Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Parler librement »

 | 
Isabelle Moreau
, 
Grégoire Holtz

Première partie : Auteurs et autorité(s). Liberté de parole et figure auctoriale

Le franc-parler du Franc Archer (Antoine Fuzy, 1619) : l’auteur transfuge et l’auctoritas

Agathe Moroval

Texte intégral

1Antoine Fuzy (1565-1628) est un de ces minores qui n’ont jamais fait figure d’autorités littéraires ; il est sans doute un de ces « auteurs inutiles », issu du grand courant d’« escrivaillerie » dont parle Montaigne, et qui caractérise les époques troublées et les siècles « débordés ». Il écrit en effet deux pamphlets au début du xviie siècle : Le Mastigophore (1609) et Le Franc Archer de la Vraye Eglise (1619) étonnent par leur abondance rhétorique et se réclament d’une tradition polémique qui n’est plus de mise au moment de leur parution.

  • 1 Le Franc Archer de la vraye Eglise, contre les abus et enormitez de la fausse, par noble Antoine Fu (...)

2Cette étude portera sur le deuxième ouvrage d’Antoine Fuzy1 : dans cette œuvre qui inscrit la « franchise » dans son titre, on peut s’interroger sur les modalités d’expression d’une parole relativement libre, qui parvient à ruser, consciemment ou fortuitement, avec les différentes autorités qui pèsent sur la production et la publication du texte. Le Franc Archer de la Vraye Eglise, contre les abus et enormitez de la fausse est un pamphlet réformé : or ce texte très codifié joue en fait avec d’autres codes qui devaient a priori lui être étrangers. Cette première liberté prise par l’auteur vis-à-vis des autorités est renforcée par celle qui procède du statut même d’Antoine Fuzy ; passé du catholicisme à la religion réformée, Fuzy fit avec son Franc Archer une œuvre de transfuge, où la parole, si elle n’est pas libérée de certaines contraintes, s’est en tout cas affranchie d’une autorité rejetée. Chez Fuzy, le franc-parler pourrait être l’un des avatars de cette parole libérée : son style se caractérise par une grande oralité, par un lexique cru et souvent populaire. Le texte s’affranchit ainsi, l’air de rien, du camp religieux dont il émane.

  • 2 Attesté au xvie siècle, le terme est un dérivé du substantif « transfuge », hérité au Moyen Âge du (...)

3Le transfuge est un être de rupture : la « transfuite »2 constitue une rupture biographique importante, et implique de plus une rupture radicale avec un camp – le catholique dans le cas de Fuzy ; comment cette proclamation de liberté (d’abord dans le conflit, puis dans la fuite, et enfin dans le passage de l’autre côté d’une frontière autorisée, c’est-à-dire au-delà de laquelle on s’écarte de l’orthodoxie) peut-elle par la suite se concilier avec l’acceptation de nouvelles règles contraignantes ? Cette acceptation est d’ailleurs d’autant plus stricte que le transfuge doit faire ses preuves, séduire et convaincre son camp d’adoption. La qualité de transfuge d’Antoine Fuzy constitue donc un enjeu intéressant dans le débat sur la liberté de parole au tournant des xvie et xviie siècles, et détermine une figure auctoriale instable, qui à son tour engage diverses lectures du texte.

4Nous verrons d’abord comment Fuzy, auteur transfuge, se situe par rapport aux différentes instances d’autorité(s) qui le concernent : c’est dans la faille des autorités et leur mise en question par la transfuite que Fuzy revendiquera la paternité de son œuvre et, de ce fait, une identité d’auteur. Le « Franc Archer » du titre nous informe-t-il sur une posture auctoriale particulière ? Né au Moyen Âge, le personnage du franc archer nous éloigne de la polémique qui caractérise le début du xviie siècle, mais peut livrer des clés de lecture à la lumière desquelles il convient de lire et relire le texte pamphlétaire. Cette référence nous force à faire un « détour » par la littérature théâtrale médiévale : cet intertexte a priori éloigné éclaire d’un nouveau jour la figure de l’auteur, qui ressort alternativement grandie ou amoindrie de cette confrontation. En effet, « un franc archer peut en cacher d’autres », et de la figure historique et littéraire de franc archer pourra se détacher, dans un troisième moment de notre analyse, une figure auctoriale tout à fait problématique.

Le transfuge et l’autorité

  • 3 Le Mastigophore ou précurseur du Zodiaque…, Paris, s. n., 1609. Anonyme.
  • 4 La date de son arrivée dans la capitale réformée est encore incertaine, mais celle de son abjuratio (...)

5C’est après cinq ans d’emprisonnement au Châtelet, consécutifs à un litige avec les jésuites et à un premier livre plus qu’hétérodoxe3, que Fuzy décide d’abjurer la foi catholique et de fuir à Genève4 aux alentours de 1618. Un premier motif de sa transfuite est une évidente incompatibilité avec les autorités ecclésiastiques catholiques ; il fit plusieurs fois appel de la sentence, mais sans jamais obtenir gain de cause et sans pouvoir éviter la prison.

Fuzy et les autorités catholiques

  • 5 De la même façon, le principal destinataire de ce pamphlet apparaît indirectement, par le truchemen (...)

6Fuzy eut maille à partir avec les autorités catholiques en tant que curé, et non en tant qu’auteur : en effet, son nom ne figure ni sur la page de garde, ni dans le texte du Mastigophore, pour lequel il usa du masque convenu et fictif du traducteur ayant trouvé le texte et décidé de le mettre en lumière pour son grand intérêt ; Antoine Fuzy se cachait donc derrière un certain « Maistre Victor Greve, géographe microcosmique »5. Dans Le Franc Archer, Fuzy qualifiera rétrospectivement son premier livre d’« enfant trouvé ». Sa paternité ne laisse personne dupe, et Fuzy, se revendiquant auteur du Franc Archer, retrouve du même coup la possession de son premier texte.

7Passé de l’autre côté, Fuzy revient sur l’« autorité » catholique, trop répressive selon lui ; la seule auctoritas légitime est Dieu, alors que les jésuites, les sorbonistes et les inquisiteurs lui paraissent autant d’usurpateurs qui font vivre aux chrétiens un enfer sur terre :

La juridiction des moines ayant quasi puissance de vie et de mort sur ceux qui font profession chez eux, empoisonnant, flagellant, enchainant les pauvres chrétiens qui se veulent tant soit peu servir de leur jugement, ou de la raison naturelle, lorsqu’elle est meure (car on les encloistre en jeunesse), ils les géhennent jusqu’à la mort, les faisant mourir à force de jeusner et de ne point manger, qui est tout autant comme si on les égorgeoit. (Le Franc Archer, p. 335)

8Dans ces conditions, la conversion est vécue par Fuzy comme une renaissance : « J’étais mort, je suis vivant » (p. 196) ; retour à la vie du corps et de l’esprit, cette renaissance s’accompagne d’une nouvelle légitimité :

Je sors donc des ténèbres pour marcher à la lumière, je renonce aux mensonges pour me donner à la vérité : j’abandonne les philistins, où tout est confus et abîmé en dépravation de fausseté, de religion tarditive, de tradition d’irreligion. (p. 189)

9C’est donc doté d’une nouvelle légitimité de croyant que Fuzy se met à écrire Le Franc Archer, selon le topos théologique de la vérité révélée ; la « transfuite » n’est ni vécue ni présentée comme une fuite, mais au contraire comme un abandon volontaire, et comme une décision courageuse.

L’accueil à Genève : débat sur le nom

10Alors même qu’il s’agit avant tout de convaincre les pasteurs de la sincérité de sa conversion – le livre apparaît comme une profession de foi, avant d’être un pamphlet –, Fuzy adopte dans son second livre une démarche d’auteur, déplorant avoir dû quitter la France sans sa bibliothèque (ses livres, comme tous ses biens, lui ont été « volés, estroussés », p. 7). Il fait donc figurer son nom dans le titre, et joint à la déclinaison de son identité sa qualité, statut désormais caduc puisque valide dans sa vie de catholique uniquement : Le Franc Archer, publié « aux despens de l’Autheur », est signé de « noble Anthoine Fuzy, jadis protonotaire apostolique, docteur sorboniste, Prédicateur et confesseur de la Maison du Roy, Curé des Eglises parochiales S. Bartelemi, S. Loup et S. Gilles à Paris ». Ce titre s’allonge comme pour conjurer son inutilité : Fuzy apporte l’information d’un « jadis », et augmente cette énumération de la mention « prédicateur », qui fait signe du côté des réformés. Il s’agit pour Fuzy de légitimer sa parole, par son expérience de prêtre et par sa pratique des textes sacrés : ayant vu de l’intérieur l’univers des papistes, il est mieux habilité que quiconque à le critiquer.

11Les pasteurs ne l’entendent cependant pas de cette oreille : la lecture des Registres de la Compagnie permet de suivre le feuilleton de la parution du Franc Archer, porté à la connaissance des pasteurs dès août 1618. La première mention qui en est faite apparaît dans la requête par Fuzy d’une « pension annuelle, tant pour subvenir à son indisposition qui l’oblige à grands frais, que pour luy aider à faire provision de livres dont il pretend se servir pour mettre en lumière une declaration de sa conversion ». La réponse des pasteurs est sans équivoque, et montre la tiédeur de l’accueil qui lui est fait : « N’a besoin de si grande bibliothèque en l’aage où il est ja avancé. Mesme luy soit donné advis qu’il seroit plus utile en France qu’ici, et pourtant vaudroit mieux qu’il se retirast à La Rochelle. Soit aussi conseillé de composer son livre en forme de simple déclaration plutost que de refutation » (Du vendredy 21 d’aoust 1618).

12Le « livre du Sieur Fusius » est mis à la disposition de « Messieurs Goulart, Prevost, Perrot, Turrettin » à partir du 20 novembre 1618 : le livre est prêt à être mis sous presse, mais son examen par les pasteurs durera plus de six mois (le livre ne paraîtra qu’en août 1619). Deux mois plus tard, le 22 janvier, Fuzy s’impatiente : « Le sieur Fusius a fait requerir de la compagnie que son livre ayant esté suffisamment veu, il luy soit rendu avec approbation. » En mars 1619, les pasteurs émettent encore une réserve importante : Fuzy peut faire imprimer son livre, « pourveu qu’il n’y ait rien contre Dieu ni contre les roix et qu’il y mette son nom, mais non pas celuy de Genève ». Fuzy, qui se rêve en « carabin de la religion réformée » dans son « Avis au Lecteur », ne bénéficiera pas de l’appui de Genève, ni d’aucune légitimation institutionnelle : il ne lui reste plus qu’à écrire en « Autheur », et à prêcher en prophète, vox clamans in deserto.

Soumission apparente à la nouvelle autorité

  • 6 L’ouvrage consiste en deux livres symétriques (8 chapitres chacun) correspondant à deux ensembles : (...)
  • 7 On peut le comparer à celui que Guillaume Farel choisit en 1550 pour défendre la nouvelle religion (...)

13Fuzy n’écoute pas les pasteurs qui lui conseillent de n’écrire qu’une « simple déclaration », mais rédige un énorme traité sous forme de réfutation des « abus et énormités de la fausse » Église, en 932 pages6. Cependant, il s’efforce pour le reste de se plier aux exigences de l’exercice, en abordant les principaux points de litige entre catholiques et réformés. Fuzy s’éloigne légèrement, en préférant l’arc et la flèche au glaive, de la tradition évangéliste à laquelle il se réfère néanmoins : « Dieu par Saint Paul nous dit que sa parole est un glaive à double tranchant » (p. 305). Mais le titre situe clairement l’ouvrage dans la tradition de la polémique réformée, en honorant la métaphore martiale propre au genre7.

  • 8 Rabelais, Le Cinquième Livre, Paris, Seuil (Points), 1995, chap. 8, p. 100 : « Comment nous fut mon (...)

14Une autre interprétation du choix du « Franc Archer » comme titre de l’ouvrage établit un second lien avec la tradition de la polémique réformée. C’est la métaphore satirique, fondée sur la paronymie, du pape comme perroquet qui permet de dévoiler l’intertexte. Cette métaphore, utilisée ici comme un indice textuel, est loin d’être nouvelle : l’exemple le plus littéraire en est le Papegaut montré à Pantagruel en l’« Isle Sonnante »8. Or, au milieu du xvie siècle, un court poème intitulé « La Monstre des Archers au Papegay » évoque sous l’allégorie satirique du défilé des Archers toute l’histoire de la Réforme :

  • 9 Ce poème, d’abord publié séparément, a ensuite été repris sous ce titre dans un recueil mêlé de 155 (...)

De par le roy seul haut et tout puissant
Je fais savoir à tous Archiers qui vivent
Dessouz sa sonde, […]
Qu’ilz se treuvent en place
A celle fin que la monstre se fasse
Pour par après tirer au Papegay.9

15Fuzy répond, par son titre, à l’appel lancé par le poète inconnu de 1559, et montre ainsi sa volonté de décocher sa flèche dans le débat religieux tout autant que dans la tradition littéraire. Cependant, malgré ses efforts, les pasteurs jugent encore qu’« il y a plusieurs choses à corriger tant ès mots qu’en la matière » (Du vendredy 4 decembre 1618), mettant ainsi l’accent sur des problèmes d’orthodoxie religieuse aussi bien que sur des questions stylistiques.

Le franc archer : intertextes et référence historique

16Le texte du Franc Archer, en effet, a pu troubler les pasteurs par son lexique, par sa syntaxe qui touche parfois aux confins de l’illisible, mais aussi par son ton auctorial. Fuzy adopte volontiers un ton farcesque et théâtral qui pourrait étonner de la part d’un ancien curé désormais réformé, si le titre, point de départ de notre analyse, n’appelait une autre tradition littéraire, centrée sur le personnage historique du franc archer.

Petite histoire du franc archer

17Le personnage du franc archer est lié à l’histoire militaire de la France : en 1448, Charles VII décide d’instituer une milice villageoise, fondée sur le recrutement local. Ces archers tenaient leur qualificatif de « franc » de l’affranchissement exceptionnel de la taille dont ils bénéficiaient. Leur recrutement, suspendu en 1480, sera rétabli par François Ier à la fin des guerres d’Italie et au moment de la lutte contre Charles Quint, vers 1520.

  • 10 E. Armala, Le Franc Archer (1450), Limoges, Eugène Ardant et Cie, 1892, p. 8.
  • 11 Jean de Bourdigné, Hystoire agrégative des Annales et cronicques d’Anjou [1529], M. Godard-Faultrie (...)

18Cette histoire du franc archer est relue à la fin du xixe siècle comme une gloire du règne de Charles VII. Cette réhabilitation10, fondée sur une probable réorientation sémantique de l’adjectif « franc », ne saurait faire oublier l’insuccès et l’impopularité radicale de l’initiative royale : les francs archers se seraient acquis, en effet, une réputation de voleurs, et ne se seraient illustrés que par leur poltronnerie. Jean de Bourdigné, dans son Hystoire agrégative des Annales et cronicques d’Anjou11 publiée en 1529, livre un témoignage accablant sur le rétablissement de cette milice par François Ier :

Chascune paroisse fournissoit d’ung homme, […] et pour certains eust mieulx valu au peuple payer une autre taille. Telle innovation et érection des francs archiers fut au peuple d’Anjou très ennuyeuse, odieuse et grevable ; car combien que moult leur eust cousté à les mettre sus, nourrir, habiller et armer, toutesfois ne firent-ils chose proffitable ne au prince ne au peuple, ains commencèrent à eulx eslever sur le commun populaire […], piller sur les champs comme ils eussent faict en pays des ennemys, par quoy plusieurs d’entre eulx pris et mis ès mains des prevostz des mareschaulx, au gibet (qu’ils avoient bien desservy) finirent leur vie. (p. 329)

19Connus pour leurs crimes, leur paillardise, et leurs actes iconoclastes, c’est surtout leur inutilité absolue qui leur aurait donc valu la haine des populations, aussi bien sous Charles VII que sous François Ier : une haine plus ou moins fondée historiquement, qui n’en assura pas moins leur fortune en littérature.

Le franc archer littéraire

  • 12 Rabelais, Pantagruel, chap. 7. Mais aussi : Gargantua, chap. 35 (« Comment Gymnaste soupplement tua (...)
  • 13 Voir Jehan Daniel, Le Franc Archer de Cherré et le Pionnier de Soeurdres, monologues comiques du xv (...)

20Dans l’histoire littéraire, le franc archer renvoie à un personnage de farce, bouffon et ridicule. Rabelais fait plusieurs références à cette tradition populaire : parmi les livres dont Pantagruel se délecte à la Librairie de Saint-Victor12, il y a en effet des Stratagemata Francarchieri de Baignolet. Ce titre comiquement latinisé fait référence à un monologue très connu qui fut longtemps attribué à Villon : il s’agit du Franc Archer de Bagnolet, dont l’auteur est resté inconnu, mais probablement contemporain de la Farce de Maistre Pathelin (vers 1470). Il existe un autre monologue de franc archer, plus tardif mais s’inscrivant dans son héritage direct : le Franc Archer de Cherré, pièce écrite par le Poitevin Jehan Daniel, organiste de la cathédrale Saint-Maurice d’Angers, et représentée par la compagnie de la Basoche en février 1525 (cinq ans après le rétablissement des francs archers par François Ier)13.

  • 14 Ces courtes pièces semblent coïncider avec le point de vue de la noblesse française, qui ne tient p (...)
  • 15 Voir J.-C. Aubailly, Le monologue, le dialogue et la sottie : « Ce fanfaron se montre d’une incapac (...)

21Ces deux pièces tiennent leur structure d’un canevas identifiable : le franc archer commence par se vanter de ses faits d’armes, puis, de rétractations successives en involontaires confidences de poltronnerie, fait démonstration, sur scène, de sa véritable nature, exprimée par cette devise : « À peu besogner, bien vanter. » Le franc archer du Moyen Âge et du début du xvie siècle a sans doute beaucoup de points communs, dans sa force comique, avec son ancêtre antique, le miles gloriosus des comédies latines. Mais il s’inspire surtout directement du personnage historique. Le genre possède des passages obligés : le franc archer est un voleur de poules ; il attaque les enfants et les vieillards ; il se bat contre un épouvantail… La langue, qui est celle d’un militaire d’extraction paysanne14, se caractérise par sa rusticité : jurons, mots crus, lexique martial et pitreries censées faire rire un public populaire. La satire du soldat fanfaron porte sur lui-même, et vient de ses propres lapsus : en effet, l’une des caractéristiques du franc archer des monologues est sa bonne foi dans la vantardise, et le retour inopiné du réel dans le monde imaginaire, de combats et de victoires, qu’il tente de créer par son discours15.

Pistes interprétatives

22La mise en rapport de cette tradition littéraire du franc archer avec le pamphlet d’Antoine Fuzy, ancré dans la tradition très sérieuse de la polémique protestante, ouvre différentes voies interprétatives.

  • 16 Voir L. Sainéan, L’influence et la réputation de Rabelais (interprètes, lecteurs et imitateurs), Pa (...)

23Elle place tout d’abord l’œuvre de Fuzy dans le droit fil de la tradition rabelaisienne, dont on connaît l’influence sur la littérature polémique de la fin du siècle16. La référence au franc archer, dans le texte de Fuzy, suscite un intertexte médiéval, source intarissable de la verve rabelaisienne à laquelle nous avons, plus haut, rapidement renvoyé. Rabelais fait fonction de « relais », et cette ascendance mise en évidence grâce au franc archer est relativement problématique. Comme la plupart des polémistes « rabelaisiens », en effet, Fuzy rejette le modèle de Rabelais dans son Franc Archer. Il le juge obscène et le met sur le même plan que l’Arétin. Or le personnage médiéval du franc archer, très panurgien, vient souligner ce qu’exprime assez le style fuzyen : rejeté comme une contre-autorité littéraire et morale, Rabelais et sa verve agissent fortement, bien qu’indirectement, sur ces auteurs théologiens qui s’en défendent.

24D’autre part, le franc archer apparaît au Moyen Âge dans des monologues théâtraux. Ces textes sont structurés par le récit biographique du protagoniste et par la rencontre d’ennemis imaginaires, passés ou virtuels. Cette instance monologique peut être judicieusement confrontée à l’instance narratrice du traité de Fuzy : le Franc Archer de la Vraye Eglise laisse une grande place à la première personne, et l’auteur se mue en acteur de son propre « monologue pamphlétaire ». Cette instance d’énonciation, fortement marquée, est très surprenante dans un ouvrage réformé : Fuzy, qui prétendait se mettre au service d’un nouveau camp religieux, se révèle à chaque page de son œuvre dans ses particularismes et ses obsessions.

25Enfin, la figure auctoriale du Franc Archer fait osciller l’auteur entre autodérision et élaboration d’une mythologie personnelle. Fuzy est-il conscient de la tradition comique dans laquelle il s’insère ? Ou sa méconnaissance de la tradition littéraire se retourne-t-elle contre lui-même et contre sa volonté de se concilier les autorités ? Quoi qu’il en soit, la présence en filigrane de cette tradition théâtrale médiévale nous conduit à interroger la figure de l’auteur du Franc Archer de la vraye Eglise : ce masque évoqué par le titre donne à Fuzy la possibilité – voulue ou fortuite ? – d’explorer un « espace de liberté ».

La farce dans le pamphlet : la parole du transfuge libérée des codes de son camp

26La figure titulaire du Franc Archer comporte une ambiguïté fondamentale qui invite à une double lecture. L’identification au franc archer donne en effet deux orientations différentes à l’interprétation de l’œuvre, selon qu’on y lit une image du livre ou une figure de l’auteur. À la duplicité constitutive de cette figure du franc archer vient ainsi s’ajouter une « contre-clé » de lecture qui va à l’encontre de la sincérité affichée, de la « franchise » promise à l’Autorité.

Le franc archer : personnification de l’œuvre ou figure de l’auteur ?

27Il semble que le « Franc Archer », chez Fuzy, désigne avant tout l’œuvre seule, personnifiée. Cette interprétation est dans la logique des titres fuzyens : le titre du Mastigophore, pourtant écrit du côté catholique (1609), désignait déjà, selon l’étymologie grecque, un esclave porteur du fouet. En 1619, l’œuvre personnifiée s’avance en franc archer, debout et armée, sans craindre la puissance de l’adversaire, non négligeable en pleine Contre-Réforme. Au-delà de la tradition de la littérature polémique, le titre fait de l’œuvre plus qu’une simple « arme de papier » : le texte prend le relais de la personnification. Dans le « Congé de l’auteur à son livre », Fuzy s’adresse affectueusement à son « gentil archerot », véritable enfant-soldat au service de la religion réformée. Le livre est donc martialement personnifié, en « brave champion », en « courageux martyr », et l’image de l’œuvre armée se voit doublée d’une nuance affective due à la métaphore filiale.

  • 17 Le Franc Archer, p. 929 : « Sommairement dis leur que tu es fils d’un pere qui frappe aussi tôt au (...)

28Mais si le fils est à l’image du père (les qualités de l’auteur se transmettant directement à l’œuvre-rejeton), d’une bravoure un rien fanfaronne17, la désignation de « Franc Archer » peut remonter sans difficulté ni contorsion du texte à son auteur. La dérision attachée au personnage littéraire vient alors miner toute visée édifiante, et faire basculer le texte théologique et le message de propagande dans le spectacle populaire. Concession d’une force (le franc archer est, malgré tout, armé), l’image entache l’auteur d’un ridicule inconciliable avec la mission qu’il s’est donnée : l’intertexte constitue une anti-autorité littéraire, qui échappe à l’auteur comme aux lecteurs contemporains. En porte-à-faux entre l’image martiale et la figure bouffonne, Antoine Fuzy se situe ainsi entre le ton prophétique d’un Agrippa d’Aubigné – prophète réformé et inspiré –, et la verve rabelaisienne d’un Panurge, bonimenteur de la foire papiste : entre ces deux extrémités, la parole de Fuzy peut se déployer avec une relative liberté. La visée affichée et le ton polémique lui permettent d’échapper à une mise à l’index, à une censure totale, et le ton farcesque et fanfaron de passer entre les mailles austères du filet protestant : les pasteurs genevois baissent les bras devant Fuzy, et se lavent les mains de ce qu’il écrit.

« Ni Rome, ni Genève »18 : une figure de transfuge

  • 18 Voir T. Wanegffelen, Ni Rome, ni Genève : des fidèles entre deux chaires au xvie siècle, Paris, Cha (...)

29Deux exemples permettront de mieux comprendre la nature de cette liberté que s’arroge Fuzy par l’entremise de cette étrange figure auctoriale.

30Le premier jette un fort soupçon sur la « transfuite » : la conversion de Fuzy à la foi réformée, vécue, selon l’auteur, comme une renaissance, pourrait n’être qu’opportunisme et hypocrisie. Dans Le Franc Archer de Bagnolet, le protagoniste rencontre au cours de son monologue un épouvantail de chanvre, portant une croix blanche sur le devant de son habit, et une croix noire derrière. Dans le contexte de guerre entre la France et la Bretagne qui est celui du monologue de 1470, l’épouvantail réunit les symboles des deux camps opposés. Le franc archer s’adresse d’abord à un guerrier français (de son propre camp, la marionnette ne lui fait pas moins peur), avant de se rendre compte avec effroi de son erreur :

  • 19 Saint Denys, patron de la France ; saint Yves, patron de la Bretagne (comme saint Georges).

Par le sang bleu, c’est un Breton,
Et j’ai dit que j’étais français ! […]
Je suis perdu, à cette fois,
C’est juste le parti contraire !
[à l’épouvantail] Las, je suis Breton si vous l’êtes,
Vive saint Denys ou saint Yves19
N’importe qui, mais que je vive !

  • 20 Voir La liberté de conscience (xvie-xviie s.), actes du colloque de Mulhouse et Bâle (1989), H.-R. (...)
  • 21 Au moment où Fuzy écrit, la vision, qu’il condamne, des moines paillards et des courtisanes de Rome (...)

31Le personnage individualiste du franc archer peut être considéré comme un prototype de transfuge, d’un genre inavouable, mêlant couardise et opportunisme. Ce changement de camp, cependant, situe le personnage à l’opposé d’une liberté confessionnelle : loin d’être effectué par conviction personnelle et revendication d’une « liberté de conscience »20, le changement de confession s’opère sous la contrainte : la menace de mort, même si le péril n’est qu’imaginaire, ou le rejet du groupe identitaire. De même, Fuzy s’est imaginé des adversaires. Avec le Franc Archer, il se bat à la fois contre les fantômes d’un papisme d’avant la Contre-Réforme21, et contre des moulins à vent : il s’emploie, en Don Quichotte réformé, « à réformer le Pape » sans le soutien de son propre camp, qui ne veut plus d’une controverse en ces termes.

32Plus que le débat polémique, c’est l’attitude du polémiste qui intéresse Fuzy, et qui le conduit à prendre la posture instable du franc archer. Il se pose en auteur, envers et contre tous, et se caractérise finalement par un refus de l’autorité de manière générale. Tout se passe comme si la cause à défendre l’attirait d’autant plus qu’elle est une cause perdue. Il représente sur le plan de l’écriture, et de la guerre des mots, cette déclaration du Franc Archer de Cherré de Jehan Daniel, qui constitue notre second exemple : « Je me battrais plutôt tout seul, voyez vous, si l’on ne veut combattre. » L’aveu de couardise dans le monologue théâtral peut être repris comme fondement de la parole pamphlétaire chez Fuzy. L’heure n’est même plus à la polémique, et le pamphlétaire peut déblatérer seul, contre tous. Fuzy attend la censure de pied ferme, comme s’il la provoquait, ou qu’elle constitue la seule réaction envisageable de la part de ses lecteurs : « Je sais que l’evesque censurera ceci, et tout ce qui s’ensuit ; mais qu’il sache qu’il est céans plusieurs fois censuré, et qu’un censuré, et qui n’est composé que d’objet de censure, ne doit censurer autrui » (p. 932). Voilà rejetée et invalidée sommairement l’instance d’autorité qui régit le camp que Fuzy a quitté. Cette attitude vis-à-vis de la censure, fondée sur une logique enfantine (c’est celui qui le dit qui l’est), sera reprise plus loin dans le texte : « Il faut replier la censure sur les censeurs » (p. 621). Fuzy prévoit « qu’on s’enfouguera à l’extermination » de son livre et envisage d’écrire d’autres livres encore, « demi quarteron de cadets », rien que pour répondre à ces lecteurs-détracteurs, pour « exterminer les exterminateurs » (« Avis au Lecteur »). Loin de paralyser et de détruire l’activité créatrice, la menace de la censure constitue un moteur pour l’écriture, autorise l’auteur à écrire toujours plus, pour se défendre et rétablir la vérité. On entre ici dans une censure fantasmatique, alors qu’une censure réelle, et plus du tout poïétique, aurait pu s’abattre sur Fuzy, et le condamner au silence. De fait, dans son imaginaire de l’écriture martyre, Fuzy fait l’éloge de sa « science d’endurer » :

Jamais l’injurié [Fuzy dans sa posture auctoriale favorite] n’a plus de prouesse et n’est plus estimable, qu’estant surmonté non pour se plaindre, mais pour se taire et se contraindre ; non pour se venger, mais pour se plaire à supporter. (p. 5)

33La liberté peut ainsi jaillir de la plus grande contrainte, exprimée ici par l’oxymore « plaire à supporter » : l’imaginaire créateur de Fuzy se nourrit de l’injure, réelle ou fantasmée, et prolifère à l’aune de cette science d’endurer, qui fait le lien entre les deux pamphlets, au-delà des deux camps entre lesquels oscille le transfuge.

34Le titre du texte de Fuzy fonctionne donc comme un trompe-l’œil et proclame la victoire de l’ambiguïté et de la polysémie là où on n’attendait que soumission au camp réformé : le « Franc Archer » désigne l’œuvre, mais peut aussi représenter l’auteur ; de même, le soldat réformé et armé qui s’avance ostensiblement se transforme malgré lui et pour le plus grand plaisir du lecteur en un Matamore de comédie. La polémique théologique s’inverse en farce populaire, le Verbe divin en parole auctoriale. En endossant le costume bouffon du franc archer, Fuzy semble pouvoir s’affranchir des codes génériques de l’exercice de réfutation théologique à laquelle il paraissait se soumettre exclusivement, et se donne l’alibi d’une langue populaire. Grâce à cet étrange masque auctorial, Fuzy peut légitimer sa prise de parole polémique tout en se donnant la possibilité d’un franc-parler.

35L’adjectif contenu dans le mot composé est important puisqu’il contient ce basculement : Antoine Fuzy passe de la franchise d’un parler vrai, fondé sur la vérité et ne reculant pas devant un langage fleuri, à un affranchissement qui le met dans une position instable et marginale, tout à fait intéressante.

36Au terme de cette enquête sur le titre et sur l’apparition incongrue de ce personnage de franc archer, on peut constater que cette tradition apparemment éloignée de l’horizon d’attente du texte vient étoffer la figure auctoriale adoptée par Antoine Fuzy. Le personnage de franc archer vient jeter le doute sur le statut de martyr que se donne l’auteur transfuge : le transfuge, ne choisissant au fond « ni Rome ni Genève », reste en effet dans une zone médiane, un espace problématique, qui se révèle propice à une parole libérée de deux autorités qui traditionnellement s’affrontent, et qui se trouvent ici ensemble rejetées.

Notes

1 Le Franc Archer de la vraye Eglise, contre les abus et enormitez de la fausse, par noble Antoine Fuzy, jadis protonotaire apostolique, docteur sorbonniste…, s. l., aux dépens de l’auteur, 1619.

2 Attesté au xvie siècle, le terme est un dérivé du substantif « transfuge », hérité au Moyen Âge du latin militaire transfuga (déserteur). Comme « transfuitif », « transfugitif » et « transfuyard », le mot « transfuite » n’est plus attesté après 1611.

3 Le Mastigophore ou précurseur du Zodiaque…, Paris, s. n., 1609. Anonyme.

4 La date de son arrivée dans la capitale réformée est encore incertaine, mais celle de son abjuration est fixée au 1er septembre 1618 à Genève ; il n’y sera reçu bourgeois qu’en 1620, après son mariage avec Élisabeth Janvier, elle-même sœur de pasteur.

5 De la même façon, le principal destinataire de ce pamphlet apparaît indirectement, par le truchement de l’anagramme ; le marguillier attaqué par Fuzy, Nicolas Vivian, devient ainsi, dans l’univers littéraire, Juvian Solanic.

6 L’ouvrage consiste en deux livres symétriques (8 chapitres chacun) correspondant à deux ensembles : le livre I attaque l’erreur sur laquelle repose l’Église catholique ; le livre second porte sur des points plus précis de doctrine sur lesquels il y a dissension radicale entre catholiques et réformés : passages obligés de la polémique réformée.

7 On peut le comparer à celui que Guillaume Farel choisit en 1550 pour défendre la nouvelle religion réformée : Le Glaive de la Parolle véritable tiré contre le bouclier de défense, Genève, J. Girard, 1550.

8 Rabelais, Le Cinquième Livre, Paris, Seuil (Points), 1995, chap. 8, p. 100 : « Comment nous fut montré Papegaut à grande difficulté » ; l’« animal » est dans sa cage, entouré de « deux petits Cardingaux et de six gros et gras Evesgaux », et Panurge le prend pour « une duppe ».

9 Ce poème, d’abord publié séparément, a ensuite été repris sous ce titre dans un recueil mêlé de 1559, Le Vray enfoncement des Archers, tant anciens que modernes, qui visent au Papegay, s. l. ; il est à nouveau publié en 1561, dans un recueil intitulé Sac et pièces pour le Pape de Rome, ses Cardinaux, Evesques […] contre Jesus Christ et ses Apostres, son Eglise et saincts Docteurs d’icelle. Voir l’analyse de J. Pinaux, « La métaphore animale dans quelques pamphlets du xvie siècle », Le pamphlet en France au xvie siècle, Cahiers V.-L. Saulnier, n° 1, 1983.

10 E. Armala, Le Franc Archer (1450), Limoges, Eugène Ardant et Cie, 1892, p. 8.

11 Jean de Bourdigné, Hystoire agrégative des Annales et cronicques d’Anjou [1529], M. Godard-Faultrier éd., Angers, 1842, 2 volumes. Voir vol. II, chap. 27, p. 325-335.

12 Rabelais, Pantagruel, chap. 7. Mais aussi : Gargantua, chap. 35 (« Comment Gymnaste soupplement tua le capitaine Tripet et autres gens de Picrochole »), où il est question d’un nommé « Bon Joan, capitaine des Francs topins » ; et Tiers Livre, J. Céard éd., Paris, LGF, 1995, chap. 8, p. 93 : « Doncques ne fauldra dorenavant dire, qui ne vouldra improprement parler, quand on envoyra le franc taulpin en guerre : Sauve Tévot le pot au vin […]. »

13 Voir Jehan Daniel, Le Franc Archer de Cherré et le Pionnier de Soeurdres, monologues comiques du xvie siècle, Angers, Courrier de l’Ouest, 1948. Le Franc Archer de Bagnolet fut publié dans l’édition de 1532 des œuvres complètes de Villon. Sur la tradition des monologues médiévaux, on pourra consulter J.-C. Aubailly, Le monologue, le dialogue et la sottie. Essai sur quelques genres dramatiques de la fin du Moyen Âge et du début du xvie siècle, Paris, Champion, 1976.

14 Ces courtes pièces semblent coïncider avec le point de vue de la noblesse française, qui ne tient pas à cette pratique des milices, qui contribue à l’armement des paysans.

15 Voir J.-C. Aubailly, Le monologue, le dialogue et la sottie : « Ce fanfaron se montre d’une incapacité telle qu’il se révèle même impuissant à suivre jusqu’au bout la logique interne inhérente à son caractère de vantard. Il est incapable d’abandonner pleinement la réalité pour l’image qu’il veut donner de lui » (p. 142) ; « Ce personnage est incapable de garder jusqu’au bout le masque qu’il veut se donner. La vérité lui échappe et il se révèle comme un être chez lequel il y a conflit constant entre l’imagination et le sens du réel, entre l’être et le paraître » (p. 145).

16 Voir L. Sainéan, L’influence et la réputation de Rabelais (interprètes, lecteurs et imitateurs), Paris, J. Gamber, 1930.

17 Le Franc Archer, p. 929 : « Sommairement dis leur que tu es fils d’un pere qui frappe aussi tôt au nez qu’au visage, et qui ne pardonnera aux abuseurs, ni aux abusés, non plus qu’aux mêmes abus. »

18 Voir T. Wanegffelen, Ni Rome, ni Genève : des fidèles entre deux chaires au xvie siècle, Paris, Champion, 1997.

19 Saint Denys, patron de la France ; saint Yves, patron de la Bretagne (comme saint Georges).

20 Voir La liberté de conscience (xvie-xviie s.), actes du colloque de Mulhouse et Bâle (1989), H.-R. Guggisberg, F. Lestringant et J.-C. Margolin éd., Genève, Droz, 1991.

21 Au moment où Fuzy écrit, la vision, qu’il condamne, des moines paillards et des courtisanes de Rome est devenue topique et peu originale.

Auteur

Allocataire moniteur à l’Université François Rabelais de Tours, membre du CESR, achève une thèse sur l’écriture débordante dans la littérature pamphlétaire française au seuil du xviie siècle.

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540