Version classiqueVersion mobile

Sexe et genre des mondes culturels

 | 
Sylvie Octobre
, 
Frédérique Patureau

Partie I. Relations de pouvoir et transgressions

Chapitre 1

L’impossible dépassement des stéréotypes de genre ?

L’exemple de Virus, de la production culturelle à la réception critique

Florence Eloy, Stéphane Bonnéry et Tomas Legon

Texte intégral

1Cette contribution a pour objectif d’examiner la manière dont les choix relatifs à la question du genre se déclinent de la production à la réception, à partir de l’exemple d’un ensemble romanesque post-apocalyptique à destination des adolescents, composé de quatre ouvrages d’auteur.es distinct.es, racontant chacun la même histoire du point de vue d’un.e des quatre héroïnes ou héros (deux filles et deux garçons). Nous appellerons cette œuvre Virus et nous anonymiserons également les noms d’auteur.es et d’acteur.rices de la chaîne du livre : nous nous y sommes engagé.es auprès des enquêté.es, ce qui a permis de recueillir certains doutes ou regrets par rapport à leur propre production, certains agacements par rapport à d’autres acteur.rices et ce qui met l’accent moins sur un cas particulier que sur les phénomènes génériques qu’il permet de penser.

  • 1 En l’état actuel de notre travail de recherche, les lecteur.rices adolescent.es ne seront pas prés (...)

2Cette étude de cas permet en effet de mettre au jour les interactions et phénomènes d’appropriation existant entre les différents « étages » de la diffusion d’un produit culturel. Nous nous intéressons en particulier aux phénomènes d’inversion genrée qui peuvent apparaître dans cette chaîne allant de la production à la réception1 : écart entre le genre des publics anticipés et celui des publics réels, mais aussi distorsions présentes au sein même de la fiction entre stéréotypes de genre et sexe des personnages.

3En effet, comme des recherches l’ont montré (Baudelot, Cartier et Détrez 1999), les lectures adolescentes se caractérisent, encore davantage que chez d’autres catégories de lecteur.rices, par la prégnance des processus d’identification. Ces derniers peuvent notamment être relatifs au genre, entrant en jeu dans le processus de construction de soi en tant que fille ou garçon, comme le montre bien l’enquête L’enfance des loisirs (Octobre et al. 2010). Or les professionnel.les de la littérature jeunesse s’appuient sur ces processus, qu’il s’agisse de la production du texte à proprement parler ou de la phase de marketing ou de promotion des ouvrages.

4Néanmoins, comme on le sait à propos des mangas, les caractéristiques du texte, tout comme la manière dont les intermédiaires présentent l’œuvre aux lecteur.rices, ne préjugent en rien de leur réception effective, y compris du point de vue des mécanismes d’identification genrée, donnant lieu par exemple à des phénomènes d’inversion par rapport aux catégories éditoriales (Détrez 2011). Si, grâce à l’exemple de Virus, nous pouvons constater de tels écarts entre le public anticipé et le public réel, nous verrons également que ces derniers s’articulent à ces phénomènes d’inversion genrée pouvant intervenir dès le moment de l’écriture, l’ensemble des niveaux de la chaîne allant de la production à la réception renégociant et réinterprétant la partition du genre que donnent à voir le processus d’écriture et le contenu des quatre ouvrages. Le cas de Virus est particulièrement intéressant à cet égard : les auteur.es, deux femmes et deux hommes, ont pris volontairement le parti de choisir des héros ou héroïnes de sexe opposé au leur, cherchant à jouer et/ou à prendre des distances avec les stéréotypes de genre.

Éléments de méthodologie

Les données de terrain qui ont servi de base à notre analyse sont les suivantes : le suivi, via des entretiens individuels et des analyses de documents, de l’ensemble romanesque Virus, du processus d’écriture (n=6) jusqu’à sa réception (n=15) en passant par l’intermédiation (professionnel.les dans les maisons d’édition, blogueur.euses, journalistes, libraires, bibliothécaires...) (n=27). Le travail de terrain relatif à la réception étant toujours en cours, nous ne pourrons nous appuyer que très partiellement sur celui-ci et nous nous concentrerons sur la figure des blogueur.euses qui représentent, pour les auteur.es, les premiers retours de lecteur.rices sur leur œuvre.

Écrire à la première personne avec une héroïne ou un héros du sexe opposé : des logiques plurielles

5Les auteur.es et responsables d’édition enquêté.es, qui ont conscience de produire le plus souvent pour des lectrices, espèrent que le lectorat de Virus sera mixte. D’abord, car l’univers post-apocalyptique est censé plaire aux garçons. Ensuite, du fait de la parité entre les quatre héroïnes ou héros (deux garçons et deux filles), choix qui, au-delà du souci de marquer la mixité du public envisagé, découle d’un jeu d’écriture entre les quatre auteur.es, très précocement envisagé dans le projet, c’est-à-dire dès le synopsis envoyé aux maisons d’édition :

Oui, ça a été un choix euh..., presque le premier choix, en fait, j’allais dire conceptuel hein […] on a choisi le thème post-apocalyptique en tout premier. Euh... Mais juste après on a pensé aux personnages, en fait. […] Voilà, « On va inverser parce que l’aubaine est trop belle », on était deux filles, deux garçons.
(Auteure 2, 42 ans, a exercé comme institutrice pendant environ 10 ans avant de devenir auteure jeunesse, père ouvrier non qualifié puis vigile de supermarché, mère femme de ménage puis vendeuse en supermarché)

Entre jeu littéraire et volonté d’inversion des stéréotypes

6Ce choix découle d’un jeu collectif d’écriture davantage que d’un jeu sur les stéréotypes genrés :

On réfléchissait à nos personnages, et... tu vois à quoi il ressemble [auteur 3, dégarni] ? Il m’a fait « Oh moi j’ai envie d’un personnage qui a des longs cheveux » (rires). J’le revois faire ça... Ça m’a fait beaucoup rire. Donc on était donc dans l’idée de... du fantasme un p’tit peu et de faire..., oui c’est ça, de faire évoluer les personnages qui nous ressemblent pas, quoi ; et qui nous enthousiasmaient par leurs caractéristiques. Donc, lui, c’étaient les cheveux... (rires).
(Auteure 2)

7Du côté des auteur.es, l’appropriation de ce choix n’est pas homogène : par exemple, l’une des écrivaines y a immédiatement vu une opportunité car elle a été institutrice dans une école où exerçaient des militant.es féministes, ce qui l’a marquée au point de réinterroger sa propre socialisation (« ma mère faisait tout à la maison… ») et d’écrire plusieurs livres pour enfants sur ce thème :

Je pense c’était pas conscient pour tout le monde. Pour moi oui. Alors moi c’était clair que c’était génial pour ça […]. Mais parce que moi j’ai une réflexion plus ancienne, j’pense, que les autres, sur l’égalité garçons filles, euh, donc j’ai tout de suite vu l’intérêt du truc, voilà.
(Auteure 2)

8Mais cette dimension militante n’est pas présente à l’esprit de tou.tes les auteur.es de Virus. Ainsi, si le personnage féminin de l’auteur 3 (un homme) contrevient en partie aux stéréotypes, c’est moins par militantisme que par volonté de jouer avec son personnage : décrire les sensations liées au fait d’avoir de longs cheveux, lui faire accomplir des actions chocs pour survivre dans un monde post-apocalyptique réaliste.

9Cette appropriation différente du jeu d’inversion sexuée cohabite avec une règle commune d’écriture réaliste, ancrée dans le genre du récit d’anticipation qui montre que la pandémie (qui, dans l’histoire, a décimé l’espèce humaine à l’exception des adolescent.es) pourrait se produire demain : lieux réels, descriptions naturalistes de cadavres, etc. Le réalisme porte aussi sur les comportements et les sentiments crédibles pour un garçon ou une fille de cet âge. De fait, les comportements des personnages font cohabiter des logiques diverses, comme va le montrer la section suivante : ce sont d’abord des comportements dont les auteur.es pensent qu’ils paraîtront crédibles de la part d’adolescent.es dans cette situation, avec une tendance à reproduire en partie des partitions genrées de la société actuelle. Ce sont ensuite des conceptions féministes et des préoccupations personnelles que les auteur.es ont tenté de décrire dans leur ouvrage, mais à travers des habitudes d’écriture marquées par leurs socialisations genrées.

Dans les quatre romans : déconstruction ou interversion des stéréotypes ?

  • 2 Pour préserver l’anonymat des auteurs, les prénoms des quatre personnages principaux, qui sont aus (...)

10La cohabitation des logiques d’écriture qui viennent d’être évoquées conduit à une répartition des rôles spécifiques entre personnages principaux et secondaires dans les quatre romans. Les personnages secondaires, par contraste avec les quatre personnages principaux, sont plus souvent conformes aux rôles sexués, empreints du souci de réalisme évoqué plus haut et dans le cadre duquel filles et garçons occupent les rôles dans lesquels on les attend au regard de leur sexe : dans la communauté d’adolescent.es parisien.nes présentée dans le tome #Jean2, les garçons sont soldat ou chef, les filles plus fréquemment volontaires pour soigner, le rôle de cuisinier.ère étant mixte.

11Les personnages principaux présentent, eux, des caractéristiques plus ambiguës. Pour ce qui est lié à l’action, leurs caractéristiques principales ne sont pas stéréotypiques des rôles genrés traditionnels. Maïwenn et Claude, les deux filles, sont « des guerrières » (l’expression revient dans les entretiens de presque tou.tes les auteur.es et directrices éditoriales), « elles assurent » (auteur 3). Elles prennent des initiatives, et, lorsque les héroïnes et héros des différents volumes sont en interaction, elles ont souvent le leadership sur Jean et Karim pour prendre les décisions. Les comportements des héroïnes et des héros en matière amoureuse ne sont pas stéréotypiques. Ainsi, c’est Maïwenn, et non un garçon, qui souhaite avoir connu des expériences sexuelles avant de mourir sans mentionner la nécessité de sentiments. Et, à l’inverse, Jean découvre le sentiment amoureux et hésite à se déclarer, sans que la question de la sexualité ne soit abordée.

12De façon plus diffuse, le style et l’univers d’écriture des auteur.es sont marqués sur le plan du genre. L’auteure 2 (une femme) recourt souvent à des métaphores et figures de style poétiques tant pour les sentiments que pour la description de la nature, en référence au style de Giono, y compris pour décrire les états d’âme de Karim, ainsi présenté comme sensible et contemplatif, qualités généralement associées au féminin. L’auteure 1 (une femme) insiste sur des descriptions plus cinématographiques, donc contemplatives, ainsi que sur des allusions culturelles (Dora l’exploratrice par exemple) qui donnent un côté plus enfantin à Jean. Tandis que l’auteur 3 (un homme) rédige dans un style plus proche du roman d’aventures et du fantastique (#Maïwenn), centré sur l’action, et que l’auteur 4 (un homme) est tourné vers les questions politiques, thèmes habituellement associés au masculin (#Claude).

13Ainsi, sur nombre d’aspects, il semble que les socialisations genrées des auteur.es aient transparu dans leurs romans respectifs, conférant à leur personnage, de sexe opposé au leur, des caractéristiques contrevenant aux stéréotypes (garçons émotifs, filles dans l’action), mais en les intervertissant plus souvent qu’en les dépassant.

Des réinterprétations successives par les intermédiaires du sexe du lectorat visé

14Une fois l’œuvre produite, d’autres personnes vont intervenir à la fois pour s’assurer que le livre va trouver son public et essayer d’encadrer sa réception. Ces acteur.rices, que l’on regroupe sous le terme d’intermédiaires, peuvent se distinguer sur plusieurs points : toutes et tous ne sont pas intéressé.es économiquement par le succès du livre (les documentalistes, par exemple) et peuvent intervenir à différents moments de la chaîne de prescription.

15Dans le cas de Virus, l’intermédiaire le plus en amont de cette chaîne et le plus proche de la partie créative du livre est le directeur artistique : celui-ci s’occupe de créer l’identité visuelle qui accompagne le texte, dont la couverture du livre. Le travail créatif se fait grâce à un document rédigé conjointement par les directrices éditoriales des deux maisons d’édition impliquées dans le projet et par leur département marketing. Au-delà d’un pitch de l’histoire, ce « brief couverture » précise notamment le public visé et les autres œuvres dont se rapproche le livre (ces œuvres pouvant être des films, des séries, etc.).

16Quand il s’agit de séduire un public plutôt féminin ou masculin, le directeur artistique s’appuie sur l’association entre le sexe des lecteur.rices et des genres littéraires (thriller vs romance) ainsi que sur des stéréotypes de genre dominants. Pour ce spécialiste de l’adressage, la maîtrise de ces stéréotypes résulte autant de compétences professionnelles (savoir créer un univers graphique « féminin » ou « masculin ») que d’appétences genrées, intériorisées en tant que garçon ou que fille, et qu’il peut exprimer dans l’entretien comme une manière de faire « naturelle ». Si Virus est pensé pour un public mixte, le livre va s’inscrire plutôt dans un univers éloigné de ce qui caractérise le féminin, attestant de la prégnance de la légitimation par le « masculin neutre » :

Virus, ça me correspond bien, c’est mon univers. En fait, on travaille à deux sur les visuels de la fiction, et j’pense que chacun, on a développé des goûts personnels : je pense que ma collègue est beaucoup plus forte que moi sur des… romans qui vont s’adresser aux jeunes lectrices, et moi, mes univers, ça va être plutôt la fantasy, le thriller urbain, ou des choses comme ça. J’pense que c’est une question de feeling. Donc naturellement, j’pense qu’on… C’est pas à elle qu’on a proposé de faire les couv’ de Virus, c’est plutôt à moi.
(Directeur artistique, 43 ans, titulaire d’un diplôme d’état aux fonctions d’animation, a travaillé dans l’événementiel avant de se reconvertir dans le graphisme, professions des parents inconnues)

17L’acheminement du livre vers le « bon » public est ensuite pris en charge par les intermédiaires les plus proches de la dimension économique du livre : le service marketing et le service de la diffusion. Ce sont eux qui s’attachent le plus à objectiver le public. Deux responsables de ces services insistent notamment sur la part majoritaire des filles parmi les client.es potentiel.les et sur ce que cela implique en matière de diffusion et de marketing.

Enquêté : Pour Virus, on était mixte au niveau des genres ; au niveau des tranches d’âge, on était très large. Ce qu’on voulait c’est que le garçon ou la fille lise les quatre […]. Alors, c’est vrai que, on peut penser que les filles vont d’abord acheter les garçons là-dessus [il fait un geste qui désigne les couvertures, montrant chacune un visage d’adolescent, deux garçons et deux filles], parce qu’elles vont peut-être avoir envie de découvrir le sexe opposé, à cette tranche d’âge là, ce qui est pas le cas là (en montrant Les Filles au chocolat). Où là, on va rester dans son sexe.

Enquêteur : Parce que, par exemple, elles vont trouver le visage sur la couverture beau ?

Enquêté : Oui ! Parfois tomber un peu amoureux, etc. Donc là, malgré tout, j’dirais que c’est plus féminin. Parce que les garçons sont tentants, et les filles, ben elles vont peut-être avoir envie d’aller voir, et d’acheter des filles aussi. Ce qui est bien, hein, puisque le marché est à 65 % féminin.
(Responsable diffusion, homme, 56 ans, titulaire d’un master de management stratégique, professions des parents inconnues)

18D’autres intermédiaires interviennent à la suite du travail effectué au sein des maisons d’édition : il s’agit de tou.tes celles et ceux qui vont s’adresser plus directement aux lecteurs.rices ou aux personnes qui vont acheter ou emprunter les livres pour d’autres. Ces intermédiaires « font médiation » au sens où elles et ils vont participer à situer Virus par rapport au reste de la production littéraire, en le disposant physiquement dans le magasin, et, éventuellement, en construisant un discours (oral ou écrit) à propos du livre.

19Les entretiens avec ces intermédiaires, encore en cours de passation au moment de la rédaction de ce chapitre, montrent qu’elles et ils s’engagent de manière variable sur l’encadrement d’une réception genrée du livre. Quand elles et ils présentent Virus à des lecteur.rices curieux.euses, les jeunes étudiant.es embauché.es comme employé.es de librairie par l’éditeur, pendant le Salon du livre jeunesse de Montreuil, s’appuient sur les éléments les plus stéréotypés pour associer le « bon » livre au « bon » sexe afin de garantir au jeune lecteur ou à la jeune lectrice le plaisir d’une identification genrée au personnage principal.

20À l’inverse, les libraires spécialisé.es se voient comme participant à la « formation » du lectorat adolescent, pour amener ce dernier vers des profils de lecteur.rices cultivé.es et diversifié.es – proches de l’« éclectisme éclairé » décrit par Philippe Coulangeon (2003) – et répugnent plutôt à utiliser les ficelles des stéréotypes :

Enquêteur : Le côté deux filles / deux garçons, c’est pas une entrée que vous exploitez pour dire par exemple à une lectrice, « commence par #Maïwenn », parce que comme vous disiez « ça pourrait être toi » ?

Vendeuse librairie : En général, on essaye d’éviter. Je suis pas trop pour la catégorisation. Tout le monde peut lire tout, et la réflexion qui m’agace le plus c’est quand je vends un livre avec une héroïne assez forte, Hunger games ou des Bottero, et que les parents me disent « ah mais c’est un garçon, il va avoir du mal à s’identifier », et que je leur dis « toutes les filles qui ont lu Harry Potter, je pense que ça va, elles s’en sortent très bien. » Je pense qu’un garçon qui lit un livre avec un personnage féminin très fort peut très bien s’en sortir.
(Vendeuse dans une librairie spécialisée, 27 ans, diplômée d’une licence de lettres puis de l’Institut national formation librairie, anciennement Association de formation de la librairie, parents ingénieurs)

21Quand ces « passeur.euses » construisent des discours à l’intention des lecteur.rices, elles et ils peuvent donc avoir une forme d’autonomie par rapport à ce qu’ont voulu faire les auteur.es et/ou les maisons d’édition pour associer plus ou moins étroitement le sexe des lecteur.rices et celui des héroïnes ou héros. Selon les cas, cette autonomie peut passer par des appétences de lecteur.rices (construites en partie via des socialisations genrées), par des prises de distance conscientes avec des adressages qui les gênent, ou tout simplement par le fait que certaines propositions en amont ne sont pas perçues et ne seront donc pas exploitables pour construire un discours sur Virus.

Les effets retours des critiques de blogs sur le choix d’inversion genrée

22À ce stade, la recherche a collecté peu de données sur la réception de Virus par les adolescent.es. Mais un autre type de lecteur.rices éclaire à la fois les enjeux de la réception et ceux de l’intermédiation, à savoir les blogueur.euses. Ces dernier.ères, si elles et ils le font de façon différente de la critique professionnelle (Pasquier, Beaudoin et Legon 2014 ; Naudier 2004), participent à l’intermédiation en direction des adolescent.es. Nous verrons comment les stéréotypes de genre des producteur.rices et des intermédiaires analysés précédemment rencontrent de manière variable les caractéristiques des blogueur.euses, mais aussi la manière dont elles et ils perçoivent l’inversion des sexes entre héroïnes ou héros et auteur.es, ainsi que l’impact que cela peut avoir en retour sur la perception a posteriori de ce choix par les producteur.rices.

Les blogueur.euses : des lectrices « jeunes adultes »

23Les blogueur.euses ayant écrit sur Virus sont souvent de jeunes adultes, et surtout des femmes, au regard des profils consultés sur Livreaddict et Babelio, deux des principaux sites de critiques en ligne recensant des chroniques de l’ensemble romanesque. Elles et ils ne correspondent pas au cœur de cible visé par les producteur.rices et les intermédiaires, à savoir plutôt les adolescent.es des deux sexes. Cette surreprésentation des femmes parmi les jeunes adultes blogueur.euses fait écho aux représentations qu’ont les professionnel.les concernant le caractère très féminin des publics jeunes adultes via les blogs, qu’elles et ils consultent largement et avec lesquels s’engage une véritable collaboration dans le cadre du travail de communication mené par les services de presse, comme cela a pu être mis en évidence dans d’autres maisons d’édition (Bois, Saunier et Vanhée 2015). On retrouve également cette représentation d’un public adulte très féminin de la littérature jeune adulte chez certain.es des intermédiaires interrogé.es, telle cette médiathécaire : « Moi parmi les lectrices qui vont emprunter euh du Jeunes adultes ados en Jeunesse, c’est des femmes, plutôt, j’ai pas vu d’hommes » (Christine, bibliothécaire jeunesse, 31 ans, diplômée d’une licence de médiation culturelle).

24On peut également relever que les blogueur.euses rencontré.es ont des pratiques de lecture très intenses, sont détenteur.rices de diplômes universitaires littéraires (ou parfois, en cours d’études), et se situent à mi-chemin entre des lecteur.rices « ordinaires » (les enquêté.es tendant même plutôt à revendiquer cette proximité) et des lecteur.rices « expert.es », qui à la fois ont une connaissance importante du champ de la production littéraire pour adolescent.es et qui produisent un jugement qui dépasse la réaction « à chaud », se voulant plus réflexive. Ce profil éclaire le fait que tou.tes les blogueur.euses ont des avis assez précis sur le fait que Virus propose des personnages dont le sexe ne correspond pas clairement aux stéréotypes de genre. Certain.es accueillent favorablement ce qu’elles et ils perçoivent comme ou savent être (grâce à des interviews des auteur.es par exemple) une inversion volontaire :

Claude est super intéressant comme personnage, justement, parce que c’est une fille et en même temps… elle a des codes, ou un caractère ou des choses qu’elle aime qui seraient plus traditionnellement attribués aux garçons.
(Blogueur, 19 ans, étudiant dans un master métiers de l’édition, mère institutrice, père infirmier social)

25D’autres, tout en percevant la mixité de Virus dans le champ de la production littéraire pour adolescent.es, peuvent évoquer un plaisir genré de lectrice assez traditionnel :

Blogueuse : La force de ce texte, c’est qu’il peut attirer des garçons comme des filles, les garçons ils vont voir le côté post-apocalyptique…, enfin ils aiment bien ça, ou le côté jeu vidéo, les filles peut-être elles vont se concentrer sur…, j’allais dire la romance, mais pas forcément, mais… peu importe, chaque lecteur va voir quelque chose de différent dans ces textes.

Enquêtrice : Et tu trouves que ça fonctionne bien, par exemple sur la manière dont [auteur 4] il parle à la première personne au nom de Claude ?

Blogueuse : Oui, moi je trouve que ça colle, quand j’ai lu #Claude, franchement on se dit pas « tiens, c’est un homme qui écrit avec un personnage féminin », c’était vraiment crédible, pareil pour #Karim…, après pour #Karim peut-être on sent qu’il a un petit peu la touche féminine (rire), parce que c’est très poétique, enfin le texte de #Karim, par rapport à #Claude.
(Chaimaa, blogueuse en « littérature de l’imaginaire » et cinéma, 27 ans, doctorante en littérature, travaille en remplacement en lycée professionnel en tant que professeure de français et enseignante en Français langue étrangère, mère secrétaire de direction, père chargé d’études dans un bureau d’architecte)

Des retours nourrissant la réflexion des auteur.es sur leur choix d’écriture

26Si les blogueur.euses ne sont donc pas de « simples lecteur.rices », il est intéressant sociologiquement de s’intéresser à ces acteur.rices pour penser l’effet que peut avoir leur réception sur les producteur.rices, car leur lecture de Virus réinterroge le choix initial des auteur.es de se concentrer sur une héroïne ou un héros de l’autre sexe. En effet, les blogueur.euses représentent, du point de vue des auteur.es, un premier retour de lecteur.rices sur leur production, leur permettant d’avoir une idée de la manière dont elle va être reçue, ce qui occasionne un véritable travail de veille sur Internet :

Ben on va regarder tout le temps, ouais, c’est sûr, on est un peu... Et puis là comme y a eu des services de presse qui ont été diffusés en fait assez tôt, ouais, dès le mois de juin, début juillet, on a commencé à avoir des retours sur les blogs.
(Auteur 3, 55 ans, a été instituteur pendant plus de 30 ans avant de devenir auteur jeunesse à plein temps, père ouvrier ajusteur, mère aide-comptable)

27Les auteur.es ont bien conscience de l’écart entre ces lecteur.rices et la cible visée prioritairement par Virus, mais au moment des premiers entretiens réalisés avec ces écrivain.es, soit deux mois après la parution des romans, les blogueur.euses jeunes adultes représentent toujours pour les auteur.es la principale source des retours du lectorat sur Virus :

En fait, les ados n’ont pas vraiment de blog, donc on a les avis des blogueuses, mais c’est plutôt des nanas de 20 à 35 ans, voilà un peu geek et tout. Les ados, leurs retours, on ne les a pas. Sur leur personnage, quel personnage ils vont aimer, auquel ils vont s’identifier, on sait pas encore trop.
(Auteure 1, 44 ans, docteure en histoire, parents universitaires)

28Or, quelques semaines après la sortie de Virus, les réactions de certain.es de ces blogueur.euses concernant l’inscription des héroïnes et des héros dans les stéréotypes de genre frappent les auteur.es, bien que de manière variable :

Euh... ça peut être... ben justement, du fait qu’on n’ait pas suivi des stéréotypes, certains ne le comprennent pas. Donc euh : « Oh, ce garçon, il pleure trop souvent ! », « Il est trop sensible ». [auteure 1], elle a eu ça beaucoup pour Jean, elle a eu pas mal de critiques.
(Auteure 2)

Je sais qu’y’a des lectrices que ça..., pas beaucoup, parce qu’on a les blogs etc., j’en ai une ou deux que ça a gêné […]. Comment elle est avec les garçons […]. Y’a des lecteurs ou des lectrices qui peuvent... (là c’étaient des lectrices), qui peuvent trouver ça bizarre. C’est : « Oui elle est un peu obsédée. » Franchement, Maïwenn est pas obsédée par le sexe...
(Auteur 3)

  • 3 Pour préserver l’anonymat, nous ne pouvons pas renvoyer vers les blogs.

29Un certain nombre de ces remarques faites sur les héroïnes et héros sont interprétées par les auteur.es comme une réaction négative de ce premier lectorat par rapport à la transgression des stéréotypes de genre, tentée au moyen du choix d’un héros ou d’une héroïne de sexe opposé au leur. Certain.es auteur.es se focalisent sur ces réactions, laissant dans l’ombre celles qui, émanant de la même population des blogueur.euses, valorisent, comme on l’a vu, des aspects allant plutôt à l’encontre des stéréotypes de genre. À titre d’illustration, sur les soixante-six chroniques de blogs portant sur #Jean présentées sur Livreaddict, un des principaux sites de diffusion des critiques amateurs et présenté par l’auteure 1 comme le site sur lequel on retrouve « les pires blogueuses anti-Jean », seules six peuvent être considérées comme critiques. En voici les extraits les plus virulents3 :

Son caractère est plutôt effacé et ce n’est que dans certaines conditions qu’il s’imagine être son avatar et avoir la force qui le pousse à agir. Il m’a donné l’impression de vivre cette histoire en parallèle de la réalité. Du coup, d’avoir un ado qui avait les pieds sur terre sans vraiment les avoir, cela ne m’a pas forcément accrochée plus que ça […].

Si j’avais tout de suite accroché avec Claude […], j’ai eu plus de mal avec Jean au démarrage. Il fait peureux, craintif, il s’apitoie pas mal sur son sort, et sur sa situation. J’ai trouvé qu’il avait beaucoup moins de relief, de profondeur que Claude… et sur ce point j’ai été assez déçue.
(Chaimaa, blogueuse déjà citée)

30En revanche, plusieurs critiques compilées sur le site valorisent au contraire ces traits de caractère de Jean. C’est le cas de la chronique d’Anaïs, 19 ans :

Jean est un garçon décrit comme « rond » et non sportif. Sa vie, c’était le jeu. J’apprécie beaucoup cette description du personnage car ça permet de ne pas tomber dans le stéréotype du beau mec-sportif avec des abdos en bétons. Non ! Ici, on a un protagoniste auquel on peut s’attacher très facilement. 

31Malgré cela, le sentiment d’être incompris par ces premier.ères lecteur.rices, perçu.es comme des prescripteur.rices, est décrit par certain.es auteur.es comme un véritable traumatisme. Ces commentaires de lecture auxquels ne s’attendaient pas les auteur.es et qui contrarient leur vision des personnages viennent modifier la perception qu’ils ont de leur œuvre. C’est un point important pour penser les interactions entre la production, l’intermédiation et la réception : ces interactions sont à double sens et non pas seulement descendantes. Ainsi, si la réception est encadrée par la production et l’intermédiation, elle vient en retour peser sur ces deux niveaux. Si l’avis des blogueur.euses est important, c’est qu’elles et ils sont parmi les premier.ères à donner aux auteur.es un retour sur leur création au-delà de leurs proches et de leurs maisons d’édition. C’est aussi parce que les blogueur.euses sont très présent.es dans les moments de dédicaces en librairie et dans les débats qui suivent la sortie du livre (foire de Brive, salon de Montreuil), bien plus que des adolescent.es ordinaires venu.es seul.es dans ces lieux. Et bien sûr, l’avis des blogueur.euses revêt un enjeu lié à leur position d’intermédiaires qui communiquent sur leurs lectures et en tant que lecteur.rices susceptibles de provoquer chez les adolescent.es des réceptions similaires à la leur.

32Concernant l’inversion du sexe entre héroïnes ou héros et auteur.es, cela aboutit, pour certain.es écrivain.es, à un sentiment d’échec relatif. C’est ce qu’explique l’une d’entre elles et eux lors de notre deuxième entrevue, qui se déroule quatre mois après la sortie de Virus (alors que les auteur.es ont eu le temps de « digérer » ces retours sur leur personnage) :

Alors ça, on en a discuté entre nous quatre aussi, et là j’me dis aussi qu’on a été victimes de nos propres stéréotypes en fait, parce que bon, c’est vrai que les filles ont pris des garçons et les garçons des filles, comme personnages, il n’empêche que les deux garçons ont fait des personnages de filles hyper euh..., alors « badasses », comme ils disent, les jeunes... (petit rire) hyper combatives, et c’est vrai que [auteure 1] et moi, nos deux personnages garçons, sont hyper sensibles. Voilà, le mien il est même pacifiste, voilà. Ça on aurait peut-être dû y faire un peu plus attention. Voilà, là pour moi c’est un mini-échec. […]. Et du coup c’est ressorti euh... pas analysé comme ça par les blogueurs hein, euh... qui l’ont critiqué plus frontalement parce qu’ils sont pas... ils ont pas vu c’qu’y’avait derrière j’pense mais […]. Ouais, j’l’ai réalisé, j’crois, à Montreuil justement. Tu vois, c’est récent, hein […]. Pendant Montreuil j’ai eu l’illumination, j’ai dit : « Mais en fait, on se plaint des blogueuses qui nous reprochent ceci ou cela, mais... on a un peu merdé quoi ! » (rires) Et quand j’l’ai dit à [l’auteur 4], il a dit : « Mais tu as raison, en fait ! »
(Auteure 2)

33Le processus de création est donc éclairé d’un nouveau jour par la réception faite du livre par certain.es blogueur.euses et les conversations entre auteur.es qu’elle a occasionnées. Choix initialement pensé (par les auteures femmes) comme un moyen de lutter contre les stéréotypes de genre, ce parti pris d’écriture apparaît en définitive aux auteur.es comme n’ayant pas permis de dépasser ces stéréotypes, dans lesquels elles et ils estiment s’être laissé.es enfermer à leur corps défendant.

*

34Si les retours sur l’inversion des sexes des personnages et des auteur.es sont l’un des aspects sensibles pour ces dernières et ces derniers, c’est que le sujet du genre l’est aussi dans ce domaine de l’édition. Cela tient tout d’abord à ce que les auteur.es et responsables d’édition enquêté.es considèrent la littérature jeunesse comme dominée économiquement et symboliquement, et qu’elles et ils associent ces traits au fait que les professionnel.les – auteur.es et médiateur.rices – sont majoritairement des femmes.

Au départ, c’est des livres écrits par des femmes : on paye moins les femmes ; c’est écrit aussi par des femmes qui ne voyaient pas ça comme un métier. C’étaient des instits à la retraite, des mères de famille ou des gens qui avaient déjà des métiers à côté.
(Auteure 1)

La littérature de jeunesse, c’est moins considéré, parce que la jeunesse est moins considérée, voilà […]. Il faut essayer de voir, à mon avis, d’où ça vient : c’est un rapport à la jeunesse, ça, c’est sûr. La jeunesse, les femmes qui s’occupent de la jeunesse […]. La jeunesse, c’est moins intéressant que l’adulte, parce que quelque part, c’est des affaires de bonne femme.
(Une directrice éditoriale, 43 ans, titulaire d’une maîtrise de Lettres modernes puis DESS Lettres appliquées aux techniques éditoriales, expériences dans l’animation durant ses études, professions des parents inconnues)

35De fait, la question des stéréotypes de genre est déterminante dans ce champ de la littérature de jeunesse. L’enquête en cours permet de faire l’hypothèse qu’on trouve d’un côté des acteur.rices porteur.euses d’une certaine légitimité culturelle et revendiquant des ambitions artistiques fortes qui vont de pair avec la volonté de dépasser les stéréotypes de genre, et de l’autre des acteur.rices assumant le fait de s’appuyer sur ces stéréotypes, dans la frange la plus commerciale de ce champ. Les remarques des blogueur.euses sur les caractéristiques genrées des personnages mettent donc indirectement en question la légitimité des auteur.es. Il n’est ainsi pas étonnant que l’auteure 1, qui est celle dont la carrière est la moins ancienne et établie, soit particulièrement meurtrie par les quelques retours négatifs.

  • 4 Pour le lien entre socialisation des écrivain.es et analyse de leurs œuvres, voir Lahire 2010 ou G (...)

36En outre, en se donnant les moyens méthodologiques de dérouler un fil de la création à la réception (critique, ici) en passant par diverses intermédiations, cette recherche propose un autre éclairage sur la manière dont les stéréotypes de genre structurent les schèmes de perception d’une fiction littéraire. On voit notamment chez les « professionnel.les du livre » (auteur.es, éditeur.rices, etc.) une cohabitation entre la volonté de mixité, voire de dépassement des stéréotypes de genre à propos de Virus et le maintien d’une association plus conventionnelle entre sexe et genre à propos de la division du travail (au niveau des maisons d’édition) ou des manières de faire (ici, d’écrire). Ce ne sont pas seulement des résistances dans la chaîne qui va des auteur.es aux lecteur.rices qui expliquent que les stéréotypes de genre ne s’effacent pas tout à fait malgré la volonté de départ. En effet, les intermédiaires qui relèvent l’inversion des sexes entre écrivain.es et personnages (ce qui n’est pas automatique) y voient un élément positif qui contribue à faire de Virus une œuvre ambitieuse dans le champ de la littérature jeunesse. La survivance de ces stéréotypes semble se manifester déjà en amont, dès la production de l’œuvre, résultant d’un décalage entre postures réflexives et sens pratique, qui fait que les mêmes individus peuvent être disposés à croire que la mixité de Virus est souhaitable (dans l’œuvre même, le lectorat, la manière de la recevoir), tout en mobilisant dans leurs manières de travailler des stéréotypes genrés4. Les réactions des auteur.es face à la réception d’une petite partie des blogueur.euses (en l’occurrence essentiellement des femmes) sont un indice de cette dissociation : en montrant qu’il est possible d’avoir une réception genrée du texte (en associant non plus le sexe des personnages et celui des auteur.es, mais le sexe des auteur.es et les comportements des personnages), ces critiques agissent pour une partie des écrivain.es comme un révélateur, en les amenant à voir les traces de cette socialisation genrée dans leur écriture.

37Le pari fait par les auteur.es semble d’autant plus périlleux qu’il prend place dans un marché de l’édition pour adolescent.es dont les acteur.rices s’accordent à dire qu’il est structuré en partie par des postures identificatoires des lecteur.rices – s’appuyant notamment sur le genre –, qui doivent se reconnaître au moins partiellement dans leur personnage, alors que l’envie qu’ont les auteur.es de s’affranchir de ces stéréotypes suppose, au contraire, un lectorat qui s’identifie à des personnages non stéréotypés.

38La difficulté rencontrée par les auteur.es à dépasser les stéréotypes n’est pas propre à la littérature jeune adulte. Dans les albums pour enfants, ces stéréotypes perdurent, même si c’est de manière plus atténuée que par le passé. Filles plutôt passives, tournées vers l’intérieur et garçons plus aventuriers, plus tournés vers l’extérieur : dans un marché mondialisé où le livre est destiné à des publics divers, la tendance est aux repères traditionnels (Brugeille, Cromer et Cromer 2002). Comme cela a été montré pour les mangas, on sait qu’il est possible pour les adolescent.es de lire une production clairement catégorisée et vendue comme étant « pour l’autre sexe », mais c’est nettement plus fréquent pour les filles que pour les garçons et variable selon l’origine sociale (Détrez 2011). Le cas de Virus confirme que la possibilité de s’affranchir des stéréotypes de genre, même lorsque cette volonté est affichée, est dépendante de l’état du champ et notamment des effets anticipés ou retours des réceptions par les intermédiaires et les lecteur.rices, tout comme des socialisations des auteur.es.

Bibliographie

Baudelot Christian, Cartier Marie et Détrez Christine, 1999, Et pourtant ils lisent..., Paris, Le Seuil.

Bois Géraldine, Saunier Émilie et Vanhée Olivier, 2015, « La promotion des livres de littérature sur Internet », Terrains et travaux, vol. 1, no 26, p. 63-81.

Brugeille Carole, Cromer Sylvie et Cromer Isabelle, 2002, « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre », Population, no 57, p. 261-292.

Coulangeon Philippe, 2003, « La stratification sociale des goûts musicaux. Le modèle de la légitimité culturelle remis en question », Revue française de sociologie, vol. 44, no 1, p. 3-33.

Détrez Christine, 2011, « Des shonens pour les garçons, des shojos pour les filles ? », Réseaux, no 168-169, 4, p. 165-186.

Giraud Frédérique et Saunier Émilie éd., 2015, « Des vies à l’œuvre. Socialisation et création littéraire », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, no 15. En ligne : [https://journals.openedition.org/contextes/6014].

Lahire Bernard, 2010, Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte.

Naudier Delphine, 2004, « La fabrication de la croyance en la valeur littéraire », Sociologie de l’Art, no 2-4, p. 37-66.

Octobre Sylvie, Détrez Christine, Mercklé Pierre et Berthomier Nathalie, 2010, L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence, Paris, ministère de la Culture et de la Communication / La Documentation française.

Pasquier Dominique, Beaudoin Valérie et Legon Tomas, 2014, « Moi, je lui donne 5/5 ». Paradoxes de la critique amateur en ligne, Paris, Presses de l’École des Mines.

Notes

1 En l’état actuel de notre travail de recherche, les lecteur.rices adolescent.es ne seront pas présenté.es et le propos se centrera ici sur l’étape précédente des réceptions – à savoir, celles, critiques, des blogueur.euses (voir encadré méthodologique ci-après).

2 Pour préserver l’anonymat des auteurs, les prénoms des quatre personnages principaux, qui sont aussi le titre de chacun des quatre romans, ont été modifiés.

3 Pour préserver l’anonymat, nous ne pouvons pas renvoyer vers les blogs.

4 Pour le lien entre socialisation des écrivain.es et analyse de leurs œuvres, voir Lahire 2010 ou Giraud et Saunier 2015.

Auteurs

Maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, université Paris 8, Centre interuniversitaire de recherche, culture, formation et travail – éducation, scolarisation (CIRCEFT-ESCOL), équipe d’accueil (EA) 4384.

Docteur en sociologie, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Centre d’études des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss (UMR 8178 CNRS/EHESS).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search