Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La realidad y el deseo

 | 
Carmen Val Julián

Première partie. Ultimes écrits

III. Christophe Colomb ou Le livre de sable

Texte intégral

  • 1 Alexandre Cioranescu (éd.), Œuvres de Christophe Colomb, Paris, Gallimard, 1961, p. 364.

1L’Amiral « inventa des noms pour tous les paysages qu’il découvrait, avec un plaisir qui n’a d’égal que la fécondité de son imagination »1. Le toponyme permet à peu de frais de circonscrire l’immensité mouvante et de la rendre déchiffrable, et il lui arrive de baptiser plutôt deux fois qu’une un même site. Son ardeur un peu brouillonne sur ce point lui valut une demande d’éclaircissement de la part des Rois Catholiques :

  • 2 Carta de los Reyes a Colón, Segovia, 16 de agosto de 1494, in Colección documental del descubrimien (...)

Y visto todo lo que nos escriuisteis como quiera que asaz largamente dezis todas las cosas de que es mucho goso e alegria leerlas, pero algo mas querriamos que nos escriviesedes, asi en que sepamos quantas yslas hasta aqui se han fallado y a las que aveys puesto nombres que nonbre tiene cada vna ; porque aunque nonbrays algunas en vuestras cartas no son todas y a las otras los nonbres que les llaman los yndios, y quanto ay de vna a otra, y todo lo que aveys hallado en cada vna dellas, y lo que dizen que ay en ellas.2

2Tous ces noms n’ont pas survécu, fût-ce à travers une mention fugace dans les documents. Ils nous renseignent néanmoins sur les traits saillants de la nomination de découverte, dont l’étude vient d’être ébauchée au chapitre précédent. La Historia de las Indias fait l’objet d’une cinquantaine de toponymes semés lors du premier voyage de Colomb, qui semble avoir été le plus prolixe, une trentaine pour les deux voyages suivants et à peine une vingtaine pour le dernier voyage, qui fut aussi pénible qu’interminable. La création toponymique n’est proportionnelle ni à la durée du voyage ni à l’importance de l’espace exploré. Son abondance caractériserait plutôt l’ivresse des commencements.

3Les premiers biographes de l’Amiral, Hernando, son fils naturel, comme Las Casas, mettent l’accent sur le soin particulier avec lequel celui-ci choisissait les toponymes de ses découvertes. Pour traiter de ce que l’on pourrait appeler le bien nommer chez Colomb, ils s’attachent d’abord à démontrer l’adéquation du nom et de la personne du Découvreur. Ces deux points symétriques (justesse du nom reçu / justesse du nom donné), s’appuient sur l’idée de la conformité du nom et de la chose, que le premier soit donné par la nature ou constitué par l’homme. Nos auteurs sont partisans de cette « rectitude des noms », que Socrate a mis en question comme voie d’accès à la connaissance de l’être dans le Cratyle. Et pour eux, suivant la croyance archaïque exprimée par l’adage nomen omen, le nom du découvreur présage sa destinée.

  • 3 Vida del Almirante, op. cit., I, p. 29.

4Dans son chapitre d’ouverture, Hernando glose le prénom et le nom paternels. S’il voit dans le premier une référence à saint Christophe portant sur ses épaules le Christ au-dessus des eaux, le second évoquerait, selon lui, à la fois la colombe portant le Saint-Esprit au Nouveau Monde et la colombe de Noé venue sceller l’union et la paix des peuples découverts avec l’Église. Hernando poursuit l’interprétation de son patronyme en le reliant aux Indiens, appelés à devenir « colonos y moradores de la Iglesia triunfante de los cielos »3. Ce type d’étymologie multiple, cultivée de l’Odyssée (pour le nom d’Ulysse) aux Nombres de Cristo, a aussi la faveur de Las Casas. Au début de la Historia de las Indias, il présente Colomb/Colón comme celui qui « de nombre y de obra poblador primero » fut choisi par la Divine Providence pour mettre en œuvre ce que son nom et son prénom signifiaient, à savoir :

  • 4 Historia de las Indias, op. cit., I, 2, p. 25-27.

hacer colonias, que son nuevas poblaciones traídas de fuera, que puestas y asentadas entre los naturales habitadores destas vastísimas tierras, constituyeran una nueva, fortísima, amplísima e ilustrísima cristiana Iglesia y feliz República.4

5Las Casas s’appuie sur l’autorité de l’Écriture et d’Aristote, dont il cite la Métaphysique (livre IV) pour affirmer que tout nom doit être conforme aux propriétés de la chose qu’il désigne. Colomb porterait donc bien son nom qui a tout d’un programme marqué du double sceau de l’évangélisation (symbolisée par la colombe) et l’expansion coloniale, au sens de peuplement de nouvelles terres (« Colón »). Colomb le bien nommé serait naturellement qualifié pour nommer avec pertinence ce qu’il découvre.

  • 5 Sont signalés en caractères gras les toponymes les plus importants pour l’analyse.
  • 6 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, op. cit.
  • 7 Francisco Morales Padrón (ed.), Primeras cartas sobre América (1493-1503), Sevilla, Publicaciones d (...)

6Les tableaux suivants rassemblent les toponymes des explorations colombines tels que les citent, pour chacun des quatre voyages, La Vida del Almirante et la Historia de las Indias5. L’information contenue dans le corpus de documents colombins édité par Consuelo Varela et Juan Gil6 et dans les premières lettres sur l’Amérique7 n’a pas fait apparaître de divergence majeure, seulement parfois une variante du toponyme.

Toponymie colombine

Premier voyage (1492-1493) (51 toponymes)

7isla San Salvador
isla Sta María de la Concepción
isla Fernandina
isla Isabela
cabo Hermoso
isla de Arena
isla Juana
río San Salvador
río de la Luna
río de Mares
cabo de Palmas
río del Sol
cabo de Cuba
mar de Nuestra Señora
puerto del Príncipe
puerto de Sta Catalina
cabo del Pico
cabo de Campana
puerto Santo
cabo Lindo
cabo Alpha y Omega
cabo de la Estrella
isla de la Tortuga
cabo del Elefante
puerto de San Nicolás
cabo del Cinquín
puerto de la Concepción
isla española
punta de la Pierna
punta Lanzada
río Guadalquivir
valle del Paraíso
isleta de Santo Tomás
puerto de la mar de Santo Tomás
villa de la Navidad
puerto de Monte-Christi
río del Oro
punta Roja
[río de Martín Alonso] => río de Gracia
cabo Belprado
monte de la Plata
cabo del Ángel
punta del Hierro
cabo Redondo
cabo Francés
cabo del Buen Tiempo
cabo Tajado
cabo del Padre e Hijo
cabo del Enamorado
golfo de las Flechas
cabo de san Theramo

Deuxième voyage (1493-1496) (32 toponymes)

8isla Dominica
isla Marigalante
isla Guadalupe

isla Montserrate
isla Sta María la Redonda
isla Sta María del Antigua
isla San Martín
isla Santa Cruz
isla Santa Úrsula
islas Once Mil Vírgenes
isla San Juan Bautista
villa La Isabela
puerto de los Hidalgos [*=col]
Vega Real
río de las Cañas
río Verde
puerto* de Cibao [=*col]
fortaleza de Santo Tomás
puerto Grande
puerto Bueno
isla de Santiago
cabo de Cruz
islas del Jardín de la Reina
isla Santa Marta
isla del Evangelista
cabo del Farol
cabo de San Miguel
isla Alto Velo
isla Mona*
isla Saona
minas de San Cristóbal
Santo Domingo [Bartolomé Colomb]
= La
Isabela Nueva pour Cristóbal Colomb
*
attribution incertaine à Colomb

Troisième voyage (1498-1500) (35 toponymes)

9isla Trinidad
cabo de la Galera
isla Santa [= isla de Gracia]
punta de la Playa*
punta del Arenal
golfo de la Ballena
peñón El Gallo
boca de la Sierpe
cabo de Lapa
cabo Boto
isleta del Caracol
isleta del Delfín
boca del Drago
isla Bellaforma
punta del Aguja
[surgidero] Jardines
isla Sabeta / isla Isabeta
isla Tramontana
punta Seca
punta Llana
punta Sara
golfo de las Perlas
puerto de Gatos
cabo de Conchas
puerto de las Cabañas
cabo Luengo
cabo Sabor
cabo Rico
isla de la Asunción
isla de la Concepción
isletas de Los Testigos
isla del Romero
isletas de Las Guardias
isla Margarita
isla El Martinet
isleta Madama Beata
*attribution incertaine à Colomb

Quatrième voyage (1502-1504) (17 toponymes)

10isla de los Pinos
isla de las Pozas
punta de Caxinas
costa de la Oreja
cabo de Gracias a Dios
río del Desastre
La Huerta
puerto Bello
pureto de los Bastimentos
puerto de Retrete
El Peñón
costa de los Contrastes
río de Belén
isletas de las Barbas
extremo de Mármol
isletas de las Tortugas
montañas de San Cristóbal

11Le recensement montre comment la toponymie colombienne filtre et oriente la réalité qui l’entoure. À première vue, chronologiquement, chaque voyage semble avoir une certaine couleur toponymique : les noms religieux, par exemple, prédominent manifestement dans le deuxième voyage (plus de la moitié d’entre eux sont alors des hagiotoponymes), tandis qu’au cours du troisième, les références animalières semblent plus présentes qu’au cours des autres voyages. On note aussi d’emblée que pour les caps, le Découvreur se contente souvent d’une simple allusion à la forme ou à la végétation qu’ils peuvent avoir, tandis que les îles semblent l’objet d’une nomination plus recherchée. Classer ces noms n’est pas facile, car en toponymie, chaque étude semble avoir sa propre grille à multiples entrées, plus ou moins détaillées. Je distinguerai pour ma part quatre principaux types de nomination, selon leur relation au pouvoir, au divin, à l’espace et au temps. Cela dit, les toponymes sont rarement transparents ou univoques. L’analyse montrera qu’une référence peut en cacher une autre.

1. Les références dédicatoires

  • 8 Historia de las Indias, I, 113, p. 460.
  • 9 Alain Musset, Villes nomades du Nouveau Monde, Paris, EHESS, 2002. Il y recense plus de 150 transfe (...)
  • 10 Samuel Eliot Morison, Christophe Colomb, amiral de la mer océane, Paris, Julliard, 1958, émet l’hyp (...)

12L’espace découvert est alors offert, en acte d’allégeance, à la Couronne. Les toponymes dédicatoires caractérisent, on l’a vu, la phase initiale avec la hiérarchie spirituelle et temporelle des cinq premiers baptêmes d’îles. Leur valeur symbolique repose sur la primeur temporelle. Après le premier voyage, on ne retrouve guère ces références, le roi Ferdinand disparaît de la toponymie tandis que le prince est seulement présent, dans les premières semaines, dans Puerto del Príncipe (à Cuba, mi-novembre 1492). Seule la reine reste l’objet d’hommages. Le deuxième établissement espagnol au Nouveau Monde après celui, infortuné, de la Villa de la Navidad à la fin du premier voyage, est nommé, au deuxième voyage, La Isabela. Initialement situé sur la côte septentrionale de l’île Espagnole, il sera transféré ensuite vers un site plus propice pour devenir La Isabela Nueva, mieux connue sous le nom de Santo Domingo. Las Casas laisse entendre que la première appellation avait la préférence de Colomb, Santo Domingo ayant été choisi par son frère Bartolomé lors du transfert8. Ce déplacement inaugure une pratique de transfert des sites urbains coloniaux, si fréquents qu’Alain Musset a pu intituler sa vaste étude du sujet Villes nomades du Nouveau Monde9. Au large de la côte méridionale de Cuba, Colomb appelle un petit archipel Jardín de la Reina (et il se peut encore que l’île Sabeta/Isabeta du troisième voyage soit le dernier écho des hommages à la souveraine). Celle-ci est alors présente à travers sa fonction, de même que l’héritier, déjà éponyme de l’île Juana, l’est dans Puerto del Príncipe10.

  • 11 Hernando Colón, Vida del Almirante, chapitre x, p. 107.
  • 12 Alfonso Reyes voit dans Hispaniola l’expression « Petite Espagne » (Última Tule, op. cit., p. 43).

13La référence à la Couronne change de forme lorsque Colomb « résolut de donner à l’île [Haïti] un nom conforme à celui de l’Espagne »11 en l’appelant La Española, nom qu’elle devait garder pendant trois siècles – ou Hispaniola12 qui, aujourd’hui encore, désigne internationalement sur les atlas l’île que se partagent Haïti et la République dominicaine. Le gentilé prétend signifier la ressemblance, le Journal de bord ayant d’ailleurs multiplié au préalable les comparaisons avec l’Espagne. Le 7 décembre 1492, le relief, les arbres, les poissons, les oiseaux (dont le rossignol présumé), les arbres sont successivement comparés à ceux de Castille, et il « plut et fit un temps d’hiver comme en Castille » le 9 décembre, jour du baptême :

  • 13 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, p. 156-157.

enfrente d’el ay unas vegas las más hermosas del mundo y cuasi semejables a las tierras de Castilla, antes estas tienen ventaja, por lo cual puso nombre a la dicha isla la isla Española.13

14Les nouvelles terres, dans un discours destiné à séduire, sont dites non seulement égales mais supérieures (antes ayant un sens adversatif) à la Castille. Or, autant que la ressemblance, soulignée avec tant d’insistance, le gentilé espagnole signe l’appartenance géopolitique : cette île n’est pas une possession française ni portugaise. Au deuxième voyage, l’adjectivation censée magnifier la beauté de la Vega real est aussi polysémique.

  • 14 Carta de Michael Cuneo, 1495, in Francisco Morales Padrón, Primeras cartas sobre América (1493-1503 (...)
  • 15 « Cristóual Colón, genouès, natural de Saona… » écrit Hernán Pérez de la Oliva (Historia de la inue (...)

15Seuls deux cas de référence dédicatoire concernent des individus. Il y eut d’abord ce fleuve auquel Martín Alonso Pinzón avait jugé bon de donner son prénom et que Colomb débaptisa. Vint ensuite l’île offerte à un compagnon du deuxième voyage, ami d’enfance de l’Amiral, Miguel de Cuneo, qui l’aperçut le premier. Il en prit possession selon les règles et par délégation de l’autorité que Colomb tenait lui-même du pouvoir royal, (comme le faisait sur les autres îles l’Amiral au nom du Roi », écrit-il dans son récit). Il arracha pour ce faire des herbes, coupa des arbres, planta une croix et une potence, avant de lui donner un nom : « Et, au nom de Dieu, je la baptisai La Bella Saonesa »14. Communément appelée Saona (elle conserve encore ce nom), l’île rend ainsi hommage à la patrie d’origine de Cuneo, Saona (Savone) en Italie. S’il est aujourd’hui acquis que Colomb naquit à Gênes en 1451, Saona, l’un des lieux de naissance qu’on lui attribua à son époque15, appartenait à sa région d’origine.

16Le toponyme est ici hommage de la géographie à la géographie, tribut rendu au sol natal, qui mérite cette gloire comme berceau du Découvreur. Ce type de transfert connut ultérieurement un grand développement sur le continent, où nombre de toponymes péninsulaires furent transplantés, le plus souvent en manière d’hommage à la ville ou à la province des découvreurs, conquérants et fondateurs. Le toponyme constitue alors un panthéon à l’envers dont le fronton dirait : à leur patrie, les grands hommes reconnaissants. Rien d’étonnant donc à ce que ce soit un toponyme italien qui inaugure ce mouvement de duplication onomastique du Vieux Continent, forme in fine démocratique de la référence dédicatoire.

2. Les références religieuses

  • 16 Historia de las Indias, I, 44, p. 227.

17L’espace découvert est placé sous la protection divine et sa nomination tient de l’action de grâces. Après la première île, dédiée au Sauveur, le premier fleuve rencontré à Cuba est aussi baptisé Río de San Salvador, explicitement « por tornar a dar a Nuestro Señor reconocimiento de gracias por sus beneficios en lo que primero veía de aquella isla »16. Les références peuvent être explicites, ainsi Trinidad, nom donné au troisième voyage, en 1498, pour observer le vœu de nommer ainsi la première île qui serait trouvée ou le Cabo de Gracias a Dios est ainsi nommé le 14 septembre 1502, au dernier voyage, lorsqu’il est atteint après une longue période de mauvais temps. Elles peuvent être sous-jacentes quand il est question de El cabo de Padre e Hijo, figures familiales de La Trinité.

  • 17 Ibid., I, 52, p. 261 et I, 110, p. 450.
  • 18 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, op. cit., p. 361-362.

18La Vierge, objet d’une profonde dévotion chez les marins, qui l’invoquent chaque jour à l’occasion du Salve Regina comme au plus fort des tempêtes, est cependant la principale destinataire d’hommages toponymiques, en particulier à travers la référence à l’Immaculée Conception. Après la deuxième île découverte, appelée Santa María de Concepción, et le baptême du Mar de Nuestra Señora, où un charpentier de l’équipage planta une grande croix sur la rive, un port de Haïti est nommé Puerto de la Concepción le 7 décembre 1492. Au deuxième voyage, un fortin de cette même île dans la province du cacique Guarionex est appelé à son tour La Concepción17. Au voyage suivant, dans le golfe de Paria, Colomb nomme deux îles la Asunción et la Concepción. Dans la Institución de Mayorazgo (1498), il demandera à ses héritiers de fonder une église « que se intitule Santa María de la Conceción » [sic] de la isla Española en el lugar más idóneo »18.

  • 19 On peut bien sûr se demander si cet épisode troublant n’est pas inventé car c’est par trois fois Co (...)
  • 20 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, op. cit., p. 237.

19Les références à Marie sont multiples. C’est d’abord une promesse à la Vierge faite lors du premier retour, en février 1493 qui est à l’origine d’un pèlerinage que Colomb fit, l’été suivant, à Nuestra Señora de Guadalupe, en Estrémadure. Au cours d’une violente tempête, il aurait été désigné par le sort, parmi tous les marins, à cette fin19. Il promit alors aux moines hiéronymites de baptiser du nom de leur monastère une île20, ce qu’il fit dès le début du deuxième voyage avec Santa María de Guadalupe. Les Espagnols devaient y découvrir deux réalités qui, pour singulières qu’elles fussent, ne laissèrent aucune empreinte sur la toponymie : le cannibalisme et l’ananas. Il y eut aussi Santa María de Monserrate, Santa María la Redonda et Santa María del Antigua (du nom d’une vierge miraculeuse de Séville), autant d’îles nommées lors de cette expédition, qui est, de loin, celle où la dévotion religieuse, en particulier mariale, domine la toponymie. De façon remarquable, même les caps, généralement désignés par un simple adjectif, deviennent alors hagiophores. Au cours du terrible dernier voyage, la colonie alors édifiée puis abandonnée par Bartolomé, frère de Colomb, est appelée Santa María de Belén, aux abords du fleuve de même nom.

  • 21 Voir notre annexe (« La toponymie de la Historia de las Indias »).
  • 22 Auparavant, la désignation religieuse pouvait exister mais elle était indirecte, se rapportant à l’ (...)

20Ce río de Belén, baptisé le 6 janvier 1503, doit son nom à la volonté d’honorer « aquel día que los tres Reyes Magos aportaron en aquel santo lugar »21. Il confirme le recours fréquent au calendrier catholique comme repère chronologique de la toponymie, tout comme el puerto del mar de Santo Tomás (ainsi nommé « porque oy era su día ») ou le puerto de San Nicolás (« por ser el día de su fiesta cuando lo descubrió »), parmi d’autres. L’usage de toponymes d’origine chrétienne s’est développé dans l’Europe du xie au xiiie siècle, les villages étant désignés par le nom de leur saint patron22, et les découvreurs ne font que l’exporter au-delà des mers. L’hypothèse que cette référence n’est pas toujours le fruit du hasard a été avancée au chapitre ii. En outre, différentes motivations, hors du calendrier, peuvent présider à l’élection d’un hagiotoponyme.

21À ce sujet, le cas de la fortaleza de Santo Tomás, installée dans la isla Española, a déjà été évoqué. À la différence del mar de Santo Tomás, ce n’est pas la date de la fête du saint qui compte ici mais l’image dont celui-ci est porteur. Le nom de la forteresse prétend être une réponse, en manière d’escarnio pour les incrédules qui, tels saint Thomas doutant de la Résurrection, niaient l’existence des mines d’or du Cibao, la référence aux Évangiles servant ici des fins très temporelles. Plus tard, de façon approchante, Nicuesa fondera la villa de San Sebastián en prenant le saint comme protecteur contre les flèches empoisonnées des Indiens. Dans ces deux cas, le calendrier des saints est moins à l’œuvre que les représentations linguistiques ou plastiques de la dévotion populaire.

  • 23 Michael Cuneo, op. cit., p. 142.

22D’autres hagiotoponymes sont en réalité issus de baptêmes « transitifs », en ce sens qu’ils découlent indirectement d’un nom religieux préexistant. Il peut s’agir, notamment, du nom d’un bateau, selon une pratique courante des explorateurs, qu’illustre l’île de Santa María Galante ou la Galana. C’est là que se déroula, au deuxième voyage, la nouvelle cérémonie de prise de possession de toutes les îles et de la terre ferme, accompagnée de l’implantation de la croix. Le toponyme est une référence seconde, correspondant au nom de vaisseau amiral de l’expédition que chérissait le Découvreur. Il appela l’île Santa María Galante « por cariño hacia la nave que gobernaba »23.

  • 24 Farallón : islote en forma de picacho, situado en las cercanías de la costa (in Cristóbal Colón, Te (...)

23Si l’on revient à Trinidad, il apparaît que l’hagiotoponyme surgit aussi de la réalité filtrée par la pratique religieuse. Au vœu de nommer ainsi la première île du troisième voyage, vient en effet se superposer la vision de trois monticules (« tres mogotes »), providentiellement aperçus au moment de sa découverte. Outre la dévotion de Colomb envers la Sainte Trinité, qu’il invoque en particulier au moment de prendre la mer, deux motivations, au moins, se conjuguent ici pour aboutir au baptême toponymique : une vision orientée du paysage, en l’occurrence des accidents du relief et de leur nombre, et la promesse préalable. Il en va de même pour la trinité inachevée du Cabo de Padre e Hijo, ainsi nommé explicitement pour son aspect (« dos farallones, uno mayor que otro »)24. Quant au toponyme Montserrate, donné à une île dont les hauteurs rappellent le massif montagneux de Catalogne, il correspond à un transfert analogique relatif à un espace péninsulaire à la fois physique et spirituel (Colomb s’y recueillit à son retour du premier voyage). Montserrate est à cet égard exemplaire pour montrer la très longue stabilité et la rationalité initiale des toponymes dans la langue. Ce choix de Colomb, induit par l’analogie des paysages, opère en fait un retour au sens premier, à l’étymologie du terme de référence, lequel doit sa dénomination à ses montagnes d’aspect « scié ». Le signifié péninsulaire est alors un simple relais d’un signifiant primitif universel qui peut s’adapter à une autre réalité : mont serrat, la montagne sciée. Dans les cas cités, Trinidad, El Padre e Hijo, Montserrate, on rend compte d’un fait géographique saillant, à l’aide d’une référence qui sera, par un effet de la représentation mentale, religieuse.

  • 25 Hernando Colón, Vida del Almirante, chap. lxxiii, p. 230.
  • 26 « El Almirante […] le puso por nombre Cabo San Miguel Saonese, por consideración hacia mí, y así lo (...)

24La motivation unique est finalement rare dans la toponymie du découvreur. S’il est dit que la Dominica fut baptisée, au début du deuxième voyage, le dimanche 3 novembre 1493 « a conmemoración del mismo día », en revanche quand Bartolomé Colomb fonde, plus tard, Santo Domingo, Hernando invoque une triple détermination providentielle : l’arrivée sur place un dimanche, qui coïncide avec le jour de la Santo Domingo et le souci d’honorer la mémoire de son père, Domenico25. Le calendrier des saints serait alors paré d’une dimension dédicatoire, plus ou moins implicite, que l’on retrouve lorsque fin septembre 1494, un cap de l’île Espagnole est baptisé par l’Amiral San Miguel Saonese, si l’on en croit toujours Cuneo, son découvreur26.

  • 27 Historia de las Indias, I, 15, p. 81.

25Quant à Puerto Santo, à Cuba, on ne doit pas oublier que c’est aussi le nom de la première île portugaise de l’Atlantique, découverte et gouvernée par le génois Bartolomé Perestrello, qui y mourut en 1457. Sa fille fut l’épouse de Colomb et leur fils Diego naquit d’ailleurs à Porto Santo, escale des flottes, située non loin de Madère. L’intrigant Madama Beata du troisième voyage n’a peut-être pas sa place parmi les références religieuses, car il peut s’agir d’une allusion aux Canaries, connues sous le nom de Beatas o Bienaventuradas27. On aurait alors certaines projections, ou échos, de la géographie des découvreurs antérieurs de l’Atlantique.

  • 28 Voir Jean-Pierre Sanchez, Mythes et légendes de la conquête de l’Amérique, Rennes, Presses universi (...)
  • 29 Historia de las Indias, I, 13, p. 69.

26Lorsqu’au cours du troisième voyage, à l’embouchure de l’Orénoque, l’Amiral est persuadé qu’il s’approche du Paradis terrestre, l’exaltation mystique transforme la toponymie en bestiaire. Il nomme le Golfe de Paria Golfo de la Ballena, allusion probable à la légende de Saint Brandan28, parti lui aussi en quête du Paradis dans l’Atlantique et dont l’iconographie montre l’embarcation soulevée par une baleine. L’île de Saint Brandan, longtemps figurée en divers points sur les cartes, est mentionnée par Las Casas quand il faisait état des informations géographiques rassemblées par Colomb pour préparer son premier voyage29. Autres références animalières tirées de la faune symbolique et fabuleuse, la Boca de la Sierpe et la Boca del Drago, dans la même zone, renvoient à l’imaginaire du Découvreur et à sa vision d’une navigation miraculeuse, plus qu’à la réalité locale. Les trois noms, issus de moments de péril et d’effroi pour l’équipage, sont des toponymes à valeur religieuse, la baleine étant associée à la résurrection, le serpent au danger et le dragon étant en particulier le gardien des lieux sacrés et du Paradis.

27Ces exemples montrent que les noms religieux sont loin d’être tous mécaniquement déterminés par un calendrier des saints faisant idéalement office d’index chronologique commun, extérieur et objectif, pour la datation des découvertes. Il advient que ces toponymes portent, comme d’autres, la marque personnelle du découvreur. Non que celui-ci soit absolument libre de ses choix, mais parce qu’au moment de nommer, il puise d’une certaine manière, et non d’une autre, dans un paradigme existant. Il n’est pas rare, nous l’avons vu, que deux, voire trois justifications, coexistent pour un seul toponyme. Certaines d’entre elles peuvent résulter d’une construction rétrospective des hommes, ou des chroniqueurs de leurs hauts faits. Cependant la désignation toponymique se présente, à mon sens, comme un choix qui obéit à une procédure combinatoire dans un champ des possibles. Le fait qu’un nom soit, au départ, doublement évocateur (le nom du jour et le nom du père, dans le cas de Santo Domingo), peut vraisemblablement favoriser son élection, à la place d’un autre.

3. Les références géographiques

  • 30 Avelino Teixera da Mota, Topónimos de origem portuguesa na Costa Occidental de Africa : desde o Cab (...)
  • 31 Samuel Eliot Morison, Christophe Colomb, amiral de la mer océane, op. cit.
  • 32 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, op. cit., apostilla, p. 89.

28L’espace semble alors appréhendé pour lui-même et sa nomination n’est pas calquée sur l’anthroponyme d’un roi ou d’un saint. Le toponyme qualifie clairement un certain aspect du paysage, que ce soit la forme, la couleur, le climat, la faune, la flore, et s’inscrit dans la modalité la plus universelle et la plus ancienne de désignation de lieux. Dans le cas de la découverte, ce type de nom constitue avant tout un repère sur une carte en cours d’élaboration. C’est dans ce domaine que Colomb s’inspire le plus largement de la toponymie afro-portugaise qu’il a pu connaître au cours de ses expéditions antérieures à la Découverte : Cabo Hermoso, Las Barbas, Islas de Arena, Punta del Arenal, Cabo de Palmas, Río del Oro, entre autres, sont en effet des reprises littérales de toponymes existant outre-Atlantique30. On s’est demandé si Colomb avait jamais vu un éléphant de sa vie pour baptiser un Cabo del Elefante au premier voyage et Morison a cherché la forme d’un éléphant dans la région explorée par Colomb dont il refit les différents voyages dans les années 193031. Ce qui est sûr c’est qu’il existait des Ilhas dos Elefantes sur le littoral exploré par les Portugais dans la seconde moitié du xve siècle, de même que des toponymes faisant allusion, comme plus tard au Nouveau Monde, aux tortues ou aux singes. Si les Portugais n’ont pas eu l’exclusivité de la rencontre avec ces milieux naturels, ils avaient une pratique avérée de l’exploration et de la nomination, que Colomb eut l’occasion de connaître de près, car il avait en particulier visité la forteresse de la Mina, en Guinée32. Un hommage involontaire semble rendu à ce patrimoine avec le curieux Cabo del Cinquín, allusion, vraisemblablement, à une monnaie portugaise en circulation à l’époque.

  • 33 « Ils [les Sarrasins] sont donc si proches de notre foi qu’il serait facile de les convertir à la f (...)
  • 34 « Ils nous donnèrent tout ce qu’ils avaient […] nous vîmes que ce sont des gens qui seraient facile (...)

29Plusieurs aspects de l’appréhension de l’espace sous l’angle géographique appartiennent à la tradition maritime et se retrouvent quasiment à l’identique, un peu plus tard, dans les voyages de Jacques Cartier au Canada. Parmi les ressemblances les plus manifestes, la dénomination d’un ensemble d’îlots par un nom collectif (El Jardín de la Reina ou Las once mil vírgenes chez Colomb, ces dernières se référant à une cinquantaine d’îlots, et Toutes-Iles chez Cartier). Autre point commun, comme on l’a vu, la confusion entre un substantif et un toponyme (Canada signifiant à l’origine « cabane », comme bohío, que Colomb prit pour un nom d’île). Tous deux tendent à l’éloge hyperbolique d’un paysage, censé susciter l’admiration. « Toute la terre des deux côtés dudit fleuve Hochelaga et plus loin est aussi belle et unie que jamais homme ne regarda » rappelle bien sûr l’expression colombine « la tierra más hermosa que ojos humanos vieron ». Carier nommera ainsi, à la manière portugaise, un cap d’Espérance. Comme Colomb, il n’hésite pas à affirmer avec optimisme, dans le droit fil des voyages fabuleux de Jean de Mandeville33, que les gens du lieu seront faciles à convertir34. Que dire alors des toponymes…

  • 35 Surtout si l’on compare avec l’inventaire de María del Mar Espejo Muriel, Los nombres de colores en (...)

30Cabo Hermoso, Cabo Lindo, Cabo Belprado, Bellaforma, Puerto Grande, Puerto Bueno, Puerto Bello : ces toponymes configurent une vision idyllique et semblent de prime abord aussi répétitifs qu’imprécis. Leur intérêt est seulement de désigner un point à l’intérieur d’une zone en le différenciant des points voisins, sans que leur portée, leur validité aille au-delà. Ils ont une valeur discriminante limitée, assortie d’une connotation laudative. Dans une certaine mesure, ils sont interchangeables, moins cependant que les lieux caractérisés par une couleur (Cabo blanco, Punta roja…), choisie dans une gamme chromatique réduite35.

  • 36 Également présent dans la toponymie afro-portugaise.
  • 37 Une étude éclairante sur le sujet : Juan Clemente Zamora Munné, Indigenismos en la lengua de los co (...)
  • 38 Également présent dans la toponymie afro-portugaise.

31L’analogie formelle, qui influençait Trinidad ou Montserrate, est source de noms plus différenciés tels que El Cabo de la Galera36, l’île Alto Velo et les îlots Caracol ou Delfín. Les référents proviennent alors en grande partie du monde maritime, de ses bateaux, de sa faune, qui se trouvent projetés sur terre. La présence réelle d’un animal justifie le nom de l’île Tortugas ou del Cabo de Gatos, « gatos » signifiant « singes ». La dimension géographique s’affirme au cours des deux derniers voyages de l’Amiral où elle caractérise la moitié des toponymes, au détriment de la proportion de références religieuses ou dédicatoires : le terrain et l’expérience de l’expédition s’imposent. Les autochtones apparaissent pour la première fois, à travers l’ornement de leurs oreilles percées de grands orifices, dans la Costa de la Oreja. Un mot issu de la langue de l’île Espagnole est utilisé pour désigner la végétation de la terre ferme (Caxinas), signe avant-coureur de l’usage d’un lexique amérindien intermédiaire pour rendre compte de l’aire en cours d’exploration37. Les toponymes sont essentiellement issus de la nature (Caxinas, Huerta, Barbas38) et des malheurs de la flotte, reflet de l’adversité des éléments qui atteint au dernier voyage son paroxysme.

  • 39 « Val Parayso » est attesté au milieu du xive siècle. Voir Stefan Ruhstaller, Materiales para la le (...)
  • 40 Historia de las Indias, I, 44, p. 226.

32Les transferts de toponymes européens, autre modalité, seconde, de la référence géographique, sont rarissimes chez Colomb, dont les textes sont néanmoins saturés de comparaisons avec la Castille et l’Andalousie. Ils se limitent au Valle del Paraíso (qui n’est pas seulement une allusion édénique : Colomb sera d’ailleurs reçu par le roi du Portugal dans la localité qui porte ce nom à son premier retour)39 et au Río Guadalquivir, le fleuve espagnol par excellence, indissociable de Séville et de l’activité portuaire, pour le premier voyage – sans oublier le Montserrate déjà cité et la référence à Savone dans Saona, au cours du deuxième voyage. Le Cabo del Enamorado pour lequel aucune justification n’est donnée, est peut-être à rapprocher de la Peña de los Enamorados, pic grenadin mentionné par ailleurs par Colomb40, qui était à Grenade lors de la prise de la ville. Tous ces points du Portugal, de Catalogne ou d’Andalousie sont pour l’Amiral des lieux de sa connaissance.

  • 41 Alexandre Cionarescu, Œuvres de Christophe Colomb, op. cit., p. 406.

33Les lieux qu’il croit atteindre ont laissé leur trace dans les textes du Découvreur bien plus que dans la toponymie, si l’on excepte la dénomination du Cabo Alfa y Omega, promontoire de Cuba, qu’il considère comme l’extrémité du continent asiatique, et dont le nom serait issu du livre de Marco Polo41. À la même époque, il se laisse guider par des étymologies qui lui font associer caniba et le grand Khan. Il est possible que l’île de Yamame (dont Colomb entend parler au premier voyage) soit déformée en Yana Hica au deuxième voyage dans le souci de l’associer à Iana, c’est-à-dire, la petite Java de Marco Polo. Cette île correspond à la Jamaïque actuelle, baptisée à l’époque Santiago.

4. Les références historiques

34La volonté de perpétuer la mémoire des faits vient se substituer à la perception visuelle du territoire. Le toponyme fait alors abstraction de l’espace désigné, en faveur d’une allusion à un épisode de l’expédition. Les repères laudatifs ne sont plus de mise, le temps et la violence font irruption dans le récit. Ces toponymes signifient le surgissement de la diachronie, l’espace n’est plus figé, comme à d’autres moments, dans ses caractéristiques stables : il devient alors une scène.

35Samaná, théâtre du premier affrontement avec des indigènes armés d’arcs et de flèches, reçoit ainsi le nom de Golfo de las Flechas. Lors du deuxième voyage, au cours de l’expédition vers la région du Cibao, on mentionne un Puerto de los Hidalgos dans la montagne pour rappeler que ceux-ci ouvraient une marche laborieuse. Dans le quatrième voyage, la Isla de las Pozas, el Río del Desastre, el Puerto de los Bastimentos et la Costa de los Contrastes sont la marque des obstacles rencontrés par le navigateur et des ressources providentielles qu’il a trouvées sur son chemin.

  • 42 « Dans ses mille alvéoles, l’espace tient du temps comprimé. L’espace sert à ça », Gaston Bachelard (...)
  • 43 Vida del Almirante, op. cit., chap. XXXV, p. 116.

36Si l’espace est comme un fossile de durée42, une manière de temps condensé, le nom de lieu porte aussi la mémoire insaisissable de ce temps pour ceux qui l’ont vécu. L’histoire de la découverte est présente en filigrane dans d’autres toponymes, comme La Navidad, qui se réfère autant à une date du calendrier qu’à un contexte précis. Hernando écrit du port baptisé à Noël par son père : « por él llamado Puerto de la Navidad en memoria de que tal día había bajado a tierra salvándose del peligro del mar y había dado principio a aquella población »43. Le souvenir de la perte funeste de la nef Santa María, dont le bois fut utilisé à la construction du fortin, devait être lié à un tel nom. Sans doute, de la même manière, le Río del Oro fut-il à la fois une allusion géographique (écho de l’hydronyme africain) et l’évocation pour les membres de l’expédition du point où survint une trouvaille en son temps prometteuse, ou présentée comme telle par leur chef et mise en exergue par le toponyme.

  • 44 Juan Gil, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid, Alianza Universidad, 1989, vol. 1, p. 25-28.
  • 45 Hernando Colón, Vida del Almirante, les mentionne au chapitre lxvii, p. 219.

37Le temps et l’espace céleste se mêlent enfin dans la dimension astrologique de certains baptêmes. Cela concerne le río del Sol (découvert un dimanche), le río de la Luna et le río de Mares (forme populaire de Marte/Mars, et non au pluriel de « mar »), découvert un mardi44. On peut y ajouter le nom du Cabo de la Estrella, celui de la Isla Tramontana, probablement lié à l’étoile du nord, et non seulement à la position de la côte (« corre de norte a sur ») et celui de Las Guardias, îles du troisième voyage qui sont aussi des étoiles45. La culture du navigateur inspire ici son riche répertoire toponymique, comme elle l’avait déjà fait avec le Cabo san Theramo, dernier nom du premier voyage et allusion à saint Erasme, honoré sous le nom de saint Elme comme patron des marins et protecteur des naufragés. Ce baptême, à valeur propitiatoire, est destiné à favoriser une bonne navigation au retour du premier voyage.

5. La relation à la toponymie amérindienne

38Si l’on retient la classification de Manuel Alvar, les différentes formes d’invasions engendrent trois types possibles de relation à la toponymie locale :

  1. L’adoption (le toponyme autochtone existant est repris tel quel).

  2. L’adaptation (la signification du toponyme est traduite dans la langue dominante).

  3. La création (un toponyme créé remplace le toponyme existant). La création peut être totale ou seulement partielle, dans le cas des dénominations doubles ou syncrétiques qui associent un nom créé en castillan à un toponyme (plus ou moins) autochtone. Ce type de dénomination métisse, très répandu dans l’empire espagnol, a perduré jusqu’à nos jours dans des milliers de localités américaines.

39Si Colomb utilise un très large éventail en matière d’inspiration toponymique, la composante aborigène brille par son absence. Elle se réduit en effet aux mots Cuba (le Cabo de Cuba mentionné au premier voyage) au Cibao (Puerto del Cibao, au deuxième voyage) et à la Punta de Caxinas, allusion à la flore antillaise, au cours du quatrième voyage. La création prédomine chez l’Amiral.

  • 46 Il appela d’ailleurs l’un de ses interprètes Diego Colón, lequel fut baptisé dans la péninsule avan (...)
  • 47 « por [los indios] supieron que aquella tierra se llamaba Paria », ce qui ne les empêche pas de la (...)

40Lorsqu’il s’agit de l’exploration d’un littoral ou de lieux inhabités, il est naturel que les toponymes locaux ne soient pas connus. Mais la création ne provient pas toujours de l’ignorance du nom local, Colomb prenant soin de capturer des Indiens pour lui servir de lenguas46. Même quand il parvient à connaître, tant bien que mal, le nom autochtone, il n’a de cesse que de le remplacer47, le transformer ou l’entendre de travers. Aveuglé par sa conviction d’avoir touché l’Orient, il évoque le 21 octobre son projet de se diriger vers une très grande île dont il dit : « Creo que deve ser Cipango, según las señas que me dan estos indios que yo traigo, a la cual ellos llaman Colba ». Le 24 décembre, il a changé d’avis et ne situe plus à Cuba, Cipango (l’ancien nom du Japon cité par Marco Polo) mais dans la future Isla Española : « Cipango, a que ellos llamavan Cibao ». Il s’appuie ici, comme il l’a fait dans le cas de Carriba/Caniba > Can, sur une parenté des sonorités. Ce n’est qu’au deuxième voyage qu’il reconnaît son erreur : « Cibao en lengua de esta gente india quiere dezir pedregal, y así lo es ». La quête de Cipango et les mines d’or effectivement trouvées dans le Cibao ont finalement garanti la pérennité du toponyme indigène Cibao. Encore n’est-il pas sûr que celui-ci soit une transcription authentique, dans la mesure où l’attraction, au sens propre et figuré, de Cipango peut avoir orienté la perception auditive du mot aborigène. Cuba, initialement Colba, peut aussi résulter d’un glissement dans le moule d’un substantif usuel en castillan, la « cuba » ou tonneau. La grille de perception garantirait alors la pérennisation d’un terme local, dont la forme rapportée par le Découvreur résulte d’une approximation simplificatrice. Un nom mystérieux, présumé local, hante Colomb qui en cherchera en vain le site : Babeque, qui fait figure d’Eldorado avant la lettre.

  • 48 Les noms indigènes (signalés par *) sont au nombre de quatre, les mixtes (**) sont au nombre de cin (...)

41Si l’on compare à présent la toponymie colombine aux noms des 17 premières villes espagnoles de la Isla Española, selon la récapitulation de Las Casas, on voit que ceux-ci présentent des caractéristiques très différentes48. La composante autochtone ne peut plus être ignorée et l’exploitation du territoire et de sa population proscrivent le recours à une toponymie totalement importée. D’où l’émergence d’appellations syncrétiques, destinées à fleurir sur tout le continent :

Santo Domingo
La Buenaventura (en las Minas Viejas)
El Bonao*
La Concepción [de la Vega]
Santiago
Puerto de la Plata
Puerto Real
Lares de Guahaba**
El Árbol Gordo
El Cotuy*
La Villa de Azua [en Compostela**]
San Juan de la Maguana**
Xaraguá*
La Villa de Yaquimo*
La Villa de Salvatierra [de la Sabana]**
La Villa de Salvaleón
Santa Cruz de Aicayagua**

  • 49 Tzvetan Todorov, La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, op. cit., p. 39-40.
  • 50 Alain Milhou, Colón y su mentalidad mesiánica en el ambiente franciscanista español, op. cit.

42Si le parfait ordre inaugural de la toponymie colombine n’avait guère de chances d’être maintenu ou reproduit, on ne peut en conclure, comme le fait Todorov, que « plus tard, ayant un peu épuisé les registres religieux et royal, il a recours à une motivation plus traditionnelle, par ressemblance directe. »49 La grande variété des noms géographiques ou hagiographiques des différents voyages n’est pas aussi simple à décrire. Les créations de l’Amiral ont des significations multiples et dans le répertoire bigarré qui en résulte se dessinent les deux figures protectrices féminines qu’il continua d’honorer en priorité : Marie et Isabelle. Le Découvreur ne fit rien pour l’évangélisation des Indiens, relève à juste titre Alain Milhou dans la conclusion de l’ouvrage qu’il lui a consacré50. Autant que de futurs chrétiens, il vit en eux de futurs esclaves. À l’épreuve du temps, sa religiosité n’aura laissé son empreinte que dans ces noms épars – trace éphémère et symbolique sur le livre de sable des Caraïbes.

Notes

1 Alexandre Cioranescu (éd.), Œuvres de Christophe Colomb, Paris, Gallimard, 1961, p. 364.

2 Carta de los Reyes a Colón, Segovia, 16 de agosto de 1494, in Colección documental del descubrimiento, Madrid, Real Academia de la Historia, CSIC, Fundación MAFPRE América, 1994, 3 volumes (vol. 2, p. 659).

3 Vida del Almirante, op. cit., I, p. 29.

4 Historia de las Indias, op. cit., I, 2, p. 25-27.

5 Sont signalés en caractères gras les toponymes les plus importants pour l’analyse.

6 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, op. cit.

7 Francisco Morales Padrón (ed.), Primeras cartas sobre América (1493-1503), Sevilla, Publicaciones de la Universidad de Sevilla, 1990.

8 Historia de las Indias, I, 113, p. 460.

9 Alain Musset, Villes nomades du Nouveau Monde, Paris, EHESS, 2002. Il y recense plus de 150 transferts en Amérique espagnole au cours du xvie siècle. En général, le nom, le saint patron et tout ce qui représente la communauté municipale est transféré dans un rayon variant de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres, le plus souvent en raison de risques naturels ou d’un emplacement premier qui se révèle inadéquat.

10 Samuel Eliot Morison, Christophe Colomb, amiral de la mer océane, Paris, Julliard, 1958, émet l’hypothèse que l’île Margarita soit un hommage à l’infante d’Autriche (p. 345).

11 Hernando Colón, Vida del Almirante, chapitre x, p. 107.

12 Alfonso Reyes voit dans Hispaniola l’expression « Petite Espagne » (Última Tule, op. cit., p. 43).

13 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, p. 156-157.

14 Carta de Michael Cuneo, 1495, in Francisco Morales Padrón, Primeras cartas sobre América (1493-1503), op. cit., p. 159 (je souligne).

15 « Cristóual Colón, genouès, natural de Saona… » écrit Hernán Pérez de la Oliva (Historia de la inuención de las Yndias [MS 1528], Bogotá, Instituto Caro y Cuervo, 1965, p. 41) qui connut Hernando Colón, lequel dit pour sa part, au sujet de son illustre père : « otros, que quieren ensalzarlo más, dicen que era de Savona… » (Vida del Almirante, op. cit., I, p. 28.)

16 Historia de las Indias, I, 44, p. 227.

17 Ibid., I, 52, p. 261 et I, 110, p. 450.

18 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, op. cit., p. 361-362.

19 On peut bien sûr se demander si cet épisode troublant n’est pas inventé car c’est par trois fois Colomb que le sort désigne.

20 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, op. cit., p. 237.

21 Voir notre annexe (« La toponymie de la Historia de las Indias »).

22 Auparavant, la désignation religieuse pouvait exister mais elle était indirecte, se rapportant à l’église, au monastère ou à quelque chapelle locale (Baylon et Fabre, op. cit., p. 150 et Rostaing, op. cit., p. 97-100).

23 Michael Cuneo, op. cit., p. 142.

24 Farallón : islote en forma de picacho, situado en las cercanías de la costa (in Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, op. cit., glosario, p. 540).

25 Hernando Colón, Vida del Almirante, chap. lxxiii, p. 230.

26 « El Almirante […] le puso por nombre Cabo San Miguel Saonese, por consideración hacia mí, y así lo anotó en su libro », Michael Cuneo, op. cit., p. 158.

27 Historia de las Indias, I, 15, p. 81.

28 Voir Jean-Pierre Sanchez, Mythes et légendes de la conquête de l’Amérique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996, 2 volumes (vol. 1, p. 55-59) et Gaston Duchet-Suchaux et Michel Pastoureau, La Bible et les saints. Guide iconographique, Paris, Flammarion, 1994 (réédition).

29 Historia de las Indias, I, 13, p. 69.

30 Avelino Teixera da Mota, Topónimos de origem portuguesa na Costa Occidental de Africa : desde o Cabo Bojador ao Cabo de Santa Caterina, Bissau, Centro de Estudos da Guiné portuguesa, 1950 et José da Silva-Terra, « Toponymie afro-portugaise au xve siècle », in La fabrique des mots. La néologie ibérique, sous la direction de Jean-Claude Chevalier et Marie-France Delport, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne (Iberica Essais), 2000, p. 131-157.

31 Samuel Eliot Morison, Christophe Colomb, amiral de la mer océane, op. cit.

32 Cristóbal Colón, Textos y documentos completos, op. cit., apostilla, p. 89.

33 « Ils [les Sarrasins] sont donc si proches de notre foi qu’il serait facile de les convertir à la foi chrétienne », Jean de Mandeville, Voyage autour de la terre [1356], chapitre xv (Paris, Les Belles Lettres, 1993, p. 103). Il décrit plus loin d’abondance la cour et le palais du « Grand Cham de Cathay », « l’empereur le plus puissant qui soit sous le ciel » (p. 173), la profusion d’îles au seuil de l’Asie, et, au sujet du Paradis terrestre, dit que « nul mortel ne peut s’en approcher, sinon par une grâce spéciale de Dieu. » (p. 230). Il n’est pas douteux que l’Amiral l’ait lu, même s’il ne le possédait pas dans sa bibliothèque. Voir Christiane Deluz, « Le livre de Jehan de Mandeville, autorité géographique à la Renaissance », in Voyager à la Renaissance, sous la direction de J. Céard et J. C. Margolin, Paris, Maisonneuve et Larose, 1987, p. 205-220.

34 « Ils nous donnèrent tout ce qu’ils avaient […] nous vîmes que ce sont des gens qui seraient faciles à convertir. » (Jacques Cartier, Voyages au Canada, avec les relations des voyages en Amérique de Gonneville, Verrazano et Roberval, Paris, La Découverte, 1992, Premier voyage, p. 142). Cartier déchante aussi, comme Colomb avec le Cibao, quand il écrit : « elle ne doit pas se nommer Terre-Neuve, mais pierres et rochers effroyables et mal rabotés […] et j’estime plutôt que c’est la terre que Dieu donna à Caïn. » (ibid., p. 122).

35 Surtout si l’on compare avec l’inventaire de María del Mar Espejo Muriel, Los nombres de colores en español. Estudio de lexicología estructural, Granada, Universidad de Granada, 1990.

36 Également présent dans la toponymie afro-portugaise.

37 Une étude éclairante sur le sujet : Juan Clemente Zamora Munné, Indigenismos en la lengua de los conquistadores, San Juan, Universidad de Puerto Rico, 1976. On appliqua des termes arawaks comme « canoa » ou « cacique » à l’ensemble du continent.

38 Également présent dans la toponymie afro-portugaise.

39 « Val Parayso » est attesté au milieu du xive siècle. Voir Stefan Ruhstaller, Materiales para la lexicología histórica. Estudio y repertorio alfabético de las formas léxicas toponímicas contenidas en el ‘Libro de la Montería’ de Alfonso XI, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1995, p. 196.

40 Historia de las Indias, I, 44, p. 226.

41 Alexandre Cionarescu, Œuvres de Christophe Colomb, op. cit., p. 406.

42 « Dans ses mille alvéoles, l’espace tient du temps comprimé. L’espace sert à ça », Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF (Quadrige), 1994, p. 27 et suiv.

43 Vida del Almirante, op. cit., chap. XXXV, p. 116.

44 Juan Gil, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid, Alianza Universidad, 1989, vol. 1, p. 25-28.

45 Hernando Colón, Vida del Almirante, les mentionne au chapitre lxvii, p. 219.

46 Il appela d’ailleurs l’un de ses interprètes Diego Colón, lequel fut baptisé dans la péninsule avant de retourner aux Indes au service des Espagnols. L’imposition des anthroponymes mériterait d’être approfondie et elle met en évidence les affinités du système des noms propres, que ceux-ci désignent des hommes ou des lieux.

47 « por [los indios] supieron que aquella tierra se llamaba Paria », ce qui ne les empêche pas de la rebaptiser aussitôt.

48 Les noms indigènes (signalés par *) sont au nombre de quatre, les mixtes (**) sont au nombre de cinq, et huit sont exclusivement espagnols.

49 Tzvetan Todorov, La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, op. cit., p. 39-40.

50 Alain Milhou, Colón y su mentalidad mesiánica en el ambiente franciscanista español, op. cit.

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540