Version classiqueVersion mobile

Capital culturel et inégalités sociales

 | 
Georges Liénard
, 
Émile Servais

Introduction

Texte intégral

1Le présent ouvrage reproduit la thèse que les auteurs ont présentée en 1975, à l’Université catholique de Louvain, en vue d’obtenir le grade de docteurs en sociologie. Il sacrifie donc partiellement aux exigences et au rituel universitaires.

2Toutefois, nous voudrions demander aux lecteurs de ne pas trop vite se laisser rebuter, ni par le volume de l’ouvrage, ni par ce qu’on peut considérer comme des écueils corrélatifs d’un travail à finalité académique. Bien des éléments de ce document lui en fournissent d’ailleurs la possibilité.

3Nous pensons, entre autres, à son objet matériel : le repérage des inégalités culturelles et des processus sociaux qui contribuent à les produire. Ne s’intéresse-t-on pas beaucoup aujourd’hui, dans nombre de milieux, à ce qu’on appelle parfois la démocratie culturelle ou encore la démocratisation de l’accès à la culture ? Certes, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on a pris un certain nombre de mesures qui, comme l’allocation de bourses d’étude, étaient sous-tendues par des intentions de démocratisation.

4La question a toutefois rebondi lorsqu’on s’est aperçu que de telles actions, si elles réduisaient dans certains cas les inégalités, ne rencontraient pas de manière totalement adéquate l’intention initiale. N’y a-t-il pas en effet, encore actuellement, seulement plus ou moins 8 % d’enfants de milieu ouvrier qui accèdent à l’université ? Par ailleurs, ce constat ne conduit-il pas à penser que mettre en place des mécanismes réducteurs d’inégalités économiques ne suffit pas à lui seul à instaurer une meilleure distribution sociale de l’accès à la culture ?

5Ce qui a trait à la culture n’évolue-t-il pas de manière relativement autonome par rapport à ce qui a trait à l’économique ? Les lois de fonctionnement du secteur culturel ainsi que les modalités de transmission des biens culturels n’ont-elles pas, bien que présentant des analogies avec ce qui se passe dans le secteur économique, des caractéristiques spécifiques ? Le texte qu’on lira ci-après tente entre autres de répondre à ce type de question. Pour ce faire, il s’est fondé sur des observations ayant trait à la vie quotidienne des différents milieux sociaux ou, plus exactement, sur des observations permettant d’expliciter la diversité des atouts dont on dispose et des conditions de possibilité dans lesquelles on se trouve, étant donné la structure des rapports de classe, pour accomplir la socialisation de ses enfants.

6Si les observations faites introduisent le lecteur à une approche fort concrète du problème des inégalités culturelles et de la manière dont socialement elles sont produites, voire reproduites, le traitement de celles-ci nous a conduit à développer un raisonnement sociologique dont nous avons conscience qu’il exige du lecteur un passage à l’abstraction. Nous pensons que certains pourraient se trouver rebutés par le « jargon » utilisé et la question de savoir si on ne peut pas parler des inégalités culturelles dans un langage plus simple et qui serait selon d’aucuns moins producteur d’inégalités nous interpelle en profondeur.

7À notre décharge, nous voudrions toutefois dire qu’il n’a jamais été dans notre propos de sophistiquer le langage pour le plaisir de « faire la distance ». Si on peut certes toujours améliorer les expressions auxquelles on a eu recours, nous pensons qu’il n’en est pas tout à fait de même en ce qui concerne la syntaxe.

8Celle-ci n’est-elle pas, partiellement au moins, commandée par les principes constitutifs de la démarche sociologique ?

9Comment recourir à des phrases simplement construites et à un découpage de celles-ci qui rendrait le style plus simple, alors que, par ailleurs, le métier de sociologue implique qu’on s’astreigne à reconstruire un système de causes et/ou de relations ainsi qu’à tenir ensemble une multiplicité d’observations disparates ? La séduction de l’explication par le simple et l’exigence qui en est corrélative de s’exprimer simplement ne condamne-t-elle pas, comme le disait Bachelard, à « l’inefficacité épistémologique » ? Bref, à trop découper ce qui est complexe et que le métier impose de reconstruire, ne donne-t-on pas trop au lecteur l’impression que la « réalité » elle-même est découpée et qu’elle peut de ce fait être traduite au travers d’expressions simples ?

10Même si on faisait une option apparemment plus pédagogique, on serait encore amené à se demander si une pédagogie sous-tendue par une préoccupation de simplification ne risque pas d’être moins efficace qu’une pédagogie qui laisse entrevoir les exigences et les difficultés résultant de la confrontation entre d’une part, des faits de vie quotidienne et d’autre part, un point de vue spécifique.

11Dans la mesure où ce travail peut bénéficier de la diffusion que permet l’imprimé, nous pensions qu’il était opportun au départ non pas tant de nous « parer » de la critique que des mauvaises querelles que souvent elle recèle. Même si l’entreprise, au travers des résultats que nous en présentons, donne l’impression d’avoir été laborieuse et si nous avons laissé au compte rendu que nous en faisons ce caractère, c’est, dans notre intention en tout cas, moins « pour faire la distance » que par souci de soumission aux impératifs d’une démarche. En s’aidant des faits de vie quotidienne qui sous-tendent de manière constante les propos interprétatifs avancés, le lecteur peut sans doute découvrir avec nous tout ce que des faits apparemment anodins « apportent » à la stabilisation ou à la modification des rapports sociaux.

12L’intérêt de la recherche dont on trouve ci-après les résultats apparaît donc sans doute d’autant mieux qu’on consent à dépasser le caractère parfois rébarbatif des formulations qu’emprunte le raisonnement sociologique.

13Repérer au travers des faits de vie quotidienne les processus sociaux, par lesquels des inégalités sont produites, est sans doute fort important du point de vue d’une réflexion sur les moyens d’une démocratisation accrue et de l’implication dans des actions de type divers cherchant à la promouvoir.

14S’introduire par ailleurs à une observation systématique de faits que spontanément on tend à percevoir comme anodins, voire insignifiants et à un traitement de ces observations selon une méthode particulière, nous paraît également présenter un intérêt évident pour tout ce qui cherche soit à s’insérer dans la dynamique sociale soit à l’infléchir.

15La méthode utilisée fait, en effet, moins penser à un rituel de procédures à accomplir qu’à ce que Lévi-Strauss désigne en recourant à l’image du bricolage. L’image n’a toutefois un excellent pouvoir d’évocation que si elle renvoie à des tentatives de construction et de reconstruction des observations sans cesse inspirées par l’esprit et/ou l’imagination sociologique.

16Enfin, et pour des raisons que nous explicitons en cours d’exposé, la démarche s’organise autour de trois moments.

17Dans un premier temps, nous présentons la problématique adoptée et la méthodologie suivie pour le traitement des observations.

18Dans un deuxième temps, nous empruntons au genre de la monographie, c’est-à-dire que nous nous efforçons de décrire de manière minutieuse et d’interpréter les pratiques de trois familles diversement situées dans la structure des rapports sociaux. Nous cherchons ainsi à accéder aux principes structurant, le plus souvent de manière non sue, les comportements et/ou les stratégies des agents éducatifs.

19Enfin, dans un troisième temps, nous misons sur les acquis théoriques et méthodologiques de l’analyse monographique pour interpréter l’ensemble des observations dans une perspective thématique. Nous traitons successivement de la conversion culturelle et des effets qui en sont corrélatifs au plan des pratiques éducatives, de la définition sociale du métier de parents en milieu populaire, et des apports spécifiques du contexte spatial et plus particulièrement du logement aux stratégies éducatives.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search