Version classiqueVersion mobile

Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne

 | 
Marie-Frédérique Pellegrin

Partie II. Cureau de la Chambre : caractère et sexe

Introduction

Cureau sémiologue des passions

Texte intégral

  • 1 Guy Patin parle d’une « doctrine qui n’était point commune », cité par M. Hamy, Les débuts de l’ant (...)
  • 2 Rappelons par exemple que Cureau a traduit la Physique d’Aristote en français : Novae methodi pro e (...)

1En tant que scientifique renommé à son époque, puisqu’il fut médecin de Louis XIV et membre de l’Académie française et de l’Académie des sciences, Cureau de la Chambre permet de comprendre ce que peut être une science moderne de l’homme avant les modifications profondes que lui fait subir Descartes. Contemporain de celui-ci, il représente pourtant un état pré-cartésien de la science, permettant de saisir l’évolution des concepts et des modèles pour penser l’homme vers le milieu du xviie siècle. Non pas que l’on puisse décrire son anthropologie comme commune ou peu originale ; Cureau cherche au contraire constamment à innover et à proposer de nouveaux paradigmes afin de comprendre l’être humain1. Mais il le fait à partir d’un fonds ancien, mobilisant Platon et surtout Aristote2, ainsi qu’Hippocrate et Galien. Tout cela le maintient dans un type de conceptualisation qui domine encore à l’époque et dont les cartésiens chercheront à se détacher tout en partant des mêmes questions : qu’est-ce que l’homme ? Quelles sont ses passions ? Il est donc pré-cartésien, non pas chronologiquement, mais conceptuellement.

  • 3 Sur l’éclectisme des médecins de ce premier xviiesiècle, voir J. Roger, Les sciences de la vie dans (...)
  • 4 Notamment dans ses liens avec le peintre et dessinateur Charles Le Brun. Voir par exemple F. Azouvi (...)

2La pensée de Cureau est souvent décrite comme éclectique, car si elle se nourrit de philosophie et de médecine ancienne, elle y adjoint d’autres principes tirés d’autres savoirs comme la chiromancie3. Elle tente cependant de se forger ses propres modèles d’analyse et propose notamment toute une physiognomonie, qui constitue l’aspect le plus commenté de son œuvre4.

  • 5 P. Bayle se réfère à lui en ces termes : « l’une des meilleures plumes qui aient écrit en français (...)
  • 6 Nouvelles conjectures sur la digestion, Préface, n. p. Toute la préface de l’ouvrage est une défens (...)
  • 7 Nous utilisons ce terme par commodité, bien qu’il soit anachronique à l’époque dont nous parlons. V (...)

3Mais ce qui importe, c’est que sa description de l’homme se veut nouvelle et c’est en cela qu’elle est intéressante : en tant qu’anthropologie moderne alternative de celle de Descartes. Il écrit d’ailleurs en français5 pour un public qui n’est pas restreint aux seuls savants. Il est beaucoup lu et traduit dans le reste de l’Europe. Il publie en langue vernaculaire un Traité sur la digestion un an avant le Discours de la méthode et explique ainsi son choix : « j’étais moins obligé à Socrate et à Platon qu’à la vérité et que pensant l’avoir rencontrée, je ferais une injure à la France, si je croyais que la langue dont elle se sert fût moins fidèle pour l’exprimer, que ne serait la grecque ou la latine »6. Il participe à cet égard d’une volonté de vulgariser la science, d’en faire un intérêt commun pour l’ensemble du public cultivé, et sa fréquentation des salons7 de Mademoiselle de Scudéry et de Madame de Sablé n’y est peut-être pas pour rien.

4Le travail de Cureau se caractérise donc à la fois par son ampleur et par ses innovations à partir de schémas d’analyse venus de l’Antiquité. Son but est cependant bien de proposer de nouvelles hypothèses psychophysiologiques. La science de l’homme va l’occuper toute sa vie. Il forme en effet le projet d’une anthropologie complète : une étude des corps, une étude de l’âme, une étude des rapports entre corps et âme, celle des ressemblances et différences entre hommes et animaux, entre les sexes, entre êtres humains sous différents climats. On voit d’ores et déjà que l’ensemble de sa méthode repose sur un principe de comparaison, et donc de différenciation. Au cœur de cette anthropologie, on trouve une théorie des passions qui se veut exhaustive : les signes du corps, les raisons corporelles de ces signes, et les causes spirituelles de ces signes qui sont démêlées. Il est donc sémiologue au sens littéral du terme c’est-à-dire qu’il étudie les signes des passions.

5L’œuvre de Cureau constitue donc le type même d’une psychophysiologie non cartésienne assez complète. Or son étude anthropologique est organisée autour de deux grands principes : une théorie de l’image d’une part ; une théorie de la différence des sexes d’autre part. La volonté de comprendre le caractère des hommes, et par là leurs passions fondamentales, suppose en effet d’analyser ce qui lie l’âme au corps et ce qui fait agir l’une et l’autre. Or l’imagination y joue le rôle central, et cette imagination opère différemment selon que l’on est homme ou femme.

  • 8 Charactères, vol. I, « Avis nécessaire au Lecteur », n. p.

6Au travers de la théorie des passions de Cureau, on découvre une réflexion consistante sur la différence des sexes, qui structure en réalité l’essentiel de son anthropologie. Cette réflexion est à l’œuvre dans l’ensemble de son grand projet intellectuel proposant une analyse de l’homme ou, plus exactement, une analyse morale de celui-ci. Cette étude de l’être humain puise dans la médecine afin d’établir une psychologie dont le corps indique tous les signes à qui sait les lire. L’auteur présente lui-même ce projet comme « un grand dessein » où il entend examiner « les Passions, les Vertus, les Mœurs et les Coutumes des Peuples, les diverses inclinations des Hommes, leurs Tempéraments, les Traits de leur visage, en un mot où [il] prétend mettre ce que la Médecine, la Morale et la Politique ont de plus rare et de plus excellent »8. Son art de connaître les hommes repose donc essentiellement sur la médecine et la psychologie, deux sciences censées permettre une philosophie morale complète. Les titres mêmes des trois principaux ouvrages qu’il parvient à achever l’illustrent : Les charactères des passions (1640-1662, cinq volumes), L’art de connaître les hommes (1659-1669, deux volumes) et enfin Le système de l’âme (1664). Ces trois ouvrages, et même, nous le verrons, un quatrième intitulé Traité de la connaissance des animaux (1647), concrétisent la majeure partie de ce grand dessein. L’auteur insiste constamment sur la cohérence et la complémentarité des différentes analyses présentées dans chacune de ses œuvres, les unes renvoyant aux autres. Cela justifie de les envisager comme une totalité.

7Les grands principes de ce projet sont en eux-mêmes révélateurs des différents intérêts de Cureau. Il en établit cinq, dans son « Avis nécessaire au Lecteur » ouvrant Les charactères des passions. Le premier principe est fondé sur les caractères des passions, des vertus et des vices : l’idée est ici que ceux qui ont naturellement le même air ont le même type d’actions et de passions. Le deuxième principe s’appuie sur la ressemblance entre êtres humains et animaux : il repose sur l’hypothèse selon laquelle ceux qui ont des parties semblables à celles d’un animal ont aussi des inclinations similaires à lui. Le troisième principe se fonde sur la beauté des sexes : car le sexe détermine aussi les inclinations des humains. Le quatrième s’appuie sur le lien entre la physionomie et le climat : ce dernier produit des types physiques et moraux différents. Enfin, le cinquième consiste en une connaissance des tempéraments, assortie d’une présentation du lien entre les passions et les habitudes. On peut dire ces principes éclectiques, au sens où ils empruntent à des savoirs différents sans que l’auteur établisse clairement une hiérarchie épistémologique entre eux. L’auteur part de l’effet pour remonter à la cause, si bien qu’il termine son étude par la théorie des tempéraments qui sous-tend en réalité toute cette diversité observée. On commence en effet par des signes (des caractères) ; on propose ensuite un rapprochement avec le monde animal ; on revient à une différence intra-humaine (la différence des sexes) ; on introduit le paramètre climatique pour évoquer enfin la question du tempérament. Mais tout cela est lié et cohérent : les rapprochements avec l’animal sont en fait constamment présents dans ses différents ouvrages. Cela indique que l’environnement naturel influe sur le comportement de tous les vivants, d’où une théorie morale des climats. Cela révèle également la possibilité de penser une contiguïté entre mâle et homme, entre femelle et femme, procédé méthodologique constant dans ce corpus et qui fonctionne déjà à plein chez Aristote, qui considère le plus souvent la femme comme un cas particulier de femelle. La méthode de Cureau consiste donc à partir des signes (des humains, des humains comparés aux animaux, des hommes comparés aux femmes, des humains dans leur milieu) pour en donner le sens grâce à une interprétation humorale et psychologique.

  • 9 Certains commentaires parlent ainsi d’une « herméneutique » des signes. Voir F. Azouvi, « Remarques (...)

8Nous avons dit que les quelques études consacrées à Cureau mettent en avant ce déchiffrage9 des signes, notamment dans ses développements physiognomoniques. Et ces cinq principes le confirment abondamment : l’air d’une personne, le rapprochement entre sa physionomie et celle de l’animal ; l’opposition entre l’efféminé et le viril ; les types humains selon les régions ; la combinaison des humeurs décelables sur le visage et dans les attitudes. Tout cela passe par des signes sensibles du caractère de chaque être humain et suppose parallèlement une expression physique de l’état moral de chacun, c’est-à-dire des liens étroits entre le physiologique et le psychique. L’art de connaître les hommes repose donc pour une bonne part sur une physiognomonie. Mais les expressions du visage ne sont que des signes des passions. Ces signes nécessitent ensuite d’être déchiffrés, explicités. Il faut donner la cause de la passion, son symptôme ne suffit pas. Cette recherche des causes révèle que l’anthropologie à visée morale de Cureau repose sur une théorie de l’imagination profondément sexuée.

9Les cinq principes présentés dans l’« Avis nécessaire au Lecteur » suffisent donc pour construire une connaissance pleine et entière de l’homme. Cureau tente de la présenter au travers de plusieurs ouvrages : il commence d’abord par publier Les charactères des passions, puis il écrit un Traité de la connaissance des animaux qui explicite le deuxième de ses principes. Il se lance ensuite dans une étude plus complète qui réunit les quatre premiers principes : L’art de connaître les hommes. La description spécifiquement psychophysiologique de l’être humain, permettant de comprendre ses habitudes, s’effectue dans Le système de l’âme, qui entend décrire comment se forment les connaissances et comment l’âme et le corps se trouvent unis.

  • 10 Descartes distingue ainsi six passions primitives (« l’Admiration, l’Amour, la Haine, le Désir, la (...)
  • 11 La distinction entre passions concupiscibles et passions irascibles vient de Thomas d’Aquin. Parmi (...)

10Le premier ouvrage décrit les passions et leurs caractéristiques. Sans surprise, la typologie des passions mobilise des passions primaires dont découlent d’autres passions. Elle recourt parallèlement à la notion de passions mixtes10. Les passions simples sont divisées en deux catégories. Tout d’abord, il y a celles qui appartiennent à la partie concupiscible de l’âme, c’est-à-dire qui regardent le bien et le mal sans considérer s’il y a difficulté à les rechercher ou fuir : l’amour, le désir et le plaisir. Ces trois passions sont opposées à la haine, l’aversion et la douleur. On trouve ensuite celles qui appartiennent à la partie irascible, c’est-à-dire qui considèrent la difficulté qu’il y a à rechercher le bien et à éviter le mal : l’espérance et la hardiesse opposées à la colère, au désespoir et à la crainte. Il existe enfin de nombreuses passions mixtes dont les principales sont la honte, l’impudence, la pitié, l’indignation, l’envie, opposées à l’émulation, la jalousie, le repentir et l’étonnement. Ainsi, la jalousie est un mixte d’amour, de haine, de crainte et de désespoir. Respectant donc la distinction scolastique binaire entre le concupiscible et l’irascible11 et les passions primaires qui s’y rapportent, Cureau y adjoint des passions mixtes.

  • 12 Charactères, vol. III, p. 106-107.

11Chacune des passions ici énumérées est étudiée en quatre points : sa description, sa nature, les mouvements qu’elle cause dans les esprits et les humeurs, et les causes de tous ses effets. Les passions ayant un fondement physiologique précis, elles peuvent s’analyser selon le mouvement qui leur est propre, mouvement des esprits à partir du cœur. Or il existe quatre types de mouvements : l’ascension, la descente, l’extension (qui est aussi une raréfaction), la condensation12. Ainsi, dans la partie concupiscible, on peut distinguer les passions selon le mouvement : projection au dehors dans le cas de l’amour, resserrement en dedans pour la haine, extension pour la joie, condensation pour la douleur. De même, dans la partie irascible, la hardiesse est projection extérieure, la crainte est resserrement intérieur, l’abattement est un relâchement du même type que la joie, et la constance est condensation.

12On arrive donc à une liste de huit passions simples : l’amour, la haine, la joie, la douleur, la hardiesse, la crainte, la constance, l’abattement. Elles sont simples justement parce qu’elles sont composées d’un seul mouvement. Mais à bien y regarder cependant, seuls l’amour et la haine sont absolument simples, car toutes les autres passions utilisent leur mouvement d’une manière à chaque fois spécifique. On peut dire que toute passion relevant de l’appétit concupiscible participe du mouvement de l’amour et que toute passion relevant de l’appétit irascible participe du mouvement de la haine. Cette typologie a donc un soubassement physiologique, et plus précisément physique, fondé sur le mouvement des esprits. L’auteur avait le projet de les expliciter précisément, mais il ne le fit jamais.

  • 13 On songe bien sûr ici aux Caractères de La Bruyère datant de 1688, ouvrage en partie influencé par (...)

13Dans ce premier ouvrage général sur l’homme, il s’agit de poser les caractères de ces passions. L’influence aristotélicienne et théophrastienne est déterminante. Cureau se rattache donc à une thématique de la philosophie morale antique toujours très prisée à l’époque moderne, décrivant les différents éthos humains et leurs excès, comme dans l’Éthique à Nicomaque ou les Caractères de Théophraste. Elle fera encore florès jusqu’à la fin du xviie siècle13. Tout comme chez ses deux grands prédécesseurs, chaque type relève d’une taxinomie qui rend intelligible à la fois le type lui-même et l’ensemble dont il fait partie. Bien sûr l’idée d’un fondement physiologique aux passions n’est pas seulement d’origine théophrastienne ; elle est également présente, mais d’une autre façon, chez Descartes, nous l’avons vu. Mais chez Cureau, chaque caractère est compréhensible grâce à une combinaison d’humeurs, et chaque passion marque un déséquilibre dans ces combinaisons.

  • 14 Charactères, vol. I, p. 1.
  • 15 Ibid., p. 2.
  • 16 À propos du mouvement des esprits selon les appétits de l’âme par exemple : « J’estime que notre es (...)

14Cureau définit ainsi le « charactère » d’une passion : il est la marque physique d’une émotion de l’âme. L’âme émue transmet son trouble aux esprits qui se mettent en mouvement. Remuant alors le sang et les humeurs, ils modifient la physionomie du corps et notamment du visage. L’étude des caractères des passions requiert donc à la fois une description des états de l’âme et de ceux du corps lorsqu’un individu est en proie à une passion. Celle-ci imprime des caractères, des signes dans l’âme et dans le corps, dont il convient de déterminer les causes. S’appuyant sur des principes physiognomoniques, cette description du mécanisme passionnel considère en effet que chez l’homme « quelque secrets que soient les mouvements de son âme, quelque soin qu’il prenne de les cacher, ils ne sont pas plutôt formés qu’ils paraissent sur son visage »14. Ainsi les passions peuvent « mieux se connaître dans les yeux que dans l’âme même »15. Autant d’ailleurs l’auteur semble sûr de ses dires lorsqu’il lit les marques d’une passion sur un visage, autant il est plus hésitant dans son Système de l’âme, soulignant à plusieurs reprises qu’il est contraint de conjecturer pour décrire des mécanismes si enfouis16. La sémiologie des caractères comme lecture de symptômes semble sûre, la cause des symptômes requiert en revanche une psychophysiologie complexe.

  • 17 Ibid., p. 16-17.
  • 18 « Combien de pas perdus, de postures ridicules et de paroles inutiles dans les Passions ? », ibid.
  • 19 « On ne peut dire avec raison qu’elle [l’âme] se propose dans la Colère d’empêcher la respiration e (...)
  • 20 Ibid., p. 18.

15Le sémiologue découvre que les caractères sont de deux types. L’individu n’a pas moyen de cacher les signes de ses passions, qui sont inscrites à même son corps et qui s’expriment notamment très lisiblement sur son visage. L’âme emploie clairement et distinctement les caractères moraux, tandis qu’elle emploie instinctivement les caractères corporels lorsqu’elle est agitée d’une passion17. Le lien entre manifestations physiques des passions et mouvements intérieurs de l’âme n’est pas toujours volontaire. En réalité, les mouvements involontaires peuvent être sans raison et dus à des causes purement physiologiques. Dans ce cas, les esprits animaux et le sang induisent des réactions corporelles non voulues par l’âme et inutiles18. Ces mouvements peuvent cependant participer d’une sorte d’instinct, comme chez les animaux, et dans ce cas, quoiqu’involontaires, ils présentent une forme de nécessité qui permet de lire le caractère19. Ainsi, la typologie des caractères est en réalité triple et non duelle. Les mouvements que l’âme emploie par une connaissance claire et distincte forment les caractères moraux. Les caractères corporels relèvent d’un « pur instinct »20 non intentionnel. Mais en leur sein, il faut distinguer entre ceux qui sont commandés par l’âme et ceux qui surviennent par nécessité. Depuis Aristote, on distingue la dimension corporelle ou sensible et la dimension intentionnelle d’une passion, c’est-à-dire une modification physiologique et un mouvement de l’âme. Cureau se situe dans ce cadre conceptuel et étudie la manifestation physique et le rôle de l’âme dans ce changement, sachant que les mouvements impulsés par l’âme ne sont pas toujours intentionnels.

  • 21 « Car je suppose, comme il est véritable, que les Caractères que nous cherchons, ne sont autre chos (...)
  • 22 Ibid.

16L’important est que, quel que soit le type de mouvement, il se manifeste sensiblement. Cureau propose ici une théorie des « airs » qui constitue en réalité sa théorie des caractères. L’air et le caractère sont une seule et même chose21. Il y a d’abord un « air fixe et naturel, où les parties ne se meuvent point et qui n’est pas un effet des émotions de l’âme »22. Il tient à l’équilibre général des parties du visage et constitue son aspect global. Cette précision vise à rappeler d’une part que l’air est constitué d’une grande variété d’éléments et ne consiste pas seulement en les mouvements du visage. Elle pose d’autre part que l’air différenciant chaque caractère est déjà présent sur un visage immobile. Notons d’ailleurs qu’en réalité, l’air s’exprime dans tout le corps. Ainsi participent de l’air, la mine, la contenance, le maintien, le geste et le port qui mettent en jeu différentes parties du corps ou le corps entier. Mais c’est sur le visage que le caractère se lit le mieux.

17Or, l’air n’est pas seulement constitué des rapports entre les parties du visage. Car cela ne permettrait pas de rendre compte de la couleur, qui participe pourtant des éléments essentiels manifestant le caractère (ainsi de la rougeur lorsqu’il y a honte). Tout au contraire, les parties du visage étant incessamment en mouvement, ce ne sont pas elles qui rendent le mieux compte de l’air d’une personne. Ainsi dans un tableau, on parvient à lire l’air d’une personne alors que son visage est immobile, et ce, au moyen de la figure et des couleurs. Il convient donc de noter que la figure et la couleur peuvent suffire à identifier un caractère. Le mouvement rend le caractère plus vivace. Mais, encore une fois, même lorsqu’un visage est immobile, des signes imperceptibles du caractère existent. Cette insistance peut paraître curieuse puisque toute la suite de l’ouvrage se focalise beaucoup plus sur les signes mobiles que sur la configuration générale statique du visage. En fait, on peut voir ici un principe méthodologique important et une justification du programme que Cureau se fixe. Les mouvements sont beaucoup plus lisibles que la figure immobile. Or toute passion est mouvement. Pour faciliter le jugement moral, on a donc toujours intérêt à observer les passions qui manifestent physiquement et explicitement le caractère.

  • 23 Ibid., p. 8.
  • 24 « Mais comme on a toujours appelé cela Le je ne sais quoi, il semble qu’on ait aussi voulu enseigne (...)

18La distinction entre signes mobiles et immobiles permet en tout cas de montrer à la fois la variété des signes et le fait que l’un d’eux seulement peut suffire au bon sémiologue pour déceler un caractère. Ainsi, si l’on retire le mouvement, la couleur et même la figure (c’est-à-dire les rapports des parties entre elles) à un visage, il peut encore rester un certain éclat dans les yeux, fruit d’une « secrète inclination »23. Le caractère est déjà dans « un je ne sais quoi » qu’il convient d’identifier et d’interpréter. Cureau accuse ses prédécesseurs d’avoir renoncé à ce travail, perdus devant la multiplicité des signes, et se réfugiant dès lors derrière cette expression qui traduit, littéralement, une incapacité à expliquer24.

  • 25 Ibid., p. 11.

19Une étude des caractères demande de combiner tous ces différents signes mais on peut définir, de manière générale, l’air comme « une certaine qualité extérieure et sensible qui naît de la figure, couleur et mouvement des parties »25. Il est donc constitué de deux strates : la figure et les rapports entre parties qui expriment sa partie fixe et naturelle ; le mouvement et la couleur qui expriment sa partie passionnelle. Mais comme les passions dépendent du caractère, elles sont en fait des expressions exacerbées de celui-ci. Et comme le mouvement est la manifestation exacerbée de la passion, ce sont surtout les mouvements qu’il faut étudier dans l’air d’une personne dont on cherche à comprendre le comportement. Un premier point est donc acquis : c’est bien dans les mouvements passionnels que les caractères se révèlent le mieux.

20Les passions révélant le caractère, il convient de les trier et de les analyser. De manière générale, une passion est une émotion de l’appétit par laquelle l’âme se porte vers le bien et s’éloigne du mal. On se situe donc ici dans un schéma explicatif de type aristotélico-thomiste où la passion est mouvement de l’âme issu de l’appétit (auquel s’oppose le schéma cartésien qui refuse que les passions soient des mouvements de l’âme elle-même, et qui les voit comme des émotions excitées en elle par le corps auquel elle est jointe). Les passions mobilisent différents organes à cette fin, au premier rang desquels, les esprits, qui sont très mobiles, mais également les humeurs auxquelles ils se mêlent. L’appétit est défini comme une puissance aveugle, centre de toutes les inclinations. Notons, car c’est important pour la suite, que ces mouvements peuvent aussi bien servir des facultés comme l’imagination et l’entendement.

  • 26 « Pour moi je tiens, que puisqu’en chaque Passion l’appétit a une émotion et une fin particulière, (...)
  • 27 Ibid., p. 15.
  • 28 « On peut dire que l’Amour les dilate, le Désir les élance, la joie les répand, l’Espérance les tie (...)

21Si les esprits sont les premiers à créer le mouvement, c’est parce qu’ils sont dans l’âme, là où se forment les passions. Ils sont ensuite projetés vers toutes les parties du corps selon des mouvements conformes au but de cette passion. Cureau postule qu’en réalité, chaque passion produit un mouvement spécifique des esprits26. Cela donne un ancrage physiologique très fort aux passions puisqu’en fait, une passion est d’abord un type de flux des esprits animaux, qui peut être telle une « rivière » ou un « torrent »27, selon une métaphore chère à l’auteur Des nouvelles pensées sur (…) le débordement du Nil. Les passions sont tels des cours d’eau plus ou moins canalisés, plus ou moins impétueux28. Ainsi la colère, émotion de l’âme, est un appétit de vengeance qui se traduit par des actions extérieures comme les menaces ou les coups. Ces actions sont les signes de cette passion traduisant le mouvement intérieur de l’âme qui produit un flux d’esprits animaux particulièrement dense. Elles constituent donc les caractères les plus lisibles de cette passion.

Notes

1 Guy Patin parle d’une « doctrine qui n’était point commune », cité par M. Hamy, Les débuts de l’anthropologie et de l’anatomie humaine au Jardin des plantes, Paris, Masson, 1894, p. 13.

2 Rappelons par exemple que Cureau a traduit la Physique d’Aristote en français : Novae methodi pro explanandis Hippocrate et Aristotele specimen, clarissimis scholae parisiensis medicis, D. D. Marinus Curaeus de La Chambre. La Physique d’Aristote mise en françois, Paris, P. Rocolet, 1655.

3 Sur l’éclectisme des médecins de ce premier xviiesiècle, voir J. Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française du xviiie siècle. La génération des animaux de Descartes à l’Encyclopédie, Paris, Albin Michel, 1993, p. 19-45. J.-J. Courtine et C. Haroche font de l’existence d’une chiromancie chez Cureau le signe qu’on se situe encore à la charnière entre une physiognomonie astrologique et une physiognomonie naturelle (Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions. xvie-début du xxe siècle, Paris, Éditions Rivages, 1986, p. 71-72).

4 Notamment dans ses liens avec le peintre et dessinateur Charles Le Brun. Voir par exemple F. Azouvi, « Le rôle du corps chez Descartes », Revue de métaphysique et de morale, vol. 83, no 1, 1978, p. 1-23 ; P. Dandrey, « La physiognomonie comparée à l’âge classique », Revue de synthèse, no 109, 1983, p. 5-27 ; et surtout A. Darmon, Les corps immatériels. Esprits et images dans l’œuvre de Marin Cureau de la Chambre, Paris, Vrin, 1985. Pour un aperçu plus diachronique sur l’histoire de la physiognomonie, voir également A. Corbin, J.-J. Courtine et G. Vigarello, Histoire du corps, Paris, Seuil, 2005, t. 1, p. 303-309 ; et J.-J. Courtine et C. Haroche, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions. xvie-début du xxe siècle, ouvr. cité, p. 21-24 et p. 33-95.

5 P. Bayle se réfère à lui en ces termes : « l’une des meilleures plumes qui aient écrit en français sur des matières de philosophie », Dictionnaire historique et critique, Genève, Slatkine reprints, 1969, art. Rorarius, rmq D, p. 598b.

6 Nouvelles conjectures sur la digestion, Préface, n. p. Toute la préface de l’ouvrage est une défense de la langue française dans les sciences et la philosophie. Il peut ici avoir été influencé par le médecin Guy de la Brosse qui écrit en français un Traité de la peste en 1623 et un De la nature des plantes en 1628.

7 Nous utilisons ce terme par commodité, bien qu’il soit anachronique à l’époque dont nous parlons. Voir A. Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

8 Charactères, vol. I, « Avis nécessaire au Lecteur », n. p.

9 Certains commentaires parlent ainsi d’une « herméneutique » des signes. Voir F. Azouvi, « Remarques sur quelques traités de physiognomonie », Études philosophiques, no 4, 1978, p. 434.

10 Descartes distingue ainsi six passions primitives (« l’Admiration, l’Amour, la Haine, le Désir, la Joie et la Tristesse ») et des passions composées de celles-ci, Passions de l’âme, art. 69, AT XI, 380.

11 La distinction entre passions concupiscibles et passions irascibles vient de Thomas d’Aquin. Parmi les premières on trouve l’amour, la haine, la volupté, la douleur, le désir et la fuite. Parmi les secondes, Thomas distingue entre la colère, l’audace, la crainte, l’espérance et le désespoir.

12 Charactères, vol. III, p. 106-107.

13 On songe bien sûr ici aux Caractères de La Bruyère datant de 1688, ouvrage en partie influencé par les Characters of Virtues and Vices de Joseph Hall datant de 1608 et traduit presque immédiatement en français. Dans ce dernier ouvrage, très diffusé tout au long du siècle, l’influence de Théophraste est centrale.

14 Charactères, vol. I, p. 1.

15 Ibid., p. 2.

16 À propos du mouvement des esprits selon les appétits de l’âme par exemple : « J’estime que notre esprit n’est pas assez clairvoyant pour discerner exactement toutes ces différences », ibid., p 15.

17 Ibid., p. 16-17.

18 « Combien de pas perdus, de postures ridicules et de paroles inutiles dans les Passions ? », ibid.

19 « On ne peut dire avec raison qu’elle [l’âme] se propose dans la Colère d’empêcher la respiration et la parole, d’enflammer le visage, et de rendre les yeux étincelants : mais ce sont des effets qui viennent en suite de l’agitation des esprits, qui se jettent impétueusement aux parties extérieures », ibid., p. 17.

20 Ibid., p. 18.

21 « Car je suppose, comme il est véritable, que les Caractères que nous cherchons, ne sont autre chose que l’Air », ibid., p. 6.

22 Ibid.

23 Ibid., p. 8.

24 « Mais comme on a toujours appelé cela Le je ne sais quoi, il semble qu’on ait aussi voulu enseigner que l’on ne pouvait dire ce que c’est », ibid., p. 6.

25 Ibid., p. 11.

26 « Pour moi je tiens, que puisqu’en chaque Passion l’appétit a une émotion et une fin particulière, il faut que les moyens dont il se sert soient conformes à l’intention qu’il a, et à l’agitation qu’il s’est donnée. Et partant que celui qui se fait en une Passion soit différent de ceux qui se font dans les autres », ibid., p. 14.

27 Ibid., p. 15.

28 « On peut dire que l’Amour les dilate, le Désir les élance, la joie les répand, l’Espérance les tient fermes, l’Audace les pousse, et que la colère les jette à gros bouillons », ibid., p. 15.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search