Version classiqueVersion mobile

Lire le matérialisme

 | 
Charles T. Wolfe

Chapitre 8

Matérialisme ancien, matérialisme nouveau : réflexions sur un néo-matérialisme contemporain

Texte intégral

1La distinction entre différentes formes de matérialisme, y compris celles reposant sur une idée « active » ou « vitale » de la matière par opposition à une idée plus « mécaniste », apparaît de façon récurrente au cours de ce travail, dans différents contextes que nous avons explorés surtout dans le cadre matérialiste des xviie et xviiie siècles, avec des incursions dans la philosophie des sciences et de l’esprit du xxe siècle, ainsi qu’une analyse de la « théorie de l’identité » des années 1960. Nous nous tournons maintenant vers une forme contemporaine de matérialisme, dite New Materialism puisqu’elle existe à peu près uniquement dans le monde anglophone (même si, comme la théorie du genre ou les science studies, elle est issue d’une lignée française, et plus lointainement franco-allemande, si on remonte au-delà de la pensée structuraliste et surtout « post »-structuraliste à certains prodromes de la phénoménologie). Ce « nouveau matérialisme » ou « néo-matérialisme » (nous privilégierons la seconde traduction) complique un peu plus la possibilité de juger d’une continuité ou au contraire d’une discontinuité franche dans les formes de matérialisme, puisque jusque dans son nom, il désigne a minima l’intention chez ses partisans de se différencier d’un matérialisme « ancien » ou « classique » : donc il y aurait bel et bien un dialogue, même critique, une reprise de certaines thèses mais pas d’autres – là, l’historien du matérialisme verrait sa tâche redevenir possible et peut-être même légitime.

  • 1 Ce terme intraduisible – le français étant obligé de recourir à l’« incarnation », ce qui ferait l (...)

2Mais le néo-matérialisme n’est ni un ensemble de thèses bien délimité, ni un courant de pensée solidement unifié. Une caractéristique essentielle revient néanmoins régulièrement, à savoir la réorientation au sein du féminisme vers des thèmes « naturalistes » tels que la biologie, le corps vivant, avec un accent marqué sur la notion d’embodiment1, comprise en un sens autre que strictement constructiviste, et – ce qui est le plus surprenant – la matière elle-même, envisagée sur une sorte de plan d’immanence ontologique. Cette attention portée à la matière (soit comme une matériau transformé par la technique, soit comme l’objet d’une physique fondamentale), s’accompagne de l’articulation d’une opposition, pas toujours explicite, mais récurrente, entre une vision plus ancienne d’une matière qui serait purement passive, à laquelle la riche texture qualitative de la réalité serait réduite, et une vision nouvelle d’une matière dynamique, mise en avant par le théoricien d’aujourd’hui. L’ancien matérialisme était, selon cette interprétation, pris entre une obsession de la physique, une vision mécaniste du monde (en l’occurrence jamais très bien définie), et une sorte de réductionnisme qui s’employait à traduire tout phénomène ou entité de niveau supérieur (les sentiments, le corps, la conscience, etc.) en un simple « joujou » du mécanisme, pour reprendre l’image assez irrévérencieuse du célèbre vitaliste de Montpellier Théophile de Bordeu, ironisant au milieu du xviiie siècle sur l’obsession mécaniste du siècle précédent :

  • 2 T. de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, dans Œuvres complètes, vol. II, Paris, Cai (...)

Qu’on nous fasse donc grâce, une fois pour toutes, de ces fibrilles, de ces pressions, comme de ces globules, de ces épaississements, de ces pointes, de ces lymphes, de ces marteaux et tant d’autres meubles d’ateliers mécaniques dont le corps vivant a été rempli et qui furent, pour ainsi dire, les joujoux de nos pères.2

  • 3 Respectivement, K. Barad, « Posthumanist Performativity: Toward an Understanding of how Matter Com (...)

3Ainsi traduite, la matière ne pouvait être animée, vivante ou autrement dynamique ; elle pouvait seulement être définie par les propriétés élémentaires de grandeur, de figure et de mouvement. Contrastant avec ce paysage complètement formalisé, dans le néo-matérialisme, ainsi que l’affirment certains de ses partisans, « la matière n’est pas immuable ou passive » ; « le néo-matérialisme s’est orienté depuis un certain temps vers une conception de la matière comme système ouvert complexe, sujet à des propriétés émergentes » ; « les nouvelles ontologies matérialistes abandonnent la terminologie de la matière comme une substance inerte soumise à des forces causales prévisibles »3.

4Qu’advient-il lorsqu’un historien du matérialisme se confronte à ces affirmations ?

1. Néo-matérialisme et histoire du matérialisme

  • 4 La question du matérialisme de Spinoza est examinée dans un cadre strictement philosophique (inter (...)

5Une difficulté est que le néo-matérialisme oscille entre des affirmations strictement théoriques et politiques (à propos du présent) et des affirmations historiques, à propos de Hobbes, Descartes, ou Newton, sans parler de Nietzsche, Bergson et d’autres (Spinoza est étonnamment absent de ce paysage conceptuel, autant que nous ayons pu en juger, et ce malgré les débats variés et féconds depuis le début des années 1970 autour de sa relation à un matérialisme possible, ainsi que les interprétations féministes plus récentes de sa pensée4). Les choix théoriques et historiques qui interviennent dans l’articulation d’une doctrine sont, bien sûr, le fait du prince ; il serait futile, voire grossier de condamner Kant ou Husserl pour leurs jugements un peu rapides sur l’empirisme, ou de croire qu’une démonstration des erreurs faites par Russell au sujet de Nietzsche serait utile. On doit reconnaître que chaque position théorique construit sa propre histoire. Mais en ce qui concerne les affirmations historiques proprement dites au sein du néo-matérialisme – nous pensons, non pas à des affirmations strictement factuelles du type « La Marquise sortit à cinq heures » mais plutôt à celles portant sur la logique interne des systèmes de penseurs passés tels que Descartes, voire de matérialistes auto-proclamés tels que La Mettrie – il est sans aucun doute légitime d’engager un débat. Nous nous emploierons avant tout à examiner l’opposition, au sein du néo-matérialisme, entre une vision passive et statique de la matière (que le néo-matérialisme attribue à l’ancien matérialisme) et une vision active et dynamique de la matière (que le néo-matérialisme revendique).

  • 5 Dans la 5e Lettre à Serena, Toland affirme que l’« Activité doit entrer dans la Définition de la M (...)
  • 6 C. Merchant, The Death of Nature: Women, Ecology, and the Scientific Revolution, New York, Harper (...)
  • 7 D. Coole et S. Frost, « Introducing the New Materialisms », déjà cité, p. 14-15 ; nous soulignons. (...)

6La distinction entre une forme passive et une forme active du matérialisme n’est pas en soi chronologique ou « diachronique » puisqu’elle existe clairement sous forme synchronique ; autrement dit, il n’a pas fallu attendre Marx, Nietzsche, Freud ou la phénoménologie – des références pour les néo-matérialistes, ce qui donne un petit air « pattes d’éléphant » à leurs travaux – pour assister au sein du matérialisme à des débats, en fait des vraies tensions, entre la vision d’une matière inerte, morte, passive et statique et celle d’une matière animée, cette animation étant définie diversement en fonction du contexte (théologique, médical, chimique, physique, neurophysiologique, etc.). Comme nous l’avons souligné ailleurs, l’insistance de John Toland sur l’activité comme « essence » de la matière, dans ses Letters to Serena (1704), et, plus tard, l’éloge fait par Diderot de la sensibilité comme propriété « universelle » et « essentielle » de la matière, sont des moments caractéristiques, respectivement, d’un matérialisme de la matière active et d’un matérialisme vital5. De fait, il ne serait pas difficile d’imaginer une approbation néo-matérialiste de la pensée de Francis Glisson, Margaret Cavendish ou Diderot, pour leur « bonne » vision de la matière comme étant essentiellement active, par opposition à une « mauvaise » vision (celle par exemple d’un Hobbes ou d’un d’Holbach), d’une matière passive conçue uniquement selon des critères mécanistes. Mais une telle opposition, qui rappelle, entre autres, le Death of Nature de Carolyn Merchant6, conduit au mieux à un néo-paganisme (rappelons que Merchant opposait une vision mécaniste et totalisante, sinon totalitaire de la Révolution scientifique à une vision néo-païenne, féministe et « vitalisée » de la Nature) : curieux point d’arrivée pour le matérialisme, qui ne déplairait toutefois pas à ceux pour qui l’« ontologie néo-matérialiste » est centrée sur « les propensions dynamiques, constitutives, aléatoires et même immatérielles qui caractérisent les nouvelles significations de la matérialité et de la matérialisation »7. Notre première remarque générale est donc que l’opposition entre matière passive et matière active témoigne d’une vision appauvrie et obsolète de l’âge classique (ou, plus modestement, qu’une telle opposition était déjà utilisée à l’époque).

  • 8 Nous faisons allusion au fameux « Manifeste cyborg » de Donna Haraway, un plaidoyer éloquent et in (...)
  • 9 Sawday, The Body Emblazoned: Dissection and the Human Body in Renaissance Culture, Londres, Routle (...)
  • 10 Frost, « The Implications of the New Materialisms », déjà cité, p. 72.
  • 11 Pour remédier à cette vision, voir D. Antoine-Mahut et M.-F. Pellegrin, Elisabeth face à Descartes (...)

7Dès lors, les appels à un « néo-matérialisme » qui exprimerait adéquatement la réalité vécue du corps, à son historicité, peut-être aussi à un certain degré d’agentivité impliqué dans la possibilité de l’auto-construction – une sorte de « cyber »-matérialisme pour ainsi dire8 – peuvent se comprendre, lorsqu’ils sont en opposition à ce concept d’un matérialisme mécaniste, dans lequel le corps est conçu comme « une statue ou machine de terre » selon la formule célèbre de Descartes dans L’Homme (AT XI, p. 120), ou comme un système de poulies, d’entonnoirs et de tamis. Les appels néo-matérialistes à prêter attention à la matérialité, à l’expérience, à la dimension de l’auto-construction (pas tant au sens de la subjectivité que de l’agentivité du corps) semblent convaincants lorsqu’ils sont comparés à cette vision « cimmérienne » de l’âge classique au cours duquel, comme l’écrit Jonathan Sawday, « en tant que machine, le corps fut objectivé ; une source de curiosité intense, mais entièrement séparé du monde du sujet parlant et pensant »9. Et en effet, les néo-matérialistes prennent eux aussi pour cible la matière passive de Descartes, et sa conception du corps comme « non-pensant »10, négligeant ainsi la question épineuse de l’union, et l’influence tardive d’Elisabeth sur sa conception des passions11. Mais il se peut que leurs intuitions reposent sur une littérature secondaire plutôt lacunaire, dans un domaine de recherche qui devrait tout au moins être réexaminé.

2. Engels, le premier néo-matérialiste ? Le problème du matérialisme mécaniste

  • 12 Ce n’est pas le lieu ici, mais l’histoire et la Begriffsgeschichte idéologique du concept de néo-m (...)
  • 13 Une telle (re)découverte de Lucrèce avec une finalité « néo-matérialiste » serait facilitée par la (...)

8Dans le discours marxiste, cette vision d’un mécanisme appauvri a souvent pris la forme du matérialisme mécaniste. Là encore, il s’agit d’une construction destinée à valoriser ce qui lui est opposé : soit un matérialisme « non-mécaniste », présent chez Marx et Engels, comme nous le verrons ci-dessous, soit, le plus souvent, une forme de spiritualisme ou au moins d’insistance sur l’autonomie de la personne, la conscience, l’âme, l’action libre, et ainsi de suite, lesquelles ont toujours été opposées à la « nécessité aveugle » des horloges et autres instruments mécaniques12. Mais si l’on examine d’un peu plus près la réalité du matérialisme de l’âge classique, le concept de matérialisme mécaniste s’effondre, de même que la pertinence d’un néo-matérialisme opposé à cet ancien modèle supposément statique et mécaniste, du moins en ce qui concerne la tentative du premier d’articuler une opposition entre l’ancien et le nouveau, le passif et l’actif, l’inerte et le dynamique (rappelons-nous la thèse selon laquelle les ontologies néo-matérialistes abandonnent toute notion de la matière comme inerte et causalement déterminée, au profit des notions de chaos, de dynamisme et d’émergence ; un détour par le De rerum natura de Lucrèce aurait problématisé cette opposition entre l’ancien matérialisme « inerte » et le nouveau, chaotique et dynamique…13).

9L’affirmation suivante de Friedrich Engels en est une bonne illustration, bien connue des historiens du matérialisme mais peut-être moins des néo-matérialistes (qui découvriront peut-être un ancêtre inconnu !) :

  • 14 F. Engels, Ludwig Feuerbach und der Ausgang der klassischen deutschen Philosophie (1888), § II, da (...)

Le matérialisme du siècle passé était surtout mécaniste, parce que, à cette époque [...] seule la mécanique [...] était arrivée à un certain état d’achèvement. [...] pour tous les matérialistes du xviiie siècle, l’homme était une machine. Cette application exclusive du critère de la mécanique à des processus de nature chimique et organique constitue une des étroitesses spécifiques, mais inévitables à cette époque, du matérialisme français.14

10Positionnement d’un nouveau matérialisme face à un avatar plus ancien, et surtout, opposition entre un modèle passif et statique et un modèle actif et dynamique du matérialisme : il semble bien qu’Engels soit le premier néo-matérialiste ; ou, du moins, que ce mélange de langage normatif et d’affirmations historiques préfigure étroitement le moment supposé « nouveau » du néo-matérialisme – ce qui n’est pas à l’avantage de ce dernier tant l’énoncé d’Engels est problématique à de multiples égards.

11Nous sommes ici confrontés à deux problèmes interprétatifs : celui du concept de matérialisme mécaniste, et, plus généralement, celui du contenu de l’opposition entre matérialismes « nouveau » et « ancien » (le second étant censé inclure la forme supposément mécaniste du matérialisme). Bien entendu, rien n’empêche le théoricien contemporain de la matérialité, du soi et du corps de qualifier sa position de « néo-matérialiste », conformément à ce que nous avons suggéré plus haut sur la liberté du théoricien (le « fait du prince ») ; mais quand cette position se double d’un argument historique au contenu non seulement historiographiquement mais qui plus est, philosophiquement fragile, alors on est en droit d’évaluer ses thèses sur un mode critique.

12En quel sens la notion de matérialisme mécaniste, y compris dans la version d’Engels, ne tient-elle pas debout ? Au moins trois aspects doivent être distingués.

  • 15 Coole et Frost, « Introducing the New Materialisms », déjà cité, p. 8, 17.

13Premièrement, une bonne part des auteurs qui emploient la notion négligent de manière étonnante le fossé métaphysique majeur qui existe entre le matérialisme et le mécanisme, tel qu’il fut représenté par exemple par Descartes, Galilée et Boyle. Il est déconcertant de lire comment les néo-matérialistes posent comme équivalents les concepts cartésien et newtonien de la matière, certains parlant même de « conception cartésio-newtonienne de la matière » (celle-ci étant définie comme la « domination de la Nature »), ou encore des « anciennes conceptions cartésio-newtoniennes de la matière » et des idées « prométhéennes correspondantes, d’empire humain sur la nature »15, car Newton n’aurait en réalité pas sanctionné de tels projets (sans parler des immenses différences entre les conceptions cartésiennes et newtoniennes de la matière). Philosophiquement parlant, les mécanistes de l’âge classique étaient soit dualistes, soit agnostiques en ce qui concerne la nature d’une « substance » fondamentale telle que la matière. Ce point semble à la fois assez largement reconnu (bien qu’une certaine confusion persiste) et sans difficulté particulière, nous ne nous y attarderons donc pas davantage.

  • 16 Voir C. T. Wolfe, Materialism. A Historico-Philosophical Introduction, chapitre 4, Dordrecht, Spri (...)
  • 17 J. Riskin, « The Defecating Duck, or, the Ambiguous Origins of Artificial Life », Critical Inquiry(...)

14Deuxièmement, ceux qui manient le concept de matérialisme mécaniste oublient – dans un aveuglement intellectuel, ou du moins une étroitesse d’esprit bien partagée – la présence chez plusieurs matérialistes du début de la période moderne d’un intérêt prononcé, explicite et varié pour la dimension proprement corporelle ou incorporée, autrement dit, la réalité du corps vécu, sans que celle-ci doive obligatoirement être comprise au sens du primat du sujet16. Un exemple de cette erreur fréquente est la tendance courante à prendre des œuvres telles que L’Homme-Machine de La Mettrie au sens littéral : malgré le titre (provocateur) de son ouvrage, La Mettrie n’opère jamais de réduction des propriétés du corps vivant à celles de la matière inanimée, ou à celles des « machines » (et d’ailleurs, de quelles machines au juste ? Après tout, les automates des Lumières n’étaient-ils pas, eux aussi, le fruit d’une fascination pour la vie17 ?) : il ne réduit pas l’organique à l’inorganique. L’Homme-Machine est bien un exemple hardi d’argumentation réductionniste, mais, comme nous l’avons souligné ailleurs, celle-ci concerne la relation de l’âme au corps.

  • 18 Voir l’article « Chymie » de Venel dans l’Encyclopédie, et les études de F. Pépin, La philosophie (...)

15Nous nous contenterons de mentionner la troisième affirmation erronée d’Engels, à savoir, l’hypothèse que la chimie est apparue soudainement au xixe siècle (ou du moins avec Lavoisier) ; en fait, les spécialistes du xviiie siècle, y compris ceux travaillant sur le matérialisme, sont tout à fait familiers de ce que l’on pourrait nommer l’« obsession » chimique chez les matérialistes de cette période. L’idée ici n’est évidemment pas d’affirmer la « vérité » scientifique de cet épisode, mais d’attirer l’attention sur le fait que les entités matérielles étaient bel et bien conçues dans les termes nouveaux et changeants de la chimie (ceci est, de plus, explicitement lié à l’émergence du vitalisme des Lumières, lequel est une autre partie de cette histoire, qui ne nous occupera pas ici)18.

3. Matière active et matière passive : deux paradigmes matérialistes

16Plutôt qu’entre l’ancien matérialisme et son héritier néo-matérialiste du xxie siècle, il serait plus utile, nous semble-t-il, de distinguer entre un matérialisme fondé sur une notion de la matière passive et un matérialisme de la matière active. Sous la rubrique d’un matérialisme « actif » on inclurait les modèles qui se soucient particulièrement des propriétés dynamiques et plastiques de la matière, de sa capacité à se transformer, etc., comme lorsque Toland insiste sur le fait que le mouvement est une propriété de la matière, d’autres allant jusqu’à lui attribuer la capacité de penser. (C’est d’ailleurs cette même opposition que nous avons retrouvée au sujet de la nature du cerveau, comme nous l’avons décrit au chapitre 6.) Cet ensemble de propriétés d’un matérialisme actif est précisément ce que les néo-matérialistes décrivent comme « nouveau », ou en tout cas « neuf » en un sens qui n’est pas strictement historique ou chronologique, mais plutôt oppositionnel, puisqu’il inclut Bergson et Whitehead mais pas Collins, Diderot ou Priestley (ou Descartes, lorsque celui-ci est faussement intégré à l’ancien matérialisme). La distinction entre des formes passive et active du matérialisme, n’étant pas en soi, comme nous l’avons déjà suggéré, chronologique ou « diachronique », le matérialiste n’a nullement besoin de faire appel à l’herméneutique du soupçon, l’énergétique freudienne ou la phénoménologie du corps propre pour que son modèle reflète l’« activité », ou en tout cas puisse rendre compte des tensions entre une matière inerte, morte, statique, passive et, par exemple, un concept de la matière vitale (qu’il soit plus animiste, comme chez Glisson ou Cavendish, ou à tendance plus réductionniste, comme chez Toland, La Mettrie ou Diderot).

  • 19 M. Cavendish, Observations upon Experimental Philosophy, Londres, A. Maxwell, 1666, « Observations (...)

17Ainsi, un des problèmes de l’opposition entre matérialisme nouveau et ancien est l’existence d’un matérialisme « corporel » au cours de l’âge classique et des Lumières. Mais cela ne signifie pas que le néo-matérialisme a existé sous une forme préfigurée quelques siècles auparavant : Margaret Cavendish a beau avoir pensé que « l’âme de la nature doit être physique, de même que le corps... », qu’il était tout aussi probable que « Dieu ait donné à la matière un pouvoir de se mouvoir par elle-même, qu’il ait fait en sorte qu’une autre créature la gouverne […] Car la nature n’est pas un nouveau-né ou un enfant, qui aurait besoin d’une nourrice spirituelle pour lui apprendre à aller et se mouvoir… », et que « si la nature n’était pas consciente d’elle-même, vivante et douée de perception, elle tomberait dans la confusion »19, tout cela ne fait cependant pas d’elle une néo-matérialiste. De même, le fait que Toland et Diderot mettent en avant des concepts de matière active ne fait pas d’eux des néo-matérialistes avant la lettre.

  • 20 Voir A. Bandini, Wilfrid Sellars et le mythe du donné, Paris, PUF, 2012.

18Bien que la « nouveauté » implicite dans le néo-matérialisme s’avère être davantage un rajeunissement, cela ne rend pas l’ancien et le nouveau matérialisme identiques. (La zone grise entre ces deux matérialismes balisés par les néo-matérialistes, donc l’ancien et le nouveau, mérite d’ailleurs qu’on s’y attarde, en cartographe ou en archiviste, mais cela dépasse le cadre de notre analyse ici. Par exemple, Démocrite et Hobbes appartiennent sans aucun doute au matérialisme « ancien » tandis que Rosi Braidotti et Elizabeth Grosz font partie du « nouveau », mais qu’en est-il de Bergson ou Whitehead ? Ils ne sont pas vraiment matérialistes mais pourraient facilement être cooptés par un néo-matérialisme fortement attaché au concept de virtuel. De même, la dimension anthropologique chez Feuerbach le place également dans cet entre-deux. Et quid de Wilfrid Sellars et de son père, Roy Wood Sellars ? Ce sont des matérialistes du xxe siècle qui sont anti-réductionnistes, anti-mécanistes et émergentistes…20)

  • 21 Cavendish, Observations upon Experimental Philosophy, « To the Reader », déjà cité, n.p. ; Grounds (...)
  • 22 Merleau-Ponty, La structure du comportement, Paris, PUF, 1942, p. 225.

19Le matérialisme actif, corporel ou vital prend différentes formes au cours de l’âge classique « long ». Par exemple, on peut distinguer entre des formes plus favorables à la réduction (et donc des explications que l’on qualifierait maintenant de bottom-up), et des formes vraiment plus « spiritualisées ». Ainsi, tandis que La Mettrie et Diderot rejettent l’âme et cherchent à construire la complexité par le bas – tout en posant que les particules de matière minimales sont elles-mêmes douées de vie –, Cavendish, quant à elle, philosophe qui est souvent décrite aujourd’hui comme une matérialiste (bien que cela nous semble être un usage bien imprécis du terme), attribue des propriétés de niveau supérieur telles que l’« âme » à la matière (et s’empêtre ce faisant dans des définitions circulaires de la matière comme inanimée, sensible ou rationnelle, ces deux dernières étant des formes de la matière animée21). Le premier de ces deux matérialismes, « vital » et néanmoins doté d’une dimension réductionniste, ne pourrait suivre le néo-matérialisme dans ses coquetteries occasionnelles avec la phénoménologie et l’énactivisme, lesquels soutiennent que « l’esprit n’utilise pas le corps, mais se fait à travers lui tout en le transférant hors de l’espace physique »22, une forme de dualisme qui remonte à la distinction husserlienne entre Körper, le « corps » entendu comme un corps parmi d’autres au sein d’un vaste univers mécaniste composé de corps, et Leib, la « chair » comprise comme une subjectivité qui est le lieu de l’expérience. Nous reviendrons au chapitre suivant sur les différents modes de l’embodiment face au matérialisme, mais au cas où le contraste entre un matérialisme même « incarné » ou « vital » et le projet d’une phénoménologie « incarnée » ne serait pas assez clair, lisons ce qu’écrit un des théoriciens les plus respectés de cette dernière école :

  • 23 E. Thompson, Mind in Life, déjà cité, p. 238.

La vie n’est pas physique dans le sens matérialiste courant de structure et de fonction purement externes. La vie produit une forme d’intériorité, l’intériorité du soi et de la production de signification. Nous avons ainsi besoin d’une notion élargie du physique pour rendre compte de l’organisme ou de l’être vivant.23

  • 24 A. J. Goldstein, Sweet Science: Romantic Materialism and the New Logics of Life, Chicago, Universi (...)

20En réalité, cette « notion élargie du physique » a toujours été présente  c’est plutôt l’image appauvrie du « sens matérialiste courant » (rappelant à nouveau Engels) qui a besoin d’être révisée. Certes, le second type de matérialisme « vital », hostile au réductionnisme (dans ce sens il s’agit plus d’un « vitalo-matérialisme » que d’un « matérialo-vitalisme », pour reprendre les expressions de Wahl et Belaval dans les années 1950), celui de Cavendish et sans doute, celui qu’on retrouvera au début du xixe siècle chez Goethe et Schiller, dans leurs variantes assez peu reconnaissables du naturalisme24, serait plus proche de la vision néo-matérialiste du corps et de la vie, mais contrairement aux versions les plus politiquement riches de cette dernière (de type féministe notamment), il n’accorde aucune attention à l’historicité ou au projet d’un anti-essentialisme.

  • 25 Voir notre proposition d’une théorie du soi (mais pas de la subjectivité ou de l’intériorité) maté (...)
  • 26 E. Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, chapitre II, G (...)

21Cependant, même si la vision du matérialisme « ancien » comme étant étroitement lié au concept de matière passive passe à côté de nombreuses caractéristiques du matérialisme de l’âge classique, de sorte que les objections jumelles (formulées par Engels et par les néo-matérialistes) ne sortent pas indemnes d’un examen plus détaillé du matérialisme vital (par exemple), cela ne signifie pas que tous les éléments du néo-matérialisme sont simplement déjà présents à l’âge classique. Le concept de subjectivité en est un exemple25. Non pas parce que nous considérons que c’est un progrès conceptuel indiscutable que d’insister sur le primat de la 1re personne du singulier avec des accents fortement anti-naturalistes, comme lorsque Husserl se prononce, de manière plutôt fichtéenne, en affirmant que « c’est seulement lorsque l’esprit cesse de se tourner naïvement vers l’extérieur et retourne à soi, afin d’y demeurer, purement en soi, qu’il peut être auto-suffisant »26. Nous sommes surpris que des théoriciens « critiques » continuent de soutenir des distinctions normatives entre d’un côté l’univers de l’expérience privée, de l’intériorité, du soi, de la valeur, et de l’autre une présentation purement (bassement !) externaliste, scientiste et spatiale du monde. Ceci inclut l’attaque énactiviste contre le « matérialisme courant » citée ci-dessus, qui nous semble fortement teintée d’idéologie (sans que nous prétendions qu’il existe une perspective juste, objective, et sans aucune dimension idéologique). Non, il existe des éléments neufs et significatifs au sein du néo-matérialisme.

4. Matérialité féministe

  • 27 Sarasohn souligne que la Nature chez Cavendish doit être féminine (« A Science Turned Upside Down: (...)
  • 28 K. Barad, « Meeting the Universe Halfway: Realism and Social Constructivism Without Contradiction (...)
  • 29 K. Barad, « Getting Real: Technoscientific Practices and the Materialization of Reality », differe (...)
  • 30 K. Barad, « Posthumanist Performativity », déjà cité, p. 809.

22Contrairement aux appels intuitifs et crypto-dualistes à un monde intérieur censé être plus « authentique », qui est opposé au monde déshumanisé de l’externalité, l’attention portée à la matérialité dans le discours féministe récent est nettement moins dualiste. Ce dualisme a pu être présent dans certains cas, comme on l’a vu chez Merchant (une position défendue beaucoup plus récemment par Lisa Sarasohn dans ses analyses de Cavendish, qui soulignent la féminité de la Nature chez celle-ci27), mais est clairement absent dans le travail de Karen Barad, celui-ci étant peut-être l’exemple majeur des science studies féministes se revendiquant du naturalisme. Barad est unique en ce qu’elle tente de relier les science studies à une ontologie féministe dans laquelle le sujet et l’objet sont, selon ses mots, « intra-activement constitués » au sein de pratiques spécifiques. Le « réalisme agentiel » de Barad affirme que nous sommes, à la fois métaphysiquement et éthiquement, « redevables » du matériau, de ce qui est matériel. Cependant, cette redevabilité « ne porte pas sur les représentations d’une réalité indépendante, mais sur les conséquences réelles, les interventions, les possibilités créatives et les responsabilités de l’intra-agir (intra-acting) dans le monde »28. Il s’agit d’une forme de néo-matérialisme parce qu’elle souligne, là encore avec un accent mis sur l’« intra-action », que la matérialité est une réalité agentielle29. Et que « la matérialité du corps – par exemple son anatomie et sa physiologie […] entre en jeu activement dans les processus de matérialisation »30. Soulignons donc, car c’est un point important dans le cadre du présent travail, que la vision de Barad n’est pas un anti-naturalisme, mais une vision des rapports entre science et nature, expérience et instrumentalité « interactionniste », que n’aurait sans doute pas reniée Dewey (cité à cet effet au chapitre 5 plus haut).

  • 31 Voir sur ce point le commentaire de S. Ahmed, « Imaginary Prohibitions. Some Preliminary Remarks o (...)

23Une différence durable, nous semble-t-il, entre le matérialisme vital et le concept de « matérialité » des néo-matérialistes, c’est que ce dernier est défini principalement en termes de (et orienté vers des) problèmes d’agentivité, d’auto-construction et d’historicité, notamment en relation avec le genre – même si une convergence entre les différentes analyses de la « construction » et l’anti-essentialisme n’apparaît pas clairement, en particulier dans un contexte féministe31. Dans une présentation de ce champ d’études, on lit qu’à bien des égards,

  • 32 S. Frost, « The Implications of the New Materialisms », déjà cité, p. 70.

l’attention académique et théorique portée à la matérialité du corps n’a rien de nouveau : pendant plusieurs décennies, les féministes ont dénaturalisé à la fois l’embodiment et les objets matériels, en analysant et en spécifiant les multiples pratiques discursives à travers lesquelles les corps et la matière sont rendus intelligibles. Ces travaux se sont focalisés sur l’élucidation des processus à travers lequels les normes et les relations de pouvoir sont incarnées [embodied] en tant que formes de subjectivité ou matérialisées dans les institutions, les pratiques culturelles et les faits.32

  • 33 K. Barad, « Posthumanist Performativity », déjà cité, p. 821, et entretien avec Barad dans R. Dolp (...)

24Barad le dit très nettement dans une formule incisive : pour les néo-matérialistes, « la matière est toujours déjà une historicité se faisant », et « la matérialité elle-même est toujours déjà un dynamisme désirant, un processus de reconfiguration itératif, énergisé et énergisant, qui est rendu et qui rend vivant »33.

  • 34 Frost parle de « dénaturaliser », que nous rendons ici par « dénaturer » au double sens d’un éloig (...)
  • 35 J. Bennett, The Enchantment of Modern Life, Princeton, Princeton University Press, 2001, et Vibran (...)
  • 36 E. Grosz, « Life, Matter. And Other Variations », Philosophy Today, no 55, 2011, p. 24.
  • 37 T. Eagleton (citant S. Žižek), Materialism, New Haven, Yale University Press, 2016, p. 9.

25Même si des auteurs comme Barad ont cherché, au nom d’une « ontologie relationnelle », à brouiller la frontière entre ce concept moins naturaliste de matérialité et le monde du vivant (au sens de la vie biologique), le premier a peu à voir aussi bien avec les analyses biomédicales auxquelles se référait, y compris de manière spéculative, le matérialisme « vital », qu’avec sa tendance réductionniste et déflationniste. Il s’agit plus ici d’une « dénaturation », pour reprendre l’expression de Frost citée plus haut34. Dans les ontophanies néo-matérialistes de la matérialité, parfois déclinées comme incluant « la vitalité, la relationalité, l’auto-création, la productivité, l’imprévisibilité », ne sont présents ni la force des explications réductionnistes, ni même leur courage métaphysique (au sens de La Mettrie). La version la plus outrancière (outrecuidante ?) de ce néo-matérialisme devenu une sorte de néo-paganisme est celle de Jane Bennett, qui réinvente un « matérialisme enchanté », dans lequel elle confère une agentivité à « des phénomènes inorganiques tels que le réseau électrique, la nourriture ou les déchets »35, ainsi que l’insistance bergsonienne d’Elizabeth Grosz sur l’idée que « la vie transforme la matière en art »36. Un matérialisme dans lequel tout est vivant, une notion du vivant et du virtuel qui en font des instances pleinement matérielles : nous pouvons dire, suivant un mot cruel de Terry Eagleton citant un célèbre théoricien slovène, que cette espèce de matérialisme est matérialiste au sens où la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien est matérialiste : c’est un monde enchanté, plein de forces magiques…37.

  • 38 K. Barad, « Posthumanist Performativity », déjà cité, p. 801.

26Le néo-matérialisme n’étant pas univoque (y compris puisqu’il n’a pas un ensemble de thèses nettes qui définirait plus qu’une communauté intuitive), on peut aisément citer Karen Barad contre les excès précédents, quand elle écrit que « Le langage est matière à penser. Le discours est matière à penser. La culture est matière à penser […] la seule chose qui ne semble plus être matière à penser est la matière »38. Effectivement, dans l’attention portée à la « dénaturalisation » et à l’« historicité » – des concepts que l’anti-naturalisme du xxe siècle, notamment de type heideggérien ou sartrien, a largement exploités – il n’est pas clair que nos hormones, maux de têtes, hallucinations ou, du côté moins strictement biologique, nos corps augmentés, artificialisés, « cyborgisés » aient un grand rôle à jouer. Comme le décrivait Kirby (citée par Ahmed pour s’opposer à elle – mais nous pouvons ici séparer la citation de l’usage qu’en fait Ahmed),

  • 39 V. Kirby, Telling Flesh: The Substance of the Corporeal, New York, Routledge, 1997, cité dans S. A (...)

Je fus conduite à me demander quel danger l’exclusion de la biologie avait permis d’éviter. À quoi le nom de corps biologique ou anatomique se référait-il vraiment ? […] Lorsque je posai cette question, je rencontrai une réaction empreinte d’une certaine nervosité. Jugeant peut-être que j’étais encore tributaire d’une compréhension précritique du corps, l’oratrice me rabroua d’un geste théâtral révélateur. Comme pour souligner la pure absurdité de ma question, elle se pinça et ajouta : « Je ne parle évidemment pas de ce corps ».39

27De surcroît, les théories de la matérialité, y compris le néo-matérialisme, mettent en question l’essentialisme du matérialisme traditionnel, et parfois son scientisme (souvent avec une vision étonnamment obsolète de Descartes, Newton et des matérialistes anciens en tant qu’idéologues de la maîtrise et de la possession de la nature, comme nous l’avons noté plus haut). En réalité, les tendances « vitales » et « corporelles » au sein du matérialisme dit « ancien » ne relèvent ni de l’essentialisme ni du scientisme (surtout pas chez Diderot), et elles ne privilégient pas la dimension « subjective », contrairement aux théories de la matérialité :

  • 40 L. Althusser, Sur la philosophie, Paris, Gallimard, 1994, p. 60. Le matérialisme aléatoire lucréti (...)

la philosophie de tendance matérialiste reconnaît l’existence de la réalité objective extérieure, ainsi que son indépendance par rapport au sujet qui la perçoit et qui la connaît. Elle reconnaît que l’être, le réel, existe et est antérieur à sa découverte, au fait d’être pensé et connu.40

  • 41 Bennett, Vibrant Matter, déjà cité, p. xiii.
  • 42 S. Frost, « The Implications of the New Materialisms », déjà cité, p. 70.

28Comment l’historien du matérialisme doit-il donc répondre au néo-matérialisme ? Comme nous l’avons noté au début, une difficulté réside dans le manque de cohérence théorique entre différentes versions de cette « position ». Par exemple, certaines sont plus proches de la phénoménologie et de l’énactivisme (donc d’une notion forte du sujet), tandis que d’autres sont décidemment posthumanistes, parfois même alignées sur la tendance de l’ontologie des objets (object-oriented ontology). Ainsi Bennett, après s’être déclarée plutôt matérialiste épicurienne que marxiste ou disciple de l’école de Francfort, déclare : « je soutiens qu’il y a une valeur publique à suivre la trace d’une puissance chosale non humaine, l’agentivité matérielle des corps naturels et des artefacts technologiques »41 – soit une sorte de fétichisme des objets et de l’immanence. Plus sobrement mais sur la même ligne, Frost parle de la « matière ou du corps comme possédant un type particulier et distinct d’agentivité, un type qui n’est pas un prolongement direct ou accidentel de l’intentionnalité humaine mais qui a plutôt sa dynamique et sa trajectoire propres »42. En ce qui concerne les versions plus subjectivistes du néo-matérialisme, le contraste avec le matérialisme « ancien » est clair, car ce dernier ne s’éloigne jamais de ses racines épicuro-lucrétiennes en tant que « pensée du corps ». Concernant les versions hyper-ontologisées du néo-matérialisme, le contraste n’est pas aussi facile à établir. Nous avons suggéré plus haut que sa présentation du matérialisme ancien comme passif et mécaniste ne résiste pas à un aperçu historique de l’âge classique et des Lumières ; Engels et le néo-matérialisme doivent revoir soit leur histoire soit leurs oppositions théoriques. Mais il y a de surcroît un contraste plus global à explorer.

5. Le matérialisme ancien a encore des griffes

  • 43 Discours sur le bonheur, dans La Mettrie, Œuvres philosophiques, II, F. Markovits éd., Paris, Faya (...)
  • 44 Voir C. T. Wolfe, « La réduction médicale de la morale chez La Mettrie » , Matérialistes français (...)

29Une différence nette entre les matérialismes ancien et nouveau est que le premier a un caractère clairement dérangeant et déstabilisant – celui qui fait dire à La Mettrie : « qui fait son étude de l’homme doit s’attendre à avoir l’homme pour ennemi »43. Une telle phrase, disons-le en passant, va assez vivement à l’encontre de la vieille idée à la fois humaniste et marxiste selon laquelle le matérialisme serait simplement une sorte de spatialisme froid et géométrique qui nierait les valeurs humaines au profit d’une sorte de formalisation statique totale. Faire son étude de l’homme, montrer qu’il agit moins librement qu’il ne le pense, décrire ses affects, ses déterminations sociales, si on le fait à la manière de La Mettrie et dans son contexte historique, c’est donc « s’attendre à avoir l’homme pour ennemi ». Certes, le matérialisme vu ainsi n’est pas le socle sur lequel on bâtit une philosophie morale normative (et l’histoire de La Mettrie, ayant obtenu un contrat éditorial pour rédiger une biographie de Sénèque, via son ami Maupertuis, mais rendant finalement un chef-d’œuvre d’immoralisme, le Discours sur le bonheur ou Anti-Sénèque, est éloquente ici44).

  • 45 D. Masseau, Les ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Paris, Albin Mic (...)
  • 46 R. Ruyer, Esquisse d’une philosophie de la structure, Paris, F. Alcan, 1930, p. 42.
  • 47 Sartre, « Matérialisme et révolution » [1946], dans Situations philosophiques, Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 48 F. Mauriac, note de mars 1953, dans Mémoires politiques, Paris, Grasset, 1967, p. 433.

30Mais il n’est pas non plus une sorte de nivellement ou d’élimination de l’humanité, comme le prétendent de si nombreux anti-matérialistes, de Cudworth et More au xviie siècle aux « anti-épicuriens » du xviiie siècle45, jusqu’à des auteurs plus récents que tout sépare idéologiquement, comme Sartre, Mauriac, ou Raymond Ruyer. Ruyer dénonce le matérialisme au nom de la téléologie, de l’organisme et d’autres spécificités biologiques, voire humaines (avec des accents de spiritualisme) : « le matérialisme est radicalement faux, et faux sous toutes ses formes »46. Sartre le dénonce au nom de la liberté humaine : « Le matérialisme, en décomposant l’homme en conduites conçues rigoureusement sur le modèle des opérations du taylorisme, fait le jeu du maître ; c’est le maître qui conçoit l’esclave comme une machine »47. Mauriac se situe un peu entre les deux quand il revient, pour ainsi dire, vers la question de l’immoralisme qui avait tant coûté à La Mettrie deux siècles auparavant : « Si tout est matière, je ne vois pas au nom de quoi en effet nous condamnerions l’œuvre de Staline »48. Les néo-matérialistes opèrent sur un terrain discursif (et rhétorique, et affectif) déjà en quelque sorte balisé par ce type de dénonciations, ce qui ne manque pas de créer des apories – ainsi Frost, Coole et Barad voient bien l’incohérence consistant à réintroduire une sorte de libre arbitre humaniste dans leur discours.

*

  • 49 Certains théoriciens néo-matérialistes, particulièrement E. Grosz (« Life, Matter. And Other Varia (...)
  • 50 B. Brown, October, no 155, 2016, questionnaire sur le néo-matérialisme, p. 13. Merci à Brooke Holm (...)
  • 51 October, questionnaire sur le néo-matérialisme, Présentation, p. 3.

31Si le matérialisme en général est bien une ontologie, et une thèse concernant la totalité de l’être, dans le cas du matérialisme ancien, ces ontologies tendent à se constituer dans un rapport d’hostilité à la philosophie morale normative, à l’âme immortelle, au droit divin des rois, etc. Au contraire, lorsqu’il flirte avec la virtualité49, l’immanence et l’ontologie plate, qu’un critique a récemment qualifiée de projet pour les « curateurs du concret »50, le néo-matérialisme n’a pas ce genre d’ennemis – cette remarque a été faite par plusieurs des contributeurs au questionnaire « Néo-matérialismes » de la revue new-yorkaise October dans un numéro récent. En effet, se rapportant plus ou moins explicitement à l’ontologie orientée vers l’objet et au réalisme latourien – voire tirant profit de ceux-ci – le néo-matérialisme affirme souvent qu’il effectue une sorte de changement de paradigme « de l’épistémologie, dans toute sa relation à la critique, vers l’ontologie, où l’être des choses est valorisé au même titre que celui des personnes »51.

  • 52 G. Harman, Prince of Networks: Bruno Latour and Metaphysics, Melbourne, re.press publications, 200 (...)

32Il faut se souvenir que chez Latour, « les pommes, les vaccins, les métros et les tours radio » sont pris au sérieux en tant que thèmes philosophiques – ce qui ne serait pas révolutionnaire s’ils étaient considérés individuellement, mais ils le sont dans leur totalité ; il ne s’agit pas de « simples images planant devant l’esprit humain, pas seulement d’agrégats desséchés placés sur une strate objective de microparticules réelles, et pas d’abstractions stériles plaquées sur un flux ou un devenir pré-individuels » mais plutôt « de forces autonomes à prendre au sérieux, lâchées sur le monde comme des lutins et des loups » ; la philosophie n’est pas cantonnée « aux heurs et malheurs d’un fade corrélat homme-monde, elle a pour compagnie tous les actants possibles : sapins, chiens, avions supersoniques, rois vivants et morts, fraises, grand-mères, propositions et théorèmes mathématiques »52.

33Il nous faut également concéder que si notre thèse était que les matérialismes anciens et nouveaux, pris comme objets anhistoriques ou supra-historiques, pouvaient être comparés, et que le premier était plus admirablement dérangeant par son athéisme et son immoralisme scandaleux que le second et son éloge ontophanique de la « vitalité de la matière » (donc un contraste chargé de dimensions éthico-politiques), celle-ci s’exposerait à une objection importante, formulée dans un article récent :

  • 53 A. Willey, « A World of Materialisms: Postcolonialist Science Studies and the New Natural », Scien (...)

La prétention au sécularisme éclairé n’a pas de nos jours la signification qu’elle avait en Europe il y a plus de 300 ans. Par conséquent, lorsqu’on parle du matérialisme vital – la recherche du secret de la vie – aujourd’hui ou dans l’histoire de la pensée occidentale, on parle de projets rhétoriques et intellectuels qui sont politiquement incommensurables.53

  • 54 Par exemple, dans nos réflexions sur le matérialisme et la morale dans Materialism, chapitre 5, cr (...)

34De fait, nous nous sommes peut-être rendu coupable ailleurs d’un telle élision de l’incommensurabilité54, mais ici nous nous contenterons de réitérer l’opposition entre matières et matérialismes passifs et actifs, en soulignant les diverses manières dont cette polarisation fonctionne au sein des deux matérialismes, l’ancien et le nouveau. En effet, de même qu’avec le vitalisme (ou avec l’usage staliniste du concept de matérialisme mécaniste), le destin politique de ces idées peut nous emmener dans une Begriffsgeschichte plus longue et plus étrange, comme nous l’avons mentionné initialement.

  • 55 T. Eagleton, Materialism, déjà cité, p. 7.

35Encore une fois, l’inventivité théorique n’a pas à être contrainte par un quelconque règlement. Si l’on pense que la « puissance chosale » est libératrice, il est possible qu’elle le soit pour certains. Mais quand nous nous sommes intéressé pour la première fois au matérialisme (en lisant, sous l’influence d’autres lectures surréalistes, le marquis de Sade, grand admirateur de La Mettrie), ce n’était pas pour apprendre que le matériel est le virtuel, et que le bergsonisme est la forme la plus profonde de cette philosophie ! Ce tournant récent vers l’ontologie n’est pas sans problèmes, ou au moins sans coûts : il pose d’une part un problème fondationnel (qui est habilité à dire le réel ?) et, d’autre part, un problème immanentiste : si tout est réel, nivelé sur un plan ontologique plat – une nuit dans laquelle toutes les vaches sont noires, où tout est équivalent à tout, non seulement Chilpéric et Charlemagne, mais un titre de transport et un théorème mathématique, un sandwich rillettes et un boson de Higgs, un rêve éveillé et un récif de corail… qu’y a-t-il à ajouter ? Comme le dit Eagleton, qui est cependant d’une utilité surtout ironique, donc limitée pour le projet d’un matérialisme possible : « il est difficile de savoir comment évaluer l’affirmation selon laquelle tout se rapporte à tout le reste. Le Pentagone a peu à voir avec un sursaut soudain de jalousie sexuelle, à part que ni l’un ni l’autre ne savent monter à vélo »55.

Notes

1 Ce terme intraduisible – le français étant obligé de recourir à l’« incarnation », ce qui ferait l’affaire d’une certaine tradition (Merleau-Ponty, Henry, Nancy et d’autres) mais pas d’autres – pourrait aussi être rendu par encorporation ; le premier livre sur l’approche embodied de l’esprit, qui comportait l’adjectif dans son titre (The Embodied Mind), fut traduit en français par L’inscription corporelle de l’esprit : F. Varela, E. Rosch et E. Thompson, L’inscription corporelle de l’esprit. Sciences cognitives et expérience humaine, V. Havelange trad., Paris, Seuil, 1993. S’il s’agit uniquement de souligner une dimension corporelle (d’un processus mental, de l’action, etc.) nous écrirons « corporel » ou « incorporé », mais si le sens est plus complexe nous utiliserons, comme de nombreux textes par exemple de sciences cognitives écrits en français, embodied.

2 T. de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, dans Œuvres complètes, vol. II, Paris, Caille et Ravier, 1818, p. 670 (nous soulignons).

3 Respectivement, K. Barad, « Posthumanist Performativity: Toward an Understanding of how Matter Comes to Matter », SIGNS: Journal of Women in Culture and Society, vol. 28, no 3, 2003, p. 821 ; M. Hird, « Feminist Matters: New Materialist Considerations of Sexual Difference », Feminist Theory, vol. 5, no 2, 2004, p. 226 ; D. Coole et S. Frost, « Introducing the New Materialisms », New Materialisms: Ontology, Agency, and Politics, D. Coole et S. Frost dir., Durham, Duke University Press, 2010, p. 9.

4 La question du matérialisme de Spinoza est examinée dans un cadre strictement philosophique (interne) par M. Korichi, « Defining Spinoza’s Possible Materialism » , Graduate Faculty Philosophy Journal, vol. 22, no 1, numéro spécial The Renewal of Materialism, 2000, p. 53-69, et dans un cadre explicitement marxiste, quoique non négrien, dans A. Tosel, Du matérialisme de Spinoza, Paris, Kimé, 1994. Son interprétation féministe est présentée notamment dans M. Gatens dir., Feminist Interpretations of Benedict Spinoza, University Park, PA, Penn State University Press, 2009. Dans cet ouvrage collectif, H. Morrison Ravven note que le féminisme repose encore sur une notion de libre arbitre aux accents augustiniens et kantiens, alors que la critique spinoziste du libre arbitre s’en est débarrassée. La néo-matérialiste S. Frost remarque, peut-être dans le même sens, qu’« en se tournant vers la culture pour échapper au déterminisme implicitement associé au corps biologique, les féministes récapitulent le fantasme moderne de liberté, d’autonomie et d’auto-détermination qu’elles avaient par ailleurs si soigneusement démantelé » (« The Implications of the New Materialisms for Feminist Epistemology », Feminist Epistemology and Philosophy of Science: Power in Knowledge, H. E. Grasswick dir., Londres et New York, Springer, 2011, p. 77).

5 Dans la 5e Lettre à Serena, Toland affirme que l’« Activité doit entrer dans la Définition de la Matière, et devrait de même exprimer son Essence » (Letters to Serena, Londres, B. Lintot, 1704, p. 165). Voir plus généralement C. T. Wolfe, « Varieties of Vital Materialism », The New Politics of Materialism. History, Philosophy, Science, S. Ellenzweig et J. Zammito dir., Londres, Routledge, 2017, p. 44-65.

6 C. Merchant, The Death of Nature: Women, Ecology, and the Scientific Revolution, New York, Harper and Row, 1980.

7 D. Coole et S. Frost, « Introducing the New Materialisms », déjà cité, p. 14-15 ; nous soulignons. C’est d’ailleurs ainsi que Jane Bennett présente son ouvrage au titre explicite, Vibrant Matter, sous-titré A Political Ecology of Things, Durham, N.C., Duke University Press, 2010.

8 Nous faisons allusion au fameux « Manifeste cyborg » de Donna Haraway, un plaidoyer éloquent et influent à la fois pour un nouveau féminisme et pour un « artificialisme » qui n’opposerait plus nature et technique (« Manifeste cyborg : science, technologie et féminisme socialiste à la fin du xxe siècle » [1991], Manifeste cyborg et autres essais : sciences - fictions - féminismes, anthologie établie par L. Allard, D. Gardey et N. Magnan, Paris, Exils éditeurs, 2007, p. 29-92).

9 Sawday, The Body Emblazoned: Dissection and the Human Body in Renaissance Culture, Londres, Routledge, 1995, p. 29.

10 Frost, « The Implications of the New Materialisms », déjà cité, p. 72.

11 Pour remédier à cette vision, voir D. Antoine-Mahut et M.-F. Pellegrin, Elisabeth face à Descartes : deux philosophes ?, Paris, Vrin, 2013.

12 Ce n’est pas le lieu ici, mais l’histoire et la Begriffsgeschichte idéologique du concept de néo-matérialisme (ou matérialisme « nouveau ») s’avèrent riches, si l’on considère la manière dont son intuition centrale évolue de l’antimatérialisme chrétien des platonistes de Cambridge vers le marxisme-léninisme, puis le marxisme existentialiste et humaniste (par exemple le fameux « Matérialisme et révolution » de Sartre, 1946), jusqu’à certaines branches de la phénoménologie « incarnée » (embodied phenomenology), par exemple dans le volume influent de F. Varela, E. Rosch et E. Thompson, L’inscription corporelle de l’esprit, et dans les sciences cognitives énactivistes s’inspirant notamment de La structure du comportement de Merleau-Ponty (le texte sans doute le plus représentatif de cette dernière école est E. Thompson, Mind in Life: Biology, Phenomenology, and the Sciences of Mind, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2007). Le néo-matérialisme recoupe parfois, sans le savoir, les thèses de ces écoles « corporelles » de la phénoménologie.

13 Une telle (re)découverte de Lucrèce avec une finalité « néo-matérialiste » serait facilitée par la lecture de M. Serres, La naissance de la physique dans le texte de Lucrèce. Fleuves et turbulences, Paris, Minuit, 1977 (Serres faisant de Lucrèce le premier néo-matérialiste, pour ainsi dire).

14 F. Engels, Ludwig Feuerbach und der Ausgang der klassischen deutschen Philosophie (1888), § II, dans K. Marx et F. Engels, Werke, vol. 21, Berlin, Dietz Verlag, 1982, p. 278 [Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, dans K. Marx et F. Engels, Œuvres choisies, vol. 2, Moscou, Éditions du Progrès, 1970, p. 407].

15 Coole et Frost, « Introducing the New Materialisms », déjà cité, p. 8, 17.

16 Voir C. T. Wolfe, Materialism. A Historico-Philosophical Introduction, chapitre 4, Dordrecht, Springer, 2016, et nos suggestions au chapitre suivant du présent ouvrage. 

17 J. Riskin, « The Defecating Duck, or, the Ambiguous Origins of Artificial Life », Critical Inquiry, vol. 29, no 4, 2003, p. 599-633 ; A. Gaillard, B. Roukhomovsky et S. Roux dir., L’automate : modèle, machine, merveille, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2012.

18 Voir l’article « Chymie » de Venel dans l’Encyclopédie, et les études de F. Pépin, La philosophie expérimentale de Diderot et la chimie, Paris, Garnier (Histoire et philosophie des sciences), 2012, et de C. Bognon-Küss, « Between Biology and Chemistry in the 18th Century: How Nutrition Shapes Vital Organization », History and Philosophy of the Life Sciences, no 41, 2019, p. 1-46.

19 M. Cavendish, Observations upon Experimental Philosophy, Londres, A. Maxwell, 1666, « Observations upon the opinions of some ancient philosophers », I, 5 (ce traité fait l’objet d’une pagination indépendante) ; Cavendish, Philosophical Letters, or, Modest reflections upon some opinions in natural philosophy maintained by several famous and learned authors of this age, expressed by way of letters, chapitre II, 6, Londres, s.n., 1664 ; Grounds of Natural Philosophy, chapitre VIII, 7, Londres, A. Maxwell, 1668.

20 Voir A. Bandini, Wilfrid Sellars et le mythe du donné, Paris, PUF, 2012.

21 Cavendish, Observations upon Experimental Philosophy, « To the Reader », déjà cité, n.p. ; Grounds of Natural Philosophy, chapitre XI et passim, déjà cité.

22 Merleau-Ponty, La structure du comportement, Paris, PUF, 1942, p. 225.

23 E. Thompson, Mind in Life, déjà cité, p. 238.

24 A. J. Goldstein, Sweet Science: Romantic Materialism and the New Logics of Life, Chicago, University of Chicago Press, 2017.

25 Voir notre proposition d’une théorie du soi (mais pas de la subjectivité ou de l’intériorité) matérialiste à l’âge classique, particulièrement (mais pas seulement) axée sur Diderot, au chapitre 5.

26 E. Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, chapitre II, G. Granel trad., Paris, Gallimard, 1976, p. 95.

27 Sarasohn souligne que la Nature chez Cavendish doit être féminine (« A Science Turned Upside Down: Feminism and the Natural Philosophy of Margaret Cavendish », Huntington Library Quarterly, vol. 47, no 4, 1984, p. 295). Elle écrit dans une étude plus récente que ce ne fut pas un hasard si seule une femme a pu défier les prétentions et le pouvoir de la « nouvelle science » (The Natural Philosophy of Margaret Cavendish: Reason and Fancy during the Scientific Revolution, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2010, p. 197). On reconnaît l’influence de Merchant quand Sarasohn parle d’un univers vivant gouverné par un esprit féminin que seule une « scientifique femme » pourrait comprendre, par l’empathie (« A Science Turned Upside Down », p. 290). Pour un correctif très utile aux thèses de Sarasohn, voir les travaux de D. Boyle dont « Margaret Cavendish’s Nonfeminist Natural Philosophy », Configurations, vol. 12, no 2, 2004, p. 195-227.

28 K. Barad, « Meeting the Universe Halfway: Realism and Social Constructivism Without Contradiction », Feminism, Science and the Philosophy of Science, L. H. Nelson et J. Nelson dir., Dordrecht, Kluwer, 1996, p. 188.

29 K. Barad, « Getting Real: Technoscientific Practices and the Materialization of Reality », differences, no 10, 1998, p. 109. C’est une belle illustration du fait que la vérité du naturalisme ne se réduit pas à une vision « nomologique » de la Nature telle que celle prônée par le cercle de Vienne, puisque Barad (comme Dewey dans un contexte différent) reconnaît l’interaction constitutive entre l’expérience, les instruments scientifiques, les théories scientifiques, le sujet percevant, etc.

30 K. Barad, « Posthumanist Performativity », déjà cité, p. 809.

31 Voir sur ce point le commentaire de S. Ahmed, « Imaginary Prohibitions. Some Preliminary Remarks on the Founding Gestures of the “New Materialism” », European Journal of Women’s Studies, no 15, 2008, p. 23-39.

32 S. Frost, « The Implications of the New Materialisms », déjà cité, p. 70.

33 K. Barad, « Posthumanist Performativity », déjà cité, p. 821, et entretien avec Barad dans R. Dolphijn et I. van der Tuin, New Materialism: Interviews & Cartographies, Ann Arbor, Open Humanities Press, 2012, p. 59.

34 Frost parle de « dénaturaliser », que nous rendons ici par « dénaturer » au double sens d’un éloignement du naturalisme (le sens voulu par Frost) et d’une distorsion ou un éloignement par rapport à ce que nous concevons comme un projet matérialiste (merci à Thibault Racovski pour cette suggestion).

35 J. Bennett, The Enchantment of Modern Life, Princeton, Princeton University Press, 2001, et Vibrant Matter, déjà cité ; Coole et Frost, « Introducing the New Materialisms », déjà cité, p. 9. Un débat moins pétri de cosmologie, d’ontophanie ou de « métaphysique rationnelle », pour utiliser une expression kantienne, est celui tenu par certaines féministes pour savoir si la théorie féministe devait s’approprier la biologie ou non (voir N. Davis, « New Materialism and Feminism’s Anti-Biologism: A Response to Sara Ahmed », European Journal of Women’s Studies, no 16, 2009, p. 67-80).

36 E. Grosz, « Life, Matter. And Other Variations », Philosophy Today, no 55, 2011, p. 24.

37 T. Eagleton (citant S. Žižek), Materialism, New Haven, Yale University Press, 2016, p. 9.

38 K. Barad, « Posthumanist Performativity », déjà cité, p. 801.

39 V. Kirby, Telling Flesh: The Substance of the Corporeal, New York, Routledge, 1997, cité dans S. Ahmed, « Imaginary Prohibitions », déjà cité, p. 23. Bien sûr, concernant la prise en compte de la biologie, on peut se demander quelle biologie ? Celle d’Oyama ? De Margulis ? De Roughgarden ? etc.

40 L. Althusser, Sur la philosophie, Paris, Gallimard, 1994, p. 60. Le matérialisme aléatoire lucrétien du dernier Althusser semble être une voie plus riche pour appréhender les concepts d’ancien et de nouveau au sein du matérialisme que le néo-matérialisme (qu’il s’agisse du type ontophanique, comme chez Bennett, ou des versions plus historicisées)  mais, pour être honnête, certains néo-matérialistes ont reconnu leur parenté spirituelle avec Althusser : voir Coole et Frost, « Introducing the New Materialisms », déjà cité, p. 35.

41 Bennett, Vibrant Matter, déjà cité, p. xiii.

42 S. Frost, « The Implications of the New Materialisms », déjà cité, p. 70.

43 Discours sur le bonheur, dans La Mettrie, Œuvres philosophiques, II, F. Markovits éd., Paris, Fayard (Corpus), 1987, p. 269.

44 Voir C. T. Wolfe, « La réduction médicale de la morale chez La Mettrie » , Matérialistes français du xviiie siècle. La Mettrie, Helvétius, d’Holbach, J.-Cl. Bourdin, F. Markovits et al. dir., Paris, PUF, 2006, p. 45-60.

45 D. Masseau, Les ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

46 R. Ruyer, Esquisse d’une philosophie de la structure, Paris, F. Alcan, 1930, p. 42.

47 Sartre, « Matérialisme et révolution » [1946], dans Situations philosophiques, Paris, Gallimard, 1990, p. 127-128. Le matérialisme est en fin de compte la philosophie du taylorisme, aux yeux de Sartre : « une chaîne de causes et d’effets peut bien me pousser à un geste, à un comportement qui sera lui-même un effet et qui modifiera l’état du monde : elle ne peut pas faire que je me retourne sur ma situation pour l’appréhender dans sa totalité. En un mot elle ne peut pas rendre compte de la conscience de classe révolutionnaire » (p. 120).

48 F. Mauriac, note de mars 1953, dans Mémoires politiques, Paris, Grasset, 1967, p. 433.

49 Certains théoriciens néo-matérialistes, particulièrement E. Grosz (« Life, Matter. And Other Variations », déjà cité, p. 18), sont épris du virtuel en tant qu’étincelle de vie. Dans ce sens ils mériteraient plutôt qu’on les qualifie de « vitalistes » (nul besoin d’un « néo » ou « nouveaux », qui renverrait à la théorie des entéléchies chez Driesch).

50 B. Brown, October, no 155, 2016, questionnaire sur le néo-matérialisme, p. 13. Merci à Brooke Holmes de nous avoir fait connaître ce texte.

51 October, questionnaire sur le néo-matérialisme, Présentation, p. 3.

52 G. Harman, Prince of Networks: Bruno Latour and Metaphysics, Melbourne, re.press publications, 2009, p. 5-6, 16.

53 A. Willey, « A World of Materialisms: Postcolonialist Science Studies and the New Natural », Science, Technology & Human Values, vol. 41, no 6, 2016, p. 9.

54 Par exemple, dans nos réflexions sur le matérialisme et la morale dans Materialism, chapitre 5, critiquées à ce titre dans l’analyse par ailleurs généreuse de J. Zammito, « “What is Living and What is Dead” in Materialism? », Studies in History and Philosophy of Science Part A, vol. 67, 2018, p. 89-96.

55 T. Eagleton, Materialism, déjà cité, p. 7.

© ENS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search