Version classiqueVersion mobile

Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne

 | 
Marie-Frédérique Pellegrin

Partie IV. Poulain de la Barre : sexe et égalité

Introduction

Poulain de la Barre observateur du beau sexe

Texte intégral

  • 1 ED, p. 281.
  • 2 Ibid.
  • 3 La vie de Poulain est très mal documentée. Pour les quelques éléments dont on dispose, voir M. Alco (...)

1Faisant le récit de ses études à la Sorbonne, Poulain de la Barre affirme, concernant les femmes, qu’étant alors scolastique, il les considérait « scolastiquement, c’est-à-dire comme des monstres »1. Pourtant un monstre est une chose rare, extraordinaire. Comment concilier cela avec le fait que les femmes sont aussi anciennes que les hommes, en aussi grand nombre et que « nul n’est surpris d’en rencontrer en son chemin »2 ? En présentant les femmes, si ce n’est comme des monstres, du moins comme des écarts par rapport à la norme, Aristote et ses disciples (Poulain dit souvent ses « suppôts ») rendent confuse la frontière entre l’ordinaire et l’extraordinaire. L’aspect quantitatif est en effet le plus frappant : la moitié de l’humanité souffrirait de manques remarquables et essentiels au regard de la perfection recherchée par la nature. La même étrangeté théorique se trouve chez la plupart des interprètes de la Bible, qui introduisent de l’inégalité entre femmes et hommes. La culture universitaire dominante, celle de l’aristotélisme chrétien, se révèle donc être le lieu de jonction des deux grandes traditions misogynes savantes en Occident, la philosophique et la théologique. Pour sortir de cette perspective intellectuellement insatisfaisante, Poulain renonce à poursuivre ses études et fréquente les conférences cartésiennes3. C’est là que se trouvent les modèles d’une anthropologie neuve et les concepts pour la construire. La philosophie cartésienne, par sa méthode et ses concepts, permet de renouveler profondément les arguments philogynes et de donner une place centrale à la question de la différence des sexes.

2Une véritable étude des femmes s’impose donc. Elle suppose l’observation du corps, de l’esprit et de leur union. Or la psychophysiologie de Poulain consiste pour une part significative en une confrontation entre Descartes et Cureau de la Chambre. On trouve ici une alternative entre deux modèles qui montre le poids de la doctrine de Cureau à l’époque. Cela révèle aussi que Poulain considère que la seule théorie capable de s’y opposer réellement est celle de Descartes. C’est cela qu’il faut étudier, car le concept d’égalité des sexes est tiré de cette psychophysiologie d’inspiration cartésienne. Cette étude de l’âme, du corps et de leur union vise à connaître l’homme et à comprendre ses comportements. Il s’agit donc encore d’anthropologie mais en un sens plus large et plus contemporain du terme. Elle n’est pas seulement une étude psychophysiologique et morale de l’être humain en effet, elle envisage également le social et le politique. Elle étudie les cultures et les idéologies en montrant à quel point ces dernières modèlent de façon beaucoup plus décisive l’homme que la nature. L’anthropologie de Poulain n’est donc pas celle de Descartes, parce que sa démonstration lui est propre. Sa réflexion sur la différence entre la pensée sans le corps et la pensée avec le corps dessine notamment une théorie de l’imagination qui traduit bien les enjeux de sa philosophie, qui sont étrangers à Descartes. Ils visent à légitimer philosophiquement les capacités intellectuelles des femmes.

  • 4 Voir notre introduction à EH, F. Poulain de la Barre, De l’égalité des deux sexes. De l’éducation d (...)
  • 5 Poulain désigne par « vulgaire » toutes les catégories sociales non savantes. C’est en ce sens que (...)
  • 6 « Le plus grand fruit que l’on puisse espérer des sciences, c’est le discernement et la justesse po (...)
  • 7 « Voilà les observations générales et ordinaires sur ce qui concerne les femmes », ibid., p. 87.

3La manière cartésienne de penser l’homme est ici le support d’une philosophie féministe. Mais il ne s’agit pas d’une instrumentalisation de Descartes. Le but est d’appliquer, d’une manière explicite et constante, l’analyse cartésienne de l’homme à l’ensemble de l’humanité et donc d’abord aux femmes. Une anthropologie complète nécessite une étude de la différence des sexes. Elle existe chez certains penseurs modernes comme Cureau, nous l’avons vu, mais elle manque chez Descartes. Poulain va donc suppléer ce manque en montrant ce que peut être une étude des sexes au moyen de principes essentiellement cartésiens. C’est la finalité de son premier traité, De l’égalité des deux sexes. Dans la préface à cet ouvrage, Poulain explique que la question féminine est la plus à même de montrer la nécessité de la réforme de l’esprit en exemplifiant la démarche intellectuelle nécessaire à l’éradication des préjugés. La misogynie, préjugé puissant et même primordial4, ne peut être combattue que par une méthode nouvelle permettant de réformer la pensée. Ce préjugé prend deux formes, dont Poulain traite en deux moments distincts dans son ouvrage : la misogynie vulgaire5 et la misogynie savante. C’est le second moment qui présente une réflexion anthropologique précise. Mais la misogynie vulgaire se nourrit de la savante qui la conforte, c’est donc elle qui est d’abord discutée. L’étude de la première partie de l’ouvrage révèle de plus un élément significatif : la comparaison constante entre les femmes et les savants, vise à montrer à quel point, une femme, même sans éducation, raisonne mieux que les adeptes de la philosophie commune6. La capacité générale des femmes à exercer tous les arts, toutes les pratiques et tous les métiers y est affirmée. La simple observation menée méthodiquement a une valeur démonstrative7. Elle est l’évidence à l’état pur.

  • 8 « J’ai pris plaisir à m’entretenir avec des femmes de toutes les conditions différentes, que j’ai p (...)

4Pour combattre le préjugé vulgaire, il suffit en effet d’observer des femmes réelles dans leur vie quotidienne, c’est-à-dire dans leurs actions8 et selon leur classe sociale – « femmes de médiocre condition » (ibid., p. 81), « dames » (ibid.), « femmes savantes » (p. 82), femmes célibataires (p. 85), mariées (p. 86), religieuses (p. 84-85), mères (ibid.), etc. Cette observation montre non seulement leur aptitude à toutes choses, mais leur pratique de toutes choses. Cette étude concrète centrée sur leurs capacités intellectuelles permet également de constater leur vertu morale. À l’égard de la misogynie vulgaire, la méthode consiste en fait à regarder autour de soi les comportements des femmes. Si l’auteur regrette de ne pouvoir « descendre dans un détail entier de toutes les rencontres de la vie, et de toutes les vertus que les femmes y pratiquent, et en examiner les plus importantes circonstances » (p. 87), il décrit tout de même certaines attitudes morales et sociales caractéristiques des femmes, comme leur plus grande sobriété à l’égard de la boisson ou leur plus grande patience face aux maux (ibid.), deux comportements qu’il tente de comprendre sans préjugés. Cette observation est la source de toute objectivité. Elle permet de distinguer le général du particulier (une femme coquette n’exemplifie pas toute la gent féminine). Elle est la marque de l’intelligence fondamentale de l’être humain (une femme curieuse est une femme intelligente). Elle pousse à une observation encore plus fondamentale, qui est l’observation de soi (celle-là même qui se trouve au fondement de la science des sciences, c’est-à-dire la science de soi-même).

  • 9 Respectivement p. 79 et p. 120 dans ES.

5L’observation concrète à elle seule met à mal le préjugé vulgaire. Elle ne permet pourtant pas un discours véritablement scientifique sur les femmes. Ceci fait l’objet du second mouvement du texte qui s’attaque à la misogynie savante. Ici la démonstration s’effectue en deux temps : elle commence par décrire la philosophie ordinaire et le manque de scientificité de ses analyses ; elle présente ensuite une nouvelle conception de la femme adossée à la « saine philosophie » (p. 99). On peut déceler un mouvement démonstratif parallèle dans les deux parties de l’ouvrage. Dans les deux cas, on étudie les aptitudes puis les actions par l’observation empirique dans la première partie, par l’examen philosophique dans la seconde. Ainsi l’observation concrète des femmes montre qu’elles savent argumenter et se défendre quand elles sont impliquées dans un procès, tandis que la seconde partie explique pourquoi les femmes ont les capacités intellectuelles pour faire des études de droit et exercer des fonctions judiciaires9. Plus précisément donc, la seconde partie tire les conclusions sociales du premier constat empirique en les justifiant par une étude anthropologique d’un type nouveau. Le choix d’un discours purement philosophique (ce qui est rare dans les traditions philogynes avant Poulain) a donc un double sens. Il est nécessaire tout d’abord parce que, selon l’auteur, la misogynie vulgaire est nourrie et confortée par la misogynie savante. Il y a là une responsabilité écrasante du savant qui non seulement ne combat pas le préjugé mais lui fournit de la matière. Ce choix s’explique ensuite et surtout par le projet philosophique même de l’auteur : penser autrement l’être humain, proposer une anthropologie neuve.

  • 10 Dans le paragraphe intitulé « Ce que c’est que les philosophes de l’École », ils sont ainsi présent (...)

6Une fois en effet que l’on a douté des acquis obtenus grâce à la « méthode vulgaire » (p. 53), il convient de rechercher la vérité par soi-même afin d’aboutir à des « connaissances claires et distinctes » (ibid.), la « règle de vérité » étant de « n’admettre rien pour vrai qui ne soit appuyé sur des idées claires et distinctes » (p. 54). Cette mise en doute est la marque d’un renoncement à la philosophie de l’École10. Si la méthode cartésienne est capable de détruire le préjugé le plus ancré dans les mentalités, elle aura alors prouvé toute sa valeur, et la philosophie vulgaire sera définitivement terrassée.

7Il apparaît donc que l’étude des femmes est le meilleur moyen d’éprouver la validité et la fécondité de la science cartésienne. Est-ce que cette science de l’homme est une science de l’être humain ? Y a-t-il des spécificités féminines irréductibles ? Si elles existent, indiquent-elles une inégalité entre femmes et hommes ?

8Pour répondre à ces questions, il faut une étude psycho-physique rigoureuse qui passe notamment par une analyse critique de la notion de tempérament. Poulain insère d’ailleurs ici un sous-titre significatif : « D’où vient la distinction des Sexes : jusqu’où elle s’étend ; et qu’elle ne met point de différence entre les femmes et les hommes, par rapport au vice et à la vertu ; et que le Tempérament en général n’est ni bon ni mauvais en soi » (p. 126). La question dirigeant toute l’analyse étant posée, on voit qu’elle lie le psychophysiologique et le moral. On constate également qu’elle se construit à partir d’une opposition majeure aux théories humorales sur l’homme.

  • 11 Ibid., p. 60. L’auteur constate dans la même page « qu’on a parlé jusqu’à présent qu’à la légère de (...)

9À ce point du premier traité, l’observation ne suffit plus, car c’est la misogynie savante qui est visée. Elle dévoile ce que peut être une anthropologie cartésienne féministe. Il s’agit d’une science de soi-même qui étudie le physique, l’intellectuel et le moral. Une fois posée, elle permet d’annihiler « le sentiment de Platon » (p. 141), « le sentiment d’Aristote » (p. 142) et ceux de Socrate, Diogène, Démocrite (p. 143) ou Caton (p. 144). La philosophie a une responsabilité majeure dans le préjugé contre les femmes. Elle l’a légitimé intellectuellement pendant des siècles. Le combat doit donc prendre place dans le champ philosophique même. Il s’agit d’une rupture sur le fond et dans la forme par rapport aux entreprises antérieures de défense des femmes. L’auteur considère d’ailleurs qu’il est nécessaire d’« avertir » qu’il va parler « sérieusement » des femmes (p. 55). Le sérieux s’oppose ici au galant. Il suppose un « état d’indifférence et de désintéressement »11, ce que nous appellerions objectivité.

10L’anthropologie doit être une analyse de l’être humain et non de l’homme (au sens du masculin). Elle suppose donc de déterminer objectivement les éventuelles différences entre femme et homme et leurs causes (naturelles ou culturelles). Une véritable anthropologie passe par une étude enfin sérieuse des femmes. Elle va permettre de distinguer entre la femme imaginée et la femme réelle. C’est là l’objet de l’ensemble du premier ouvrage de Poulain, nous semble-t-il.

11Le deuxième livre de Poulain, intitulé De l’éducation des dames, est également utile pour débrouiller cette question car il a pour but de ménager un passage du théorique au pratique. L’objectivité atteinte par une étude désintéressée des femmes préparait l’essentiel, sans encore l’atteindre : que cette étude soit menée par les femmes elles-mêmes. Le programme d’éducation pour les dames, développé ici sous la forme d’entretiens, est un appel aux femmes à se comprendre elles-mêmes. La science est bien avant tout connaissance de soi. Tout comme chez Descartes, ce sont à la fois les forces de l’entendement et celles de la volonté qui sont requises pour ce grand dessein. À la jeune femme désirant s’éduquer vraiment, le personnage représentant Poulain pose trois questions préalables qui sont autant de conditions pour acquérir le savoir, et de règles pour la direction de l’esprit :

  • 12 ED, p. 180-181.

1) Si vous savez bien ce que vous êtes, et quel est présentement l’état de votre âme. 2) Si vous savez ce que vous demandez, en demandant le moyen d’acquérir les plus belles connaissances. 3) Et si vous vous sentez capable de la plus grande résolution que les hommes puissent former.12

12Il faut savoir analyser les motifs qui poussent à la science et les moyens propres que l’on a pour l’établir. Science de soi-même, le savoir est d’abord conscience de ce désir de science et recensement des forces qui permettront de l’atteindre. La question traditionnelle de l’éducation des femmes se transforme en interrogation anthropologique plus globale. On ne peut dresser un programme éducatif ou faire la liste des bons livres pour son élève sans un examen complet des facultés, de leur développement ainsi que de leur étendue possible chez la personne à éduquer. On ne peut le faire non plus sans définir ce que c’est que savoir. Ce deuxième traité permet ainsi l’examen de l’imagination et de l’entendement en eux-mêmes. Cet examen révèle des usages genrés et donc culturels des facultés, exemplifiés dans le dialogue par les deux personnages qui ne sont pas encore philosophes, Eulalie et Timandre, par opposition aux deux autres personnages déjà philosophes, Sophie et Stasimaque. L’ensemble de l’ouvrage montre l’esprit des femmes, dans un équilibre fragile mais constant entre volonté d’égalité entre les sexes et mise en avant d’une acuité intellectuelle qui leur serait propre.

13Le troisième ouvrage féministe de Poulain, enfin, poursuit cette traque des différentes formes de misogynie savante en s’attaquant à la théologie (qu’il s’agisse des textes sacrés ou de leurs commentaires). Cette entreprise d’exégèse critique de la Bible et de la patristique s’avère importante pour notre étude en tant justement qu’elle démontre que les mêmes procédés sont à l’œuvre chez les philosophes et chez les théologiens pour défendre l’inégalité entre femmes et hommes. Elle brosse par ailleurs un portrait de la femme et de ses qualités qui complexifie et nuance la description des deux sexes effectuée jusque-là. Mais partout dans ces trois ouvrages fondamentaux, une même question : qu’est-ce qui est simplement culturel, coutumier dans nos définitions de la femme et qui, n’appartenant pas à sa définition propre, ne décrit donc pas sa nature réelle ? Étant donnée la proximité chronologique des trois ouvrages (un publié chaque année pendant trois ans), on a affaire à une démonstration unifiée autour de cette même question. Tous trois constituent un ensemble argumentatif cohérent dans lequel la réflexion théorique sur le « beau sexe » n’est jamais séparée de l’observation pratique. L’analyse critique de la philosophie vulgaire et de la médecine montre la nécessité de nouveaux paradigmes philosophiques, ceux de Descartes, pour proposer une science de l’homme qui englobe vraiment tous les êtres humains.

  • 13 « Le Traité des Passions de Descartes, auquel il est bon de joindre celui de Monsieur de la Chambre (...)
  • 14 « Mais j’espère aussi que ma bonne volonté, et le dessein que j’ai pris de ne rien dire que de vrai (...)

14L’œuvre de Poulain constitue une réponse philosophique rigoureuse et exhaustive à la culture misogyne dominante. Elle mobilise différents arguments et discute bien des traditions et des auteurs différents. Mais l’un de ses points essentiels selon nous consiste en une confrontation entre deux modèles anthropologiques : celui de Cureau et celui de Descartes. Dans sa liste d’ouvrages à lire proposée aux femmes désireuses de se cultiver dans son deuxième traité De l’éducation des dames, nous avons dit que Poulain indique ensemble Les Passions de l’âme de Descartes et Les caractères des passions de Cureau13, en incitant explicitement ses lectrices à les lire parallèlement. Les comportements moraux et sociaux qui s’expliquent par les passions de l’âme et qui définissent un caractère ne peuvent se comprendre que par une psychophysiologie nouvelle qui se nourrit des concepts cartésiens mais qui pose une question non cartésienne (traitée en revanche par Cureau) : qu’est-ce qu’une femme ? Cette question est indispensable afin de former une anthropologie complète, mais Poulain est le seul des quatre auteurs à s’adresser directement aux femmes14. Cette recherche leur est destinée, afin de les aider à mieux se connaître. Ce n’est pas un discours masculin extérieur sur le monde à part, différent et en marge des femmes, comme cela peut être le cas chez Cureau ou chez Malebranche. Si la science véritable est science de soi-même, il faut que les femmes se comprennent elles-mêmes.

15Afin d’étudier cette moitié d’humanité trop imparfaitement analysée dans les traités anthropologiques jusqu’à lui, Poulain combine plusieurs procédés méthodologiques visant tous à penser sans préjugé. Il mobilise ainsi de concert l’observation, la généalogie et l’exégèse. Ces trois procédés ont un même objectif : distinguer le culturel du naturel ; montrer comment s’est construite une image de la femme qui ne correspond pas à sa nature.

Notes

1 ED, p. 281.

2 Ibid.

3 La vie de Poulain est très mal documentée. Pour les quelques éléments dont on dispose, voir M. Alcover, Poullain de la Barre. Une aventure philosophique, Paris / Seattle / Tübinguen, Papers on French seventeenth century literature (Biblio), 1981, p. 9-20.

4 Voir notre introduction à EH, F. Poulain de la Barre, De l’égalité des deux sexes. De l’éducation des dames. De l’excellence des hommes, Paris, Vrin, 2011 (nouvelle édition, 2017), p. 292.

5 Poulain désigne par « vulgaire » toutes les catégories sociales non savantes. C’est en ce sens que nous utilisons ce terme. Ainsi « les femmes sont aussi Nobles, aussi parfaites, et aussi capables que les hommes. Cela ne peut être établi qu’en réfutant deux sortes d’Adversaires, le Vulgaire, et presque tous les Savants », ES, p. 54.

6 « Le plus grand fruit que l’on puisse espérer des sciences, c’est le discernement et la justesse pour distinguer ce qui est vrai et évident, d’avec ce qui est faux et obscur, et pour éviter ainsi de tomber dans l’erreur, et la méprise. On est assez porté à croire que les hommes, au moins ceux qui passent pour savants, ont cet avantage par dessus les femmes. Néanmoins, si l’on a un peu de cette justesse dont je parle, on trouvera que c’est une des qualités qui leur manque le plus », ES, p. 76.

7 « Voilà les observations générales et ordinaires sur ce qui concerne les femmes », ibid., p. 87.

8 « J’ai pris plaisir à m’entretenir avec des femmes de toutes les conditions différentes, que j’ai pu rencontrer à la ville et aux champs, pour en découvrir le fort et le faible, et j’ai trouvé dans celles que la nécessité ou le travail n’avaient point rendu stupides, plus de bon sens, que dans la plupart des ouvrages, qui sont beaucoup estimés parmi les savants vulgaires », ibid., p. 74-75. « Comme il n’y a guère de rencontres où l’on ne puisse découvrir l’inclination, le génie, le vice, et la vertu, et la capacité des personnes, ceux qui se voudront détromper eux-mêmes sur le sujet des femmes, ont toujours occasion de le faire, en public, ou en particulier, à la Cour, et à la grille, dans les divertissements, et dans les exercices, avec les pauvres comme avec les riches, en quelque état et de quelque condition qu’elles soient », ibid., p. 87.

9 Respectivement p. 79 et p. 120 dans ES.

10 Dans le paragraphe intitulé « Ce que c’est que les philosophes de l’École », ils sont ainsi présentés : « c’est parmi eux un crime ou une erreur de révoquer en doute ce qu’on a crû avant l’âge de discrétion », ibid., p. 96.

11 Ibid., p. 60. L’auteur constate dans la même page « qu’on a parlé jusqu’à présent qu’à la légère de la différence des deux Sexes, au désavantage des femmes ; et que pour juger sainement si le nôtre a quelque prééminence naturelle par dessus le leur, il faut y penser sérieusement et sans intérêt, renonçant à ce qu’on en a cru sur le simple rapport d’autrui, et sans l’avoir examiné ».

12 ED, p. 180-181.

13 « Le Traité des Passions de Descartes, auquel il est bon de joindre celui de Monsieur de la Chambre. C’est un ouvrage bien écrit, et où il y a des choses curieuses pour le détail des caractères intérieurs et extérieurs des passions », ibid., p. 272.

14 « Mais j’espère aussi que ma bonne volonté, et le dessein que j’ai pris de ne rien dire que de vrai, et d’éviter les expressions trop fortes, pour ne point sentir le Roman, m’excuseront auprès d’elles », ES, p. 78.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search