Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La realidad y el deseo

 | 
Carmen Val Julián

Première partie. Ultimes écrits

IV. « Y así está en las cartas de marear… » (La découverte du Mexique)

Texte intégral

1Entre 1517 et 1519, trois expéditions parties de Cuba, alors récemment colonisée, se lancent à la découverte des côtes de l’actuel Mexique. Les créations de noms de lieux issues de l’ensemble de ces périples ne résultent plus de l’initiative d’un seul capitaine, et cependant la toponymie de cette découverte se révèle, au regard de la toponymie colombine, moins haute en couleurs et plus uniforme. Des points communs apparaissent toutefois entre les découvreurs, qui dessinent les contours des premiers modèles d’appréhension géographique appelés à durer et à être utilisés sur tout le continent.

2Le conseil municipal de la Rica Villa de la Vera Cruz, dans sa lettre du 10 juillet 1519, annonce au roi, dès sa première phrase, l’intérêt qu’elle présente au plan toponymique pour la connaissance des nouvelles terres :

  • 1 Hernán Cortés, Cartas de Relación (édition d’Ángel Delgado Gómez), Madrid, Castalia, 1993, p. 106 (...)

Bien creemos que Vuestras Majestades por letras de Diego Velázquez, teniente de almirante en la isla Fernandina, habrán sido informados de una nueva tierra que puede haber dos años poco más o menos que en estas partes fue descubierta, que principio fue titulada por nombre Coçumel y después la nombraron Yucatán sin ser lo uno ni lo otro, como por esta nuestra relación Vuestras Reales Altezas mandarán ver.1

3Un tel incipit est très habile au moment où, par une manœuvre légale consistant à fonder un cabildo, ou conseil municipal, soumis directement à la Couronne, Cortés s’est délié des Instructions de Diego Velázquez, gouverneur de Cuba. Celles-ci l’autorisaient seulement à explorer le littoral, en se livrant au troc et à la prise de captifs. Cortés doit, par la voix du cabildo, défendre son expédition de conquête. Pour la justifier et susciter la curiosité du destinataire, le texte fait état d’une nomination fluctuante (Coçumel puis Yucatán), issue des expéditions précédentes, pour aussitôt réfuter sans appel ces deux noms (« sin ser lo uno ni lo otro ») et se présenter, en contrepartie, comme digne de foi et garant d’une vérité jusque-là ignorée, que la lettre révèlera. Contester les dénominations connues permet de s’instaurer en autorité, en niant toute valeur aux autres expéditions, jugées trop superficielles :

  • 2 Ibid., p. 113. L’expression « calar y saber el secreto de la tierra » est un stéréotype que l’on r (...)

[Grijalva] se tornó a sus naos sin calar la tierra ni saber el secreto della, lo cual no debieran hacer, pues era menester que la calara y supiera para hacer verdadera relación a Vuestras Altezas de lo que era aquella isla.2

4Le préambule de la lettre s’était déjà plu à souligner l’erreur des découvreurs antérieurs :

  • 3 Preámbulo, in Hernán Cortés, Cartas y documentos, México, Porrúa, 1963 (édition de Mario Hernández (...)

… los dichos primeros descubridores, como llegasen allá preguntasen a los indios naturales de la dicha tierra que como se llamaba aquella tierra, y los indios no entendiendo lo que les preguntaban, respondían en su lenguaje y decían Yucatán, Yucatán, que quiere decir no entiendo, no entiendo : así los españoles descubridores pensaron que los indios respondían que se llama Yucatán, y en esta manera se quedó impropiamente a aquella tierra este nombre Yucatán.3

5Ajoutons que l’entrée en matière de la lettre elle-même est une feinte, car malgré l’annonce catégorique d’une rectification (« como por esta nuestra relación Vuestras Reales Altezas mandarán ver »), le contenu ne dit rien du nom présumé correct. Et pour cause : celui-ci n’existe pas encore. Il faudra en fait attendre plus d’un an pour connaître, au terme de la Deuxième Lettre, le fin mot de ce nom introuvable : la dénomination Nouvelle-Espagne, proposée par Cortés, alors que la conquête de la capitale aztèque n’a pas encore abouti.

1. La première expédition : de Cabo Catoche à Champotón

  • 4 Les sources sur celle-ci se limitent au témoignage tardif de Bernal Díaz del Castillo, qui en fut (...)

6La première expédition, brève et malheureuse, fut conduite par Francisco Hernández de Córdoba4. Entre le 8 février et le 20 avril 1517, elle longea une grande partie de la péninsule du Yucatán et atteignit Champotón, où la moitié de ses membres périrent dans une bataille. Le capitaine, gravement blessé, ne devait pas survivre à son retour à Cuba. Cette expédition toucha pour la première fois les côtes du Yucatán, alors pris pour une île, en y ébauchant la première toponymie d’importation.

  • 5 Voir Juan Lope Blanch, « De etimología yucatenense », op. cit., p. 273-282.

7L’extrémité nord-est de la péninsule fut appelée Cabo Catoche. Ce nom repose sur un malentendu : le « conex cotoch » (« venez ») des Indiens mayas fut en effet perçu comme une indication géographique et déformée en Cabo Catoche, nom qui demeure de nos jours. Le nom du Yucatán serait lui aussi dû, on vient de le voir, à un malentendu similaire. Dans les deux cas, on assiste au même phénomène double de déplacement du sens et de perception réductrice de la langue autochtone. Celle-ci est néanmoins, indirectement, le point de départ du toponyme hispanisé5.

  • 6 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, México, Porrúa (S (...)
  • 7 Avec, par exemple, l’idée d’une résurrection des Indiens grâce à l’évangélisation, à l’image de La (...)

8Selon Bernal Díaz, un village, aperçu des bateaux, reçut le nom de El Gran Cairo, car il était plus grand qu’aucune des localités connues pour lors aux Antilles6. Par l’adjectif, cette localité est présentée comme supérieure à la capitale égyptienne, que les Espagnols ne devaient connaître que de renom. Ils se rendirent ensuite à Akimpech, (« le lieu des tiques » en langue maya), qui fut transcrit à l’espagnole, par aphérèse, sous la forme approchante de Campeche, restée sa forme actuelle. Arrivés sur place le jour de la Saint-Lazare, ils appelèrent « Lazare » à la fois la cité et son cacique. La connaissance relative du toponyme réel n’empêche donc pas son remplacement formel par un nom chrétien. Les chroniqueurs ultérieurs élaborent des justifications du choix du nom7 qui sont absentes des sources premières et invraisemblables dans le contexte de la nomination.

  • 8 Francisco López de Gómara, Historia de la conquista de México [1552], Caracas, Biblioteca Ayacucho (...)

9Non loin de Campeche-Lázaro se trouve Champutún (« lieu qui sent mauvais » selon Gómara8) qui, par inversion des syllabes, se transforme en Potonchán, pour (re)devenir ensuite Champotón, nom conservé actuellement. Victime d’une embuscade à Champotón, les survivants rebroussent chemin, et l’endroit reçoit sur les cartes marines le nom de Costa de la Mala Pelea, souvenir de cette défaite et rappel oblique de l’hostilité des habitants. Ce nom évoque le Golfo de las Flechas du premier voyage de Colomb, qui écorna l’image de la bonté des sauvages.

10Avant de regagner Cuba, l’expédition doit traverser un estuaire infesté de caïmans (ou « largartos de Indias ») qui fut appelé Estero de los Lagartos. Voilà une référence exceptionnelle au milieu, en ce qu’elle ne repose ni sur une imposition totalement externe (comme dans Lázaro), ni sur une déformation d’éléments de la langue locale. Ce toponyme fait référence en espagnol à la faune locale, il sert à la fois à repérer l’endroit et à en caractériser les dangers.

11De cette première expédition, les adaptations de toponymes mayas (Campeche, Champotón) et les toponymes dérivés d’éléments incompris de la langue maya (Yucatán, Catoche) ont survécu durablement. L’hispanisation a occulté leur sens originel, ainsi que ses implications culturelles et religieuses pour les indigènes, tout en garantissant leur pérennité, – selon un processus initié avec le Cuba et le Cibao retenus par la toponymie colombine.

2. La deuxième expédition : de Cozumel à la Isla de los Sacrificios

  • 9 Itinerario de la Armada, traduit par Joaquín García Icazbalceta in Colección de Documentos para la (...)

12Juan de Grijalva fut le capitaine de la seconde expédition, qui s’aventura, entre janvier et octobre 1518, jusqu’à l’embouchure du fleuve Pánuco. L’Itinerario de la Armada, écrit par le chapelain Juan Díaz, parut en italien, à Venise dès 15229 et il fut connu des chroniqueurs, tels Anglería ou Oviedo.

13Le 3 mai 1518, l’expédition découvre l’île d’Acuzamil (« lieu des hirondelles ») dont le nom est hispanisé, toujours par aphérèse, sous la forme restée actuelle de Cozumel. C’est le jour de la Sainte-Croix : l’île est appelée Santa Cruz, et l’une de ses pointes reçoit le nom de San Felipe y Santiago. Saint-Philippe et Saint-Jacques le Mineur étant alors fêtés ensemble le premier jour de mai, cela laisse supposer que les dates des deux découvertes furent très proches. Dans un contexte identique, les Portugais avaient nommé en Afrique une île Mayo. Le 6 mai, la localité principale de l’île est baptisée San Juan ante Portam Latinam, en référence au martyr et au miracle de saint Jean devant la Porte Latine, célébré ce même jour. La prise de possession a lieu dans les formes : le capitaine monte en haut d’une haute tour blanche, escorté d’un porte-drapeau, un document est fixé sur les lieux « en fe y señal de dicha posesión » puis une messe est célébrée sur le temple de San Juan où des Indiens munis d’offrandes et d’encens ont fait leur apparition.

  • 10 « … el cual se gloria de que sus antepasados fueron los primeros habitantes de esta isla », Pedro (...)

14Cozumel est l’une des nominations erronées que la Première Lettre de la municipalité de la Vera Cruz se propose de rectifier. À son propos, Anglería pense que les hommes sont éponymes des lieux (« Dicen que el nombre de Cozumel proviene del cacique Cozumelao10), tandis que, plus tard, Cervantes de Salazar se fait l’écho d’une étymologie populaire, en associant Cozumel avec le miel que l’île produit en quantité. La forme hispanisée, faussement interprétée, devient ainsi l’objet de gloses toponymiques divergentes. On lui suppose des affinités (Cozumel/miel) avec l’un de ses produits, basées sur une pure consonance (qui fait abstraction de la différence des langues en présence) et l’on fabrique un anthroponyme local à partir d’elle.

  • 11 Itinerario de la Armada, p. 288. « Téngolo por fábula », commente Anglería, op. cit., p. 108.

15Sur la côte méridionale du Yucatán, l’expédition, qui rencontre ensuite des difficultés de navigation, décide de s’en retourner après avoir atteint le 13 mai un lieu qu’elle nomme Bahía de la Asunción. L’unique repère pour la création toponymique est jusqu’alors la référence au calendrier religieux. Parallèlement, l’Itinerario de la Armada rend compte d’une perception sommaire du paysage dont seuls sont retenus les éléments les plus frappants (les tours en particulier), les indications demeurant vagues (un village « très grand », « beaucoup de fleuves »). Cette imprécision laisse le champ libre aux stéréotypes fabuleux. Il est question d’un lieu habité par des femmes vivant sans hommes, que l’on croit appartenir à la « race des amazones »11, écho persistant des croyances colombines au sujet de l’île de Matinino.

16Après une navigation éprouvante, les Espagnols peuvent enfin séjourner en un lieu où ils trouvent de l’eau et du poisson en abondance : ils le nomment Puerto Deseado. Une île jugée riche est-elle découverte à proximité ? Elle est baptisée Valor. Trois saints de juillet donnent leur nom respectivement à un fleuve (San Bernabé ) et à deux ports (San Antonio et San Cristóbal). Si des toponymes autochtones sont souvent cités (plus ou moins fidèlement), le paysage reste perçu et nommé exclusivement à la lumière des critères espagnols, qu’il s’agisse du jour de découverte ou de l’expérience vécue par les découvreurs.

  • 12 Ce nom lui est donné dans les Instructions de Diego Velázquez à Cortés (« [la] tierra grande, que (...)

17Certains hagiotoponymes peuvent être « transitifs ». Le Yucatán est connu dès cette époque sous le nom de Santa María de los Remedios12, ce qui coïncide avec le nom du plus petit vaisseau de l’expédition : il est permis de penser que celui-ci fut peut-être le premier à s’approcher de la péninsule à laquelle il aurait donné son nom. Quant aux Sierras de San Martín, dans la province de Coatzacoalcos, leur appellation dérive explicitement du nom d’un membre de l’expédition, si l’on en croit Bernal Díaz :

  • 13 Historia Verdadera de la conquista de la Nueva España, op. cit., chap. xii, p. 22.

Y también vimos otras sierras que están más junto a la mar, que se llaman de San Martín. Y pusímosle este nombre porque el primero que las vio desde los navíos fue un soldado que se decía San Martín y era vecino de La Habana, que iba con nosotros.13

  • 14 « Una bahía a la cual el dicho capitán Grijalba y piloto mayor Antón de Alaminos pusieron por nomb (...)

18S’il est vrai que le « pusímosle » est bien dans le style de Bernal, qui donne volontiers à voir, dans son récit, des décisions et actions collectives, le pluriel indiscriminé (« llamamos/llamaron », « pusieron por nombre ») se retrouve autant dans l’Itinerario que dans la Première Lettre pour parler du baptême des lieux, de fait rarement assigné nommément au seul capitaine et à son pilote14. Le corpus de Colomb paraît, en contrepartie, très personnel, mais il s’agit d’un effet induit en partie par le type même de document. La nomination incombe toujours à la figure d’autorité de l’expédition, mais les récits qui la mentionnent n’émanent plus exclusivement (ou presque) de celle-ci. Nous n’avons plus affaire au point de vue d’un journal de bord, tenu au jour le jour, mais à une vision épistolaire élaborée, ou bien, plus tardivement, à un récit ou à une chronique des faits. Cortés saura cependant retrouver l’usage de la première personne au moment opportun, pour signer sa découverte.

  • 15 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, op. cit., chap. x(...)

19La Historia verdadera de Bernal Díaz, beaucoup plus prolixe que l’Itinerario, mentionne de nombreux toponymes relatifs à la suite du voyage dont la Boca de Términos (actuelle Laguna de Términos) où l’on croyait que l’« île » du Yucatán se séparait de la Terre Ferme15. La motivation est donc ici géographique, même si elle se fonde sur une perception erronée du milieu. Parmi d’autres toponymes issus des caractéristiques naturelles, on trouve le village La Rambla, situé en un lieu sablonneux (« rambla arenal » en espagnol), la Isla Blanca, dont le sable est blanc, la Isla Verde, aux frondaisons verdoyantes… L’adjectivation a ici la même fonction que dans la toponymie afro-portugaise ou colombine : elle opère une différenciation relative à l’intérieur d’un cadre limité dont il s’agit de distinguer, de façon économique et par simple contraste, les principaux repères.

  • 16 Jorje Gurría Lacroix, « El itinerario de Hernán Cortés », in Artes de México, XV (111), 1968, p. 3 (...)
  • 17 Hernán Cortés, Cartas de Relación, p. 166, p. 215 et p. 212. Cortés tend d’ailleurs à mentionner l (...)

20Les fleuves occupent une place toute particulière dans la découverte comme dans la nomination. Le Tabasco, peut-être issu du nom de cacique Tabzcoob16, devient le Grijalva, tandis que le Papaloapan (« lieu des papillons ») devient l’Alvarado, du nom de leurs découvreurs respectifs, lesquels propagent la pratique de l’éponymie individuelle des cours d’eau inaugurée par Martín Alonso au premier voyage de Colomb. L’hydronyme semble le lieu privilégié de l’autocélébration du découvreur, qui a conscience de son importance stratégique, autant sur le terrain en voie d’exploration qu’au regard de la postérité. Aujourd’hui, seul le premier, le Grijalva, a gardé l’appellation espagnole, le second ayant retrouvé son nom originel. D’autres noms donnés aux fleuves n’ont pas perduré : le Banderas (« drapeaux »), où les Espagnols rencontrèrent des Indiens munis de grandes lances ornées de banderoles qu’ils faisaient tournoyer en signe de guerre, correspond à l’actuel Jamapa ; le Canoas, ancien Panoayan (« lieu où abondent les gués »), aujourd’hui devenu Pánuco, fut le lieu de la rencontre avec une vingtaine de grands canots remplis d’Indiens menaçants, et désignés par un terme emprunté à la langue des îles des Antilles. Que leur nom ait été ou non éphémère, les fleuves sont donc chargés de garder la mémoire des hommes et des épisodes de la découverte. À l’embouchure du fleuve Nauhtlan, la cité de Nauhtla est appelée par Grijalva Almería, en raison de sa ressemblance avec cette ville de l’Espagne méridionale. Il s’agit de la première importation brute d’un toponyme péninsulaire dans la région. Dans sa Deuxième Lettre, Cortés évoquera « Nautecal… que agora se llama Almería », « aquella ciudad que se dice Almería », « la cibdad de Nautecal o Almería », en se gardant de mentionner le découvreur qui l’a nommée deux ans auparavant17.

21Deux îles importantes sont découvertes au terme de l’expédition. Sur la Isla de los Sacrificios, les Espagnols trouvent des restes de victimes sacrifiées. La scène est racontée par Bernal Díaz qui justifie ainsi le baptême :

  • 18 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, op. cit., chap. x (...)

Y allí hallamos sacrificados de aquella noche cinco indios, y estaban abiertos por los pechos y cortados los brazos y muslos, y las paredes de las casas llenas de sangre. De todo lo cual nos admiramos en gran manera, y pusimos nombre a esta isleta de Sacrificios, y así está en las cartas de marear.18

  • 19 « Y como nuestro capitán estaba presente y se llamaba Juan y era por San Juan de junio, pusimos po (...)
  • 20 Dès 1527, « Culua » est d’ailleurs mentionné sur le Globe Doré (BN Paris) avec « Hispania Nova », (...)

22L’île de San Juan de Ulúa est découverte à proximité le jour de la Saint Jean. Toujours selon Bernal Díaz, le nom fut également choisi en hommage au capitaine, Juan de Grijalva. Selon un processus fréquent, la conjonction de deux déterminations (voire plus, comme la présence effective du capitaine, qui semble jouer ici19) infléchit le choix d’un toponyme. Cette forme est remarquable car elle est syncrétique. Ulúa, déformation de Culhua, désigne dans les textes « ceux de Mexico », autrement dit les Aztèques20. Les populations locales auraient en effet évoqué les gens de Culhua, en leur attribuant l’initiative des sacrifices humains. Le toponyme San Juan de Ulúa offre une composante espagnole (par la date du calendrier et le nom du capitaine) accolée à une composante indigène (par l’allusion à Culhua). La plage de San Juan de Ulúa est appelée Santa María de las Nieves. Le pic enneigé de l’Orizaba est visible depuis la mer, selon le récit de l’expédition suivante dans la Première Lettre de la Vera Cruz. À un moindre degré que San Juan de Ulúa, il s’agirait alors d’un toponyme croisé, qui, sous un signifiant espagnol, mêle perception du milieu naturel et référence chrétienne.

23La deuxième expédition se distingue par sa créativité et sa variété toponymique qui emprunte aux quatre axes définis au chapitre précédent : aux références éponymiques, hagiographiques, historiques vient s’ajouter l’allusion, encore timide, au milieu local sous ses aspects les plus étonnants : sacrifices humains ou neiges éternelles.

3. Toponymie cortésienne

24La troisième expédition se veut exemplaire. Ses prédécesseurs sont accusés, on le sait, de n’avoir presque rien vu et d’avoir rapporté nombre d’inexactitudes. Je m’intéresserai ici à la Deuxième Lettre, datée du 30 octobre 1520 et signée de Cortés, en recensant l’ensemble des toponymes cités. L’auteur justifie par avance les erreurs ou lacunes de son récit par la perte de ses documents au cours de la conquête (et de l’épisode de la fin juin qui ne s’appelle pas encore la Noche Triste). Les documents en question revêtent une importance juridique car ils attestent, entre autres, la soumission légale des nouveaux vassaux indigènes. D’où la nécessité qu’implique pour Cortés leur disparition :

  • 21 Hernán Cortés, Cartas de Relación, p. 161-162. Voir aussi p. 288. Pour la semaine qui suit la Noch (...)

Y asimismo suplico a Vuestra Alteza me mande perdonar si [de] todo lo acaecido no contare el cómo ni el cuándo muy cierto y si no acertare algunos nombres así de cibdades y villas como de señoríos dellas que a Vuestra Majestad han ofrecido su servicio y dádose por sus súbditos, porque en cierto infortuno agora nuevamente acaescido […] se me perdieron las escrituras y abtos que con los naturales destas tierras yo he hecho y otras cosas muchas.21

25Dans un premier temps, l’expédition poursuit la création de toponymes, certes moins nombreux que lors de celle de Grijalva. La Première Lettre du conseil municipal de la Vera Cruz ne dit rien à leur sujet (ayant peut-être laissé au capitaine le soin de les mentionner dans la première lettre, aujourd’hui perdue, de Cortés), tout comme la Deuxième Lettre du conquérant (qui doit supposer les faits connus et les noms acquis).

  • 22 Francisco Cervantes de Salazar, Crónica de la Nueva España, Madrid, BAE, 1971, vol. 1, chap. xxxi, (...)
  • 23 Francisco López de Gómara, Historia de la conquista de México, chap. xx, p. 38.

26Au large du Yucatán est d’abord découverte la Punta de las Mujeres, que les Espagnols nommèrent ainsi car ils y trouvèrent des idoles féminines. Le terme est ambigu et l’imagination fertile de Cervantes de Salazar en fera « la Punta de Mujeres o Amazonas »22. Sous le nom d’Isla Mujeres, c’est aujourd’hui un site touristique. Après avoir longé la péninsule, les Espagnols remportent la première grande bataille contre les Indiens de la province de Tabasco, ce qui explique la fondation, « el tiempo andando » d’une ville appelée Santa María de la Victoria, sur la rive du fleuve Tabasco-Grijalva. La victoire eut lieu « le jour de la Vierge de mars », qui correspond à l’Annonciation, d’où le choix du nom de Marie. Le toponyme sert d’ailleurs d’argument à Bernal Díaz pour réfuter López de Gómara, qui a évoqué l’apparition miraculeuse de l’apôtre saint Jacques aux côtés des Espagnols lors de l’affrontement23. Si tel avait été le cas, dit Bernal, même en admettant qu’il n’ait pu la voir en raison de ses péchés, le nom choisi pour la localité eût été différent afin de perpétuer le souvenir du miracle :

  • 24 Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, chap. xxxiv, p. 56.

… platicárase de ello y se tomara por testimonio, y se hubiera hecho una iglesia cuando se pobló la villa, y se nombrara la villa de Santiago de la Victoria o de San Pedro de la Victoria, como se nombró Santa María de la Victoria.24

27Il s’agit là, en quelque sorte, d’une preuve par la toponymie qui rend compte des us du temps en la matière.

28Venons-en maintenant aux toponymes cités dans la Deuxième Lettre. Dans le tableau suivant, ceux-ci sont regroupés dans la colonne de gauche quand ils sont indigènes (avec les éventuelles indications qui les accompagnent) et dans celle de droite s’ils sont espagnols. Ils sont recensés dans l’ordre où ils apparaissent dans le texte, et sous la graphie dominante. Les créations cortésiennes sont signalées en gras.

Toponymie de la Segunda carta de relación

Toponymie de la Segunda carta de relación

29La Rica Villa de la Vera Cruz est initialement fondée dans le village de Quiahuiztlán, dont le cacique est devenu l’allié des conquérants. Cette fondation est d’autant plus symbolique qu’au préalable Cortés a sabordé (et non brûlé, comme le veut la légende) ses bateaux pour empêcher toute fuite parmi les Espagnols. S’il avait suivi les Instructions reçues du gouverneur de Cuba, il aurait été en effet tenu de regagner les Antilles sans pousser plus avant l’exploration à des fins de conquête. Il crée donc une municipalité qui le nomme aussitôt capitaine général et alcalde mayor, ce qui lui permet d’assumer l’autorité judiciaire suprême et de ne plus dépendre que du souverain.

30Le toponyme de cette fondation sonne bien (à la manière d’un décasyllabe) : il dénote la prospérité des terres, le statut de la cité et la date de débarquement, le vendredi saint de 1519, d’où l’allusion à la crucifixion. Par la suite, la villa – un bien grand mot pour désigner ce que dut être la cité primitive – fut déplacée à deux reprises vers un site plus favorable, tandis que l’emplacement premier prenait, selon la coutume en toponymie, le nom d’Antigua. Les toponymes officiels sont souvent longs et emphatiques au moment de leur création, mais très vite, l’usage, partisan du moindre effort, les simplifie : Cortés mentionne déjà, ici ou là dans sa lettre, « la Vera Cruz » tout court, source du nom actuel abrégé et contracté.

  • 25 La toponymie locale citée est, en outre, difficile à interpréter, car on ne sait pas toujours ce q (...)

31La relation à la toponymie se modifie notablement avec la pénétration à l’intérieur des terres. À l’inverse du périple côtier, il n’est plus question de donner un nom nouveau à tout ce que l’on rencontre, les toponymes autochtones sont nombreux et rapportés sous des graphies diverses, qui peuvent les rendre méconnaissables. Ils sont toutefois connus grâce à l’aide d’interprètes hors pair, l’indigène Marina et l’Espagnol Jerónimo de Aguilar. Sans approfondir les variantes et déformations de la toponymie autochtone25 que laisse apparaître le tableau dressé à partir de la Deuxième Lettre, je m’en tiendrai à observer la tension entre les deux toponymies en présence, et l’émergence d’une toponymie de rupture.

  • 26 Ainsi naquit une « Sainte À Rebrousse Poil » en français du Canada comme adaptation plaisante du « (...)

32Les confusions et les simplifications de noms indigènes sont relativement aisées à comprendre, les toponymes locaux étant, en règle générale, adaptés phonétiquement à la langue emprunteuse : que Chalchiuhcueyecan (« lieu de la déesse de l’eau ») devienne sous la plume des découvreurs « Calchi/meca » ne saurait étonner, non plus que la préférence donnée ensuite à San Juan pour désigner l’endroit. De la même manière, Amaquemecan se transformera en « A/meca/meca », facile à prononcer et à mémoriser, d’autant plus que le mot Meca, la Mecque, est un signe éminent de l’altérité religieuse, congruent avec la façon dont les textes nous parlent des « mezquitas et adoratorios » indigènes. Pour sa part, Tlacopan devient Tacuba, car le phonème náhuatl /tl/ est inconnu en castillan et le nouveau nom rappelle, probablement, à la fois le substantif cuba et l’île de Cuba. Quant à Cuauhnáhuac (« lieu entouré d’arbres »), transformé ultérieurement en Cuernavaca, c’est, pour ainsi dire, l’arbre qui cache la forêt, car rien ne fut plus commun, de tous temps et probablement dans toutes les langues, que cet effort de ramener l’inconnu aux termes du connu26. Il ne faut pas voir là un quelconque mépris de l’altérité (rudement malmenée par ailleurs), mais un simple phénomène linguistique, les Espagnols essayant de transcrire dans leur propre système phonétique ce qu’ils parvenaient à entendre dans d’autres langues inconnues, fort complexes et très différentes de la leur.

33Cela aboutit à des formes syncrétiques puisqu’elles reposent, à l’origine, sur un élément local, certes métamorphosé lors de son passage dans le système de la langue espagnole. La plus étonnante dans le texte de Cortés est la mention d’Ocopetlayocan sous la forme de Ocupatuyo : tout un programme pour un conquérant… En dépit des incertitudes quant à la graphie, à la forme autochtone authentique, et à la localisation, les lieux traversés par Cortés dans sa marche vers la capitale aztèque conservent dans leur grande majorité leur toponyme local. Parallèlement, la contrée est beaucoup mieux connue et décrite, le besoin de la coder par des toponymes importés semble s’estomper. Les rares exceptions méritent donc commentaire.

  • 27 Le doublet « nombrar e intitular » suivi d’un nom est une formule fréquente dans les documents, sa (...)

34Peu après leur débarquement, les Espagnols sont reçus pacifiquement dans l’imposante cité de Cempoala, dont le cacique s’allie à Cortés contre Moctezuma. Bernal Díaz del Castillo raconte que ses compagnons affamés, émerveillés par les provisions qu’on leur offrit, la baptisèrent d’abord Villaviciosa (« vicioso » signifiant « fertile, « fructueux », « luxuriant »). Un autre nom lui fut officiellement donné : « Cempoal […] que yo intitulé Sevilla », écrit sans détour Cortés27. Déjà, dans l’Itinerario de la Armada, un grand village était comparé à Séville à cause de « ses maisons de pierre […] ses tours et sa grandeur ». Le nom cortésien ne se fixa pas durablement, mais il reflète l’importance de la métropole andalouse, à l’époque la ville la plus peuplée d’Espagne et le centre privilégié du commerce avec les Indes, siège de la Casa de Contratación. Comme dans le cas d’Almería-Nauhtla, l’Andalousie de laquelle partaient les expéditions et où avaient séjourné la majorité des navigateurs, est retenue comme terme de référence. C’est un point commun avec Colomb, qui évoque constamment l’Andalousie (avec la Castille) dans ses comparaisons et nomme un fleuve Guadalquivir.

35Quelques autres références péninsulaires secondaires apparaissent : le port de Bernal, ainsi nommé parce qu’il ressemblerait à un port d’Espagne du même nom, selon… Bernal Díaz, et Castilblanco-Zacotlán, dont les maisons blanchies à la chaux auraient rappelé aux soldats portugais la ville de Castilblanco, dans leur pays :

  • 28 Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, chap. lxi, p. 103.

Y desde que vimos blanquear azoteas y las casas del cacique y los cúes y adoratorios, que eran muy altos y encalados, parecían muy bien, como algunos pueblos de nuestra España ; y pusimósle nombre Castil-blanco, porque dijeron unos soldados portugueses que parecía la villa de Castilblanco de Portugal, y así se llama ahora.28

  • 29 Tesauro ISOC de Topónimos, Madrid, CINDOC-CSIC, 1993, p. 125.
  • 30 Il est un gros bourg proche de Séville, qui porte ce nom (non loin de Castilleja de la Cuesta, où (...)
  • 31 C’est aussi le nom ultérieur dans la région de Panamá du lieu initialement appelé Puerto de Bastim (...)

36Notons que le toponyme Castelo Blanco est bien attesté au Portugal29, mais que Castilblanco l’est aussi dans les provinces de Badajoz et de Séville30… Rares sont cependant les lieux baptisés en langue espagnole. On compte parmi eux les deux cols montagneux que l’expédition de Cortés dut franchir sur son chemin vers México-Tenochtitlan. Le premier est appelé Nombre de Dios31, Cortés s’en explique, tout en soulignant la grande difficulté du passage, pour finir par dire, à la première personne, qu’il l’a franchi sans encombre :

  • 32 Hernán Cortés, Cartas de Relación, p. 169-170. Malgré le « pusimos » collectif de la lettre, Gómar (...)

Y así pasé un puerto que está el fin desta provincia que pusimos nombre el Puerto del Nombre de Dios, por ser el primero que en estas tierras habíamos pasado, el cual es tan agro y alto que no lo hay en España otro tan dificultoso de pasar, el cual pasé sin contradicción alguna32.

37Le second reçoit une appellation plus prosaïque, Puerto de la Leña, car on y trouva du bois coupé autour d’une sorte de sanctuaire (« humilladero »). Le rôle qu’un temple, aussi modeste fût-il, pouvait avoir à Puerto de la Leña renvoie au caractère sacré de l’espace pour les autochtones, gommé par l’allusion au simple bois. Ces deux noms espagnols confirment que les espaces montagneux restent les seuls ouverts à la création toponymique, après le passage par Cempoala-Séville et Zacotlán-Castilblanco, localités encore proches de la côte.

38Deux phases distinctes caractérisent la découverte du Mexique. La phase côtière, bien illustrée par la seconde expédition, est marquée par une forte créativité toponymique, le privilège étant naturellement accordé à l’hydrographie. Les contacts avec les indigènes sont rares et la spécificité locale est méconnue, ou peu prise en compte. Elle est à peine signalée, de manière vague, dans des sites mineurs tels que Isla Blanca o Isla Verde qu’il s’agit moins de décrire que de classer de manière opérante dans la grille de l’observateur. La spécificité locale surgit avec plus de précision dans l’Estero de los Lagartos, la Isla de los Sacrificios, Santa María de las Nieves, des noms qui, à la différence des précédents, ne sont guère interchangeables. En ce cas, la réalité américaine semble s’imposer aux Espagnols dans ce qu’elle offre de plus étranger ou de plus dangereux : la menace des caïmans, la pratique du sacrifice humain. D’un point de vue quantitatif, les références de type historique prévalent cependant. Au début de l’exploration, le temps espagnol domine l’espace américain.

  • 33 Voir Francisco Morales Padrón, Andalucía y América, Madrid, MAFPRE, 1992 (en particulier le chapit (...)
  • 34 Voir Antonello Gerbi, La naturaleza de las Indias nuevas, México, FCE, 1978 (en particulier les ch (...)

39Une évolution est perceptible ensuite. Si l’on compare le Gran Cairo initial du Yucatán aux assimilations postérieures (Nauhtla/Almería ; Cempoala/Séville, voire, peut-être, Castilblanco), l’assimilation à la grandeur orientale a cédé la place à des référents péninsulaires, de préférence andalous33, déjà présents chez Colomb. Les découvreurs se familiarisent avec le milieu, qu’ils ne cessent de comparer à leur patrie. Un même phénomène est observable dans le Journal de Bord, où les différences de toute sorte soulignées lors du premier débarquement s’atténuent peu à peu pour laisser place aux ressemblances, au cours du mois qui suit la Découverte34.

4. La Nueva España : la rhétorique de la similitude

  • 35 Deux documents réunis par José Luis Martínez, in Documentos cortesianos, vol. I, Doc. 12 (20 août (...)

40Une nouvelle ville, fondée au début de septembre 1520, à Tepeaca35, lieu stratégique qui sépare les ports de la côte de l’intérieur des terres, reçoit le nom de Segura de la Frontera :

  • 36 Hernán Cortés, Cartas de relación, p. 294.

Yo en nombre de Vuestra Majestad puse nombre a la dicha villa Segura de la Frontera, y nombré alcades y regidores y otros oficiales conforme a lo que se acostumbra.36

  • 37 « Y se llamó el pueblo Segura de la Frontera como el que antes estaba hecho. » (Ibid., Cuarta rela (...)

41Cette ville devait être transférée, deux ans plus tard, à Tuxtepec (actuel état de Guerrero), tout en gardant son nom malgré le déplacement géographique, ce qui est une manière d’afficher la continuité avec la ville ancienne37.

  • 38 p. 270.
  • 39 p. 286.
  • 40 D’autres emprunts à la toponymie de la Reconquête sont par exemple El Nuevo Extremo, province du C (...)
  • 41 Voir Francisco Marsa, « Toponimia de reconquista », in Enciclopedia lingüística hispánica, Madrid, (...)
  • 42 Hernán Cortés, Cartas de Relación, p. 181.
  • 43 Pedro Mártir de Anglería, Décadas del Nuevo Mundo, op. cit., V, p. 443.

42Autant que sûre, segura signifie ici « fidèle », « loyale ». Dans la même lettre, on trouve en effet l’adjectif dans des expressions telles que « yo había entrado en la cibdad y estaba segura »38, ou « hallar los naturales de la dicha provincia seguros y por nuestros amigos »39. Elle est, sur terre, une sorte de miroir du Puerto Seguro des navigateurs. L’appellation marque aussi une frontière comme Jérez de la Frontera ou Arcos de la Frontera en Espagne, non plus avec l’Islam mais avec d’autres ennemis de la foi et de la Couronne40. Cortés puise ici, de manière significative, dans le corpus de la toponymie de la Reconquête41 au moment où il s’est replié après la déroute de la Noche Triste et prépare l’offensive de l’année suivante contre la capitale aztèque. Ce nom rejoint ce qu’il écrit de Tlaxcala en la comparant à Grenade « al tiempo que se ganó », au moment de sa prise sur les Musulmans. Il dit d’ailleurs avoir été comparé par ses soldats à un héros légendaire des guerres de Grenade : Pedro Carbonero42. Selon Anglería, le nom d’Almería avait déjà été choisi « en recuerdo de la ciudad marítima del reino de Granada, rescatada pocos años antes en guerra del poder de los moros »43. Les terres en voie de conquête offrent le champ d’une continuité historique, où se renouvelle le passé le plus récent de l’Espagne.

43Segura de la Frontera a donc une valeur de référence et de programme, à l’image du baptême retentissant qui conclut la Deuxième Lettre et que Cortés supplie le roi d’approuver :

  • 44 Ibid, p. 308.

Por lo que yo he visto y comprehendido, cerca de la similitud que toda esta tierra tiene a España ansi en la fertilidad como en la grandeza y fríos que en ella hace, y en otras muchas cosas que la equiparan a ella, me paresció que el más conveniente nombre para esta dicha tierra era llamarse Nueva España del Mar Océano, y ansi en nombre de Vuestra Majestad se le puso aqueste nombre. Humillmente suplico a Vuestra Alteza lo tenga por bien y mande que se nombre ansi.44

  • 45 Solís, Humboldt, Prescott, tout comme l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, suivent en cela le (...)
  • 46 La lettre commence par : « En una nao que de esta Nueva España de vuestra sacra majestad despaché… (...)
  • 47 Bibliothèque nationale de Paris, Cartes et Plans, Ge C 818.

44L’espace est à son tour vu comme prolongement de celui de la Péninsule. La paternité de l’appellation Nueva España a été débattue par certains auteurs, qui tendent à l’attribuer à Grijalva45. Son acte de naissance est toutefois la lettre de Cortés, quoique son usage n’ait pas attendu, semble-t-il, la confirmation officielle pour se répandre parmi les Espagnols46. La carte de Diogo Ribeiro, cosmographe portugais au service de Charles Quint, datée de 1529, représentant la Nouvelle-Espagne inclut et actualise les arguments de la lettre : « Dixose asy por q se allan aqui muchas cosas q ay en Espana (ay ya mucho trigo q an llevado de aca en tanta cantidad q lo pueden cargar para otras partes ay aqui mucho oro de nacimiento) »47.

45Comme pour la Vera Cruz, l’appellation d’origine, plus emphatique, (Nueva España del Mar Océano) est vite abrégée dans l’usage. Des réserves sur la pertinence de la « ressemblance » alléguée par Cortés ont été émises dès l’époque, par exemple par Oviedo qui se fonde, pour ce faire, sur des critères géographiques :

  • 48 Gonzalo Gernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias [1535], Madrid, Atlas, 1959, (...)

Non obstante que lo uno de lo otro es muy diferente en sus climas y alturas, porque la parte más septentrional de la Nueva España es el río Pánuco, por cerca del cual pasa o junto a él la linia del trópico de cáncer, que está en veinte y tres grados y medio, desta parte de la linia equinocial, e la parte que España tiene más meridional, es el estrecho de Gibraltar, y ése está en treinta y seis grados, desta parte de la linia del Equinocio ; así que es muy grande la diferencia, que son doce grados y medio del Norte a Sur, allende de las muchas leguas e camino longuísimo que ay del Leste a Hueste.48

46Oviedo reconnaît néanmoins aussitôt que la nomination dépend moins de critères scientifiques que du bon vouloir royal lorsqu’il écrit : « Pero baste que la voluntad de César, fue que así se llamase la Nueva España ».

  • 49 Jean-Claude Milner, Les noms indistincts, op. cit., p. 10.
  • 50 H. Cortés, Cartas de relación, p. 136.
  • 51 Ibid., p. 145.
  • 52 Ibid., p. 196.

47Je crois, avec Milner, qu’avant toute chose, « la similitude est la condition de la représentation »49. C’est ainsi qu’il faut envisager la comparaison, omniprésente chez Cortés, par exemple à propos de la faune (« no hay diferencia desta tierra a España »50), des populations (« viven más razonablemente que ninguna de las gentes que hasta hoy en estas partes se ha visto »51) ou de ces mendiants de Cholula qui demandent l’aumône « como hacen los pobres de España »52. Sous sa plume, Tenochtitlan est grande comme Séville et Cordoue réunies, sa grand-place est deux fois grande comme la ville de Salamanque. Une ville fantôme, dont il ne donne pas le nom indigène (Tlaxcallan), est vantée en ces termes :

  • 53 Ibid., p. 184.

… es muy mayor que Granada y muy más fuerte y de tan buenos edeficios y de muy mucha más gente que Granada tenía al tiempo que se ganó y muy mejor abastecida […] y tal que lo mejor de África no le iguala.53

  • 54 Voir Jacques Cartier, Voyages au Canada. Avec les relations des voyages en Amérique de Gonneville, (...)

48On pourrait avancer l’hypothèse que la rhétorique de la similitude (ou plus exactement du « égal ou supérieur ») est organique dans toute relation de découverte, quel que soit le territoire exploré. Pour l’Amérique du nord, Gonneville parle ainsi d’« une rivière qui est quasiment comme celle de l’Orne », Cartier de « serins, linottes, rossignols, passereaux et autres oiseaux comme en France, et en grande abondance » et d’un « pré plein d’aussi belle et bonne herbe que jamais ne vit en aucun pré de France ». Au Brésil, Léry dit des veuves indiennes : « Bref, elles agissent à la manière des femmes du Béarn »54. Au-delà de son autoportrait en creux, le Découvreur veut ainsi rendre déchiffrable une réalité singulière que le destinataire de la relation ne peut ni voir ni connaître.

49Après le foisonnement de toponymes, nourris de références aux saints, aux capitaines, d’allusions guerrières, ou de vagues échos du paysage, qui caractérise le premier temps de la découverte, l’expédition cortésienne marque un tournant. Les créations se limitent à la fondation de cités dont le nom reproduit tout ou partie de toponymes péninsulaires. Parallèlement, les vocables indigènes, filtrés par la perception et les aléas de la communication, sont intégrés dans le récit espagnol, ce qui n’est possible qu’à un degré supérieur de contact avec le milieu. Ces formes hispanisées, qu’il s’agisse ou non de toponymes authentiques, sont le plus souvent restées les formes actuelles : leur simplification a permis leur intégration dans la toponymie coloniale, et leur survie au-delà, souvent jusqu’aujourd’hui. Si, sur ses vieux jours, Bernal Díaz peut ponctuer le chapelet des toponymes liés à sa jeunesse aventureuse de la phrase « Y así está en las cartas de marear », c’est que les noms de lieux issus de la découverte du Mexique ont perdu le caractère éphémère qui marqua la toponymie colombine.

50Comme Hispania en un autre temps, Nueva España est un toponyme créé durablement par le conquérant. La désignation Hispania Nova Citerior exista d’ailleurs au début du iiie siècle dans la nomenclature des provinces romaines du Bas-Empire. Cortés, qui cite les Commentaires, certes antérieurs, de César le savait peut-être. La dénomination Nueva España, comme la Española, allait perdurer trois siècles. L’analogie virtuelle contenue dans un tel nom, réductrice en soi de la pluralité ethnique et géographique du Mexique ancien, se propose de révéler l’identité d’un nouveau monde, au double sens du terme : lui conférer un nom approprié, mais aussi, à travers lui, postuler une identité, une ressemblance, rendant l’inconnu familier et apte à la prise de possession.

51Inventé à un moment où le territoire est encore loin d’être totalement exploré, Nueva España, signifiant pour un signifié aux limites encore imprécises et mouvantes, est le couronnement de la démarche comparative et assimilatrice à la péninsule. À la fois hommage et revendication politique, il fonde une similitude plus historique que géographique, et revêt un caractère à la fois dédicatoire et programmatique.

Notes

1 Hernán Cortés, Cartas de Relación (édition d’Ángel Delgado Gómez), Madrid, Castalia, 1993, p. 106 (je souligne). Sauf mention contraire, je cite cette édition.

2 Ibid., p. 113. L’expression « calar y saber el secreto de la tierra » est un stéréotype que l’on retrouve tant dans les instructions aux découvreurs que dans les relations de voyage de ceux-ci (cf. « saber el secreto de aquel humo » au sujet du volcan Popocatépetl, dans la Deuxième Lettre de Cortés, ibid., p. 199).

3 Preámbulo, in Hernán Cortés, Cartas y documentos, México, Porrúa, 1963 (édition de Mario Hernández Sánchez Barba, p. 4). Curieusement, l’édition d’Ángel Delgado Gómez choisit d’omettre cet important préambule de la Première Lettre. Selon Garcilaso de la Vega (Comentarios reales, I, 4), une mauvaise interprétation similaire est à l’origine du mot Perú : à une question identique sur le nom de sa terre, un Indien aurait répondu « Berú » (son nom) et « Pelú » (« le fleuve », pour désigner l’endroit d’où il venait). El Inca conclut : « Los cristianos entendieron conforme a su deseo… y llamaron Perú aquel riquísimo y grande Imperio, corrompiendo ambos nombres [= Berú et Pelú], como corrompen los españoles casi todos los vocablos que toman del lenguaje de los indios de aquella tierra… ». Covarrubias se fait l’écho de cette confusion dans son Tesoro de la lengua castellana, 1611 : « ni él supo lo que le preguntaron ni ellos entendieron lo que les respondió. Pero de aquí conjeturaron que se llamaba Perú, y assí le pusieron este nombre. » Voir Juan M. Lope Blanch, « De etimología yucatenense », in Studia Humanitatis. Homenaje a Rubén Bonifaz Nuño, México, UNAM, 1987, p. 274.

4 Les sources sur celle-ci se limitent au témoignage tardif de Bernal Díaz del Castillo, qui en fut membre, et ce qu’en rapporte la première lettre de l’Ayuntamiento de la Vera Cruz, puis les chroniqueurs à partir de Anglería.

5 Voir Juan Lope Blanch, « De etimología yucatenense », op. cit., p. 273-282.

6 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, México, Porrúa (Sepan cuantos, 1976), chap. 2, p. 5.

7 Avec, par exemple, l’idée d’une résurrection des Indiens grâce à l’évangélisation, à l’image de Lazare, rendu à la vie par le Christ.

8 Francisco López de Gómara, Historia de la conquista de México [1552], Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1979, chap. xxiii, p. 43.

9 Itinerario de la Armada, traduit par Joaquín García Icazbalceta in Colección de Documentos para la Historia de México, 1858-1866, México, Porrúa, 1971, vol. I, p. 281-308.

10 « … el cual se gloria de que sus antepasados fueron los primeros habitantes de esta isla », Pedro Mártir de Anglería, Décadas del Nuevo Mundo (traduction du latin par Agustín Millares Carlos), México, José Porrúa e Hijos, 1964, Cuarta Década (1520), Libro III, p.404.

11 Itinerario de la Armada, p. 288. « Téngolo por fábula », commente Anglería, op. cit., p. 108.

12 Ce nom lui est donné dans les Instructions de Diego Velázquez à Cortés (« [la] tierra grande, que parte de ella se llama Ulúa, que se puso por nombre Santa María de las Nieves », Documentos cortesianos, México, UNAM, FCE, 1993, vol. I, p. 47).

13 Historia Verdadera de la conquista de la Nueva España, op. cit., chap. xii, p. 22.

14 « Una bahía a la cual el dicho capitán Grijalba y piloto mayor Antón de Alaminos pusieron por nombre la Bahía de la Ascención », Hernán Cortés, Cartas de Relación, op. cit., p. 113 (je souligne).

15 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, op. cit., chap. x, p. 19.

16 Jorje Gurría Lacroix, « El itinerario de Hernán Cortés », in Artes de México, XV (111), 1968, p. 34. Voir aussi Fernando Benítez, La ruta de Hernán Cortés, México, FCE, 1992 (réédition).

17 Hernán Cortés, Cartas de Relación, p. 166, p. 215 et p. 212. Cortés tend d’ailleurs à mentionner les lieux baptisés par Grijalva en utilisant la forme « se dice » (« el río grande que se dice de Grijalba »), ce qui suggère peut-être une réserve par rapport à « se llama » ou « llamamos ».

18 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, op. cit., chap. xiii, p. 24.

19 « Y como nuestro capitán estaba presente y se llamaba Juan y era por San Juan de junio, pusimos por nombre a aquella isleta San Juan de Ulúa ; y este puerto es ahora muy nombrado » (Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, op. cit., chap. xiv, p. 25, je souligne).

20 Dès 1527, « Culua » est d’ailleurs mentionné sur le Globe Doré (BN Paris) avec « Hispania Nova », suite à la diffusion européenne de l’Itinerario et de la Deuxième Lettre de Cortés.

21 Hernán Cortés, Cartas de Relación, p. 161-162. Voir aussi p. 288. Pour la semaine qui suit la Noche Triste, le récit de Cortés ne mentionne que des lieux anonymes (« un llano », « un pueblo grande », « una gran cibdad »…), la déroute étant aussi perte du contrôle de l’espace, jusqu’à l’entrée dans la province alliée, Tlaxcala.

22 Francisco Cervantes de Salazar, Crónica de la Nueva España, Madrid, BAE, 1971, vol. 1, chap. xxxi, p. 196.

23 Francisco López de Gómara, Historia de la conquista de México, chap. xx, p. 38.

24 Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, chap. xxxiv, p. 56.

25 La toponymie locale citée est, en outre, difficile à interpréter, car on ne sait pas toujours ce que les noms désignent exactement : une localité, une vallée, une province ?

26 Ainsi naquit une « Sainte À Rebrousse Poil » en français du Canada comme adaptation plaisante du « Sandy Brook Point » inintelligible.

27 Le doublet « nombrar e intitular » suivi d’un nom est une formule fréquente dans les documents, sans que je puisse distinguer la nuance entre les deux verbes, si ce n’est, peut-être, une notion de dignité attachée au second. Séville est peut-être une sorte de pendant à l’Almería de Grijalva.

28 Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, chap. lxi, p. 103.

29 Tesauro ISOC de Topónimos, Madrid, CINDOC-CSIC, 1993, p. 125.

30 Il est un gros bourg proche de Séville, qui porte ce nom (non loin de Castilleja de la Cuesta, où Cortés devait passer ses derniers jours et être enterré).

31 C’est aussi le nom ultérieur dans la région de Panamá du lieu initialement appelé Puerto de Bastimentos par Colomb dans son dernier voyage.

32 Hernán Cortés, Cartas de Relación, p. 169-170. Malgré le « pusimos » collectif de la lettre, Gómara attribue le baptême au seul Cortés.

33 Voir Francisco Morales Padrón, Andalucía y América, Madrid, MAFPRE, 1992 (en particulier le chapitre iii, « Toponimia y urbanismo andaluces en América », p. 49-58.)

34 Voir Antonello Gerbi, La naturaleza de las Indias nuevas, México, FCE, 1978 (en particulier les chapitres consacrés à Colomb et Cortés.)

35 Deux documents réunis par José Luis Martínez, in Documentos cortesianos, vol. I, Doc. 12 (20 août -3 septembre 1520), (p. 114), et Doc. 13, (4-28 septembre 1520), (p. 129) sont datés l’un de Tepeaca, l’autre de Segura de la Frontera, ce qui permet de voir le passage du nom indigène au nom espagnol en un laps de temps très bref.

36 Hernán Cortés, Cartas de relación, p. 294.

37 « Y se llamó el pueblo Segura de la Frontera como el que antes estaba hecho. » (Ibid., Cuarta relación [Coyoacán, 1524, p. 459.) Lors d’un transfert, la rupture avec la ville d’origine était symbolisée par l’imposition d’un nouveau nom, « que l’on espérait promis à un meilleur avenir » (Alain Musset, Villes nomades du Nouveau Monde, op. cit., p.19).

38 p. 270.

39 p. 286.

40 D’autres emprunts à la toponymie de la Reconquête sont par exemple El Nuevo Extremo, province du Chili où Pedro de Valdivia fonda des villes dont la Serena, en des confins difficilement contrôlables, et les Salvatierra qui sont, à l’image de leurs homonymes péninsulaires, en zone exposée aux attaques et dotées du droit d’asile. Il y eut même une éphémère Nueva Jérez de la Frontera au nord du Pérou, fondée en 1549, puis significativement abandonnée à la suite des attaques d’Indiens.

41 Voir Francisco Marsa, « Toponimia de reconquista », in Enciclopedia lingüística hispánica, Madrid, CSIC, 1959, vol. 1, p. 615-646.

42 Hernán Cortés, Cartas de Relación, p. 181.

43 Pedro Mártir de Anglería, Décadas del Nuevo Mundo, op. cit., V, p. 443.

44 Ibid, p. 308.

45 Solís, Humboldt, Prescott, tout comme l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, suivent en cela le chroniqueur officiel Herrera (dans ses Décades II et III) qui est le premier à attribuer le baptême de la Nouvelle-Espagne à Grijalva. (Sur Herrera, voir Aurora Díez Canedo, El concepto de Nueva España en el siglo xvi, México, UNAM, 1998, p. 41.)

46 La lettre commence par : « En una nao que de esta Nueva España de vuestra sacra majestad despaché… » et les Doc. 12 (20 août-3 septembre 1520), et Doc. 13, 4-28 septembre 1520, de Documentos cortesianos, op. cit., mentionnent déjà la « Nueva España ».

47 Bibliothèque nationale de Paris, Cartes et Plans, Ge C 818.

48 Gonzalo Gernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias [1535], Madrid, Atlas, 1959, (BAE), vol. IV, chap. xvi, p. 83.

49 Jean-Claude Milner, Les noms indistincts, op. cit., p. 10.

50 H. Cortés, Cartas de relación, p. 136.

51 Ibid., p. 145.

52 Ibid., p. 196.

53 Ibid., p. 184.

54 Voir Jacques Cartier, Voyages au Canada. Avec les relations des voyages en Amérique de Gonneville, Berrazano et Roberval, Paris, La Découverte, 1992, respectivement : p. 49 (Gonneville) et p. 92 et 254 (Cartier). Jean de Léry, Histoire d’un voyage fait en terre du Brésil, Paris, Plasma, 1980, p. 220.

Table des illustrations

Titre Toponymie de la Segunda carta de relación
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 558k

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540