Version classiqueVersion mobile

Palerme, illégalismes et gouvernement urbain d’exception

 | 
Fabrizio Maccaglia

Gouverner dans l’urgence : les crises, moteur et vecteur de l’action publique

Introduction

Texte intégral

  • 1 L’historien américain Joël Tarr a élaboré un schéma de l’urbanisation des villes occidentales en u (...)

1Palerme s’apprête à basculer dans l’ère/aire des réseaux immatériels et mondiaux (téléphonie mobile, télématique, télévision satellitaire) alors qu’elle ne dispose toujours pas de réseaux techniques urbains de qualité de seconde génération1 : les réseaux d’assainissement des eaux usées, d’adduction et de distribution d’eau potable, de transports publics, d’enlèvement et traitement des déchets sont tous, sans exception mais à des degrés variables, confrontés à des dysfonctionnements générateurs de crise. Ceux-ci ne sont pas simplement une conséquence du processus d’urbanisation palermitain mais en sont une composante à part entière. Quatre observations soutiennent ce constat. Palerme n’est pas confrontée au dysfonctionnement épisodique et isolé d’un réseau technique, mais à un dysfonctionnement généralisé de l’ensemble de ses réseaux. Ils se manifestent avec une fréquence et une intensité croissantes depuis le début des années 1980, au point que leurs effets finissent par se conjuguer. Leur impact sur la vie quotidienne des populations et des activités est sans cesse plus lourd au point de compromettre le développement économique d’une ville qui cherche notamment dans le tourisme un nouveau souffle. Enfin, leur traitement occupe une place centrale dans l’action publique à tous les niveaux administratifs (municipal, provincial et régional), tant à l’échelle quotidienne lorsqu’il s’agit d’en gérer les effets et de leur apporter une solution temporaire qu’à plus long terme dans le cadre de projets d’aménagement. Cette hypothèse de travail conduit à placer les dysfonctionnements au cœur de l’analyse et à les utiliser comme une clef de lecture de la réalité urbaine. Il ne s’agit pas d’étudier l’urbanisation palermitaine et de s’attarder, en second lieu, sur ses effets et ses caractéristiques, mais de partir des défaillances des réseaux techniques pour continuer d’interroger le modèle de gouvernement urbain qui s’est développé à Palerme dans les années d’après-guerre.

2Cette troisième partie s’organise autour de deux études de cas, l’une portant sur les dysfonctionnements du réseau d’approvisionnement en eau potable et l’autre sur ceux qui affectent le système de traitement des déchets domestiques. Les situations de crise provoquées par ces dysfonctionnements donnent lieu à deux formes d’action publique. Elles débouchent sur une action publique de l’urgence destinée à les combattre : elle s’inscrit dans le temps court même si certaines mesures sont prorogées pendant des mois voire plusieurs années. Ces mesures d’urgence doivent apporter une réponse en temps réel aux difficultés que les habitants rencontrent comme par exemple assurer un approvisionnement de substitution lorsque l’eau potable vient à manquer. Parallèlement se met en place une action publique opportuniste, qui utilise les situations de crise pour introduire des réformes de fond et réaliser des (ré)aménagements de grande ampleur. Les situations de crise sont en effet le support d’interventions extraordinaires qui ont pour objectif de faire aboutir des politiques que les pouvoirs publics n’ont pas su ou voulu mettre en œuvre autrement. Pour mener à bien ces interventions extraordinaires, les pouvoirs publics ont recours à une procédure dénommée commissariamento straordinario qui permet de placer un territoire sous tutelle du gouvernement central et de déroger aux lois en vigueur.

Notes

1 L’historien américain Joël Tarr a élaboré un schéma de l’urbanisation des villes occidentales en utilisant les réseaux techniques comme clef de lecture. Il met en évidence trois phases correspondant à trois générations de ville. La ville de première génération, la pedestrian city ou ville piétonne, est une ville à taille humaine dépourvue de toute forme de réseaux techniques. Leur développement (égouts, transports publics, eau, électricité…) donne naissance à la deuxième génération de villes qui se « verticalisent » et se densifient. La networked city – la ville réseau / la ville connectée – constitue la troisième et dernière génération. Cent-cinquante ans ont été nécessaires pour passer de la première à la troisième génération de villes.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search