Version classiqueVersion mobile

Capital culturel et inégalités sociales

 | 
Georges Liénard
, 
Émile Servais

Deuxième partie – Pratiques éducatives et conditions sociales de possibilité monographie de 3 familles occupant des positions sociales typiques

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Lorsqu’on classe les familles objets de l’observation en fonction de procédés qui empruntent à la s (...)

1En choisissant dans une première étape de la recherche d’étudier théoriquement et pratiquement de manière minutieuse les pratiques éducatives qui sont celles de trois familles occupant des positions sociales typiques, on s’engageait d’une part à élémentariser et à nommer ces pratiques et d’autre part à rendre compte des différences observées non seulement entre elles, mais aussi dans les effets qu’elles obtiennent à partir des positions occupées dans la structure sociale. Pour matérialiser ces objectifs, dont nous pensons qu’une fois atteints, ils introduisent efficacement à un traitement pertinent de l’ensemble des observations empiriques propres à la recherche, on a opté pour le genre monographique. On s’est attardé à analyser d’abord les pratiques d’une famille dont il apparaissait clairement qu’occupant une position dominante dans la structure sociale, elle disposait de ce fait de conditions et de moyens particulièrement favorables à l’élaboration de stratégies de transmission du capital culturel. On s’est ensuite imposé de rendre compte des pratiques d’une famille dont il apparaissait de manière relativement évidente qu’elle pouvait être considérée comme occupant une position intermédiaire dans la structure sociale. Dans ce cas, on a été particulièrement attentif aux phénomènes de mobilité qui accompagnent habituellement ce type d’insertion. Enfin, on a analysé les stratégies de transmission culturelle propre à une famille occupant une position dominée dans la structure sociale1. C’est du résultat de ces différentes approches dont nous rendons compte dans les trois chapitres qui suivent. Nous espérons que les lecteurs en le parcourant acquiesceront avec nous à la fécondité heuristique de la monographie à laquelle on reconnaît généralement la qualité d’introduire de manière pertinente à des généralisations scientifiques.

Notes

1 Lorsqu’on classe les familles objets de l’observation en fonction de procédés qui empruntent à la sémiologie graphique (voir première partie), on constate : 1) que la famille de milieu social supérieur choisie pour la monographie (46) est à l’extrême gauche du diagramme, 2) que la famille de milieu social moyen (29) choisie aux mêmes fins est au centre du classement des familles moyennes, 3) que la famille de milieu social inférieur objet de l’analyse monographique (57) est à l’extrême droite du diagramme. On peut dès lors penser que leur choix est particulièrement significatif du point de vue d’une analyse de stratégies mises en œuvre par le milieu sociologique qui les définit et qu’elles représentent.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search