Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La realidad y el deseo

 | 
Carmen Val Julián

2. Nommer l’espace

La poésie du catalogue : toponymie et anthroponymie dans l’épopée contemporaine

Saulo Neiva

Texte intégral

  • 1 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar…, p. 45-47 (Et Gil Eanes et Gonçalo Velho et Bartolomeu / e (...)

1E Gil Eanes e Gonçalo Velho e Bartolomeu
ensinavam Vasco a soletrar o mar e a terra de Bojador e Cananor
[...]
onde começavam as rimas do Império :
Meliapor e Timor e Cranganor e Mangalor e de todos os nomes, pequeno poeta dos piratas / ingleses,
Macassar, Manaar e Manapar,
Madagascar e Visnagar e Malabar e Zanzibar
com as rimas de todas as vogais
em ara e era e ira e ora e ura
de Guanabara e Jericoacoara e Pajuçara
a Cingapura e Baramura
[...].
E assim se achava o mundo inteiro
suas vogais e suas sílabas,
de Uganda a Luanda, por Banda e Sarabanda
e Mombaça e Bokaça
e Samorim e Camocim
e Cochim e Bombaim e Costa do Marfim
e Benim e Baçaim e Mearim por onde
iam rimando a terra os menestréis do mar
[...]
e as fronteiras dos continentes
rimavam nas Áfricas, nas Índias,
nas décadas da Ásia
nas Europas e naquela quarta parte nova
arada por marinheiros :
e se mais mundo houvera
mais rimas lá rimaram.1

2Dans cet extrait de son poème Invenção do mar : Carmen sæculare, ouvrage qui porte sur la fondation et la formation du Brésil, le poète Gerardo Mello Mourão suggère l’ampleur de l’expansion maritime portugaise en ayant recours à la fois à une métaphore – qui fait du navigateur un ménestrel – et à une énumération de toponymes – qui lui permet d’explorer la plasticité et la musicalité de la langue portugaise.

  • 2 « Et s’il était apparu d’autres mondes, elle [la maison lusitanienne] y serait parvenu », Luís de (...)
  • 3 « […] Sofrerá suas cidades e lugares, / Com ferro, incêndios, ira e crueldade, / Ver destruir do S (...)
  • 4 « Mas, já chegado aos fins Orientais / E deixado em ajuda do gentio Rei de / Cochim, com poucos na (...)
  • 5 « Fará que todo o Naire, enfim, se mova / Qu’entre Calecu jaz e Cananor, / D’ambas as Leis imigas (...)
  • 6 « E todos outra vez desbaratando, / Por terra e mar, o grão Pacheco ousado, / A grande multidão qu (...)
  • 7 « “Aqui a cidade foi que se chamava / Meliapor, fermosa, grande e rica ; / Os Ídolos antigos adora (...)
  • 8 « “Mas, na ponta da terra, Cingapura / Verás, onde o caminho às naus se estreita ; / Daqui tornand (...)
  • 9 « “Olha de Banda as Ilhas, que se esmaltam / Da vária cor que pinta o roxo fruto ; / Às aves varia (...)
  • 10 « “Ali também Timor, que o lenho manda / Sândalo, salutífero e cheiroso […]” » (Voici encore Timor (...)

3Rapprocher des lieux, raccourcir les lieues : le poète exprime ainsi son désir de s’approprier l’espace le plus vaste possible à travers la parole épique. En ce sens, la longueur de son énumération suggère l’admirable immensité de l’empire, suscitant une impression d’éclat qui est d’ailleurs renforcée par la riche sonorité des toponymes énoncés. En outre, les deux derniers vers de cet extrait, pastiche d’un célèbre passage des Lusiades qui se réfère lui aussi à l’expansion maritime portugaise (« E se mais mundo houvera, lá chegara »)2, indiquent explicitement combien la longue énumération qui les précède est un souvenir de lecture du poème de Luís de Camões. Ce renvoi intertextuel est d’ailleurs entériné par le choix des toponymes cités : Samorin3, Cochin4, Cananor5, Malabar6, Méliapor7, Singapour8, Banda9, Timor10 puisque un certain nombre d’entre eux sont également présents dans le chant X de cette épopée majeure de la Renaissance européenne.

  • 11 Homère, Iliade, t. I, II, v. 484-780.
  • 12 Ibid., XVIII, v. 39-49.
  • 13 Homère, L’Odyssée, XI, v. 225-237.
  • 14 Hésiode, Théogonie, v. 336-616.
  • 15 Ibid., v. 240-264.

4Au-delà de cette référence explicite au poème de Camões, ces vers de Gerardo Mello Mourão se rattachent de façon plus ample à la tradition épique en ce qu’ils renvoient à l’usage que l’épopée ancienne fait de l’énumération, par l’établissement de ses « catalogues ». Ainsi, dans l’Iliade, nous avons le catalogue des vaisseaux11 et celui des Néréides12 ; dans l’Odyssée, celui des morts13 ; dans la Théogonie, celui des enfants des Titans14 et celui des Néréides15.

  • 16 Pierre Brunel, Mythopoétique des genres, p. 203.
  • 17 « América, no invoco tu nombres en vano. / Cuando sujeto al corazón la espada, / cuando aguanto en (...)
  • 18 Citons au hasard : « Cholula », p. 150-151 ; « Guatemala », p. 152-153 ; « Paraguay », « Brasil », (...)
  • 19 Quelques exemples : « Cortés », p. 149-150 ; « Alvarado », p. 151-152 ; « Homenaje a Balboa », p.  (...)
  • 20 « Derek Walcott », « Tom Jobim », « Gregório Bezerra », « Margaret Thatcher », « Simon Bolívar », (...)
  • 21 « Pihaui », « O arrepio dos ventos », p. 307, 465.

5Le catalogue joue un rôle si important dans cette tradition générique que, pour le comparatiste Pierre Brunel, il est « peut-être à l’origine même de l’épopée »16. De fait, la structure de l’Inferno de Dante n’est-elle pas fondée sur l’établissement d’une liste circonstanciée des péchés humains ? Ou, pour citer des cas bien plus proches de nous en termes chronologiques, le Canto general de Neruda ne vise-t-il pas à rendre compte de l’histoire et de la géographie latino-américaines, à travers « l’invocation »17 d’une toponymie18 et d’une anthroponymie19 qui, dans la pure tradition épique, sont constituées d’éléments considérés comme « dignes de mémoire » ? De même, toujours dans cette lignée, comment ne pas penser à l’ouvrage du poète brésilien Marcus Accioly, Latinomérica, poème épique sur le continent latino-américain qui regroupe un ensemble de portraits20 et de pièces à caractère topographique21 ?

  • 22 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar…, p. 121.

6Toujours dans le poème de Gerardo Mello Mourão, nous trouverons un certain nombre d’autres catalogues : l’énumération des métiers exercés par les hommes qui accompagnaient l’amiral Martim Afonso de Sousa, dans son expédition à travers le territoire brésilien22 ; la liste des patronymes des personnages célèbres qui ont marqué la phase initiale de la colonisation du Brésil (ibid., p. 213-214) ; le double relevé des bandeirantes et des lieux que ces pionniers ont fondés lorsqu’ils ont sillonné le territoire placé à l’ouest des limites indiquées par le traité de Tordesillas (ibid., p.  246). Nous y trouverons également le catalogue des grands contemporains de la naissance du Brésil, liste qui s’étend au long de plus de soixante vers, et dont voici un court extrait :

  • 23 Ibid., p. 73 (Voici le catalogue des témoins de la naissance / du siècle et de ta naissance, Saint (...)

Este é o catálogo das testemunhas do nascimento
do século e de teu nascimento, Santa Cruz :
diante de Cabral desfilam
Leonardo da Vinci e Miguelângelo,
Erasmo e Thomas Morus,
Rafael e Maquiavel,
Cortez e Magalhães e Lucas Cranach e o Ariosto,
Pizarro e Gerardus Mercator e o Tiziano e o Tintoretto
e o Corregio e Janequin e Holbein e Cardan
e as minas de Potosí
e Francisco Primeiro na batalha de Marignan
a Solimão, o Magnífico,
e Lutero o Calvino e o schisma anglicano
e Ivã, o Terrível, e Baber.23

  • 24 Il s’agit d’une généalogie minutieuse, depuis le premier homme (1 Ch, 1, 1-7 : « Adam, Seth, Énosh (...)

7Gerardo Mello Mourão fait également appel à ce procédé dans la partie finale de son livre, intitulée « GÊNESE ou GENEALOGIA DAS Naçoens por seus cantores ». Ce catalogue généalogique, inspiré à la fois des sagas et des récits bibliques – nous pensons notamment à la longue généalogie « Autour de David », qui fait partie du « Premier Livre des chroniques de l’Ancien Testament »24 –, permet au poète de rattacher son propre chant – et, par extension, la formation du Brésil elle-même – à une lignée sublime, à dimension aussi bien prophétique qu’épique :

  • 25 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar…, p. 350-351 ([…] et Moïse et Salomon et David et les autres (...)

[…] e Moisés e Salomão e David e os outros
no ventre das profetisas do templo
geraram Mateus, Marcos, Lucas e João
cronistas de Jesus, chamado o Cristo,
que gerou Pedro e Paulo e os doze – e estes
geraram Nóbrega e Anchieta. Antes deles,
haviam gerado na Jônia Homero, o Cego,
e Homero gerou a Grécia
e a Grécia gerou Tróia e Tróia gerou Enéias
e Enéias gerou o Lácio e o Lácio gerou Virgílio
e Virgílio gerou Roma e do ventre de Roma
gerou Alighieri, dito o Dante,
e o Dante, do lírio encarnado de Beatriz
gerou Florença e Florença gerou a Itália,
e o Lácio gerou o Império e o Império gerou Caio Júlio,
chamado César, e das sete colinas
o Lácio gerou a Ibéria,
e Luís Vaz, dito Camões, gerou o reino de Portugal.
Mas o reino de Portugal foi gerado veia a veia
e Diônisos, poeta e rei, dito Dom Dinis,
gerou por Isabel
as trovas, a língua e os barcos que galopam no mar
e Henrique, dito o Infante, gerou oceanos e caravelas
e nelas Vasco, Bartolomeu, Pedrálvares, Pero Lopes
– e de seus bagos venho –.
E o mar gerou o Brasil […].25

8Essayons de comprendre l’intérêt de ces listes que les poètes épiques constituent tout au long des siècles en nous intéressant plus exactement au rôle qu’elles jouent dans les poèmes qui, de nos jours, visent à réhabiliter cette forme poétique. Pour ce faire, nous examinerons plus précisément le cas du poème Invenção do mar, de Gerardo Mello Mourão, en nous penchant sur les rapports qui rattachent ces catalogues à deux éléments caractéristiques de l’épopée : l’aspiration à dire la totalité et la dimension oraculaire que le poète attribue au nom, catégorie grammaticale qui se voit ainsi dotée d’une importance majeure.

  • 26 Pierre Brunel, Mythopoétique des genres, p. 207.
  • 27 Sur la notion de « transcréation » au sens où l’entend Haroldo de Campos, voir son article « Da tr (...)

9Notons tout d’abord que les catalogues établis par le poète épique reposent sur un équilibre délicat entre la tentation de l’exhaustivité et la conscience de l’impossibilité de « dénombrer l’innombrable »26. Par l’énumération, l’aède juxtapose différents éléments d’une même série, dont il indique cependant le caractère inépuisable. Pour comprendre le sens profond de cet art, rappelons plus précisément l’exemple de l’Iliade, dont la « transcréation »27 intégrale en portugais a été réalisée par le poète Haroldo de Campos. Dès le chant II de son poème, dans le cadre de la narration des préparatifs à la bataille, Homère énumère les nefs qui ont assiégé Troie : une flotte de 1186 vaisseaux, nommés au long de quasiment trois cents vers, en même temps que leurs chefs et leurs lieux d’origine. Voici les premiers vers de ce catalogue, dans la traduction qu’en propose Haroldo de Campos :

  • 28 Ilíada de Homero, traduction de Haroldo de Campos, vol. I, p. 95. Paul Mazon traduit ainsi cet ext (...)

Pemeleu, Protoénor, Lito, Arcesilau,
mais Clônio iam à testa dos Beócios, de Áulide
pétrea, de Híria, de Esqueno, Escolo e de Eteono
milmontanhosa, Téspio, Graia, Micalesso
vasta em planícies ; de Harma, de Iléssio, de Eritras […].28

10Convoquant anthroponymie et toponymie, Homère compose une liste effectivement longue, qu’il fait néanmoins précéder d’une remarque riche en prudence qui vise à signaler combien son énumération est moins étendue que celle – impossible à énoncer – de la multitude de guerriers prêts pour le combat :

  • 29 Voici la traduction française de ce passage, telle que nous la propose Paul Mazon : « La foule, je (...)

[…] O total de nomes
da multidão, nem tendo dez bocas, dez línguas,
voz inquebrável, peito brônzeo, eu saberia
dizer, se as Musas, fi lhas de Zeus porta-escudo,
olímpicas, não derem à memória ajuda,
renomeando-me os nomes. Só direi o número
das naves e os navarcas que assediaram Tróia.29

  • 30 Pour le philosophe Hegel, « l’état du monde moderne est […] d’un prosaïsme tel qu’il oppose un ref (...)
  • 31 Voir Georg Lukács, La théorie du roman, p. 49-63.

11Par cette remarque préalable Homère met en avant l’importance de la leçon d’équilibre sur laquelle se fondent les catalogues épiques. Si toutefois nous nous plaçons dans la perspective du lecteur moderne – ce lecteur marqué par le « prosaïsme »30 d’un monde « sans dieux » où l’épopée a soi-disant cédé la place au roman31 – nous pouvons concevoir cette remarque comme une allusion à la masse de guerriers qui restent dans l’ombre des héros de l’Histoire, des noms dont l’épopée fait l’impasse, en dépit de l’aspiration à dire la totalité sur laquelle elle est bâtie. Une multitude de guerriers dont les noms « ne sont pas écrits dans le bronze », à l’instar des compagnons d’Ulysse que mentionne le célèbre poème d’Ezra Pound :

  • 32 Ezra Pound, The Cantos, xx, p. 93-94. Ces vers ont été traduits ainsi par Philippe Mikriammos : « (...)

‘What gain with Odysseus,
They that died in the whirlpool
And after many vain labours,
Living by stolen meat, chained to the rowingbench,
That he should a great fame
And lie by night with the goddess ?
Their names are not written in bronze’ […].32

  • 33 Voir David Bouvier, Le sceptre et la lyre…

12Car le poète épique contemporain ne renonce pas au thème de la pérennité du renom, si important dans l’épopée classique33, mais il en explore les recoins et en dévoile le revers, revenant souvent, comme le fait Ezra Pound, sur la problématique des noms qui sont voués à s’estomper avec le temps. Il en est ainsi de Gerardo Mello Mourão, qui signale combien la mer se nourrit des noms et des dépouilles des marins inconnus, dans un passage où le catalogue des anthroponymes est remplacé par celui, très coloré et varié, des plus infimes des êtres marins :

  • 34 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar…, p. 69-70.

perdeu-se da frota o Capitão Vasco de Ataíde
com sua nau e um centenar de marinheiros
e o mar engoliu
a caravela de pinho de Leiria
e engoliu o Capitão Vasco de Ataíde
e só restou seu nome :
dos marinheiros engoliu até os nomes
e somos desde então
a nutrição desse oceano, nostrum mare, nutrido
de nossos músculos, de nossos ossos.
E de nosso cálcio
fizeram-se os búzios, os caracóis, os frutos dos coqueiros,
as conchas e ostras e cascas de ovos de tartarugas
e as areias da praia e os meros e o casco das lagostas vermelhas
dos camarões azuis e rosa e a escama
dos pargos encarnados, também chamados ciobas,
o couro da garoupa rosada, o ariacó listrado verde-azul,
o olho sábio dos botos, a serra dos dentes do tubarão,
os crustáceos, as vieiras, a garra do caranguejo ruivo
o polvo de sete cabeças e todos os bichos marinhos.34

13Ce catalogue n’est pas sans rappeler l’énumération des trente-quatre Néréides, présente dans l’Iliade (XVIII, 39-53), où chaque nom évoqué constitue une référence à un être, à un aspect ou à un élément du monde marin : « Glaucia, Glaucée » signifie la bleue marin ; « Thalia », la verte ; « Cymodocée », l’ondoyante. Pour souligner la portée sémantique des noms cités, le poète-traducteur Haroldo de Campos a ajouté des épithètes qui en élucident la signification :

  • 35 Ilíada de Homero, traduction de Haroldo de Campos, vol. II, p. 233. Paul Mazon traduit ces vers co (...)

Eram Gláucia, azul-mar e Tália florida ; a ôndula
Cimodócia ; a insular Neséia ; a cavernícola
Espéia ; Toa, nado-agílima ; Hália, cinza-sal,
olhos-redondos ; Mélita, mel ; Iera grácil ;
Anfitóe circum-nadante e Ágave bem-nada ;
Cimotóe, onda-rápida ; Actéia e Limnória ;
Doto e seus dons ; Proto, primícias ; Transferusa ;
Dexamene, cisterna-amena ; Dinamene,
dínamo-fluente ; a circumpróxima Anfinome ;
Calianira, encanta-homens ; Dóris ; Panopéia,
panvidente ; a gloriosa Galatéia ; Nemertes ;
Apseude ; Iânira, Ianassa, Clímene, Caliâ –
nassa, Maíra, Oritéia, Amátria – eis as Nereides
abissais, todas ; na esplendente gruta, batem-se
no peito […].35

14Ces deux catalogues ont en commun leur « ancrage » dans l’univers marin, espace apparemment illimité qui est doté d’une riche symbolique. Dans le cas d’Homère, cependant, cette référence à la mer est accompagnée d’une dimension mythique, au sens antique du terme, puisqu’elle repose sur une cosmogonie précise, où la mer joue un rôle crucial. Il n’en est rien chez Gerardo Mello Mourão, poète d’une époque qui ne partage plus la « naïveté » (Schiller) des Anciens.

  • 36 Sur l’orphisme, voir l’ouvrage de Reynal Sorel, Orphée et l’orphisme. Sur les liens entre le savoi (...)

15Cela dit, chez ce poète brésilien, la démarche de réhabilitation de l’épopée relève du postulat selon lequel cette tradition poétique, vecteur de transmission d’un « savoir orphique »36 et qui est rattachée intrinsèquement à la notion d’oracle et de révélation sacrée, constitue la seule réponse satisfaisante que la poésie puisse donner aux aspirations et aux contradictions de notre monde déchu :

  • 37 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar… : « A poesia e a epopéia são contemporâneas dos deuses. E c (...)

La poésie et l’épopée sont contemporaines des dieux. Et comme les dieux sont morts, le monde n’a plus de place dans les expressions magiques de la connaissance orphique. […] Notre temps, n’importe quel temps qui ait coupé le cordon ombilical avec le mythe et l’éternité, est un temps indigent. Mais si on a tout enlevé à l’homme d’aujourd’hui, il y a une chose qui ne peut être confisquée : l’ε’ποζ, le nom, le mot, substantif, l’oracle.37

16Aussi bien les oracles que les épopées ont recours à un registre élevé et à un langage volontiers énigmatique par lequel, dans le cadre de la doctrine orphique, le nom est censé retrouver le pouvoir de signe révélateur de l’immanence des choses :

  • 38 Ibid. : « O ε’ποζ, o nome, a palavra, e também o oráculo, segundo os gregos. O puro nome é o mero (...)

L’ε’ποζ : le nom, le mot, et aussi l’oracle, selon les Grecs. Le nom pur est le simple oracle. Ceux qui ne connaissent pas les oracles n’ont jamais entendu des voix, aveugles et aveuglés par une dimension unique du mot réduit à sa condition d’histoire, ils ne savent pas non plus ce qu’est la poésie.38

17La fascination que le nom exerce sur l’esprit du poète Gerardo Mello Mourão nous permet de mieux comprendre l’utilisation régulière qu’il fait du catalogue, procédé qui a des rapports étroits avec cette catégorie grammaticale. Mais cette mise en valeur de l’énumération implique également un problème d’ordre purement stylistique car, à travers cette démarche, le poète cherche en même temps à concilier parole épique et dépouillement de style, élément si important pour l’esthétique moderne :

  • 39 Ibid. : « [...] É preciso castrar os substantivos, isto é, tirar-lhes as excrescências. As excresc (...)

Il faut castrer les substantifs, c’est-à-dire leur retirer les excroissances. Les adjectifs qualificatifs sont ces excroissances. Le substantif, le nom, le nom pur, a en lui sa simple et unique qualification. L’adjectif ne peut apparaître qu’à titre exceptionnel. À son heure et à son tour. Comme une flexion du nom pur, et non comme un appendice qualificatif et ornemental du substantif […]. L’adjectif ne peut apparaître que lorsque, par un privilège que le substantif lui accorde, il jaillit de l’intérieur de celui-ci, de sa pulpe, comme un noyau reproducteur.39

18Cette quête d’un langage dépourvu de tout « appendice qualificatif » contribue à consolider la démarche de réhabilitation de la poésie épique, qui se réconcilie ainsi avec le dépouillement stylistique qui est hégémonique dans la réflexion poétique de la modernité. Une telle quête s’exerce pleinement à travers l’établissement des nombreux catalogues qui s’enchâssent dans le poème de Gerardo Mello Mourão.

19Le catalogue, procédé hérité des Anciens et qui se fonde sur le principe de rassemblement d’éléments appartenant à une même série, contribue ainsi à la constitution d’un univers épique moderne. Dans cette épopée contemporaine, la réflexion sur le passé national se nourrit de la prolifération de sons et de sens suggérée par des listes de toponymes et d’anthroponymes, de la même manière que, comme le suggèrent les vers de Mello Mourão, la mer se nourrit des noms et des corps des marins anonymes.

Bibliographie

Bibliographie

Accioly Marcus, Latinomérica, Rio de Janeiro, Topbooks / Biblioteca nacional, 2002.

Bouvier David, Le sceptre et la lyre. L’Iliade ou les héros de la mémoire, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, 2002.

Brunel Pierre, Mythopoétique des genres, Paris, PUF, 2003.

De Camões Luís, Les Lusiades / Os Lusíadas, traduction de Roger Bismut, Paris, Robert Laffont, 1992.

De Campos Haroldo, « Da tradução como criação como crítica », Metalinguagem e outras metas. Ensaios de teoria e crítica literária, São Paulo, Perspectiva, 1992 (4e édition augmentée), p.  31-48.

Dodds Robertson Eric, Les Grecs et l’irrationnel, traduction de Michael Gibson, Paris,

Flammarion, 1977 (1re édition : 1959).

Eco Umberto, « La scomparsa di un poeta », L’Espresso, 4 septembre 2003.

Hegel Georg Wilhelm Friedrich, Esthétique, traduction de Serge Jankélévitch, Paris, Éditions Aubier-Montaigne, 1944.

Hésiode, Théogonie, traduction de Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1986.

Homère, Iliade, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 2002.

L’Odyssée, traduction de Victor Bérard, Paris, Les Belles Lettres, 1924.

Ilíada de Homero, traduction de Haroldo de Campos, introduction et organisation Trajano Vieira, São Paulo, ARX, 2001.

Lambin Gérard, L’épopée. Genèse d’un genre littéraire en Grèce, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000.

Lukács Georg, La théorie du roman, traduction de Jean Clairevoye, Paris, Denoël, 1968 (1re édition : 1920).

Mello Mourão Gerardo, Invenção do mar : Carmen sæculare, Rio de Janiero, Record, 1997.

Neruda Pablo, Canto general, Enrico Mario Santí éd., Madrid, Cátedra, s. d., (4e édition ; 1re édition : 1950).

Pound Ezra, The Cantos, X, Londres, Faber and Faber, 1987, (4e édition ; 1re édition des Cantos, I-LXXXIV : 1954).

Pound Ezra, Les Cantos, nouvelle édition revue et augmentée sous la direction d’Yves di Manno, Paris, Flammarion, 2002.

Sorel Reynal, Orphée et l’orphisme, Paris, PUF, 1995.

Notes

1 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar…, p. 45-47 (Et Gil Eanes et Gonçalo Velho et Bartolomeu / enseignaient Vasco à épeler la mer et la terre / de Bojador et Cananor / […] où commençaient les rimes de l’Empire : // Meliapor et Timor et Cranganor et Mangalor / et de tous les noms, petit poète des pirates anglais, / Macassar, Manaar, Manapar, / Madagascar et Visnagar et Malabar et Zanzibar / grâce aux rimes de toutes les voyelles / en ara, era, ira, ora et oura / de Guanabara et Jéricoacara et Pajouçara / à Singapour et Baramour / […]. / Et ainsi se trouvait le monde entier / avec ses voyelles et ses syllabes, / d’Ouganda à Luanda, Banda et Sarabanda / et Mombaça et Bokaça / et Samorim et Camocim / et Cochin et Bombaim et Côte d’Ivoire / et Bénin et Baçain et Mearin par où / les ménestrels de la mer avançaient en faisant rimer la Terre / […] / et les frontières des continents / rimaient dans les Afriques, les Indes, / dans les décades d’Asie / dans les Europes et dans cette quatrième nouvelle partie / défrichée par les marins : / et s’il était apparu d’autres mondes / d’autres rimes ils auraient fait rimer). Nous traduisons toutes les citations.

2 « Et s’il était apparu d’autres mondes, elle [la maison lusitanienne] y serait parvenu », Luís de Camões, Les Lusiades / Os Lusíadas, traduction de Roger Bismut, Paris, Robert Laffont, 1992, VII, 14.

3 « […] Sofrerá suas cidades e lugares, / Com ferro, incêndios, ira e crueldade, / Ver destruir do Samorim potente, / Que tais ódios terá co a nova gente » ([La belle déesse] verrait le puissant Samorin lui dévaster ses cités et ses bourgs par fer, flamme, ire et cruauté : tant il nourrirait de haine envers les arrivants !), ibid., X, 11.

4 « Mas, já chegado aos fins Orientais / E deixado em ajuda do gentio Rei de / Cochim, com poucos naturais, / Nos braços do salgado e curvo rio / Desbaratará os Naires infernais […] » (Puis, parvenu aux bornes orientales, et laissé avec de rares natifs sur les bras du fleuve courbe et salé, pour seconder le Roi gentil de Cochin, il taillera en pièces les Naires diaboliques), ibid., X, 13.

5 « Fará que todo o Naire, enfim, se mova / Qu’entre Calecu jaz e Cananor, / D’ambas as Leis imigas pera a guerra : / Mouros por mar, Gentios pola terra » (Enfin, à tous les Naires établis entre Calicut et Cananor, fidèles des deux sectes ennemies de Christ, il lancera l’ordre de marche et de combat : les Maures viendront par mer et les Gentils par terre), ibid., X, 14.

6 « E todos outra vez desbaratando, / Por terra e mar, o grão Pacheco ousado, / A grande multidão que irá matando / A todo o Malabar terá admirado […] » (Une fois encore, le grand et valeureux Pacheco les taillera tous en pièces, sur terre et sur mer ; et la grande foule qu’il s’en ira tuant fera l’étonnement de tout le Malabar), ibid., X, 15.

7 « “Aqui a cidade foi que se chamava / Meliapor, fermosa, grande e rica ; / Os Ídolos antigos adorava / Como inda agora faz a gente inica […]” » (Là était la cité qui avait nom Méliapor, belle, grande, et riche. Elle adorait les antiques idoles, comme le fait encore son peuple inique), ibid., X, 109.

8 « “Mas, na ponta da terra, Cingapura / Verás, onde o caminho às naus se estreita ; / Daqui tornando a costa à Cinosura, / Se encurva e pera a Aurora se endireita […]” » (À la pointe du pays, tu verras Singapour où le chemin se resserre pour les navires. Puis la côte oblique vers Cynosure, s’incurve et se redresse vers l’Aurore), ibid., X, 125.

9 « “Olha de Banda as Ilhas, que se esmaltam / Da vária cor que pinta o roxo fruto ; / Às aves variadas, que ali saltam, / Da verde noz tomando seu tributo […]” » (Regarde les îles de Banda s’émailler des teintes changeantes qui peignent leurs fruits pourpres et les oiseaux bigarrés qui s’abattent ici pour prélever leur tribut sur la noix verte), X, 133.

10 « “Ali também Timor, que o lenho manda / Sândalo, salutífero e cheiroso […]” » (Voici encore Timor, qui livre le bois guérisseur et parfumé du santal), X, 134.

11 Homère, Iliade, t. I, II, v. 484-780.

12 Ibid., XVIII, v. 39-49.

13 Homère, L’Odyssée, XI, v. 225-237.

14 Hésiode, Théogonie, v. 336-616.

15 Ibid., v. 240-264.

16 Pierre Brunel, Mythopoétique des genres, p. 203.

17 « América, no invoco tu nombres en vano. / Cuando sujeto al corazón la espada, / cuando aguanto en el alma la gotera, / cuando por las ventanas / un nuevo día tuyo me penetra […] », Pablo Neruda, Canto General, p. 379.

18 Citons au hasard : « Cholula », p. 150-151 ; « Guatemala », p. 152-153 ; « Paraguay », « Brasil », « Cuba », « Centro América », « Puerto Rico », « Grecia », p. 352-359.

19 Quelques exemples : « Cortés », p. 149-150 ; « Alvarado », p. 151-152 ; « Homenaje a Balboa », p. 155-156 ; « Ximénez de Quesada (1536) », p. 158-160 ; « Valdivia (1544) », p. 172-174 ; « Ercilla », p. 175 ; « Cuauhtémoc (1520) », p. 187-189 ; « Fray Bartolomé de las Casas », p. 189-196 ; « Toqui Caupolicán », p. 195-196 ; « Lautaro (1550) », p. 198 ; « Tupac Amaru (1781) », p. 213-214 ; « Bernardo O’Higgins Riquelme (1810) », p. 217-220 ; « San Martín », p. 220-222.

20 « Derek Walcott », « Tom Jobim », « Gregório Bezerra », « Margaret Thatcher », « Simon Bolívar », respectivement, p. 75, 89, 208, 228, 278.

21 « Pihaui », « O arrepio dos ventos », p. 307, 465.

22 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar…, p. 121.

23 Ibid., p. 73 (Voici le catalogue des témoins de la naissance / du siècle et de ta naissance, Sainte Croix : / devant Cabral défilaient / Léonard de Vinci et Michel-Ange, / Érasme et Thomas More, / Raphaël et Machiavel, / Cortés et Magellan et Lucas Cranach et l’Arioste, / Pizarro et Gerardus Mercator et le Titien et le Tintoret / et Corregio et Janequin et Holbein et Cardan / et les mines de Potosí / et François I dans la bataille de Marignane / et Soliman le Magnifique / et Luther le Calvin et le schisme anglican / et Ivan, le Terrible et Baber).

24 Il s’agit d’une généalogie minutieuse, depuis le premier homme (1 Ch, 1, 1-7 : « Adam, Seth, Énosh, / Qénân, Mahalaléel, Yéred, / Hénok, Mathusalem, Lamek, / Noé, Sem, Cham et Japhet. / Fils de Japhet : Gomer, Magog, les Mèdes, Yavân, Tubal, Méshek, Tiras, / Fils de Gomer : Ashkenaz, Riphat, Togarma, / Fils de Yavân : Élisha, Tarshish, les Kittim, les Rodanéens […] »), jusqu’aux descendants du roi Saül (1 Ch, 9, 39-40 : « Ner engendra Qish, Qish engendra Saül, Saül engendra Jonathan, MalkiShua, Abinadab, Eshbaal. / Fils de Jonathan : Meribbaal. Meribbaal engendra Mika […] »).

25 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar…, p. 350-351 ([…] et Moïse et Salomon et David et les autres / dans le ventre des prophétesses du temple / engendrèrent Matthieu, Marc, Luc et Jean / chroniqueurs de Jésus, que l’on appelle le Christ, / qui engendra Pierre et Paul et les douze – et ceux-ci / engendrèrent Nobrega et Anchieta. Avant eux, / en Ionie, ils avaient engendré Homère, l’Aveugle, / et Homère engendra la Grèce / et la Grèce engendra Troie et Troie engendra Énée / et Énée engendra le Latium et le Latium engendra Virgile / et Virgile engendra Rome et le ventre de Rome // engendra Alighieri, alias Dante, / et Dante, à partir du lys écarlate de Béatrice / engendra Florence et Florence engendra l’Italie, et le Latium engendra l’Empire et l’Empire engendra Caius Julius, / appelé César, et depuis les sept collines / le Latium engendra l’Ibérie, / et Luis Vaz, dit Camões, engendra le royaume du Portugal. // Mais le royaume du Portugal fut engendré veine à veine / et Dionysos, poète et roi, dit Dom Dinis, / engendra pour Isabel / les poèmes, la langue et les nefs qui galopent dans la mer / et Henri, dit l’Infant, engendra océans et caravelles / et, dans celles-ci, Vasco, Bartolomeu, Pedr’alvares, Pero Lopes / – et je proviens de ses burnes. // Et la mer engendra le Brésil […]).

26 Pierre Brunel, Mythopoétique des genres, p. 207.

27 Sur la notion de « transcréation » au sens où l’entend Haroldo de Campos, voir son article « Da tradução como criação como crítica ». Sur l’importance de son travail de traduction, voir l’article élogieux d’Umberto Eco, « La scomparsa di un poeta », qui le considère comme « le plus grand traducteur moderne de Dante ».

28 Ilíada de Homero, traduction de Haroldo de Campos, vol. I, p. 95. Paul Mazon traduit ainsi cet extrait : « Les Béotiens ont à leur tête Pénéléôs et Léite, - Arcésilas, Prothoénôr et Clonios. Ce sont les gens d’Hyrie et d’Aulis la rocheuse, - de Schène, de Scôle, de la montueuse Étéone, - de Thespie, de Grée, de la vaste Mycalesse, les gens du pays d’Harme, d’Ilésie et d’Erythres […] » (Homère, Iliade, texte établi par Paul Mazon, p. 48-49).

29 Voici la traduction française de ce passage, telle que nous la propose Paul Mazon : « La foule, je n’en puis parler, je n’y puis mettre des noms, eussé-je dix langues, eussé-je dix bouches, une voix que rien ne brise, un cœur de bronze en ma poitrine, à moins que les filles de Zeus qui tient l’égide, les Muses de l’Olympe, ne me nomment alors elles-mêmes ceux qui étaient venus sous Ilion. Je dirai en revanche les commandants des nefs et le total des nefs » (Homère, Iliade, texte établi par Paul Mazon, p. 48).

30 Pour le philosophe Hegel, « l’état du monde moderne est […] d’un prosaïsme tel qu’il oppose un refus absolu aux conditions que […] doit remplir la vraie poésie épique » (Esthétique, t. III, 2e partie, p. 163).

31 Voir Georg Lukács, La théorie du roman, p. 49-63.

32 Ezra Pound, The Cantos, xx, p. 93-94. Ces vers ont été traduits ainsi par Philippe Mikriammos : « Quel gain avec Ulysse, / Eux qui périrent dans le tourbillon. Et après maints labeurs vains, / Vivent de viande volée, enchaînés au banc de nage, / Pour qu’il jouisse d’une grande réputation / Et repose la nuit près de la déesse ? / Leur nom n’est pas inscrit dans le bronze […] », Les Cantos, p. 111-112.

33 Voir David Bouvier, Le sceptre et la lyre…

34 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar…, p. 69-70.

35 Ilíada de Homero, traduction de Haroldo de Campos, vol. II, p. 233. Paul Mazon traduit ces vers comme suit : « Voici Glaucé, Thalie, Cymodocée, - Nésée, Spéiô, Thoé, Halié, aux grands yeux, - Cymothoé, Actée, Limnôréia, - et Mélite et Ière, Amphithoé et Agavé, - Dotô, Protô, Phéruse et Dyunamène, - Dexamène, Amphinome et Callianire, - Doris, Panope, l’illustre Galatée – Némeriès, Apseudès et Callianassa ; - et encore Clymène, Ianire et Ianassa, - Maira et Orithye et Amathye aux belles tresses, - et toutes les Néréides qui habitent l’abîme marin. Remplissant la grotte brillante, toutes ensemble se frappent la poitrine […] » (Homère, Iliade, texte établi par Paul Mazon, p. 168-169).

36 Sur l’orphisme, voir l’ouvrage de Reynal Sorel, Orphée et l’orphisme. Sur les liens entre le savoir orphique et l’épopée, voir l’ouvrage de Gérard Lambin, L’épopée…, p. 56-68. Sur la dimension « religieuse » de l’univers homérique, voir le livre d’Eric Robertson Dodds, Les Grecs et l’irrationnel.

37 Gerardo Mello Mourão, Invenção do mar… : « A poesia e a epopéia são contemporâneas dos deuses. E como os deuses estão mortos, o mundo já não cabe nas expressões mágicas do conhecimento órfico. [...] Nosso tempo, qualquer tempo que haja cortado o cordão do umbigo com o mito e a eternidade, é um tempo indigente. Mas se tiraram tudo ao homem de nossos dias, há uma coisa que permanece inconfi scável : o ε’ποζ, o nome, a palavra substantiva, o oráculo » (p. 14).

38 Ibid. : « O ε’ποζ, o nome, a palavra, e também o oráculo, segundo os gregos. O puro nome é o mero oráculo. Os que não conhecem oráculos, nunca ouviram vozes, cegados e cegos por uma dimensão única da palavra em seu estado de história, também não sabem o que é a poesia ».

39 Ibid. : « [...] É preciso castrar os substantivos, isto é, tirar-lhes as excrescências. As excrescências são os adjetivos qualificativos. O substantivo, o nome, o puro nome, tem em si mesmo sua mera e única qualificação. O adjetivo não pode aparecer senão excepcionalmente. Em sua hora e sua vez. Como uma flexão do puro nome, não como um apêndice qualificativo, ornamental, do substantivo [...]. O adjetivo só pode aparecer quando, por privilégio do substantivo, salta de dentro dele, de sua polpa, como um caroço reprodutor » (p. 12).

Auteur

Saulo Neiva, Université Blaise-Pascal Clermont II

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540