Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La realidad y el deseo

 | 
Carmen Val Julián

3. Pouvoirs des mots

Modernismo, modernidad, moderno dans l’Espagne du tournant du siècle : un chassé-croisé sémantique

Elisabeth Delrue

Testo integrale

1Si le modernisme envahit l’Espagne à la fin du xixe siècle, il provient d’Amérique latine, où il se développe avec Martí et Julián del Casal à Cuba, Darío au Nicaragua et au Chili. Rubén Darío a employé le mot, pour la première fois dans un article sur le livre Fotograbado de Ricardo Palma en 1890. Le modernisme se substitue au romantisme, au naturalisme ou au réalisme, dont les vertus s’épuisent. Ce mouvement littéraire qui de 1890 à 1915 connaît son essor, son apogée et son déclin, a dans l’histoire des lettres hispano-américaines une importance exceptionnelle. Il signifie une émancipation littéraire vis-à-vis de l’Espagne après l’émancipation politique : les lettres hispano-américaines ne sont plus un simple écho des lettres espagnoles. Elles manifestent leur autonomie par une création propre qui implique un souci surtout formel, le raffinement extrême de l’art pour l’art, une prolifération des motifs exotiques et culturels, une esthétique fondée sur le signifiant sonore et sur la création de savantes métaphores.

2Le terme de modernisme s’applique aussi, dans la même période, approximativement, mais en Catalogne cette fois, à l’Art nouveau ou style moderne dans sa version catalane. Ce mouvement artistique, en effet, qui se développe en Europe pendant la fin du xixe siècle et le premier quart du xxe siècle, trouve son essor parmi des arts très différents, l’architecture (types d’immeubles inclus), la sculpture (art indépendant ou part de l’ornementation d’immeubles), la peinture et les arts décoratifs avec des matériaux comme les mosaïques, le verre, le bois, les textiles et le fer pour manufacturer meubles, lampes, bijoux, vêtements, bouteilles, vaisselles, tapis. Il se manifeste aussi dans la richesse ornementale et le renouveau des techniques traditionnelles de construction et de décoration, par l’utilisation de matériaux anciens (la brique) et nouveaux à l’époque (le fer) ainsi que de nouvelles techniques en céramique.

3Son nom varie suivant les différents pays : Art nouveau, Modern Style ou Liberty en Angleterre ; style moderne, Modern Style ou Art nouveau en France ; Jugendstyl en Allemagne, Floreal ou Liberty en Italie. Ces diverses tendances présentent une coïncidence temporelle et une esthétique commune même si elles comportent des différences entre chaque pays et même parfois à l’intérieur de ces mêmes pays. L’Art nouveau en Catalogne eut une extraordinaire présence dans cette région ouverte aux tendances venant de l’Europe, à une période où il s’agissait de raffermir ses éléments différentiels avec l’Espagne et de renforcer son nationalisme. Cette tendance collective de renouvellement artistique et progrès s’épanouit sous l’impulsion de la Renaixença (renaissance linguistico-culturelle), après le long déclin consécutif à la défaite de Barcelone en 1714 et au décret de Nueva Planta de Philippe V qui promulgua la perte des droits et des institutions nationales.

4Enfin, on parle aussi de modernisme catholique, dont on peut, pour en obtenir une définition, reprendre le décret Lamentabili et l’encyclique Pascendi de Pie X de 1907 : il est décrit comme un système hérétique multiforme articulé autour de quatre plans. Il y apparaît alors, sur le plan philosophique, comme un agnosticisme inspiré de Kant, de Comte et Spencer, tandis qu’il se présente sur celui de l’histoire et de l’exégèse biblique comme une revendication d’indépendance des sciences religieuses à l’égard du magistère ecclésiastique. Sur un plan purement théologique, on y décèle la substitution de l’expérience religieuse au dogme. Sur un plan pratique, enfin, le projet d’une réforme générale des institutions ecclésiastiques qui visait à introduire dans le catholicisme l’esprit démocratique moderne y est entrevu. Ces modernistes catholiques approuvaient la séparation de l’État et des Églises qui favorisait la liberté des catholiques comme citoyens à l’égard de l’autorité ecclésiastique.

5Trois mouvements donc, désignés concurremment par le même terme, qui ont en commun l’idée d’une rupture, voire d’une émancipation avec un ordre établi, mais aussi la revendication à l’égard d’une autorité, d’un renouvellement ou d’une réforme d’un dogme, voire d’une renaissance ou, tout simplement, d’une création autonome.

  • 1 Dans la première partie de ce travail, nous appuierons nos réflexions sur l’article modernidad, p. (...)
  • 2 Nous nous référons à une quinzaine de récits de voyage que nous avons eu l’occasion d’analyser, pu (...)

6En réalité, le terme modernismo n’est pas uniquement utilisé à la charnière des xixe et xxe siècles, il apparaît beaucoup plus tôt en Espagne et concurrence, voire supplante, bien souvent, selon les périodes, celui de modernidad comme le révèle le récent Diccionario politico y social del siglo xix espagnol de Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes1. Et on pourrait même affirmer, exemples à l’appui2, qu’au tournant du siècle, c’est l’adjectif moderno qui, associé à tel ou tel substantif, fait une irruption massive dans des textes de natures variées au détriment de modernismo.

Modernisme / moderne : parcours sémantique à travers l’Europe et les siècles

  • 3 Eduard Valentí, El primer modernismo literario catalán…, p. 20-21

7Modernismo vient, tout comme l’adjectif moderno, du latin modernus, utilisé dès le vie siècle. Il dérive de modo dont les sens seraient « récemment », « s’opposant aux choses du passé, à ce qui est ancien ». D’après Eduard Valentí3, moderno est un terme ambigu utilisé dans les polémiques philosophiques et religieuses à partir du xe siècle avec une nuance d’éloge ou de réprobation. Les moderni sont des esprits ouverts et non routiniers qui aiment se tenir au courant des dernières découvertes et des théories les plus récentes. On y décèle parfois, chez ceux qui utilisent ce terme, un reproche voilé de légèreté, de cet amour de la nouveauté pour la nouveauté qui caractérise d’ordinaire les esprits irréfléchis et facilement impressionnables. Appliquer l’adjectif moderno revient à dire que la personne ou l’œuvre auxquelles on l’attribue est reconnue comme introductrice de quelque chose de nouveau qui entre en conflit avec ce qui est connu et traditionnel. C’est là qu’apparaissent les « conservateurs » et les « modernes », jugés négativement par les défenseurs de l’ancien. À l’époque d’Horace, ces derniers se réclament de la tradition de la Poétique d’Aristote, selon laquelle le concept de l’art s’appuie sur le modèle et le respect de la mimesis. Les poetae novi de l’époque de Cicéron appartiennent, de fait, à une école qui clôt une poétique et en ouvre une autre. Quant à Florence, à la charnière des xiiie et xive siècles, naissait avec le dolce stil novo un nouveau sens de la forme et s’établissait une relation arbitraire entre le mot et la chose, la devotio moderna aux Pays-Bas en était, au xve siècle, un lointain écho. Plus tard, Boscán et Garcilaso importèrent en Espagne ces nouveautés venues d’Italie.

8La dispute ancien / moderne, dès le début du Moyen Âge, embrasse tout, aussi bien le domaine artistique que les domaines théologique et philosophique et, du sens temporel de l’adjectif moderno, on est passé au concept de modernista avec un sens éthico-moral et esthétique. Au xive siècle, les moderni étaient, au sein des écoles, les nominalistes. La voie moderne était leur système, elle s’opposait à la voie ancienne de la scolastique classique. Le mot modernista apparaît, pour la première fois dans ce sens, dans un écrit que Luther adressa aux gouverneurs des villes allemandes dans lequel il proposait un plan général d’éducation. À la fin de sa lettre, il exprime sa crainte de voir le diable profiter de l’utilisation de l’imprimerie pour diffuser des mauvais livres. D’où la croyance largement répandue que l’opposition ancien / moderne commence à s’exalter dans les découvertes et les inventions, dans les avantages de l’usage de l’imprimerie. La nouvelle conception du monde et de la vie surgit alors avec la Renaissance et va informer l’esprit (pensée, sensibilité, arts, lettres) de l’époque moderne. Du xvie siècle au milieu du xviiie siècle, la question du moderne ne porte plus sur l’imitation mais sur l’idée de progrès. L’affrontement du progrès et de l’imitation supposait d’admettre que les moderni (le moderne comme équivalent du nouveau) étaient supérieurs aux anciens.

  • 4 José Cadalso, Cartas marruecas, p. 282 ; nous traduisons toutes les citations.

9En Espagne, enfin, on peut lire le terme modernismo, pour la première fois, sous la plume de Calatayud et chez Cadalso dans les Cartas marruecas (carta LXXXII) dans la bouche de Nuño qui parle d’hommes infatués, à la mode : « à force d’étudier les coutumes actuelles et de blâmer les anciennes, et à force de vouloir extraire la quintessence du modernisme, ils ont fini par perdre la tête »4.

10On comprend ici le terme dans les sens de fanatisme en faveur du moderne, de la nouveauté inutile qui désagrège la tradition, l’ordre, le bon goût, le modèle de la mimesis.

11Menéndez y Pelayo en 1894, dans son article publié dans La España moderna, « Splendeur et décadence de la culture scientifique espagnole », livre un premier indice d’une valorisation positive du modernisme en parlant de Ixart, « le plus moderniste de tous, esprit subtile et très raffiné ». Clarín, en 1897, renchérit quand il donne des équivalents du mot, dans Palique du Madrid cómico du 25 septembre 1897 : « Qui est Valle Inclán ? Un moderniste, un homme neuf, un afrancesado franc et courageux » (l’auteur souligne).

12Jovellanos recourait au terme de modernidad, dans ce même sens de particularité de ce qui est moderne, dans une lettre datée de 1805. Quant à l’adjectif moderno, employé depuis le xve siècle, il est d’actualité au xviie siècle dans les disputes entre novatores et scolastiques. Au début du xviiie siècle, Feijoo parle de « philosophes modernes » pour désigner les adversaires de la scolastique.

13Le terme modernismo serait entré en 1899 dans le dictionnaire de la Real Academia. La définition qui lui est attribuée est celle de « goût excessif pour les choses modernes, avec dédain pour les choses anciennes, spécialement en matière d’art et de littérature ».

14Mais tout le monde s’accorde à dire que le concept de modernisme aurait d’abord été utilisé en France.

Modernisme/modernité : des concepts français ?

  • 5 Deux ouvrages l’attestent : Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos j (...)
  • 6 Maximilian Fuchs, Lexique du Journal des Goncourt…
  • 7 Brigitte Trotzig, La Quinzaine littéraire, n°254 du 16 au 30 avril 1977, p. 8.

15La France, depuis le xviiie siècle, irradie, par le truchement de Paris, les nouveautés qui proviennent de l’Occident ou passent par elle. Le terme « modernisme » aurait été exploité pour la première fois par les Goncourt en 18585 et son emploi est commun à la fin du xixe siècle. Le terme « modernité », d’après Maximilian Fuchs6, a été largement employé par les mêmes Goncourt de 1859 à 1882 et généralisé dans la seconde moitié du xixe siècle : « La modernité dans l’art et dans la littérature, c’est l’irrégularité, c’est la révolte. Il en est ainsi depuis le milieu du xie siècle »7.

  • 8 Marcel Cressot, La phrase et le vocabulaire de J.-K. Huysmans…, p. 243.
  • 9 Joris-Karl Huysmans, L’Art moderne, p. 40, cité par Marcel Cressot, La phrase et le vocabulaire de (...)
  • 10 Ibid., p. 60.

16Concernant le dernier quart du xixe siècle, Marcel Cressot8 reprend un texte tiré de L’Art moderne de Huysmans où le terme modernisme est employé à deux reprises : « La conversation s’engage entre les deux amis sur le “modernisme […]. Nous sommes enfin arrivés aux peintres de la modernité »9. « Son modernisme se borne à la reproduction des objets inanimés »10.

17Charles Baudelaire, pour sa part, dans le chapitre qu’il intitule « La modernité », applique le terme à la peinture et dit du peintre moderne :

  • 11 Charles Baudelaire, Œuvres complètes, p. 680 et suiv.

Il cherche ce quelque chose qu’on nous permettra d’appeler la modernité. […] Il s’agit pour lui de dégager de la mode ce qu’elle peut contenir de poétique dans l’historique, de tirer l’éternel du transitoire.11

18Que le concept de modernisme ait d’abord été utilisé en France, Eusebio Blasco le revendique dans deux conférences qu’il a prononcées à l’Athénée de Madrid en 1886. Mais, il applique le terme au naturalisme, au théâtre et à la presse, comme nous allons le voir, sans écarter la participation des Goncourt dans le lancement d’une nouvelle manière de représenter les choses.

  • 12 « J’ai dit il y a huit jours en ce même lieu que la littérature contemporaine en France était natu (...)
  • 13 Antonio Cortón, Prólogo, ibid., p. 15.

19Alors dramaturge et homme politique qui écrit pour presque tous les journaux madrilènes, Blasco connaît bien la France et Paris en particulier puisqu’il a séjourné longtemps dans la capitale en qualité de correspondant permanent du journal La Epoca où, en 1884, il assurait la « Crónica parisiense » et, trois ans plus tard, celle de « París Madrid », dans le même journal. Ces deux conférences prononcées à une semaine d’intervalle12 sont publiées sous le titre commun de El modernismo en Francia. C’est du moins ce que précise le prologue écrit par Antonio Cortón et édité le 9 novembre 1900 dans La Vanguardia de Barcelone13. La première s’intitule Literatura francesa contemporánea, la seconde El periodismo en Francia. Les textes ne sont pas datés. En revanche, une autre conférence donnée par l’auteur dans le même lieu, París íntimo, qui apparaît dans le même recueil, porte la date du 16 avril 1894. Dès les premières lignes, il signale à son auditoire qu’il y a huit ans, dans cette même salle, il avait eu l’honneur de parler sur « Le modernisme en France ». Le calcul est simple. Il s’agissait de 1886.

  • 14 Eusebio Blasco, Obras completas, p. 17.

20Ces deux conférences visent à rendre compte de ce qui se passe à Paris où l’orateur a vécu pendant quatre ou cinq ans dans un milieu littéraire : « […] après quatre ou cinq ans d’absence »14 :

Parlons de roman, théâtre et presse française, comme de bons amis qui ne se sont pas vus depuis longtemps. Je viens de loin, vous vous voulez savoir ce qu’il se passe là-bas, et je vous raconte ce que je sais, je compare, sans offenser quiconque [...]. (Ibid., p. 17-18)

21Il ajoute, concernant la capitale française :

Paris, centre, dépôt, réservoir, exposition universelle constante de tout ce qui se produit là-bas ou ailleurs, a le privilège de faire entendre immédiatement les voix de ses habitants dans le monde entier. Mauvais, bon ou moyen, tout ce qui, dans le monde, deviendra populaire, sort d’ici. (Ibid., p. 19)

22Et, plus loin, il renchérit : « Paris absorbe, reprend, reflète, copie ou invente, et de son sein part tout ce qui interpelle l’imagination, et se répand en tous lieux, sur terre et mer » (ibid., p. 20). Lors de sa première conférence, il pense s’adresser à des artistes et à des hommes de lettres. Lors de la seconde, il considère que son public se compose de journalistes. Le terme modernisme apparaît alors quatre fois : une fois dans la conférence consacrée à la littérature pour caractériser le théâtre français, trois fois dans celle concernant la pratique du journalisme en France, pour définir le naturalisme et évaluer la presse française. Dans ces quatre occurrences, on décèle l’équation modernisme / progrès / nouveauté / contemporanéité :

Les Français ont rendu populaire leur théâtre par son modernisme et le public espagnol, en remplissant les salles où se joue le répertoire français moderne, a tout simplement devancé le dramaturge espagnol. (Ibid., p. 38-39)
Il y a, là-bas, un mot très couramment utilisé qui, ici, n’est pas encore consacré par l’usage ; et comme les idiomes changent et grandissent comme les individus, puisque parmi ceux qui m’écoutent, il y a des membres de l’académie de la langue, qui en régissent le fonctionnement, j’oserais leur recommander d’inclure ce terme dans le Dictionnaire afin qu’il jouisse de l’autorité qu’octroie ce code du langage. Ce mot c’est le modernisme, à savoir la manière de faire ou de dire les choses de la façon la plus moderne possible, ou ce qui revient au même, en conformité avec la marche du temps ; ce temps qui, messieurs, va très vite [...]. Qu’est-ce donc que le naturalisme si ce n’est qu’une manière moderne de sentir et de peindre la vie réelle dans les livres et au théâtre ? (Ibid., p. 74-75)
Ainsi, donc, la presse française est moderne, elle se distingue par son modernisme sans pareil et son progrès s’est effectué soudainement et non graduellement. (Ibid., p. 76)
La presse française, produite, comme je l’ai dit avec un modernisme qui sert de modèle aux autres nations. (Ibid., p. 94)

23Les choses se précisent, par la suite, puisque Blasco consacre plusieurs pages au naturalisme et à la presse.

24Concernant le naturalisme, les termes novedad, nuevo ou son superlatif novísimo, contemporáneo, moderno, a la moda sont souvent employés dans des périphrases définitoires :

[…] le naturalisme, comme ils appellent l’évolution littéraire moderne. (Ibid., p. 21)
[…] un tyle très neuf, à la simplicité désespérante, mais unique pour créer quelque chose de nouveau. (Ibid., p. 26)
[…] réalisme à la moderne.
[…] cette grande nouveauté, ce nouveau chemin.

25Concernant les précurseurs de cette nouvelle tendance, qui pour lui sont successivement Flaubert, Goncourt, Zola, Daudet, se dessine l’idée d’une rupture avec un ordre ancien, marquant la naissance d’un ordre nouveau qui se substitue à lui, puis, s’impose à tous comme un dogme et une évidence :

Si d’abord les Goncourt, et Zola ensuite, ont entamé puis épanoui cette ère très nouvelle de la littérature française, Daudet avec son bon goût exquis, parisien jusqu’à la moëlle et réfractaire aux hardiesses de la forme que Zola estime souvent nécessaires, est le dernier membre de cette trinité littéraire qui constitue le directoire de ces jeunes émules qu’on appelle naturalistes. (Ibid., p. 28)
[…] ils ont fait une véritable révolution et créé un style que tous les peuples modernes ont adopté. (Ibid., p. 22)

26En parlant de Flaubert, il précise :

Il ne se doutait pas qu’il allait être un Messie d’une nouvelle école aux formules concrètes. (Ibid., p. 25)

27Il ajoute à ce propos que Tourgueniev et les Goncourt n’ont jamais osé franchir le pas que Flaubert a franchi :

Même les Goncourt, plus intrépides quant à la forme que le romancier russe installé en France, n’avaient dépassé ce que l’on pourrait appeler les limites de la prudence littéraire. On aurait dit qu’ils craignaient de briser ce que notre inoubliable président don José Moreno Nieto appelait les anciens moules, et même en traitant de sujets épineux, ils évitaient de tomber dans le travers de ceux qui prétendent que la littérature doit être décente et que la morale doit sévir dans l’art et d’autres choses encore qui relèvent de l’« ordre » littéraire et du « doctrinarisme » des arts, car dans le monde des lettres, il y a aussi des classes conservatrices. (Ibid., p. 26)

28Il ajoute, encore :

[…] avec Georges Sand, Gaboriau ensuite et, surtout la disparition de ces grands romanciers d’il y a trente ans comme Dumas, Sue, Balzac, et d’autres maîtres de la génération antérieure, le goût s’est complètement modernisé, ce goût que les auteurs modernes ont modifié, réformé voire éduqué, auxquels je dois encore me référer [...]. Goncourt, Zola et Daudet ont tué avec leur ça ce qui les a précédés, sans se préoccuper du respect des marges anciennes étroites et de l’art moralisateur et d’autres mille choses encore que mon ami D. Juan Valera appellerait les ustensiles de la littérature. Celle-ci a franchi un grand pas et s’impose comme la vapeur et l’électricité à toutes les nations qui veulent se qualifier de modernes. (Ibid., p. 34)

29On le pressent ici : à cette idée de rupture de moules anciens s’en ajoute une autre, la tendance à la représentation du monde contemporain, dans ses mœurs les plus intimes, monde qui, lui, est en perpétuel changement. C’est ce que suggère l’auteur quand il parle du théâtre et de la poésie modernes, pratiqués par les Français : « Leur théâtre est d’aujourd’hui [...] les auteurs veulent peindre le présent et non le passé » (ibid., p. 40).

[…] poésie moderne, c’est-à-dire non limitée aux fleurs, aux ruisseaux et aux amours, mais à la manière de Nuñez de Arce en Espagne, chantre de notre époque. Il faut poétiser les grandes réformes ou les grands besoins de l’humanité ; nous avons été les poètes de la sensation, nos descendants doivent eux célébrer la civilisation. (Ibid., p. 50)

30C’est ce qu’il confirme, en parlant d’une façon plus générale :

La littérature contemporaine française est naturaliste [...]. Le théâtre reflète des mœurs qui relèvent davantage de l’intime, le livre étudie la société et le cœur humain tel qu’il est, sans recourir à des inventions, des intrigues et des trames qui constituaient le roman désuet, et transforme en étude sociale ou physiologique ce qui autrefois n’était que passe-temps ou émotion ; le journal rend compte, outre de la politique, de la vie privée, des causes criminelles ou de la biographie, pour satisfaire le goût du public. (Ibid., p. 21)

31D’après Blasco, le modernisme des pièces de théâtre françaises correspond à quelques traits : l’absence de vers au bénéfice de l’action, du mouvement et de la vie ; la représentation des mœurs intimes contemporaines.

[…] il y a en elles, ce que les Français appellent la charpente, le plan combiné d’une action que n’interrompent jamais ni sermons ridicules, ni tirades de vers. (Ibid., p. 39)
Le théâtre est action, situations, mouvement et vie. (Ibid., p. 37)
Rien de tel au théâtre, reflet des mœurs et non école, [...] succession de scènes et non de poèmes. (Ibid., p. 38)
Les choses les plus intimes de la vie sont représentées sur scène : adultère, divorce, relations illicites, causes célèbres, misères humaines. (Ibid., p. 40)

  • 15 « […] le naturalisme, comme ils appellent l’évolution littéraire moderne, a toujours existé et dan (...)
  • 16 « Le théâtre en France est réaliste, naturaliste, je l’ai déjà dit. On constate, par ailleurs, qu’ (...)

32La désignation de modernisme en 1886 qui a cours en France, selon un Espagnol installé à Paris, semble recouvrer donc trois caractéristiques, grosso modo : d’une part, une idée de rupture avec un ordre ancien, perçue comme un progrès en accord avec un monde qui change très vite qu’il faut représenter dans sa réalité la plus intime, d’autre part, et concurremment, une idée de création de quelque chose de nouveau qui remplace le moule ancien et s’érige en nouveau dogme, fait des émules et s’impose à tous, et enfin le rôle déterminant d’un homme, innovateur, révélateur de la nouvelle manière qui, parfois, déjà présente à l’état latent15, va induire des amendements et des réformes16. Or, ces traits appliqués au roman et au théâtre se retrouvent aussi pour caractériser le modernisme de la presse. Rien d’étonnant à cela puisque, pour Blasco, la presse française moderne, tout comme la littérature, est elle aussi naturaliste : « Le journalisme français, résumé et reflet quotidien de la littérature, l’est aussi, à sa manière » (ibid., p. 74). Il ajoute, d’ailleurs, quelques lignes plus loin : « Comme la presse est le reflet très rapide, immédiat de l’opinion, elle a dû s’inspirer de cette façon de faire » (ibid., p. 75).

33Blasco, en effet, attribue à Villemessant un rôle majeur dans la révolution de la presse française :

En fondant son journal exclusivement pour le public, comme il aimait à dire, il a changé toutes les anciennes formules. On dirait qu’il a voulu, lors du premier tirage, adapter à sa nouvelle manière la devise chère aux typographes, il faut détruire les formes, en rejetant celles des journaux antérieurs pour faire du sien, quelque chose de complètement nouveau. (Ibid., p. 76, 77)

34Il renvoie ici au Figaro dont les membres, quelques lignes plus loin, sont présentés clairement comme des initiateurs d’une nouvelle tendance : « C’est pourquoi, avant que la presse française, sinon ancienne, du moins vieillie [...] ne renaisse avec les hommes du Figaro [...] » (ibid., p. 82).

35Les mêmes qualificatifs reviennent pour désigner l’action du créateur de cette presse novatrice. Ils rappellent étrangement ceux employés pour se référer à Flaubert : « Avec Villemessant, le journalisme français a franchi un grand pas, un pas définitif » (ibid., p. 81).

36Il le qualifie, par surcroît, de génie et d’innovateur :

D’aucuns ont trouvé exagéré que l’on qualifie souvent ce journaliste de génie du journalisme. Il faut savoir si l’on emploie à bon escient ce terme ; [...] si, dans le cas présent, il signifie inspiration, don très singulier de créer et de réaliser quelque chose de nouveau, Villemessant, dans le domaine du journalisme, l’a été sans aucun doute. (Ibid., p. 76)

37Il précise enfin les nouvelles méthodes du journalisme appliquées par Le Figaro : « Ne rien cacher, absolument rien de ce que font nos contemporains » (ibid., p. 77).

Bibliografia

Bibliographie

Baudelaire Charles, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1998.

Blasco Eusebio, Obras completas, t. XIX, Madrid, Librería editorial de Leopoldo Martínez, 1905-1906.

Cadalso José, Cartas marruecas, Madrid, Cátedra, 1978.

Clouard Henri, Histoire de la littérature française, du symbolisme à nos jours, Paris, Albin Michel, 1947-1949.

Cressot Marcel, La phrase et le vocabulaire de J.-K. Huysmans. Contribution à l’histoire de la langue française pendant le dernier quart du xixe siècle, Paris, Librairie E. Droz, 1938.

Fernández Sebastián Javier et Fuentes Juan Francisco dir., Diccionario político y social del siglo xix español, Madrid, Alianza, 2002.

Fuchs Maximilian, Lexique du « Journal des Goncourt » : contribution à l’histoire de la langue française pendant la seconde moitié du xixe siècle, Paris, E. Cornély, 1912.

Scheler Auguste, Dictionnaire d’étymologie française, Bruxelles - Paris, C. Muquardt - F. Vieweg, 1888 (3e édition).

Thibaudet Albert, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, Paris, Stock, 1936.

Valentí Eduard, El primer modernismo literario catalán y sus fundamentos ideológicos, Barcelone, Editorial Ariel, 1973.

Note

1 Dans la première partie de ce travail, nous appuierons nos réflexions sur l’article modernidad, p. 453-462 ; sur les conclusions de Ivan A. Schulman, « Modernismo/modernidad : metamorfosis de ’unoncepto », Nuevos asedios al modernismo, Ivan A. Schulman éd., Madrid, Taurus, 1987, p. 11-38 ; sur celles d’Alfredo A. Roggiano, « Modernismo : origen de la palabra y evolución de un concepto », Nuevos asedios…, p. 39-50 ; sur celles enfin de Bella Jozef, « Modernismo y vanguardia (del modernismo a la modernidad) », Nuevos asedios…, p. 62-75.

2 Nous nous référons à une quinzaine de récits de voyage que nous avons eu l’occasion d’analyser, publiés en Espagne entre 1890 et 1910, d’abord dans la presse sous forme de chroniques, reliées et imprimées ensuite en volumes. Leurs auteurs, écrivains-journalistes, n’y emploient jamais le terme modernidad auquel ils préfèrent celui de modernismo. En revanche, l’épithète moderno y est constamment utilisée dans les acceptions de actuel, contemporain, nouveau, mais aussi civilisé, cultivé, avancé, vigoureux et sain.

3 Eduard Valentí, El primer modernismo literario catalán…, p. 20-21

4 José Cadalso, Cartas marruecas, p. 282 ; nous traduisons toutes les citations.

5 Deux ouvrages l’attestent : Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours ; Henri Clouard, Histoire de la littérature française, du symbolisme à nos jours, t. II, p. 552. Mais Alfonso A. Roggiano met en doute cette affirmation parce qu’il n’a rien trouvé, ni dans les œuvres des Goncourt ni dans les dictionnaires, lexiques et vocabulaires d’époque. Le terme « modernisme » n’apparaît pas dans l’ouvrage de Maximilian Fuchs, Lexique du « Journal des Goncourt »… ; pas plus que dans le Dictionnaire d’étymologie française d’Auguste Scheler.

6 Maximilian Fuchs, Lexique du Journal des Goncourt…

7 Brigitte Trotzig, La Quinzaine littéraire, n°254 du 16 au 30 avril 1977, p. 8.

8 Marcel Cressot, La phrase et le vocabulaire de J.-K. Huysmans…, p. 243.

9 Joris-Karl Huysmans, L’Art moderne, p. 40, cité par Marcel Cressot, La phrase et le vocabulaire de J.-K. Huysmans…, Paris, Charpentier, 1883, p. 243.

10 Ibid., p. 60.

11 Charles Baudelaire, Œuvres complètes, p. 680 et suiv.

12 « J’ai dit il y a huit jours en ce même lieu que la littérature contemporaine en France était naturaliste », Eusebio Blasco, Obras completas, p. 38.

13 Antonio Cortón, Prólogo, ibid., p. 15.

14 Eusebio Blasco, Obras completas, p. 17.

15 « […] le naturalisme, comme ils appellent l’évolution littéraire moderne, a toujours existé et dans notre pays surtout. Notre grand Quevedo était naturaliste, sans aucun doute […] dans la forme et le fond », ibid., p. 21-22.

16 « Le théâtre en France est réaliste, naturaliste, je l’ai déjà dit. On constate, par ailleurs, qu’en même temps que semaine après semaine, on rend culte dans le théâtre français à Molière, Corneille, Racine, Beaumarchais et Regnard, à l’annonce de la nouveauté, ces admirables acteurs de l’école de Molière veulent être réformateurs et servir leur époque, dans leurs délibérations, au sein de comités », ibid., p. 44.

Autore

Elisabeth Delrue, Université de Picardie Jules Verne

© ENS Éditions, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540