Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La realidad y el deseo

 | 
Carmen Val Julián

Préface

Thomas Gómez

Texte intégral

1Lorsque Carmen Val Julián m’a sollicité pour parrainer son Habilitation à diriger les recherches, je dois reconnaître que je n’hésitai pas une seconde à accepter ce qui m’apparaissait davantage comme un honneur que comme une démarche académique d’accompagnement et de conseil. Nous avions eu, à quelques années de distance, un parcours parallèle à l’École des Hautes études en sciences sociales et nous avions foulé les mêmes brisées sous la houlette du même directeur de thèse, Jean-Pierre Berthe, mexicaniste dont l’érudition et l’autorité scientifique sont bien connues des hispano-américanistes de notre génération.

2Nous partagions avec Carmen le même intérêt pour l’espace colonial et je con naissais en partie ses travaux et ses axes d’étude, mais la mise sur pied de son dossier d’habilitation allait me donner l’occasion de découvrir l’amplitude de sa curiosité scientifique, la diversité de ses centres d’intérêt et de prendre la mesure de ses capacités intellectuelles ainsi que de son tempérament de chercheuse aussi intuitive que solide et prolifique.

3Ces qualités étaient déjà présentes dans sa thèse, Vies posthumes de Moctezuma II, qui constitue une pénétrante étude très complète (700 pages de texte) assortie d’un appareil critique remarquable et accompagnée d’index textuels et iconographiques fort éclairants sur le propos poursuivi. À savoir, une recherche sur les avatars artistiques et littéraires de la figure du dernier empereur aztèques et de l’instrumentalisation de ce dernier au service d’intérêts divers, parfois antagoniques, où se mêlent création, idéologie et politique. Pour la réaliser Carmen se livrait à une analyse critique exhaustive et très serrée des chroniques indigènes et espagnoles de la conquête du Mexique avant de s’attaquer aux représentations de ce personnage dans les multiples créations auxquelles il a donné lieu dans les domaines de la littérature, du théâtre, des danses qui reconstituent les épisodes de la conquête et même de l’opéra. Ce travail, très minutieux, met en évidence que pas un mot, pas une image, pas une situation ne sont innocents mais au contraire toujours sous-tendus par une volonté de justification de telle ou telle attitude colonialiste ou anticolonialiste et qu’ils ont souvent comme toile de fond, notamment dans les créations les plus tardives, l’émergence de l’identité mexicaine. Étude érudite et très complète dont le jury souhaita la publication, celle-ci n’a pas encore été réalisée en raison de problèmes techniques et de sa dimension.

4À ce premier mémoire d’envergure allait succéder une multitude d’articles et de communications diverses dont les plus significatifs furent rassemblés pour la cohérence de l’habilitation en deux volumes. Dans le premier, intitulé Nouveau Monde, qui recueillait des travaux publiés dans des revues françaises, espagnoles ou mexicaines reconnues et dans des volumes d’actes, Carmen mettait en évidence la cohérence de ses recherches, leur fi l conducteur, en étudiant divers aspects de la culture mexicaine au temps de la conquête et de la colonisation. On peut noter que de ce recueil de publications se dégageaient deux axes qui structuraient l’ensemble de ses préoccupations scientifiques qu’elle aurait continué à cultiver sans aucun doute si son terrible destin n’était venu interrompre sa production prématurément : la langue et l’image comme instruments de domination et d’acculturation, comme véhicules culturels privilégiés, abordées à travers des espaces de recherche spécifiques comme la toponymie, le livre, l’iconographie, la traduction.

  • 1 Ces articles et études ayant connu une diffusion, inédite qui donne son titre à cet ouvrage que le (...)

5Dans le deuxième volume intitulé Varia1, elle ouvrait l’éventail de ses intérêts scientifiques vers la littérature sans pour autant s’éloigner de son champ de recherche originel, toujours le Mexique, qu’elle élargissait à Cuba. Dans les études qui le composaient, elle s’intéressait aux problématiques de la création littéraire contemporaine au Mexique et à Cuba et à la représentation des réalités socioculturelles de ces deux pays. Elle y explorait les structures narratives et la dimension langagière des productions les plus suggestives et les plus récentes des lettres mexicaines et cubaines qu’elle analysait avec pertinence et qu’elle traduisait avec bonheur.

6Je veux aussi dire un mot de l’étude inédite qui servit à son Habilitation à diriger les recherches et publiée dans le présent volume : La realidad y el deseo. Toponymie du découvreur en Amérique espagnole (1492-1520). Carmen y approfondit ses premières réflexions sur la toponymie hispano-américaine. À l’aide d’un appareil critique éprouvé, elle analyse les tenants et les aboutissants de l’imposition des noms aux lieux et aux divers éléments géographiques découverts et décrits par Christophe Colomb au cours de ses quatre voyages et ceux imposés par Cortés durant sa conquête du Mexique. Un ratissage précis des journaux de bord du Découvreur, des lettres de Cortés ainsi que des œuvres de Las Casas lui permet de démonter la logique de chacune des deux démarches, leur spécificité et, parallèlement, de mettre en relief la fragilité de la toponymie indigène laminée par une volonté conquérante dans laquelle nommer les lieux équivaut à se les approprier selon une procédure coloniale qui a fait ses preuves un peu partout dans le monde.

7Je ne peux terminer ma présentation sans parler de son mémoire de synthèse : Les mots de l’espace et du temps, une sorte de testament où, à l’aide d’un outillage conceptuel clair et performant, elle nous livre une réflexion personnelle sur l’écriture de l’histoire, ou plutôt sur les écritures de l’histoire, suivie d’une analyse de la réécriture littéraire de l’histoire dans laquelle fiction et réalité semblent s’alimenter mutuellement dans l’espace hispano-américain. Elle y montre aussi comment, obéissant à une sorte de dialectique dans les modes de représentation, la littérature la conduisit vers l’histoire, l’histoire vers les mots et les mots vers la littérature, dans une sorte de parcours circulaire qui enrichissait sans cesse sa réflexion. Un parcours où l’éclectisme et la curiosité ne le cèdent en rien à l’érudition et à la rigueur dont Carmen Val Julián a fait preuve tout au long de son travail de chercheuse, d’enseignante et de traductrice.

8Je dirai pour conclure que c’est avec un grand respect que je me joins à l’ensemble de ses collègues et amis pour lui rendre un hommage, ô combien mérité, pour rappeler ses travaux, ses centres d’intérêt et surtout les chantiers qu’elle a laissés ouverts afin que des épigones potentiels s’inscrivent dans ses traces et contribuent, comme elle le fit, à enrichir nos connaissances et à œuvrer pour l’hispano-américanisme.

Notes

1 Ces articles et études ayant connu une diffusion, inédite qui donne son titre à cet ouvrage que le nous avons choisi de ne publier ici que l’étude lecteur tient entre ses mains (note de l’éditeur).

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540