Version classiqueVersion mobile

Lire le matérialisme

 | 
Charles T. Wolfe

Chapitre 1

Sommes-nous les héritiers des Lumières matérialistes ?

Texte intégral

Notre héritage n’est précédé d’aucun testament.
— René Char, Feuillets d’Hypnos

Le matérialisme scientifique est constamment en instance de nouvelle fondation.
— Gaston Bachelard, Le matérialisme rationnel

  • 1 Denesle, Examen du matérialisme, relativement à la métaphysique, I, Paris, Imprimerie de Vincent, (...)
  • 2 Dr Desgrange, Du matérialisme contemporain, Lyon, A. Vingtrinier, 1873, p. 15.
  • 3 Outre les travaux essentiels d’O. Bloch, et le recueil d’articles en son honneur (Materia actuosa…(...)
  • 4 J. Israel, Radical Enlightenment. Philosophy and the Making of Modernity 1650-1750, Oxford, Oxford (...)

1Le matérialisme n’a plus mauvaise presse comme autrefois. Il n’était pas étonnant d’entendre au milieu du xviiie siècle que « la matière est le plus vil des êtres »1, et même aussi tardivement qu’en 1873, un certain docteur Desgrange pouvait affirmer dans une conférence prononcée devant la Société de médecine de Lyon, que « l’ennemi le plus redoutable de la société, aujourd’hui, n’est-ce pas l’École matérialiste, dont les doctrines, situées d’abord au sommet de la science, descendent ensuite dans les classes inférieures et faussent les idées avec une rapidité fulgurante ? »2. Aujourd’hui, le matérialisme a même ses apologistes et, pendant quelques années, une revue pour le défendre, Matière première. Non seulement des ouvrages paraissent régulièrement sur ce thème3, mais dans la « somme » la plus récente sur les Lumières, Radical Enlightenment (Les Lumières radicales) de Jonathan Israel4, la philosophie matérialiste est présentée comme une composante importante de ce mouvement de pensée. Mais rien de tout ceci ne répond à notre titre, qui pose une question apparemment simple : « Sommes-nous les héritiers des Lumières matérialistes ? » Car cette question en sous-entend plusieurs autres, sans compter l’approche scolaire typique (appelons-la la méthode « Lalande ») qui consisterait à s’interroger d’abord sur le sens de « Lumières » et de « matérialisme » pour formuler ensuite une conclusion tirée de ces deux définitions. Non, les difficultés suscitées par la question qui nous occupe ici sont à la fois méthodologiques et historiques : de quel héritage s’agit-il au juste (quels sont les éléments constitutifs du « matérialisme des Lumières »), et comment nous serait-il possible d’en hériter, si l’on considère que les époques se suivent comme des ensembles clos et « incommensurables » ? Cette incommensurabilité semble être particulièrement significative dans le cas du matérialisme : comment réfléchir historiquement à une doctrine qui est constamment en train de muer au fil de l’évolution des sciences ?

2Afin d’être en mesure de répondre à la question de l’héritage, il nous faut d’abord (1) procéder à une clarification conceptuelle de l’idée même d’une transmission ou continuité doctrinale entre le xviiie siècle et le nôtre, puis (2) arriver à une définition claire des thèses essentielles du matérialisme des Lumières, sur lesquelles nous ferons (3) quelques remarques rétrospectives, notamment sur le statut du vivant dans ce matérialisme classique, avant de conclure en examinant l’évolution du rapport entre le matérialisme et les sciences, du xviiie siècle à aujourd’hui.

1. Problèmes liés à la « continuité »

  • 5 Sur la genèse et les arguments fondamentaux de la théorie de l’identité, voir notre analyse au cha (...)
  • 6 É. Littré, C. Robin, Dictionnaire de médecine, Paris, J.-B. Baillière, 12e édition, 1863, p. 908.

3Si nous pouvons hériter d’un bien ou prouver à un gouvernement qu’une terre appartenait jadis à notre tribu, cela signifie que nous avons établi une continuité entre un état antérieur et le présent. Mais quel est cet état antérieur, et quel est notre présent ? Pour le dire en une phrase, le matérialiste des Lumières forge ou épouse typiquement une position métaphysique sur la nature de la réalité, de l’univers physique et de notre appartenance à cet univers, alors que le matérialiste du xxe siècle, surtout à partir des années 1960 avec les travaux de Ullin T. Place, Herbert Feigl, J. J. C. Smart et David M. Armstrong sur la « théorie de l’identité » entre processus mentaux et processus cérébraux, affirme une position plus « locale » sur les rapports cerveau-esprit5. Littré le soulignait déjà dans son Dictionnaire de médecine au milieu du xixe siècle : si le matérialisme ancien était métaphysique, et essayait d’expliquer la formation du monde, le matérialisme nouveau renonce à toute spéculation sur l’origine de la matière6.

  • 7 P.-H. Thiry, Baron d’Holbach, Le Bon Sens, ou idées naturelles opposées aux idées surnaturelles [1 (...)

4Cependant, affirmer une thèse forte et unifiée sur la nature du monde (tout est matière et mouvement, tout est corps, l’esprit n’existe pas ou existe comme « mode » corporel, etc.) n’oblige pas à se prononcer sur l’origine des choses. Ainsi d’Holbach, qui systématise à sa façon le matérialisme des Lumières dans les années 1770, avoue clairement : « […] d’où vient l’homme ? quelle est sa première origine ? est-il donc l’effet du concours fortuit des atomes ? […] Je l’ignore. […] Je serais tout aussi embarrassé de vous dire d’où sont venus les premières pierres, les premiers arbres, les premiers lions […] »7. À l’inverse, le matérialisme contemporain n’a pas totalement abandonné les considérations ontologiques sur la nature de ce qui est, puisqu’une de ses caractéristiques essentielles (dues à Smart, mais également à Willard Van Orman Quine) est son rapport à la physique. Certes, ce n’est pas tout à fait de la « spéculation sur l’origine de la matière », pour reprendre la formule de Littré ; mais ce n’est pas non plus une attitude sceptique ou même instrumentaliste selon laquelle notre connaissance scientifique n’est qu’un ensemble de constructions à valeur pratique plus ou moins grande.

  • 8  J. J. C. Smart, « Materialism », Encyclopedia Britannica, 2000 (reprenant quarante ans de recherch (...)
  • 9 Voir J.-Cl. Bourdin, « Du Rêve de D’Alembert aux Éléments de physiologie. Discours scientifique et (...)

5Le matérialisme est un réalisme, et dans sa forme physicaliste contemporaine, il tient pour acquis que la meilleure ontologie dont nous disposons est celle fournie par la physique la plus actuelle. Contrairement au matérialisme des Lumières, le matérialisme contemporain sera, neuf fois sur dix, un physicalisme (comme nous le verrons plus loin). Ainsi le philosophe australien (d’origine britannique) J. J. C. Smart, dans un article de référence sur le matérialisme en 2000, emploie un ton presque condescendant à l’égard d’autres variantes matérialistes comme l’émergence, le pan-psychisme ou l’indéterminisme cérébral, pour dire que le physicalisme est la version du matérialisme reconnue « par la plupart des philosophes anglophones professionnels de nos jours »8. Cette doctrine est en fait moins nette et tranchante qu’on ne la présente habituellement : elle est plutôt glissante, car d’une part elle dit être la fin de la métaphysique puisqu’elle définit l’ontologie par rapport aux entités reconnues par la physique actuelle, mais d’autre part elle est une métaphysique, qui dira par exemple que les propriétés P d’un monde M sont physiques si la copie physique M’ de ce monde M contient les mêmes propriétés. Nous reviendrons dans la conclusion de ce chapitre ainsi que dans nos réflexions sur la théorie de l’identité (chapitre 7) et sur le rapport entre matérialisme et embodiment (chapitre 9), sur le type de rapports entre les données de la science et la philosophie que prône, ou qu’implique, le matérialisme. Et nous ferons remarquer plus d’une fois que le matérialisme de Diderot, par exemple, n’est pas à comprendre comme nécessairement « fondé » sur les sciences expérimentales, même si ce matériau est crucial pour lui, vu qu’il rédige des Principes philosophiques sur la matière et le mouvement et des Éléments de physiologie (mais le statut de ce manuscrit – inachevé ou non ? prévu comme ouvrage par Diderot ou non ? – n’est pas totalement clair9).

  • 10 D. Davidson, « Les événements mentaux » [1970], dans Davidson, Actions et événements, P. Engel tra (...)

6Le physicalisme ne tranche pas sur la nature de l’esprit, puisqu’on peut, comme Donald Davidson, prôner un physicalisme non réductionniste (non-reductive physicalism), qu’il nomme « monisme anomal » : il existe bien des événements mentaux, aussi bien que des événements physiques ; si un événement mental entre en rapport avec un événement physique, il y a alors un rapport causal ; or, il n’y a pas de « lois » du mental (ni psychophysiques ni psychologiques) ; toute relation causale entre un événement mental et un événement physique obéit donc à une loi physique – sans que l’activité mentale ne se réduise aux lois de la physique. Davidson ne cite pas la philosophie des Lumières comme inspiration, mais… celle de Spinoza10. Ensuite, malgré sa clarté et sa « pureté » théorique, le physicalisme ne met pas le matérialisme à l’abri de tous les dangers, puisqu’il suscite à son tour une nouvelle objection, « quantique » ou « énergétique » : si le matérialisme en tant que physicalisme est la position philosophique qui lie son avenir aux entités théoriques produites par la physique, et si la physique finit par se dispenser de petites entités « dures » telles que les atomes, se « dématérialisant », alors le matérialisme paraît fort compromis ! (Pour le dire autrement, si le matérialisme est obligatoirement reconfiguré comme physicalisme, prenant ainsi comme critère de réalité l’état des connaissances données en physique, comment peut-il continuer dans son monisme d’une substance « solide », quand la théorie quantique a abandonné ce « socle » ontologique ?)

  • 11 P. S. Churchland, Neurophilosophie : l’esprit-cerveau, traduction sous la direction de M. Siksou, (...)

7Le matérialiste peut répondre à l’objection physicaliste. Il (ou elle, puisqu’une des plus célèbres matérialistes de nos jours est une femme, la neurophilosophe Patricia Churchland11) dira que cela n’est pas nouveau, puisque depuis Newton, il est question de force et d’action à distance, donc d’agents immatériels, sans que cela n’engage l’avenir de la philosophie ; que, de plus, dans la physique contemporaine, matière et énergie tendent à se confondre, sans que cela ne nous empêche de postuler que les entités « dernières » sont des points spatio-temporels, et que le physicalisme repose en dernière instance sur eux. David Lewis l’a souligné de manière éclatante :

  • 12 D. Lewis, « An Argument for the Identity Theory » [1966, 1971], Philosophical Papers, vol. 1, Oxfo (...)

La confiance dans l’adéquation explicative de la physique est une partie vitale, mais pas l’ensemble, d’un matérialisme robuste. Elle sert de fondement empirique sur lequel le matérialisme construit sa superstructure de doctrines ontologiques et cosmologiques, parmi lesquelles la théorie de l’identité.12

  • 13 Il existe depuis 1996 une excellente revue qui se consacre à la tradition clandestine : La lettre (...)
  • 14 Hobbes réduit les phénomènes de l’univers matériel au mouvement (c’est un « motionnalisme »). L’es (...)
  • 15 La Lettre sur l’homme et ses rapports de F. Hemsterhuis (1772) a été publiée avec le commentaire d (...)
  • 16 Rêve de D’Alembert, DPV, vol. XVII, p. 186.

8Lewis propose ici une version systématique du physicalisme. Mais surtout, la contribution positive du physicalisme est que le matérialiste d’aujourd’hui tient pour acquis une ontologie et la clôture causale du monde spatio-temporel qu’elle sous-entend ; il repose sur les épaules, non pas de géants, mais de philosophes matérialistes des Lumières plus ou moins reconnus ou obscurs (en raison de leur fréquente clandestinité, voire de leur anonymat13). C’est en effet un des rares cas où nous admettons l’existence d’une continuité « théorique » claire, permettant donc de répondre « Oui » à la question posée en titre : l’aisance avec laquelle le matérialiste contemporain peut affirmer que nous vivons dans un monde unique, régi par un ensemble unique de lois ou de régularités (sans que celles-ci soient forcément unifiées ou éternelles) et donc un ensemble total de chaînes causales, est une conséquence directe de la pensée matérialiste des Lumières. Même un disciple de Lucrèce tel que Diderot, qui n’est ni un mécaniste comme Hobbes14 ni un déterministe pur comme son ami le baron d’Holbach, peut affirmer que « “toute cause est un effet” me paraît un axiome. Sans quoi la nature agirait à tout moment per saltum, ce qui n’est jamais vrai »15, ou encore, à propos de l’agir : « […] la dernière de nos actions est l’effet nécessaire d’une cause une : nous, très compliquée, mais une »16. Lucrèce et surtout Spinoza ont insisté, avant la période des Lumières, sur l’unité causale de l’univers matériel. Mais, peut-être grâce aux progrès scientifiques du siècle précédent, les matérialistes du xviiie siècle ont une vision beaucoup plus nette de la clôture causale de ce même univers.

  • 17 C’est le sujet de la conférence de Montréal (1966) intitulée « L’objet de l’histoire des sciences  (...)
  • 18 Un exemple : J.-P. Dupuy, Aux origines des sciences cognitives, Paris, La Découverte, 1994.
  • 19 A. Thomson, « L’homme machine, mythe ou métaphore ? », Dix-huitième siècle, no 20, 1988, p. 368-37 (...)
  • 20 Voir notre étude « Conditions de la naturalisation de l’esprit : la réponse clandestine », La lett (...)

9Nous parlons de cas rares, car les exemples de « faux amis », d’une fausse continuité projetée par l’imagination anhistorique de philosophes contemporains, sont beaucoup plus nombreux. C’est dans ce sens que Georges Canguilhem disait que le précurseur est un artefact, une construction : nous construisons nos propres précurseurs, leur traçant un chemin qui mène à nous, ce qui permet par-là même de nous poser en « héritiers »17. Si l’on fait de Buffon ou Lamarck des précurseurs de Darwin, l’on soutient symétriquement que Darwin est l’héritier (ou un héritier) de Buffon et Lamarck. Pour donner un exemple plus parlant : on lit souvent, dans les histoires des sciences cognitives, de l’intelligence artificielle18 ou de la philosophie de l’esprit en général, que L’Homme-Machine de La Mettrie est un texte fondateur de l’approche computationnelle contemporaine. Son titre ne résonne-t-il pas comme une machine de Turing ? En fait, il suffit de lire ce livre pour s’apercevoir, comme Ann Thomson l’a signalé il y a déjà longtemps19, que La Mettrie (a) n’est en rien un mécaniste, cartésien ou autre ; (b) qu’il ne réduit jamais le corps à une machine ou les phénomènes et processus organiques à des entités ou lois inorganiques. Le titre est une analogie qui se veut fertile, dans un sens déflationniste : le corps a ses lois, il n’est pas régi par une âme immatérielle, mais parmi les propriétés de la matière vivante dont il est fait, certaines (dont la paire sensibilité/irritabilité) sont incompatibles avec des modèles mécanistes classiques. L’être humain est également une « machine » au sens courant de cette époque, à savoir que sa vie est automatique, déterministe, et causale (même si ces automatismes, ce déterminisme et cette causalité peuvent être de nature « affective », « volitionnelle » ou encore physiologique, et pas simplement physiques20).

10Étant donné cette distance ou cette incommensurabilité, la tâche de l’historien de la philosophie n’est jamais simple, et sa méthodologie est toujours à réinventer. Comment faire ressortir la cohérence et, osons le dire, la pertinence d’un argument ou d’un ensemble d’arguments (qu’il constitue un « système » ou non) sans commettre d’anachronisme, puisque nous utilisons obligatoirement un vocabulaire contemporain ? En ce sens, tout projet de recherche qui demande si nous sommes les « héritiers » d’une société ou d’une constellation théorique passée nous pousse à l’anachronisme, à moins évidemment de trancher et de répondre « Non ».

11Mais avant de poursuivre, il nous faut une terminologie claire et bien accordée. Comment définir le matérialisme des Lumières ?

2. Définir le matérialisme des Lumières

  • 21 H. More, Divine Dialogues, Containing sundry Disquisitions and Instructions Concerning the Attribu (...)
  • 22 Voir l’étude classique d’O. Bloch, « Sur les premières apparitions du mot “matérialiste” », Raison (...)

12Rappelons que l’expression est rare à cette époque ; forgée par des antimatérialistes tels que Henry More au xviie siècle (qui distingue même entre des matérialistes presque vertueux et d’autres sans espoir de récupération, les premiers défendant une forme de mécanisme sans affirmer que tout se réduit à la matière21), il faudra attendre La Mettrie dans les années 1740 pour qu’un penseur se décrive lui-même comme matérialiste22. Au départ, le matérialisme est donc défini par ses adversaires ; il est scandaleux, comme on le pressent déjà au sujet de ce qui est simplement « matériel », dans la description donnée par le Dictionnaire de Trévoux :

  • 23 s.v. « Matériel », Dictionnaire universel françois et latin, Trévoux, chez Étienne Ganeau, 1704, (...)

matériel, signifie aussi, massif, grossier. […] Ces murs, ces fondements sont trop matériels. Cette montre n’est point délicate, elle est trop matérielle. On dit aussi d’un homme sans esprit, ou qui est fort attaché aux plaisirs des sens, qu’il est fort matériel, qu’il a une physionomie épaisse et matérielle.23

  • 24 Lagarde et Michard, Les grands auteurs français du programme, vol. IV, Paris, Bordas, 1960, p. 196

13Même dans le manuel de littérature française de Lagarde et Michard du milieu du xxe siècle, Diderot est encore décrit comme « très matériel » : « très matériel, il semble avoir été prédisposé au matérialisme »24

  • 25 P.-F. Moreau, « Libertinage, clandestinité, libertinisme », Liberté de conscience et arts de pense (...)

14On a déjà beaucoup écrit sur le fait que le matérialisme – comme d’ailleurs l’athéisme, le spinozisme, et le libertinisme25 – est au départ surtout une construction produite par ses opposants, qui traquent le matérialiste et doivent pour ce faire développer des catégorisations, des portraits-robots de plus en plus fins ; nous ne reviendrons donc pas sur cet aspect ici. Quant aux sources de cette philosophie, elles forment un patchwork complexe qui n’est pas non plus notre objet immédiat ; il est d’autant plus complexe que l’influence y est souvent indirecte : le matérialiste des Lumières se réclamera pêle-mêle de Spinoza, d’Épicure, de Lucrèce ou de Gassendi ; de Démocrite, de Bacon, de Locke ou de Toland sans forcément les avoir lus, et en utilisant parfois des résumés écrits par des ennemis du matérialisme. De plus, le matérialiste invoquera fréquemment une ou plusieurs traditions scientifiques, notamment médicales (et non pas celles liées aux sciences « dures » telles que la géométrie, la mécanique, l’astronomie ou la physique), souvent fabriquées pour les besoins de l’argument, ou pour se donner une légitimité particulière (celle du médecin aux xviie et xviiie siècles, du chimiste au xixe siècle, du physicien et du neuroscientifique aux xxe et xxie siècles).

  • 26 La Mettrie, L’Ouvrage de Pénélope ou Machiavel en médecine, II, 3 volumes, Genève [Berlin], Cramer (...)

15Quel est le credo minimal du matérialiste à l’époque “moderne”, celle de sa première articulation explicite et même revendiquée sous ce nom ? Quelles sont ses « thèses » ? Une telle liste risque d’obscurcir les caractéristiques fascinantes de penseurs individuels, ou de gommer les contradictions qui existent en leur sein : pour ne citer que quelques exemples, Diderot déteste l’immoralisme de La Mettrie, critique vivement l’aspect « mécaniste » de la théorie de l’esprit et du comportement chez Helvétius, et avance une définition d’une matière animée, vitalisée qui ne correspond pas du tout à la matière telle qu’elle est décrite par le baron d’Holbach ; les conséquences politiques proto-communistes que le curé Meslier et dom Deschamps tirent de leurs métaphysiques de la nature auraient vivement déplu à La Mettrie l’élitiste, qui rit du peuple et de ses préjugés (« À table, avec des amis […] on peut et on doit se foutre des préjugés du sot Univers ; mais en public […], au lit d’un patient crédule, il faut plus de masques à un médecin que n’en mettent les danseurs de l’opéra Isis »26), et auraient semblé dangereusement utopiques à Diderot ; mais nous n’analyserons pas ici les doctrines sociales et politiques des matérialistes.

  • 27 Outre les textes cités dans l’Introduction et ici dans la note 3, nous renvoyons à la catégorisati (...)

16Voici néanmoins un survol des thèses essentielles du matérialisme des Lumières27 :

  • 28 D’Holbach, Système de la nature, livre I, chap. i, p. 44.
  • 29 Ibid., livre I, chap. xii, p. 268.
  • 30 Ibid., p. 271-272.
  • 31 Spinoza, Éthique, Livre II, proposition 7 (dans Opera, vol. II, 4 volumes, C. Gebhardt éd., Heidel (...)
  • 32 Deschamps, La Vérité ou le Vrai Système, déjà cité, p. 388.
  • 33 Dissertation sur la formation du monde, chap. VII, dans Dissertation sur la formation du monde (17 (...)
  • 34 Diderot, Rêve de D’Alembert, DPV, vol. XVII, p. 110.

17Premièrement, tout ce qui existe est matériel, ou le produit de l’interaction entre entités matérielles, une causalité forte liant l’ensemble des phénomènes entre eux (d’Holbach : « L’univers, ce vaste ensemble de tout ce qui existe, ne nous offre partout que de la matière et du mouvement »28 ; « Tout est toujours dans l’ordre relativement à la nature, où tous les êtres ne font que suivre les lois qui leur sont imposées »29 ; « Si nous jugeons des causes par leurs effets, il n’est point de petites causes dans l’univers. Dans une nature où tout est lié […] »30). Il s’agit donc d’une forme de « réalisme », contrairement aux subjectivismes de type cartésien, kantien ou husserlien, puisqu’à la suite de Spinoza31, le matérialiste soutient que l’ordre et la connexion des idées sont les mêmes que l’ordre et la connexion des choses comme nous le développons plus longuement au chapitre 5. Comme l’affirme dom Deschamps, « nous et notre intelligence ne sommes que des modifications de la matière »32 ; ou, dans le raisonnement incisif du manuscrit clandestin anonyme Dissertation sur la formation du monde : la cause de l’idée est matérielle ; or « l’effet ne peut être essentiellement supérieur à la Cause qui le produit », ainsi « l’idée est matérielle. On pourrait même soutenir que les idées occupent un certain espace : et cela en apportant en preuve l’oubli, qui n’est autre chose que l’action d’une idée sur l’autre et qui la détruit »33. Cependant, cette notion d’une causalité forte et du déterminisme qui le plus souvent l’accompagne est la plupart du temps mâtinée d’une vision lucrétienne qui conduit à prendre de la distance sur la réalité des causes : « la cause subit trop de vicissitudes particulières qui nous échappent, pour que nous puissions compter infailliblement sur l’effet qui s’ensuivra »34.

  • 35 Cudworth, True Intellectual System of the Universe, livre I, chap. i, § XIX, Londres, R. Royston, (...)
  • 36 L’Âme matérielle, A. Niderst éd., 3e édition, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 174, reprenant Lucr (...)
  • 37 Diderot, Éléments de physiologie, DPV, vol. XVII, p. 334-335.
  • 38 s.v. « Matérialistes », Enc., vol. X, p. 188.

18Deuxièmement, tout phénomène mental est inséparablement un phénomène ou processus corporel, voire physique (pour être clair, nous ne suggérons pas que ceci est un trait unique du matérialisme des Lumières : non seulement Hobbes et peut-être Gassendi, mais certainement Lucrèce le soutiennent également). Ainsi il n’est pas surprenant que Ralph Cudworth, grand inventeur de néologismes, propose comme synonyme de matérialisme, « corporéalisme »35, au sens où pour le matérialiste, tout ce qui est réel, est un corps (ou, diraient certains matérialistes influencés par la chimie, est l’effet de l’interaction entre éléments corporels, comme l’âme matérielle). Le manuscrit clandestin des années 1720-1730 intitulé L’Âme matérielle, citant approximativement Lucrèce, déclare que « l’âme est au corps comme l’odeur à l’encens »36 ; Diderot, dans ses Éléments de physiologie inachevés, rédigés durant la période 1765-1780, affirme que « l’action de l’âme sur le corps est l’action d’une portion du corps sur l’autre ; et l’action du corps sur l’âme, l’action d’une portion du corps sur une autre »37 ; enfin, l’article « Matérialistes » de l’Encyclopédie déclare : « On donne encore aujourd’hui le nom de matérialistes à ceux qui soutiennent que l’âme de l’homme est matière »38.

  • 39 Vogt, « L’origine de l’homme » (1877), cité par J.-Cl. Pont, « Aspects du matérialisme de Carl Vog (...)
  • 40 Vogt, Lettres physiologiques, Paris, Reinwald, 1875, p. 347-348 (nous soulignons) ; il s’agit de l (...)
  • 41 Cabanis, Rapports du physique et du moral, Paris, Crapart, Caille et Ravier, 1802, p. 151 (nous re (...)

19Cet aspect est probablement celui dont la transmission est la plus « directe », puisque c’est celui qui a été le plus exploré durant la période « allemande » du matérialisme, le Vulgärmaterialismus du xixe siècle avec Vogt, Moleschott, Büchner et Czolbe, qui laisse de côté la philosophie et, dans son scientisme étroit et effréné, cherche à « matérialiser » la pensée et les fonctions psychiques, notamment au moyen de la biochimie naissante. Pour Carl Vogt, « ce que l’on appelle âme n’est que la somme des fonctions du système nerveux central »39, idée qu’il formula également d’une manière bien plus célèbre : « Toutes les propriétés que nous désignons sous le nom d’activité de l’âme ne sont que des fonctions de la substance cérébrale, et, pour nous exprimer d’une façon plus grossière : la pensée est à peu près au cerveau, ce que la bile est au foie et l’urine aux reins »40. Vogt modifie en fait une formule de Cabanis, qui écrit : « pour se faire une idée juste des opérations dont résulte la pensée, il faut considérer le cerveau comme un organe particulier, destiné spécialement à la produire ; de même que l’estomac et les intestins à opérer la digestion »41.

  • 42 Collins, Reflections on Mr Clarke’s Second Defence of his Letter to Mr. Dodwell [1707], dans S. Cl (...)
  • 43 Collins, Answer to Defence of Third Lettter, dans The Works of Samuel Clarke, vol. III, déjà cité, (...)

20Ces deux premières thèses correspondent aux deux types de matérialisme distingués par Georg Friedrich Meier, que nous avons mentionné ci-dessus. Il est possible de les articuler, et même de les présenter comme formant une seule thèse, par exemple « la matière pense, donc le cerveau pense » (l’idée d’une matière universellement sentante et pensante, dotée de propriétés intentionnelles et/ou cognitives, ne désigne pas forcément le cerveau comme un « lieu » crucial, un territoire diversement réclamé par le matérialisme). Par exemple, Anthony Collins, qui fut proche de Locke dans les dernières années de sa vie, et qui défendit des thèses matérialistes contre Samuel Clarke (soutenant notamment que « la conscience ou la pensée est un mode d’une puissance générique dans la matière »42), soutient que la pensée est une espèce de mouvement du cerveau43, sans s’intéresser au détail de la matérialité cérébrale (neuroanatomique, neurophysiologique, fonctionnelle, etc.).

21Troisièmement, la causalité a été réduite à la seule causalité efficiente. C’est ce que le savant allemand Emil Du Bois-Reymond décrivait, reprenant et actualisant l’idéal laplacien dans un article important sur les « limites de notre connaissance de la nature », au xixe siècle :

  • 44 E. Du Bois-Reymond, Über die Grenzen des Naturerkennens [1872], 5e édition revue et corrigée, Leip (...)

La connaissance de la nature – ou mieux, la connaissance scientifique ou connaissance du monde physique au moyen et dans le sens d’une science théorique de la nature – signifie la réduction de tout changement au sein de l’univers physique, au mouvement des atomes produit indépendamment du temps par leurs forces centrales. En d’autres termes, la science de la nature est la résolution de processus naturels dans la mécanique des atomes. C’est un fait de l’expérience psychologique que là où une telle résolution est faisable, notre désir de retracer les choses jusqu’à leurs causes [Kausalitätsbedürfnis] est satisfait.44

  • 45 T. Lenoir, The Strategy of Life. Teleology and Mechanism in Nineteenth Century German Biology, Chi (...)

22Cette vision d’une réduction du monde physique aux propriétés atomiques laisse ouverte la question des propriétés de ces atomes (ainsi les semences, les semina rerum gassendistes ou les « molécules douées de mémoire et d’intelligence » de Maupertuis seront des minima vitalisés). Ce rejet des causes finales n’a eu de cesse d’être réaffirmé par les matérialistes depuis les xviie et xviiie siècles. Il y a là, au regard des matérialistes contemporains, un héritage incontestable : l’abandon des causes finales implique l’exclusion radicale de tout principe d’action surnaturel ou non corporel qui relèverait d’une intelligence suprême, et donc de tout élément explicatif relevant in fine d’une métaphysique téléologique (comme l’entéléchie leibnizienne). Le postulat de l’autosuffisance ontologique de l’être et la conception mécaniste de la causalité se soutiennent réciproquement. Le matérialisme des Lumières comme le matérialisme contemporain les affirment tous deux d’un bloc, ce qui revient à dire que la Nature est aveugle – une thèse qui trouvera au xixe siècle un soutien fort avec la théorie darwinienne. En même temps, il ne faut pas prendre ce trait à la lettre, d’une part à cause de la prédilection du matérialisme des Lumières pour des modèles organismiques de la matière vivante, qui sont à ce titre au moins faiblement « téléologisés » (nous avons employé ailleurs le terme de « téléomécanisme » à cet égard, qui fut introduit par Timothy Lenoir pour décrire les projets post-kantiens entre biologie et Naturphilosophie45), et d’autre part à cause des complexifications successives des modèles mécanistes en faveur des « semences », des « molécules », mais aussi d’une vision lucrétienne d’un univers chaotique et productif (productif car chaotique). Toutefois, le refus des causes finales au sens d’une téléologie forte, extrinsèque, cosmique, comme chez Spinoza, ou Galilée, ou Descartes, demeure une constante.

  • 46 H. Boerhaave, De l’usage de la méthode mécanique en médecine [1703], dans Opuscula selecta Neerlan (...)
  • 47 C’est l’exemple choisi par A. Collins, actualisant ainsi celui des deux bottes de foin apparemment (...)

23Quatrièmement, une conséquence des trois éléments précédents – l’approche matérialiste du monde extérieur puis de l’esprit, et la réduction de toute causalité à la causalité efficiente – est l’élaboration, à la suite du mécanisme et de la philosophie corpusculaire du xviie siècle, d’un réductionnisme philosophique cohérent, à la fois au niveau des théories et des explications, et au niveau ontologique. Comme le dit le professeur de médecine néerlandais Hermann Boerhaave, maître revendiqué de La Mettrie, « si la structure des organes était exactement connue, si la nature sensible des humeurs nous était dévoilée, la mécanique nous ferait apparaître comme les conséquences de principes très simples, des phénomènes dont le mystère excite aujourd’hui au plus haut degré notre étonnement »46. En même temps, comme nous le verrons plus loin, notamment aux chapitres 4 et 5, l’attitude matérialiste face à une entité comme le soi ou un « phénomène » comme la conscience n’est pas nécessairement de le nier dans une perspective qu’on qualifierait aujourd’hui d’« éliminativiste », mais plutôt de l’expliquer en l’insérant dans l’univers naturel et causal au sens le plus vaste. Il s’agit alors bel et bien d’un réductionnisme – qui affirmera par exemple qu’il n’existe pas d’âme immatérielle mais peut-être bien une âme matérielle, ou que dans un moment de décision apparemment libre et réflexif, par exemple lorsque je dois choisir des œufs dans un panier, « toutes les modifications de l’homme, ses préjugés, ses opinions, son tempérament, ses habitudes doivent être considérées comme des causes au même titre que les objets extérieurs vers lesquels nous porte notre choix »47 – mais pas d’un éliminativisme selon lequel « l’âme n’existe pas » (ou la conscience, etc.).

  • 48 A.-J. Chaumeix, Préjugés légitimes contre l’Encyclopédie et essai de réfutation de ce dictionnaire (...)
  • 49 J. O. de La Mettrie, L’Homme-Machine, déjà cité, p. 78.
  • 50 P. Bayle, « Péreira », remarque E, dans Dictionnaire historique et critique [1697], vol. 3, 5e édi (...)
  • 51 Collins, A Philosophical Inquiry concerning Human Liberty, déjà cité, p. 54-57.

24Cinquièmement, il n’y a pas de séparation nette entre l’homme et l’animal. Comme en témoigne l’antimatérialiste Abraham-Joseph Chaumeix, « c’est un principe fondamental chez cette sorte de philosophes, que les animaux sont peu différents de l’homme »48. Approfondissant des idées déjà suggérées par Spinoza, puis Hume (les animaux sentent, ont des émotions, et leurs états cognitifs ne diffèrent des nôtres que quantitativement) et s’inspirant de recherches anatomico-anthropologiques, notamment sur l’orang-outang, les matérialistes comme La Mettrie affirment que « des animaux à l’homme, la transition n’est pas violente »49. Généralement, la position matérialiste sera que l’âme des bêtes diffère de l’âme humaine seulement en termes quantitatifs – une différence « du plus au moins », comme l’écrira Bayle (la formule se retrouve, avec de légères variations, chez Gassendi, Diderot, Priestley, etc. : de « magis et minus » à « une différence de degré, pas de nature »50). Une stratégie proche, mais distincte, consiste à plaider pour la matérialité de l’âme en décrivant les automatismes du comportement, chez l’animal et chez l’être humain. Cela peut s’articuler dans les deux sens : Montaigne, Bayle, La Mettrie et d’autres insistent sur la complexité déjà présente dans le comportement animal, alors que Collins insiste sur son automatisme (son exemple étant le comportement d’un troupeau de moutons) et sous-entend par une reductio que notre espèce n’est pas différente51. Mais certains auteurs, plutôt que de refuser la distinction entre les animaux-machines cartésiens et les êtres humains dotés d’une âme immortelle, raisonnent en termes des propriétés fondamentales de la matière elle-même ; c’est ainsi que procède le médecin de Niort Abraham Gaultier, protestant et auteur d’un important traité clandestin, la Réponse en forme de dissertation à un théologien de 1714, qui circula sous le titre plus imagé de Parité de la vie et de la mort :

  • 52 A. Gaultier, Réponse en forme de dissertation à un théologien, Qui demande ce que veulent dire les (...)

Descartes nie aussi que les bêtes ayent de sentiment, par la seule raison qu’il ne conçoit pas comment la matière dont elles sont faites, peut en avoir. Quoi qu’il en soit, il faut consulter la nature de plus près & écouter son langage qui est toujours fort réel. Si elle nous dit que la matière, toute insensible qu’elle est naturellement, peut après des changemens & certaines constructions acquerir du sentiment, on doit l’en croire.52

  • 53 S. Frost, « The Implications of the New Materialisms for Feminist Epistemology », Feminist Epistem (...)

25Poussé à l’extrême, cet aspect du matérialisme deviendra un « antihumanisme », parfois même aux accents animistes, comme lorsque la « néo-matérialiste » contemporaine Samantha Frost parle de la matière ou du corps comme « possédant un type particulier et distinct d’agentivité, un type qui n’est pas un prolongement direct ou accidentel de l’intentionnalité humaine mais qui a plutôt sa dynamique et sa trajectoire propres »53.

  • 54 Voir A. Thomson, « Matérialisme et mortalisme », Materia actuosa… Mélanges en l’honneur d’Olivier (...)
  • 55 Hobbes, Léviathan, livre III, chap. xxxviii et livre IV, chap. xliv. Au sujet de Hobbes on peut pa (...)

26Sixièmement, l’athéisme est une vérité, mais ce n’est pas une vérité nécessaire pour le matérialiste, ce qui peut surprendre. En effet, il existe – nous reviendrons dessus en détail dans le chapitre suivant – des penseurs pour lesquels l’univers est entièrement matériel, l’âme n’étant qu’un mode du corps… Mais cet univers est néanmoins une création divine. L’exemple le plus frappant est celui des médecins « mortalistes » anglais de la fin du xviie siècle, tels que Richard Overton (Man’s Mortality, 1644) et William Coward (Second Thoughts on the Human Soul, 1702). Pour Coward, l’idée d’une substance « spirituelle et immortelle » est inventée par l’Église catholique, sans figurer dans les Écritures54. Les mortalistes se réclament de leur savoir médical et affirment que la mortalité de l’âme est (a) confirmée empiriquement, notamment au moment de la mort du corps, sans que (b) ceci contredise le christianisme authentique. L’âme meurt (ou dort) jusqu’au jour de la résurrection, quand elle sera ressuscitée avec l’être humain tout entier. Il existe également des mortalistes parmi les philosophes canoniques, tel Hobbes, qui affirme dans le Léviathan que l’idée d’une âme éternelle et indépendante du corps n’apparaît pas dans les Écritures55.

  • 56 Pour l’originalité de l’hédonisme « épicurien » de La Mettrie, voir nos études « La réduction médi (...)
  • 57 Cet aspect est bien mis en valeur par J. Proust, Diderot et l’Encyclopédie [1962], 4e édition, Par (...)

27De toute façon, outre les protestations d’usage suggérées plus haut, un résumé définitif des thèses matérialistes des Lumières est impossible : parmi celles dont nous ne tiendrons pas compte ici, citons l’hédonisme moral, qui semble être une constante chez nos matérialistes (et chez des penseurs radicaux qui ne sont pas explicitement matérialistes, comme Locke), et qui est fort probablement une partie de leur « legs » à la philosophie contemporaine56. Nous n’examinerons pas non plus ce qui paraît également être un lien réel entre le matérialisme des Lumières et certains aspects de notre pratique scientifique postérieure : d’abord, le projet de l’Encyclopédie de transformer le monde en un ensemble d’objets scientifiquement définis, donc manipulables et productifs57 ; ensuite, l’impact qu’a ce projet sur la philosophie elle-même, qui s’ouvre aux exemples et à l’argumentation scientifique d’une manière « naturaliste ». Mais au moins disposons-nous là d’une base de comparaison.

3. Deux particularités : le vivant et l’absence de fondements

  • 58 J. Wahl, Tableau de la philosophie française, Paris, Gallimard, 1962, p. 54. De même, Y. Belaval r (...)

28Afin précisément de répondre à la question posée en titre, et étant donnés les défis méthodologiques ainsi que le statut incertain de la « continuité » entre le point de départ et nous, il nous faut maintenant insister sur deux particularités du matérialisme des Lumières que nous n’avons pas présentées ci-dessus comme des « thèses » proclamées par les penseurs de cette époque, car leur originalité apparaît plutôt par un regard rétrospectif (ou interprétatif). La première est un trait spécifique de ce matérialisme, particulièrement celui de La Mettrie, Diderot et Buffon, qui a disparu du matérialisme d’aujourd’hui. Il s’agit de son inspiration foncièrement biologique (dans un sens que nous clarifions plus bas), ce qui a fait dire à certains commentateurs qu’il s’agissait d’un « vitalo-matérialisme » ou d’un « matérialo-vitalisme »58 ? La seconde est une « méta-caractéristique » qui, au contraire de la première, est un « legs » du matérialisme des Lumières qui trouve son aboutissement, voire son accomplissement, dans la philosophie contemporaine de tendance naturaliste (celle de Dewey, de Quine, d’un certain Dennett, et dans un tout autre univers, celle du dernier Althusser, le théoricien du « matérialisme aléatoire ») : nous pourrions appeler ce trait la philosophie sans fondements. Mais procédons dans l’ordre.

  • 59 Ce rapport entre un souci de plus en plus prononcé pour une science du vivant et l’absence de la « (...)
  • 60 D. Raymond, Traité des maladies qu’il est dangereux de guérir, Avignon, F. B. Mérande, 1757, Préam (...)
  • 61 Diderot, Réfutation suivie de l’ouvrage d’Helvétius intitulé L’Homme, DPV, vol. XXIV, p. 555 ; et (...)
  • 62 C. Duflo écrit, dans une formule saisissante qui est peut-être trop définitive, que le modèle médi (...)

29Diderot répète à qui veut l’entendre que le nouveau champ qui s’ouvre à son époque est celui des sciences biologiques, qu’il nomme « histoire naturelle » et « physiologie » (pour le dire rapidement, le nom de « biologie » apparaît à la fin du xviiie siècle, avec Treviranus et Lamarck, même s’il est employé un peu plus tôt par des auteurs comme Linné, mais dans un sens non encore stabilisé et technique)59. Ces sciences doivent jouer le rôle réducteur ou réductionniste attendu : comme on l’a vu plus haut, « l’action de l’âme sur le corps est l’action d’une portion du corps sur l’autre », et toute notre individualité s’explique par notre « organisation » physique. Il s’agit d’un refus d’une substance immatérielle mais au profit d’un univers vivant, comme le décrit clairement le médecin Dominique Raymond au milieu du siècle : « Quand on parle de nature, on ne doit pas s’imaginer une substance ou un être spirituel qui agisse en nous ou avec nous ; on ne doit entendre par elle que le mouvement ou l’action de nos fibres, de nos organes et de nos humeurs » ; ce mouvement des humeurs explique pour Raymond la santé et la vie60. Globalement, comme l’écrit Diderot dans la Réfutation d’Helvétius, « il est bien difficile de faire de la bonne métaphysique et de la bonne morale, sans être anatomiste, naturaliste, physiologiste et médecin »61. Mais, ce qui est plus curieux, ces sciences ne sont pas réductibles à la physique (ou a fortiori aux mathématiques), car l’organisation des êtres vivants dépend à leurs yeux de propriétés intrinsèques à la matière vivante, par opposition à la matière morte62.

  • 63 C. Salomon-Bayet, L’institution de la science et l’expérience du vivant : méthode et expérience à (...)
  • 64 M. Grmek, « La théorie et la pratique dans l’expérimentation biologique au temps de Spallanzani », (...)

30Prenons un exemple purement textuel : on sait que l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert démarque pour de nombreux articles l’Historia critica philosophiae de Johann Jakob Brucker. Or, comme l’a signalé Claire Salomon-Bayet63, il n’y a pas d’article « Galilée » dans l’édition originale de l’Encyclopédie (il n’apparaît qu’avec le Supplément) alors que Brucker donne une grande place à Galilée. A contrario, dans l’Encyclopédie comme à l’Académie des sciences (ou à la Royal Society, de l’autre côté de la Manche), on assiste à une véritable explosion de mémoires, rapports et projets de recherche sur l’anatomie, la physiologie, la médecine et la « génération » (c’est-à-dire l’embryologie et la biologie du développement en général). On retrouve la dominante diderotienne des sciences de la vie « contre » ou « par-dessus » les mathématiques. Curieusement, les historiens des sciences ont longtemps ignoré cette dimension, préoccupés par les modèles physico-mathématiques des sciences « dures » durant la Révolution scientifique au siècle précédent. Ainsi, même un éminent historien de la pensée médicale (spécialiste du xviie siècle), Mirko Grmek, peut juger que « le xviiie siècle est beaucoup moins original que le xviie. Le siècle des Lumières développe les programmes de recherche inventés par la Révolution scientifique de l’Âge baroque »64.

  • 65 G. Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, V : Dieu, la nature et l’homme au sièc (...)
  • 66 Voir A. Ibrahim, « Le statut des anomalies dans la philosophie de Diderot », Dix-huitième siècle, (...)

31Mais ce que Grmek ne semble pas voir, c’est l’attention nouvelle portée à la nature du vivant, au xviiie siècle – et, ce qui caractérise plus particulièrement le matérialisme, l’invention de nouvelles « passerelles » entre les découvertes expérimentales et l’argumentation philosophique, qui se passe désormais des principes ultimes qui dominaient les débats entre des figures comme Descartes et Spinoza, ou Locke et Malebranche, au siècle précédent. La philosophie matérialiste se préoccupe du vivant, à cette époque, car son indécidabilité, son caractère aléatoire comparé à l’espace rigoureusement ordonné de la physique mathématique galiléenne65, lui fournissent de nombreux arguments subversifs contre la physico-théologie et plus généralement contre l’image d’un univers rationnel, stable et organisé comme une horloge. Nous nous sommes intéressés ailleurs à l’existence d’un « antimathématisme » dans les philosophies matérialistes du vivant à cette époque ; ici nous nous contenterons de souligner que le vivant tel que l’entendent les matérialistes est essentiellement imprévisible, ainsi que le manifestent avec éclat les naissances monstrueuses, si marquantes pour les discours sur le vivant (y compris les discours matérialistes66) : nous ne réduisons pas ce phénomène à celui des « merveilles », et inversement, ne plaquons pas non plus dessus la figure d’une tératologie en tant que science positive, mais voulons seulement mettre en valeur cette dimension imprévisible.

  • 67 Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, déjà cité, p. 316.

32En somme, le matérialisme d’inspiration biologique du xviiie siècle prend le vivant comme « cible » explicative, comme motivation de son projet épistémologique. Comme l’écrit Gusdorf, « pour les matérialistes français, la matière n’explique pas la vie ; ce serait plutôt la vie qui expliquerait la matière » (une affirmation à nuancer évidemment : même un médecin-philosophe comme La Mettrie ne pose pas « la Vie » comme une sorte d’élément premier irréductible ; toutefois, il est vrai que sa notion de la matière, qui reflète l’influence d’un épicurisme moderne, est assez « vitalisée »…)67. Si c’est la vie qui explique la matière, et que la matière définit ce qui est réel, notamment le monde qui nous entoure, alors – surtout si l’on ne connaît pas l’origine de la vie – on vient de refuser ou en tout cas de mettre en suspens le principe de raison.

  • 68 G. L. L. de Buffon, « Premier discours » de l’Histoire naturelle, Paris, Imprimerie royale, 1749 ( (...)
  • 69 J. Meslier, Mémoire [1720-1727 ?], Septième Preuve, dans Œuvres, vol. 2, Paris, Anthropos, 1974, p (...)

33Venons-en donc à cet idéal d’une philosophie « sans fondements ». Un homme de science officiel comme Buffon n’a pas hésité à s’embarquer dans les eaux (troubles ou claires) du matérialisme. Plus surprenant, il se mêle de métaphysique et défend ce qu’on nommerait aujourd’hui un « actualisme », répétant que « tout ce qui peut être, est » et proposant, peut-être pour la première fois (avec des accents post-baconiens indéniables) le passage de la question « pourquoi ? » à la question « comment ? »68. De même, un matérialiste clandestin comme le curé Meslier, dans son Mémoire rédigé une vingtaine d’années avant l’œuvre de Buffon (mais qui circula très peu), juge très sévèrement la possibilité d’examiner les propriétés du monde pour en déduire un niveau antérieur. Ce n’est pas logique à ses yeux, car ce qui est, est : « il n’y a aucune cause étrangère qui puisse à son gré ou à sa volonté rendre possible ce qui est absolument impossible, ni rendre absolument impossible ce qui est possible »69.

  • 70 B. de Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes [1686], dans Œuvres complètes, A. Niderst (...)
  • 71 Épicure, Lettre à Hérodote, 44.
  • 72 Cudworth, The True Intellectual System of the Universe [1678], livre I, chap. v, Hildesheim, Olms, (...)
  • 73 J. de La Bruyère, Les Caractères de Théophraste traduits du grec : avec les Caractères ou les mœur (...)

34En réalité, depuis au moins Épicure et Lucrèce et jusqu’à d’Holbach dans les dernières décennies du xviiie siècle, on considère la question de l’origine de l’univers, des commencements, des premiers principes, comme « hors-jeu » (il y a, certes, des histoires de la genèse des mondes, comme celle de Fontenelle, mais pas de l’univers en tant que tel70). La raison, pour les atomistes, y compris les disciples d’Épicure et de Lucrèce au xviiie siècle, est l’éternité du Tout : le tout a toujours été le tout. « Il n’y a pas de commencement à ces mouvements ; les atomes étant causes, le vide aussi »71. Cette idée que le monde précède le penseur a provoqué depuis longtemps l’hostilité des anti-matérialistes tels que le platonicien de Cambridge Ralph Cudworth : les idées ne sont pas « mineures » par rapport aux choses (« not junior to things ») ; au contraire, c’est l’esprit qui est « senior to the world »72. Ou comme l’écrit La Bruyère : « Si tout est matière, et si la pensée en moi, comme dans tous les autres hommes, n’est qu’un effet de l’arrangement des parties de la matière, qui a mis dans le monde toute autre idée que celle des choses matérielles ? La matière a-t-elle dans son fond une idée aussi pure, aussi simple, aussi immatérielle qu’est celle de l’esprit ? »73.

  • 74 Dans son article « Naturalism, Materialism and First Philosophy » [1975], repris dans The Nature o (...)
  • 75 L. Althusser, « Le courant souterrain du matérialisme de la rencontre » [1982], dans Écrits philos (...)

35Dans l’univers philosophique contemporain (disons, dans la dernière partie du siècle dernier), David Armstrong affirme que le matérialiste ne pose pas de philosophie première, d’axiomes, de commencement absolu74 ; il serait sans doute surpris d’apprendre qu’il est rejoint sur ce point par le dernier Althusser, affirmant que le « philosophe matérialiste est l’homme qui prend le train en marche »75 ; mais celui qui l’a dit le plus vivement demeure Quine :

  • 76 W. V. O. Quine, « Five Milestones of Empiricism », dans Theories and Things, Cambridge, Harvard Un (...)

Le philosophe naturaliste entame son raisonnement avec la théorie du monde dont il hérite, comme souci en vigueur. Il croit [en cette théorie] de manière provisoire, mais croit aussi que certaines parties en sont fausses. Il tâche d’améliorer, clarifier et de comprendre le système de l’intérieur. Il est le marin affairé, voguant sur le bateau de Neurath.76

  • 77 Quine, cité par S. Laugier, L’anthropologie logique de Quine, Paris, Vrin, 1992, p. 263.
  • 78 Ainsi que l’écrit J.-Cl. Bourdin, « La rencontre du matérialisme et de l’aléatoire chez Louis Alth (...)

36Le projet de naturalisation aboutit, de manière assez humienne, à une destruction des fondements. L’empirie justifie la science mais ne la fonde pas ; ou encore : « Aucun énoncé n’est vrai ; c’est la réalité qui le rend tel »77. Ce qu’Althusser nommait un matérialisme « de la rencontre » est une ontologie qui vise à « évide[r] le monde de tout substantialisme, de toute nécessité, de toute forme comme constituant son être, de barrer la tentative de reconstituer une philosophie première »78. Que ce soit au sujet de l’origine du monde ou de la nature du moi, le matérialisme est un anti-fondationnalisme – ou mieux, il pousse les divers récits fondationnels sur la nature du monde (notamment de type atomiste et/ou mécaniste) vers ce que certains nommeraient un « évidement », ou un refus des choses premières et de la « philosophie première » qui en est le pendant. Certes, le refus des « commencements » chez le dernier Althusser, qui se revendique d’Épicure et de Lucrèce, est une lecture forte des enjeux atomistes, mais cette démarche, cette attitude en fait, se retrouve fréquemment dans les textes clandestins (notamment la Lettre de Thrasybule à Leucippe), chez des auteurs tels que La Mettrie et Diderot, et très différemment, dans un contexte qui porte cette fois le nom de « naturalisme », au xxe siècle (avec Dewey, Quine et d’autres, qui se posent explicitement en opposition au projet d’une philosophie première, fondationnelle).

Conclusion : sommes-nous, oui ou non, les héritiers du matérialisme des Lumières ?

37D’un point de vue anhistorique, le matérialiste (de type hobbesien, ou celui des Lumières, ou celui d’aujourd’hui) naturalise l’âme et les phénomènes mentaux ; il soutient que le mental, c’est le physique (ou le corps ; et cela ne préjuge pas de l’existence de lois psychophysiques) ; il affirme une notion forte de la causalité qui, associée à son ontologie (notamment sous sa forme physicaliste), conduit à une notion de « clôture » causale, selon laquelle aucun agent immatériel ne peut être la cause d’un effet matériel. À part son athéisme et son hédonisme probables, il refuse le principe de raison.

  • 79 Mensching, « Le matérialisme, une tradition discontinue », Materia actuosa…, M. Benítez et al. dir (...)
  • 80 Lange est le plus souvent oublié sauf quand il s’agit de critiquer sa méthodologie ou ses conclusi (...)

38En revanche, d’un point de vue historique, comme l’a bien montré Günther Mensching, le matérialisme ne procède pas par « un enchaînement de doctrines transmises et modifiées de génération en génération »79 ; au contraire, s’il est une tradition, elle est de nature « discontinue » (ibid., p. 525), puisque chaque époque est obligée de refonder à nouveau une forme de matérialisme sur des bases neuves : la théologie elle-même, à partir d’éléments aristotéliciens et averroïstes, puis l’histoire naturelle et les débuts de la « biologie », au xviiie siècle ; la biochimie au xixe siècle ; la physique durant la première moitié du xxe siècle et les neurosciences depuis. Ne pas reconnaître cette discontinuité – quitte à ensuite chercher à articuler par exemple des types de doctrines et des reprises, des imitations, des mutations (de Gassendi à La Mettrie, la transition est visible et « organique » ; de La Mettrie à Du Bois-Reymond, de même ; mais construire une analyse du matérialisme chez Gassendi, La Mettrie et Du Bois-Reymond est beaucoup moins aisé) – c’est la faiblesse de tout projet d’une histoire du matérialisme totalisante à la Lange80.

  • 81 G. Bachelard, Le matérialisme rationnel, déjà cité, p. 7.

39Si en plus, comme nous l’avons vu, il existe des particularités « scientifiques » ou « méta-scientifiques » du matérialisme des Lumières (son rapport au vivant), comment pourrions-nous en être les héritiers inconditionnels ? Reprenons la phrase de Bachelard citée en exergue, en entier cette fois : « Ainsi le matérialisme scientifique est constamment en instance de nouvelle fondation. Sans cesse, depuis deux siècles, il est repris comme une doctrine qui se fonde sur l’essentielle activité de découverte de l’esprit humain. Alors, paradoxalement, ce qui est nouveau est fondamental »81. Paraphrasons ce passage à la manière de Quine : le matérialisme se reconstruit sans cesse, puisqu’il ne pose pas l’existence d’une intériorité fondatrice. Difficile de savoir ce que penseraient les « néo-matérialistes » contemporains (qui défendent une position nommée New Materialism, que nous discutons au chapitre 8) de cette non-intériorité, ou en tout cas cette absence d’une intériorité au sens le plus fort (sur laquelle nous revenons au chapitre 5).

  • 82 H. Putnam, « Philosophy and our Mental Life », dans Mind, Language, and Reality. Philosophical Pap (...)

40Prenons un dernier exemple, tiré des recherches actuelles en neurosciences. Être matérialiste aujourd’hui en philosophie de l’esprit, ce n’est pas seulement s’enfermer dans des discussions sémantiques sur le physicalisme ; c’est aussi participer à un programme de recherche actif, au carrefour des neurosciences, des sciences cognitives, et de la psychologie. Un tel activisme s’oppose notamment à l’aspect anti-neuroscientifique, et même désincarné, du courant fonctionnaliste, qui pousse des figures éminentes comme Hilary Putnam à déclarer que « même si nous étions faits de gruyère, cela ne changerait rien »82. Seule la dimension fonctionnelle compte ; sa réalisation organique ou organismique importe peu au fonctionnaliste. C’est d’ailleurs ici que l’on trouve les fameuses expériences de pensée comme le « cerveau dans une cuve ». Le matérialisme que nous présentons ici dans ces différentes études est plus charnel, plus corporel, plus « incarné ».

  • 83 J. Bickle et R. Ellis, « Phenomenology and Cortical Microstimulation », Phenomenology and the Phil (...)

41Avec des réserves, nous pouvons affirmer que nous nous rapprochons d’une identification entre un événement mental vécu (expérimenté, senti, qualitatif, etc.) et un événement cérébral (physique, accessible aux manipulations scientifiques). Depuis au moins le début du xviiie siècle, nous avons de bonnes raisons anatomiques et physiologiques de situer l’activité mentale dans le cerveau ; depuis une vingtaine d’années nous avons des appareils qui nous permettent de voir des zones cérébrales s’illuminer en temps réel (y compris l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle ou IRMf), donc nous savons que quelque chose est en train de s’y passer (nous revenons sur ce type de développements, ainsi que les résultats expérimentaux récents dans des expériences de microstimulation corticale qui permettent d’« induire une phénoménologie »83, au chapitre 7).

  • 84 G. Deleuze, Spinoza et le problème de l’expression, Paris, Éditions de Minuit, 1968, p. 236.
  • 85 G. Châtelet, compte rendu de R. Penrose, Les ombres de l’esprit, dans L’aventure humaine, no 5, 19 (...)

42Cependant le matérialiste « intelligent » (pour employer une formule attribuée par Deleuze à Platon, selon laquelle les matérialistes intelligents doivent penser, non seulement le corps, mais la puissance84) ne se saisira pas de ces données expérimentales pour crier « Victoire » et annoncer que « la » formule a été découverte qui « explique » la pensée ou la conscience. C’était l’erreur ou en tout cas le manque de finesse de ceux qui criaient au xixe siècle que le cerveau qui sécrète la pensée comme le foie sécrète la bile ; on peut y répondre par une autre formule : « la pensée sécrète le cerveau autant que le cerveau sécrète la pensée ». Gilles Châtelet, qui cite cette formule, continue plus loin avec une suggestion qui ne dénature en rien le matérialisme : « les pratiques symboliques ne constituent pas un “environnement culturel” dans lequel baignent des “cerveaux”, il existe une plasticité propre à ces pratiques symboliques, qu’il convient d’articuler avec la “plasticité” du cerveau »85.

  • 86 Le texte fondateur, mais très sommaire, est l’article de Baldwin « A New Factor in Evolution », Am (...)

43Un matérialiste intelligent défendrait aujourd’hui l’« effet Baldwin » (du nom du psychologue anglais du début du xxe siècle, James Mark Baldwin)86 : il s’agit de la possibilité qu’un trait biologique puisse devenir inné après avoir été « appris », sans que les théoriciens s’accordent sur le rapport exact de ce type d’« effet » aux mécanismes darwiniens traditionnels. Donc, il existerait une dimension proprement culturelle (linguistique, symbolique, culturelle) de l’évolution. L’effet Baldwin décrit (sans que tous les commentateurs s’accordent pour le confirmer, mais on peut considérer que ses versions les plus minimales sont de moins en moins controversées aujourd’hui) différents modes selon lesquels des traits non biologiques tels que des comportements linguistiques et culturels peuvent être assimilés, de telle sorte à être transmis. Ou, inversement, cet « effet » montre comment des éléments de l’apprentissage peuvent affecter la direction et le fonctionnement de l’évolution par sélection naturelle. Mais ce qui est plus important pour notre propos, c’est que ni jadis ni aujourd’hui, le matérialiste intelligent ne peut se contenter d’abdiquer ses responsabilités philosophiques et laisser tout le champ à la physique ou aux neurosciences.

  • 87 Les travaux de Susan Oyama, qui critique l’application « désincarnée » de la théorie de l’informat (...)
  • 88 N. Cartwright, The Dappled World. A Study of the Boundaries of Science, Cambridge, Cambridge Unive (...)
  • 89 M. Levin, Metaphysics and the Mind-Body Problem, Oxford, Clarendon Press, 1979, p. 60 (et déja Lew (...)

44Certes, nous ne pouvons plus, contrairement à un Diderot, prôner un réductionnisme dans lequel la théorie « réductrice » serait la biologie et non pas la physique, car une telle insistance sur l’autonomie ontologique de la biologie ne serait plus du tout du matérialisme87 – ou serait en tout une vitalisation de la matière qui friserait le vitalisme métaphysique. Une option plus séduisante qui conserve un rôle pour la philosophie serait d’accepter le verdict « humien » de Nancy Cartwright : les lois de la nature n’existent pas, ce qui ne signifie pas que nous sommes autre chose que des parties de la nature, simplement que l’idée de « loi » est une projection rationaliste sur le monde88. Cette perspective est ouverte au matérialiste, qui tend à croire en l’existence de lois de la nature, sans s’y engager nécessairement. Cette obstination à ne pas définir le matérialisme comme une simple « philosophie spontanée des savants » ne reflète donc pas une volonté de conserver un monopole jaunissant ; elle rappelle plutôt l’ambition d’une métaphysique matérialiste qui ne se passera pas de la puissance explicative du réductionnisme et prendra comme fondement empirique la clôture causale imposée par la physique. Mais sur ce fondement, le matérialisme aura à construire des ontologies régionales, autour des neurosciences, de la physique, ou de la biologie du développement, sans pour autant se réduire à la physique, car dans ce cas il ne serait qu’une vérité triviale89.

  • 90 C’est la position par exemple de D. M. Armstrong, dans « Naturalism, Materialism and First Philoso (...)

45Certes, si le matérialisme prend cette forme plus souple, qui ne retient que notre appartenance à l’univers naturel et la manière dont le travail scientifique peut influer sur notre conception de cet univers, certains philosophes préfèrent alors parler de « naturalisme », qui recouvre un domaine plus vaste (car moins ontologiquement spécifié) que le matérialisme90. On peut sommairement définir le naturalisme par la proposition suivante : il n’existe pas de propriétés qui ne soient pas des propriétés d’êtres naturels sujets aux processus de causalité tels qu’ils sont décrits par les sciences naturelles, même si ces propriétés varient (le naturalisme en tant que réduction aux propriétés physiques de la matière est assez éloigné de la réduction, chez Diderot, à une matière conçue comme dotée de propriétés vitales et animées). Mais nous choisissons ici de parler de matérialisme, pour plusieurs raisons : minimalement, c’est une catégorie importante pour les acteurs eux-mêmes (une histoire des polémiques autour du « naturalisme » pourrait comprendre un nombre largement plus grand de cas), et c’est une catégorie qui reflète un certain investissement dans une (ou des) notions de la matière elle-même.

  • 91 Sur l’idée du cerveau social voir P. Virno, « Multitude et principe d’individuation », Multitudes, (...)
  • 92 « Poursuivre l’histoire du matérialisme », dans Bloch, Matière à histoires, déjà cité, p. 459.

46Ajoutons que si le matérialisme est une théorie complète du réel et de notre appartenance à ce réel, non seulement en tant que cerveaux, mais avec tout ce qui nous constitue dans notre artificialité (mais un vrai spinoziste dirait que le cerveau est toujours déjà social91), alors il n’est pas seulement une théorie de la science, et inversement, comme le suggère Olivier Bloch, la science n’est pas « le laboratoire du matérialisme »92, ou alors dans un sens très pluraliste. Pour le dire autrement, il est maladroit d’affirmer que « la science est matérialiste », formule que l’on peut encore trouver de nos jours. À part la confusion évidente des genres, on songe tout de suite à quelques exemples frappants : le plus grand médecin(-philosophe) matérialiste, La Mettrie, n’apparaît pas dans les histoires de la médecine, et inversement, aucune des figures majeures de la Révolution scientifique (Galilée, Kepler, Boyle, Newton, Descartes) n’est matérialiste. Il est difficile de voir une contribution ou un lien causal direct entre des projets matérialistes (concernant la nature de l’esprit ou du vivant) et une science « constituée » (de l’esprit, donc la psychologie expérimentale, la neuropsychologie, la psychophysique… et du vivant, donc notamment la biologie, la biochimie, sans parler des développements ultérieurs comme la génétique ou la biologie moléculaire).

  • 93 C’est la thèse de C. Merchant, The Death of Nature: Women, Ecology, and the Scientific Revolution,(...)
  • 94 s.v. « Matériel », Dictionnaire de Trévoux, 1704, II, n.p.

47L’avantage du découplage suggéré par Bloch est qu’il permet de reconnaître une évidence historique qui nous empêche de nous considérer en toute honnêteté comme les héritiers du matérialisme des Lumières : le changement de statut de la science elle-même, qui n’est plus un contre-pouvoir face au censeur royal ou à l’Inquisition, mais plutôt un pouvoir. Cela ne signifie pas que les explications réductionnistes qui sont au cœur du matérialisme devraient aujourd’hui être refusées parce qu’elles seraient politiquement suspectes, ni qu’il faille opposer naïvement l’univers « aliéné » de la science à un univers naturel soi-disant plus authentique93. Cela signifie simplement que le matérialisme est sans fondements et que nous ne vivons plus dans l’univers du Dictionnaire de Trévoux, selon lequel « matériel, signifie aussi, massif, grossier »94. Nous sommes les héritiers bâtards des Lumières : ce qui était interdit à cette époque est devenu courant aujourd’hui.

Notes

1 Denesle, Examen du matérialisme, relativement à la métaphysique, I, Paris, Imprimerie de Vincent, 2 volumes, 1754, p. 33, note a.

2 Dr Desgrange, Du matérialisme contemporain, Lyon, A. Vingtrinier, 1873, p. 15.

3 Outre les travaux essentiels d’O. Bloch, et le recueil d’articles en son honneur (Materia actuosa… Mélanges en l’honneur d’Olivier Bloch, M. Benítez, A. McKenna, G. Paganini et J. Salem dir., Paris/Genève, Champion/Slatkine, 2000), on citera P. Charbonnat, Histoire des philosophies matérialistes, Paris, Syllepse, 2007 (un livre trop exhaustif pour être satisfaisant), et nos tentatives, allant du numéro spécial que nous avons dirigé en 2000 (The Renewal of Materialism, numéro spécial de la Graduate Faculty Philosophy Journal de la New School for Social Research, vol. 22, no 1) à notre article de fond « Materialism », The Routledge Companion to Eighteenth Century Philosophy, A. Garrett dir., Londres, Routledge, 2014 (portant uniquement sur le xviiie siècle) et Materialism. A Historico-Philosophical Introduction, Dordrecht, Springer, 2016 (plus comparatif), ainsi que le numéro spécial de la British Journal for the History of Philosophy (vol. 24, no 5, 2016) intitulé Varieties of Early Modern Materialism.

4 J. Israel, Radical Enlightenment. Philosophy and the Making of Modernity 1650-1750, Oxford, Oxford University Press, 2001 [Les Lumières radicales : la philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité, 1650-1750, C. Nordmann et al. trad., Paris, Éditions Amsterdam, 2005]. Voir les actes du colloque important consacré à ce thème, qui s’est tenu à l’ENS-LSH (Lyon) en 2004 : C. Secretan, T. Dagron et L. Bove dir., Qu’est-ce que les Lumières « radicales » ? Libertinage, athéisme et spinozisme dans le tournant philosophique de l’Âge classique, Paris, Éditions Amsterdam, 2007. F. Stjernfelt montre que Lange lui-même utilisait l’expression de « Lumières radicales » : « “Radical Enlightenment”. Aspects of the History of a Term », Reassessing the Radical Enlightenment, S. Ducheyne dir., Londres, Routledge, 2017, p. 80-103.

5 Sur la genèse et les arguments fondamentaux de la théorie de l’identité, voir notre analyse au chapitre 7.

6 É. Littré, C. Robin, Dictionnaire de médecine, Paris, J.-B. Baillière, 12e édition, 1863, p. 908.

7 P.-H. Thiry, Baron d’Holbach, Le Bon Sens, ou idées naturelles opposées aux idées surnaturelles [1772], I, § 42, J. Deprun éd., Paris, Éditions Rationalistes, 1971.

8  J. J. C. Smart, « Materialism », Encyclopedia Britannica, 2000 (reprenant quarante ans de recherches sur le sujet) et notre analyse au chapitre 7. (Sauf autre indication, toutes les traductions sont de nous.) Le terme de « physicalisme » remonte à R. Carnap ; une excellente analyse (strictement philosophique, donc non historique) est celle de D. Stoljar, Physicalism, Londres, Routledge, 2010.

9 Voir J.-Cl. Bourdin, « Du Rêve de D’Alembert aux Éléments de physiologie. Discours scientifique et discours spéculatif dans Le Rêve de D’Alembert », Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie, no 34, 2003, p. 45-69.

10 D. Davidson, « Les événements mentaux » [1970], dans Davidson, Actions et événements, P. Engel trad., Paris, PUF, 1993, p. 277-302.

11 P. S. Churchland, Neurophilosophie : l’esprit-cerveau, traduction sous la direction de M. Siksou, Paris, PUF, 1999.

12 D. Lewis, « An Argument for the Identity Theory » [1966, 1971], Philosophical Papers, vol. 1, Oxford, Oxford University Press, 1983, p. 105. Certes, Lewis définit également le matérialisme comme une métaphysique « développée pour valider la vérité et la complétude descriptive de la physique, plus ou moins telle que nous la connaissons » (Philosophical Papers, vol. 2, Oxford, Oxford University Press, 1986, p. x). Mais, comme Lewis le suggère lui-même dans le passage cité plus haut, ainsi que d’autres auteurs comme Jack Smart sur lesquels nous reviendrons plus loin, le matérialisme peut avoir des enjeux et des dimensions qui ne recoupent pas entièrement ceux de la physique.

13 Il existe depuis 1996 une excellente revue qui se consacre à la tradition clandestine : La lettre clandestine.

14 Hobbes réduit les phénomènes de l’univers matériel au mouvement (c’est un « motionnalisme »). L’esprit, par exemple, « ne sera rien d’autre qu’un mouvement en certaines parties du corps organique » (Hobbes, 4e objection aux Méditations, dans Descartes, Œuvres, AT IX, p. 138 ; texte latin : AT VII, p. 178). Certaines interprétations font de Hobbes plutôt un post-mécaniste à cause de son usage du conatus, mais c’est une lecture improbable (P. Springborg, citée dans F. Wunderlich, Varieties of Early Modern Materialism, numéro spécial du British Journal for the History of Philosophy, vol. 24, no 5, 2016, p. 804) ; mais G. Paganini montre que le rôle central de la curiosité chez Hobbes produit une « philosophie de l’esprit » que l’on ne peut pas réduire au mécanisme (« Hobbes’s Philosophical Method and the Passion of Curiosity », Interpreting Hobbes’s Political Philosophy, A. A. Lloyd éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2019, p. 50-69).

15 La Lettre sur l’homme et ses rapports de F. Hemsterhuis (1772) a été publiée avec le commentaire de Diderot par G. May (Lettre sur l’homme et ses rapports, avec le commentaire inédit de Diderot, G. May éd., New Haven/Paris, Yale University Press/PUF, 1964), et repris au tome XXIV des Œuvres complètes de Diderot, H. Dieckmann, J. Proust et J. Varloot éd., Paris, Hermann, 1975- (dorénavant cité DPV suivi du numéro du volume et de la page), ainsi que sous forme abrégée par L. Versini dans son édition des Œuvres de Diderot (vol. 1), sous le titre d’Observations sur Hemsterhuis. Le passage cité ici est dans DPV, vol. XXIV, p. 309.

16 Rêve de D’Alembert, DPV, vol. XVII, p. 186.

17 C’est le sujet de la conférence de Montréal (1966) intitulée « L’objet de l’histoire des sciences », dans Canguilhem, Études d’histoire et de philosophie des sciences, 7e édition, Paris, Vrin, 1968, p. 20-22. Et voir déjà C. A. Viano, « Presupposti e limiti della categoria di precorrimento », Rivista critica di storia della filosofia, vol. 13, no 1, 1958, p. 72-81 (merci à Angela Ferraro pour cette référence).

18 Un exemple : J.-P. Dupuy, Aux origines des sciences cognitives, Paris, La Découverte, 1994.

19 A. Thomson, « L’homme machine, mythe ou métaphore ? », Dix-huitième siècle, no 20, 1988, p. 368-376, et « Pour en finir avec L’Homme machine », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, no 264, 1989, p. 883-885.

20 Voir notre étude « Conditions de la naturalisation de l’esprit : la réponse clandestine », La lettre clandestine, no 18, 2010, p. 54-88.

21 H. More, Divine Dialogues, Containing sundry Disquisitions and Instructions Concerning the Attributes and Providence of God in the World…, Londres, Flesher, 1668, n.p. (il s’agit de la liste des personnages du dialogue) ; le personnage qualifié de « matérialiste », Hylobares, est décrit plus loin comme néanmoins vertueux, au contraire d’un autre matérialiste qui n’est pas nommé (p. 5-6).

22 Voir l’étude classique d’O. Bloch, « Sur les premières apparitions du mot “matérialiste” », Raison présente, no 47, 1978, p. 3-16, reprise dans Bloch, Matière à histoires, Paris, Vrin, 1998, p. 21-35, et les compléments apportés dans l’étude de M. Benítez, La face cachée des Lumières, Paris/Oxford, Universitas/Voltaire Foundation, 1996, qui signale (p. 355) un usage bien antérieur du terme en français, dans la série de sermons publiés sous le titre L’impie convaincu par Friedrich Spanheim (1676).

23 s.v. « Matériel », Dictionnaire universel françois et latin, Trévoux, chez Étienne Ganeau, 1704, n.p.

24 Lagarde et Michard, Les grands auteurs français du programme, vol. IV, Paris, Bordas, 1960, p. 196.

25 P.-F. Moreau, « Libertinage, clandestinité, libertinisme », Liberté de conscience et arts de penser (xvie-xviiie siècle). Mélanges en l’honneur d’Antony McKenna, C. Bahier-Porte, P.-F. Moreau et D. Reguig dir., Paris, Honoré Champion, 2017, p. 61-75. Nous revenons sur ce point particulièrement au sujet de l’athéisme au chapitre suivant.

26 La Mettrie, L’Ouvrage de Pénélope ou Machiavel en médecine, II, 3 volumes, Genève [Berlin], Cramer et Philibert, 1748-1750 : Politique des médecins, conclusion, p. 172. Voir notre analyse dans La philosophie de la biologie avant la biologie : une histoire du vitalisme, Paris, Garnier (Histoire et philosophie des sciences), 2019, chapitre 5. Quant aux « communistes » : le nom de Meslier apparaît sur un monument dans le parc Gorki, à Moscou ; Deschamps, qui prétend aller plus loin que Helvétius vers une société pleinement égalitaire et rationnelle (La Vérité ou le Vrai Système, « Précis en 4 thèses », 2e thèse, dans Œuvres philosophiques, vol. 1, B. Delhaume éd., 2 volumes, Paris, Vrin, 1993, p. 130-131, note m), a souvent été décrit comme communiste, dernièrement par A. Ibrahim (« Dom Deschamps, bénédictin athée, matérialiste et communiste », Lumières, matérialisme, morale. Autour de Diderot (Hommage à Jean-Claude Bourdin), C. Duflo dir., Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 137-153). Et d’Holbach ? D’Holbach est, certes, un baron ; mais idéologiquement il est au minium socialiste et redistributiviste (Bloch, « Le matérialisme et la révolution française », Matière à histoires, déjà cité, p. 329 et suiv.). Dans ses ouvrages politiques (qui portent surtout sur la morale comme principe à généraliser politiquement, comme on le voit dans le titre Éthocratie ou le Gouvernement fondé sur la morale, Amsterdam, Rey, 1776) d’Holbach insiste sur le « bien commun » et il cherche à réduire les formes de gouvernement possibles à celles qui sont en accord avec la nature (dans le Système social). Mais, tout en s’opposant à l’idée d’une monarchie absolue, il ne rejette pas la monarchie en bloc. Il est donc hasardeux de le décrire comme communiste…

27 Outre les textes cités dans l’Introduction et ici dans la note 3, nous renvoyons à la catégorisation très nuancée et utile du matérialisme moderne par F. Wunderlich, dans Varieties of Early Modern Materialism (déjà cité). P.-F. Moreau revient sur l’historiographie du matérialisme comme projet dans son entretien avec F. Toto : « Intervista sul materialismo », Consecutio Temporum. Rivista critica della postmodernità, no 3, 2012, p. 129-137.

28 D’Holbach, Système de la nature, livre I, chap. i, p. 44.

29 Ibid., livre I, chap. xii, p. 268.

30 Ibid., p. 271-272.

31 Spinoza, Éthique, Livre II, proposition 7 (dans Opera, vol. II, 4 volumes, C. Gebhardt éd., Heidelberg, Carl Winters, 1927, p. 89 – désormais cité G, suivi du volume). Nous disons bien « à la suite de Spinoza » et non « selon Spinoza », au sens où des penseurs se réclamant de Spinoza pouvaient clamer que le matérialisme était son vrai système… sans que cela soit avéré (ou directement cohérent avec sa métaphysique). Pour une lecture appuyant la cohérence d’une lecture matérialiste de Spinoza notamment au sujet de l’âme, sans l’attribuer à Spinoza lui-même, voir P.-F. Moreau, « Matérialisme et spinozisme », Materia actuosa… Mélanges en l’honneur d’Olivier Bloch, M. Benítez et al. dir., Paris/Genève, Champion/Slatkine, 2000, p. 253-259, et pour un argument intéressant sur un matérialisme « possible » de Spinoza, voir M. Korichi, « Defining Spinoza’s Possible Materialism », Graduate Faculty Philosophy Journal, vol. 22, no 1, numéro spécial The Renewal of Materialism, 2000, p. 53-69. Sur les figures de Spinoza et du spinozisme dans l’interprétation marxiste du matérialisme, voir P. Rumore, « Marx e il materialismo del Settecento », Giornale critico della filosofia italiana, no 3, 2019.

32 Deschamps, La Vérité ou le Vrai Système, déjà cité, p. 388.

33 Dissertation sur la formation du monde, chap. VII, dans Dissertation sur la formation du monde (1738) ; Dissertation sur la résurrection de la chair (1743) : manuscrits du recueil 1168 de la Bibliothèque Mazarine, C. Stancati éd., Paris, Champion, 2001, p. 127.

34 Diderot, Rêve de D’Alembert, DPV, vol. XVII, p. 110.

35 Cudworth, True Intellectual System of the Universe, livre I, chap. i, § XIX, Londres, R. Royston, 1678, p. 19, et § XXIV, p. 25 ; chap. iii, § XXX, p. 135, etc. (Cudworth décrit les athées « corporéalistes » comme ceux qui ne reconnaissent « aucune autre substance à part Le Corps ou La Matière »).

36 L’Âme matérielle, A. Niderst éd., 3e édition, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 174, reprenant Lucrèce, De rerum natura, III, 327-330. L’original de Lucrèce ne disant pas tout à fait cela, A. Niderst a voulu retrouver la source de cette formule, et il l’a bien trouvée, dans la traduction de Lucrèce par le baron de Coutures (parue initialement en 1685) : Niderst, L’Âme matérielle, déjà cité, p. 60, note 1. La phrase de Lucrèce est également discutée par Gassendi dans le Syntagma (chapitre sur l’âme, II, Physica, sect. 3, membrum posterium, livre III, « De Anima », chap. 2 (« Qui animam corpoream fecerint ? »), dans Gassendi, Opera omnia in sex tomos divisa, Lyon, L. Anisson et J.-B. Devenet, 1658, vol. II, p. 249b (merci à Delphine Bellis pour son aide ici), et dans le Theophrastus redivivus.

37 Diderot, Éléments de physiologie, DPV, vol. XVII, p. 334-335.

38 s.v. « Matérialistes », Enc., vol. X, p. 188.

39 Vogt, « L’origine de l’homme » (1877), cité par J.-Cl. Pont, « Aspects du matérialisme de Carl Vogt », Carl Vogt (1817-1895). Science, philosophie et politique, J.-Cl. Pont et al. dir., Genève, Georg (Histoire des sciences), 1998, p. 142. Pour un résumé des idées de cette école de pensée, voir P. Charbonnat, Histoire des philosophies matérialistes, déjà cité, p. 407-429.

40 Vogt, Lettres physiologiques, Paris, Reinwald, 1875, p. 347-348 (nous soulignons) ; il s’agit de la 13e leçon inaugurale à l’université de Giessen en 1845.

41 Cabanis, Rapports du physique et du moral, Paris, Crapart, Caille et Ravier, 1802, p. 151 (nous reviendrons sur ce matérialisme « cérébral » notamment aux chapitres 6 et 7). Aux formules de Vogt et de Cabanis sur le cerveau et la bile, il faut rajouter celle de La Mettrie : « Le cerveau a ses muscles pour penser, comme les jambes pour marcher » (L’Homme-Machine [1748], dans Œuvres philosophiques, vol. 1, 2 volumes, F. Markovits éd., Paris, Fayard (Corpus), 1987, p. 102).

42 Collins, Reflections on Mr Clarke’s Second Defence of his Letter to Mr. Dodwell [1707], dans S. Clarke, The Works of Samuel Clarke [1738], vol. III, 4 volumes, New York, Garland, 1978, p. 807.

43 Collins, Answer to Defence of Third Lettter, dans The Works of Samuel Clarke, vol. III, déjà cité, p. 866.

44 E. Du Bois-Reymond, Über die Grenzen des Naturerkennens [1872], 5e édition revue et corrigée, Leipzig, Von Veit, 1882, p. 10.

45 T. Lenoir, The Strategy of Life. Teleology and Mechanism in Nineteenth Century German Biology, Chicago, University of Chicago Press, 1982.

46 H. Boerhaave, De l’usage de la méthode mécanique en médecine [1703], dans Opuscula selecta Neerlandicorum de arte medica, I, Amsterdam, F. van Rossen, 1907, p. 173.

47 C’est l’exemple choisi par A. Collins, actualisant ainsi celui des deux bottes de foin apparemment identiques qui amènent le malheureux âne de Buridan à mourir de faim (A Philosophical Inquiry concerning Human Liberty, Londres, Robinson, 1717, p. 47). Ces causes sous-jacentes peuvent être de nature tout à fait variée (psychologiques, psychophysiologiques, humorales ou hormonales, etc.).

48 A.-J. Chaumeix, Préjugés légitimes contre l’Encyclopédie et essai de réfutation de ce dictionnaire, avec un Examen critique du livre De L’Esprit, I, 8 volumes, Paris, Hérissant, 1758-1759, p. 200.

49 J. O. de La Mettrie, L’Homme-Machine, déjà cité, p. 78.

50 P. Bayle, « Péreira », remarque E, dans Dictionnaire historique et critique [1697], vol. 3, 5e édition, Amsterdam, Brunel, 1740, p. 652 (voir également « Dicéarque », remarque L, dans Dictionnaire, vol. 2, p. 287, et « Rorarius », remarque E, vol. 4, p. 79). Gassendi parle de « plus ou moins » en réaction à Descartes (AT VI, p. 271). Pour Diderot, voir Observations sur Hemsterhuis, DPV, vol. XXIV, p. 258, 299 ; pour Priestley, Disquisitions Relating to Matter and Spirit, § XVIII, Londres, J. Johnson, 1777, p. 235. L’abbé Macy passe en revue divers arguments matérialistes de ce type dans son Traité de l’âme des bêtes de 1737, Paris, P. G. Le Mercier, 1737, notamment à l’article VIII (et il écrit lui aussi que l’âme des bêtes ne diffère de la nôtre que « du plus ou du moins », p. 84).

51 Collins, A Philosophical Inquiry concerning Human Liberty, déjà cité, p. 54-57.

52 A. Gaultier, Réponse en forme de dissertation à un théologien, Qui demande ce que veulent dire les sceptiques, qui cherchent la vérité par tout dans la Nature, comme dans les écrits des philosophes ; lors qu’ils pensent que la Vie et la Mort sont la même chose, Niort, Jean Elias, 1714, p. 86 ; dans l’édition moderne établie par O. Bloch, Parité de la vie et de la mort. La Réponse du médecin Gaultier [1714], Paris/Oxford, Universitas/Voltaire Foundation, 1993, p. 149. Le chapitre lui-même est intitulé « Comparaison qui montre clairement la faible raison qu’a Descartes, pour soutenir que la matière ne peut acquerir de sentiment ».

53 S. Frost, « The Implications of the New Materialisms for Feminist Epistemology », Feminist Epistemology and Philosophy of Science: Power in Knowledge, H. E. Grasswick dir., Londres et New York, Springer, 2011, p. 70

54 Voir A. Thomson, « Matérialisme et mortalisme », Materia actuosa… Mélanges en l’honneur d’Olivier Bloch, M. Benítez et al. dir., Paris, Champion/Genève, Slatkine, 2000 ; sur les rapports entre matérialisme et athéisme (ainsi que l’existence d’un matérialisme chrétien), voir ici le chapitre suivant.

55 Hobbes, Léviathan, livre III, chap. xxxviii et livre IV, chap. xliv. Au sujet de Hobbes on peut parler de « matérialisme chrétien » (une catégorie sur laquelle nous revenons, encore une fois, au chapitre suivant) plutôt que de simple mortalisme puisqu’il ne se limite pas à affirmer que l’âme immortelle n’existe pas, il affirme également que Dieu est un corps, même s’il est d’une nature particulière, différente de tous les autres (nous remercions G. Paganini de cette clarification).

56 Pour l’originalité de l’hédonisme « épicurien » de La Mettrie, voir nos études « La réduction médicale de la morale chez La Mettrie », Matérialistes français du xviiie siècle. La Mettrie, Helvétius, d’Holbach, J.-Cl. Bourdin, F. Markovits et al. dir., Paris, PUF, 2006, p. 45-60, et « A Happiness Fit for Organic Bodies: La Mettrie’s Medical Epicureanism », Epicureanism in the Enlightenment, N. Leddy et A. Lifschitz dir., Oxford, Voltaire Foundation, 2009, p. 69-83.

57 Cet aspect est bien mis en valeur par J. Proust, Diderot et l’Encyclopédie [1962], 4e édition, Paris, Albin Michel, 1995, qui préfigurait sans le savoir le tournant « instrumentaliste » (au sens d’une culture matérielle des instruments scientifiques) en histoire des sciences, nettement plus récent.

58 J. Wahl, Tableau de la philosophie française, Paris, Gallimard, 1962, p. 54. De même, Y. Belaval reconnaissait déjà que le matérialisme de Diderot « n’est pas, au fond, un mécanisme », et proposait des descriptifs tels que vitalo-chimisme ou chimio-vitalisme (« Sur le matérialisme de Diderot » [1967], repris dans Belaval, Études sur Diderot, Paris, PUF, 2003, p. 367). Nous développons la notion de matérialisme vital plus généralement dans « Varieties of Vital Materialism », The New Politics of Materialism. History, Philosophy, Science, S. Ellenzweig et J. Zammito dir., Londres, Routledge, 2017, p. 44-65, et La philosophie de la biologie avant la biologie, chap. 3, déjà cité, et, par rapport à la notion d’embodiment, ici au chapitre 9.

59 Ce rapport entre un souci de plus en plus prononcé pour une science du vivant et l’absence de la « biologie » comme science constituée, durant la seconde moitié du xviiie siècle, est le sujet du volume que nous avons dirigé avec C. Bognon-Küss, Philosophy of Biology before Biology, Londres, Routledge, 2019.

60 D. Raymond, Traité des maladies qu’il est dangereux de guérir, Avignon, F. B. Mérande, 1757, Préambule : « De la nature selon les médecins », p. 1-2.

61 Diderot, Réfutation suivie de l’ouvrage d’Helvétius intitulé L’Homme, DPV, vol. XXIV, p. 555 ; et le commentaire de G. Stenger, Nature et liberté dans la pensée de Diderot après l’Encyclopédie, Oxford/Paris, Voltaire Foundation/Universitas, 1994, p. 249.

62 C. Duflo écrit, dans une formule saisissante qui est peut-être trop définitive, que le modèle médical tient dans la philosophie de Diderot « un rôle équivalent à celui du modèle mathématique dans celle de Leibniz » (Diderot philosophe, Paris, Champion, édition revue, 2013, p. 491).

63 C. Salomon-Bayet, L’institution de la science et l’expérience du vivant : méthode et expérience à l’Académie Royale des Sciences, 1666-1793, Paris, Flammarion, 1978, p. 384.

64 M. Grmek, « La théorie et la pratique dans l’expérimentation biologique au temps de Spallanzani », L. Spallanzani e la biologia del Settecento, G. Montalenti et P. Rossi dir., Florence, Olschki, 1982, p. 323-324.

65 G. Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, V : Dieu, la nature et l’homme au siècle des Lumières, Paris, Payot, 1972, p. 326.

66 Voir A. Ibrahim, « Le statut des anomalies dans la philosophie de Diderot », Dix-huitième siècle, no 15, 1983, et C. T. Wolfe dir., Monsters and Philosophy, Londres, College Publications, 2005.

67 Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, déjà cité, p. 316.

68 G. L. L. de Buffon, « Premier discours » de l’Histoire naturelle, Paris, Imprimerie royale, 1749 (dorénavant HN), et livre II, « De la reproduction en général », p. 29.

69 J. Meslier, Mémoire [1720-1727 ?], Septième Preuve, dans Œuvres, vol. 2, Paris, Anthropos, 1974, p. 171, 193.

70 B. de Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes [1686], dans Œuvres complètes, A. Niderst éd., Paris, Fayard, 1989, et le commentaire de F. Aït-Touati, Contes de la lune. Essai sur la fiction et la science modernes, Paris, Gallimard, 2011.

71 Épicure, Lettre à Hérodote, 44.

72 Cudworth, The True Intellectual System of the Universe [1678], livre I, chap. v, Hildesheim, Olms, 1977, p. 679, 736-737.

73 J. de La Bruyère, Les Caractères de Théophraste traduits du grec : avec les Caractères ou les mœurs de ce siècle, 3e édition, E. Michallet, 1688, p. 224-225.

74 Dans son article « Naturalism, Materialism and First Philosophy » [1975], repris dans The Nature of Mind, Ithaca, Cornell University Press, 1981, p. 149-165.

75 L. Althusser, « Le courant souterrain du matérialisme de la rencontre » [1982], dans Écrits philosophiques et politiques, vol. 1, F. Matheron éd., Paris, Stock/IMEC-Livre de Poche, 1994, p. 539-579. L’hostilité d’Armstrong à la philosophie continentale en général et au marxisme en particulier alla jusqu’à sa décision – il n’était pas seul mais parlait le plus haut – de scinder le département de philosophie de l’université de Sydney en deux, en 1974 (le département fut « réuni » en un sous la direction de S. Gaukroger bien plus tard) : D. M. Armstrong, « Self-Profile », D. M. Armstrong, R. Bogdan dir., Dordrecht, Reidel, 1984.

76 W. V. O. Quine, « Five Milestones of Empiricism », dans Theories and Things, Cambridge, Harvard University Press, 1981, p. 72. Quine a en fait rendu célèbre une image de Otto Neurath, selon laquelle nous n’avons pas accès aux fondements du réel mais construisons, pour ainsi dire, « sur le tas », comme le marin qui doit effectuer des réparations sur un bateau en pleine mer sans jamais pouvoir reconstruire le bateau « de fond en comble ». L’image du bateau de Neurath court à travers l’œuvre de Quine, la citation originale de Neurath figurant en exergue de Word and Object.

77 Quine, cité par S. Laugier, L’anthropologie logique de Quine, Paris, Vrin, 1992, p. 263.

78 Ainsi que l’écrit J.-Cl. Bourdin, « La rencontre du matérialisme et de l’aléatoire chez Louis Althusser », Multitudes, no 21, 2005, p. 142.

79 Mensching, « Le matérialisme, une tradition discontinue », Materia actuosa…, M. Benítez et al. dir., déjà cité, p. 513.

80 Lange est le plus souvent oublié sauf quand il s’agit de critiquer sa méthodologie ou ses conclusions, une exception étant le travail de P. Pecere sur le matérialisme et les neurosciences en Allemagne au xixe siècle, par exemple « Lois, sensations et nerfs. Possibilité et limites de la neurophysiologie des fonctions mentales de Kant à Helmholtz », Physique de l’esprit. Empirisme, médecine et cerveau, xviie-xixe siècles, J.-C. Dupont, C. T. Wolfe, C. Cherici dir., Paris, Hermann, 2018, p. 161-180, et « “Consequent Materialism” and “Corrected Kantianism”. Lange and the Critique of Materialistic Physiology in xixth-Century Germany » (ms., 2018), ainsi que N. Hussain et L. Patton, « Friedrich Albert Lange », Stanford Encyclopedia of Philosophy, E. N. Zalta éd., 2016. En ligne : [https://plato.stanford.edu/archives/win2016/entries/friedrich-lange/].

81 G. Bachelard, Le matérialisme rationnel, déjà cité, p. 7.

82 H. Putnam, « Philosophy and our Mental Life », dans Mind, Language, and Reality. Philosophical Papers, vol. 2, Cambridge, Cambridge University Press, 1975, p. 291.

83 J. Bickle et R. Ellis, « Phenomenology and Cortical Microstimulation », Phenomenology and the Philosophy of Mind, D. Woodruff Smith et A. Thomasson dir., Oxford, Clarendon Press, 2005, p. 140-164.

84 G. Deleuze, Spinoza et le problème de l’expression, Paris, Éditions de Minuit, 1968, p. 236.

85 G. Châtelet, compte rendu de R. Penrose, Les ombres de l’esprit, dans L’aventure humaine, no 5, 1995, p. 97-106 ; il attribue la formule à Alain Prochiantz.

86 Le texte fondateur, mais très sommaire, est l’article de Baldwin « A New Factor in Evolution », American Naturalist, no 30, 1896, p. 441-451 et 536-533. Voir J. Gayon, « Baldwin, James Mark, 1861-1934 », Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, P. Tort dir., Paris, PUF, 1996, p. 202-204, et pour des analyses plus longues qui ancrent les idées de Baldwin dans la biologie contemporaine, D. Depew et B. Weber dir., Evolution and Learning: The Baldwin Effect Reconsidered, Cambridge, Mass., MIT Press, 2003. Invoquer l’effet Baldwin n’est pas forcément le signe d’un lamarckisme outrancier (et là encore, il existe des versions minimales et maximales du lamarckisme contemporain), celui-ci se concentrant plutôt sur des actes créatifs au niveau individuel.

87 Les travaux de Susan Oyama, qui critique l’application « désincarnée » de la théorie de l’information en génétique au nom d’une réalité biologique plus complexe (liée notamment aux mécanismes du développement), pourraient conduire à nuancer ce verdict. Voir par exemple S. Oyama, « Compromising Positions: The Minding of Matter », Mapping the Future of Biology, A. Barberousse, T. Pradeu et al. dir., Dordrecht, Springer, 2009, p. 27-44, et « Biologists Behaving Badly: Vitalism and the Language of Language », History and Philosophy of the Life Sciences, no 32, 2010, p. 401-423.

88 N. Cartwright, The Dappled World. A Study of the Boundaries of Science, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

89 M. Levin, Metaphysics and the Mind-Body Problem, Oxford, Clarendon Press, 1979, p. 60 (et déja Lewis, « An Argument for the Identity Theory », déjà cité).

90 C’est la position par exemple de D. M. Armstrong, dans « Naturalism, Materialism and First Philosophy », déjà cité ; voir plus généralement F. Athané, E. Machery et M. Silberstein dir., Nature et naturalisations, Paris, Syllepse, 2006.

91 Sur l’idée du cerveau social voir P. Virno, « Multitude et principe d’individuation », Multitudes, vol. 7, no 4, 2001, p. 103-117, et C. T. Wolfe, « From Spinoza to the Socialist Cortex: Steps toward the Social Brain », Cognitive Architecture, D. Hauptmann et W. Neidich dir., Rotterdam, 010 Publishers, 2010, p. 184-206.

92 « Poursuivre l’histoire du matérialisme », dans Bloch, Matière à histoires, déjà cité, p. 459.

93 C’est la thèse de C. Merchant, The Death of Nature: Women, Ecology, and the Scientific Revolution, New York, Harper and Row, 1980, qui fut influente malgré ses énormes approximations sur la Révolution scientifique et son opposition assez manichéenne entre une approche masculine et scientifique de la nature, et une approche féminine et écologique.

94 s.v. « Matériel », Dictionnaire de Trévoux, 1704, II, n.p.

© ENS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search