Version classiqueVersion mobile

Capital culturel et inégalités sociales

 | 
Georges Liénard
, 
Émile Servais

Troisième partie – Capital culturel et stratégies de transmission. Tentative d’élémentarisation et essai d’explication sociologique

Chapitre 9

Vie quotidienne, utilisation du logement et pratiques éducatives

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre a déjà fait l’objet d’une publication dans Recherches sociologiques, vol. 6, no 3, 1975 (...)

1Dans le cadre de ce chapitre1, on voudrait tenter d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : le logement et les modalités de son utilisation ont-ils des effets et lesquels sur les pratiques éducatives ?

2La réponse à cette question nécessite, pensons-nous, que l’objet logement ou plus largement espace soit sociologiquement construit. À cet effet, il faut sans doute prendre distance par rapport à la perception des agents sociaux qui s’appuie sur la matérialité d’un tel objet pour acquiescer au caractère naturel des effets qu’il obtient.

  • 2 Maurice Halbwachs, Classes sociales et morphologie, Paris, Minuit, 1972, p. 162.
  • 3 Claude Grignon, L’ordre des choses. Les fonctions sociales de l’enseignement technique, Paris, Minu (...)

3Pour ce faire, et donc pour tenter d’appréhender sociologiquement la spécificité des effets de l’habitat sur les pratiques de ceux qui le construisent, y vivent ou se l’approprient, ne doit-on pas le considérer comme une médiation typique de la position occupée et du trajet accompli dans la structure sociale ? Le logement n’est plus alors un en-soi, mais seulement une projection matérielle de l’identité sociale et d’un moment de cette identité, même si les caractéristiques qui sont les siennes ont néanmoins une spécificité dont les effets méritent d’être précisés et raisonnés. Il faut sans doute en effet à la fois « garder à l’esprit que les traits caractéristiques des représentations collectives et leurs tendances sont de s’exprimer et de se manifester dans des formes matérielles de nature symbolique ou emblématique »2 et tenir compte du fait que l’espace construit et aménagé tend à imposer des modèles de perception, d’appropriation et d’utilisation3.

  • 4 La rubrique logement comportait les questions suivantes : combien y a-t-il de pièces hormis la cuis (...)
  • 5 Georges Liénard et Émile Servais, « Activités enfantines et socialisation différenciée. Approche so (...)

4Pour concrétiser cette approche, on s’est fondé sur les informations recueillies auprès des 80 familles objet de notre analyse. Ces entretiens, par ailleurs centrés sur les pratiques éducatives, fournissaient non seulement l’occasion d’observer le logement, son ameublement et d’une certaine manière le type d’utilisation qu’on en fait puisque ceux qui conduisaient les entretiens n’étaient pas reçus n’importe où, mais comportaient aussi une série de questions centrées explicitement sur lui. Celles-ci permettaient d’une part de se faire une idée assez objective de sa composition et d’autre part mesuraient la satisfaction subjective qu’on en retire4. Enfin, parce que l’entretien avait comme objectif de faire décrire et énoncer des pratiques éducatives qui s’accomplissent souvent de manière privilégiée à l’intérieur de la maison, il foisonne de renseignements ayant trait à l’occupation et utilisation de l’espace et aux variations de celles-ci selon les milieux sociaux5.

L’observation et le traitement de l’observation

  • 6 Dans le diagramme un carré blanc représente un logement avec chauffage central, salle de bain et un (...)

5Les informations objectives recueillies au cours de notre observation quant à la composition du logement nous ont permis de construire un indice complexe, parallèle au moins dans les qualifications à partir desquelles il discrimine, à celui qui qualifie les agents sujets de l’observation en termes de position générique occupée par eux dans la structure sociale (voir le diagramme 1, chapitre 3) tout comme les informations qui portent sur la profession du père de famille, le trajet accompli non seulement par le père – et donc par la famille – au cours de sa carrière professionnelle, mais aussi d’une génération à l’autre, les relations et les études, bref le capital professionnel culturel et social détenu ont été systématisés de manière graphique au travers de formes qui représentent des caractéristiques supérieures, moyennes, inférieures ou absentes, on a fait de même pour les informations qui concernent le logement6. On voit alors tout de suite que les différences entre l’une et l’autre systématisation – différences qui sont sans doute très intéressantes pour notre propos – sont faibles puisque lorsque la position sociale occupée est élevée, le logement est généralement particulièrement bien équipé tandis que lorsque la position sociale occupée est faible, le logement est généralement peu équipé. Ainsi donc, lorsqu’on hiérarchise à partir du capital social, culturel et économique possédé les sujets de l’observation (tableau 18), on constate que cette inégalité objective répercute ses effets sur le logement.

  • 7 Conditions de logement : Minimale type I : eau seule, pour la plupart sans chauffage central et pos (...)

Tableau 18. Répartition des familles observées selon les conditions de logement et par classes sociales (regroupement)7

Conditions de logement

Classe sup.

Classe moy.

Classe ouv.

Type 1
(minimum)

5,2 %

18 %

81 %

Type 2
(moyen)

10,9 %

27,5 %

19 %

Type 3
(maximum)

83,9 %

54,5 %

-

Total

100 %
37

100 %
22

100 %
21

  • 8 Voir à ce propos R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, Bruxelles, (...)

6Pour pallier néanmoins l’absence relative de représentativité statistique de notre population, nous avons eu recours, pour fonder notre raisonnement et les observations qu’il met en forme, à des données statistiquement représentatives des inégalités matérielles entre les divers groupes sociaux : inégalités non seulement des conditions de travail domestique et/ou professionnel, mais aussi inégalités de logement et d’équipement, inégalités qui sont à l’origine de différences dans les ethos de classe à partir desquels s’organise implicitement le rapport au logement8.

Tableau 19. Conditions de logement des ouvriers et employés

Caractéristiques des logementsa

Ouvriers

Employés

- 50 m2

34,1 %

12,2 %

50 à 80 m2

48,7 %

43,9 %

+ 80 m2

17,2 %

43,9 %

Total

100 %

100 %

Taux de surpeuplement

37,8 %

13,8 %

Peuplement normal
ou sous-peuplé

62,2 %

86,2 %

Total

100 %

100 %

a. Dans la superficie habitable, les pièces suivantes ont été exclues : hall, WC, salle de bain, débarras, dégagement, cave, grenier, garage, annexes non habitables éventuelles, voir R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité, p. 77.

7Si, par rapport à ces données représentatives pour la ville de Liège, les nôtres semblent renforcer quantitativement les tendances, il n’en reste pas moins qu’elles permettent de dégager la structure du système des différences dans les conditions de logement (tableau 18) et que cette structure est similaire à celle que font apparaître des échantillons représentatifs parce qu’elle relève de la même logique de distribution hiérarchisée des biens. L’accentuation de la logique de classe n’empêche pas par ailleurs que nous soyons attentifs à repérer comment les groupes en ascension sociale répercutent cette mobilité dans le domaine des pratiques d’occupation-utilisation du logement.

Vie quotidienne, pratiques domestiques et classes sociales

  • 9 S’il faut examiner comment le processus d’intériorisation et d’acceptation d’un logement inférieur (...)
  • 10 Luc Boltanski, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1969, p. 131.
  • 11 Les habitudes d’habitat apprises par les membres « modaux » d’un groupe à l’intérieur du logement « (...)
  • 12 C’est ainsi que, à cause de certaines lois sociales, des familles populaires (ouvriers manœuvres) e (...)

8Un des effets de la pression des nécessités économiques médiatisées par les conditions différentielles (et hiérarchisées donc inégalitaires) de logement selon le groupe social est – sauf circonstance extraordinaire à analyser particulièremen9 – l’accoutumance ordinaire des agents à leurs conditions d’existence concrétisée par l’acceptation « ça va de soi » du logement qu’ils ont. Comme le remarque Luc Boltanski « bien que le type d’habitat propre à chaque classe sociale soit en dépendance directe de contraintes économiques qui pèsent inégalement sur les différentes classes sociales, il n’en reste pas moins que les membres de chaque classe ajustent leurs aspirations aux chances objectives qu’ils ont de les satisfaire, de sorte qu’il existe une définition de classe de ce qui doit être un logement normal, ou de ce qu’il convient, au contraire, de tenir pour des conditions d’existence « invivables »10. C’est dire que les pratiques d’utilisation et d’occupation du logement, ainsi que l’ethos qui les organise systématiquement et implicitement, ont une stabilité de longue durée. Produit de la trajectoire du groupe, la spécificité du rapport au logement peut perdurer, alors que la famille en habite un meilleur, puisqu’il a été façonné à l’intérieur de l’habitation modale en affinité avec la classe d’appartenance11. Cette spécificité ne s’analyse dès lors bien que si on postule que le rapport au logement est relativement autonome vis-à-vis des conditions matérielles qui le sous-tend, ne serait-ce d’abord que parce que celles-ci ne sont pas toujours parfaitement homologues aux conditions économiques d’existence. C’est le cas par exemple pour certaines catégories de personnes habitant des logements sociaux12. Ou bien, il se pourrait qu’avec le temps, les conditions matérielles de la famille soient meilleures économiquement sans que cela n’implique pour ses membres des transformations d’ordre culturel ou social ou, à l’inverse, que les conditions économiques ne se modifiant pas, la famille investisse néanmoins culturellement et socialement, ce qui pourrait la conduire après un certain temps à réorganiser son logement ou à se transplanter dans un autre quartier plus conforme à sa trajectoire.

Le foyer populaire ou l’indifférenciation des fonctions

  • 13 Voir à ce propos : Philippe Ariès, « D’hier à aujourd’hui, d’une civilisation à une autre », Couple (...)
  • 14 P. Ariès, « D’hier à aujourd’hui, d’une civilisation à une autre », art. cité, p. 120-121 ; Norbert (...)

9Comme le montrent Philippe Ariès et Gérard Bouchard13 aussi longtemps que les familles n’ont pas exercé elles-mêmes totalement ou tout au moins partiellement les fonctions de socialisation, d’éducation, de promotion d’une part, des enfants en tant qu’héritiers spécifiques et, d’autre part, de la famille en tant que groupe distinct et ayant conscience de ses intérêts propres, bref, aussi longtemps que, d’un côté, perdure le milieu social en tant que milieu ayant une existence anthropologique dépassant et s’imposant aux familles qui s’y diluent et ne s’en distinguent guère et que, d’un autre côté, les enfants ne sont pas considérés comme des êtres spécifiques et irremplaçables, l’occupation, l’utilisation et la perception du logement et du temps restent indifférenciées, non spécialisées. C’est d’abord dans les classes supérieures qu’« on est resté chez soi et [qu’]on a défendu son “chez soi” comme une forteresse contre toute indiscrétion. La maison du xviie siècle, la grande maison était construite de pièces en enfilade, sans spécialisation particulière où résidents, visiteurs, amis et clients circulaient comme dans un lieu public… À partir du xviiie siècle, les pièces deviennent indépendantes les unes des autres et ouvrent sur un couloir. Elles se spécialisent : salon, salle à manger, chambres à coucher. Elles se ferment aux étrangers qui n’y entrent plus avec la même liberté. Enfin, sauf les exceptions des avocats, des médecins, de quelques artisans, la maison où l’on réside ne sert plus aux activités professionnelles, ce qui était auparavant le cas tout à fait général »14, et c’est seulement ensuite et très lentement que ce mouvement s’est propagé dans les diverses classes et groupes.

  • 15 Jean-Claude Chamboredon et Jean Prévot, « Le “métier d’enfant”. Définition sociale de la prime enfa (...)
  • 16 Nicole Delruelle, La mobilité sociale en Belgique. Analyse des résultats d’un sondage national, Bru (...)
  • 17 G. Liénard et E. Servais, « Activités enfantines et socialisation différenciée », art. cité, p. 197 (...)
  • 18 Silvana Panciera, La ville et l’immigration, Louvain, Institut des sciences politiques et sociales, (...)
  • 19 R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité, p. 152. L’auteur (...)
  • 20 C. Javeau, Les vingt-quatre heures du Belge, ouvr. cité, p. 42-44.
  • 21 Ibid., p. 43-44.

10La polarisation des activités des groupes familiaux de classe ouvrière sur le travail et la survie économique est un produit de leur position dominée dans la structure sociale. Sous le poids des contraintes, des activités qui sont habituellement assumées en tout ou en partie par des familles de classe supérieure ou de classe moyenne, telles qu’une socialisation contrôlée s’étendant à tous les domaines de l’existence15, une éducation d’éveil et/ou de renforcement des acquisitions scolaires, une réception des amis en vue d’assurer la promotion sociale du groupe et d’un chacun ne peuvent se développer de manière spécifique et rentable. Ces activités sont en effet en dehors du champ des possibilités objectives de la classe ouvrière et de leur destin réel ; elles n’influencent donc pas l’organisation des pratiques d’utilisation-occupation d’un logement qui, d’ailleurs, ne répondrait que difficilement à de telles nécessités. Cette polarisation des activités des familles ouvrières sur la survie économique et matérielle résulte du fait que, sauf exception, elles ne possèdent pas les moyens qui leur permettraient de s’adonner, soit au renforcement de l’éducation scolaire, soit au démarrage de leur promotion. Plus, les moyens dont elles disposent les contraignent le plus souvent à se reproduire comme ouvriers et, au mieux, comme employés subalternes16. En reliant les moyens limités que possèdent les membres de la classe ouvrière, les contraintes économiques, culturelles et sociales qu’ils subissent (voir tableaux 22, 24, 25, 26, 28) et les conditions de logement qui sont les leurs (voir tableau 18), il apparaît que ce qui génère et organise leurs attitudes et pratiques d’occupation-utilisation du logement modal, c’est la nécessité objective et tacite (donc vécue comme allant de soi) d’occuper « économiquement » un espace souvent exigu et surpeuplé dans lequel, d’une part, une seule pièce ou à la rigueur deux pièces (e. g. la cuisine, versus la belle pièce : « la pièce de devant ») regroupent normalement toutes les activités et toute la famille et dans lequel, d’autre part, les enfants sont normalement à plusieurs dans une chambre dont la seule fonction est de permettre le repos nocturne17. De ce fait, on s’habitue à être les uns avec, ou sur, les autres pour faire ensemble ce que chacun doit faire. On s’habitue aussi à se soumettre aux horaires du travail manuel et à utiliser la maison en fonction du rythme qu’il imprime à la vie. Par opposition à l’usine, lieu du travail contraint, ou à l’école, lieu de présence obligée, la maison et plus largement le quartier deviennent lieux de repos et de liberté. Pour les familles ouvrières modales, tout semble se passer comme ce qui organisait l’occupation-utilisation du logement, c’était un souci tacite, implicite et toujours présent de maximalisation de l’espace habité. Toute la famille a accès à toute heure, à toutes les pièces ; chacun y cohabite avec les autres en s’y adonnant à ses différentes activités. Par exemple, la cuisine sert à la même heure et pour tous de lieu : de préparation de l’alimentation pour la mère, de détente pour le père qui rentre, d’étude sur le coin de la table pour l’enfant qui termine son devoir, de jeu avec le chat pour l’enfant en âge d’école gardienne (59) (ouvrier manœuvre – ménagère – 6 enfants – 5 pièces). De même sert-elle simultanément de lieu de repas (déjeuner) et de toilette ou parfois de lessive (ouvrier manœuvre – ménagère – 1 enfant – 2 pièces + une petite cuisine). Néanmoins, cette maximalisation de l’espace habité n’existe que combinée avec le souci de faire notamment rupture entre le travail et le repos, ce souci ne pouvant d’ailleurs s’accomplir que de manière complexe puisque la dichotomie travail/repos ne recouvre pas, au moins pour les parents, celle qui oppose le jour à la nuit. Elle se combine également avec l’impératif culturel de séparer pour la nuit et à partir d’un certain âge, les garçons et les filles. Par contre, elle n’a rien à voir avec les exigences scolaires puisque l’enfance et l’adolescence sont seulement des moments où on attend d’aller travailler. À ce moment parfois, parce que l’enfant est alors considéré comme un adulte, son statut de travailleur s’inscrit dans l’espace. Mais même à ce stade, l’exigence de l’espace habité affecté aux activités de la famille surpasse tout puisque le plus souvent on installera pour le jeune travailleur un lit repliable dans la salle à manger (ouvrier – ménagère – 2 pièces – une chambre). Mais cette exigence s’actualise parfois aussi dans le fait qu’on dort tous, quel que soit l’âge, dans la même chambre et ce, pour laisser disponible au maximum le peu d’espace qu’on a. Ces multiples variations dans l’utilisation du logement en affinité avec la position ouvrière ne sont toutefois que des modalités multiples d’actualisation d’une même logique : augmenter l’espace habité des activités de tout un chacun ou augmenter son indifférenciation18. Cette utilisation n’est pas, comme le disent si souvent les petits bourgeois, expression d’une inaptitude à s’organiser, mais tout simplement projection au sol d’un mode d’existence et de reproduction typique où les soucis matériels priment sur tous les autres. Cette primauté se manifeste non seulement au moment du choix du logement quand l’argent19 dont on dispose entre seul en ligne de compte (tableau 20), mais aussi dans le type d’activités qu’y accomplit la mère. En effet, qu’elles soient actives ou non20, les femmes consacrent d’autant moins de temps à leur ménage qu’elles ont accompli une scolarité plus complète ou qu’elles appartiennent aux classes supérieures et jouissent de ce fait d’avantages et de facilités liées à leur revenu (tableau 21). La répartition différentielle de ce temps résulte, au moins partiellement, des avantages ou des contraintes économiques que les femmes dotées ou dépossédées économiquement doivent hiérarchiquement payer en temps et en effort pour parvenir à assurer les tâches quotidiennes nécessaires au maintien des bases de l’existence : cuisiner, nettoyer, lessiver, faire le feu, aller aux provisions21. De ce type de présence dans le logement découle tout un ethos qui en organise l’utilisation et qui l’organise en termes de travail et d’affection à donner pour la mère, de repos-détente pour le père et d’abri effectivement chaleureux pour les enfants. Par son travail, la mère signifie au travers de l’ordre et de la propreté qu’elle fait régner dans la maison, la dignité du milieu, et par tout son être, elle tente d’instaurer chaleur affective et sécurité : la gestion des ressources étant régie, autant que faire se peut, par le souci de gâter tout le monde et sans doute tout spécialement les enfants.

  • 22 R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité, p. 152. Le sigle (...)

Tableau 20. Dépense annuelle moyenne de logement selon la catégorie socioprofessionnelle et la dimension de la famille22

Catégories socio-professionnelles

Rapport

Dimension de la famille

Ouvriers

Employés

employés /
ouvriers

MF0

1960 F

3265 F

1,67

MF1

2015 F

2895 F

1,44

MF2

1730 F

2350 F

1,36

MF3

1800 F

2550 F

1,42

MF4

1910 F

3910 F

2,04

  • 23 Rappelons que dans les familles ouvrières, on se chauffe dans 75 % des cas avec des poêles pour seu (...)

Tableau 21. Temps consacré au ménage selon le niveau d’études ou la catégorie socioprofessionnelle et l’appartenance à la population active ou non active23

Femmes actives répondantes

Femmes dites non actives répondantes

1. Niveau d’études

école primaire non achevée

3 h 18 min.

6 h 30 min.

école secondaire non achevée

3 h 30 min.

5 h 54 min.

école supérieure non achevée

2 h 12 min.

5 h 1 2 min.

école supérieure achevée

1 h 54 min.

4 h 36 min.

2. Catégorie professionnelle

travail. manuels

2 h 54 min.

6 h 24 min.

artisans

3 h 36 min.

6 h.

empl. subalternes

2 h

5 h 36 min.

techniciens

2 h

5 h 36 min.

cadres

2 h 42 min.

empl. supérieurs

1 h 24 min.

5 h 06 min.

11Parce qu’il y a peu d’espoir objectif et subjectif de promotion sociale, (60 % des familles ouvrières produisent des ouvriers) la famille ouvrière n’utilise pas, le plus souvent, son logement et n’en change pas pour signifier des transformations de son identité. Au contraire elle l’utilise ou en change pour signifier son attachement à la parenté ou à des amis. On a peine à quitter son quartier, les déplacements et déménagements signifient moins une mobilité sociale que l’obligation (à cause du lieu de travail) et/ou la logique de la proximité affective et de l’aide réciproque (garde des enfants par les grands-parents).

  • 24 La seconde fille (huit ans) qui a déjà intériorisé les nécessités de la vie objectivées dans l’hora (...)
  • 25 On voit que la critique administrative et/ou petite bourgeoise est mépris de classe, puisqu’elle ig (...)

12Paradoxalement, on aperçoit le mieux la prégnance et la permanence de la logique de l’espace habité collectivement et de façon peu spécialisée lorsque des familles ouvrières qui n’ont pas connu de modification de leur trajectoire économique, sociale et culturelle en viennent soit à avoir un logement (e. g. lois sociales) où pourrait s’établir un autre mode d’utilisation de l’espace, soit à transformer leur logement à force d’efforts, le faisant ainsi sauter d’une classe à une autre. Devant alors en effet s’approprier un espace inhabituel, la logique d’utilisation « espace habité » se déploie selon une répétition et une redondance qui en soulignent toute la force (voir plan 1). Ainsi, une famille de six enfants entre dix ans et sept mois dont le père est ouvrier manœuvre, fils de manœuvre immigré et dont la mère est ménagère, loue à un organisme social public pour la somme de 1 800 francs par mois, chauffage compris, un appartement ayant salle de bains, cuisine (où l’on pourrait manger), living, quatre chambres et débarras. Dans cette famille (45), l’utilisation du logement demeure structurée par la dichotomie travail-repos, elle-même structurée par les horaires du père et des enfants, ainsi que par la nécessité d’être tous ensemble et toujours sous le regard des parents. Alors que le logement peut spatialement se prêter à une quasi-spécialisation et individualisation des pièces selon l’âge et les activités des enfants puisqu’il comporte quatre chambres, soit une pour les parents et trois pour les six enfants, donc une chambre pour deux enfants, on est forcé de constater (voir plan 1) que les chambres s’utilisent de la manière suivante : une chambre pour les parents et l’enfant de sept mois et une seconde pour les cinq autres enfants. La troisième est transformée en salle à manger, ce qui permet aux plus jeunes de manger avant les autres et la quatrième est transformée en salon normalement inaccessible aux enfants. On le voit, l’espace supplémentaire est utilisé selon la logique de l’espace habité ou espace destiné à tous de manière non spécialisée. Le salon n’échappe qu’apparemment à cette logique puisqu’il est surtout montré aux étrangers qu’on reçoit, tout semblant alors se passer comme s’il n’appartenait pas au logement ou n’y appartenait que pour les étrangers. À l’intérieur de ce logement, la mère se dépense le matin à préparer le départ de ses enfants et de son mari ; elle prépare leurs repas et séparément celui des plus jeunes. L’après-midi, elle se repose quelque peu et fait les courses, les aînés demeurant à l’école jusque 18 heures. Dans la soirée, elle assure le repas du soir pour tous les enfants, leur mise au lit et le repas du mari vers 22 h 15. Entre-temps, puisque la bonne nourriture, la propreté, la mise en ordre sont constitutifs de la dignité populaire (e. g. la nécessité devenant dignité et fierté de soi), elle nettoie, prépare les repas, fait les lessives, repasse et fait tout cela naturellement avec assurance et compétence24. On comprend que, chargée des tâches domestiques, la mère ait un ethos qui la pousse à s’épanouir avec fierté dans une utilisation de l’espace qui en souligne tout le poids et toute la noblesse puisque cet ethos en est lui-même le produit25. Aussi la mère et les enfants ne s’étonnèrent-ils pas de devoir compléter (quand ils y pensent) l’étude des leçons et la rédaction des devoirs, qui n’ont pas été achevées à l’étude organisée par l’école, en s’installant sur le coin de la table du living, sur le guéridon du salon ou à genoux devant le divan qui sert de table. Une autre attitude est sans doute impensable, parce que, pour être pensée, il faudrait une autre trajectoire culturelle, bref, d’autres conditions de possibilité.

Plan 1. Occupation du logement par un groupe familial de classe ouvrière (45)

Plan 1. Occupation du logement par un groupe familial de classe ouvrière (45)

Plan 2. Organisation du logement d’un groupe familial dont le trajet social va de la position ouvrière à la position moyenne (50)

Plan 2. Organisation du logement d’un groupe familial dont le trajet social va de la position ouvrière à la position moyenne (50)

La maison familiale ou la spécialisation-différenciation des fonctions

  • 26 L’interprétation des pratiques doit tenir compte des principes suivants : des pratiques apparemment (...)
  • 27 P. Ariès, « D’hier à aujourd’hui, d’une civilisation à une autre », art. cité, p. 262.
  • 28 Jean-Paul Sartre, L’idiot de la famille, Paris, Gallimard, 1972, t. 3, p. 221.
  • 29 La dame interrogée a une semi-conscience de sa pratique objective : « mon mari l’a voulu… nous avon (...)
  • 30 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. (...)
  • 31 Erwin Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique, traduction Pierre Bourdieu, Paris, Min (...)

13On peut apercevoir clairement le poids déterminant de la trajectoire sur les pratiques d’occupation-utilisation du logement lorsqu’un logement spatialement identique au logement modal des classes populaires est occupé par un groupe familial dont la trajectoire objective le conduit de la fraction supérieure de la classe ouvrière à la fraction inférieure des classes moyennes au travers d’un effort culturel intense (cours du soir, sessions de formation, utilisation de l’école comme moyen de promotion sociale) qui lui procure la force objective et subjective de modifier, de réinterpréter ses pratiques. Certes, on connaît dans ce cas la situation d’entre-deux pendant laquelle se heurtent et se combinent les pratiques liées au point de départ et d’arrivée de la trajectoire26, mais finalement il apparaît qu’on occupe et utilise l’espace d’une manière qu’on peut appeler différenciée et spécialisée et qui est typique des classes moyennes. Avant de montrer et d’expliciter les déterminations économiques, sociales et culturelles de cette utilisation spécialisée et différenciée du logement, on voudrait l’élémentariser à partir d’un cas typique. Il s’agit d’une famille dont le logement a toutes les caractéristiques de ceux occupés par les fractions supérieures de la classe ouvrière, mais qui l’utilise de manière spécifique sous la pression d’un ethos de l’effort culturel (50). Alors que le grand-père paternel était artisan (menuisier ébéniste ayant une charge de professeur d’atelier dans la section A3 d’une école technique), le père est entré à l’âge de seize ans à la RTT (Régie des télégraphes et des téléphones) comme porteur de télégramme. En l’espace de vingt ans, en suivant pendant dix ans des cours du soir qui le contraignaient à rentrer chez lui à 22 heures, il est devenu vérificateur technique des installations de chauffage des immeubles de la Régie. On constate que, dans ce cas, l’effort culturel est le moyen objectif de la trajectoire et de la modification de la position de classe. On peut sans doute en déduire que dans cette famille on attachera beaucoup d’importance à l’obtention par les enfants de diplômes certifiés. Le trajet de la mère est assez semblable, au moins dans les dispositions qu’il engendre, à celui du mari. Alors que le grand-père maternel était ouvrier, dans une sucrerie, la mère de famille objet de notre analyse, après avoir terminé ses études moyennes, est devenue sténodactylo en suivant des cours du soir. Elle a travaillé ensuite comme secrétaire chez un médecin légiste. Elle a toutefois interrompu son travail lors de la naissance de son deuxième (actuellement dernier) enfant, afin de pouvoir se consacrer à leur éducation et notamment afin de les suivre dans leur travail scolaire. À considérer le trajet du groupe familial depuis les grands-parents on peut conclure objectivement à une « organisation restrictive des naissances »27, puisque le père qui est fils unique et que la mère qui n’a que deux frères et sœurs forment ensemble le souhait explicite d’en rester à deux enfants. D’autre part, leur trajectoire ascendante a comme moteur ces vertus négatives que sont la privation, l’épargne28, bref, toutes ces formes de l’auto-exploitation de soi nécessaires aux agents qui doivent se former des ressources, se donner une maîtrise sur le temps social qui, jusqu’alors, les usait et reproduisait leur état de dépossession. Mais parce que cette maîtrise s’est donnée en investissant dans le culturel, on peut penser que les pratiques d’utilisation de la maison seront polarisées par sa rentabilité. Leur appartement (voir plan 2 [50]) ne comporte que deux chambres, aussi se sont-ils restreints sur leur espace conjugal nocturne afin d’agrandir l’affectation culturelle du logement. En effet, des deux chambres, l’une a été attribuée aux deux filles et l’autre a été transformée en un coin bureau pour le père, ainsi qu’un coin TV utilisé au début de la soirée, avant que le père ne se mette à étudier. Les parents dorment dans le living sur un lit armoire qui se replie le jour. De plus, le living comporte, outre la grande table, deux petites tables qui servent de bureaux aux deux filles, même si les parents incitent la plus grande des filles (treize ans) à utiliser le bureau installé dans la chambre’ A observer cette utilisation du logement structurée par les pratiques culturelles scolaires à finalité rentable, il apparaît qu’elle est produite systématiquement par un ethos qui est lui-même le penchant des agents déterminés par la pente de la trajectoire du groupe familial. En effet – comme le dit Pierre Bourdieu29 – la pente de la trajectoire du groupe s’intériorise et se transmue en un penchant quasi naturel qui est vécu par l’agent comme l’expression spontanée du goût qui va tellement de soi que l’agent trouverait scandaleux une autre utilisation du logement et qu’il ne peut imaginer sa nouvelle maison que comme la matérialisation extensive de son ethos limité actuellement par ses ressources économiques (construction d’un bureau, etc.). Bref, si la restriction sur l’utilisation nocturne du logement se fait au profit de l’élargissement de son utilisation culturelle, c’est d’une part « spontanément », c’est-à-dire déterminé socialement et intériorisé complètement au point d’être devenu un penchant c’est-à-dire un élément de l’habitus défini, selon les termes de Erwin Panofsky, comme une force formatrice d’habitudes durables, transposables, renouvelables dans la continuité, qui applique et actualise son principe dans une infinité de schémas particuliers directement appliqués à des situations particulières30 et c’est d’autre part en affinité structurale avec la trajectoire accomplie par les parents et les enfants31. Bref, dans un logement qui n’y est pas spatialement adéquat, apparaît distinctement la spécialisation de son utilisation en fonction de la socialisation des enfants et de leur promotion. L’utilisation du logement se fait en fonction des pratiques spécialisées de chacun des membres de la famille considéré objectivement et subjectivement comme personne dotée d’un sexe, d’un âge social et d’activités définies par le cursus scolaire ou professionnel qu’elle accomplit ou accomplira. Cette répartition différentielle d’un espace utilisé selon le statut et le devenir de chacun se combine avec une utilisation collective d’un espace collectif (e. g. le living) où se marque néanmoins la spécialisation des activités de chacun.

14Ainsi donc, si pour la majorité de la classe ouvrière, il y a reproduction de l’état de dépossession du capital culturel, économique et social, cet état tend à pouvoir être dépassé de manière minimale par les fractions inférieures de la classe moyenne qui sont en ascension forte et de manière nette par les fractions supérieures de la classe moyenne. Il existe alors un système de pratiques d’utilisation du logement qui correspond structuralement aux fonctions de socialisation et de promotion que s’approprient ou tentent de s’approprier les groupes familiaux de ces diverses classes. Alors que le destin scolaire des enfants de classes populaires les dépossède de culture scolaire qualifiée, ce qui entraîne à terme la déqualification professionnelle ou, au mieux, la qualification limitée, les enfants des classes moyennes connaissent objectivement l’espoir, aussi souvent réalisé que refusé, de posséder un capital culturel minimal (tableau 22).

  • 32 Voir à ce propos Jean Nizet et Gérard Deprez, « L’inégalité sociale devant l’échec scolaire », Rech (...)

Tableau 22. Choix de la section à l’entrée des études secondaires en Wallonie et en 1968 selon la profession du père32

Choix de section entrée secondaire

Cadres et prof. libérales

Employés
Indépendants
Agriculteurs

Ouvriers

Latin-grec
Latin-sciences

48,6 %

30 %

9,0 %

Modernes

46,7 %

42 %

28,5 %

Sous-total

95,3 %

72 %

37,5 %

Techniques A3/A4

4,7 %

28 %

62,5 %

Total

100 %
35

100 %
120

100 %
137

  • 33 R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité, p. 209.
  • 34 Pour faire cette partie de l’analyse, nous avons divisé les 80 familles observées selon un critère (...)
  • 35 Alors que les familles des ouvriers de 3 à 4 enfants dépensent 1 754 francs et 1 832 francs, soit 0 (...)
  • 36 Alors que dans les familles ayant quatre enfants, les ouvriers ne possèdent le téléphone que dans 2 (...)

15Ainsi donc, on comprend que dans la mesure où la constitution d’un capital culturel minimal est du domaine du possible pour les classes moyennes – alors qu’elle est le plus souvent du domaine de l’impossible pour les classes populaires (37,5 % contre 72 % et 95,3 %) – elle prenne un poids fonctionnel essentiel dans l’organisation du logement et la production des pratiques d’utilisation de celui-ci et notamment dans la production des pratiques d’utilisation en vue de la socialisation des enfants. Le logement culturalisé explicitement et parfois même réglementairement en fonction de la promotion et de la réussite des enfants, c’est le propre des groupes familiaux de classes moyennes ou plus généralement des fractions qui franchissent, par des moyens culturels, une barrière de classe au cours de leur carrière. En témoigne par exemple le fait qu’alors que les employés consacrent en moyenne 2 236 francs à la scolarité de leurs enfants, les ouvriers y consacrent 931 francs soit, en termes d’indice 100 choisi pour les ouvriers, un indice 238 pour les employés, tandis que pour la loterie et les pronostics, les employés sont à l’indice 73,6 alors que les ouvriers sont à l’indice 10033. Ce fait apparemment banal lorsqu’on l’isole, montre, lorsqu’on le relie à d’autres, la production et indique les effets de la production de deux modes d’action dans l’existence. Ce fait apparemment banal lorsqu’on l’isole, montre, lorsqu’on le relie à d’autres, la production et indique les effets de la production de deux modes d’action dans l’existence. Du côté des ouvriers, l’action est polarisée par la nécessité de faire face aux contraintes économiques qui, par ailleurs, déterminent l’utilisation et l’organisation de la maison. Du côté des employés, par contre, le seuil qui rend possible et rentable l’investissement éducatif, scolaire et promotionnel, et donc l’utilisation du logement polarisée autour des activités culturelles, scolaires et sociales des enfants est franchi. De plus, comme les membres des classes moyennes en arrivent assez souvent à cause de la mobilité sociale qu’ils accomplissent, à pouvoir espérer objectivement et subjectivement un début d’installation parmi les « gens bien », c’est-à-dire la possession d’une surface sociale moyenne qui les aidera dans leur trajet, leurs pratiques d’utilisation du logement se conforment à des comportements et des attitudes qui servent objectivement à capter des relations sociales utiles, à se présenter publiquement (grâce à sa maison) comme quelqu’un de bien, de convenable, d’installé dans une sécurité de bon aloi34. Ainsi, ils rompent vis-à-vis du quartier, soit par le déménagement qui est une transplantation sociale, soit par le maintien des enfants dans la maison pour les jeux et la réception d’amis extérieurs au quartier (« la rue, c’est sale ; c’est là qu’ils apprennent les vilains mots et les vilaines choses ») qui sont des pratiques de retrait ou, mieux, de préservation sociale. Ils élargissent aussi leur espace social et l’entretiennent par des visites annoncées, rendues et comptabilisées, des réceptions et des cadeaux35, ainsi que par l’usage du téléphone36. Parallèlement, ils se distancient des membres « demeurés » de la famille, tout cela indiquant que le groupe familial commence à posséder et à maîtriser les moyens de son ascension au point qu’il les inscrit dans une utilisation et une disposition particulières de l’espace.

  • 37 C’est grâce à ces observations étalées sur plusieurs années qu’il a été possible de relier la traje (...)
  • 38 Alors que dans le cas ici analysé, les changements d’ameublement sont le produit d’économies qui s’ (...)

16On peut citer à titre d’exemple cette famille qui, au travers de la trajectoire professionnelle du père qui a passé à cet effet tous les examens nécessaires (29), connaît une forte ascension à l’intérieur de la classe moyenne. L’observation attentive permet en effet de constater que les coups de téléphone donnés par, ou destinés aux enfants, le nombre de visites reçues et la longueur du déplacement que les amies ont dû accomplir pour rendre visite à la fille aînée qui était malade, le nombre d’amies présentes lors des fêtes d’anniversaire sont pour les parents, des indicateurs du prestige et du rang tenu par les enfants dans leurs collèges respectifs et induisent une utilisation du logement conforme à cette entreprise de captation et d’entretien de relations sociales (e. g. « d’amitiés » comme on dit) légèrement supérieures à celles qu’on aurait normalement. Cette logique du faire-valoir s’inscrit nettement dans le dernier réaménagement et ameublement de l’appartement37. D’une part, les chambres des deux filles et des deux garçons (une chambre pour deux enfants) ont été transformées et dotées de bureaux et d’armoires particulières, le tout visant à constituer un espace d’études et de lecture susceptible d’être montré et envié des amis qui rendent visite. Cet aménagement, parce qu’il a précédé de plusieurs années le réaménagement du salon et de la salle à manger exprime la polarisation du groupe familial sur les activités scolaires des enfants et leur promotion. D’autre part, le salon, pièce de réception et de séjour (TV, radio, bibliothèque) s’est transformé au fur et à mesure que s’étendaient les relations de la famille. S’il est agrandi au détriment de la salle à manger et est aujourd’hui pourvu de lourdes tentures vert satin et d’un mobilier de salon classique, il demeure néanmoins l’objet des préoccupations et projets de la maîtresse de maison38. Ces soucis et projets indiquent sans doute que l’on prétend dès aujourd’hui vivre et habiter comme vivent et habitent – du moins le pensent-ils – ceux qui occupent la position sociale qu’on convoite et admire (voir plan 3).

Plan 3. Présentation de soi et habitat d’un groupe familial de classe moyenne en ascension sociale (29)

Plan 3. Présentation de soi et habitat d’un groupe familial de classe moyenne en ascension sociale (29)

+ Livres reliés en simili-cuir blanc avec lettres dorées ; ++ Table de marbre avec pieds en fer forgé ; +++ Meuble haut en trois éléments hêtre teinté.

Plan 4. Organisation d’ensemble de la demeure du groupe familial de la fraction supérieure de la classe supérieure (46)

Plan 4. Organisation d’ensemble de la demeure du groupe familial de la fraction supérieure de la classe supérieure (46)
  • 39 Lorsqu’on examine le rapport du revenu immobilier net à l’ensemble des revenus nets imposables, on (...)
  • 40 Maurice Godelier, « L’anthropologie économique », L’anthrophologie, science des sociétés primitives (...)
  • 41 Patrick Champagne, État des recherches, Paris, Centre de sociologie européenne, 1972, p. 44.
  • 42 M. Godelier, « L’anthropologie économique », art. cité, p. 234.
  • 43 Pierre de Bie, Analyse sociologique des manières d’habiter, Institut des sciences politiques et soc (...)

17Il reste à souligner que, généralement pour les appointés, le logement n’est pas l’objet d’une stratégie qui vise à accumuler du capital immobilier. Il est seulement un investissement à travers lequel on assure, à long terme, sa sécurité et n’entre pas dans le circuit économique. Il est en somme un élément inerte du patrimoine familial39. Ainsi donc, lorsque de tels agents investissent dans le logement, c’est en tant que bien de consommation durable et de prestige ou comme dirait Godelier40 en tant que moyen d’échange social de valeur symbolique multiple et complexe ou encore, comme dirait Patrick Champagne41, en tant que symbole social de la valeur et du rang qu’on a ou qu’on occupe dans la structure économico-sociale. Toutefois, dans la mesure où la valeur de ce moyen d’échange, de désignation et de repérage social est délimitée par « la structure même des rapports sociaux de production et de pouvoir »42, on comprend que pour les groupes familiaux de position moyenne inférieure ascendante ou supérieure, ce bien social soit moyen (e. g. en simili, de série), c’est-à-dire dégradé par rapport au bien possédé (e. g. de l’ancien transmis familialement ou de l’unique) par les classes supérieures. Dans cette perspective, on doit constater que les groupes supérieurs imposent leurs critères d’évaluation aux groupes inférieurs qui sont toujours en train de copier et de regarder chez les autres pour voir comment faire ou ne pas faire. L’ardeur des classes moyennes à rejeter les manières d’habiter, l’ameublement et le logement tels qu’ils se présentent dans le goût populaire n’a pour corrélat que leur effort de copiage décalcomaniaque des habitats et ameublements des membres des classes supérieures ou tout au moins de ce qu’ils s’en imaginent au travers des publications et étalages à la mode. Ils se trouvent dès lors le plus souvent maintenus dans un état d’impuissance et d’hésitation qui leur interdit toute innovation et qui leur suggère par ailleurs l’ostentation par la répétition et la redondance, indicateurs évidents de leur état de dépossession et de soumission aux critères dominants43.

La demeure de la lignée ou l’espace multiforme support d’innovations

  • 44 Le taux d’autorecrutement mesure le pourcentage des dirigeants originaires des catégories dirigeant (...)
  • 45 Nicole Delruelle, Les notables en Belgique. Analyse des résultats d’une enquête, Bruxelles, Institu (...)
  • 46 Le calcul, par rapport à la génération des grands-parents, indique que sur vingt-quatre groupes fam (...)

18Les groupes familiaux modaux appartenant aux classes supérieures disposent le plus souvent dans leur plus grande part des moyens culturels, sociaux et économiques qui leur permettent d’assurer leur autoreproduction au travers d’une accumulation de leurs privilèges. Cette tendance ou plus exactement les moyens d’assurer cette reproduction sont quantitativement et qualitativement supérieurs pour certaines fractions des classes supérieures puisque, par exemple, les « notables actuels » de la magistrature, des beaux-arts, de la diplomatie sont originaires (taux d’autorecrutement)44 des classes supérieures dans respectivement 80,4 %, 78,3 % et 76,7 % des cas, et les « notables actuels » du pôle économique du secteur privé, soit les chefs d’entreprise, les dirigeants des banques et des holdings, ainsi que les professions libérales sont originaires des classes supérieures dans respectivement 74,7 %, 70,9 % et 65,5 % des cas45. Les familles sur lesquelles nous fondons l’analyse ethnologique répercutent cette tendance en l’accentuant quelque peu, puisque les groupes familiaux qui appartenaient aux classes supérieures à la génération des grands-parents s’autoreproduisent dans 90 % des cas. C’est dire que les groupes familiaux qui sont de classe supérieure depuis au moins deux générations se caractérisent par la quantité et la qualité de moyens sociaux, culturels et économiques aptes à assurer une reproduction améliorée. Cette fraction supérieure (F I) caractérisée par l’ancienneté de son insertion culturelle, sociale et économique dans les classes supérieures a particulièrement retenu notre attention. Par contraste, il nous est apparu intéressant de tenter d’apercevoir la spécificité des pratiques d’utilisation du logement dans les familles qui viennent à la génération actuelle d’accéder aux classes supérieures. Cette fraction inférieure de la classe supérieure (F II) est caractérisée par la possession récente des moyens culturels, sociaux et économiques nécessaires pour appartenir objectivement et subjectivement aux classes supérieures46.

  • 47 Le goût de classe peut se définir comme une « sorte d’instinct socialement constitué qui oriente to (...)

19Si on répartit les familles objet de notre observation en fonction de la classe d’appartenance, du trajet social et des conditions de logement (tableau 23), on constate qu’elles obéissent à la logique globale qui distribue le logement en fonction de la position sociale. Par contre, si en comparant les deux fractions que nous avons distinguées dans la classe supérieure, on constate peu de différences dans les conditions objectives de logement, on peut néanmoins supposer qu’elles se séparent sur ce qui a trait à son utilisation, organisation et ameublement, bref sur le goût47.

Tableau 23. Répartition des familles observées en fonction du trajet social de la famille et de ses conditions de logement

Trajet social GPP à P

Conditions de logementa

Sup.-sup.
Sup.-moy.
Classe sup. F I

Moy.-sup.
Inf.-sup.
Classe sup. F II

Moy.-moy.
Inf.-moy.

Inf.-inf.
Moy.-inf.

Non rép.

Total

Type 1
(minimum)

1,3 %

1,3 %

5,0 %

20,0 %

1,2 %

28,8 %
23

Type 2
(moyen)

3,7 %

1,3 %

7,5 %

5,0 %

0,0 %

17,5 %
14

Type 3
(maximum)

25 %

16,2 %

10,0 %

0,0 %

2,5 %

53,7 %
43

Total

30,0 %
24

18,8 %
15

22,5 %
18

25,0 %
20

3,7 %
3

100 %
80

a. Les logements présentent les caractéristiques suivantes : Type I : avec eau seule, pour la plupart sans chauffage central et possédant rarement une salle de bain ; une chambre pour plusieurs enfants ; Type II : salle de bain, chauffage central, une chambre pour deux enfants ; Type III : salle de bain, chauffage central, une chambre pour un enfant.

20En effet, la fraction II (i. e. inférieure) de la classe supérieure se caractérise entre autres (tableau 24) par son impossibilité objective à se donner des femmes possédant un diplôme d’études supérieures et plus généralement par sa relative relégation culturelle. II est utile dès lors d’essayer de saisir la répercussion de ce fait sur l’utilisation du logement puisqu’on peut supposer que l’appropriation quotidienne, ordinaire et routinière du logement est surtout marquée du goût des femmes, les hommes se réservant plutôt les décisions extraordinaires.

Tableau 24. Répartition des familles observées en fonction du trajet social de la lignée paternelle et des études de la mère

Trajet social GPP à P

Études mère

Sup.-sup.
Sup.-moy.
Classe sup. F I

Inf.-sup.
Inf.-sup.
Classe sup.
F II

Moy.-moy.
Inf.-moy.

Inf.-inf.
Moy.-inf.

Non rép.

Total

Études sup.

18,7 %

7,6 %

1,4 %

0,0 %

-

27,7 %
22

Études sec. complètes

10,0 %

8,7 %

8,7 %

0,0 %

2,5 %

29,9 %
24

Moyennes inf. complètes

1,3 %

2,5 %

8,7 %

2,5 %

1,2 %

16,2 %
13

En dessous
de moy. inf.
complètes

0,0 %

0,0 %

3,7 %

22,5 %

-

26,2 %
21

Total

30,0 %
24

18,8 %
15

22,5 %
18

25,0 %
20

3,7 %
3

100,0 %
80

21Plus fondamentalement (tableaux 25 et 26), puisque les deux fractions se différencient à partir du capital culturel possédé et transmis, on peut penser qu’à conditions égales du point de vue économique, cette différenciation sera déterminante du rapport au logement, et ce, notamment au travers des différences de goût qu’elle construit.

22Pour montrer que, dans les diverses fractions de classes supérieures, des différences de goût construisent des rapports différents au logement, on a observé systématiquement le logement de familles « typiques », ainsi que l’occupation-utilisation qui en est faite. La première famille observée est, dans notre représentation graphique, située très haut (46, 3e place en commençant par la gauche) dans la hiérarchie (qu’établissent nos critères de position et de trajet) des groupes familiaux de classe supérieure. Cette famille est caractérisée par l’alliance et la transmission au cours de trois générations de capital économique (e. g. industriel directeur d’entreprises économiques intégrées dans des firmes multinationales), de capital social (e. g. profession et relations dans la magistrature, l’aristocratie, etc.), de capital culturel (e. g. diplômes universitaires depuis les arrière-grands-parents, cumul de diplômes universitaires à la génération actuelle, possession de plusieurs langues) et de capital symbolique (e. g. nom de famille connu et respecté). La situation, l’occupation et l’utilisation de son logement indiquent le raffinement du goût.

23Par contre, la seconde famille observée est, dans notre représentation graphique, située relativement bas dans la hiérarchie des familles de classe supérieure (69, 3e place en commençant par la droite). Cette famille est caractérisée par son accès récent à la classe. Le père est en effet directeur général d’un service public, mais les caractéristiques de classe moyenne de sa famille d’origine sont encore aujourd’hui manifestes dans la condition de ses frères et sœurs. La mère, par contre est universitaire et originaire d’une famille qui n’appartenait à la classe supérieure que sous le rapport à l’économique, son propre frère ayant finalement accédé, après avoir fait un peu de tout, à la direction d’une petite entreprise. La situation, l’occupation et l’utilisation du logement qu’ils occupent indiquent la volonté de se conformer au bon goût, à propos duquel on sait par ailleurs qu’on n’en maîtrise pas parfaitement le contenu et d’autre part qu’on ne dispose pas des moyens permettant d’y accéder vraiment.

Tableau 25. Répartition des familles en fonction du trajet social de la lignée paternelle et du capital culturel possédé par les lignées paternelles et maternelles

Trajet social du GPP à P

Capital culturel de la famillea

Sup.-sup.
Sup.-moy.
Classe sup.
F I

Moy.-sup.
Inf.-sup.
Classe sup.
F II

Moy.-moy.
Inf.-moy.

Inf.-inf.
Moy.-inf.

Non rép.

Total

Classe sup. F I

22,5 %

0,0 %

1,2 %

0,0 %

1,3 %

25,0 %
20

Classe sup. F II

6,0 %

8,8 %

5,0 %

0,0 %

1,2 %

21,0 %
17

Classe moy.

1,5 %

10,0 %

10,0 %

1,0 %

0,0 %

22,5 %
18

Classe ouv.

0,0 %

0,0 %

6,3 %

24,0 %

1,2 %

31,5 %
25

Total

30,0 %
24

18,8 %
15

22,5 %
18

25,0 %

20

3,7 %
3

100,0 %
80

a. Au point de vue du capital culturel détenu, mesuré à partir des diplômes possédés par le père, la mère, les grands-parents paternels et maternels, on a procédé au classement suivant :
– Capital culturel de classe supérieure, fraction supérieure : sur les 6 membres, tous ont au moins des diplômes d’humanités complètes ou d’enseignement supérieur universitaire ou non universitaire.
– Classe supérieure, fraction inférieure : sur les 6 membres, au plus 2 membres possèdent des diplômes qui ne dépassent pas le cycle moyen inférieur complet.
– Classe moyenne : sur les 6 membres, trois d’entre eux possèdent au moins un diplôme attestant qu’ils ont fréquenté avec succès le cycle complet de l’enseignement secondaire ou un cycle d’enseignement supérieur, tandis que les trois autres possèdent au plus un diplôme attestant qu’ils ont fréquenté avec succès le cycle inférieur de l’enseignement secondaire.
– Classe ouvrière : les 6 membres possédant uniquement des diplômes complets ou incomplets du cycle inférieur de l’enseignement secondaire général ou technique, soit des diplômes complets ou incomplets d’école primaire.

Tableau 26. Répartition des familles observées en fonction du trajet social de la lignée paternelle et des études du père

Trajet social GPP à P

Études père

Sup.-sup.
Sup.-moy.
Classe sup.
F I

Moy.-sup.
Inf.-sup.
Classe sup.
F II

Moy.-moy.
Inf.-moy.

Inf.-inf.
Moy.-inf.

Non rép.

Total

Études supérieures

27,6 %

11,4 %

3,9 %

0,0 %

1,2 %

44,1 %
35

Études secondaires complètes

1,2 %

6,2 %

11,2 %

0,0 %

1,2 %

19,8 %
16

Moyennes inférieures complètes

1,2 %

0,0 %

3,7 %

3,7 %

0,0 %

8,6 %
7

En-dessous de moy.
inf. compl.

0,0 %

1,2 %

3,7 %

21,3 %

1,3 %

27,5 %
22

Total

30,0 %
24

18,8 %
15

22,5 %
18

25,0 %
20

3,7 %
3

100,0 %
80

L’art d’habiter ou le raffinement du goût

24L’observation de la situation, l’occupation et l’utilisation du logement des membres de la fraction supérieure de la classe supérieure livrent tout un art d’habiter dont on tentera ci-après d’évoquer non seulement le raffinement, mais aussi les effets sociaux, culturels et symboliques. Ainsi la demeure léguée par les générations précédentes sera-t-elle située au centre du village, mais suffisamment isolée et par ailleurs entourée d’habitations construites par des familles de même identité sociale. Expression dès lors de la tradition de la famille qui, en l’habitant, s’y mire et manifeste aux autres l’excellence de sa position, la demeure est aussi le lieu ordinaire de la gestion des relations sociales puisqu’il s’agit d’une maison à réception et à amis où s’opèrent la concentration des relations sociales et l’inculcation de la complicité objective entre les membres de diverses fractions des classes supérieures (e. g. chaque enfant a un deuxième lit dans sa chambre pour héberger ses amis ; chaque week-end voit la venue d’amis ou le départ d’enfants vers la demeure d’amis ; la zone de recrutement des amis est vaste puisqu’ils sont originaires des diverses fractions des classes supérieures : artistes, intellectuels, industriels, etc.).

25De par sa situation même, on peut penser que le logement fonctionne comme emblème de l’excellence sociale et comme emblème dont la capacité à signifier tient autant aux relations sociales auxquelles il fournit des possibilités de démonstration qu’à la matérialité de son implantation et de l’objet construit qu’il est. De plus, son organisation interne indique d’une part qu’il est l’objet d’une appropriation individualisée et spécialisée (voir plan 4) en fonction du statut du trajet de chacun des membres du groupe et d’autre part que cette appropriation se double d’une appropriation collective d’espaces collectifs également différenciés selon les statuts et les âges de chacun. Cette double relation à l’espace, inscrite dans son organisation même, permet d’intérioriser un art de vivre typique qui n’a sans doute toute la force de l’évidence que parce que l’habitat inscrit dans le corps les valeurs de la classe.

Plan 5. Détail de la pièce d’entrée et du corridor de la demeure du groupe familial de la fraction supérieure de la classe supérieure (46)

Plan 5. Détail de la pièce d’entrée et du corridor de la demeure du groupe familial de la fraction supérieure de la classe supérieure (46)

Plan 6. Disposition générale de la maison d’un groupe familial appartenant à la fraction inférieure des classes supérieures (69)

Plan 6. Disposition générale de la maison d’un groupe familial appartenant à la fraction inférieure des classes supérieures (69)
  • 48 Dans les familles de classe moyenne, le contrôle est direct et immédiat. Ainsi, les enfants de tell (...)
  • 49 Rappelons que le téléphone est chose rare chez les ouvriers, mais non chez les employés ; le téléph (...)
  • 50 Nous appliquons ici au « plan marché », approprié culturellement et socialement, ce que Claude Lévi (...)

26Ainsi, chaque enfant dispose de sa chambre particulière dotée d’un coin de travail et d’un second lit destiné à la réception d’amis pendant la semaine ou le week-end. L’âge des réceptions et des visites chez les amis, bref, de l’apprentissage de la gestion des relations, du commerce des amitiés, est atteint dès les quatre ou cinq ans. Mais cette individualisation précoce s’inscrit surtout dans les enfants non seulement au travers de la signification pratique de la disposition générale de la maison (aile des enfants en bas, aile des parents en haut, espace collectif au centre, etc.), mais aussi au travers des multiples rappels quotidiens déposés dans le logement. Qu’on pense par exemple au code spécifique d’appel (e. g. sonnette de la porte d’entrée) dont chacun est pourvu et au mode indirect de contrôle des présences et des amis des enfants que cela suppose dans le chef des parents48, ou encore aux étiquettes qui, apposées sur la porte d’entrée, portent les noms de chacun des membres de la famille, ou encore aux patères individualisées du vestiaire ou à l’équipement hippique de chacun qui est aussi ornement du corridor et, enfin, au téléphone doté de postes intérieurs49. Enfin, on se doit sans doute de souligner tout ce qu’apporte pratiquement et tacitement à l’individualisation précoce la distinction de l’aile des parents de celle des enfants (voir plan 5), distinction dont ils peuvent s’apercevoir qu’elle permet non seulement l’autonomie, mais de multiples postures. Ainsi, tout le monde dans cette maison sait sans doute que de son bureau, madame communique d’une certaine façon avec sa servante ; d’une autre avec ses enfants, d’une autre encore avec son mari ; d’une autre enfin avec les amis de la maison ou ceux dont on s’occupe. De plus, dans la mesure où le capital culturel et social se transmet au travers de pratiques adéquates, on doit constater qu’elles reçoivent appui et se renforcent quotidiennement au travers des parcours (structurés culturellement et socialement) des enfants dans une demeure dont on ne peut que souligner l’effet structurant sur les pratiques50. Ainsi, on peut penser que contribuent à l’intériorisation du capital linguistique les bandes dessinées en anglais déposées dans le WC ou à l’intériorisation du message religieux, la Bible déposée sur l’appui de fenêtre de la pièce d’entrée. Mais l’intériorisation de l’excellence culturelle est sans doute particulièrement nette au travers du vivoir puisque, dans une famille appartenant à la fraction supérieure des classes supérieures, la fille aînée, une adolescente, nous en a décrit et dessiné elle-même de manière minutieuse et avec un plaisir évident la disposition et l’ameublement, le tout accompagné de commentaires où transparaissent la connaissance ça va de soi des différents styles et l’évidence des combinaisons qui appartiennent au bon goût. Certes il s’agit d’une adolescente, mais ne peut-on se baser sur ce fait pour en montrer l’existence dès la prime enfance ? Nous avons eu par ailleurs l’occasion d’observer, dans une école privée, tout le plaisir que prenaient les enfants des classes supérieures de dessiner dès l’école gardienne leur maison et son ameublement lors des initiations en dessin et en art.

  • 51 Ibid.

Tableau 27. Structure du patrimoine selon la profession en 1965 (en % de l’actif brut)51

Formes d’épargne

Cadres supérieurs

Professions libérales

Chefs d’entreprise

Administrateur de sociétés

1. Biens immobiliers

60,0 %

63,0 %

38,5 %

62,4 %

2. Valeurs mobilières

24,3 %

12,4 %

45,3 %

29,6 %

3. Dépôts à vue

2,8 %

3,1 %

2,1 %

1,9 %

4. Dépôts d’épargne

1,9 %

2,8 %

0,3 %

0,3 %

5. Entrepr. individ.

3,7 %

13,0 %

8,3 %

2,8 %

6. Assurances-vie

5,4 %

3,3 %

2,4 %

1,3 %

7. Autres actifs

1,9 %

2,4 %

3,1 %

1,7 %

Total actif brut

100,0 %

100,0 %

100,0 %

100,0 %

8. Dettes

– 6,9 %

– 4,2 %

– 1,9 %

– 2,2 %

Total actif net du patrimoine

93,1 %

95,8 %

98,1 %

97,8 %

Valeur moyenne actif brut

2.640.000

5.141.000

6.985.000

8.006.000

Valeur moyenne actif net

2.458.000

4.925.000

6.852.000

7.833.000

Rapport actif net

5,3 %
171

9,2 %
40

9,0 %
38

11,2 %
16

  • 52 Jacqueline Poelmans, Denise Morissens et Willy Pouliart, Le patrimoine et l’épargne des ménages à r (...)

27On serait sans doute partiel si, traitant de l’occupation-utilisation du logement dans les fractions supérieures des classes supérieures, on ne disait mot des aspects économiques de celle-ci. L’analyse (tableau 27) de la situation du patrimoine selon les professions suggère en effet que, dans ces fractions, l’immobilier n’est pas seulement un actif d’usage, mais aussi de rapport et qu’il constitue, hormis le cas des chefs d’entreprise, la plus grande partie du patrimoine52. On peut dès lors penser que chez eux, compétence économique et compétence culturelle se combinent pour entrer dans la logique de la spéculation immobilière et de l’actif de rapport qui s’oppose à la logique précapitaliste de l’actif d’usage ou de l’actif inerte et que cela n’est pas sans effet sur les enfants qui intériorisent par ailleurs la logique spéculative en « jouant » fréquemment et dans la posture du propriétaire, l’échange économique propre à la logique capitaliste (i. e. Monopoly et autres jeux de société).

L’ambition d’habiter ou l’accès incertain au goût

28Les familles appartenant à la fraction inférieure de la classe supérieure sont dans notre observation (voir tableau 28) caractérisées par la présence au niveau des antécédents et des consanguins latéraux de personnes qui portent, ont porté et transmis les caractéristiques objectives et subjectives d’une position sociale inférieure à celle connue actuellement. Cette fraction de classe qui a une trajectoire ascendante se caractérise aussi, d’une part, par sa relative subordination économique, sociale et culturelle à la fraction supérieure et, d’autre part, par sa relative supériorité sur les familles occupant une position moyenne dans la structure sociale. En d’autres mots, les familles appartenant à la fraction inférieure (F II) de la classe supérieure se caractérisent structuralement par la précarité de leur position qui produit, d’une part, une relative relégation vis-à-vis de la fraction supérieure (F I) de la classe supérieure et, d’autre part, une relative et partielle supériorité (difficilement conquise, c’est-à-dire en payant un prix social et culturel élevé) vis-à-vis de la classe moyenne dont elles se distinguent moins par le cumul que par l’unidimensionnalité des caractéristiques qui sont les leurs. Ambitieux et parvenus pour les uns, ils sont des arrivés-enviés pour les autres, tandis qu’eux-mêmes se perçoivent comme des courageux récompensés. Cette position, on peut penser qu’ils l’inscrivent, de manière implicite et tacite, donc sans le vouloir vraiment, dans leur utilisation-occupation du logement. Ainsi, dans ces familles, on accède le plus souvent au logement souhaité en y investissant toutes les ressources disponibles, et disponibles souvent au travers d’une épargne laborieuse, qu’on complète le plus souvent d’emprunts dont le volume est strictement évalué proportionnellement au revenu atteint.

Tableau 28. Répartition des familles observées en fonction du trajet social de la lignée paternelle et du capital social détenu par les lignées paternelles et maternelles

Trajet social GPP à P

Capital sociala

Sup.-sup.
Sup.-moy.
Classe sup. F I

Moy.-sup.
Inf.-sup.
Classe sup. F II

Moy.-moy.
Inf.-moy.
Classe moy.

Inf.-inf.
Moy.-inf.
Classe ouv.

Total

Classe sup. F I

75 %

12,5 %

0 %

0 %

25 %
20

Classe sup. F II

25 %

62,5 %

0 %

0 %

20 %
16

Classe moy.

0 %

25 %

89,5 %

10 %

28,75 %
23

Classe ouv.

0 %

0 %

10,5 %

90 %

26,25 %
21

Total

100 %
24

100 %
16

100 %
19

100 %
21

100 %
80

a. Du point de vue du capital social détenu, mesuré à partir des professions exercées par le père, la mère, les grands-parents paternels et maternels, on a procédé au classement suivant :
– classe supérieure, fraction supérieure : au plus un des membres du groupe familial a exercé une profession de classe moyenne (e. g. régent, instituteur, technicien, petit commerçant, employé subalterne) ;
– classe supérieure, fraction inférieure : plus d’un des membres et au plus trois membres du groupe familial ont exercé une profession de classe moyenne ; – classe moyenne : au moins quatre membres du groupe ont exercé une profession de classe moyenne, ou au plus deux professions de classe inférieure ;
– classe ouvrière : au moins trois membres du groupe ont exercé une profession de classe ouvrière (ouvrier qualifié en non qualifié).

29Mais l’installation dans un nouveau logement n’est pas seulement indice d’installation économique ; elle est aussi début ou confirmation du réseau de relations sociales qui conviennent à l’expression de son standing. Leur déménagement est aussi le plus souvent un déplacement social et il conduit dès lors à habiter en voulant inscrire les acquis de la trajectoire dans des manières d’habiter que le logement antérieur ne permettait pas. Mais ces possibilités que l’ancien logement ne permettait pas, on n’en a pas encore la maîtrise pratique, de sorte que l’installation (« on s’installe », comme disent les gens) est hésitante et plus ou moins lente. Par exemple est-ce lentement qu’on s’habitue et qu’on utilise adéquatement, c’est-à-dire dans la logique de l’autonomie et de la différenciation, la séparation des espaces privés et professionnels, des espaces pour parents et pour enfants. Très souvent cette dernière séparation est, par opposition à celle constatée précédemment, indice d’une spécialisation qui ne débouche pas sur une spécialisation-individualisation des espaces collectifs.

30Les places centrales, en effet se redondent, tout se passant comme si la répétition (deux salons, salon feu ouvert, salon TV, TV en chambre, etc.) remplaçait la diversification et l’entrelacement raffiné de spécificités culturelles et sociales d’innovations et de traditions caractéristiques de la fraction supérieure. L’équipement socioculturel des coins pour enfants est le plus souvent un équipement tous azimuts. Si, comme disent ces agents, tout est prévu, bureau personnel, salle de jeux, circulation autonome, etc., cela ne signifie pas que l’espace est utilisé dans une logique d’accumulation qualitative de compétences multiples (voir plan 6).

*

31Cherchant dans cette première partie à caractériser le rapport au logement propre à chaque classe sociale, on s’est fondé sur des observations qu’on a traitées sur base d’un choix raisonné selon la méthode du type idéal. Les constatations faites n’ont sans doute tout leur sens que reliées les unes aux autres. Alors qu’en milieu populaire, le logement est habité de manière indifférenciée et qu’en classe moyenne, il est occupé de manière spécialisée et différenciée, il est dans les classes supérieures objet de spécialisation et d’innovation qui expriment « au plus haut niveau » tout un art d’habiter avec raffinement et, au « plus bas niveau » toute l’ambition et l’incertitude de néophytes. Il reste à insister maintenant sur les processus au travers desquels ces rapports différentiels se répercutent sur les pratiques éducatives.

Utilisation du logement et pratiques éducatives

32Pour des raisons pratiques, mais aussi théoriques, on a choisi de limiter l’analyse des effets éducatifs du logement et du rapport au logement aux familles de classe supérieure. Il s’agit en effet pour nous d’une part, de ne pas trop allonger ce texte et d’autre part, de faire entrevoir que les privilèges culturels ont des soubassements matériels dont on a souvent tendance à minimiser l’importance quand on analyse les stratégies de transmission de ceux qui les détiennent. On les oublie sans doute d’autant plus facilement qu’on se trouve en présence de membres des classes supérieures qui énoncent leurs pratiques en naturalisant les conditions matérielles qui les rendent possibles. Les effets de socialisation qui s’obtiennent au travers du logement et de son occupation-utilisation seront par ailleurs raisonnés sous le mode hypothétique et le seront – étant donné ce qui vient d’être dit – au travers d’une prise de distance du sociologue par rapport à des pratiques et des énoncés de pratiques qui ignorent le plus souvent ce qui les rend possibles et dès lors les effets qu’obtiennent ces conditions matérielles de possibilité. Cette procédure nous conduira à nommer des effets qui sont sans doute, dans les situations analysées, cumulatifs alors que le raisonnement et la logique d’exposition les présentent comme séparés.

Intérioriser qu’on est unique et irremplaçable

  • 53 Rappelons que les chiffres entre parenthèses renvoient à la numérotation des familles classées dans (...)

33Lorsqu’on se trouve en présence d’une situation limite comme c’est sans doute le cas lorsque l’entrée du père dans la carrière professionnelle exige qu’on soit mobile sur le plan international et qu’on occupe un logement qu’on n’a pas toujours choisi, la ventilation de l’espace qu’il offre entre ceux qui sont amenés à l’occuper fournit aux parents l’occasion de montrer aux enfants qu’on sait « se sacrifier » pour eux et dès lors combien ils sont uniques53.

À X (Canada), c’était un appartement, là elle allait un peu où elle voulait, elle avait sa chambre pour elle toute seule, il n’y avait qu’une chambre, on [la] lui avait laissée ; nous, on dormait dans le living. À X (Afrique), là, on avait une plus grande maison, il y avait trois chambres, elle avait aussi sa chambre avec un petit coin, son lit, un petit fauteuil, la petite étagère pour mettre ses affaires… (5).

  • 54 G. Liénard et E. Servais, « Activités enfantines et socialisation différenciée », art. cité.

34Mais si l’aménagement d’un coin personnel équipé selon les nécessités liées à l’âge social tel qu’il est défini dans la classe54 signifie toute l’importance qu’on accorde à la personnalité de l’enfant qui, de ce fait, intériorise sa propre importance, cette dernière se trouve le plus souvent renforcée par les marques qu’on lui en donne dans les espaces communs et dans les espaces généralement réservés aux parents tels que leur chambre à coucher ou leur bureau :

Colorier, il aime assez bien… à l’école, ils ont une farde où on garde les dessins pour les rendre aux parents ; quand il les rapporte, je ne les jette pas au bac évidemment…, je les regarde et je dis « oh quel beau poussin, comme c’est bien fait », alors il le garde lui-même sur une chaise tout près de son lit ; parfois, je les affiche dans le bureau de mon mari ou dans notre chambre, parfois aussi, je les mets sur la dresse dans le living… ; il va maintenant rapporter un bricolage de Pâques, sûrement hein, on dit, « mais comme c’est beau », je trouve même que nous y attachons plus d’importance que lui (4).

35Ainsi, tout semble se passer comme si le logement était utilisé comme un support concret au travers duquel se rentabilisent de manière diversifiée et hiérarchisée les gestes que l’enfant accomplit pour accéder à la culture. Il n’est sans doute pas interdit de penser que le logement est un des éléments au travers duquel l’enfant intériorise sa progression culturelle et l’intériorise au travers de l’attention que lui portent ses parents et que concrétise et renforce l’utilisation qu’ils font, à cet effet du logement. Enfin, les enfants intériorisent leur valeur ou, plus exactement, la valeur de leur personnalité au travers de l’appropriation qu’on leur permet de certains espaces, tout se passant comme si, ayant leur maison à l’intérieur même de la demeure familiale, ils accédaient à leur façon aux prérogatives de l’adulte et à la personnalité adulte :

Je m’étais dit : ils ne vont peut-être pas y aller parce que c’est une cave… mais ils y vont avec leurs amis, ils y vont goûter, là en bas, ils adorent ça… il y a des espèces de petits couloirs qui sont simplement des petits boyaux où se trouvent un compteur à gaz, un compteur à eau… et bien ils en ont fait leur maison, un pour toutes ses poupées, un autre va faire sa dînette avec un ami, ils font vraiment leur maison là-dedans… ils aiment beaucoup être là (4).

36Lorsqu’on vient d’accéder à la classe supérieure, on a certes la préoccupation, qui se manifeste notamment lorsqu’on bâtit une nouvelle maison, de fournir aux enfants un espace à la fois suffisant et aménagé au mieux, mais on semble hésiter, voire n’avoir pas d’idées sur l’utilisation qui en sera faite. Si, en d’autres mots, tout est prévu et qu’on l’a prévu pour les enfants, c’est, semble-t-il, moins pour qu’ils aient une maison à eux que pour qu’ils puissent jouer en ne salissant pas ou en ne désorganisant pas tout :

On a estimé qu’il n’y avait pas trop de place pour eux… on commence à aménager des salles de jeux justement pour avoir plus facile à nettoyer… j’ai fait faire des caves partout justement avec cette intention-là ; j’ai prévu un radiateur pour que les gosses en hiver puissent jouer, ils pourront également jouer quand il fera moins froid à l’extérieur en dessous de la terrasse. J’ai de nouveau prévu exprès en dessous de la terrasse une place accessible à côté du garage et communication entre cette pièce et les caves ; il y a déjà toute une zone qu’ils ont déjà baptisée les souterrains et alors ils circulent là-bas avec leurs vélos, leurs gokarts, enfin, tout communique, c’est à eux (69).
On a aménagé le grenier pour eux de manière à ce qu’on ne leur dise pas tout le temps : « ne fais pas cela, tu vas te salir… » (76).

37Alors que tout est matériellement prévu, l’absence de prévisions quant aux modalités de son utilisation, indicative sans doute de l’accès récent à la classe et donc du fait qu’on porte les stigmates de ses états précédents, se donne à voir, par exemple, dans le fait que chacun ayant sa chambre aménagée à cet effet, on fait toujours ses devoirs à la cuisine. Certes l’enfant dont il est question dans l’énoncé qui suit n’a que dix ans, mais on peut se demander par comparaison à ce qui a été vu précédemment pourquoi ce décalage dans l’appropriation- utilisation individuelle et personnalisée de la chambre ? S’il en est ainsi, c’est d’ailleurs sans doute entre autres choses parce qu’on pense (i. e. définition des âges) que ce n’est que plus tard, lorsqu’il aura des travaux à faire seul, que sa chambre sera importante :

Justement, au départ, on a essayé de ne pas voir trop étroit pour justement, au moment où ils devront faire des travaux seuls, ils puissent le faire dans leur chambre… Pour l’instant, l’aîné (dix ans) fait ses devoirs à la cuisine sous la surveillance de sa mère (69).

Intérioriser les instruments et les opérations du pouvoir

38Si dans la fraction supérieure de la classe supérieure, le logement est souvent un espace où on côtoie pratiquement et quotidiennement des subalternes (i. e. servante) auxquels on commande et donc des personnes à propos desquelles on apprend très tôt qu’elles sont là pour vous servir, on voudrait s’arrêter ici à observer moins les effets de socialisation qui s’obtiennent de ce fait que ceux qui s’obtiennent de par l’existence même au sein de l’habitat des objets du pouvoir et de par l’utilisation de ces objets. Ceux-ci sont certes particulièrement présents dans les habitats des professions libérales où se conjuguent le domaine privé et le domaine professionnel avec possibilités de communication entre les deux, mais ils le sont aussi chez les cadres du secteur privé ou public où généralement mari et/ou femme ont bureaux, téléphone, parfois téléscripteur et classeurs pour dossiers personnels et/ou professionnels.

39À l’intérieur de ce contexte prennent place un ensemble de pratiques qui nécessitent l’utilisation d’objets spécifiques, soit pour commander, par exemple aux firmes dont on est le représentant et prévenir rapidement les acheteurs potentiels des capacités qu’on a de la faire (e. g. téléscripteur), soit pour donner des ordres à sa secrétaire ou à son personnel (e. g. téléphone, dictaphone), soit pour faire prévenir, sans devoir s’en expliquer, qu’on ne passera pas à l’entreprise et s’assurer que d’autres suppléeront avec intelligence et sans outrepasser leurs droits à cette absence (e. g. appel téléphonique à l’usine par l’épouse qui agit par procuration du mari) :

J’ai dans mon bureau, je vous le montrerai tantôt, un téléscripteur qui me permet d’être en relation avec les diverses firmes avec lesquelles je travaille et de prévenir les différents acheteurs des possibilités d’achats dans les autres pays (12).

40Mais cette situation dont on peut penser qu’elle conduit l’enfant à intérioriser tacitement les opérations et les instruments du pouvoir se trouve parfois renforcée par les visites qu’avec l’enfant, la femme rend à son mari au siège social de l’entreprise où il travaille :

Quand je vais en ville pour faire des courses, je le prends avec moi ; souvent, quand je ne trouve pas de place pour garer ma voiture, je vais au parking de la société… parfois on passe chez mon mari… comme il a une secrétaire, il va près d’elle, c’est son bonheur, elle va lui donner du papier, il va se mettre à dessiner et tout ça… elle a plus de patience que moi parce qu’elle ne le voit que cinq minutes… (4).

41Le rapport de pouvoir et le jeu qu’il implique avec des objets et/ou des personnes semblent, on le voit, à ce point naturalisés qu’on oublie, d’une part, que la secrétaire ne pourrait pas faire autrement que de manifester son intérêt pour l’enfant et que, d’autre part, le succès qu’elle obtient auprès de lui doive s’expliquer moins par sa compétence que par la rareté du temps où elle a l’occasion de s’exercer.

42Alors que de telles occasions sont sans doute assez fréquentes dans les fractions supérieures de la classe supérieure, on peut se demander si les fractions inférieures n’y suppléent pas d’une certaine manière en déplaçant le lieu où les enfants peuvent appréhender les symboles et les opérations du pouvoir. On pense par exemple aux restaurants chics où on ne rate pas une occasion d’aller avec les enfants le dimanche ou en vacances. En montrant pratiquement aux enfants qu’on sait aussi commander et se payer des services choisis en connaisseur, les parents qui appartiennent au secteur commercial de la classe supérieure inversent certains aspects de la relation quotidienne de dépendance vis-à-vis de la clientèle :

En vacances on va souvent au restaurant, on les choisit dans Gault et Millau, ainsi on est sûr d’être bien servi (62).

43Mais la célébration et la démonstration du pouvoir économique et social que détiennent la famille et l’enfant n’apparaissent jamais si bien que lors des fêtes d’anniversaire qui sont autant de potlatchs d’autant plus intéressés qu’ils se présentent comme désintéressés. Et on peut repérer dans ces célébrations les relations objectives entre la fraction supérieure et la fraction inférieure de la classe supérieure ainsi que deux modes de socialisation à deux formes de pouvoir. En effet, d’une part, les membres de la fraction supérieure organisent des fêtes d’anniversaire qui actualisent, en l’honneur de l’enfant fêté, les signes du pouvoir économique, social et culturel. C’est ainsi que, dans un quartier « chic », une demeure équipée d’une piscine privée et chauffée est décorée sous les ordres de la mère en vue de l’anniversaire de l’enfant. Les petits amis et les petites amies ayant été convoqués par des petits cartons décorés par la mère et l’enfant sont amenés par un défilé de voitures qui s’étale pendant une demi-heure. Tous ces actes sont évidemment permis par le capital économique des familles, capital dépensé en l’honneur de l’enfant, bref, capital économique transformé en capital symbolique. Non seulement l’enfant et la mère accueillent les arrivants qui rendent sourires gracieux et amicaux au fêté, mais celui-ci dispose pour la réception de la totalité de la demeure dont il est, par procuration, le maître d’un jour (11). L’enfant fêté annonce alors le programme des festivités. L’après-midi débute par un concours de natation dans la piscine privée, ce concours est alors l’occasion de jouer avec son corps et de faire une célébration esthétique et sportive dont la caméra du père servira de base à la constitution de la mémoire de la fierté du groupe familial au travers de la joie indicible de l’enfant. Le moment culminant de l’appréhension du pouvoir économique et symbolique que possède l’enfant est constitué par la remise des divers cadeaux. C’est ainsi que, dans une famille, on a pu évaluer à 8 000 francs le prix des cadeaux offerts en un après-midi à un enfant de cinq ans (9). Enfin, l’après-midi se termine par la venue de trois membres d’un théâtre de marionnettes, consacré culturellement, qui viennent distraire les enfants, ce qui constitue un acte de pouvoir culturel (11).

44D’autre part, les membres de la fraction inférieure organisent les fêtes d’anniversaire qui ne cumulent jamais les trois aspects du pouvoir. Alors que les cadres supérieurs de l’industrie qui viennent d’accéder à la classe supérieure font surtout, en cette occasion des actes purement économiques : faire venir le traiteur (2), aller au restaurant (12), faire des achats de prestige pour l’enfant (62) tel un équipement d’équitation, les membres de la fraction intellectuelle utilisent au contraire l’argent pour offrir des outils esthétiques ou intellectuels : un instrument de musique (1), un théâtre de marionnettes et des marionnettes (52), des disques de contes et comptines, ainsi que des livres dont la qualité des dessins enchante l’imagination des enfants (76) ; les cadeaux ne dépassant cependant pas chez les intellectuels un montant de 2 000 francs.

Intérioriser la complexité du rapport à soi et au monde

45On apprend aussi aux enfants la multiplicité des postures à adopter vis-à-vis de soi et du monde et la complexité du jeu qu’implique une telle multiplicité au travers de la circulation, à l’intérieur d’un logement où les lieux et les objets, notamment les objets culturels, les différents types de bibliothèques, de meubles, de peintures, etc. sont répartis et utilisés selon la logique du goût raffiné. Cela s’acquiert aussi au cours des étapes qui précèdent la mise en place de ces circulations et l’acquisition de ces objets. Néanmoins, de ce point de vue, les différences sont sensibles entre les fractions supérieure et inférieure de la classe supérieure. Alors, en effet, que dans la fraction supérieure, on est suffisamment à l’aise à tout niveau pour se donner dès maintenant ce qu’on désire et qui exprime le raffinement du goût, dans la fraction inférieure on est à la fois soit incertain sur les expressions du raffinement et sur les moyens qu’on a d’y accéder, soit certain de son bon goût, mais alors certain aussi qu’il ne se matérialisera que parce qu’on y mettra le temps qu’il faut. Si les familles de la fraction inférieure se restreignent :

Il était temps qu’on change de logement, on est ici vraiment trop à l’étroit, mais, faire bâtir comme on a fait, ça veut dire qu’on n’a plus les moyens de gaspiller et que tout le monde doit faire attention et ne pas être trop exigeant (70).

46Celles de la fraction supérieure manifestent leur aisance :

On a acheté cette propriété… j’ai demandé un architecte, un ami d’ailleurs, ma femme a fait tous les antiquaires et voilà… (9).

47Aisance que les familles de la fraction inférieure n’ont acquise que très lentement :

On hésite à construire une nouvelle maison parce qu’on a ici un jardin merveilleux… on a mis dix ans pour l’avoir comme ça (12).

48Mais si la restriction s’oppose à l’aisance comme une fraction s’oppose à l’autre, il n’en reste pas moins que, dans l’un et l’autre cas, on accède ou on cherche à accéder à la complexité des postures à prendre, ne serait-ce que parce qu’on est forcé d’accéder à la complexité des jeux qu’il faut jouer pour avoir ce qu’on souhaite.

*

49Nous avons, dans une première étape, fait l’hypothèse que l’accès au logement, son occupation et son utilisation ainsi que les transformations éventuelles que ses différents rapports subissent, pouvaient se comprendre à partir de l’ethos des divers groupes. Tenant compte pour chacun d’eux de leurs trajectoires caractérisées dans tous ses aspects (économique, culturel, social) et notamment selon les pentes qu’elles dessinent (ascendante ou descendante d’une classe à une autre classe, stable ou ascendante dans la même classe), on a été amené à caractériser, de manière relativement fine, des variations sociales du rapport à l’habitat. Ainsi, alors que le milieu populaire lui « assigne » des fonctions indifférenciées et que les classes moyennes tendent à en spécialiser l’utilisation, les classes supérieures en font soit le support et l’expression d’un goût raffiné, soit le support et l’expression d’une ambition d’accéder au bon goût. Expression non verbale et tacite de l’identité sociale et d’un moment de cette identité, le logement tend par ailleurs à circonscrire les pratiques qui s’y inscrivent.

50Les effets de socialisation qui en dérivent sont sans doute prégnants et méritaient dès lors d’être identifiés. À cet effet, il fallait pouvoir casser le caractère naturel qu’on leur confère d’autant plus volontiers qu’ils sont perçus comme dérivant d’une structure matérielle dont la capacité d’évolution est limitée. Ayant fait l’hypothèse que ce processus de naturalisation était particulièrement évident dans les classes supérieures, on a essayé dans une seconde partie de le casser et on s’est limité à la caractérisation de quelques-uns des effets de socialisation qui s’obtiennent pour ces mêmes classes au travers de leur logement et de leur rapport au logement. L’effort entrepris, on s’en est rendu compte, exigeait une observation minutieuse non seulement des pratiques des agents, mais aussi du cadre où elles s’insèrent et notamment de l’emploi du temps qu’il permet et construit.

51Sans prétendre l’avoir mené parfaitement à bien, il nous a néanmoins permis de différencier à l’intérieur de la classe supérieure deux rapports typiques à un espace multiforme : l’un fait de certitudo sui dans le raffinement, l’autre d’incertitude dans l’accès au goût. Le premier type de rapport semble aller de pair avec des pratiques de socialisation où l’enfant intériorise sous le mode du ça va de soi la complexité du rapport à soi et au monde, la symbolique du pouvoir et l’irréductibilité de son identité.

52Il resterait à miser sur les instruments techniques ici utilisés et sur les procédures d’analyse mises en œuvre non seulement pour les appliquer de manière plus complète à l’ensemble de la structure sociale, mais aussi pour les perfectionner. Ce faisant, en même temps qu’on raffinerait la caractérisation objective de la structure sociale, on augmenterait sans doute les découvertes quant aux mécanismes de dissimulation des privilèges et particulièrement de ceux qui, comme dans le cas du logement, se laissent d’autant moins approcher que l’aspect construit ou relativement peu modifiable de l’objet sur lequel ils portent, accroît leur naturalité.

Notes

1 Ce chapitre a déjà fait l’objet d’une publication dans Recherches sociologiques, vol. 6, no 3, 1975, p. 345-386.

2 Maurice Halbwachs, Classes sociales et morphologie, Paris, Minuit, 1972, p. 162.

3 Claude Grignon, L’ordre des choses. Les fonctions sociales de l’enseignement technique, Paris, Minuit, 1971, p. 217.

4 La rubrique logement comportait les questions suivantes : combien y a-t-il de pièces hormis la cuisine et la salle de bain ; y a-t-il une salle de bain, le chauffage central ; êtes-vous totalement propriétaire de votre logement ; propriétaire mais en train de le payer, locataire d’un propriétaire privé ou d’un propriétaire public ; êtes-vous content de votre logement et pourquoi ? L’enfant a-t-il pour lui seul un petit bureau d’enfant ou une table, un placard ou un meuble pour ses habits, des rayonnages pour ranger ses livres, un placard ou un meuble pour ranger ses jouets ? Elle invitait également les enquêteurs à faire, simultanément à la description qu’en font ses utilisateurs, un plan de logement.

5 Georges Liénard et Émile Servais, « Activités enfantines et socialisation différenciée. Approche sociologique », Revue de psychologie et des sciences de l’éducation, vol. 8, no 2, 1973, p. 197-231.

6 Dans le diagramme un carré blanc représente un logement avec chauffage central, salle de bain et une chambre pour chaque enfant ; un carré hachuré : un logement avec chauffage central, salle de bain et une chambre pour deux enfants ; en carré noir : un logement sans chauffage central, rarement avec salle de bain et toujours une chambre pour plusieurs enfants.

7 Conditions de logement : Minimale type I : eau seule, pour la plupart sans chauffage central et possédant rarement une salle de bain, une chambre pour plusieurs enfants. Moyenne type 2 : chauffage central + salle de bain ; une chambre pour deux enfants. Maximale type 3 : chauffage central + salle de bain, une chambre pour chaque enfant.

8 Voir à ce propos R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, Bruxelles, Ministère de la Santé publique, dossier du Centre d’études de la population et de la famille, 1972, p. 77-78 ; Claude Javeau, Les vingt-quatre heures du Belge, Bruxelles, Institut de sociologie, 1970.

9 S’il faut examiner comment le processus d’intériorisation et d’acceptation d’un logement inférieur par rapport aux autres s’opère dans un groupe social, il faut attacher autant d’importance à la genèse des processus de discordance, de non-acceptation par les agents de leurs conditions de logement. Or, à comparer par exemple les conditions de logement des ouvriers et des employés, on s’aperçoit que des revendications potentielles, mais non perçues et non formulées par les agents, existent chez les ouvriers, ne serait-ce que pour « rattraper » les conditions des employés. Le sociologue demeure néanmoins stupéfait de constater que peu de revendications se formulent et il doit dès lors s’efforcer d’analyser les modalités d’acceptation et de dissimulation d’une telle inégalité objective.

10 Luc Boltanski, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1969, p. 131.

11 Les habitudes d’habitat apprises par les membres « modaux » d’un groupe à l’intérieur du logement « modal » (i. e. admis socialement comme naturel et normal) de ce groupe ont une prégnance de longue durée entre autres parce qu’elles s’inscrivent dans l’habitus corporel et mental de l’agent, le corps fonctionnant ici comme mémoire corporalisée du pensable, du normal. Consulter à ce propos les analyses de Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1961, p. 32-33 : « Mais au-delà des souvenirs, la maison natale est physiquement inscrite en nous. Elle est un groupe d’habitudes organiques. Le mot habitude est un mot trop usé pour dire cette liaison passionnée de notre corps qui n’oublie pas la maison inoubliable ».

12 C’est ainsi que, à cause de certaines lois sociales, des familles populaires (ouvriers manœuvres) en sont arrivées à habiter des maisons semblables à celles des employés (une chambre possible par enfant, chauffage central, etc.). Néanmoins, ne possédant pas les caractéristiques culturelles qui sont à la base d’une occupation spécialisée de l’espace, elles occupent et organisent celui-ci selon l’ethos de leur trajectoire et position qui demeurent plus en affinité avec leur ancien logement.

13 Voir à ce propos : Philippe Ariès, « D’hier à aujourd’hui, d’une civilisation à une autre », Couples et familles dans la société d’aujourd’hui, Lyon, Chronique sociale de France, 1973, p. 117-126 ; Gérard Bouchard, Le village immobile. Sennely-en-Sologne au xviiie siècle, Paris, Plon, 1971, p. 228-283.

14 P. Ariès, « D’hier à aujourd’hui, d’une civilisation à une autre », art. cité, p. 120-121 ; Norbert Elias, La société de cour, traduction Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1974, p. 17-45.

15 Jean-Claude Chamboredon et Jean Prévot, « Le “métier d’enfant”. Définition sociale de la prime enfance et fonctions différentielles de l’école maternelle », Revue française de sociologie, vol. 14, no 3, 197, p. 295-335.

16 Nicole Delruelle, La mobilité sociale en Belgique. Analyse des résultats d’un sondage national, Bruxelles, Institut de sociologie – Université libre de Bruxelles, 1970, p. 14.

17 G. Liénard et E. Servais, « Activités enfantines et socialisation différenciée », art. cité, p. 197-231.

18 Silvana Panciera, La ville et l’immigration, Louvain, Institut des sciences politiques et sociales, 1973, p. 70-90.

19 R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité, p. 152. L’auteur fait justement remarquer que si les compressions du loyer sont si faibles, chez les ouvriers, c’est sans doute parce qu’il n’est guère possible de trouver un logement dont le loyer soit inférieur à celui des ménages sans enfants (1 960 francs par mois). Par contre, une compression est toujours possible quand le loyer de référence atteint 3 265 francs (employé sans enfant).

20 C. Javeau, Les vingt-quatre heures du Belge, ouvr. cité, p. 42-44.

21 Ibid., p. 43-44.

22 R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité, p. 152. Le sigle MF est utilisé pour exprimer la dimension des ménages.

23 Rappelons que dans les familles ouvrières, on se chauffe dans 75 % des cas avec des poêles pour seulement 35 % des cas chez les employés. Les soucis quotidiens sont donc différents dans les deux groupes et cette différence se marque nettement dans l’équipement. C. Javeau, Les vingt-quatre heures du Belge, ouvr. cité., p. 36 ; R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité, op. 76 ; et R. Renard, « Services domestiques et garde des enfants », Population et famille, vol. 32, 1974, p. 95-137. De même on peut distinguer deux types de propreté, deux manières d’obtenir la propreté et donc deux types de présentation, de valorisation de soi liés à deux modes d’utilisation du logement et à deux types de conditions matérielles. Alors que les employés obtiennent une propreté luisante et cirée, donc soulignée par l’utilisation d’appareils électroménagers tels que l’aspirateur et la cireuse (possédés dans les familles d’employés ayant quatre enfants dans 79,6 % des cas et 52,6 % des cas) ; les ouvriers obtiennent une propreté nette et simple par l’utilisation manuelle du savon, de la brosse et de la raclette, à l’exclusion de l’emploi de l’aspirateur et de la cireuse qui ne sont possédés dans les familles d’ouvriers ayant quatre enfants que dans 37 % et 29,6 % des cas (R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité, p. 262). En conséquence, la perception de soi et la perception d’un logement digne que la femme est fière de montrer seront différentes selon le groupe social.

24 La seconde fille (huit ans) qui a déjà intériorisé les nécessités de la vie objectivées dans l’horaire, le type d’activités dévolu à la mère et l’utilisation à faire de la maison dira : « Maman n’arrête jamais, quand elle a préparé à manger, elle doit encore faire la lessive, ainsi, pour le moment, elle a encore une montagne de linge à laver ».

25 On voit que la critique administrative et/ou petite bourgeoise est mépris de classe, puisqu’elle ignore objectivement les nécessités qui produisent ce comportement. On comprend aussi que l’admiration populiste est objectivement de droite puisqu’elle ignore qu’un tel comportement est le résultat d’une domination économique et culturelle.

26 L’interprétation des pratiques doit tenir compte des principes suivants : des pratiques apparemment identiques, lorsqu’on les isole, n’ont pas nécessairement la même signification objective quand on les resitue dans la trajectoire de l’agent et qu’on en appréhende la modalité ; interpréter sociologiquement une pratique, c’est la considérer, étant donné son poids différencié dans le système des pratiques de l’agent, donc par rapport à ce qui la produit.

27 P. Ariès, « D’hier à aujourd’hui, d’une civilisation à une autre », art. cité, p. 262.

28 Jean-Paul Sartre, L’idiot de la famille, Paris, Gallimard, 1972, t. 3, p. 221.

29 La dame interrogée a une semi-conscience de sa pratique objective : « mon mari l’a voulu… nous avons acheté une armoire-lit ; nous, nous dormons dans la salle à manger et dans la journée on a plus de place, parce qu’au fond, c’est la journée qu’il faut de l’espace, hein.
Q. Et puis, quand votre mari veut travailler…
R. Il sait s’arranger pour être tranquille quoi !… parce que la grande, ça va passer, mais la petite… ».

30 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. 15, no 1, 1974, p. 3-42, ici p. 18-27.

31 Erwin Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique, traduction Pierre Bourdieu, Paris, Minuit, 1967, p. 217.

32 Voir à ce propos Jean Nizet et Gérard Deprez, « L’inégalité sociale devant l’échec scolaire », Recherches sociologiques, vol. 3, no 1, 1972, p. 247-268 et Pascal Minne, Les significations sociales de l’orientation scolaire et professionnelle, Louvain, Institut des sciences politiques et sociales, 1973, p. 21.

33 R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité, p. 209.

34 Pour faire cette partie de l’analyse, nous avons divisé les 80 familles observées selon un critère de mobilité sociale. On a considéré qu’une famille était en mobilité ascendante quand la profession actuellement exercée par le père resituée dans la hiérarchie professionnelle manifestait un écart significatif par rapport à celle exercée au début de la vie de travail. De ce point de vue, la population observée se décompose en quatre groupes :
1. le groupe de ceux dont la carrière descend à l’intérieur d’un même niveau de la hiérarchie professionnelle, 5 % ;
2. le groupe de ceux dont la carrière est montante, mais à l’intérieur d’un même niveau, 53,75 % ;
3. le groupe de ceux dont la carrière n’évolue d’aucune façon, 28,75 % ;
4. le groupe de ceux dont la carrière est à ce point ascendante que s’effectue un passage à un niveau supérieur dans la hiérarchie professionnelle, 11,25 %.
C’est aux pratiques de ce dernier groupe qu’il est ici fait allusion. Pour une analyse plus détaillée, voir ci-dessus, chapitre 7.

35 Alors que les familles des ouvriers de 3 à 4 enfants dépensent 1 754 francs et 1 832 francs, soit 0,67 % de leur budget en cadeaux, les familles d’employés de trois et quatre enfants dépensent 3 030 francs et 3 268 francs en cadeaux, soit 0,80 % et 0,81 % de leur budget. De même, alors que les familles d’ouvriers de trois et quatre enfants consacrent 25 032 francs et 22 396 francs aux transports et communications, soit 9,61 % et 8,01 % de leur budget, les familles d’employés de trois et quatre enfants consacrent 41 033 francs et 43 780 francs aux transports et communications, soit 10,87 % et 10,83 % de leur budget (R. Renard, Budgets et conditions de vie des familles en milieu urbain, ouvr. cité., p. 231-247).

36 Alors que dans les familles ayant quatre enfants, les ouvriers ne possèdent le téléphone que dans 29,6 % des cas, les employés le possèdent dans 76,2 % des cas. Alors qu’une famille ouvrière de quatre enfants dépense annuellement en moyenne 1 632 francs pour le téléphone, ce qui représente 0,58 % de son budget, la même famille d’employés dépense 3 676 francs soit 0,91 % de son budget (ibid., p. 249-265).

37 C’est grâce à ces observations étalées sur plusieurs années qu’il a été possible de relier la trajectoire accomplie aux transformations du logement et de l’ameublement. La logique du faire-valoir a organisé systématiquement ce réaménagement, même si celui-ci solutionnait effectivement des contraintes qui n’avaient pu être surmontées jusque-là étant donné le manque d’argent (la dame ne travaille pas, elle a quatre enfants et il n’y a que deux ans que son mari a obtenu le poste de direction qui est aujourd’hui le sien.)

38 Alors que dans le cas ici analysé, les changements d’ameublement sont le produit d’économies qui s’étalent sur deux ou trois ans, les cadres supérieurs peuvent tout aménager ou réaménager dans l’année (Intermédiaire, Un support publicitaire, brochure d’information basée sur l’étude média – produits CIM 72 et sur une analyse complémentaire réalisée par la SOBEMAP, Bruxelles, 1972, p. 6).

39 Lorsqu’on examine le rapport du revenu immobilier net à l’ensemble des revenus nets imposables, on constate que le revenu immobilier ne constitue une part appréciable du revenu total que pour les catégories de déclarations dépassant dans n’importe quel groupe socio-professionnel 500 000 francs de revenu net imposable (P. Motte, « Les déclarations à l’impôt des personnes physiques pour l’exercice d’imposition 1970. Répartition des revenus d’après leur nature et le groupe socioprofessionnel du déclarant », Bulletin de statistiques de l’INS, no 2, 1974, p. 135-172, ici p. 166-167).

40 Maurice Godelier, « L’anthropologie économique », L’anthrophologie, science des sociétés primitives ?, Paris, Denoël, 1971, p. 234.

41 Patrick Champagne, État des recherches, Paris, Centre de sociologie européenne, 1972, p. 44.

42 M. Godelier, « L’anthropologie économique », art. cité, p. 234.

43 Pierre de Bie, Analyse sociologique des manières d’habiter, Institut des sciences politiques et sociales, 1974.

44 Le taux d’autorecrutement mesure le pourcentage des dirigeants originaires des catégories dirigeantes dans le sens de l’évolution ascendante.

45 Nicole Delruelle, Les notables en Belgique. Analyse des résultats d’une enquête, Bruxelles, Institut de sociologie – Université libre de Bruxelles, 1972, p. 131, 140, 141, 143. Il faut signaler que puisque la structure sociale des fils est plus nombreuse que celle des pères et que le taux d’autorecrutement mesure le pourcentage des fils étant donné la structure sociale actuelle, le taux d’autoreproduction des classes supérieures est nettement plus élevé. Ce taux mesure en effet le pourcentage de cas où les fils se situent dans la même catégorie que leur père par rapport à la structure professionnelle des pères. Voir. Jean-Pierre Courtheoux, « De la mobilité professionnelle à la mobilité sociale », L’orientation scolaire et professionnelle, no 1, 1974, p. 53-58.

46 Le calcul, par rapport à la génération des grands-parents, indique que sur vingt-quatre groupes familiaux de classe supérieure, vingt-deux sont demeurés à la génération des fils dans la classe supérieure ; sur vingt-huit groupes familiaux de classe moyenne, onze sont devenus à la génération des fils d’appartenance sociale supérieure ; enfin, sur vingt-cinq groupes familiaux de classe ouvrière, quatre ont disposé des moyens leur permettant d’introduire leurs fils dans les classes supérieures. Le rapport à la génération des pères établi en fonction du critère choisi constitue deux groupes : sur trente-sept groupes familiaux de classe supérieure, il y en a vingt-deux qui forment la fraction I et quinze qui forment la fraction II. Cette seconde fraction corporte onze familles en provenance de la classe moyenne et quatre familles provenant de la classe ouvrière.

47 Le goût de classe peut se définir comme une « sorte d’instinct socialement constitué qui oriente tout un éventail de choix qui va des produits d’alimentation aux cultures, en passant par le conjoint ». Le travail d’analyse consiste à le saisir, d’une part, au travers de la logique de ses multiples actualisations et, d’autre part, au travers des déterminants qui le produisent et le structurent (P. Champagne, État des recherches, ouvr. cité, p. 45-47).

48 Dans les familles de classe moyenne, le contrôle est direct et immédiat. Ainsi, les enfants de telle famille ne reçoivent la clé qu’à partir de dix-neuf ans ; dans une autre famille, les enfants sont dotés d’un code de sonnette de rentrée afin que le père puisse identifier qui rentre.

49 Rappelons que le téléphone est chose rare chez les ouvriers, mais non chez les employés ; le téléphone dispaching est sans doute perçu par les enfants et les adultes comme l’objet du pouvoir et de la maîtrise d’une surface sociale importante.

50 Nous appliquons ici au « plan marché », approprié culturellement et socialement, ce que Claude Lévi-Strauss déduit de son analyse du village des Bororos : « privés du plan qui fournit un argument à leur savoir, les Indigènes perdent rapidement le sens des traditions, comme si leurs systèmes social et religieux (nous allons voir qu’ils sont indissociables) étalent trop compliqués pour se passer du schéma rendu patent par le plan du village et dont leurs gestes quotidiens rafraîchissent perpétuellement les contours. […]. Nous passions nos journées à circuler de maison en maison, recensant les habitants, établissant leur état civil, et traçant avec des baguettes sur le sol de la clairière des lignes idéales délimitant les secteurs auxquels s’attachent des réseaux compliqués de privilèges, de traditions, de grades hiérarchiques, de droits et d’obligations » (Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Paris, Union générale d’éditions, 1966, p. 189). Voir aussi Erving Goffmann, Asiles, Paris, Minuit, 1968 ; Manuel-Luis Lopez et Georges Liénard, « Espace et resocialisation. Analyse d’une expérience », Recherches sociologiques, vol. 4, numéro spécial, 1973, p. 120-152 ; Colette Pétonnet, Ces gens-là, Paris, François Maspero, 1968, p. 168.

51 Ibid.

52 Jacqueline Poelmans, Denise Morissens et Willy Pouliart, Le patrimoine et l’épargne des ménages à revenus élevés. Une enquête-pilote en Belgique, 1965-1966, Bruxelles, Dulbea, 1969, p. 133.

53 Rappelons que les chiffres entre parenthèses renvoient à la numérotation des familles classées dans le diagramme 1, chapitre 3.

54 G. Liénard et E. Servais, « Activités enfantines et socialisation différenciée », art. cité.

Table des illustrations

Titre Plan 1. Occupation du logement par un groupe familial de classe ouvrière (45)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/15138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Plan 2. Organisation du logement d’un groupe familial dont le trajet social va de la position ouvrière à la position moyenne (50)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/15138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Plan 3. Présentation de soi et habitat d’un groupe familial de classe moyenne en ascension sociale (29)
Légende + Livres reliés en simili-cuir blanc avec lettres dorées ; ++ Table de marbre avec pieds en fer forgé ; +++ Meuble haut en trois éléments hêtre teinté.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/15138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Plan 4. Organisation d’ensemble de la demeure du groupe familial de la fraction supérieure de la classe supérieure (46)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/15138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Plan 5. Détail de la pièce d’entrée et du corridor de la demeure du groupe familial de la fraction supérieure de la classe supérieure (46)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/15138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Plan 6. Disposition générale de la maison d’un groupe familial appartenant à la fraction inférieure des classes supérieures (69)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/15138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search