Version classiqueVersion mobile

Capital culturel et inégalités sociales

 | 
Georges Liénard
, 
Émile Servais

Troisième partie – Capital culturel et stratégies de transmission. Tentative d’élémentarisation et essai d’explication sociologique

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Dans cette troisième partie, on voudrait à la fois tirer profit de l’approche monographique et tenter de la dépasser. À cet effet, on s’est imposé d’une part de prendre en considération la totalité des observations faites et d’autre part de spécifier, en les ayant d’abord élémentarisées, les stratégies éducatives des différents types d’agents constituant notre univers d’observation.

2En s’obligeant à être attentif à la fois d’une part à la totalité des observations et d’autre part aux effets d’apprentissage de stratégies qui se donnent moins à comprendre à partir de l’intentionnalité des agents qui les mettent en œuvre qu’à partir des déterminations sociales qui les enserrent, on était amené à entrevoir que si la position sociale des agents éducatifs rend compte de leurs pratiques, elle ne le fait adéquatement que si on la caractérise finement. Ce constat s’était d’ailleurs déjà imposé dans l’approche monographique elle-même qui suggérait que si la position sociale caractérisée de manière générale, c’est-à-dire en termes de position supérieure, moyenne et inférieure, « détermine » les pratiques, elle ne le fait qu’au travers des nuances qui accompagnent ce type d’identification. Ainsi donc, pour affiner l’analyse, il est apparu important de tenir compte au maximum de la complexité de la structure sociale ou tout au moins de la complexité qu’en révèle notre univers d’observation.

  • 1 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. (...)

3L’analyse des stratégies éducatives entreprise ci-après différenciera celles-ci à partir d’un découpage de la structure sociale qui élémentarise certaines des variations internes à ce qu’on pourrait appeler la position sociale générique ou, pour prendre un autre langage, différenciera les stratégies éducatives en différenciant l’univers observé sur base non seulement des appartenances de classe, mais aussi des appartenances à des fractions typiques d’une même classe. Toutefois, pour permettre à ce type d’approche d’être réellement féconde, on ne peut oublier que l’appartenance à une classe ou fraction de classe n’est pas définie par la position appréhendée dans la seule synchronie. Elle l’est aussi d’une part par « la pente de la trajectoire collective du groupe dont fait partie l’individu ou le groupe (e. g. fraction de classe, lignée) et, d’autre part, secondairement par la pente de la trajectoire particulière à un individu ou à un groupe englobée par rapport à la trajectoire du groupe englobant »1.

  • 2 Voir le diagramme 1, chapitre 3.

4Les procédés techniques utilisés pour le traitement des données de l’observation (voir première partie), nous permettant de rencontrer ce type d’exigences, on a choisi de centrer l’élémentarisation des stratégies éducatives et leur explication proprement sociologique autour d’axes qu’on peut caractériser de manière générale et dans une première approximation comme des axes nous permettant d’aller du global au spécifique. C’est ainsi que, dans un premier temps, on caractérisera les stratégies éducatives des agents qui composent l’univers d’observation en prenant appui sur un classement de ces agents qui explicite leur position à l’intérieur de la structure sociale. Ce classement a ensuite été précisé et complété par la prise en considération des caractéristiques de mobilité ou de stabilité des mêmes agents à l’intérieur de la structure sociale. Pour réaliser ce double classement, on s’est appuyé d’une part sur la variable (P2)2 qui exprime le trajet professionnel accompli du grand-père paternel au père et d’autre part sur la variable (P3) qui dessine le sens du trajet que le père accomplit au cours de sa carrière professionnelle. Ces variables qui combinent à la fois des critères de position sociale et de stabilité ou de déplacement ont permis des classements statistiques et des classements en termes de sémiologie graphique. En élémentarisant les processus de stabilité et de déplacement social caractéristiques des agents observés, on élémentarisera parallèlement leurs stratégies éducatives.

5Ce faisant, on montrera que la stabilité pas plus que la mobilité sociale n’ont des effets « omnibus » quant à la structuration des stratégies de transmission du capital culturel. La modalité du déplacement social qu’effectuent certains agents de l’univers d’observation, modalité qui ne se donne sans doute à appréhender adéquatement que si on relie le déplacement à ses conditions sociales de possibilité, est sans doute d’autant plus importante à préciser qu’on est préoccupé de différencier les stratégies éducatives et les effets d’apprentissage qu’elles obtiennent, le plus souvent, sans doute, à l’insu de ceux qui les effectuent. Pour certains agents par contre que l’approche diachronique conduit à caractériser comme des agents stables à l’intérieur de l’espace social, il se pourrait que la translation qu’effectue la structure de classes sous l’effet notamment du développement économique obtienne des effets différentiels sur le plan des stratégies éducatives, effets qu’il importerait alors de caractériser. S’il est certes vrai que ce dernier type d’effet est particulièrement difficile à appréhender, étant donné la nature des observations réalisées, qui n’atteignent pas et ne permettent pas d’atteindre les transformations que subit sous l’effet du contexte social global une stabilité qu’appréhende par ailleurs la diachronie, il n’en reste pas moins qu’on peut sans doute s’en faire une idée à la fois, d’une part à partir des différences que produisent entre les stables d’un même groupe social, voire entre les stables de groupes différents certaines des caractéristiques objectives qui définissent sinon leur position sociale, les modalités au travers desquelles ils l’occupent et d’autre part à partir des différences entre les « mobiles » et les « stables », différences tant internes à une position sociale donnée qu’externes à elle.

6Dans un second temps et toujours en adoptant, au moins dans une première étape de la démarche, des catégories de classement des observations qui renvoient à des caractéristiques objectives des agents sujets de l’observation, on s’attachera à dégager des variations quant à la définition sociale de soi dans son rapport aux enfants. Par caractéristiques objectives, nous entendons ici d’abord des données d’identification dont on peut penser qu’elles ont un rapport direct avec la définition de soi en tant que parent, par exemple le niveau d’études atteint par la mère de famille qui répond le plus souvent aux questions que propose l’entretien ou encore quand les deux parents sont présents à l’entretien, le niveau d’études atteint par chacun d’eux (variables E2 et E1). Toutefois, si on admet que cette première approximation de la définition sociale de soi dans son rapport aux enfants se précise au travers de l’observation systématique et reconstruite d’un certain nombre de pratiques parentales dont cette définition est le principe structurant, on est amené à cette étape du travail à être particulièrement attentif à des pratiques telles que l’emploi du temps (annexe 1, V, qu. 1, 2 et suiv.), l’achat et l’utilisation des jouets (annexe 1, IV, qu.10, 11 et suiv.), la présentation de soi et des gestes qu’on accomplit dans son rapport aux enfants. Il s’agira donc ici moins de caractériser la stratégie éducative comme stratégie qui se donne à comprendre à partir d’une stratégie sociale que de la caractériser à partir de ses composantes proprement éducatives dont on a supposé qu’elles variaient en fonction de la position sociale occupée et des conditions de possibilité qui y affèrent. En d’autres mots, ce sont les variations du métier de parent comme élément de la stratégie de transmission du capital culturel, variations propres à l’univers d’observation, qu’on tentera d’élucider et d’expliquer. Ces variations dont on pense qu’elles entraînent des effets variés du point de vue de la socialisation sont des variations de la capacité à exercer un rôle qui renvoient à la fois à des variations de sa définition sociale et aux variations des conditions sociales objectives d’une telle définition. Toutefois, on ne s’est ici attaché qu’à une dimension particulière du métier de parent, à savoir le rapport que les parents entretiennent avec leur identité et les effets « pédagogiques » qui s’obtiennent au travers de ce rapport.

7Enfin, on analysera les caractéristiques différentielles tant de l’espace logement que des modalités de son utilisation. De cette projection matérielle de la position sociale occupée ou d’un moment de la trajectoire sociale accomplie ou de cette projection physique d’identités sociales et parentales différentielles, on raisonnera les effets du point de vue des stratégies de transmission du capital culturel ou du point de vue de l’apprentissage. À cet effet, il fallait sans doute prendre distance par rapport à la perception des agents sociaux qui s’appuie sur le caractère contraignant de l’espace physique pour acquiescer au caractère naturel des effets qu’il tire des pratiques sociales. Pour réaliser cette analyse, on a construit sur base des informations recueillies en cours d’entretien (annexe 1, I, qu. 5), un indice de l’état du logement (variable M3), parallèle – au moins dans les qualifications à partir desquelles il discrimine – à celui qui qualifie les agents sujets de l’observation en termes de position générique occupée par eux dans la structure sociale. Mais si la position sociale construit au travers de sa composante économique un rapport déterminé et limité au logement au sens où l’investissement économique qu’on peut y faire est variable, mais limité dans son extension selon la position occupée, les composantes culturelles et sociales de la position engendrent sans doute plus nettement des variations dans les pratiques d’utilisation qu’on s’est dès lors efforcé d’expliciter (voir notamment annexe 1, I, qu. 6 et V, qu. 5).

8Mais le choix de ces divers points de vue relève aussi d’un second axe où on s’est efforcé d’adopter une perspective critique. Celle-ci prend racine dans une réflexion sur les limites, positives et négatives, de l’approche monographique. Cela conduit, pour chacun des points de vue adoptés, à insister de manière particulière, à l’intérieur d’une analyse qui porte néanmoins sur l’ensemble de l’univers, sur une partie de la population. Les familles étudiées dans l’approche monographique ont en effet des trajectoires qui s’accomplissent à l’intérieur de leur classe d’origine ; elles n’effectuent pas ni au cours de la carrière du père, ni au cours du passage d’une génération à l’autre, une mobilité interclasse. Parce que les pratiques et stratégies éducatives sont, dans l’analyse monographique, caractérisées par leur affinité structurale avec une position et une trajectoire typiques (i. e. interne à une classe), on a pensé qu’il était surtout utile, dans un second temps, de se centrer sur des familles dont la trajectoire les conduit d’une position à une autre dans la structure sociale en ayant par ailleurs soin de les situer par rapport à celles qui n’accomplissent pas, quelle que soit leur classe d’appartenance, pareil déplacement appréhendé dans ses aspects sociaux, culturels et économiques.

9Ensuite, alors que l’approche monographique a caractérisé la famille de classe ouvrière au travers des concepts de domination, relégation, survie et défense passive qui prennent leur sens à l’intérieur de l’objectivité de la position dominée, il est apparu pertinent, dans un second temps, de montrer qu’à l’intérieur même de cette classe, les moyens dont on dispose obéissent à une certaine gradation et que dès lors, il en est de même des stratégies éducatives. En saisissant les différents paliers qualitatifs de l’élaboration de stratégies et de l’accomplissement de pratiques, il était possible de suggérer que ce qu’on attribue toujours à des manques intrinsèques des agents résulte de manques objectifs et de manques objectifs différents selon que le travail qui entre autres choses les produit est qualifié ou non et que les horaires de travail sont fixes ou découpés (i. e. les pauses). En explicitant la gradation des manques objectifs, on suggérait par ailleurs qu’à un certain niveau, on dispose dans la classe ouvrière de moyens – faibles certes, mais néanmoins réels – permettant de limiter les effets de la domination.

10Enfin, puisque les membres de la classe moyenne et de la classe supérieure ont davantage les moyens de mettre en valeur et d’expliciter dans le discours les pratiques qui sont les leurs – ce biais étant renforcé par la technique d’entretien – il s’est avéré utile pour accentuer la coupure vis-à-vis de la représentation que ces agents se font de leurs pratiques, de les objectiver et de les objectiver notamment à propos de l’occupation-utilisation du logement. Ce faisant, on était amené à constater que les privilèges objectifs qui sont les leurs ont des soubassements matériels qu’on a trop souvent tendance à oublier.

  • 3 Rappelons que pour les raisons évoquées plus haut, on analysera d’une part, l’identité parentale en (...)

11L’entrecroisement des deux axes qui viennent d’être explicités délimite chaque fois le point de vue de l’observation et de l’analyse qui, après avoir été globale, s’arrête avec une insistance particulière à une fraction de la population et le fait d’autant plus volontiers que cette démarche est apparue au cours de la recherche, non seulement intéressante, mais aussi pertinente pour l’élaboration d’hypothèses nuancées et diversifiées. Dans les pages qui suivent, on tentera donc d’élémentariser et de caractériser tant les stratégies de transmission du capital culturel que les effets d’apprentissage qu’elles obtiennent d’une part en les reliant à la mobilité sociale (chap. 7), d’autre part à partir de l’identité parentale qui les sous-tend et qu’elles donnent l’occasion de mettre en œuvre (chap. 8) et, enfin, à partir de l’espace physique qui les rend possibles et où elles s’inscrivent (chap. 9)3.

Notes

1 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. 15, no 1, 1974, p. 3-42, ici p. 19 : « Si, à condition de se placer à un niveau assez grossier d’agrégation statistique, on peut opposer un ethos petit-bourgeois de l’abstinence et de l’épargne à l’ethos bourgeois de l’aisance, il reste que cette disposition revêt autant de modalités spécifiques, et même singulières qu’il y a de façons d’accéder à une position moyenne dans la structure sociale, de s’y maintenir ou de la traverser : les membres d’une même classe peuvent avoir des dispositions à l’égard de l’avenir, donc des dispositions morales, radicalement différentes selon qu’ils appartiennent à une fraction globalement en ascension ou en déclin ; et secondairement selon qu’ils sont eux-mêmes, en tant que membres d’une lignée d’abord et ensuite en tant qu’individus en mouvement ascendant ou descendant ».

2 Voir le diagramme 1, chapitre 3.

3 Rappelons que pour les raisons évoquées plus haut, on analysera d’une part, l’identité parentale en milieu populaire et les effets de celle-ci sur les pratiques éducatives et d’autre part, les relations entre logement et pratiques de socialisation en milieux moyens et supérieurs.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search