Version classiqueVersion mobile

Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne

 | 
Marie-Frédérique Pellegrin

Partie II. Cureau de la Chambre : caractère et sexe

Chapitre 4

Perfection et excès des caractères

Texte intégral

Tempérament et médiocrité

  • 1 L’art de connaître les hommes, p. 5.

1L’art de connaître les hommes poursuit l’entreprise Des charactères des passions. Il s’agit à la fois de privilégier un discours moral par rapport à un discours physique et de décrire les actions de l’homme plutôt que d’expliquer son essence. L’enjeu n’est donc pas, comme le précise la préface, de rechercher « la composition de l’homme » et « la nature des facultés de l’âme », mais « les inclinations, les passions, les vertus et les vices »1 de celui-ci. De nouveau, on s’intéresse moins à la nature de l’être humain qu’à ses mœurs. L’analyse des passions est donc ici très différente de celle de Descartes.

2Mais la perspective change d’un ouvrage à l’autre. Dans le premier, on décrit des caractères (en scrutant leurs manifestations physiques sensibles). Dans le deuxième, ces caractères sont explicités par des principes philosophiques (notamment le concept aristotélicien de médiété) et médicaux (mobilisant la doctrine des tempéraments d’Hippocrate et ses prolongements galéniques qui font dépendre le caractère de la composition humorale du corps). La volonté explicative est ici beaucoup plus notable. Comme si on avait d’abord proposé les moyens d’identifier les caractères, avant de chercher à comprendre leur origine, c’est-à-dire leur soubassement physiologique. La présentation des caractères des passions permet d’accéder à la science même de l’homme.

3Le présupposé de l’ouvrage est également anti-cartésien, puisque Cureau affirme que la meilleure manière de s’étudier soi-même est de s’étudier dans les autres, en observant autrui. Ce présupposé montre bien que la manifestation extérieure et physique du comportement reste l’élément fondamental de l’analyse puisqu’il n’est pas possible d’observer profondément les mouvements de l’âme chez les autres hommes. Aucun type d’introspection n’est d’ailleurs mobilisé dans ce vaste traité. Il faudra à nouveau partir de symptômes, de signes corporels, puis les comprendre en moraliste et surtout en médecin, au travers d’une véritable théorie des humeurs qui n’était qu’allusivement mobilisée dans les Charactères des passions. Le traité comprend quatre grands mouvements : une analyse des inclinations, puis des mouvements de l’âme permettant ensuite une définition des vertus et enfin des vices. La finalité essentielle de l’ouvrage est de fournir un « modèle et une idée de la perfection » chez l’être humain. Il est donc à la fois explicatif et prescriptif.

  • 2 Les inclinations sont les « premières semences des affections de l’âme. […] L’inclination n’est qu’ (...)

4La notion d’inclination y demeure centrale, puisqu’elle constitue l’élément fondamental afin de comprendre les hommes, même si son explicitation a changé depuis le traité de 1634. L’auteur insiste moins sur le thème de l’effusion physique des esprits, et il cherche explicitement les causes des passions dans les humeurs. Car les inclinations sont principalement causées par le tempérament et la conformation des parties du corps (ibid., p. 22). Mais ici le tempérament est déterminant, puisqu’en réalité il a une influence sur cette conformation même. C’est dans cet ouvrage qu’est expliqué comment comprendre la spécificité des inclinations individuelles. Celle-ci tient essentiellement aux différences de tempérament. Sachant que ces inclinations influencent l’âme2 et peuvent même la submerger, cela signifie que les différentes facultés de l’âme sont, indirectement mais constamment, soumises au tempérament et donc au corps. L’âme a ainsi un comportement orienté par le corps, car elle est influencée par le tempérament. Plus exactement, elle « connaît ce qu’elle peut faire par leur moyen [celui des qualités du tempérament], et se porte aux actions qui sont conformes à leur vertu » (p. 31). En sentant de la chaleur, qui est par exemple le principe de la force et du courage, elle prend confiance en elle-même.

  • 3 Mais le principe de l’indifférence pour comprendre l’homme concerne aussi bien le corps que l’espri (...)
  • 4 L’art de connaître les hommes, p. 15.
  • 5 Ibid., p. 17.
  • 6 Charactères, vol. V, p. 76.

5Si l’on voulait que l’homme ne soit pas ballotté ou guidé par ses passions, il faudrait qu’il suive la seule faculté sans passion qu’il possède, c’est-à-dire l’entendement. Celui-ci est en effet défini comme « indifférent et indéterminé de sa nature parce qu’il peut juger de toutes choses et qu’il est par conséquent toutes choses en puissance, n’étant déterminé à aucune en particulier » (p. 24). Cette indifférence est le contraire d’une inclination. L’entendement n’est pas irrésistiblement attiré vers tel objet plutôt que vers tel autre. Il peut les considérer tous avec la même absence d’investissement affectif, avec la même neutralité. En principe donc, cette faculté devrait servir de règle aux autres, et « il faut que les facultés qui lui sont inférieures s’accommodent autant qu’il est possible à cette indifférence » (p. 14). Cependant, on a montré que les autres facultés humaines sont clairement décrites comme matérielles, puisqu’elles relèvent toutes de la faculté générale qu’est l’imagination. Elles sont donc incapables de cette parfaite indifférence à l’égard des objets qui les touchent, parce qu’elles sont influencées par le tempérament de l’individu et donc déterminées dans leurs orientations. À l’idéal d’indifférence qui supposerait un être humain tout esprit, il faut substituer une finalité approchante, mais qui tienne compte de ce que l’homme a un caractère, donc des passions, et ne se trouve ainsi jamais dans un état d’indifférence totale3. Les facultés inférieures de l’homme doivent dès lors tendre à la médiocrité. Celle-ci est une forme d’indifférence humanisée, c’est-à-dire l’incarnation de l’indifférence, bref, une indifférence intellectuelle modifiée et réorientée par les passions du corps. La médiocrité est ce qui ressemble le plus à de l’indifférence : « le milieu est moins déterminé que ne sont ses extrémités, étant indifférent à l’une et à l’autre »4. Mais l’indifférence est impossible car toutes les facultés de l’âme sont modelées par la conformation des parties du corps et par le tempérament : « le Tempérament modifie toutes les facultés, les rendant plus ou moins fortes selon les degrés qu’il a »5. La vertu demande donc en réalité un juste milieu, comme chez Aristote. Le modèle de perfection humaine consiste en un milieu entre deux extrémités permettant d’avoir une règle pour juger du bien et du mal. L’enjeu est donc bien moral. Ainsi, lorsqu’il est traité des larmes dans la cinquième partie des Charactères des passions, il est affirmé que « la morale veut quelque médiocrité dans les larmes »6, sans plus d’explication. La médiocrité en toute chose semble bien constituer un critère moral chez l’être humain.

6On ne peut cependant que constater que la définition de cette médiété est encore celle d’un type idéal dont les individus s’écartent nécessairement, quoique plus ou moins. Car tout caractère (donc tout tempérament, puisqu’il constitue le soubassement physiologique primaire du caractère) se présente comme un écart par rapport à ce juste milieu. La vertu se mesure alors à l’ampleur de ce décalage par rapport au modèle type. Plus l’écart est modeste, plus l’individu s’approche de la vertu. Ce modèle type, étant une juste mesure absolue, il demeure idéal, l’état d’indifférence ne pouvant correspondre à aucun individu concret. Chaque personne se présente avec un caractère propre qui fait sa personnalité à partir de la spécificité de ses passions.

  • 7 L’art de connaître les hommes, p. 15.

7Mais ce principe de médiété est bien là pour que l’on puisse poser des jugements de valeur moraux et instaurer des hiérarchies. Ici apparaît une différence considérable entre l’homme et les autres vivants. Seul l’être humain est capable d’une certaine médiocrité dans son caractère. Celle-ci consiste en fait en un équilibre relatif des passions, équilibre qu’on ne trouve chez aucun animal. Dans le règne animal en effet, chaque espèce se définit par une passion dominante qui doit être exacerbée pour assurer sa survie. Il faut par exemple que le lion soit très courageux, c’est-à-dire téméraire pour être toujours redouté. En l’être humain au contraire, la témérité est un vice, un excès de tempérament courageux qui est dangereux pour sa conservation. Ainsi, à défaut d’être indifférent, il est le seul des êtres vivants qui doit rechercher la médiocrité des composantes passionnelles de son tempérament. Cela permet d’affirmer que l’humain seul possède un « parfait tempérament »7 par opposition aux animaux qui sont toujours dans l’excès ou le défaut de telle(s) ou telle(s) qualité(s) passionnelle(s). D’un point de vue méthodologique, on a dit que Cureau considère que l’étude de l’animal apprend beaucoup sur l’être humain et qu’on peut trouver des similitudes entre l’un et l’autre. En matière morale cependant, plus les similitudes existent, plus on s’éloigne de la vertu. La comparaison entre animal et homme sert donc en réalité à étudier les défauts du second, ses vices. Car un animal est un être toujours excessif dans ses passions, non par vice mais par nature. L’excès chez l’être humain n’est en revanche pas conforme au dessein de la nature qui vise la médiocrité de ses affects. Ceux-ci doivent donc être exacerbés chez l’animal pour être parfaits ; ils doivent être modérés chez l’homme pour le même but.

8Rechercher la médiocrité, c’est s’approcher le plus qu’il est humainement possible (c’est-à-dire en tenant compte des composantes matérielles de l’homme) de l’indifférence de l’entendement, archétype de la perfection. Mais l’indifférence ne correspond en rien à la réalité humaine, celle d’un composé d’âme et de corps. La médiocrité doit dès lors s’obtenir en considérant toutes les parties de l’homme, des plus matérielles aux plus spirituelles. Le juste milieu recherché inclut l’ensemble de ce qui compose l’homme. Cela aboutit à une thèse qui remet en cause le modèle initial procuré par l’étude de la manière dont fonctionne l’entendement. On constate en effet que toute partie de l’être humain trop développée, trop exacerbée, est contrebalancée par des faiblesses dans une autre partie, y compris quand c’est l’intellect qui se trouve prééminent. Des facultés spirituelles hypertrophiée sont ainsi nécessairement accompagnées d’une faiblesse du corps elle-même aiguë, ce qui n’est pas souhaitable :

De sorte que la perfection naturelle de l’homme ne demande pas une imagination trop vive, ni un Jugement trop circonspect, ni une mémoire trop heureuse, elle ne peut pas même souffrir ces esprits sublimes qui sont toujours attachés à la contemplation des choses hautes et difficiles […] car il faut que le corps soit faible quand l’esprit est trop fort. (ibid., p. 17-18)

9En ce sens, l’anthropologie modifie profondément le discours moral. Les vertus spirituelles ne sont pas forcément souhaitables en l’homme, car il est justement un composé où le calcul du juste milieu suppose de comprendre les caractéristiques intellectuelles et corporelles de l’individu. On aboutit donc au paradoxe suivant : les vertus mêmes peuvent éloigner de la perfection naturelle de l’humanité. Cela contraint à mobiliser un concept oxymorique, celui de « perfection vicieuse » (p. 18) sur lequel nous reviendrons. Tout aussi paradoxalement, l’être humain doit ainsi développer le moins possible ses vertus naturelles. Car toute conformation vertueuse est justement une conformation, c’est-à-dire une détermination de l’individu qui l’emprisonne dans un type de comportement, un type de caractère qui l’éloigne de la médiocrité. Ces vertus naturelles sont « des bornes, et des limites qui restreignent la capacité de l’âme qui est universelle à une habitude particulière » (p. 21).

10Ces analyses de l’homme en termes de défaut ou d’excès par rapport à une moyenne constituent un principe explicatif général. Ce dernier est présent dans tous les ouvrages de Cureau. Par exemple, il est déjà à l’œuvre dans ses Nouvelles conjectures sur la digestion de 1636. Sa mobilisation permettait d’expliquer l’appétit sensitif :

La nature de l’homme devant être indifférente et indéterminée, et dans les choses déterminées, le milieu l’étant moins que les extrémités : il fallait que le mouvement de l’appétit sensitif, qui est une puissance naturellement indéterminée, comme étant matérielle, fut dans le milieu pour être conforme à la nature de l’homme.

  • 8 Nouvelles conjectures sur la digestion, ouvr. cité, p. 8-9.

Et de fait ceux d’entre les hommes qui ont quelque excellente vertu naturelle, ont aussi de grands défauts qui l’accompagnent, parce que ces vertus ne sont que des dispositions et des commencements des vraies vertus. Or les dispositions et les commencements déterminent, et par conséquent ils s’éloignent de la perfection de l’homme.8

  • 9 L’art de connaître les hommes, p. 17.

11La meilleure approximation possible de l’indifférence de l’âme dans le composé consiste en une médiocrité des passions. Cette approximation doit également se traduire par un équilibre entre actions de l’âme et du corps. Au point que le modèle moral ne semble pas tant l’indifférence de l’âme que cette médiocrité des humeurs corporelles elle-même. Ainsi le tempérament doit « être égal pour rendre l’homme parfait »9. Or ici, il semble que ce soit l’âme qui doive suivre un équilibre qui est d’abord fondamentalement corporel : « il faut que toutes les facultés de l’âme se ressentent de leur justesse, et qu’elles gardent la même modération qui se rencontre dans le Tempérament » (ibid.). L’âme n’est pas le modèle du corps et son perfectionnement ne peut se faire au détriment de celui du corps. Car encore une fois, l’équilibre comme approximation humaine de l’indifférence, calcule l’ensemble des qualités et leur intensité. Du fait par exemple du contrebalancement nécessaire entre les extrêmes, une grande vertu s’accompagne nécessairement de grands vices :

C’est qu’encore qu’il y ait des Inclinations qui sont bonnes en elles-mêmes, et qui méritent quelque louange, comme celles que l’on a pour les vertus : ce sont néanmoins des défauts qui altèrent la perfection naturelle qui convient à la Nature humaine. Et certainement on n’a guère vu que ceux qui ont de naissance quelques vertus excellentes n’aient eu de plus grands vices qui les ont accompagnées, parce qu’il faut de nécessité tomber en des défauts quand on s’éloigne de la perfection. Or la Perfection de l’Homme est d’être indifférent, et sans être déterminé à une vertu particulière, il faut qu’il soit capable de toutes. (p. 20)

  • 10 « L’Âme de sa nature n’est point déterminée et doit être capable de toutes les actions humaines : e (...)

12Toute exacerbation d’une qualité (y compris intellectuelle) la transforme en défaut. Elle détermine en effet un caractère et, par là, elle détermine l’âme. Or l’âme, de par sa spiritualité, ne doit pas être déterminée, justement parce qu’elle n’est pas censée être matérielle. La détermination est le contraire de la liberté, et l’âme est donc d’autant plus libre qu’elle est indifférente10. Plus le caractère est tôt marqué (ce qui se voit aux inclinations précoces vers tel ou tel objet), moins l’âme sera libre de choisir ses objets, puisqu’elle est alors déterminée par le caractère de l’individu. La norme morale est désormais claire : elle consiste en un tempérament tempéré et distingue l’être humain de l’animal (chez qui l’excès humoral est la norme expliquant la survie de chaque espèce). D’un point de vue moral, l’excès est un vice.

L’excès du sexe : les qualités vicieuses de la femme

  • 11 Ce que semble vouloir dire cette formule allusive : « Or il est certain qu’il y a des parties qui s (...)
  • 12 « La stature plus basse, la tête plus petite, le visage rond, etc. […] sont propres à la femme ; to (...)
  • 13 « En quoi consiste la perfection naturelle de l’homme », p. 31-39 ; « En quoi consiste la perfecti (...)

13Mais on sait que d’un point de vue corporel, la nature donne à chacun une constitution différente en fonction de son sexe. La différence semble se faire ici selon les parties considérées : la nature conserve volontairement des parties communes, marques d’une seule et même espèce. Cependant, elle prévoit également des parties différentes afin de distinguer les sexes et leur permettre de remplir leur destination procréatrice. C’est là tout ce que la nature semble faire à dessein : former des organes sexuels différents11. Cependant, le tempérament induit toute une série d’autres particularités sexuées, qui ne relèvent pas des finalités de la nature, mais participent pourtant de la perfection propre à chaque sexe12. L’anthropologie requiert donc d’analyser en des chapitres distincts la perfection masculine et la perfection féminine13.

  • 14 Le paradigme aristotélicien joue à plein qui dit que « dans toutes les familles où il y a femelle e (...)

14Tout le corps est marqué par la différence sexuelle et ceci s’explique par le fait qu’il est entièrement modelé par le tempérament14 et que ce dernier est lui-même fortement sexué afin d’accomplir le dessein principal de la nature. Ce ne sont pas seulement les organes liés directement à la reproduction qui sont spécifiés sexuellement par le tempérament, c’est en réalité le corps entier :

  • 15 L’art de connaître les hommes, p. 38-39.

Mais ce qui est encore à remarquer dans toutes ces parties, c’est qu’elles ont rapport avec les facultés et avec les inclinations que le Sexe donne à l’Âme, en sorte qu’elles servent de marques et de signes pour les découvrir, soit parce que ce sont les instruments de ces puissances-là, et que la connaissance de l’instrument découvre la cause à laquelle il sert ; soit parce que les unes et les autres procèdent du tempérament comme de leur principe commun et que la Conformation des parties faisant connaître le Tempérament, le Tempérament fait après connaître les facultés et les Inclinations dont il a été cause.15

15On retrouve la sémiotique chère à l’auteur. Chaque partie du corps doit être un signe indiquant le sexe de son/sa propriétaire. Les parties du corps modelées par la différence sexuelle ont rapport avec des facultés et inclinations elles-mêmes sexuées. Ainsi, non seulement le corps aussi bien que l’âme sont sexués, mais le corps sexué est « marque » et « signe » des aspects sexués de l’âme. Il y a ici une double opération de sexualisation, du corps vers l’âme et de l’âme vers le corps. En modelant le corps, le tempérament contraint en quelque sorte l’âme à penser de manière sexuée. L’âme se sert des qualités humorales de l’individu. Cette connaissance des humeurs de son corps propre la rend efficace dans ses actions. En modelant l’âme, le tempérament induit un usage sexué du corps par celle-ci. Le sexe forme en réalité le corps et l’âme, ce qui permet de lire les passions propres à chaque sexe dans l’un et l’autre. Ainsi, « le col gros, les chairs dures et musculeuses, les extrémités grandes, sont signe de force, tant au corps qu’à l’âme » (ibid., p. 39).

16Le corps humain est donc en réalité largement repensé. Du fait de la sexuation générale de l’être, l’idée que les facultés intellectuelles seraient épargnées par elle disparaît. Le fait que des qualités intellectuelles sont contrebalancées par des défauts physiques tombe également. Le corps et l’âme expriment la même chose, et la meilleure approximation de la perfection se trouve dans le corps masculin. Alors qu’il avait été expliqué que des facultés de l’esprit exacerbées induisaient une certaine débilité du corps, Cureau peut affirmer à présent (justement parce que l’on se trouve dans les chapitres distinguant l’homme de la femme) que la perfection du corps et de l’esprit vont de pair :

Le front et le visage carrés et la tête grosse, sont des marques de sagesse, de constance et de justice. […] De sorte que l’on peut dire que de toutes les parties qui font la Beauté mâle, et qui est bienséante à un Homme, il n’y en a pas une qui ne soit la marque d’une Inclination à quelque vertu particulière. (ibid.)

17Il y a bien parallèle et rapport d’expression entre les motifs sexués du corps et de l’âme. La force, état positif du corps, ne peut ainsi qu’exister également au niveau intellectuel et au niveau moral. Car la force est la marque des passions positives et le propre de l’être humain de sexe masculin. Tous les comportements peuvent dès lors fondamentalement se juger à partir de ce critère. Le monde est divisé en deux : les courageux et les timides. Et ceci constitue un critère moral général qui permet de juger toute action humaine :

  • 16 Charactères, vol. II, Où il est traité de la nature et des effets des passions courageuses, p. 233- (...)

C’est pourquoi ceux qui ont l’esprit fort par nature ou par étude, en sont plus susceptibles [de courage] : il est vrai que la force de l’esprit dépend souvent du tempérament, d’où vient que les jeunes gens et les femmes qui ont l’esprit moins fort à cause de leur constitution, ont de la peine à résister à leurs passions.16

18La force est la marque du courage et le courage l’apanage du sexe masculin. Ce partage sexué des qualités permet de repenser l’ensemble du modèle proposé. Au niveau le plus global, celui de l’ensemble des êtres vivants, la distinction des tempéraments s’explique par la différence entre les espèces. De cette analyse ressort l’idée générale que les espèces se répartissent entre deux grands types de caractère : les espèces dominantes qui sont fortes et donc courageuses ; les espèces dominées qui sont faibles et donc timides. Dans les Charactères des passions, puis de manière plus nette (c’est-à-dire constante et explicite) dans L’art de connaître les hommes, se dégage une opposition fondamentale entre passions courageuses et passions timides dont découlent tous les principaux éléments secondaires du caractère : la hardiesse, l’absence de susceptibilité, etc., pour les premières ; la dissimulation, la ruse, etc., pour les secondes. Or ce principe est en réalité sexué.

  • 17 « Avis au lecteur », Charactères, vol. II, n. p.

19Le partage entre deux grands types de tempérament divise le monde animal selon les espèces, mais cette division est interne à l’espèce chez les humains au travers de la distinction entre un caractère féminin et un caractère masculin. La comparaison avec l’animal retrouve d’ailleurs ici une certaine pertinence, puisque les femmes ont un caractère comparable à celui des espèces dominées et les hommes ont un caractère comparable à celui des espèces dominantes. Et cette différence essentielle au cœur d’une même espèce permet encore une fois de déduire l’ensemble des caractères secondaires de chaque tempérament. Parmi les passions irascibles, c’est-à-dire toutes les passions liées au mal, les unes sont ainsi courageuses, les autres timides. C’est à partir de cette distinction générale que les autres éléments du caractère principal se trouvent fixés. Les êtres mus par des passions timides tâcheront d’éviter les maux, au moyen des passions suivantes au choix : la haine, l’aversion, la douleur, la crainte, le désespoir. Mais quand l’âme « croit être assez forte pour les surmonter ou du moins pour en soutenir les attaques »17, ce qui correspond aux êtres mus par des passions courageuses, elle produit la colère ou la constance.

  • 18 L’art de connaître les hommes, p. 23.
  • 19 Ibid.

20Pour comprendre la différence essentielle de caractère entre la femme et l’homme, il faut se rappeler les analyses de la beauté déjà posées concernant sa perception nécessairement différente selon le sexe. Il importe que les femmes et les hommes n’aient pas la même perception du beau pour rechercher la beauté dans l’autre sexe et accomplir ainsi le dessein de la nature, c’est-à-dire la perpétuation de l’espèce. On part dès lors d’un présupposé qui ne requiert plus de démonstration, le fait que « l’Homme et la Femme ont dû avoir des qualités différentes »18. La nature en effet a dû faire que ce « juste tempérament a été partagé entre eux deux, et sans s’éloigner beaucoup de cette parfaite température, l’Homme a eu plus de chaleur et de sécheresse, et la Femme un peu plus de froideur et d’humidité »19. Le critère du sexe permet donc de penser une différence de caractère essentielle (au sens où elle définit génériquement un type d’être selon qu’il est masculin ou féminin) à l’intérieur d’une même espèce.

  • 20 Même si dans le mythe originel présenté par Aristophane dans Le banquet de Platon, et malgré le ter (...)

21Il y a un caractère féminin général et un caractère masculin général qui, à nouveau, doivent s’analyser comme des écarts par rapport à une moyenne, par rapport à une vertu médiocre, mais ces écarts sont différents selon le sexe. Cureau étaye ce point en s’appuyant sur le mythe de l’androgyne. L’ensemble du mythe est interprété comme expliquant la division du genre humain en termes sexués20, celle entre deux sexes qui héritent chacun de qualités humorales distinctes :

  • 21 L’art de connaître les hommes, p. 23-24.

Cette première union de l’Homme et de la Femme [dans l’androgyne] n’est autre chose que la Nature humaine qui contient les deux sexes et qui a pour corps ce juste Tempérament qui est semblable à la figure ronde, dont toutes les parties sont égales et uniformes. Mais dans la séparation qui a été faite de cette nature en deux sexes, ce Tempérament a été divisé en deux.21

  • 22 L’androgynie a pour rôle unique d’expliquer la distinction sexuelle. Cureau n’en traite pas comme d (...)
  • 23 La présentation de la nature humaine parfaite, c’est-à-dire rigoureusement médiocre et sans détermi (...)

22On peut donc penser que les androgynes étant parfaits22 (comme l’indique leur aspect sphérique, précise Cureau) avant d’être séparés, les qualités de leur caractère vont se répartir entre femme et homme, c’est-à-dire que chacun des deux sexes hérite, après séparation, de certaines qualités de l’être complet originel23. Reste alors à savoir si cette répartition est équitable.

  • 24 Pour une lecture égalitaire du mythe de l’androgyne, notamment à la Renaissance, voir F. Villemur, (...)
  • 25 « La Nature s’est proposée de donner à l’homme, outre les facultés qui conviennent à son espèce, ce (...)

23Le recours à la légende des androgynes semblerait marquer une division en deux parties égales24. Mais cette répartition des caractères s’effectue en fait selon les deux causes nécessaires à la génération. Elle s’avère donc en réalité inégalitaire. Car le type d’explication de la génération mobilisé induit une répartition déséquilibrée des qualités humorales entre les deux parties de l’androgyne désormais disjointes. Comme il y a deux sexes pour qu’il y ait génération, deux causes distinctes sont mobilisées pour cette opération. Une cause active (dite aussi efficiente) et une cause passive (dite aussi matérielle) correspondant réciproquement à la part masculine et à la part féminine de l’action nécessaire à la reproduction. La première a le chaud et le sec comme principes humoraux ; la seconde se définit par le froid et l’humide25.

24La nature humaine semble bien constituée de deux strates : l’une est véritablement générique et se définit par une médiocrité du caractère ; l’autre est humorale et forme le tempérament propre en donnant plus ou moins de force aux inclinations naturelles de l’individu. La nature prodigue des facultés communes aux femmes et aux hommes, mais le tempérament vient les modifier. Or cette strate humorale ne sert pas d’abord à distinguer les spécificités du caractère de chacune et chacun. Comme ses principes sont eux-mêmes généraux, puisque constitués de quatre qualités fondamentales (le chaud, le sec, le froid, l’humide), elle sert en réalité à établir un second degré de généralité ; celui qui pose deux tempéraments généraux selon le sexe. C’est ce que la reprise du mythe de l’androgyne permet de comprendre. La répartition des qualités naturelles de l’être humain s’effectue de fait selon le sexe. Car la nature humaine ne se présente jamais nue dans ses actions, mais toujours infléchie par le tempérament. Si par nature tous les êtres humains partagent les mêmes facultés, par tempérament, ils n’en jouissent pas du tout de la même manière. Le rôle simplement théorique et idéal de la médiocrité comme finalité naturelle apparaît d’autant plus nettement dans l’anthropologie de Cureau, que le modèle de la génération choisi suppose au contraire des causes nettement différenciées correspondant à des charges symboliques opposées (activité/passivité).

25Cette strate humorale de la nature humaine s’oppose à la première strate fondée sur l’idée d’indifférence. Non seulement elle s’y oppose, mais elle semble la modifier. Les explications psychophysiologiques du lien existant entre âme et corps semblent le confirmer. Si la distinction âme-corps est maintenue dans le raisonnement, on a vu que l’âme est en réalité déterminée par le corps. Dans la pratique, les deux strates précédemment dégagées ne recouvrent donc pas celle entre des facultés intellectuelles qui seraient neutres, indifférentes et des facultés corporelles modelées par le caractère. Les opérations de l’âme sont orientées par le tempérament, puisque, de fait, elles sont toutes liées à des opérations corporelles :

L’âme qui se conforme à la Nature de l’humidité qui lui sert d’organe et qui est mobile, changeante et susceptible de toutes les impressions qu’on lui donne, prend aussi l’Inclination aux vices qui correspondent à ces qualités, telle qu’est la légèreté, l’inconstance. (ibid., p. 44)

26L’âme n’agit donc en fait jamais en suivant la médiocrité voulue par la nature. Le caractère de l’âme dépend du caractère des passions. Et le caractère des passions dépend du sexe. En définitive, l’impératif moral général (ne pas verser dans l’excès quand on est un être humain, quelle que soit la qualité considérée) semble apparemment réaffirmé au niveau des tempéraments, y compris dans leur aspect sexué :

Mais il faut observer ici que toutes ces vertus naturelles ne peuvent compatir avec ces deux qualités si elles sont excessives. […] De même si la sécheresse est trop forte, la fermeté de l’Âme deviendra opiniâtreté. […] C’est pourquoi la Perfection du Tempérament qui convient à l’Homme à cause de son Sexe, ne doit pas s’éloigner beaucoup de l’exacte Température qui est propre à la Nature humaine. (p. 33)

27Cependant, cette vérité générale sera malmenée par le fait que non seulement la distinction des qualités est sexuée, mais qu’au fond, elle est profondément inégalitaire. Car il n’est pas indifférent ici que ce soit justement le tempérament masculin qui soit décrit comme ne devant pas trop s’éloigner de la médiocrité parfaite. Il est en effet considéré comme plus parfait que celui des femmes.

28Le modèle de la médiocrité introduit des tensions théoriques fortes au sein de l’étude de la différence des sexes. Car l’excès est nécessaire à l’identité et à la personnalité, puisque celles-ci sont en réalité toujours fondées sur le sexe. Par rapport aux qualités neutres génériques de l’espèce humaine, chaque sexe doit accentuer ses inclinations pour se différencier de l’autre. L’analyse de l’excès n’est cependant pas la même selon le sexe considéré.

29De manière générale, les descriptions profondément sexuées de la vertu et du caractère semblent avoir fait totalement disparaître le schème de la médiocrité. Le courage nécessite par exemple de se départir d’un comportement médian. Les critères d’analyse de l’auteur ont dû profondément évoluer, maintenant que le corps et l’âme sont modelés par la détermination sexuée. Le corps est ainsi finalisé d’une nouvelle manière. Or cette seconde finalité (produite accidentellement par le caractère) suppose bien de s’éloigner de la médiété.

Comme tout doit être médiocre dans la Nature humaine pour les raisons que nous avons dites, il faudrait que la conformation du corps fût aussi au milieu de l’excès et du défaut qui s’y peuvent rencontrer : mais parce que le tempérament modifie la vertu formatrice, et la contraint de donner aux parties la grandeur et la figure qui lui sont propres, il a fallu que celles de l’Homme répondissent aux deux qualités qui doivent dominer en lui, et qu’elles fussent plus grandes, non seulement que celles de la Femme, mais encore plus que celles qui étaient destinées à l’espèce humaine. (p. 34)

30À rebours du premier schème explicatif, les êtres humains ne doivent pas chercher à réduire le plus possible l’écart de leur caractère par rapport à la vertu médiocre. Ils doivent au contraire l’accentuer afin de marquer nettement la différence entre le masculin et le féminin. Ce qui est intéressant, c’est que l’accentuation constitue un écart double : un écart général par rapport à la vertu médiane commune à tous les êtres humains ; un écart particulier par rapport à la vertu proprement féminine dans le cas examiné, c’est-à-dire celui de l’homme. L’écart est exacerbé afin que le type masculin de l’être en question soit clairement affirmé. Cureau confère d’ailleurs un aspect prescriptif à cette accentuation du type masculin, puisque de manière générale, sa constitution humorale fait qu’il est plus parfait que le type féminin.

31On voit donc que l’étude de l’être humain rejoint en réalité à nouveau celle de l’animal : la vertu suppose l’exacerbation de certaines qualités. Cette exacerbation se faisait espèce par espèce dans le règne animal, elle se fait sexe par sexe dans le monde humain. On constate également que l’exacerbation permet de fixer clairement le genre et que chacun des deux sexes semble devoir accentuer son type humoral propre.

  • 26 Discours de l’amitié et de la haine qui se trouvent entre les animaux [1667], Paris, Fayard (Corpus (...)

32Cela est bien sûr à mettre en parallèle avec les cas d’indétermination sexuelle et de mélange des genres soulevés par Cureau. Ils marquent tous des erreurs de la nature où l’imagination, nous l’avons vu, joue un rôle essentiel. Ils constituent des défauts naturels propres à certaines espèces ou à certains individus, car ils rendent malaisés la distinction sexuée et donc in fine la procréation. Mais la sexuation du corps est en réalité multiforme. Le cas déjà évoqué des pigeons le montre bien. Absolument rien dans leur apparence ne peut permettre de distinguer le mâle de la femelle. Il faut donc en conclure que « l’image » que chaque sexe a de l’autre inclut plus de paramètres que la simple figure. Parmi ces accidents « propres aux sexes »26, on trouve en effet aussi la voix, l’odeur ou encore le mouvement. Même si ce n’est pas le but premier de la nature, chaque sexe doit donc accentuer ses caractères pour être reconnaissable par l’autre et conforme à son type spécifique d’excès par rapport à la nature médiane prime de l’espèce humaine. Ce n’est pas simplement l’apparence qui est configurée par le sexe, mais toutes sortes d’opérations corporelles.

33Bien sûr, parler d’excès du tempérament, c’est en quelque sorte dire deux fois la même chose. En l’être humain, le tempérament est toujours ce qui rend excessif par rapport à la médiété d’une nature humaine théorique. C’est pour cette raison que les inclinations masculines et féminines sont différentes. L’inclination est donc bien un écart, une accentuation différenciée sexuellement du type humain général. Mais ce premier écart est nécessaire. Il existe cependant un second écart, un écart excessif qui fait passer de l’inclination au vice. Or c’est l’étude du caractère féminin qui permet de le comprendre.

34En posant que le caractère masculin repose sur des qualités humorales meilleures que celles de la femme, on pourrait penser que cette dernière doit tenter de viriliser son comportement. Mais une telle prescription morale reviendrait à estomper la différence des sexes, ce qui est contre-nature. Dès lors, il faut tenir un discours moral assez ambigu, puisqu’il pousse aussi la femme à exacerber les qualités accidentelles de son être, alors même qu’elles sont inférieures à celles de l’homme. Il faut maintenir qu’il y a deux perfections distinctes selon qu’on est homme ou femme, tout en affirmant que l’une est bien supérieure à l’autre. Pour ce faire, Cureau mobilise une notion paradoxale ; celle de perfection vicieuse.

  • 27 L’art de connaître les hommes, p. 40.

35Dès l’ouverture de L’art de connaître les hommes portant sur « La perfection de la femme », l’auteur indique qu’il va falloir « l’abaisser dans l’ordre des choses vicieuses »27. L’analyse d’une perfection sera toujours en même temps découverte du vice qu’elle sous-tend et dissimule. En ce qui concerne la nature féminine, la perfection est toujours vice, c’est-à-dire écart excessif, inclination vicieuse. Cette thèse est visiblement centrale, ce qui se marque par une solennité et une série d’arguments d’autorité faits pour en marquer le poids. Ils rappellent au passage qu’analyser le caractère féminin, c’est nécessairement étudier la beauté… comme puissance trompeuse :

S’il y a quelque certitude dans le raisonnement humain, si les principes que la Nature a versés dans notre âme pour la connaissance de la vérité ont quelque chose de solide, il faut de nécessité qu’il n’y ait pas une de toutes les parties qui sont nécessaires pour former la Beauté de la Femme qui ne soit la marque d’une inclination à quelque vice. (ibid., p. 40-41)

  • 28 « De tous les traits qui composent la Beauté de la Femme, il n’y en a pas un qui ne marque une Incl (...)

36Le déséquilibre avec la description de la perfection masculine est remarquable : la « beauté mâle » s’approchant de l’idéal de beauté objectif est proprement beauté ; la beauté féminine en revanche, étant celle d’un être par nature excessif, est défaut. Cette vérité générale est d’ailleurs affirmée à plusieurs reprises28. Au nom de la correspondance déjà étudiée entre le physique et le spirituel, le caractère moral de la femme étant vicieux, il faut que sa beauté exprime paradoxalement ce caractère. La délicatesse des mains, souvent prisée par les canons esthétiques et artistiques de l’époque, est ainsi analysée d’un point de vue moral :

Les mains petites sont toutes marques d’un naturel mol et efféminé, c’est à dire qui est délicat, voluptueux, qui ne peut souffrir aucun travail, à qui les plus légères incommodités sont insupportables, qui porte impatiemment la privation des moindres plaisirs de la vie. (p. 54)

  • 29 « Toutes les passions sont menteuses : elles se déguisent autant qu’elles le peuvent aux yeux des a (...)
  • 30 « Mais pourquoi faut-il que nous découvrions des choses que la Nature a eu tant de soin de cacher ? (...)
  • 31 « Nous nous trouvons au même état qu’un Juge qui est contraint de faire le procès à son ami par l’o (...)
  • 32 « Les raisons de toutes ces Inclinations sont évidentes et nécessaires. Car puisque la chaleur est (...)

37Le vice se cache sous la vertu, cela non au sens du discours de ceux qu’on appelle les moralistes29, mais au sens où le vice est proprement vertu chez la femme. Alors même qu’il importe que la beauté soit genrée, l’auteur entend dévoiler le caractère vicieux de la beauté féminine, en révélant ce que la nature prend soin de cacher30. Mais par voie de conséquence, il agit également en juge31. Toutes les humeurs féminines ont rapport à la faiblesse, ce qui ne peut avoir que des conséquences morales néfastes32. La médiocrité et l’excès n’ont pas le même sens chez l’homme et chez la femme.

38Tout comme l’homme, la femme n’a pas intérêt à trop s’écarter de ce juste milieu, de cette « juste température » qui définit la perfection de l’espèce humaine et la perfection propre à chaque sexe dans l’espèce humaine. Cependant, ce principe général est grandement modifié par la différence entre les qualités masculines et féminines. Les qualités (au sens de ce qui est spécifique) masculines sont des qualités (au sens de ce qui est positif). On doit simplement ajouter qu’elles se transforment en vices lorsqu’elles sont trop accentuées. Les qualités féminines en revanche sont des vices. L’écart par rapport à la moyenne accentue le vice. Dans le premier cas donc, l’écart crée le vice. Dans le second, l’écart l’amplifie car il est déjà présent au fondement même du caractère féminin. Dans le premier cas, il doit être ample pour créer le vice, dans le second, il est vice même quand il est imperceptible, ce qui explique que les vices féminins sont parfois invisibles :

Comme les inclinations peuvent être fortes ou faibles, et que les vices où elles penchent peuvent avoir divers degrés, il est certain que ceux qui conviennent à la Femme, eu égard à la perfection de son Sexe, sont les plus faibles qui se puissent trouver, parce que le Tempérament qu’elle a s’éloigne fort peu de la juste température, comme nous avons dit. De sorte que la timidité, la défiance, l’avarice et les autres y sont dans le plus bas et dans le plus faible degré où elles puissent être. Et même il y en a qui en cet état peuvent passer pour autant de vertus naturelles ; car la défiance et la dissimulation méritent le nom de prudence, l’avarice modérée se peut appeler ménage, la superstition légère est une sorte de piété. (ibid., p. 44-45, nous soulignons)

39L’analyse des inclinations féminines comme vices repose toujours sur le principe général d’oscillation autour d’une moyenne. Comme chez l’homme, l’écart doit être faible, mais il est vicieux dès le départ. Cependant, comme il est naturel et à un faible degré, il peut passer pour une vertu. Si le caractère féminin est mauvais par essence, c’est parce que le raisonnement repose sur cette idée même de moyenne. Les deux sexes ont des qualités opposées. Réunies, ces qualités ramèneraient à la neutralité de la médiété du type humain par annulation réciproque. Puisque les spécificités masculines sont toutes orientées positivement (à condition de ne pas trop s’éloigner de cette moyenne), il faut bien que toutes les spécificités féminines soient orientées négativement. Cela produit un effet de vase communiquant. L’association de ces spécificités maintient cette moyenne constituant la perfection humaine, telle que la possédait l’androgyne.

40Pour que le modèle général (de l’écart vers le mieux et de l’écart vers le pire) soit maintenu, une distinction entre « vice » et « défaut » est posée : les qualités féminines sont des vices, mais ne constituent pas pour autant des défauts, car ces vices sont conformes à la nature spécifique de la femme :

D’ailleurs, ces Inclinations qui portent le nom des vices, à parler exactement, ne sont point des défauts, au contraire, ce sont des perfections naturelles, parce qu’elles conviennent à la nature du Sexe féminin. Et comme ce n’est pas une imperfection à un lièvre d’être timide, ni à un tigre d’être cruel, autant que leur nature demande ces qualités-là, on ne peut pas dire aussi que la timidité, la défiance, l’inconstance, etc., soient des défauts dans la Femme, parce qu’elles sont naturelles à son Sexe qui serait défectueux, s’il en était privé.
Il est vrai qu’en les comparant avec les inclinations de l’Homme, elles paraissent vicieuses : mais la comparaison qui se fait entre des choses diverses, ne peut régler leur perfection naturelle, parce qu’elle transporte à un sujet ce qui appartient à l’autre, et il n’y a rien où l’on ne puisse trouver de l’excès ou du défaut, quand on le compare ainsi. (p. 46-47)

41Est donc ici formulée de manière absolument explicite l’idée que les perfections naturelles de la femme sont des vices, tout en constituant les qualités propres à son sexe et qu’à un certain niveau d’analyse, on ne peut plus comparer rigoureusement la femme et l’homme, car ils ne relèvent pas du même caractère moral. Les critères moraux pour comprendre les femmes doivent tenir compte de ce que l’on a affaire, dans tous les cas, à un caractère mauvais (de par la nature même des humeurs qui le constituent).

  • 33 Sur cette évolution du discours médical sur les femmes à la Renaissance, voir I. MacLean, The Renai (...)

42Pour comprendre ce paradoxe d’une perfection définie comme vice, il faut appliquer une sorte de principe de justice distributive de type aristotélicien. On ne peut comparer des objets dont le genre et la finalité sont différents. La femme et l’homme ont une perfection commune de type générique. Mais une analyse plus fine montre qu’ils n’appartiennent pas au même groupe et qu’on ne peut les juger selon les mêmes critères. En réalité, on ne les comprend pas en les comparant l’un à l’autre, car ils n’ont pas les mêmes mérites. Cureau illustre bien une évolution dans le discours sur les femmes depuis l’époque renaissante. On n’affirme plus que la femme est un monstre ou en tout cas un raté de la nature comme dans la tradition aristotélicienne. Elle est parfaite en son genre, ce qui n’empêche pas le maintien d’une hiérarchie naturelle entre femmes et hommes, défavorable aux premières33.

43À ce niveau explicatif nouveau, il n’est plus possible d’étudier et de comprendre la femme en observant l’homme, ou alors par une méthode d’inversion systématique. Ce qui constituerait un défaut chez l’homme est nécessaire à la femme et réciproquement. Mais encore une fois, le modèle n’est pas symétrique puisqu’absolument parlant, la nature féminine ne recèle que des vices et aucune vertu. Il faut donc bien s’accoutumer à l’idée paradoxale de perfection vicieuse. Correspondant à la nature même de ce sexe, ces vices sont donc nécessaires à l’existence, au comportement, bref à l’éthique féminine et à ses spécificités. Dès lors, ils ne constituent pas des défauts, c’est-à-dire qu’il ne faut pas tenter de les corriger ou de les éradiquer. On comprend à présent pourquoi la distinction entre le vice et le défaut est importante. On peut remédier à un défaut. Or ce n’est pas souhaitable, car tout l’équilibre de la nature, reposant sur cette bipolarisation des qualités humaines, en serait perturbé. C’est donc pour cette raison qu’il ne serait pas bon que la femme tente de mimer les caractéristiques du comportement masculin, même s’il a été démontré qu’elles sont positives :

  • 34 L’art de connaître les hommes, p. 47-48.

Mais quoi ! Ne peut-il arriver que la Femme aura le même Tempérament que l’Homme ; et par conséquent les mêmes inclinations, et qu’elle sera hardie, magnanime, libérale, etc., comme en effet nous en voyons beaucoup qui ont toutes ces qualités-là. Il est vrai, mais ce qui est une perfection en un sujet, peut être un défaut en un autre : comme la hardiesse est une vertu au lion et un vice au lièvre, ce qui est une perfection dans l’Homme est un défaut et une imperfection dans la Femme, parce qu’il l’éloigne de la perfection naturelle de son Sexe.34

44L’appropriation d’une qualité propre à un sexe par l’autre sexe transforme même cette qualité positive au départ en défaut. L’homme n’est pas un modèle moral pour la femme. Tout processus de masculinisation du comportement est contre-nature.

  • 35 Mais I. MacLean en situe l’apogée entre 1630 et 1650 (The Renaissance Notion of Woman. A Study in t (...)
  • 36 Voir notamment Proverbes 31, 10-31 et Siracide (Ecclésiastique) 26, 1-18. La figure de Judith est é (...)

45L’excès, même léger, de masculin dans le féminin ou de féminin dans le masculin est donc pire qu’un excès plus grand, mais qui laisserait à l’intérieur des défauts propres à son sexe. Il vaut mieux un homme très téméraire (l’excès de courage maintenant à l’intérieur du comportement masculin) qu’un peu « poltron » (l’excès de faiblesse exilant du côté des vices propres au comportement féminin). De même, il vaut mieux une femme « fort timide, fort légère et changeante » que « hardie, prodigue et obstinée », « parce que ces dernières qualités viennent d’un tempérament qui est tout à fait opposé à la Femme, au lieu que les autres suivent celui qui lui est propre, quoiqu’il passe la modération où il devrait être » (ibid., p. 48). La femme ne peut ainsi échapper à sa nature, qui est décrite comme vicieuse en copiant les vertus masculines (qui sont des qualités tant qu’elles sont modérées). Le modèle de la femme forte est battu en brèche. Il constitue un archétype constamment mobilisé dans les écrits de piété et d’instruction féminine. À ce titre, il fait partie des arguments philogynes depuis le Moyen Âge35. Il trouve son modèle dans la Bible36 et y décrit des femmes exceptionnelles et rares se distinguant par leur vertu et leurs accomplissements. Leur perfection vient de leur force. Mais cette qualité est traditionnellement associée aux hommes. Ceci explique sans doute leur rareté. Cela souligne aussi que l’éloge des femmes suppose de leur attribuer une qualité masculine, ce que toute la distinction des sexes opérée par Cureau rend illégitime. On comprend donc que dans le schéma démonstratif de l’auteur, un tel archétype ne puisse pas être présenté positivement. En lui refusant cette valeur topique, Cureau fait fi d’un motif chrétien important et séculaire.

46D’un point de vue qualitatif, les deux sexes ont des caractéristiques qui ne peuvent leur être communes. D’un point de vue quantitatif, l’exacerbation d’un caractère masculin est toujours meilleure (moins dommageable) que l’exacerbation d’un caractère féminin. Ce point de vue quantitatif s’explique par une raison qualitative, le type d’humeur portée à l’excès, mais aussi la température de ces humeurs, la femme étant, ici encore, toujours plus excessive.

Tempérament tempéré et climat tempéré

47Puisque la médiété est impossible et même peu souhaitable, le critère du médiocre est remplacé par celui du tempéré, qui est en réalité différent et permet une lecture géographique et sociale de la moralité. Ce critère n’est pas intrinsèquement sexué, il découle cependant des observations faites concernant les différences entre caractère masculin et féminin. Il permet également de distinguer entre les êtres humains, non pas seulement au niveau individuel, mais aussi collectif. On trouve ainsi (quoique d’une manière beaucoup moins développée que pour la différence sexuelle) des explications sur les différences de tempéraments humains selon les origines géographiques qui viennent compléter l’anthropologie de Cureau. Ces explications nous paraissent directement reliées aux acquis de la réflexion sur les sexes.

  • 37 Charactères, vol. I, p. 114.
  • 38 Elle est annoncée dans l’introduction aux Charactères des passions, et certains passages montrent a (...)

48La thèse générale est la suivante : « comme le corps humain est le plus tempéré de tous ceux qui sont dans la nature, il est vraisemblable qu’il doit rencontrer cette beauté parfaite dans le climat le plus tempéré »37. Les écarts de tempérament sont aussi en partie liés au climat, même si ce paramètre est secondaire par rapport à celui du sexe. On a déjà constaté que le lieu géographique infléchit par exemple le jugement sur le beau, ce qui revient à modifier les desseins mêmes de la nature. Chez les Chinois, le nez camus est considéré comme beau, ce qui n’est pas le cas sous les latitudes médianes. Le climat est donc bien un principe d’altération du tempérament qui fausse le jugement à mesure qu’on s’écarte d’un climat tempéré. Il agit en effet sur le corps et se révèle capable d’en changer le tempérament. Il modifie par là les inclinations et le pouvoir de l’âme qui y est lié. Il déforme ainsi le jugement (notamment sur le beau). Cureau prévoyait une partie entière de son art de connaître les hommes consacrée à l’influence du climat sur le tempérament. Il ne l’a pas menée à bien, mais ce paramètre est explicitement présent à plusieurs reprises dans ses analyses38. Une telle théorie des climats a évidemment un aspect aristotélicien et même hippocratique qui pourrait expliquer l’intérêt que Cureau lui porte. En établissant pour la première fois un lien entre les différences de climats et les différences de caractères, Hippocrate propose en effet une lecture biologique du comportement général des peuples, en effectuant des distinctions humorales entre ethnies selon leur lieu de vie. Ce type de théorie des climats est compatible avec son mode de raisonnement et lui est même nécessaire, puisque ce raisonnement comprend la médiété comme une capacité des passions à une juste température. Or le climat échauffe ou refroidit les corps ; il restreint ou accroît les inclinations passionnelles. Il n’est dès lors pas surprenant que l’idéal de médiocrité de l’auteur se traduise par un éloge du tempéré. Or le tempéré décrit un caractère et également une géographie. L’homme ne peut être tempéré lorsqu’il vit dans un milieu géographique qui ne l’est pas. Ce critère permet de revenir à l’idéal de médiocrité malmené par l’étude des deux sexes.

  • 39 Il s’agit d’une notion d’alchimie désignant la « substance du chaud inné ». Elle est mêlée à la cha (...)
  • 40 Hippocrate pose un rapport entre température extérieure et température du corps, contrairement à d’ (...)

49En modifiant la température du corps, le climat influe sur le tempérament. On peut vérifier cela en s’appuyant sur l’analyse du courage proposée dans les Charactères des passions. Le courage suppose beaucoup de chaleur naturelle. Celle-ci doit se mesurer selon deux paramètres distincts, dont l’un est quantitatif et l’autre qualitatif. Le premier mesure la substance de la chaleur c’est-à-dire « l’humide radical »39. Le second mesure les degrés de chaleur produits par le corps. Et c’est là que le climat joue un rôle ; en permettant plus ou moins à la chaleur de s’exhaler ou de se condenser40. Dans un climat chaud, la chaleur du corps devient âcre, dense, ce qui modifie donc la qualité de cette chaleur. Mais si cette qualité n’est pas liée à un naturel chaud, elle ne suffit pas à produire une passion qui lui est associée, le courage par exemple :

  • 41 Charactères, vol. II, p. 68-69.

Car il ne suffit pas pour être courageux, d’avoir beaucoup de l’humide radical, puisque les enfants qui en ont beaucoup, ont peu de courage ; ni d’avoir la chaleur plus âcre et plus véhémente, puisque durant l’été et dans les climats fort chauds, où les humeurs et les esprits sont enflammés par l’ardeur du soleil, les hommes sont peu courageux : mais il faut avoir et beaucoup d’humidité, et beaucoup de chaleur. En effet nous voyons que les peuples qui demeurent dans les pays les plus tempérés, sont plus courageux que les Méridionaux et les Septentrionaux ; parce qu’ils ont davantage de l’humide radical que ceux-là, et qu’ils ont une chaleur plus active que ceux-ci.41

  • 42 Dans l’article « Acrimonie » de son Dictionnaire universel ([1690], Paris, SNL-Le Robert, 1978), Fu (...)

50Le climat influe donc sur la qualité des humeurs, en permettant qu’elles s’échappent plus ou moins du corps et en rendant donc l’humeur non exprimée peu ou très dense dans ce même corps (Cureau parle ici d’« acrimonie »42 de l’humeur). Le climat modifie la qualité de l’humeur. Ces modifications qualitatives ne permettent cependant pas à elles seules d’expliquer une passion et encore moins de la susciter. Dans une région chaude, les hommes dont les corps sont échauffés par le climat ne deviennent pas courageux. La température influence le tempérament, mais ne peut susciter la passion. Elle lui permet de s’exprimer (au sens propre comme figuré). On peut donc penser que le climat n’est qu’un paramètre accidentel et non essentiel afin d’expliquer tel ou tel comportement.

51Une passion suppose avant toute chose une disposition interne des humeurs. Le critère apparemment externe du climat n’est cependant pas aboli. La distinction entre différents types de courage s’appuie ici en effet sur une distinction géographique qui opère en réalité à deux niveaux. Le climat influe sur la qualité de la chaleur, mais il indique aussi des différences quantitatives de chaleur. Ainsi n’est-il pas seulement utilisé pour constater que la chaleur extérieure influe sur le comportement ; il est aussi mobilisé pour indiquer des différences de naturels entre les hommes, c’est-à-dire des différences qui tiennent à la nature même de l’humeur et pas seulement à son expression (au sens physique du terme) plus ou moins aisée sous tel ou tel climat. Selon les latitudes, c’est l’essence même de la chaleur qui change, car les hommes ont un naturel humide différent. Le naturel du méridional n’est pas le naturel du septentrional ou du tempéré. Le caractère courageux par exemple, comme équilibre entre chaleur interne et externe, ne se trouve qu’en milieu tempéré. Le climat est ici un paramètre à la fois interne et externe au corps, expliquant sa propension plus ou moins grande à telle ou telle passion. Il est donc très significatif que, seule de toutes les passions à être constamment louée par l’auteur, le courage soit la passion de l’homme tempéré, au sens aussi de l’homme qui vit en milieu tempéré.

  • 43 L’art de connaître les hommes, p. 57.

52L’analyse humorale, dès lors qu’elle inclut un paramètre géographique, permet des conclusions ethnocentristes qui reposent toutes sur l’assimilation du médiocre au tempéré au double sens d’un naturel tempéré et d’une température extérieure tempérée. Les principes généraux en sont fixés dans L’art de connaître les hommes, même s’ils sont peu développés. Cherchant à savoir où se trouve la « beauté parfaite et accomplie », l’auteur rappelle que la perfection consiste en « la médiocrité du tempérament »43. Il peut ainsi déduire :

  • 44 Ibid., p. 57-59.

Il s’ensuit de là que le Climat où se trouve la parfaite Beauté, est celui qui s’oppose le moins à cette médiocrité et qui par son exacte température la conserve et ne l’altère point. Or il est indubitable que celui qui est au quarante-cinquième degré d’élévation est le plus tempéré. […] De sorte qu’il ne faut pas chercher la véritable beauté hors de l’Europe et l’on peut dire que la France en est l’unique séjour, étant justement au milieu des extrémités du chaud et du froid, du sec et de l’humide.44

  • 45 Cureau transpose ici à la France les descriptions sur la région médiocre idéale pour le tempérament (...)

53C’est en France que l’on trouve donc la médiocrité parfaite des humeurs en laquelle consiste la perfection de l’homme. Bref, l’homme français est celui qui s’approche le plus de la perfection45.

  • 46 Charactères, vol. II, p. 75.
  • 47 Ibid., p. 76.

54Dans l’exemple précédent, celui de la passion courageuse, le resserrement est d’ailleurs encore plus fort, au point de sembler faire passer de l’ethnocentrisme à l’égocentrisme. Le courage est une qualité propre aux êtres humains vivant dans un climat tempéré, ou plus exactement aux êtres humains de sexe masculin dans un climat tempéré, puisqu’eux seuls ont la chaleur comme humeur principale. Mais Cureau précise encore les choses en mobilisant un exemple qui ressemble à un autoportrait : l’acmé du courage mêle la chaleur de la partie irascible du corps et la force de l’esprit. On peut la voir par exemple chez un « homme savant qui a du courage et de la hardiesse à parler »46. Et Cureau de préciser qu’un « homme à qui la vertu ou la science a inspiré du courage, est bien plus hardi à entreprendre quelque chose, s’il a ce beau feu que la naissance allume dans le cœur », car il réunit en lui « les qualités de l’esprit » et « la force naturelle »47 qui font le courage.

55Quoi qu’il en soit de ce glissement furtif vers un éloge de soi plus ou moins conscient, le paramètre du climat dans l’analyse du tempérament apporte des enseignements. Car il pose que certains éléments déterminant le caractère sont liés au climat et ce, de deux manières. Le tempérament correspond à un équilibre interne des humeurs, mais d’une part, il existe différents types humoraux généraux selon le climat ; d’autre part, le climat peut infléchir un caractère mais pas le créer.

  • 48 On peut noter que la théorie des climats de Cureau n’inclut pas d’analyses de comportements sexuels (...)

56La théorie des climats permet de continuer à sérier les paramètres expliquant que tous les individus constituent des écarts par rapport à la norme type et à la médiocrité de référence. Ce paramètre climatologique est difficile à saisir puisqu’il correspond apparemment à une détermination extérieure du caractère (la température extérieure influe sur la température intérieure du corps), mais qu’il sert également à répartir les hommes dans des grandes catégories de caractère selon le climat sous lequel ils vivent48. Il est clair toutefois que pour Cureau, le climat n’est pas capable de changer profondément la spécificité de chaque tempérament. Il faut donc rechercher d’autres paramètres permettant de s’approcher d’une juste température. On a cependant compris que le paradoxe mis en avant par le paramètre climatique est que cette juste température se manifeste surtout dans une passion, le courage, passion étrangère aux femmes et aux enfants, de par leur faiblesse constitutive.

Faiblesse de caractère, faiblesse sociale

57On se souvient que les différences profondes entre femmes et hommes s’expliquent en dernière instance par leurs rôles distincts dans la génération. Le courage et la faiblesse ne sont en définitive que les traductions éthiques de la polarisation physiologique distinguant la cause active et la cause passive dans la procréation. Tout le caractère de la femme découle de sa faiblesse, aussi bien physique que morale. Elle l’éloigne absolument de la passion courageuse.

  • 49 « Car puisque la chaleur est le principe de la force, du courage, et de la hardiesse, il faut que l (...)
  • 50 Sur le manque de courage des enfants, voir par exemple, Charactères, vol. II, p. 68.
  • 51 « Ceux qui ont la hardiesse héroïque, ne sont pas sensibles aux injures. […] Au contraire ceux qui (...)
  • 52 Ibid., p. 16.
  • 53 Charactères, vol. III, p. 16.

58Il n’est pas surprenant, dès lors, que les explications du comportement féminin soient fréquemment rapprochées de celles du comportement d’autres catégories d’êtres humains marqués par différents types de faiblesse. Il y a bien sûr les enfants, avec lesquels les parallèles sont récurrents, car la composition de leurs humeurs dominantes est proche de celle des femmes, ce qui explique des attitudes analogues. L’enfant est chaud et humide tandis que la femme est froide et humide. On peut par exemple constater qu’ils ont en commun un corps plus petit que celui des hommes49 et un manque général de courage50, constat qu’aucun contre-exemple ne peut démentir si l’analyse des passions est bien faite. Ainsi, lorsque des êtres faibles paraissent déployer une forme de courage, ils en inversent les caractéristiques, montrant bien par là qu’ils accomplissent un acte qui va contre leur nature. La hardiesse par exemple est « naturellement généreuse et modeste ». Elle est éloignée de toute colère, ce qui en fait d’ailleurs une qualité fondamentalement héroïque51. Quand une femme ou un enfant sont hardis cependant, la hardiesse s’accompagne au contraire de colère et de cruauté. Elle peut alors devenir lâche ou insolente, annihilant donc ses spécificités originelles52. Ne craignant pas l’oxymore, Cureau pose que la composition humorale des individus peut par exemple aboutir à un caractère qui s’exprimerait par « un courage bas et lâche »53. Il importe que même lorsqu’ils déploient un comportement courageux, les femmes ou les enfants demeurent dans la catégorie des faibles. Plus généralement, il est fondamental que la différence humorale essentielle entre les deux sexes soit maintenue. Même lorsqu’une passion semblable est décrite chez l’un et l’autre sexe, elle ne peut s’analyser de la même manière. Ainsi, malgré une certaine contradiction apparente, Cureau décrit le courage féminin comme lâche, ce qui lui permet de rester celui d’un être froid et humide.

59Ces rapprochements entre femme et enfant dans une étude morale de l’être humain ne sont pas originaux. On les retrouvera d’ailleurs chez Malebranche. Mais la similitude entre différentes faiblesses n’est ici pas simplement physiologique, comme c’est le cas chez Malebranche. Chez ce dernier en effet, ce sont surtout la texture du cerveau ainsi que la conformation et le mouvement des esprits animaux qui, fondamentalement, expliquent la faiblesse des femmes comme celle des enfants, notamment au niveau intellectuel, nous le verrons. C’est en revanche une faiblesse véritablement sociale que Cureau déduit de sa théorie humorale centrée sur l’opposition entre faiblesse et force, entre deux passions décrites le plus souvent comme antagonistes ; l’amour et le courage. Des spécificités humorales généralement réservées aux femmes (à partir du schème de la faiblesse) servent à tenir un discours moral, social et politique. Toutes les faiblesses se ressemblent en tant qu’elles placent dans un état de dépendance qui induit certaines passions (la dissimulation, l’artifice, la susceptibilité, la colère, etc.). La dépendance des enfants vis-à-vis des adultes et celle des femmes vis-à-vis des hommes sont rapprochées de la dépendance des pauvres vis-à-vis des riches. L’analyse morale inclut des critères sociaux et fournit un dernier paramètre non négligeable pour l’étude humorale des êtres humains. Opposant par exemple la femme au jeune homme (qu’il ne faut bien sûr pas confondre avec l’enfant), on en vient à joindre à ces types moraux de faiblesse des types sociaux de faiblesse :

  • 54 Charactères, vol. V, p. 101-102.

On en peut dire autant de ceux qui sont jeunes et robustes, qui sont d’un tempérament chaud et bilieux, qui sont de haute condition, ou qui ont la fortune favorable. Car les uns et les autres ne conçoivent point de Haine qui ne soit généreuse et hardie, d’autant qu’ils ont tous grande opinion de leurs forces. Mais les femmes et les vieillards, ceux qui sont froids et mélancoliques, ceux qui sont de basse naissance ou accablés de misères, sont sujets à cette haine timide et dissimulée, qui vient de la faiblesse et de la défiance.54

60Ce portrait de l’homme jeune et fort, mais aussi et surtout de milieu aisé voire noble, dessine un type humain dont le soubassement est humoral (son tempérament est chaud et bilieux) mais dont l’expression est sociale. Sa haine est « généreuse et hardie » en raison même de son statut social. Celui-ci détermine donc une pratique plus ou moins bonne du caractère. Il ne suffit pas que le caractère soit bon d’un point de vue physiologique. Il faut qu’il puisse se déployer dans un contexte social favorable. L’appartenance à une catégorie sociale élevée permet seule une expression pleine et entière, c’est-à-dire positive d’un point de vue éthique, d’une essence humorale fixée par la nature. Le thème n’est pas présenté en termes d’habitudes bonnes, induites par une intégration sociale favorable, mais véritablement en termes psychologiques. Le statut social donne une confiance en soi qui fait que l’expression des passions est généreuse et heureuse.

  • 55 Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 9, 1099a31.
  • 56 « Car un homme qui a de la santé, des forces ou des amis, se porte insensiblement à des passions co (...)

61Ce statut détermine donc la qualité des expressions du tempérament. Il façonne la psychologie : il donne à la force (dans sa manifestation humaine parfaite, c’est-à-dire le courage) les moyens adéquats pour s’exprimer. Le courage est ainsi une caractéristique masculine générale, mais une bonne naissance permet son usage plein et entier, c’est-à-dire hardi. La hardiesse, comprise comme exacerbation positive de la passion courageuse, requiert des conditions sociales afin de s’épanouir. Tout cela n’est pas sans rappeler certaines analyses aristotéliciennes55 d’un homme d’autant plus vertueux qu’il réunit autour de lui des conditions matérielles favorables à l’épanouissement de cette vertu : la santé, la richesse et les relations amicales constituant autant d’éléments extérieurs et pourtant nécessaires à cet épanouissement56.

62Non seulement la position sociale détermine la manière dont s’exprime la passion, mais elle lui donne sa valeur. Ainsi la haine n’a pas du tout la même valeur selon qu’elle est le fait de « personnes puissantes », d’« hommes généreux » (ibid., p. 100) qui l’expriment ouvertement et sans malice, sans lâcheté, sans timidité ou le fait de « faibles » (ibid.) comme les femmes, les vieillards, et les miséreux (p. 102). Chez ces derniers en effet, et contrairement aux premiers, la haine sera « timide et dissimulée » (ibid.). À partir d’une passion primaire, l’environnement social détermine les types de passions secondaires qui l’accompagnent. L’homme bien né animé de haine peut développer les passions secondaires d’espérance, de hardiesse et de colère, tandis que le faible développera celles du désespoir, de la crainte ou de la malice (p. 100). Lorsque la femme et l’homme développent une même passion (ici la haine), son expression est genrée : elle s’affirme fortement chez l’homme, de manière dissimulée chez la femme.

  • 57 Charactères, vol. IV, p. 136.
  • 58 Charactères, vol. V, p. 28.
  • 59 Ibid.
  • 60 On peut ici évidemment opposer l’affirmation de Descartes déjà citée : « Je ne suis pas de ceux qui (...)

63Mais, par analogie, toute personne en situation de faiblesse développe ses passions d’une manière féminine, parce qu’il lui manque la confiance en soi qui vient avec l’indépendance économique et la reconnaissance sociale dont manquent aussi les femmes. La fragilité sociale affaiblit et donc féminise l’expression de la passion. Les malheureux par exemple, qui « manquent de biens, d’amis et de puissance »57, ont une délicatesse de sentiments qui tient à la faiblesse de leur corps, formé de chairs molles et ténues. Le statut social modifie le caractère et l’effémine. Ainsi, tout comme les femmes et les enfants, les misérables pleurent facilement « parce qu’ils reconnaissent leur faiblesse, et le besoin qu’elle a d’être secourue »58. Or les larmes et la sensibilité à la douleur constituent des passions antisociales : « les larmes ne peuvent communiquer que la douleur qui est plus capable de détruire la société que de l’entretenir »59. Apanage quasi exclusif des femmes, des enfants et des pauvres, les larmes constituent le signe de caractères dont les humeurs sont néfastes à la vie en société60. On est là bien loin des descriptions cartésiennes déjà évoquées.

  • 61 « La faiblesse que nous appelons morale est celle qui vient du manquement de biens de fortune, comm (...)

64L’analyse de la pauvreté développe donc des similitudes frappantes avec celle du caractère féminin. Les principes de leur caractère (la faiblesse et donc la dépendance à autrui) étant identiques, les misérables et les femmes ont un caractère comparable. Si pour les premiers, cette faiblesse est circonstancielle et pour les secondes naturelles, leur résultat social est le même : l’excès de sensibilité, la crainte, la dissimulation, le manque et l’incapacité plus générale à accomplir quoi que ce soit avec assurance61. Toutes ces passions sont nuisibles dans la perspective de communautés humaines pérennes.

65Les caractères sexués et sociaux des passions constituent dès lors en réalité des paramètres politiques :

  • 62 Ibid., p. 178-179.

La force et le courage sont nécessaires à la perfection naturelle de l’homme tant à l’égard de son sexe, que de sa destination à la vie civile. Car le tempérament propre au sexe masculin doit nécessairement produire ces qualités-là qui d’ailleurs sont les fondements de la puissance et de la supériorité sans lesquelles il n’y a point de société qui puisse subsister. C’est pourquoi la hardiesse est la plus noble et la plus glorieuse de toutes les passions, parce que c’est le mouvement qui procède immédiatement de la force et du courage, et qui fait connaître que l’homme a la perfection qui est due à son sexe et à la fin pour laquelle il est destiné.
De là il s’ensuit nécessairement que la crainte qui lui est opposée et qui marque la faiblesse et le défaut de courage, doit être la plus vile et la plus honteuse passion qui puisse entrer dans l’âme de l’homme, puisqu’elle fait connaître qu’il n’a pas la perfection qui convient à son sexe et qu’il est inutile à la vie civile. Et c’est là le sujet pourquoi il ne veut jamais confesser qu’il en soit saisi, et qu’il n’y a point d’injure qui lui soit plus outrageuse que de l’accuser d’être poltron ; parce que c’est lui reprocher en quelque sorte qu’il n’est pas homme.
Mais pour montrer que ce fondement est véritable, c’est que les femmes ne font point difficulté d’avouer qu’elles sont timides et qu’elles craignent les plus petites choses. Parce que leur sexe ne demande point la force ni le courage n’étant point destiné pour les actions politiques ; et que la faiblesse et la crainte ne sont pas des défauts en lui, étant nécessairement attachées au tempérament qui lui est propre et naturel.62

66Le sexe et le statut social déterminent le caractère politique ou non d’une passion, puisqu’ils décident de l’indépendance ou de la dépendance des individus. Seules les passions courageuses sont politiques : ce sont celles de l’homme bien né.

67L’étude des passions permet un discours social et politique. Mais c’est bien l’analyse du caractère féminin qui constitue le pivot de toute cette déduction. C’est en observant la faiblesse du caractère féminin et ses traductions psychologiques et morales (la dissimulation en même temps que l’excès) qu’on constate que les femmes ne peuvent pas jouer un rôle actif dans la cité. Par extension, toute personne en situation de faiblesse menace la cohésion sociale en développant des qualités féminines et donc antipolitiques.

Notes

1 L’art de connaître les hommes, p. 5.

2 Les inclinations sont les « premières semences des affections de l’âme. […] L’inclination n’est qu’un poids secret qui fait pencher l’âme à certaines actions », ibid., p. 42.

3 Mais le principe de l’indifférence pour comprendre l’homme concerne aussi bien le corps que l’esprit. Ainsi, dans ses Nouvelles conjectures sur la digestion (Paris, P. Rocolet, 1636), Cureau part de l’idée que « l’appétit doit être indifférent en l’homme », art. 7, p. 7.

4 L’art de connaître les hommes, p. 15.

5 Ibid., p. 17.

6 Charactères, vol. V, p. 76.

7 L’art de connaître les hommes, p. 15.

8 Nouvelles conjectures sur la digestion, ouvr. cité, p. 8-9.

9 L’art de connaître les hommes, p. 17.

10 « L’Âme de sa nature n’est point déterminée et doit être capable de toutes les actions humaines : et comme elle peut connaître toutes choses, il faut que l’appétit qui suit sa connaissance, soit en état de se porter aussi à toutes choses. Et cette capacité universelle est en même temps un effet de sa nature spirituelle, et la cause de la liberté qu’elle a. Car si elle était matérielle, elle serait déterminée, et si elle n’était indifférente, elle ne serait pas libre », ibid., p. 20-21.

11 Ce que semble vouloir dire cette formule allusive : « Or il est certain qu’il y a des parties qui sont propres à chaque Sexe, et que la Nature a dessein de former de telle et telle façon : comme celles qui servent d’organes aux fonctions auxquelles chacun est destiné », ibid., p. 30.

12 « La stature plus basse, la tête plus petite, le visage rond, etc. […] sont propres à la femme ; toute cette variété dis-je, n’est point du dessein de la Nature, elle vient par pure nécessité en suite du Tempérament qui est propre à l’un et à l’autre, quoi qu’elle serve à la perfection et à la beauté du corps », ibid.

13 « En quoi consiste la perfection naturelle de l’homme », p. 31-39 ; « En quoi consiste la perfection naturelle de la femme », ibid., p. 40-59.

14 Le paradigme aristotélicien joue à plein qui dit que « dans toutes les familles où il y a femelle et mâle, la nature a établi à peu près le même rapport entre le caractère des femelles et celui des mâles », Histoire des animaux, IX, 1, 608a10 et suiv., p. 1365 dans les Œuvres complètes, P. Pellegrin éd., Paris, Flammarion, 2000.

15 L’art de connaître les hommes, p. 38-39.

16 Charactères, vol. II, Où il est traité de la nature et des effets des passions courageuses, p. 233-234.

17 « Avis au lecteur », Charactères, vol. II, n. p.

18 L’art de connaître les hommes, p. 23.

19 Ibid.

20 Même si dans le mythe originel présenté par Aristophane dans Le banquet de Platon, et malgré le terme d’androgyne indiquant cette division, les androgynes pouvaient être composés de deux hommes ou de deux femmes avant leur séparation.

21 L’art de connaître les hommes, p. 23-24.

22 L’androgynie a pour rôle unique d’expliquer la distinction sexuelle. Cureau n’en traite pas comme d’une possibilité physiologique réelle en l’état actuel de l’espèce humaine, tandis que cette éventualité est en revanche discutée dans les courants néoplatoniciens renaissants (voir I. MacLean, The Renaissance Notion of Woman. A Study in the Fortunes of Scolasticism and Medical Science in European Intellectual Life, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 39) et se trouve également chez Pline (Histoire naturelle, R. Schilling éd., Paris, Les Belles Lettres, 1977, VII, iii, 34, p. 49) ou Augustin par exemple (La cité de Dieu, Paris, Gallimard, 2000, XVI, VIII, p. 661). Cureau ne considère que les cas de changement de sexe.

23 La présentation de la nature humaine parfaite, c’est-à-dire rigoureusement médiocre et sans détermination sexuée (car androgynique) peut être rattachée à certaines traditions ésotériques judéo-chrétiennes expliquant que l’homme originel créé par Dieu était androgyne. Voir S. Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, p. 194-195, qui renvoie à l’article, et « Adam » du Dictionnaire historique et critique de P. Bayle.

24 Pour une lecture égalitaire du mythe de l’androgyne, notamment à la Renaissance, voir F. Villemur, « Eros et androgyne : la femme comme un autre “soy-mesme” ? », Royaume de fémynie. Pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes, de la Renaissance à la Fronde, K. Wilson-Chevalier dir., Paris, Honoré Champion, 1999, p. 237-259.

25 « La Nature s’est proposée de donner à l’homme, outre les facultés qui conviennent à son espèce, celles qui sont propres à son Sexe, à savoir la vertu active pour engendrer, et la sécheresse pour servir d’Instrument à cette vertu ; comme elle a donné à la Femme la puissance passive, et la froideur et l’humidité pour faire la fonction de la cause matérielle », L’art de connaître les hommes, p. 28-29. Cette répartition correspond précisément à la doctrine aristotélicienne.

26 Discours de l’amitié et de la haine qui se trouvent entre les animaux [1667], Paris, Fayard (Corpus des œuvres de philosophie en langue française), 2008, p. 21.

27 L’art de connaître les hommes, p. 40.

28 « De tous les traits qui composent la Beauté de la Femme, il n’y en a pas un qui ne marque une Inclination vicieuse », ibid., p. 52.

29 « Toutes les passions sont menteuses : elles se déguisent autant qu’elles le peuvent aux yeux des autres ; elles se cachent à elles-mêmes. Il n’y a point de vice qui n’ait une fausse ressemblance avec quelque vertu, et qui ne s’en aide », La Bruyère, « Du cœur », Les caractères, 72 [V].

30 « Mais pourquoi faut-il que nous découvrions des choses que la Nature a eu tant de soin de cacher ? Pourquoi allons-nous condamner celles qui sont approuvées et respectées de tout le monde ? », L’art de connaître les hommes, p. 41.

31 « Nous nous trouvons au même état qu’un Juge qui est contraint de faire le procès à son ami par l’obligation qu’il a à la Justice », ibid.

32 « Les raisons de toutes ces Inclinations sont évidentes et nécessaires. Car puisque la chaleur est le principe de la force, du courage, et de la hardiesse, il faut que la froideur le soit de la faiblesse, de la bassesse du cœur, et de la timidité, et de ces trois là naissent tous les autres qui accompagnent le Tempérament froid », ibid., p. 43.

33 Sur cette évolution du discours médical sur les femmes à la Renaissance, voir I. MacLean, The Renaissance Notion of Woman. A Study in the Fortunes of Scolasticism and Medical Science in European Intellectual Life, ouvr. cité, p. 45.

34 L’art de connaître les hommes, p. 47-48.

35 Mais I. MacLean en situe l’apogée entre 1630 et 1650 (The Renaissance Notion of Woman. A Study in the Fortunes of Scolasticism and Medical Science in European Intellectual Life, ouvr. cité, p. 64-87).

36 Voir notamment Proverbes 31, 10-31 et Siracide (Ecclésiastique) 26, 1-18. La figure de Judith est également associée au thème de la femme forte.

37 Charactères, vol. I, p. 114.

38 Elle est annoncée dans l’introduction aux Charactères des passions, et certains passages montrent allusivement qu’elle comprendrait plusieurs paramètres : non seulement la position du lieu par rapport au ciel, mais également « la nature du terroir » ou « l’origine de la police des peuples », Charactères, vol. I, p. 58.

39 Il s’agit d’une notion d’alchimie désignant la « substance du chaud inné ». Elle est mêlée à la chaleur naturelle dans le corps afin de le maintenir en vie. Cyrano de Bergerac écrit ainsi : « Je sentis ma jeunesse se rallumer, mon visage devenir vermeil, ma chaleur naturelle se remêler doucement à mon humide radical », Histoire comique des états et empires de la Lune (1657). Voir pour tout ceci, O. Lafont, « L’humide radical des alchimistes », Revue d’histoire de la pharmacie, no 352, 2006, p. 443-444.

40 Hippocrate pose un rapport entre température extérieure et température du corps, contrairement à d’autres théoriciens des climats de son époque. Dans un climat chaud, le corps est plus chaud. Aristote postule au contraire qu’un climat chaud a pour effet de refroidir le tempérament, car le chaud s’y évacue plus facilement du corps. Aristote, Problèmes, XIV, 16, 910a39.

41 Charactères, vol. II, p. 68-69.

42 Dans l’article « Acrimonie » de son Dictionnaire universel ([1690], Paris, SNL-Le Robert, 1978), Furetière la définit comme une « aigreur piquante » (n. p.).

43 L’art de connaître les hommes, p. 57.

44 Ibid., p. 57-59.

45 Cureau transpose ici à la France les descriptions sur la région médiocre idéale pour le tempérament qu’on trouve chez Aristote qui l’identifiait à la Grèce. Voir Les politiques, VII, 7, 1327b20 et suiv. : « la race des Hellènes, comme elle occupe une région intermédiaire […] est en effet à la fois pleine de cœur et intelligente. C’est pourquoi elle mène une vie libre sous les meilleures institutions politiques et est capable de commander aux autres peuples », Œuvres complètes, ouvr. cité, p. 2502. D’autres théoriciens des climats avaient déjà opéré cette transposition chauvine avant lui comme Bodin (Les six livres de la République, V, 1) et Charron (De la sagesse, I, 42).

46 Charactères, vol. II, p. 75.

47 Ibid., p. 76.

48 On peut noter que la théorie des climats de Cureau n’inclut pas d’analyses de comportements sexuels différents selon les climats, analyses qui occupent nombre de tenants de ce type de théories, d’Hippocrate à Bodin. On peut cependant faire l’hypothèse que ce type d’explications aurait eu toute sa place dans la pensée de Cureau s’il avait rédigé son étude du caractère par le climat comme il l’avait prévu, tant elles seraient compatibles voire logiques au regard de ce qu’il dit déjà.

49 « Car puisque la chaleur est le principe de la force, du courage, et de la hardiesse, il faut que la froideur le soit de la faiblesse, de la bassesse, du cœur, et de la timidité, et de ces trois-là naissent tous les autres qui accompagnent le Tempérament froid. […] Et tous les animaux qui sont faibles sont plus rusés que les autres. Au contraire, tous ceux qui sont de grande taille ne sont pas malicieux, parce que la force accompagne ordinairement la grandeur du corps. […] D’ailleurs la faiblesse qui est exposée à toutes sortes d’injures est aisée à offenser : et pour ce sujet elle est vindicative, d’autant que la vengeance qui n’a point d’autre but que d’empêcher qu’on ne continue l’offense, est ordinairement à ceux qui sont faibles : c’est pourquoi les vieillards, les enfants et les malades sont plus colères que les autres », Charactères, vol. I, p. 43-44.

50 Sur le manque de courage des enfants, voir par exemple, Charactères, vol. II, p. 68.

51 « Ceux qui ont la hardiesse héroïque, ne sont pas sensibles aux injures. […] Au contraire ceux qui sont faibles du corps ou de l’esprit, et qui ont une chaleur fort mobile comme les enfants et les femmes […] se trouvent plus exposés aux injures », ibid., p. 352-353.

52 Ibid., p. 16.

53 Charactères, vol. III, p. 16.

54 Charactères, vol. V, p. 101-102.

55 Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 9, 1099a31.

56 « Car un homme qui a de la santé, des forces ou des amis, se porte insensiblement à des passions conformes à son pouvoir sans faire même réflexion sur les avantages qu’il en a : tout au contraire quand il est malade, faible ou abandonné de tout le monde », Charactères, vol. V, p. 140-141.

57 Charactères, vol. IV, p. 136.

58 Charactères, vol. V, p. 28.

59 Ibid.

60 On peut ici évidemment opposer l’affirmation de Descartes déjà citée : « Je ne suis pas de ceux qui estiment que les larmes et la tristesse n’appartiennent qu’aux femmes et que, pour paraître homme de cœur, on se doive contraindre à montrer toujours un visage tranquille », Descartes à Pollot, mi-janvier 1641, AT III, 278.

61 « La faiblesse que nous appelons morale est celle qui vient du manquement de biens de fortune, comme des dignités, des richesses, des amis, et autres semblables. Car ceux qui en sont privés, n’osent rien entreprendre et ne pensent jamais à leurs ennemis sans quelque sorte de crainte. Tels sont les pauvres, les malheureux, les malades : car il leur semble qu’en l’état où ils sont il n’y a point de mal qu’ils ne doivent appréhender. Sous ce genre sont encore les amoureux, les ambitieux, les avares, en un mot tous ceux qui espèrent ou qui possèdent un bien dont l’acquisition ou la conservation dépend d’autrui : car ils craignent à tous moments qu’il ne leur échappe », ibid., p. 161.

62 Ibid., p. 178-179.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search