Version classiqueVersion mobile

Magies de la répétition

 | 
Emmanuelle Prak-Derrington

Introduction

De la notion de « sujet » dans l’énonciation

Texte intégral

  • 1 On a ainsi pu parler de « première » et « seconde mouture » de l’énonciation (Paveau et Rosier 200 (...)

1Le prologue a posé l’arrière-plan sur lequel s’inscrit cet ouvrage, il faut maintenant poser les jalons de la problématique de la répétition en termes linguistiques, et revenir sur ma filiation principale, celle de l’« énonciation ». Le concept d’énonciation est beaucoup moins flou et accueillant que celui d’« analyse de discours », mais il s’inscrit cependant dans une histoire riche de nombreuses pistes de recherche et de multiples orientations1. Je m’inscris dans le courant de pensée d’Émile Benveniste, qui voit dans la question du discours avant tout celle de l’inscription de « l’homme dans la langue » (1966 et 1974, titre des sections v), et place le « sujet parlant » au fondement même de l’énonciation. Dans le langage, l’antinomie opposant individu et société se traduit par une opposition entre les besoins de la « communication » et ceux de l’« expression personnelle ». Je me suis intéressée aux besoins de l’expression. Ce faisant, je me situe aussi dans la tradition de travaux sur l’énonciation plus anciens, en particulier la stylistique de Charles Bally (1926 et 1951), par la place centrale qu’elle accorde à l’expressivité, à la langue des affects et des émotions. Plus que le discours inscrit dans la société et dans l’histoire, plus que le discours saisi avec son extérieur, comme « contexte », comme « scène » ou comme « situation » d’énonciation, c’est la notion de « sujet universel » qui est questionnée quand on étudie la répétition. Le sujet en tant qu’« être humain », au-delà des frontières, bien plus que le sujet « être social » : ce que Marcel Jousse a appelé l’anthropos, « l’homme surpris, autant que possible, dans sa jaillissante spontanéité » (1978, p. 23).

2La notion de sujet est en effet mouvante et protéiforme : sujet individuel et sujet sociétal, mais aussi sujet de l’énonciation, sujet de l’acte de langage, sujet de l’inconscient, et en définitive, sujet doté d’un corps. Je suis partie d’une définition de la répétition comme « mise en avant du corps des signes ». Cette appréhension m’a permis d’articuler les trois derniers aspects, d’intégrer la problématique de l’incarnation et celle de l’inconscient, encore trop négligées dans les travaux actuels sur l’énonciation.

3Le premier aspect, le sujet de l’énonciation, a déjà été largement exploré, puisqu’il fonde la définition même du concept depuis Benveniste. S’ajoute depuis plusieurs décennies la redécouverte de l’œuvre de Mikhaïl Bakhtine. En France, la linguistique de l’énonciation consiste pour une large part en l’étude du dialogisme et de la polyphonie. Ce qui importe, c’est de scruter toujours plus avant la pluralité et les divisions du sujet. C’est la distinction locuteur/énonciateur d’Oswald Ducrot, ce sont les travaux sur les êtres de discours de la théorie scandinave de la polyphonie linguistique (ScaPoLine) ou encore ceux sur le point de vue d’Alain Rabatel.

4Pour la pragmatique, qui a véritablement pris son essor après les années 1950 et l’extension des théories de John L. Austin et des philosophes du langage ordinaire, le sujet de l’acte de langage est d’abord pris en compte en tant qu’acteur « institutionnel ». Comment l’auteur de l’énonciation s’inscrit-il dans le contexte et la situation de communication, est-il ou non légitimé à accomplir tel ou tel acte (le prêtre habilité à dire « je te baptise » à l’église, le maire qui prononce la formule « Je vous déclare unis par les liens du mariage »…). Dans un second temps, le sujet de la pragmatique est « interprète » (Dennett 1990). Il met en œuvre des processus inférentiels pour comprendre les énoncés (à commencer par les fameux actes de langage indirects), il doit recourir à des connaissances partagées, à des capacités générales de déduction, etc.

  • 2 On peut contester le rapport d’équivalence posé entre « non-conscient » et « inconscient » dans le (...)

5Qu’en est-il du sujet de l’inconscient et du sujet incarné ? Ces deux derniers aspects semblent encore en marge des préoccupations de la linguistique énonciative. Il est admis que la psychanalyse a joué un rôle prépondérant dans la naissance de l’école française de l’analyse de discours, les deux démarches s’efforçant de déchiffrer, « sous l’innocence de la parole et de l’écoute, la profondeur assignable d’un second, d’un tout autre discours, le discours de l’inconscient » (Althusser et Balibar 1968, p. 12). Mais les travaux sur l’énonciation se sont peu servis de la notion d’inconscient, ou du moins lui ont donné une interprétation étroite. Ainsi des études sur les gloses épilinguistiques, appréhendées comme une « pratique métalinguistique non-consciente de tout sujet » (Culioli 1999, p. 74). La saisie des faits méta-énonciatifs implique, selon Jacqueline Authier-Revuz, non pas un « sujet-origine » mais un « sujet-effet », « auquel [le dire] échappe, irreprésentable dans sa double détermination par l’inconscient et par l’interdiscours » (1995, p. 66). Mais si inconscient il y a dans les gloses spontanées, c’est un inconscient réduit, circonscrit aux représentations linguistiques du sujet2.

6Quant à la problématique du corps du sujet dans le langage, si elle est fondamentale pour les théories de linguistique cognitive (concepts de l’embodiment, de l’enaction, etc., voir chapitres 2 et 6), si elle fait partie intégrante de la linguistique des interactions verbales (analyse du mimo-gestuel et du paraverbal), et si elle joue, enfin, un rôle important dans les travaux récents en acquisition et apprentissage des langues (voir Louÿs et Leeman 2013), force est de constater qu’elle reste largement étrangère à l’analyse des textes et des discours.

7Ce sont ces trois derniers aspects, le faire, l’inconscient et le corps du sujet que la répétition exacte, c’est-à-dire à l’identique, permet d’articuler sous un jour nouveau. Parce qu’elle détourne ostensiblement le langage de sa fonction dénotative ou référentielle, traditionnellement considérée comme principale – dans la répétition exacte telle que je l’étudie, on ne répète jamais pour « transmettre des informations » –, elle ouvre la porte vers les autres fonctions du langage, celles qui parlent, bien plus que du monde, du sujet lui-même, de sa subjectivité, de son affectivité, de son appartenance à une communauté, de son corps. Autant de fonctions qui n’apparaissent pas dans les schémas classiques de la communication (Bühler 1934, Jakobson 1963). La répétition nous rappelle que le langage est ce qui fonde et distingue l’anthropos, seul, parmi les êtres vivants, à être de langage : « Bien avant de communiquer, le langage sert à vivre » (Benveniste 1974, p. 217).

Quelles répétitions ?

  • 3 J’ai ainsi cherché à décrire et comprendre la répétition chez deux auteurs de langue allemande qui (...)

8La répétition fait l’objet de nombreuses analyses dans le discours littéraire (poésie et prose), où elle est depuis toujours valorisée. J’ai moi-même, avant d’écrire cet ouvrage, consacré de nombreux articles à la répétition dans la prose chez des auteurs qui l’ont privilégiée3. Mais j’ai choisi ici d’élargir la problématique au-delà des formes littéraires, et de me confronter à un type de discours dont la réception semble présenter beaucoup moins de difficultés et d’ambiguïtés dans l’interprétation : le discours politique, dans ses formes élaborées et non spontanées, et particulièrement dans ce qu’on a coutume d’appeler « les grands discours ». Les deux ont partie liée, à travers la notion d’« épidictique » ; la répétition jette un pont entre la rhétorique comme art de bien dire et la rhétorique comme art de la parole efficace.

  • 4 La plupart des travaux de Richard (1999, 2000, 2004, 2005…) sur la répétition s’inscrivent dans un (...)

9Je n’étudie que les répétitions exactes, c’est-à-dire celles qui contiennent une reprise à l’identique du matériel formel, reprise totale ou partielle, et surtout, je ne restreins pas mon étude à la dimension syntaxique des répétitions – c’était le cadre des recherches d’Élisabeth Richard (2000)4 – mais j’intègre toujours leur dimension textuelle. Pas dans n’importe quels textes, mais dans ceux où la densité de répétitions est ressentie comme largement supérieure à ce qui est intuitivement considéré comme normal – dans les interactions à l’oral, la répétition est en effet ressentie comme pathologique au-delà de sept occurrences (Roubaud et Loufrani 1993). Je ne considère pas par ailleurs les répétitions qui émanent de locuteurs différents (les hétéro-répétitions), car elles ont déjà fait l’objet de nombreux travaux, mais me concentre sur les auto-répétitions, non pas dans l’oral spontané, mais dans des formes de parole élaborée, orales ou écrites.

10Mon cadre de recherche est donc délimité par ces cinq critères : a) approche textuelle et non pas syntaxique ; b) maintien (éventuellement partiel) du même matériau linguistique – quel que soit l’empan de l’unité répétée ; c) seuil élevé de répétitions ; d) discours monologaux ou maintien du même locuteur ; e) production et réception de la répétition encore trop considérées comme « allant de soi ».

11Il importe ici de prévenir un malentendu sur l’emploi des termes « répétition exacte » ou « répétition à l’identique ». L’unité reprise par la répétition ne peut jamais coïncider avec l’unité-source, et toute répétition à l’identique est proprement impossible, car l’acte et la situation d’énonciation ne sont jamais reduplicables. Le seul fait de répéter implique un changement, fût-il uniquement temporel. L’écrivain Jorge Borges a magistralement décrit ce même toujours autre, car soumis au passage du temps. Sa nouvelle Pierre Ménard, auteur du Quichotte est une parabole sur la répétition :

Comparer le Don Quichotte de Ménard à celui de Cervantès est une révélation. Celui-ci, par exemple, écrivit (Don Quichotte, première partie, chapitre IX) :
… la vérité, dont la mère est l’histoire, émule du temps, dépôt des actions, témoin du passé, exemple et connaissance du présent, avertissement de l’avenir.
Rédigée au xviie siècle, rédigée par le « génie ignorant » Cervantès, cette énumération est un pur éloge rhétorique de l’histoire. Ménard écrit en revanche :
… la vérité, dont la mère est l’histoire, émule du temps, dépôt des actions, témoin du passé, exemple et connaissance du présent, avertissement de l’avenir.
L’histoire, mère de la vérité ; l’idée est stupéfiante. Ménard, contemporain de William James, ne définit pas l’histoire comme une recherche de la réalité mais comme son origine. La vérité historique, pour lui, n’est pas ce qui s’est passé ; c’est ce que nous pensons qui s’est passé. Les termes de la fin exemple et connaissance du présent, avertissement de l’avenir sont effrontément pragmatiques.
Le contraste entre les deux styles est également vif. Le style archaïsant de Ménard – tout compte fait étranger – pèche par quelque affectation. Il n’en est pas de même pour son précurseur, qui manie avec aisance l’espagnol courant de son époque. (Borges 1983, p. 50)

12Magie de la répétition ! Ancestrale et inaugurale, elle fait surgir le passé lointain dans le présent le plus vivant. C’est un sentiment qui nous est familier en musique, qui fait de chaque répétition un écho, et dans laquelle « la deuxième audition garde le souvenir de la première, mais en la transfigurant » (Jankélévitch 2011 [1974], p. 58). Toute re-connaissance est une nouvelle connaissance. Parler de répétition exacte, ou à l’identique, est donc une approximation, une catégorisation par défaut… comme l’est d’ailleurs tout mot dans le langage.

Plan de l’ouvrage

13L’ouvrage se compose de huit chapitres sur la répétition verbale, répartis en deux fois quatre chapitres, sur deux parties, « La répétition figurale » et « La répétition performative ». La première partie (chapitres 1 à 4) propose, après avoir dressé un état de l’art, une théorie de la signifiance de la répétition. La tradition rhétorique est revisitée et une nouvelle approche des figures de répétition est proposée. La seconde partie (chapitres 5 à 8) explore les propriétés performatives de la répétition, à travers l’étude de trois formes : la litanie profane, la réduplication, l’incantation. Le chapitre 4 sur la « cohésion rythmique » constitue le pivot articulant la première et la seconde partie, le dire et le faire de la répétition.

14Les chapitres 5 à 8 sont des variations autour d’une même thèse, exposée dans les chapitres 1 à 4, celle du pouvoir – et on verra aussi, de la magie – du langage, quand les signifiants prennent corps, c’est-à-dire quand ils sont répétés. La répétition sort les signes de l’arbitraire, elle instaure ou suggère une relation de motivation du signe avec autre chose : avec quoi, avec qui ? Même si les réponses varient, le fonctionnement de la répétition est profondément unitaire, ce qui explique que l’on retrouve des concepts et des idées déjà donnés. Il ne m’a pas été possible d’explorer les facettes de la répétition sans me répéter ! L’ouvrage exige donc d’être lu dans sa totalité pour qu’on puisse en suivre toute l’argumentation, mais il n’a pas vocation à être lu de manière linéaire. Les parties synthétiques sont conçues pour permettre au lecteur et à la lectrice de s’orienter rapidement dans l’ouvrage.

15La répétition m’a confrontée à des « problèmes de linguistique générale » – formulation-hommage aux deux ouvrages de Benveniste –, problèmes dont j’ai essayé de démêler une part de la complexité. La répétition ne coïncide pas avec la langue formatée comme « instrument de communication » ; elle n’interroge pas moins que le statut de signe ; elle nous place frontalement devant la question des rapports entre formes et sens, entre mots et gestes, entre dire et montrer ; elle est intimement liée à l’inscription du corps du sujet dans l’énonciation ; elle redéfinit la notion même de subjectivité. Chaque chapitre représente une étape dans ce parcours de recherche autant qu’un point de vue stabilisé sur l’aspect particulier qu’il s’efforce d’éclairer.

16Le premier chapitre « La répétition verbale » parcourt l’état de l’art et revient sur la différence entre répétition en langue et répétition en discours. Il met au jour une tradition de l’indifférenciation dans la réception de la seconde, appréhendée indifféremment comme répétition du signifié ou répétition du signifiant. Cette indifférenciation a masqué très longtemps la reconnaissance de l’originalité énonciative de la répétition à l’identique. La tradition de l’indifférenciation va de pair avec la concentration sur la répétition du signifié. Cet aspect est analysé à travers trois notions-clés en analyse des textes et des discours : le couple binaire cohésion/cohérence, la notion de reformulation, enfin celle de modalisation autonymique.

17Le chapitre 2 « Répétition et signifiance » met en parallèle cette tradition de l’indifférenciation avec la tradition post-saussurienne qui a transformé les deux faces hétérogènes du signe en un signe homogène, « recto et verso » d’une même feuille. Dématérialisé, escamoté par le principe de l’arbitraire, le signifiant a été renvoyé à d’autres disciplines et d’autres méthodes : aux études littéraires, à travers l’étude du langage poétique, ou bien à la psychanalyse. Ce n’est que par la suite qu’on a vu se développer une « linguistique du signifiant ». À partir du constat de l’autonomie irréductible du signifiant, je définis deux modes de signifier pour la répétition : la répétition-signification et la répétition-signifiance. J’emploie le terme de signifiance non dans le sens général de « propriété de signifier », mais dans le sens inclusif de « mode de signifier produit par des signifiants non substituables ». La signifiance donne la primauté à la part sensible des signes, elle met en avant leur « corps ». Et c’est parce qu’elle obéit à une dynamique de la perception qu’elle permet alors de créer ou de suggérer un rapport de motivation entre le contenu et l’expression, entre le dire et le faire, ou encore entre les interactants. La répétition nous fait entrer dans la signifiance de l’évocation.

18C’est le premier aspect de cette signifiance, la motivation signifiant-signifié, que le chapitre 3 s’efforce d’explorer à travers la répétition « figurale », c’est-à-dire « qui fait figure ». La notion de figure est un concept migrateur, pour lequel les études récentes, si elles en ont renouvelé et dynamisé l’approche, n’intègrent que très peu, voire pas du tout, le sens littéral de « forme ». Je développe le concept de « répétition réticulaire » pour rétablir la figure dans son sens premier de « Gestalt ». À l’encontre d’une tradition qui a toujours privilégié les tropes, je détache la figure du sens de figuré et la rattache aux théories de la « psychologie des formes ». Le gestaltisme permet de renoncer à l’approche localiste de la rhétorique, qui atomisait la répétition en d’innombrables figures (anaphore, anadiplose, antimétabole, épiphore, symploque…), et montre l’intérêt de la remplacer par une approche globale et réticulaire, du moins dans certains types et séquences de textes. La répétition réticulaire a le pouvoir d’affranchir le discours des deux lois fondamentales proclamées par Ferdinand de Saussure, l’arbitraire du signe et le temps linéaire du syntagme. L’accord son et sens découle de cette structuration sonore (paradigmatique) de la linéarité (syntagmatique). Il n’est pas du tout réservé au discours littéraire.

19J’appelle « cohésion rythmique » (chapitre 4) le mode d’énonciation instauré par la répétition réticulaire. Avec la répétition figurale, ce ne sont plus prioritairement les sens et les contenus qui régulent le discours, mais son organisation en unités rythmiques. À côté de la cohérence et de la cohésion sémantiques définies par la linguistique textuelle, il faut poser dans certains cas un primat rythmique. Le rythme, compris comme « forme distinctive, figure proportionnée, disposition » (Benveniste 1966, p. 332), fait directement écho à la figure définie comme « forme » ou « Gestalt ». Diverses formes de cohésion rythmique sont analysées à travers l’étude d’exemples de discours dans lesquels la forme est d’une importance capitale, majoritairement les « grands discours politiques » épidictiques. Les analyses s’attachent à montrer de quelle manière la répétition construit un lien d’iconicité entre signifiant et signifié, signe et référent.

20La seconde partie (« La répétition performative », chapitres 4 à 8) ébauche une pragmatique de la répétition. Il s’agit d’étudier la relation de motivation qui s’établit non plus entre les formes et le sens, mais entre le dire et le faire, le verbal et le paraverbal, le mot et le geste, les corps des signes et le pouvoir performatif. Autant d’aspects qui nous mènent in fine au pouvoir de nomination décuplé par le « faire être » de la répétition : à la répétition « magique », ou la « fonction incantatoire ».

21L’étude des litanies non religieuses, largement discréditées dans le langage ordinaire (« La litanie à travers les genres de discours », chapitre 5), revient sur la manière dont la litanie entre en infraction avec les lois de structuration et de progression informationnelle. Le non-respect du principe de pertinence s’avère inversement proportionnel à sa puissance performative. Je montre que le déploiement d’une litanie coïncide avec l’entrée dans une énonciation extra-ordinaire. La litanie est analysée comme une forme sécularisée de l’énonciation rituelle, qui permet d’accomplir plusieurs macro-actes de langage, explicites ou implicites, mais toujours de portée et d’importance exceptionnelles.

22Les trois derniers chapitres placent le corps et le cœur, les émotions, au centre de la réflexion sur la puissance performative de la répétition.

  • 5 L’énonciation est une « mise en fonctionnement [de la langue] par un acte individuel d’utilisation (...)

23Le chapitre 6, « Performance et performativité », nous fait entrer dans la problématique de l’« incarnation », et pose les rudiments pour intégrer la dimension de la corporéité dans l’énonciation. La répétition est définie, en écho à Benveniste, comme une « mise en avant du corps de la langue par un acte individuel d’utilisation »5, définition qui sera étayée par la théorie du « double encodage » d’Iván Fónagy, selon laquelle tout message linguistique comporte à côté du premier message verbal un message secondaire, phono-gestuel. Toute sémiotique de la répétition se doit de prendre en compte ce message dans la mesure où il n’a plus rien de « second ». L’étude d’une des performances les plus célèbres du xxe siècle, celle de Martin Luther King prononçant son discours « I have a dream », montrera comment le procédé de musication de la phrase-refrain transforme le discours en co-énonciation. La phrase-refrain ouvre un espace de partage, que je définirai comme celui d’une « aphorisation originelle ».

24Le chapitre 7, « La réduplication », se penche sur la forme de répétition la plus simple et la plus répandue, en langue et en discours, de manière universelle. À contre-courant des études énonciatives qui se sont attachées à montrer son caractère imprévisible et en ont valorisé la complexité interprétative, je mets au contraire en avant son caractère rudimentaire, sa dimension physique et articulatoire. L’implicite de la réduplication n’est énigmatique que si l’analyse se restreint au niveau des mots, mais la figure est constitutivement hybride, à mi-chemin entre le dire et le montrer. La réduplication est définie comme un geste verbo-vocal, un marqueur lexical « tout-terrain » de l’affectivité, dont la place dans le discours doit être réévaluée. Une linguistique des émotions devrait la considérer, à l’instar des interjections et des exclamations, comme un marqueur majeur de l’expressivité.

25Le livre se clôt sur l’articulation du rite et de la répétition (chapitre 8, « L’incantation »), à travers l’étude de l’incantation, ou de la répétition magique. Que se passe-t-il lorsque la parole se rapproche du chant ? La répétition est appréhendée comme un acte d’institution (Bourdieu 1982a), à la fois instituée (pour les hétéro-répétitions) et instituante (pour les auto-répétitions). L’incantation fait passer la parole d’un statut à un autre : d’ordinaire à extraordinaire, d’arbitraire à motivé, de profane à sacré. Est ébauchée une explication à la fois linguistique (à travers les notions de dire et de montrer, de posé et de présupposé) et phénoménologique, fondée sur les données de l’expérience et du vécu, de ce pouvoir de conversion de la répétition. En s’ouvrant aux recherches de la sociologie et de la théologie par le biais des formules sacramentelles, le huitième et dernier chapitre insiste, comme le prologue, sur les possibles ouverts par une approche interdisciplinaire.

Au lecteur et à la lectrice

26Il me reste à faire deux remarques à propos des choix de rédaction. La première concerne le plurilinguisme des citations et des exemples. La répétition se joue des frontières des langues, et les exemples sont indifféremment issus du français, de l’allemand et de l’anglais ; seul l’allemand est traduit. En l’absence de mention de nom d’un traducteur ou d’une traductrice, il s’agit alors de mes propres traductions. L’anglais, en tant que lingua franca de diffusion du savoir scientifique, est donné sans traduction. Ce n’est pas sans imposer au lecteur et à la lectrice un code-switching qui pourra leur sembler fastidieux, mais le plurilinguisme a sur le monolinguisme un indéniable avantage ; il permet de révéler un aspect essentiel dans la signifiance de la répétition : celui de la musique des mots en deçà et au-delà de leur « signification ».

27La seconde remarque porte sur l’écriture même. J’ai fait le choix de ne pas inclure trop de références bibliographiques, et de ne pas recourir, dans la mesure du possible, à des termes trop spécialisés. Austin se réclamait d’une philosophie du langage ordinaire, mais la langue scientifique ou académique des linguistes est bien souvent coupée de celle qu’utilisent les gens ordinaires. C’est à dessein que je recours parfois à des comparaisons du quotidien, et que j’utilise dans un ouvrage à visée scientifique « la langue des jours ouvrables, c’est-à-dire de tous les jours » (Bouveresse 1971, p. 36). L’équilibre est fragile entre les exigences d’un discours expert et la volonté de pratiquer une linguistique « hors du temple » (Achard-Bayle et Paveau 2008), mais j’ai essayé de m’adresser, au-delà des spécialistes, à tous ceux et celles qui s’intéressent à la répétition. Pourquoi répéter ? L’objet de ce livre est précisément d’apporter quelques éléments de réponse à cette question.

Notes

1 On a ainsi pu parler de « première » et « seconde mouture » de l’énonciation (Paveau et Rosier 2005), la première étant représentée par Benveniste (1966 et 1974), la seconde par les chercheurs post-benvenistiens qui, en plaçant au cœur de l’énonciation le terme de « discours », ont forgé une « analyse de discours énonciative (ADE) » (Paveau et Rosier 2005). Voir le post-scriptum de Gian Maria Tore (« L’énonciation comme concept-clé des sciences du langage : peut‑on la définir ? ») dans l’ouvrage collectif L’énonciation aujourd’hui (Colas-Blaise et al. 2016).

2 On peut contester le rapport d’équivalence posé entre « non-conscient » et « inconscient » dans les gloses spontanées. « J’aurais voulu qu’elle fasse je ne dis pas de longues études mais qu’elle ait un petit bagage de culture, vous voyez ce que je veux dire » (Authier-Revuz 1995, exemple cité p. 204). Le dédoublement énonciatif ouvre de fait une brèche dans la prétention de maîtrise du sujet sur son discours, mais il me semble que la démarche d’élucidation et d’explicitation des signes, quoique non délibérée, reste étrangère aux mécanismes fondamentaux de condensation et de déplacement (Verdichtung et Übertragung), par lesquels se manifeste selon Freud l’inconscient dans le langage.

3 J’ai ainsi cherché à décrire et comprendre la répétition chez deux auteurs de langue allemande qui la pratiquent de manière immodérée, et j’ai consacré plusieurs articles à Thomas Bernhard et à Herta Müller, mais j’ai analysé aussi son surgissement ponctuel chez Max Frisch, Thomas Mann ou même Samuel Beckett (avec Aliyah Morgenstern 2008).

4 La plupart des travaux de Richard (1999, 2000, 2004, 2005…) sur la répétition s’inscrivent dans une approche syntaxique qui prend pour unité la proposition : « On appelle répétition le retour à l’identique du même matériau lexical au sein d’une proposition, ou, à la rigueur, de deux propositions en succession immédiate » (2004, p. 53).

5 L’énonciation est une « mise en fonctionnement [de la langue] par un acte individuel d’utilisation » (Benveniste 1974, p. 80, je souligne).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search