Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La realidad y el deseo

 | 
Carmen Val Julián

Première partie. Ultimes écrits

V. « Nuevo » Polysémie et fortune d’un adjectif

Texte intégral

  • 1 Voir José Antonio Calderón Quijano, Toponimia española del Nuevo Mundo, op. cit., p. 190-218.
  • 2 Le « double interne » existe à l’intérieur de l’empire quand est fondée, au Mexique, la cité miniè (...)

1La Nueva España fut incontestablement une trouvaille, rapidement imitée. La carte d’Amérique coloniale s’offre aux yeux comme un puzzle, à la fois familier et brouillé, de la Péninsule : on y recense des dizaines de toponymes composés de Nuevo suivi d’un nom de ville (Antequera, Cáceres, Cádiz, Córdoba, Jaén, Jerez de la Frontera, Salamanca, Segovia, Sevilla…) ou de province espagnole (Andalucía, Castilla, Extremadura, Granada, Galicia…)1. La vice-royauté de Nouvelle-Espagne, instituée en 1535, devait elle-même comprendre, entre autres, la Nueva Galicia, la Nueva Vizcaya, les royaumes de Nuevo León, puis une sorte de double interne, le Nuevo México2.

  • 3 Ms à la Bibliothèque nationale de Vienne. Publié sous le titre La conquista de la Nueva Castilla ( (...)
  • 4 Voir Francisco de Solano, Normas y leyes de la ciudad hispanoamericana 1492-1600, op. cit., p. 132 (...)
  • 5 Ibid., p. 158-162.

2Dans le sillage de Cortés, Francisco Pizarro baptisa sa conquête Nouvelle-Castille mais le nom ne perdura pas autant que son modèle. Elle fut célébrée aussitôt dans le premier poème narratif écrit aux Indes : Relación de la conquista y descubrimiento que hizo el marqués don Francisco Pizarro en demanda de las provincias y reinos que ahora llamamos Nueva Castilla3. Antérieur à la Araucana de Ercilla, ce long texte épique et anonyme date de la première moitié du xvie siècle. Il contient un nom qui semble peiner ensuite à s’instaurer dans l’usage, face à la concurrence de « Pérou », lequel finit par prévaloir. Reflet de ces oscillations, une cédule royale de 1539 s’adresse au gouverneur de la « provincia de Nueva Castilla, llamada Perú »4, en mentionnant les deux termes, tandis qu’en 1556, les instructions au vice-roi désignent celui-ci comme « gobernador y capitán general de las provincias del Perú »5.

3Dans le désir de surpasser Cortés, mais sans son génie de la langue, Nuño de Guzmán baptise à son tour sa conquête sanglante du nord-ouest mexicain Espíritu Santo de la Mayor España (1530-1531) en lui donnant pour capitale Santiago de Galicia de Compostela (actuelle Guadalajara). Il voulut en diviser le territoire en Castilla la Nueva de la Mayor España et Nueva Galicia. La Couronne ne ratifia pas ce choix et unifia, par une cédule du 25 juin 1531, le territoire conquis sous le nom, plus sobre, de Reino de Nueva Galicia.

4Les appellations de Pizarro et Nuño de Guzmán relatives à la Castille (Nueva Castilla et Castilla la Nueva de la Mayor España) se recoupent en partie et aucune ne perdure. On peut se demander si cela ne vient pas du fait qu’elles n’opèrent pas une différenciation suffisante (mais plutôt un brouillage), dans le système économique de la langue, dont les éléments doivent toujours être considérés dans leurs relations. Et ce, d’autant plus que la toponymie hispanique compte déjà une Castilla la Nueva péninsulaire et une Castilla del Oro au Darien, en Amérique Centrale.

  • 6 Cité par Demetrio Ramos Pérez, Ximénez de Quesada en su relación con los cronistas, Ximénez de Que (...)
  • 7 Sir Walter Raleigh, El Dorado*, Paris, Utz-UNESCO, 1993, p. 192 (*titre français abrégé de la publ (...)

5Le problème ne se pose pas pour le baptême du Nuevo Reino de Granada par Jiménez de Quesada. Outre l’hommage à sa région d’origine, le conquérant se fonde, comme Cortés, sur la similitude avec celle-ci pour justifier le choix du nom (« se parecen mucho el uno al otro, porque ambos están entre sierras y montañas, ambos son de un temple, más fríos que calientes, y en el tamaño no difieren mucho »6). Suivant la logique spéculaire qui dota la Nouvelle Galice d’une ville appelée Compostelle, la ville de Santa Fe fut fondée en 1538 en Nouvelle- Grenade. Comme on l’a vu au premier chapitre, elle a retrouvé ce nom aujourd’hui. Les lieux fabuleux n’échappent pas à la magie de l’adjectif « nuevo » : les documents cités par Walter Raleigh à la fin de sa relation font ainsi état d’un Nuevo Dorado7

  • 8 In Jacques Cartier, Voyages au Canada, avec les relations des voyages en Amérique de Gonneville, V (...)
  • 9 Des titres ultérieurs mentionneront « la Nouvelle France, vulgairement dite le Canada », selon un (...)
  • 10 Champlain (auteur des Voyages de la Nouvelle-France occidentale, dite Canada, 1632) vante la Nouve (...)

6Hors de l’empire espagnol, le baptême cortésien inspire le Florentin Girolamo Verrazzano pour la Nova Gallia présente pour la première fois (en latin) sur sa mappemonde 1529. Son frère Giovanni avait dû lire la Deuxième Lettre de Cortés car il cite Temistitan (México-Tenochtitlan) dans sa relation de voyage de 1524 vers ce qu’il appelle, en l’honneur de François Ier, « la Francescane »8. Cartier fait figurer pour sa part la Nouvelle-France dès le titre de sa première relation (1534)9. Thevet, qui pille Cartier, diffuse le toponyme, dans la seconde moitié du xvie siècle, alors qu’il est dépourvu de signification et que la colonisation devra attendre Champlain pour se concrétiser10. L’adjectif « nouvelle » étant déjà pris dans l’hémisphère nord, les tentatives d’implantation protestante au Brésil sont parées de noms aussi ronflants que virtuels comme « France Antarctique » ou « France Équinoxiale », censés concurrencer les possessions ibériques. Les Portugais, les Anglais et les Hollandais ont aussi usé dans leur langue de l’adjectif « nouveau » pour créer des villes et des provinces outremer. Il est bien improbable, quoi que prétendent les sources, que cet usage, aussi fréquent que durable, recouvre des similitudes physiques providentielles entre métropole et colonie.

7En réalité, Cortés semble simplement avoir été le premier à accoler l’adjectif « nuevo » à un nom de pays, tout en utilisant un mécanisme de composition fort ancien de la nomenclature toponymique.

1. Usages de « neuf/nouveau » en toponymie

  • 11 En des langues différentes, aussi bien Novgorod que Naplouse, signifient « ville nouvelle ».
  • 12 Charles Rostaing, Les noms de lieux, op. cit., p. 34.
  • 13 Ou la situation, X le Haut et X le Bas, etc.

8Si les compositions contenant « neuf » et « nouveau » restent très présentes dans la toponymie de nos jours, elles peuvent avoir diverses origines11. L’une des structures les plus anciennes, la dénomination signifiant « ville neuve », est déjà attestée dans le substrat pré-celtique12. En France, différentes époques ont ensuite donné naissance à d’autres « villes neuves », que ce soit à l’époque romane, ou bien aux xiie et xiiie siècles où de nouvelles villes sont fondées par l’autorité royale ou religieuse dans le Midi selon un plan régulier, les habitants y étant attirés par l’octroi de franchises. En outre, sous l’angle synchronique, en toponymie générale, quand deux localités homonymes se juxtaposent, on use pour les distinguer d’un déterminatif caractéristique, comme l’âge13, en disant X le Vieux, et Neuf X.

  • 14 Voir Álvaro Galmés de Fuentes, Toponimia : mito e historia, Madrid, Real Academia de la Historia, (...)

9Ce phénomène de juxtaposition spatiale, appelant une différenciation, existe à une autre échelle dans l’Espagne médiévale, qui a l’expérience du repeuplement et des migrations internes ainsi que de la toponymie qui les accompagne et les signifie14. La Reconquista péninsulaire produisit, elle aussi, une Castilla la Vieja et une Castilla la Nueva.

  • 15 François Dercret, Carthage ou l’empire de la mer, Paris, Seuil (Points), 1977, p. 46. Voir aussi C (...)

10La contiguïté n’est plus physique mais symbolique dans le cas d’une enclave coloniale baptisée Nouveau X. Or ce type d’expression est utilisée de très longue date puisque la Carthage du Maghreb, fondée au viiie siècle avant J-C., était déjà pour les Phéniciens, selon son étymologie, une « ville neuve ». Son nom vient en effet de Karthago, transcription latine de deux mots phéniciens (que les Grecs déformèrent en « Karchedôn ») dont la forme originelle est « Qart hadasht », autrement dit la « nouvelle ville » ou « ville-neuve ». D’après Tite-Live « en langue punique, Carthage veut dire cité nouvelle (nova civitas) »15.

11Carthage devient à son tour éponyme de la ville fondée vers 228 avant J.-C., par Hasdrubal, gendre d’Hamilcar-Barca, dans le Levant espagnol. La plus grande cité punique d’Espagne est appelée à son tour Qart hadasht (aujourd’hui Cartagena), en hommage à la métropole. C’est pour la distinguer de la Carthage africaine, que les Romains devaient par la suite la baptiser, en la latinisant, Karthago Nova (littéralement « nouvelle / ville neuve »), par une sorte de pléonasme plurilinguistique. Le toponyme fut transporté en Amérique sous les formes Cartago, Nueva Cartago, et surtout Cartagena de Indias, en Colombie actuelle.

12Carthage, « ville neuve » des Phéniciens d’Occident, offre donc une piste quant à l’usage, très ancien et transculturel, de l’adjectif « neuf/nouveau » pour créer un lien entre une métropole et un territoire conquis. Il n’est pas indifférent que les maîtres successifs des mers aient, en plusieurs langues, eu recours au même procédé pour incorporer leurs possessions dans une toponymie coloniale. Le procédé permet de relier par un nom partagé des lieux distincts, quel que soit leur éloignement géographique. Nouveau apparaît ainsi comme l’outil linguistique qui permet, depuis des siècles, de configurer un territoire en expansion.

  • 16 Au xxe siècle, « neuf » ou « nouveau » ne sont plus au service d’entreprises conquérantes ou colon (...)

13La pérennité de cette forme, économique et universelle, atteste sa ductilité puisqu’elle s’adapte à des contextes historiques très différents, où il est toujours question d’une transplantation démographique et d’une manière de lien ombilical avec la mère patrie16. Grâce à elle, l’expansion ne veut pas dire rupture ou dispersion, mais prolongement. Ce qui importe finalement, c’est moins le « nuevo X » que le point initial du globe auquel il permet de se rattacher. Le toponyme ainsi composé s’apparente dans sa fonction au nom de famille, en ce qu’il signifie une ascendance et crée une filiation. D’où son intérêt géopolitique, pour faire du Nouveau Monde un satellite, ou une périphérie, de l’Ancien.

2. Polysémie de « nuevo »

  • 17 William Graham Lister Randles « Le nouveau monde, l’autre monde et la pluralité des mondes », Lisb (...)
  • 18 César Oudin, Tesoro de las lenguas españolas y francesas (1675) (facsimilé Paris, Ediciones hispan (...)

14Randles a fait le point sur la signification géographique de l’expression « nouveau monde »17. Le xvie siècle est riche de débats sur le sens qui doit être donné à l’adjectif « nuevo », lequel signifie à la fois ce qui est semblable (quand on dit, par exemple, « un nuevo Hércules ») et ce qui est distinct, que ce soit par son caractère récent, jeune18 ou inédit.

15Pour Vespucci, « nouveau » est synonyme d’« inconnu », comme le montre le passage initial de la lettre Mundus Novus :

  • 19 Amerigo Vespucci, Carta a Lorenzo Pedro de Médicis (1503 ?), in Cartas de viaje, op. cit., p. 89.

… los cuales [nuevos países] Nuevo mundo nos es lícito llamar, porque en tiempo de nuestros mayores de ninguno de aquéllos se tuvo conocimiento, y para todos aquellos que lo ayeran será novísima cosa…19

16Ce monde est dit « nouveau » car, ignoré des Anciens, il est resté longtemps inconcevable, ou à tout le moins jugé inhabitable, en raison de sa position en zone torride. À ce premier sens s’en ajoutent d’autres, plus polémiques.

  • 20 Essais, III, 6. Les textes des Essais relatifs à l’Amérique sont réunis sous le titre De America, (...)

17Lorsque Montaigne écrit dans son essai Des coches : « Notre monde vient d’en trouver un autre non moins grand, plein et membru que lui, toutefois si nouveau et si enfant, qu’on lui apprend encore son a, b, c », il évoque, de manière positive, l’immaturité du nouveau-né et la « vigueur » des commencements20. Force est de constater, cependant, que la « jeunesse » ainsi assignée au continent réside moins en lui-même, que dans le transfert de l’expérience des découvreurs sur les peuples « découverts » par eux : c’est bien la Découverte qui est une jeune née.

18La nudité des Indiens et la nudité morale qui leur est attribuée peuvent donner du poids à la thèse de leur état d’enfance en deux sens bien opposés. Leur indifférence aux biens terrestres peut être perçue comme signe de pureté, propice aux projets d’évangélisation et de retour aux valeurs du christianisme primitif. Ils incarnent ainsi aux yeux de Vasco de Quiroga, premier évêque du Michoacán, la permanence de l’âge d’or, par opposition à l’âge de fer qui marque la corruption du Vieux Monde :

  • 21 Vasco de Quiroga, Información en derecho (1535), México, SEP, 1985, p. 198-199 (je souligne).

Y por esto, no sin mucha causa, éste se llama Nuevo Mundo, porque así como estos naturales de él, aún se están a todo lo que en ellos parece en la edad dorada de él, así ya nosotros habemos venido decayendo della y de su simplicidad y buena voluntad, y venido a parar en esta edad de hierro y a tener todas las cosas al contrario de aquéllas de aquélla, y esto en todo extremo de malicia y corrupción.21

  • 22 Le vocabulaire politique, en particulier dans les régimes autoritaires, use de cette idée quand il (...)

19Le Nouveau Monde est le lieu d’une régénération possible22. Leur dépouillement matériel et moral peut être, bien sûr, interprété dans un sens complètement opposé, comme indice d’une infra humanité justifiant la tutelle et la contrainte. Les « nouveaux » peuples amérindiens représentent à cet égard l’enfance du monde, que ce soit pour louer une innocence originelle riche de promesses ou pour censurer leur irresponsabilité.

20Nouveau peut aussi signifier « dissemblable ». La diversité longuement décrite par Jean de Léry, du point de vue de la faune, de la flore et des mœurs pour la terre du Brésil, conduit l’auteur à estimer :

  • 23 Jean de Léry, Histoire d’un voyage en la terre du Brésil (1578), Paris, Plasma, 1980, Préface de L (...)

… tout ce qui s’y voit, en la façon de vivre des habitants, forme des animaux et, en général, en ce que la terre produit, est dissemblable de ce que nous avons en Europe, Asie et Afrique, peut bien être appelé monde nouveau à notre égard.23

21Le livre de Thevet allait d’ailleurs dans le même sens en présentant Les singularités de la France Antarctique.

22López de Gómara réunit et hiérarchise les acceptions de « nuevo » que nous venons de citer dans le prologue à Charles Quint de son Historia general de las Indias. Lorsqu’il glose l’expression Nuevo Mundo, il considère le sens de « récent » comme moins pertinent que celui de « distinct », et il y ajoute le sens de « vaste » :

  • 24 Francisco López de Gómara, Historia general de las Indias [1552], Caracas, Biblioteca Ayacucho, 19 (...)

Y no tanto le dicen nuevo por ser nuevamente hallado, cuanto por ser grandísimo y casi tan grande como el viejo, que contiene a Europa, Africa y Asia. También se puede llamar nuevo por ser todas sus cosas diferentísimas de las del nuestro. Los animales en general, aunque son pocos en especie, son de otra manera. […] Empero los hombres son como nosotros, fuera del color.24

23Nuevo signifie donc la différence (pour parler d’un monde plus jeune comme Montaigne ou Quiroga, plus grand comme Gómara, ou dissemblable comme Léry) mais il peut tout aussi bien être doté d’un sens diamétralement opposé et exprimer l’identité, comme l’atteste le baptême de la Nouvelle Espagne par Cortés.

  • 25 Oviedo (vid supra) avait utilisé le même critère pour émettre des réserves sur la justesse de l’ap (...)
  • 26 « Et toutes ces terres de Canada par raison doivent être appelées la Nouvelle-France parce qu’elle (...)

24D’autres critères que la ressemblance physique peuvent venir justifier la dénomination. Ainsi le pilote de l’expédition de Roberval défend au milieu du xvie siècle la pertinence de l’appellation Nouvelle-France en se fondant sur un critère scientifique25 : France et Nouvelle-France se trouvent sur « la même hauteur », autrement dit sur le même parallèle. Rien ne les sépare sinon la mer, ajoutera le jésuite Biard au siècle suivant26. Comme dans le cas de la Nouvelle-Espagne, une continuité se trouve ainsi tracée, quelle que soit la disparité effective des milieux ou la distance qui les sépare. L’emploi de « nouveau » en toponymie dit moins la similitude que la stratégie d’assimilation, à tous les sens du terme.

  • 27 Numa Broc, op. cit., p. 12.
  • 28 William Graham Lister Randles, op. cit., p. 16.

25La cartographie synthétise pour l’œil, en les réconciliant, les différents traits du « nouveau » lorsqu’elle commence à représenter la Terre sous forme de deux hémisphères symétriques, contenant à droite l’Ancien Monde et à gauche le Nouveau. Cette innovation, appelée à se répandre au point de nous paraître aujourd’hui naturelle, remonte à l’édition vénitienne de Ptolémée de Ruscelli (1561)27. Elle est rupture car elle matérialise ce déplacement de l’ancienne opposition horizontale (entre le monde et un hémisphère inférieur, séparé par la zone torride) au profit d’une barrière verticale (l’Atlantique), évoqué par Randles28. Elle établit dans ses deux cercles (comme si la Terre était vue à travers des jumelles) un équilibre visuel entre les deux mondes. Comme « nuevo », elle signifie à la fois la différence et la réplique, l’autre et le même.

***

  • 29 Octavio Paz analyse la continuité du toponyme de la capitale dans la perspective des permanences c (...)

26À l’Indépendance, le pays naissant choisit, pour se nommer par un toponyme préexistant et concurrent du toponyme officiel, Mexique. D’origine autochtone et inspiré du nom de la capitale aztèque (México-Tenochtitlan), ce nom est revitalisé au xixe siècle dans une perspective nationale et identitaire. Il vise, comme les néologismes formés à l’époque sur les noms des libertadors (Bolivia, Morelia), l’expression d’hommages désormais civiques, à effacer l’empreinte coloniale en construisant symboliquement un espace autonome. D’où le choix d’un éponyme d’enracinement local29. C’est la fin de la Nueva España et de nombre de miroirs transatlantiques. Filtrée, adaptée, resémantisée, la toponymie issue du milieu opère alors un retour en force.

Notes

1 Voir José Antonio Calderón Quijano, Toponimia española del Nuevo Mundo, op. cit., p. 190-218.

2 Le « double interne » existe à l’intérieur de l’empire quand est fondée, au Mexique, la cité minière de San Luis Potosí (1592) dont le nom est un écho du Cerro de Potosí.

3 Ms à la Bibliothèque nationale de Vienne. Publié sous le titre La conquista de la Nueva Castilla (édition de F. Rand Morton), México, Ediciones de Andrea, 1963.

4 Voir Francisco de Solano, Normas y leyes de la ciudad hispanoamericana 1492-1600, op. cit., p. 132-133.

5 Ibid., p. 158-162.

6 Cité par Demetrio Ramos Pérez, Ximénez de Quesada en su relación con los cronistas, Ximénez de Quesada en su relación con los cronistas, y el Epítome de la conquista del Nuevo Reino de Granada, Sevilla, CSIC, 1992, p. 306.

7 Sir Walter Raleigh, El Dorado*, Paris, Utz-UNESCO, 1993, p. 192 (*titre français abrégé de la publication de Londres, 1596).

8 In Jacques Cartier, Voyages au Canada, avec les relations des voyages en Amérique de Gonneville, Verrazano et Roberval, op. cit., p. 104.

9 Des titres ultérieurs mentionneront « la Nouvelle France, vulgairement dite le Canada », selon un renversement officiel mais qui atteste la force de l’usage.

10 Champlain (auteur des Voyages de la Nouvelle-France occidentale, dite Canada, 1632) vante la Nouvelle-France au roi en ces termes : « … pays rempli de grandes et très hautes forêts de toutes les mêmes sortes de bois que nous avons en France. L’air salubre et les eaux excellentes sur les mêmes parallèles de votre France », cité par Numa Broc, La géographie de la Renaissance, op. cit., p. 161.

11 En des langues différentes, aussi bien Novgorod que Naplouse, signifient « ville nouvelle ».

12 Charles Rostaing, Les noms de lieux, op. cit., p. 34.

13 Ou la situation, X le Haut et X le Bas, etc.

14 Voir Álvaro Galmés de Fuentes, Toponimia : mito e historia, Madrid, Real Academia de la Historia, 1986, p. 40-44.

15 François Dercret, Carthage ou l’empire de la mer, Paris, Seuil (Points), 1977, p. 46. Voir aussi Claude Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 1997, vol. II, p. 566, et Géographie et politique aux origines de l’empire romain, Paris, Hachette (Pluriel), 1996.

16 Au xxe siècle, « neuf » ou « nouveau » ne sont plus au service d’entreprises conquérantes ou colonisatrices, mais employés pour les terres d’immigration auxquelles les populations transplantées donnent le nom de leur sol natal. Ainsi au Brésil, Novo Hamburgo, Novo Friburgo, Nova Odessa, Nova Venezia. Il existe encore au Paraguay une communauté venue à la fin du xixe siècle, appelée Nueva Germania, rassemblant des familles « aryennes » (cf. Régis Guyotat, « Une folie aryenne », Le Monde, 1er -2 mars 1998). Les diasporas usent aussi d’autres formes comme « petit(e) » (la « petite Italie » de New York, la « petite Havane » de Miami, la « petite Saïgon » de San Francisco, (qui pérennise un toponyme officiellement disparu au profit de Ho Chi Minh Ville) ou des suffixes diminutifs (comme Barcelonette).

17 William Graham Lister Randles « Le nouveau monde, l’autre monde et la pluralité des mondes », Lisboa, Congresso Internacional de Historia dos descobrimentos, vol. IV, 1961.

18 César Oudin, Tesoro de las lenguas españolas y francesas (1675) (facsimilé Paris, Ediciones hispanoamericanas, 1968) écrit : « nueva cosa : chose nouvelle ou neuve » ; « Nuevo, m. : neuf, nouveau fait, récent » ; « Nuevo ou nueva animal ou ave : jeune, soit animal ou oiseau, aussi une personne. »

19 Amerigo Vespucci, Carta a Lorenzo Pedro de Médicis (1503 ?), in Cartas de viaje, op. cit., p. 89.

20 Essais, III, 6. Les textes des Essais relatifs à l’Amérique sont réunis sous le titre De America, Paris, Utz, 1991 (préface de R. Romano) (je souligne).

21 Vasco de Quiroga, Información en derecho (1535), México, SEP, 1985, p. 198-199 (je souligne).

22 Le vocabulaire politique, en particulier dans les régimes autoritaires, use de cette idée quand il parle de « l’homme nouveau », de la « Nouvelle Allemagne » des années 30 ou de la « Nueva España » de l’après-guerre civile (mentionnée par exemple dans Eduardo Mendoza, Una comedia ligera, Barcelona, Seix Barral, 1996).

23 Jean de Léry, Histoire d’un voyage en la terre du Brésil (1578), Paris, Plasma, 1980, Préface de Léry, p. 47.

24 Francisco López de Gómara, Historia general de las Indias [1552], Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1979, p. 7.

25 Oviedo (vid supra) avait utilisé le même critère pour émettre des réserves sur la justesse de l’appellation « Nouvelle-Espagne ».

26 « Et toutes ces terres de Canada par raison doivent être appelées la Nouvelle-France parce qu’elles sont en une même hauteur », selon Alfonse, pilote de Roberval (in Gervais Carpin, Histoire d’un mot, l’ethnonyme canadien de 1535 à 1691, op. cit., p.60 et, pour Biard, p. 69).

27 Numa Broc, op. cit., p. 12.

28 William Graham Lister Randles, op. cit., p. 16.

29 Octavio Paz analyse la continuité du toponyme de la capitale dans la perspective des permanences culturelles mexicaines depuis l’époque aztèque (« Critique de la pyramide », publié à la suite de Le labyrinthe de la solitude, Paris, Gallimard, 1972, p. 228-254. Version espagnole dans Posdata, México, Siglo xxi, 1970).

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540