Version classiqueVersion mobile

Magies de la répétition

 | 
Emmanuelle Prak-Derrington

Première partie - La répétition figurale

Chapitre 4

La cohésion rythmique

Texte intégral

1Les figures proposées pour illustrer les lois particulières de la Gestalt au chapitre précédent illustraient notre perception visuelle, la structuration de l’espace ; or la parole se déroule dans le temps. La répétition figurale structure le temps autrement que ne le fait la parole à vocation prioritairement informative, c’est en cela qu’elle se distingue de la répétition du signifié. On sait en effet que l’organisation réticulaire du texte n’est pas réservée aux textes répétitifs, et sur le plan sémantique, tout texte atteste une structure réticulaire. C’est par la répétition que des énoncés isolés accèdent au statut de texte :

L’organisation réticulaire du texte est en parfaite congruence avec l’étymologie du mot texte. C’est bien un tissu de phrases enchevêtrées, une trame, une texture, toute une construction et une conception d’un objet complexe que met en évidence l’analyse de la répétition dans les discours. (Legallois 2006, p. 70)

2Certains textes toutefois exhibent plus que d’autres leur statut de « tissu », ce qui justifie, à côté du simple terme de répétition, celui de « répétition réticulaire ». Pour Dominique Legallois, procèdent d’une organisation réticulaire les phrases « ayant au moins trois lexèmes en commun » (ibid.), que ces derniers soient substitutifs ou non substitutifs (voir chapitre 1). Legallois définit la répétition réticulaire comme « relation particulière de cohésion », et maintient donc une interprétation sémantique dans la tradition de Michael A. K. Halliday et Ruqaiya Hasan (« The concept of cohesion is a semantic one », 1976, p. 4) :

nous devons expliquer ce que nous entendons par répétition. Nous utilisons le terme parce qu’il convient moins mal que d’autres ; mais la répétition dont nous parlons n’est pas nécessairement une répétition à l’identique. Répétition désignera ici une relation particulière de cohésion, un phénomène par lequel dans un texte donné 1) une unité lexicale est reprise sous la même forme ou sous une forme dérivée ; 2) un contenu informationnel est repris en totalité ou partiellement par une unité sémantique apparentée […] par une ellipse, par une anaphore. (Legallois 2006, p. 56, je souligne)

3L’appréhension gestaltiste impose de regarder différemment la répétition à l’identique, soumise au primat de la perception. Avec elle, l’organisation en unités sonores, qu’elles soient ou non sémantiques (voir au chapitre 2 le cas des comptines, virelangues, nonsense, etc.), passe au premier plan : le concept de cohésion, de sémantique, devient rythmique. Ce chapitre explore de quelle manière cette cohésion prioritairement rythmique s’inscrit dans le discours ; il est structuré en deux volets, théorique et pratique.

4Les sections « Le temps linéaire du syntagme » et « Paradigmatisations in praesentia » constituent le volet théorique. Elles reviennent sur une opposition de la langue mise au jour par Saussure, celle entre syntagme et paradigme, et montrent que la répétition conteste cette opposition dans le discours. Parce qu’elle construit des paradigmes qui sont en même temps des syntagmes, elle permet d’annuler le temps linéaire de la parole et de la structurer d’une manière rythmique, quasi musicale, si l’on entend par musique l’« art de combiner des sons d’après des règles (variables selon les lieux et les époques), d’organiser une durée avec des éléments sonores » (Le Grand Robert de la langue française).

5Le concept de « rythme » étant par son étendue insaisissable, le deuxième volet, constitué des sections 3 à 5, s’attache à le restreindre à travers la modalité linguistique de « cohésion ». Il s’agit de montrer que la cohésion rythmique instaure une relation motivée entre signifiant et signifié aux divers niveaux de l’analyse linguistique. En général, cette relation est étudiée au niveau des sons – c’est le « symbolisme phonétique » –, je me concentrerai sur la motivation créée par le rythme à partir du lexème, et ce, dans les discours politiques, peu voire pas du tout appréhendés sous cet angle. La section 5 « De l’iconicité son et sens » passe en revue un certain nombre de figures de la cohésion rythmique : les formes binaires ou ternaires au niveau textuel, le procédé lexical du polyptote (qui consiste à utiliser un même mot en variant ses catégories, par exemple singulier et pluriel pour le nom, temps et voix pour le verbe, etc.), enfin deux figures syntaxiques majeures, l’anaphore et le chiasme.

1. Le temps linéaire du syntagme

6Le génie de la théorie saussurienne est d’avoir posé que tout le langage s’organise autour de « dualités oppositives » :

le langage, sous quelque point de vue qu’on l’étudie, est toujours un objet double, formé de deux parties dont l’une ne vaut que par l’autre. Là est, me semble-t-il, le centre de la doctrine. […] Tout en effet dans le langage est à définir en termes doubles ; tout porte l’empreinte et le sceau de la dualité oppositive. (Benveniste 1966, p. 40)

7J’ai proposé de définir dans l’énonciation deux modes de signifiances fondées sur la dualité signifiant et signifié : le mode de la signification et la mode de la signifiance, dont fait partie la répétition. Parmi les autres oppositions saussuriennes (entre langue et parole, synchronie et diachronie, individu et société…), l’autre dualité fondamentale pour la répétition à l’identique est celle entre paradigme et syntagme.

1.1. « Le caractère linéaire du signifiant »

8Le deuxième principe déclaré « évident » par Saussure après celui de l’arbitraire du signe est celui du « caractère linéaire du signifiant » (CLG, p. 103), spécifique au langage verbal par rapport à d’autres systèmes sémiotiques :

Le signifiant, étant de nature auditive, se déroule dans le temps seul et il a les caractères qu’il emprunte au temps : a) il représente une étendue, et b) cette étendue est mesurable dans une seule dimension : c’est une ligne.
Ce principe est évident, mais il semble qu’on ait toujours négligé de l’énoncer, sans doute parce qu’on l’a trouvé trop simple ; cependant il est fondamental et les concepts et les conséquences en sont incalculables ; son importance est égale à celle de la première loi. Tout le mécanisme de la langue en dépend […]. Par opposition aux signifiants visuels […] qui peuvent offrir des complications simultanées sur plusieurs dimensions, le signifiant acoustique ne dispose que de la ligne du temps ; leurs éléments se présentent l’un après l’autre ; ils forment une chaîne. Ce caractère apparaît immédiatement dès qu’on les représente par l’écriture et qu’on substitue la ligne spatiale des signes graphiques à la succession dans le temps. (CLG, p. 103, je souligne en gras)

9Que les mots se suivent les uns derrière les autres, « à la queue leu leu », est effectivement une évidence auditive. L’évidence disparaît dès que l’on veut comprendre quels types de relations régissent la successivité des « rapports syntagmatiques » – on touche alors à la problématique de l’ordre des mots, une des questions principales de la syntaxe (« Nacheinander als Miteinander », Brinkmann 1962, p. 455 : succession et/ou combinaison des mots).

1.2. Syntagme vs paradigme

  • 1 Sur les rapports associatifs, voir Basso Fossali et Colas-Blaise (2017).

10Saussure oppose les rapports « syntagmatiques » aux rapports « associatifs » (CLG, p. 170-175) : « Les rapports et les différences entre termes linguistiques se déroulent dans deux sphères distinctes dont chacune est génératrice d’un certain ordre de valeurs » (p. 170)1. L’ordre des rapports syntagmatiques ou des enchaînements linéaires ne représente que le niveau manifeste de la langue, celui qui est actualisé dans le discours :

D’une part, dans le discours, les mots contractent entre eux, en vertu de leur enchaînement, des rapports fondés sur le caractère linéaire de la langue […]. Ces combinaisons qui ont pour support l’étendue peuvent être appelés syntagmes. (CLG, p. 170)

11La grande innovation saussurienne est de poser l’existence d’un deuxième type de rapports, « mémoriels », pour lesquels l’usage a, depuis Hjelmslev, consacré le terme « paradigmatiques ». Ces rapports n’existent qu’« en dehors du discours », « dans le cerveau », et ses unités sont donc purement virtuelles :

D’autre part, en dehors du discours, les mots offrant quelque chose de commun s’associent dans la mémoire, et ils se forment ainsi des groupes au sein desquels règnent des rapports très divers […]. On voit que ces coordinations sont d’une tout autre espèce que les premières. Elles n’ont pas pour support l’étendue ; leur siège est dans le cerveau ; elles font partie de ce trésor intérieur qui constitue la langue chez chaque individu. Nous les appellerons rapports associatifs. (p. 171)

12Saussure décrit cette hétérogénéité fondamentale des deux ordres par l’opposition présence vs absence, la coprésence caractérisant les syntagmes, l’absence les unités paradigmatiques :

Le rapport syntagmatique est in praesentia : il repose sur deux ou plusieurs termes également présents dans une série effective. Au contraire, le rapport associatif unit des termes in absentia dans une série mnémonique virtuelle. (ibid.)

13Cette opposition in prasentia vs in absentia (ou présence, coprésence, absence) constitue aujourd’hui encore le fondement de la définition du paradigme et est reprise, avec une grande homogénéité terminologique, de Barthes (1964) aux dictionnaires spécialisés (voir Klinkenberg 1996, p. 111).

1.3. Linéarité vs associativité

  • 2 L’indifférence à l’ordre est en général commune à tous les paradigmes, mais pas l’indifférence au (...)

14Quelle est la conséquence de cette opposition entre un ordre manifeste et un ordre latent ? L’ordre syntagmatique, soumis au principe de linéarité, est celui de la successivité. Il n’est pas réversible. C’est par exemple l’ordre déterminant-déterminé des composés en allemand : haushoch (haut comme une maison) vs Hochhaus (immeuble) ; certains cas d’antéposition ou de postposition en français (contre tout vs tout contre ; une simple proposition vs une proposition simple), etc. Ce n’est pas le cas des rapports associatifs. Leur relation d’analogie repose seulement sur la possession d’une propriété commune : « l’esprit […] crée autant de séries associatives qu’il y a de rapports divers » (CLG, p. 173). Ce peut être une communauté de formation (même radical, même suffixe…), de nature, de fonction, de signifié, de signifiant, etc. L’ordre des paradigmes est fondamentalement ouvert. Par conséquent, l’analogie se distingue par son indifférence à l’ordre et au nombre : « Tandis qu’un syntagme appelle tout de suite l’idée d’un ordre de succession et d’un nombre déterminé d’éléments, les termes d’une famille associative ne se présentent ni en nombre défini, ni dans un ordre déterminé » (p. 174)2. Aucun ordre pour présider à la série analogique de signifiés comme « enseignement, instruction, apprentissage, éducation, etc. », ou encore à celle des signifiants dans par exemple « enseignement et justement » (ibid.). L’ancrage du paradigme en langue, et sa dite absence en discours ont pour conséquence directe de rendre invisibles la diversité et les propriétés des rapports associatifs, pour ne laisser manifestes que l’ordre du syntagme et la dimension de la linéarité. Mais ce que Saussure affirmait du syntagme, à savoir sa double appartenance au domaine de la langue et à celui du discours (« dans le domaine du syntagme il n’y a pas de limite tranchée entre le fait de langue, marque de l’usage collectif, et le fait de parole qui dépend de la liberté individuelle », p. 173), se révèle tout aussi vrai pour le paradigme. On découvre alors que les paradigmes ne sont pas seulement virtuels mais peuvent être discursifs et donc in praesentia : c’est le cas de la liste, du discours parlé spontané, du discours poétique… : autant de formes qui puisent à la source des relations associatives pour leur donner corporéité. La répétition figurale ressortit à ces trois types de « paradigmatisations ».

2. Paradigmatisations in praesentia : la mise en suspens du linéaire

15Les principes généraux énoncés par Saussure se déclinent différemment en discours, selon que la paradigmatisation est écrite ou orale, en train de se faire ou bien élaborée (non spontanée).

2.1. Paradigmatisations simples

16Dans les deux mises en discours que sont la liste et la langue orale spontanée, « formes simples » de la parole (en écho à Jolles 1972 [1930]), l’ordre du syntagmatique est masqué ou même disparaît au profit de la réalisation de paradigmes in praesentia. Ces derniers restreignent l’ouverture du rapport associatif fondé sur la substitution à une seule opération, celle de la commutation. Est dite commutable une unité qui est substituable en un même point de la chaîne. Dans les deux cas, la mise en avant du paradigmatique a rendu ces formes suspectes de n’être pas soumises aux règles du syntagmatique. C’est partiellement vrai pour la liste, mais en aucun cas pour la langue parlée (Blanche-Benveniste 1997, 2010). Les paradigmatisations de la liste et la langue parlée sont directement apparentées à celle de la répétition.

2.1.1. La liste

17Au sein des discours, la liste occupe une place à part (Milcent-Lawson, Lecolle et Michel 2013), elle constitue la première trace d’écriture, elle peut être considérée comme « universelle, transhistorique et transgénérique » (Hamon 2013). On la décrit comme étant située « en marge et même en dehors [de la syntaxe] » (Paveau et Rosier 2009, p. 114), elle est donnée comme « pure successivité paratactique, […] pure juxtaposition de mots » (Hamon 2013). La liste incarne une sorte de degré zéro du syntagmatique : « La liste tranche dans le texte en le débrayant de son grand continuum syntagmatique, syntaxique, narratif, orienté, aux éléments non permutables » (ibid.).

18On trouve des listes dans tous les genres et sous-genres de discours : recette de cuisine (1), presse d’actualité (2 et 3), romans (4), etc. :

(1) Pâte à crêpes
  Temps de préparation : 10 minutes
  Temps de cuisson : 20 minutes
  Ingrédients (pour 15 crêpes) :
  – 300 g de farine
  – 3 œufs entiers
  – 3 cuillères à soupe de sucre
  – 2 cuillères à soupe d’huile
  – 50 g de beurre fondu
  – lait (environ 75 cl), à doser jusqu’à ce que le liquide épaississe
  – un petit verre à liqueur de rhum.
  Préparation de la recette : […]
  (Recette de pâte à crêpes, site Marmiton)
(2) Mariage pour tous, djihadisme, paquet neutre, 35 heures, Marine Le Pen… le président de Les Républicains, qui était confronté à un panel de Français, a évoqué de nombreux sujets. (« Sarkozy dans “Des paroles et des actes” », L’Obs, 4 février 2016)
(3) Ils ont gagné un voyage, une console, une tablette… grâce à Cyril Hanouna et sa bande. Enfin, presque. Plusieurs semaines, voire plusieurs mois après, malgré leurs plaintes, ces téléspectateurs dépités n’ont toujours rien vu arriver. Et s’entendent parfois répondre : « Arrêtez de rêver ». (« Quand “Touche pas à mon poste” ne fait pas de cadeau », L’Obs, 2 mars 2016)
(4) Tout ce qu’on touchait était truqué, le sucre, les avions, les sandales, les confitures, les photos ; tout ce qu’on lisait, avalait, suçait, admirait, proclamait, réfutait, défendait, tout cela n’était que fantômes, trucages et mascarades. (Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, 1952, p. 75)

19On peut considérer que la liste a un seuil plancher au moins égal à trois, si elle est clôturée par le signal de continuation que sont les points de suspension (3) ; elle n’a pas de limite supérieure ; sur le plan typographique, elle peut se présenter sous la forme de mise en colonne (les ingrédients dans une recette de cuisine), ou bien de mise en linéarisation quand son degré d’intégration est plus fort (2, 3, 4). La disposition verticale sur la page imprimée ou manuscrite permet souvent de distinguer entre liste et énumération, et traduit pour l’œil l’effacement du syntagmatique au profit du paradigmatique.

20Les éléments d’une liste échappent à toute chronologie, ils sont amovibles et permutables. Il faut ici clairement distinguer entre mise en ordre et mise en temporalité. Bien sûr, les éléments d’une liste peuvent être rangés, et le plus souvent, ils le sont : « Toute liste s’efforce de conjurer le vrac du monde » (Hamon 2013). La liste est en général subsumée par une annonce totalisante, à l’ouverture et/ou à la clôture, qui permet de rassembler les parties en un tout. Dans la « recette de cuisine » (annonce générique), c’est la mention de la rubrique « ingrédients », à laquelle succède celle de « préparation ». À l’intérieur de ce cadre, des sous-rubriques peuvent être créées, par ordre décroissant d’importance et de coût (3), par ordre alphabétique dans un index, etc. Mais cette mise en ordre n’est pas constitutivement temporelle. Dans l’exemple suivant, la dernière occurrence est la seule qui soit inamovible. Son statut d’exception est quintuplement souligné : par le point-virgule qui interrompt la série des virgules, par le certes et le mais, par l’italique, par l’exclamation et enfin par le commentaire. Elle offre une chute d’autant plus convaincante que tous les éléments qui précèdent sont eux interchangeables :

(5) Faire son lit, faire les courses, faire la vaisselle, faire le marché, faire le ménage, faire la cuisine, certes ; mais faire son deuil ! On ne fait jamais son deuil, on survit, parce qu’il le faut, parce que c’est dans l’ordre des choses […]. (Michel Onfray, Cosmos, 2015, p. 23)

21Excepté la clôture, la mise en ordre est arbitraire. La paradigmatisation d’une liste n’est pas chronologique, elle n’est pas en général soumise à la loi de linéarité.

22Les rapports associatifs se distinguent par leur diversité, et pour eux, toute coïncidence entre successivité et paradigme (par exemple, l’organisation des tâches à faire dans une journée) ne peut être que fortuite. La liste est constamment soumise « à une tension fondamentale entre achèvement et inachèvement » (Colas-Blaise 2013), elle n’a ni commencement ni fin.

23Ce sont sans doute cette indifférence au temps et cette absence de limites temporelles qui ont desservi sa réception. Parlant de la description, que l’on peut considérer comme la forme de liste la plus élaborée (la plus rudimentaire étant l’énumération), Jean-Michel Adam écrit : « Pour l’esthétique classique, le défaut majeur de la description réside dans le fait qu’elle ne comporte ni ordre, ni limites et semble dès lors soumise aux caprices des auteurs. […] il y a bien une sorte de monstruosité textuelle de la description […] » (1997, p. 76-77).

24Toutes les propriétés de la liste seront celles de la répétition litanique. La répétition est trans-générique et a-historique. Comme la liste, elle s’efforce de conjurer le vrac du monde ; comme elle, elle tend à l’exhaustivité ; comme elle, elle s’ouvre ou se ferme sur une annonce générique ou hyperonymique.

2.1.2. La langue parlée

25La langue parlée des échanges ordinaires se distingue du produit fini qu’est la langue écrite parce qu’elle révèle comme autant de brouillons et de tâtonnements les opérations de sélection et de substitution. Son caractère processuel permet de suivre chacune des « étapes » de son élaboration :

Les productions de langue parlée sont rarement des produits finis. […] Dans l’usage de conversation, la langue parlée laisse voir les étapes de sa confection. On y trouve des entassements d’éléments paradigmatiques et des allers et retours sur l’axe des syntagmes. (Blanche-Benveniste 2010, p. 26, je souligne)

26La quête du mot juste, la difficulté à le trouver, se traduit à l’oral en reformulations-énumérations (bien souvent assorties de commentaires méta-énonciatifs). Par cette recherche, les paradigmes in absentia de la langue deviennent des paradigmes in praesentia dans le discours. Cet « entassement paradigmatique » (ibid., p. 30), naturel et invisible dans la langue parlée, devient « exaspérant » (p. 27) dès lors qu’il est mis en écrit. Une disjonction se crée entre, d’un côté, la linéarisation de gauche à droite dans les langues latines (de droite à gauche en arabe et en persan), qui fait coïncider succession temporelle et axe syntagmatique et, de l’autre côté, l’appartenance des mots ébauchés, répétés ou reformulés au même paradigme. La mise en écrit de la langue parlée transforme les paradigmes en syntagmes. Il est possible de surmonter cette contradiction en introduisant, à côté de la linéarisation horizontale, la verticalité de la mise en colonne. C’est la proposition qu’avait faite Claire Blanche-Benveniste : « Il est plus simple de représenter ces phénomènes en plaçant les éléments paradigmatiques à la verticale, les uns sous les autres […] » (ibid.). La verticalité, les retours à la ligne illustrent sur la page le suspens de la temporalité.

27Ainsi, au lieu d’écrire :

(6) Ce qui était fantastique dans ce… dans ce… camping, enfin dans ce… cet hôtel, c’est qu’on était carrément en face du Kilimandjaro.

28on écrira :

(6’) Ce qui était fantastique dans ce  
    dans ce – camping
    dans ce  
      cet hôtel
(Blanche-Benveniste 2010, p. 26-27)

29ou encore :

(7) Il a pour but de donner, euh de créer des systèmes nouveaux, des systèmes mécaniques nouveaux
(7’) Il a pour but de donner  
    euh de créer  
      des systèmes nouveaux
      des systèmes mécaniques nouveaux
(Blanche-Benveniste 1997, p. 21)

30La répétition procède de ces deux paradigmatisations. À l’instar de la liste, elle s’inscrit dans une quête de l’exhaustivité, on pourrait reprendre à son propos ce que disait Jean Ricardou de la description, qui parle du « vertige de l’exhaustif » (1990 [1973], p. 137). Et, à l’instar de la langue parlée, elle organise des paradigmes non plus virtuels, mais in praesentia. Mais avec une différence remarquable : elle transforme « l’entassement paradigmatique » de ces deux formes simples en figuralité. Avec la répétition, on n’est pas confronté à la genèse du discours en train de se faire, mais à la volonté d’explorer et de creuser en profondeur une forme et son entour.

31Blanche-Benveniste a souligné la parenté entre la recherche des mots dans la langue parlée et le procédé stylistique utilisé en poésie « qui consiste à passer d’une caractéristique à une autre, pour affiner le trait » (2010, p. 29), spécialement dans la poésie moderne. En lieu et place de paradigmes basés sur la substitution-commutation, la répétition instaure des paradigmes construits autour d’un pivot strictement non substituable. La répétition en discours bloque l’existence du paradigme virtuel en langue : répéter, c’est refuser le principe hjelmslevien « ou… ou » de la disjonction en langue (Hjelmslev 1971, p. 52) et poser un paradigme discursif effectif. La répétition suspend le principe d’équivalence des unités linguistiques entre elles (qu’elles soient morphologiques, syntaxiques, lexicales, etc.) et pose comme irremplaçables / non substituables les unités répétées.

32On peut distinguer deux cas : 1) le paradigme discursif est vertical ; 2) le paradigme discursif est symétrique – c’est cette propriété qui est la plus remarquable (voir section 5.2.2).

331. Le syntagme ouvre sur un paradigme. La répétition instaure la non-substituabilité en un même point de la chaîne, et explore un paradigme qui rayonne à partir de ce pivot. C’est la répétition « en série », classique, que permet de mieux révéler la verticalité. Dans l’exemple suivant, la base nominale Tag et l’adverbe neu forment deux paradigmes ternaires :

(8) Wenn dieser Tag zu uns kommen wird,
    der Tag des Sieges,
    der Tag der Freiheit, an dem die Welt erkennen wird, dass dieses deutsche Volk
  • 3 La transcription du discours est disponible sur le site de la ville de Berlin, avec l’enregistreme (...)
neu geworden,
  neu gewandelt
  und neu gewachsen, ein freies, mündiges, stolzes, seines Wertes und seiner Kraft bewusstes Volk geworden ist […].
  (Ernst Reuter, « Rede vor dem Reichstag », 9 septembre 1948)3

342. C’est le paradigme qui est mis en syntagme, comme dans les chiasmes suivants :

(9) L’amour fait passer le temps et le temps fait passer l’amour.
(10) La droite est gauche et la gauche maladroite.
  • 4 En géométrie, le mot révolution renvoie à la « rotation complète (d’un tour entier) d’un corps mob (...)

35Le syntagme-paradigme est disposé de manière symétrique. Le chiasme est une figure de « révolution topologique », AB devenant BA4. Une représentation verticale met au jour la structure en croix du chiasme mais semble amoindrir sa saillance figurale, la surprise créée par le renversement linéaire, en posant deux unités distinctes.

(9’) L’amour fait passer le temps
  et le temps fait passer l’amour
(10’) La droite est gauche
  et la gauche maladroite.

36Dans les deux cas, la répétition disqualifie l’existence des paradigmes virtuels. Dans les deux cas, elle suspend la linéarité du syntagme. La figuralité de la répétition se soustrait au régime ordinaire de la signification. C’est ici qu’elle rejoint la fonction poétique de Jakobson.

2.2. Paradigmatisations rythmiques

37La fonction poétique subsume relations syntagmatiques et paradigmatiques sous le principe unique de l’équivalence. À la représentation traditionnelle des syntagmes par un axe horizontal orienté vers la droite (l’axe de la chaîne parlée comme la ligne du temps, que cite déjà Saussure), s’ajoute la représentation spatiale des paradigmes par un axe vertical non orienté. On connaît la célèbre formulation, soulignée en italique dans le texte, d’emblée destinée à se transformer en « aphorisation » : « La fonction poétique projette le principe d’équivalence de l’axe de la sélection sur l’axe de la combinaison » (Jakobson 1963, p. 220). Cette métaphore « conceptuelle » (Lakoff et Johnson 1980), la représentation bi-axiale orthogonale des deux ordres de valeurs, a sans doute largement contribué au succès de la définition jakobsonienne de la fonction poétique ou de « l’art du langage ». On retiendra ceci : le rapport d’opposition entre les deux axes y est suspendu par la mise « en évidence [du] […] côté palpable des signes » (Jakobson 1963, p. 218) – or on se souvient que la répétition se définit par le recours à la matérialité des signes. Pour Jakobson, cette matérialité débouche sur une équivalence : « L’équivalence est promue au rang de procédé constitutif de la séquence » (ibid.). L’équivalence peut a priori porter tant sur le signifiant que le signifié, puisqu’elle renvoie à des relations de « similarité, […] dissimilarité, […] synonymie et […] antonymie » (ibid.). Mais il n’est jamais question de figure de sens dans ce texte (pas de métaphore ou de métonymie, pas de litote ou d’euphémisme, d’antithèse ou d’oxymoron, etc.), ou alors, seulement de manière indirecte. Toutes les analyses de Jakobson portent d’abord sur une équivalence de la texture sonore (rapport de commensurabilité, d’isochronie ou de gradation dans les séquences, figures phoniques réitératives du vers, de la syllabe, du mètre, de la rime, des assonances, des allitérations, des homonymes, etc.), dont découle dans un second temps une équivalence sémantique. La fonction poétique chez Jakobson redonne ses lettres de noblesse aux signifiants, la part oubliée des signes ou du moins longtemps reléguée au domaine de la phonologie. Elle met en œuvre le principe fondamental de la poésie, le « parallélisme », dont la rime ne constitue « qu’un cas particulier, condensé en quelque sorte » (p. 235). Le parallélisme va suggérer une relation de motivation, une liaison indissociable entre signifié et signifiant :

Bref, l’équivalence des sons, projetée sur la séquence comme son principe constitutif, implique inévitablement l’équivalence sémantique […]. En poésie, toute similarité apparente dans le son est évaluée en termes de similarité et/ou de dissimilarité dans le sens. […] La poésie […] est une province où le lien entre le son et le sens, de latent, devient patent […]. (Jakobson 1963, p. 235 et p. 240-241, je souligne)

38Tous les phénomènes décrits par Jakobson comme relevant de la fonction poétique peuvent être subsumés, et ils le sont d’ailleurs souvent, de manière plus traditionnelle sous le terme de répétition. Qu’est-ce que la rime, sinon la répétition, entre deux ou plusieurs mots, en fin de vers dans la poésie occidentale, de la voyelle finale accentuée (Aquien 1993, p. 235) ? Le mètre, sinon la mise en œuvre de structures récurrentes par césure, coupe, effets rythmiques (ibid., p. 182) ? Les assonances ou allitérations, sinon des répétitions phoniques ? etc. D’ailleurs, le terme de répétition, et non celui d’équivalence, est en général employé par d’autres théoriciens du texte poétique/artistique (Smith 1968, Lotman 1973, Hamon 1990, etc.). Mais le terme d’équivalence et non celui de répétition a permis à Jakobson de dire au mieux tant la parenté secrète entre signifiant et signifié que la projection de la sélection sur la contiguïté. C’est une question d’évocation et de suggestion. Dire « le son répète le sens » serait, s’agissant de variations, absurde, mais on peut dire que le son équivaut au sens. Les syntagmes se font paradigmes (Prak-Derrington 2017c). Cette rencontre des deux ordres de valeur se produit bien plus souvent que ne le laissent supposer les études de la fonction poétique, valorisée par les littéraires et, jusqu’à très récemment, largement sous-estimée par les linguistes. Jakobson lui-même, qui revendique explicitement l’extension de la fonction poétique hors des frontières de la littérature, n’a pas fourni d’étude détaillée de textes ou de discours qui ne soient pas littéraires, à l’exception de la brève analyse consacrée au slogan électoral « I like Ike » (Jakobson 1963, p. 219), qui est justement « une phrase sans texte » (Maingueneau 2012). Les effets produits par les signifiants répétés et rythmés se réduisent-ils à la fonction poétique ?

39La prise en compte du signifiant est réservée chez Jakobson à la projection de l’axe de la sélection sur celui de la combinaison, et la fonction poétique va nécessairement de pair avec un surcroît d’ambiguïté et de complexité sémantiques : « La superposition de la similarité sur la contiguïté confère à la poésie son essence de part en part symbolique, complexe, polysémique […] » (1963, p. 238). Il faut sans doute envisager d’autres effets si l’on considère la répétition à l’identique. L’essentiel est l’introduction d’une paradigmatisation rythmique, qu’elle soit complexe, et comportant de nombreuses variations (le discours littéraire), ou bien extrêmement simple (certains discours politiques, l’incantation). Dans ce dernier cas, la cohésion rythmique assume d’autres fonctions que celle de l’ambiguïsation ; la performativité n’a souvent rien de « poétique ».

40Il faut poser comme trans-générique pour la répétition figurale : a) le fait qu’elle bloque tout paradigme virtuel en langue pour instaurer un paradigme rythmique en discours ; b) le fait que ce paradigme rythmique introduit une motivation, qui n’est pas nécessairement d’ordre sémantique, mais qui affranchit le signe des principes de l’arbitraire et de la linéarité.

2.3. Comment transcrire la cohésion rythmique ?

41Les paradigmes-syntagmes de la répétition, à mi-chemin entre langue spontanée et langue poétique, composent une forme hybride qui échappe en partie aux conventions de transcription de la conversation et à celles de l’écriture. Ainsi, la mise en colonne systématique proposée par Blanche-Benveniste convient parfaitement à l’oral spontané qui ne contient jamais plus de sept répétitions, mais s’avère difficilement applicable pour cet oral très élaboré. On a vu dans la section 2.1.2 qu’il n’est pas nécessairement pertinent de représenter verticalement les paradigmatisations symétriques ou circulaires (chiasmes, antépiphores). Le problème se pose aussi pour la récursivité des répétitions. Ce qui est possible pour un syntagme isolé (exemple 8) devient difficilement réalisable avec la répétition réticulaire, à cause des limites spatiales imposées par la page. Semblable à une poupée russe, chaque répétition contient elle-même d’autres répétitions ; une répétition syntaxique héberge des répétitions lexicales, qui elles-mêmes hébergent des répétitions infra-lexicales… Pour que les exemples restent lisibles et circonscrits dans l’espace de la page, les répétitions lexicales ont été transcrites de manière linéaire et seules les répétitions syntaxiques ont été mises en colonne.

3. Terminologie : « rythme » et « cohésion rythmique »

42Si le signifiant n’est pas substituable et ne peut être traduit d’une langue à l’autre, si la sémantique ne peut être perçue que par celui qui parle la langue du discours employée, la cohésion rythmique, elle, dépasse les frontières des langues. Sa puissance découle de son universalité. Un étranger, quelqu’un qui ne comprendrait pas la langue utilisée, peut l’identifier. Que l’on soit enfant ou adulte, analphabète ou grand lecteur, ignorant ou savant, le rythme est perçu par tous. Et ce, quel que soit le contexte, quel que soit l’allocutaire, quels que soient l’origine sociale ou le savoir encyclopédique, quelle que soit enfin la connaissance de la langue dans laquelle elle est proférée. L’identification est sensorielle, vocale et auditive (et parfois visuelle sur le blanc de la page). On dit de la musique qu’elle est un langage universel, il en va de même du principe de répétition, de la cohésion rythmique. Nul besoin n’est de la comprendre pour la reconnaître.

43Dans les théories du texte, la référence au sensible a été exclue de la sphère de la scientificité, au profit de l’étude des phénomènes de sens implicités. Les linguistes se sont penchés avec prédilection sur les suites d’énoncés incohésifs et cependant pertinents (voir chapitre 1, section 3.2.3), mais ce type de suites n’apparaît jamais que dans le cadre de dialogues réduits en général à deux énoncés. « On sonne. Je suis dans mon bain » (Charolles 1995), « Es regnet. Gib mir die Bibel ! » (Vater 2001). Dans ce type d’échanges, le recours aux informations non verbales et au contexte partagé va de soi pour les deux interlocuteurs. Lorsque le contexte n’est plus partagé, comme dans la communication écrite, ou dans un texte long et monologal, l’absence de cohésion devient difficilement concevable :

Si un texte très court peut se dispenser de marques cohésives, qu’en est-il d’un texte un peu développé ? Existe-t-il des textes non cohésifs vraiment développés ? On a peut-être quelquefois un peu confondu une cohérence locale – cohérence entre des segments contigus qui […] s’établit sans peine en l’absence de marques cohésives – avec une cohérence globale du texte, difficile à envisager s’il n’y a aucune marque de continuité topicale. (Salles 2006, je souligne)

  • 5 Sur le règne des suppositions et de l’imagination débridée à partir d’un énoncé banal, « Salut toi (...)

44Ce n’est pas seulement une question de longueur et de continuité topicale, mais de recours à l’extralinguistique et au contexte partagé. À l’ère de l’extension généralisée de la CMO (communication médiée par ordinateur : e-mails, SMS, tweets…), on peut évoquer les dangers et les méfaits des énoncés réduits à la portion congrue, où la brièveté de la formulation conduit souvent à des malentendus. Comment interpréter deux lignes ou quelques mots sans cohésion, en cas de disjonction des contextes de production et de réception, lorsqu’il n’existe aucune réalité partagée ? La porte s’ouvre toute grande aux inférences et à l’interprétation5.

45Le problème est différent avec la répétition. Elle transforme le mouvement totalisant de la liste en une cohésion rythmique et sensorielle qui ne respecte pas nécessairement la continuité topicale.

3.1. Remarque terminologique

46Le choix des dénominations impose et guide la réception, il est difficile de détacher l’adjectif « poétique » de sa plus-value sémantique – c’est « l’idée ancienne que la poésie, c’est la prose plus quelque chose » (Groupe µ 1977, p. 15) – et, plus largement, de le détacher de la notion d’art ou d’esthétique. Mais le principe de réitération est attesté dans de nombreux discours formatés, sans originalité ni trace d’aucune créativité, pour lesquels le terme « poétique » paraît alors inadapté.

  • 6 Voir Bordas (2003). La référence majeure sur le sujet est Sauvanet (2000).

47De la même façon, le concept de « rythme », bien que les travaux de Meschonnic aient montré la nécessité de le dissocier du mètre et de la versification, est peu familier sinon étranger aux linguistes, qui valident dans le discours avant tout le plan du contenu et des arguments. Lorsqu’ils s’intéressent au rythme, c’est à celui de la langue (intonation, prosodie), et non pas au rythme « figural », qui est resté, lui, l’affaire des philosophes, des littéraires ou des musicologues. La question du rythme comme entité (qu’est-ce que le rythme ?), et, pour nous, celle du « rythme dans la prose » ont donné lieu à énormément d’études, qui toutes soulignent la difficulté à le cerner et le conceptualiser6. Celle de Pierre Sauvanet (2000) propose une synthèse à la croisée art-science-philosophie, et réussit le pari de proposer une définition à la fois ouverte et unitaire de tous les rythmes, quels qu’ils soient, comme combinatoire de trois concepts (voir section 3.3). Il n’est pas donc question de m’aventurer après cette définition sur la question du rythme en général, mais uniquement de considérer et délimiter la propriété du « rythmique », en tant qu’il est construit par la répétition figurale, et qu’il est associé au concept linguistique de « cohésion ». Comme nous le rappelle le dictionnaire, la cohésion est d’abord une force physique qui concerne les corps (« Force par laquelle les molécules homogènes des corps adhèrent entre elles », Le Grand Robert de la langue française). La dimension phénoménologique du discours, effacée dans le concept de cohérence, peut ainsi être réhabilitée (Prak-Derrington 2018).

48La cohésion rythmique nous renvoie au primat de la perception, oublié des linguistes, avant que le développement des sciences cognitives et de la neurolinguistique ne l’ait remis à l’ordre du jour. Mais la référence au sensible du discours, à sa dimension orale et « aurale » (Zumthor 1987, 1990), est une très ancienne nouveauté… En rhétorique, elle correspond au « jugement de l’oreille », lui-même longtemps délaissé et depuis peu redécouvert :

de la Renaissance, qui l’emprunte à Cicéron et Quintilien, jusqu’au xviiie siècle, en passant par les remarqueurs de l’Âge classique, le discours des grammairiens comme des rhétoriciens recourt régulièrement à cette référence au sensible. Pour rendre compte des variations de l’usage, évaluer les mérites comparés des mots, tours syntaxiques, rythmes phrastiques, périodiques ou métriques, ils en appellent à « l’oreille », ce « juge difficile et superbe », s’exclamant après Cicéron : « Superbissimum aurium judicium ! » (Batteux, d’après L’Orateur, XLIV, 150). (Steuckardt et Thorel 2017, « Prologue », p. 9)

49Quand il s’agit non plus d’informer mais de persuader, c’est le recours au « jugement de l’oreille » qui est privilégié. Il est partagé tant par ceux qui produisent le discours que par ceux qui l’écoutent. « Ça sonne bien », « ça sonne juste », « ça sonne faux » ; la dimension perceptive acquiert une fonction normative et esthétique, qui, dans certains cas, devance tous les autres critères de composition. Dans l’ouvrage de référence de la rhétorique antique, l’Institution oratoire, de Quintilien, on peut lire :

Ce que la versification est dans la poésie, la composition l’est dans la prose. Son meilleur juge, c’est l’oreille. Que la composition soit pleine, l’oreille est remplie ; qu’elle soit défectueuse, l’oreille attend quelque chose ; qu’elle soit dure et heurtée, elle la blesse ; douce et coulante, elle la flatte ; véhémente, elle réveille son attention ; ferme, elle la soulage ; boiteuse, elle lui fait peine ; redondante et trop chargée, elle la rebute. Voilà pourquoi les savants apprécient la composition par les règles de l’art, et les ignorants par le plaisir. (Quintilien 1875, livre IX, § 364)

50Le « jugement de l’oreille » se caractérise par son extrême polyvalence, sa « transversalité qui cherche à ressaisir dans un seul concept les niveaux perceptif, esthétique et normatif » (Steuckardt et Thorel 2017, p. 10). Le concept de « cohésion rythmique » est quant à lui beaucoup plus restreint et s’inscrit explicitement dans la tradition et la terminologie de la Textlinguistik. Il a l’avantage d’être neutre, exempt de toute idée de norme ou d’écart. Il vise à réhabiliter la référence au sensible, sans réserver son étude aux discours esthétiquement et socialement valorisés, en incluant des formes de discours non prioritairement artistiques, mais elles aussi régies par le primat de la perception, c’est-à-dire du signifiant.

3.2. D’une conception étendue du rythme à une conception restreinte

51Le rythme (du grec rhuthmos, « mouvement réglé et mesuré ») est une notion infiniment vaste, qui renvoie tant aux activités humaines qu’aux événements naturels « par-delà l’ordre humain » :

La notion de « rythme » est de celles qui intéressent une large portion des activités humaines. Peut-être même servirait-elle à caractériser distinctivement les comportements humains, individuels et collectifs, dans la mesure où nous prenons conscience des durées et des successions qui les règlent, et aussi quand, par-delà l’ordre humain, nous projetons un rythme dans les choses et dans les événements. (Benveniste 1966, p. 327)

52Il revient à Benveniste d’avoir montré que cette notion, qui semble uniquement découler de l’ordre naturel des choses et du vivant (le rythme des flots, le rythme des saisons, le rythme des battements du cœur…), implique aussi une élaboration dans et par le langage :

Cette vaste unification de l’homme et de la nature, sous une considération de « temps », d’intervalles et de retours pareils, a eu pour condition l’emploi du mot même, la généralisation, dans le vocabulaire de la pensée occidentale moderne, du terme rythme qui, à travers le latin, nous vient du grec. (ibid.)

53Pour Benveniste, le rythme est avant tout une notion culturelle, et c’est seulement par une série d’extensions à des domaines toujours plus vastes qu’il semble aujourd’hui refléter des propriétés naturelles du vivant :

Il a fallu une longue réflexion sur la structure des choses, puis une théorie de la mesure appliquée aux figures de la danse et aux inflexions du chant pour reconnaître et dénommer le principe du mouvement cadencé. Rien n’a été moins « naturel » que cette élaboration lente, par les efforts des penseurs, d’une notion qui nous semble si nécessairement inhérente aux formes articulées du mouvement que nous avons peine à croire qu’on n’en ait pas pris conscience dès l’origine. (p. 335)

54À travers l’étude des diverses acceptions du mot rythme chez les auteurs de l’Antiquité (Démocrite, Hérodote, Aristote, Platon…), le linguiste se distancie de l’acception courante qui associe le rythme au mouvement de la mer et des flots. Étymologiquement, le verbe rein, qui signifie couler, s’applique au cours d’un fleuve ou d’un ruisseau, sans jamais être utilisé pour décrire les vagues (p. 328, p. 332). Benveniste propose cette définition de rythme : « le sens constant est “forme distinctive ; figure proportionnée ; disposition”, dans les conditions d’emploi d’ailleurs les plus variées » (p. 332). Cette définition met au premier plan la culture, et nous éloigne du rythme de la nature et du vivant… Mais les pulsations du cœur, la respiration dans les rythmes biologiques, le flux et le reflux de la mer, l’alternance du jour et de la nuit dans les rythmes cosmologiques doivent-ils être écartés au profit d’une définition purement étymologique ? Il n’est pas nécessaire de suivre Benveniste dans cette entreprise de réduction du rythme au culturel, pour saluer l’intérêt majeur que représente pour nous la valorisation de l’idée de forme.

55Le rythme comme « forme articulée », « figure », « configuration particulière du mouvant », « disposition » : la définition de Benveniste fait directement écho à notre appréhension de la figure comme « forme », « Gestalt », et non comme trope. On retiendra donc avec Benveniste que le rythme fait sens parce qu’il structure ce qui coule et qui fuit, et serait sans lui insaisissable : le temps, le langage, le mouvement, les sons, etc. Les arts de la musique, de la danse et de la poésie sont ses domaines d’application privilégiés, mais il peut concerner aussi des formes non artistiques, pour lesquelles son étude a jusqu’à présent été négligée. Cette définition du rythme comme « Gestalt » n’exige toutefois pas d’exclure le naturel, ni de séparer le rythme de sa dimension du « donner vie » : c’est elle qui sera au cœur des chapitres 4 à 8, dans la seconde partie.

56En France, spécialement dans les études littéraires, la notion de rythme est devenue indissociable des travaux de Meschonnic. Ce dernier fait coïncider rythme et signifiance, comme production d’une sémantique spécifique par l’agencement des formes, des signifiants :

les marques [de la signifiance] peuvent se situer à tous les niveaux du langage : accentuelles, prosodiques, lexicales, syntaxiques. Elles constituent ensemble une paradigmatique et une syntagmatique qui neutralisent précisément la notion de niveau. Contre la réduction courante du « sens » au lexical, la signifiance est de tout le discours, elle est dans chaque consonne, dans chaque voyelle qui, en tant que paradigmatique et syntagmatique, dégage des séries. Ainsi les signifiants sont autant syntaxiques que prosodiques. Le « sens » n’est plus dans les mots, lexicalement. (Meschonnic 1982, p. 217)

57On peut souscrire sans réserve à cette description sans s’aventurer pour autant à suivre l’extension maximale que Meschonnic donne à la notion de rythme, qui n’est pour lui rien de moins qu’une théorie du sens, du discours, du sujet, en général :

L’organisation de la signifiance est la signification du discours, le rythme est l’organisation même du sens dans le discours. Et le sens étant l’activité du sujet de l’énonciation, le rythme est l’organisation du sujet comme discours dans et par son discours. (ibid.)

  • 7 Voir aussi : « Il ne peut pas y avoir de théorie du rythme sans théorie du sujet, pas de théorie d (...)

58Chez Meschonnic, le recours constant aux désignations définies (« la langue », « le sujet » « le discours ») gomme la spécificité de la signifiance. La notion de rythme devient une entité sans bords, totalisante, au fondement du sujet7, voire de « tous les éléments du discours » : « Le rythme du discours est une synthèse de tous les éléments du discours, y compris la situation, l’émetteur, le récepteur » (p. 223). Meschonnic condamne le règne du signifié pour instaurer un nouveau règne : le primat du signifiant. « Le sens n’est plus le signifié. Il n’y a plus de signifié. Il n’y a que des signifiants, participes présents du verbe signifier » (p. 70). La cohésion rythmique, au contraire, ne fait sens qu’en tant qu’elle s’oppose à la cohérence sémantique.

59Si tout discours fait sens et est produit par un énonciateur, tout discours ne relève pas nécessairement de la signifiance (au sens inclusif) et la signifiance n’est elle-même pas nécessairement rythmée. Comme nous l’avons vu au chapitre 2, les deux notions ne se recoupent que dans le cas de la répétition. La signifiance s’oppose à la signification et émerge chaque fois que le signifiant n’est pas substituable, soit sous la forme de signifiants isolés et on a alors affaire à une signifiance ponctuelle (lapsus, mots-valises, etc.), soit sous la forme de séries et on a alors une signifiance sérielle. Seule la signifiance sérielle est rythmique.

3.3. Critères pour une définition de la cohésion rythmique

60Dans Le rythme et la raison, Pierre Sauvanet (2000) propose une approche pluridisciplinaire, à dominante esthétique et philosophique, de tous les phénomènes rythmiques. Sa définition, qui allie puissance synthétique et mobilité, se fonde sur une combinatoire de trois concepts, on la trouve résumée dans son article de l’Encyclopædia Universalis : « tout phénomène, perçu ou agi, auquel on peut attribuer au moins deux des qualités suivantes : structure, périodicité, mouvement » (s. v. « rythme »). La troisième qualité, le mouvement, est le critère plus difficile à cerner, elle n’est pas à chercher dans les figures elles-mêmes, mais dans la performance de la parole dite ou lue, proférée ou entendue, elle sera donc traitée dans la seconde partie. Cette première partie se concentre sur les deux premières propriétés, structure et périodicité, inséparables de la répétition.

61La périodicité est le critère le plus élémentaire, puisqu’elle se retrouve dans les rythmes biologiques des battements du cœur, de la respiration, dans les rythmes cosmologiques de l’alternance du jour et de la nuit, le changement des saisons… Il s’agit du rythme a minima qui implique l’attente d’une cadence, d’un « retour, à intervalles sensiblement égaux, d’un repère constant » (Morier 1998, s. v. « rythme »). À partir de quand peut-on parler de périodicité ? À partir du moment où l’on peut constater une anticipation. Pour qu’émerge la perception d’une « vraie » périodicité, le nombre d’éléments répétés doit être égal ou supérieur à trois. Nous verrons cependant, avec la figure de la réduplication, que la périodicité la plus primitive peut ne comporter que deux unités. On a alors affaire à un proto-rythme, une paire ouverture/clôture, dépourvue de la part d’élan et d’anticipation, de « prévisible imprévisible », qu’apporte le nombre trois. Le Groupe µ justifie le seuil de rythmicité de trois en insistant sur l’isochronie :

C’est seulement à partir de trois événements que l’anticipation [rythmique] peut apparaître, ce qui s’explique aisément si on observe que dans la séquence :

A — intervalle — A

l’élément A est répété, mais non l’intervalle, alors que dans :

A — intervalle — A— intervalle — A

l’intervalle est à son tour répété et la condition d’isochronisme peut être remplie.

(Groupe µ 1977, p. 133)

62Dans le mode de la signification, le seuil plancher de trois répétitions est également la condition nécessaire pour pouvoir parler d’organisation réticulaire :

La répétition d’une ou deux unités dans un texte ne possède pas une saillance suffisamment significative pour mettre à jour, non plus des chaînes, mais de véritables réseaux phrastiques constitutifs de l’organisation globale du texte. […] nous considérerons que l’identification des phrases ayant aux moins trois lexèmes en commun (et non plus un ou deux) permet de constater très simplement qu’un mode d’organisation réticulaire est à l’œuvre dans certains types de textes. (Legallois 2006, p. 56)

63Mais la distribution des répétitions est aléatoire dans une organisation réticulaire sémantique, alors que la cohésion rythmique implique la régularité. Les figures de répétition organisent la durée en distribuant de manière régulière le retour de l’unité répétée. Une autre explication peut être avancée pour justifier le nombre de trois : si l’attente et le retour d’un identique – l’isochronie comme forme universelle et élémentaire de jalonnement du temps musical – constitue le fondement de la cohésion rythmique, c’est sans doute parce qu’à partir de trois la durée peut s’organiser en un début, un milieu, et une fin. Le seuil de trois fait émerger, au-delà du sentiment de clôture satisfait par la symétrie de deux, un autre sentiment de la temporalité, et ouvre sur le cercle. La périodicité instaure, en même temps qu’une perception du rythme, le sentiment d’un possible re-commencement. Trois est le seuil du mouvant, et du vivant, et marque le passage vers l’incantation (chapitre 8).

64La deuxième composante du rythme est la structure, et c’est là qu’entrent en jeu, avec la répétition figurale, les lois de structuration de la Gestalt.

3.4. Classification des figures rythmiques de répétition

65En poésie, le rythme a longtemps coïncidé avec le principe de la rime, au point qu’on a pu confondre poésie et versification (Meschonnic 2009 [1982]). Mais l’agencement du discours selon les lois perceptives de la Gestalt autorise une grande complexité dans la structuration du continuum de la parole, en dehors de toute versification. Dans le discours politique, religieux, didactique, philosophique, ainsi que dans les aphorisations, les proverbes, slogans, etc., la structuration rythmique s’effectue souvent à partir du mot. Il est une autre différence essentielle, qui fait de la répétition un procédé utilisable par tous et toutes, et transforme n’importe quel locuteur en artisan du rythme, pour n’importe quel énoncé. La « rime » est placée au début, avec l’anaphore. Fini les dictionnaires de rimes !

66Les figures rythmiques sont prédictibles et introduisent une écoute doublement orientée, tant rétroactive qu’anticipatrice. À l’imprévisible de la variation s’allie le prévisible de la répétition. Le tableau ci-après récapitule les principales configurations syntactico-rythmiques dans la prose, qui transforment les syntagmes en paradigmes. À chaque paradigme répété correspond une lettre. Pour des raisons de place, la formule transcrit de manière horizontale les paradigmes, qui devraient cependant, si l’on voulait respecter la figuration auditive sur le plan visuel, être mis en colonne. On peut voir dans les exemples plus longs que ces figures rythmiques s’articulent de manière réticulaire.

à l’ouverture anaphore (A… / A… / A…)
en clôture épiphore épanode (…A / …A / …A) (…A / …AB / …AC)
clôture par symétrie symploque parfaite symploque variée (A…B / A…B / A…B) (A…BC / A…BD / A…BE)
clôture par cercle cercle simple : antépiphore cercle composé antimétabole ou chiasme formel (antépiphore + anadiplose) (A…………A) (ABBA)
transition / rebond anadiplose (…A / A…)

 

Exemples de cohésion rythmique

67L’anticipation rythmique peut porter sur des syntagmes nominaux, des énoncés, voire des paragraphes.

Anaphore (A… / A… / A…)
(11) Nice, ville frontière, ayant tant voyagé dans les cultures, les arts, sous les régimes, les nationalités. Ayant entendu tant de langues. Sans bouger. Sa géographie imperturbable.
  Nice, ciel et mer azur. Ses paysages familiers depuis toujours.
  Nice et son histoire, ses convoiteurs, ses soubresauts ; son réseau Marcel créé par Moussa Abadi, né en Syrie, et Odette Rosenstock, qui a sauvé la vie de plus de cinq cents enfants juifs.
  Nice et ses Résistants, Nice et ses manifestations des 14 juillet 41 et 42.
  Nice et son insurrection du 28 août 44.
  Nice et cette nuit de cauchemar.
  (Christiane Taubira, message du 23 juillet 2016 sur Facebook)
Épanode (…AB1 / …AB2 / …AB3)
(12) Je veux vous rendre votre liberté.
  Votre liberté de choix.
  Votre liberté de parole.
  Votre liberté de penser.
  (Nicolas Sarkozy, Lille, 28 mars 2007)
Épiphore (…A / …A / …A)
(13) And tonight, I think about all that she’s seen throughout her century in America – the heartache and the hope; the struggle and the progress; the times we were told that we can’t, and the people who pressed on with that American creed: Yes we can.
  At a time when women’s voices were silenced and their hopes dismissed, she lived to see them stand up and speak out and reach for the ballot. Yes we can.
  When there was despair in the dust bowl and depression across the land, she saw a nation conquer fear itself with a New Deal, new jobs and a new sense of common purpose. Yes we can.
  When the bombs fell on our harbor and tyranny threatened the world, she was there to witness a generation rise to greatness and a democracy was saved. Yes we can.
  She was there for the buses in Montgomery, the hoses in Birmingham, a bridge in Selma, and a preacher from Atlanta who told a people that “We Shall Overcome”. Yes we can.
  (Barack Obama, discours de Chicago, 4 novembre 2008)
Symploque (A…B / A…B / A…B)
(14) Salut aux humiliés, aux émigrés, aux exilés sur leur propre terre qui veulent vivre et vivre libres.
  Salut à celles et à ceux qu’on bâillonne, qu’on persécute ou qu’on torture, qui veulent vivre et vivre libres.
  Salut aux séquestrés, aux disparus et aux assassinés qui voulaient seulement vivre et vivre libres.
  Salut aux prêtres brutalisés, aux syndicalistes emprisonnés, aux chômeurs qui vendent leur sang pour survivre, aux indiens pourchassés dans leur forêt, aux travailleurs sans droit, aux paysans sans terre, aux résistants sans arme qui veulent vivre et vivre libres. (François Mitterrand, « Discours de Cancun », 20 octobre 1981)
Antépiphore (A……A)
(15) Let us all unite.
  Let us fight for a new world, a decent world that will give men a chance to work, that will give youth a future and old age a security. By the promise of these things, brutes have risen to power. But they lie! They do not fulfill their promise. They never will!
  Dictators free themselves but they enslave the people!
  Now let us fight to fulfill that promise!
  Let us fight to free the world!
  To do away with national barriers!
  To do away with greed, with hate and intolerance!
  Let us fight for a world of reason, a world where science and progress will lead to all men’s happiness.
  Soldiers, in the name of democracy, let us all unite!
  (Charlie Chaplin, discours final de The Great Dictator, 1940)
Anadiplose (…A / A…)
(16) Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s’est mis en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat (Charles de Gaulle, « Appel du 18 juin 1940 »)
Chiasme (ABBA)
(17) L’homme fait la religion, ce n’est pas la religion qui fait l’homme. (Karl Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel [1844], 2018, p. 7)
(18) Le terrorisme ne détruira pas la République car c’est la République qui le détruira. (François Hollande, « Discours devant le Parlement réuni à Versailles », 16 novembre 2015)

4. L’exemple des discours politiques

4.1. La question du « style » dans le discours politique

  • 8 Pour un tour d’horizon, se reporter par exemple à Bacot et al. (2010).

68L’écrasante majorité des exemples qui suivent incarne une « parole efficace » : le discours politique. Solidement implanté comme objet de recherches en sciences du langage et dans les études sur l’argumentation, depuis des décennies8 (en Allemagne, c’est même une discipline, la Politolinguistik), le discours politique bénéficie d’un statut emblématique au sein des études sur la communication. C’est autour de lui qu’est née et s’est développée à ses débuts l’analyse du discours, comme cela avait été le cas pour la rhétorique dans la Grèce antique.

Il n’est donc pas surprenant que ces textes aient été le corpus emblématique des débuts de l’analyse du discours en France : procéder à une analyse « interne » de textes que l’on était habitué à ne lire que pour leur « extérieur » constituait une sorte de défi et donnait toute sa force à une entreprise qui visait à lire dans les fonctionnements textuels le « travail » de « l’idéologie ». (Maingueneau 2010a, p. 85)

69Ce discours est aujourd’hui largement détaché de la question du « style » à l’inverse d’autres types de discours pour lesquels la dimension esthétique est reconnue comme constitutive :

On peut en effet se demander dans quelle mesure le style contribue à l’impact de la parole. En d’autres termes : quelle place convient-il d’accorder à l’esthétique dans la rhétorique ? Comment se marient-elles dans les types de discours qui font largement appel aux effets de style, comme la publicité et, bien sûr le discours littéraire ? (Amossy 2000, p. 6)

70On accepte d’élargir la fonction poétique au discours publicitaire, beaucoup moins au politique. La question de l’esthétique reste encore largement étrangère à l’étude du discours politique qui maintient, d’une certaine façon, l’éternelle opposition entre la rhétorique en tant qu’« art de bien dire » ou bien en tant qu’« art de persuader ». L’étude des ressources linguistiques du discours politique s’est donc essentiellement concentrée sur les contenus et les arguments, en les mettant en rapport avec des idéologies. On analyse le discours du nazisme ou de la LTI (Lingua Tertii Imperii), le discours de l’ex-RDA, la question du racisme, celle de l’antisémitisme, les discours d’extrême-droite, ceux du FN, etc. Certes, on a pu aussi analyser les formes de la répétition : c’est à partir du discours politique que se sont développées les premières analyses quantitatives sur la répétition, menées par le laboratoire de Saint-Cloud (Salem 1986, Tournier 1985). Mais ces travaux se sont concentrés sur le pouvoir propagandiste et sur la faculté de sloganisation de la répétition (Tournier 1985). Plus récemment, la répétition a été étudiée dans le cadre de styles individuels ou génériques : la répétition chez de Gaulle (Adam et Herman 2000), chez Sarkozy (Magri-Mourgues 2015, Mayaffre 2015), chez le dictateur guinéen Sékou Touré (Barry 2000), etc., ou bien dans des dispositifs d’énonciation particuliers (les débats de l’entre-deux-tours des élections présidentielles, Sandré 2013). Mais de même que la répétition ne coïncide pas avec manipulation ou sloganisation, qui ne sont que ses manifestations négatives, de même ne doit-elle pas être considérée comme l’apanage de certain.es professionnel.les et pratiques de la politique. La répétition en politique est étroitement liée à la figuralité et au rythme comme disposition du mouvant. S’intéresser à la cohésion rythmique comme mode de textualisation, c’est donc admettre que les formes ne se limitent pas à une fonction arbitraire, au mieux ornementale, mais au contraire établir un lien de réciprocité entre les signifiants et les signifiés, entre le style et l’efficacité du discours.

71Les analyses suivantes s’efforcent donc de concilier les apports de la nouvelle rhétorique de l’école de Bruxelles, fondée par Perelman et ancrée dans l’argumentation, avec ceux de la rhétorique figurale du Groupe µ de Liège, centrée sur l’elocutio et le style, pour étudier la situation la plus classique de communication politique. On sait que le discours politique prend aujourd’hui des formes inédites, comme celle d’une politique participative de citoyens sur la Toile, mais seule sa forme « prototypique » sera considérée :

L’expression « discours politique » évoque d’abord des discours prononcés oralement par des hommes politiques devant un auditoire assez nombreux en certaines occasions solennelles (débat parlementaire, inauguration d’un édifice, campagne électorale […] par exemple). (Bonnafous et al. 2003, Avant-propos, p. 12)

72Cette définition étroite permet de se concentrer sur une configuration énonciative, qui, bien qu’elle ait subi des modifications à travers les siècles, en particulier en raison de l’évolution des médias, a conservé le plus d’invariants depuis l’Antiquité. Un professionnel de la politique s’adresse à un auditoire composite, dont l’un des destinataires est le « grand public » des citoyens ordinaires. Les mass media, la diffusion et la réception des discours ont en effet eu des conséquences directes sur la parole politique, qui se caractérise aujourd’hui par la problématique de l’adresse multiple (Kühn 1995, Siess et Valency 2002), ou celle de « l’auditoire complexe » (Tindale 2009). Par exemple, le discours post-attentat de François Hollande en novembre 2015 doit convaincre et persuader un public averti et un public non spécialiste. Il s’adresse aux membres du Parlement et du Sénat réunis en Congrès, dans une allocution filmée par la télévision et aussitôt commentée dans les médias. Il vise donc, au-delà des députés et des sénateurs physiquement présents, à convaincre les destinataires absents que sont les téléspectateurs :

Le fait que le public […] soit quantitativement très important et qualitativement très divers (et imprévisible) favorise l’émergence d’un discours attrape-tout, qui s’adressant à tous en même temps ne doit fâcher personne. […] on peut […] avancer que les médias audiovisuels ont accéléré le processus d’homogénéisation du discours. (Le Bart 1998, p. 21)

73Au-delà des propriétés d’homogénéisation de la répétition, il s’agit de voir comment et pourquoi elle entretient des affinités électives avec le discours politique quand il s’inscrit dans le genre épidictique, qui coïncide largement avec l’adresse multiple et s’affirme comme le plus littéraire des genres oratoires.

4.2. Discours épidictiques et répétition

74Dans l’Antiquité, le discours épidictique (ou démonstratif, pour la désignation latine) est à côté des genres délibératif et judiciaire l’un des trois genres oratoires définis par Aristote (1991, p. 93-96). C’est le discours dit de l’éloge et du blâme (ibid., p. 93) ; alors que le délibératif porte sur l’avenir, le judiciaire sur le passé, le démonstratif porte principalement sur le temps présent (p. 94). Il détermine le bien et le mal, le vice et la vertu, le beau ou le laid moral (I, iii, p. 5, p. 94 ; I, ix, p. 128-138).

75À la différence des genres délibératif et judiciaire, formes d’éloquence pratique aux retombées immédiates, dans lesquelles les auditeurs qu’il faut persuader sont investis d’un pouvoir de décision (voter une loi pour l’Assemblée, décider de l’issue d’un procès pour le tribunal), le genre épidictique (faire l’éloge d’un défunt, d’une ville devant ses habitants, etc.) s’adresse à des auditeurs qui ne sont plus acteurs mais simples spectateurs. Le genre épidictique se situe à la croisée de la rhétorique et de la poétique, sa finalité est esthétique (le beau ou le laid). Parce qu’il était dépouillé de conséquences directement visibles, il s’est vu discrédité en une forme d’éloquence gratuite, voire « dégénérée » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2000 [1958], p. 63). Dans leur Traité de l’argumentation, Perelman et Olbrecht-Tyteca reviennent sur l’histoire de sa réception et montrent la nécessité de le réhabiliter : « nous croyons que les discours épidictiques constituent une partie centrale de l’art de persuader et l’incompréhension manifestée à leur égard résulte d’une fausse conception des effets de l’argumentation » (ibid., p. 64).

76Ils attribuent au discours épidictique deux fonctions principales : a) une capacité à « [augmenter] l’adhésion aux valeurs qu’il exalte » (p. 66) ; b) la volonté de créer une communion – « L’orateur cherche à créer une communion autour de certaines valeurs reconnues par l’auditoire, en se servant de l’ensemble des moyens dont dispose la rhétorique pour amplifier et valoriser » (p. 67, je souligne). Le discours de l’éloge et du blâme est avant tout fondé sur l’amplification :

L’amplification est ce qui convient le mieux aux discours démonstratifs ; car ceux-ci mettent en œuvre des actions sur lesquelles on est d’accord, si bien qu’il ne reste plus qu’à nous en développer la grandeur et la beauté. (Aristote 1991, p. 138)

  • 9 « La répétition consiste à employer plusieurs fois le même tour, soit pour le simple ornement, soi (...)

77Dans la tradition rhétorique, ce sont généralement l’hyperbole ou l’exclamation qui sont citées comme figures exemplaires d’amplification, tandis que la répétition est répertoriée dans d’autres catégories connexes comme figure de présence (Perelman et Tyteca 2001 [1958]), figure d’emphase, d’insistance ou de gradation (Lausberg 2008, p. 310 ; Morier 1998, p. 114, 459 et 460), ou bien figure d’ornement et de passion (Fontanier 19779, p. 329 ; Morier, ibid.). La propriété de présence sera examinée dans le dernier chapitre, pour l’instant contentons-nous de poser que la répétition doit être considérée comme la première des figures d’amplification. D’après la définition donnée dans Le Grand Robert de la langue française, le verbe amplifier signifie :

1 Agrandir, augmenter les dimensions, l’intensité de (spécialt, à l’aide d’amplificateurs). Amplifier une image, un courant électrique, un son. Amplifier un écho.
2 (1866). Grossir, faire paraître plus grand. L’image est amplifiée par le microscope. Agrandir, grandir.
3 (1690). Développer par amplification. Amplifier une idée, une pensée. Détailler, étendre.

78Toute répétition agrandit, augmente, développe un segment source en X segments répétés. Le signifiant amplifié a pour charge de révéler ou suggérer de manière iconique une autre amplification, d’ordre sémantique, pragmatique, interactionnelle, corporelle, etc. La répétition reflète ou crée de l’iconicité. Lorsque cette iconicité porte sur les rapports son et sens, on parle de « fonction poétique ».

79Dans l’argumentation, la répétition joue toujours sur les trois termes du triangle rhétorique, le logos, l’ethos et le pathos. Le logos, parce qu’elle agence et ordonne les contenus du discours lui-même. L’ethos et le pathos, parce qu’elle en met en résonance les passions de ceux qui reçoivent ce discours (le pathos de l’auditoire) avec l’image que donne de lui-même l’orateur dans son discours (son ethos). Je m’intéresse ici aux effets de sens découlant de la projection des paradigmes sur l’ordre des syntagmes : à l’amplification et la mise en rythme du logos.

5. De l’iconicité son et sens

80On distingue deux configurations principales de la cohésion rythmique : a) celle avec variations, qui est valorisée ; b) celle qui contient peu ou pas de variations, qui est ressentie comme monotone, et est pour cette raison disqualifiée. Les exemples de cette section illustrent la première configuration, la réception négative sera abordée avec les litanies au chapitre suivant.

81Dans la rhétorique, le traitement de la répétition valorisée se fait au détour de commentaires disséminés. J’en choisis un qui me semble particulièrement éclairant :

Quant aux figures de mots, on peut les comparer à l’escrime, qui sert non seulement pour se mettre en garde et pour attaquer, mais encore pour manier son arme avec grâce. Ainsi, la répétition donne tantôt de la force, tantôt de l’agrément au style. (Cicéron, cité par Quintilien 1875, livre IX, § 320, je souligne)

82Cette association de la force et de l’agrément est caractéristique de la cohésion rythmique. La grâce renvoie aux formes, la force aux idées, c’est l’art de bien dire mis au service de l’art du persuader. La stylistique valorise et souligne la répétition sans pouvoir donner d’explication sur la manière dont ses figures fusionnent indistinctement forme et fond, accordant rythme et sémantique dans l’organisation textuelle. Henri Suhamy écrit ainsi, dans le paragraphe qui introduit un chapitre consacré à la répétition (2010, p. 53-69) :

La répétition ne change pas le sens des mots ni des syntagmes […]. Elle opère cependant une métamorphose du langage, […] du fait des répétitions, la distribution des rôles entre signifiés et signifiants se brouille un peu. Les signifiés viennent se mêler aux signifiants, qui adoptent soudain le mouvement des choses qu’ils étaient censés ne représenter que dans une codification abstraite et arbitraire. (Suhamy 2010, p. 54)

83Il importe de décrire cette iconicité – perçue intuitivement par tout sujet – de manière systématique. Avant de nous pencher sur des textes entiers, politiques, on peut en donner une illustration par un énoncé isolé, le vers de Corneille « toujours aimer, toujours souffrir, toujours mourir ».

84Dans cet alexandrin, aucun des multiples synonymes de toujours qui existent dans la langue (continuellement, sans cesse, constamment, chaque fois, etc.) ne peut lui être substitué sans mettre à mal l’unité et la puissance du vers. La répétition crée un paradigme rythmique de trois séquences isochrones [(2 + 2) + (2 + 2) + (2 + 2)], qui a pour effet direct de créer un paradigme sémantique, une isotopie dans l’allotopie. Le rythme rassemble et unifie. Aimer, souffrir et mourir deviennent les parties d’un tout indivisible, chacune n’étant qu’une étape précédant celle qui suit, l’ordre étant ici irrévocable, puisqu’il conduit vers la fin – la mort au sens métaphorique. La substitution des signifiants, qui serait grammaticalement possible, est rendue impossible sur le plan sémantique dans le paradigme ordonné par la répétition. La signifiance rend les signifiés motivés autant qu’indéfectible la relation qui les unit. En associant trois verbes nullement synonymes au sein d’un même paradigme rythmique, la cohésion rythmique les transforme en une triade temporelle harmonique, qui vaut aphorisation pour la passion amoureuse.

85Ce sont des phénomènes comparables d’amplification et de glissements sémantiques opérés par la mise en rythme que met en œuvre le discours politique épidictique. Les figures lexicales ou syntaxiques visent toutes une iconicité son et sens, dont les effets peuvent être rudimentaires, mais parfois aussi étonnamment subtils.

5.1. Cohésion rythmique et répétitions lexicales

  • 10 En ce qui concerne le discours politique et la mémoire, l’utilisation des prompteurs a considérabl (...)
  • 11 Le verbe proférer renvoie à la fois à « dire, prononcer à haute voix » et, littéralement, à « port (...)

86Si l’on reprend les cinq étapes caractérisant l’art oratoire selon Quintilien (inventio, dispositio, elocutio, actio, memoria), la répétition joue un rôle essentiel dans la dispositio, l’elocutio et la memoria. Le rythme, soit l’agencement du discours en « forme[s] proportionnée[s] » (Benveniste 1966, p. 332), joue un rôle essentiel dans cet apprentissage et cette mémorisation (memoria). Ce qui ne vaut peut-être plus aujourd’hui autant qu’autrefois pour l’orateur10 vaut pourtant toujours autant pour le public, qui retient d’autant mieux les termes « proférés »11 qu’ils sont répétés. « L’attention devient naturellement plus vive lorsque les termes sont répétés et redoublés à propos » (Quintilien 1875, livre IX, § 320). On pourrait parler de « mémoralisation » par la répétition, mot-valise décomposable de plusieurs façons : par sa matérialité sonore, la répétition devient « mémorable » (mémoire + oralisation/mémorablisation : mémorable + oralisation) ; elle permet en outre d’affirmer avec force les valeurs morales partagées par une communauté (mémoire + morale + oralisation).

  • 12 Contre toute attente, lorsqu’on se penche sur les discours de Hitler on découvre que ces derniers (...)

87Certes, il existe des « grands discours » sans cohésion rythmique, mais ceux qui sont pourvus d’une phrase ou d’une séquence-clé – et rythmée ! – semblent être les premiers à se graver durablement dans la mémoire collective. Dans le discours de Goebbels du palais des Sports en 1943, si on souligne toujours la construction question/réponse répétée dix fois (« Voulez-vous la guerre totale ? »), c’est sans doute parce qu’elle a fait entrer son allocution dans l’histoire. La question elle-même s’est transformée en aphorisation, phrase inlassablement reprise dans les médias et livres d’histoire. Le discours du palais des Sports de Goebbels incarne un modèle de propagande nazie – peu d’extraits des discours du Führer ont accédé à une telle notoriété12.

5.1.1. Ernst Reuter, discours devant les ruines du Reichstag, 9 septembre 1948

88Dans l’immédiat après-guerre, on trouve, au sein de ce qu’on peut appeler le « patrimoine de l’éloquence », une sorte d’équivalent symbolique outre-Rhin de l’appel gaullien du 18 juin, c’est le discours du dirigeant du SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands) Ernst Reuter.

89En septembre 1948, deux mois après le blocus instauré par Staline pour asphyxier la ville de Berlin, les États-Unis répondent en organisant un gigantesque pont aérien. Le 9 septembre 1948, trois cent mille personnes se réunissent devant les ruines du Reichstag pour protester contre le blocus. Ernst Reuter, alors maire SPD de Berlin-Ouest, s’adresse aux pays du monde entier, les adjurant de ne pas laisser le destin de la capitale aux mains des Soviétiques et du SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands). Je ne commenterai que la clausule, le « lieu de mémoire » ou passage « mémora(b)lisé » du discours.

90La cohésion rythmique repose moins sur les répétitions syntaxiques (une seule dans notre extrait) que sur le grand nombre de figures de répétition lexicales. On peut avancer comme hypothèse pour la faible proportion de répétitions syntaxiques que l’allemand est une langue V2, c’est-à-dire à verbe second, dont tout énoncé déclaratif comporte nécessairement le verbe conjugué comme deuxième constituant. De manière intrinsèque, l’allemand impose ainsi une structuration syntaxique beaucoup plus forte que le français ou l’anglais. Les répétitions lexicales passent par le procédé que j’ai appelé la « re-désignation systématique », ou « refus de pronominalisation » (Prak-Derrington 2008 : le recours aux anaphores dites fidèles, jamais de suite Nom - Pronom - Pronom, mais uniquement Nom - Nom - Nom), les réseaux de lexèmes dérivés, enfin la fréquente utilisation du polyptote, sorte de figure de « dérivation grammaticale », qui varie les catégories des noms, des adjectifs et des verbes.

(19) 1. Ihr Völker der Welt, ihr Völker in Amerika, in England, in Frankreich, in Italien! 2. Schaut auf diese Stadt und erkennt, dass ihr diese Stadt und dieses Volk nicht preisgeben dürft und nicht preisgeben könnt! 3. Es gibt nur eine Möglichkeit für uns alle: gemeinsam so lange zusammenzustehen, bis dieser Kampf gewonnen, bis dieser Kampf endlich durch den Sieg über die Feinde, durch den Sieg über die Macht der Finsternis besiegelt ist.
  4. Das Volk von Berlin hat gesprochen. 5. Wir haben unsere Pflicht getan, und wir werden unsere Pflicht weiter tun. 6. Völker der Welt! 7. Tut auch ihr eure Pflicht und helft uns in der Zeit, die vor uns steht, nicht nur mit dem Dröhnen eurer Flugzeuge, nicht nur mit den Transportmöglichkeiten, die ihr hierherschafft, sondern mit dem standhaften und unzerstörbaren Einstehen für die gemeinsamen Ideale, die allein unsere Zukunft und die auch allein eure Zukunft sichern können. 8. Völker der Welt, schaut auf Berlin! 9. Und Volk von Berlin, sei dessen gewiss, diesen Kampf, den wollen, diesen Kampf, den werden wir gewinnen! (Ernst Reuter, « Rede vor dem Reichstag », 9 septembre 1948)
(19b) 1. Ô vous peuples du monde, ô vous peuples en Amérique, en Angleterre, en France, en Italie ! 2. Regardez cette ville et reconnaissez que vous n’avez pas le droit, que vous ne pouvez pas abandonner cette ville et ce peuple ! 3. Il n’y a pour nous tous qu’une seule possibilité : rester ensemble, faire front ensemble, jusqu’à ce que ce combat soit gagné, jusqu’à ce que ce combat soit enfin scellé par la victoire sur nos ennemis, la victoire sur la puissance des ténèbres.
  4. Le peuple de Berlin a parlé. 5. Nous avons accompli et nous continuerons à accomplir notre devoir. 6. Ô peuples du monde ! 7. Accomplissez vous aussi votre devoir et aidez-nous pour les temps à venir, pas seulement avec le vrombissement de vos avions, pas seulement avec les possibilités de transport et le ravitaillement que vous apportez jusqu’ici, mais en défendant avec un engagement constant et indestructible nos idéaux communs, qui seuls peuvent garantir notre avenir et qui seuls peuvent garantir le vôtre. 8. Ô vous peuples du monde, regardez Berlin ! 9. Et toi peuple de Berlin, sois en sûr, ce combat, nous voulons, ce combat nous allons le gagner !

91L’apostrophe ouvre et clôture la clausule et signale l’entrée dans une énonciation extraordinaire. J’ai choisi pour la traduction en français de l’associer pour son extrême solennité au marqueur « Ô » (voir Grinshpun 2008, Maingueneau 2016, et chapitre 5 de cet ouvrage). Le discours est adressé aux centaines de milliers de Berlinois présents mais aussi à l’ensemble du monde occidental, indirectement aussi à l’URSS, transformés en entités transcendantes. Les apostrophes construisent un lien indéfectible entre le destin de Berlin et celui du monde occidental par le parallélisme : « 1. Völker der Welt […] 4. Das Volk von Berlin » / « 6. Völker der Welt! […] 8. Volk von Berlin! » Ces apostrophes fournissent aussi la seule figure syntaxique de notre extrait, l’antépiphore (A……A). Par ce parallélisme, Reuter redonnait leur fierté aux Allemands, afin qu’ils cessent d’être perçus comme des anciens nazis, mais surtout comme des victimes de la menace communiste. La répétition symétrique et de l’apostrophe et de l’injonction au début et à la fin trace de manière appuyée les frontières de la clausule. Ces divers procédés sont eux-mêmes inclus dans un mouvement général qui porte tout le discours.

5.1.2. Du rythme binaire et ternaire comme fond (Grund)

92Je prie ici le lecteur d’excuser ce qui suit, qui lui rappellera ses années de collège et lycée, et les sempiternelles remarques sur les effets de sens du rythme dans les explications de texte. Mais la cohésion rythmique passe par l’adoption d’une cadence générale, rythme binaire ou ternaire, qui affecte autant les mots pleins, adjectifs, noms, verbes, particules, etc. que les groupes syntaxiques et les énoncés entiers. L’ensemble de la clausule déploie ces deux rythmes en alternance, l’organisation en paires ou triades constituant le fond sur lequel vont émerger les figures, et servant de marqueur d’iconicité diffuse et indéterminée.

93Prenons l’exemple des noms qui fonctionnent par paires, et rappelons les principales fonctions de la dualité : marquer l’opposition ou bien la complémentarité. Au début du discours d’Ernst Reuter, la binarité signalait ainsi l’antagonisme et la rivalité entre les blocs Ouest et Est ; dans notre séquence, elle permet au contraire de marquer la complémentarité entre les ex-Alliés et les Allemands, entre les Allemands et les Berlinois de l’Ouest (exemple : « diese Stadt und dieses Volk ») voire la symétrie (le Wir et le Ihr se répondent comme le ferait un couple : « unsere Pflicht [] eure Pflicht », « allein unsere Zukunft […] allein eure Zukunft »). Le principe du redoublement est lui-même récursif, à l’instar de la division du temps en musique (une ronde égale deux blanches, ou quatre noires, etc.). Le verbe « gagner » sera ainsi secondé par « remporter la victoire », le substantif « victoire » sera lui-même redoublé (voir phrase 3), etc.

94Passons au rythme ternaire : on constate que les paires lexicales sont le plus souvent incluses dans des rythmes en 2 + 1. Là aussi, la suggestion d’un contenu sémantique par l’organisation d’une cadence se manifeste, une tendance possible étant d’ajouter, à l’aspect « carré » de deux, une impression de dépassement et de rebondissement. Cet effet est clairement perceptible lorsque le procédé de la négation est redoublé et suivi d’une rectification, comme dans la phrase 7 : le pont aérien et l’aide logistique (« nicht nur mit dem Dröhnen eurer Flugzeuge, nicht nur mit den Transportmöglichkeiten, die ihr hierherschafft ») sont transcendés dans la défense des idéaux communs (« sondern mit dem standhaften und unzerstörbaren Einstehen für die gemeinsamen Ideale »).

5.1.3. Le polyptote

95Cette organisation rythmique des formes par deux ou trois au service d’un contenu à suggérer est très courante et diffuse, on la retrouve dans de nombreux discours. C’est le fond sur lequel vont se détacher ensuite les figures. Notre clausule recourt à la figure lexicale du polyptote, qui « consiste à utiliser des mots dérivés d’un même radical, des verbes conjugués à des personnes ou temps différents, etc. » (Suhamy 2010, p. 63), et qui n’apparaît pas moins de trois fois.

(20) Schaut auf diese Stadt und erkennt, dass ihr diese Stadt und dieses Volk nicht preisgeben dürft und nicht preisgeben könnt!
(21) Wir haben unsere Pflicht getan, und wir werden unsere Pflicht weiter tun.
(22) […] diesen Kampf, den wollen wir, diesen Kampf, den werden wir gewinnen!

96Dans ces trois exemples, les polyptotes jouent avec les variations modale et/ou temporelle des verbes.

97Le premier polyptote crée un paradigme modal, qui n’existe pas comme tel en français, réunissant l’impossibilité extérieure imposée par un tiers (nicht dürfen, « ne pas avoir le droit ») et l’impossibilité incontournable pour le sujet grammatical (nicht können, « être dans l’incapacité de, ne pas pouvoir »). Il exprime donc un renchérissement et une gradation. Les deux autres polyptotes portent sur la variation temporelle entre passé, présent et futur. De cette manière, le présent ne se conjugue qu’associé aux autres temps. Clore un discours qui appelle les auditeurs à l’action et à la résistance avec l’emploi du temps verbal du futur est chose courante en période de guerre ou fortement troublée :

(23) We shall go on to the end, we shall fight in France, we shall fight on the seas and oceans, we shall fight with growing confidence and growing strength in the air, we shall defend our Island, whatever the cost may be, we shall fight on the beaches, we shall fight on the landing grounds, we shall fight in the fields and in the streets, we shall fight in the hills; we shall never surrender […]. (Winston Churchill, « We Shall Fight on the Beaches », 4 juin 1940)
(24) Le terrorisme ne détruira pas la République car c’est la République qui le détruira. (François Hollande, discours du 16 novembre 2015)
(25) La flamme de la Résistance ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. (Charles de Gaulle, « Appel du 18 juin 1940 »)
(26) Cette bataille, nous voulons, nous allons la gagner ! (Ernst Reuter, traduction de l’exemple 22)

98La modalité du futur acquiert consistance et réalité par l’usage du polyptote. Nul ne peut prétendre connaître ce qui n’est pas advenu, et celui qui réitère une promesse ou un engagement ne le fait pas à la légère. La répétition, qu’elle soit sous la forme syntaxique de l’anaphore (23) ou du chiasme (24), ou bien sous la forme modale du polyptote (25, 26), nie l’incertitude de l’avenir. Répéter, en la modulant, une assertion renforce cette assertion. La répétition/variation des temps verbaux ne signale pas ici, à proprement parler, un procédé d’emphase ou de gradation (Lausberg 2008, p. 310 ; Morier 1998, p. 114), mais instaure un glissement temporel, une analogie entre présent et avenir qui réduit la part d’incertitude inhérente au futur. Un autre glissement s’opère, qui nous fait passer de la valeur de vérité de l’assertion à celui de certitude dans la prédiction. Répéter, c’est donner corps : à ce qui est dit, comme à ce qui est pré-dit.

99Je montrerai que cet aspect tient au présupposé de réalité qu’instaure toute répétition, aspect déterminant quand il s’agit de litanie et d’incantation. Pour sa part, le polyptote temporel permet d’ancrer l’énoncé dans le présent de l’énonciation, tout en créant une continuité pérenne, qui se révèle pour cette raison un procédé particulièrement adapté pour une fin ouverte. On le retrouve aussi bien dans la dernière phrase de l’appel du général de Gaulle que chez Reuter. Dans les deux cas, le polyptote final concilie déclaration de résistance et promesse de victoire, et ouvre le discours sur l’espoir, la foi en de plus beaux lendemains.

100Le discours de Reuter a très largement contribué à donner au monde une autre image de Berlin, non plus seulement ancienne capitale de l’Allemagne nazie puis ville asphyxiée, mais avant-poste du monde libre en zone soviétique. L’histoire mondiale a surtout retenu la suite qu’a donnée le président Kennedy à cette image, à l’occasion des quinze ans du blocus, en 1963, avec son célèbre discours « Ich bin ein Berliner ».

101La cohésion rythmique est à l’œuvre dans la totalité de la séquence, elle naît de l’ensemble du jeu de cumul ou d’inclusion, de symétries, d’échos ou de variations de la répétition. Dans les discours « mémorialisés », les figures de répétition, prises isolément, se détachent sur le fond du co-texte, tandis que la répétition réticulaire détache l’ensemble du passage et/ou du texte sur le fond du con-texte, c’est-à-dire de l’histoire. La saillance co-textuelle de la répétition, transformée en saillance con-textuelle par la répétition réticulaire, peut alors transformer le discours en discours-monument.

5.2. Cohésion rythmique et répétitions syntaxiques

5.2.1. L’anaphore : la rime à l’ouverture

102L’anaphore jouit d’une célébrité sans égale parmi toutes les figures de répétition, elle est à la répétition ce que la métaphore est aux tropes, leur figure de proue en même temps que l’arbre qui cache la forêt. De fait, l’anaphore constitue le moyen le plus facile de rythmer la linéarité verbale. L’anaphore est à la prose ce que la rime est au poème en vers. Aquien note d’ailleurs que dans la poésie chinoise, la rime était marquée au début du vers (1993, p. 235). Qui s’en saisit de manière volontaire octroie structure et rythme à son discours. L’anaphore met la rime à la portée de tous et toutes, c’est le contraire de la rime « riche », c’est, plus largement, la rime de la prose. Plusieurs études lui ont été consacrées, que j’ai déjà maintes fois mentionnées ; j’y reviendrai dans le chapitre suivant ; je me contenterai donc de deux exemples, l’un politique, l’autre littéraire.

103Le premier est un extrait du discours prononcé en 1974 devant l’Assemblée par Simone Veil pour présenter le projet de loi visant à libéraliser l’IVG.

(27) Pourtant, d’aucuns s’interrogent encore : une nouvelle loi est-elle vraiment nécessaire ? […]
  Pourquoi ne pas maintenir le principe et continuer à ne l’appliquer qu’à titre exceptionnel ?
  Pourquoi consacrer une pratique délictueuse et, ainsi, risquer de l’encourager ?
  Pourquoi légiférer et couvrir ainsi le laxisme de notre société, favoriser les égoïsmes individuels au lieu de faire revivre une morale de civisme et de rigueur ?
  Pourquoi risquer d’aggraver un mouvement de dénatalité dangereusement amorcé au lieu de promouvoir une politique familiale généreuse et constructive qui permette à toutes les mères de mettre au monde et d’élever les enfants qu’elles ont conçus ?
  Parce que tout nous montre que la question ne se pose pas en ces termes.
  (Simone Veil, « L’interruption volontaire de grossesse », 26 novembre 1974)

104Au lieu de se contenter de poser de manière singulative la question qui subsumerait toutes ces variations : « Pourquoi ne pas continuer à interdire l’avortement ? », l’anaphore déploie une pluralité d’unités, un éventail varié d’énoncés, tous construits sur le même schéma syntaxique binaire (anaphore pourquoi + verbe à l’infinitif), qui égrènent à chaque pourquoi réitéré les arguments contra des adversaires de l’avortement.

105À l’énumération plurielle des arguments contra s’oppose la réponse singulative : parce que. La cohésion rythmique repose ici sur deux mouvements antithétiques, qui opposent récurrence et soudaine réfutation. Le pluriel régulier et prévisible des questions, leur tourner-en-rond presque mécanique est interrompu par la réponse singulative, qui les disqualifie et les balaie toutes, les rendant nulles et non avenues. Le rythme soutient et renforce de manière mimétique la cohérence sémantique ; c’est un parfait exemple d’art oratoire, par la complétude entre son, sens et argumentation.

  • 13 Herta Müller a émigré en Allemagne en 1987, pour fuir le régime de Ceaușescu‬. Elle a reçu en 2009 (...)

106Dans la littérature en prose, l’illustration iconique de la cohérence sémantique par la cohésion rythmique peut donner lieu à des effets de sens parfois étonnants, comme dans cet extrait de roman. Il s’agit de Atemschaukel, traduit en français par Claire de Oliveira sous le titre La Bascule du souffle, récit en je et dernier roman de l’écrivaine allemande d’origine roumaine Herta Müller13. Le narrateur Léo y décrit ses quatre années de déportation dans un goulag ainsi que les années qui ont suivi son retour. Notre extrait décrit l’appel quotidien des prisonniers, appel qui dure plusieurs heures. L’anaphore coïncide chaque fois avec un passage à la ligne dans le texte et transforme en une sorte de poème en prose l’ensemble des énoncés répétants. Les unités sont délimitées par la rime de l’anaphore, qui au lieu de répéter une même syllabe en finale répète de manière régulière un même mot à l’initiale.

(28) Ich übte beim Appell, mich beim Stillstehen zu vergessen und das Ein- und Ausatmen nicht voneinander zu trennen. Und die Augen hinaufzudrehen, ohne den Kopf zu heben. Und am Himmel eine Wolkenecke suchen, an die man seine Knochen hängen kann. Wenn ich mich vergessen und den himmlischen Haken gefunden hatte, hielt er mich fest.
  Oft gab es keine Wolke, nur einerlei Blau wie offenes Wasser.
  Oft gab es nur eine geschlossene Wolkendecke, einerlei Grau.
  Oft liefen die Wolken, und kein Haken hielt still.
  Oft zerbiss der Frost mir die Eingeweide.
  An solchen Tagen drehte mir der Himmel die Augäpfel hinauf, und der Appell zog sie hinunter – die Knochen hingen ohne Halt nur in mir allein. (Herta Müller, Atemschaukel, 2009, p. 27)
(28’) Au garde-à-vous pendant le rassemblement, je m’entraînais à oublier ma propre personne, sans dissocier l’inspiration de l’expiration. À lever les yeux sans redresser la tête, et à chercher dans le ciel un coin de nuage où accrocher ma carcasse. Ce crochet céleste, que je trouvais en faisant abstraction de moi, me maintenait d’aplomb.
  Souvent, il n’y avait pas de nuage, mais un bleu uniforme comme au large.
  Souvent, il n’y avait qu’une épaisse couche de nuages, d’un gris uni.
  Souvent, les nuages couraient, et aucun crochet ne s’arrêtait.
  Souvent, la pluie brûlait les yeux, les vêtements collaient à la peau.
  Souvent, le gel me rongeait les tripes.
  Ces jours-là, le ciel me révulsait les prunelles, et l’appel les faisait redescendre : mes os restaient en suspens à l’intérieur de moi, sans être maintenus. (Herta Müller, La Bascule du souffle, 2010, p. 27-28, je souligne)

107Pour résister à la torture de l’appel, Léo raconte comment il attrape en imagination « un coin de nuage pour accrocher sa carcasse », « un crochet céleste » : image paradoxale, qui associe ciel et exécution (le crochet et les os évoquent le boucher). L’anaphore rhétorique permet de développer le paradoxe du « s’accrocher au vide », et instaure un glissement de sens extrêmement subtil sur le terme répété. L’adverbe oft/souvent est un itératif, soit un terme qui dans la langue permet justement d’économiser la répétition, en permettant de ne dire qu’une seule fois ce qui s’est passé x fois. La répétition de oft/souvent contredit donc la nature même de l’itératif. Pourquoi ? Elle effectue un mouvement double de différenciation et de rassemblement : d’une part, elle divise ce qui était même, en faisant de chaque énoncé itératif un énoncé singulier irréductible ; d’autre part, elle souligne la condamnation programmée des efforts de Léo, rendant presque caduque son affirmation : « Ce crochet céleste […] me maintenait d’aplomb ». L’anaphore énumère l’impossibilité de se raccrocher à quoi que ce soit pour Léo, avec une gradation dans la cruauté de l’échec : le bleu du ciel, les nuages, le gris, la pluie, pour arriver enfin au gel qui ronge les tripes. Le fait d’énumérer ainsi toutes les variations du temps fait que les exceptions programmées dans l’adverbe souvent disparaissent, l’une après l’autre. La répétition dote le fréquentatif d’une inférence sémantique qui n’est nullement la sienne, sur le plan logique : la valeur maximale.

108Ainsi, de la même façon que le polyptote temporel, le paradigme des temps verbaux transformait dans le discours de Reuter le futur en un presque présent, la répétition de souvent transforme l’adverbe en un presque toujours. Derrière le rythme et la cadence qui se donnent comme des évidences, les glissements de sens sont ténus, imperceptibles… irréfutables – comme sont irréfutables, par rapport aux contenus posés, les contenus présupposés.

5.2.2. Le chiasme : du renversement argumentatif à l’illusion auditive

109La plus fascinante, sinon la plus usitée des figures de cohésion rythmique en politique, est le chiasme. Celui-ci revêt de multiples formes, mais il n’est jamais plus saillant que lorsqu’il répète dans un ordre inversé des éléments lexicaux à l’identique.

(29) Ceux qui donnent des canons aux enfants
  Ceux qui donnent des enfants aux canons.
  (Jacques Prévert, « Tentative de description d’un dîner de têtes à Paris-France »)
  • 14 Michèle Aquien (1993, p. 82-83) énumère le chiasme phonétique (« Secouant dans mes yeux // leurs f (...)

110Il réunit alors chiasme phonétique et chiasme sémantique, éventuellement chiasme grammatical14 et porte dans ce cas le nom savant d’antimétabole. L’antimétabole est une figure complexe, car elle renverse autour d’un axe non pas une, mais deux unités répétées (ABBA) ; sa symétrie est duelle, à la fois mobile et verrouillée. Elle se répartit, d’une part, sur la figure de l’anadiplose, figure de rebond (…B/B… : la fin se transforme en ouverture), et d’autre part sur la figure de clôture de l’antépiphore (A…A), figure d’encadrement. À la manière d’un prestidigitateur, qui fait passer ses dés d’un gobelet à un autre, sans qu’il soit possible à l’œil du spectateur d’égaler en rapidité la dextérité de ses mouvements, l’énonciateur de l’antimétabole accomplit un tour de passe-passe dont l’auditeur, indépendamment de tout contenu et de toute démarche de compréhension, ne peut que saluer le caractère spectaculaire.

111Dans sa forme la plus achevée, ce renversement s’accompagne d’un changement de sens. Le chiasme idéal permet de structurer par le rythme une antanaclase : « Live simply so that others may simply live » (Gandhi) – « live1 simply », la manière de vivre ; « simply live», le droit de vivre.

112Le renversement peut être uniquement syntaxique, et la permutation autour d’un axe permet alors d’inverser, en même temps que les actants, la perspective. C’est le cas d’un des plus célèbres chiasmes dans un discours politique du xxe siècle, prononcé par John F. Kennedy :

(30) And so, my fellow Americans: ask not what your country can do for you – ask what you can do for your country.
  My fellow citizens of the world, ask not what America will do for you, but what together we can do for the freedom of man.
  Finally, whether you are citizens of America or citizens of the world, ask of us here the same high standards of strength and sacrifice which we ask of you. With a good conscience our only sure reward, with history the final judge of our deeds, let us go forth to lead the land we love, asking His blessing and His help, but knowing that here on earth God’s work must truly be our own.
  (John F. Kennedy, « Discours d’investiture », 20 janvier 1961)

113À la fin du discours, le procédé de transfert de sujet à l’objet et d’objet au sujet autour du verbe to ask est répété à trois reprises. Mais la postérité n’a retenu que la première occurrence, la plus concise et la plus percutante. De fait, plus le chiasme est « pur » dans sa forme, plus il frappe l’oreille des auditeurs. Plus il est répétable, et devient mémorisable, indépendamment – et c’est la position que je défends ici – de sa fonction informative et argumentative. Pour Alain Rabatel, dont l’étude porte sur le discours philosophique :

La fonction cognitive de l’antimétabole (et du chiasme) est subordonnée à une fonction informative et argumentative forte, influant sur l’ethos de l’énonciateur. Ce dernier se situe dans un cadre qui, sans être nécessairement polémique, repose a minima sur le refus de se satisfaire des manières traditionnelles de voir. (Rabatel 2008b)

114Le chiasme n’existerait que sur le fond d’une pensée refusant les habitudes et les conventions. Cette idée vaut effectivement pour le discours philosophique. Alain Lhomme, dans un article consacré à l’écriture formulaire, commente la manière dont les philosophes de la dialectique post-hégélienne « usent et abusent » de cette figure, portant à des sommets ce qu’il appelle une « logique de l’antithèse » (2014, p. 42).

  • 15 Alain Lhomme ne traite pas seulement de l’antimétabole, mais aussi des parallélismes, des inversio (...)
(31) Luther a […] vaincu la servitude par dévotion, parce qu’il a mis à la place la servitude par conviction. Il a brisé la foi en l’autorité parce qu’il a restauré l’autorité de la foi. Il a transformé les clercs en laïcs parce qu’il a transformé les laïcs en clercs. Il a libéré l’homme de la religiosité extérieure parce qu’il a fait de la religiosité l’homme intérieur. Il a émancipé le corps de ses chaînes parce qu’il a chargé de chaînes le cœur. (Karl Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel [1844], 2018, p. 80-82, cité par Lhomme 2014, p. 37)15
(32) La philosophie spéculative allemande représente l’antithèse directe de l’antique sagesse de Salomon. Alors que celle-ci ne voyait rien de nouveau, celle-là ne voit que du nouveau sous le soleil ; alors que l’oriental perd de vue la différence à force d’unité, l’occidental oublie l’unité à force de différences. (Ludwig Feuerbach, Manifestes philosophiques, textes choisis et traduits par Louis Althusser, 1973, p. 11, cité par Lhomme 2014, p. 38)

115En permutant les termes de manière symétrique sur l’axe linéaire, le chiasme introduit effectivement une logique de renversement. C’est un « véritable opérateur intellectuel » (Lhomme 2014, p. 37), à la fois « schème d’écriture » et « schème de pensée » (ibid.), qui, pour cette raison, est utilisé par de nombreux philosophes et essayistes. Parmi nos contemporains immédiats, on pourrait citer André Comte-Sponville, Régis Debray, Peter Sloterdijk… Le chiasme, figure de symétrie, apparaît lui-même à l’ouverture ou la clôture d’un raisonnement. Il possède ou bien un « caractère résolutif, concentrant tout un mouvement argumentatif préparé de longue main », ou bien à l’inverse un « caractère matriciel » qui permet d’engendrer l’argumentation (p. 51). Lhomme explique : « ce qui est à l’œuvre dans ce type d’écriture est bien une sorte de logique qui a en même temps la forme d’une topique » (p. 39). Il précise en note : « Je donne ici à “topique” un sens non conventionnel : celui d’une sorte de logique spatiale – de topologie – […] » (ibid., note 27, je souligne ces deux derniers termes). Pour ma part, j’ai défini le chiasme du discours philosophique comme une figure de la « simplexité » (Prak-Derrington, à paraître). Ce mot-valise existe en anglais depuis les années 1950 (simplexity) ; en France, en revanche, c’est une notion émergente, issue des sciences du vivant (Berthoz 2009). « Une “chose simplexe” est une chose complexe dont on a déconstruit la complexité, que l’on sait expliquer de manière simple » (Wikipedia, s. v. « simplexité »). Le pouvoir du chiasme argumentatif réside dans le fait qu’il dit simplement des choses complexes, la révolution de l’ordre des mots y reflète la révolution des idées.

116La projection d’un paradigme sur l’ordre des syntagmes, parce qu’elle s’effectue en miroir autour d’un axe (AB/BA), engendre une iconicité positionnelle. Le respect de la loi de symétrie engendre sur le plan sémantique des effets spectaculaires. La permutation spatiale et auditive des signifiants apparaît nécessairement concomitante avec une permutation des signifiés. À raison ? Il arrive que la logique de la perception ne soit pas nécessairement une logique argumentative, et ce, spécialement dans les discours politique et publicitaire et que les éléments permutés demeurent argumentativement inchangés. Le chiasme est alors, d’un point de vue normatif, évalué comme procédé sacrifiant à la « gratuité », la « banalité », et la « facilité » (Morier 1998, p. 123). À l’encontre de ces jugements, il faut poser le plaisir de l’oreille, la puissance perceptive de la cohésion rythmique. La relation de motivation s’apparente ici à une illusion de la perception. En général, on connaît les illusions d’optique, l’une de ses figures les plus connues étant celle de Lyer-Müller, commentée d’ailleurs par Merleau-Ponty (1981 [1945]), p. 28).

Figure 10. Illusion de Müller-Lyer

Figure 10. Illusion de Müller-Lyer

Wikimedia Commons. En ligne : [http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Müller-Lyer_illusion.svg].

117Quand on demande à un observateur de désigner le segment de droite avec flèches qui est le plus grand, il choisira celui dont les pointes des flèches sont tournées vers l’intérieur. Or, les segments ont exactement la même taille. Ce test sert à démontrer l’influence prépondérante jouée par le contexte sur la perception, le fait que cette dernière, pour certaines configurations, n’est pas nécessairement en concordance avec des données « objectives ». Le terrain de l’être n’est jamais coupé de nos sensations, et ces dernières sont forcément insérées dans un contexte particulier. Certaines images donnent alors lieu à une interprétation « erronée », une erreur d’appréciation ou une distorsion par rapport à un monde « objectif ». Ce qui vaut pour la vision vaut pour l’audition. Par sa prégnance symétrique exceptionnelle, car redoublée, le chiasme se prête tout particulièrement à la création d’illusions auditives. L’exemple suivant constitue un bon exemple d’argumentation prestidigitatrice :

(33) Tonight, we are a country awakened to danger and called to defend freedom
  (2) Our grief has turned to anger and anger to resolution [binarité par anadiplose]
  (3) Whether we bring our enemies to justice or bring justice to our enemies, justice will be done.
  (George W. Bush, discours du 20 septembre 2001)

118Qu’il soit une formule flamboyante ou un tour de passe-passe, le chiasme frappe les esprits. Dans cet exemple, sur le plan des décisions politiques, c’est blanc bonnet et bonnet blanc. On peut y voir un changement de point de vue, le passage d’un point de vue de justicier (faire comparaître devant un tribunal) à un point de vue ouvertement guerrier (faire la guerre en Afghanistan), mais le chiasme qui permute les éléments du rhème met cependant en scène une seule et unique réalité. Celle de transformer la décision de « déclarer la guerre » en entreprise humanitaire et éclairée (« bring justice » !). La décision apparaît, par les vertus de la répétition inversée, doublement et donc impérieusement légitimée. Sur le plan des actions politiques, dans un cas comme dans l’autre, rien ne change, la guerre aux terroristes et à l’Afghanistan est déclarée.

119Pour l’oreille et pour le rythme, et, en définitive, pour la mémoire à long terme, l’exactitude formelle importe plus que l’information et l’argumentation. On ne retient bien que ce qui s’entend bien. La publicité le sait, qui trouve dans le chiasme une source inépuisable de slogans, avec changement de sens (exemples 34, 35, 36) ou bien au contraire sans changement, et dont le renversement positionnel des unités, une fois passé à la loupe de l’analyse, n’apparaît motivé que par la symétrie phonique (37, 38, 39) :

(34) Des infos justes // et pas juste l’info. (publicité pour France 2)
(35) Tout le monde est capable de fabriquer un véhicule électrique. // Mais qui sera capable de fabriquer un véhicule électrique pour tout le monde ? (publicité pour Renault) 
(36) Ce n’est plus la pêche qui donne la truite // mais la truite qui donne la pêche. (publicité pour la truite)
(37) Buvez Crémant d’Or. L’ivresse de la mousse, // la mousse de l’ivresse. (exemple cité par Morier 1998, p. 123)
(38) A : – You got peanut butter on my chocolate! // B : – You got chocolate in my peanut butter! (Voix off:) Two great tastes // that taste great together. (publicité pour Reese, beurre de cacahuète)
(39) It takes fire to make Jack // and Jack to make fire. (publicité pour un whisky)

120Dans les trois derniers exemples, peu importe si le renversement apporté par l’antimétabole n’est pas véritablement informatif ou argumentatif ; l’organisation des sons frappe l’oreille par sa rigueur irréprochable, c’est elle qui tient lieu d’argument. Si la barbe ne fait pas le philosophe, le chiasme peut faire la logique… Illusion auditive, illusion du rythme. Par sa « prégnance » gestaltiste, la permutation symétrique de l’ordre des mots suggère nécessairement une permutation et un retournement iconiques du sens et constitue un des plus puissants procédés de captation et de séduction.

*

121C’est une exigence de la poésie que d’associer répétition de son et variation de sens, c’est elle qui distingue entre rimes pauvres (mêmes mots) et rimes riches (homonymes). Le discours politique épidictique fait feu du bois de toute répétition, fût-elle tautologique. La cohésion rythmique devient le principe majeur d’organisation du discours :

Pourquoi, avec peu de mots, certaines périodes sont-elles bien remplies, et même trop, tandis que d’autres, avec beaucoup, ont quelque chose d’écourté ? Pourquoi sent-on du vide dans quelques-unes, encore que le sens ne laisse rien à désirer ? […] Pourquoi ? Je l’ignore ; mais si je consulte mon oreille, l’esprit n’aurait pas été pleinement satisfait sans la répétition de cette idée. C’est donc au sentiment qu’il faut s’en référer. (Quintilien 1875, livre IX, § 365)

122À la place de la raison et de la logique, l’oreille et les sentiments, à la place de l’arbitraire, la motivation. L’expressivité sensorielle décuple la puissance du message. Sur le fond de rythmes binaires ou ternaires se détachent les figures lexicales (polyptote, polysyndète…) et syntaxiques (anaphore, épiphore, chiasme…), autant de procédés qui ont tous pour fonction principale de créer une iconicité. Une iconicité entre signifiant et signifié dont découle, par analogie, celle entre mot et chose.

123Les phénomènes d’iconicité sont le plus souvent associés à deux niveaux, le lexical (les onomatopées) et l’infralexical (l’allitération, l’assonance, etc.). Le symbolisme phonétique ne considère, comme son nom l’indique, que des figures phoniques ; les onomatopées sont pour leur part réservés à certains mots de la langue, spécialement à des sons et des bruits d’origine non humaine (Vlan ! Plouf ! Cocorico ! Kikiriki ! Cock-a-doodle doo !). Lorsqu’on a affaire à des mots hors discours, il doit exister dès l’origine une relation naturelle de ressemblance pour que le signe soit expressif « tictac est onomatopéique parce qu’on pense au mouvement de la pendule ; tactique, formé des mêmes sons, ne produit aucun effet ; le sens ne s’y prête pas » (Bally 1926, p. 97).

124La cohésion rythmique a le pouvoir de construire, de créer de toutes pièces le mimologisme. Elle transforme des unités a priori non pertinentes en unités signifiantes : « dans un ensemble textuel (et intertextuel), toute unité signifiante tire sa valeur de sa récurrence et donc de son altération en contexte, dynamique de récurrence et d’altérité où se fonde la signifiance » (Viprey 2000, je souligne). Ce constat, posé par Jean-Marie Viprey pour décrire le fonctionnement textuel de l’allitération, peut en fait être étendu à tous les niveaux de l’analyse linguistique. Quiconque a fredonné avec Bourvil l’entraînante « tactique du gendarme » sait que le rythme (ainsi que la rime, dans la chanson) charge tactique d’une expressivité que le lexème ne possède nullement à l’état isolé :

Comme la montre a son tic tac
Le gendarme a sa tactique,
Attendez un peu que j’vous explique
La ta ca ta ca tac tac tique du gendarme
C’est de bien observer
Sans se faire remarquer.
La ta ca ta ca tac tac tique du gendarme
C’est d’avoir avant tout
Les yeux en face des trous […].
(Bourvil, « La tactique du gendarme », 1949)

125Le son précède le sens. Le rythme, parce qu’il renoue avec une perception biologique et innée, re-motive les sons, et cette remotivation procure une jouissance qui est absente de la signification : « le rythme et la rime répondent dans l’homme aux immortels besoins de monotonie, de symétrie et de surprise » (Baudelaire 1908). Le concept de « cohésion rythmique » n’est pas réservé à la poésie et à la rime, il permet de rendre compte des phénomènes d’« harmonie imitative » pour l’ensemble des manifestations verbales, et de l’étendre, au-delà des niveaux phonique et lexical, aux niveaux syntaxique et textuel.

Notes

1 Sur les rapports associatifs, voir Basso Fossali et Colas-Blaise (2017).

2 L’indifférence à l’ordre est en général commune à tous les paradigmes, mais pas l’indifférence au nombre : « Cependant, de ces deux caractères de la série associative, à savoir ordre indéterminé et nombre indéfini, seul le premier se vérifie toujours ; le second peut manquer » (CLG, p. 174).

3 La transcription du discours est disponible sur le site de la ville de Berlin, avec l’enregistrement audio de la phrase « Ihr Völker der Welt! ». En ligne : [http://www.berlin.de/berlin-im-ueberblick/geschichte/historische-reden/ernstreuterrede.de.html]. « Et quand ce jour viendra, le jour de la victoire, le jour de la liberté, et que ce jour-là le monde reconnaîtra que le peuple allemand est devenu autre, a changé, s’est transformé en un peuple nouveau, un peuple libre et fier et autonome, conscient de sa valeur et de sa force […] ». Il n’est pas possible de garder les répétitions de neu telles quelles en français.

4 En géométrie, le mot révolution renvoie à la « rotation complète (d’un tour entier) d’un corps mobile autour de son axe (axe de révolution) » (Le Grand Robert de la langue française). La révolution de l’ordre des mots peut servir de schème privilégié pour refléter une pensée et des idées proprement révolutionnaires, renversant l’ordre des valeurs. Sur la « révolution » du chiasme formel, voir Prak-Derrington (à paraître).

5 Sur le règne des suppositions et de l’imagination débridée à partir d’un énoncé banal, « Salut toi, comment ça va ? », voir l’excellent sketch de Florence Foresti, « Le SMS », 2010. En ligne : [http://www.dailymotion.com/video/xcrxz4_florence-foresti-le-sms-2010_fun].

6 Voir Bordas (2003). La référence majeure sur le sujet est Sauvanet (2000).

7 Voir aussi : « Il ne peut pas y avoir de théorie du rythme sans théorie du sujet, pas de théorie du sujet sans théorie du rythme » (Meschonnic 1982, p. 71).

8 Pour un tour d’horizon, se reporter par exemple à Bacot et al. (2010).

9 « La répétition consiste à employer plusieurs fois le même tour, soit pour le simple ornement, soit pour une expression plus forte et plus énergique de la passion » (Fontanier 1977, p. 329).

10 En ce qui concerne le discours politique et la mémoire, l’utilisation des prompteurs a considérablement modifié et allégé leur charge d’apprentissage. Autrefois, même s’il devait donner l’impression d’improviser, l’orateur devait apprendre par cœur son discours, tout comme l’acteur avant de se produire sur scène.

11 Le verbe proférer renvoie à la fois à « dire, prononcer à haute voix » et, littéralement, à « porter en avant » (TLFi).

12 Contre toute attente, lorsqu’on se penche sur les discours de Hitler on découvre que ces derniers contenaient peu de répétitions formelles.

13 Herta Müller a émigré en Allemagne en 1987, pour fuir le régime de Ceaușescu‬. Elle a reçu en 2009 le prix Nobel de littérature, juste après la parution de son roman Atemschaukel. ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

14 Michèle Aquien (1993, p. 82-83) énumère le chiasme phonétique (« Secouant dans mes yeux // leurs feux diamantés »), le chiasme sémantique (« Ô fangeuse grandeur ! // sublime ignominie ! ») et le chiasme grammatical (« Valse mélancolique et langoureux vertige ! »).

15 Alain Lhomme ne traite pas seulement de l’antimétabole, mais aussi des parallélismes, des inversions, etc.

Table des illustrations

Titre Figure 10. Illusion de Müller-Lyer
Crédits Wikimedia Commons. En ligne : [http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Müller-Lyer_illusion.svg].
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/16484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search