Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La realidad y el deseo

 | 
Carmen Val Julián

Première partie. Ultimes écrits

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Michel de Certeau, à propos des noms propres, dans L’invention du quotidien, op. cit., p. 191.

1Par la toponymie, les découvreurs ont le pouvoir de rendre « habitable ou croyable ce qu’ils vêtent d’un mot »1. La nomination telle qu’ils la cultivent revêt un caractère à la fois pratique et tactique. Avec toute sa part de hasard et d’aventure, la découverte des différents paysages du Nouveau Monde a des fins précises : elle accompagne ou prépare l’expédition militaire de conquête. À cet égard, l’imposition d’un toponyme est lourde de sens car, signant une première appropriation de l’espace, elle s’inscrit dans une stratégie d’authentification de la découverte et de fondement de sa possession légitime. C’est à la fois un acte individuel et institutionnel, par lequel le découvreur rend compte d’une nouvelle réalité tout en la créant par des mots. Pour ce faire, malgré les apparences, il n’invente guère : il développe les potentialités du système toponymique selon des lois combinatoires dont son expérience personnelle de l’espace, de la navigation, des textes s’y rapportant, lui a révélé la grammaire invisible.

2Les toponymes de rupture introduits par la découverte sont à l’intersection de la réalité qu’ils désignent et du quadrillage que la langue et la perception de l’observateur opèrent sur celle-ci. Ils peuvent être distingués selon qu’ils se réfèrent au découvreur ou au milieu découvert.

  1. Les noms se référant au découvreur, les premiers à apparaître chronologiquement, correspondent à des créations. Il s’agit d’abord des dédicaces royales, religieuses ou profanes de l’espace : l’éponymie des rois (la Fernandina de Colomb, la Francesca de Verrazano, et leur simulacre : la fantastique Ville-Henry de Thevet), des saints, des capitaines, des nations commanditaires. Ces noms signifient l’appartenance et la dépendance politique. Viennent ensuite les noms issus de l’expérience des découvreurs sur place (tels que les épisodes de la navigation ou les batailles) ou du filtrage opéré par leur culture dont ils transfèrent les valeurs latentes (le Gran Cairo de Bernal Díaz, l’Arcadie source de l’Acadie canadienne2, la Californie issue de las Sergas de Esplandián). Ils sont la marque de l’épopée exploratrice.
  2. Les toponymes qui rendent compte du milieu découvert (selon une perception historiquement et culturellement datée du découvreur) n’ont pas les mêmes enjeux. Destinés avant tout au repérage spatial, ils sont essentiellement descriptifs, peu spécifiques et fonctionnels : ils s’agit des noms donnés aux caps et autres accidents géographiques, qualifiés selon leur morphologie, leur végétation, ou d’autres caractéristiques3.

3Indirectement, les toponymes issus des langues locales, fussent-ils le résultat d’un malentendu, proviennent aussi du milieu. Ces noms peuvent correspondre à des adaptations ou à des adoptions de toponymes autochtones. Quand la pénétration dans un territoire et les contacts avec les indigènes augmentent, la toponymie locale, désormais entendue, sinon comprise, se glisse, sous des graphies variées, dans les documents, comme c’est le cas pour la découverte du Mexique. Avec le temps, le conquérant tend à y toucher de moins en moins (en tous cas, il ne la remplace plus systématiquement ni abruptement) et les formes syncrétiques fleurissent dans les zones peuplées. Il se réserve le pouvoir de nommer pour la fondation de villes, où, revenant à la référence de l’observateur, il rend hommage à sa patrie d’origine, à son histoire, à sa ville de naissance et transpose outre- Atlantique des noms péninsulaires. Le découvreur, acteur par excellence, devient par son activité de nomination, auteur. Colomb et Cortés ont, à cet égard, un style différent. Ce n’est pas, ou pas seulement, une question de personnalité. Outre des conditions d’exploration et de contact différentes, l’Amiral représente une lecture, et une écriture, du présent, dans les termes du passé. Il projette ses conceptions sur l’information parcellaire et peu fiable qu’il obtient des Indiens. La réalité lézarde difficilement ses convictions préalables. Ce qui est su (ou tenu pour tel) compte plus que ce qui est vu. Colomb crée des noms conformes à ses désirs et n’adopte guère de formes autochtones. La Española est une pure annexion linguistique intégrant la nouveauté comme partie d’un tout existant.

  • 4 John H. Elliot, « El mundo mental de Hernán Cortés », in España y su mundo 1500-1700, Madrid, Alia (...)

4Cortés (comme, peut-être, le conquérant en général) nomme moins que le Découvreur. Il privilégie l’expérience, comme type de connaissance personnelle des choses et des hommes4, et il adopte ou adapte plus volontiers des toponymes locaux – ou ce qu’il tient pour tels. Et quand il crée, avant même d’en connaître ou d’en maîtriser les limites, La Nueva España, il sait conjuguer l’idée de la continuité historique et le champ des possibles que lui offre la polyvalence sémantique de l’adjectif « nuevo ». Aussi la toponymie primitive des Indes occidentales oscille-t-elle entre la réalité chez Cortés et le désir chez Colomb, qu’il faut lire moins comme des attitudes individuelles que comme des modalités du conflit entre autorité et expérience à la Renaissance.

Notes

1 Michel de Certeau, à propos des noms propres, dans L’invention du quotidien, op. cit., p. 191.

2 Elle fut initialement nommée Arcadie par Verrazano pour la beauté de ses arbres.

3 La toponymie lunaire, inaugurée au milieu du xviie siècle, participe des hommages éponymiques (en honorant les scientifiques de Pythagore à Curie, en passant par Humboldt) et des projections spatiales de la terre (Gay-Lussac est ainsi situé dans les Montes Carpathus), en particulier avec une foule de « mers » sans eau (Mare tranquilitatis, serenitatis, etc.). Voir Pierre Barthélémy, « Trois cent cinquante années de noms lunaires », Le Monde, 27 mars 2001. Sur Mars, l’identification par l’analogie de la forme a donné son nom aux points « Le Sofa », « L’Ours yogi », etc. Même décidée par les savants, ces appellations ne diffèrent pas, quant à leur typologie, de celles que le découvreur semble improviser au xvie siècle.

4 John H. Elliot, « El mundo mental de Hernán Cortés », in España y su mundo 1500-1700, Madrid, Alianza editorial, 1990, p. 50-66.

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540