Version classiqueVersion mobile

Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne

 | 
Marie-Frédérique Pellegrin

Partie IV. Poulain de la Barre : sexe et égalité

Chapitre 7

La fin des caractères des passions

Texte intégral

Généralité et exemple

  • 1 Au sens du relativisme culturel qui attribue à la coutume la plupart des comportements apparemment (...)
  • 2 Ce sens cartésien du thème de la distinction est très présent dans le texte : « Le plus grand fruit (...)

1Une compréhension objective de l’être humain suppose une méthode nouvelle qui s’appuie à la fois sur des principes cartésiens et sur une perspective relativiste1. Principe cartésien par excellence2, la distinction permet en effet de mettre au jour le caractère advenu et donc artificiel de certaines vérités apparemment générales ; elle est également capable de remettre en cause des différences faussement essentielles à la manière du relativisme. Ces deux approches méthodologiques ne sont donc pas opposées dans l’usage qu’en fait Poulain au sens où elles reposent toutes deux sur un même impératif : éloigner le préjugé en distinguant ce qui doit l’être réellement.

  • 3 Ibid., p. 130.
  • 4 Au début de son premier ouvrage, Poulain explique que, loin d’une défense galante des femmes, il en (...)
  • 5 Chez Poulain, le terme « général » signifie universel.
  • 6 EH, p. 370.

2Pour établir des différences (par exemple entre les sexes), il faut bien sûr savoir faire des distinctions. Mais l’art de distinguer est délicat. D’une part parce que les différences ne reposent pas toujours sur des données naturelles ; d’autre part parce que souvent, les distinctions sont trop infimes pour être significatives et c’est à mauvais droit que l’on en tire des différences générales. La plupart des savants ne maîtrisent pas cet art. Ayant « l’esprit confus », ils « ne distinguent pas assez ce qui appartient à chaque chose, et attribuent à l’une ce qui ne convient qu’à l’autre, parce qu’ils les trouvent ensemble dans un même sujet »3. Si, par exemple, on rencontre tels comportements ou telles manières de penser chez certaines femmes, cela ne signifie pas que ces comportements ou manières sont liés essentiellement à leur sexe. Ces attributs peuvent être accidentels même si on les observe fréquemment chez la gent féminine. Il n’est pas aisé de distinguer l’accidentel de l’essentiel. D’abord, la fréquence d’un comportement ne suffit pas pour conclure qu’il s’explique par la nature. Ensuite, cette fréquence même n’a pas nécessairement pour cause une donnée physique4 propre au sexe féminin. Bref, à aucun titre, une attitude communément rencontrée en un sexe n’indique une spécificité naturelle de ce sexe. On a longtemps raisonné de cette manière concernant les femmes, en passant allègrement du fréquent au général5 et en en concluant une spécificité relevant de l’essence de celles-ci. Même dans la partie du De l’excellence des hommes, où c’est un misogyne qui parle en tentant de réhabiliter la philosophie des Anciens, la manière de défendre cette dernière continue de maintenir le principe méthodologique fondamental de cette enquête philosophique sur les sexes et dévoile en creux le véritable point de vue, philogyne, de l’auteur : « s’il y a quelque chose à redire, ce n’est pas d’avoir blessé la vérité, mais d’avoir fait des propositions générales qui semblent comprendre toutes les femmes, quoi qu’il y en ait beaucoup qui en doivent être exceptées »6. Le général a donc mal été établi jusque-là, faute de savoir distinguer entre comportements en mobilisant les bons critères, celui du sexe étant souvent inefficient. On trouve la même tendance aux généralisations abusives chez l’homme du commun et chez le savant, tendance qui explique l’ampleur du préjugé misogyne et son rôle structurant dans les doctrines morales :

  • 7 Ibid., p. 328.

Il est encore important de se ressouvenir que le vulgaire ne garde presque jamais de modération dans ses jugements ni dans ses discours, se laissant toujours aller à l’exagération et à l’hyperbole, et faisant des propositions générales sur cinq ou six exemples particuliers. Si un homme est libéral, on dit qu’il est magnifique, s’il est ménager et prudent, on l’accuse d’être vilain et avare. Il suffit de connaître cinq ou six personnes d’un même pays, d’une même société, d’une même condition qui pratiquent quelque vertu, ou qui aient quelque défaut véritable ou imaginaire, pour l’attribuer à tous leurs semblables. Cette manière est très ordinaire aux Poètes, aux Orateurs, aux Grecs et aux peuples d’Asie, dont les Juifs faisaient autrefois partie. C’est pourquoi si l’Écriture parle des défauts des femmes, avec des termes plus forts que de ceux des hommes, c’est en suivant la manière dont on en parle vulgairement, dont on leur permet d’agir, et dont la coutume et le préjugé nous fait considérer leur conduite.7

  • 8 C’est une illustration significative de la volonté constante de Poulain de renouveler les arguments (...)

3Pour contrer ce type de généralisations, la littérature philogyne a fréquemment eu recours aux contre-exemples. On dit que les femmes sont faibles, pourtant il existe des femmes fortes. On dit que les femmes sont stupides, pourtant il existe des femmes savantes, etc. Poulain mobilise très peu ce type d’arguments. Le contre-exemple en effet reste une exception. Il annihile le caractère universel d’une affirmation mais échoue à inverser le particulier et le général. L’exemplarité de certaines femmes ne permet pas de comprendre la nature générale du sexe féminin, s’il en existe une8.

  • 9 On se demande comment certains commentateurs/trices, des contemporains de Poulain jusqu’à nos jours (...)
  • 10 « Il faut prendre garde à une chose qui est que ces sortes de propositions en matière de morale ne (...)

4Le constat particulier et l’exemple sont donc disqualifiés, car ils ne sont pas véritablement démonstratifs. L’exemplarité n’est pas une preuve philosophique suffisante. Par un détournement remarquable, toujours dans le passage précédent, c’est le misogyne qui déclare que quelques exceptions n’invalident pas la règle. C’est là la position méthodologique générale de Poulain, même si elle s’appuie ici sur des observations incorrectes. Parallèlement, une idée encore plus importante est avancée. Car l’auteur explique surtout que le niveau de généralité mobilisé par les philosophes anciens ou les théologiens n’est pas le bon. Les affirmations générales que l’on trouve chez Platon ou dans la Bible ne concernent pas seulement les femmes, même si ce sont elles qui semblent être explicitement visées dans certains textes d’apparence misogyne. Les défauts et les manques alors décrits concernent en réalité beaucoup d’êtres humains, quel que soit leur sexe. C’est le groupe même apparemment concerné par cette affirmation générale qu’il faut redessiner. Or on se rend compte que la différence sexuelle constitue souvent une fausse distinction. Même dans cette partie misogyne du texte dans laquelle l’auteur fait parler ses adversaires, il suggère en fait que les particularités liées au sexe sont inopérantes9. Le raisonnement général est à nouveau retourné contre lui-même car il n’atteint jamais le concret. Il ne permet pas de distinguer des spécificités féminines réelles, notamment en matière morale10. Les femmes ne peuvent constituer une véritable catégorie particulière dans l’ensemble global appelé humanité. Il ne s’agit pas d’un sous-ensemble homogène auquel on pourrait appliquer des caractéristiques communes. Que le particulier se définisse comme simple exemple ou comme sous-ensemble, ce qu’il décrit n’a pas de valeur démonstrative ni de rigueur méthodologique.

Le confus et le distinct

  • 11 ES, p. 130.

5L’observation reste le moyen de bien juger, mais il doit s’agir d’une observation rigoureuse, d’un examen formé sans préjugé et non de différences selon le sexe établies hâtivement : « ce qui grossit tant en idée la distinction, dont nous parlons, c’est qu’on n’examine pas avec assez de précision tout ce que l’on remarque dans les femmes »11. L’examen désintéressé révèle qu’on ne peut pas établir le caractère à partir d’une analyse humorale sexuée.

  • 12 « Il se trouve plus de différence de tel à tel homme, que de tel animal à tel homme », Montaigne, E (...)
  • 13 ES, p. 128.
  • 14 Ibid.

6On se souvient de Montaigne affirmant qu’il y a parfois plus de différence d’homme à homme que d’homme à animal12 ; bien souvent, il y a plus de différence d’homme à homme que de femme à homme affirme Poulain en substance : « et supposant même, que celui des deux Sexes soit aussi différent qu’on le prétend, il se trouve encore plus de différence entre plusieurs hommes qu’on croit néanmoins capables des mêmes choses. Le plus et le moins étant si peu considérables, il n’y a que l’esprit de chicane qui y fasse avoir égard ». Il y a bien chez les écrivains tenants d’une inégalité entre les sexes une erreur méthodologique qui concerne la capacité à bien distinguer : « il n’y a que l’expérience qui puisse bien faire juger de cette distinction [entre les sexes] »13. Or, en distinguant mal, on établit des différences imaginaires. Dire que les femmes sont faibles et les hommes forts, « c’est porter trop loin la différence des Sexes »14. Les distinctions de comportement ne correspondent nullement à des différences naturelles car aucun type de comportement ne peut être dit à bon droit commun à un sexe.

  • 15 EH, p. 327.

7Les distinctions fondamentales qu’une bonne observation permet d’établir entre les êtres humains ne sont pas liées au sexe. Le soubassement humoral de l’anthropologie traditionnelle doit dès lors être entièrement revu, puisqu’il est structuré autour de la dichotomie femme-homme. La thèse de Poulain est originale : tous les tempéraments sont indifférents dans la formation des qualités et des défauts de l’individu. Ils ne déterminent donc pas nos comportements ou nos capacités intellectuelles. Même au niveau anthropologique le plus profond et en principe le plus constitutif, la distinction sexuelle n’est pas pertinente pour juger des capacités intellectuelles et morales : « les tempéraments et les passions sont des instruments dont l’âme peut faire tantôt un bon, tantôt un mauvais usage, selon l’occasion et la manière de les employer »15. Il faut donc revoir le fondement théorique (en l’occurrence médical) de l’explication des caractères et des inégalités entre femmes et hommes. Non seulement les premières n’ont pas un tempérament essentiellement différent de celui des seconds, le mélange des humeurs s’effectuant selon des critères non sexués, mais les humeurs sont des principes trop généraux et insuffisants pour comprendre un caractère individuel :

  • 16 ES, p. 128-129.

Le tempérament ne consiste pas dans un point indivisible : comme on ne peut trouver deux personnes en qui il soit tout semblable, on ne peut non plus déterminer précisément en quoi ils diffèrent. Il y a plusieurs sortes de bilieux, de sanguins, et de mélancoliques : et toutes ces diversités n’empêchent pas qu’ils ne soient souvent aussi capables les uns que les autres, et qu’il n’y ait d’excellents hommes de toute sorte de tempérament.16

8La détermination des caractères par les humeurs est impossible, justement parce qu’elles ne posent pas des différences qui soient clairement observables et objectives.

  • 17 « De quelque manière que nous nous considérions, soit que nous ayons égard à ce que nous avons reçu (...)

9Poulain ne remet pas frontalement en cause la vision humorale de l’homme. Les êtres humains sont bien composés d’humeurs variées. Mais il ne s’agit que d’un paramètre parmi d’autres pour comprendre un individu et c’est un paramètre difficilement interprétable. Chaque personne se définit dès lors plutôt par ses expériences, son milieu, son mode de vie et son sexe (selon les comportements que lui dicte la coutume et non selon la différence sexuelle naturelle)17.

  • 18 ES, p. 126.
  • 19 EH, p. 381.
  • 20 L. Timmermans ne fait par exemple de référence précise qu’à une seule thèse de médecine défendant u (...)

10C’est la fonction même de la vision humorale de l’homme qui se trouve subvertie. Le tempérament n’indique pas le caractère et ne le détermine en rien puisqu’il n’est « ni bon ni mauvais en soi »18. Aucune des manières dont il est déterminé n’est spécifiquement féminine. D’ailleurs, « quelque tempérament qu’elles [les femmes] aient, froid ou chaud, sec ou humide ; elles peuvent porter leur Esprit aussi loin que nous »19. Il n’y a pas de déduction possible du physique à l’intellectuel. Poulain étaye souvent cette idée en s’appuyant sur la dualité des substances affirmée par Descartes. Mais cette thèse cartésienne ne suffit pas. Il faut parallèlement détruire les principes humoraux qui régissent la pensée anthropologique depuis l’Antiquité20 :

  • 21 ES, p. 127.

Il y a des Médecins, qui se sont fort étendus, sur le Tempérament des Sexes au désavantage des femmes, et ont fait des discours à perte de vue, pour montrer que leur Sexe doit avoir un tempérament tout à fait différent du nôtre, et qui le rend inférieur en tout. Mais leurs raisons ne sont que des conjectures légères, qui viennent dans l’esprit de ceux qui ne jugent des choses que par préjugé et sur de simples apparences.21

  • 22 Poulain se moque par exemple également de la notion médicale de « coction » pour comprendre la dige (...)

11La critique des théories humorales de l’être humain s’en prend à toute une tradition philosophique et médicale largement majoritaire. Elle apparaît donc comme essentielle à qui veut penser une anthropologie d’un type nouveau22.

  • 23 Décrivant les femmes, ce personnage explique par exemple qu’elles « se divertissent froidement » (E (...)

12Chez Poulain, cet examen critique est centré sur l’étude de la pensée de Cureau de la Chambre. Il s’agit de privilégier la science de son temps. Cela correspond bien d’ailleurs au mépris général pour les philosophies de l’homme des Anciens, mépris très net dans toute l’œuvre de Poulain comme chez de nombreux autres philosophes d’inspiration cartésienne. Cureau est plusieurs fois mobilisé comme représentant contemporain de la misogynie savante. Cette sape du paradigme humoral dans l’anthropologie au travers d’une critique de Cureau est présente de manière détaillée à la fois dans le premier et dans le troisième ouvrage de Poulain. Le premier retire toute efficacité explicative à la théorie humorale en affirmant l’absence de connexion significative entre humeurs et caractère. Le troisième se moque ouvertement des raisonnements de Cureau mis dans la bouche d’un misogyne23. Au travers de citations apparemment fidèles, tout est fait pour montrer l’aspect toujours abrupt, péremptoire et généralisateur des raisonnements : tout est « évident » sans autre forme de démonstration chez Cureau.

13Dans son premier ouvrage, Poulain constate que cette tradition est vivace au travers justement des écrits de Cureau de la Chambre. Ce dernier commet la même erreur que ces devanciers : il déduit des thèses morales (un type de comportement) à partir de données physiques (une certaine proportion d’humeurs) :

  • 24 ES, p. 131.

Il ne serait pas nécessaire de parler davantage sur le tempérament des femmes, si un Auteur autant célèbre que poli ne s’était avisé de le considérer comme la source des défauts qu’on leur attribue vulgairement ; ce qui aide beaucoup à confirmer les gens dans la pensée qu’elles sont moins estimables que nous. Sans rapporter son sentiment, je dirai que pour bien examiner le tempérament des deux Sexes par rapport au vice et à la vertu, il le faut considérer dans un état indifférent, où il n’y ait encore ni vertu ni vice en nature : et alors on trouve que ce qu’on appelle vertu dans un temps, pouvant devenir vice en un autre, selon l’usage qu’on en fait, tous les tempéraments sont égaux en ce point-là.24

14Il faut dissocier le caractère et les passions, contrairement à ce qu’affirme Cureau jusque dans le titre de l’un de ses principaux ouvrages : Les caractères des passions. Lier l’un et l’autre suppose de renoncer à l’objectivité du philosophe, puisque c’est associer, comme allant de soi et donc sans rigueur déductive, un principe physiologique et une évaluation morale.

  • 25 EH, p. 343 et suiv.
  • 26 Même s’il y a ici une inexactitude terminologique, l’égalité géométrique et l’égalité proportionnel (...)
  • 27 EH, p. 345.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid. Les deux principes en question sont l’activité pour les hommes et la mollesse pour les femmes

15Pour distinguer correctement, Poulain est finalement amené à « rapporter [le] sentiment » de Cureau de manière plus détaillée dans son troisième ouvrage. Tous les fondements de l’analyse de ce médecin renommé doivent en effet être remis en cause de manière précise. Ceci explique que dans De l’excellence des hommes ils soient présentés très fidèlement. Sur plusieurs pages en effet25, dans la partie de l’ouvrage mobilisant les arguments misogynes les plus significatifs, c’est la théorie humorale de Cureau qui est développée et son origine aristotélicienne qui est mise en avant. Ce chapitre intitulé « Raisons physiques de l’excellence des hommes » pose d’abord que celle-ci peut avoir plusieurs sens. Elle peut être absolue ou relative à un groupe. L’égalité par exemple peut être géométrique ou proportionnelle. On voit que c’est une différence aristotélicienne essentielle qui est ici mobilisée26. Certes la nature réalise ses fins également chez les femmes, mais elles sont moins excellentes que chez les hommes. À partir de là se construisent de fausses évidences : « il ne faut qu’ouvrir les yeux »27, dit le misogyne pour voir que les hommes comme tous les mâles des autres espèces sont plus chauds et plus secs que les femelles. Comme l’affirment Aristote et Cureau à sa suite, la « différence [entre femmes et hommes] est fondée sur la raison ; la nature l’ayant établie pour faire arriver les deux sexes à la fin qu’elle s’est proposée en les distinguant »28. Les hommes chauds, secs et forts contribuent plus activement à la génération que les femmes, froides, humides et molles, chargées essentiellement de nourrir l’embryon pendant la gestation. Ce passage est une preuve par l’exemple de ce que peut être une fausse généralité fondée sur des distinctions non rigoureuses : « nous voyons en effet que la nature a suivi cette conduite, n’y ayant point d’endroit au monde où le tempérament des sexes ne se distingue par toutes les marques sensibles des deux principes différents dont nous venons de parler »29. Il est décidément difficile de distinguer parce qu’il est difficile d’observer.

  • 30 Ibid., p. 347.
  • 31 Poulain résume les descriptions de Cureau p. 347-348 de l’EH en reprenant les mêmes phrases que cel (...)
  • 32 EH, p. 347.

16Dans cette référence explicite et détaillée à « un auteur moderne », « Monsieur de la Chambre »30, le locuteur misogyne du De l’excellence des hommes rappelle ainsi les grands éléments de ses descriptions morales profondément sexuées en paraphrasant notamment L’art de connaître les hommes31. Or, comme l’a montré l’étude de Cureau, toute cette anthropologie repose sur la dichotomie et l’opposition : les qualités des deux sexes sont nécessairement opposées. Ce qui définit l’un ne peut définir l’autre et cela du physiologique au moral en passant par l’intellectuel. C’est là proprement, selon Poulain, porter trop loin la différence des sexes. Lorsque le misogyne parle, comme le lecteur de Poulain est déjà censé avoir lu ses deux premiers ouvrages, il sait que son raisonnement n’est pas rigoureux. Ainsi lorsqu’il affirme péremptoirement : « puisque la chaleur est le principe de la force, du courage, et de la hardiesse, il faut que la froideur le soit de la faiblesse, de la timidité et de la bassesse de cœur »32. Une telle déduction, qui paraphrase Cureau, est arbitraire car elle repose sur des principes de distinction qui n’en sont pas. En mettant en scène les arguments misogynes notamment savants, Poulain met surtout en évidence leur absence de rigueur. De l’excellence des hommes, qui propose une lecture philogyne des textes sacrés et qui semble au premier abord tout dévoué au combat contre la misogynie théologique, contient en fait une remise en cause ample et décisive des médecines humorales au travers d’une critique de Cureau de la Chambre. Cette dernière constitue bien un changement de paradigme anthropologique et donc scientifique, en même temps qu’elle dessine une nouvelle morale, où le tempérament ne définit plus la propension au vice ou à la vertu et ne détermine pas le parfait et l’imparfait.

Le naturel et le culturel

  • 33 EH, p. 345.
  • 34 « Puisque nous nous sentons quelquefois plus portés à une passion qu’à l’autre, par exemple à la jo (...)
  • 35 Ibid.

17Le physique et le psychique sont donc étroitement liés dans les analyses de Cureau. Les considérations physiques y ont des conséquences intellectuelles car l’esprit est chez lui totalement dépendant du corps. Au moyen de l’argument selon lequel « il est impossible que les hommes aient l’avantage en une partie qu’ils ne l’aient aussi en l’autre »33, la plus grande perfection physique de l’homme fait signe vers une plus grande perfection intellectuelle et morale. Et tout cela, rappelle le misogyne, s’explique par les humeurs fondamentales propres à chaque sexe c’est-à-dire par des données corporelles. Les arguments avancés par Cureau (et repris ici) sont de type aristotélicien. D’abord parce que la plupart des qualités morales sont acquises par habitude, sans être intelligées. Elles s’expliquent bien par des spécificités physiologiques qui déterminent à grands traits chaque caractère selon le sexe. Ensuite parce que de toutes façons, lorsque l’intelligence entre en jeu, elle le fait toujours à partir de la sensation34. Enfin, les qualités morales se trouvant renforcées par des paramètres extérieurs dont les hommes jouissent plus que les femmes (richesse, considération sociale, bonne fortune), l’expression sociale de l’excellence masculine exacerbe leur supériorité. Hardiesse, confiance en soi, pardon, générosité s’opposent à la dissimulation et à l’artifice qui accompagnent la timidité, spécificité féminine fondamentale. Ces caractéristiques essentielles de l’homme sont bien dues à la chaleur, « principe de la force et du courage », qui fait que l’âme « se confie en elle-même [et] forme de grands desseins » et à la sécheresse qui « fix[e] les choses »35, ce qui permet à l’âme de s’affermir elle-même.

18En détaillant les arguments de Cureau, Poulain en discute en réalité deux registres argumentatifs différents. D’une part, s’il existe un tempérament féminin (froid et humide) et un tempérament masculin (chaud et sec), on remarque qu’ils n’influent pas sur l’excellence intellectuelle et morale :

  • 36 EH, p. 381.

L’expérience nous faisant voir beaucoup de sagesse et de jugement dans des personnes de tempérament tout opposé, et des femmes fort humides raisonner avec plus de solidité et de justesse, et de plus de choses que des hommes assez secs et qui ont beaucoup étudié.36

19Ce registre argumentatif est une conséquence du dualisme cartésien défendu par Poulain, le sexe n’influant pas naturellement sur nos manières de penser. D’autre part, on constate en fait que cette différence sexuée des caractères n’est jamais opérante, et ce, dès le niveau physiologique de l’analyse. Le principe traditionnel de classement qui distingue le sec et chaud du froid et humide, c’est-à-dire le tempérament masculin du tempérament féminin est erroné. L’inanité de ce critère de distinction est confirmée par l’observation physiologique et médicale :

  • 37 Ibid.

Il ne faut donc avoir nul égard à ce que l’on dit d’ordinaire qu’elles sont d’une constitution plus froide que les hommes. Car cela ne s’accorde pas avec la chaleur interne nécessaire aux femelles pour produire un animal dans leur sein.37

20Le corps féminin est celui qui fait croître l’embryon, et cela nécessite beaucoup de chaleur. Non seulement les femmes n’ont pas un tempérament essentiellement différent de celui des hommes (le mélange des humeurs s’effectuant selon des critères non sexués), mais les humeurs sont des principes trop généraux pour comprendre un caractère individuel. L’art de distinguer qui permet d’établir de véritables différences est d’un autre ordre.

21Cet art doit opérer autrement, c’est-à-dire être capable de différencier le naturel du culturel. Dès lors qu’il n’y a pas de dichotomies physiologiques fondamentales (c’est-à-dire humorales) entre femmes et hommes, la distinction que le préjugé fait entre eux doit avoir une autre origine. L’erreur des tenants d’une anthropologie humorale est d’avoir distingué ce qui n’a pas lieu de l’être (un tempérament féminin et un tempérament masculin) et de n’avoir pas distingué ce qui a lieu de l’être (le naturel et le culturel) :

  • 38 ES, p. 127-128. Nous soulignons.

Voyant les deux Sexes plus distingués pour ce qui regarde les fonctions Civiles, que celles qui leur sont particulières, ils [ces médecins] se sont imaginés, qu’ils devaient être de la sorte ; et ne discernant pas assez exactement ce qui vient de la coutume et de l’éducation d’avec ce que donne la nature ; ils ont attribué à une même cause, tout ce qu’ils voyaient dans la société, se figurant que Dieu en créant l’homme et la femme, les avait disposés d’une façon qui doit produire toute la distinction que nous remarquons entre eux.38

22Il y a donc des différences importantes entre femmes et hommes mais elles sont construites et coutumières. Elles sont exacerbées à l’état social mais cela ne traduit aucune donnée physiologique. Les comportements et rôles nettement distincts des femmes et des hommes dans la société n’indiquent pas des différences naturelles. Cette thèse fondamentale nécessite bien une rupture philosophique qui s’exprime, nous l’avons vu, au travers de l’affirmation d’une inefficience du tempérament pour expliquer les comportements moraux.

  • 39 Ibid., p. 132.

23Ce changement de paradigme vaut aussi bien dans le domaine moral que dans le domaine intellectuel. Différents mélanges d’humeurs peuvent aboutir à un même comportement moral. De même, on peut développer son intelligence quel que soit le mélange : « ainsi quelque tempérament qu’aient les femmes, elles ne sont pas moins capables que nous de la vérité et de l’étude »39. Ce point est évidemment fondamental pour la suite et repose donc sur une double démonstration : les humeurs ne sont pas sexuées ; les humeurs ne déterminent pas les manières de penser.

24Mais distinguer le coutumier du naturel est difficile, surtout lorsque l’on s’attaque à un préjugé quasiment universel comme celui de la misogynie, c’est-à-dire à un préjugé qui semble remettre en cause le caractère en principe relatif à une culture, à un temps ou un lieu, de tout préjugé. Établir la véritable nature des choses est au contraire le fondement de toute science de l’homme : connaître le général permet de le distinguer du particulier :

  • 40 ED, p. 266.

Les Philosophes ont chacun une Morale particulière selon les idées particulières qu’ils ont de la nature. Cela vient de ce que la Morale est fondée sur la nature, cette science ne consistant que dans les réflexions que l’on fait sur l’état naturel des choses, par rapport à ce que les hommes peuvent établir. Or comme il y a plus de coutume que de raison dans la conduite ordinaire ; c’est une nécessité absolue de remonter jusqu’à la nature, pour s’élever au-dessus de la coutume et de l’usage, afin de voir nettement ce qu’il y a de bon et de mauvais ; et en quelles rencontres et jusqu’où l’on est obligé de les suivre.40

  • 41 EH, p. 379.
  • 42 Ibid.

25Il faut donc à nouveau rester sur ses gardes et ne pas confondre ce qui a l’apparence du général et ce qui l’est vraiment. Un préjugé qui semble général reste un préjugé : « de dire qu’un sentiment reçu de tous les hommes ne peut être faux, c’est répondre ce qui est en question »41. La plupart des gens ne suivent pas la raison, ce qui doit nous apprendre « à nous défier de ce qui est le plus universellement reçu et pratiqué, comme étant peut-être l’effet le plus naturel de la corruption des hommes, et des passions qui les gouvernent »42.

  • 43 Voici la définition du naturel donnée par l’auteur : « on ne doit appeler naturel que ce qui est fo (...)
  • 44 ES, p. 132.

26L’universellement reçu et pratiqué n’est pas l’universel, de même qu’en l’homme, depuis le péché, « le plus naturel » est contre-nature. Il faut donc en fait être capable de distinguer clairement entre le général et le naturel43. La misogynie n’est pas dans la nature prime de l’être humain. Elle est cependant générale chez lui, car elle vient tout droit de l’Adam postlapsaire, dont on sait que la nature est profondément modifiée par le péché. Ce préjugé est la conséquence directe de la faute originelle chez Poulain, interprétation originale et décisive pour l’analyse anthropologique de l’épisode de la faute. Il est donc à la fois général et non naturel. Ce caractère général crée la difficulté à l’identifier comme préjugé, même quand on est savant, même quand on est femme. Car les femmes aussi sont imprégnées de ce préjugé que toute leur éducation leur inculque. Cela explique que les comportements des hommes et les leurs soient très différents. Or « la différence qui se remarque entre les hommes et les femmes pour ce qui regarde les mœurs vient de l’Éducation qu’on leur donne »44. En affirmant l’importance du culturel et du social pour comprendre les différences de comportement (et donc la morale), on confirme bien que ce n’est pas le tempérament qui peut expliquer ces différences :

  • 45 Ibid.

Il est d’autant plus important de remarquer que les dispositions que nous apportons en naissant, ne sont ni bonnes ni mauvaises qu’on ne peut autrement éviter une erreur assez ordinaire par laquelle on rapporte souvent à la nature ce qui ne vient que de l’usage. L’on se tourmente l’esprit à chercher la raison pourquoi nous sommes sujets à certains défauts et avons des manières particulières ; faute d’avoir observé ce que peuvent faire en nous l’habitude, l’exercice, l’éducation et l’état extérieur, c’est-à-dire le rapport de Sexe, d’âge, de fortune, d’emploi, où l’on se trouve dans la société : étant certain que toutes ces différentes vues diversifiant en une infinité de manières les pensées et les passions, disposent pareillement les esprits à regarder tout autrement les vérités qu’on leur présente. C’est pour cela qu’une même maxime proposée en même temps à des Bourgeois, à des Soldats, à des Juges et à des Princes, les frappe et les fait agir si différemment : parce que les hommes ne se souciant guère que de l’extérieur, le regardent comme la mesure et la règle de leurs sentiments : d’où vient que les uns laissent passer comme inutile ce qui occupe fortement les autres ; que les gens d’épée se choquent de ce qui flatte les gens de robe : et que des personnes de même tempérament prennent quelquefois à contresens certaines choses, qui entrent du même biais dans l’esprit de personnes de constitution différente ; mais qui ont la même fortune, ou la même éducation.45

  • 46 Voir notre article sur la curiosité féminine et son traitement chez Poulain notamment : « Female Cu (...)

27Le comportement moral, mais aussi l’activité intellectuelle, sont donc déterminés par le milieu social : c’est lui qui fait la diversité des mœurs et des formes d’intelligence et non le tempérament. Poulain reprend l’examen de certaines passions considérées comme typiquement féminines par Cureau en cherchant leur origine réelle. Il déconstruit plusieurs de ces caractères relevant apparemment d’une nature féminine pour leur redonner une explication culturelle et donc relative. Il peut s’agir de défauts considérés comme particulièrement propres aux femmes, il peut aussi s’agir de qualités qui leur sont spécifiquement attribuées46, ce qui est encore plus significatif de la démonstration de l’auteur. Les vertus traditionnellement dévolues aux femmes servent en effet leur oppression. Il faut remettre en cause leur caractère supposément naturel, comme pour les défauts qui leur sont attribués. Si l’on conteste qu’il existe un comportement moral propre aux femmes, on conteste à la fois les qualités et les défauts qui sont censés le constituer.

  • 47 Sans parler du fait que la question du caractère naturel ou non de la pudeur a des enjeux théologiq (...)
  • 48 On trouve une réflexion significative de la conception moderne de la pudeur comme qualité essentiel (...)
  • 49 EH, p. 382.

28Poulain choisit un exemple très symbolique pour dénoncer l’idée d’un naturel moral propre à chaque sexe. Il s’agit d’une qualité presque toujours associée aux seules femmes : la pudeur. Cette vertu joue un rôle essentiel dans les dispositifs de contrôle social des femmes à cette époque47. Elle est mise en avant dans nombre de traités d’éducation des filles et est érigée en vertu féminine essentielle48. Poulain discute le caractère naturel de cette vertu chez les femmes. En présence des hommes, elles ressentent souvent de la pudeur. Elles en déduisent qu’elle correspond à leur nature même. Or cette vertu est posée comme fondamentale pour leur interdire de faire « beaucoup de choses qu’elle ne défend point aux hommes »49. Cette différence de comportement induite par une qualité supposée naturelle est totalement intériorisée par les femmes. Il faut donc contester le caractère proprement féminin de cette vertu, vertu qui, en réalité, est là pour leur interdire certaines actions considérées comme impudiques et à ce titre inconvenantes à leur sexe :

  • 50 Ibid.

Pour moi je ne vois rien que la nature ne leur ait permis comme à nous, leur ayant donné le même droit de faire tout ce qu’elles jugeront à propos pour la perfection de leur esprit et pour la conservation et le soulagement du corps. S’il y a entre nous et elles quelque différence à cet égard, c’est un effet de la coutume, d’où dépendent la gloire, l’infamie, le blâme, le mépris, l’honnête et le déshonnête. Et la pudeur n’est autre chose que la crainte d’être blâmé et méprisé par les hommes, en faisant ou en disant devant eux ce qu’il ne leur plaît pas d’approuver.50

  • 51 Ibid.

29Encore une fois, ne peut être dit naturel que ce qui est absolument invariable. Une donnée naturelle est toujours là, quels que soient les temps et les lieux où vit l’individu. Or le sentiment de pudeur n’est pas de cet ordre : « en un temps on rougit de certaines choses, que l’on fait gaiement en d’autres »51. Parfois une femme peut rougir face à un galant, parfois non. Il s’agit donc d’un comportement culturel.

  • 52 ES, p. 134.
  • 53 Ibid., p. 135.
  • 54 « Elles se voient exposées à souffrir impunément les outrages d’un Sexe si sujet aux emportements, (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 « La disposition à la fuite pour s’éloigner des maux qui menacent, est différente, parce qu’il y en (...)

30Ce n’est évidemment pas un hasard si les principales vertus discutées par Poulain sont celles mises en exergue par Cureau comme spécifiquement masculines ou féminines. La timidité par exemple subit le même type d’analyse que la pudeur. Là aussi, nous avons affaire à une qualité censée être typiquement féminine, assez proche de la précédente dans ses modes d’expression et dans les attitudes morales et sociales qu’elle induit. La différence remarquable est qu’il s’agit d’un défaut et qui plus est, typiquement féminin. À ce titre, il est fortement dévalorisé par Cureau. Selon lui en effet, la hardiesse est la marque par excellence de la vertu morale, comme nous l’avons vu. La timidité est l’apanage des faibles et s’accompagne d’ailleurs le plus souvent de peur, de dissimulation et de ressentiment. Poulain au contraire affirme que « la timidité est presque inséparable de la vertu et tous les gens de bien en ont »52. La crainte qui est sa conséquence est une « passion naturelle »53, donc commune aux deux sexes. Même les rois les plus puissants ou les capitaines les plus vaillants l’éprouvent. Elle est ressentie en des occasions très diverses selon les occupations de chacun. Il serait absurde d’accuser de lâcheté un homme de lettres qui refuse un duel ou un soldat qui refuse une dispute philosophique. Bref, tout cela est question d’éducation, d’habitudes, de milieux. Or « on élève les femmes d’une manière qu’elles ont sujet de tout appréhender », en ne leur donnant ni les moyens intellectuels ni les moyens physiques de se défendre… notamment des hommes54. Dès lors, « la timidité ne doit point passer dans les femmes pour un défaut, mais pour une passion raisonnable, à laquelle elles doivent la pudeur, qui leur est si particulière »55. On voit que de vices féminins, la timidité et la crainte deviennent des passions naturelles et même des passions raisonnables (ou plus exactement la timidité est la passion raisonnable correspondant à la passion naturelle qu’est la crainte). Une passion est raisonnable quand elle sait adapter son expression à la cause qui la suscite. La fuite peut ainsi être bonne ou mauvaise selon les circonstances. Elle n’est pas un vice ou une vertu en soi. Cureau confond la qualité morale (passion) et les moyens qu’elle met en œuvre dans telle ou telle situation56.

  • 57 Les chapeaux de paragraphes de l’ES l’indiquent bien, p. 134-141. Le premier est général : « Que le (...)

31Poulain passe ainsi en revue tous les principaux défauts moraux attribués aux femmes, déconstruisant méthodiquement l’idée d’un caractère féminin57. À chaque fois, il en montre en effet la dimension accidentelle (c’est-à-dire ne relevant pas d’une essence féminine) et culturelle (c’est-à-dire liée à des valeurs largement définies par le rang et le sexe). L’avarice, par exemple, n’est pas l’apanage du sexe féminin. Si elle se rencontre chez beaucoup de femmes, c’est parce que celles-ci dépendent des autres financièrement et ne peuvent jouir de revenus propres. L’argent, moyen premier de l’autonomie, est donc logiquement très précieux à leurs yeux. Ce sont bien les rôles sociaux imposés aux femmes qui expliquent leurs comportements. Ces rôles ont tous en commun d’empêcher leur autonomie matérielle et intellectuelle.

  • 58 ED, p. 176.
  • 59 Ibid.
  • 60 « On ne leur apprend point à connaître Dieu par elles-mêmes : elles n’en savent que ce qu’on leur e (...)

32La crédulité, de même, n’est pas une spécificité féminine. Elle se trouve d’ailleurs jusque chez les savants qui embrassent n’importe quelle doctrine sans y réfléchir vraiment. Elle est beaucoup plus excusable chez les femmes qui n’ont pas de quoi se nourrir intellectuellement du fait d’une éducation bâclée où on leur interdit de cultiver elles-mêmes leur esprit. On leur reproche d’être crédules et superstitieuses, mais même l’aspect chrétien de leur éducation est superficiel, reposant sur le paradoxe, dénoncé par la jeune fille du dialogue De l’éducation des dames, qu’elles n’ont pas accès à la Bible. Parvenant à la lire « à l’insu de sa mère »58, Eulalie constate alors que les devoirs et récompenses des chrétiens ne sont pas différents selon leur sexe. Et de conclure « qu’il vaudrait bien mieux suivre l’exemple des Docteurs et des savants, que l’on ne voit à l’Église que lorsqu’ils y ont affaire, et employer le temps à leur imitation dans un cabinet ou en compagnie à apprendre quelque chose de bon et de solide, que de le tuer en bagatelles »59. L’Église est-elle ici présentée comme une forme de bagatelle s’opposant, à cet égard, au cabinet, lieu de l’instruction sérieuse ? Fréquenter assidument une église sans connaissance théologique sérieuse n’est en tout cas que bagatelle. La superstition s’explique par cette éducation religieuse incomplète et édulcorée60, d’autant plus étonnante que tous les auteurs écrivant des manuels d’éducation pour jeunes filles réduisent l’essentiel de leurs propos à l’instruction de la femme chrétienne. À l’inverse « une femme déjà instruite, comme on l’a représentée, découvrirait elle-même les règles de sa conduite, en découvrant les trois sortes de devoirs qui comprennent toute la Morale dont les premiers regardent Dieu, les seconds nous regardent nous-mêmes, et les troisièmes notre prochain » (ibid., p. 105). La crédulité féminine s’explique bien par un défaut d’éducation socialement organisé.

33L’examen de plusieurs des caractères fortement sexués énoncés par Cureau aboutit chez Poulain à une réflexion morale de grande ampleur. La morale est le fruit de la culture, de l’éducation, « ce qu’on appelle vertu dans un temps, pouvant devenir vice en un autre, selon l’usage qu’on en fait, tous les tempéraments sont égaux en ce point-là » (p. 131). On voit que le caractère relatif des valeurs morales est toujours mis en parallèle avec l’absence de lien entre ces valeurs et l’équilibre humorale des individus. Enfin et surtout, puisque ces valeurs sont coutumières et non naturelles, elles ne différent pas selon le sexe. Parlant des femmes, Poulain peut affirmer : « il n’y a point de vertu qui ne leur soit commune avec nous » (p. 87). Les mœurs sont formées par la coutume et l’éducation.

  • 61 La deuxième règle de la morale est d’avoir « une ferme et constante résolution d’exécuter tout ce q (...)

34La seule vertu que l’on puisse dire naturelle consiste en « la résolution ferme et constante de faire ce qu’on juge le meilleur, selon les diverses occurrences » (ibid.). Cette définition strictement cartésienne61 de la vertu permet d’échapper à l’essaim de vertus, selon que l’on est femme ou homme, jeune ou vieux, riche ou pauvre, français ou chinois, proposé par Cureau. Il faut redonner à la description morale son caractère unifié. Un comportement vertueux ou vicieux l’est de la même manière, quel que soit le sexe de son auteur :

  • 62 EH, p. 327.

Quoiqu’à considérer le vice et la vertu selon la nature, une même action, dans les mêmes circonstances, ne soit pas plus digne de louange ou de blâme en une personne et dans un sexe que dans l’autre, néanmoins la coutume tourne les choses autrement.62

  • 63 ES, p. 131.

35Les femmes ne sont pas plus éloignées de la perfection morale que les hommes : « elles peuvent régler leurs passions aussi bien que nous, et elles ne sont pas plus portées au vice qu’au bien »63 affirme Stasimaque.

  • 64 Ibid., p. 102.
  • 65 Ibid., p. 101-102.

36Il faut donner à la notion de passion son sens cartésien : elle est constituée de mouvements du corps auxquels sont joints pensées ou émotions de l’âme. La connaissance morale requiert de connaître les causes qui excitent les passions et ainsi de savoir comment elles agissent. Elle suppose donc d’avoir compris « par l’étude de la physique la manière dont les choses qui nous environnent, nous importent et nous touchent ; et par l’expérience et l’usage, comment nous y joignons et en séparons nos volontés »64. Dans une progression logique et significative, Poulain affirme que les femmes sont capables de comprendre la physique, la médecine et les passions65. L’analyse de ces dernières suppose d’abord une véritable connaissance du corps, de ses mouvements et de leurs diverses influences sur l’âme. Le discours moral est totalement remodelé par l’examen critique des caractères attribués traditionnellement aux passions. En fait, ce sont les valeurs éthiques mêmes des sociétés misogynes qui sont contestées. Il faut donc repenser le bien et le mal, la vertu et le vice. Et pour cela, il faut redéfinir la notion même de perfection, tant mise en avant par Cureau.

Perfection, noblesse, honnêteté, délicatesse

  • 66 Cureau de la Chambre, Les charactères des passions, p. 13.
  • 67 ES, p. 124.
  • 68 Ibid.

37La définition même du terme semble assez proche chez les deux auteurs. Cureau dit qu’une « chose est parfaite à qui rien ne manque, et qui a tout ce qui est nécessaire pour l’accomplissement de sa nature »66. Poulain pose qu’un être humain est parfait « lorsqu’il a tout ce qu’il lui faut selon l’institution divine pour produire et pour recevoir les effets auxquels il est destiné »67. Ainsi, toutes les fonctions naturelles du corps, comme ingérer des aliments ou en expulser le résidu une fois digérés, peuvent être dites parfaites, ces exemples indiquant bien l’intention de l’auteur de redonner au parfait une définition neutre, en dehors de toute connotation coutumière et de tout préjugé. Cette première analyse montre que si toutes les parties d’un organisme sont capables d’agir, il est parfait et de ce point de vue-là, « toutes les créatures sont également parfaites, lorsqu’elles sont dans leur état naturel et ordinaire »68.

  • 69 « Encore que tous les endroits du Corps soient également parfaits, on a néanmoins pour eux des rega (...)

38Cette définition objective du parfait est une définition fonctionnelle qui exclut tout jugement moral et toute hiérarchie de valeurs. Elle ne correspond pas aux définitions ordinaires de la perfection, car on confond généralement le parfait et le noble. Un organe considéré comme moins noble qu’un autre par exemple est pourtant parfait dès lors qu’il remplit la fonction que lui assigne la nature. Cette confusion explique qu’il n’y ait pas d’analyse axiologiquement neutre des corps, des esprits et des passions qui les lient. On estime par exemple les différentes parties de notre corps ou les choses qui nous environnent du point de vue de son propre intérêt. La tête paraît plus noble qu’une autre partie de soi qui accomplit pourtant une fonction tout aussi nécessaire. Un corps extérieur qui procure une sensation désagréable semble moins noble que celui qui apporte du bien-être. En confondant perfection et noblesse, on a donc introduit les préjugés dès l’analyse du monde physique. Des fonctions naturelles du corps sont jugées selon des critères non rigoureux car moraux, et donc sociaux69. Ainsi, bien qu’il soit parfait que le corps produise des excrétions, cette action corporelle est pourtant jugée moins noble que d’autres (confusion entre le parfait et le noble). Certaines manières de l’accomplir sont jugées moins honnêtes que d’autres (confusion entre le physique et le moral).

39Cette généalogie psychologique et culturelle permet de comprendre comment on donne des valeurs aux choses, comment on les hiérarchise sans plus du tout tenir compte de la définition naturelle du parfait. Les usages valorisent ou dévalorisent des fonctions pourtant toutes également naturelles et nécessaires. En reprenant à son propre compte une définition de type aristotélicien comme le faisait Cureau, Poulain montre que celui-ci aurait dû en rester à cette acception axiologiquement neutre. La perfection doit se comprendre comme une aretè, une vertu au sens d’une excellence et non au sens d’une qualité morale. Le noble et l’ignoble sont des projections psychologiques et affectives concernant telle ou telle attitude. L’honnête et le déshonnête constituent une traduction morale de ces jugements élaborée par la société. De telles valeurs font sortir de l’examen naturel du parfait et de l’imparfait. On perd donc toute objectivité d’analyse :

  • 70 Ibid., p. 125.

Comme toutes les Créatures et toutes leurs actions considérées en elles-mêmes, et sans aucun rapport à l’usage ni à l’estime qu’on en fait, sont aussi parfaites et aussi nobles les unes que les autres, elles sont aussi également honnêtes, étant considérées de la même façon. C’est pourquoi l’on peut dire que les regards d’honnêteté et de déshonnêteté sont presque tous dans leur origine, les effets de l’imagination et du caprice des hommes. Cela paraît en ce qu’une chose qui est honnête en un pays, ne l’est pas dans l’autre ; et que dans un même Royaume, mais en divers temps ; ou bien en un même temps, mais entre des personnes d’état, de condition et d’humeur différente, une même action est tantôt conforme, tantôt contraire à l’honnêteté. C’est pourquoi l’honnêteté n’est autre chose que la manière d’user des choses naturelles, selon l’estime que les hommes en font, et à quoi il est de la prudence de s’accommoder.70

  • 71 Le premier traité en français sur ce thème intitulé L’honnête homme date de 1630 sous la plume de N (...)
  • 72 Il est à cet égard significatif que lors de la présentation des personnages du dialogue De l’éducat (...)
  • 73 Notons au passage que ces préjugés se trouvent pour la plupart chez Cureau.
  • 74 ED, p. 183.
  • 75 « Les personnes ou amies, ou spirituelles et judicieuses, qui s’assujettissent en public et avec le (...)

40Du parfait selon la nature, on passe donc insensiblement au noble selon la coutume, puis à l’assignation d’une valeur proprement morale aux actions avec l’apparition du critère de l’honnêteté. Ce modèle moral et social se développe tout au long du xviie siècle. Il marque la transition des valeurs de la noblesse à celle de la bourgeoisie, y compris à la Cour71. L’honnêteté fixe la frontière entre le vice et la vertu. C’est donc le fondement même de l’éthique commune qui biaise la juste appréciation des actions72. L’honnêteté est en effet une valeur morale qui prescrit des comportements très différents selon le sexe. Or cette valeur n’est pas en soi une vertu puisqu’elle n’est pas naturelle, variant selon les temps, les lieux et les milieux. La morale, en tant qu’effet de la coutume, est toujours mêlée de préjugés. Lorsqu’il entreprend de débarrasser Eulalie de ceux-ci, Stasimaque cite les plus significatifs. Il y a ceux qui relèvent de la science (les étoiles sont fixes et ont une influence sur nous ; les choses ont des rapports antipathiques ou sympathiques avec l’homme ; les animaux sont raisonnables ; l’âme est divisée en deux, etc.73), mais ils concernent aussi les mœurs. Stasimaque note de manière générale « la déférence et la soumission […] pour la coutume » et précise qu’Eulalie tient pour certaines « les idées d’honnête et de déshonnête, de vice et de vertu, et les histoires que vous avez apprises dans votre enfance, touchant le retour des esprits et les merveilleux effets de la Magie »74. La valeur d’honnêteté ne vaut donc pas plus que la croyance aux spectres. Or la distinction méthodique entre le naturel et le culturel montre le caractère non seulement advenu mais arbitraire des valeurs éthiques. Les jugements qui en résultent n’ont donc aucune valeur philosophique. Le sage, d’ailleurs, sait se départir de ces valeurs sociales artificielles quand il sort de la sphère publique et se retire chez lui75.

  • 76 Voir par exemple J. Du Bosc, L’honneste femme (1632) ou Grenaille, L’honnête fille (1640) et L’honn (...)

41Ce travail critique est d’autant plus nécessaire que la morale est empreinte de préjugés misogynes. Il est également important afin de se démarquer de toute une tradition philogyne mettant en avant la figure de l’honnête femme76. En proposant un modèle féminin de l’honnêteté, cette tradition participe au maintien d’un statu quo social dénoncé par Poulain. Une femme honnête est pieuse, réservée. Elle s’en tient à ses fonctions domestiques et maternelles. Derrière une analyse apparemment générale du caractère relatif et non naturel des valeurs de l’honnête et du déshonnête se trouve très certainement une remise en cause des paradigmes moraux, dont nombre de défenseurs des femmes restent prisonniers. Ils ne voient pas qu’en conservant les mêmes valeurs morales, ils entretiennent en fait certains préjugés à l’égard des femmes. L’inégalité dans le jugement moral porté sur les comportements masculins et féminins est ainsi maintenue. Même ces écrits philogynes n’accordent qu’une valeur secondaire aux occupations féminines, en les confinant dans l’espace privé et domestique.

  • 77 ES, p. 84.
  • 78 Ibid.

42Dans les occupations habituelles des femmes, y compris au sein de la sphère sociale, on ne sait pas voir un héroïsme quotidien et pourtant réel, bien éloigné de celui des femmes fortes et exceptionnelles. L’exemple le plus développé est celui des gardes malades de l’Hôtel-Dieu dont Poulain affirme qu’il faudrait « enrichir la galerie des femmes fortes »77, car ce sont elles qui montrent une « vertu vraiment héroïque »78. Suit un portrait de ces femmes vertueuses et de leurs activités injustement dévalorisées :

  • 79 Ibid.

[On voit] de[s] jeunes filles renoncer au monde, et à elles-mêmes, résolues à une chasteté et à une pauvreté perpétuelle, prendre leur croix, et la Croix du monde la plus rude, pour se mettre le reste de leurs jours sous le joug de Jésus-Christ : se consacrer dans un Hôpital, où l’on reçoit indifféremment toutes sortes de malades, de quelque pays ou Religion que ce soit, pour les servir tous sans distinction, et se charger à l’exemple de leur Époux de toutes les infirmités des hommes, sans se rebuter d’avoir sans cesse les yeux frappés des spectacles les plus affreux : les oreilles des injures, et des cris des malades, et l’odorat de toutes les infections du corps humain : et pour marque de l’esprit qui les anime, porter de lit en lit, entre leurs bras, et encourager les misérables, non pas par de vaines paroles, mais par l’exemple effectif et personnel d’une patience, et d’une charité invincible […] et je trouve qu’il est aussi indigne de s’imaginer de là comme fait le vulgaire, que les femmes soient naturellement servantes des hommes ; que de prétendre que ceux qui ont reçu de Dieu des talents particuliers, soient les serviteurs et les esclaves de ceux pour le bien desquels ils les emploient.79

  • 80 Nous faisons bien sûr ici allusion à l’ouvrage fondateur de C. Gilligan sur cette nouvelle éthique (...)
  • 81 Qu’il s’agisse d’occupations féminines, le passage qui précède immédiatement notre citation le mont (...)

43Ici semble se déployer ce que fort anachroniquement on pourrait appeler l’esquisse d’une pensée du care, puisque Poulain donne voix à des activités et des expériences éthiques habituellement non reconnues socialement, et que cette voix différente80 concerne des occupations féminines liées au soin et à l’empathie à l’égard d’autrui81. Ces gestes féminins sont d’autant plus vertueux qu’ils s’adressent aux autres « sans distinction » et « de quelque pays ou religion que ce soit » et concerne souvent le corps malade, dans des conditions d’intervention difficiles.

44Le but est bien de faire sortir certaines pratiques d’une invisibilité qui les empêche d’avoir une valeur éthique unanimement reconnue. On se situe en effet dans un passage qui porte sur la morale et le choix de ses valeurs, comme choix social influencé par une idéologie phallocentrique. En faisant de ces occupations féminines des modèles éthiques, Poulain appelle à un changement profond des modèles existants. Par là, il semble aussi poser un autre type de féminisme à l’âge classique, celui d’un différencialisme égalitaire, reconnaissant à des activités spécifiquement féminines une valeur éthique considérable quoiqu’inaperçue dans l’espace public. Le dernier intérêt de son analyse est qu’il n’ancre pas cette morale alternative dans une nature féminine. Le soin d’autrui a traditionnellement été dévolu aux femmes et par là rejeté hors des plus hautes manifestations de la perfection et de la vertu. Mais sa revalorisation n’est qu’une manière d’insister sur le fait que les tâches que les différentes cultures ont assigné aux femmes ont une valeur éthique que tous devraient rechercher.

45Quand Poulain en appelle à la nature dans sa réflexion morale, c’est dans une tout autre perspective. Il s’agit alors de juger du parfait et de l’imparfait avant tout biais idéologique fruit de la société. Car la nature donne la plupart du temps les moyens de penser et d’agir, et ce, sans distinction de sexe. Elle n’indique pas de valeur morale, si ce n’est le bon usage de l’esprit et du corps qui pousse à faire ce qui paraît bon. Ainsi la nature indique la perfection mais ne légitime aucune coutume. Cela signifie que si l’éducation et l’habitude expliquent l’inégalité entre les sexes, ce sont ces deux instances qui doivent aussi y remédier en proposant de nouvelles valeurs morales, mission que Poulain s’assigne dans ses trois ouvrages.

  • 82 « Il n’y a que notre âme qui soit capable de vertu », ES, p. 131.
  • 83 « C’est avoir peu de raison de nous renvoyer aux bêtes pour juger de l’excellence des hommes. Si no (...)

46Ce qui est sûr, c’est que la vertu au sens moral est une excellence de l’âme82. Seules des qualités de l’âme peuvent donc permettre de former une nouvelle morale qui s’affranchisse de tout préjugé à l’égard des femmes. La hardiesse, passion masculine positive chez Cureau est par exemple un dérivé de la force dans son analyse. Cela revient donc à fonder une valeur éthique sur un élément physique, ce qui n’est pas rigoureux. Par un rapprochement parallèle tout aussi peu valide, Cureau comparait d’ailleurs l’homme à l’animal pour distinguer différents caractères des passions. Les animaux les plus forts sont aussi les plus courageux ; de même les hommes les plus vigoureux sont les plus hardis. De telles analogies ignorent la distinction des substances (la pensée et l’étendue) et l’origine réelle d’une morale sans préjugé, c’est-à-dire l’esprit83.

  • 84 « Je prévois bien que cette pensée ne sera pas goûtée de beaucoup de gens qui la trouveront un peu (...)
  • 85 Ibid., p. 110.

47Poulain met notamment en avant une valeur qui s’oppose à ce modèle : la délicatesse. Cette qualité va à rebours des principes moraux communs84. Mais les êtres humains « les plus délicats sont toujours les plus spirituels »85 et les femmes au premier chef. La délicatesse des femmes est un topos qui peut servir des thèses philogynes comme des thèses misogynes. C’est une notion intéressante justement parce que son appréciation peut se faire de manière opposée : elle est vice ou vertu selon les auteurs.

48Ainsi chez Malebranche nous l’avons vu, la délicatesse est également comprise comme une qualité proprement féminine qui s’étend du physique au moral. Les femmes ont des fibres du cerveau plus délicates que celles des hommes, ce qui détermine leurs manières de penser. Mais cela a pour conséquence qu’elles ont tendance à se fixer sur les petites choses, le plus souvent superficielles, comme la mode. Cette délicatesse explique leur extrême sensibilité qui les fait s’émouvoir d’un rien et les condamne à rester à la surface des choses dans leurs raisonnements.

  • 86 Furetière dit dans son Dictionnaire universel qu’un corps est délicat quand il est « composé de par (...)
  • 87 ES, p. 110.
  • 88 Ibid., p. 129.
  • 89 « Les femmes entendent comme nous, par les oreilles ; elles voient par les yeux, et elles goûtent a (...)
  • 90 Ibid.
  • 91 « Je ne découvre pas plus de différence entre l’esprit d’un homme grossier et ignorant, et celui d’ (...)
  • 92 Ibid., p. 129. « On reconnaît par expérience que ceux qui ont tant de force, ne sont guère propres (...)

49Dans l’analyse de Poulain au contraire, la délicatesse est l’expression de cette capacité à distinguer, qui est au fondement de toute sa méthode86. Elle s’oppose au « grossier », au « stupide » et au « matériel »87, c’est-à-dire qu’elle est la qualité première de l’esprit. Elle suppose de rompre toute analogie entre l’homme et l’animal et de repenser l’appréciation des qualités et des défauts, dès le jugement portant sur le corps. Au niveau corporel en effet, la force ne doit pas être vue comme primordiale : « ce n’est pas la force du corps, qui doit distinguer les hommes ; autrement les bêtes auraient l’avantage par-dessus eux, et entre nous ceux qui sont les plus robustes »88. La délicatesse d’un corps constitue souvent un avantage et il se trouve d’ailleurs qu’il est particulièrement féminin89. Mais l’important est que la délicatesse soit dans l’esprit. L’éloge de la délicatesse se déploie d’ailleurs dans le paragraphe intitulé « Qui sont ceux qui sont les plus propres à la science »90. Le délicat est un équivalent du spirituel. Il devient le critère pour trier les esprits en jugeant de leurs capacités intellectuelles91. L’observation rigoureuse montre une proportion inverse entre force du corps et force de l’esprit. Plus le corps est robuste, plus l’esprit est grossier. Ainsi, « les plus habiles Philosophes et les plus grands Princes ont été assez délicats, et les plus grands Capitaines, n’eussent peut-être pas voulu lutter contre les moindres de leurs soldats »92. De tels exemples de fonctions politiques et militaires élevées confirment que le pouvoir des uns sur les autres dépend des qualités de l’esprit et non de la force brute.

50Pour faire de la délicatesse une valeur, il faut donc à la fois dissocier les qualités du corps et celles de l’esprit et montrer que l’excellence morale est adossée à l’excellence intellectuelle. Ces deux démonstrations permettent de relire autrement certains passages bibliques apparemment misogynes :

  • 93 EH, p. 319.

Les femmes sont un vaisseau plus infirme : soit. Mais comme disent les Pères que nous avons cités ci-dessus, cette infirmité, ou plutôt cette délicatesse n’est que dans le corps, et nullement dans l’esprit. Car le mot de vaisseau ne signifie là que le corps comme dans S. Paul. Or la raison et l’expérience nous apprennent que pour être délicat, l’on n’en est pas moins spirituel ni moins raisonnable ; et que ceux qui ont plus de force, n’ont pas toujours plus d’esprit, plus de génie, ni plus d’adresse. La force d’esprit consiste dans des connaissances claires et distinctes, et dans une forte persuasion des choses que l’on sait ; de quoi les femmes et tous ceux qui ont le corps délicat, ne sont pas moins capables que les autres.93

51On retrouve bien ici les deux arguments de Poulain : il y a d’une part l’idée de capacités physiques et intellectuelles inversement proportionnelles les unes par rapport aux autres. Elle se vérifie souvent, mais on peut également trouver des individus chez qui la délicatesse est à la fois dans le corps et dans l’esprit, puisque de toutes façons, ces deux entités sont essentiellement distinctes l’une de l’autre. Dans tous les cas, la délicatesse est une marque d’intelligence, la marque même de l’intelligence. La délicatesse est une force en l’esprit.

52La déconstruction des valeurs morales montre que l’idée de perfection, même en son sens physique et matériel, est contaminée par elles. Il faut renoncer aux critères du noble et de l’ignoble, de l’honnête et du déshonnête et promouvoir la délicatesse. Celle-ci permet de dissocier nettement le physique et l’intellectuel et de former une morale qui parte des seules qualités spirituelles de l’être humain après une analyse enfin rigoureuse de la physiologie humaine.

Notes

1 Au sens du relativisme culturel qui attribue à la coutume la plupart des comportements apparemment naturels.

2 Ce sens cartésien du thème de la distinction est très présent dans le texte : « Le plus grand fruit que l’on puisse espérer des sciences, c’est le discernement et la justesse pour distinguer ce qui est vrai et évident, d’avec ce qui est faux et obscur, et pour éviter ainsi de tomber dans l’erreur, et la méprise », ES, p. 76.

3 Ibid., p. 130.

4 Au début de son premier ouvrage, Poulain explique que, loin d’une défense galante des femmes, il entend donner les « raisons physiques » (ES, p. 61) de leur égalité avec les hommes. Par raisons physiques, il ne faut pas seulement entendre les raisons matérielles voire simplement corporelles de cette égalité, même si elles sont largement mobilisées, mais les raisons réelles, tangibles, objectives que la quasi-universalité du préjugé misogyne empêche d’apercevoir.

5 Chez Poulain, le terme « général » signifie universel.

6 EH, p. 370.

7 Ibid., p. 328.

8 C’est une illustration significative de la volonté constante de Poulain de renouveler les arguments des philogynes souvent devenus très topiques. Il refuse notamment les listes de femmes fortes ou savantes. Une infime minorité ne peut contrebalancer la majorité et amener l’égalité.

9 On se demande comment certains commentateurs/trices, des contemporains de Poulain jusqu’à nos jours (voir par exemple G. Ferreyrolles, « Le xviie siècle et le statut de la polémique », Littératures classiques, no 59, 2006, p. 26, ou surtout M. Le Doeuff, Le sexe du savoir, Paris, Aubier, 1998, note 29 p. 356), ont pu penser que ce troisième ouvrage philosophique pouvait constituer un plaidoyer misogyne correspondant à un point de vue supposément nouveau de l’auteur. Non seulement la structure argumentative générale du texte invalide toute possibilité d’une telle interprétation (la partie misogyne du texte est strictement encadrée par deux parties philogynes qui en démontent tous les arguments) ; mais dans ce moment parodiant la littérature misogyne même, le point de vue réel de Poulain affleure à plusieurs reprises.

10 « Il faut prendre garde à une chose qui est que ces sortes de propositions en matière de morale ne touchent personne en particulier, parce qu’elles ne regardent que la totalité des personnes. Ainsi on ne doit pas les prendre si à la rigueur, ni les rejeter comme fausses, parce qu’elles le sont en effet quand on vient à en faire l’application sur quelques sujets, autrement il faudrait réformer tout le langage et tous les livres jusqu’à l’Écriture sainte qui contient plusieurs de ces expressions qui ne sont vraies que d’une vérité morale, c’est-à-dire parce que les choses arrivent ordinairement d’une telle façon. De sorte que s’il est vrai que Platon ait témoigné douter s’il devait mettre les femmes dans la catégorie des bêtes, cela ne se doit pas entendre comme s’il eut douté en effet si les femmes étaient des bêtes, lui qui voulait que dans sa République elles eussent part aux mêmes exercices de corps et d’esprit que les hommes », EH, p. 370.

11 ES, p. 130.

12 « Il se trouve plus de différence de tel à tel homme, que de tel animal à tel homme », Montaigne, Essais, II, 12, p. 466a.

13 ES, p. 128.

14 Ibid.

15 EH, p. 327.

16 ES, p. 128-129.

17 « De quelque manière que nous nous considérions, soit que nous ayons égard à ce que nous avons reçu de la nature, à ce que nous pouvons et à ce qui peut nous arriver, selon la différence des sexes, des tempéraments, des âges, des exercices, et des climats, nous devons conclure que l’on a eu raison de dire que l’homme est un monde en abrégé », ED, p. 254.

18 ES, p. 126.

19 EH, p. 381.

20 L. Timmermans ne fait par exemple de référence précise qu’à une seule thèse de médecine défendant une égalité intellectuelle entre femmes et hommes dans la seconde moitié du xviie siècle : celle de R. Vaslet datant de 1666. Elle est intitulée dans sa version française : Question de médecine de M. Jean-Baptiste Ferrand, docteur et régent : Savoir si l’esprit suit le sexe. Voir L. Timmermans, L’accès des femmes à la culture sous l’ancien Régime, Paris, Champion, 2005. p. 261.

21 ES, p. 127.

22 Poulain se moque par exemple également de la notion médicale de « coction » pour comprendre la digestion, qui vient également de la tradition antique (ES, p. 75).

23 Décrivant les femmes, ce personnage explique par exemple qu’elles « se divertissent froidement » (EH, p. 357) quand elles restent entre elles, expression évidemment ironique montrant l’incapacité de ce type de conceptualisation à expliquer les comportements humains.

24 ES, p. 131.

25 EH, p. 343 et suiv.

26 Même s’il y a ici une inexactitude terminologique, l’égalité géométrique et l’égalité proportionnelle désignant la même idée chez Aristote qui oppose égalité géométrique et égalité arithmétique. Mais sur le fond, il s’agit bien de la distinction aristotélicienne : « cette égalité de perfection n’est pas une égalité géométrique, comme celle qui se trouve entre deux cercles de pareille grandeur. C’est une égalité proportionnelle, qui répond à celle de deux cercles inégaux en grandeur, et égaux en nombre de parties », EH, p. 344.

27 EH, p. 345.

28 Ibid.

29 Ibid. Les deux principes en question sont l’activité pour les hommes et la mollesse pour les femmes.

30 Ibid., p. 347.

31 Poulain résume les descriptions de Cureau p. 347-348 de l’EH en reprenant les mêmes phrases que celui-ci. Par exemple, Cureau écrit : « c’est pourquoi les vieillards, les enfants et les malades sont plus colères que les autres » (L’art de connaître les hommes, p. 45), phrase reprise exactement par Poulain (EH, p. 347).

32 EH, p. 347.

33 EH, p. 345.

34 « Puisque nous nous sentons quelquefois plus portés à une passion qu’à l’autre, par exemple à la joie ou à la tristesse, à l’amour, à la hardiesse, sans en savoir la véritable cause, c’est une marque évidente qu’il n’est pas nécessaire que l’âme connaisse clairement toutes les dispositions du corps, mais seulement qu’elle les sente, pour concevoir des pensées et des désirs qui y soient conformes », EH, p. 346.

35 Ibid.

36 EH, p. 381.

37 Ibid.

38 ES, p. 127-128. Nous soulignons.

39 Ibid., p. 132.

40 ED, p. 266.

41 EH, p. 379.

42 Ibid.

43 Voici la définition du naturel donnée par l’auteur : « on ne doit appeler naturel que ce qui est fondé sur la nature, c’est-à-dire sur la disposition intérieure et essentielle de chaque chose. Or ce qui est de cette sorte ne se perd jamais, et se trouve partout dans tous les âges, dans tous les états et dans toutes les rencontres de la vie, étant une suite nécessaire de ce que nous sommes », EH, p. 382.

44 ES, p. 132.

45 Ibid.

46 Voir notre article sur la curiosité féminine et son traitement chez Poulain notamment : « Female Curiosity and Male Curiosity about Women. The Views of the Cartesian Philosophers », Women and Curiosity in Early Modern England and France, L. Cottignies, S. Parangeau et J.-J. Thompson dir., Leyde / Boston, Brill, 2016, p. 160-174.

47 Sans parler du fait que la question du caractère naturel ou non de la pudeur a des enjeux théologiques, au-delà des problèmes moraux qu’elle suscite. La découverte de contrées nouvelles, au xvie siècle, où les êtres humains vivent nus ébranle l’idée biblique d’une découverte de la pudeur (qui se traduit concrètement par le fait de cacher des parties devenues honteuses) après le péché. Voir P.-F. Moreau, Le récit utopique. Droit naturel et roman de l’État, Paris, PUF, 1982, p. 102-103.

48 On trouve une réflexion significative de la conception moderne de la pudeur comme qualité essentiellement féminine dans l’article « Hipparchia » de P. Bayle, Dictionnaire historique et critique [Paris, 1696], Genève, Slatkine reprints, 1969, rmq C.

49 EH, p. 382.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 ES, p. 134.

53 Ibid., p. 135.

54 « Elles se voient exposées à souffrir impunément les outrages d’un Sexe si sujet aux emportements, qui les regarde avec mépris, et qui traite souvent ses semblables avec plus de cruauté et de rage, que ne font les loups à l’égard les uns des autres », ibid., p. 135.

55 Ibid.

56 « La disposition à la fuite pour s’éloigner des maux qui menacent, est différente, parce qu’il y en a qu’on ne peut éviter autrement ; et alors il est de la prudence de s’enfuir : au lieu que c’est une timidité blâmable de se laisser emporter à la fuite, lorsque le mal est surmontable par une généreuse résistance qui produit plus de bien que de mal », ibid., p. 131.

57 Les chapeaux de paragraphes de l’ES l’indiquent bien, p. 134-141. Le premier est général : « Que les défauts qu’on attribue aux femmes sont imaginaires ». Puis ce sont ces principaux défauts qui sont passés au crible de la différence entre le naturel et le culturel avec, dans l’ordre, l’examen de la timidité, l’avarice, la crédulité, la superstition, le babil, la curiosité, l’inconstance, l’artifice et la malice.

58 ED, p. 176.

59 Ibid.

60 « On ne leur apprend point à connaître Dieu par elles-mêmes : elles n’en savent que ce qu’on leur en dit : et comme la plupart des hommes en parlent d’une manière si peu digne de ce qu’il est, et ne le distingue de ses créatures, que par la qualité de Créateur, il ne faut pas s’étonner que les femmes, ne le connaissant que sur leur rapport, l’adorent par Religion avec les mêmes sentiments qu’elles ont pour les hommes, qu’elles craignent et qu’elles révèrent », ES, p. 136-137.

61 La deuxième règle de la morale est d’avoir « une ferme et constante résolution d’exécuter tout ce que la raison lui conseillera, sans que ses passions ou ses appétits l’en détournent ; et c’est la fermeté de cette résolution, que je crois devoir être prise pour la vertu », Lettre à Élisabeth, 4 août 1645, AT IV, 265.

62 EH, p. 327.

63 ES, p. 131.

64 Ibid., p. 102.

65 Ibid., p. 101-102.

66 Cureau de la Chambre, Les charactères des passions, p. 13.

67 ES, p. 124.

68 Ibid.

69 « Encore que tous les endroits du Corps soient également parfaits, on a néanmoins pour eux des regards différents ; ceux mêmes dont l’usage est plus nécessaire étant considérés souvent avec quelque sorte de mépris et d’aversion, parce que cet usage est moins agréable ou autrement », ibid., p. 124-125.

70 Ibid., p. 125.

71 Le premier traité en français sur ce thème intitulé L’honnête homme date de 1630 sous la plume de Nicolas Faret. L’art d’être honnête prend le relais de celui d’être courtisan. Son comportement, fait d’humilité et de politesse, est celui d’un mondain cultivé capable de s’adapter à son auditoire sans jamais paraître pédant ou arrogant.

72 Il est à cet égard significatif que lors de la présentation des personnages du dialogue De l’éducation des dames, Timandre est décrit comme « un honnête homme ». Or c’est lui qui s’exclame : « les savantes sont en si mauvaise odeur, que ce serait un supplice, pour un honnête homme que de lui en donner une pour femme », ED, p. 163.

73 Notons au passage que ces préjugés se trouvent pour la plupart chez Cureau.

74 ED, p. 183.

75 « Les personnes ou amies, ou spirituelles et judicieuses, qui s’assujettissent en public et avec le vulgaire aux façons de l’honnêteté, s’en délivrent en particulier, comme des charges autant importunes que bizarres », ES, p. 125-126. Pour l’aspect libertin de ce principe, voir notre introduction aux œuvres de Poulain, De l’égalité des deux sexes. De l’éducation des dames. De l’excellence des hommes, Paris, Vrin, 2011 (nouvelle édition, 2017), p. 17-18.

76 Voir par exemple J. Du Bosc, L’honneste femme (1632) ou Grenaille, L’honnête fille (1640) et L’honnête mariage (1640).

77 ES, p. 84.

78 Ibid.

79 Ibid.

80 Nous faisons bien sûr ici allusion à l’ouvrage fondateur de C. Gilligan sur cette nouvelle éthique aux liens très forts avec le mode de vie de beaucoup de femmes, In a Different Voice. Psychological Theory and Women’s Development, Cambridge, Harvard University Press, 1982.

81 Qu’il s’agisse d’occupations féminines, le passage qui précède immédiatement notre citation le montre : « il semble que la compassion qui est la vertu de l’Évangile soit affectée à leur Sexe. Le mal du prochain ne leur a pas plutôt frappé l’esprit, qu’il touche leur cœur, et leur fait venir les larmes aux yeux. N’est-ce pas par leurs mains que se sont toujours faites les plus grandes distributions, dans les calamités publiques ? Ne sont-ce pas encore aujourd’hui les Dames qui ont particulièrement soin des pauvres et des malades dans les Paroisses, qui les vont visiter dans les prisons, et servir dans les hôpitaux ? », ES, p. 84.

82 « Il n’y a que notre âme qui soit capable de vertu », ES, p. 131.

83 « C’est avoir peu de raison de nous renvoyer aux bêtes pour juger de l’excellence des hommes. Si nous estimons parmi elles les mâles plus que les femelles, c’est à cause qu’on les estime plus parmi nous, comme en effet nous ne les devons estimer à cet égard que par rapport à nous. Ainsi je préfèrerais un chien à un bœuf, en ce qu’il fait paraître plus d’esprit. Un autre aimerait mieux un bœuf qu’un chien, en ce qu’il a plus de chair et plus de force. C’est-à-dire que l’excellence des bêtes à notre égard est fort arbitraire, puisqu’elle ne peut être fondée que sur la ressemblance de corps qui est entre elles et nous, sur le plaisir et sur le service que nous en pouvons recevoir, chacun selon ses besoins et son imagination. Au reste elles ne nous doivent servir d’exemple non plus que les hommes mêmes qu’en une manière, lorsque les choses que nous y remarquons réveillant notre raison, nous font penser à ce que nous devons faire », EH, p. 380.

84 « Je prévois bien que cette pensée ne sera pas goûtée de beaucoup de gens qui la trouveront un peu forte. Je n’y saurais que faire : l’on s’imagine qu’il y va de l’honneur de notre Sexe de le faire primer partout : et moi je crois qu’il est de la justice de rendre à un chacun ce qui lui appartient », ES, p. 111.

85 Ibid., p. 110.

86 Furetière dit dans son Dictionnaire universel qu’un corps est délicat quand il est « composé de parties menues et déliées ». Il ajoute qu’en matière spirituelle et morale, « on appelle un esprit, un jugement délicat, celui qui juge finement des choses avec le bon sens » et qu’on dit aussi qu’un philosophe fait des divisions, des distinctions si délicates qu’elles échappent à la vue même de l’esprit » (art. « Délicat », n. p). À l’article « Délicatesse », il écrit que « la délicatesse de l’éducation rend les gens efféminés » (art. « Délicatesse », n. p).

87 ES, p. 110.

88 Ibid., p. 129.

89 « Les femmes entendent comme nous, par les oreilles ; elles voient par les yeux, et elles goûtent avec la langue ; et il n’y a rien de particulier dans la disposition de ces organes, sinon que d’ordinaire elles les ont plus délicats ; ce qui est un avantage », ES, p. 101. Voir également ibid., p. 121.

90 Ibid.

91 « Je ne découvre pas plus de différence entre l’esprit d’un homme grossier et ignorant, et celui d’un homme délicat et éclairé, qu’entre l’esprit d’un même homme considéré à l’âge de dix ans, et à l’âge de quarante : et comme il n’en paraît pas davantage entre celui des deux sexes, on peut dire que leur différence n’est pas de ce côté-là », ibid., p. 100.

92 Ibid., p. 129. « On reconnaît par expérience que ceux qui ont tant de force, ne sont guère propres à autre chose qu’aux ouvrages matériels, et que ceux au contraire qui en ont moins, ont ordinairement plus de tête », ibid.

93 EH, p. 319.

© ENS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search