Version classiqueVersion mobile

Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne

 | 
Marie-Frédérique Pellegrin

Partie I. Descartes : pensées corporelles et sexe

Introduction

Descartes, celui qui a « tout gâté, tant en philosophie qu’en bonne médecine »

Note de l’éditeur

Nous transformons légèrement une remarque de Guy Patin dans une lettre à Falconet du 22 janvier 1672 : « Descartes et les chimistes ignorants tâchent de tout gâter, tant en philosophie qu’en bonne médecine », cité par J. Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française du xviiie siècle. La génération des animaux de Descartes à l’Encyclopédie, Paris, Albin Michel, 1993, p. 48.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple cette autre remarque, à propos d’un collègue médecin : « Bourdelot n’est guère mie (...)
  • 2 Du nom d’Henri Louis Habert de Montmor qui réunit chez lui de nombreux penseurs pour des expériment (...)
  • 3 La description du corps humain, AT XI, 223-224.
  • 4 Ibid., 223.

1Par cette formule pleine d’amertume concernant l’apport de Descartes à la science de son temps, Guy Patin (1601-1672) illustre bien la rupture introduite par la pensée cartésienne dans les schémas intellectuels de son époque1. Parmi les nombreux détracteurs du cartésianisme, Patin constitue l’exemple parfait du médecin fervent défenseur des principes galéniques et étranger à toute expérimentation, notamment anatomique. Il est donc un tenant de la tradition la mieux établie en matière d’étude de l’homme. Opposé à la thèse harvéenne de la circulation sanguine, bien informé des principes cartésiens cependant, puisqu’il fréquente l’académie de Montmor2, Patin est donc capable d’identifier la rupture, même si c’est pour la déplorer. Et en effet, Descartes a « tout gâté » au sens où il a tout bouleversé, mettant massivement en question un modèle hippocratico-galénique millénaire. Que philosophie et médecine soient mises côte à côte dans cette critique lapidaire montre que c’est l’ensemble des savoirs qui sont concernés par cette rupture. La métaphysique et la physique sont également nécessaires afin de penser l’être humain chez Descartes, puisqu’il est conçu comme union de deux substances, l’esprit et le corps. Mais l’hétérogénéité même, existant entre l’une et l’autre, nécessite de renoncer au modèle anthropologique aristotélicien ou galénique, qui confond souvent ces deux essences. La connaissance de soi progresserait vraiment « si on s’était assez étudié à connaître la nature de notre corps, et qu’on n’eut point attribué à l’âme les fonctions qui ne dépendent que de lui, et de la disposition de ses organes »3. Cette connaissance requiert donc autant une médecine qu’une morale4.

2L’étude de l’être humain est d’abord l’étude d’un corps. Cette affirmation est évidemment discutable, puisque justement, le moi se définit uniquement par sa pensée chez Descartes. En toute rigueur, la génération n’engendre pas le moi. Elle rend possible « l’incarnation », qui elle, n’est pas l’effet d’un processus de génération physiologique, mais d’un acte divin. Nos parents ne sont pas vraiment nos parents si on se définit comme chose qui pense :

  • 5 Méditations métaphysiques, AT IX-1, 40.

Pour ce qui regarde mes parents, desquels il semble que je tire ma naissance, encore que tout ce que j’en ai jamais pu croire soit véritable, cela ne fait pas toutefois que ce soit eux qui me conservent, ni qui m’aient fait et produit en tant que je suis une chose qui pense, puisqu’ils ont seulement mis quelques dispositions dans cette matière en laquelle je juge que moi, c’est-à-dire mon esprit, lequel seul je prends maintenant pour moi-même se trouve renfermé.5

  • 6 Discours de la méthode, V, AT VI, 59.
  • 7 Pour le dire rapidement, les Méditations métaphysiques (1641) traitent essentiellement de l’esprit (...)

3Cependant, l’homme réel est bien un composé6 et un composé qui n’est pas accidentel. Il est une union de deux substances, la matière et l’esprit. L’Homme pose qu’il faut les analyser séparément, puis dans leurs relations. Si l’on suit donc le plan de cet ouvrage, on constate que Descartes commence par une étude physiologique du vivant. L’étude de l’âme et de l’interaction entre les deux substances se faisant ensuite et de manière inégalement détaillée et définitive dans son corpus7.

4La compréhension véritable de l’homme suppose d’abord de repenser complètement sa physiologie. Lorsqu’il a commencé à s’intéresser à l’être humain, Descartes est parti d’une étude de son corps. Il en propose une approche qui modifie la compréhension de sa génération, de son fonctionnement, de ses capacités. C’est cela qui nous intéresse. Une nouvelle biologie et une autre médecine sont donc engagées à la fois.

  • 8 Voir A. Bitbol-Hespériès s’opposant à l’hypothèse de C. Adam sur de possibles études de médecine de (...)
  • 9 On définit ici la physiologie comme un savoir du corps qui va au-delà des observations fournies par (...)
  • 10 Descartes avait prévu un traité tripartite avec une partie sur le corps, une partie sur l’âme et un (...)
  • 11 Les écrits physiologiques de Descartes sont rassemblés dans le tome XI de l’édition Adam-Tannery. V (...)
  • 12 D. Kambouchner présente ainsi les Passions de l’âme comme « son seul vrai texte d’anthropologie », (...)
  • 13 On verra que Malebranche s’y réfère explicitement.
  • 14 Cureau commente par exemple ainsi l’analyse cartésienne de la glande pinéale, concept essentiel de (...)

5On a discuté du moment où Descartes commence à penser l’homme du point de vue du physicien. Certains suggèrent qu’il aurait pu recevoir des cours de médecine au collège de La Flèche, puis à l’université de Poitiers, d’autres le nient8. Ce qui est certain en tout cas, c’est que son installation aux Pays-Bas en 1629 lui permet vraiment de mener des recherches en ce domaine en s’appuyant sur l’expérimentation, au moyen, notamment, de dissections. Cette importance de l’étude physiologique, étude à la fois anatomique et fonctionnelle, son traité de L’Homme en témoigne9. On sait que la seule partie effectivement rédigée de ce texte concerne le corps10. L’œuvre n’ayant pas été publiée du vivant de son auteur, c’est dans la cinquième partie du Discours de la méthode que l’on trouve pour la première fois un exposé assez complet de sa physiologie. Cet intérêt ne se dément ensuite jamais, Descartes composant plusieurs traités biologiques11 et proposant dans la première partie des Passions de l’âme une véritable physiologie, préliminaire nécessaire à la compréhension de l’union des deux substances qui forment l’être humain12. On peut donc dire qu’entre L’Homme rédigé vers 1632 et La description du corps humain composée vers 1647, ce sujet reste une constante dans la réflexion cartésienne. Et si ces deux œuvres ne sont pas publiées immédiatement, le Discours de la méthode (1637) et les Passions de l’âme (1649) pour le second, en reprennent les éléments essentiels. Comme Clerselier publie dès 1664 ces deux manuscrits, il est clair que le premier et le dernier mot de la doctrine biologique cartésienne sont connus par Cureau, Poulain et Malebranche, soit qu’ils aient lu ces œuvres posthumes13, soit qu’ils en connaissent les grands traits par leurs versions imprimées dans le Discours et dans les Passions de l’âme14. L’étude chronologique de ces textes montre une pensée en perpétuelle recherche des hypothèses les plus susceptibles d’améliorer la compréhension du corps.

  • 15 Voir l’avertissement de C. Adam, AT XI, 219.
  • 16 Discours de la méthode, AT VI, 45.
  • 17 Comme le souligne D. Antoine-Mahut, « l’enjeu est considérable pour le mécanisme, alors soupçonné d (...)
  • 18 « De la nature de l’homme », Œuvres complètes, Hippocrate, Paris, Édition de l’Union littéraire et (...)

6Décrire le corps humain suppose, dans la tradition médicale, d’être capable d’en comprendre la genèse. Car pour comprendre l’être humain, il faut savoir comment se forme son corps. À plusieurs reprises, Descartes propose ses hypothèses sur cette formation, ce qui permet d’étudier la place qu’y occupe la question de la différence sexuelle d’une part ; le rôle éventuel de déterminations sexuées dans le comportement psychophysiologique d’autre part. Cela est particulièrement manifeste dans le manuscrit de La description du corps humain, car il contient toute une partie intitulée « La formation du fœtus ». Descartes aurait nommé l’ouvrage De la formation de l’animal15, ce qui n’est pas sans évoquer le De la génération des animaux d’Aristote ou le De la génération de la collection hippocratique. Descartes inscrit donc clairement son propos dans une problématique classique qui vise à comprendre l’organisme en s’appuyant sur l’étude de sa conception et de son développement : la nature des choses purement matérielles « est bien plus aisée à concevoir lorsqu’on les voit naitre peu à peu en cette sorte que lorsqu’on ne les considère que toutes faites »16. Décrire n’est possible que si on comprend l’origine du vivant17. Toute la biologie et la psychophysiologie cartésiennes constituent une élucidation de la nature de l’homme. Cette élucidation vise à modifier ce que les différentes traditions médicales ont dit de cette nature jusqu’à lui, et notamment la tradition symbolisée par le traité hippocratique du même nom18. Descartes, en se situant par rapport à la tradition, propose donc sa propre analyse concernant la nature de l’homme aussi bien que la formation du vivant.

  • 19 Il écrit ainsi : « comme ce sont des Actions commune à l’Âme et au corps, et qu’il faut que la Méde (...)
  • 20 Descartes à ***, 30 août 1637, AT I, 394.

7Même si Cureau se gausse de ce que Descartes n’est pas médecin19, celui-ci a lu de nombreux traités d’anatomie et effectué beaucoup de dissections. Diverses notations font suivre en filigrane les progrès de ses découvertes en la matière. Elles permettent surtout de constater la constance de cet intérêt pour le fonctionnement et l’origine des corps. Il est sûr qu’en 1637, il en est « tout de bon à étudier la médecine »20, étude qui complète ses recherches en anatomie et en physiologie exposées dans L’Homme en 1632 :

  • 21 Discours de la méthode, AT VI, 45-46.

De la description des corps inanimés et des plantes, je passai à celle des animaux et particulièrement à celle des hommes. Mais, pource que je n’en avais pas encore assez de connaissance, pour en parler du même style que du reste, c’est-à-dire, en démontrant les effets par les causes, et faisant voir de quelles semences, et en quelle façon, la Nature les doit produire, je me contentai de supposer que Dieu formât le corps d’un homme, entièrement semblable à l’un des nôtres, tant en la figure extérieure de ses membres qu’en la conformation intérieure de ses organes, sans le composer d’autre matière que de celle que j’avais décrite, et sans mettre en lui, au commencement, aucune âme raisonnable, ni aucune autre chose pour y servir d’âme végétative ou sensitive.21

  • 22 Ibid., AT VI, 78.

8Le corps humain est une structure matérielle qui suit les mêmes lois que les autres entités naturelles. Si son étude génétique est difficile (petitesse des composants, difficultés des expérimentations), il importe avant tout de poser son caractère purement matériel. Il ne s’explique pas par la substance spirituelle, ni dans son origine, ni dans ses opérations. Ce projet est son grand dessein : « j’ai résolu de n’employer le temps qui me reste à vivre, à autre chose qu’à tâcher d’acquérir quelque connaissance de la Nature, qui soit telle qu’on en puisse tirer des règles de médecine plus assurées que celles qu’on a eues jusqu’à présent »22.

  • 23 Principes de la philosophie, Préface, AT IX-2, 14.

9Ce que Descartes étudie, c’est bien ce que nous pourrions appeler biologie au sens large, c’est-à-dire à la fois la physiologie et la médecine. La distinction entre ces disciplines est d’ailleurs toute relative, car elles se nourrissent l’une l’autre pour améliorer la compréhension du vivant. On peut à cet égard considérer que la médecine – qui constitue l’une des branches de l’arbre de la philosophie déduites de la physique dans la préface des Principes de la philosophie23 –, dans la plupart des usages que Descartes fait du terme, doit se comprendre en un sens large qui mêle anatomie, physiologie et thérapeutique. La deuxième, la physiologie, est la plus travaillée. Elle mobilise les concepts de la physique et les applique à l’organisme. Il s’agit alors à la fois de comprendre son agencement et son fonctionnement. Elle pénètre jusqu’aux microstructures de l’organisme auxquelles l’anatomie n’a pas toujours accès. Toutes ses lectures médicales et ses réflexions théoriques et expérimentales propres visent à produire un nouveau modèle anthropologique, à la finalité éminemment pratique :

  • 24 À Newcastle, AT IV, 329.

La conservation de la santé a été de tout temps le principal but de mes études, et je ne doute point qu’il n’y ait quelque moyen d’acquérir beaucoup de connaissances touchant la Médecine, qui ont été ignorées jusqu’à présent.24

10Cependant, en ce domaine, tout reste à faire :

  • 25 Discours de la méthode, AT VI, 62.

Sans que j’aie aucun dessein de […] mépriser [la médecine], je m’assure qu’il n’y a personne, même pas ceux qui en font profession, qui n’avoue que tout ce qu’on y sait n’est presque rien, à comparaison de ce qui reste à y avoir.25

  • 26 Descartes indique lui-même très clairement ce programme de travail afin de présenter une philosophi (...)

11La science de l’être humain, commencée dans L’Homme et qui devait être synthétisée dans les Principes de la philosophie26, occupe Descartes toute sa vie. Tout gâter dans la médecine traditionnelle, c’est se donner la possibilité d’améliorer enfin la santé physique de l’être humain. Délivré de ses maux, vivant mieux et plus longtemps, celui-ci peut alors espérer tout gâter en philosophie, au travers notamment d’une nouvelle conception des rapports entre âme et corps qui aboutit à une morale originale.

Notes

1 Voir par exemple cette autre remarque, à propos d’un collègue médecin : « Bourdelot n’est guère mieux, à ce que m’en ont appris deux des nôtres qui l’ont quitté pour ses inepties. Il est tout atrabilaire de corps et d’esprit, sec et fondu, qui dit que tout le monde est ignorant, qu’il n’y a jamais eu de philosophe au monde pareil à M. Descartes, que notre médecine commune ne vaut rien, qu’il faut des remèdes nouveaux et des règles nouvelles, que tous les médecins d’aujourd’hui ne sont que des pédants avec leur grec et leur latin », G. Patin à C. Spon, 24 septembre 1658. En ligne : [http://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/].

2 Du nom d’Henri Louis Habert de Montmor qui réunit chez lui de nombreux penseurs pour des expérimentations et des discussions scientifiques. Ce cercle savant contient plusieurs cartésiens comme Clerselier, Desargues et Rohault. Patin est souvent considéré comme étant à l’origine de la future Académie des sciences, dont Montmor sera membre. Ce dernier a d’ailleurs écrit un poème sur la physique de Descartes, le De rerum natura.

3 La description du corps humain, AT XI, 223-224.

4 Ibid., 223.

5 Méditations métaphysiques, AT IX-1, 40.

6 Discours de la méthode, V, AT VI, 59.

7 Pour le dire rapidement, les Méditations métaphysiques (1641) traitent essentiellement de l’esprit et esquissent la question de l’union entre les deux substances. Les Passions de l’âme (1649) développent ce dernier point.

8 Voir A. Bitbol-Hespériès s’opposant à l’hypothèse de C. Adam sur de possibles études de médecine de Descartes à Poitiers, « Connaissance de l’homme, connaissance de Dieu », Les études philosophiques, no 4, 1996, p. 508.

9 On définit ici la physiologie comme un savoir du corps qui va au-delà des observations fournies par l’anatomie. Elle constitue donc un discours sur les parties invisibles de l’organisme (comme par exemple les composants du sang, on le verra), discours qui s’appuie sur des analogies et des hypothèses théoriques.

10 Descartes avait prévu un traité tripartite avec une partie sur le corps, une partie sur l’âme et une partie sur leur union. L’ensemble devant se situer à la suite de son traité sur Le Monde dont il aurait constitué le dernier temps. Voir L’Homme, AT XI, 119-120.

11 Les écrits physiologiques de Descartes sont rassemblés dans le tome XI de l’édition Adam-Tannery. V. Aucante en a traduit et présenté une bonne partie dans son édition des Écrits physiologiques et médicaux de Descartes aux Presses universitaires de France (traduction à laquelle nous nous référerons sous la forme : Écrits physiologiques).

12 D. Kambouchner présente ainsi les Passions de l’âme comme « son seul vrai texte d’anthropologie », L’homme des passions. Commentaires sur Descartes, t. I, Paris, Albin Michel, 1995, p. 15.

13 On verra que Malebranche s’y réfère explicitement.

14 Cureau commente par exemple ainsi l’analyse cartésienne de la glande pinéale, concept essentiel de la psychophysiologie cartésienne : « Je ne veux pas perdre de temps à réfuter une opinion qui s’est introduite depuis peu sur ce sujet, parce qu’elle est contraire à l’expérience, et n’est pas même concevable. Car elle veut que la glande qui est au milieu du cerveau se meuve incessamment, soit par l’impression que les objets sensibles y font, soit par l’agitation que les esprits et l’âme même lui donnent », Le système de l’âme [1664], Paris, Fayard (Corpus des œuvres de philosophie en langue française), 2004, p. 280.

15 Voir l’avertissement de C. Adam, AT XI, 219.

16 Discours de la méthode, AT VI, 45.

17 Comme le souligne D. Antoine-Mahut, « l’enjeu est considérable pour le mécanisme, alors soupçonné de laisser hors de son champ la question de la formation du vivant », R. Andrault et al., Médecine et philosophie de la nature humaine de l’âge classique aux Lumières, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 144.

18 « De la nature de l’homme », Œuvres complètes, Hippocrate, Paris, Édition de l’Union littéraire et artistique, 1955.

19 Il écrit ainsi : « comme ce sont des Actions commune à l’Âme et au corps, et qu’il faut que la Médecine et la Philosophie Morale se secourent l’une l’autre pour en parler bien exactement, il est arrivé que ceux qui l’ont voulu entreprendre, ne les y ont pu employer toutes deux », cité par O. Walusinski, « Marin Cureau de la Chambre, un pionnier de la neuropsychologie au xviie siècle », p. 8. En ligne : [http://docplayer.fr/14780939-Marin-cureau-de-la-chambre.html].

20 Descartes à ***, 30 août 1637, AT I, 394.

21 Discours de la méthode, AT VI, 45-46.

22 Ibid., AT VI, 78.

23 Principes de la philosophie, Préface, AT IX-2, 14.

24 À Newcastle, AT IV, 329.

25 Discours de la méthode, AT VI, 62.

26 Descartes indique lui-même très clairement ce programme de travail afin de présenter une philosophie complète : « Je finirais ici cette quatrième partie des Principes de la Philosophie, si je l’accompagnais de deux autres, l’une touchant la nature des animaux et des plantes, l’autre touchant celle de l’homme, ainsi que je m’étais proposé lorsque j’ai commencé ce traité », Principes de la philosophie, IV, art. 188, AT IX-2, 309.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search