Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sexe et genre des mondes culturels

 | 
Sylvie Octobre
, 
Frédérique Patureau

Partie II. Différences et inégalités

Chapitre 8

Le genre de la jazzophilie

Féminisation, préférences stylistiques et catégories de l’amour du jazz

Wenceslas Lizé

Texte intégral

1Après s’être intéressés aux artistes et à leurs œuvres, les travaux abordant les univers culturels à partir de la question du genre ont porté leur attention à la dimension socialement sexuée des goûts et des publics (Jan-Ré 2012 ; Octobre 2014). Cependant, les intermédiaires et les médiations au travers desquels s’établissent les relations entre production, création et réception ont été moins étudiés jusqu’à présent sur le plan des différences de genre. Ce chapitre vise à contribuer à cette réflexion à partir de plusieurs enquêtes sur le monde du jazz, les modalités du goût et les caractéristiques du public de ce genre musical.

2L’analyse chronologique des résultats des enquêtes sur les Pratiques culturelles des Français met en évidence un processus de féminisation du public du jazz qui s’avère toutefois très relatif : certaines modalités du goût séparent hommes et femmes et la jazzophilie demeure un territoire plutôt masculin. Une enquête conduite sur les publics des concerts de jazz en Bourgogne (Lizé et Roueff 2010) permet de s’intéresser aux catégories du goût qui constituent des médiations entre la musique et son public. Une première question ouverte offre des résultats intéressants sur les différences de genre concernant les façons de verbaliser les préférences et d’apprécier le jazz. Deux questions fermées, l’une sur les différents styles de jazz écoutés le plus souvent, l’autre sur les styles rejetés, permettent de prolonger l’analyse des clivages qui séparent les femmes et les hommes dans leur goût pour le jazz. Ce chapitre entend ainsi apporter une contribution à l’analyse des dispositions culturelles en fonction du genre et à l’examen des logiques de « distinction de sexe ».

La féminisation en trompe-l’œil de la jazzophilie

3Dans les années 1950, le jazz était étroitement associé à la sociabilité juvénile masculine. Il constitue, de ce point de vue, un équivalent historique des « musiques actuelles » (rock, techno, rap…) qui, dans les enquêtes Pratiques culturelles des Français (PCF) de 1997 et de 2008, sont environ deux fois plus souvent citées par les hommes que par les femmes comme genres musicaux écoutés le plus souvent. Si le public vieillit, ce caractère masculin de la jazzophilie reste très présent au début des années 1970. Mais le suivi de la variable « sexe » au cours des trois dernières éditions de l’enquête PCF fait apparaître un processus régulier de féminisation du public. Ainsi, la part des femmes parmi les personnes ayant assisté à un concert de jazz ou plus au cours des 12 derniers mois passe de 44 % en 1989 à 49 % en 2008. Cette féminisation du public du jazz doit être rapportée à celle, plus générale, des pratiques culturelles (Donnat 2005). Toutefois, la première s’accomplit à un rythme plus rapide que la seconde, probablement en raison du vieillissement du public et de la modification corrélative du statut du jazz. Celui-ci, en effet, n’est plus associé au style de vie et de sociabilité masculine des jeunes célibataires : à mesure que le public avançait en âge, sa position dans le cycle de vie impliquait l’inscription plus fréquente du goût jazzistique dans le cadre d’une sociabilité conjugale. Ainsi le jazz a pu progressivement devenir un territoire plus accueillant pour les femmes, qui ont ainsi contribué à la croissance du public.

Un constat de féminisation à nuancer

  • 1 Pour une présentation du dispositif d’enquête, voir les pages 5 et 6 de la synthèse de l’étude en l (...)
  • 2 Si l’échantillon bourguignon connaît une présence masculine plus prononcée (57 % d’hommes), c’est (...)

4Il faut toutefois nuancer le constat de féminisation en notant que, d’après l’enquête PCF de 2008, la part des hommes dans le public du jazz (51 %) demeure légèrement supérieure à celle qui est la leur dans la population française âgée de 15 ans et plus (48 %). Surtout, de même que le caractère féminin de la lecture de fiction s’accroît avec son intensité, la part relative des hommes s’élève au sein du public du jazz avec le degré d’engagement dans la pratique. Cette variation apparaît nettement dans l’enquête PCF de 2008 et encore davantage dans celle sur les publics des concerts de jazz en Bourgogne (Lizé et Roueff 2010)1. Prenant pour indicateur d’intensité de la pratique le nombre de concerts fréquentés au cours des douze derniers mois, le graphique 1 indique que la part des hommes varie quasiment du simple au double par rapport à celle des femmes si l’on passe du public occasionnel (« un concert ») au public assidu (« 5 concerts et plus »). Cette variation est d’autant plus significative qu’elle se manifeste au sein des deux échantillons, même si elle est un peu plus marquée au sein du public bourguignon2. L’enquête menée en Bourgogne montre que cette augmentation de la part des hommes se manifeste également dans d’autres aspects de la pratique (possession d’enregistrements, lecture de revues spécialisées, etc.).

Graphique 1. Comparaison de la répartition hommes/femmes selon le nombre de concerts au cours des 12 derniers mois (%)

Graphique 1. Comparaison de la répartition hommes/femmes selon le nombre de concerts au cours des 12 derniers mois (%)

Note de lecture : selon l’enquête Pratiques culturelles des Français de 2008, les femmes représentent 52 % des personnes qui déclarent être allées à un concert de jazz au cours des 12 derniers mois.

Sources : Enquête Pratiques culturelles des Français (2008) et Étude sur les publics et les non-publics du jazz en Bourgogne (Lizé et Roueff 2010)

La jazzophilie, un territoire plutôt masculin

5Pour comprendre pourquoi la jazzophilie demeure un territoire plutôt masculin, il faudrait montrer comment la définition de l’excellence de l’amateur s’est historiquement construite à partir de dispositions masculines. Le manque de place me contraint à renvoyer au livre d’Olivier Roueff (2013) pour les éléments socio-historiques et à mon livre pour une enquête ethnographique sur le goût pour le jazz (Lizé à paraître). Si la définition du goût jazzistique reste liée à des dispositions masculines, c’est sans doute aussi, non seulement que les musicien.nes sont presque tou.tes des hommes, qui partagent avec les amateur.rices ces critères d’excellence, comme l’a montré Marie Buscatto (Buscatto 2007), mais aussi que presque tou.tes les intermédiaires culturel.les (les critiques, les directeur.rices artistiques, les tourneur.ses, les propriétaires de clubs et organisateur.rices de festivals, etc.), qui sont des prescripteur.rices du goût, sont également des hommes, comme le montre leur recensement dans Jazz de France : le guide-annuaire du jazz en France. Les critiques, en particulier, sont essentiellement des hommes d’origine sociale supérieure, diplômés en sciences humaines et sociales le plus souvent, érudits du jazz et militants de « la cause », qui promeuvent un rapport encyclopédique à cette musique (Buscatto 2017).

6Cette définition masculine de l’amateur se transmet et s’incorpore dans le cadre des sociabilités de réception, au sein de la famille, du couple ou des groupes de pairs. Il faudrait pouvoir décrire ici ce que l’enquête ethnographique permet d’observer de ce goût masculin qui appréhende le jazz comme un vaste domaine de savoir à maîtriser et la musique au travers de critères techniques, stylistiques et historiques plutôt qu’au travers des catégories sensibles ou qui relèvent du registre de l’émotion. Ce rapport à la musique, typique de la figure du connaisseur ou de la connaisseuse, et qui, parmi l’ensemble des jazzophiles rencontré.es au cours des enquêtes, est presque toujours investi par des hommes (Lizé 2016), engage notamment l’opposition, significative sur le plan du genre, entre objectif et subjectif (Mauger et Poliak 2000).

Des catégories d’appréciation genrées

7Peu nombreux, les travaux sur les schèmes de perception et les catégories d’appréciation s’appuient souvent sur l’analyse de productions écrites, notamment celles de la critique (Roueff 2013). Ils portent moins souvent sur les formes de verbalisation du goût par les publics, et, le cas échéant, ils mobilisent très rarement une approche quantitative. Au contraire, l’enquête par questionnaire conduite sur les publics des concerts de jazz en Bourgogne (Lizé et Roueff 2010) permet de s’intéresser aux catégories du goût à partir d’un échantillon de spectateurs relativement important.

Préférences et expression des préférences

8Trois questions situées aux deux tiers du questionnaire, après celles sur les genres musicaux écoutés le plus souvent et la pratique musicale, interrogeaient les préférences en matière de jazz. La question ouverte suivante était d’abord posée aux enquêté.es : « Comment appelleriez-vous le jazz que vous aimez ? » L’intérêt de cette question ouverte est de ne pas enfermer l’expression du goût dans des catégories prédéfinies. Deux questions fermées, l’une sur les différents styles de jazz écoutés le plus souvent, l’autre sur les styles rejetés, ont ensuite été posées aux enquêté.es qui devaient choisir parmi les catégories stylistiques établies par les professionnel.les du jazz (« bebop », « free jazz », « jazz manouche », etc.).

  • 3 La question et les suivantes sur les styles écoutés le plus souvent ont été posées à 1590 personne (...)

9La question ouverte (« Comment appelleriez-vous le jazz que vous aimez ? ») offre des résultats intéressants sur les différences de genre concernant les façons de verbaliser les préférences et d’apprécier le jazz3. Les 533 modalités de départ ont été regroupées non pas en fonction des préférences exprimées (« Miles Davis », « jazz manouche », etc.), mais des types de catégories mobilisées pour les exprimer (respectivement : « nom de musicien.ne », « style de jazz », etc.). Ce choix de classification permet de rompre avec les nomenclatures habituelles de genres musicaux et de styles de jazz qui ont par ailleurs été soumises aux enquêté.es dans les questions suivantes. Puisque les enquêté.es étaient libres de choisir les catégories mobilisées pour exprimer leurs préférences, ce sont ces catégories, et non ce à quoi elles renvoient sur le plan des préférences, qu’il s’agit de prendre pour objet en s’interrogeant ici sur leur caractère genré. Au terme d’un travail de recodage complexe en raison de la polysémie et de l’hétérogénéité des expressions mobilisées par les enquêté.es, les choix opérés ont permis d’isoler seize catégories qui sont autant de manières de répondre à la question « Comment appelleriez-vous le jazz que vous aimez ? », auxquelles s’ajoutent les modalités « Autres (tautologies, inclassables) » et « Non-réponse ». Dans le graphique 2, ces catégories ont été ordonnées par ordre décroissant du pourcentage de femmes correspondant. La lecture de ces pourcentages doit tenir compte du fait que les femmes totalisent 43 % des 2413 réponses, en rapport avec leur poids dans l’échantillon (42 %) ; 43 % est donc le seuil à partir duquel la prédilection pour la catégorie concernée est plus élevée pour les femmes que pour les hommes.

Graphique 2. Types de catégories mobilisées selon le sexe en réponse à la question : « Comment appelleriez-vous le jazz que vous aimez ? » (%)

Graphique 2. Types de catégories mobilisées selon le sexe en réponse à la question : « Comment appelleriez-vous le jazz que vous aimez ? » (%)

Note de lecture : 28,6 % des enquêté.es ayant mentionné le nom d’une chanteuse pour indiquer le jazz qu’elles/ils aiment sont des hommes.

Source : Étude sur les publics et les non-publics du jazz en Bourgogne (Lizé et Roueff 2010)

10À la question « Comment appelleriez-vous le jazz que vous aimez ? », les enquêté.es qui répondent par le nom d’une chanteuse sont très majoritairement des femmes. Malgré le faible effectif, l’hypothèse empiriquement fondée d’un goût prononcé des femmes pour le jazz vocal a conduit à distinguer cette catégorie de celle de « noms de musicien.nes instrumentistes » qui se situe en milieu de tableau. Ces résultats confirment donc l’attrait particulier des femmes pour le jazz vocal, principalement féminin, sans pour autant que la verbalisation des préférences par la désignation de musicien.nes instrumentistes (majoritairement des hommes) soit moins présente chez les femmes que chez les hommes.

11La seconde catégorie de réponses qui présente une différence significative entre hommes et femmes est celle des instruments, dans laquelle la voix est présente mais si marginale qu’elle ne suffit pas à rendre compte des résultats. Comment expliquer que les femmes soient plus nombreuses à répondre à la question en mentionnant « la trompette », « le piano » ou encore « les instruments traditionnels » ? Pourquoi est-ce un repère plus féminin que masculin sur le plan des préférences ? Cela renvoie-t-il à l’opposition entre une appréhension sensible des sonorités musicales et un rapport objectivant muni de critères de classification stylistiques ou musicologiques, qui supposerait un rapport au jazz davantage fondé sur la consommation de savoirs et de commentaires spécialisés ?

  • 4 Il se peut que notre équipe d’enquêteurs, composée de quatre hommes, ait accentué ces effets de ge (...)

12La part des femmes dans les non-réponses (51 %) pourrait corroborer cette dernière piste. La capacité à répondre à la question posée suppose une certaine confiance dans la maîtrise de la verbalisation de son propre goût, qui s’acquiert notamment au travers d’une pratique partagée au sein d’une sociabilité de réception et/ou d’une fréquentation des savoirs d’accompagnement. Or l’enquête sur les publics menée en Bourgogne comme l’enquête ethnographique réalisée sur les jazzophiles chevronné.es en région parisienne montrent que ce degré d’engagement dans la pratique et dans les formes de sociabilité qui l’accompagnent est très masculin (Lizé 2009, 2016). Ce constat rejoint celui établi lors de la passation des questionnaires en Bourgogne : lorsque nous allions vers un couple, dans la plupart des cas, soit l’homme se mettait en avant, soit la femme disait que son mari était plus amateur, plus compétent, qu’il saurait mieux répondre, etc.4 Et lorsque les femmes accompagnées de leur conjoint acceptaient de répondre, plusieurs d’entre elles se tournaient vers lui pour répondre à certaines questions relatives à la connaissance du jazz. La situation inverse se produit d’ailleurs dans des domaines où les femmes sont prédominantes. Ainsi, dans l’enquête menée par Gisèle Sapiro et son équipe sur le festival de littérature « Les correspondances de Manosque », les hommes, souvent en couple, préfèrent généralement que ce soit la femme qui réponde (Sapiro et al. 2012).

Discours profane et catégories subjectives

13Les femmes sont également surreprésentées parmi les enquêté.es qui mobilisent d’« autres qualificatifs du jazz aimé » comme « rapide », « qui balance » ou « doux », c’est-à-dire des qualificatifs qui ne sont ni vraiment métaphoriques, ni des catégories esthétiques génériques, musicologiques ou jazzistiques. Là encore, on est tenté de rapporter la plus forte propension des femmes à tenir ce discours profane, au sens d’un discours éloigné du discours critique spécialisé, à leur moindre engagement dans les pratiques constitutives du goût pour le jazz, ou du moins dans un rapport au jazz qui s’affirme par la maîtrise des savoirs d’accompagnement. On peut avancer la même hypothèse pour expliquer que les hommes sont, à l’inverse, surreprésentés parmi les enquêté.es qui mobilisent les « catégories stylistiques établies » dans le monde du jazz (« bebop », « free jazz », « New Orleans »…), les « périodes » (« années 50-60 », par exemple) et les « types de formations » (« quintet », « big band ») pour désigner le jazz qu’elles/ils aiment. De même, s’ils sont les plus nombreux à revendiquer leur « œcuménisme » dans le domaine du jazz, qui consiste parfois à dire qu’ils aiment « tous les jazz », c’est peut-être parce qu’ils sont plus nombreux que les femmes à connaître et discerner différents styles de jazz, quand bien même cette connaissance demeure partielle. Plus inattendue est la prédominance des hommes s’agissant des « catégories esthétiques génériques », celles qui s’appliquent aux différents domaines artistiques (par exemple, « authentique », « créatif » ou « expérimental »). En effet, on sait que, de façon générale, les femmes sont davantage tournées que les hommes vers la culture cultivée (Donnat 2005) où ces catégories esthétiques sont d’un usage courant.

14Enfin, les résultats font apparaître une surreprésentation des femmes parmi les enquêté.es qui mobilisent les « catégories subjectives » qui, le plus souvent, décrivent des états ou des effets provoqués par le jazz aimé (« détente », « reposant », « me fait rêver »…). Ce mode d’expression du goût s’oppose à celui, plus masculin, qui appréhende le jazz au travers de critères techniques, stylistiques ou historiques plutôt que dans le registre de la sensibilité ou de l’émotion. Ce rapport à la musique engage notamment l’opposition, déjà évoquée en termes de genre, entre objectif et subjectif.

Goûts « féminins » / goûts « masculins »

  • 5 Les questions précises s’inspirent de celles de l’enquête Pratiques culturelles des Français : « P (...)

15Les deux questions fermées sur l’intérêt et le désintérêt pour les différents styles de jazz révèlent également des écarts significatifs entre les femmes et les hommes. Afin de rester au plus près des pratiques, les enquêté.es n’étaient pas interrogé.es sur leurs préférences mais sur l’écoute, ou l’absence d’écoute, des différents styles de jazz, qui correspondent aux catégories véhiculées et prescrites par la critique, les historien.nes du jazz et/ou l’industrie musicale5.

  • 6 Le « profil de modalités » est un outil d’analyse qui permet ici de mettre en évidence les relatio (...)

16Le profil de modalités présenté ci-dessous permet d’isoler les styles de jazz qui sont soit écoutés le plus souvent, soit peu ou pas écoutés, soit rejetés par les hommes (tableau 1) ou par les femmes (tableau 2)6.

Tableau 1. Les styles de jazz écoutés, non écoutés ou rejetés par les hommes

Question Modalité Effectifs Écarts Khi2 PEM Test Khi2 local
Styles de jazz écoutés le plus souvent Électro jazz 168 38 10,923 40 •••
Free jazz, musiques improvisées 239 33 5,406 22 •••
Jazz contemporain 294 33 4,245 18 •••
Fusion, jazz-rock 255 47 10,639 31 •••
Cool jazz, west coast 154 36 10,911 42 •••
Bebop, hard-bop, néo-bop 258 64 21,538 46 •••
Styles de jazz pas ou peu écoutés Gospel 780 60 4,931 30 •••
Jazz manouche 554 33 2,089 9 •••
Jazz traditionnel 598 35 2,135 10 •••
Styles de jazz rejetés Rejet Gospel 98 15 2,803 26 •••
Rejet Jazz traditionnel 109 18 3,613 28 •••
Rejet Blues 27 8 3,409 61 •••
Rejet Jazz manouche 51 9 2,122 32 ••
Rejet Jazz vocal 46 10 2,544 37 •••
••• test de Khi2 au seuil de probabilité de 0,01 ou moins
•• test de Khi2 au seuil de probabilité de 0,05
• test de Khi2 au seuil de probabilité de 0,1

Source : Étude sur les publics et les non-publics du jazz en Bourgogne (Lizé et Roueff 2010)

Note de lecture : déclarer ne jamais écouter de gospel parce que ce style ne plaît pas (« Rejet gospel ») est statistiquement associé au fait d’être un homme, comme le montrent le test du khi2 local (avec trois points, soit un seuil de probabilité de 0,01 ou moins) et le PEM positif supérieur à 5 % (26 %).

Tableau 2. Les styles de jazz écoutés, non écoutés ou rejetés par les femmes

Question Modalité Effectifs Écarts Khi2 PEM Test Khi2 local
Styles de jazz écoutés le plus souvent Jazz manouche 321 33 3,782 9 •••
Jazz vocal 139 18 2,779 11 •••
Gospel 203 60 24,837 30 •••
Jazz traditionnel 292 35 4,678 10 •••
Styles de jazz pas ou peu écoutés Électro jazz 609 38 2,484 40 •••
Free jazz, musiques improvisées 550 33 2,149 22 •••
Cool jazz, west coast 616 36 2,215 42 •••
Bebop, hard-bop, néo-bop 590 64 7,919 46 •••
Fusion, jazz-rock 562 47 4,291 31 •••
Jazz contemporain 510 33 2,32 18 •••
Styles de jazz rejetés Rejet Bebop, hard-bop, néo-bop 46 8 1,749 16
Rejet Électro-jazz 96 14 2,234 12 ••
Rejet Jazz contemporain 80 14 2,957 15 ••
••• test de Khi2 au seuil de probabilité de 0,01 ou moins
•• test de Khi2 au seuil de probabilité de 0,05
• test de Khi2 au seuil de probabilité de 0,1

Source : Étude sur les publics et les non-publics du jazz en Bourgogne (Lizé et Roueff 2010)

Note de lecture : le fait de ne pas écouter d’électro jazz est statistiquement associé au fait d’être une femme, comme le montrent le test du khi2 local (avec trois points, soit un seuil de probabilité de 0,01 ou moins) et le PEM positif supérieur à 5 % (40 %).

Tradition et modernité

  • 7 Si elle « n’a rien d’une pente logiquement gravie par tous les mélomanes », comme le remarque Pier (...)

17Ces résultats font apparaître plusieurs oppositions qui organisent la relation genrée aux différents styles de jazz. On constate d’abord le clivage entre des goûts féminins plutôt portés vers la tradition et des goûts masculins vers la modernité ou l’innovation. En effet, les femmes écoutent le plus souvent du « jazz manouche » (dont l’idiome a relativement peu changé depuis le milieu du xxe siècle), du « gospel », du « jazz traditionnel », sont plutôt indifférentes aux « free jazz et musiques improvisées », au « fusion, jazz-rock » et rejettent l’« électro jazz » et le « jazz contemporain ». À l’inverse, les hommes ont tendance à rejeter le « jazz manouche », le « blues », le « jazz traditionnel » et le « gospel ». Là encore, l’une des clés de compréhension de ce clivage pourrait reposer sur la part croissante des hommes à mesure que l’on va vers les amateur.rices assidu.es. L’itinéraire de ces dernier.ères a souvent connu, par-delà les fluctuations, une forte « progressivité » des préférences, au sens où l’entend Pierre-Michel Menger de propension à aimer des œuvres de plus en plus modernes ou « difficiles »7. L’intérêt pour ces œuvres relève également d’une logique distinctive qui joue un rôle non négligeable dans les mécanismes de la domination que les hommes exercent dans cet univers.

18Par ailleurs, les hommes affectionnent davantage les syncrétismes du jazz avec le rock et les musiques électroniques, qui sont des styles « jeunes », c’est-à-dire à la fois relativement récents et davantage écoutés par les jeunes. Cet intérêt plus marqué des hommes pour ces syncrétismes s’explique en partie du fait que les genres qui sont ici associés au jazz – rock et musiques électroniques – ont eux-mêmes un public majoritairement masculin.

Jazz instrumental et jazz vocal

  • 8 Entre autres indices, les « maîtres du jazz » sont tous des hommes reconnus pour leurs productions (...)

19Enfin, le dernier clivage est celui qui oppose les styles du jazz instrumental, privilégiés par les hommes, et le « jazz vocal », que l’on retrouve aussi avec le « gospel », privilégiés par les femmes et rejetés par les hommes. La prédilection des femmes pour le jazz vocal peut être mise en relation avec leur vif intérêt pour les « chansons et variétés françaises » (voir les enquêtes PCF). On peut y voir une préférence pour les textes des chansons, qui pourrait être rapprochée de l’intérêt des femmes pour la littérature. Mais l’analogie demeure limitée : que l’on pense au rap ou au rock, plusieurs genres musicaux dont le public est majoritairement masculin intègrent pleinement la voix et les textes. Il semble que les places respectives du jazz instrumental et du jazz vocal au sein du champ de production permettent davantage d’éclairer ce clivage entre prédilection féminine pour le vocal et préférence masculine pour l’instrumental. Une analyse menée sur les années 2003 à 2010 montre que les chanteuses et chanteurs ont monopolisé quasiment les vingt premières places du classement des meilleures ventes d’albums de jazz, laissant au plus deux ou trois places au jazz instrumental (Lizé, à paraître). Plus généralement, la part des voix, principalement féminines, avoisine la moitié des cent meilleures ventes d’albums de jazz. Ainsi, ces classements des meilleures ventes, qui dessinent une image approchée du pôle de grande production du champ jazzistique, tendent à ce champ un miroir inversé sous au moins deux aspects. En premier lieu, alors que le jazz instrumental domine l’ensemble de la production et jouit d’une plus grande légitimité que le jazz vocal du point de vue des critères historiquement construits par les musiciens et la critique8, plus on va vers le sommet du marché discographique, plus le jazz vocal devient dominant. En second lieu, alors que, comme le montre Marie Buscatto, 95 % des musiciens de jazz français sont des hommes et que les femmes, qui représentent 65 % des vocalistes, se situent essentiellement dans les sphères inférieures de la hiérarchie informelle des emplois et de la notoriété (Buscatto 2007), les albums qui se vendent le plus sont ceux de chanteuses – principalement étrangères. Marie Buscatto a d’ailleurs mis en évidence le rôle de l’association courante entre jazz vocal et jazz commercial dans la construction de la hiérarchisation sexuée qui se perpétue au détriment des femmes au sein du monde du jazz (Buscatto 2007). De même, le goût pour le jazz vocal apparaît ainsi comme celui, peu distinctif, d’un vaste public qui dépasse celui des amateurs de jazz. L’attrait féminin pour le jazz vocal ne se réduit peut-être pas à la faible part de femmes parmi les amateur.rices chevronné.es et à l’emprise de la définition masculine du goût pour le jazz, mais on tient sans doute là un facteur explicatif des oppositions solidaires femmes/hommes et jazz vocal/jazz instrumental.

*

20L’analyse statistique des catégories mobilisées pour désigner les préférences en matière de jazz, de même que celle des styles écoutés le plus souvent et des styles rejetés, font apparaître de profonds clivages entre hommes et femmes sur le plan du goût pour le jazz, à la fois au sens de rapport à la musique et de préférences au sein d’un répertoire. Ces clivages renvoient au caractère genré des dispositions culturelles et aux logiques de « distinction de sexe » telles qu’elles se manifestent dans l’univers particulier du jazz. Les hommes se tournent davantage vers les styles instrumentaux, le « jazz contemporain » et les syncrétismes avec le rock et les musiques électroniques, tandis que les femmes ont tendance à rejeter ces styles pour leur préférer le « jazz traditionnel », le « jazz classique », le « jazz vocal » et le « gospel », qui ne sont pas les styles les plus valorisés culturellement.

21Si le genre apparaît ainsi comme une dimension cardinale du goût jazzistique, c’est que le processus de féminisation du public, et l’apparence de parité qui se dégage de la distribution femmes/hommes (49 % / 51 %) dans les résultats de l’enquête PCF de 2008, masquent le maintien du caractère relativement masculin du goût pour le jazz. Ainsi, on l’a vu, la part des hommes varie du simple au double par rapport à celle des femmes à mesure que l’on passe du public occasionnel (« un concert au cours des 12 derniers mois ») au public assidu (« 5 concerts et plus »).

22Ce caractère masculin du goût pour le jazz, qui passe par des médiations telles que les catégories d’appréciation, est historiquement lié à l’apparition de la figure de l’amateur au sein d’un champ jazzistique essentiellement composé d’hommes. Mais son maintien relatif s’avère également indissociable du rôle des différent.es professionnel.les du jazz, en particulier les intermédiaires, essentiellement des hommes, et notamment des critiques, quant à la retraduction des logiques de genre dans la définition des catégories et des pratiques de la jazzophilie. Voilà qui invite à développer la réflexion plus générale sur les relations entre production et consommation de la musique sous l’angle du genre.

Bibliographie

Buscatto Marie, 2017, « Chroniques de “carrières”. Des trajectoires créatives sous fortes influences socio-économiques », Revue Interventions économiques, no 57. En ligne : [http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3157].

Buscatto Marie, 2007, Femmes du jazz. Musicalités, féminités, marginalisations, Paris, CNRS Éditions.

Donnat Olivier, 2005, « La féminisation des pratiques culturelles », Développement culturel, no 147.

Jan-Ré Melody éd., 2012, Le genre à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 3 volumes.

Lizé Wenceslas, à paraître, L’amour du jazz en France. La production sociale du goût, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant.

Lizé Wenceslas, 2016, « Une micro-économie des biens symboliques. Hiérarchisation des valeurs musicales et construction du goût au sein d’un cercle de jazzophiles », Regards sociologiques, no 49, p. 85-102.

Lizé Wenceslas, 2009, « Entretiens, directivité et imposition de problématique. Une enquête sur le goût musical », Genèses. Sciences sociales et histoire, no 76, p. 99-115.

Lizé Wenceslas et Roueff Olivier, 2010, Étude sur les publics et les non-publics du jazz en Bourgogne, Centre régional du jazz en Bourgogne (rapport d’enquête).

Mauger Gérard et Poliak Claude, 2000, « Lectures : masculin/féminin », Regards sociologiques, no 19, p. 115-140.

Menger Pierre-Michel, 1986, « L’oreille spéculative. Consommation et perception de la musique contemporaine », Revue française de sociologie, vol. 27, no 3, p. 445-479.

Octobre Sylvie éd., 2014, Questions de genre, questions de culture, Paris, La Documentation française.

Roueff Olivier, 2013, Jazz, les échelles du plaisir. Intermédiaires et culture lettrée en France au vingtième siècle, Paris, La Dispute.

Sapiro Gisèle, Deventer Jasmine, Pacouret Jérôme, Seiler Hélène, Picaud Myrtille, Servais Aude éd., 2012, L’écrivaine à la rencontre de son public. Enquête sur le public du festival « Les correspondances de Manosque », Rapport d’enquête.

Notes

1 Pour une présentation du dispositif d’enquête, voir les pages 5 et 6 de la synthèse de l’étude en ligne :[http://www.irma.asso.fr/IMG/pdf/SyntheseEtudePublicJazzBourgogneWeb.pdf].

2 Si l’échantillon bourguignon connaît une présence masculine plus prononcée (57 % d’hommes), c’est qu’il comprend plus de jazzophiles et moins d’amateurs occasionnels que celui issu de l’enquête Pratiques culturelles des Français. Cette différence s’explique bien entendu par les dispositifs d’enquête et les populations visées.

3 La question et les suivantes sur les styles écoutés le plus souvent ont été posées à 1590 personnes sur les 1868 de l’échantillon, 278 constituant ce que nous avons appelé le non-public. Parmi les personnes interrogées, 216 n’ont pas répondu. La variable de départ comprenait 1374 réponses. Transformant la question de type texte en question à choix multiples, le premier recodage a consisté à décomposer les éléments des réponses individuelles pour pouvoir agréger les termes identiques. Suite à plusieurs regroupements préservant le plus possible les termes et expressions employés, le second recodage comprenait 533 modalités de réponse.

4 Il se peut que notre équipe d’enquêteurs, composée de quatre hommes, ait accentué ces effets de genre dans la relation d’enquête. Les attentes supposées des enquêteurs masculins ont pu pousser les femmes à se mettre en retrait en faveur de leur conjoint. Il faudrait toutefois nuancer cette hypothèse en faisant intervenir l’âge des enquêteurs. Car dans le public du jazz qui ne se caractérise pas par sa jeunesse, le modèle du connaisseur, s’il est masculin, est également assez âgé. Or l’équipe était composée de deux trentenaires (Olivier Roueff et moi-même) et de deux étudiants âgés de 21 ans.

5 Les questions précises s’inspirent de celles de l’enquête Pratiques culturelles des Français : « Parmi les styles de jazz suivants, lequel ou lesquels écoutez-vous le plus souvent ? » etc« Parmi ces styles, y en a-t-il un ou plusieurs que vous n’écoutez jamais parce que vous savez qu’ils ne vous plaisent pas ? » L’enquêté.e avait sous les yeux une fiche réponse sur laquelle figurait cette liste de styles : Free jazz, musiques improvisées / Jazz traditionnel, new orleans, ragtime / Jazz classique, swing, middle jazz / Bebop, hardbop, néo-bop / Jazz contemporain / Cool jazz, west coast / Fusion, jazz-rock / Blues / Gospel, spiritual / Electro jazz / Jazz manouche / Latin jazz, jazz et world / Jazz vocal / Aucun / Ne sait pas. Ces questions de type multiple ont été recodées de façon à créer autant de variables de type unique qu’il y avait de styles de jazz. Le nombre moyen de styles cités est de 3,5 (5304 réponses pour 1495 répondants).

6 Le « profil de modalités » est un outil d’analyse qui permet ici de mettre en évidence les relations significatives entre l’une des deux modalités de la variable « sexe » et l’ensemble des modalités des variables concernant l’écoute ou le rejet des styles de jazz. Ainsi, le tableau 1 présente les modalités de réponses privilégiées par les hommes, en indiquant pour chacune d’elles l’effectif concerné, l’écart à l’indépendance, le khi2, le pourcentage de l’écart maximum (PEM) et le test du khi2 local. Les deux variables d’origine (« Styles de jazz écoutés le plus souvent » et « Styles de jazz rejetés »), de type multiple, ont été recodées de façon à créer autant de variables de type unique qu’il y avait de styles de jazz. C’est ainsi qu’on peut isoler, dans les tableaux, les styles de jazz pas ou peu souvent écoutés. De façon logique, on retrouve certains de ces styles dans les styles « rejetés ».

7 Si elle « n’a rien d’une pente logiquement gravie par tous les mélomanes », comme le remarque Pierre-Michel Menger pour la musique savante, cette « progressivité » semble néanmoins guider l’itinéraire modal et valorisé de la jazzophilie (Menger 1986). Ce qui autorise par ailleurs à utiliser ce terme, c’est que la dilection progressive pour des œuvres de plus en plus pointues sur le plan formel (les moins conventionnelles) est conçue, par la plupart des enquêté.es avec lesquel.les j’ai réalisé des entretiens, comme un affinement, un perfectionnement et une montée en dignité du goût.

8 Entre autres indices, les « maîtres du jazz » sont tous des hommes reconnus pour leurs productions instrumentales.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Comparaison de la répartition hommes/femmes selon le nombre de concerts au cours des 12 derniers mois (%)
Légende Note de lecture : selon l’enquête Pratiques culturelles des Français de 2008, les femmes représentent 52 % des personnes qui déclarent être allées à un concert de jazz au cours des 12 derniers mois.
Crédits Sources : Enquête Pratiques culturelles des Français (2008) et Étude sur les publics et les non-publics du jazz en Bourgogne (Lizé et Roueff 2010)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/15422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Graphique 2. Types de catégories mobilisées selon le sexe en réponse à la question : « Comment appelleriez-vous le jazz que vous aimez ? » (%)
Légende Note de lecture : 28,6 % des enquêté.es ayant mentionné le nom d’une chanteuse pour indiquer le jazz qu’elles/ils aiment sont des hommes.
Crédits Source : Étude sur les publics et les non-publics du jazz en Bourgogne (Lizé et Roueff 2010)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/15422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

Auteur

Maître de conférences en sociologie à l’université de Poitiers, chercheur au Groupe de recherches sociologiques sur les sociétés contemporaines (GRESCO).

© ENS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540