Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La realidad y el deseo

 | 
Carmen Val Julián

Première partie. Ultimes écrits

Introduction

Texte intégral

  • 1 In Jeunesse, suivi de Le cœur des ténèbres, Paris, Gallimard (L’Imaginaire), 1986.

Considérer une côte tandis qu’elle défi le au long du navire, c’est comme se pencher sur une énigme. Elle est là, devant vous, souriante ou hostile, tentante, splendide ou médiocre, insipide ou sauvage, et muette toujours, non sans un air de murmurer : Approche et devine.
Joseph Conrad, Le cœur des ténèbres1

  • 1 Georges Perec, Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 2000, p.26.

L’espace commence ainsi, avec seulement des mots, des signes tracés sur la page blanche.
Georges Perec, Espèces d’espaces1

  • 2 « Atrevámonos a decir que el descubrimiento de América fue el resultado de algunos errores científ (...)

1Quand Alfonso Reyes écrivit, en une belle formule, que la découverte de l’Amérique fut le résultat de quelques erreurs scientifiques et de quelques trouvailles poétiques2, peut-être songeait-il à ces noms que les découvreurs semèrent à tout vent sur l’espace du Nouveau Monde. C’est de ces noms, exotiques malgré eux une fois transplantés outre Atlantique, qu’il sera question ici. Le nom est avant tout un signe, le premier signe d’une découverte, assigné par son inventeur. Il est signe en ce sens qu’il est à la fois indice, signe linguistique et signe légal. Ce faisant, le découvreur agit en authentique géographe : il écrit à la surface du globe, en même temps qu’il écrit tout court la relation de son périple. Il se meut dans un double espace : le monde et la page, l’espace jusque-là ignoré qu’il crée par les noms et celui (texte ou carte) où il couche ceux-ci par écrit.

2La toponymie de la découverte donne une impression de foisonnement et d’improvisation, où l’espace de l’inédit, de l’inouï, se forge dans un tissu diffus de réminiscences. Je m’y intéresserai pour les trois décennies, à peine, qui séparent les découvertes majeures de Christophe Colomb et d’Hernán Cortés. La période est assez courte pour permettre une étude en profondeur du corpus toponymique, en particulier à travers la Historia de las Indias de Bartolomé de Las Casas qui traite de la période 1492-1520. Elle est assez longue pour contenir des phases distinctes de la découverte, préalables à l’expansion sur le continent. Ce choix permet de comparer ce qui est comparable. Les Antilles et le Mexique donnent lieu à une toponymie a priori inaugurale, au sein d’une continuité temporelle et spatiale car l’archipel des Antilles fut occupé par l’Espagne comme base d’exploration, d’acclimatation et d’approvisionnement de son rayonnement dans le golfe du Mexique. Comparer les unités et les séries permettra de savoir quelles ont été les manières de nommer dans les deux cas et de définir les continuités ou les ruptures entre elles. Nous serons amenés à rapprocher en particulier deux dénominations qui, loin de tomber dans l’oubli, comme la majorité des toponymes de découverte, ont perduré : Hispaniola et Nouvelle-Espagne, les deux termes qui fondent et signent durablement l’action colombine et cortésienne sur le territoire.

  • 3 José Antonio Calderón Quijano, Toponimia española en el Nuevo Mundo, Sevilla, Caja San Fernando, 1 (...)
  • 4 Ignacio Guzmán Betancourt (ed.), Los nombres de México, Miguel Ángel Porrúa, 1998. Du même auteur, (...)
  • 5 Adolfo Salazar-Quijada, El origen de los nombres de los estados y de los municipios de Venezuela, (...)
  • 6 Eufemio Morenzo Sanz et Gustavo Redondo Moralejo, Los nombres de Castilla y León en América y Fili (...)
  • 7 Ainsi le chapitre « La escritura de la tierra de nadie. Los nombres de los lugares. El espacio del (...)
  • 8 Rafael Osuna, Cuestiones de onomatología americana en los cronistas de Indias, Bogotá, Instituto C (...)
  • 9 En particulier, « La toponimia como herencia histórica y lingüística » [conférence de 1969], in (...)
  • 10 Ainsi sa méditation « Mérida de Yucatán », in Por los caminos de nuestra lengua, Alcalá de Henares (...)
  • 11 Alejandra Moreno Toscano, « Toponimia y análisis histórico », Historia Mexicana, XIX-1, juillet-se (...)
  • 12 Antonio Llorente Maldonado de Guevara, Discurso de apertura [Toponimia y Ciencias Históricas], Gra (...)

3Une bibliographie conséquente existe sur la toponymie américaine, essentiellement sous la forme de répertoires synchroniques, dont le plus complet est Toponimia española en el Nuevo Mundo, de José Antonio Calderón Quijano3 qui dépasse le cadre des études par pays telles que Los nombres de México4 ou les ouvrages spécialisés de Adolfo Salazar-Quijada sur le Venezuela5. Certains titres alléchants comme Los nombres de Castilla y León en América y Filipinas6 se révèlent décevants, car ils mêlent les toponymes existant dans les provinces péninsulaires – dont on retrouve un écho aux quatre coins de l’ancien empire espagnol – et les toponymes créés par des conquérants qui furent des enfants de ces provinces. Sur le plan de la méthodologie, c’est ignorer que telle ou telle province n’a pas le privilège exclusif d’un toponyme (et donc que rien n’indique que le toponyme américain ou philippin repéré ait un lien nécessaire avec la Castille ou le León). En outre, la création d’une ville par un conquérant, autrement significative, doit être distinguée, en particulier sur les cartes, des autres phénomènes d’origine incertaine. Une forme de chauvinisme régional paraît commander ces travaux. Quant à l’analyse purement littéraire de la question, elle court le risque de s’épuiser rapidement en quelques constats7. Les orientations les plus éclairantes sont à chercher dans des publications brèves, dont Cuestiones de onomatología americana8 et les articles de Rafael Lapesa9, Manuel Alvar10, Alejandra Moreno Toscano11 ou Antonio Llorente Maldonado12.

4Je me suis proposé, pour ma part, de saisir une toponymie naissante, dans la diachronie, au moment où elle surgit dans les textes, étudier ce surgissement même. La découverte, partage des eaux, offre en effet un modèle de formation toponymique. L’étude d’un tel segment pourrait forger des outils ou des hypothèses pour l’appréhension du processus de dénomination à une échelle plus vaste, en s’attaquant à d’autres sources et régions du Nouveau Monde.

  • 13 Tzvetan Todorov, La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Paris, Seuil (Points), 1991, p (...)

5Si je donne, d’aventure, l’impression de m’éloigner parfois de mon sujet, c’est que cette monographie voudrait être une invitation à penser les valeurs du nom de lieu dans la langue et dans l’histoire. On ne peut aligner des anecdotes ponctuelles sur les baptêmes opérés par les découvreurs en oubliant que nommer l’espace est une nécessité vitale, immémoriale, à laquelle les différentes cultures répondent par des pratiques plus ou moins singulières. Rien n’existe isolément. S’il faut examiner de près la toponymie de découverte – dont cette « rencontre extrême et exemplaire »13 que constitue la découverte de l’Amérique est un cas – il ne faut jamais perdre de vue, sous peine de manquer de perspective, qu’elle n’est qu’une modalité de la dénomination. Aussi serons-nous amenés à nous échapper du cadre spatio-temporel défi ni pour y revenir, et le mieux comprendre.

6C’est sur la dénomination qu’il convient tout d’abord de s’interroger sur le plan historique et linguistique : qu’est-ce qu’un toponyme ? Quelles formes peut-il adopter ? Quelles sont ses fonctions ? En s’intéressant ensuite au Nouveau Monde, on doit prendre soin de rapporter les phénomènes observés à la toponymie ibérique et à son patrimoine, dans lequel le découvreur puise un lot de noms et des manières de faire au moment de nommer des espaces beaucoup plus vastes et moins uniformes.

7Cela permettra de se demander d’où le découvreur, qu’il s’appelle Colomb ou Cortés, tire ce savoir-nommer apparemment empirique. Quels usages en fait-il ? Qu’advient-il du substrat toponymique autochtone ? Auparavant, nous tenterons de montrer comment Las Casas, dans la Historia de las Indias, nous donne une leçon de toponymie. En fin de parcours, nous nous interrogerons sur la polysémie de l’adjectif nuevo/nouveau, corollaire linguistique de nombre d’entreprises coloniales.

Notes

1 Georges Perec, Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 2000, p.26.

2 « Atrevámonos a decir que el descubrimiento de América fue el resultado de algunos errores científi cos y algunos aciertos poéticos », Alfonso Reyes, Última Tule, in Obras Completas, México, FCE, 1960 (réédition 1982), vol XI, p.44.

3 José Antonio Calderón Quijano, Toponimia española en el Nuevo Mundo, Sevilla, Caja San Fernando, 1988.

4 Ignacio Guzmán Betancourt (ed.), Los nombres de México, Miguel Ángel Porrúa, 1998. Du même auteur, Toponimia mexicana Bibliografía general, México, INAH, 1989 et sous sa direction, De toponimia y topónimos, México, INAH, 1987. Voir aussi l’essai de Miguel León Portilla, La multilingüe toponimia de México en sus estratos milenarios, México, Condumex, 1983 et l’ouvrage de Gutierre Tibón, Historia del nombre y de la fundación de México, México, FCE, 1975 qui recense quelque 70 étymologies du toponyme « México ».

5 Adolfo Salazar-Quijada, El origen de los nombres de los estados y de los municipios de Venezuela, Caracas, Universidad Central de Venezuela, 1994 (Ediciones de la Comisión Nacional de Nombres geográficos), no 1.

6 Eufemio Morenzo Sanz et Gustavo Redondo Moralejo, Los nombres de Castilla y León en América y Filipinas, Valladolid, Ambito, 1996.

7 Ainsi le chapitre « La escritura de la tierra de nadie. Los nombres de los lugares. El espacio del Nuevo Mundo », de Noé Jitrik, dans Los dos ejes de la cruz. La escritura de apropiación en el diario, el memorial, las cartas y el testamento del enviado real Cristóbal Colón, Puebla, Universidad de Puebla, 1983, p 97-101 (On peut s’interroger sur la finalité rhétorique d’un titre aussi ampoulé pour se référer à « el corpus colombino » o « los documentos colombinos ».)

8 Rafael Osuna, Cuestiones de onomatología americana en los cronistas de Indias, Bogotá, Instituto Caro y Cuervo, 1973.

9 En particulier, « La toponimia como herencia histórica y lingüística » [conférence de 1969], in Léxico e historia, Madrid, Istmo, 1992, p. 169-189.

10 Ainsi sa méditation « Mérida de Yucatán », in Por los caminos de nuestra lengua, Alcalá de Henares, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Alcalá de Henares, 1996, p. 189-191.

11 Alejandra Moreno Toscano, « Toponimia y análisis histórico », Historia Mexicana, XIX-1, juillet-septembre 1969, p.1-10.

12 Antonio Llorente Maldonado de Guevara, Discurso de apertura [Toponimia y Ciencias Históricas], Granada, Universidad de Granada, 1969. Du même auteur, Los topónimos españoles y su significado, Salamanca, Instituto de Ciencias de la Educación – Ediciones de la Universidad de Salamanca, 1991.

13 Tzvetan Todorov, La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Paris, Seuil (Points), 1991, p. 13.

Notes de fin

1 In Jeunesse, suivi de Le cœur des ténèbres, Paris, Gallimard (L’Imaginaire), 1986.

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540