens, leur mise en résonance, est l’entrée dans une signifiance où le signifiant, de quelque ampleur et taille qu’il soit, devient un « évocant ». La seconde partie va permettre d’explorer les formes « performatives » et non plus « poétiques » de l’iconicité construite par la répétition : entre le signe et son référent (les mots et les choses, la fonction magique ou incantatoire), entre les locuteurs ou locutrices et les allocuté.es (Je-Tu, la fonction communiante). La répétition performative, ou lorsque la signifiance de la répétition débouche sur la fusion du dire et du faire.

Notes

1 « Generally speaking, there are two respects in which texts can cohere : 1) Referential coherence : units are connected by repeated reference to the same object ; 2) Relational coherence : text segments are connected by establishing coherence relations like Cause-Consequence between them » (Sanders et Spooren 2001, p. 7). Plus récemment, Laure Sarda et Denis Vigier ont adopté, en référence aux travaux de Michel Charolles, une autre taxinomie globale des relations de structuration textuelle, et ont proposé de distinguer entre les marqueurs de connexion (orientés vers l’amont) et ceux d’indexation (orientés vers l’aval) : « En référence à une représentation iconique de la linéarité du texte, les relations de connexion sont décrites comme des relations remontantes, qui vont vers l’amont du texte. À ce type de cohésion qu’est la connexion, Charolles en oppose un autre : l’indexation, qui a ceci de particulier qu’elle crée un lien avec le contexte qui suit. L’indexation introduit donc des relations descendantes qui vont vers l’aval du texte. Les termes connexion et indexation permettent donc de différencier deux grandes familles de marques de cohésion discursive » (Sarda et al. 2016, p. 10).

2 Adam insiste sur la richesse et la diversité des différents types de « liage », et sur leurs propriétés combinatoires ; outre les très classiques anaphores et connecteurs, sa typologie introduit quatre autres types de « liage » : le liage par le signifiant, les relations d’isotopie, le rôle des ellipses, et celui des actes de discours (2005, chap. 4).

3 On pourrait, pourquoi pas, postuler dans son sillage l’existence d’une fonction communiante, qu’on retrouve dans les slogans (ex. 3). On pense aujourd’hui à l’emblématique « Je suis Charlie » (voir Prak-Derrington 2017a), mais de fait, au-delà de la fonction poétique, la fonction de rassemblement est propre à tous les slogans. Voir l’analyse de celui de « Rêve générale » que fait Josiane Boutet (2016, chap. 10).

4 Ce constat est livré ici comme évidence et pourrait paraître très prétentieux, mais pour en arriver à cette simplicité de la dualité, il m’a fallu plus d’une décennie de questionnements, de tâtonnements et de tourner-en-rond obstiné.

5 C’est pourquoi les figures de la syllepse, répétition in absentia, et de l’antanaclase, réduite en général à deux occurrences, sont absentes de cet ouvrage. Ce ne sont pas des figures sérielles, la série et le rythme commencent à trois. Et ce sont, qui plus est, des formes situées à l’intersection des deux signifiances, à la fois sensorielles et imaginatives.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search