Version classiqueVersion mobile

Magies de la répétition

 | 
Emmanuelle Prak-Derrington

Première partie - La répétition figurale

Chapitre 2

La signifiance de la répétition

Texte intégral

1Il faut prendre acte de l’intérêt ou au contraire du déficit d’intérêt dont la répétition non substitutive fait l’objet dans les différentes disciplines. Dès lors qu’on abandonne un point de vue instrumentaliste sur le langage (le langage comme instrument de communication entre un énonciateur et un énonciataire, le langage servant prioritairement à transmettre des informations), et qu’on le considère en cessant de reléguer à la marge ses dimensions autres que référentielles, la répétition n’est plus réduite au « ne rien dire de plus », mais assume des fonctions non dénotatives. Selon le schéma de la communication de Roman Jakobson (1963), elle met en œuvre à la fois la fonction expressive ou Ausdrucksfunktion (voir Bühler 1934), ainsi que les deux fonctions originales mises au jour par le linguiste russe, la fonction poétique et la fonction métalinguistique. Je m’intéresserai principalement aux deux premières.

  • 1 Principe esthétique, principe narratif, principe poétique, principe linguistique ? Le terme, assoc (...)

2Les études littéraires ont traité de la fonction poétique. Leur tradition herméneutique a pour habitude d’accorder la plus grande importance au signifiant, pour en traquer les fonctions et les sens cachés. La répétition fait donc l’objet de très nombreuses analyses littéraires. Une recherche de titres comportant répétition ou Wiederholung donne des centaines de résultats en littérature et arts, et nous venons de voir que ce nombre peut se compter sur les doigts de la main pour les ouvrages de linguistique. Au sein d’observables qui ne sont pas des phrases isolées, mais des unités discursives (du poème au roman et à l’œuvre), la répétition est valorisée, voire érigée en « principe »1. Principe général qui peut traverser les époques, mais qui est le plus souvent associé à des périodes spécifiques (en général, les récits postmodernes ou romantiques ; voir Haupt 2002) ou à des auteurs particuliers (Charles Péguy, Jean-Luc Lagarce, Thomas Bernhard…). Mais surtout, ce principe est associé de manière privilégiée à un genre spécifique, le discours poétique.

3Linguistes et littéraires ont cependant en commun d’avoir toujours consigné la répétition au sein de frontières strictement délimitées : soit dans un type discursif unique (le discours littéraire), soit selon un niveau d’analyse spécifique : intra-phrastique, phrastique, ou encore sur le plan de paragraphes. Il ne semble pas que la répétition ait été prise en compte en tant que phénomène figural général, comme procédé qui traverse non seulement tous les niveaux de l’analyse linguistique (du phonème au lexème à la phrase et au paragraphe, mais également au texte et au discours !), mais aussi, ce faisant, tous les genres de discours dans leur diversité. Il n’existe pas à ce jour de problématique générale de la répétition. C’est ce que permet l’appréhension de la répétition comme phénomène figural.

4En ce qui concerne les genres des discours, je suis partie de formes écrites et littéraires (Max Frisch, Thomas Bernhard, Herta Müller) pour en arriver aujourd’hui à des formes ritualisées de l’oral élaboré. Je ne prends donc pas en compte les interactions spontanées. La conversation représente la communication dite « ordinaire ». Depuis le début de mes travaux, il m’importe de comprendre comment la communication devient « extraordinaire », par la mise en œuvre du plus ordinaire des moyens linguistiques, la répétition, que ce soit dans le discours littéraire ou dans l’oral élaboré.

  • 2 On sait que le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure (désormais abrégé en CLG) a (...)

5De fait, la problématique de la répétition est inséparable de la littéralité et de l’oralité. « Towards a Poetics of Talk » : tel est le sous-titre programmatique que Deborah Tannen donnait à son article fondateur « Repetition in Conversation » (1987). C’est cette problématique d’une poétique de la répétition que j’approfondirai au chapitre 3 à travers la question de la figuralité. En rupture avec une tradition rhétorique qui privilégie les tropes, la répétition met en œuvre une figuralité basée d’abord sur l’organisation du plan de l’expression, ou des signifiants (voir chapitre 3), et c’est pour cette raison qu’elle a été jusqu’ici peu considérée. La tradition rhétorique a réduit le sens de figure à figuré, je revendiquerai son sens premier de forme ou Gestalt. Mais ce changement de perspective ne peut être compris sans un retour sur les rapports qu’entretiennent les deux faces du signe, le signifiant et le signifié, ce chapitre 2 revient donc sur le statut subalterne du signifiant, attesté par ailleurs dans le schéma du signe saussurien, tel qu’il est donné dans le Cours de linguistique générale (Saussure 1995 [1916], p. 158)2.

Figure 1. Schéma du signe saussurien

Figure 1. Schéma du signe saussurien
  • 3 Ce schéma a fait l’objet de nombreux commentaires, voir dernièrement ceux de François Rastier sur (...)

6Le fait que le signifiant soit en bas, et le signifié en haut reflète la traditionnelle inégalité ontologique entre la Matière et l’Esprit3, c’est la même inégalité que l’on retrouve en rhétorique avec l’opposition entre les figures tropiques (valorisées) et non tropiques (considérées uniquement à la marge).

7Est posée la nécessité de rompre avec la tradition de l’indifférenciation entre la répétition du signifiant et celle du signifié, et de reconnaître leur hétérogénéité. L’indifférenciation de la répétition est mise en parallèle avec la tradition post-saussurienne, qui a fait du signe bi-face un signe homogène. Il faut questionner le statut accordé au signifiant, et la tradition qui a pu le transformer en la part quasi « escamotable » du signe (Meschonnic 2002), avec pour conséquence directe le maintien dans l’ombre des fonctions de la répétition.

1. Dualité du signe linguistique

  • 4 Tullio de Mauro signale dans sa préface que Saussure lui-même appelait signe « toute union d’un si (...)

8La dualité de la répétition (redire le même autrement ou au contraire à l’identique) doit être rapprochée de celle du signe linguistique. Le terme de signe est employé dans un sens large, comme chez Saussure : chez lui, le terme ne renvoie pas seulement à la forme des mots (même si les unités données en exemples sont des unités lexicales) mais s’étend des unités minimales aux unités complexes : syntagmes, énoncés, paragraphes4. La même remarque vaut pour les termes de signifiant et signifié.

9C’est parce que le signe est biface qu’on trouve en toute logique une répétition à deux visages. À la dualité de la répétition ontologique (c’est la vie et/ou la mort) correspond, pour la répétition verbale, la dualité « du symbole linguistique, le mystère de l’idée incorporée à la matière phonique » (Jakobson 1976, p. 23) : le signifiant et/ou le signifié, selon les termes forgés par Saussure. Mais, de la même façon que nous ne percevons pas au quotidien cette dualité des signes et que nous les tenons pour des entités indivisibles, nous percevons les deux types de répétitions comme indifférenciées. Pourtant, les deux faces du signe doivent être distinguées et rapportées à des fonctions et des domaines distincts. Il y a des domaines où le signifiant cesse d’être la face ancillaire du signifié et s’autonomise. Cette distinction et cette autonomisation vont à l’encontre des principes posés par Saussure pour le fonctionnement de la langue en général. Ce sont ces principes de la langue (arbitraire du signe, indivisibilité du signe, immatérialité et linéarité du signifiant) qui ont fourni la vulgate légitimant encore la tradition de l’indifférenciation dans la problématique de la répétition dans les discours.

1.1. Le signifiant effacé

1.1.1. L’arbitraire du signe dans la langue

10Le rappel des définitions qui suit pourra sembler un peu fastidieux, mais c’est à partir de ces principes que s’est fondée et développée toute la linguistique moderne, et que j’ai moi‑même élaboré ma propre réflexion.

11Le signe linguistique est analysé comme une entité à deux faces, « concept et image acoustique » (CLG, p. 98). Saussure les baptise signifiant et signifié, un couple qui reprend, sur le plan morphologique, le couple de signans/signatum de saint Augustin :

Nous proposons de […] remplacer concept et image acoustique respectivement par signifié et signifiant ; ces derniers termes ont l’avantage de marquer l’opposition qui les sépare soit entre eux soit du total dont ils font partie. (CLG, p. 99)

  • 5 L’adjectif « abstrait » est pour nous beaucoup plus parlant, mais, ainsi que l’explique Tullio de (...)

12Les deux termes ne renvoient pas à la relation externe de désignation au monde (entre le nom et la chose, le signe et son référent), mais à une relation de signification, interne au signe : « Le signe linguistique unit non une chose et un nom, mais un concept et une image acoustique » (p. 98). Les deux faces du signe sont indivisibles, comme le sont le recto et le verso d’une même feuille : « La langue est […] comparable à une feuille de papier : la pensée est le recto et le son le verso ; de même dans la langue, on ne saurait isoler ni le son de la pensée, ni la pensée du son » (p. 157). Par ailleurs, signifiant et signifié ne s’opposent pas comme la matière et l’esprit, mais forment ensemble une entité « psychique » (« une entité psychique à deux faces », p. 99), abstraite5. Saussure insiste sur le caractère non matériel, non physique du signifiant : « [L’image acoustique] n’est pas le son matériel, chose purement physique, mais l’empreinte psychique de ce son, la représentation que nous en donne le témoignage de nos sens » (p. 98). L’acte phonatoire d’articulation et le son vocal occupent une place mineure, parce qu’ils ne concernent « que » le mot parlé et pas le discours intérieur. C’est en effet le discours intérieur qui sert d’argument pour justifier l’immatérialité du signifiant :

Le caractère psychique de nos images acoustiques apparaît bien quand nous observons notre propre langage. Sans remuer les lèvres ni la langue, nous pouvons nous parler à nous-mêmes ou nous réciter mentalement une pièce de vers. (p. 98)

13Saussure pose ensuite le postulat qui a gouverné toute la linguistique structuraliste et post-structuraliste, celui de « l’arbitraire du signe », qu’il présente comme n’étant « contesté par personne », évacuant ainsi les termes d’un débat millénaire sur le fondement naturel du langage :

Le lien unissant le signifiant au signifié est arbitraire, ou encore, puisque nous entendons par signe le total résultant de l’association d’un signifiant à un signifié, nous pouvons dire plus simplement : le signe linguistique est arbitraire. […] Le principe de l’arbitraire du signe n’est contesté par personne ; mais il est souvent plus aisé de découvrir une vérité que de lui assigner la place qui lui revient. Le principe énoncé plus haut domine toute la linguistique de la langue ; ses conséquences sont innombrables. (p. 100)

14Arbitraire ne signifie pas que le signifiant dépend d’une décision individuelle mais renvoie au fait que la relation entre signifiant et signifié n’a « aucune attache naturelle dans la réalité » :

Le mot arbitraire appelle aussi une remarque. Il ne doit pas donner l’idée que le signifiant dépend du libre choix du sujet parlant (on verra plus bas qu’il n’est pas au pouvoir de l’individu de rien changer à un signe une fois établi dans un groupe linguistique) ; nous voulons dire qu’il est immotivé, c’est-à-dire arbitraire par rapport au signifié, avec lequel il n’a aucune attache naturelle dans la réalité. (p. 101)

  • 6 La distinction que fait Saussure entre « l’arbitraire absolu et […] l’arbitraire relatif » (CLG, p (...)

15La notion d’arbitraire chez Saussure n’exclut donc pas celle de motivation : il existe dans la langue des motivations – il donne l’exemple de la composition et dérivation : dix-neuf, plus motivé que vingt, et poir-ier, pomm-ier, ceris-ier (p. 181) –, mais elles sont internes, introduites par l’esprit, le reflet de conventions, et ne découlent nullement d’une quelconque naturalité externe6. Il faudrait, pour être plus précis, parler de signe « conventionnel » plutôt qu’arbitraire.

16On constate que, pour les locuteurs d’une langue, les principes linguistiques énoncés dans le CLG divergent avec ce qu’on pourrait appeler l’approche « naturelle » et naïve de la langue, qui considère le signe d’abord dans sa relation avec son référent, et tend à établir entre les deux une relation d’analogie, voire d’« adéquation complète » :

Pour le sujet parlant, il y a entre la langue et la réalité adéquation complète : le signe recouvre et commande la réalité ; mieux, il est cette réalité (nonem omen, tabous de parole, pouvoir magique du verbe, etc.). Le point de vue du sujet et celui du linguiste sont si différents à cet égard que l’affirmation du linguiste quant à l’arbitraire des désignations ne réfute pas le sentiment contraire du sujet parlant. (Benveniste 1966, p. 52)

17Pour le sujet parlant, le principe de l’iconicité (rapport externe) précède et dissimule celui de l’arbitraire du signe (rapport interne entre le signifiant et le signifié). C’est lui qu’on trouve à l’œuvre dans l’étymologie populaire, ou dans la remotivation et la réinterprétation littérale des expressions idiomatiques par les tout jeunes enfants :

Le principe même de l’iconicité, indépendamment de ses manifestations, est précoce par rapport au principe de l’arbitraire du signe. Ce n’est qu’à 5-6 ans que les enfants admettent l’existence de signes arbitraires. Mér asztal [Pourquoi « table »] demande à ses parents un petit garçon hongrois de trois ans. Günther, le fils de Wilhelm et de Clara Stem (auteur d’un manuel classique sur le langage enfantin [1928]), a proposé à l’âge de quatre ans l’étymologie suivante : « On dit océan parce qu’en le voyant on s’écrie Oh ! » (Fónagy 1983, p. 42)

18Cette relation d’analogie est perdue quand nous sommes confrontés à une langue étrangère (nous percevons alors des sons, mais dénués de sens), mais lorsque nous parlons notre propre langue, les mots semblent « coller » aux choses, dans une parfaite relation de coïncidence, comme le décrit l’écrivaine Herta Müller :

  • 7 « Dans la langue du village […] et pour tous les gens autour de moi, les mots étaient directement (...)

In der Dorfsprache […] lagen bei allen Leuten um mich herum die Worte direkt auf den Dingen, die sie bezeichneten. Die Dinge hießen genauso, wie sie waren, und sie waren genauso, wie sie hießen. Ein für immer geschlossenes Einverständnis. (Müller 2009, p. 7)7

19Gérard Genette rapporte cette anecdote : « Une paysanne suisse allemande demandait pourquoi ses compatriotes de langue française disent fromage – “Käse ist doch viel natürlicher !” » (1976, p. 9). La tendance naturelle de tout sujet parlant, non linguiste, est de postuler une relation d’analogie entre le mot et la chose. Parlez d’arbitraire à un non-linguiste, il vous renverra aussitôt, comme contre-argument, à l’existence des onomatopées. Les onomatopées, censées imiter par les sons la chose qu’elles désignent (quelle n’est pas la stupeur de découvrir avec l’apprentissage d’une langue seconde que même ces dernières varient d’une langue à l’autre !), apparaissent à tout locuteur comme la preuve par excellence de l’existence de la relation d’iconicité ou « mimologique » entre le mot et le référent (Genette 1976).

20De cette tendance naturelle à la confusion externe mot/chose découle la confusion interne signifiant/signifié. Il faut être artisan des mots, écrivain, linguiste, analyste ou polyglotte pour avoir conscience de la distinction entre signifiant et signifié.

21La répétition remotive les signes. Répéter à l’identique, c’est choisir de mettre en avant, de manière consciente ou bien inconsciente, le signifiant, de le maintenir à l’exclusion d’un ou de plusieurs autres. C’est construire dans l’énonciation une relation d’iconicité. Il faudra voir laquelle : entre le signifiant et le signifié, et partant, le signe et le référent, mais aussi, et c’est sans doute particulier à la répétition, iconicité entre le signifiant et l’acte de langage, ou encore iconicité entre les interactants. Nous reviendrons sur ces divers types d’iconicité dans les analyses des trois derniers chapitres.

1.1.2. Le signifiant dans les recherches saussuriennes sur les anagrammes

22Dans le CLG, on trouve un modèle du signe dans la langue dans lequel tout lien de motivation entre le signifiant et le signifié ne peut être que conventionnel, et jamais naturel. Il ne s’agit pas de faire ici en quelques lignes une critique du principe de l’arbitraire (voir infra 2.3.2), mais de s’interroger sur les conséquences de ce postulat, dès lors que nous nous situons dans le discours et l’énonciation. Et c’est sur ce plan qu’est située la répétition. Nous nous intéressons ici à un paradoxe : le même Saussure, qui, selon ses disciples Bally et Sechehaye, posait les lois générales de la langue dans ses cours publics, s’est penché sur la mise en œuvre de la langue, la parole, dans un projet personnel radicalement téméraire, qui a paru, lorsqu’il a été porté aux yeux du monde, « tenir plus du jeu d’esprit que de la recherche scientifique » (Leroy 1974, p. 660). Il s’agit de ses recherches sur la poésie grecque et latine, dans lesquelles il a découvert des lois cachées et invisibles, qui contredisent entièrement les principes intangibles énoncés dans le CLG. C’est la « seconde révolution saussurienne » (Aron 1970), c’est-à-dire les recherches parallèles qu’il a menées sur les anagrammes, pas moins de quatre-vingt-dix-neuf cahiers manuscrits, dont une infime partie seulement a été publiée et portée à la connaissance du public, près de soixante ans après sa mort, par Jean Starobinski (Saussure et Starobinski 1971, p. 63). Il faut préciser que le terme anagramme ne renvoie pas à un jeu sur les signes graphiques, mais à des phénomènes d’harmonie phonique (anaphonie), à des combinaisons de phonèmes et non pas de lettres (ibid., p. 27-28). Depuis le travail inaugural de Starobinski, la réflexion sur la recherche anagrammatique de Saussure n’a cessé de s’approfondir et se développer, en particulier dans les deux ouvrages de Pierre-Yves Testenoire, qui offrent et le premier corpus exhaustif de cette quête, dévolue dans une première phase à la poésie homérique (Saussure 2013), et une étude historique et théorique qui en montre tous les enjeux épistémologiques (Testenoire 2013).

23De fait, pendant des années, le même homme qui déclarait le signifiant arbitraire et privé de matérialité s’est attaché à étudier la substance phonique dans la poésie et à en mettre au jour une loi rigoureuse d’organisation sous-jacente :

à aucun moment, et dans aucun genre, il n’a existé une manière de faire des vers latins qui consisterait simplement à pourvoir à la mesure du vers ; mais […] la paraphrase phonique d’un mot ou d’un nom quelconque est la préoccupation parallèle constamment imposée aux poètes en dehors du mètre. (Saussure et Starobinski 1971, p. 134)

  • 8 Tel est le titre donné par Starobinski au premier chapitre (Saussure et Starobinski 1971, p. 11‑41 (...)

24Cette loi domine absolument toute l’expression, tous les choix des mots (ibid.). Quel rapport avec notre problématique ? C’est « le souci de la répétition »8.

  • 9 Par exemple, cette loi de couplaison est découverte dans les vers saturniens : « La totalité des s (...)

25Les recherches de Saussure sur le signifiant, sur la « poétique phonisante » (Jakobson 1971, p. 21), le mènent au constat de reprises systématiques et cryptées, à des observations vertigineuses dont il ne cesse de se demander si elles sont le fruit du hasard ou de l’intention : « il est presque impossible à celui […] qui en a l’idée de savoir s’il est victime d’une illusion, ou si quelque chose de vrai est à la base de son idée, ou s’il n’y a que moitié vrai » (Lettre de Ferdinand de Saussure à Antoine Meillet, 12 novembre 1906, citée ibid., p. 15). La répétition rigoureuse des sons, selon des principes cachés9, qu’il découvre dans les Anagrammes ouvre sur la part d’ombre du langage, ce qu’on pourrait appeler la « latence verbale » (Aquien 1997, p. 56), rétive à des principes explicatifs déductifs. Tous les anagrammes de Saussure portent sur des vers grecs et latins, Starobinski pour sa part en donne quelques-uns en français :

  • 10 Baudelaire, « Le Vieux Saltimbanque », cité par Starobinski (Saussure et Starobinski 1971, p. 158)

Je sentis ma gorge serrée par la main terrible de l’hystérie10
———HY—————S—————————TÉRIE——————

26Les anagrammes s’apparentent à de véritables jeux de mots phoniques (Testenoire 2018). Par leur impossibilité à être prouvées (coïncidence fortuite ou préméditation ?), elles défient non seulement « la conception moderne d’un art rationaliste » (Meillet, cité par Jakobson 1971, p. 20) mais aussi et surtout l’exigence de scientificité de l’auteur du CLG. Elles s’inscrivent en faux contre les deux principes qu’il avait dits intangibles : l’arbitraire du signe et la linéarité du signifiant. Faute de preuves, jamais Saussure ne publiera aucun des écrits qu’il a consacrés à la substance phonique.

27Cette tension saussurienne, entre d’un côté la thèse de l’arbitraire du signe (c’est le système rationnel et conscient de la langue), et de l’autre celle d’une motivation consciente ou inconsciente des signifiants dans le discours (les anagrammes dans la poésie antique, une mise en œuvre de la langue en fonction de principes phonétiques qui échappent au contrôle et aux explications), éclaire l’écartèlement entre les deux pôles entre lesquels notre pratique d’homo loquens est divisée. La répétition, selon qu’elle est substitutive ou non substitutive, met en œuvre les deux types de signifiance, et constitue donc une porte d’accès privilégiée pour comprendre et éclairer cette division.

28On ne connaît et on n’a, pendant longtemps, retenu de Saussure que l’enseignement du CLG. Pour poser la linguistique comme science, sans doute fallait-il rompre avec toute idée de naturalité. Mais la conception structuraliste d’un signe homogène, développée à partir des écrits apocryphes du CLG, a instauré une rupture avec notre propre mise en œuvre et notre propre ressenti de la langue, elle a rompu les ponts avec toute une tradition de la philosophie du langage, pour laquelle les deux faces du signe n’étaient pas forcément symétriques, et dans laquelle les deux thèses opposées, de l’arbitraire (on parlait plutôt de conventionnalité) et de la motivation (on parlait plutôt de naturalité), pouvaient coexister :

Ceux qui ont été formés par Saussure ne comprennent littéralement plus les textes antérieurs à Saussure. […] Saussure a opacifié les stoïciens […] ; il a opacifié saint Augustin […] ; il a opacifié Arnauld et Nicole et, avec eux, si Foucault a raison, toute la philosophie classique en instituant un modèle symétrique et réciproque du signe (Jean-Claude Milner, cité par Cassin 2004, p. 1182).

29Il faut relativiser ce jugement qui ne tient compte ni de la recherche anagrammatique, ni des nouveaux manuscrits découverts en 1996. Ces écrits nous montrent, au contraire, un Saussure conscient de la dimension essentielle de la parole et de sa vocalité, un Saussure pétri de doutes, au point de « [faire] de ses doutes même son heuristique ». (Bouquet et Engler, Préface, Saussure 2002, p. 10)

1.1.3. Cratyle ou « de la complémentarité »

30Dans l’Antiquité, Platon est le premier à donner une représentation extrêmement nuancée et équilibrée des deux thèses dans le dialogue Cratyle ou de la propriété des noms. Ce dialogue met en scène Hermogène, tenant de la thèse conventionnaliste (la relation entre le mot et la chose est immotivée et repose sur une convention), Cratyle, tenant de la thèse naturaliste (il existe un lien naturel entre le nom et la chose), face à Socrate, appelé en arbitre. L’important est que les deux thèses sont alors présentées à égalité. Dans la première partie, Socrate soutient d’abord face à Hermogène la thèse naturaliste de Cratyle : « Cratyle que voici prétend, mon cher Socrate, qu’il y a pour chaque chose un nom qui lui est propre et qui lui appartient par nature » (Platon 1837, 383a), puis dans la deuxième partie (dialogue avec Cratyle), il défend la thèse conventionnaliste d’Hermogène : « Pour moi, Socrate, après en avoir souvent raisonné avec Cratyle et avec beaucoup d’autres, je ne saurais me persuader que la propriété du nom réside ailleurs que dans la convention et le consentement des hommes » (384c-d). Au final, Socrate divise la question, en faisant valoir qu’il y a des noms naturels et des noms conventionnels, deux attitudes qui, loin de s’exclure, doivent être complémentaires. Sa conclusion récuse toute inclination à la partialité : « Peut-être, cher Cratyle, en est-il ainsi ; peut-être n’en est-il rien. Il faut donc regarder la chose en face et d’un œil ferme, et ne rien admettre trop facilement » (440d). À l’encontre de cette quête d’équilibre et de complémentarité, la linguistique post-saussurienne a univoquement choisi le parti conventionnaliste d’Hermogène, en rejetant bien loin l’idée d’une quelconque relation d’analogie entre le mot et la chose. Avec une conséquence directe : privilégier les phénomènes de construction du sens, du signifié, au détriment de ceux d’un signifiant déclaré immotivé.

1.2. Le signifiant premier

31Les théories de l’énonciation et la reconnaissance de la dimension réflexive du langage contestent ce primat du signifié. Depuis le schéma de communication de Jakobson (1963), on a coutume de répartir la réflexivité du langage entre deux « fonctions » : la fonction métalinguistique et la fonction poétique. La répétition participe de l’une et de l’autre.

1.2.1. Dans le langage ordinaire

32La thèse de la transparence du signe est dérivée du principe de l’arbitraire. Dans une conception représentationaliste du langage, les signes (les mots) représentent des choses du monde, et pour cela s’effacent devant ces choses et deviennent transparents. La « transparence » est une métaphore pour le langage-instrument, pour la langue conçue comme « outil de communication », le signe n’existe plus en tant que tel, mais uniquement en tant qu’il renvoie au monde.

33Les théories de l’énonciation ont permis de montrer que la dichotomie escamote un des paradoxes du signe, celui d’être à la fois présent et absent. La transparence du signe est un mythe (Recanati 1979, p. 10) : « Le signe possède un double caractère, il est opaque et transparent, il découvre et cache à la fois la chose signifiée » (ibid., p. 18). La transparence est contestée, de manière générale, par la réflexivité de l’énonciation, qui postule que dans le sens de tout énoncé se réfléchit le fait de son énonciation :

Tout énoncé donne des indications concernant le fait de sa propre énonciation : à côté de ce qu’un énoncé représente, il y a ce qu’il indique ou montre réflexivement, et ce qui est indiqué fait non moins partie du sens d’un énoncé que ce qu’il représente. (Recanati 1979, p. 8)

34De manière plus restreinte, la propriété de la transparence est attribuée aux mots employés sans aucune réflexivité. Dès que le signe renvoie à lui-même, il cesse d’être transparent et s’interpose comme signe, c’est sa fonction métalinguistique, rendue populaire par le schéma de la communication de Jakobson, qui innerve notre langage le plus quotidien : « Comme M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nous pratiquons le métalangage sans nous rendre compte du caractère métalinguistique de nos opérations » (Jakobson 1963, p. 217). La transparence est « bloquée » dès lors qu’il y a autonymie (Rey-Debove 1978a, Authier-Revuz 1995) : « fondamentalement, dans sa structure sémiotique, l’autonymie implique […] l’irréductibilité – le non-effacement, la non-transparence – du signifiant » (Authier-Revuz 1995, p. 28). Et cette transparence est dite « opacifiée » quand il y a modalisation autonymique. Toute glose méta-énonciative réhabilite le signifiant en tant que tel, sans pour autant bloquer la désignation. On aboutit ainsi à trois grandes modalités du dire et une conception scalaire de la transparence : signe simple ou transparent (1), signe autonyme ou opaque (2), signe opacifié dans la glose méta-énonciative (3).

(1) Louer n’est pas facile. / La louange n’est pas facile. (Authier-Revuz 1995, p. 28)
(2) Louer est un mot ambigu. / * La louange est un mot ambigu. (ibid.)
(3) C’est un marginal, comme on dit aujourd’hui. (p. 31)

35Le signe simple, transparent (1), autorise la substitution : seul importe le signifié. Le signe autonyme, opaque (2), bloque la désignation : le signe renvoie d’abord à lui-même en tant que signifiant. Quant à la modalisation autonymique (3) ou « cumul hiérarchisé des deux structures », « [elle] renvoie, au premier plan, au contenu “monde”, et, secondairement, au contenu “signe” » (p. 31), elle se contente donc de s’interposer entre le signe et la chose, sans pour autant en bloquer complètement la désignation : elle opacifie le dire. Le terme d’opacification choisi par Authier-Revuz signale qu’il y a altération, mais non perte de la transparence.

36Il nous faudra voir où se situe la répétition, la grande oubliée de la modalisation autonymique, par rapport à ces trois modalités. La répétition est un mécanisme réflexif, intentionnel, par lequel le signe renvoie à ses précédentes occurrences, sans pour autant jamais cesser de désigner le référent visé. Les travaux sur la modalisation autonymique ont exploré les non-coïncidences du dire, la répétition va nous confronter à une réflexivité qui s’attache au contraire à souligner la coïncidence du dire à lui-même. Plus le seuil de répétitions est élevé, plus les renvois sont multipliés, et plus cette coïncidence est renforcée, comme l’illustre le schéma ci-dessous.

Figure 2. Coïncidences du dire à lui-même

Figure 2. Coïncidences du dire à lui-même

37La répétition re-motive le choix du signifiant, de manière rétrospective. Mais elle permet aussi d’instaurer une réflexivité qui est anticipatrice, à partir du seuil plancher de trois (nous reviendrons sur ce point dans les chapitres sur la cohésion rythmique et sur l’incantation) : on prévoit et on attend la prochaine répétition, jusqu’au signal de clôture de la série. C’est la re-prise, la « répétition en avant » de Kierkegaard.

38La répétition est la modalité la plus immédiate, la modalité originelle (un tout jeune enfant peut répéter), par laquelle le signe renvoie à lui-même, de manière régressive, et ceci ne lui est pas particulier, mais aussi, et en cela elle est profondément originale, de manière prospective. Ce renvoi obstiné du signe à lui-même souligne une coïncidence, et c’est cette coïncidence qu’il faut interpréter.

1.2.2. Dans le langage poétique

39L’opposition énonciative entre signifiant transparent et signifiant opaque ou opacifié, qui recoupe l’opposition saussurienne entre arbitraire et motivé, a trouvé une de ses illustrations les plus célèbres dans l’essai de Jean-Paul Sartre « Qu’est-ce que la littérature ? » (1948). Reprenant la thèse de l’autotélie de la littérature, qui s’est mise en place à la fin du XVIIIe siècle, Sartre déplace l’opposition entre langage ordinaire et langage de la poésie au sein de la seule littérature, pour opposer le langage de la prose, engagée, au langage, désengagé, du poète. Du côté de la prose, on trouve les mots-outils, transparents, arbitraires et substituables :

Le prosateur utilise le langage, pour lui les mots sont des outils, ils sont transparents, on regarde à travers eux comme au travers d’un verre. […] Il y a prose quand, pour parler comme Valéry, le mot passe à travers notre regard comme le verre au travers du soleil. Lorsqu’on est en difficulté, on empoigne n’importe quel outil. Le danger passé, on ne se rappelle même plus si c’était un marteau ou une bûche. (Sartre 1948, p. 67-68)

40De l’autre côté, le langage poétique, les mots-choses, les mots qui ont un « visage de chair » (ibid., p. 63), irremplaçable, qui traduiraient une iconicité signifiant/signifié :

En fait, le poète s’est retiré d’un seul coup du langage-instrument ; il a choisi une fois pour toutes l’attitude poétique qui considère les mots comme des choses et non comme des signes. […] Sa longueur [du mot], sa sonorité, ses désinences masculines ou féminines, son aspect visuel lui composent un visage de chair qui représente la signification plutôt qu’elle ne l’exprime […]. Ainsi s’établit entre le mot et la chose signifiée un double rapport réciproque de ressemblance magique et de signification. (ibid., p. 62-63)

41Il ne s’agit pas pour nous de prendre position pour ou contre la thèse de l’autotélie de la littérature, mais de rendre compte, à travers cet exemple célèbre, de la prégnance de l’opposition entre mots-outils transparents et mots-choses non transparents, opposition qui semble être au fondement de notre propre perception et de notre imaginaire du langage. Toute la question sera de montrer que le « double rapport réciproque de ressemblance magique et de signification » n’est pas réservé à l’usage des mots dans la poésie.

42La poésie est considérée comme le domaine littéraire par excellence du déploiement de la substance phonique. On imagine mal comment paraphraser ou résumer un poème, ou même un seul vers : « Là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté » (Baudelaire, « L’Invitation au voyage »), « La mer, la mer, toujours recommencée » (Valéry, « Le Cimetière marin »). Chaque mot compte, chaque mot est irremplaçable. On peut s’essayer à l’absurde de l’exercice pour comprendre à quel point le poème se situe dans un ailleurs de la langue : lorsque l’organisation du signifiant est inséparable de l’organisation du sens. Michèle Aquien a consacré un livre à cet ailleurs de la création verbale, étudié dans la poésie et dans l’inconscient. Elle le nomme – c’est le très beau titre de son ouvrage, reprenant un verset de Saint-John Perse, réédité en 2016 – L’autre versant du langage : « Le poète se place à la rencontre de ces deux versants du langage, où il siège en privilégié » (1997, p. 19). La poésie institue un rapport d’analogie entre son et sens, mot et chose, qu’elle relie par une motivation intrinsèque – par exemple dans le symbolisme phonétique, comme dans le célèbre alexandrin « Mais qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes » (Racine, Andromaque, V,5). La relation analogique peut même associer plusieurs modalités sensorielles dans l’expérience de la synesthésie : « Les parfums, les couleurs et les sons se répondent » (Baudelaire, « Correspondances »), « A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, / Je dirai quelque jour vos naissances latentes » (Rimbaud, « Voyelles »). Quelle qu’en soit la motivation, le signifiant cesse d’être arbitraire. C’est la thèse de la fusion du son et du sens, reprise en sémiotique en termes de « postulat de la corrélation du plan de l’expression et du plan du contenu » (Greimas 2012 [1970], p. 278).

43Mais comment cette fusion est-elle mise en œuvre ? Par le principe de répétition. La répétition est au cœur du discours poétique, et saluée comme telle par les théoriciens du texte poétique/artistique (Smith 1968, Ruwet 1972, Lotman 1973, Hamon 1990…) :

Repetition is the fundamental phenomenon of poetic form […]. All the principles that have been or may be used to generate formal structure in poetry are describable in terms of repetition. (Smith 1968, p. 38)

La versification n’est qu’une manifestation, particulière et institutionnalisée, du principe plus général de répétition. (Hamon 1990, p. 43)

44La question est donc d’étudier comment la fusion du son et du sens peut se retrouver dans des formes beaucoup moins élaborées et beaucoup plus communes que celle de la poésie, dès lors qu’elles mettent en œuvre le principe général de répétition.

1.2.3. Dans la psychanalyse et l’inconscient

45Nous terminerons ce survol des domaines où le signifiant cesse d’être escamotable, entièrement assujetti au signifié, par une brève incursion dans l’inconscient et la psychanalyse. « La psychanalyse fait percevoir la double signifiance du langage (au sens et au son), la double représentance (de mot et de chose), la double réalité (matérielle et psychique) » (Green 2012, p. 29). Dans l’analyse, le signifiant s’émancipe, s’autonomise ; loin d’être arbitraire, il traduit au contraire une motivation profonde (pour le sujet parlant). Le langage n’est plus seulement un outil qui permet de transmettre des informations ou de communiquer, il devient « une médiation vers l’inconscient » (ibid.). C’est ce qu’exprime le néologisme « lalangue », forgé par Lacan :

Lalangue sert à de tout autres choses qu’à la communication. C’est ce que l’expérience de l’inconscient nous a montré, en tant qu’il est fait de lalangue, cette lalangue dont vous savez que je l’écris en un seul mot, pour désigner ce qui est notre affaire à chacun, lalangue dite maternelle, et pas pour rien dite ainsi. […] Mais lalangue sert-elle d’abord au dialogue ? Comme je l’ai autrefois articulé, rien n’est moins sûr. (Lacan 1975, p. 126)

46Ce ne sont plus les lois de la communication, mais celle de l’association libre qui régissent la parole de l’analysant : « Lalangue est faite de signifiants (en cela elle participe de la structure du langage) et échoue à atteindre la chose qu’elle vise, renvoyant le sujet de signifiant en signifiant, en un glissement continuel de la signification » (Simonney 2012). Le signifiant, de simple support, acoustique ou graphique, acquiert alors un rôle moteur, premier. Pour Lacan, le statut de primauté du signifié sur le signifiant, tel qu’il est suggéré dans le schéma de Saussure, qui place le signifié au-dessus de la barre dite de signification (voir au début de ce chapitre), est inversé : « L’inconscient est dans son fond, structuré, tramé, chaîné, tissé de langage. Et non seulement le signifiant y joue un aussi grand rôle que le signifié, mais il y joue le rôle fondamental » (Lacan 1975, p. 22).

47Avec l’inconscient, le signifiant est promu en haut, et le signifié rétrogradé vers le bas. Dès le début du XXe siècle, la primauté du signifiant avait été établie par Freud. C’est par le signifiant qu’adviennent les jeux de mots (Der Witz und seine Beziehung zum Unbewußten, 1905), les lapsus (Zur Psychopatholgie des Alltags, 1904), les créations lexicales des rêves (Traumdeutung, 1900). Des associations et des regroupements se font, qui ne doivent rien aux règles du lexique et de la syntaxe, mais relèvent de la logique de l’inconscient. Ces jeux sur le signifiant, qui procèdent en général de la condensation (Verdichtung, processus apparenté à la métaphore) ou du transfert (Übertragung, processus apparenté à la métonymie) sont d’ailleurs très souvent intraduisibles. Ce n’est pas par hasard si l’on cite toujours l’exemple de famillionär pour le mot d’esprit : c’est parce qu’il est décomposable de la même façon dans de nombreuses langues. Traduit avec d’autres signifiants dans une autre langue, le mot d’esprit perd toute sa puissance. Dans cet aphorisme : « Eifersucht ist eine Leidenschaft, die mit Eifer sucht, was Leiden schafft », la reprise à l’identique des composants des mots Eifersucht (jalousie) : Eifer (zèle) + sucht (cherche) et Leidenschaft (passion) : Leiden (souffrance) + schafft (crée) rend la définition inégalable. Une fois traduit, le mot d’esprit disparaît, en même temps qu’a disparu la répétition phonique : « La jalousie est une passion qui recherche avec zèle ce qui crée des souffrances ».

  • 11 Tous les procédés décrits par Freud dans Der Witz (création de mots-valises, polysignifiance, cale (...)

48Dans les mots d’esprit, ce sont les jeux sur le signifiant, répété à l’identique ou bien avec variation (mutation, suppression, ordre différent), qui font advenir la condensation – Freud au début des années 1900 ne peut pas employer le mot de signifiant, il parle de l’emploi « du même matériau lexical » (« Verwendung des nämlichen Wortmaterials »)11.

2. Deux signifiances pour l’énonciation

[L]’ordre du signifiant se caractérise par la répétition.
— Michèle Aquien, L’autre versant du langage

2.1. Primat du signifiant ou primat du signifié

49Il existe fondamentalement deux mises en œuvre de la langue, deux modes d’énonciation selon que le signifiant est effacé, escamoté ou au contraire premier – selon qu’il est considéré ou non dans sa matérialité. Dans l’analyse, les lapsus ou le rêve, le signifiant n’a plus rien d’arbitraire, il fait sens, il signifie pour lui-même :

le signifiant devient autonome, se détache du signifié auquel il adhère lors de la communication du message, et se découpe en unités signifiantes, qui, elles, véhiculent un signifié nouveau, inconscient, invisible sous le signifié du message consciemment communiqué […]. (Kristeva 1981, p. 273-274)

50Dans le langage poétique, dans les mots sous les mots des anagrammes saussuriennes, dans l’inconscient, tout passe par la mise en avant du signifiant. Mais qu’est-ce que la répétition, sinon la mise en avant des signifiants ? C’est en gardant à l’esprit ce constat que nous devons aborder la mise en œuvre systématique de la répétition dans les genres de discours. Je pars de l’hypothèse que tout discours régi par la répétition, qu’il soit ou non poétique (au sens de « relatif au genre littéraire de la poésie »), est soumis à un autre mode de signifier que celui de la « communication ordinaire ».

2.1.1. Du terme « signifiance »

51Le terme de signifiance, employé au sens large, est synonyme de signification et désigne « la propriété de signifier ». C’est la définition qu’on trouve dans le Trésor de la langue française informatisé et c’est aussi dans cette acception que le terme est utilisé par les linguistes et les sémioticiens (Benveniste 1974, Kristeva 1969, Barthes 1982, Siblot 1987).

A. Vieilli ou littér. Synon. de signification.

B. LING., SÉMIOT. [À propos d’un signe] Fait d’être signifiant, d’avoir une signification ; caractère de ce qui signifie, de ce qui est un signe. (TLFi)

52Dans le sens restreint en revanche, la signifiance est uniquement le « mode de signifier produit par des signifiants ». Henri Meschonnic (2009 [1982]) est le premier à avoir fait dériver le terme du concept linguistique de « signifiant ». Mais il en refuse pourtant une interprétation linguistique, et propose une définition centrée sur le sujet qui a l’inconvénient, tant elle est vaste, d’être peu opératoire :

Signifiant, je le rappelle, entendu en poétique non pas comme en linguistique par opposition à signifié, ni comme en psychanalyse selon un plan symbolique pouvant être extralinguistique, mais comme l’organisation linguistique et translinguistique d’un sujet dans et par le langage, caractérisée par l’inséparabilité d’un message et de sa structure, d’une valeur et d’une signification. (Meschonnic 2009, p. 342)

53Je maintiens le concept de signe avant celui de sujet et je maintiens l’opposition entre signifiant et signifié. La dualité du signe concerne absolument toutes les unités de la langue et préexiste à leur mise en discours. Dans un deuxième temps, le primat de l’une ou l’autre face devient une distinction énonciative, qui décide d’un mode de signifier spécifique. Chez Meschonnic (2009 [1982], 1995), la signifiance est indissociable de la notion de rythme :

Je définis le rythme dans le langage comme l’organisation des marques par lesquelles les signifiants, linguistiques et extra-linguistiques (dans le cas de la communication orale surtout) produisent une sémantique spécifique, distincte du sens lexical, et que j’appelle la signifiance […]. (Meschonnic 2009, p. 217)

54Le problème est que la signifiance et le rythme sont deux concepts qui, s’ils se recoupent très largement, ne coïncident pas. On peut tout à fait avoir des exemples de signifiance non rythmée. C’est le cas chaque fois que le signifiant passe au premier plan sans pour autant s’inscrire dans une série dans le discours : chaque fois qu’il devient figural. Par exemple, avec un lapsus (4), un mot créé dans un rêve (5), une syllepse (6), un mot-valise (7), un slogan (8), un nom propre (9) :

(4) Ce livre n’est pas sorti de mon crâne tout sale. (Alain Juppé, JT France 2, 4 janvier 2016)
(5) Audidasker. (Freud)
(6) Quel est le comble du coq ? D’avoir la chair de poule. (blague)
(7) L’Allemagne que j’abdore.
(8) Je suis Charlie.
(9) Ivy est un slameur québécois. (nom propre)

55On opposera donc la signifiance involontaire et inconsciente (exemples 4, 5) à celle qui est intentionnelle et consciente (exemples 6, 7, 8, 9). Dans les deux cas, il y a saillance attentionnelle, c’est-à-dire qu’elle est perçue par l’auditeur ou le lecteur.

56Je propose une définition de la signifiance qui la rapproche de celle de figure (le chapitre 3 est entièrement consacré à cette notion) : la signifiance est le mode de signifier produit par des signifiants figuraux. La notion de figure me permet aussi de ne pas inclure la problématique de l’autonymie. On a en effet coutume d’associer le non-effacement du signifiant à l’énonciation autonymique (emploi du signe en mention) et à la modalisation autonymique (emploi du signe en usage et en mention).

(10) Tigger s’écrit avec deux « g ».
(11) Lyon et lion sont deux homophones.
(12) Tiggerc’est le nom de mon chat – a vécu dix-huit ans.
(13) Lyon – avec un « y » et pas un « i » – est la capitale de la gastronomie.

57Je n’inclurai pas ces exemples dans la signifiance, car bien que mis en avant de manière incontournable, le signifiant n’y est pas figural dans le sens que je définirai au chapitre 3. La saillance de l’autonymie est sémantique et non pas perceptive.

58La signifiance figurale fait saillance pour les deux pôles de l’interaction, du côté de la réception, de matière attentionnelle et, parfois du côté de la production, de manière intentionnelle. La répétition est le moyen le plus simple et le plus répandu pour créer de la signifiance, définie comme mode de signifier des signifiants figuraux. Elle permet de la faire passer du statut d’« émergence ponctuelle » à celui d’« émergence sérielle » (Bonhomme 2005). On retrouve avec la répétition la proposition de Meschonnic d’associer rythme et signifiance : le plus souvent, la répétition figurale est rythmée. La répétition est le mode de la signifiance rythmée.

59Comme les quelques exemples ci-dessus l’attestent, la signifiance n’est en rien réservée au discours poétique, bien qu’il concentre toutes les ferveurs analytiques, mais elle se produit chaque fois que le signifiant « déborde » du signifié et d’accidentel devient essentiel. D’autres registres de discours font de même, qui ont tous en commun de n’être plus centrés sur la fonction référentielle pour privilégier les fonctions non informatives : expressive, conative, ou encore poétique et métalinguistique.

2.1.2. Signifiance vs signification

  • 12 Sur la souplesse de la logique naturelle et l’identité des contraires dans la théorie hjelmslévien (...)

60Répéter autrement ou à l’identique ne doit pas être interprété comme les deux pôles d’un continuum, mais comme une opposition participative entre deux signifiances hétérogènes. Une opposition ne se fonde pas sur l’absence totale de propriétés communes mais présuppose au contraire une « base de comparaison » (Troubetskoï 1967, p. 69) : « Deux choses qui ne possèdent aucune base de comparaison […] ne forment pas une opposition » (ibid.). Pour la répétition, la base de comparaison est la reprise ; la propriété distinctive est la possible ou l’impossible substitution : la mise en avant du signifié ou bien du signifiant. L’opposition participative manifeste ainsi la dualité du signe linguistique, à travers l’existence de deux ensembles sublogiques, l’un précis, l’autre vague englobant le premier. Loin d’une logique binaire du « tout blanc ou tout noir », l’opposition participative [« elle » ? vous décidez] suspend le principe de non-contradiction. « Une chose est à la fois elle-même et son contraire » (Héraclite). Les vingt-quatre heures d’un jour comprennent celles de la nuit ; un enfant âgé de deux ans est un tout jeune enfant, la répétition est à la fois substitutive et non substitutive12.

61La répétition sémantique relève du mode de la signification et instaure un primat du signifié. C’est le mode de la parole à vocation prioritairement informative, celui de la transparence des signes, lorsqu’ils sont « signes des choses » (Augustin), et peuvent se substituer les uns aux autres. Un ou des signes s’effacent pour faire place à un ou d’autres signes : qu’il s’agisse de reformulation, marquée ou non marquée (l’Amazonie, le poumon de la terre ; l’Amazonie, qualifiée souvent de poumon de la terre), qu’il s’agisse d’une relation de synonymie (conciliatrice peut remplacer médiatrice, mourir peut être remplacé par le synonyme crever), ou qu’il s’agisse d’un processus référentiel (un groupe nominal comme la rhétorique peut être remplacé par le pronom elle, etc.). Ainsi, la reformulation, la synonymie, la construction de la référence à travers la pronominalisation, et plus largement tous les phénomènes anaphoriques, relèvent de la répétition-substitution.

62La répétition des signifiants, en revanche, participe du mode de la signifiance, définie de manière restrictive comme mode de signifier produit par les signifiants figuraux. À moins d’une autre précision, c’est uniquement dans ce sens que le terme sera désormais employé dans cet ouvrage. La répétition figurale bloque la substitution et maintient, intégralement ou partiellement, les signes dans leur matérialité : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point » (Pascal, Pensées) ; « c’est un mystère, un mystère qui peut s’exporter, comme le jazz » (Carlos Saura, à propos du flamenco, 2011) ; « 1) la rhétorique est une manipulation de l’auditoire (Platon) ; 2) la rhétorique est l’art de bien parler (ars bene dicendi de Quintilien) ; 3) la rhétorique est l’exposé d’arguments ou de discours qui doivent ou qui visent à persuader » (Meyer 2011, p. 5). La répétition, en restituant aux signes leur corps, décuple leur portée, leur rendement, leurs effets sémantiques et pragmatiques. La signifiance est le mode des signes incarnés – c’est le mode de l’évocation.

  • 13 Sur les formes intermédiaires entre reformulations et répétitions, voir Rabatel (2007b), Prak-Derr (...)

63Cette définition de la signifiance permet à la fois d’exclure les répétitions à l’identique qui sont non figurales (les signifiants sont maintenus, mais ils demeurent transparents : « Nous nous regardons ») et d’inclure les répétitions avec variations qui sont figurales (« Les morts, les pauvres morts ont de grandes douleurs », Baudelaire)13.

64Signification et signifiance sont soumises à des règles et des logiques différentes. La signification porte nécessairement sur les unités de sens, c’est le morphème, défini comme la plus petite unité significative, qui en constitue le seuil minimal. Elle s’étend ensuite à tous les niveaux de découpage du sens inventoriés par la linguistique : mots, syntagmes, phrases, énoncés, paragraphes, textes… La répétition substitutive est régie par des relations grammaticales (morphologiques, syntaxiques, lexicales), sémantiques et pragmatiques, qui toutes ressortissent au signe linguistique. Les travaux sur les chaînes de référence (pour une synthèse, voir Schnedecker et Landragin 2014) constituent un exemple des divers niveaux d’analyse de la répétition signification. Sur le plan textuel, la répétition-signification obéit au principe de la cohérence sémantique.

65La signifiance découpe des unités qui ne coïncident pas nécessairement avec celles de la signification. Ce ne sont pas nécessairement des signes linguistiques. Il peut s’agir de gestes, de sons, de l’intonation avec et sous les mots. La proposition de Benveniste, dans « Sémiologie de la langue », de dissocier unité et signe prend avec elle tout son sens : « Le signe est nécessairement une unité, mais l’unité peut n’être pas un signe » (1974, p. 57). Dans la signifiance, le seuil minimal se situe non seulement en dessous du mot, mais aussi en dessous du morphème, ce sont les unités phonologiques et phoniques qui ne correspondent à aucun « code » décrit, mais manifestent une expressivité vocale accrue (allitérations, assonances, rimes, homéotéleutes). La dimension phonique, submorphémique joue un rôle essentiel dans tous les discours épidictiques, elle est incontournable dans les slogans, qu’ils soient politiques, institutionnels ou publicitaires. « I like Ike » n’est-il pas le premier exemple donné par Jakobson (1963) pour illustrer la fonction poétique ? Le slogan « Je suis Charlie » aurait-il existé et remporté ce succès planétaire si le journal satirique Charlie Hebdo s’était appelé Zébulon Hebdo (Prak-Derrington 2017a) ?

66Sur le plan textuel, la signifiance permet une structuration qui, à l’extrême, peut ne pas coïncider avec celle de la cohérence sémantique ou pragmatique. Elle permet alors de s’affranchir des contraintes de la signification, et obéit à une logique associative perceptive, dissociée de celle de la syntaxe et de la grammaire. La signifiance, et non la cohérence sémantique, fournit le principe de textualisation de certains genres de discours enfantin ou ludique, comme dans certaines comptines (exemples 14 et 15) ou dans les virelangues (exemples 16, 17, 18), autant de procédés qui ramènent la langue-code au statut de langue-organe, ce que révèlent clairement les désignations dépourvues d’équivoque de l’allemand et de l’anglais, Zungenbrecher et tonguetwister :

(14) Am, stram, gram / Pic et pic et colégram / Bour et bour et ratatam / Am, stram, gram.
(15) Trois p’tits chats, trois p’tits chats trois p’tits chats, chats, chats / Chapeau d’paille, chapeau d’paille chapeau d’paille, paille, paille / Paillasson, paillasson
(16) Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches archi-sèches ?
(17) Fischers Fritz fischt frische Fische, frische Fische fischt Fischers Fritz.
(18) Fuzzy Wuzzy was a bear. Fuzzy Wuzzy had no hair. Fuzzy Wuzzy wasn’t fuzzy, was he?

67Il existe en anglais toute une littérature de l’absurde, très justement appelée nonsense, qui ne peut être appréhendée en termes de signification ; en France, on pense aussi aux formes de la littérature médiévale telles que la sotie et la fatrasie, parce qu’elles se doivent d’être incohérentes, ramènent le son et le rythme au premier plan. Pensons aussi aux holorimes facétieux d’Alphonse Allais, ou encore au XXe siècle, aux poètes oulipiens, aux aphorismes irrévérencieux et truffés de contrepèteries de Robert Desnos dans Rrose Sélavy, un poème qui reprend le personnage fictif de Marcel Duchamp (le nom de ce dernier est déchiffrable dans l’aphorisme de l’exemple 23) :

(19) Par les bois du Djinn où s’entasse de l’effroi,
  Parle et bois du gin, ou cent tasses de lait froid.
  Le lait absorbé froid, en grande quantité, est bien connu pour donner du courage aux plus pusillanimes.
  (Alphonse Allais, Poésies complètes, 2005, p. 52)
(20) Ah ! Vois au pont du Loing, de là, vogue en mer, Dante !
  Hâve oiseau, pondu loin de la vogue ennuyeuse. 
  La rime n’est pas très riche, mais j’aime mieux cela que de sombrer dans la trivialité.
  (ibid., p. 51)
(21) Rrose Sélavy demande si les Fleurs du Mal ont modifié les mœurs du phalle : qu’en pense Omphale ?
(22) La solution d’un sage est-elle la pollution d’un page ?
(23) Rrose Sélavy connaît bien le marchand du sel.
  (exemples 21 à 23 : Robert Desnos, Corps et biens, 1980, p. 34)

68Il faudrait mentionner aussi le discours pathologique (Capt 2013), etc. Ce sont des cas particuliers, mais de la même façon que nous oublions notre corps dans nos gestes quotidiens, et qu’il se rappelle dûment à nous quand nous tombons malades ou nous blessons, de la même façon ces procédés révèlent de manière radicale la dimension phonique, sensorielle des signes et rendent première la part du signifiant.

69Dans la majorité des cas toutefois, la signifiance ne porte pas sur des énoncés « absurdes » mais vient soutenir et renforcer la cohérence, en lui donnant un substrat phonique qui semble authentifier la légitimité du signe. Tout se passe comme si la répétition avait alors le pouvoir de le sortir de son arbitraire et de lui octroyer une motivation matérielle. J’appelle cohésion rythmique le mode de textualisation qui utilise ainsi la répétition. Ses formes dépendent du genre de discours : en politique, c’est l’anaphore (24) qui est la plus fréquemment utilisée et déploie le pouvoir le plus grand ; dans les textes humoristiques, ce sont l’antanaclase, la répétition d’un même mot avec deux sens différents (27), et sa sœur la syllepse, cas subtil de répétition in absentia (25, 26), qui sont privilégiées ; en philosophie, c’est la figure logique du chiasme formel (ABBA), au nom savant d’antimétabole (27, 28, 29), qui vient soutenir l’argumentation, etc. Chaque forme provoque ainsi des effets de sens différents ; je me contente ici de les mentionner, je reviendrai longuement sur certaines d’entre elles dans les chapitres suivants.

(24) Je ne suis pas venu, jeunes d’Afrique, pour pleurer avec vous sur les malheurs de l’Afrique. Car l’Afrique n’a pas besoin de mes pleurs.
  Je ne suis pas venu, jeunes d’Afrique, pour m’apitoyer sur votre sort parce que votre sort est d’abord entre vos mains. Que feriez-vous, fière jeunesse africaine de ma pitié ?
  Je ne suis pas venu effacer le passé car le passé ne s’efface pas.
  Je ne suis pas venu nier les fautes ni les crimes car il y a eu des fautes et il y a eu des crimes.
  (Nicolas Sarkozy, « Discours de Dakar », 26 juillet 2007)
(25) Quel est le comble d’une pomme de terre ? Qu’elle s’effrite.
(26) Ce n’est pas que je prenne mon chien pour plus bête qu’il n’est. (Raymond Devos)
(27) La droite est gauche et la gauche maladroite. (cet exemple réunit chiasme et antanaclase)
(28) Philosophie de la misère (Proudhon) et Misère de la philosophie (titre de la réponse de Marx au livre de Proudhon)
(29) La politesse se moque de la morale, et la morale de la politesse. (André Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertus, 1995, p. 20)

70Toutes ces répétitions figurales modifient le rapport entre les deux faces du signe, le rapport du signe au monde, et in fine, le rapport du sujet au signe et au monde. « Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt », dit un proverbe chinois. La répétition nous fait nous comporter comme l’idiot du proverbe. En attirant l’attention sur la face matérielle du signe, elle l’arrache à ce que l’on peut appeler le « paradoxe de sa présence/absence » (Recanati 1979, p. 17) : au principe de l’arbitraire qui implique que le signe s’efface devant ce qu’il représente.

  • 14 Je rappelle que je ne mentionne pas ici l’autonymie et la modalisation autonymique parce qu’elles (...)

71L’ancrage dans le corps des signes concerne plusieurs types d’énonciation, dont nous avons vu quelques exemples épars, mais qu’il est possible de rassembler sous des désignations plus larges. Je poserai trois grandes manifestations énonciatives de la signifiance, à côté du discours poétique et du discours de l’inconscient14 :

– L’énonciation ludique : dans ce cas les signifiants servent à des jeux sur le signifié. On pourrait y distinguer plusieurs sous-types. L’énonciation ludique enfantine : les comptines, les virelangues ; humoristique : les blagues ou les jeux de mots basés sur l’équivoque, ainsi que toutes les blagues avec schèmes récurrents (« Quel est le comble de X ? », « Monsieur et madame X ont un fils, comment s’appelle-t-il ? », « Quand un X rencontre un autre X, que se disent-ils ? », etc.) ; absurde : les holorimes d’Alphonse Allais, la nonsense literature de l’anglais, etc.

– L’énonciation aphorisante : de nombreux proverbes, des slogans publicitaires, des « petites phrases » des politiques, et en général, la plupart des aphorisations mémorables et mémorisables, répétées et répétables (voir chapitre 7).

– L’énonciation rituelle ou sacrée : c’est la forme oubliée des linguistes, au mépris de ses propriétés performatives, sans doute parce qu’elle est la plus rigide et la plus formelle. On la trouve dans la prière, les litanies, les incantations, dont je vais montrer dans la seconde partie (« La répétition performative ») qu’elles abondent sous des formes profanes dans les discours politiques épidictiques ou dans des situations exceptionnelles.

72La répétition joue un rôle majeur dans tous ces types d’énonciation, elle induit une régression vers la part non linguistique et paraverbale du message. Sa signifiance incarnée fait naître des effets sémantiques et pragmatiques puissants.

2.2. Le corps dans l’énonciation

73La signification, mode de l’équivalence du signe, efface le signifiant dans sa matérialité. La signifiance restitue aux signes leur « corps ». Ce n’est pas une métaphore gratuite – en allemand d’ailleurs, on parle parfois de Zeichenkörper (corps du signe), pour désigner le signifiant, par opposition à Zeicheninhalt (contenu du signe). Dire du signifiant qu’il est le corps du signe, c’est rompre avec la tradition du signifiant « incorporel » instaurée par Saussure dans le CLG, défini non de manière intrinsèque, mais uniquement en fonction de sa valeur dans le système de la langue :

dans son essence, il [le signifiant] n’est aucunement phonique, il est incorporel, constitué, non par sa substance matérielle, mais uniquement par les différences qui séparent son image acoustique de toutes les autres. (CLG, p. 165, je souligne)

Si la partie conceptuelle de la valeur est constituée uniquement par des rapports et des différences avec les autres termes de la langue, on peut en dire autant de sa partie matérielle. Ce qui importe dans le mot, ce n’est pas le sens lui-même, mais les différences phoniques qui permettent de distinguer ce mot de tous les autres, car ce sont elles qui portent la signification. (p. 163)

74Le principe de l’arbitraire, nécessaire pour expliquer la multitude et la mutabilité des langues, a désincarné le signifiant. Mais le « corps » a ses raisons que la raison ignore… Dans le CLG Saussure a instauré une symétrie entre les deux faces du signe, les a enfermées dans une relation siamoise, et proclamées « recto et verso d’une même feuille » (p. 157), alors que selon les genres de discours, elles sont investies et mobilisées de manière différente. Dire que le signifiant a un corps, c’est lui redonner une valeur intrinsèque, redécouvrir sa part iconique, admettre qu’il peut être doté d’un « sens » autre que celui de la dénotation. Le refoulement de la matérialité du signifiant et le « reniement du corps-fait-voix » chez Saussure (Parret 2004, p. 11) prennent un tout autre sens que celui d’une « réduction », si l’on accorde foi à l’hypothèse selon laquelle, peut-être, Saussure était synesthète… (Mazzeo 2004) :

Distinguer la dimension du signifiant ne prend relief que de poser que ce que vous entendez, au sens auditif, n’a, avec ce que ça signifie, aucun rapport. C’est là un acte qui ne s’institue que d’un discours, du discours scientifique. Cela ne va pas de soi. Cela va même tellement peu de soi que tout un discours, qui n’est pas une mauvaise plume, puisque c’est le Cratyle du nommé Platon, est fait de l’effort de montrer qu’il doit bien y avoir un rapport, et que le signifiant veut dire, de soi-même, quelque chose. (Lacan 1975, p. 31-32)

75La linguistique qui se situe dans la mouvance du courant cognitif conteste aujourd’hui la dématérialisation et l’abstraction du signifiant. Elle l’analyse au contraire en tant qu’il n’est radicalement coupé ni du signifié, ni du sujet qui l’articule. Si la langue est un système abstrait, la mise en œuvre de la langue passe par un individu, et par un individu doté de corps.

2.2.1. Corporéité et embodiment : l’exemple de la métaphore

  • 15 Il existe toute une tradition philosophique, de Kant aux néo-kantiens. Au XXe siècle en France, la (...)
  • 16 Je cite ci-après un exemple à propos de la perception de la temporalité, entendu dans une conféren (...)

76En linguistique, la reconnaissance de la corporéité et de la perception en tant qu’ouverture primordiale au monde s’est développée et généralisée par le biais des études sur la métaphore, qui sont des théories de la perception et de la cognition incarnée (embodiment, embodied mind). Dès sa parution, la théorie des métaphores conceptuelles de George Lakoff et Mark L. Johnson a connu un succès et une propagation fulgurantes. Depuis la parution de Metaphors We live By (1980), plus aucun.e linguiste ne peut ignorer ce que les philosophes savaient depuis fort longtemps15 : que nous pensons en fonction de notre corps, parce que « nous sommes au monde par notre corps, en tant que nous percevons le monde avec notre corps » (Merleau-Ponty 1981 [1945], p. 249). Tout se passe comme si la redécouverte par les linguistes de l’enracinement psychomoteur du discours avait d’abord pu être admise pour les « concepts », et comme si le principe de l’arbitraire n’avait pu être contesté d’emblée, pour le signe lui-même. La métaphore, reine des figures de pensée, s’est retrouvée appréhendée en tant que principe prélangagier, enracinée dans la perception de notre propre corps dans l’espace et le temps. Les embodied patterns, ou schèmes perceptifs qui structurent nos pensées, sont acquis pendant les toutes premières années de développement du tout jeune enfant16. Nos systèmes conceptuels sont ainsi directement liés à la perception que nous avons de notre corps et c’est en ce sens qu’ils sont « imagés ». Lakoff et Johnson (1980) inventorient ainsi plusieurs image schemas qui structurent les réseaux conceptuels de la métaphore, et ce sont tous des schèmes perceptifs, acquis en amont du langage (le haut et le bas, le devant et le derrière, le récipient et son contenu, la partie et le tout, le centre et la périphérie, le parcours depuis un point de départ – origine, source – vers un but – cible –, etc.). L’insertion ou enracinement dans un contexte social et historique ne vient qu’après cet enracinement perceptif :

By using the term embodied we mean to highlight two points: first that cognition depends upon the kinds of experience that come from having a body with various sensorimotor capacities, and second, that these individual sensorimotor capacities are themselves embedded in a more encompassing biological, psychological and cultural context. (Varela, Thompson et Rosch 1991, p. 172-173)

2.2.2. Le signifiant motivé dans la « linguistique du signifiant »

  • 17 Didier Bottineau (2012) donne une description aussi détaillée que technique de l’activité motrice (...)

77De manière très étonnante, en dépit du développement de la linguistique de l’énonciation, le postulat de l’arbitraire du signe, qui est un principe inscrit dans la langue et ne peut valoir pour la mise en discours, est resté incontesté jusque très récemment. Benveniste ne le remet en cause que dans ses notes sur Baudelaire. De fait, « le large mouvement tournant que décrit le “nouveau” cadre conceptuel [de l’énonciation] laisse bien souvent intact le noyau saussuriste du langage, sorte d’énoncé transcendantal échappant à l’énonciation » (Toussaint 1983, p. 25). Mais les sons, les phonèmes, doivent être interprétés différemment selon qu’on se situe au sein du système abstrait de la langue, ou bien de la parole, en tant que « mise en corps » : les signifiants sont le soubassement physique de la parole, sa réalisation par l’appareil articulatoire et phonatoire. Dire que les signifiants ont un corps, c’est rappeler que pour l’articuler, nous mettons en œuvre pas moins que la langue, les lèvres, les dents, le palais, la luette, le pharynx, le larynx, la glotte, les cordes vocales17, etc., autant d’organes qui ont bien d’autres fonctions « moins élevées » que celle de parler :

Les phonèmes présentent une double face : unités abstraites au sein d’un système, ils se réalisent phonétiquement par les gestes de certains organes dont la nature première n’est pas la parole. En effet, les organes dits de la parole remplissent d’autres fonctions moins élevées que les fonctions intellectuelles, telles que l’alimentation et la respiration. (Morgenstern et Michaud 2007, p. 118)

78On peut se demander si c’est parce qu’elles renvoient à ces fonctions « moins élevées » que les théories du signifiant ont mis beaucoup de temps à se propager. Force est de constater que la théorie de l’embodiment pour les métaphores – il semble que le terme anglais se soit établi en français – a connu un succès immédiat, alors qu’il a fallu près de trois décennies pour que les théories mettant en cause la vulgate saussurienne deviennent véritablement audibles.

79On peut citer, comme avant-gardistes et fondatrices, les recherches du phonéticien-linguiste-poéticien Jakobson (1976). Celles d’Iván Fónagy (1983) sur les bases pulsionnelles de la phonation (voir chapitre 6). Puis, toujours dans les années 1980, celles inspirées par la psycho-systématique guillaumienne de Maurice Toussaint, avec son ouvrage-manifeste Contre l’arbitraire du signe (1983), suivi de l’article-manifeste des trois hispanistes Jean-Claude Chevalier, Michel Launay et Maurice Molho (Mo.La.Che), « La raison du signifiant » (1984). Mais ces recherches, particulièrement en France, restaient isolées. Dans les années 1990, on peut citer la parution du premier numéro de Faits de langues (Danon-Boileau 1993), contenant vingt-cinq contributions. C’est à partir du tournant du siècle que le mouvement va petit à petit prendre son essor. En 2003, lorsque paraît le premier numéro des Cahiers de linguistique analogique, le fondateur de la revue, Philippe Monneret, pouvait encore écrire dans sa présentation :

les linguistes français ont généralement tendance à confiner les faits de motivation et d’iconicité à la linguistique « fantastique » ou à des formes diverses de la « folie du langage », autrement dit à refuser, d’une manière plus ou moins explicite (et avec une hostilité plus ou moins manifeste), qu’une telle problématique appartienne authentiquement au champ de la recherche linguistique. (Monneret 2003, p. 3)

80Ce temps de la suspicion est révolu. Il existe aujourd’hui tout un courant de linguistes qui ne se reconnaissent pas dans la « linguistique du signe » et se revendiquent d’une « linguistique du signifiant ». L’appellation, proposée dans les années 1980 par Mo.la.Che (voir Chevalier et al. 1986), est aujourd’hui utilisée de manière générale pour toutes les recherches qui accordent la primauté au signifiant et envisagent le lien entre les deux faces du signe comme un rapport de motivation – comme l’indique de manière très parlante le titre Le sens du signifiant (Monneret 2003).

81Les travaux se multiplient, qui explorent la motivation du signifiant. Le symbolisme phonétique, autrefois décrié, a débouché sur la création d’un nouveau domaine d’analyse linguistique, la submorphémique, qui montre que le morphème ne doit plus être considéré comme la plus petite unité significative. Des théories de l’organisation systématique des submorphèmes se sont développées et se multiplient, portant sur diverses langues : la théorie lexicale des « matrices et des étymons » pour l’arabe et les langues sémitiques (Bohas 1997, Bohas et Dat 2007), la théorie grammaticale des « cognèmes » pour l’anglais (Bottineau 2003, 2008), la théorie de la saillance submorphologique pour l’espagnol (Grégoire 2014), etc.

82La motivation concerne tous les niveaux de l’analyse linguistique. On se reportera, pour avoir une vue de la diversité de ces recherches, aux six numéros des Cahiers de linguistique analogique, parus annuellement entre 2003 et 200918.

83L’importance redonnée au signifiant s’accompagne de la revalorisation de la corporéité. Dans la lignée du concept d’embodiment, considéré comme trop flou, c’est le concept d’enaction (Varela et al. 1991), en tant que coordination d’actions incarnées, qui a été repris en France par Didier Bottineau (2012, 2013). L’énaction replace « la parole dans sa dimension motrice, sensorielle et psychologique » (Bottineau 2012), qu’il s’agisse de la parole extérieure ou intérieure. On se souvient que Saussure avait déclaré le signifiant comme psychique et non physique au motif de l’existence de la parole intérieure : « Sans remuer les lèvres ni la langue, nous pouvons nous parler à nous-mêmes ou nous réciter mentalement une pièce de vers » (CLG, p. 98). Dans la théorie de l’énaction, la parole exophasique met en œuvre tous les organes de la phonation, tandis que le discours intérieur, l’endophasie, simule l’expérience motrice et sensorielle de l’exophasie : on se parle à soi-même et on s’entend parler.

84Toutes ces analyses d’inspiration cognitiviste prennent aujourd’hui de plus en plus d’ampleur et de résonance, mais ce sont principalement des études de phonologie, de morphologie et de syntaxe. Elles mettent au jour des motivations qui ne sont pas le fait du seul locuteur, mais sont inscrites dans la langue.

85Ma propre position est encore insulaire : je m’inscris dans la linguistique du signifiant motivé, en me situant toutefois non sur le plan de la langue, c’est-à-dire du système, du social et du collectif, mais sur le plan de la parole individuelle, du côté des textes et des discours. Il s’agit de montrer comment la motivation peut être construite et créée par le sujet parlant à travers l’acte de répéter.

86Les questions sont donc : que se passe-t-il, pour l’énonciateur, lorsque le corps exécute plusieurs fois les mêmes mouvements articulatoires ? Que se passe-t-il, pour le destinataire, qui entend et écoute les répétitions ? Lorsque ce qui constitue le soubassement physique de la parole devient premier ? Le signifié est lié au conscient, mais le signifiant, par la voix, est lié au préverbal : au préconscient et à l’inconscient. Politiques, publicitaires, et généralement toutes les sciences de la communication connaissent le pouvoir d’inscription dans le corps et par le corps de la répétition. Je m’efforce d’aborder cette problématique non avec les outils de la linguistique cognitive, mais avec ceux de l’énonciation, de l’analyse textuelle des discours, et de la rhétorique.

87Il faut remarquer que la problématique du signifiant motivé ne s’est pas encore établie en linguistique de l’énonciation, même s’il existe un courant énonciatif que l’on pourrait appeler « phénoménologique ». Sans chercher à établir un lien de motivation entre signifiant et signifié, certains travaux réhabilitent en effet le substrat corporel des signes, en mettant en avant le lien qu’ils entretiennent avec la perception. La « sémiogénétique » du Groupe µ (2015) ou les travaux d’Alain Rabatel sur le « point de vue » (2003, etc.) reflètent ainsi cette appréhension matérialiste de la signification, qui s’enracine dans l’expérience sensorielle d’un sujet et retourne au monde via la pensée et l’action. Pour prendre l’exemple du « point de vue » : il implique une instance énonciative incarnée, dotée d’un regard dont la mobilité empathique reflète à la source une mobilité perceptive, de déplacement dans l’espace. Adopter le point de vue de l’autre, être empathique, c’est se mettre, littéralement « à sa place ». La notion d’ethos développée par Dominique Maingueneau, qui reconfigure l’héritage rhétorique et la présentation de soi goffmanienne, s’appuie sur une « double figure de l’énonciateur, celle d’un caractère et d’une corporalité » (1984, p. 100).

88Avec la répétition, j’articule la problématique de l’énonciation « phénoménologique », qui reconnaît dans la construction du sens l’importance originelle du corps, de la perception, avec celle de la linguistique du signifiant. La répétition permet d’adopter un angle d’approche doublement original, sinon inédit : parce qu’elle évoque un lien de motivation entre signifiant et signifié, non plus dans la langue, mais rapporté à la singularité de l’acte d’énonciation ; parce qu’elle nous fait passer de la problématique de la signifiance enracinée dans la perception-vision à celle qui découle de la perception-audition.

89Quand il s’agit en effet de décrire l’expérience sensible, c’est toujours le sens de la vision qui est privilégié, perception et vision vont toujours de pair. S’affirme ainsi une prééminence de ce sens sur tous les autres. Merleau-Ponty étudie le « corps perçu » en tant qu’il est positionné dans l’espace, comme il apparaît dans ces appositions reformulatives pour définir la phénoménologie : « la recherche de l’espace, et en général de l’expérience à l’état naissant, avant qu’elle soit objectivée, la décision de demander à l’expérience elle-même son propre sens, en un mot la phénoménologie » (1981 [1945]), p. 345, je souligne). L’opposition figure/fond de la psychologie des formes, que nous allons enfin pouvoir aborder dans le chapitre suivant, est pareillement analysée par rapport à la structuration de l’espace et au sens de la vision. Avec la répétition, ce n’est plus le regard mais la voix qui vaut comme premier des sens. L’expérience à l’état naissant est-elle liée à l’espace ? L’on sait aujourd’hui que dans la vie prénatale, l’audition joue un rôle premier – le fœtus entend en continu les battements du cœur, le souffle de la respiration, les bruits du système digestif de sa mère, mais c’est également par l’oreille qu’il est relié au monde extra-utérin. Au commencement était la voix… Le perçu-percevant de la répétition nous fait passer de l’espace au temps. C’est peut-être en cela qu’elle est si singulière. À l’instar de la musique, elle rend palpable ce qui sinon demeure insaisissable, la temporalité.

3. Une signifiance de l’évocation

C’est une des conditions essentielles du / jeu poétique : que le mot ne signifie pas (seulement) mais qu’il évoque.
— Émile Benveniste, Baudelaire

90La dynamique du perçu-percevant exige un engagement accru du corps du locuteur, ce qui lui permet symétriquement d’agir de manière extrêmement forte sur les destinataires. Dans notre apprentissage du langage, le son précède le sens, et non l’inverse. Le tout jeune enfant, l’étranger entendent le langage avant de le comprendre. Et ces sons, qui ne forment pas des unités significatives, ne sont pas pour autant insignifiants ; la voix parle, et la colère, et la tendresse, et la douceur et la tristesse s’y entendent, sans qu’il soit nécessaire de connaître les mots.

91La signifiance est le mode dans lequel les signifiants jouent un rôle de tout premier plan. Elle n’est pas réductible à la signification, elle l’excède :

La langue poétique […] a un / autre mode de signification que la langue / ordinaire, et elle doit recevoir un appareil / de définitions distinctes. Elle appellera une / linguistique différente. (Benveniste 2011, p. 640, f. 303)

92Appréhendé de manière autonome, même s’il ne dénote pas ni ne représente, le signifiant signifie. Par sa matérialité, sa texture, son articulation effectuée par un individu chaque fois différent, à un moment toujours différent, il constitue la part de singularité irréductible du signe. Le grand linguiste hongrois Ivan Fónagy a, le premier, proposé une description du rôle joué par le signifiant. C’est la théorie de la remotivation du signe et celle du deuxième encodage, qu’il nomme le style vocal, qui vient se greffer sur le message primaire (voir chapitre 6). Le signifiant, le corps du signe, devient lieu de mémoire, un « évoquant ». Il en va des mots comme des chansons, comme des parfums, comme des odeurs… Ils transportent une histoire, ils se souviennent.

  • 19 La recherche sur le nom propre a connu un grand essor, après la thèse en sémantique que lui a cons (...)

93Je mentionnerai ici le cas du nom propre, qui me semble emblématique du statut de signifiant « incarné », qui est celui de la répétition. Qu’ont donc en commun, en termes de signifiance, le nom propre et la répétition ? Leur signifiant ne peut être remplacé à l’envi, il est strictement non substituable. Longtemps considérés par les linguistes comme des simples étiquettes, des mots vides de sens, au mépris du vécu des locuteurs ordinaires, de l’existence de l’onomastique, de l’intérêt que lui ont toujours accordé les anthropologues, ethnologues, psychanalystes, romanciers…, les noms propres constituent aujourd’hui pour les linguistes, et ce depuis les années 197019, un objet de recherches fécondes. On leur reconnaît non pas une vacuité sémantique, mais au contraire un irréfragable pouvoir d’évocation. On admet qu’ils sont dotés d’une signifiance spécifique (Siblot 1987), fondée sur une charge mémorielle et affective, reliée à un vécu autant culturel que personnel :

Le nom de Guermantes couvre immédiatement tout ce que le souvenir, l’usage, la culture peuvent mettre en lui ; il ne connaît aucune restriction sélective, le syntagme dans lequel il est placé lui est indifférent ; c’est donc, d’une certaine manière, une monstruosité sémantique, car, pourvu de tous les caractères du manquement, il peut cependant exister et fonctionner hors de toute règle projective. C’est là le prix – ou la rançon – du phénomène dit d’« hypersémanticité » dont il est le siège et qui l’apparente, bien entendu de très près, au mot poétique. (Barthes 1972, p. 126)

94De même qu’en histoire, certaines unités matérielles ou idéelles peuvent être appréhendées comme des « lieux de mémoire » en raison de leur charge symbolique pour une communauté donnée, de même : « Comme porteur de valeurs et de sens multiples, le Np (nom propre) constitue […] un véritable lieu de mémoire » (Lecolle et al. 2009, p. 15). Non régi par le code linguistique, il n’en est pas moins un « réservoir de sens, activables selon les contextes spatiaux et temporels, et étroitement dépendants de l’activité perceptive, mémorielle et cognitive du sujet » (Paveau 2007, p. 102).

95Ce qui est décrit pour le nom propre est à mon sens une des modalités de la signifiance du signifiant, celle qui est essentiellement mémorielle. La répétition offre une autre facette, une autre modalité, rythmée. Il me semble pertinent de regrouper les propriétés de toute signifiance en deçà ou en excès du dénotatif, mises en avant et explorées dans les recherches sur le nom propre, mais aussi, pour d’autres de ses facettes, en psychanalyse et en poésie, sous un vocable unique, celui d’« évocation ». Dans le dictionnaire, les trois sens suivants sont donnés pour « évoquer » – si l’on ne tient pas compte de l’acception juridique :

A. [Le compl. désigne une pers. ou une chose absente]
1. Vx. Appeler, faire apparaître par la magie. Évoquer les ombres, les morts.
2. Rappeler par ses propos (quelque chose) à la mémoire de (quelqu’un) Évoquer un souvenir, son passé, les jours anciens ; cela lui évoque sa jeunesse. (Quasi-)synon. rappeler, se remémorer.
3. P. ext.
a) [Le suj. désigne l’agent] Faire apparaître par ses propos (quelque chose) à l’esprit. [Le compl. désigne une réalité dont le suj. a eu connaissance] Évoquer un pays, une région, des amis communs. Synon. faire allusion à.
[Le compl. désigne une réalité gén. imaginaire dont le suj. n’a pas une connaissance directe] (Quasi-)synon. imaginer. Il évoquait du cercueil la poussière qu’elle devait être maintenant (Zola, Rêve, 1888, p. 147).
b) [Le suj. ne désigne pas un agent] Faire penser à (quelque chose). Déshabillé évoquant des nudités ; couleur qui évoque le sang. (Quasi-)synon. suggérer, rappeler.
(TLFi, s. v. « évoquer »)

96Évoquer, c’est donc rendre présent ce qui est absent : par la mémoire (se remémorer), par l’imagination (imaginer), par la pensée associative (suggérer), enfin par la magie (invoquer) – je place volontairement en dernier le sens vieilli. Mémoire, imagination, magie : trois domaines s’ouvrent à une linguistique soucieuse de prendre en compte les facultés et dimensions fondatrices du sujet, dans la signifiance de l’évocation. Si l’on garde à l’esprit que tout signe est enfermé dans le « paradoxe de sa présence/absence » :

d’un côté, pour accéder à la chose représentée, on doit recourir au signe, à la chose représentante, car nous connaissons la chose représentée par son intermédiaire ; mais d’un autre côté, on doit faire abstraction du signe, de la chose représentante, pour accéder à ce qu’elle représente : on doit faire comme si le signe n’existait pas, on doit le traiter comme rien. Le signe doit être à la fois présent et absent pour représenter la chose signifiée. (Recanati 1979, p. 16)

  • 20 Dans leur Traité sur l’argumentation, Chaïm Perelman et Lucie Tyteca (1988) décrivent très justeme (...)

97La répétition arrache le signe au paradoxe de la présence/absence : elle substitue à l’absence du référent la présence du signe comme corps20.

  • 21 Marc Dominicy (2011) a ainsi développé une poétique cognitive complexe, en revisitant la théorie d (...)

98Le terme d’évocation n’est pas neuf, il a déjà été proposé par des linguistes en rapport avec le discours poétique21. Mais c’est chez Benveniste (2011) que le concept se voit décliné avec constance, dans ses notes manuscrites consacrées à Baudelaire, transcrites et publiées par Chloé Laplantine, plus de quarante ans après leur rédaction.

  • 22 Je renvoie pour une présentation synthétique et une analyse de ces notes à l’éditrice et auteure d (...)

99Il y expose un projet de théorie de la poésie qui prolonge sa réflexion sur l’énonciation, lorsqu’il se donnait pour objectif de « dépasser la notion saussurienne du signe comme principe unique […] », dans la conclusion de son article « Sémiologie de la langue » (Benveniste 1974, p. 66). Mais le projet est resté à l’état de « work in progress » et n’a jamais été publié de son vivant22.

100De manière classique, Benveniste oppose à travers Baudelaire le langage poétique au langage ordinaire : « La poésie a ici le visage de / Baudelaire ; je parle d’elle / ou de lui, sans pouvoir / toujours les distinguer » (2011, p. 454, f. 210 bis). Parmi les nombreuses pistes, réflexions et concepts parfois inédits qu’il propose (« pathème », « intenté », « symphorie »…), qui tous méritent d’être explorés, la notion d’évocation constitue une ligne de force, elle traverse ces notes comme un fil rouge. Laplantine, transcriptrice et éditrice scientifique, écrit ainsi dans sa présentation :

Pour Benveniste, tout dans les poèmes de Baudelaire depuis l’organisation phonique jusqu’à la valeur des temps verbaux fonctionnera comme évocation […]. Il semble que Benveniste dans tous ces relevés cherche à voir tout ce qui dans les poèmes de Baudelaire construit une langue de l’évocation. (Laplantine 2012, p. 51)

  • 23 Ci-après quelques passages éclairants (l’abréviation f. renvoie à feuillet) : « L’évocation est un (...)

101Il n’est pas possible dans ce cadre de faire un relevé exhaustif des très nombreuses occurrences du mot et de ses dérivés dans les 361 feuillets23, je me contenterai de commenter l’étonnante proposition qu’il formule dans le feuillet 57, et qui consiste, non pas à renoncer à la notion de signe, mais à la transformer pour l’adapter au langage poétique :

Forme et sens se distribuent autrement en poésie que dans le langage ordinaire. Il faut partir du niveau du signe.
Le signe poétique est bien, matériellement, identique au signe linguistique. Mais la décomposition du signe en / signifiant - signifié ne suffit pas : il faut y ajouter, celle de l’évocation : qui réfère non à la réalité (concept du langage / ordinaire) mais à la « vision poétique de la réalité »
Ainsi au rapport signifiant - signifié - référent / le langage poétique ajoute (ou substitue) évocant - évoqué - émotion <initiale>
Il faudrait alors un terme nouveau qui / serait pour le langage poétique ce que le « signe » est au langage ordinaire.
Je proposerais eicasme (εικασμα) eicastique (εικαστικος)
un eicasme se décomposerait en évoquant - évoqué eicasant - eicasé […]
(Benveniste 2011, p. 138, f. 57)

102Par la suite, il ne revient plus sur cette proposition, puisqu’il choisit justement d’abandonner la notion de signe, réservée à une « langue d’utilité et de communication » et comme telle inadéquate en poésie, « langue de sentiment » :

C’est toute une nouvelle théorie à constituer ; celle de la langue de sentiment distincte de la langue d’utilité et de communication sur laquelle est fondée notre linguistique actuelle. Dans la langue de sentiment ce n’est plus le signe qui est l’unité admise. (p. 746, f. 355)

103Le signe peut-il vraiment se dépouiller de toute signification conventionnelle ? Face à la position du « ou exclusif », je choisis l’opposition associative de Hjelmslev (1972). Une chose peut être à la fois elle-même et son contraire, pourquoi le signe ne pourrait-il pas à la fois signifier et évoquer ? Poser l’existence de deux signifiances hétérogènes, l’une du signifié, l’autre du signifiant, permet justement de dépasser les limites auxquelles le linguiste s’est heurté, qui maintient à son corps défendant une conception étroite du système et la validation du principe de non-contradiction, alors même qu’il voudrait, pour parler de la langue de l’émotion et des sentiments, s’en libérer. Les mots en poésie sont investis d’une « vérité iconique », sans pour autant perdre leur « vérité signifique » (Benveniste 2011, p. 134, f. 55). L’existence d’une « sémantique sans sémiotique » (Meschonnic 1997), incontestable quand il s’agit de musique, de peinture, etc., me paraît réservée à des situations exceptionnelles quand il s’agit de langage. Seuls les tout petits enfants peuvent être confrontés à une signifiance brute, et par la suite, seuls l’ailleurs et l’inconnu de langues parfaitement étrangères nous replongent dans cette expérience de la pure évocation, face à des mots dont le sens nous échappe et dont seule nous parvient la musique. Il faudrait désapprendre une langue pour ne plus la comprendre :

Je rêve d’un homme qui aurait désappris les langues de la terre jusqu’à ce qu’il ne puisse plus comprendre, dans aucun pays, ce qui s’y dit.
Qu’y a-t-il dans la langue ? Que cache-t-elle ? Que vous prend-elle ? Au cours des semaines que j’ai passées au Maroc, je n’ai essayé d’apprendre ni l’arabe, ni aucun dialecte berbère. Je ne voulais rien perdre de la puissance exotique des cris. Je voulais être touché par les voix telles qu’elles sont par elles-mêmes et n’en rien affaiblir par un savoir artificiel et insuffisant.
(Canetti 1994 [1967], p. 32-33)

  • 24 Dans la citation mise en exergue « le mot ne signifie pas (seulement) mais […] il évoque » (f. 311 (...)

104Benveniste lui-même n’était sans doute pas aussi radical que l’interprétation de Meschonnic le laisse supposer24. Pas plus que dans la cure analytique, où le signifiant ne se détache jamais complètement de son sens dénotatif, mais l’enrichit de ressemblances et d’épaisseurs inédites par les procédés de déplacement et de condensation de la parole associative, pas plus la parole poétique ne me paraît rompre entièrement avec la dualité signifiant/signifié. Une chose peut être à la fois elle-même et son contraire, A et non-A. Le signe peut à la fois signifier et évoquer. La signifiance du signe se fonde sur sa dualité, qu’elle soit dénotative, quand c’est celle du signifié, ou bien évocatrice, quand c’est celle du signifiant. Étudier la signifiance de la répétition, c’est choisir d’étudier le signe comme « évocant ».

*

105Le Benveniste des notes manuscrites sur Baudelaire a, comme le décrit Laplantine, opposé « deux points de vue, deux rapports au langage et au monde », il a critiqué « une linguistique de la dénotation et de la communication » et proposé « une nouvelle manière d’aborder le langage » (Laplantine 2011). Ce chapitre s’est attaché à montrer que l’existence de ces deux points de vue, de ces deux rapports au langage et au monde, doit être étendue au-delà de l’opposition entre langage ordinaire et langage poétique.

106Le primat ou du moins le non-effacement du signifiant est à l’œuvre lorsque le discours n’a pas prioritairement une visée informative, mais une visée ludique, esthétique, rituelle… L’opposition entre signification et signifiance, entre signifiance de la dénotation et signifiance de l’évocation, ne se fonde pas sur l’utilisation de marqueurs linguistiques spécifiques, comme la distinction entre plans du récit et du discours (Benveniste 1966) ; elle ne présuppose pas non plus l’appartenance ou au contraire l’autonomie par rapport à un genre de discours, comme les textes, opposés aux « phrases sans texte » ou aphorisations (Maingueneau 2012), c’est une opposition qui précède ces distinctions, elle est inscrite dans la langue avant de traverser tous les genres de discours, toute l’énonciation.

107Il n’est nul besoin d’être poète ou cultivé, de faire des mots d’esprit ou de sonder l’inconscient pour (faire) entrer dans la signifiance de l’évocation. Il suffit de répéter. En respectant certaines lois de composition, d’harmonie phonique. La problématique de la signifiance ici présentée coïncide avec celle de la répétition figurale, les deux sont indissociables. Il est temps de voir en quoi la répétition figurale constitue le moyen le plus simple et le plus facile, universellement employé pour faire entrer dans la signifiance, avec toutes les propriétés qui en découlent. Toute la dynamique du sens dans son ambiguïté (sens sensoriel et sens intelligible, mais aussi direction, orientation) se trouve mise en œuvre et modifiée par la répétition figurale. La répétition exige alors d’être réinterprétée à la lumière de sa perception spécifique, auditive et temporelle : le chapitre suivant s’attache à le faire à partir de la notion psychologique de Gestalt.

Notes

1 Principe esthétique, principe narratif, principe poétique, principe linguistique ? Le terme, associé à de multiples épithètes, reste ouvert. Je renvoie ici à deux ouvrages de synthèse sur la répétition en littérature : Le principe de répétition : littérature et modernité (Bardèche 1999) et Wiederholung als ästhetisches Prinzip (Pütz 2004).

2 On sait que le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure (désormais abrégé en CLG) a été publié en 1916, trois ans après la mort du maître, par deux de ses disciples, Charles Bally et Alfred Sechehaye, qui l’ont reconstitué et recréé non d’après des manuscrits autographes, mais d’après les notes de cours de cahiers de ses étudiants. Qui lit le Cours doit donc nécessairement séparer le bon grain de l’ivraie, conseil que donnent d’ailleurs eux-mêmes les éditeurs à la fin de leur préface : « La critique saura-t-elle distinguer entre le maître et ses interprètes ? Nous lui saurions gré de porter sur nous les coups dont il serait injuste d’accabler une mémoire qui nous est chère » (CLG, Préface de la 1re édition, p. 11). L’édition de Tullio de Mauro (parue en italien en 1967), avec son apparat critique de commentaires et quelque deux cents pages de notes, précise et éclaire les propos effectivement tenus par Saussure et permet de lire ce texte fondateur sans trahir sa pensée. C’est à cette édition critique publiée en français (Saussure 1995) que renvoie l’abréviation CLG.

3 Ce schéma a fait l’objet de nombreux commentaires, voir dernièrement ceux de François Rastier sur la forme de l’ellipse et la barre qui sépare les deux faces du signe, ajoutées par les éditeurs (2015, p. 64-66).

4 Tullio de Mauro signale dans sa préface que Saussure lui-même appelait signe « toute union d’un signifiant à un signifié […] : chien ; il parle ; ce soir la lune dort avec plus de paresse, etc. » (CLG, p. IX). « Dans la règle, nous ne parlons pas par signes isolés, mais par groupes de signes, par masses organisées qui sont elles-mêmes des signes », affirme Saussure (p. 177).

5 L’adjectif « abstrait » est pour nous beaucoup plus parlant, mais, ainsi que l’explique Tullio de Mauro dans sa préface au CLG, ce terme était, à la fin du XIXe siècle et après cent ans de philosophie kantienne, connoté très négativement. « C’est pourquoi Saussure, saisissant pourtant et définissant parfaitement le caractère abstrait des unités linguistiques, est contraint d’éviter l’usage d’abstrait, exposé à des malentendus indésirables » (p. VIII).

6 La distinction que fait Saussure entre « l’arbitraire absolu et […] l’arbitraire relatif » (CLG, p. 180-184) ne remet pas en cause le principe de l’arbitraire : « le principe irrationnel de l’arbitraire du signe […], appliqué sans restriction, aboutirait à la complication suprême ; mais l’esprit réussit à introduire un principe d’ordre et de régularité dans certaines parties de la masse des signes, et c’est là le rôle du relativement motivé » (p. 182-183).

7 « Dans la langue du village […] et pour tous les gens autour de moi, les mots étaient directement sur les choses qu’ils dénommaient. Les choses s’appelaient exactement comme elles étaient, et elles étaient exactement comme elles s’appelaient. Un accord réciproque et immuable ».

8 Tel est le titre donné par Starobinski au premier chapitre (Saussure et Starobinski 1971, p. 11‑41).

9 Par exemple, cette loi de couplaison est découverte dans les vers saturniens : « La totalité des syllabes de chaque vers saturnien obéit à une loi d’allitération, de la première syllabe à la dernière ; et sans qu’une seule consonne, ni de plus une seule voyelle, ni de plus une seule quantité de voyelle, ne soit pas scrupuleusement portée en compte » (Lettre du 14 juillet 1906, Jakobson 1971, p. 21).

10 Baudelaire, « Le Vieux Saltimbanque », cité par Starobinski (Saussure et Starobinski 1971, p. 158).

11 Tous les procédés décrits par Freud dans Der Witz (création de mots-valises, polysignifiance, calembours, contrepèteries…) sont des procédés de signifiance, réunis par la propriété de la condensation (Verdichtung) : « die Verdichtung bleibt die übergeordnete Kategorie » (1973a [1905], p. 45) ; « La condensation reste la catégorie supérieure ».

12 Sur la souplesse de la logique naturelle et l’identité des contraires dans la théorie hjelmslévienne, voir Tatsukawa 1995.

13 Sur les formes intermédiaires entre reformulations et répétitions, voir Rabatel (2007b), Prak-Derrington (2008).

14 Je rappelle que je ne mentionne pas ici l’autonymie et la modalisation autonymique parce qu’elles ne sont pas constitutivement liées à la répétition figurale.

15 Il existe toute une tradition philosophique, de Kant aux néo-kantiens. Au XXe siècle en France, la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty (1981 [1945]) rompt avec la tradition rationaliste et l’ontologie dualiste des catégories corps/esprit. Merleau-Ponty affirme le primat de la perception, unissant sensation et conscience. En Allemagne, on peut citer les travaux d’Ernst Cassirer (1972 [1923-1925]).

16 Je cite ci-après un exemple à propos de la perception de la temporalité, entendu dans une conférence sur la langue des signes (Vincent-Durroux 2012). Pour un bien-entendant, la perception du temps est étroitement liée à l’audition, car c’est par ce sens qu’il a construit dès les premiers mois de sa vie la notion temporelle de successivité. Un tout jeune enfant qui a faim et ne peut pas encore parler pleure. La mère ou le père qui s’en occupe s’approche et entre dans la chambre pour le prendre dans ses bras et lui donner à manger. À six mois, dès que le bébé voit l’adulte référent, ses pleurs cessent. Par la suite, il suffira qu’il entende le bruit des pas pour cesser de pleurer. L’enfant sourd ou malentendant ne peut pas entendre l’adulte s’approcher et ne pourra réagir qu’à l’instant où il voit l’adulte se pencher au-dessus de lui. Son apprentissage de la consécution temporelle et sa conception du temps en général s’organiseront alors de manière uniquement visuelle.

17 Didier Bottineau (2012) donne une description aussi détaillée que technique de l’activité motrice et sensorielle de la parole.

18 Les cinq premiers ont été mis en ligne : [http://sites.google.com/site/cahierslinguistiqueanalogique/home].

19 La recherche sur le nom propre a connu un grand essor, après la thèse en sémantique que lui a consacrée Georges Kleiber (1981). Sur les recherches en analyse du discours, voir Lecolle, Paveau et Reboul-Touré (2009).

20 Dans leur Traité sur l’argumentation, Chaïm Perelman et Lucie Tyteca (1988) décrivent très justement la répétition comme une « figure de présence » (p. 236).

21 Marc Dominicy (2011) a ainsi développé une poétique cognitive complexe, en revisitant la théorie de Dan Sperber sur le symbolisme. Je me suis moi-même, dans les dimensions modestes d’un article, interrogée sur le pouvoir « magique » d’évocation du langage à travers une aphorisation (Prak-Derrington 2012a).

22 Je renvoie pour une présentation synthétique et une analyse de ces notes à l’éditrice et auteure de la transcription, Chloé Laplantine (2011, 2012), ainsi qu’au dossier thématique de Semen (Adam et Laplantine 2012). Ces notes étaient très certainement destinées à paraître en 1968 dans un numéro de la revue Langages, dirigé par Roland Barthes et intitulé Linguistique et littérature, mais à la suite de l’attaque cérébrale dont Benveniste fut victime – qui le laissa aphasique les sept dernières années de sa vie – le projet n’a jamais abouti.

23 Ci-après quelques passages éclairants (l’abréviation f. renvoie à feuillet) : « L’évocation est une catégorie capitale chez Baudelaire et peut-être en général en poésie » (Benveniste 2011, p. 266, f. 121) ; « L’originalité chez lui est que c’est un langage chargé d’émotion. Cela vient de sa vision d’abord. Baudelaire ne décrit jamais, il évoque, et il y a toute la différence du monde entre décrire et évoquer » (p. 426, f. 197, je souligne) ; « “Je sais l’art d’évoquer les minutes heureuses. Tous les mots portent. Tout Baudelaire est ici défini. Baudelaire est le poète par excellence de l’évocation / c’est-à-dire du souvenir rendu présent » (p. 434, f. 201).

24 Dans la citation mise en exergue « le mot ne signifie pas (seulement) mais […] il évoque » (f. 311), on a déjà commenté l’usage de la rature (voir Dessons 2012, § 39). Il faudrait parler aussi des parenthèses. Parenthèses et rature indiquent clairement que Benveniste a hésité avant de « trancher » pour le principe d’une signifiance unique. Mais peut-on parler d’une décision définitive dans un écrit en devenir ? 

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schéma du signe saussurien
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/16474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Figure 2. Coïncidences du dire à lui-même
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/16474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search