Version classiqueVersion mobile

Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne

 | 
Marie-Frédérique Pellegrin

Partie III. Malebranche : sexe et hérédité

Chapitre 5

L’homme pécheur

Texte intégral

Le corps parle pour le corps

  • 1 Malebranche connaît précisément les analyses de Cureau sur l’homme, puisque dans sa bibliothèque pe (...)
  • 2 « Le corps de l’homme est une machine admirable, composée d’une infinité de canaux et de réservoirs (...)
  • 3 Le refus d’une âme animale est commun à Descartes et Malebranche, refus combattu par Cureau dont sa (...)
  • 4 « On ne peut lire sans quelque indignation les livres que les Philosophes et les Médecins composent (...)
  • 5 « La plupart des questions des Philosophes et des Médecins renferment quelques termes équivoques [… (...)
  • 6 La plupart des questions de morale et de physique sont « très obscures et très embarrassées ». En c (...)
  • 7 Ibid., p. 43.
  • 8 « L’homme avant le péché […] n’avait besoin ni de Directeur ni de Médecin […]. Mais depuis le péché (...)
  • 9 Ibid., p. 181-182.
  • 10 L’opposition entre science curieuse et science véritable suppose de se recentrer sur l’étude du cor (...)

1Malebranche propose une psychophysiologie complète de l’homme dont les fondements sont mécanistes. Ses concepts sont nouveaux, soit qu’ils soient originaux, soit qu’ils n’aient plus le sens qu’ils avaient jusque-là. Au sein de cette alternative, la critique de Cureau1 revêt une place importante. En effet, il s’agit d’abord de sortir d’un type de médecine inefficace, car elle ne comprend pas ce qu’est un corps. Il faut parallèlement renoncer à une théorie des passions qui n’a pas les notions adéquates pour penser l’action humaine et ses motifs. Le point de vue cartésien de l’auteur montre qu’entre le système de Cureau et celui de Descartes, ce sont bien deux modèles de la science de l’homme qui s’affrontent. Pour Malebranche, le corps est une machine2 sans âme3. Son analyse suppose de se détourner radicalement des modèles antiques. De la même manière qu’il a dénoncé les commentateurs d’Aristote, Malebranche critique la médecine de son époque, faite de citations disparates4 et de termes obscurs5. Il vise ici essentiellement la médecine d’influence galénique, se moquant par exemple des notions d’« humide radical » ou d’« esprits vitaux » qui viennent de Galien et sont encore beaucoup mobilisées dans les traités médicaux du xviie siècle6. Il se moque également des médecins qui impressionnent leurs malades en citant du grec, du latin ou « quelque aphorisme d’Hypocrate »7. Si Malebranche consent que quand un homme est malade, il peut avoir besoin d’un médecin8, il précise aussitôt qu’il est souvent plus efficace de se consulter soi-même, et il arrive fréquemment « qu’on perd[e] la vie de l’âme ou du corps parce qu’on a recours à des Médecins peu experts dans leur art et qui ne connaissent point assez notre tempérament, ou des Directeurs ignorants dans la Religion et dans la Morale »9. Ainsi, l’anthropologie doit être une psychophysiologie aux principes mécanistes, mais il faut comprendre ce que signifie ici le « tempérament ». Cette anthropologie doit décrire l’homme tel qu’il est, c’est-à-dire l’homme pécheur, l’homme qui vit selon la « loi de la chair », pour reprendre l’expression paulinienne souvent utilisée par Malebranche. Ceci explique que dans sa grande somme sur l’homme, le De la recherche de la vérité, c’est pour une bonne part le corps qui est disséqué10. On y examine avant tout ses fibres, ses flux et ses humeurs afin de comprendre comment ils agissent sur l’âme au point de la détourner de ce qu’elle est et de ce qu’elle doit accomplir. Si la perspective physiologique peut sembler centrale dans tout l’ouvrage, c’est parce que l’homme est avant tout mouvements :

  • 11 Ibid., II, I, I, §III, p. 195.

L’homme ne demeure guère longtemps semblable à lui-même : tout le monde a assez de preuves intérieures de son inconstance […] en un mot la vie de l’homme ne consiste que dans la circulation du sang, et dans une autre circulation de pensées et de désirs ; et il semble qu’on ne puisse guère mieux employer son temps, qu’à rechercher les causes de ces changements qui nous arrivent, et apprendre ainsi à nous connaître nous-mêmes.11

  • 12 Le ralliement de Descartes et ses disciples au principe de la circulation sanguine nourrit, sans au (...)

2La connaissance de soi est d’abord science du corps, d’un corps qui influence l’âme. Elle est étude de mouvements, qui sont compris comme des mouvements physiques, matériels12.

  • 13 J. Roger note ainsi : « tous, cartésiens ou anti-cartésiens, gassendistes, chimistes ou éclectiques (...)
  • 14 « Car enfin connaît-on l’homme, lorsqu’on ne sait pas seulement distinguer l’âme du corps ? », TM, (...)
  • 15 « Il ne faut point s’imaginer comme la plupart des philosophes, que l’esprit devient corps, lorsqu’ (...)
  • 16 « Celui qui sait seulement distinguer l’âme du corps, et qui ne confond nullement ses pensées et se (...)
  • 17 « On ne peut comprendre comment certaines gens s’imaginent qu’il y a une liaison absolument nécessa (...)
  • 18 Sur les convergences et les divergences générales entre Descartes et Malebranche dans l’étude de l’ (...)
  • 19 RV, Éclaircissement IX, p. 119.
  • 20 Ibid., II, II, III, §II, p. 281.

3Le modèle mécaniste du corps n’est pas spécifiquement cartésien13. Il le devient plus nettement quand il est articulé à une distinction précise de l’âme et du corps. Toute enquête sur l’homme doit partir de ce constat14. La reconnaissance du dualisme est la condition de toute science véritable de l’homme15. Cette distinction permet en effet à Malebranche de critiquer l’imprécision de nombre d’analyses anthropologiques qui attribuent un événement à l’une ou l’autre de ces deux substances sans examen suffisant16 ou qui ne comprennent pas comment elles s’unissent17. Comme chez Descartes, la démonstration de la distinction n’a de valeur scientifique qu’en tant que fondement d’une étude de l’union18. C’est même l’étroitesse de cette dernière qui fait la matière de l’étude de l’homme. On doit partir du constat que les hommes « se conduisent plutôt par machine que par raison » du fait de « l’impression que les imaginations vives font sur l’esprit »19. La pensée est la plupart du temps orientée par des mouvements corporels. On imagine presque toujours quand on croit penser. Cela est tellement vrai que les processus cognitifs sont la plupart du temps expliqués de manière purement physiologique dans le De la recherche de la vérité. Ce que l’analyse doit avant tout comprendre en effet, c’est « l’incapacité de méditer, dans laquelle on est tombé, pour ne s’être pas appliqué dès la jeunesse, lorsque les fibres du cerveau étaient capables de toutes sortes d’inflexions »20. L’objet de l’anthropologie est d’abord une infirmité générale, celle qui empêche toute application intellectuelle, toute pensée pure, celle qui fait que la pensée vient du corps. La citation précédente suggère en effet que méditer consisterait à infléchir autrement les fibres de son cerveau. La méditation n’a plus ici un sens cartésien strict, celui d’une pensée capable justement de se détacher du corps et de ses manières de voir, puisqu’elle est simple modification de mouvements physiologiques.

  • 21 « L’union de l’âme et du corps s’est changée en dépendance, en punition du péché », TM, II, IV, § I (...)
  • 22 Voir notre article « Aristarque est-il un cartésien ? Refus philosophique ou refus apologétique du (...)
  • 23 « Car enfin connaît-on l’homme lorsqu’on ne sait pas seulement distinguer l’âme et le corps ? A-t-o (...)
  • 24 Ibid., II, I, I, p. 153.
  • 25 Ibid., II, I, II, p. 154.
  • 26 Obsédée par la conservation du corps, l’imagination identifie l’homme à son corps et produit en con (...)

4Tout cela s’explique bien sûr par le péché, fondement d’une nature humaine dégradée par rapport à son essence originelle21. On ne peut extirper ce péché comme on peut extirper le préjugé. La dépendance de l’esprit à l’égard du corps a un sens moral et théologique. L’intrication des deux substances ne peut se défaire par l’entreprise du doute22. L’homme de Malebranche est l’union d’une âme et d’un corps au sein d’une nature pécheresse23. Ceci explique qu’ici les erreurs étant des vices, ils se dissimulent au sein même de la vertu. On découvre ainsi que « toutes les actions des personnes qui ont une solide vertu, ne sont pas pour cela solidement vertueuses. Il s’y rencontre presque toujours quelque défaut, ou quelque imperfection »24. Aimer l’Ordre ne suffit pas, il faut l’aimer par raison et non par instinct, comme le font le plus souvent « les imaginations trop vives »25. Le corps parle pour le corps, ne cesse de dire Malebranche, mais par là, il décrit assez bien l’état présent de l’homme qui suit la sensation et encore plus l’imagination lorsqu’il pense ou agit26.

  • 27 TM, II, VII, IX, p. 205.
  • 28 RV, V, VII, p. 198.

5L’homme déchu est un imaginatif. Cela est un défaut mais on se demande si ce défaut peut être éradiqué. Et si l’homme, désormais, ne pouvait qu’imaginer ? D’une part en effet, Malebranche dit que « la contagion de l’imagination est le principe le plus fécond des erreurs et des désordres, qui ravagent le monde Chrétien »27, d’autre part il affirme « que sans le secours du corps nous ne [pouvons] en méditant fixer nos idées, contre l’effort continuel des sens et des passions qui les troublent et qui les effacent »28. C’est bien la perspective chrétienne de l’auteur qui explique que son anthropologie soit largement une pensée du corps. Il décrit essentiellement des processus où la capacité à imaginer semble l’emporter sur la raison. Mais en tant qu’elles illustrent une sorte d’instinct, les deux facultés corporelles que sont la sensation et l’imagination semblent ici efficaces.

  • 29 « J’ai toujours cru que la justesse, l’exactitude, l’ordre admirable qui se rencontre dans nos sent (...)
  • 30 « Afin de savoir par une connaissance claire, si un tel fruit en un tel temps est propre à la nourr (...)
  • 31 « Le premier homme arrêtait, lorsqu’il le voulait, les mouvements qui se communiquaient à son corps (...)

6Il y a, chez Malebranche, une vérité des enseignements du corps qu’il légitime de la manière la plus absolue qui soit, puisqu’elle correspond à une loi divine29. Celle-ci concerne d’abord la sensation, les sens indiquant le comestible et le nuisible, ce qui préserve et ce qui détruit. Il faut que de telles indications relèvent d’une sorte d’instinct, afin que l’organisme humain survive. L’usage de la raison pour décider si quelque chose convient à la conservation du corps ou non serait beaucoup trop long et donc inefficace30. Mais cette vérité de l’instinct corporel passe également par l’imagination. Celle-ci perpétue dans le corps les expériences sensorielles. Elle vivifie et entretient ces réactions instinctives. L’imagination est un processus psychophysiologique par lequel des esprits animaux sont transportés dans le corps par le biais du sang et forment un réseau d’images qui s’impriment dans le cerveau. En se déplaçant, ces esprits animaux tracent en effet progressivement des canaux dans la matière corporelle, autrement dit les fibres. Dès lors, de nouvelles sensations, de nouvelles expériences ont tendance à emprunter les canaux déjà tracés. Face à une sensation de chaud que procure un feu, les esprits animaux empruntent un canal déjà formé par une expérience antérieure où il y a eu brûlure et par là, le corps se tient éloigné spontanément de cette source de chaleur. Des sensations neuves se transforment en images anciennes, évitant l’effort de penser qui pourrait nuire au corps. Sensation et imagination s’allient donc afin de préserver l’intégrité corporelle. Ces réactions spontanées et irréfléchies du corps sont une conséquence du péché puisqu’avant la faute, Adam avait la capacité de suspendre le cours des esprits animaux31. Il y a donc déchéance au sens où les mouvements du corps sont maintenant trop puissants pour que l’homme en interrompe les effets dans la plupart des situations. Mais ces réactions sont décrites comme permettant la survie, ce qui donne aux instincts une valeur essentielle dans l’état postlapsaire.

  • 32 « Ce que j’ai dit pour la conclusion des trois premiers Livres de la Recherche de la Vérité, a donn (...)

7Cette valorisation inattendue de deux facultés du corps chez un philosophe chrétien considéré comme rationaliste ont valu beaucoup d’objections à Malebranche32. Répondant à ceux qui l’accusent de faire l’éloge des sens et de l’imagination dans le De la recherche de la vérité, l’auteur insiste à nouveau dans l’Éclaircissement XIII sur le fait qu’ils sont plus efficaces que la raison pour assurer la survie de l’homme. Cela est évident quand on n’est pas malade. Mais cela l’est également quand on est souffrant :

Dieu a si sagement pourvu à la conservation de la vie par des lois de l’union de l’âme et du corps, qu’encore que ces lois soient très simples, elles suffisent souvent pour nous rendre notre santé : et il est beaucoup plus sûr de les suivre, que de nous servir de notre raison, ou de certains médecins qui ne consultent pas avec soin l’état où se trouvent leurs malades. […] [On doit simplement] observer exactement la manière de vivre que ces maladies nous inspirent comme par instinct et par sentiment. (ibid., p. 186)

  • 33 Pour justifier cette extrémité qui consiste à consulter un médecin quand on est malade, Malebranche (...)

8Des « inclinations secrètes » (p. 187) indiquent au malade ce qu’il doit faire et ne pas faire pour se rétablir. Les malades doivent « laisser aller leur imagination nonchalamment » (ibid.) qui prescrit les bons remèdes. Lorsque cela ne suffit pas et que, la maladie étant grave, on se résout à consulter un médecin33, il faut espérer qu’il prescrive le moins de remèdes possible. Il doit observer le malade, tenir compte du « sentiment intérieur » qu’il a de lui-même (p. 188). Le parallèle établi entre la santé de l’âme et celle du corps vaut également pour ceux qui sont censés les restaurer. Le médecin est ici une autre sorte de moniteur, et l’on peut donc transposer ce thème augustinien concernant des figures d’autorité en matière de santé corporelle. Or Augustin dit bien qu’on doit toujours plutôt s’en remettre au maître qu’à ses moniteurs. Le corps de l’homme est aussi l’œuvre de Dieu qui lui donne donc les moyens naturels de se conserver. Il doit se méfier de ceux qui voudraient le détourner d’un examen intérieur :

Comme c’est rendre honneur à Dieu, que de croire que ses ouvrages ont ce qui leur est nécessaire pour leur conservation, j’ai cru que je pouvais faire sentir aux hommes que la machine de leur corps est construite d’une manière si admirable, qu’il trouve plus facilement et souvent plus sûrement par lui-même ce qui lui est nécessaire pour sa conservation que par la science, et même par l’expérience des Médecins les plus habiles. (p. 195)

  • 34 Cet « optimisme physiologique » rappelle évidemment Descartes : « Je ne sache point de pensée plus (...)
  • 35 « Les passions sont très réglées, si on ne les considère que par rapport à la conservation du corps (...)

9En ce qui concerne la santé du corps en tout cas, suivre « nonchalamment » son imagination semble donc recommandé. L’imagination étant une faculté corporelle, il est cohérent qu’elle parle pour le corps. Recourir à un médecin, c’est refuser de s’examiner soi-même, refuser de suivre des instincts naturels ménagés par Dieu pour sa créature. L’état de péché se marque par une plus grande écoute de son corps. Cela a évidemment des effets fâcheux, tant cognitifs que moraux, comme nous le verrons. Mais cela permet d’abord la survie de l’homme. Malebranche présente bien une forme de perfection physiologique34 où l’homme évite le nuisible par un instinct rarement mis en défaut35. Ces instincts sont des traces imprimées par l’imagination dans le corps :

  • 36 RV, II, I, V, §II, p. 223. Les exemples donnés sont la trace d’une grande hauteur et la trace d’un (...)

Il y a dans notre cerveau des traces qui sont liées naturellement les unes avec les autres, et encore avec certaines émotions des esprits, parce que cela est nécessaire à la conservation de la vie : et leur liaison ne peut se rompre, ou ne peut se rompre facilement ; parce qu’il est bon qu’elle soit toujours la même. […] elle consiste dans une disposition des fibres du cerveau, que nous avons dès notre naissance.36

  • 37 TM, I, XIII, §VI-VII, p. 148.
  • 38 « L’économie de son corps étant troublée, il est impossible qu’à proportion du trouble dans lequel (...)

10Ces circulations d’esprits qui renforcent les mécanismes instinctifs liés à la survie sont présentées comme quelque chose d’« admirable » qui a « une justesse et un ordre merveilleux », car elles sont « très sagement établies par rapport à leur fin, la conservation de la santé et de la vie »37. Il est remarquable que même dans un état morbide, le corps distingue encore le bon du mauvais, malgré les troubles et les dérèglements qui affectent son cerveau38. Le corps sait parfaitement parler pour sa propre défense.

Imagination pure, imagination salie

  • 39 TM, I, XII, §IV, p. 136.
  • 40 « L’imagination, aussi bien que les sens, ne parle que pour le bien du corps : parce que naturellem (...)

11L’imagination « se peut considérer en deux manières ; du côté du corps et du côté de l’âme »39. Étant une faculté corporelle, il est normal qu’elle parle toujours pour le corps40.

  • 41 Elle s’explique précisément comme un « rapport » entre esprits animaux et cerveau : « d’un côté par (...)
  • 42 Pour cesser de donner des « raisons fort ridicules » des modifications du comportement lorsque l’on (...)
  • 43 « Le cerveau seul disposé de telle ou telle manière, considéré sans rapport au mouvement, à l’abond (...)
  • 44 Malebranche reprend ici Descartes qui explique que les nerfs sont composés de « certains petits fil (...)
  • 45 RV, II, I, I, §I, p. 192.

12D’un point de vue physiologique, l’étude de l’imagination suppose d’examiner à la fois les esprits animaux, la manière dont ils circulent dans le corps et la façon dont ils sont réceptionnés par le cerveau41. Tous les esprits animaux n’ont pas la même consistance ni la même agitation. Ils sont plus ou moins nombreux. Les canaux par lesquels ils circulent ne sont pas identiques et n’induisent pas la même vélocité. La texture du cerveau (c’est-à-dire à la fois sa fermeté et son humidité42) détermine la manière dont ils s’y impriment43. Le corps est parcouru d’un réseau de filets44 constituant les nerfs, filets enserrant et reliant les différents organes (composés de ces fibres nerveuses) et ce jusqu’au cerveau. Deux types de mouvements sont possibles : ceux qui partent du cerveau, ceux qui partent des extrémités du corps. Il y a mouvement imaginatif dans le premier cas, c’est-à-dire quand ce sont les filets intérieurs au cerveau qui sont d’abord ébranlés (le second cas correspondant à la sensation). Chaque image nouvelle « change quelque peu l’ordre [d]es fibres »45 du cerveau. C’est là l’explication proprement mécaniste de ce qu’il est possible de décrire d’une manière plus générale comme l’impression d’une image. Enfin, chaque changement survenant dans le cerveau produit également un changement dans l’âme, ce qui explique que l’on puisse considérer la faculté imaginative du point de vue de l’esprit ou de celui du corps.

  • 46 Ibid., II, I, I, §III, p. 194.
  • 47 Lorsque l’âme produit volontairement des images, on parle d’imagination active ; quand c’est le cor (...)

13L’imagination se comprend donc par des processus physiologiques, mais elle se définit comme « force qu’à l’âme de se former des images des objets en les imprimant pour ainsi dire dans les fibres de son cerveau »46. Elle exemplifie en quelque sorte l’union de l’âme et du corps, mêlant jeu de la machine et mouvements plus ou moins volontaires47. L’homme réel est bien union de deux substances, ce que montre le fonctionnement même de l’imagination :

  • 48 Ibid., V, II, p. 139.

C’est une des lois de l’union de l’âme avec le corps, que toutes les inclinations de l’âme, même celles qu’elle a pour les biens qui n’ont point de rapport au corps, soient accompagnées des émotions des esprits animaux, qui rendent ces inclinations sensibles ; parce que l’homme n’étant point un esprit pur, il est impossible qu’il ait quelque inclination toute pure sans mélange de quelque passion petite ou grande. Ainsi l’amour de la vérité, de la justice, de la vertu, de Dieu même, est toujours accompagné de quelques mouvements d’esprits qui rendent cet amour sensible.48

  • 49 « C’est une des lois de l’union de l’âme avec le corps, que toutes les inclinations de l’âme, même (...)
  • 50 « Il est vrai que bien souvent on ne reconnaît pas que l’on imagine quelque peu, dans le même temps (...)
  • 51 Comme le montre le titre d’un chapitre du livre portant sur la méthode : « De l’usage de l’imaginat (...)

14Le lien entre inclination spirituelle et émotion matérielle est donc naturel : il est instauré par une loi divine49. L’imagination dit l’essence même de l’homme où l’intrication du corps et de l’esprit est constitutive. En ce sens, une pensée pure contredirait l’homme comme union. Même lorsqu’on a recours à l’imagination dans un but intellectuel, comme en mathématique, c’est bien une faculté physique que l’on utilise. Imaginer, c’est toujours faire usage du corps. Malebranche a établi qu’on croit souvent procéder d’une manière purement spirituelle, alors qu’on ne fait que mobiliser l’imagination. Cette confusion est encore plus fréquente, quand l’imagination procède d’une manière inhabituelle, cet usage ne relevant pas d’un instinct naturel ou d’une pratique commune. Étant inhabituelle, on la prend d’autant plus pour de la réflexion. Mais les flux d’images sont bien là, sourdement à l’œuvre, même dans les opérations apparemment les plus abstraites50. Descartes a déjà souligné les usages intellectuels possibles de l’imagination au travers notamment de son utilisation en mathématiques. Malebranche reprend ce thème, en insistant sur la quasi-impossibilité naturelle à penser sans imagination et d’une manière absolument pure51.

  • 52 Voir notre analyse, Le système de la loi de Nicolas Malebranche, Paris, Vrin, 2006, p. 155-161.

15Cette impossibilité naturelle est-elle véritablement originelle ou liée à la faute ? Le pouvoir spécifique donné à Adam par Dieu de suspendre le cours des esprits animaux à l’état prélapsaire constitue en fait un pouvoir exceptionnel supprimé après la faute. Il n’est donc pas à proprement parler naturel. Il ne correspond en effet à aucune loi et Dieu prévoit qu’il cesse avec le péché52. Cela signifie que la pensée pure n’est pas naturelle à l’homme quel que soit son état. Une distinction doit cependant être faite, selon qu’on se situe avant ou après le péché. D’abord, parce que le sens de « naturel » change d’un état à l’autre : c’est une grâce spécifique qui explique le privilège adamique de penser sans le corps avant le péché ; c’est une conséquence de la faute qui explique l’impossibilité présente à penser sans le corps. Que le corps domine l’esprit ou soit dominé par lui, il y a là quelque chose de non naturel, au sens de quelque chose qui ne suit pas les lois de la nature. Il faut donc ensuite affiner l’analyse du rôle de la faculté imaginative à l’état postlapsaire : le rapport au corps changeant profondément, l’influence qu’il exerce sur l’esprit change aussi. Ici-bas, il va falloir distinguer entre imagination pure et imagination salie. Cela permet de tenir compte de l’influence du péché sans condamner absolument l’homme à vivre selon un corps qui fantasme et délire si facilement.

16L’imagination parle toujours pour le corps mais après le péché ; ce sont les mouvements du corps qui ont changé, devenant pressants, violents, débordants. Le problème n’est donc pas tant que l’imagination défende le point de vue du corps, que le fait que le corps soit devenu exubérant avec la faute, ce qui se manifeste par la force de la concupiscence. Ses pressions incessantes empêchent que l’esprit puisse opérer de son côté, dans une logique qui soit la sienne, c’est-à-dire qui ne parle pas pour le corps. Il semble vain, dès lors, de rechercher un usage pur de l’esprit en cet état. Il est plus réaliste de rechercher un usage pur de l’imagination.

  • 53 RV, V, VIII, p. 209.
  • 54 Ibid.
  • 55 Voir notamment les liens entre force d’imagination et digestion (RV, II, I, II, §II, p. 198). Voir (...)
  • 56 RV, II, I, II, §III, p. 198-200.

17Ce but même est très problématique. L’imagination est toujours mouvements d’esprits animaux, donc processus physiologique, quel que soit l’état de l’homme. Il convient de noter que tous ces mouvements n’ont pas la même valeur. Ils ne créent pas les mêmes comportements, les mêmes habitudes intellectuelles et morales. Certains flux forment « des traces dangereuses qui corrompent l’esprit et le cœur »53, d’autres moins, comme lorsqu’on mobilise l’image dans une réflexion mathématique. Il faut donc « veiller sans cesse à la pureté de son imagination »54. Non pas donc, arrêter le cours des esprits animaux, c’est désormais impossible, mais en réguler le flux et ainsi la violence. L’hygiène de vie55 et les bonnes habitudes sont importantes, Malebranche notant par exemple le rôle de l’alcool dans les mouvements imaginatifs violents56.

  • 57 « Celui qui a obéi aux sollicitations de ses sens, et qui a joui des plaisirs sensibles, en doit av (...)
  • 58 Et pour cela d’abord, avoir une parfaite connaissance de l’organe cérébral. Voir RV, II, I, II, §II (...)
  • 59 « L’imagination demeure salie par les traces qu’elles ont faites dans le cerveau, dont les fibres o (...)
  • 60 « Encore que les idées pures de la vérité nous soient toujours présentes, nous ne les pouvons consi (...)
  • 61 Par exemple TM, I, XIII, §XII, p. 151.
  • 62 « Ne vous étonnez donc pas si les sacrements n’effacent point de notre cerveau ces traces importune (...)

18Mais l’essentiel de ce travail de purification concerne le cerveau lui-même. Purifier son imagination constitue une cure57. Il faudrait pouvoir opérer une véritable kinésithérapie du cerveau58. Cet organe est sensible : il est incessamment parcouru d’images qui creusent et sillonnent sa texture, ce qui la modifie. Ses fibres sont pliées, rompues, par des mouvements qui le strient de canaux plus ou moins profonds qui sont autant de salissures59. Au moment d’une émotion vive, le flux est incontrôlable60 même si l’âme demeure encore capable d’en être consciente. Quand l’émotion est passée, la trace peut demeurer à l’état de salissure justement, voire de blessure, si la matière cérébrale a été profondément creusée. L’imagination salie est celle qui hachure le cerveau de « traces criminelles »61. Bref, si les mouvements de l’imagination sont désormais inévitables, à la fois parce que Dieu suspend le privilège d’Adam d’arrêter leur cours et parce qu’il veut châtier sa créature62, il faut que toutes ces traces ne soient pas indélébiles.

  • 63 « Lorsque l’homme jouit des plaisirs sensibles, son imagination se salit ; et la concupiscence char (...)
  • 64 « Il faut donc tirer cette conclusion importante : que tous ceux qui veulent s’appliquer sérieuseme (...)
  • 65 « Ceux donc qui ont l’imagination pure et chaste, je veux dire dont le cerveau n’est point rempli d (...)
  • 66 Si on laisse de côté l’éventualité d’une grâce spéciale de Jésus-Christ : « Il est vrai que quelque (...)

19Certaines traces sont naturelles et doivent être durables (celles qui sont liées à la survie et aux règles élémentaires de la vie en société) ; d’autres alimentent la concupiscence et salissent l’homme entier car elles accaparent l’esprit63. Ainsi n’y a-t-il pas lieu de s’étonner que dans le dernier livre du De la recherche de la vérité qui porte sur la méthode, il soit en réalité, encore et toujours, question d’imagination. Penser ne nécessite pas de se passer de l’imagination, mais d’en faire un usage le plus pur possible64. Ce que Malebranche appelle « imagination pure et chaste »65 doit se comprendre d’une manière précisément physiologique. L’imagination est pure si elle ne contient pas de gravures durables autres que celles qui permettent la survie et une insertion sociale minimale. En cet état, elle aide l’esprit dans son travail. Il faut donc que l’imagination soit pure car ici-bas, l’esprit ne l’est jamais durablement. Il travaille avec elle afin que les mouvements des esprits ne soient pas des flux incontrôlables nés de la concupiscence. Se servant de l’imagination, l’esprit doit parler au corps pour le faire travailler en son sens. Il lui faut donc tenter d’instrumentaliser le corps à des fins intellectuelles et morales. Mais pour cela, l’esprit doit embrasser la logique du corps. La recherche de la vérité commence par une connaissance précise du corps qui permet de le mettre au service de l’esprit et ceci de deux manières66.

  • 67 « Lorsqu’on est ému de certaines passions, le sang bout dans les artères et dans les veines ; l’ard (...)
  • 68 « Les esprits animaux ne sont que les parties les plus subtiles et les plus agitées du sang, qui se (...)
  • 69 TM, II, XII, §XV, p. 258.

20La première consiste à refroidir le corps le plus possible. L’action de l’imagination est en effet présentée comme échauffement et bouillonnement67, ce qui produit une véritable fermentation physiologique68. Le chaud, qui était une qualité humorale positive chez Cureau est ici toujours le signe du désordre émotionnel et intellectuel. C’est pour cette raison d’ailleurs que Malebranche expliquait tout à l’heure qu’une véritable amitié, celle qui ne soutient nulle ambition ou excès d’amour-propre, doit être froide et pour ainsi dire inexpressive. Une amitié est véritable « si c’est la froideur du tempérament qui en [est] la cause »69.

21La seconde opération vise, non plus à amoindrir les flux d’images par refroidissement de l’imagination, mais à en inverser les flux :

  • 70 RV, V, III, p. 150.

Il est certain que l’âme ne peut souvent empêcher le jeu de sa machine, quelque résistance qu’elle y fasse, et qu’elle ne peut la faire jouer d’une autre manière que lorsqu’elle a le pouvoir d’imaginer fortement quelqu’autre objet, dont les traces ouvertes fassent prendre un autre cours aux esprits animaux. […] Il est donc évident que, quoique l’âme assiste nécessairement au jeu de sa machine, et qu’elle en soit émue en conséquence des lois de son union avec son corps, elle n’a nulle part à ses divers mouvements.70

  • 71 Ne serait-ce que parce que le cerveau a une trace criminelle première et héréditaire (sur laquelle (...)
  • 72 TM, I, XIII, §XII, p. 151.
  • 73 RV, VI, I, III, p. 257.
  • 74 Ibid.

22Suspendre le mouvement des esprits est désormais quasiment impossible, le remodelage du cerveau ne peut être effacement et retour à une cire vierge71. Il est palimpseste. Il faut d’autres gravures qui recouvrent les premières. Barrages et canaux peuvent seuls détourner le flot et endiguer les débordements. C’est là ce que Malebranche désigne précisément comme une opération de révulsion des esprits. Cette dernière utilise le corps contre les mauvaises habitudes du corps. Mais elle est encore mouvements physiques et manipulations physiologiques. Il est significatif que parmi les remèdes aux mouvements imaginatifs, l’auteur réunisse ensemble la voix de la raison et celle de la révulsion, comme si à défaut de l’une (idéale), il fallait se rabattre sur l’autre (réaliste) : « il faut tenir son imagination dans le respect qu’elle doit à la raison, ou faire sans cesse révulsion dans les esprits »72. Comme l’immense majorité des hommes a une imagination salie, il faut utiliser les passions dans la recherche de la vérité. Il y a des « secours qu’on tire des passions »73. Il faut contrebalancer le poids du corps en formant d’autres traces dans le cerveau. Une telle thérapeutique concerne tous ceux qui « ne peuvent s’appliquer à la vérité s’ils ne sont soutenus de quelque passion assez forte »74.

  • 75 Voir nos deux articles « Le libertinage, maladie des intellectuels chez Malebranche » (Libertinage (...)
  • 76 RV, Éclaircissement IX, p. 119. Nous soulignons.
  • 77 Ibid. Nous soulignons.
  • 78 « On ne les pourra pleinement convaincre, qu’en opposant des preuves sensibles à leurs preuves sens (...)
  • 79 « Tous les différents mouvements de ces nerfs dans toutes les passions différentes n’arrivent point (...)

23Malebranche, en tant qu’auteur qui voudrait s’adresser à la raison de son lecteur mais qui sait bien qu’il rencontre d’abord son imagination, donne l’exemple d’une telle thérapeutique. Il a dénoncé dans un chapitre du De la recherche de la vérité les auteurs aux imaginations fortes qui impressionnent celles de leurs lecteurs, en convoquant Sénèque, Tertullien et Montaigne75. Contre ces influences néfastes qui font que les hommes « se conduisent plutôt par machine que par raison », il propose de « faire sentir cette vérité »76. Il faut bien s’adresser à la sensibilité des lecteurs avant d’espérer atteindre leur raison, « les convaincre sensiblement de cette domination contagieuse de l’imagination sur la raison »77. L’imagination gangrène jusqu’au travail scientifique, preuve étant qu’il faut souvent toucher sensiblement ses interlocuteurs pour progresser dans la recherche de la vérité. Et Malebranche de donner un autre exemple, celui de la thèse cartésienne de l’animal-machine, thèse qu’il partage et dont on peut persuader les autres par des « preuves sensibles »78. Il faut mobiliser l’imagination en faveur d’une telle thèse, justement parce qu’elle paraît contre-intuitive et est d’abord refusée par l’imagination79. Or en la mobilisant de manière sensible, on concrétise cette thèse même, c’est-à-dire que le corps seul forme les passions grâce à l’imagination. Cette dernière aide à convaincre que le corps imagine de son propre chef, c’est-à-dire sans l’âme. L’imagination illustre par là ses propres mécanismes, mais dans un but démonstratif et philosophique.

  • 80 « Il n’est pas nécessaire de connaître beaucoup l’homme pour savoir que les blessures que le cervea (...)

24La persuasion produite par l’imagination peut donc parfois servir la recherche de la vérité. Cet usage est cependant rare depuis le péché. Que l’imagination soit salie signifie précisément que le cerveau est profondément blessé par les traces de certaines images. Or la cicatrisation d’un organe aussi délicat est difficile, d’autant que les traces sont constamment ravivées par de nouvelles images empruntant les mêmes canaux80. Ces salissures sont des blessures :

  • 81 Ibid.

Ces sortes de blessures ne peuvent ordinairement se guérir ou se rejoindre, que lorsque le cerveau en ayant reçu d’autres plus profondes et qui leur sont opposées, il se fait une forte et continuelle révulsion dans les esprits.81

  • 82 Ibid.

25Une trace « bien rejointe »82 suppose la disparition du canal qui véhiculait les esprits et non seulement le tracé temporaire d’un autre canal. Ici, la thérapeutique n’est donc pas douce. Pour barrer la route aux esprits, il faut tracer profondément une autre voie qui fait de la première une impasse. La pureté n’est pas polissage, elle est nouvelle entreprise de terrassement, justement parce que l’on a affaire à des traces dites criminelles. La nature de l’homme pécheur est donc résumée par ce paradoxe :

  • 83 RV, V, VII, p. 198.

Nous ne pouvons présentement vaincre le corps que par le corps ; cependant il est visible que le corps ne peut éclairer l’esprit. […] Ce que l’âme reçoit par le corps, n’est que pour le corps.83

  • 84 Ibid., II, I, VII, §VI, p. 249.

26Puisque toute thérapeutique est d’abord corporelle et consiste en une révulsion des esprits, elle sous-entend deux choses. Cette thérapeutique même n’est en premier lieu possible qu’en raison d’une distinction importante faite entre deux types de blessures cérébrales. Il y a d’une part des traces naturelles et d’autre part des traces acquises dans le cerveau. Les premières sont très profondes et il est impossible de les effacer tout à fait. Les secondes au contraire peuvent être recouvertes ou modifiées. Ces traces sont cependant de même type d’un point de vue physiologique, puisqu’elles « ne diffèrent que du plus ou du moins »84. Paradoxalement pourtant, l’imagination humaine étant désormais salie, les traces acquises, censées être moins profondes, ont souvent plus de force que les traces naturelles. Mais comme elles ne sont pas naturelles, il est bien envisageable de les modifier, et par là de « révulser » le cours des esprits animaux. Cette thérapeutique par révulsion suppose en second lieu une hiérarchie des passions, qui ne salissent pas toutes l’imagination dans les mêmes proportions. On a constaté que certaines semblent même devoir être suscitées dans ce but curatif.

  • 85 Ibid., II, I, VII, §II, p. 237.

27Il s’agit en quelque sorte de combattre le mal par le mal puisqu’on mobilise l’imagination contre certains mouvements de l’imagination. Mais la distinction entre imagination pure et imagination salie doit être gardée à l’esprit. Certains de ces mouvements semblent en effet causer des comportements pieux. Parmi les dispositions naturelles ménagées par Dieu pour sa créature se trouve par exemple la compassion. Elle se communique des corps aux esprits et « excite à soulager les autres, parce qu’en cela nous nous soulageons nous-mêmes. Enfin elle arrête notre malice et notre cruauté »85. De tels mouvements imaginatifs permettent donc de remplir certains devoirs fondamentaux du chrétien liés à la charité. Des thérapeutiques purement physiologiques peuvent ainsi aider à purifier l’imagination dans des buts intellectuels et moraux.

Une théorie des humeurs ?

  • 86 « Les divers tempéraments des corps et leurs changements fréquents, causent une variété infinie dan (...)

28Ces thérapeutiques s’appuient sur une étude du tempérament. Celui-ci est défini, à la suite de la médecine antique hippocratico-galénique, comme la complexion propre à un individu. Cette complexion a, chez Malebranche, des déterminants physiques et des manifestations psychologiques et morales qu’il est possible, dans une certaine mesure, de discipliner. Le mixte des humeurs constituant le tempérament (ce que la doctrine hippocratique appelait la crase) ne donne donc pas un caractère absolument fixe86. Il constitue un ensemble de dispositions corporelles à véhiculer les esprits animaux de manière plus ou moins violente, en provoquant ou non une chaleur excessive. Pour une part importante, ce que décrit Malebranche est compatible avec le schéma de pensée humoriste. Le corps est parcouru de flux plus ou moins chauds et le cœur joue un rôle central dans les échauffements. Ces mouvements humoraux sont analysés comme des forces mécaniques qui parcourent tout le corps, chez les anciens comme chez lui. L’humorisme demeure un cadre intellectuel apparemment plus explicite que chez Descartes où il avait quasiment disparu. Mais tous ses principes humoraux ne sont pas rigoureusement suivis et se ressentent profondément de la lecture de ce dernier. L’auteur les infléchit surtout par rapport à sa propre psychophysiologie.

  • 87 Ibid., V, XI, p. 235-236.
  • 88 Ibid., II, I, IV, §II, p. 206.

29Dans la lignée de cette tradition hippocratique, quatre humeurs fondamentales sont explicitement posées : celle des sanguins, des bilieux, des phlegmatiques et des mélancoliques87. Chez Hippocrate, le phlegme est rattaché au cerveau ; la bile jaune au foie ; la bile noire à la rate et le sang au foie et au cœur. Chez Malebranche, le foie contient la bile jaune, la rate la bile noire, l’estomac le chyle et le pancréas « un suc acide très propre […] pour la fermentation »88. On voit ici que le respect de la typologie humorale est très approximatif, mais beaucoup plus explicite que chez Descartes. D’une part, cependant, cette typologie doit intégrer les nouvelles découvertes scientifiques (comme celles de Sylvius et De Graaf sur la salive et le suc pancréatique), ce qui revient à la modifier profondément. D’autre part, le vocabulaire des humeurs paraît instable. Il semble la plupart du temps ne faire que désigner des consistances différentes du sang, puisque la bile jaune est présentée comme la partie la plus subtile du sang et la bile noire comme sa partie la plus grossière. Le suc pancréatique est simplement évoqué pour faire droit aux progrès les plus récents de la physiologie, mais il n’est plus cité par la suite. Par ailleurs, le liquide que le cerveau est censé secréter, le phlegme, n’est pas analysé en tant que tel alors que le cerveau est au centre de l’étude du corps. Et quand il le décrit, Malebranche s’appuie encore sur une étude des mouvements sanguins.

  • 89 « Le cours des esprits dans les nerfs qui répondent aux viscères, et qui fait monter le sang dans l (...)
  • 90 « Comme toutes nos passions dépendent de la fermentation et de la circulation du sang, et que le cœ (...)
  • 91 « Le sang et les humeurs qui montent à la tête se séparent de manière que ce qui est propre à forme (...)

30Alors même que le sang n’est donc qu’un des éléments du quatuor humoral dans la tradition hippocratique, les différentes humeurs se définissent essentiellement chez Malebranche par la plus ou moins grande abondance de sang et d’esprits animaux. Suivant ainsi Descartes, on peut dire qu’il n’y a plus à proprement parler d’humeurs distinctes dans sa physiologie. Elles consistent en des qualités de sang différentes. Ces quatre tempéraments sont d’ailleurs définis par ces flux sanguins. Ils sont importants dans les deux premiers types humoraux (sanguins et bilieux) et faibles dans les deux seconds (phlegmatiques et mélancoliques). L’humeur permet une caractérisation psychophysiologique générale et conceptuellement familière, mais l’analyse véritable se situe au niveau de ces mouvements sanguins. Seules la composition du sang et celle de la matière cérébrale permettent d’expliquer telle ou telle passion. Les spécificités des flux sanguins propres à chaque corps opèrent en effet un tri dans ces esprits, favorisant le passage de certains plus que d’autres89. Malebranche ne retient pas explicitement l’idée de filtres et de tamis expliquant chez Descartes les différents mouvements et types d’esprits circulant dans des lieux du corps distincts. Le modèle est essentiellement calorique. Le cœur échauffe, mais la circulation dans le reste du corps refroidit et dissipe90. Le corps est une machine irriguée par des flux incessants d’esprits animaux dont le passage est facilité dès que des canaux sont déjà tracés91. Le cadre humoral est donc modifié ou estompé chaque fois que des théories scientifiques nouvelles sont capables d’affiner la description du corps humain.

  • 92 RV, II, I, II, §II, p. 197. Malebranche possède le livre de Pecquet dans sa bibliothèque personnell (...)
  • 93 RV, II, I, II, §II, p. 198.
  • 94 Ibid.
  • 95 RV, II, I, IV, I, §I, p. 204-206. Le Cerebri anatome de T. Willis date de 1664.
  • 96 RV, II, I, IV, I, §I, p. 205.
  • 97 Ibid., II, I, IV, §III, p. 210.

31Malebranche oppose ainsi « l’autorité des anciens » et « les expériences visibles et sensibles de la circulation du sang », ainsi que « la découverte que M. Pecquet a faite de nos jours »92. Cette découverte de Pecquet (sur les vaisseaux lactés du thorax et la circulation lymphatique notamment) est mobilisée afin d’expliquer la composition du sang à partir de la manière dont il circule dans le corps et de l’échauffement que suscite la digestion. Ce qui importe, c’est que cette circulation qui relie le cœur et le cerveau explique la diversité des mouvements imaginatifs. Par exemple, deux personnes venant de manger et qui « sortent d’une même table doivent sentir dans leur faculté d’imaginer une […] grande variété de changements »93. Quand les personnes sont en bonne santé et digèrent bien, « leurs esprits animaux et par conséquent leur faculté d’imaginer n’en reçoivent presque pas de changements »94. La chaleur du sang permet d’étudier l’imagination. De même, les découvertes de Willis sur les ramifications nerveuses deviennent le moyen principal pour expliquer la circulation et les échauffements du sang95, y compris dans le cœur, lui aussi enserré de nerfs, dont la fonction de ces derniers est « de serrer et d’élargir diversement les ouvertures du cœur ; de hâter et de retarder de cette manière l’entrée et la sortie du sang ; et d’en augmenter ainsi et d’en diminuer la chaleur »96. D’un point de vue intérieur en effet, c’est « l’agitation involontaire de certains nerfs » qui est responsable des « changements dans les esprits animaux et par conséquent dans la faculté d’imaginer »97. Les apports de Willis sont donc décisifs afin de comprendre la chaleur et ses modes de communication dans l’organisme. Ils sont incorporés à la théorie de l’imagination.

  • 98 Dans un court paragraphe reprenant quelques occurrences du terme de tempérament, A. Robinet se cont (...)

32Ce cadre conceptuel traditionnel se plie ainsi à une description centrée sur les mouvements mécaniques du sang. Or la science de l’homme cartésienne en renouvelle profondément l’analyse. Ceci explique sans doute que ce cadre constitue un arrière-fond théorique assez peu explicité98. Il détermine certains réflexes de pensée dans l’anthropologie malebranchiste, mais il ne constitue pas le véritable moteur de la démonstration.

  • 99 RV, Éclaircissement XIII, p. 187.
  • 100 Ibid., p. 187-188.

33La critique de la médecine de son temps, qui est largement humoriste et dont on a précédemment parlé, prouve également que la doctrine des humeurs forme un soubassement théorique souvent plus artificiel que réellement démonstratif. La maladie comme déséquilibre humoral devrait appeler les remèdes prescrits par cette médecine traditionnelle (et notamment la saignée). Or nous avons vu la défiance de Malebranche à l’égard de toutes ces thérapeutiques violentes (et en fait contre-nature au sens où les instincts naturels de l’homme s’en détournent avec horreur, et par conséquent d’une manière nécessairement justifiée). Il en préconise donc d’autres, qui s’en écartent, sans en renier tout à fait les principes. Parmi les remèdes « doux et plus naturels »99 préconisés pour diminuer les flux sanguins excessifs, on trouve notamment le fait de boire beaucoup d’eau. Cette prescription peut « rendre fluides les humeurs trop épaisses par la chaleur, faciliter la circulation du sang dans toutes les parties du corps, noyer les ferments qui causent la maladie, dessaler le sang et les humeurs, ou en ôter l’âcreté »100. Cette médecine douce s’oppose aux remèdes médicaux habituels. On constate cependant qu’elle est légitimée au moyen de concepts humoristes (celui d’humeur bien sûr mais aussi par exemple celui d’âcreté) et en procédant par dilution des humeurs, outil typique de l’humorisme. Là encore, le cadre demeure, mais la thèse est personnelle.

  • 101 Peut-être pourrait-on aller jusqu’à voir ici la remise en cause d’un principe essentiel de l’analys (...)

34L’humeur étant déterminée par la consistance du sang (dans ses parties grossières comme dans ses parties subtiles que sont les esprits animaux), il est possible de la dissoudre et de la refroidir en même temps par une sorte d’hydrothérapie. Le principe même de cette thérapeutique (processus de refroidissement) est certes présent dans la théorie hippocratique. Mais s’il faut refroidir le corps, c’est parce que plus il est échauffé, plus l’imagination déborde. Cela signifie que le chaud et le froid voient bien leur valeur inversée (par rapport à Cureau notamment). Puisque la force de l’imagination est toujours une forme d’échauffement, toute hausse de la température corporelle est mauvaise101 :

  • 102 TM, II, XII, §XIII, p. 256-257.

C’est la fermentation du sang et l’abondance des esprits qui échauffent l’imagination, et qui donnent aux hommes le mouvement qui les anime, et qui les ébranle. Or ceux qui ont des passions vives et l’imagination ardente, sont inconstants plus qu’on ne saurait l’expliquer, parce que ce n’est point la Raison qui les conduit, Raison qui demeure toujours la même, mais des humeurs […] dont le bouillonnement excite chaque jour des mouvements tout contraires.102

35Cette inversion invite donc à repenser l’aspect humoral de l’anthropologie malebranchiste. Cette nécessité est renforcée par les distinctions entre types d’imagination et par les thérapeutiques qu’a proposées l’auteur pour brider la faculté d’imaginer.

36Nous verrons que chez Poulain, ce type de conceptualisation demeure aussi, tout en ayant changé de sens, puisqu’en réalité, les humeurs ne déterminaient plus de caractère. Nous pouvons donc dire que chez les deux auteurs, le cadre conceptuel humoriste est conservé, mais qu’il n’est plus au cœur des analyses. Chez Poulain, il s’agit d’une survivance simplement formelle, puisque toutes les déductions morales auxquelles il donne normalement lieu sont démontées : les humeurs sont là, mais elles n’ont plus de puissance explicative. Sans tout à fait lui substituer un autre cadre conceptuel, Poulain pousse au plus loin la critique du cadre existant. Chez Malebranche, cette manière de conceptualiser ne peut survivre que si elle se plie à la psychophysiologie mise en place, ce qui lui fait perdre son caractère hégémonique dans la compréhension du corps humain. Chez les deux auteurs, on assiste à une transition critique, qui montre que la cohabitation entre mécanisme et humorisme n’est plus perçue comme aussi tenable qu’avant.

  • 103 RV, II, I, VI, §II, p. 231.
  • 104 Nous utilisons ce terme en un sens général que nous formons à partir de son étymologie, la connaiss (...)

37L’organique, en effet, n’est pas essentiellement l’humoral. La meilleure preuve en est l’analyse du chaud et du froid. Nous avons vu qu’en définissant le corps comme livré au pouvoir de l’imagination, Malebranche refuse de faire de la chaleur le principe positif entre tous. La chaleur est nécessaire pour éliminer les « humeurs superflues »103, mais elle est presque toujours excessive dans le corps de l’homme pécheur, puisque tout transport imaginatif est échauffement. Les analyses physiologiques valorisent donc souvent la froideur. Cela change tout, car la chaleur était le signe physiologique de la supériorité masculine depuis la médecine grecque antique. L’analyse physiologique (qui dit que le sang est chaud) se heurte à l’analyse humorale (qui dit que le chaud est le critère du bon tempérament), justement parce que l’imagination est hausse de température qui augmente elle-même les flux sanguins. Comme l’homme pécheur est essentiellement une machine qui imagine, tout échauffement est un défaut. Cela prouve aussi que le bon niveau d’interprétation est celui qui décrit l’imagination, ses forces et ses modalités mécaniques. Il consiste donc essentiellement en une hématologie104.

38Nous observons la même superposition de deux cadres conceptuels ne coïncidant pas parfaitement l’un avec l’autre dans la manière dont le sec et l’humide sont mobilisés. Ces deux paramètres importants du tempérament dans les doctrines humorales nourrissent des descriptions qui ne concernent que la matière cérébrale chez Malebranche. Ce n’est pas le corps entier qui peut être plus ou moins sec ou humide, c’est le seul cerveau :

  • 105 RV, II, I, §III, p. 194-195.

Il est assez facile de rendre raison de tous les différents caractères, qui se rencontrent dans les esprits des hommes […] par l’humidité, et la sécheresse ; par la facilité et la difficulté de se ployer des fibres du cerveau.105

  • 106 Ibid., II, I, VI, §I, p. 230.
  • 107 Ibid.

39Si le caractère est en partie lié au taux d’humidité du corps dans les doctrines médicales traditionnelles, cette affirmation, réitérée ici, n’a pas le même sens. Elle ne s’appuie pas sur les mêmes paramètres, puisque l’état psycho-physique est déterminé par l’humidité du seul cerveau. Cette humidité même ne constitue un paramètre que parce que la texture de la matière cérébrale détermine le cheminement des esprits animaux. La « substance du cerveau a quelque solidité et quelque consistance »106, elle ne peut être modifiée et encore moins dissoute comme pouvaient l’être les esprits animaux, si bien qu’ordinairement, cette « substance ne peut changer qu’après plusieurs années »107. L’humidité constitue cependant un élément susceptible de modifier cette substance, au nom d’une association d’idées conforme à l’humorisme. À l’état infantile, le cerveau est mou et peut donc recevoir facilement des impressions. Plus précisément, ce sont ses fibres qui sont molles, flexibles et délicates. Avec l’âge, elles se dessèchent et durcissent. Les variations des états du corps se font selon l’humide, le sec, le chaud et le froid. Mais il ne s’agit plus d’humeur au sens ancien, car ces états sont déterminés par les fibres et les flux organiques.

40L’anthropologie ne conserve la conceptualisation humoriste que dans la mesure où elle ne gêne pas la thèse essentielle d’une imagination nourrie par des flux sanguins et déterminée par des textures cérébrales spécifiques. Ce sont ces deux éléments qui indiquent en dernier ressort des passions différentes.

Un traité des passions ?

  • 108 « Les passions de l’âme sont des impressions de l’auteur de la nature, lesquelles nous inclinent à (...)
  • 109 « Si l’on considère de quelle manière les passions se composent, on reconnaitra visiblement que leu (...)

41En reprenant une définition pleinement cartésienne de la passion comme moyen naturel de préserver le corps, Malebranche rappelle l’importance de ces émotions de l’âme pour la survie humaine108. Mais il a également indiqué que certaines peuvent être utiles dans la recherche du vrai et d’autres non. Nous avons vu que quelques-unes semblent même aider au comportement moral, c’est-à-dire pieux. Enfin, il a clairement distingué entre imagination pure et imagination salie. Pour toutes ces raisons, on s’attend à ce que l’auteur présente une typologie précise des passions. Elle permettrait de sérier celles qui peuvent éventuellement servir d’adjuvants dans la quête de la vérité. Or il n’en est rien, et l’auteur revendique même de renoncer à une énumération détaillée des comportements passionnels109.

  • 110 « Nous ne les [les passions] distinguerons point ici par les objets, parce qu’un seul objet peut le (...)
  • 111 Voir Descartes, Les passions de l’âme, art. 82 : « il n’est pas besoin aussi de distinguer autant d (...)
  • 112 RV, V, X, p. 223.
  • 113 Poulain reprend strictement la typologie cartésienne des six passions primitives en expliquant qu’e (...)
  • 114 « Je puis dire que l’espérance, la crainte, et l’irrésolution qui tient le milieu entre ces deux, s (...)

42Les différences fines entre passions s’appuient en général sur une distinction entre leurs objets. On peut ainsi isoler l’amour des richesses, de la gloire ou des plaisirs. Or c’est ici une même passion (l’amour) qui est à l’œuvre, dans ces trois passions particulières, et ce, indépendamment de l’objet visé110. Malebranche suit ici Descartes111 contre Cureau. L’objet ne détermine pas la passion. Une telle manière de procéder aboutit nécessairement à une description des passions impressionniste et sans rigueur. Les mouvements passionnels se réduisent en réalité à trois types : le désir, la joie et la tristesse112. La réduction est drastique, par rapport à Cureau bien sûr, mais même par rapport à Descartes ou Poulain113. Toutes les autres passions sont des « espèces »114 des trois premières. L’analyse des passions est ainsi essentiellement étude des trois mouvements émotifs différents à l’œuvre, de manière plus ou moins mêlée, dans tous les comportements passionnés. Cette simplification peut être expliquée en considérant les partis pris théoriques de l’étude malebranchiste des passions.

  • 115 Timée, 69e et suiv.
  • 116 Rappelons qu’en réalité Descartes contourne cette dichotomie traditionnelle en faisant des passions (...)

43Tout d’abord, Malebranche renonce à sérier les passions car cela revenait traditionnellement à les situer dans une partie de l’âme qui serait à leur origine. L’âme est sans partie, comme chez Descartes, si bien que la distinction platonicienne115 (perpétuée par Thomas d’Aquin et encore centrale chez Cureau) entre les passions issues de la partie concupiscible de l’âme et celles issues de sa partie irascible est invalidée116. La notion de désir unifie des mouvements jusque-là différenciés.

  • 117 « On comprend par le mot de passion la vue du rapport qu’une chose a avec nous, l’émotion et le sen (...)
  • 118 « C’est une chose fort utile à la connaissance de la vérité que d’abréger les idées et leurs expres (...)
  • 119 « Il ne faut jamais abréger ses idées, que lorsqu’on se les est rendu très claires et très distinct (...)

44Ensuite, l’idée même de passion est équivoque. Elle peut décrire ce que l’âme ressent ou ce que le corps suscite, elle doit également intégrer « le sentiment de douceur »117 qui accompagne ce type d’émotion. Ce terme ne correspond donc à rien de clair et distinct. Il fait partie de ces notions qui abrègent sans rigueur des idées différentes118. Malebranche propose ici une analyse critique de la notion même de passion. Souvent mal comprise et mal définie, cette notion est la plupart du temps formée par l’imagination119. Les ouvrages portant sur les passions sont dès lors un matériau idéal afin d’étudier l’imagination de leurs auteurs.

45Cette réflexion critique sur la notion même de passion montre que le livre qui leur est consacré dans le De la recherche de la vérité a un statut ambigu dans la démonstration malebranchiste. Il ne veut pas être un traité des passions pour des raisons conceptuelles (obscurité de la notion de passion) et méthodologiques (refus des énumérations et des vastes descriptions), il le sera plutôt pour des raisons morales. Les discours sur les passions sont généralement des discours qui les excitent, aussi bien chez le lecteur qui voit ses propres émotions ravivées à leur description, que chez l’auteur qui prend plaisir à les décrire.

  • 120 « On s’imagine souvent bien comprendre les discours absolument incompréhensibles : et lorsqu’on lit (...)
  • 121 « Comme nous sommes obligés de nous servir des termes approuvés par l’usage, on ne doit pas être su (...)
  • 122 « Ces mots sont les noms des passions composées, et par conséquent des expressions abrégées que l’u (...)
  • 123 Malebranche avoue une double finalité à son livre sur les passions : « faire bien comprendre la nat (...)
  • 124 « On ne doit pas penser que ceux qui découvrent le mieux les ressorts de l’amour propre, qui pénètr (...)
  • 125 Ibid., p. 220.

46Le vocabulaire des passions stimule en effet l’imagination car il décrit confusément des sentiments qui touchent et émeuvent120. Malebranche propose à la fois une analyse critique du lexique des passions121 et des dispositions d’esprit de ceux qui l’utilisent. Les mots et les descriptions des émotions sont eux-mêmes émouvants. Ils ravivent le souvenir d’expériences personnelles. Il faut donc abandonner le plus possible les longues descriptions de caractères qui touchent sans éclairer. Elles sont anecdotiques et sans rigueur conceptuelle122. La théorie des passions malebranchiste a une fonction critique123, celle de remettre en cause la littérature morale dans laquelle se complaisent les lecteurs et les auteurs, de Cureau à La Rochefoucauld124. La condamnation des mœurs du siècle ne suffit pas à débusquer l’origine de l’erreur et les moyens d’y remédier. L’important est de « reconnaître les erreurs dont [les passions] sont la cause »125.

  • 126 « Si on veut se rendre savant dans les passions, et pour en faire le dénombrement le plus exact qu’ (...)
  • 127 Ibid.
  • 128 « Toutes les passions se justifient : elles représentent sans cesse à l’âme l’objet qui l’agite, de (...)

47Le livre sur les passions du De la recherche de la vérité n’est pas un traité des passions126. Il ne s’agit pas tant de chercher les causes de chacune d’entre elles que leurs effets pernicieux sur la capacité de penser. Les passions particulières composées sont suscitées par des jugements de l’âme sur les biens et les maux, et aboutissent à d’autres jugements sur les mêmes sujets. Or Malebranche choisit de réduire son étude à ces jugements, car c’est parmi eux que se niche l’erreur127. Quand on est passionné, en effet, c’est la passion qui juge et non la raison. Cette passion qui juge cherche les arguments propres à se préserver elle-même et à persuader l’âme de la fortifier128. Les jugements passionnés sont des autojustifications de l’homme passionné.

48Nous pouvons mieux comprendre à présent pourquoi Malebranche ne propose pas un dénombrement des passions, alors même qu’il consacre tout un livre du De la recherche de la vérité à les étudier. Ce choix s’explique par le fait qu’il opère un transfert de cette thématique du chapitre sur les passions à celui, antérieur, sur l’imagination. La typologie des caractères s’opère au livre II, qui distingue différents types d’esprits selon les types d’imagination. S’il y a encore des caractères chez Malebranche (ce qui reste à élucider puisque la notion de tempérament qui en est proche s’est avérée peu démonstrative), il est acquis qu’ils ne sont pas exactement des caractères des passions comme chez Cureau. Il s’agit donc de voir s’il n’est pas plus rigoureux philosophiquement de les faire correspondre à des esprits imaginatifs.

  • 129 Et plus précisément toute la seconde partie des Passions de l’âme.
  • 130 C’est à cela que l’auteur fait référence quand il écrit : « les passions ne corrompent pas seulemen (...)

49Parallèlement, nous avons dit que la description plus ou moins impressionniste des passions ne l’intéresse pas, car ce sont les mécanismes physiologiques précis de développement et propagation des passions qui importent. La présentation de ces mécanismes constituait une des originalités du traité cartésien sur les passions129. Or nous avons constaté que Malebranche ne propose pas d’étude de ce type dans son livre De la recherche de la vérité consacré aux passions. Cela s’explique également par le fait qu’une telle étude a été menée ailleurs, en son lieu réel d’élucidation, c’est-à-dire dans le livre sur l’imagination de ce même ouvrage130. Ce lieu est celui de l’étude physique précise d’un homme fait de fibres et de nerfs incessamment irrigués par des flux sanguins plus ou moins impétueux. Ces flux permettent l’opération même d’imaginer.

  • 131 « On peut facilement éviter l’action des objets sensibles, et faire ainsi taire ses sens : car il d (...)
  • 132 RV, II, I, I, p. 190.
  • 133 À présent, nos inclinations sont « déréglées », ibid., IV, I, §II, p. 11. Ainsi la curiosité, en pr (...)
  • 134 Dans le livre sur la méthode par exemple, Malebranche donne encore ce conseil : « Il faut donc tire (...)

50La présence de la faculté imaginative dans d’autres lieux du De la recherche de la vérité que celui qui lui est explicitement consacré vaut pour le livre sur les passions, mais concerne en réalité toutes les analyses sur l’homme. L’imagination est partout dans cet ouvrage. D’abord parce que la sensation opère comme l’imagination : elle est mouvement d’esprits animaux qui accapare l’esprit (la différence étant que la sensation a besoin de la présence d’un objet pour agir), tout en étant moins dangereuse qu’elle (il est plus aisé de se dérober à un objet présent qu’à un fantôme de l’imagination)131. L’auteur pose d’ailleurs que sensation et imagination « ne diffèrent entre elles que du plus et du moins »132. Le livre II éclaire donc le livre I. Le livre IV sur les inclinations naturelles est censé décrire les mouvements de la volonté, c’est-à-dire des processus où l’esprit domine. Mais l’homme étant pécheur, il est apparu que ces mouvements sont déviés par la concupiscence133. Quant à la passion (livre V), elle n’est que flux imaginatifs. Dans les livres III et VI de l’ouvrage, portant respectivement sur l’entendement et sur la méthode, la raison devrait reprendre ses droits, et cette recherche de la vérité enfin trouver des fondements sûrs. On revient cependant constamment aux mouvements de l’imagination, au moyen de les contenir sans jamais pouvoir les éradiquer complètement134. La purification n’est pas éradication mais canalisation (au moyen, notamment, de ce que l’on appelait tout à l’heure « révulsion »).

51Il semble donc que depuis la faute, penser c’est imaginer. Cette affirmation n’a pas le sens qu’elle avait dans les analyses de Cureau, dans lesquelles l’aristotélisme devenait une sorte de sensualisme. Elle a son sens propre, celui qui découle d’une anthropologie de l’homme postlapsaire. Le péché rend la manière commune de penser contradictoire avec ce qu’elle devrait être : d’activité spirituelle, elle est devenue activité corporelle. Ce recentrage des recherches sur l’homme autour de sa faculté imaginative a des conséquences essentielles dans notre étude, car l’analyse de cette faculté dévoile une pensée du féminin ainsi qu’une réflexion genrée.

Notes

1 Malebranche connaît précisément les analyses de Cureau sur l’homme, puisque dans sa bibliothèque personnelle, il possède à la fois Les charactères des passions dans l’édition de 1658 et Le système de l’âme dans celle de 1664.

2 « Le corps de l’homme est une machine admirable, composée d’une infinité de canaux et de réservoirs qui ont tous ensemble des rapports infinis. Et le jeu merveilleux de cette machine dépend uniquement du cours des esprits, qui est déterminé différemment par les ressorts qui se débandent, et les ouvertures qui se lâchent et se resserrent par l’action des objets sur les sens, et par le mouvement de la partie principale du cerveau : mouvement qui dépend en partie de la volonté, et en partie du cours des esprits, excité par les traces de l’imagination et de la mémoire », TM, I, XIII, §V, p. 147-148.

3 Le refus d’une âme animale est commun à Descartes et Malebranche, refus combattu par Cureau dont sa polémique avec Pierre Chanet se fait l’écho. Malebranche rappelle explicitement cet acquis de la physiologie cartésienne en affirmant qu’il faut montrer « comment toutes les parties des animaux ne sont que des machines ; et qu’ils peuvent se remuer sans âme par la seule impression des objets, et par leur constitution particulière, comme M. Descartes a commencé de le faire [voir] dans son Traité de l’homme », RV, IV, XI, §III, p. 106.

4 « On ne peut lire sans quelque indignation les livres que les Philosophes et les Médecins composent tous les jours, dans lesquels les citations sont si fréquentes, qu’on les prendrait plutôt pour des écrits de théologiens et de canonistes, que pour des traités de physique et de médecine », RV, V, VII, p. 201.

5 « La plupart des questions des Philosophes et des Médecins renferment quelques termes équivoques […], ces savants qui n’ont pas pu les définir, n’ont pu aussi rien dire de solide dans les gros volumes qu’ils ont composés […]. Il n’en est pas de même de M. Descartes », ibid., VI, II, II, p. 305. Malebranche prend ailleurs l’exemple du scorbut devenu un nom générique pour définir des maladies en réalité fort différentes (RV, II, II, II, p. 277).

6 La plupart des questions de morale et de physique sont « très obscures et très embarrassées ». En ce domaine, il y a encore « peu de vérités découvertes », si bien que lire des livres sur ces sujets c’est « se hasarder de perdre beaucoup. Cependant, ce n’est pas ainsi que les hommes se conduisent : ils font tout le contraire. Ils n’examinent point si ce qu’on leur dit est possible. Il suffit de leur promettre des choses extraordinaires, comme la réparation de la chaleur naturelle, de l’humide radical, des esprits vitaux, ou d’autres choses qu’ils n’entendent point pour exciter leur vaine curiosité […]. Si un Médecin, un Chirurgien, un Empirique citent des passages grecs et latins, et se servent de termes nouveaux et extraordinaires pour ceux qui les écoutent, ce sont de grands hommes », RV, IV, IV, p. 42-43.

7 Ibid., p. 43.

8 « L’homme avant le péché […] n’avait besoin ni de Directeur ni de Médecin […]. Mais depuis le péché les choses sont bien changées […]. Les Directeurs et les Médecins nous sont absolument nécessaires », RV, Éclaircissement XIII, p. 181.

9 Ibid., p. 181-182.

10 L’opposition entre science curieuse et science véritable suppose de se recentrer sur l’étude du corps propre : « De même dans les connaissances de la nature, ils [les faux savants] ne recherchent guère les plus utiles, mais les moins communes. L’anatomie est trop basse pour eux, mais l’astronomie est plus relevée », RV, IV, VII, p. 62. « Le corps de l’homme au contraire infiniment plus admirable et plus digne de notre application, que tout ce qu’on peut savoir de Jupiter, de Saturne et de toutes les autres planètes, n’est presque point connu. L’idée sensible des parties de chair disséquée n’a rien de grand et cause même du dégoût et de l’horreur : de sorte que ce n’est que depuis quelques années que les personnes d’esprit regardent l’anatomie comme une science qui mérite notre application », RV, V, VII, p. 199-200. La bibliothèque personnelle de Malebranche est bien fournie en livres récents portant sur l’anatomie (comme ceux de Deleboe, De Graaf, Descartes, Fernel, Harvey, Malpighi, Willis) et les découvertes de son temps alimentent constamment sa description mécaniste de l’homme. Voir par exemple à propos du Cerebri anatome (1664) de ce dernier : « on a découvert depuis peu que le même nerf, qui répand quelques rameaux dans le cœur, et dans les autres parties intérieures, communique aussi quelques-unes de ses branches aux yeux, à la bouche, et aux autres parties du visage », RV, II, I, IV, §III, p. 208.

11 Ibid., II, I, I, §III, p. 195.

12 Le ralliement de Descartes et ses disciples au principe de la circulation sanguine nourrit, sans aucun doute, cette physiologie où tout circule et s’écoule. Malebranche dénonce ceux qui refusent un tel principe (RV, II, I, II, §II, p. 197). Voir R. Andrault et al. dir., Médecine et philosophie de la nature humaine de l’âge classique aux Lumières, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 199-219.

13 J. Roger note ainsi : « tous, cartésiens ou anti-cartésiens, gassendistes, chimistes ou éclectiques, sont persuadés du caractère mécanique des phénomènes vitaux, et donner une liste des biologistes mécanistes en 1700 reviendrait à citer tous les auteurs », Les sciences de la vie dans la pensée française du xviiisiècle. La génération des animaux de Descartes à l’Encyclopédie, Paris, Albin Michel, 1993, p. 207.

14 « Car enfin connaît-on l’homme, lorsqu’on ne sait pas seulement distinguer l’âme du corps ? », TM, II, X, §XV, p. 236.

15 « Il ne faut point s’imaginer comme la plupart des philosophes, que l’esprit devient corps, lorsqu’il s’unit au corps ; et que le corps devient esprit, lorsqu’il s’unit à l’esprit. L’âme n’est point répandue dans toutes les parties du corps, afin de lui donner la vie et le mouvement […] chaque substance demeure ce qu’elle est […]. Toute l’alliance de l’esprit et du corps qui nous est connue, consiste dans une correspondance naturelle et mutuelle des pensées de l’âme avec les traces du cerveau, et des émotions de l’âme avec les mouvements des esprits animaux », RV, II, I, V, §I, p. 215.

16 « Celui qui sait seulement distinguer l’âme du corps, et qui ne confond nullement ses pensées et ses désirs avec les divers mouvements de la machine, est par la connaissance de cette seule vérité, plus solidement savant, et plus en état de le devenir, que celui qui sait les histoires, les coutumes, les langues de tous les peuples, mais d’ailleurs si profondément enseveli, s’il est permis de parler ainsi, dans l’ignorance de son être propre, qu’il se prend pour la plus subtile partie de son corps, et s’imagine que l’immortalité de l’âme est une question qu’il n’est pas possible de résoudre », TM, II, X, §XIV, p. 235-236. On voit que la thèse de la distinction des deux substances permet d’articuler les trois impératifs de départ de l’auteur : être homme, être chrétien, être français. Se connaître soi-même, c’est reconnaître le dualisme en même temps que le dogme de l’immortalité de l’âme.

17 « On ne peut comprendre comment certaines gens s’imaginent qu’il y a une liaison absolument nécessaire entre les mouvements des esprits et du sang, et les émotions de l’âme. Quelques petites parties de la bile se remuent dans le cerveau avec force : donc il est nécessaire que l’âme soit agitée de quelque passion ; et que cette passion soit plutôt la colère que l’amour », RV, V, I, p. 129. Malebranche vise probablement Cureau ici, qui écrit que c’est « l’âme qui dilate les esprits » (Charactères, chap. 2, p. 66).

18 Sur les convergences et les divergences générales entre Descartes et Malebranche dans l’étude de l’union des deux substances et de leurs interactions, on se réfèrera à l’ouvrage de D. Kolesnik-Antoine, L’homme cartésien. La « force qu’a l’âme de mouvoir le corps », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

19 RV, Éclaircissement IX, p. 119.

20 Ibid., II, II, III, §II, p. 281.

21 « L’union de l’âme et du corps s’est changée en dépendance, en punition du péché », TM, II, IV, § IX, p. 181. Ce changement n’est pourtant pas un changement de nature : « la nature, quoique corrompue, n’est pas détruite : Dieu n’a point cessé de vouloir ce qu’il a voulu : les mêmes lois subsistent. Mais parce que l’union de l’âme et du corps s’est changée en dépendance […] notre corps trouble maintenant nos idées, et parle si haut en faveur des biens qui le regardent que l’esprit n’interroge que rarement, et n’écoute qu’avec distraction la vérité intérieure », Traité de la nature et de la grâce [désormais TNG], II, §XXXVIII, p. 103.

22 Voir notre article « Aristarque est-il un cartésien ? Refus philosophique ou refus apologétique du doute chez Malebranche », La lettre clandestine, no 10, 2001, p. 85-102.

23 « Car enfin connaît-on l’homme lorsqu’on ne sait pas seulement distinguer l’âme et le corps ? A-t-on les premiers éléments de la Religion et de la Morale, lorsqu’on n’est pas pleinement convaincu du péché originel, et de la nécessité d’un Médiateur ? », TM, II, X, XV, p. 236.

24 Ibid., II, I, I, p. 153.

25 Ibid., II, I, II, p. 154.

26 Obsédée par la conservation du corps, l’imagination identifie l’homme à son corps et produit en conséquence une très grande crainte de la mort qu’elle considère comme un anéantissement de soi. Le chrétien doit savoir repousser cette image par la raison et la foi : « Vous ne devez donc pas croire que lorsque votre corps sera détruit vous ne serez plus vous-même. Si votre imagination vous le dit, c’est qu’alors elle ne sera plus, et qu’elle ne parle à l’esprit et ne l’effraie que pour sa propre conservation. Mais la Raison dit le contraire. Votre imagination vous dit aussi qu’après la mort notre corps sera anéanti. Mais si vous consultez la Raison […] », EM, I, p. 367.

27 TM, II, VII, IX, p. 205.

28 RV, V, VII, p. 198.

29 « J’ai toujours cru que la justesse, l’exactitude, l’ordre admirable qui se rencontre dans nos sentiments par rapport à la conservation de la vie n’est point une suite du péché, mais la première institution de la nature », RV, Éclaircissement XIII, p. 182-183.

30 « Afin de savoir par une connaissance claire, si un tel fruit en un tel temps est propre à la nourriture du corps, il faudrait apparemment savoir tant de choses, et faire tant de raisonnements, que l’esprit le plus étendu y serait entièrement occupé », RV, Éclaircissement VIII, p. 73.

31 « Le premier homme arrêtait, lorsqu’il le voulait, les mouvements qui se communiquaient à son corps, ou pour le moins ceux qui se communiquaient à la principale partie de son cerveau. […]. Ainsi l’homme pouvait en certaines rencontres suspendre la loi naturelle de la communication des mouvements, puisqu’il était sans concupiscence […]. Mais le premier homme ayant péché a perdu ce pouvoir […]. Il est dépendant du corps auquel il avait été seulement uni et auquel il commandait avant le péché », RV, Éclaircissement VIII, p. 74.

32 « Ce que j’ai dit pour la conclusion des trois premiers Livres de la Recherche de la Vérité, a donné sujet à quelques personnes de s’imaginer que je prétendais, qu’afin de conserver sa santé et sa vie, l’on devrait suivre les sens et ses passions en toutes choses », RV, Éclaircissement XIII, p. 182.

33 Pour justifier cette extrémité qui consiste à consulter un médecin quand on est malade, Malebranche précise que les médecins « savent peu de chose avec exactitude, mais ils en savent toujours plus que nous », ibid., p. 188. La justification n’est pas de celles qui rassurent pleinement.

34 Cet « optimisme physiologique » rappelle évidemment Descartes : « Je ne sache point de pensée plus propre pour la conservation de la santé, que celle qui consiste en une forte persuasion et ferme créance, que l’architecture de nos corps est si bonne que, lorsqu’on est une fois sain, on ne peut pas aisément tomber malade, si ce n’est qu’on fasse quelque excès notable ou bien que l’air ou les autres causes extérieures nous nuisent ; et qu’ayant une maladie, on peut aisément se remettre par la seule force de la nature », À Élisabeth, juillet 1647, AT V, 65.

35 « Les passions sont très réglées, si on ne les considère que par rapport à la conservation du corps, quoiqu’elles nous trompent dans certaines rencontres rares et particulières », RV, V, I, p. 131. À l’inverse, la capacité de l’Adam prélapsaire à suspendre le cours des esprits animaux était une menace pour sa survie corporelle dans la description malebranchiste : tout occupé à méditer, il pouvait oublier de se nourrir.

36 RV, II, I, V, §II, p. 223. Les exemples donnés sont la trace d’une grande hauteur et la trace d’un grand corps prêt à tomber, deux images qui poussent spontanément à fuir.

37 TM, I, XIII, §VI-VII, p. 148.

38 « L’économie de son corps étant troublée, il est impossible qu’à proportion du trouble dans lequel il est, il ne s’excite dans son cerveau beaucoup de mouvements irréguliers. Cependant ses sens ne sont point encore si corrompus qu’on le croit ordinairement. […] les lois de l’union de l’âme et du corps […] suffisent souvent pour nous rendre notre santé », RV, Éclaircissement XIII, p. 186.

39 TM, I, XII, §IV, p. 136.

40 « L’imagination, aussi bien que les sens, ne parle que pour le bien du corps : parce que naturellement, tout ce qui vient à l’esprit par le corps n’est que pour le corps. C’est un grand principe », TM, I, XII, §XII, p. 139.

41 Elle s’explique précisément comme un « rapport » entre esprits animaux et cerveau : « d’un côté par l’abondance, et la disette ; par l’agitation, et la lenteur ; par la grosseur, et la petitesse des esprits animaux : et de l’autre, par la délicatesse, et la grossièreté ; par l’humidité, et la sécheresse ; par la facilité, et la difficulté de se ployer des fibres du cerveau ; et enfin par le rapport que les esprits animaux peuvent avoir avec ces fibres », RV, II, I, I, §III, p. 194-195.

42 Pour cesser de donner des « raisons fort ridicules » des modifications du comportement lorsque l’on boit du vin par exemple, « il faudrait donner quelque idée de l’anatomie du cerveau, ou faire quelques suppositions comme Monsieur Descartes en fait dans le traité qu’il a fait de l’homme », ibid., II, I, II, §III, p. 200.

43 « Le cerveau seul disposé de telle ou telle manière, considéré sans rapport au mouvement, à l’abondance, à la solidité des esprits, ne fait point une telle ou telle imagination : c’est le rapport qui résulte de la qualité des esprits avec la substance des fibres du cerveau. Car celui qui a une grande abondance d’esprits fort agités et fort solides, n’a pas pour cela l’imagination vive et spacieuse, si d’ailleurs les fibres du cerveau sont trop solides, trop humides, trop entrelacées les unes aux autres », TM, I, XII, §VIII, p. 138-139.

44 Malebranche reprend ici Descartes qui explique que les nerfs sont composés de « certains petits filets » (L’homme, AT XI, 126).

45 RV, II, I, I, §I, p. 192.

46 Ibid., II, I, I, §III, p. 194.

47 Lorsque l’âme produit volontairement des images, on parle d’imagination active ; quand c’est le corps qui les produit, on parle d’imagination passive (ibid., II, I, I, §II, p. 193).

48 Ibid., V, II, p. 139.

49 « C’est une des lois de l’union de l’âme avec le corps, que toutes les inclinations de l’âme, même celles qu’elle a pour les biens qui n’ont point de rapport au corps, soient accompagnées des émotions des esprits animaux, qui rendent ces inclinations sensibles », ibid.

50 « Il est vrai que bien souvent on ne reconnaît pas que l’on imagine quelque peu, dans le même temps que l’on conçoit une vérité abstraite. La raison en est, que ces vérités n’ont point d’images ou de traces instituées de la nature pour les représenter […]. Car les Arithméticiens et les Analystes mêmes, qui ne considèrent que des choses abstraites, se servent très fort de leur imagination pour arrêter la vue de leur esprit sur leurs idées », ibid.

51 Comme le montre le titre d’un chapitre du livre portant sur la méthode : « De l’usage de l’imagination pour conserver l’attention de l’esprit, et de l’utilité de la géométrie », RV, VI, I, IV, p. 262. Pour cet usage mathématique de l’imagination chez Malebranche et l’influence de Descartes sur ce thème, voir F. de Buzon, « Le bon usage de l’imagination. Malebranche lecteur des Regulae ad directionem ingenii », Rivista di storia della filosofia, no 4, 2012, p. 671-690.

52 Voir notre analyse, Le système de la loi de Nicolas Malebranche, Paris, Vrin, 2006, p. 155-161.

53 RV, V, VIII, p. 209.

54 Ibid.

55 Voir notamment les liens entre force d’imagination et digestion (RV, II, I, II, §II, p. 198). Voir également les conseils diététiques donnés dans l’Éclaircissement XIII de la RV, p. 183-188.

56 RV, II, I, II, §III, p. 198-200.

57 « Celui qui a obéi aux sollicitations de ses sens, et qui a joui des plaisirs sensibles, en doit avoir l’imagination salie, jusqu’à ce que les traces, ou plutôt les plaies que le cerveau en a reçues, soient parfaitement guéries : cure assurément bien difficile : car le cours des esprits renouvelle à tous moments ces sortes de blessures », EM, II, p. 385.

58 Et pour cela d’abord, avoir une parfaite connaissance de l’organe cérébral. Voir RV, II, I, II, §III, p. 200.

59 « L’imagination demeure salie par les traces qu’elles ont faites dans le cerveau, dont les fibres ont été ou pliées ou rompues par la violence des esprits qu’elles ont mis en mouvement », TM, II, XIII, VIII, p. 149.

60 « Encore que les idées pures de la vérité nous soient toujours présentes, nous ne les pouvons considérer, lorsque la capacité que nous avons de penser est remplie de ces modifications qui nous pénètrent », RV, VI, I, II, p. 253.

61 Par exemple TM, I, XIII, §XII, p. 151.

62 « Ne vous étonnez donc pas si les sacrements n’effacent point de notre cerveau ces traces importunes qui excitent en nous des mouvements déréglés. […] Saint Paul n’avait pas l’imagination salie par les suites naturelles de quelques désordres volontaires. Mais, afin que la grandeur des révélations divines ne l’élevât point, Dieu permit au démon d’exciter sa concupiscence », EM, II, p. 388.

63 « Lorsque l’homme jouit des plaisirs sensibles, son imagination se salit ; et la concupiscence charnelle s’excite et se fortifie. De même lorsqu’il se répand dans le monde, qu’il cherche des établissements, qu’il fait des amis, qu’il acquiert de la réputation […]. Il y a naturellement dans le cerveau des traces pour entretenir la société civile, et travailler à l’établissement de sa fortune, comme il y en a qui ont rapport à la conservation de la vie, et à la propagation de l’espèce », TM, I, XII, §XXI, p. 145.

64 « Il faut donc tirer cette conclusion importante : que tous ceux qui veulent s’appliquer sérieusement à la recherche de la vérité […] doivent veiller sans cesse à la pureté de l’imagination, et empêcher qu’il ne se trace dans leur cerveau de ces vestiges profonds qui inquiètent et qui dissipent continuellement l’esprit », RV, VI, I, II, p. 252.

65 « Ceux donc qui ont l’imagination pure et chaste, je veux dire dont le cerveau n’est point rempli de traces profondes, qui attachent aux choses sensibles », ibid., VI, I, III, p. 257.

66 Si on laisse de côté l’éventualité d’une grâce spéciale de Jésus-Christ : « Il est vrai que quelquefois la grâce est assez forte pour arrêter tout court celui qui s’abandonne aux mouvements de ses passions et que Dieu par bonté tonne, éclaire, parle dans l’esprit d’une voix terrible, qui renverse l’homme et la passion qui l’emporte. Mais Jésus-Christ fait rarement de semblables faveurs », TM, I, XIII, §XI, p. 151.

67 « Lorsqu’on est ému de certaines passions, le sang bout dans les artères et dans les veines ; l’ardeur se répand dans tout le corps ; le feu monte à la tête ; et elle se remplit d’un si grand nombre d’esprits animaux trop fins, et trop agités, que par leurs cours impétueux ils empêchent l’imagination de se représenter autre chose que celles dont ils se forment des images dans le cerveau », RV, II, I, IV, §II, p. 207.

68 « Les esprits animaux ne sont que les parties les plus subtiles et les plus agitées du sang, qui se subtilise et s’agite principalement par la fermentation », ibid., II, I, II, §I, p. 196. D’où, d’ailleurs, l’analogie avec l’alcool : « le vin est si spiritueux que ce sont des esprits animaux presque tout formés ; mais des esprits libertins, qui ne se soumettent pas volontiers aux ordres de la volonté, à cause apparemment de leur facilité à être mus », ibid., II, I, II, §III, p. 199. Malebranche reprend ici le grand principe physiologique de Descartes pour qui les fonctions corporelles s’analysent essentiellement comme des formes de fermentation. Elles expliquent la digestion mais également et surtout le mouvement du cœur.

69 TM, II, XII, §XV, p. 258.

70 RV, V, III, p. 150.

71 Ne serait-ce que parce que le cerveau a une trace criminelle première et héréditaire (sur laquelle nous reviendrons) ; celle du péché originel.

72 TM, I, XIII, §XII, p. 151.

73 RV, VI, I, III, p. 257.

74 Ibid.

75 Voir nos deux articles « Le libertinage, maladie des intellectuels chez Malebranche » (Libertinage et philosophie au xviie siècle, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2009, p. 255-265), « Lecteurs et auteurs : des malades contagieux ? » (Malebranche et la littérature, Dix-septième siècle, no 255, 2012, p. 215-225). Voir également, « “Un pédant à la cavalière”. Le procès de l’imagination montanienne chez Malebranche », Les usages philosophiques de Montaigne, P. Desan dir., Paris, Hermann, 2018, p. 83-101.

76 RV, Éclaircissement IX, p. 119. Nous soulignons.

77 Ibid. Nous soulignons.

78 « On ne les pourra pleinement convaincre, qu’en opposant des preuves sensibles à leurs preuves sensibles, et en leur montrant visiblement comment toutes les parties des animaux ne sont que des machines ; et qu’ils peuvent se remuer sans âme par la seule impression des objets, et par leur constitution particulière, comme M. Descartes a commencé de le faire dans son Traité de l’homme », RV, IV, XI, §III, p. 106.

79 « Tous les différents mouvements de ces nerfs dans toutes les passions différentes n’arrivent point par le commandement de la volonté, mais se font au contraire sans ses ordres, et même contre ses ordres : de sorte qu’un corps sans âme disposé comme celui d’un homme sain, serait capable de tous les mouvements qui accompagnent nos passions. Ainsi les bêtes même en peuvent avoir de semblables quand elles ne seraient que de pures machines », ibid., II, I, IV, §III, p. 208.

80 « Il n’est pas nécessaire de connaître beaucoup l’homme pour savoir que les blessures que le cerveau a reçues, se guérissent plus difficilement que celles des autres parties du corps ; et qu’il est plus facile de fermer une plaie qui n’est point exposée à l’action de quelque corps qui la puisse renouveler que de guérir parfaitement certains préjugés qui se justifient à tous moments par des raisons qui paraissent d’autant plus vraisemblables qu’elles sont plus sensibles », ibid., Éclaircissement IX, p. 120.

81 Ibid.

82 Ibid.

83 RV, V, VII, p. 198.

84 Ibid., II, I, VII, §VI, p. 249.

85 Ibid., II, I, VII, §II, p. 237.

86 « Les divers tempéraments des corps et leurs changements fréquents, causent une variété infinie dans les passions particulières », ibid., V, VII, p. 185.

87 Ibid., V, XI, p. 235-236.

88 Ibid., II, I, IV, §II, p. 206.

89 « Le cours des esprits dans les nerfs qui répondent aux viscères, et qui fait monter le sang dans la tête pour fournir les esprits nécessaires, afin de disposer les dehors du corps par rapport à l’objet présent, agit, pour ainsi dire, par choix, et ne fournit au cerveau que les humeurs propres à conserver la trace qui excite la passion », TM, I, XIII, §V, p. 148.

90 « Comme toutes nos passions dépendent de la fermentation et de la circulation du sang, et que le cœur ne peut pas toujours fournir des esprits propres pour leur conservation : il est nécessaire qu’elles cessent, lorsque les esprits diminuent et que le sang se refroidit », RV, V, X, p. 225.

91 « Le sang et les humeurs qui montent à la tête se séparent de manière que ce qui est propre à former les esprits convenables à la passion qui domine, y demeure, et que le reste retourne par la circulation aux lieux dont il a été tiré », ibid.

92 RV, II, I, II, §II, p. 197. Malebranche possède le livre de Pecquet dans sa bibliothèque personnelle (Experimenta nova anatomica (…) ejusdem Dissertatio anatomica de circulatione sanguinis et chyli motu, 1651).

93 RV, II, I, II, §II, p. 198.

94 Ibid.

95 RV, II, I, IV, I, §I, p. 204-206. Le Cerebri anatome de T. Willis date de 1664.

96 RV, II, I, IV, I, §I, p. 205.

97 Ibid., II, I, IV, §III, p. 210.

98 Dans un court paragraphe reprenant quelques occurrences du terme de tempérament, A. Robinet se contente de noter : « relatif à notre “tempérament”, Malebranche emploie ce terme avec trop d’insistance pour qu’on n’y trouve trace de quelque naturisme hippocratique », Malebranche de l’Académie des sciences, Paris, Vrin, 1970, p. 429.

99 RV, Éclaircissement XIII, p. 187.

100 Ibid., p. 187-188.

101 Peut-être pourrait-on aller jusqu’à voir ici la remise en cause d’un principe essentiel de l’analyse humorale du corps qui fait de la coction, c’est-à-dire de la cuisson des humeurs, un moyen de rétablir l’équilibre du corps. Mais ce serait sans doute surinterpréter les textes.

102 TM, II, XII, §XIII, p. 256-257.

103 RV, II, I, VI, §II, p. 231.

104 Nous utilisons ce terme en un sens général que nous formons à partir de son étymologie, la connaissance et l’étude du sang, et non, bien sûr, en son sens scientifique précis actuel.

105 RV, II, I, §III, p. 194-195.

106 Ibid., II, I, VI, §I, p. 230.

107 Ibid.

108 « Les passions de l’âme sont des impressions de l’auteur de la nature, lesquelles nous inclinent à aimer notre corps et tout ce qui peut être utile à sa conservation », RV, V, I, p. 128-129. Descartes écrit de la même manière : « l’usage de toutes les passions consiste en cela seul, qu’elles disposent l’âme à vouloir les choses que la nature dicte nous être utiles et à persister en cette volonté », PA, art. 52, AT XI, 372.

109 « Si l’on considère de quelle manière les passions se composent, on reconnaitra visiblement que leur nombre ne se peut déterminer », RV, V, X, p. 220.

110 « Nous ne les [les passions] distinguerons point ici par les objets, parce qu’un seul objet peut les exciter toutes, et que dix mille objets peuvent n’en exciter qu’une même », ibid., V, IX, p. 216.

111 Voir Descartes, Les passions de l’âme, art. 82 : « il n’est pas besoin aussi de distinguer autant d’espèces d’amour qu’il y a de divers objets qu’on peut aimer », AT XI, 388. À l’inverse, Cureau affirme : « comme il y a des biens de l’âme, du corps et de la fortune […], il est certain qu’encore que les mouvements par lesquels on aime toutes ces choses soient de même nature […], ils sont néanmoins différents entre eux à cause que ces biens sont différents : ainsi il y a un amour des richesses, des plaisirs, des honneurs, et des vertus : en un mot autant qu’il y a de sortes de biens faux ou véritables, il y a autant de sortes d’amour », Charactères, t. I, p. 60-61.

112 RV, V, X, p. 223.

113 Poulain reprend strictement la typologie cartésienne des six passions primitives en expliquant qu’elle permet de démêler tous les mouvements passionnels qui sont presque toujours des passions mixtes (ED, p. 250).

114 « Je puis dire que l’espérance, la crainte, et l’irrésolution qui tient le milieu entre ces deux, sont des espèces de désir : que la hardiesse, le courage, l’émulation, etc. ont plus de rapport au désir et à l’espérance qu’à toutes les autres ; et que la peur, la lâcheté, la jalousie etc. sont des espèces de la crainte », RV, V, X, p. 223.

115 Timée, 69e et suiv.

116 Rappelons qu’en réalité Descartes contourne cette dichotomie traditionnelle en faisant des passions, situées chez Thomas dans la partie irascible de l’âme, des modalités des premières situées dans sa partie concupiscible. Il y a six passions primitives chez Descartes (admiration, amour, haine, joie, tristesse, désir) ; Malebranche les réduit à trois.

117 « On comprend par le mot de passion la vue du rapport qu’une chose a avec nous, l’émotion et le sentiment de l’âme, l’ébranlement du cerveau et le mouvement des esprits, une nouvelle émotion et un nouveau sentiment de l’âme, et enfin un sentiment de douceur qui accompagne toujours les passions, et qui les rend toutes agréables. On entend toutes ces choses », RV, V, X, p. 221.

118 « C’est une chose fort utile à la connaissance de la vérité que d’abréger les idées et leurs expressions : mais souvent cela est cause de quelque erreur, principalement lorsque ces idées s’abrègent par un usage populaire », ibid., p. 222.

119 « Il ne faut jamais abréger ses idées, que lorsqu’on se les est rendu très claires et très distinctes par une grande application d’esprit, et non pas comme l’on fait ordinairement des passions et de toutes les choses sensibles, lorsqu’on se les est rendu familières par des sentiments et par l’action seule de l’imagination qui trompe l’esprit », ibid.

120 « On s’imagine souvent bien comprendre les discours absolument incompréhensibles : et lorsqu’on lit certaines descriptions des sentiments et des passions de l’âme, on se persuade qu’on les entend parfaitement, parce qu’on en est touché vivement […]. Dès que l’on prononce devant nous les mots de honte, de désespoir, d’impudence, etc. il se réveille aussitôt dans notre esprit une certaine idée confuse et un certain sentiment obscur qui nous applique fortement […]. Cependant ces mots sont les noms des passions composées et par conséquent des expressions abrégées que l’usage populaire a faites de plusieurs idées confuses et obscures », ibid., p. 222-223.

121 « Comme nous sommes obligés de nous servir des termes approuvés par l’usage, on ne doit pas être surpris de trouver de l’obscurité et quelquefois une espèce de contradiction dans nos paroles. Et si l’on fait réflexion que les sentiments et les émotions de l’âme, qui répondent aux termes dont on se sert en de semblables discours, ne sont pas tout à fait les mêmes dans tous les hommes, à cause de leurs différentes dispositions d’esprit ; on ne nous condamnera pas facilement lorsqu’on n’entrera pas dans nos opinions », ibid., p. 223.

122 « Ces mots sont les noms des passions composées, et par conséquent des expressions abrégées que l’usage populaire a faites de plusieurs idées confuses et obscures », ibid., p. 222-223.

123 Malebranche avoue une double finalité à son livre sur les passions : « faire bien comprendre la nature des passions, et ce qu’on doit penser des traités que l’on compose sur cette matière », ibid., p. 223.

124 « On ne doit pas penser que ceux qui découvrent le mieux les ressorts de l’amour propre, qui pénètrent le mieux et qui développent d’une manière plus sensible les replis du cœur de l’homme, soient toujours les plus éclairés », ibid., p. 226.

125 Ibid., p. 220.

126 « Si on veut se rendre savant dans les passions, et pour en faire le dénombrement le plus exact qu’il soit possible, il est nécessaire de rechercher les différents jugements que l’on peut faire des biens et des maux. Mais comme nous recherchons principalement ici les causes de nos erreurs, nous ne devons pas tant nous arrêter à examiner les jugements qui précèdent et qui causent les passions », ibid., p. 224.

127 Ibid.

128 « Toutes les passions se justifient : elles représentent sans cesse à l’âme l’objet qui l’agite, de la manière la plus propre pour conserver et pour augmenter son agitation », ibid., p. 225.

129 Et plus précisément toute la seconde partie des Passions de l’âme.

130 C’est à cela que l’auteur fait référence quand il écrit : « les passions ne corrompent pas seulement l’imagination et l’esprit en leur faveur : elles produisent encore dans le reste du corps toutes les dispositions nécessaires à leur conservation. Les esprits qu’elles agitent ne s’arrêtent pas dans le cerveau, ils se portent comme j’ai dit ailleurs vers toutes les autres parties du corps », RV, V, XI, p. 235.

131 « On peut facilement éviter l’action des objets sensibles, et faire ainsi taire ses sens : car il dépend de nous de fermer les yeux, ou de prendre la fuite. Mais on ne peut pas facilement dissiper les fantômes qu’excite l’imagination, et c’est une nécessité que l’esprit contemple tout ce qui se passe dans le cerveau », TM, I, XII, §XI, p. 139.

132 RV, II, I, I, p. 190.

133 À présent, nos inclinations sont « déréglées », ibid., IV, I, §II, p. 11. Ainsi la curiosité, en principe au fondement de toute recherche de la vérité, doit être constamment bridée, tant ses mouvements sont généralement suspects et liés à la concupiscence. Voir notre article, « Female Curiosity and Male Curiosity about Women. The Views of the Cartesian Philosophers », Women and Curiosity in Early Modern England and France, L. Cottignies, S. Parangeau, J.-J. Thompson dir., Leyde / Boston, Brill, 2016, p. 160-174.

134 Dans le livre sur la méthode par exemple, Malebranche donne encore ce conseil : « Il faut donc tirer cette conclusion importante : que tous ceux qui veulent s’appliquer sérieusement à la recherche de la vérité […] doivent veiller sans cesse à la pureté de l’imagination, et empêcher qu’il ne se trace dans leur cerveau de ces vestiges profonds qui inquiètent et qui dissipent continuellement l’esprit », RV, VI, I, II, p. 252.

© ENS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search