Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La realidad y el deseo

 | 
Carmen Val Julián

Première partie. Ultimes écrits

I. Le visible et le dicible (Qu’est-ce qu’un toponyme ?)

Texte intégral

  • 1 Louis Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Minuit, 1973, p. 76.

Le visible excédera toujours le dicible.
Louis Marin1

  • 2 Quelques exemples : la loi fédérale des États-Unis interdit l’emploi du mot squaw (et ordonne son (...)
  • 3 Jean Menateau, « La toponymie, témoin fragile des mémoires régionales », Le Monde, 9/10/1999.
  • 4 « Padanie, l’État fantoche de l’Italie du Nord », Courrier international, n° 380, 12-18 février 19 (...)

1Hors des livres, dans l’expérience de chacun, les toponymes sont partout : ils quadrillent la ville où nous vivons, ses rues, ses affiches, ses repères, ils bruissent dans les refrains des chansons qui, selon l’âge, nous trottent dans la tête (« De Bruges à Gand… » comme « Si vas a Calatayud »…), cristallisent des émotions de cinéphile (Casablanca mais aussi Mourir à Madrid ou Sierra de Teruel )… Dans la presse quotidienne, la toponymie se glisse sous forme d’entrefilets d’actualité2 ou de débats plus étoffés où il est question, par exemple, de la préservation des noms de lieux de patrimoine3. On remarque qu’elle y a souvent partie liée avec la chronique politique, qu’il s’agisse des noms de rues changeant avec la couleur d’une municipalité, de noms de pays qui sont modifiés au gré du cours tourmenté de leur histoire (l’ex-Zaïre rebaptisé République démocratique du Congo ou les effets de l’éclatement de l’ex-URSS. : on dit alors que « la carte du monde a changé ») ou encore de noms créés de toutes pièces, comme la Padanie4. Première évidence, les noms assignés aux lieux sont affaire de pouvoir.

  • 5 Revista Credencial Historia (Bogotá), III, janvier-décembre 1992, n° 25-26.
  • 6 Le choix, à l’Indépendance, de ce nom pour le pays est significatif.

2Dans l’aire hispanique, la toponymie, sujet a priori aride, peut nourrir de violents débats. En 1991, à la faveur de la réforme constitutionnelle, – et par l’un de ces retours de balancier dont la toponymie officielle est coutumière –, la capitale colombienne retrouve son premier nom espagnol, Santa Fe, qui lui avait été donné par Jiménez de Quesada en 1538 (en hommage à la Santa Fe grenadine, camp des Rois Catholiques où furent signées les Capitulations de Colomb). Le Congrès d’Angostura l’avait supprimé en 1819. Dans son article, « Bogotá quiere decir república, Santafé colonia »5, Germán Arciniegas s’insurge contre cette mesure polémique. Au Mexique, la préservation du nom indigène de Zapotlán est défendue non moins vivement, entre autres, par Juan José Arreola contre l’imposition de celui de Ciudad Guzmán. L’attachement même du Mexique à son x6, de l’Espagne à son tilde menacé par l’uniformisation informatique (qui défigurerait España en Espana) rend compte d’enjeux qui dépassent la référence spatiale. Le toponyme a là une dimension identitaire (celle que Brassens raille dans ses excès en parlant des « imbéciles heureux qui sont nés quelque part »). Le nom de lieu n’est pas, sous cet angle, un nom ordinaire.

  • 7 Le plus novateur sur ce point me semble Maximiano Trapero, Para una teoría lingüística de la topon (...)
  • 8 En particulier histoire urbaine, par exemple Luis González Obregón, Las calles de México, México, (...)
  • 9 Par exemple, Luc Torres, « Un intento de caracterización de algunos topónimos en la Pícara Justina(...)
  • 10 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Paris, Gallimard (Folio), 1988, p. 376-420. Voir Roland Bart (...)

3Comme savoir sur l’origine, la signification et l’évolution des noms de lieu, la toponymie est à la croisée de plusieurs domaines. Aussi les ouvrages correspondants vagabondent-ils en ordre dispersé dans le catalogue de librairie ou de bibliothèque entre les rubriques « géographie », « linguistique »7, « histoire », « histoire locale » (volontiers sur le mode de l’érudition et des curiosités)8, voire « environnement ». Différentes revues spécialisées (Onoma, Onomastica devenue ensuite Revue internationale d’onomastique, Names) et congrès internationaux existent, ou ont existé, qui traitent de l’onomastique en général. Deux autres disciplines, qui ne viendraient pas à l’esprit de prime abord, font elles aussi des incursions dans le domaine toponymique. Un pan des études littéraires est en effet consacré aux noms propres dans une œuvre9 ou chez un auteur (en particulier chez Proust, qui intitula la troisième partie de Du côté de chez Swann : « Noms de pays : le nom »10). Dernière, mais non la moindre, la réflexion philosophique qui s’attache à cerner, depuis le Cratyle de Platon, la rectitude des noms et le lien entre les mots et les choses.

  • 11 Galicia, cuna de la Biblia, de Alfonso Pereyra [1982] cité par Alain Milhou, Colón y su mentalidad (...)
  • 12 Sur un autre plan, la surenchère éditoriale est perceptible dans des titres tels que Los cien nomb (...)

4Sur les branches nombreuses du savoir toponymique, on trouve quelques oiseaux rares. Des publications surprennent par une teneur que l’on pourrait qualifier de « folklorique » (puisque ce mot se trouve avoir un sens péjoratif). Ainsi Galicia, cuna de la Biblia, selon lequel l’empreinte de la Genèse serait refl étée dans 80 % des toponymes galiciens ou Toponimia y mito qui voit d’anciennes divinités préhistoriques dans le moindre nom de lieu péninsulaire11. Ce genre d’ouvrage fantaisiste révèle surtout combien le champ de la toponymie est investi d’une dimension imaginaire12, in fine légitimiste. Ce n’est pas par hasard que l’on prétend instituer, au prix d’étymologies révisionnistes, les noms de lieux comme instrument de preuve de l’importance historique d’une région, ou de telle ou telle culture. À travers la recherche, parfois échevelée, de racines linguistiques, on prétend fonder idéologiquement un enracinement communautaire.

5Il nous importe de définir le toponyme sur le plan théorique en abordant successivement, de manière concise, ses principaux aspects, jugés pertinents pour notre analyse de la toponymie de découverte.

1. Toponymie de continuité et de rupture

  • 13 Charles Rostaing, Les noms de lieux, Paris, PUF (Que sais-je ?), 1980. Voir aussi le manuel de Chr (...)
  • 14 Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 11 (extrait de la préface de L (...)

6Les dénominations géographiques telles que nous les connaissons à un moment donné sont le résultat de baptêmes successifs, de source et de portée diverses. À l’origine, la toponymie semble essentiellement utilitaire, elle balise la réalité géographique et physique la plus saillante, la plus importante au plan stratégique : un premier nom est donné par l’homme à la montagne et à la rivière13, ce qui n’est pas sans rappeler Valtepetl, « montagne d’eau », nomination imagée de la ville en langue náhuatl. Les désignations issues de la perception du milieu naturel (nature du sol, végétation,…) sont majoritaires et d’une très grande stabilité. Cette perception cependant n’est pas plus innée qu’unique, mais médiatisée par la représentation, comme nous le verrons. De ce type de nomination séculaire et fonctionnelle, telle qu’elle s’est fixée par exemple en France, pour l’essentiel à la fin du Moyen Âge, je parlerai comme d’une toponymie de la continuité ancrée dans la géographie et dont l’auteur serait la vox populi. Elle appartient à l’histoire, « quasi immobile, celle de l’homme dans ses rapports avec le milieu qui l’entoure », dont Fernand Braudel parle comme d’un « temps géographique »14.

  • 15 Charles Rostaing, op. cit., p. 59.
  • 16 Ibid., p. 71.
  • 17 Thèse centrale du livre d’Yves Lacoste qui fit scandale en son temps, La géographie, ça sert d’abo (...)
  • 18 Une branche de la toponymie, baptisée « choronymie » étudie les noms de lieux sous l’angle du cont (...)

7La toponymie porte également la trace des couches de populations qui se sont succédé sur un sol et qui l’ont, tour à tour, ou simultanément, nommé. Les invasions et les conquêtes (et, à un moindre degré, les migrations massives) tendent à marquer de leur empreinte les noms des lieux investis – ce qui n’implique pas que cette empreinte finisse toujours par prédominer. Le résultat du jeu de tensions entre les toponymies locales et extérieures dépend de plusieurs facteurs, d’ordre démographique et culturel. Ainsi, dans les formations romaines, les colonies recevaient des appellations officielles longues qui n’ont pas toujours survécu, à la différence du nom de la cité indigène, surtout si les effectifs des corps expéditionnaires étaient faibles proportionnellement à la population locale15. Lors des grandes invasions du ve siècle, l’envahisseur minoritaire « ne parvint pas à imposer sa langue au peuple soumis, celui-ci possédant une civilisation supérieure… »16. Si les rapports spatiaux sont des rapports de force17, ces derniers n’ont donc pas une traduction mécanique ni stable sur la carte. Il ne suffit pas de s’imposer pour imposer durablement ses noms de lieux18.

  • 19 La conquête romaine de la Gaule donna lieu à des hybrides gallo-romains où le nom d’Augustus, Caes (...)
  • 20 Ainsi Marseille devenue, par punition, « Ville-sans-Nom » en 1793, C. Rostaing, op. cit., p. 105. (...)

8Les phénomènes d’invasion, qui mettent deux toponymies en concurrence, débouchent sur une toponymie de la rupture, induite par l’histoire et dont le résultat est parfois syncrétique19. L’espérance de vie de tels toponymes est très variable et imprédictible, elle va de l’emploi le plus éphémère (si commun aux explorations et aux vicissitudes politiques20) jusqu’à l’inscription dans la longue durée. La toponymie de rupture découle d’un geste instaurateur, que celui-ci soit assumé par un État, un conquérant, ou un fondateur. La nomination dérive alors de la domination, et il n’est pas rare que l’espace soit nommé en hommage aux hommes qui l’ont conquis ou à leur patrie d’origine. D’où une toponymie plus arbitraire car elle ne tient pas compte du seul paysage. Sa rationalité est à chercher ailleurs.

  • 21 Maximiano Trapero, op. cit., p. 205-206. Voir aussi Silvio Zavala, Las conquistas de Canarias y Am (...)

9À cet égard, la piel de toro ibérique est un bel exemple de palimpseste où se mêlent et se superposent des strates toponymiques issues de dominations successives. Elle garde en effet la trace de la colonisation romaine, germanique ou arabe puis de la Reconquista, avec les toponymes liés à la notion de frontière. Ces derniers vont d’ailleurs servir de modèle en Amérique, en premier lieu lorsque Cortés baptise Tepeaca, « Segura de la Frontera ». Nous y reviendrons. La toponymie canarienne est aussi un modèle de formation, qui peut être tenu à plusieurs titres pour un antécédent de la conquête américaine21. Elle permet d’articuler les deux toponymies distinguées pour l’exposé, en signalant que la microtoponymie (celle des lieux les plus minuscules ou reculés) tend à être autochtone, tandis que la macrotoponymie (celle des agglomérations importantes) tend en revanche à être celle de l’envahisseur. Ainsi se conjugueraient, idéalement du moins, ce que nous avons appelé les toponymies de continuité (autochtone, née de la géographie) et de rupture (allogène, née de l’histoire). Autant de notions indispensables pour appréhender la toponymie du découvreur.

2. L’impossible œil nu

  • 22 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° 6, p. 1 (...)

10La toponymie n’est cependant jamais une évidence immédiate, imposée par le monde sensible, car tout paysage n’appelle pas, en soi, de façon directe, passive et spontanée, la nomination. Le réel spatial, pas plus que tout autre, n’est donné à l’avance. Il est l’objet d’un découpage et d’une interprétation culturels signifiants pour un groupe donné. L’expérience des choses doit passer par l’élaboration d’une représentation, construite par l’intermédiaire de la pensée, qui leur donne sens. Louis Marin (suivi en cela par d’autres22) a défini la problématique de la représentation en référence au Dictionnaire universel de Furetière qui offre deux acceptions apparemment contradictoires du terme, lequel se rapporte à la fois à l’absence et à la présence :

  • 23 Louis Marin, « Le cadre de la représentation et quelques-unes de ses figures », in De la représent (...)

« représenter » signifie d’abord substituer quelque chose de présent à quelque chose d’absent (ce qui est, pour le dire en passant, la structure la plus générale d’un signe). Cette substitution est, on le sait, réglée par une économie mimétique, la similarité postulée du présent et de l’absent autorisant cette substitution. Mais, par ailleurs, représenter signifie montrer, exhiber quelque chose de présent. C’est alors l’acte même de présenter qui construit l’identité de ce qui est présenté, qui l’identifie comme tel.23

11Louis Marin distingue ensuite entre la transparence du signe représentationnel dans la première opération, qu’il qualifie de transitive (représenter quelque chose) et l’opacité de ce même signe dans la seconde opération dite réflexive (se présenter). De notre point de vue, ces concepts incitent à remettre en question une approche réductrice de la toponymie rapportée à la seule transparence mimétique (qui consisterait à appeler un bois un bois) et à sonder sa part opaque.

  • 24 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 226-286.
  • 25 Ibid., p. 240 (je souligne).
  • 26 Ibid., p. 242.
  • 27 Ibid., p. 280.
  • 28 Ibid., p. 285.
  • 29 Michel de Certeau, « Pratiques d’espaces » (en particulier « Noms et symboles »), in L’invention d (...)

12L’idée qu’en nommant le découvreur désigne autant qu’il signe prend également appui sur l’approche structuraliste. Si l’on étend aux toponymes l’analyse de Claude Lévi-Strauss sur les noms propres des individus24, nommer est solidaire de classer : « On ne nomme donc jamais : on classe l’autre, si le nom qu’on lui donne est fonction des caractères qu’il a, ou on se classe soi-même si, se croyant dispensé de suivre une règle, on nomme l’autre « librement »25. D’où la conclusion : « On signifie toujours, que ce soit l’autre ou soi-même »26, qui me semble très stimulante pour aborder sous un angle différent la question de la nomination chez le découvreur. Quand les Normands baptisèrent le Pain de Sucre de Rio de Janeiro, « Le Pot de Beurre », ils étaient à cette lisière de signifier la forme de l’autre, tout en se signifiant eux-mêmes. Le nom propre, selon Lévi-Strauss, fait partie d’un « système global où la signification n’est jamais entièrement perdue »27. « Les noms propres représentent des quanta de signification, au-dessous desquels on ne fait plus rien que montrer »28. Cette question est débattue par les linguistes (vid. infra). La capacité de signifier des noms propres dans l’espace urbain a été analysée par Michel de Certeau29.

  • 30 Denise Jodelet (éd.), Les représentations sociales, Paris, PUF, 1989, Introduction ( je souligne).
  • 31 Ibid., p. 43-44.

13À l’œuvre dans la toponymie, les représentations « nous guident dans la façon de nommer et de définir ensemble les différents aspects de notre réalité de tous les jours, dans la façon de les interpréter, statuer sur eux et, le cas échéant, prendre une position à leur égard et la défendre »30. Comme toute représentation sociale, la désignation toponymique est avec son objet dans un rapport de symbolisation (elle en tient lieu), et d’interprétation (elle lui confère des significations). Elle sert à « agir sur le monde et autrui »31. L’activité toponymique déployée par le découvreur est à rapporter de cette définition de la représentation sociale donnée par Denise Jodelet :

  • 32 Ibid., p. 36.

C’est une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social. Également désignée comme « savoir de sens commun » ou encore « savoir naïf », « naturel », cette forme de connaissance est distinguée, entre autres, de la connaissance scientifique.32

  • 33 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », op. cit., p. 1514.

14L’un des traits remarquables des relations d’expéditions, c’est que, sous ses airs d’improviser, le découvreur n’a besoin d’aucun traité édictant des règles à l’heure de nommer : simplement il sait, en fonction d’un code partagé implicite qu’il faut bien supposer, ce que Roger Chartier appelle « l’outillage notionnel » des contemporains33. Finalement, l’explorateur (semblable en cela au soldat) se livre à une reconnaissance des lieux, indissociable d’une connaissance mentale et culturelle préalable.

3. Le toponyme dans la langue

  • 34 La nomenclature, p. 130-153 de Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien [1941], (...)

15Marc Bloch a attiré l’attention sur la nécessité de connaître l’évolution de la langue pour analyser des phénomènes historiques et les mots qui les expriment34. Le toponyme est, sur le plan de langue, un mot comme les autres, soumis aux lois de la phonétique et aux changements diachroniques. Simple ou complexe, il se compose de mots existants, le plus souvent substantif ou adjectif, outre les constantes que sont les articles et la préposition « de ». La suffixation, en particulier l’usage de diminutifs, augmentatifs, de locatifs et de collectifs, est un autre trait fréquent. Il peut également donner lieu à des dérivations (dont les gentilés) ou entrer dans des compositions. Le recours à une épithète descriptive est très courant (en particulier pour faire allusion à la couleur, comme dans « Lac bleu »). Cette caractérisation sommaire est nécessaire pour recadrer les toponymes américains.

16Par ailleurs, on use en toponymie de déterminatifs pour distinguer deux localités homonymes juxtaposées : « le vieux », « le neuf ». Mais en Amérique, terre d’élection du « neuf », celui-ci se multiplie dans les toponymes, accolé à un nom péninsulaire, sans que l’on puisse parler de juxtaposition spatiale. Aussi convient-il de s’interroger sur la valeur alors assignée à cette forme, si commune et ancienne, de la toponymie.

  • 35 « ¿Cómo pudo transformarse la dulce Cuauhnáhuac azteca en la dura Cuernavaca española ? », Carlos (...)

17La toponymie est formulée au départ selon les règles de la langue où elle naît, au moment où elle naît, mais sa transparence initiale peut s’estomper ou se perdre, en particulier si le territoire est occupé par des peuples d’autres langues. Un nom de lieu dont le sens cesse d’être perceptible par les habitants suscite des phénomènes d’étymologie populaire (de type « chantereine » pour l’endroit où coassait la grenouille). Il est également courant que le passage d’une langue à l’autre, en occultant le sens premier, aboutisse à des doubles tautologiques. Tous les mots sont transformés en passant d’une langue à l’autre, ils sont rarement traduits et le plus souvent adaptés à la langue dite emprunteuse. On ne saurait donc s’étonner que les toponymes indigènes recueillis dans les sources soient coulés dans le moule du castillan et réduits à son système phonétique. Ni que Cuauhnáhuac devienne Cuernavaca, pour reprendre l’exemple cité à l’envi35.

18Quand une ville ou une région reçoit aux Indes un nom existant déjà dans la péninsule, on a deux signifiés référentiels portés par un même signifiant. D’où l’ajout de déterminants comme Cartagena de Indias, Valladolid de Michoacán, Castilla del Oro pour dissiper toute confusion homonymique. La langue, comme système, est régie par le principe de la différenciation et du contraste et, selon Saussure, ses composantes doivent être saisies dans une perspective relationnelle. On peut se demander à cet égard si la fortune éphémère de la Nouvelle-Castille (supplantée rapidement dans les documents par Pérou) n’est pas, entre autres, dérivée de sa trop grande proximité linguistique avec Castilla-la-Nueva.

  • 36 Maximiano Trapero, « Sobre la capacidad semántica del nombre propio », in El Museo canario, LI, 19 (...)

19La question de la capacité sémantique du nom propre en général demeure controversée. L’anthropologie structurale lui accordait, comme nous l’avons vu, un pouvoir spécifique de signification. En revanche, une majorité de linguistes estime que les noms propres sont purement dénotatifs (ils servent à désigner quelque chose ou quelqu’un) et non connotatifs (ils ne disent rien de ce qu’ils désignent, autrement dit ils désignent mais ne signifient pas). Les noms propres auraient ainsi un référent mais non un sens. Maximiano Trapero établit à ce sujet une distinction en affirmant que si les anthroponymes ne délivrent aucune information sur la parcelle de réalité qu’ils identifient, cela n’est pas vrai des toponymes36. D’après lui, ils sont généralement motivés sémantiquement à leur naissance, les accidents de la nature étant assimilés à des objets communs (le cas typique serait le terme Sierra issu de la scie) et nommés selon leurs caractéristiques réelles ou imaginaires. La nomination ne serait dépourvue ni de logique ni de sens.

  • 37 Miguel Metzeltin, « La toponimia de los primeros descubrimientos. Contribución a una teoría de la (...)
  • 38 Miguel Metzeltin, « A toponimia espanhola da América segundo a Historia general de las Indias de F (...)
  • 39 María Victoria Romero Gualda, « Técnica lexicográfica en la Relación del descubrimiento y conquist (...)
  • 40 Teresa M. Rossi, « Denominar lo nuevo y volver a denominarlo : un problema a raíz del descubrimien (...)

20Au-delà de ces questions théoriques sur le nom propre, la linguistique s’est intéressée aux textes de la période, en particulier comme source d’approche de la néologie. Le lexique issu des découvertes a fait l’objet d’essais de systématisation linguistique portant sur la toponymie portugaise des côtes africaines37 ou sur le corpus textuel d’une chronique, telle que celle de Francisco López de Gómara38, ou de relations, comme celles de Pedro Pizarro39 ou de Francisco de Jérez40 sur la conquête du Pérou.

4. La parole faite acte

  • 41 Paul Zumthor, La mesure du monde. Représentation de l’espace au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1993, p.  (...)
  • 42 Sur la notion d’universalisme spirituel et temporel de la chrétienté (les Gentils n’ayant plus la (...)

21Découvrir, c’est d’abord nommer. « Et nommer un lieu, c’est en prendre possession »41. L’imposition du toponyme institue un droit de propriété sur un territoire ignoré de la carte du monde qu’il tire de sa nuit intemporelle. Que ce lieu soit déjà peuplé n’est pas un obstacle, il est considéré comme libre d’être conquis42.

  • 43 J. L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil (Points), 1970.
  • 44 Patricia Seed, Ceremonies of possession in Europe’s conquest of the New World, 1492-1640, Cambridg (...)

22Le philosophe J. L. Austin dans un livre fondamental, recueil de ses conférences, How to do things with words (« Quand dire, c’est faire »43), montre que le mot peut avoir valeur d’acte à la condition que soient réunies des circonstances conventionnelles reconnues et que l’énonciateur soit une personne appropriée. Les formules telles que « je baptise », « je prends pour époux », « je parie », « je lègue »… sont aussi des énonciations performatives qui ont des effets sur la réalité. La parole peut avoir alors autant de puissance que l’action. Sous ses allures quelque peu magico- religieuses, la parole de baptême proférée par le découvreur, quand il prend possession d’un lieu, se veut chargée d’efficacité historique et juridique. Donner le nom, c’est fonder un droit, s’adjuger la primeur d’une découverte, initier une possession. Les faits d’armes ne suffisent pas à établir une autorité qui procède du recours à un langage et à des cérémonies définies. Un discours solennel est nécessaire, semblable à la procédure de lecture du requerimiento qui précède l’attaque44. Patricia Seed voit dans cet attachement à la dimension verbale une spécificité espagnole :

  • 45 Patricia Seed, « Taking possession and reading texts. Establishing the authority of overseas empir (...)

Comlumbus’s practice of naming –or more accurately, renaming– rivers, capes, and islands as part of the ceremony of taking possession was repeated thoughout the conquest of the New World and constituted one of the culturally specific acts of Spanish imperial authority.45

  • 46 Cérémonies détaillées dans les Instructions à Juan Díaz de Solís (1514) pour l’exploration clandes (...)
  • 47 Stephen Greenblatt, Ces merveilleuses possessions. Découverte et appropriation du Nouveau Monde au(...)

23La nomination est partie intégrante d’un rituel de prise de possession et de sacralisation du territoire que les découvreurs devaient observer46. À cette fin, l’étendard déployé, ils plantaient une croix, taillaient l’herbe, entaillaient des arbres, coupaient des branches, parcouraient l’endroit et y faisaient dire la messe. Le tout devant notaire (ante escribano) et en prenant soin de préciser que nul n’avait élevé de contestation à ce propos (non me fue contradicho, sin contradición de persona alguna), procédure légaliste qui, bien entendu, n’a de sens qu’au regard d’un destinataire européen virtuel, partageant le même code47.

24Cela dit, le découvreur propose, mais le souverain dispose. La nomination, comme la fondation d’une ville, est du ressort des premières autorités d’un territoire, par délégation du roi, lequel a la faculté de confirmer ou non le choix opéré en son nom. La Couronne montre un souci constant de codification toponymique, lorsque par exemple, dans les Instructions à Pedrarias (Pedro Arias) Dávila pour la « pacification » de Castilla del Oro (1513), le sujet est abordé dans les premiers articles :

  • 48 Le texte est reproduit, entre autres, par Francisco Morales Padrón, Teoría y leyes de la conquista(...)

Llegados allá con la buenaventura lo primero que se ha de fazer es poner nombre general a toda la tierra general [sic] a las ciudades e villas e logares.48

25Quelques décennies plus tard, à la fin de la phase d’exploration, les Nouvelles ordonnances de découverte et de peuplement (1573) stipuleront pour leur part :

  • 49 Article 14 des ordonnances. Francisco Morales Padrón, Teoría y leyes de la conquista, op. cit., p. (...)

Luego que los descubridores lleguen a las provincias y tierras que descubrieren juntamente con los offiçiales pongan nombres a toda la tierra a cada prouincia por ssi a los montes y rios mas prinçipales que en ellas ouiere y a los pueblos y ciudades que allaren en la tierra y ellos fundaren.49

  • 50 « [having] given Names to a River o Cape… does not entitle them to ownership », in William Camden, (...)

26Le baptême change l’essence et le statut des hommes et des terres. Il rend compte du pouvoir que les mots, plus que chez les autres puissances coloniales, possèdent chez les Espagnols. En 1580, lors d’un litige territorial, la reine d’Angleterre opposa à l’ambassadeur d’Espagne l’argument que le fait, pour les Espagnols, d’avoir nommé une rivière ou un cap ne suffisait pas à leur conférer la possession des lieux50. C’est une manière de remettre en cause la nomination comme métonymie de la domination.

5. Le toponyme dans le texte

  • 51 Émile Zola, La fortune des Rougon, in Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1960, vo (...)

Pour mieux effacer tout souvenir répugnant, les habitants furent, à leur insu, conduits lentement à changer l’appellation du terrain ; on se contenta de garder le nom du saint, dont on baptisa également le cul-de-sac qui se creuse dans un coin du champ ; il y eut l’aire Saint-Mittre et l’impasse Saint-Mittre.51

  • 52 L’expression est de Balzac (Ursule Mirouët, Paris, Gallimard (Folio), 1981, p. 26.)
  • 53 Louis Marin, « Des noms propres en Utopie », chap. 4 de Utopiques : jeux d’espaces, op. cit., p. 1 (...)
  • 54 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, op. cit., p. 381.
  • 55 Le Cubain Abilio Estévez, dans Tuyo es el reino (Barcelona, Tusquets, 1997) écrit, en élargissant (...)

27On aura reconnu les premières pages des Rougon-Macquart, où le narrateur décrit un terrain vague, tour à tour cimetière puis promenade. L’incipit, ouverture de tout le cycle romanesque, ancre ainsi la lignée dans un territoire signifiant. Si le roman réaliste joue volontiers sur « l’occulte puissance des noms »52, l’onomastique littéraire concerne aussi bien les espaces fantastiques de l’Utopie de More53, de 1984 d’Orwell ou de la Insula Barataria dont Sancho Panza se croit gouverneur. La valeur évocatrice des noms peut transcender l’espace de référence, comme dans les rêveries toponymiques de Proust où Parme est « compact, lisse, mauve et doux »54, reprises par d’autres auteurs contemporains55. La dimension poétique, sans être essentielle dans nos sources, ne peut être ignorée car ce sont aussi des récits (que certains lecteurs, au fil du temps, lisent par pur plaisir).

  • 56 Louis Marin, Utopiques : jeux d’espaces, op. cit., p. 65 (je souligne).

28Plus particulièrement, dans le récit de voyage, où, selon Louis Marin, « l’histoire bascule dans la géographie », la trame relie « des lieux ont le parcours et la traversée constituent la narration elle-même […]. Le propre du récit de voyage est cette succession de lieux traversés, le réseau ponctué de noms et de descriptions locales qu’un parcours fait sortir de l’anonymat et dont il expose l’immuable préexistence. […] Ainsi le récit de voyage est la remarquable transformation en discours, de la carte, de l’icône géographique. »56. Les toponymes sont les topoï du voyage raconté. Même si le découvreur semble créer la carte qu’il raconte, ces noms s’inscrivent dans un horizon d’attente textuel qui leur préexiste. Ils y ont une fonction, des effets. Ils sont en dernière instance les gages de vérité (ou du moins d’illusion référentielle) d’une aventure.

***

29Cette caractérisation préalable me conduit à conclure que la lecture des textes des découvreurs doit s’articuler sur une pluralité d’approches : le toponyme est un signe linguistique dont la forme et l’usage doivent être rapportés à la fois à la langue et aux conditions historiques et géographiques qui le produisent, sans ignorer les effets textuels qu’il peut induire dans un récit.

Notes

1 Louis Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Minuit, 1973, p. 76.

2 Quelques exemples : la loi fédérale des États-Unis interdit l’emploi du mot squaw (et ordonne son remplacement) dans les toponymes, par égard aux minorités amérindiennes (Le Canard enchaîné, 31/12/1996) ; un happening artistique débaptise en une nuit divers lieux parisiens (« Une place Bill-Gates à l’Étoile », Libération, 6/9/2002) ; « Débaptiser le carrefour Salan n’est pas “la priorité des priorités” du maire de Toulon », Le Monde, 23/10/2001.

3 Jean Menateau, « La toponymie, témoin fragile des mémoires régionales », Le Monde, 9/10/1999.

4 « Padanie, l’État fantoche de l’Italie du Nord », Courrier international, n° 380, 12-18 février 1998.

5 Revista Credencial Historia (Bogotá), III, janvier-décembre 1992, n° 25-26.

6 Le choix, à l’Indépendance, de ce nom pour le pays est significatif.

7 Le plus novateur sur ce point me semble Maximiano Trapero, Para una teoría lingüística de la toponimia (Estudios de toponimia canaria), Las Palmas de Gran Canaria, Servicio de Publicaciones de la Universidad, 1995.

8 En particulier histoire urbaine, par exemple Luis González Obregón, Las calles de México, México, Porrúa, 1995 ou Alfred Fierro, Histoire et mémoire du nom des rues de Paris, Paris, Parigramme, 1999. La dimension réflexive est présente dans les actes d’un colloque, publiés sous la direction de Jean-Claude Bouvier et Jean-Marie Guillon, La toponymie urbaine. Signification et enjeux, Paris, L’Harmattan, 2001.

9 Par exemple, Luc Torres, « Un intento de caracterización de algunos topónimos en la Pícara Justina de Francisco López de Ubeda », Cahiers du PROHEMIO, I, 1996, p. 141-150.

10 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Paris, Gallimard (Folio), 1988, p. 376-420. Voir Roland Barthes, « Proust et les noms », in Le degré zéro de l’écriture, suivi de Nouveaux essais critiques, Paris, Seuil, 1972, p. 121-134 et Gérard Genette, Mimologiques. Voyage en Cratylie, Paris, Seuil, 1976.

11 Galicia, cuna de la Biblia, de Alfonso Pereyra [1982] cité par Alain Milhou, Colón y su mentalidad mesiánica en el ambiente franciscanista español, Valladolid, Casa Museo de Colón, Seminario americanista de la Universidad de Valladolid, 1983, note 954, p. 417. Toponimia y mito. El origen de los nombres, de Joaquín Caridad Arias, Barcelona, Oikos-tau, 1995, qui conteste systématiquement les étymologies admises.

12 Sur un autre plan, la surenchère éditoriale est perceptible dans des titres tels que Los cien nombres de América, Barcelona, Lumen, 1991, ou Alain Servantie (éd.), Le voyage à Istambul. Voyage à la Ville aux mille et un noms, Byzance-Constantinople-Istambul, Bruxelles, Complexe, 2002. Qu’un même lieu reçoive au fil du temps différentes appellations, c’est un fait, mais cent ou mille est exagéré. La référence, à des fins publicitaires, à une toponymie hyperboliquement multiple inscrit le texte dans l’ordre des mirabilia d’un autre âge.

13 Charles Rostaing, Les noms de lieux, Paris, PUF (Que sais-je ?), 1980. Voir aussi le manuel de Christian Baylon et Paul Fabre, Les noms de lieux et de personne, Paris, Nathan (Nathan-Université), 1982.

14 Fernand Braudel, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 11 (extrait de la préface de La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II ).

15 Charles Rostaing, op. cit., p. 59.

16 Ibid., p. 71.

17 Thèse centrale du livre d’Yves Lacoste qui fit scandale en son temps, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspero (Petite Collection Maspero), 1982.

18 Une branche de la toponymie, baptisée « choronymie » étudie les noms de lieux sous l’angle du contact des langues et elle s’est développée au sein des recherches canadiennes sur le bilinguisme (Henri Dorion, Place Names and Language Contact, Québec, Presses de l’université Laval, 1972, cité par Christian Baylon et Paul Fabre, op. cit., p. 245 et p. 253).

19 La conquête romaine de la Gaule donna lieu à des hybrides gallo-romains où le nom d’Augustus, Caesar ou Julius s’allie à un nom commun gaulois latinisé, tel que « dunum » (« forteresse ») ou « bona » (« fondation »), ainsi Augustodunum (Autun) ou Juliobona (Lillebonne) (Christina Baylon et Paul Fabre, op. cit., p. 117). De la même manière, au Mexique, on trouve des hybrides intégrant, avec un suffixe locatif náhuatl, un vocable espagnol : Cruztitla (« lieu des croix »), Rosastitla (« entre les roses »), etc.

20 Ainsi Marseille devenue, par punition, « Ville-sans-Nom » en 1793, C. Rostaing, op. cit., p. 105. Le châtiment suprême est finalement une dé-nomination (dans l’Utopie de More, le fleuve s’appelle « Sans-eau », et l’île est par son nom un non-lieu).

21 Maximiano Trapero, op. cit., p. 205-206. Voir aussi Silvio Zavala, Las conquistas de Canarias y América, Las Palmas, Cabildo Insular de Gran Canaria, 1991.

22 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° 6, p. 1505-1520 (cf. p. 1514).

23 Louis Marin, « Le cadre de la représentation et quelques-unes de ses figures », in De la représentation, Paris, Seuil/Gallimard, 1994, p. 342-363 (citation p. 342).

24 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 226-286.

25 Ibid., p. 240 (je souligne).

26 Ibid., p. 242.

27 Ibid., p. 280.

28 Ibid., p. 285.

29 Michel de Certeau, « Pratiques d’espaces » (en particulier « Noms et symboles »), in L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, UGE (10/18), 1980, p. 171-227.

30 Denise Jodelet (éd.), Les représentations sociales, Paris, PUF, 1989, Introduction ( je souligne).

31 Ibid., p. 43-44.

32 Ibid., p. 36.

33 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », op. cit., p. 1514.

34 La nomenclature, p. 130-153 de Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien [1941], Paris, Colin (Uprisme), 1974.

35 « ¿Cómo pudo transformarse la dulce Cuauhnáhuac azteca en la dura Cuernavaca española ? », Carlos Fuentes, Premio Miguel de Cervantes, 1987, Discurso de recepción, Barcelona, Anthropos, 1988, p. 77. De nos jours, au Mexique, les professionnels (ingénieurs, géographes et autres) appelés à travailler en zone indigène ont besoin de cours pour apprendre à transcrire correctement les noms autochtones (cf. Leonardo Manrique Castañeda, « La escritura tradicional de los topónimos provenientes de lenguas indígenas » in Ignacio Guzmán Betancourt, De toponimia… y topónimos, op. cit., p. 41-77). Difficile d’exiger ce savoir des conquistadores.

36 Maximiano Trapero, « Sobre la capacidad semántica del nombre propio », in El Museo canario, LI, 1996, p. 337-353 (cf. p. 347).

37 Miguel Metzeltin, « La toponimia de los primeros descubrimientos. Contribución a una teoría de la toponimización », in Manuel Alvar (ed.), Actas del V Congreso Internacional de Estudios lingüísticos del Mediterráneo, Madrid, CSIC, 1977, p. 622-634.

38 Miguel Metzeltin, « A toponimia espanhola da América segundo a Historia general de las Indias de Francisco López de Gómara », in Francisco Contente Dominguese et Luis Filipe Barreto (coord.), Estudios de Historia dos descobrimentos europeos. Em Homenagem a Luis de Albuquerque, Lisboa, Editorial Presença, vol. 1, p. 89-100.

39 María Victoria Romero Gualda, « Técnica lexicográfica en la Relación del descubrimiento y conquista de los reinos del Perú », Lingüística española actual, X-2, 1988, p. 217-224.

40 Teresa M. Rossi, « Denominar lo nuevo y volver a denominarlo : un problema a raíz del descubrimiento », Rassegna Iberística, 43, 1992, p. 3-16, fait une lecture comparative des néologismes de la Verdadera relación de la conquista de Perú y provincia del Cuzco, llamada la Nueva Castilla (Sevilla, 1534) et de sa traduction italienne (Venise, 1535).

41 Paul Zumthor, La mesure du monde. Représentation de l’espace au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1993, p. 54.

42 Sur la notion d’universalisme spirituel et temporel de la chrétienté (les Gentils n’ayant plus la possession légitime de leurs domaines depuis l’avènement du Christ), voir Anthony Pagden, La caída del hombre natural, Madrid, Alianza editorial, 1988, p. 51-87.

43 J. L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil (Points), 1970.

44 Patricia Seed, Ceremonies of possession in Europe’s conquest of the New World, 1492-1640, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 175.

45 Patricia Seed, « Taking possession and reading texts. Establishing the authority of overseas empires », in Robert Lewis et Jerry M. Williams (ed.), Early images of the Americas, Transfer and invention, Tucson, The University of Arizona Press, 1993, p. 112-147 (cf. p. 122).

46 Cérémonies détaillées dans les Instructions à Juan Díaz de Solís (1514) pour l’exploration clandestine des côtes du Brésil, où il devait perdre la vie. Voir Francisco Morales Padrón, « Descubrimiento y toma de posesión, Anuario de Estudios Americanos, XXI, 1955, p. 321-380. Le modèle de prise de possession remonterait à la conquête des Canaries.

47 Stephen Greenblatt, Ces merveilleuses possessions. Découverte et appropriation du Nouveau Monde au xvie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1996, développe ces points.

48 Le texte est reproduit, entre autres, par Francisco Morales Padrón, Teoría y leyes de la conquista, Madrid, Ediciones de Cultura Hispánica del Centro Iberoamericano de Cooperación, Madrid, 1979, p. 90-91 (et, avec des variantes de graphie, par Francisco Solano, Normas y leyes de la ciudad hispanoamericana 1492-1600, Madrid, CSIC, 1996, p. 36-37).

49 Article 14 des ordonnances. Francisco Morales Padrón, Teoría y leyes de la conquista, op. cit., p. 492.

50 « [having] given Names to a River o Cape… does not entitle them to ownership », in William Camden, Rerum Anglicarum et Hibernicarum Annales regnante Elisabetha (Londres, 1639), p. 328, cité par Patricia Seed, Ceremonies of Possession in Europe’s Conquest of the New World, 1492-1640, op. cit., p. 174.

51 Émile Zola, La fortune des Rougon, in Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1960, vol. 1, p. 5-7.

52 L’expression est de Balzac (Ursule Mirouët, Paris, Gallimard (Folio), 1981, p. 26.)

53 Louis Marin, « Des noms propres en Utopie », chap. 4 de Utopiques : jeux d’espaces, op. cit., p. 115-131.

54 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, op. cit., p. 381.

55 Le Cubain Abilio Estévez, dans Tuyo es el reino (Barcelona, Tusquets, 1997) écrit, en élargissant à la toponymie latino-américaine : « ¿Te has percatado del encanto que tienen los nombres de ciudades ? […] Glasgow huele a árboles, Manila es dorada, París un cristal […] Tegucigalpa un jarro de leche acabada de ordeñar […] » (je souligne).

56 Louis Marin, Utopiques : jeux d’espaces, op. cit., p. 65 (je souligne).

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540