Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et migration : un accord dissonant ?

 | 
Hélène Buisson-Fenet
, 
Olivier Rey

Le point de vue des chercheurs

Les enfants d’immigrés à l’école : inégalités scolaires du primaire à l’enseignement supérieur

Mathieu Ichou

Texte intégral

1L’immigration est un phénomène social majeur dans de nombreux pays européens. Or, les effets sociaux à long terme de ces mouvements de populations s’évaluent moins à travers l’étude des immigrés eux-mêmes que par l’analyse des trajectoires de leurs descendants. En France, près d’un quart des enfants d’âge scolaire ont au moins un parent immigré.

2Parallèlement à la croissance démographique des enfants d’immigrés, la place de l’éducation scolaire dans les sociétés européennes est devenue de plus en plus centrale. Du fait de la massification de l’enseignement secondaire, puis supérieur, une part toujours plus importante des jeunes générations fréquente l’école pendant une durée qui s’allonge. Cette tendance s’avère d’autant plus significative qu’elle a lieu dans des sociétés où les qualifications scolaires jouent un rôle essentiel dans le positionnement des individus dans l’espace social.

3Simultanément, l’immigration est omniprésente dans les discours politiques et médiatiques et ces discours sont largement déterminés par la perception de l’immigration comme un problème social. À ce titre, le thème de l’échec scolaire des enfants d’immigrés reste un leitmotiv, souvent associé à la dénonciation des carences supposées des familles immigrées, à l’absence de « volonté d’intégration » de leurs enfants et, plus rarement, aux dysfonctionnements du système scolaire.

  • 1 M. Ichou, Les enfants d’immigrés à l’école. Inégalités scolaires du primaire à l’enseignement supér (...)

4Devant la prégnance de ces discours, un des objectifs de mon ouvrage1 est de proposer un autre point de vue sur la scolarité des enfants d’immigrés. L’originalité de ce point de vue consistera à passer d’une vision de l’échec scolaire des enfants d’immigrés comme problème social à l’étude de leurs trajectoires scolaires comme problématique sociologique, fondée sur une approche descriptive, plus que prescriptive, et sur des preuves empiriques constituées à partir d’outils méthodologiques et conceptuels des sciences sociales.

Recherches existantes sur les trajectoires scolaires des enfants d’immigrés en France

  • 2 Voir notamment les travaux de Louis-André Vallet, Héctor Cebolla Boado, Yaël Brinbaum, Jean-Luc Pri (...)

5Les analyses proposées se fondent sur une lecture des travaux de sciences sociales sur les enfants d’immigrés à l’école2 auquel il est impossible de rendre justice ici. L’ensemble de ces recherches ont mis en avant une conclusion semblable : les enfants d’immigrés réussissent en général moins bien à l’école que les enfants de natifs. Cette moindre réussite se manifeste à travers les résultats scolaires à l’école primaire et au collège et en termes d’orientation vers les filières professionnelles après la classe de 3e et les sections les moins prestigieuses du baccalauréat. À l’issue de leur trajectoire scolaire, les enfants d’immigrés sont donc en général moins diplômés que les enfants de natifs.

6Quasiment tous les travaux qui traitent du thème de la scolarité, en général, de celle des enfants d’immigrés, en particulier, s’accordent pour donner une place essentielle à l’influence des propriétés sociales des parents sur la scolarité de leurs enfants. Depuis les années 1960, les chercheurs amoncellent les preuves empiriques de l’influence de l’origine sociale des élèves sur leurs parcours scolaires. La position des parents dans la structure sociale, les capitaux économique et culturel qui y sont liés et qui engendrent, chez les élèves, des dispositions plus ou moins proches des attentes de l’école constituent l’explication principale des écarts scolaires entre les enfants de natifs et d’immigrés.

7La plupart des travaux existants, notamment avant les années 2010, sont limités par plusieurs obstacles méthodologiques et théoriques. Premièrement, pour des raisons qui tiennent aux variables disponibles dans les enquêtes et à la puissance statistique des analyses, beaucoup des recherches existantes ne distinguent que quelques grands agrégats qui constituent les groupes les plus importants numériquement. Ce faisant, ces travaux produisent une représentation trop homogénéisante de la situation scolaire des enfants d’immigrés. Comme le montrent des travaux récents, ainsi que les résultats présentés dans la suite de ce texte, les analyses qui prennent le parti d’utiliser des catégorisations fines de l’origine migratoire ont permis de mettre pleinement au jour la diversité scolaire de la « deuxième génération » en France.

8En outre, les différences scolaires entre élèves et groupes d’élèves ne disparaissent pas totalement, même quand on procède à des comparaisons « à milieu social équivalent ». Un cadre analytique qui se focalise uniquement sur les propriétés sociales et les conditions matérielles d’existence des familles immigrées en France ne permet pas de comprendre pourquoi des individus placés dans des conditions structurelles similaires dans la société d’immigration ont des trajectoires différentes.

9Si l’explication des inégalités scolaires n’est pas uniquement contenue dans les propriétés sociales des familles en France, il est logique de vouloir chercher ailleurs : dans la société d’émigration. La piste explicative la plus simple consiste alors à rendre la « culture d’origine » des immigrés responsable de la sur- ou sous-réussite de leurs enfants. Malgré leur évidence apparente, les explications de type culturaliste, qui insistent sur le rôle des valeurs et des normes du groupe pour comprendre la situation scolaire de ses membres, ont deux défauts fondamentaux. D’une part, elles ont tendance à oublier l’historicité des phénomènes étudiés et ne sont donc pas très performantes pour expliquer les changements temporels, en particulier intergénérationnels. D’autre part, elles produisent une représentation homogène des groupes, qui ne permet pas de comprendre les variations et hiérarchies internes à chaque collectif censé partager une même culture.

Cadre analytique général

10Mon parti pris est d’utiliser comme fondations du cadre d’analyse des outils conceptuels de la sociologie générale, en particulier les notions de socialisation, de capitaux et de statut social, et de réfléchir théoriquement et empiriquement aux modifications que ces concepts généraux doivent subir du fait des spécificités de l’objet « enfants d’immigrés ». Dans l’ouvrage, l’analyse est organisée successivement autour des principales instances de socialisation qui influencent les trajectoires scolaires des enfants : les parents, l’école, la fratrie et le quartier. Ici, c’est sur les parents que je me concentrerai.

11Inspiré théoriquement des travaux de Sayad, Bourdieu et Lahire et empiriquement de Zeroulou, Laacher et Santelli, je pars du principe que, afin de comprendre le rapport à l’école, les pratiques éducatives, les aspirations et, plus généralement, les dispositions scolaires des parents immigrés au moment où leurs enfants sont scolarisés, il est nécessaire, non seulement de s’intéresser à leurs conditions d’existence actuelle, mais également à la socialisation pré-migratoire des immigrés.

12Les différences entre les conditions d’existence avant et après la migration se manifestent souvent par une certaine discordance entre la position sociale occupée dans la société d’origine et la position sociale occupée dans la société d’immigration. Cette dissonance de la situation de statut, au sens de la ständische Lage de Weber, est d’autant plus forte que le possible déclassement lié à la migration se double souvent, surtout pour les immigrés postcoloniaux, d’une situation de minorisation dans la hiérarchie ethno-raciale dominante de la société d’immigration. Pour spécifier une telle dissonance, on peut trouver chez les théoriciens de la stratification sociale le concept d’incohérence de statut (status inconsistency). Cette incohérence de statut peut avoir pour principe une différence entre le niveau d’éducation et le revenu d’un individu, entre sa position sociale objective et subjective ou, dans le cas d’un immigré, entre son statut social avant et après la migration. Ces statuts sociaux différents sont occupés successivement, mais aussi souvent simultanément : en effet, la dualité du statut social de l’émigré/immigré est entretenue et réactivée par les relations que l’immigré entretient « entre ici et là-bas ».

13Ce n’est qu’une fois que l’on a reconstitué la trajectoire sociale complète des immigrés et donc pris la mesure de la différence qui peut exister entre les statuts sociaux qu’ils occupent dans les sociétés d’origine et d’immigration que l’on peut comprendre leurs ressources et dispositions scolaires dans le pays d’immigration. C’est en tout cas l’une des hypothèses centrales que je souhaite mettre à l’épreuve empirique.

Les trajectoires scolaires des enfants d’immigrés : dépasser une vision homogène de la « deuxième génération »

14Les lignes suivantes résument les résultats obtenus par l’analyse statistique des performances scolaires des enfants d’immigrés de l’école primaire au lycée, à partir de trois panels d’élèves du ministère de l’Éducation nationale : le panel d’élèves entrés au cours préparatoire (CP) en 1997 et les panels d’élèves entrés en 6e en 1995 et 2007. Premièrement, les moins bons résultats scolaires des enfants d’immigrés par rapport aux enfants de natifs s’expliquent d’abord et avant tout par la position sociale qu’occupent leurs parents. C’est la leçon la moins originale et pourtant sans doute la plus importante sociologiquement. Les enfants d’immigrés sont bien plus nombreux que les enfants de natifs à avoir des parents faiblement pourvus en capitaux économique et scolaire. Pour cette raison, ils échouent plus souvent à l’école.

15Deuxièmement, la diversité scolaire de la « deuxième génération » apparaît très importante. Certains groupes souffrent de désavantages scolaires par rapport aux élèves du groupe majoritaire de même milieu social : c’est le cas en particulier des enfants d’immigrés du Sahel et de Turquie. D’autres groupes, en revanche, ont des résultats scolaires supérieurs : c’est surtout le cas des enfants d’immigrés d’Asie du Sud-Est.

16Troisièmement, malgré des progrès plus rapides des enfants d’immigrés, par rapport aux enfants de natifs, à l’école primaire, les positions scolaires relatives des différents groupes sont marquées par une forte inertie. Autrement dit, les inégalités scolaires formées précocement ont des conséquences durables.

17Au-delà de ces analyses, il est important de replacer les performances des élèves dans la cohérence plus large de leur trajectoire scolaire de l’école primaire à l’enseignement supérieur. En adoptant une approche holistique, j’ai étudié les différentes dimensions et étapes des trajectoires scolaires conjointement, plutôt que séparément, contrairement aux usages dominants de la sociologie quantitative de l’éducation. À partir des données du Panel 1995 du ministère de l’Éducation nationale, j’ai retenu des indicateurs mesurant la diversité des dimensions des trajectoires scolaires (résultats, filières, langues, options, type d’établissement et contexte socio-urbain) et leur étendue temporelle (informations sur l’école primaire, le collège, le lycée et l’enseignement supérieur). En rassemblant et en ordonnant 22 indicateurs, il est possible de constituer des types de trajectoires scolairement homogènes et hiérarchisées grâce à une méthode de classification inductive (l’analyse en classes latentes). Cinq trajectoires-types peuvent être ainsi distinguées par ordre croissant de valeur scolaire :

  • Trajectoire 1 : échec précoce et décrochage (21 % des élèves) ;
  • Trajectoire 2 : difficultés au collège, orientation vers les filières professionnelles (25 % des élèves) ;
  • Trajectoire 3 : scolarité intermédiaire, enseignement supérieur court (21 % des élèves) ;
  • Trajectoire 4 : trajectoire « protégée » dans le privé (12 % des élèves) ;
  • Trajectoire 5 : distinction et réussite dans le secteur public (20 % des élèves).

18Une fois ces configurations construites, on examine quels élèves suivent le plus souvent quel type de trajectoires. Plusieurs conclusions ressortent de ces analyses. Premièrement, comme c’est le cas pour les résultats scolaires, l’effet de l’origine sociale des élèves et, en particulier, du niveau d’éducation de leurs parents dans la différenciation progressive des trajectoires des élèves, apparaît fondamental. Deuxièmement, même lorsque les puissants effets des propriétés sociales sont pris en compte, les enfants d’immigrés font plus rarement l’expérience des trajectoires scolaires les plus prestigieuses. En d’autres termes, les fractions socialement favorisées du groupe majoritaire réussissent à se séparer des élèves des autres groupes sociaux et ethniques en suivant des types exclusifs de trajectoires scolaires qui leur permettent de récolter, ensuite, les profits matériels et symboliques les plus importants. En France, la plupart des enfants d’immigrés qui atteignent l’enseignement supérieur sont concentrés dans ses sections les moins prestigieuses et les plus courtes. La quasi-exclusion des enfants d’immigrés de l’enseignement privé et leur surreprésentation parmi ceux qui fréquentent les classes de l’enseignement spécialisé constituent également deux formes complémentaires de ségrégation et d’inégalité.

19Enfin, comme pour les résultats scolaires, un résultat essentiel concerne la diversité des expériences scolaires de la « deuxième génération ». Une partie des enfants d’immigrés sont surreprésentés dans des trajectoires scolaires objectivement reléguées aux marges du système éducatif : au sein d’établissements scolaires urbains défavorisés, dans l’enseignement spécialisé et dans les formations professionnelles courtes. Parmi eux, les enfants d’immigrés turcs se distinguent par une situation scolaire générale particulièrement défavorisée. D’autres élèves font l’expérience d’une réussite scolaire relative qui, sauf pour quelques certains « miraculés », ne se traduit pas par la fréquentation des institutions et des filières les plus sélectives et prestigieuses. Comme en termes de résultats scolaires, les enfants d’immigrés d’Asie du Sud-Est et de Chine font partiellement exception, car ils surpassent souvent les élèves du groupe majoritaire de mêmes milieux sociaux.

La genèse de la réussite scolaire : décentrer le regard vers la société d’origine des parents

20Pour expliquer la différenciation des trajectoires scolaires des enfants d’immigrés, les premières analyses, à la suite de la grande majorité des recherches existantes, ont insisté sur l’importance des caractéristiques socioéconomiques des familles immigrées en France. Pourtant, les immigrés sont aussi des émigrés. Par conséquent, comme je l’ai souligné en introduction, il existe de solides raisons sociologiques de s’intéresser à leurs propriétés sociales dans et par rapport à leur pays d’origine pour rendre compte de leurs trajectoires ultérieures et de celles de leurs enfants. Dans la suite du texte, je démontre l’influence intergénérationnelle des propriétés sociales pré-migratoires à l’aide d’analyses statistiques et de l’étude de près de 100 entretiens biographiques effectués avec des immigrés et leurs enfants en France et en Angleterre.

21Grâce à l’appariement de données sur les pays d’origine et de l’enquête Trajectoires et origines (TeO), il est possible d’évaluer les effets du niveau relatif d’éducation des immigrés dans leur société d’origine sur le diplôme atteint par leurs enfants en France. Deux résultats principaux émergent. Premièrement, la plupart des groupes d’immigrés en France sont en moyenne plus éduqués que les non-immigrés comparables du même pays d’origine, mais cette « sélectivité éducative » diffère beaucoup selon les pays d’origine et entre immigrés du même pays. Deuxièmement, il existe bel et bien une influence intergénérationnelle du niveau relatif d’éducation des parents immigrés sur la réussite scolaire des enfants en France, comparé au niveau d’éducation de la population de leur société d’origine. La position éducative relative peut en effet être considérée comme un indicateur à la fois du capital culturel possédé et du statut social pré-migratoire, eux-mêmes associés à la transmission aux enfants, dans le cadre de la socialisation familiale, de ressources cognitives (des manières de penser et des connaissances) et de dispositions (en particulier un rapport positif au savoir et des attentes scolaires) utiles à la réussite scolaire.

22En prenant appui sur les récits biographiques des immigrés et de leurs enfants, rencontrés en France et en Angleterre, ce texte se clôt en s’intéressant aux processus sociaux qui sous-tendent la relation statistique établie entre position éducative pré-migratoire des parents et scolarité des enfants. D’abord, la place donnée à l’éducation par les parents immigrés dans la formulation et la transformation du projet migratoire initial joue un rôle fondamental dans la genèse des attentes scolaires familiales dans le pays d’immigration. Ensuite, les expériences scolaires des parents dans le pays d’origine et, plus généralement, l’histoire scolaire familiale, participent également à la compréhension de la construction et à la transmission intergénérationnelle des attentes et du rapport au savoir. Enfin, le statut social subjectif, qui correspond rarement au statut post-migratoire objectif, est une autre source importante d’attentes scolaires et sociales pour les enfants. Ces trois dimensions (projet migratoire, expériences scolaires familiales et statut social subjectif) sont intimement liées aux propriétés sociales des immigrés et de leurs familles dans la société d’origine.

Conclusion

23Rompre avec une vision de l’immigration comme problème social : ce recul s’est avéré nécessaire pour analyser les trajectoires scolaires diverses des enfants d’immigrés. Ne pas étudier les immigrés uniquement après qu’ils soient entrés sur le territoire national, en ignorant tout de leur histoire antérieure. Ne pas réduire leurs enfants à un groupe homogène, toujours en échec scolaire. Ne pas attribuer a priori toutes les difficultés scolaires des enfants à des défaillances familiales, à une culture d’origine incompatible avec l’école ou à une fratrie trop nombreuse. Autant d’impératifs analytiques qui ont, je crois, porté leurs fruits.

24Le manque de place a produit des zones d’ombres. Au-delà des héritages parentaux, le rôle d’autres instances de socialisation comme l’école, le quartier et la fratrie a été laissé de côté dans l’analyse. Des éléments complémentaires se trouvent dans l’ouvrage. Néanmoins, les données utilisées ne permettent pas d’aborder de façon suffisamment directe et détaillée les processus de production des inégalités qui se déroulent à l’intérieur de l’école et de la classe, notamment – mais pas seulement – les éventuelles discriminations que subissent les membres des minorités ethniques. Des recherches futures devront être effectuées pour produire des analyses plus complètes, dont la difficile tâche pourrait être de spécifier, dans le domaine scolaire, l’ampleur et les effets, d’une part, des discriminations perçues et des discriminations commises et, d’autre part, des discriminations directes attribuables à des individus précis et des discriminations systémiques plus diffuses.

Notes

1 M. Ichou, Les enfants d’immigrés à l’école. Inégalités scolaires du primaire à l’enseignement supérieur, Paris, PUF, 2018.

2 Voir notamment les travaux de Louis-André Vallet, Héctor Cebolla Boado, Yaël Brinbaum, Jean-Luc Primon et leurs collègues. Une synthèse est disponible dans M. Ichou et A. van Zanten, « France. The Increasing Recognition of Migration and Ethnicity as a Source of Educational Inequalities », The Palgrave Handbook of Race and Ethnic Inequalities in Education, P. Stevens, A. Dworkin Gary dir., Londres, Palgrave Macmillan, 2018, p. 511-558.

Auteur

Institut national d’études démographiques (Ined)

© ENS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540